Navegación – Mapa del sitio
Debates | 2018
Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle) – Coord. Yann Lignereux et Clément Thibaud
Yann Lignereux y Clément Thibaud

Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle)

Governing the Empire. French and Iberian experiences in the Americas (16th-19th Century)
[14/06/2018]

Texto integral

  • 1 Ce dossier est issu d'un atelier historiographique tenu à l'Université de Nantes, dans le cadre du (...)

1Naguère encore, l’accession du duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, au trône d’Espagne était lue comme un tournant majeur de l’histoire de la monarchie catholique1. Grâce à la famille de Bourbon, la plurimonarchie fédérative des Habsbourg laissait place à un gouvernement plus exécutif, centralisé et militaire. Vainqueur de la guerre de Succession d’Espagne, Philippe V faisait rentrer dans l’obéissance la couronne rebelle d’Aragon par l’abolition de ses cortes et la limitation de ses libertés par les décrets de Nueva Planta (1707-1716). Ses successeurs éclairés, parmi lesquels se détache la figure de Charles III, n’auraient eu de cesse que de réduire l’irritante diversité des royaumes européens, américains et asiatiques de cette monarchie mondiale à l’unité voulue par la nouvelle dynastie. De la guerre de Succession à la crise de 1808, l’historiographie espagnole a lu le siècle des Bourbons comme un temps d’absolutisme rompant avec le caractère pluriel, agrégatif et plurinational de la monarchie habsbourgeoise. Pour le dire en un mot, les Espagnes auraient suivi les pas de la France bourbonienne pour faire pièce au lent processus de décomposition, voire de décadence, qui avait fait suite au Siècle d’or. Cette convergence absolutiste aurait ainsi transformé – sans l’abolir – le gouvernement polysynodique de la Monarchie catholique en un instrument unifié autour des nouvelles secrétaireries d’Etat, mises au service d’une ambition régaliste cohérente, déclinée, à l’échelle de l’empire, dans les domaines militaire, fiscal, religieux, économique. Cette interprétation sert de cible, aujourd’hui, aux revendications des « nationalismes périphériques » dans la péninsule : « l’occupation bourbonienne », continuée sous la férule centralisatrice de Franco, aurait mis fin à l’autogouvernement souple des Habsbourg, justifiant les revendications actuelles d’autonomie ou d’indépendance.

  • 2 Mark A. Burkholder et David S. Chandler, From impotence to authority : the Spanish Crown and the Am (...)
  • 3 Sur les révoltes des Andes du Pérou et du Haut-Pérou, la bibliographie est bien fournie, avec Scarl (...)

2La lecture d’un XVIIIe siècle absolutiste s’est appliquée également au « gouvernement colonial », la dynastie d’origine française étant créditée d’avoir conduit une « seconde conquête » de l’Amérique grâce à l’envoi de magistrats d’origine péninsulaire et d’habiles réformes administratives comme l’implantation des intendances2. Suivant les pas de la monarchie exécutive à la française, l’affirmation d’un gouvernement absolu et centralisé aurait produit les mêmes effets ambivalents qu’outre-Pyrénées sur les sociétés européennes et américaines : à l’amélioration du gouvernement en termes de rendement fiscal, d’efficacité administrative ou de puissance militaire répondent, par contrecoup, les grandes révoltes des années 1780 – au Pérou et dans le Haut-Pérou sous la conduite de Tupac Amaru et de Tupac Katari3 ou en Nouvelle-Grenade avec la rébellion des Comuneros. Aujourd’hui encore, l’historiographie centrée sur la nation voit dans ces mouvements déclenchés par les réformes des Bourbons l’annonce des indépendances hispano-américaines (1808-1825).

  • 4 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía : trabajos de historia política, Madrid, Alianz (...)
  • 5 François-Xavier Guerra, « ‘Políticas sacadas de las sagradas Escrituras’. La referencia a la Biblia (...)
  • 6 António Manuel Hespanha, As vésperas do leviathan : instituições e poder político  : Portugal, séc. (...)

