Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesColloques2016Race, ethnie, identité : écrire u...Les Guajiro, ethnie binationale t...

2016
Race, ethnie, identité : écrire une histoire hémisphérique des signifiants identitaires

Les Guajiro, ethnie binationale transfrontalière ou nation amérindienne sans frontières ?

Eduardo Giraldo

Résumés

Les Amérindiens Guajiro, ou bien les Wayuu, occupent la péninsule de la Guajira entre la Colombie et le Venezuela. Ils y sont décrits comme pêcheurs, bergers, marchands, pratiquants de la polygynie et de la polyrésidentialité. Leur système de filiation est matrilinéaire. Leur pouvoir politique est segmentaire ; pourtant la société apparaît hiérarchisée. Actuellement, il y a plus de 500.000 Wayuu entre les deux pays. Dans leur cas, les frontières entre mobilité et migration s'estompent, si on tient compte du fait qu'ils traversent une frontière territoriale entre deux États, mais sont toujours à l'intérieur de leur territoire ancestral « la Grande Nation Wayuu sans frontières ».
Par ailleurs, l’approche classique des Amérindiens associe leurs sociétés avec les espaces ruraux. Dans l'imaginaire occidental, être amérindien signifie habiter dans les zones rurales ou la jungle. Les villes des Amériques fondées à partir du XVIe siècle sont de lieux où le monde européen, particulièrement l'hispanique a été transposé dans le continent. Mais des travaux sur les cultures populaires urbaines montrent que les racines Amérindiennes ne disparaissent pas dans les villes et dans les zones suburbaines du continent. Dans cette même perspective, en wayuunaiki, la langue des Guajiro, les notions d'« Amérindien » et d'« Occidental » correspondent aux notions de Wayuu et d'Alijuna. Pour la notion de « ville » il y a jipiapa Alijuna – soit « la terre des Occidentaux ». Or de façon contemporaine on constate leur présence, temporaire ou permanente, dans les villes depuis des années et à proximité ou non de leur territoire traditionnel.
Il s'agit donc de confronter l'idée « de la grande nation wayuu sans frontière » dans le quotidien des Wayuu bilingues, principalement entre les villes de Maracaibo au Venezuela et de Ríohacha en Colombie. Dans cette même perspective, il s'agit de proposer un regard urbain ainsi que transfrontalier de ce peuple, à travers les deux villes qui se trouvent à proximité, pourtant, des deux pays différents. Des parcours, principalement entre les deux lieux, des entretiens non directifs, des conversations spontanées, ainsi que des documents sur place sont considérés, entre 2010 et 2011. Pour articuler une perspective hémisphérique, cette communication parle d'ailleurs de la frontière entre certains termes considérés comme opposés : ethnie/nation, Amérindien/Occidental, rural/urbain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les Guajiro

  • 1 Picon, François René, 1983, Pasteurs du nouveau monde. Adoption de l'élevage chez les indiens guaji (...)

1Les Guajiro, ou bien les Wayuu, sont décrits comme des pêcheurs, des poissonniers, des pasteurs1, des marchands, des pratiquants de la polygynie et de la polyrésidentialité, dont la filiation est matrilinéaire, dont le pouvoir est segmenté ; pourtant il s'agit d'une société très hiérarchisée. Actuellement, leur langue d'origine arawak, le wayuunaiki, est parlée par au moins 350.000 personnes entre la Colombie et le Venezuela. S'il s'agit de la langue amérindienne la plus vitale dans les deux pays, voire la langue d'origine arawak la plus vitale du continent, son usage reste marginal par rapport à l'espagnol dans les deux pays. Leur langue contemporaine de tradition orale, a été classifiée dans la famille de langues arawak qui, selon la linguistique et l'archéologie, trouve son origine dans le bassin de l'Amazone, il y a environ trois mille ans. L'écriture récente de cette langue, avec des caractères occidentaux dans un premier moment, a des liens avec la présence des missions catholiques dans la région. Par la suite, l'écriture fut mise en avant avec les politiques ethno-éducatives et de bilinguisme des institutions colombiennes et vénézuéliennes à la fin du XXe siècle.

2Le territoire traditionnel wayuu est situé dans la partie la plus septentrionale de l'Amérique du Sud, sur la péninsule de la Guajira, ayant comme limite au nord les Caraïbes. La plupart de ce territoire est désertique et aride. Ce groupe a une présence historique assez importante dans les villes et dans les communes de la région.

  • 2 Guerra Curvelo, Wieldler, 2002, La disputa y la palabra : la ley en la sociedad wayuu, Bogotá, Mini (...)
  • 3 Acuña, José Polo, 2005, Etnicidad, poder y negociación en la frontera guajira, 1750 – 1820, Univers (...)

3À l’époque coloniale, les habitants de la Guajira ont pratiqué le commerce et la contrebande avec les îles des Petites Antilles. Depuis lors, les enclaves sur la côte ont été des lieux de métissage. Des commerçants et des marins s'installaient avec des femmes Wayuu. Dans plusieurs cas, ils ont fondées des familles qui sont très importantes à présent2. L'importance traditionnelle attribuée aux liens utérins a permis également l'incorporation, de mulatos et de zambos à la communauté3. Les Guajiro ont alors des noms et des traits physiques d’origine variée, qui traduisent des apports culturels et génétiques des immigrés sirio-libanais, des esclaves africains, des pirates et des colons européens, parfois même d'origine hispanique. Depuis plusieurs siècles un grand nombre d’unions et de mariages ont donc été célébrés entre des femmes Wayuu et des hommes non-Wayuu. Les enfants métis, en fonction de la structure matrilinéaire de la parenté wayuu, ont été élevés au sein de l'apüshii – le groupe matrilinéaire  par leur mère.

  • 4 Dane, 2005, Datos Preliminares. Censo Nacional de Población de 2005, Bogotá, Departamento de Planea (...)
  • 5 INE, 2013, Primeros Resultados Censo Nacional 2011: Población Indígena de Venezuela, Caracas, Insti (...)
  • 6 Les rancherías se trouvent en général à proximité d'une source d'eau. Elles sont également situées (...)

4La commune d'Uribia est considérée comme la capitale indígena de la Colombie, car il s'agit de la municipalité avec la plus grande population d'Amérindiens – les Wayuu. La capitale indígena du Venezuela est aussi wayuu : il s'agit de Paraguaipoa, ou bien « le village face à la mer ». En Colombie, la Guajira est un département au nord du pays dont la capitale est Riohacha tandis qu'au Venezuela, son homonyme, La Guajira – municipio indígena bolivariano Guajira – est une municipalité au nord de l'État du Zulia. Par ailleurs Maracaibo est la capitale de l'État du Zulia au Venezuela. Selon les chiffres officiels il y a 265.000 Wayuu en Colombie4 dans le département de la Guajira et 293.777 au Venezuela5, dans l'État du Zulia. Certains auteurs considèrent qu'il y a donc plus de 500.000 Guajiro entre les deux pays. Or, en Colombie, les Guajiro habitent de manière concentrée dans la capitale du département, Riohacha, ainsi que dans les centres des communes du département de la Guajira dont Manaure, Maicao, Uribia ; et au Venezuela, dans la capitale de l'état du Zulia, Maracaibo ainsi que dans les localités du Zulia telles que Paraguaipoa, Sinamaica et San Rafael de El Moján. Ils sont également dispersés dans les rancherías6, considérées comme des zones rurales, tout au long de la péninsule.

5La municipalité de Ríohacha s'étend sur 3.120 kilomètres carrés et regroupe 10 communes urbaines, 14 communes rurales (corregimientos) et 8 territoires indigènes (resguardos) : sept resguardos wayuu et un resguardo qui regroupe des Amérindiens kogui, wiwa e arhuaco d'une partie au nord de la Sierra Nevada de Santa Marta. La municipalité de Ríohacha compte une population d'environ 137.224 personnes dans la zone urbanisée et d'environ 32.087 personnes dans les zones rurales, dans les limites de la municipalité. Du total de la population 28 % se considère comme indigène. En revanche, environ 10 % de la population de la municipalité de Maracaibo, comprenant 1.428.043 personnes, est wayuu. Cette ville vénézuelienne s'étend sur 393 kilomètres carrés et regroupe 18 arrondissements (parroquias). La superficie de la municipalité de Ríohacha est donc plus grande que celle de la ville de Maracaibo, car elle comprend des corregimientos et des resguardos. Cependant, la zone urbaine de la ville colombienne est considérablement plus réduite, représentant environ 10 % de la taille de son homologue vénézuélienne.

