Navegación – Mapa del sitio
Catherine Lacaze

Clara Duterme, Marion Giraldou et Abigail Mira (dir.), Mauvais sujets dans les Amériques

Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2016, 160 p.
Referencia(s):

Clara Duterme, Marion Giraldou et Abigail Mira (dir.), Mauvais sujets dans les Amériques, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2016, 160 p.

[10/12/2017]

Texto integral

  • 1 Réplique tirée du sketch des Luthiers : La comisión (himnovaciones) [https://www.youtube.com/watch? (...)

Total en Oslo nunca se van a enterar1

1Dans leur sketch La comisión (himnovaciones), Les Luthiers tournent en dérision la création des symboles nationaux en mettant en scène une commission chargée de réviser les paroles de l’hymne argentin. Cette commission décide de changer d’ennemi national pour mieux correspondre aux intérêts politiques et économiques du moment, et c’est la Norvège qui est choisie : « De toute façon, à Oslo, ils n’en sauront jamais rien ».

2La construction des identités est généralement soutenue par la fabrique d’un Autre radicalement opposé. Le processus de répulsion envers un « ennemi » vise à renforcer la cohésion au sein d’une communauté, nationale ou autre. Mais ces mécanismes identitaires ont un impact bien réel sur les populations ou les individus désignés comme « ennemis ». C’est ce qu’analyse l’ouvrage Mauvais sujets dans les Amériques paru en 2016 aux Presses Universitaires du Midi, à la suite d’une journée d’étude organisée à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès. Les jeunes chercheuses responsables de la publication, Clara Duterme, Marion Giraldou et Abigail Mira, ont choisi le terme de « mauvais sujets » pour mettre en avant la complexité des catégorisations morales. Dans l’introduction générale, les auteures indiquent que la question de la violence s’est imposée d’elle-même en envisageant cette thématique dans le cas du continent américain. La problématique de la légitimation du pouvoir et de l’usage associé de la force est ainsi présente dans l’ensemble des contributions réunies dans cet ouvrage.

3Comme le souligne Richard Marin dans la préface, c’est surtout « l’ennemi intérieur » dont il est question ici. La première partie de l’ouvrage analyse en effet le rôle des autorités étatiques dans la construction des figures subversives. Les discours officiels tentent de forger des représentations collectives légitimant les politiques gouvernementales, souvent avec le soutien des autorités ecclésiastiques. Mais l’impact de ces discours au niveau local peut renverser leur signification. La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse ainsi à la diversité des images de l’altérité, et à la force politique et sociale que finissent par prendre parfois les figures marginalisées. Divers espaces géographiques sont étudiés dans les neuf contributions, offrant ainsi la possibilité au lecteur de comparer la construction de l’altérité dans les Amériques à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles). Les auteurs proviennent de différentes disciplines (Anthropologie, Sociologie, Histoire), ce qui permet d’aborder la thématique sous divers angles.

4Les membres des maras, les gangs d’Amérique Centrale, incarnent de nos jours l’idée d’une altérité radicale. Dans l’ouverture générale de l’ouvrage, Dennis Rodgers souligne qu’en stigmatisant les mareros comme des « barbares modernes », leur intégration sociale est niée et les pratiques répressives justifiées. La dichotomie Civilisation / Barbarie renvoie aux narrations fondatrices des nations latinoaméricaines depuis le XIXe siècle, opposant la modernisation européenne au monde rural et indigène. L’idéologie du progrès développée par les autorités supposait l’élimination des barbares. Les mareros sont eux aussi considérés comme des étrangers à anéantir pour assurer le bon fonctionnement de la communauté, alors même qu’ils reflètent l’évolution politique et économique des sociétés auxquelles ils appartiennent. Dennis Rodgers montre comment cette perspective permet d’ignorer les causes structurelles à l’origine de l’émergence des bandes (inégalités, exclusion, etc.).

5La figure de l’ennemi intérieur a évolué avec l’industrialisation des sociétés mais la peur est restée la même selon Rodrigo Nabuco de Araujo : voir les classes populaires prendre le pouvoir et renverser l’ordre social. Au Brésil, le communiste a ainsi remplacé l’esclave dans l’incarnation d’une image négative de la nation. La doctrine de la sécurité nationale a été diffusée à l’échelle du continent dans le contexte de la guerre froide, mais elle a pris une forme particulière dans ce pays fortement hiérarchisé. La notion « d’ennemi intérieur » développée par les forces de l’ordre a soutenu une vision médicale de la société selon laquelle il valait mieux prévenir que guérir. Il s’agissait de légitimer les politiques antisubversives, d’ailleurs instaurées avec des méthodes policières françaises. Rodrigo Nabuco de Araujo explique ainsi comment des pratiques illégales et des opérations criminelles ont été exécutées au nom de l’unité de la nation et de l’intérêt général.

