Navigation – Plan du site
Débats | 2018
Dynamiques révolutionnaires. Politique(s), État et société au Mexique – Coord. Romain Robinet
Romain Robinet

Dynamiques révolutionnaires. Politique(s), État et société au Mexique

[16/02/2018]

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu bibliographique, voir Barrón, Luis, Historias de la Revolución mexicana, Mexico, FCE (...)
  • 2 À titre d’exemples, ces deux ouvrages parus dans le cadre du centenaire de la Révolution en 2010 : (...)

1Qu’elle soit commémorée, glorifiée, utilisée dans un but politique, raillée, rejetée, voire méprisée, la Révolution mexicaine demeure un objet d’histoire1. Ce constat, qui était déjà valable en 1960, lors des premières réceptions de la Révolution cubaine, ou en 1990, après la chute du mur de Berlin, l’est encore à la fin des années 2010, même si l’indicible crise humanitaire que connaît le Mexique depuis le début du XXIe siècle assombrit et reformule évidemment les perspectives. De manière générale, plusieurs facteurs expliquent l’attention pérenne dont a bénéficié la Révolution de 1910. D’une part, la périodicité des cycles de commémoration a assurément favorisé les travaux historiques sur un objet protéiforme autant qu’elle a nationalisé le récit révolutionnaire2. Au Mexique, les recherches sur le processus initié en 1910 ont pu ainsi être portées par une organisation ad hoc, initialement appelée « l’Institut national des études historiques de la Révolution mexicaine » (INEHRM, fondé en 1953), lequel a pu agir de concert avec les institutions académiques et scientifiques. D’autre part, la progressive internationalisation des champs historiens, de l’érudition sur le lointain à la spécialisation articulée aux « aires culturelles », a parallèlement structuré plusieurs réseaux de mexicanistes à l’étranger. La Révolution pouvant être considérée dans son acception longue, de 1910 aux années 1940, ce regard étranger fut en réalité indissociable des premières réceptions globales de cette expérience radicale. Science et politique orientèrent bien évidemment les perspectives : la riche historiographie anglo-saxonne s’est en partie formée suivant une logique panaméricaniste et dans le cadre d’un intérêt états-unien pour l’Amérique latine, « sous-continent » dont le Mexique révolutionnaire était parfois pensé comme la mesure préalable. Il a également existé, durant plusieurs décennies, une historiographie soviétique, largement ignorée aujourd’hui, favorable à l’étude des révolutions latino-américaines et dont l’un des points de fixation fut le processus mexicain. Enfin, dès les années 1930, une première série de travaux francophones prirent pour analyse la Révolution mexicaine, structurant peu à peu un champ hexagonal marqué par les études désormais classiques de Robert Ricard, de François Chevalier, de François-Xavier Guerra, de Jean Meyer ou d’Annick Lempérière. Par-delà ces différentes traditions nationales, l’historiographie révolutionnaire s’est essentiellement constituée par le dialogue continu entre chercheurs mexicains et analystes étrangers, lors de rencontres académiques ou dans le cadre de publications communes.

2Force est de constater que ce dossier n’échappe pas à la règle. Né initialement d’une journée d’études organisée à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) en 2015, il offre au lecteur plusieurs travaux extrêmement récents qui viennent éclairer la compréhension des périodes dites révolutionnaire (de 1910 aux années 1940) et post-révolutionnaire (des années 1940 aux « années 1968 »). Plusieurs éléments généraux structurent les analyses ici présentées.

  • 3 Gillingham, Paul et Smith, Benjamin T. (dir.), Dictablanda: Politics, Work, and Culture in Mexico, (...)

