Navigation – Plan du site
Débats | 2018
Pascale Villegas

Le Yucatan dans les lettres consulaires de la France à Campêche (1832-1850)

Yucatán en las cartas consulares de Francia en Campeche (1832-1850)
Yucatan in the French consulars letters at Campeche (1832-1850)
[16/02/2018]

Résumés

Ce travail explore la situation économique, politique et sociale de la péninsule du Yucatan à partir de l´analyse de la correspondance consulaire de la légation française qu´ont maintenue les différents consuls en poste entre 1832 et 1850 dans le port de Campêche, situé sur le Golfe du Mexique : Renon, d´Hauterive, Faramond et Laisné de Villevêque. L´information repose sur leurs lettres adressées aux successifs ministres plénipotentiaires de France à Mexico. Nous verrons d´une part les premières impressions qu´ils émettent et qui ont un dénominateur commun constant : la corruption et la contrebande, d´autre part la concurrence pour avoir le monopole sur l´exportation du bois de teinture qui divise une classe mercantile oligarchique et finalement une péninsule toujours en conflits où les ennemis dépendaient des intérêts de leurs dirigeants.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail fait partie d´un projet plus ample sur l´exploitation du bois de teinture du XVIe au XIXe siècle financé par Conacyt-Ciencia Básica 2014-01, n° 237547. Je tiens particulièrement à remercier les observations et les critiques émises par Paule Englebert.

Premières impressions consulaires du Yucatan

  • 1 Archivo Histórico de la Secretaría de Relaciones Exteriores à Mexico (par la suite AHSRE), Legajo 7 (...)
  • 2 AHSRE, Lettre de Sebastián Camacho à Villèle. Legajo 7, exp. 51, doc. 2081, f.1-1v.
  • 3 Penot, Jacques, Primeros contactos diplomáticos entre México y Francia, México, Secretaría de Relac (...)
  • 4 De Moreüil, L.J.A, Manuel des agents consulaires français et étrangers, Paris, Videcoq fils Ainé, 1 (...)

1Suite à l´indépendance du Mexique, la France instaura dès 1822 des relations diplomatiques et commerciales en négociant les Déclarations relatives aux relations commerciales et à la navigation signées en 1827.1 Même si la signature du Traité d´Amitié, de navigation et de commerce se négocia des années durant, les relations maritimes entre les ports français (Le Havre, Bordeaux, Marseille) et ceux du Golfe du Mexique (Veracruz, Campêche, Sisal et Tampico) s´établissaient progressivement afin que « l´industrie française, qui de par le degré de perfection à laquelle elle s´est élevée »2 parvienne à satisfaire les besoins et les goûts des Mexicains, premiers consommateurs de produits français en Amérique Latine.3 Pendant cette première partie du XIXe siècle, les intérêts de la France au Mexique sont représentés par un chancelier à Mexico, des consuls à Veracruz, Campêche et Monterey et des vice-consuls à Tampico, Tehuantepec, Tepic et Zacatecas.4

  • 5 Nous n´avons retrouvé aucune lettre consulaire de M. de Codrika. Nous savons qu´il était sur le poi (...)
  • 6 Maurice d´Hauterive était vice-consul de France à New York (Henrichs, M.P., Archives du Commerce et (...)
  • 7 Faramond était consul à Savannah avant son arrivée à Campêche et fut par la suite le premier consul (...)
  • 8 En 1830, il fut à l´origine d´un projet de colonie française à Coatzacoalcos qui échoua avant même (...)
  • 9 Le détail des fonctions consulaires a été réglé par l´Ordonnance de 1681 sur la Marine, par l´Édit (...)

2À Campêche, entre 1832 et 1850, cinq consuls ont occupé successivement le poste, M. Renon (1832-1833), de Codrika (1834),5 Maurice d´Hauterive (1835-1837),6 Jean Antoine Marie Faramond (1838-1839)7 et Anastase Laisné de Villevêque (1840-1850).8 Tous avaient déjà une trajectoire consulaire, et connaissaient les fonctions quotidiennes qu´ils étaient appelées à rendre à leur pays : protéger le commerce français, prêter aide et assistance aux capitaines de la marine marchande et à son équipage, expédier des lettres de sûreté, légaliser des documents, surveiller l´exécution des traités et informer des conditions sociales, politiques et commerciales de leur arrondissement consulaire, entre autres.9

  • 10 Durant cette première partie du XIXe siècle, le cartographe et explorateur français Jean Frederick (...)

3Ces lettres constituent un point de départ pour étudier la région la plus méridionale de l´immense territoire mexicain une fois acquis son indépendance. À cette époque, le Yucatan attirait de plus en plus d´étrangers qui partaient à la découverte des ruines mayas. Le récit de ces voyageurs, archéologues, cartographes, photographes, naturalistes, réveilla, à leur retour, l´enthousiasme pour le passé préhispanique.10 Les rapports consulaires consultés, source inestimable pour l´étude économique et sociale, montrent une autre facette, moins romantique, plus pragmatique, d´une région orgueilleuse de se différencier du reste du pays, souvent prise en porte-à-faux entre les Anglais par le biais de leurs colons du Belize et les Nord-Américains à travers la république du Texas.

  • 11 Campos García, Melchor, « Que los yucatecos todos proclamen su independencia » (Historia del secesi (...)
  • 12 Tarracena Arriola, Arturo, De la nostalgia por la memoria a la memoria nostálgica. La prensa litera (...)
  • 13 Vadillo López, Claudio, La región del palo de tinte. El Partido del Carmen, Campeche. 1821-1827, (...)
  • 14 Reed, Nelson, La guerra de Castas en Yucatán, 5e édition, México, Editorial Era, 1982 ; Patch, Robe (...)
  • 15 Ces lettres se trouvent aujourd´hui aux Archives Diplomatiques de la Courneuve (par la suite ADC) s (...)

4Les dix-huit années durant lesquelles le consulat de France à Campêche fut ouvert, le Yucatan vivait dans une permanente instabilité : le choléra, la disette, la Guerre d´Indépendance du Texas en 1835, les deux guerres d´Indépendance du Yucatan qui se sépara à deux reprises du Mexique en 1841 puis en 1846, la guerre américano-mexicaine en 1846 et finalement le début de la Guerre des castes en 1847. Ces thèmes ont déjà fait l´objet de travaux, certains immiscés dans le contexte national, d´autres dans une perspective plus régionaliste. Le sécessionnisme yucatèque, par exemple, a été minutieusement reconstruit par Campos García dans une perspective d´histoire politique,11 quant à la construction d´une idéologie régionaliste à travers la presse littéraire pendant cette conjoncture, on l´a doit à Taracena Arriola.12 Vadillo López et Contrera Sanchez abordent l´exploitation du bois de teinture, exportée massivement pendant cette époque.13 La Guerre des castes a fait couler beaucoup d´encre et aujourd´hui Reed, Lapointe, Patch, Rugeley, Swenney, Ramayo Lanz, Dumond, Quezada et al, et Villalobos González sont des antécédents de références dans l´étude des origines, des causes, des conséquences et du déroulement de cette longue guerre des mayas.14 Que nous apporte alors l´étude des lettres consulaires ? Sont-elles novatrices en informations méconnues jusqu´ici de l´historiographie ? Quelquefois, et nous citerons quelques exemples.15 Tout en confrontant les sources déjà produites, l´objectif de ce travail est donc de faire ressortir la spécificité de l´approche des consuls français installés à Campêche et non à Merida, pourtant capitale de l´État. Ce choix, attrayant au début de par l´activité portuaire qui ne pouvait que s´accroitre, n´avait résulté en rien prometteur d´où la décision de Paris de le fermer mais de maintenir ouvert son vice-consulat dans le port de Carmen, beaucoup plus prolifique.

