Navigation – Plan du site
Débats | 2018
Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle) – Coord. Yann Lignereux et Clément Thibaud
Guida Marques

De Bahia à Luanda, en passant par Goa : les déclinaisons du gouvernement impérial portugais au XVIIe siècle

From Bahia to Luanda, and Goa : variations of the Portuguese Imperial Government (17th century)
De Salvador da Bahia até Luanda, sem esquecer Goa : as variações do governo imperial português no século XVII
[16/06/2018]

Résumés

Cet article propose de questionner le gouvernement de l’empire portugais au XVIIe siècle, en déplaçant l’attention des institutions métropolitaines vers les pratiques locales de gouvernement, et de considérer davantage l’inscription territoriale de cet empire et les différentes populations qui y sont présentes. La réflexion historiographique, engagée dans ce texte, s’appuie sur une analyse de la documentation coloniale, qui soulève le problème de la circulation des expériences de gouvernement, tout en soulignant la dimension politique de l’esclavage et la prégnance de la conquête dans l’empire portugais.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 António Manuel Hespanha et Catarina Madeira Santos, « Os poderes num império oceânico », in António (...)
  • 2 Giuseppe Marcocci, A consciência de um império: Portugal e o seu mundo (sécs. XV-XVII), Coimbra, Im (...)
  • 3 Luís Filipe Thomaz, Estrutura política e administrativa do Estado da Índia no séc. XVI, Lisbonne, I (...)
  • 4 António Vasconcelos Saldanha, Iustum Imperium. Dos tratados como fundamento do império dos portugue (...)

1Insolite au regard des empires territoriaux classiques, comme de son voisin castillan, l’empire portugais a été défini, il y a quelques années déjà, comme un empire océanique1. Cette expression venait souligner sa discontinuité spatiale et l’imprécision de ses limites aussi bien géographiques que juridiques. Elle rappelait également sa raison d’être commerciale, ajustée bien sûr aux cadres idéologiques de la Couronne portugaise, et à son impératif de légitimation auprès de la Papauté2. Elle s’inspirait de la définition, proposée par l’historien Luís Filipe Thomaz, de l’Estado da Índia, comme un réseau, un système de communication entre divers espaces. Dans cette perspective, « les établissements terrestres n’existent et ne se justifient qu’en fonction du réseau maritime qui les unit et les englobe »3. Thomaz évoque ainsi la territorialité comme un simple moyen, permettant d’assurer l’articulation du réseau, et voit là une raison majeure de l’extraordinaire variété des structures d’encadrement et d’administration des territoires et des populations. On ne manquera pas, cependant, de relever au passage que si la territorialité fut une fin secondaire pour la Couronne, elle devint rapidement l’objet de représentations et de fictions juridico-politiques, en même temps que l’enjeu de domination et de pouvoir local4.

  • 5 António Manuel Hespanha, op. cit. ; Thomaz, op. cit.; António Vasconcelos Saldanha, As capitanias d (...)
  • 6 Elizabeth Mancke, « Early Modern Expansion and the Politicization of Oceanic Space », Geographical (...)
  • 7 António Manuel Hespanha, As vésperas do Leviathan. Instituições e poder político. Portugal - séc. X (...)
  • 8 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibañez, Gaetano Sabatini eds., Polycentric Monarchies. (...)
  • 9 Parmi de nombreux travaux à ce jour, dont il faut noter la dimension très atlantique, voire luso-br (...)
  • 10 Fernanda Bicalho, « As câmaras ultramarinas e o governo do império », in João Fragoso, Fernanda Bic (...)
  • 11 Nuno G. Monteiro, P. Cardim, M. Soares da Cunha org., Optima Pars. Elites Ibero-Americanas do Antig (...)
  • 12 Ne serait-ce que comme objet de ce même gouvernement. Cf. Silvia Hunold Lara, « Conectando historio (...)
  • 13 Cette dernière question a, cependant, été soulevée par António Manuel Hespanha. Cf. António Manuel (...)