3Las, depuis les années 1990, une série d’ouvrages fondamentaux ont révolutionné la compréhension des anciens régimes ibériques en s’attachant à l’étude des formes du gouvernement et des usages du droit. Fondés sur la critique radicale des notions d’Etat, d’administration et d’absolutisme, ils marquent un point de rupture avec les lectures classiques de la monarchie française. Vérité en deçà des Pyrénées, mensonges au-delà : le mot de Pascal semble s’appliquer tout naturellement à cette divergence de lecture, qui ne tient pas seulement à la diversité des situations historiques. Rompant avec le grand récit franquiste d’une centralisation progressive et heureuse de la nation espagnole, commencée dans la gloire avec le règne de Charles-Quint et perfectionnée par la dynastie bourbonienne, malgré les tendances dissociatives de la constitution de Cadix (1812) et des révolutions libérales puis démocratiques du XIXe siècle, ces auteurs ont affirmé que l’Espagne, et plus largement, le monde ibérique, relevait d’un type de gouvernement par la juridiction plutôt que d’un Etat administratif à vrai dire introuvable. Loin de rompre avec le passé, comme l’explique Pablo Fernández Albaladejo dans son grand livre, Fragmentos de Monarquía (1992), le moment des Bourbons prolonge en réalité le mode de gouvernement antérieur en raison de la force d’une conception corporative de la société monarchique dans laquelle le roi couronne les corps et communautés en garantissant leurs droits sans les altérer4. « L’esprit de justice », comme il l’écrit en français dans le texte, continue à dominer « l’esprit d’administration », immunisant ainsi la Couronne d’Espagne contre un absolutisme, qui, par contrecoup, est réduit à la dimension d’un langage politique. Certes, ce dernier se répand timidement après la révolte d’Esquilache, à Madrid, en 1766 et l’expulsion subséquente de la Compagnie de Jésus, l’année suivante ; la revendication de Bossuet est davantage exhibée pour la montre que pour imaginer des politiques impériales5. Dans une autre perspective, l’historien portugais António M. Hespanha a récusé également les paradigmes de l’Etat et de l’administration, montrant que la monarchie portugaise ne s’inscrit nullement dans ces deux types de rationalité gouvernementale6.

  • 7 Pietro Costa, Iurisdictio : semantica del potere politico nella pubblicistica medievale, 1100-1433, (...)
  • 8 Par exemple, Bartolomé Clavero, Tantas personas como estados : por una antropología política de la (...)
  • 9 Voir, pour un excellent bilan de la question, Annick Lempérière, « Constitution, juridiction, codif (...)

4Ignorant la monopolisation des normes par un « État » Léviathan dès lors introuvable, le royaume se régissait par la juridiction, en confiant le gouvernement de l’empire à des juges, dont l’un des devoirs consistait à déterminer les lois qui devaient s’appliquer aux justiciables. La iurisdictio7 – ce droit, non seulement à dire le droit, mais aussi à la choisir parmi des massifs normatifs bigarrés – donnait à ces officiers un grand degré d’autonomie dans l’administration des royaumes composant ces couronnes. Dans la perspective d’une anthropologie historique et politique du droit, Bartolomé Clavero a ainsi récusé les paradigmes liant l'État, l’absolutisme et l’administration pour la Monarchie catholique8. Ces travaux se prolongent aujourd’hui dans une réflexion sur le legs que le gouvernement par la juridiction a laissé aux nations ibériques issues des empires après les indépendances du début du XIXe siècle, comme ceux de Marta Lorente, Carlos Garriga, Annick Lempérière, Alejandro Agüero, François Godicheau, Andréa Slemian ou María Teresa Calderón9.

  • 10 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarch (...)
  • 11 Michel Bertrand, Grandeur et misères de l’office : les officiers de finances de Nouvelle-Espagne  : (...)
  • 12 Jean-Frédéric Schaub, « La catégorie «  études coloniales » est-elle indispensable  ? », Annales. H (...)