Ethnie / Nation

6Si la représentation de « la Grande Nation Wayuu où la frontière n'existe pas », figure dans les textes sur les Guajiro, elle est également exprimée par les gens.

« Beaucoup de Wayuu vont vous parler de la nation wayuu ; vous avez peut-être déjà entendu parler de la nation wayuu. L’unité territoriale et toute sa signification, l'échange, la coexistence dans la frontière qui est culturellement extérieure à nous. Pour nous il n'existe aucune frontière entre les Wayuu qui sont en Colombie et nous les Wayuu là au Venezuela. Ces frontières ont été imposées par les États, les républiques. Puis, beaucoup de Wayuu, voire la plupart, y compris ceux qui ne savent ni lire ni écrire, qui n'ont jamais lu un livre sur l’État vénézuélien, ni sur l'État colombien, ils voient clairement qu'il s'agit de leur territoire » (Entretien avec une enseignante de Langue et culture wayuu à l'Université de l'État du Zulia à Maracaibo, février 2010).

« Je suis né dans la Guajira
- Où exactement ?
À Puerto Estrella
- En Colombie ?
Non, dans la Guajira. Savez-vous ? La Guajira est entre la Colombie et le Venezuela ».
(Conversation avec un dirigeant communautaire, Maracaibo, mars 2010).

  • 7 Chaque dimanche, le Shawantamana est un point de rencontre Wayuu, situé au nord de Maracaibo, dans (...)

« - Pour vous, où est le territoire wayuu ?
Dans n'importe quel territoire où il y a un Wayuu » (conversation avec un conducteur Wayuu dans le Shawantamana7 février 2010).

7D'autres commentaires insérés dans les discours lors des entretiens sont parlants : « La richesse culturelle est gardée malgré la frontière imposée », « Pour nous les Wayuu la frontière n'a jamais existé ni existera », « Nous ne sommes ni colombiens, ni vénézuéliens, simplement la « nation wayuu », etc. Ces représentations, dépassent-elles la référence des États-nations latino-américains ?

8Une enseignante de langue et de culture wayuu à Maracaibo exprime lors d'un entretien que les wayuu préfèrent le terme « peuple » à celui d' « ethnie » :

Le terme d'ethnie est employé comme s'il n'était valide que pour les indígenas, mais c'est un terme qui peut être utilisé avec n'importe quel groupe humain. Donc, on utilise aujourd'hui le mot « peuple » au lieu d '« ethnie », qui n'est pas incorrect, mais on préfère le terme « peuple » et ses implications pour l'identité. Ainsi, comme l'identité de soi, la dénomination de « peuple wayuu » est le terme qui nous plaît le plus, et qui se trouve également sur le droit international dans la Convention 169 de l'OIT par rapport à l'autodétermination des peuples, cherchée comme indígenas dans nos luttes. De plus, c'est le terme qui nous donne une plus grande force, même si pour les États le terme de peuple est un terme très contradictoire (…) de toute façon, concernant la souveraineté, c'est déjà très clair, au moins dans le droit constitutionnel d'ici (au Venezuela) (février 2010).

9Pourtant, encore dans le quotidien, le terme d' « ethnie » n'est pas relégué au second plan, de même que celui de « race » ; « Nous sommes la race wayuu qui n'a été jamais vaincue par l'envahisseur ». Or l'emploi du terme de « race » est toujours problématique en anthropologie et en sciences sociales.. Mais dans le quotidien, des termes employés de manière péjorative à la base, peuvent être réappropriés de manière revendicative.

  • 8 Selon les statistiques officielles en Colombie et au Venezuela, les Amérindiens ne représentent qu' (...)
  • 9 Gros, Christian. 1999. « Ser diferente por (para) ser moderno, o las paradojas de la identidad. Alg (...)

10Le terme d' « ethnie » est toujours employé en Colombie et au Venezuela. L'État colombien en 1991, puis l'État vénézuélien en 1999, se définissent dans leurs constitutions comme des nations pluriculturelles et multi-ethniques8, en abandonnant le projet de la nation métisse latino-américaine du XIXe siècle où il n'y avait pas de place pour les populations indigènes9. Par ailleurs au XXIe siècle, un autre pays, la Bolivie, fait un nouveau pas vers la reconnaissance de peuples amérindiens en changeant son nom par « État plurinational de la Bolivie ». Or, la question « ethnique » est loin d'être dépassé dans le quotidien. En 2010 à Maracaibo, « la honte ethnique » était un sujet spontané dans les conversations avec certains Wayuu. Ainsi, l'Association d'étudiants indigènes de l'université du Zulia, ASEINLUZ, composée principalement d'étudiants Wayuu et qui regroupe également des étudiants d'autres groupes amérindiens, a comme objectif de combattre la discrimination envers les Amérindiens à l’université et d'une façon générale, de lutter contre la « honte ethnique ». Nohelí Pocaterra, femme politique wayuu, favorisa d’ailleurs la fondation d'ASEINLUZ en 1987, et puis en 1999 participa à la réforme de la Constitution au Venezuela dans les articles relatifs aux populations amérindiennes et aux groupes ethniques.

Photo 1 – « Vers une Université sans frontières... » Faculté d'odontologie, Université de l'État du Zulia, Maracaibo, Mars 2010. Avec une représentation graphique de la société matrilinéaire wayuu à gauche du message, le rapport avec « la nation wayuu sans frontière » est manifeste. Par ailleurs à partir du XXIe siècle, le gouvernement a adopté des politiques favorables pour les étudiants amérindiens dans les universités publiques du Venezuela.

Photo : E. Giraldo

11Pendant les dernières années, le nombre d'étudiants amérindiens, particulièrement wayuu à l'université de l'État du Zulia (LUZ), a augmenté de manière considérable. Selon un membre de l'ASEINLUZ, avant, il était rare de voir des jeunes femmes à l'Université habillées avec leurs mantas colorées où d'entendre des langues indigènes dans les couloirs.

Notre participation, au-delà des questions académiques, a été dans les luttes sociales, surtout dans la lutte contre la honte ethnique et on travaille aussi pour la revendication des droits des peuples indigènes du Venezuela. Maintenant les droits des peuples indigènes sont reconnus, depuis 10 ans environ. La constitution vénézuélienne nous parle de la multiethnicité et la pluriculturalité, nous avons donc d'autres objectifs, en plus de la reconnaissance de nos droits, on veut être à l'avant-garde de la reconnaissance des savoir ancestrales, c'est-à-dire, avec l’intégration des connaissances millénaires dans les universités. (Entretien avec un membre d'ASEINLUZ, février 2010).

12Un interlocuteur, William Fernández Ipuana, parle aussi de « la honte ethnique ». Il commence des études à Maracaibo en Ingénierie Pétrolière dans une université privée, qu'il n'achève pas. À l’époque, il nie de manière systématique son identité comme guajiro lorsque la question est abordée avec ses collègues de l'université ; « Indígena, moi ? Peut-être ma mère, mais pas moi... c'est quelque chose du passé ». Mais sa mère est wayuu, il s'agit d'une société considérée comme matrilinéaire et William a comme langue maternelle le wayuunaiki car il a grandi dans un quartier wayuu à Maracaibo entouré des sœurs de sa mère – une commerçante prospère originaire du territoire wayuu du côté de la Colombie – et d'autres proches. En 2010 il parle de sa « honte ethnique » du passé. À partir de l'arrivée au pouvoir de Chávez sa « honte ethnique » a été remplacée d'un coup par une « fierté ethnique » ; « Grâce à mon président », dit-il en faisant allusion à Chávez. En effet si au Venezuela avait une forte polarisation face au gouvernement, l'émergence d'une « fierté ethnique » des groupes amérindiens va de pair avec celle d'un nationalisme vénézuelien également inédit autour de la figure de Chávez. Par ailleurs, William s'engage pendant les premières années du gouvernement d'Hugo Chávez, aux conseils communaux et aux activités dans la Parroquia Idelfonso Vásquez à Maracaibo, telles que l'alphabétisation de la population. « La majorité des personnes qui ne pouvaient ni lire ni écrire à Maracaibo était wayuu ». Il cède également un bâtiment de sa maison au programme de santé publique Barrio adentro, conçu par le gouvernement pour les quartiers défavorisés au Venezuela.