5Leurs dépêches furent régulières et abondantes en renseignements. Leurs lettres étaient souvent accompagnées de coupures de journaux, de tableaux récapitulatifs du mouvement maritime, d´une lettre particulière avec une quelconque autorité de la région, d´une traduction d´un traité ou d´une loi et même de lettres codifiées. Ils révélaient leur point de vue en terre étrangère, la personnalité d´un général, d´un gouverneur, d´un homologue, d´un commerçant, le savoir-vivre local, leur propre expérience face aux règles particulières avec les autorités. Leur présence comme agent consulaire servait de vecteur essentiel pour les relations commerciales avec leur pays.

  • 16 Pour de plus amples informations sur la contrebande et la corruption des vigies durant l´époque col (...)
  • 17 Le navire Ophir ainsi que son contenu avaient été confisqués par les autorités portuaires de Campêc (...)

6Au-delà de la situation politique, économique ou sociale, un thème récurrent dans les rapports de tous les consuls était celui de la corruption des autorités douanières du port qui inventaient ou majoraient à leur convenance certaines lois tarifaires, une pratique dont ils ne critiquaient pas la morale mais qu´ils soulevaient, parfois longuement, parce qu´elle compromettait les intérêts de la France et parfois les leurs. Les exemples regorgent pendant les dix-huit années du consulat français. Qui dit corruption dit contrebande. En effet, les efforts des autorités fédérales et régionales pour enrayer les pratiques illégales qui entraient au Yucatan par cabotage et par voie terrestre au moyen de lois douanières toujours plus contraignantes n´étaient qu´une façade car tout le monde bénéficiait de la contrebande, du gouverneur aux commerçants en passant par le juge de district, les gardes et les douaniers. Cette pratique bien ancrée depuis l´époque coloniale s´exerçait au quotidien impunément dans les ports de la péninsule et sur tout le littoral, trop vaste et bien peu contrôlé par quelques postes de vigies.16 Personne n´osait dénoncer ce système, sauf le consul des États-Unis, Henri Perrine, qui fit publique l´affaire du vaisseau nord-américain, Ophir, en 1836 et faillit y perdre la vie.17 Tout au long de la correspondance consulaire, les agents fournissaient des exemples de connivence : la fortune du gouverneur de la région, Francisco Paula Toro, par exemple était basée sur ce commerce illicite qui se pratiquait au vu et au su des garde-côtes sur les plages du littoral.

  • 18 Prohibición de la introducción de algunos efectos extranjeros, 22 mai 1829 (Dublan & Lozano, Legisl (...)

7Par voie terrestre, la contrebande se faisait surtout avec les Anglais basés au Belize. La marchandise entrait par son port et voyageait ensuite par voie terrestre et fluviale jusqu´aux villes et villages de la péninsule, colportée par des indigènes qui ne connaissaient que trop bien tous les chemins de traverse. Ni le gouvernement de la province du Yucatan qui avait une part à gagner, ni celui du Belize qui protégeait ce commerce interlope de la manière la plus active ne cherchaient à y mettre un terme. D´Hauterive dressait une liste des effets privilégiés de ce commerce, on y trouvait surtout des tissus en coton (calicots écrus et blanchis, madapolam, guingan) et de la poudre. Rappelons qu´en mai 1829, le Mexique mettait en pratique une des plus sévères lois douanières de son histoire qui prohibaient l´introduction au pays d´un bon nombre de tissus.18 Désormais, une foule d´articles ne pouvait être introduite que frauduleusement. Tout cela mélangé au cocktail explosif de fonctionnaires mal payés, de commerçants malhonnêtes et de militaires vénaux faisait que toute tentative d´enrayer le phénomène endémique de la contrebande fut un échec.

  • 19 Voir l´étude littéraire réalisée sur cet auteur sous l´angle de la théorie critique moderne par Dep (...)
  • 20 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. Faramond à M. le Comt (...)

8Dans la correspondance consulaire, très peu d´intérêt est porté à la vie quotidienne de la population en général, leurs observations témoignent de leur bagage européocentrique et comparatiste depuis une civilisation blanche supérieure face à l´autre, encore barbare. Voici pêle-mêle leurs aperçus. Les indigènes sont souvent qualifiés d´apathiques, d´incultes, de paresseux, d´ivrognes à l´eau de vie bon marché fabriquée dans la région, c´est une population sans résidence fixe, qui va de bourg en bourg pour y travailler quelques jours seulement, bref une brèche insurmontable entre le présent et le passé maya, déjà présente dans les récits de Waldeck.19 Enrôlés de force dans l´armée, ils ne sont « jamais payés, à peine nourris, ils ne servent qu´à contrecœur et se sauvent dans les bois aussitôt qu´ils en trouvent l´occasion ».20 Ils sont employés comme journaliers très mal rémunérés et comme domestiques ; une situation déplorable soulevée dans les récits des voyageurs comme Stephens ou Morelet de passage dans la région à la même époque. En réalité, les lettres consulaires ne sont pas une source pour l´étude des cultures vernaculaires, n´oublions pas que les consuls étaient avant tout des commerçants et que parallèlement à leurs fonctions diplomatiques, ils promouvaient les affaires pour leur propre bénéfice et pour celui de leur pays.

La situation économique du port de Campêche et la fermeture du consulat

  • 21 Plasencia Vázquez, Alexis et al, « Distribución histórica de las especies del género Haematoxylum ( (...)
  • 22 Torras Conangla, Rosa, De la tierra firme de enfrente. La colonización campechana sobre la Región d (...)
  • 23 Dampier, William, Dos viajes a Campeche, Con el facsímil de la edición inglesa de 1705, México, Mig (...)
  • 24 ADN, Mexico Légation, 1832-1840 Correspondance avec les postes Campêche, carton 66, Lettre de M. d´ (...)

9À l´époque coloniale, Campêche était le seul port autorisé à approvisionner la péninsule du Yucatan en marchandises d´origine européenne, une exclusivité qui aurait dû faire croître son commerce maritime suite à l´indépendance du Mexique et aux consécutives signatures de traités commerciaux avec l´Europe (les premiers pays à signer ce traité furent en 1826 l´Angleterre, en 1827 les Pays Bas, Hanover et le Danemark, en 1830 la France et 1836 l´Espagne) et avec les États Unis en 1831. Cependant, son commerce fut si peu attrayant que seuls les États-Unis, la France puis l´Espagne y établirent une légation. La majorité des vice-consulats se trouvaient en réalité à Carmen qui avait détrôné le port de Campêche dès son ouverture au commerce maritime en 1822. Dès lors le nombre de bateaux étrangers qui y jetait l´ancre était deux fois plus important, tous venaient exclusivement charger le bois de teinture, appelé aussi bois de Campêche. Situé sur tout le littoral de la péninsule du Yucatan et du Belize,21 cet arbre avait été exploité dès les premières années de la Colonie par les Espagnols et surtout par les pirates anglais installés tout d´abord au Cap Catoche puis à la Lagune de Terminos. En Europe, sa teinture était recherchée parmi les colorants naturels pour teindre les tissus en noir, violet, bleu et rouge. Au cours du XIXe siècle, les chiffres d´exportation vers les ports européens oscillaient entre 500 et 600 000 quintaux par an, soit environ 23 000 tonnes qui arrivaient surtout en Angleterre et en France. Son commerce exponentiel ne fit qu´accroître les conflits entre grands propriétaires pour obtenir les meilleurs terrains autour de la Lagune.22 Étant une des seules marchandises qu´exportaient le port de Campêche et celui de Carmen, avec, de temps en temps, du cèdre, de l´acajou et des cuirs tannés, les consuls informaient régulièrement sur son exploitation, sa commercialisation et les différentes lois tarifaires. Les méthodes n´avaient guère changé depuis la visite de l´anglais Dampier un siècle auparavant.23 On recherchait les arbres près du littoral ou des rivières, que l´on coupait et empilait pendant la saison sèche (de décembre à mai), les troncs attendaient la saison des pluies pour être acheminés par voie fluviale ou par cabotage jusqu´au port de Carmen. Les frais de transport étaient alors minimes, comparés au bois coupé aux alentours de la ville de Campêche qui devait être ensuite transporté par mules jusqu´à son port, ce qui faisait augmenter de 36 % sa valeur.24 Une concurrence déloyale qui faisait croître l´animosité des commerçants de Campêche, dépendants du commerce d´outre-mer.