6Les anarchistes ont également été des figures de l’ennemi particulièrement prisées par les autorités. Guillaume de Gracia s’intéresse à la ley de residencia de 1902 mise en place en Argentine suite à des grèves générales intenses, en particulier à Buenos Aires. La qualification de terroriste permettait de faire des anarchistes des étrangers à chasser du territoire national, discours d’autant mieux légitimé que l’Argentine vivait alors un contexte d’immigration massive. Les premières organisations anarchistes de ce pays ont en effet été créées par des ouvriers européens immigrés (notamment italiens, espagnols, et français). Nombre de migrants anarchistes n’auraient d’ailleurs pas demandé pas la nationalité argentine en raison de leur idéal internationaliste. Guillaume de Gracia souligne que l’anarchisme est aussi un « mauvais sujet d’étude » vu le peu de travaux académiques consacrés à ce courant politique.

7Au Pérou, la qualification de terroriste a été appliquée aux individus suspectés de soutenir la guérilla maoïste du Sentier Lumineux. La logique manichéenne était d’autant plus nourrie qu’il s’agissait d’une guerre civile ; les « bons sujets » étant ceux qui luttaient sans ambiguïté aux côtés de l’armée. Dorothée Delacroix analyse la politique de réconciliation nationale élaborée depuis la fin des années 2000 à travers l’étude des pratiques commémoratives dans un village des Andes. Les messages étatiques et médiatiques sont appropriés à l’échelle locale : selon Dorothée Delacroix, la figure de la victime est utilisée par les habitants dans l’objectif d’obtenir la reconnaissance du statut de citoyens péruviens. Si la narration héroïque peut être développée dans la sphère privée, c’est le discours victimaire qui est mis en avant publiquement. Face au regard extérieur, le vécu est raconté en suivant une mémoire consensuelle, notamment dans l’espoir d’éventuelles réparations économiques.

8Une logique semblable peut être décelée au Guatemala, même si le « conflit interne » des années 1980 n’a pas donné lieu à un consensus mémoriel au niveau national. Selon Clara Duterme, la personnification de la Violence permet de construire une mémoire sans attribuer de responsabilités politiques. La plupart des victimes ne sont en effet pas mortes dans des affrontements entre groupes armés mais suite à des exactions, des « disparitions » et des actions répressives. Clara Duterme s’intéresse à un village de la région Ixil, rurale et indigène, particulièrement touché par la guerre. Les veuves du conflit y ont développé un circuit touristique et culturel où elles racontent leur vécu en évitant consciemment tout propos militant. La confusion est souvent entretenue et la catégorie de « victime innocente » utilisée en vue d’obtenir de l’aide de la part des ONGs. Les acteures s’emparent ainsi du pouvoir de sélection du récit pour faire face à la violence du passé et du présent.

9Dans une scène politique traditionnellement réservée aux hommes, les femmes sont facilement considérées comme des mauvais sujets. Le terme de « femme publique », utilisé pour désigner les prostituées, montre à quel point sortir du foyer équivalait à accélérer le processus de marginalisation. Marion Giraldou souligne le paradoxe qui veut que les prostituées soient considérées à la fois comme corruptrices et salvatrices des bonnes mœurs. En étudiant les arguments employés pour soutenir ou réfuter l’accusation de prostitution au Costa Rica à la fin du XIXe siècle, Marion Giraldou montre que les représentations ont un poids bien plus important que les situations objectives. Alors que des lois hygiénistes sont mises en place pour éviter la contagion de maladies vénériennes, ce n’est pas le commerce sexuel qui préoccupe le plus les habitants, mais le respect des codes de bon voisinage établis tacitement. Le danger est avant tout associé à des comportements hors-normes et des « conduites scandaleuses ».

10La peur des citoyens envers des individus qui défient l’autorité est un outil utilisé par les sphères officielles pour justifier des politiques répressives, d’autant plus efficace qu’il est diffusé dans les médias. Abigail Mira analyse la construction d’une figure de « victime coupable » dans le cadre de la « guerre » contre le narcotrafic au Mexique. Les décès liés de près ou de loin au trafic de drogue sont ainsi justifiés, alors même que le nombre de morts a considérablement augmenté. Cette rhétorique s’appuie sur des stéréotypes régionalistes : le nord du pays, particulièrement touché par le trafic, est historiquement identifié à la violence et à l’insoumission. Abigail Mira montre ainsi comment une « narcoculture » au caractère folklorique se répand dans les marges de la société mexicaine (migrants, jeunes pauvres urbains, etc.).