2Cet empire hétérogène recouvre ainsi une multitude de systèmes politiques, où le pouvoir de la Couronne portugaise coexiste, et partage ses attributions, avec les pouvoirs locaux, y compris indigènes. Il mêle des formes variées de gouvernement, depuis l’institution de capitaineries et de municipalités, jusqu’aux liens politiques les plus informels, en passant par les contrats de vassalité5. La diversité des expériences et des formes de gouvernement adoptées à travers l’espace impérial portugais renvoient à l’économie de moyens, et à la précarité, souvent durable, de la colonisation portugaise6. Elle demeure, cependant, en consonance avec le système politique en vigueur dans le royaume, lui-même pluraliste et décentralisé7. Une monarchie polycentrique, qui tend à définir aujourd’hui l’empire portugais lui-même8. L’historiographie récente a mis l’accent sur l’importance des circuits de communication politique au sein de cet empire, et relevé celle des divers réseaux sur lesquels s’appuya la construction impériale portugaise9. Elle a notamment souligné le rôle des pouvoirs locaux dans l’architecture impériale et, en particulier, celui des municipalités, insistant sur leur autonomie et leur capacité de négociation face à la Couronne10. Mais si le concept de centralisation a été clairement délaissé, on continue d’évoquer volontiers la centralité du royaume et de ses institutions11. Et le gouvernement de l’empire semble, finalement, se résoudre dans la communication, et les négociations, avec les seules élites coloniales. L’analyse du gouvernement impérial tend ainsi à éluder ces autres populations, soumises ou non d’ailleurs, impliquées elles aussi, d’une manière ou d’une autre, dans l’empire portugais et son gouvernement12. Elle néglige également la précarité de la souveraineté portugaise outre-mer, tout au long du XVIIe siècle, en Asie comme dans l’Atlantique, et la violence qui accompagne les divers processus de territorialisation mis en oeuvre de part et d’autre. L’articulation des systèmes de pouvoir portugais et indigènes intéresse peu l’histoire impériale, tandis que les raisons mêmes de la différenciation périphérique demeurent en suspens13.

  • 14 Hespanha en a donné un panorama juridico-institutionnel fondamental. Voir aussi Fernanda Bicalho or (...)
  • 15 Jérôme Baschet, « Unité, dualité, multiplicité. Vers une histoire à la fois globale et plurielle », (...)
  • 16 Mariana P. Candido, An African Slaving Port and the Atlantic World. Benguela and its Hinterland, Ca (...)
  • 17 Sanjay Subrahmanyam, « Holding the world in Balance: the connected Histories of the Iberian Oversea (...)
  • 18 On ne peut ignorer, cependant, que l’esclavage fut également présent dans l’Estado da Índia, et se (...)
  • 19 Ce sont d’ailleurs ces différences entre les diverses populations soumises à l’ordre colonial portu (...)
  • 20 Frederick Cooper, Colonialism in question. Theory, Knowledge, History, University of California Pre (...)
  • 21 Pour une approche axée sur les institutions métropolitaines, Edval de Souza Barros, Negócios de tan (...)