5Cette révolution historiographique a renouvelé la compréhension de la dimension impériale des monarchies ibériques dont le caractère polycentrique, des Habsbourg aux Bourbons, fait l’objet, aujourd’hui, d’un relatif consensus historiographique10. L’existence d’une reconquête bourbonienne de l’Amérique a été infirmée par des travaux sur les administrateurs coloniaux, comme ceux, pionniers, de Michel Bertrand11, et dont le travail de Philippe Castejon donne une bel exemple dans ce dossier grâce à l’étude des carrières des officiers peuplant les audiences américaines. De nombreux travaux insistent aujourd’hui sur la souplesse du gouvernement, qui donnait aux officiers royaux comme aux juges locaux, la capacité casuistique d’adapter les normes monarchiques aux situations locales. Ce point est d’autant plus important que les empires français et ibériques avaient à gouverner des populations qui étaient différentes de celles de l’Europe, tout en contrôlant d’immenses frontières guerrières, parfois proches des grandes cités coloniales comme le montre l’article de Guida Marques à propos du Brésil, de l’Afrique et de l’Inde portugaises. De l’autre côté des océans, prévalaient des situations nouvelles où il fallait adapter les modalités du gouvernement pour mieux contrôler des populations d’esclaves, promptes au soulèvement, des groupes amérindiens parfois nostalgiques de leurs souverainetés perdues, et des libres de toutes les couleurs revendiquant l’égalité avec les blancs. Ces défis de gouvernement devaient cependant s’inscrire dans le cadre de l’unité monarchique, largement inquestionnée, et de la continuité de la loi royale par-delà les mers. L’article de Pedro Cardim et de Miguel Baltazar montre ainsi toutes les difficultés que devaient surmonter les officiers de la couronne portugaise pour faire circuler les corpus normatifs loin de Lisbonne et les faire connaître aux divers sujets de l’empire. C’est pourquoi maints travaux ont interrogé depuis une vingtaine d’années la dichotomie entre métropole et colonies12. Ils démontrent l’intérêt de brouiller la différence entre les espaces européens et ultramarins pour saisir les évolutions d’ensemble et mieux comprendre ce que ces monarchies devaient à leur nature impériale. Ce geste accompagne la réflexion historiographique sur le caractère absolu ou centralisé des souverainetés qui structurent ces communautés politiques à la dimension du monde et sur la nature de ces États. De part et d’autres des Pyrénées, les historiographies se rapprochent dans une commune revalorisation de trois facteurs jadis négligés : l’empire comme structure plurielle, la juridiction et le gouvernement des « autres », Indiens, esclaves, libres de couleur.

  • 13 Timothy Tackett, Anatomie de la terreur, Paris, Seuil, 2018 ; Paul Friedland, Political Actors. Rep (...)

6L’historiographie française accuse dès lors un retard certain au regard de ce révisionnisme ibérique suscité par la déconstruction historiographique de l’Etat qui accompagna la fin des régimes autoritaires de la péninsule. Le discours de la continuité étatique qui trouvait dans les formes républicaines à la fois sa solution avec le système monarchique et sa perfectibilité vis-à-vis des lacunes et des injustices de ce dernier, avait en effet été assumé par les artisans d’un régime posant, dans les années 1880, les principes et les pratiques de l’exercice des droits fondamentaux de la démocratie d’opinions. A défaut de ce réveil du discours dogmatique facilité, outre Pyrénées, par la lutte contre la dictature, le récit national français porte encore largement la marque de cette longue et patiente histoire de l’émergence de l’Etat confondue avec l’acmé de la contemporanéité libérale et dont la séquence absolutiste de la monarchie française et de la transformation autoritaire de la république monarchique en un Etat royal, aux XVIe-XVIIe siècle, serait le vertueux accélérateur abolissant les privilèges honnis de la robe et de l’autel et favorisant la lumière raisonnable de l’Etat alors, encore un temps, confondu avec le corps du prince souverain jusqu’à ce que la Révolution française impose la souveraineté du corps populaire et substitue à la confusion de la représentation du pouvoir la représentativité de ses mandants13.

  • 14 La domestication de la noblesse a été interrogée par Katia Beguin (2000), la soumission des villes (...)
  • 15 Pierre Serna, « Toute révolution est guerre d’indépendance », Jean-Luc Chappey et alii (éd.), Pour (...)