3Sur le plan chronologique, ce dossier invite en partie à réarticuler les périodisations convenues. Si 1910-1911 demeure une rupture indéniable, caractérisée par l’effondrement soudain du régime de Porfirio Díaz, aube d’une décennie extrêmement meurtrière comparable à la Grande Guerre pour les sociétés européennes, la prise en considération de ce moment charnière ne doit pas conduire à nier les dynamiques communes à la fin du Porfiriat et aux premiers temps de la Révolution. S’il relève de l’évidence, ce raisonnement vaut aussi pour l’aval du processus : de nouvelles études ont en effet montré la fécondité d’une approche analysant conjointement les années 1930-19603. Il convient donc de replacer les dynamiques observées dans un cadre incertain, allant du tournant du siècle aux « années 1968 », tout en étant largement structuré par l’événement monstre que fut la Révolution. Sur le plan spatial, les travaux réunis articulent plusieurs échelles cruciales pour l’analyse : attentives aux enjeux locaux, du Chiapas au Tlaxcala, autant qu’à l’impulsion nationale, indissociable du jacobinisme politique de la Révolution, les auteures du dossier replacent, le cas échéant, leurs analyses dans un cadre global, permettant d’éclairer les multiples emprunts effectués par les élites politiques et culturelles pour orienter ou contenir le processus révolutionnaire. Enfin, sur le plan thématique, ce dossier regroupe quatre pièces qui correspondent aux aspects les plus saillants de la Révolution, à savoir ses dimensions agraire, éducative, anticléricale et indigéniste. L’article d’Evelyne Sanchez (« Entre el caudillo y el Presidente : el papel de los juristas en la implementación de la Reforma agraria. Estado de Tlaxcala, 1915-1923 ») s’inscrit ainsi dans les nombreuses études considérant la Révolution mexicaine comme la « première révolution sociale du XXe siècle ». L’auteure analyse en effet la mise en œuvre complexe de la réforme agraire, pierre angulaire du programme révolutionnaire, à travers le cas du Tlaxcala. Rendue possible par la loi du 6 janvier 1915, puis par la Constitution de 1917, la réforme agraire conduisit grands propriétaires terriens et villageois à adopter des stratégies antagonistes. À l’échelle mexicaine, le cas du Tlaxcala s’avéra particulièrement original : les hacendados locaux avaient initié, bien avant 1915, une modernisation de leurs exploitations en vendant une partie de leurs terres à la petite et moyenne paysannerie, afin de financer toute une série d’investissements. Les villageois, désormais désireux d’obtenir des restitutions ou des dotations de terres, étaient par ailleurs dans une position relativement favorable, aussi bien en termes économiques, ce qui leur permit dès 1917 d’entreprendre des démarches légales pour parvenir à leurs fins, qu’en termes politiques, le gouverneur Rojas cherchant à mener une réforme agraire rapide et effective de manière à se constituer une clientèle d’obligés. L’auteure démontre parallèlement le rôle crucial des hommes de loi, juges et avocats, dans la mise en œuvre de ce processus emblématique du régime révolutionnaire, soulignant par exemple leur importance dans la délimitation du nombre d’hectares attribués. La contribution d’Ivonne Meza Huacuja (« Juventud, masculinidad, Estado y Revolución : de los Batallones Escolares a las Tribus de Exploradores Mexicanos ») offre de nouvelles perspectives pour analyser, hors des écoles, la révolution éducative entreprise par les gouvernements issus de la Révolution. L’auteure interroge en effet la place du scoutisme dans la société mexicaine et dans le cadre d’un système éducatif en profonde reconfiguration. Après avoir souligné l’importance des « bataillons scolaires » dans un Porfiriat pétri de francophilie, l’article se concentre sur la création des « bataillons d’explorateurs » en 1913, fruit d’une réflexion mexicaine sur le modèle des « Boys Scouts » présents aux États-Unis. La mexicanisation du scoutisme s’opéra progressivement, le Secrétariat à l’éducation publique (la Secretaría de Educación Pública, SEP) convoquant en 1926 le « Premier Congrès national des explorateurs », avec plus d’une centaine de représentants. La « Tribu des explorateurs mexicains », fondée en 1926 et étroitement liée à la SEP, devint ainsi la principale organisation scoute mexicaine, et ce jusqu’aux années 1970. Le travail de Delphine Moussel-Brillaxis (« Résister à l’État, reconstruire la patrie : la Jeunesse catholique féminine mexicaine dans les années trente ») vient éclairer, quant à lui, l’anticléricalisme de la Révolution mexicaine et les profondes résistances qu’il suscita. Observant la formation de la principale association catholique de jeunes filles au Mexique, laquelle réunit plusieurs dizaines de milliers de membres, l’auteure montre les dimensions combattantes et politiques de cette branche de l’Action catholique, a priori vouée au simple « apostolat du semblable par le semblable ». Dirigée par Sofía del Valle, l’organisation appelait les jeunes catholiques mexicaines, comme le souligne l’auteure, à « prendre [leur] poste dans l’armée des soldats du Christ ». Le catholicisme intransigeant, défendu par la JCFM, favorisa en réalité une politisation ou un « empowerment » des jeunes catholiques mexicaines, par-delà ses dimensions idéologiquement conservatrices en termes de genre. Dernière pièce livrée à ce dossier, le texte de Sabrina Melenotte (« "Forger la patrie" dans la région des hautes terres du Chiapas (1930-1970) : caciquisme, indigénisme et hégémonie culturelle ») offre une analyse particulièrement fine des conséquences de l’indigénisme révolutionnaire dans le village de Chenalhó. Décuplé par le traumatisme de la guerre civile, le désir de construire une nation racialement homogène conduisit les élites révolutionnaires à élaborer une série de politiques dites « indigénistes », visant à « incorporer l’Indien à la civilisation ». Si l’indigénisme fut un dispositif largement expérimental durant les années 1920, il se structura à partir des années 1930-1950, en un pôle éducatif, étroitement lié à la SEP, et un pôle autonome pratiquant une forme de « discrimination positive » avant la lettre, par le biais de l’Institut national indigéniste (INI, fondé en 1948-1949) et de ses « centres coordinateurs ». L’auteure montre ainsi comment ce dispositif étatique a secrété une altérité indigène spécifique et comment le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, fondé en 1946) s’est appuyé sur une réelle base sociale, formée par plusieurs générations de maîtres d’école bilingues, considérés localement comme des « caciques culturels ».