  • 25 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le D (...)
  • 26 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le M (...)
  • 27 José María Gutiérrez de Estrada, originaire de Campêche, fut Ministre des Relations Intérieures et (...)

10C´est ainsi que l´on apprend par d´Hauterive qu´en 1835 la Cour Suprême à Mexico avait décrété la fermeture du port de Carmen, malgré son essor. Les lettres de ce consul nous permettent aujourd´hui de comprendre les détails de la trame politique d´une telle décision. L´article unique décrétait la fermeture du port de Tuxpan dans le département de Puebla, ouvert seulement au commerce de cabotage, article auquel on avait ajouté au dernier moment « et aussi celui de El Carmen, dans le département du Yucatan », proposé par deux députés, M. O´Horan de Merida et M. Montalvo de Campêche.25 Rafael Montalvo, éminent propriétaire dont une partie de ses revenus dépendait de l´exportation du bois de teinture, s´était vu sérieusement affecté par l´essor portuaire voisin. Il avait réussi à faire rajouter l´amendement sur la fermeture du port de Carmen,26 faisant valoir certainement ses influences auprès du Premier Secrétaire à Mexico, M. Gutierrez de Estrada, qui était un de ses compatriotes et dont la famille de commerçants était la plus grande fortune du Yucatan.27

  • 28 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le M (...)

11Cette fermeture entra en vigueur en juin 1836. Dès lors tous les canots transportaient le bois de teinture vers Veracruz ou Campêche par cabotage pour être embarqué sur les goélettes, bricks et brigantins en partance pour l´étranger. Le résultat attendu était évidemment la hausse immédiate de la navigation du port de Campêche, mais selon les lettres consulaires, les capitaines de bateaux s´y rendaient à contrecœur et le nombre de bâtiments diminua considérablement, passant de 94 navires étrangers arrivés à Carmen entre juillet et décembre 1835 à 33 ancrés à Campêche durant les mêmes mois de l´année suivante. En ce qui concerne les bateaux sous pavillon français, 17 avaient chargé du bois de teinture à Carmen entre janvier et juin 1836, soit un total de 76 640 quintaux (environ 3500 tonnes), alors que de juillet à décembre seulement quatre vinrent chercher 16 600 quintaux (700 tonnes) à Campêche.28 D´où deux hypothèses : soit les navires étrangers cessèrent de venir chercher ce bois, trouvant d´autre marchés comme à Saint Domingue, en Guadeloupe ou en Haïti, soit la fermeture de Carmen favorisa la contrebande de cet article, une hypothèse malheureusement difficile à prouver.

  • 29 Archivo General de la Nación, México (AGN), Fonds Justicia, Archivo, tomo 104, fs.8-8v, Carta de Jo (...)

12Fin 1836, la voix courait que le décret allait bientôt être révoqué.29 Face à la rumeur, les propriétaires de Campêche et de Carmen évitaient de couper trop de bois et satisfaisaient la demande au jour le jour. En août 1837, le commerce maritime reprenait son cours normal, les navires sous pavillon étranger revenaient ancrer à Carmen après presque deux ans d´absence. Au cours des quatre années suivantes, nous remarquons une augmentation du mouvement maritime et une prédominance anglaise. Rien que pour le premier trimestre de 1841, cinq bâtiments français ont exporté 23 100 quintaux de bois de teinture, représentant une valeur de 150 150 francs, alors que les 18 bâtiments anglais en exportaient 97 424 quintaux, c´est à dire pour une valeur de 506 604 francs, soit trois cinquièmes de la totalité du bois exportée (Tableau 1). Dans cette course pour obtenir le bois de teinture qui alimentait les fabriques textiles du premier pays européen à entrer de plein fouet dans la révolution industrielle, cet avantage serait progressivement détrôné par les Français au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Tableau 1 : Sortie de navires étrangers du port de Carmen

 

1837

1838

1839

1840

1841

(janvier à mars)

Français

9

8

15

27

5

Anglais

17

31

33

46

18

Américains

1

17

32

19

6

Danois

3

2

1

4

Hambourgeois

4

4

6

6

Belge

1

2

3

3

1

Prussien

1

0

1

0

1

Espagnol

0

8

11

0

1

Suédois

1

1

0

12

Mexicain

0

6

5

0

TOTAL

37

79

107

117

32

Source : Lettre de Laisné de Villevêque, 25 mars et 8 juin 1841, ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1

  • 30 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. Faramond à M. le Mini (...)
  • 31 Torras Conangla, Rosa, De la tierra firme de enfrente. La colonización campechana sobre la Región d (...)

13La demande était telle qu´en 1840, entre 30 et 40 bateaux attendaient simultanément d´avoir leur cargaison en bois qui n´était coupé que sur commande qu´une main d´œuvre et des moyens de transport par cabotage ne suffisaient plus pour répondre à la demande.30 Ce produit roi en cette première partie du XIXe siècle était notamment exploité dans la région de Palizada et exporté par le port de Carmen et de Campêche – même si à plus haut coût, par une élite régionale, apparentée, catholique et d´origine européenne qui a été longuement étudiée par Torras Conangla.31

14Par conséquent, on a vu que le résultat espéré de la fermeture du port de Carmen était l’augmentation de la navigation de Campêche mais que cette décision fut en réalité contre-productive. Elle montrait à quel point l´économie et les conflits politiques étaient liés dans une région où les oligarchies de Merida, de Campêche et de Carmen tantôt se déchiraient, tantôt s´alliaient et Mexico, perçu comme l´ennemi en commun, jouait un rôle charnière, complexe et tactique toujours prêt à satisfaire l´une d´elles dans le but d´éviter tout mouvement séparatiste. Plus tard, lorsque Campêche cherchait à se séparer de l´État du Yucatan, les tensions ne devaient que s´amoindrir avec Carmen car géostratégique pour permettre au nouvel état d´exister alors que les tensions s´accroissaient cette fois-ci avec Merida.

  • 32 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, c (...)
  • 33 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, c (...)