7La fécondité, ces 30 dernières années, de l’historiographie louis-quatorzienne, avivée encore par la célébration en 2015, de l’anniversaire de la mort de Louis le Grand, a porté à l’absolutisme des coups considérables obligeant à reconsidérer la réalité des mécanismes par lesquels se seraient imposés dans le royaume les rouages de la gouvernementalité wébérienne14. Les corps intermédiaires, sociaux et institutionnels, pensés comme réduits à la merci d’un pouvoir versaillais discrétionnaire et autonome, témoignent au contraire d’une vitalité qui fait douter de l’uniformisation et de la centralisation développées en figures de gloire dans les discours ministériels. La proposition singulière de Pierre Serna de penser la révolution française comme une guerre d’indépendance comme les autres oblige, par sa provocation salutaire, à reconsidérer derrière les métaphores antiques les réalités d’un espace politique français qui gagnerait à être pensé, en effet, comme un empire, ou à tout le moins comme un empire saisi entre 1690 et 1720 par sa transformation coloniale et colonisatrice15. Autrement dit, la réduction de l’absolutisme politique à des horizons plus modestes de réalisation, et probablement même d’intention, loin de constituer un recul de la compréhension historiographique des deux derniers siècles de l’Ancien régime, serait le sésame par lequel il devient possible d’interroger les réalités impériales de la monarchie française. La formule de Mirabeau, bien connue des historiens de la littérature populaire et des spécialistes du folklore, conseillant à Louis XV, dans L’ami des hommes (1756), « de réunir le Berry à son empire au lieu de conquérir des provinces étrangères » doit être entendue également comme le symptôme de cette évolution transformant le rapport impérial à l’altérité en une relation d’ordre coloniale au mitan du siècle des Lumières.

  • 16 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, (...)

8Si la destinée nationale perd de son évidence autoréalisatrice – comme lieu d’invention et de fonctionnement idéal de l’Etat-nation, cette figure donnée comme modèle aux autres polités d’Europe et du monde – et de sa prétention à l’exemplarité, le travail historiographique, succinctement évoqué plus haut, ramène la chronologie politique française dans la proximité des monarchies agrégatives, des royaumes polycentriques et des réalités impériales qui lui sont immédiatement voisines. Si le polycentrisme ibérique contient la négation du principe de l’Etat comme producteur exclusif de la norme, la reconnaissance des réalités privilégiées – au sens juridique et législatif de ces termes – des Frances européenne et outre-atlantique ralentit l’emballement idéologique à faire de leur histoire le cheminement tranquille d’un Etat dont les racines seraient peut-être davantage à trouver alors dans la France coloniale révolutionnaire que dans la monarchie des rois impériaux16. La France moderne partagerait alors un pluralisme juridique et judiciaire qui ferait obstacle à la croissance de l’Etat. L’historiographie ibérique comme celle portant sur les espaces britanniques concourt à redonner à la construction des normes dans la France métropolitaine et américaine la diversité de ses acteurs et à reconnaître des temporalités différentes d’un modèle de diffusion par trop idéal d’un gouvernement rayonnant et/ou décliné dans les espaces soumis à son administration.

9La contribution de François-Joseph Ruggiu ouvre donc logiquement le dossier rassemblé ici en démontrant toute la pertinence heuristique d’une approche comparée de l’histoire impériale en France en faisant intervenir davantage que nous l’avons fait ici le rôle et l’importance de l’historiographie anglo-saxonne qui, en termes chronologiques, peut assurer le lien entre le révisionnisme ibérique et l’acclimatation récente des travaux français aux enjeux de l’histoire impériale. Une histoire impériale dont le cœur idéologique est interrogé par Andrea Daher à travers l’analyse, au début du XVIIe siècle, de l’expérience française au Brésil mise en œuvre par les capucins. Un ordre religieux qui rappelle combien ont été divers les acteurs essentiels de la construction impériale française outre-atlantique. Ce dont témoigne l’article d’Helen Dewar qui montre dans le cas des compagnies commerciales comment s’inventent et se confrontent des conceptions de la souveraineté que l’on a tendance à uniformiser derrière celle seule du monarque.