  • 4 Lewis, Stephen et Vaughan, Mary Kay (dir.), The Eagle and the Virgin: Nation and Cultural Revolutio (...)

4Ce court dossier invite donc à entrevoir les différentes « dynamiques révolutionnaires », nées du processus radical initié en 1910. Il appelle praticiennes et praticiens des sciences sociales à considérer ces dynamiques dans un temps médian, en interrogeant la politisation d’une pluralité d’acteurs, comprenant certes les collectifs les plus emblématiques du point de vue de l’idéologie révolutionnaire (ouvriers et paysans) mais aussi toute une série de groupes sociaux précis, au-delà de la dichotomie entre « élites » et « subalternes »4, allant des juristes aux dirigeants des communautés indigènes, en passant par les scouts et les jeunes filles catholiques, qui tissèrent et orientèrent, par une série d’actions, la Révolution mexicaine.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu bibliographique, voir Barrón, Luis, Historias de la Revolución mexicana, Mexico, FCE, 2004. Pour un bilan historiographique récent, voir également : Knight, Alan, La revolución cósmica. Utopías, regiones y resultados, México 1910-1940, Mexico, FCE, 2015. Sanchez, Evelyne, « En finir avec l’histoire officielle ? Un bilan critique de l’historiographie internationale sur la révolution mexicaine », Conserveries mémorielles [En ligne], #20, 2017.

2 À titre d’exemples, ces deux ouvrages parus dans le cadre du centenaire de la Révolution en 2010 : Marván Laborde, Ignacio (coord.), La Revolución mexicana (1908-1932), FCE, 2010. González y León, Samuel (coord.), El Cardenismo, 1932-1940, Mexico, FCE, 2010.

3 Gillingham, Paul et Smith, Benjamin T. (dir.), Dictablanda: Politics, Work, and Culture in Mexico, 1938-1968, Durham, DUP, 2014.

4 Lewis, Stephen et Vaughan, Mary Kay (dir.), The Eagle and the Virgin: Nation and Cultural Revolution in Mexico, 1920-1940, Durham, DUP, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Robinet, « Dynamiques révolutionnaires. Politique(s), État et société au Mexique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/71864 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.71864

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

TEMOS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page