3La complexité de cet empire rend évidemment ardue toute tentative de synthèse de ses modes de gouverner14. Mais une approche de cette question, qui se voudrait tout à la fois globale et plurielle, bute autrement sur la distinction établie, et communément admise par l’historiographie, entre empire atlantique et asiatique – comme s’il s’agissait de deux expériences coloniales incommensurables15. Leur opposition repose sur une chronologie différenciée de la colonisation portugaise dans ces régions, et le développement de complexes économiques clairement distincts de part et d’autre. Elle s’appuie également sur une emprise territoriale bien plus marquée dans l’Atlantique. On rappellera, toutefois, qu’elle l’est encore de manière précaire dans l’Amérique portugaise, tout au long du XVIIe siècle, tandis qu’elle se réduit alors, en Angola, aux enclaves littorales de Luanda et de Benguela16. On pourrait relever, par ailleurs, la tendance territoriale de l’Estado da Índia lui-même, au cours des XVIIe et XVIIIe siècle, et rappeler la logique de conquête à l’oeuvre à Ceylan, qui, malgré son échec, alimentera un imaginaire puissant jusqu’à la fin du XVIIe siècle17. Certes, dans l’Atlantique, l’engagement territorial, plus étroitement associé à l’esclavage et au trafic négrier, soulève d’autres questions, liées à la domination et au statut des populations indigènes présentes18. Mais aussi différentes soient ces configurations, la territorialité demeure de part et d’autre chose disputée et précaire, non pas seulement à cause des rivalités européennes, et inter-impériales, mais également en raison des différentes populations en contact19. Il ne s’agit nullement ici d’aplatir les différences bien trop évidentes entre ces diverses expériences coloniales, mais de reconnaître, au contraire, ce que doivent ces expériences, et le gouvernement impérial lui-même, aux populations présentes, mais aussi aux différentes attitudes des Portugais vis-à-vis d’elles20. Cette perspective conduit à aborder d’une autre manière le gouvernement de l’empire portugais, et à déplacer l’attention des institutions métropolitaines en charge des affaires ultramarines vers les pratiques gouvernementales21.

  • 22 Suivant des modalités évidemment différentes. Voir respectivement, Stuart B. Schwartz, Sugar Planta (...)
  • 23 José Roberto do Amaral Lapa, A Bahia e a carreira da Índia, São Paulo, Hucitec, 2 ed., 2000 [1966].
  • 24 Guida Marques, « ‘Por ser cabeça do Estado do Brasil’. As representações da cidade da Bahia no sécu (...)

4Envisager le gouvernement de l’empire depuis Bahia, Luanda et Goa, est tout d’abord une manière de prendre acte de la nature polycentrique de l’empire portugais et du rôle dévolu aux villes dans cet espace, tout en étant attentif aux développements politiques de ces dites périphéries impériales. Villes capitales, en tant que siège des institutions royales et de ses représentants, elles sont bien davantage que de simples courroies de transmission des ordres venus de métropole. Elles assument une fonction essentielle d’intermédiaire, et participent au gouvernement, notamment dans les domaines de la défense et des finances. Bahia, Luanda et Goa sont issues de conquêtes22. Elles sont également interconnectées entre elles de diverses manières. Liées par les voies de communication maritime, elles entretiennent, à la fin du XVIIe siècle, des relations commerciales inter-coloniales23. Elles jouent aussi entre elles d’émulation, voire de mimétisme24. De tels liens remettent en cause l’idée d’une fragmentation coloniale, cultivée par l’historiographie, et renforcent, au contraire, celle d’une fabrique locale de l’empire. Aborder le gouvernement impérial depuis ses marges, ou plus exactement depuis ces « centres périphériques », permet de considérer la diversité de ses modes d’exercice, d’éclairer le rôle des conjonctures locales de pouvoir, en même temps que la circulation des processus politiques et des représentations à travers l’espace impérial. Cette perspective permet aussi de questionner la spécificité de l’empire atlantique autrement que comme complexe géographique et économique, et d’envisager, par-delà le seul trafic négrier, le « commerce politique » dans cet espace. Enfin, si elle vient souligner l’importance de la dimension territoriale et de la diversité des populations présentes dont il faut tenir compte, elle permet aussi de mesurer l’importance, même dans ces villes, marquées par la présence de représentants éminents de la Couronne, d’une administration royale et d’une communication impériale formalisée, d’interactions diverses, et du caractère souvent informel du gouvernement.

  • 25 La réflexion présentée ici s’inscrit dans une recherche, en cours, autour de ces mêmes questions. E (...)
  • 26 Silvia Hunold Lara, Op. cit. Pour ce qui est de l’empire hispanique, cependant, la vitalité des étu (...)
  • 27 L’étude de Mariana Candido sur l’intérieur de Benguela manifeste toutefois l’intérêt récent de l’Hi (...)
  • 28 C’est ainsi que l’on se référait à l’espace impérial portugais au XVIIe siècle.
  • 29 Cf. Hebbe Mattos, « A escravidão moderna nos quadros do Império português: o Antigo Regime em persp (...)