13D'autre part, le cimentière du groupe matrilinéaire de William se trouve dans le territoire wayuu où la frontière n'existe pas, ou bien, sur la frontière entre le deux pays. À l'occasion des six mois de la mort d'une tante, il se rend avec des personnes du groupe matrilinéaire qui habitent à Maracaibo et près du Paraguaipoa et avec des invités non-wayuu. Il signale à ces invités alijuna (non-wayuu) la frontière invisible qui traverse cette partie du territoire: « Voici la frontière, il suffit un pas pour passer d'un pays vers l'autre »

Photo 2 – Cimetière du groupe matrilinéaire de William sur le territoire wayuu sans frontières - ou bien sur la frontière nord colombo-vénézuelienne.

Photo : E. Giraldo

Amérindien / Occidental

14Si les frontières du territoire sont des divisions imaginaires qui n'existent pas per se, tout comme les frontière identitaires, elles ont des effets réelles dans les rapports sociaux. En wayuunaiki, la langue des Guajiro, les notions d'« indígena » et d'« Occidental » peuvent correspondre aux notions de « Wayuu » et d'« Alijuna ». La dénomination de ce peuple, signifie « les Gens », « le peuple guajiro », et selon le contexte, « Amérindiens » dans l'ensemble. Par opposition, « Alijuna » signifie « le non-Wayuu », « celui qui ne connaît pas les normes », l'« étranger », « celui qui n'est pas amérindien », en somme, l'« Occidental ». D'autres étymologies attribuent au mot « Alijuna » le sens de « tristesse à cheval », qui remonte à l'époque coloniale ainsi que « le mal que tu me fais ». Il faut noter que le « j » dans le mot « Alijuna » se prononce comme le phonème espagnol.

15Le terme « indígena » en espagnol peut être associé au terme d’Indien ou d’autochtone, en français. Or, si le terme indio peut être considéré comme méprisant en espagnol, il est encore employé par des chercheurs hispanophones en sciences sociales, pas nécessairement de manière péjorative, et il peut être revendiqué par les indios eux-mêmes.

  • 10 Mercado Epieyu, Rafael, 2002, Flamenco y Mar, Poemas del alma, Editorial Antillas.

SOY EL RETOÑO // Soy el retoño de la raza más valiente / que nunca fue vencida y jamás se dejará vencer. // Soy detestado y aborrecido por el rico civilizado / que es un malvado ladrón. // Y soy un batallador que soporta con valor / el látigo de su civilización. // Soy el retoño de esta raza valiente / de grandes caciques guerreros. // Aquí medito y lucho como mártir gladiador / en mi tierra violada donde ha florecido el odio y el rencor, / aquí batallo por mi existir bajo esta ambiente corrupto. // Soy el indio Wayuu10.

16Dans ce poème écrit par un wayuu, le mot indio évoque la dichotomie entre l'indien wayuu et le « blanc » occidental ; le riche blanc, civilisé, méchant voleur, face à l'indien wayuu lui-même, détesté mais issu d'une race courageuse de caciques guerriers, race qui ne fut jamais vaincue ni le sera, qui résiste toujours le fouet de la civilisation dans sa terre violée où la haine et le ressentiment ont prospéré.

  • 11 Harrison K. David, 2007, When languages die: the extinction of the world’s languages and the erosio (...)
  • 12 Aravena, Andrea. 2009, Modernité, ethnicité et migration: la recomposition des identités sociales i (...)
  • 13 Imilan Ojeda, Walter Alejandro, 2009, Urban Ethnicity in Santiago de Chile. Mapuche Migration and U (...)

17Par ailleurs, d'après Harrison11, bien qu'il soit difficile de définir clairement le terme d'indigène (Indigenous), il fait référence aux peuples qui ont établi une forte relation d'harmonie entre leur culture et leur environnement. Selon cette définition classique, les indigènes se trouvent un peu partout dans le monde, voire dans les territoires d'outre-mer des pays d'Europe occidentale. Cette définition classique a déjà soulevé une question pour les études sur les indigènes qui partent des territoires considérés comme traditionnels vers les villes12 : deviennent-ils des assimilés et des déracinés ?13.

18La dénomination d’« Amérindien » est-elle plus précise pour les communautés natives de l'ensemble des Amériques, en étant plus spécifique que celle d'Indien, nom pour les habitants d'Inde ? Concernant l'origine de la dénomination d'« Indien » (indio), elle obéit à l'imprécision géographique des premiers conquistadores qui se croyaient en Inde.

« On usera seulement de l'expression « Indes occidentales » par souci de les distinguer des vieilles Indes devenues les "Indes orientales". Cette terminologie, à l'origine du mot "Indien" aura assez de force pour s'imposer en France, aux Pays-Bas et en Angleterre où l'on parlera des West Indies pour désigner, au XVIIe siècle, la Jamaïque et les autres Antilles anglaises. Aujourd'hui encore, le plus grand fonds d'archives pour l'histoire de l'Amérique latine à l'époque coloniale, qui est installé à Séville, se nomme Archivo General de Indias » (Benassar, 1991).

  • 14 Waman, Intisunqu, 2006, Essais Amérindiens. L'identité latino-américaine existe-t-elle ? Les enjeux (...)
  • 15 Néologisme qui parle de l'exploitation de ressources naturelles du sol pour les vendre sur les marc (...)

19L'« Amérindien », est-il une antithèse de l'« Occidental » ? Si l'« Occident » est l'idée d'une tradition culturelle dérivée de la civilisation gréco-romaine, à présent, les « Occidentaux », proviennent d'Europe occidentale (Allemagne, Pays-Bas, Belgique France, Italie Espagne, Angleterre, etc.) et ils sont des descendants des colons d'Amérique du Nord, ainsi que d'autres pays anglo-saxons dont l'Australie et la Nouvelle-Zélande. L’Amérique latine appartient-elle à l'Occident ? Waman14 pose des questions à cet égard. Outre le contenu, son texte suscite un intérêt particulier car il se trouvait en 2010 chez un couple « mixte » qui habitait à Maracaibo, une femme wayuu bilingue (wayunaiki/espagnol) du sud du département de la Guajira en Colombie et un homme alijuna monolingue (hispanophone) de la ville de Caracas. Le couple, Remedios et Don Antonio se rencontrèrent en effet à Riohacha, où ils participèrent par la suite à un cycle de conférences sur les racines amérindiennes de l'Abya-Yala – nom amérindien pour le continent employé avant 1492 et revendiqué au XXe siècle. Le 28 novembre 2004, les assistants à ce cycle de conférences à Riohacha ont produit un bref document, « Le Manifeste de Suchiimma », un appel à la protection et à la promotion des langues et des traditions amérindiennes de la région (kogui, arhuaco, wiwa, japrería, etc.), à l'utilisation de noms traditionnels pour les lieux, à la résistance contre l'extractivisme15 dans les territoires amérindiens, etc. Par ailleurs, Suchiimma est le nom en wayuunaiki pour la ville de Riohacha. Remedios et Don Antonio évoquaient solennellement le « Manifeste de Suchiimma » comme un moment de rupture historique dont ils étaient des protagonistes. Ils conservaient une copie du document ; ultérieurement ils eurent une copie du livre « Essais Amérindiens » de l'un des intervenants. D’autre part, en 2010 Hugo Chávez était le président du Venezuela et Remedios et Don Antonio, comme la plupart de wayuu à Maracaibo, étaient des chavistes. Au-delà des politiques qui favorisaient la lutte contre la discrimination historique vers les Amérindiens au Venezuela, particulièrement vers les wayuu à Maracaibo, la figure de l'Amérindien était montrée comme exemple de résistance sociale et culturelle dans la rhétorique du gouvernement. Par exemple, le cacique Guacaipuro, un héros de la résistance indigène au XVIe siècle, est devenu une icône républicaine ; « le jour de la race », commémoré le 12 octobre, (date d'arrivée de Christophe Colomb à une île des Caraïbes) est devenu « le jour de la Résistance indigène » par décret présidentiel en 2002, tandis que des sympathisants de Chávez déboulonnèrent une statue de Christophe Colomb à Caracas en 2004, etc. Toutefois, comme en Colombie, les conflits fonciers entre l'État vénézuelien et les Amérindiens dans différentes régions, n’étaient pas terminés. Tel était le cas des Yukpa et d'autres peuples frontaliers de la Sierra de Perijá (au sud-ouest de l'état du Zulia) face aux propriétaires des haciendas et aux entreprises d'exploitation de ressources énergétiques qui avaient le soutien de l'armée vénézuelienne.