15Le peu d´informations que les historiens ont aujourd´hui pour avoir un panorama complet du mouvement maritime des ports de la péninsule date déjà de l´époque de nos diplomates parce qu´« on ne publie dans ce pays ni bulletins commerciaux, ni états statistiques. Un navire exporte ou importe, la Douane et les consignataires seuls savent quelle quantité et quelle espèce de marchandises ce navire a chargé ou introduit »,32 il n´y a aucun renseignement à obtenir par le moyen des douanes, « je l´ai souvent tenté vainement ».33 Cette information était manipulée avec beaucoup de discrétion par les autorités et les consuls des diverses nations présentes s´échangeaient tant bien que mal le peu qu´ils arrivaient à réunir pour pouvoir en informer leur ministre.

  • 34 ADN, Mexico Légation, 1841-1843 Correspondance avec les postes Campêche, carton 67, Lettre de M. La (...)
  • 35 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, c (...)
  • 36 « Je pense que l´utilité d’un agent consulaire français est beaucoup plus grande à Carmen qu´à Camp (...)

16Au cours de toute la décennie de 1840, Laisné de Villevêque informait régulièrement que l´activité portuaire à Campêche était presque nulle,34 puisque les navires venaient juste livrer une partie de leur marchandise soit à Campêche, soit à Sisal et continuaient leur route sur lest vers Carmen pour y charger du bois. À tel point qu´en 1848, le Ministère des Affaires Étrangères à Paris par un arrêté du 14 avril décida de supprimer le consulat de France à Campêche.35 En réalité, la présence d´un agent consulaire français était beaucoup plus utile à Carmen, une nécessité que clamait déjà M. Renon en 183336 d´où la préoccupation de Laisné de Villevêque d´y désigner un vice-consul avant son départ en 1850. Il recommanda M. Théophile Durand qui avait été son chancelier pendant onze années et qui avait aussi travaillé avec ses prédécesseurs Faramond et d´Hauterive. Dès son ouverture et durant toute la deuxième partie du XIXe siècle, le poste à Carmen était très convoité par les Français ou d´origine française, un poste diplomatique plutôt prestigieux, non rémunéré mais jouissant d´immunité dans un port en pleine effervescence et en étroite collaboration avec le commerce légal, la contrebande et la corruption.

Un foyer de conflits… d´intérêts

  • 37 Une piastre équivalait à l´époque à 5 francs ou 8 réaux.
  • 38 Villegas Revueltas, Silvestre, Deuda y diplomacia. La relación México-Gran Bretaña, 1824-1884, Univ (...)
  • 39 Constitution du Yucatan, 31 mars de 1841. Article 7, paragraphe 10 « Les étrangers pourront acquéri (...)
  • 40 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de L (...)
  • 41 Pour de plus amples détails sur cette guerre navale face au littoral yucatèque, voir Villegas, Pasc (...)
  • 42 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de L (...)
  • 43 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de L (...)
  • 44 Idem
  • 45 Taracena Arriola, Arturo, De héroes olvidados. Santiago Imán, los huites y los antecedentes de la G (...)

17À l´époque de la présence diplomatique française à Campêche, la péninsule du Yucatan s´engouffrait dans des conflits perpétrés sur son territoire et au large de ses côtes, tantôt « allié » de Mexico, pendant la guerre d´indépendance du Texas ou celle des Etats-Unis, tantôt ennemi à en vouloir s´en séparer. Les dépêches décrivaient de façon journalistique les combats quotidiens entre une armée et l´autre, avec un luxe de détails des positions militaires, du moral des troupes, de l´incompétence des hauts gradés, additionné d´anecdotes méconnues de l´historiographie. Par exemple, de 1839 à 1841, le premier séparatisme yucatèque avait éveillé l´intérêt des Anglais pour cette péninsule dont la position stratégique permettait d´avoir un œil sur leurs colonies en Jamaïque et au Belize et de lancer une attaque sur Cuba, encore espagnole. Lors d´un dîner, le consul britannique à Mexico avait révélé que le Yucatan et Tabasco avaient été hypothéqués secrètement à l´Angleterre en garantie des sommes que lui devait le Mexique – plus de cinquante millions de piastres –,37 selon ses dires. Il est vrai que la dette contractée par le Mexique aux Anglais au lendemain de son Indépendance avait été plusieurs fois renégociée en offrant comme garantie l´hypothèque des terres situées dans le nord du pays : Chihuahua, Sonora, Californie et Nouveau Mexique – toutes annexées par les États-Unis en 1848.38 D´où l´intérêt pour le Yucatan d´accélérer son processus d´indépendance afin d´éviter que le projet de l´Angleterre de s´emparer du Mexique pour s´indemniser de ce qui lui était dû soit une réalité pour la péninsule ; elle y parvenait en 1841, une indépendance aussi difficile à acquérir qu´éphémère. Une autre alternative proposée par le consul britannique lors de ce dîner était de motiver l´arrivée massive de colons grâce à l´article 7, paragraphe 10 de la naissante Constitution du Yucatan39 qui stimulait la concession de terres sans restrictions aux étrangers. Il n´en fut rien, la péninsule du Yucatan ne fut jamais une terre d´immigration massive européenne. Au vu des difficultés économiques et militaires, le gouvernement du Yucatan avait demandé de l´aide à la République du Texas, indépendante depuis 1836, laquelle offrait la coopération de toute la marine militaire dès juillet 1841, à condition que le Yucatan reconnaisse sa République40 et moyennant une subvention de 8000 piastres par mois. L´escadre texane composée d´une corvette, de deux goélettes et d´un bateau à vapeur arriva en janvier 1842. Un an avant, au moment de la guerre entre le Mexique et sa province rebelle du Texas en 1835, les Yucatèques traitaient de pirates et de barbares les Texans qui attaquaient les bateaux de commerce au large de son littoral,41 mais, les ennemis d´hier devenaient dès lors des alliés, une alliance qui compromettait sérieusement l´indépendance du Yucatan puisque le Mexique n´avait jamais digéré la perte du Texas et encore moins reconnu son gouvernement et exigeait de cesser toute relation, sous peine de réprimandes – qui ne se firent pas attendre puisque cette même année, les conflits reprenaient. Dans des lettres envoyées tous les quatre à cinq jours au Ministre des Affaires Etrangères, Laisné de Villevêque se focalisa sur le déroulement du conflit militaire aux environs de Campêche entre l´armée mexicaine envoyée par le Général Santa Anna – des soldats dans un état pitoyable qui vivaient dans des conditions d´insalubrité et de famine, couverts de vermines, et qui périssaient de fièvre jaune ou préféraient déserter –42 et celle du Yucatan qui se composait surtout d´indigènes « différenciés entre eux par une nudité moins absolue ou par des chapeaux de paille de formes variées ».43 Parmi ces troupes, le consul évoquait les Huites, des Mayas originaires de l´est de la péninsule (entre Valladolid et Cap Catoche) sous les ordres de leur propre chef métisse, le colonel Pastor Gamboa, hommes dont la réputation d´intrépides et d´infatigables était une réalité pour le général mexicain Vicente Miñon.44 Cette collaboration indigène avait débuté en 1839, sous les ordres de Santiago Iman afin de repousser le système centraliste qu´imposait Mexico et continuait en 1842 pour empêcher cette fois-ci l´invasion de la péninsule par les troupes de Santa Anna. Selon Taracena Arriola, cette participation a été délibérément oubliée de l´historiographie régionale, car on reprochait à Iman et à ses lieutenants d´en avoir profité pour armer les rebelles mayas lors du déclenchement de la Guerre des castes en 1847,45 une nouvelle guerre alors que le port de Carmen était encore sous contrôle américain.