11Le « mauvais sujet » est lié à des phénomènes de transgression. Et l’homme normé est dénué d’attrait face à la puissance d’attraction du marginal. C’est ce qu’exprime Maureen Burnot qui étudie les canonisations non-institutionnelles du Gauchito Gil et de San la Muerte en Argentine. Ces figures font l’objet d’un culte de la part de populations dont le quotidien est marqué par des situations de violence et d’injustice. Ces « héros populaires » ne sont pas reconnus par les autorités ecclésiastiques et sont stigmatisés par les élites nationales. La religiosité populaire établit un pacte avec la figure divinisée dans une logique du don et du contre-don : le lien peut être rompu si l’engagement de respect et de fidélité n’est pas observé. Cette « acceptation du mal au fondement de l’être » menace de fait la solidité de l’opposition occidentale entre le Mal et le Bien. Maureen Burnot dégage ainsi la force d’un rapport contre-hégémonique à la morale.

12D’autres dévotions populaires ont été réprimées par les autorités religieuses et politiques dans les Amériques. C’est le cas du culte de Maximón au Guatemala, né de la fusion entre les religions maya et catholique, et exporté aux États-Unis, qu’analyse Sylvie Pedron-Colombani. Le phénomène de syncrétisme traduit déjà en soi une relation dynamique avec l’altérité et Maximón a de plus la capacité de se transfigurer : il peut prendre l’aspect des ennemis pour intégrer rituellement leur puissance. Le fait d’articuler des catégories antagoniques va à l’encontre de l’orthodoxie religieuse, tant catholique que protestante. Sylvie Pedron-Colombani indique que face aux accusations de magie noire, les acteurs du culte insistent sur les racines mayas dans un contexte de valorisation des droits des populations autochtones. Une image folklorique est ainsi produite pour justifier le culte aux yeux des autres.

  • 2 Sur les figures collectives de la révolte en Amérique Latine, voir : Pinet, Nicolas (coord.), Figur (...)
  • 3 C’est aussi ce qui ressort de cet ouvrage centré sur l’Amérique Centrale : Moallic, Benjamin (coord (...)
  • 4 Jelin, Elizabeth, et Lorenz, Federico Guillermo (comps.), Educación y memoria. La escuela elabora e (...)

13Cet ouvrage montre à quel point les « mauvais sujets » sont un objet d’étude particulièrement riche pour analyser les représentations sociales à différentes échelles (locale, nationale, transnationale), en mettant l’accent sur le lien entre l’individuel et le collectif.2 L’altérité est historiquement source de conflits, au caractère souvent religieux et ethnique,3 et il s’agit donc de déconstruire les mythes qui soutiennent les mécanismes identitaires. Ce travail collectif vient ainsi compléter d’autres recherches portant sur la fabrique des héros en tant qu’archétypes du citoyen.4 Analyser les phénomènes de transgression et de marginalité suppose en effet de prendre en compte les outils d’homogénéisation (culturelle, ethnique, idéologique, etc.) à l’œuvre dans les communautés étudiées. La richesse de ces objets d’étude réside d’ailleurs dans leur ambivalence : une même figure peut être perçue comme héros ou anti-héros suivant le point de vue. C’est donc une invitation à prêter attention au positionnement du regard, à la situation (géographique, politique, sociale, etc.) des acteurs et des observateurs, pour mieux mettre en relief les dynamiques participant à la création des sentiments d’appartenance.

Inicio de página

Notas

1 Réplique tirée du sketch des Luthiers : La comisión (himnovaciones) [https://www.youtube.com/watch?v=d4V9j2-zBrQ]

2 Sur les figures collectives de la révolte en Amérique Latine, voir : Pinet, Nicolas (coord.), Figures de la révolte. Rébellions latino-américaines : 16-20e siècles, Paris, Editions Syllepse, 2016.

3 C’est aussi ce qui ressort de cet ouvrage centré sur l’Amérique Centrale : Moallic, Benjamin (coord.), Las Figuras del Enemigo: Alteridad y Conflictos en Centroamérica, Secretaria de Cultura/UEES, San Salvador, 2012.

4 Jelin, Elizabeth, et Lorenz, Federico Guillermo (comps.), Educación y memoria. La escuela elabora el pasado, Madrid, Siglo XXI, 2004, pp. 2-3.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Catherine Lacaze, « Clara Duterme, Marion Giraldou et Abigail Mira (dir.), Mauvais sujets dans les Amériques », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Reseñas y ensayos historiográficos, Puesto en línea el 10 diciembre 2017, consultado el 15 agosto 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/71717

Inicio de página

Autor

Catherine Lacaze

Docteure en Histoire de l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès, ATER à Sciences Po Lyon et chercheuse associée au Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA), UMIFRE-n°16

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página