  • 16 Romero, Vicente, 1998, « Du nominal « latin » pour l'autre Amérique. Notes sur la naissance et le s (...)

20En ce qui concerne l’ « Amérique latine » Selon Waman, qui s'inspire des divers auteurs – dont Romero16 – cette dénomination constituerait « une de plus fortes matrices néocoloniales de l'Occident moderne ». Dans cette perspective, il s'agirait alors d'un espace non occidental, mais « occidentalisé », où la majorité de la population actuelle est d'origine amérindienne, malgré la destruction ou la subordination des cultures natives aux pays de tradition catholique de l'Europe méditerranée. Mais la dénomination serait employée pour faire croire que le continent est peuplé, pour la plupart, par des descendants de l'Europe latine.

21« Amérique latine » apparaît comme un concept impérialiste français du XIXe siècle, comme une tentative d'unifier les « nations catholiques » et de langues romanes du continent, en opposition aux nordiques, anglo-saxonnes protestantes. D'autres dénominations colonialistes étaient déjà employées : « Hispano-Amérique » ou bien « Ibéro-Amérique ». À l'époque de Napoléon III, il y eut un essai d'annexer le Mexique à l'Empire français, mais avec le triomphe des combattants mexicains sur les colonialistes, la dénomination d'Amérique latine n'a pas été employée pendant des années. Quelques années plus tard, avec l'influence des intellectuels en France, la dénomination d'« Amérique latine » est reprise. La mise en place de mécanismes, entraînant une profonde dépendance économique et politique aurait fait de cette dénomination un élément fondamental du néo-colonialisme culturel dans le continent, mené par une minorité euro-descendante et ses « marionnettes occidentalisées », en lien avec les puissances occidentales. Mais contrairement à ce qu'affirme Waman, la dénomination d'Amérique Latine est loin d'être dépassée et des millions de personnes l'emploient encore y compris des amérindiennes ; l'Amérique correspondrait aux États-Unis, tandis que l'Amérique Latine – dénomination qui renvoie au rythmes tropicaux, au métissage des « trois races », à l'inégalité accrue, à la violence chronique de mégapoles, etc. – est conçue en générale comme un sous-continent du tiers monde, en voie de développement qui comprend le Brésil et les pays de l'Amérique hispanophone.

  • 17 Waman, Intisunqu, 2006, Essais Amérindiens. L'identité latino-américaine existe-t-elle ? Les enjeux (...)

22Selon Waman, les traditions propres aux langues amérindiennes en vigueur, y compris l'utilisation de noms natifs en géographie, peuvent émerger en tant que réponse alternative aux siècles de colonialisme face à « l'Occident moderne », dont le nom « Abya-Yala » déjà utilisé par les Amérindiens Kuna (Panamá-Colombie) pour le continent. Contrairement à la notion de « Nouveau Monde », « Abya-Yala » signifie « la Terre dans sa pleine maturité ». Ce nom a été repris et suggéré en 1975 par le dirigeant d'origine Aymara, Takir Mamani, puis il a été retenu pour le Conseil mondial de peuples indigènes à partir de 1977, d'après Waman17.

  • 18 Uslar Pietri, Arturo, 2004, Américo Vespucio, Caracas, El Nacional.

23Par ailleurs, l'emploi du terme « Amérindien » – rien d'autre qu'« Indien d'Amérique » – ne pose aucune question pour Waman, qui, au contraire, revendique ce mot. Selon l'histoire occidentale, le mot « Amérique » fait référence au navigateur italien Amerigo Vespucci, considéré comme le premier explorateur européen à se rendre compte qu'il s’agissait d'un nouveau continent. Or, selon un récit historique moins connu, le mot « Amérique » était déjà employé par les Maya avant la conquista ; le navigateur, en effet Alberico Vespucci aurait changé son nom pour Amerigo en hommage au nom du continent déjà existant bien avant 1492 ; cette idée était d'ailleurs partagée par les Wayuu à l'Université de l'État du Zulia (LUZ) à Maracaibo. Par ailleurs le nom du « Venezuela » résulterait également d'une exploration de ce navigateur sur la côte du lac de Maracaibo : se trouvant face à des palafitos, habitations soutenues par des piliers, il a estimé que l'endroit ressemblait à « une petite Venise »18.

24Bien que certains Guajiro bilingues préfèrent la dénomination « Wayuu » tout court, au lieu d'indígena ou d'indio, les Wayuu dans les deux villes en question parlent en générale d'une appartenance à une communauté de pueblos indígenas des Amériques. Cela ne contredit pas l'incorporation d'éléments issus des sociétés « occidentales », « métisses » ou bien « majoritaires », qui peuvent même devenir des marqueurs culturels propres qui les distinguent des Alijuna, par exemple le bétail, l'emploi de lunettes de soleil d'une marque connue, l'utilisation de vélos dans la région, etc. Or, à l'égard de l'appartenance des Guajiro à une communauté de peuples amérindiens, certains discours instrumentalisés des dirigeants et des associations revendiquent l'engagement de respecter la Terre Mère, la lutte et la résistance contre la domination et le pillage de l'Occident moderne depuis 1492, etc.

Rural / Urbain

25Dans une perspective hémisphérique, la catégorie d'indigène urbain a entraîné certaines questions et discussions. Lorsque les Amérindiens « migrent » vers les zones urbaines, perdent-ils tout lien avec leur territoire, ainsi qu'avec leur communauté d'origine ? Deviennent-ils des « Occidentalisés » dépossédés de leurs terres et de leurs propres cultures ? Or, les racines indigènes ne disparaissent pas dans les grandes villes et dans les zones suburbaines, mais qu'elles font face aux changements en soulignant l'adaptation des Amérindiens « au milieu urbain ».

26Dans les cas des wayuu, les frontières entre mobilité et migration s'estompent, si on tient compte du fait qu'ils traversent une frontière territoriale entre deux États, mais se trouvent toujours à l'intérieur de leur territoire.

  • 19 CEDIB, 2009, Mujer indígena en la ciudad. Concurso nacional de fotografía, Centro de Documentación (...)

27Les villes du nouveau monde fondées à l'époque coloniale à partir du XVIe siècle sont des endroits où le monde européen – particulièrement hispanique – est réaffirmé. Ainsi, les villes deviennent des symboles de « la modernité », contrairement au monde rural « archaïque » indígena19. Entre la conquista et l'époque coloniale, les villes américaines sont nées pour être une négation des cultures natives et des fortins militaires ; les envahisseurs habitaient à l'intérieur dec leur périmètre, à l'abri de soulèvements des natifs, bénéficiant des privilèges et des profits de la structure sociale créée à l'époque coloniale. Ainsi, le monde rural correspond aux Indiens et le monde urbain, aux « Blancs ».