  • 46 Minutieusement mis en relief par Campos García, Melchor, « Que los yucatecos todos proclamen su ind (...)

18À bout de souffle, le Yucatan ne disposait plus ni d´argent, ni d´armes, ni de munitions, ni de soldats pour faire face à cette guerre civile. On avait à nouveau élu Santiago Mendez gouverneur – il l´avait été de 1840 à 1844 en pleine guerre d´Indépendance –, qui, de connivence avec la presse locale, mettait à disposition la souveraineté du Yucatan aux nations européennes, en particulier la France et l´Angleterre, alors qu´au même moment une commission yucatèque essayait de négocier à Washington l´annexion du Yucatan aux États-Unis. Ce choix électoral enlisait une fois de plus la région dans une guerre de partis,46 pour qui le soulèvement des indigènes n´était qu´un prétexte pour faire pression sur l´opinion internationale et obtenir des secours pécuniaires et militaires.

  • 47 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque (...)
  • 48 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque (...)
  • 49 En juin 1842, le Congrès avait émis ce même décret lors de la guerre d´Indépendance, mais le consul (...)

19Dès lors, les rumeurs couraient déjà à Campêche que le Yucatan allait se donner volontairement à la France, une souveraineté acceptée d´ors et déjà par sa population et son gouvernement pour laquelle ils éprouvaient une grand sympathie, selon le consul. Ce vœu exaucé neutraliserait une bonne fois pour toute la crainte d´appartenir aux États-Unis, à l´Espagne ou pire au Mexique.47 Dans une conversation en tête à tête entre Santiago Mendez et Laisné de Villevêque le 9 août 1847, celui-ci déclinait cette donation qui aurait éveillé des réclamations de la part du Mexique et excité la jalousie des autres nations.48 Une mesure plus concrète pour renflouer les caisses de l´état fut prise par le Congrès le 30 décembre 1847 à travers un décret qui établissait une contribution de guerre sur les propriétés, les capitaux, les rentes, les soldes et les industries ainsi que sur les étrangers, une mesure approuvée par le consul.49 Cet impôt, décrété pour six mois, était destiné uniquement au soutien de la guerre contre les indigènes. Un patriotisme sur lequel on ne pouvait pas compter, puisque à peine un mois après, le consul avait eu écho des intrigues des commerçants, de chefs politiques et de leur famille pour n´en payer qu´une partie.

  • 50 El Amigo del pueblo, 10 mars 1848.
  • 51 La Unión, 11 mars 1848.
  • 52 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Pièce n° 2 annexée à la Dépêche n° (...)

20On apprenait à travers les journaux, que finalement l´aide militaire tant attendue débarquait à Sisal le 7 mars 1848 en provenance de Cuba50 et le jour suivant à Campêche en provenance des États-Unis.51 Les dépêches de Laisné de Villevêque nous informent que cet appui avait été commandité des mois auparavant, lorsque Mendez leur avait sollicité par le biais du consulat de France à Campêche, à Veracruz et à La Havane, « des secours (…) dans le cas assez probable où nous en aurions besoin », sans en préciser la nature. Le gouvernement yucatèque comptait sur la discrétion de cette coopération officieuse des agents du roi pour faire passer le message à l´étranger. Passant outre la neutralité de la France et son rôle de simple intermédiaire, Laisné de Villevêque stipulait très clairement dans la lettre confidentielle adressée à ses homologues que le Yucatan comptait sur l´envoi de 2000 soldats, de deux canons obusiens de montagne et de 50 000 à 100 000 cartouches dans les dix jours après réception de son courrier.52 Un début pour une longue guerre dans laquelle Mexico n´allait intervenir que bien plus tard.

Conclusions

21En résumé, la correspondance échangée entre les consuls établis à Campêche et le Ministère des Affaires Étrangères est un point de départ pour connaitre la région de leur circonscription, mais insuffisante sans l´appui de sources hémérographiques et secondaires. La corruption et la contrebande dont l´importance et la durabilité à peine ébauchées dans ce travail, mériteraient d´être plus profondément étudiées en parallèle avec les procès pénales des archives juridiques tant les exemples pullulent dans leurs lettres. Les informations tirées de cette correspondance ne seraient que plus riches si elles étaient comparées avec celles des autres légations présentes au même moment montrant d´autres facettes de la péninsule. Dans une étude préliminaire, les rapports consulaires des États-Unis de l´époque tendraient à soulever les mêmes problèmes et à corroborer certaines affirmations de leurs homologues français tout en défendant les intérêts de leur pays.

22Durant cette première partie du XIXe siècle, le Yucatan aurait pu représenter un grand potentiel pour l´économie régionale et nationale avec son commerce maritime florissant tourné vers l’Europe et les États-Unis, si les intérêts d´une oligarchie mercantile très proche du pouvoir régional et fédéral n´avaient pas empêché de diversifier ses produits d´exportation, exclusivement basée sur le bois de teinture. Cette politique d´exploitation à grande échelle des ressources naturelles sera la pierre angulaire du commerce extérieur de la péninsule pendant tout le XIXe siècle puisque l´exploitation massive du bois se verra détrônée par celle des fibres d´henequen puis par le chicle. La corruption, perceptible à tous les niveaux de la société, empêchait toute possibilité d´ouvrir des marchés internes pratiquement abandonnés à la contrebande. Par les lettres des consuls français on apprend que la question de la fermeture du port de Carmen fut employée comme une arme dans la lutte des commerçants de Campêche pour conserver leurs privilèges dans le commerce légal et illégal, sans penser à instaurer une économie diversifiée et solidaire entre les quatre principaux ports de la péninsule (Bacalar, Sisal, Campêche et Carmen) pour que le sentiment autonomiste devienne une réalité sur du long terme.

Haut de page

Bibliographie

Bajot et Poirré, Annales maritimes et coloniales, 21e année, 2e série, Paris de l´Imprimerie Royale, 1836.

Bulletin de la Société de Géographie. Deuxième série, tome II. Paris, chez Arthur-Bertrand, 1834.

Campos García, Melchor, « Que los yucatecos todos proclamen su independencia » (Historia del secesionismo en Yucatán, 1821-1849), 2e édition, Mérida, Universidad Autónoma de Yucatán, 2013.

Contreras Sánchez, Alicia del C., Historia de una tintórea olvidada. El proceso de explotación y circulación del palo de tinte, 1750-1807, Mérida, Universidad Autónoma de Yucatán, 1990.

Dampier, William, Dos viajes a Campeche, Con el facsímil de la edición inglesa de 1705, México, Miguel Ángel Porrúa, 2004.

De Moreüil, L.J.A, Manuel des agents consulaires français et étrangers, Paris, Videcoq fils Ainé, 1853.

De Moreüil, L.J.A, Dictionnaire des chancelleries diplomatiques et consulaires, Paris, Jules Renouard et Cie. Editeurs, tome 1, 1855.

Depetris, Carolina, El héroe involuntario. Fréderic de Waldeck y su viaje por Yucatán. Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2014.

Dublan, Manuel & Lozano, José María, Legislación mexicana o Colección completa de las disposiciones legislativas, Imprenta del Comercio a cargo de Dublan y Lozano Hijos : México, tome 2, 1876.

Dumond, Don E., El machete y la cruz. La sublevación de campesinos en Yucatán, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Plumsock Mesoamerican Studies, Maya Educational Foundation, 2005.