5Mais plutôt que les déclinaisons du gouvernement dans ces diverses régions, ce sont les jalons d’un questionnement que je voudrais développer. Un questionnement qui concerne, au fond, les lignes de fuite du gouvernement impérial portugais au XVIIe siècle – et de son historiographie25. Les populations natives et métisses échappent bien souvent aux études sur le gouvernement de l’empire, les populations esclaves encore davantage26. Il en est de même des espaces de frontière, trop souvent considérés comme des zones de violence, hors de portée du gouvernement impérial27. Ce sont là pourtant autant d’enjeux de gouvernement, présents dans la documentation coloniale, qui permettent d’observer autrement l’autonomie politique locale et l’articulation des pouvoirs, les incertitudes de la souveraineté portugaise et le montage in situ de la domination, les interactions à l’oeuvre et les jeux de traduction engagés dans la distance qui sépare « le royaume et ses conquêtes »28. Les déplacements opérés ici, des institutions métropolitaines vers les pratiques gouvernementales, ou de ces villes vers l’intérieur et les sertões de Luanda et de Bahia, amènent notamment à considérer de quelle manière conquête et esclavage circonscrivent le gouvernement impérial portugais lui-même29. Ils dessinent les linéaments d’une autre histoire de l’empire portugais à l’époque moderne.

6Pour engager cette réflexion tout à la fois historique et historiographique, j’adopterai une approche pragmatique, à l’image de ce même gouvernement. L’analyse portera ainsi sur des situations et des pratiques, qui permettent d’en déployer les enjeux, de prendre en compte l’inscription territoriale de la domination portugaise, et d’intégrer les populations européennes, indigènes et métisses ; de considérer l’autonomie des pratiques gouvernementales, en même temps que leur articulation dans le cadre juridique et institutionnel de l’empire. Elles mettent en jeu des questions aussi différentes que la rémunération des services, la guerre juste, l’altérité domestique et l’esclavage, ou encore les dépositions de gouverneurs. Toutes, cependant, concernent le gouvernement et la justice du roi, et permettent de saisir les interactions entre les dynamiques locales et impériales, l’importance des représentations sociales et politiques, ou encore les espaces juridiques créés à travers les pratiques. Elles soulèvent le problème de la circulation des expériences de gouvernement à travers l’empire, et du rôle des pratiques gouvernementales dans la construction politique de la différence. Elles conduisent, finalement, à reconnaître la prégnance de la conquête, qui sous-tend l’empire portugais au XVIIe siècle. Mais avant d’examiner, plus précisément, ces pratiques politiques locales, il importe de caractériser brièvement ce gouvernement.

Savoir se laisser invoquer et garder la main

  • 30 « Se laisser invoquer » est la définition proposée par António Manuel Hespanha du mode de gouverner (...)

7Savoir se laisser invoquer et garder la main30. On pourrait résumer ainsi l’enjeu, pour la Couronne portugaise, du gouvernement de son empire au cours du XVIIe siècle. Cet enjeu-là renvoie conjointement à la nature du gouvernement au Portugal, et à la diversité des solutions politiques adoptées outre-mer, qui font du gouvernement de l’empire un gouvernement partagé entre diverses instances, et à différentes échelles.

  • 31 A.M. Hespanha, As vésperas do Leviathan. Instituições e poder político. Portugal — séc. XVII, Coimb (...)
  • 32 Guida Marques, L’invention du Brésil entre deux monarchies. Gouvernement et pratiques politiques de (...)
  • 33 Soit une définition du gouvernement qui nous situe loin de la simple domination, comme du gouvernem (...)