28En wayuunaiki pour la notion de « ville » on peut dire jipiapa alijuna. La traduction littérale de cette expression signifie « la terre des Alijuna ». Bien qu'à l'origine « la ville » soit considérée comme l'espace des non-wayuu, voire dans le système de référence linguistique des Guajiro, au XXIe siècle, on constante sa présence régulière, temporaire ou permanente dans les villes, à proximité ou non de leur territoire traditionnel, voire à Bogotá ou à Caracas. Alors, certes, le rapport transfrontalier des Wayuu entre la Colombie et le Venezuela n'est pas limité exclusivement à Maracaibo et à Riohacha ; toutefois, quelques caractéristiques relèvent le choix pour les deux villes : il s'agit des capitales administratives et des villes jumelées ; il s'agit de villes frontalières de deux pays, aux contours du territoire wayuu et d'autres territoires autochtones ; il s'agit de deux des villes les plus anciennes de fondation européenne, au XVIe siècle, dans le continent américain.

Photo 3 – Miguel Plaza Epinayu, à l'occasion d'une visite dans sa communauté d'origine, dans une ranchería près de Manaure en Colombie. A la fin de sa scolarisation, il vécut à Maracaibo où il envisagea de poursuivre des études universitaires, mais finalement il part à Bogotá où il fait une licence. En 2011 il habitait et travaillait à Riohacha dans une association wayuu. Il reste en contact avec son lieu d'origine, où il se rend lorsqu'il en a l'occasion pendant les vacances ou le week-end. Par ailleurs, il consacre une partie de ses revenus au soutien de sa communauté d'origine. Manaure, Octobre 2011.

Photo : E. Giraldo

29Maracaibo au Venezuela, est considérée comme la ville où habite le plus grand nombre de Guajiro. Cette ville, considérée également comme la deuxième ville la plus importante de ce pays après Caracas, est la capitale de l'État du Zulia, et son économie est basée sur l'exploitation du pétrole du lac Maracaibo.

  • 20 Perrin Michel, 1992, Les Praticiens du Rêve, Un exemple de chamanisme, Paris, 2001, PUF.

« L'influence de la société extérieure est forte, même si la culture traditionnelle reste dominante. Les Guajiros sont devenus des Indiens à camions. Chaque famille a en quelque sorte un centre dans la péninsule et une antenne en ville. Ceux qui ont abandonné le pastoralisme vont fréquemment à Maracaibo pour faire de la contrebande, trouver des emplois temporaires ou rendre visite à leur famille. »20

  • 21 Guerra Curvelo, Wieldler, 2002, La disputa y la palabra : la ley en la sociedad wayuu, Bogotá, Mini (...)

30Les guerres entre des clans wayuu ont également déclenché des départs de gens du territoire traditionnel, principalement vers Maracaibo. D'après Guerra Curvelo (2002), historiquement une infraction ou une violation d'une norme sociale, peut déclencher des antagonismes par rapport au contrôle du territoire. Les actions de harcèlement entre des clans wayuu peuvent avoir pour but de commencer, de renforcer, ou de finir une relation entre deux groupes sociaux, en déterminant la prédominance politique dans la région. Cette situation peut conduire à des accords dans le protocole traditionnel par la suite de la résolution du conflit ou à des affrontements armés jusqu'à l'expulsion du territoire de l'un des groupes en dispute21.

31Le nombre de troupeaux a diminué substantiellement ; si le pastoralisme et l'agriculture sont encore pratiqués pendant les saisons des pluies sur les terres les moins arides, ils deviennent de plus en plus difficiles, car l'érosion et la sécheresse du désert ont été en augmentation pendant les dernières années. Par ailleurs, le Cerrejón, la mine de charbon à ciel ouverte la plus grande du monde, qui se trouve dans le sud de la Guajira colombienne, a été signalé par plusieurs associations et ONG's d'être le principal responsable de l'augmentation de la sécheresse, dans un territoire déjà désertique, à la suite de l’accaparement du fleuve Ranchería. En effet, la corruption politique du département, l’abandon de l'État colombien et le Cerrejón, (propriété de multinationales minières, BHP Billiton, Anglo American et Glencore) ont été signalés comme les responsables du manque d'eau, de la crise alimentaire des wayuu dans les zones rurales en Colombie. D'autre part, au cours des dernières années, l'armée vénézuelienne a renforcé les contrôles aux frontières en limitant l'approvisionnement des Wayuu au Venezuela vers la Colombie, aggravant ainsi la crise. En effet, les réseaux urbains, particulièrement à Maracaibo, ont joué historiquement un rôle important pour l'économie du groupe dans l’ensemble de la région.

  • 22 Grupo de Memoria Histórica, 2010, La masacre de Bahía Portete. Mujeres wayúu en la mira, Informe de (...)

32Au début du XXIe siècle, plusieurs Guajiro ont été déplacés de force par des groupes paramilitaires en Colombie, particulièrement après la massacre de Bahía Portete, en avril 2004. Cela a provoqué un exode des Guajiro vers l’intérieur de la Colombie, particulièrement des femmes dirigeantes communautaires et surtout vers Maracaibo au Venezuela, où en générale il y avait déjà un réseau des wayuu en place22. Cette violence paramilitaire aurait bouleversé les codes d'honneur guajiro, car en principe, les femmes et les enfants sont mis à l'écart des agressions en cas de guerre ou de conflit. Dans ce contexte, Remedios et Don Antonio, originaire de Caracas, se sont rencontrés en 2004 à Riohacha – ou bien Suchiimma en wayuunaiki – alors que Don Antonio se trouvait au Consulat du Venezuela dans cette ville en Colombie. À l'époque, Remedios était une activiste contre la corruption administrative qui touchait tout le département de la Guajira et elle était menacée par des groupes paramilitaires. Elle va donc au consulat du Venezuela à Riohacha pour avoir des renseignements sur les dispositions administratives concernant les Wayuu en Colombie voulant partir au Venezuela. Avant 2011, les Colombiens devaient demander un visa pour aller au Venezuela, mais pas les groupes indigènes frontaliers, dont les Wayuu, qui peuvent d'ailleurs avoir la double citoyenneté. La frontière invisible « qui n'existe pas pour les wayuu » a donc constituée une sorte de barrière de protection contre les agresseurs, qui étaient pour la plupart des Alijuna, pendant cette période de conflit accru. À l’époque Remedios a un rêve, qui est également un souvenir d'enfance : tôt le matin, dans une zone rurale du sud de la péninsule en Colombie, Remedios, ses sœurs et ses frères marchent d'habitude environ une heure pour prendre un bain dans un ruisseau, avant d'aller à l'école. Quand elle se lève le matin, elle sait qu'il s'agit d'un signe de danger imminent et prend la décision de partir toute de suite et de traverser la frontière vers Maracaibo. Quelques mois après, Don Antonio part à la rencontre Remedios.

  • 23 Picon, François René, 1983, Pasteurs du nouveau monde. Adoption de l'élevage chez les indiens guaji (...)

33D'après Picon23 les Wayuu habitant en Colombie ont des parents au Venezuela, surtout à Maracaibo, cependant ils préfèrent travailler au Venezuela, en retournant régulièrement sur leur territoire en Colombie où il leur semble plus facile de maintenir leurs traditions culturelles. Or au XXIe siècle, les Wayuu restent à Maracaibo de manière plus permanente. Riohacha – ou bien Süchimma – la capitale administrative du département de la Guajira en Colombie, est jumelée avec Maracaibo ; s'il s'agit d'une petite ville en Colombie, la présence des Wayuu y est également importante.

  • 24 Watson Lawrence Craig, 1968, Guajiro personality and urbanization, Los Ángeles, University of Calif (...)
  • 25 Morillo Arapé, Alonso José, 2008, Configuración de la vivienda wayuu en la ciudad de Maracaibo: una (...)