Flores Escalante, Justo Miguel « Los gobernadores de Yucatán de orígenes y vínculos campechanos. Discursos y administración, 1821-1857», in Sergio Quezada (Coord.), Campeche a través de las Memorias de los gobernantes. Evolución política y administrativa, 1826-1862, Gobierno del Estado de Campeche, 2010, p. 113-130.

Henrichs, M.P., Archives du Commerce et de l´Industrie agricole et manufacturière, Tome 7, Paris, 1834.

Lapointe, Marie, Los mayas rebeldes de Yucatán, El Colegio de Michoacán, 1983.

Moreno Valle, Lucina, Catálogo de la colección Lafragua de la Biblioteca Nacional de México, 1821-1853, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 1975.

Patch, Robert W., « Decolonization, the Agrarian Problem, and the Origins of the Caste War, 1812-1847», in Jeffrey T. Brannon and Gilbert M. Joseph (eds.), Labor and Capital in Modern Yucatan. Essays in Regional History and Political Economy, Tuscaloosa, University of Alabama Press, Land, 1991, p. 51-83.

Penot, Jacques, Primeros contactos diplomáticos entre México y Francia 1808-1838, México, Secretaría de Relaciones Exteriores, 1975.

Plasencia Vázquez, Alexis et al, « Distribución histórica de las especies del género Haematoxylum (Leguminosae) en la Península de Yucatán, México, basada en ejemplares de herbario», Acta Botánica Mexicana, 2017, vol. 119, p. 51-68.

Quezada, Sergio, et al., Bibliografía comentada sobre la cuestión étnica y la guerra de castas de Yucatán : 1821-1910, Mérida, Secretaría de Educación Pública, Universidad Autónoma de Yucatán, 1986.

Ramayo Lanz, Teresa, Los mayas pacíficos de Campeche, México, Universidad de Campeche-Conacyt, 1996.

Reed, Nelson, La guerra de Castas en Yucatán, 5e édition, México, Editorial Era, 1982.

Rugeley, Terry, Yucatan´s Maya Peasantry and the Origins of Caste War, Austin, University of Texas Press, 1996.

Sweeney, Lean, La supervivencia de los bandidos. Los mayas icaichés y la política fronteriza del sureste de la península, 1847-1904, Mérida, Coordinación de Humanidades, Unidad Académica de Ciencias Sociales y Humanidades, Universidad Nacional Autónoma de México, 2006.

Taracena Arriola, Arturo, De la nostalgia por la memoria a la memoria nostálgica. La prensa literaria y la construcción del regionalismo yucateco en el siglo XIX. Universidad Nacional Autónoma de México, 2010.

----------------De héroes olvidados. Santiago Imán, los huites y los antecedentes de la Guerra de Castas, Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2013.

Torras Conangla, Rosa, De la tierra firme de enfrente. La colonización campechana sobre la Región de los Ríos (siglo XIX), Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2012.

Torras Conangla, Rosa, « ¿Diversas visiones de nación ? : disputas territoriales en la frontera sur de la península de Yucatán», in Arturo Taracena Arriola (Ed.), Depetris Adam Sellen (Comp.), Miradas regionales : las regiones y la idea de nación en América Latina, siglo 19 y 20, Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2013, p. 83-102.

Vadillo López, Claudio, La región del palo de tinte. El Partido del Carmen, Campeche. 1821-1827, México, Gobierno del Estado de Campeche, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, Programa de la Frontera Sur, Instituto de Cultura de Campeche, 1994.

Vadillo López, Claudio y Medina Gutiérrez, Marcela, « Tres familias de empresarios de Ciudad del Carmen, Campeche en el siglo XIX : Gutiérrez, Anizan y Nieves», [en ligne] Communication orale du Segundo Congreso de Historia Económica, México, 2004, consulté en octubre 2012 URL : http://www.economia.unam.mx/amhe/memoria/simposio07/Claudio%20VADILLO%20y%20Marcela%20MEDINA.pdf.

Victoria Ojeda, Jorge, Corrupción y contrabando en la península de Yucatán. De la Colonia a la Independencia, Mérida, Secretaría de la Cultura y las Artes de Yucatán, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 2015.

Villalobos González, Martha Herminia, El bosque sitiado. Asaltos armados, concesiones forestales y estrategias de resistencia durante la Guerra de Castas, México, Colección Peninsular, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Consejo para la Cultura y las Artes, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Porrúa, 2006.

Villegas, Pascale « Las costas de Yucatán, escenario de batallas navales durante la guerra Méjico-Tejas, 1835-1837», Caribbean Studies, 2016, vol. 44, n° 1-2, p. 187-204.

Villegas Revueltas, Silvestre, Deuda y diplomacia. La relación México-Gran Bretaña, 1824-1884, Universidad Nacional Autónoma de México, 2005.

Archives consultés

ADC Archives Diplomatiques, Courneuve

ADN Archives Diplomatiques, Nantes

AGEY Archivo General del Estado de Yucatán

AGN Archivo General de la Nación, Mexique

AHSRE Archivo Histórico de la Secretaría de Relaciones Exteriores, Mexique

Hémérothèque

El Amigo del pueblo, 10 mars 1848

La Unión, 11 mars 1848

Haut de page

Notes

1 Archivo Histórico de la Secretaría de Relaciones Exteriores à Mexico (par la suite AHSRE), Legajo 7, exp. 51, il existe une copie en espagnol (doc. 2089) et en français (doc. 2090)

2 AHSRE, Lettre de Sebastián Camacho à Villèle. Legajo 7, exp. 51, doc. 2081, f.1-1v.

3 Penot, Jacques, Primeros contactos diplomáticos entre México y Francia, México, Secretaría de Relaciones Exteriores, 1975, p. 62.

4 De Moreüil, L.J.A, Manuel des agents consulaires français et étrangers, Paris, Videcoq fils Ainé, 1853, p. 267.

5 Nous n´avons retrouvé aucune lettre consulaire de M. de Codrika. Nous savons qu´il était sur le point d´entreprendre le voyage en juillet 1834 (Bulletin de la Société de Géographie, Deuxième série, tome II. Paris, chez Arthur-Bertrand, 1834, p. 78) et qu’au moment d´être nommé consul à Savannah en 1836, il était consul de 2e classe en disponibilité (Bajot et Poirré, Annales maritimes et coloniales, 21e année, 2e série, Paris de l´Imprimerie Royale, 1836, p. 1194).

6 Maurice d´Hauterive était vice-consul de France à New York (Henrichs, M.P., Archives du Commerce et de l´Industrie agricole et manufacturière, Tome 7, Paris, 1834, p. 194) avant d´être nommé consul à Campêche où il arriva en février 1836 puis sera envoyé à Santiago de Cuba (Bajot et Poirré, idem)

7 Faramond était consul à Savannah avant son arrivée à Campêche et fut par la suite le premier consul de France à Sydney.

8 En 1830, il fut à l´origine d´un projet de colonie française à Coatzacoalcos qui échoua avant même de commencer. On le retrouve ensuite occupant le poste de Chancelier de légation et Consul honoraire à Mexico (Bajot et Poirré, Op. cit., p. 236), jusqu´à son arrivée à Campêche où il restera dix ans.

9 Le détail des fonctions consulaires a été réglé par l´Ordonnance de 1681 sur la Marine, par l´Édit de juin 1778, par l´Ordonnance du 3 mars 1781, puis par le Code consulaire promulgué en octobre 1833. (De Moreüil, Dictionnaire des chancelleries diplomatiques et consulaires, Paris, Jules Renouard et Cie. Editeurs, 1855, tome 1.)