8La monarchie portugaise est une monarchie corporative, marquée par le pluralisme politique et normatif, dans laquelle les fonctions de la Couronne se trouvent globalement réduites à une administration passive, se limitant à faire justice et à garantir les droits acquis, tout en préservant sa prééminence. Dans l’ensemble théorique qui la caractérise, et qui a été longuement analysé par António Manuel Hespanha, « l’unité n’exige pas l’absorption par le centre des pouvoirs de la périphérie, mais seulement la reconnaissance d’une prééminence symbolique, liée à une fonction régulatrice de l’autonomie des parties, et partant une faculté de contrôle qui garantit que chaque partie n’offense pas la vocation unitaire et harmonique de l’ensemble ni la juridiction des autres parties »31. Les changements introduits pendant l’union ibérique, mais aussi, et sans doute avec davantage d’impact outre-mer, durant la seconde moitié du XVIIe siècle, ne doivent pas faire perdre de vue cet aspect32. Le développement de l’administration royale, la rationalisation, voire la relative uniformisation des instruments de gouvernement, et surtout la pression fiscale croissante, modifient le cadre du gouvernement, en aiguisant frictions et tensions, mais celui-ci reste, au XVIIe siècle, une affaire d’équilibre entre les divers intérêts créés à travers l’espace impérial. Il demeure, au fond, « une certaine manière pour la puissance souveraine de distribuer honneurs et charges en fonction des critères établis par l’usage»33.

  • 34 Guida Marques, « ‘Por ser cabeça do Estado do Brasil’. As representações da cidade da Bahia no sécu (...)
  • 35 Guida Marques, op. cit.; Arlindo Caldeira, « Dimensão sociopolítica do município de Luanda durante (...)
  • 36 João Fragoso en a fait la démonstration pour Rio de Janeiro. João Fragoso, « A nobreza da República (...)

9L’importance des villes considérées dans le gouvernement de l’empire s’inscrit dans ce cadre. Responsables du gouvernement quotidien local, ces villes participent également au gouvernement de l’empire, conjointement aux gouverneurs et aux officiers du roi, chargés de la justice et des finances. De plus en plus sollicitées par le pouvoir royal au cours du XVIIe siècle, notamment en matière de défense et de finances, elles deviennent aussi le lieu d’élaboration de politiques et de représentations impériales34. Par-delà les conjonctures locales de pouvoir, les négociations, mais aussi les conflits, sont constants à Bahia, Luanda et Goa, entre les intérêts politiques locaux représentés par les municipalités, les gouverneurs (ou vice-rois) et les magistrats royaux35. Cette dimension du gouvernement constitue une donnée inhérente au système impérial portugais, qui accompagne le développement de l’administration royale dans ces territoires au cours du XVIIe siècle. Et le mouvement d’institutionnalisation que l’on peut alors identifier dans les territoires atlantiques, en particulier dans l’Amérique portugaise et en Angola, ne saurait être pour autant synonyme de centralisation. Il convient de remarquer l’initiative très souvent locale de la demande de création de nouveaux offices. Le cas de l’office de secrétaire d’Etat, créé au Brésil, puis en Angola, durant la seconde moitié du XVIIe siècle, est significatif à cet égard, et révèle d’autres circulations à travers l’empire, rappelant, finalement, l’important investissement social dont fait l’objet l’administration royale de l’empire au niveau local36.

  • 37 Francisco Bethencourt, « Les instruments de connaissance dans l’empire portugais », in Charlotte Ca (...)
  • 38 Arndt Brendecke, Imperio e información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid/ (...)

10Dans le cadre de ce gouvernement partagé, information et grâce restent, cependant, des instruments essentiels du gouvernement entre les mains du pouvoir royal. La circulation de l’information est évidemment une condition sine qua non du gouvernement de l’empire, permettant de relier ses différentes parties. Et l’importance des instruments de connaissance de l’empire portugais, tout comme celle des réseaux d’officiers produisant et transmettant de l’information, ont été relevées37. La possibilité donnée aux habitants d’outre-mer de s’adresser directement au roi confirme le rôle des circuits de communication impériale, tandis que les relations de services, adressées à la Couronne, rendent manifeste le lien étroit entre information, gouvernement et grâce royale38.