34Si en 1945 le quartier périphérique Ziruma (la terre de nuages) était considéré comme le « ghetto » guajiro à Maracaibo selon Watson24, au début du XXIe siècle il s'agit d'un quartier près de l'université du Zulia qui conserve le nom, tandis qu'en 2010 la parroquia Idelfonso Vásquez composée de plusieurs barrios – est considérée comme le secteur guajiro le plus important de la ville. La plupart de Guajiro de Maracaibo réside dans ce secteur périphérique au nord. Ce sont largement des travailleurs dans le secteur de la construction ou dans le service domestique mais aussi des enseignants, des étudiants, des commerçants, des conducteurs de véhicules pour le transport de passagers, des fonctionnaires etc. Les maisons recréent des éléments propres à ceux de la péninsule, tout en s'adaptant à l'architecture dans la ville. Il y a des pratiques culturelles propres en vigueur, particulièrement l'interprétation des rêves pour la prise de décisions, notamment pour le logement25. Si les Guajiro de Maracaibo sont concentrés dans les espaces périphériques au nord, cette tendance n'est pas généralisée et leur situation diffère de celle des « ghettos ». En outre, leur présence quotidienne façonne les espaces publics, au-delà des « quartiers ethniques ». Par exemple, en 2010, Remedios et Don Antonio, habitaient dans une maison à Maracaibo, dans une autre parroquia où la plupart de la population est alijuna. Comme pour la plupart de parroquias, elle est composée des maisons et les bâtiments à plusieurs étages sont concentrés en générale dans le centre-ville.

Photo 4 – Maison du quartier Indio Mara, Parroquia Idelfonso Vásquez, où la plupart de la population est d'origine wayuu. La disposition de maisons renvoie à celles de la zone rurale, or, des éléments de l'architecture alijuna à Maracaibo sont également juxtaposés. Maracaibo mars 2010.

Photo : E. Giraldo

Photo 5 – Remedios et son fils, qui a d'ailleurs un prénom traditionnel wayuu et le nom de clan de Remedios – conformément au principe matrilinéaire – marchent dans une rue d'un quartier de la Parroquia où ils habitent à Maracaibo. Si les maisons sont grandes, elles sont adjacentes, contrairement aux maisons de la Parroquia Idelfonso Vásquez, séparées les unes des autres. Maracaibo, février 2010.

Photo : E. Giraldo

35Par ailleurs le quartier de Villa Fátima, face à la mer et séparé de la ville de Riohacha par le fleuve Ranchería, est considéré comme le quartier wayuu de la zone urbanisée de cette ville. Or dans l'ensemble de la ville de Riohacha, une grande partie de la population a des liens étroits avec la société wayuu et les frontières entre Wayuu/Alijuna ont des contours moins figés qu'à Maracaibo. Or, tout comme la Parroquia Idelfonso Vásquez à Maracaibo, le quartier de Villa Fátima à Riohacha est considéré pour la plupart des Alijuna comme une zone dangereuse, dont la frontière il ne faut pas franchir.

Photo 6 – Maison wayuu à côté de l'université de la Guajira, Suchiimma, octobre 2011. En effet, il s'agit d'une petite maison à l'extérieure de l'université qui est en revanche composée des bâtiments modernes. Par ailleurs les noms des facultés à l'Université de la Guajira sont écrits en espagnol et en wayuunaiki.

Photo : E. Giraldo

36Le parcours transfrontalier de William Fernández Ipuana, Wayuu né à Maracaibo, qui montre un cas de franchissement des frontières et de mobilité urbaine, permet d'ailleurs certaines comparaisons entre les deux villes en question. William s'installe à Ríohacha en 2011, où il travaille comme artisan chez lui et comme enseignant dans un centre ethno-éducatif bilingue, dans le quartier wayuu Villa Fátima, au nord-est de Riohacha. Le secteur est l'un de plus affectés pendant la saison de pluie avec des inondations, du fait qu'il est près de la mer et sans système d'égouts. Or William n'habite pas à Villa Fátima, mais dans une maison de l'autre côté de la ville, dans le centre historique, en colocation avec un homme d'autre groupe amérindien de la région et un Alijuna de Ríohacha. Le service d'eau courante est assuré dans cette maison, ce qui constitue un privilège dans la capitale du département de la Guajira. En effet, à Maracaibo, la situation avec le service d'eau est similaire ; malgré le système de robinets dans les maisons, le service d'eau courante est inexistant dans plusieurs maisons et l'eau s'obtient d'un puits du lavoir dans la cour.

37À la fin de 2011, William marche d'habitude entre vingt et trente minutes pour aller à son travail au centre ethno-éducatif de Villa Fátima, mais parfois il ne dispose pas de suffisamment de temps et il prend un taxi. À la fin 2011, plusieurs affiches dans les rues annoncent les élections municipales et départementales ; certains éléments wayuu sont déployés sur les affiches pour attirer les électeurs potentiels. Sur le chemin de retour à la maison, William prend d'habitude le temps pour parler avec quelques paisanas au long du bord de mer, qui vendent de leur artisanat, en générale des chapeaux et des sacs colorés (mochilas). Malgré que la circulation à Riohacha soit parfois excessive pour la taille de la ville, la mobilité urbaine pour les piétons est plus facile dans cette ville que pour les piétons à Maracaibo. Quand William habitait à Maracaibo, il se servait toujours de sa camionnette, surtout pour couvrir le trajet d'une heure environ entre sa Maison, au nord dans la parroquia Idelfonso Vásquez, et son commerce de détail d'accessoires pour des vêtements, géré avant par sa mère, situé parmi les nombreux commerces du centre-ville, près du port du lac Maracaibo. En effet Maracaibo fut conçue comme une ville de grandes distances, en priorité pour la circulation de véhicules et, mis à part quelques espaces publiques, les trottoirs sont petits ou inexistants.

Conclusions

Photo 7 – Paraguachón (commune à 8 kilomètre de Maicao et attachée à cette ville). Poste de frontière entre la Colombie et le Venezuela, novembre 2011. Avant 2011 les colombiens devaient demander un visa pour aller au Venezuela mais pas les Wayuu. De toute façon, contrairement aux Wayuu, les Alijunas sont censés porter un passeport. En générale le contrôle des personnes qui passent de la Colombie au Venezuela est basé sur leur aspect physique ; il y a des contrôles plus rigoureux pour les personnes considérées comme Alijuna que pour celles considérées comme Wayuu.

Photo : E. Giraldo

38La frontière entre la Colombie et le Venezuela est très vaste et comprend plusieurs régions dans les territoires des deux pays. Dans la Guajira, les Wayuu ont une grande mobilité géographique à travers la frontière. Ils ne sont pas nomades mais poli-résidentiels. La poli-résidentialité est liée à l'utilisation fonctionnelle de l'espace et elle est un droit qu'une personne wayuu peut exercer ou non, déterminée toutefois par les ressources disponibles et le réseau sur place.

39Les Wayuu se trouvent circonscrits aux États colombien et vénézuélien et selon les législations actuelles de chaque pays, ils ont le droit d'avoir les deux citoyennetés ou bien le deux « nationalités », ce qui leur permet d'avoir une mobilité dans les deux pays et s'installer un un peu partout, au-delà du territoire considéré comme traditionnel. D'après Gros, l'État établit également des frontières ethniques qui ont des conséquences juridiques et politiques pour des groupes dans les territoires considérés comme traditionnels, tout en établissant une seule identité générique « indigène » pour un grand nombre de groupes éloignés culturellement, historiquement, géographiquement, comme si tous ces groupes formaient un ensemble différencié d'autres, des non-indigènes (Gros 2002). Dans cette même perspective, « la grande nation wayuu sans frontière », parle-t-elle également d'une vision qui intègre d'autres peuples de l'Abya Yala, considérés eux aussi comme des Wayuu dans un sens plus large ? Voire des Alijuna alliés ou intégrés au sein de leur société ?

40Or, si la vision wayuu sur la mobilité territoriale peux dépasser les limites des pays, voire des « territoires ethniques », « ruraux » ou « urbains », définis par les États, s'ils ont une vision moins carrée de ce que signifie l'utilisation d'une carte d'identité et des papiers entre les deux pays, les Wayuu partagent des représentations de la frontière.