10Enfin, la contribution de David Chaunu replace dans cet entrelacs d’acteurs institutionnels, l’institutionnalisation, avant la politisation concrète dans le geste d’une protestation identitaire, des colons eux-mêmes permettant d’envisager une forme de convergence, peut-être, entre les impériaux français des Antilles et du Canada, les patriotes du Boston tea party et les royalistes espagnols de l’Amérique des révolutions.

« Hércules sostiene la esfera celeste », tapisserie de la suite «Las Esferas» (Madrid, Patrimonio Nacional)

Inicio de página

Notas

1 Ce dossier est issu d'un atelier historiographique tenu à l'Université de Nantes, dans le cadre du Centre d'Histoire Internationale et Atlantique, les 30 novembre et 1er décembre 2015, dans le cadre des projets STARACO (Statuts, race et couleurs dans le monde atlantique, Université de Nantes, Région des Pays de la Loire) et du Labex EHNE (Ecrire une nouvelle histoire de l'Europe).

2 Mark A. Burkholder et David S. Chandler, From impotence to authority : the Spanish Crown and the American audiencias, 1687-1808, Columbia, University of Missouri Press, 1977. Sur la « seconde conquête de l’Amérique », voir les développements classiques de John Lynch, The Spanish American Revolutions, 1808–1826, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1973 et son ouvrage sur les intendances, John Lynch, Spanish colonial administration, 1782-1810 : the intendant system in the Viceroyalty of the Río de la Plata, New York, Greenwood Press, 1969.

3 Sur les révoltes des Andes du Pérou et du Haut-Pérou, la bibliographie est bien fournie, avec Scarlett O’Phelan Godoy, La gran rebelión en los Andes : de Túpac Amaru a Túpac Catari, Lima, Centro de Estudios Regionales Andinos « Bartolomé de las Casas », 1995 ; Sinclair Thomson, We Alone Will Rule : Native Andean Politics in the Age of Insurgency, Univ of Wisconsin Press, 2002 ; Sergio Serulnikov, Revolution in the Andes : the age of Túpac Amaru, Durham, Duke University Press, 2013 et Charles F. Walker, Tupac amaru rebellion, Cambridge, Belknap Harvard, 2016. Sur les Comuneros, voir John Leddy Phelan, The people and the king the Comunero Revolution in Colombia, 1781, Madison, University of Wisconsin Press, 1978 et Mario Aguilera Peña, La rebelión de los comuneros, Santafé de Bogotá, D.C., Panamericana Editorial, 1998.

4 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía : trabajos de historia política, Madrid, Alianza Editorial, 1992 ; Id., « Dinastía y comunidad política : el momento de la patria », in Los Borbones  : dinastía y memoria de nación en la España del siglo XVIII, Madrid, Marcial Pons, Casa de Velázquez, 2002, p. 485-532 ; Id., Materia de España : cultura política e identidad en la España moderna, Madrid, Marcial Pons Ediciones de Historia, 2007.

5 François-Xavier Guerra, « ‘Políticas sacadas de las sagradas Escrituras’. La referencia a la Biblia en el debate político (siglos XVII a XIX) », Mónica Quijada et Jesús Bustamante (coords), Elites intelectuales y modelos colectivos : mundo ibérico (s. XVI-XIX), Madrid, CSIC, 2003, p. 155-198.

6 António Manuel Hespanha, As vésperas do leviathan : instituições e poder político  : Portugal, séc. XVII, Lisbonne, 1986.

7 Pietro Costa, Iurisdictio : semantica del potere politico nella pubblicistica medievale, 1100-1433, Milano, Giuffrè, 2002.

8 Par exemple, Bartolomé Clavero, Tantas personas como estados : por una antropología política de la historia europea, Madrid, Tecnos, Fundación Cultural Enrique Luño Peña, 1986 et Happy constitution : cultura y lengua constitucionales, Madrid, Ed. Trotta, 1997.

9 Voir, pour un excellent bilan de la question, Annick Lempérière, « Constitution, juridiction, codification. Le libéralisme hispano-américain au miroir du droit », Almanack, 2017, no 15, p. 1-43.