  • 39 Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Mi (...)
  • 40 Fernanda Olival, « Mercês, serviços e circuitos documentais no império português », in Maria Emilia (...)
  • 41 « Il n’y a que cette espérance d’obtenir des grâces qui tient les Portugais auprès du Roy ». C’est (...)
  • 42 Hespanha, As vésperas do Leviathan, p. 496.
  • 43 Il avait été établi, dès 1611, que les services devraient être rémunérés, en priorité, localement. (...)

11L’importance de l’économie de la grâce dans le monde ibérique et le rôle, en particulier, de la rémunération des services dans le gouvernement de l’empire, ont également été démontrés39. Celle-ci joue un rôle fondamental pour motiver, et récompenser, les services rendus parmi les colonisateurs. Son importance est visible dans la place qu’elle occupe dans les institutions centrales de la monarchie, représentant une grande part de l’activité des Conseils du royaume, et notamment celle du Conselho Ultramarino. Elle l’est aussi dans la formalisation dont elle fait l’objet au cours du XVIIe siècle. Au souci de réglementation concernant les papiers et les documents requis pour enregistrer sa demande et solliciter récompense, vient s’ajouter un système d’enregistrement des grâces concédées, et des mesures de contrôle concernant leur attribution40. Cette relation de services, qui lie étroitement les sujets à leur roi, domine le langage politique, tant dans le royaume que dans l’espace ultramarin, et constitue un des fondements de la culture politique impériale41. Si la rémunération des services doit être considérée comme une forme de pouvoir et un dispositif de discipline entre les mains du pouvoir royal, qui pouvait, de cette manière, offrir récompenses matérielles et symboliques en échange de sujétion, elle offre encore un autre avantage42. Les offices attribués en récompense de ces services, de plus en plus localement, viennent assurer les nécessités du gouvernement local43. Cette logique de récompense engage ainsi charges et offices comme autant de modalités de territorialisation, tout à la fois support de juridiction et de domination locale, donnant lieu à la légitimation des privilèges et des droits acquis. Cependant, dans le contexte de l’empire, et des contraintes imposées par la distance, cette économie de la grâce, et notamment la distribution de charges et d’honneurs, se trouvait déléguée, en partie, dans les représentants du roi qu’étaient gouverneurs et vice-rois.

  • 44 Pour une synthèse récente de travaux antérieurs, Mafalda Soares da Cunha & Nuno Monteiro, « El gobi (...)
  • 45 Diogo Ramada Curto, « Notes on the history of European Colonial law and legal institutions », Quade (...)
  • 46 Mafalda Soares da Cunha & Nuno Monteiro, « Governadores e capitães-mores do império atlântico portu (...)
  • 47 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler que le conflit n’est pas division. Cf. Nicole Loraux, L (...)
  • 48 Catarina Madeira Santos, « Goa é a chave de toda a Índia ». Perfil político da capital do Estado da (...)
  • 49 Voir l’analyse de Rafael Chambouleyron & Vanice Siqueira de Melo, « Governadores e índios, guerras (...)