41En principe, les Wayuu peuvent traverser la frontière politique des deux pays sans beaucoup d'inconvénients. Dans le discours, il n'y a pas de frontières pour les Wayuu : il s'agit d'un ensemble de personnes qui partagent une langue et une culture, qui ont une occupation historique du territoire, etc. Toutefois, l'existence de la frontière invisible marque une différence pour ceux qui la traversent. Si les frontières du territoire sont définies par les État, le territoire est conçu et façonné également par les gens qui y habitent dans le quotidien. Toutefois, il semble que la représentation de « la nation wayuu » dans les deux villes et en générale dans le territoire wayuu, n'est pas opposée à l'existence de deux États ; les Wayuu s'adaptent aux situations et peuvent invoquer des droits comme des peuples autochtones mais aussi comme des citoyens colombiens et/ou vénézueliens.

42Bien que les comparaisons soient inévitables, la mobilité de gens entre les deux villes met en rapport deux contextes urbains et nationaux qui sont parfois similaires et souvent bien différenciés. Considérées comme des lieux qui marquaient la séparation entre les cultures européennes transplantées dans le Nouveau Monde face aux cultures natives, les deux villes en question ont également eu des rôles déterminants sur la définition de la frontière entre les deux pays. Si les fondations des villes répondaient dans un premier temps à l’occupation européenne, au XXIe siècle les frontières avec le territoire wayuu, voire avec les territoires d'autres groupes amérindiens, peuvent devenir floues sans pour autant disparaître. Ainsi, « la ville » qui était considérée comme « le lieu des alijuna », soit hipiapa alijuna en wayuunaiki, devient également hipipiapa wayuu. Par ailleurs, les discours de caractère local ainsi que de nature hémisphérique qui circulent au XXIe siècle entre les deux villes, pourraient éventuellement avoir la faculté de récrire l'histoire « officielle » du continent, voire de repenser les frontières tout au long des Amériques, ou bien, de l'Abya-Yala.

Haut de page

Bibliographie

Acuña, José Polo, 2005, Etnicidad, poder y negociación en la frontera guajira, 1750 – 1820, Universidad de Cartagena, Informe Final de Investigación presentado al Instituto Colombiano de Antropología e Historia, ICANH, Bogotá.

Aravena, Andrea. 2009, Modernité, ethnicité et migration: la recomposition des identités sociales indigènes vers la fin du XXe siècle (le cas de mapuches à Santiago du Chili), Thèse de doctorat, Anthropologie sociale. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Bennassar, Bartolomé, 1991, 1492: Un monde nouveau? Paris, Perrin.

CEDIB, 2009, Mujer indígena en la ciudad. Concurso nacional de fotografía, Centro de Documentación e Información de Bolivia, La Paz-Bolivia, Artes Gráficas Sagitario.

Correa, Hernán Dario, 1995, Tierra Profanada, Organización Nacional Indígena de Colombia (ONIC).

Chihuailaf, Arauco, 2006. « Migraciones mapuche en el siglo XX », Amérique Latine Histoire et Mémoire, Les Cahiers ALHIM, 12 | 2006, [En línea] 21 septembre 2007, URL : http://alhim.revues.org/index1212.html. Consulté le 5 mai 2010.

Dane, 2005, Datos Preliminares. Censo Nacional de Población de 2005, Bogotá, Departamento de Planeación Nacional.

Goulet, Jean-Guy, 1978, El parentesco guajiro de los apüshi y de los oupayu, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, Instituto de Investigaciones Históricas.

Gros, Christian. 2002. « América Latina: ¿Identidad o mestizaje? La Nación en juego ». Desacatos, otoño-invierno, número 010. Centro de investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social. Distrito Federal, México. p. 127-147.

Gros, Christian. 1999. « Ser diferente por (para) ser moderno, o las paradojas de la identidad. Algunas reflexiones ». ANÁLISIS POLÍTICO n° 36 Enero/Abril 1999 IEPRI Universidad Nacional de Colombia.

Grupo de Memoria Histórica, 2010, La masacre de Bahía Portete. Mujeres wayúu en la mira, Informe del grupo de Memoria Histórica de la Comisión Nacional de Reparación y Conciliación, Bogotá, Ediciones Semana, Taurus, Alfaguara.

Guerra Curvelo, Wieldler, 2002, La disputa y la palabra : la ley en la sociedad wayuu, Bogotá, Ministerio de Cultura.

Harrison K. David, 2007, When languages die: the extinction of the world’s languages and the erosion of human knowledge, Oxford, New York, Oxford University Press.

Imilan Ojeda, Walter Alejandro, 2009, Urban Ethnicity in Santiago de Chile. Mapuche Migration and Urban Space, Technischen Universität Berlin. zur Erlangung des akademischen Grades Doktor der Ingenieurwissenschaften, Genehmigte Dissertation, Berlin 2009.

INE, 2013, Primeros Resultados Censo Nacional 2011: Población Indígena de Venezuela, Caracas, Instituto Nacional de Estadística.

Mercado Epieyu, Rafael, 2002, Flamenco y Mar, Poemas del alma, Editorial Antillas.

Morillo Arapé, Alonso José, 2008, Configuración de la vivienda wayuu en la ciudad de Maracaibo: una mirada desde lo sociocultural. Caso de estudio barrio 23 de marzo, Trabajo especial de grado para optar al título de magister scientiarum en vivienda, Maracaibo: La Universidad del Zulia, facultad de Arquitectura y Diseño, división de estudios para graduados.

Perrin Michel, 1992, Les Praticiens du Rêve, Un exemple de chamanisme, Paris, 2001, PUF.

Picon, François René, 1983, Pasteurs du nouveau monde. Adoption de l'élevage chez les indiens guajiros, Paris, Editions de la Maison de Sciences de L'homme.

Romero, Vicente, 1998, « Du nominal « latin » pour l'autre Amérique. Notes sur la naissance et le sans de nom « Amérique Latine » autour des années 1850 », Histoire et Soiciété de l'Amérique latine, Nº7, premier semestre.

Uslar Pietri, Arturo, 2004, Américo Vespucio, Caracas, El Nacional.

Waman, Intisunqu, 2006, Essais Amérindiens. L'identité latino-américaine existe-t-elle ? Les enjeux néocoloniaux d'une pseudo-identité, Centre de Recherche et d'Études des Traditions Amérindiennes, CRETA, Université du Québec à Montréal.

Watson Lawrence Craig, 1968, Guajiro personality and urbanization, Los Ángeles, University of California.

Haut de page

Notes

1 Picon, François René, 1983, Pasteurs du nouveau monde. Adoption de l'élevage chez les indiens guajiros, Paris, Editions de la Maison de Sciences de L'homme.

2 Guerra Curvelo, Wieldler, 2002, La disputa y la palabra : la ley en la sociedad wayuu, Bogotá, Ministerio de Cultura.

3 Acuña, José Polo, 2005, Etnicidad, poder y negociación en la frontera guajira, 1750 – 1820, Universidad de Cartagena, Informe Final de Investigación presentado al Instituto Colombiano de Antropología e Historia, ICANH, Bogotá.

4 Dane, 2005, Datos Preliminares. Censo Nacional de Población de 2005, Bogotá, Departamento de Planeación Nacional.

5 INE, 2013, Primeros Resultados Censo Nacional 2011: Población Indígena de Venezuela, Caracas, Instituto Nacional de Estadística.

6 Les rancherías se trouvent en général à proximité d'une source d'eau. Elles sont également situées en fonction d'un cimetière qui est la source de l'identité ancestrale et de l'histoire, d'après Correa (1995). Dans les habitations, en général, les hamacs sont employés au lieu des lits. L'enramada est l'espace de socialisation sans murs, mais avec des colonnes et un toit. Par exemple, Goulet (1978) a effectué son terrain à Aliu, communauté de vingt-cinq maisons, avec une population de 159 personnes, où il n'y avait ni garnison ni poste de police, ni église, ni mission, ni école. La communauté était regroupée à proximité des puits, creusés par la population elle-même ou par ses prédécesseurs. Compte tenu de la distance considérable séparant les rancherías, actuellement les Wayuu emploient des voitures, des motocyclettes, mais surtout des vélos comme moyens de transport dans un territoire sans routes pour la plupart.