10 Durant cette première partie du XIXe siècle, le cartographe et explorateur français Jean Frederick Maximilien de Waldeck explore la région entre 1834 et 1836, puis en 1841 arrivent l´autrichien Emmanuel von Friefrichsthal, les nord-américains John Lloyd Stephens accompagné du dessinateur et photographe anglais Frederick Catherwood et le médecin et ornithologue Samuel Cabot et finalement le naturaliste français Arthur Morelet en 1846.

11 Campos García, Melchor, « Que los yucatecos todos proclamen su independencia » (Historia del secesionismo en Yucatán, 1821-1849), 2e édition, Mérida, Universidad Autónoma de Yucatán, 2013.

12 Tarracena Arriola, Arturo, De la nostalgia por la memoria a la memoria nostálgica. La prensa literaria y la construcción del regionalismo yucateco en el siglo XIX. Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular Social y Ciencias Humanas, 2010.

13 Vadillo López, Claudio, La región del palo de tinte. El Partido del Carmen, Campeche. 1821-1827, México, Gobierno del Estado de Campeche, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, Programa de la Frontera Sur, Instituto de Cultura de Campeche, 1994 ; Contreras Sánchez, Alicia del C. Historia de una tintórea olvidada. El proceso de explotación y circulación del palo de tinte, 1750-1807, Mérida, Universidad Autónoma de Yucatán, 1990.

14 Reed, Nelson, La guerra de Castas en Yucatán, 5e édition, México, Editorial Era, 1982 ; Patch, Robert W., « Decolonization, the Agrarian Problem, and the Origins of the Caste War, 1812-1847», in Jeffrey T. Brannon and Gilbert M. Joseph (eds.), Labor and Capital in Modern Yucatan. Essays in Regional History and Political Economy, Tuscaloosa, University of Alabama Press, Land, 1991, p. 51-83 ; Rugeley, Terry, Yucatan´s Maya Peasantry and the Origins of Caste War, Austin, University of Texas Press, 1996 ; Sweeney, Lean, La supervivencia de los bandidos. Los mayas icaichés y la política fronteriza del sureste de la península, 1847-1904, Mérida, Coordinación de Humanidades, Unidad Académica de Ciencias Sociales y Humanidades, Universidad Nacional Autónoma de México, 2006 ; Lapointe, Marie, Los mayas rebeldes de Yucatán, El Colegio de Michoacán, 1983 ; Ramayo Lanz, Teresa, Los mayas pacíficos de Campeche, México, Universidad de Campeche-Conacyt, 1996 ; Dumond, Don E., El machete y la cruz. La sublevación de campesinos en Yucatán, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Plumsock Mesoamerican Studies, Maya Educational Foundation, 2005 ; Quezada, Sergio et al. Bibliografía comentada sobre la cuestión étnica y la guerra de castas de Yucatán, 1821-1910, Mérida, Secretaría de Educación Pública, Universidad Autónoma de Yucatán, 1986 ; Villalobos González, Martha Herminia, El bosque sitiado. Asaltos armados, concesiones forestales y estrategias de resistencia durante la Guerra de Castas, México, Colección Peninsular, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Consejo para la Cultura y las Artes, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Porrúa, 2006.

15 Ces lettres se trouvent aujourd´hui aux Archives Diplomatiques de la Courneuve (par la suite ADC) sous le fonds Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, 2 microfilms et aux Archives Diplomatiques de Nantes (par la suite ADN) sous le fonds Mexico Légation, Correspondance avec les postes à Campêche, cartons 67 et 68.

16 Pour de plus amples informations sur la contrebande et la corruption des vigies durant l´époque coloniale au Yucatan, voir Victoria Ojeda, Jorge, Corrupción y contrabando en la península de Yucatán. De la Colonia a la Independencia, Mérida, Secretaría de la Cultura y las Artes de Yucatán, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 2015.

17 Le navire Ophir ainsi que son contenu avaient été confisqués par les autorités portuaires de Campêche pour ne pas avoir présenté le manifeste, outrepassant le règlement de 1823, Reglamento para la distribución de los comisos, qui stipulait que seule la marchandise pouvait être saisie en cas d´anomalie. Les constantes violations de la loi par le juge et par l´administrateur de la douane maritime dénoncées par Perrine mirent sérieusement sa vie en danger selon son homologue français, M. d´Hauterive. ADN, Mexico Légation, 1832-1840, Correspondance avec les postes Campêche, carton 66, Lettre de M. d´Hauterive à M. le Duc [M. Deffaudis], Campêche, 9 mars 1836, fs.39-42.

18 Prohibición de la introducción de algunos efectos extranjeros, 22 mai 1829 (Dublan & Lozano, Legislación mexicana o Colección completa de las disposiciones legislativas, Imprenta del Comercio a cargo de Dublan y Lozano Hijos : México, 1876, tome 2, p. 109).

19 Voir l´étude littéraire réalisée sur cet auteur sous l´angle de la théorie critique moderne par Depetris, Carolina, El héroe involuntario. Fréderic de Waldeck y su viaje por Yucatán. Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2014.

20 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. Faramond à M. le Comte [De Lisle], Campêche, 4 octobre 1838, fs.204-209.

21 Plasencia Vázquez, Alexis et al, « Distribución histórica de las especies del género Haematoxylum (Leguminosae) en la Península de Yucatán, México, basada en ejemplares de herbario», Acta Botánica Mexicana, 2017, vol. 119, p. 51-68.

22 Torras Conangla, Rosa, De la tierra firme de enfrente. La colonización campechana sobre la Región de los Ríos (siglo XIX), Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2012.

23 Dampier, William, Dos viajes a Campeche, Con el facsímil de la edición inglesa de 1705, México, Miguel Ángel Porrúa, 2004.

24 ADN, Mexico Légation, 1832-1840 Correspondance avec les postes Campêche, carton 66, Lettre de M. d´Hauterive au Général del Toro, Mérida, 12 avril 1836, fs.53-56v.

25 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le Duc [de Broglie], Mexico 15 janvier 1836, fs.9-12. Tomás Antonio O´Horan, sénateur et Rafael Montalvo, député, étaient originaires de Campêche et représentants du Département du Yucatan au Congrès constitutionnel (Moreno Valle, Lucina, Catálogo de la colección Lafragua de la Biblioteca Nacional de México, 1821-1853, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Bibliográficas, 1975, p. 910-911) En plus d´être député, Rafael Montalvo fut Gouverneur du Yucatan en juillet 1834 (Flores Escalante, Justo Miguel « Los gobernadores de Yucatán de orígenes y vínculos campechanos. Discursos y administración, 1821-1857», in Sergio Quezada (Coord.), Campeche a través de las Memorias de los gobernantes. Evolución política y administrativa, 1826-1862, Gobierno del Estado de Campeche, 2010, p. 115.)

26 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le Ministre [M. Deffaudis], Campêche, 31 décembre 1836, fs.142-146.