12Ces derniers ont fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années, et on en sait davantage aujourd’hui sur leur profil social, les voies de leur recrutement, ou encore leur ethos nobiliaire. L’uniformisation des cadres juridiques et administratifs de l’activité politique dans l’ensemble des territoires ultramarins, l’existence d’une hiérarchie politique des espaces d’outre-mer correspondant à la hiérarchie des qualités sociales requises des candidats à ces postes de gouvernement, ou encore l’exclusion croissante des élites locales pour ces postes, sont quelques-unes des tendances majeures, qui se dessinent entre les XVIe et XVIIIe siècle44. Cependant, l’analyse de leur activité gouvernementale n’a pas fait l’objet de tant d’attention, et demeure encore trop souvent cantonnée entre le langage des vertus et les intérêts personnels45. Or, si les vice-rois et gouverneurs de l’empire peuvent être considérés comme l’élément le plus « impérial » des protagonistes du gouvernement outre-mer, assumant la responsabilité d’articuler les objectifs de la monarchie et le gouvernement quotidien des territoires, ils sont aussi les plus exposés aux logiques de pouvoir locales46. Rappelons que malgré les instructions détaillées (regimentos) qui leur sont remises au début de leur mandat par le pouvoir royal, ils jouissent d’une marge de manoeuvre importante dans l’exercice de leur charge, qui contribue d’ailleurs clairement au caractère conflictuel du gouvernement outre-mer47. Ils contrôlent l’accès à la terre (à travers la concession de sesmarias) et à la main-d’oeuvre esclave, pourvoient à la nomination de certains offices (sous le régime de la serventia), décident des contrats publics, et autorisent les guerres intérieures. Ils disposent, enfin, d’un pouvoir de grâce plus ou moins réglementé, afin de récompenser certains services rendus localement. Ce pouvoir apparaît davantage formalisé dans l’Estado da Índia où existent des livres de mercês, dans lesquels se trouvaient consignées les récompenses distribuées par les vice-rois et gouverneurs48. Il l’est ponctuellement au Brésil, et en Angola, dans le cadre des instructions reçues, et suivant des circonstances spécifiques. Cela étant, ils sont pris dans les mailles des réseaux de pouvoir déjà constitués, qui leur imposent de s’appuyer sur des alliances locales49. La distribution de titres, de rentes ou d’offices, constitue ainsi un instrument précieux aux mains des gouverneurs pour forger des clientèles et des soutiens politiques, leur assurant un avantage certain dans le cadre de ce gouvernement impérial partagé. Mais il est important de rappeler que cette nécessité s’étend au-delà des seules élites coloniales présentes dans ces villes, et concerne également les populations natives.

  • 50 Mark Meuwese, Brothers in Arms, Partners in Trade. Dutch-Indigenous Alliances in the Atlantic World (...)
  • 51 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola. The Mbundu and their neighbors under the influence (...)
  • 52 Pedro Puntoni, A guerra dos Bárbaros. Povos indígenas e colonização do sertão nordeste do Brasil 16 (...)

13Construit autour d’un roi de justice et de grâce, le gouvernement de l’empire portugais se déplie suivant un canevas complexe de relations entre de multiples pôles de pouvoir. Fondamentalement conflictuel, il est également confronté à la présence de l’informel et du vernaculaire, soulevant le problème des circuits écrits de la communication impériale, et des conjonctures locales de pouvoir. Marqué par la rupture de l’union ibérique et les rivalités inter-impériales, le XVIIe siècle portugais est une période trouble, émaillée de turbulences politiques, aussi bien dans le royaume qu’outre-mer. Le développement du commerce atlantique et le conflit luso-hollandais recouvrent, de fait, une guerre plurielle, accompagnée du bouleversement des alliances indigènes de part et d’autre de l’empire50. Les effets des rivalités impériales sur l’articulation des systèmes de pouvoir portugais et indigènes amènent à s’intéresser plus particulièrement au gouvernement de l’empire par-delà les villes maritimes, aux interactions entre les dynamiques politiques locales et impériales, et aux transactions, qui se jouent dans le sertão de Luanda51, comme dans celui de Bahia52. On y retrouve la question de la rémunération des services, des populations indigènes et métisses, et celle de l’esclavage, mais aussi celle du rôle des pratiques gouvernementales dans le devenir de l’empire. Le problème de l’équilibre des pouvoirs et des intérêts créés s’y trouve posé, tout comme celui de l’équilibre entre les convenances et la conscience d’un empire.

« Porque o nome d’El-Rei dá para tudo/ a todos, que El-Rei trazem na barriga »

  • 53 Gregório de Matos, Poemas atribuídos. Códice Asensio-Cunha, ed. João Adolfo Hansen et Marcello More (...)
  • 54 Arquivo Histórico Ultramarino (AHU, Lisbonne), Angola, Cx 8: 14.10.1665.