7 Chaque dimanche, le Shawantamana est un point de rencontre Wayuu, situé au nord de Maracaibo, dans la Parroquia Idelfonso Vásquez. Des camionnettes et des fourgonnettes vont à la haute Guajira. Il y a aussi un marché itinérant. Les véhicules ne sont pas seulement employés pour le transport de personnes, mais aussi pour des paquets et des lettres. Dans cet endroit fonctionne également la coopérative de transporteurs du même nom qui signifie « lieu de réunion ».

8 Selon les statistiques officielles en Colombie et au Venezuela, les Amérindiens ne représentent qu'une proportion faible de la population total des pays : 3,4 % en Colombie, soit 1'378.884 personnes (DANE, 2005) et 2,7 % au Venezuela soit 725.128 personnes (INE, 2013). Au Venezuela il y a environ 31 communautés amérindiennes, tandis qu'en Colombie, il y en a environ 82 reconnues par l'État.

9 Gros, Christian. 1999. « Ser diferente por (para) ser moderno, o las paradojas de la identidad. Algunas reflexiones ». ANÁLISIS POLÍTICO N° 36 Enero/Abril 1999 IEPRI Universidad Nacional de Colombia.

10 Mercado Epieyu, Rafael, 2002, Flamenco y Mar, Poemas del alma, Editorial Antillas.

11 Harrison K. David, 2007, When languages die: the extinction of the world’s languages and the erosion of human knowledge, Oxford, New York, Oxford University Press.

12 Aravena, Andrea. 2009, Modernité, ethnicité et migration: la recomposition des identités sociales indigènes vers la fin du XXe siècle (le cas de mapuches à Santiago du Chili), Thèse de doctorat, Anthropologie sociale. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

13 Imilan Ojeda, Walter Alejandro, 2009, Urban Ethnicity in Santiago de Chile. Mapuche Migration and Urban Space, Technischen Universität Berlin. zur Erlangung des akademischen Grades Doktor der Ingenieurwissenschaften, Genehmigte Dissertation, Berlin 2009.

14 Waman, Intisunqu, 2006, Essais Amérindiens. L'identité latino-américaine existe-t-elle ? Les enjeux néocoloniaux d'une pseudo-identité, Centre de Recherche et d'Études des Traditions Amérindiennes, CRETA, Université du Québec à Montréal.

15 Néologisme qui parle de l'exploitation de ressources naturelles du sol pour les vendre sur les marchés internationaux.

16 Romero, Vicente, 1998, « Du nominal « latin » pour l'autre Amérique. Notes sur la naissance et le sans de nom « Amérique Latine » autour des années 1850 », Histoire et Soiciété de l'Amérique latine, Nº7, premier semestre.

17 Waman, Intisunqu, 2006, Essais Amérindiens. L'identité latino-américaine existe-t-elle ? Les enjeux néocoloniaux d'une pseudo-identité, Centre de Recherche et d'Études des Traditions Amérindiennes, CRETA, Université du Québec à Montréal.

18 Uslar Pietri, Arturo, 2004, Américo Vespucio, Caracas, El Nacional.

19 CEDIB, 2009, Mujer indígena en la ciudad. Concurso nacional de fotografía, Centro de Documentación e Información de Bolivia, La Paz-Bolivia, Artes Gráficas Sagitario.

20 Perrin Michel, 1992, Les Praticiens du Rêve, Un exemple de chamanisme, Paris, 2001, PUF.

21 Guerra Curvelo, Wieldler, 2002, La disputa y la palabra : la ley en la sociedad wayuu, Bogotá, Ministerio de Cultura.

22 Grupo de Memoria Histórica, 2010, La masacre de Bahía Portete. Mujeres wayúu en la mira, Informe del grupo de Memoria Histórica de la Comisión Nacional de Reparación y Conciliación, Bogotá, Ediciones Semana, Taurus, Alfaguara.

23 Picon, François René, 1983, Pasteurs du nouveau monde. Adoption de l'élevage chez les indiens guajiros, Paris, Editions de la Maison de Sciences de L'homme.

24 Watson Lawrence Craig, 1968, Guajiro personality and urbanization, Los Ángeles, University of California.

25 Morillo Arapé, Alonso José, 2008, Configuración de la vivienda wayuu en la ciudad de Maracaibo: una mirada desde lo sociocultural. Caso de estudio barrio 23 de marzo, Trabajo especial de grado para optar al título de magister scientiarum en vivienda, Maracaibo: La Universidad del Zulia, facultad de Arquitectura y Diseño, división de estudios para graduados.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo 1 – « Vers une Université sans frontières... » Faculté d'odontologie, Université de l'État du Zulia, Maracaibo, Mars 2010. Avec une représentation graphique de la société matrilinéaire wayuu à gauche du message, le rapport avec « la nation wayuu sans frontière » est manifeste. Par ailleurs à partir du XXIe siècle, le gouvernement a adopté des politiques favorables pour les étudiants amérindiens dans les universités publiques du Venezuela.
Crédits Photo : E. Giraldo
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Photo 2 – Cimetière du groupe matrilinéaire de William sur le territoire wayuu sans frontières - ou bien sur la frontière nord colombo-vénézuelienne.
Crédits Photo : E. Giraldo
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 3 – Miguel Plaza Epinayu, à l'occasion d'une visite dans sa communauté d'origine, dans une ranchería près de Manaure en Colombie. A la fin de sa scolarisation, il vécut à Maracaibo où il envisagea de poursuivre des études universitaires, mais finalement il part à Bogotá où il fait une licence. En 2011 il habitait et travaillait à Riohacha dans une association wayuu. Il reste en contact avec son lieu d'origine, où il se rend lorsqu'il en a l'occasion pendant les vacances ou le week-end. Par ailleurs, il consacre une partie de ses revenus au soutien de sa communauté d'origine. Manaure, Octobre 2011.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Photo 4 – Maison du quartier Indio Mara, Parroquia Idelfonso Vásquez, où la plupart de la population est d'origine wayuu. La disposition de maisons renvoie à celles de la zone rurale, or, des éléments de l'architecture alijuna à Maracaibo sont également juxtaposés. Maracaibo mars 2010.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photo 5 – Remedios et son fils, qui a d'ailleurs un prénom traditionnel wayuu et le nom de clan de Remedios – conformément au principe matrilinéaire – marchent dans une rue d'un quartier de la Parroquia où ils habitent à Maracaibo. Si les maisons sont grandes, elles sont adjacentes, contrairement aux maisons de la Parroquia Idelfonso Vásquez, séparées les unes des autres. Maracaibo, février 2010.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Photo 6 – Maison wayuu à côté de l'université de la Guajira, Suchiimma, octobre 2011. En effet, il s'agit d'une petite maison à l'extérieure de l'université qui est en revanche composée des bâtiments modernes. Par ailleurs les noms des facultés à l'Université de la Guajira sont écrits en espagnol et en wayuunaiki.
Crédits Photo : E. Giraldo
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Légende Photo 7 – Paraguachón (commune à 8 kilomètre de Maicao et attachée à cette ville). Poste de frontière entre la Colombie et le Venezuela, novembre 2011. Avant 2011 les colombiens devaient demander un visa pour aller au Venezuela mais pas les Wayuu. De toute façon, contrairement aux Wayuu, les Alijunas sont censés porter un passeport. En générale le contrôle des personnes qui passent de la Colombie au Venezuela est basé sur leur aspect physique ; il y a des contrôles plus rigoureux pour les personnes considérées comme Alijuna que pour celles considérées comme Wayuu.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69718/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduardo Giraldo, « Les Guajiro, ethnie binationale transfrontalière ou nation amérindienne sans frontières ? »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/69718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.69718

Haut de page

Auteur

Eduardo Giraldo

AnthropologueUniversité Nationale de la Colombie
jegiraldoo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search