10 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarchies : How Did Early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony ?, Sussex Academic Press, 2013. João Luís Ribeiro Fragoso, Maria Fernanda Bicalho et Maria de Fátima Gouvêa, O Antigo Regime nos trópicos : a dinâmica imperial portuguesa, séculos XVI-XVIII, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2010.

11 Michel Bertrand, Grandeur et misères de l’office : les officiers de finances de Nouvelle-Espagne  : (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Publ. de la Sorbonne, 2000.

12 Jean-Frédéric Schaub, « La catégorie «  études coloniales » est-elle indispensable  ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008, vol. 63, no 3, p. 625-646 et « Para seguir con el debate en torno al colonialismo ... », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 février 2005, consulté le 30 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/430; DOI : 10.4000/nuevomundo.430

13 Timothy Tackett, Anatomie de la terreur, Paris, Seuil, 2018 ; Paul Friedland, Political Actors. Representative Bodies and Theatricality in the Age of the French Revolution, Ithaca, Cornell University Press, 2002.

14 La domestication de la noblesse a été interrogée par Katia Beguin (2000), la soumission des villes relue par Antoine Coutelle (2014), l’atonie ou la marginalisation des Etats provinciaux par Marie-Laure Legay (2001), la docilité ou l’humiliation des parlements par Olivier Chaline et Gauthier Aubert (2010), l’ordre politique par Klaus Malettke (1996), Joël Cornette (2009), Pierre Bonnet (2011) et Bruno Tribout (2011 et 2015), l’efficacité de la politique-spectacle par Isaure Boitel-Devauchelle et Hendrick Ziegler (2016 et 2013), la faculté étatique de la guerre par Martial Gantelet (2014) et l’assujettissement des Français (ANR Conflipol 2007) pour ne citer ici que quelques-uns de ces recherches qui s’attachent à mettre au jour les ombres du Grand Siècle absolutiste aux côtés de celles plus connues de l’opposition religieuse protestante, janséniste ou catholique que l’on peut envisager, de manière renouvelée, à travers la redécouverte des travaux du Petit concile proposée par François-Xavier Cuche (2017), la critique politique de Fénelon et le réformisme aristocratique, les résistances protestantes du Refuge et les hautes-eaux encore des émeutes antifiscales étudiées d’ailleurs à nouveaux frais par Gauthier Aubert (2014). Encore faudrait-il citer les travaux pionniers des collègues anglo-saxons comme William Beik, James B. Collins et David Hickey sur la Provence, la Bretagne et le Dauphiné après les propositions de John Russell Major. L’historien Jean Nicolas (2002) et l’équipe qu’il a réuni autour de lui pour cette longue enquête sur les émeutes à l’époque moderne ont ainsi mis en lumière la pérennité d’une « France rébellionnaire » ne disparaissant pas derrière les ors versaillais, la caporalisation nobiliaire de l’armée et l’enrégimentement des arts qu’ont pu interroger chacun à sa manière Gérard Sabatier (1999) et Michel Jeanneret (2012).

Sur la république monarchique et sa transformation étatique, James B. Collins, La monarchie républicaine. État et société dans la France moderne, Paris, Odile Jacob, 2016 ; et sur l’absolutisme lui-même, Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Editions du Seuil, 2002 ; Lothar Schilling (dir.), Absolutismus, ein unersetzliches Forschnugskonzept ? Eine deutsch-französische Bilanz. L’absolutisme, un concept irremplaçable ? Une mise au point franco-allemande, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2008.

15 Pierre Serna, « Toute révolution est guerre d’indépendance », Jean-Luc Chappey et alii (éd.), Pour quoi faire la révolution, Marseille, Agone, 2012, p. 19-49.

16 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, La Découverte, 2009 (2006).

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda « Hércules sostiene la esfera celeste », tapisserie de la suite «Las Esferas» (Madrid, Patrimonio Nacional)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/72065/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 9,1M
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Yann Lignereux y Clément Thibaud, « Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Debates, Puesto en línea el 14 junio 2018, consultado el 15 diciembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/72065 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.72065

Inicio de página

Autores

Yann Lignereux

Université de Nantes, Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique.

Clément Thibaud

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Mondes Américains.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página