27 José María Gutiérrez de Estrada, originaire de Campêche, fut Ministre des Relations Intérieures et Extérieures du 24 avril 1834 au 1er juin 1835. Son frère, Joaquín Gutiérrez de Estrada fut gouverneur du Yucatan en juin 1837 (Flores Escalante, Justo Miguel « Los gobernadores de Yucatán de orígenes… », op cit.). En 1846, il fonda la Gutierrez y Cia. avec les biens de la compagnie de son père, la Gutierrez y Hermanos y Cia. (Vadillo López, Claudio y Medina Gutiérrez, Marcela, « Tres familias de empresarios de Ciudad del Carmen, Campeche en el siglo XIX : Gutiérrez, Anizan y Nieves», [en ligne] Communication orale du Segundo Congreso de Historia Económica, México, 2004, consulté en octubre 2012 URL : http://www.economia.unam.mx/amhe/memoria/simposio07/Claudio%20VADILLO%20y%20Marcela%20MEDINA.pdf., p. 5).

28 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. d´Hauterive à M. le Ministre [M.Deffaudis], Campêche, 31 décembre 1836, fs.142-146.

29 Archivo General de la Nación, México (AGN), Fonds Justicia, Archivo, tomo 104, fs.8-8v, Carta de José Agapito Pren, presidente del Ayuntamiento Constitucional de la Villa del Carmen en el que pide al Ministro de Estado y del Despacho de Relaciones Interiores y Exteriores, la apertura del puerto para la extracción del palo de tinte en buques extranjeros, 30 de noviembre de 1836.

30 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 1, Lettre de M. Faramond à M. le Ministre [le Maréchal Duc de Dalmatie], Campêche, 30 janvier 1840, fs. 273-278v.

31 Torras Conangla, Rosa, De la tierra firme de enfrente. La colonización campechana sobre la Región de los Ríos (siglo XIX), Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2012 ; « ¿Diversas visiones de nación ? : disputas territoriales en la frontera sur de la península de Yucatán», in Arturo Taracena Arriola (Ed.), Depetris Adam Sellen (Comp.), Miradas regionales : las regiones y la idea de nación en América Latina, siglo 19 y 20, Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2013, p. 83-102.

32 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, carton 68, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. le Ministre [M. Levasseur], Campêche, 31 décembre 1848, fs.146-147v.

33 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, carton 68, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. le Ministre [M. Levasseur], Veracruz, 2 juin 1850, s/f.

34 ADN, Mexico Légation, 1841-1843 Correspondance avec les postes Campêche, carton 67, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. le Baron [Alleye de Cyprey], Campêche, 20 octobre 1842, fs.177-179v « notre port est bien rarement visité par les navires étrangers » ; ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. le Ministre [M.Gourry], Campêche, 28 juillet 1847, fs.509-512 « Campêche, très florissant sous le gouvernement espagnol (…), a perdu son monopole lorsque cette colonie s´est déclarée indépendante » ; ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, carton 68, Lettre de M. Villevêque à M. le Ministre [M. Levasseur], Campêche, 31 décembre 1848, fs.146-147v « Depuis 5 ans, je n´ai pas vu arriver un seul navire de notre commerce expédié de France pour Campêche. En 1848, il en est venu 2 » ; ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, carton 68, Lettre de M. Laisné de Villêveque M. le Ministre [M. Levasseur], Veracruz, 2 juin 1850, s/f « Il se passa quelque fois une, deux années sans qu´il aborde un seul navire français ou anglais dans le port de Campêche ».

35 ADN, Mexico Légation, 1844-1865, Correspondance avec les postes de Campêche, Carmen et Chihuahua, carton 68, Lettre de M. Jules Bastide à M. Laisné de Villêveque, Paris, 29 avril 1848, fs.109.

36 « Je pense que l´utilité d’un agent consulaire français est beaucoup plus grande à Carmen qu´à Campêche et je serais heureux que vous daignassiez m´en accorder le titre », ADN, Mexico Légation, 1832-1840 Correspondance avec les postes Campêche, carton 66, Lettre de M. Renon à M. le Baron [Deffaudis], Campêche, 13 juin 1833, fs.6-7. Avant que T. Durand ne soit désigné vice-consul, ce poste avait été occupé par Joseph Robira, M. Brissac et Ange Marie Giuliani.

37 Une piastre équivalait à l´époque à 5 francs ou 8 réaux.

38 Villegas Revueltas, Silvestre, Deuda y diplomacia. La relación México-Gran Bretaña, 1824-1884, Universidad Nacional Autónoma de México, 2005 présente les détails des dettes contractées du Mexique aux Britanniques au cours du XIXe siècle, basant ses recherches sur les documents consulaires de l´Office Council. Il n´a jusqu´à maintenant trouvé aucun papier côté anglais qui fasse référence à une hypothèque faite sur le Yucatan et Tabasco (communication personnelle, février 2017)

39 Constitution du Yucatan, 31 mars de 1841. Article 7, paragraphe 10 « Les étrangers pourront acquérir des biens fonds ruraux ou de ville et se livrer à toute espèce de branche d´industrie ».

40 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de Laisné de Villevêque à Mr. Le Baron [Alleye de Cyprey], Campêche, 14 août 1841, fs.48-50.

41 Pour de plus amples détails sur cette guerre navale face au littoral yucatèque, voir Villegas, Pascale « Las costas de Yucatán, escenario de batallas navales durante la guerra Méjico-Tejas, 1835-1837», Caribbean Studies, 2016, vol. 44, n° 1-2, p. 187-204.

42 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de Laisné de Villevêque à Mr. Le Baron [Alleye de Cyprey], Campêche, 30 novembre 1842, fs.195-197.

43 ADN, Mexico Légation (1841-1843). Correspondances avec les postes, Campêche, carton 67. Lettre de Laisné de Villevêque à Mr. Le Baron [Alleye de Cyprey], Campêche, 18 novembre 1842, fs.183-186.

44 Idem

45 Taracena Arriola, Arturo, De héroes olvidados. Santiago Imán, los huites y los antecedentes de la Guerra de Castas, Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, 2013 propose une étude complète sur la vie de Santiago Imán, sa collaboration durant les conflits de 1839 et 1842 et sur l´amnésie historiographique de ce personnage suite à la Guerre des castes.

46 Minutieusement mis en relief par Campos García, Melchor, « Que los yucatecos todos proclamen su independencia » Op. cit., en particulier p. 579-628)

47 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. Le Ministre, Campêche, 14 décembre 1847, fs.552-554.

48 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. Le Ministre, Campêche, 9 août 1847, fs.524-525v.

49 En juin 1842, le Congrès avait émis ce même décret lors de la guerre d´Indépendance, mais le consul de France avait vivement contesté afin de préserver la neutralité de la France dans ce conflit interne (ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Lettre de M. Laisné de Villevêque à M. Le Ministre, Campêche, 7 juin 1842, fs. 39v.) ; cet impôt versé par les français leur fut par la suite restitué. (Archivo General del Estado de Yucatán (AGEY), Fonds Gobernación, Consulado de Francia, boîte 50, vol. 2, exp. 32, 17 novembre 1842.) Dans ce nouveau conflit, la vie de tous les compatriotes était en danger, la plupart d´ailleurs essayait de partir mais depuis deux ans le consul sollicitait l´arrivée d´un bâtiment de guerre français qui n´arrivait toujours pas.

50 El Amigo del pueblo, 10 mars 1848.

51 La Unión, 11 mars 1848.

52 ADC, Correspondance Consulaire et Commerciale, Campêche, vol. 2, Pièce n° 2 annexée à la Dépêche n° 317, 9 janvier 1848, fs.584-585.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Villegas, « Le Yucatan dans les lettres consulaires de la France à Campêche (1832-1850) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/71908 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.71908

Haut de page

Auteur

Pascale Villegas

Universidad Autónoma de Campeche
pmvilleg@uacam.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page