1453C’est dans cette perspective que j’aborderai les accusations portées contre certains gouverneurs de pratiques jugées subversives concernant la distribution de grâces et d’honneurs aux populations indigènes. Elles sont développées dans une lettre adressée à la Couronne, en 1665, par le magistrat des finances du royaume d’Angola, Bertolomeu Pais Bulhão. Il y dénonçait les excès des gouverneurs successifs, Bertolomeu de Vasconcelos da Cunha, Luís Martins de Sousa Chichorro, João Fernandes Vieira et André Vidal de Negreiros, ce dernier alors en exercice54. Une des accusations portées par Bulhão concernait la distribution, par ces gouverneurs, d’habits des Ordres militaires aux chefs indigènes.

  • 55 Ces termes, employés dans la documentation coloniale, désignaient diverses autorités politiques et (...)
  • 56 Fernanda Olival, As ordens militares e o Estado Moderno: honra, mercê e venalidade em Portugal (164 (...)

15Enumérant la liste des capitães negros da guerra preta, quilamba, jaga, et soba, qui s’étaient vus attribués des habits de l’Ordre du Christ et de l’Ordre de Santiago, notre magistrat relevait plusieurs irrégularités55. Il dénonçait tout d’abord le non-respect des formalités administratives, et des procédures requises pour la demande et l’obtention de telles distinctions, ainsi concédées hors des circuits de communication impériale. Mettant l’accent sur la relation entre ces concessions et le service des armes, il soulignait que certains bénéficiaires n’étaient même pas soldats ou capitaines. Plus grave, cependant, était l’usurpation par ces gouverneurs d’un pouvoir détenu normalement par le seul roi, en tant que gouverneur et administrateur de ces mêmes Ordres militaires. Seul le roi pouvait, par ailleurs, dispenser les candidats de leurs « défauts » de qualité, voire des enquêtes normalement requises56. Il condamnait, finalement, la libéralité des gouverneurs en la matière, voyant, dans le nombre croissant d’Africains ainsi distingués, l’introduction d’une pratique, qui menaçait, selon lui, l’intégrité, voire la crédibilité de cette institution. Il évoquait, et je reprends le terme utilisé par ce magistrat, la « profanation » d’une institution métropolitaine, en ignorant ses critères de distinction et d’exclusion.

  • 57 AHU, Angola, Cx 8: 14.10.1665.

16Ces accusations furent examinées au sein du Conselho Ultramarino, à Lisbonne. Et l’avis rendu fut de considérer qu’on « ne devait pas donner crédit à l’information de ce magistrat des finances d’Angola »57. En ce qui concerne les habits militaires ainsi distribués, le conseiller Feliciano Dourado rappelait que

  • 58 ibid.

« le comte de Atouguia, gouvernant l’Etat du Brésil, donna à Bahia l’habit de Christ à un indien principal de la région de Jacobina pour qu’il s’allie à nous et demeure notre ami avec tout son peuple, dont les habitants de cette ville et de tout le Recôncavo subissaient des dommages fréquents et irréparables. Et Diogo Luis de Oliveira avait fait de même avec un autre indien du temps où il gouvernait cet Etat pour un autre cas semblable. »58

  • 59 AHU, Angola, cx 9, doc.12: ant. 18.02.1666, requerimento de Andre Vidal de Negreiros governador e c (...)

17Autrement dit, on reconnaissait là une pratique gouvernementale en usage dans le cadre d’alliances nouées avec les populations indigènes. Ce que rappelait d’ailleurs, à son tour, le gouverneur en exercice en Angola, André Vidal de Negreiros, qui s’était inquiété de ces accusations, et avait envoyé une requête au roi, pour justifier une telle pratique par l’usage qu’en avaient fait ses prédécesseurs en Angola, depuis plus de quarante ans, tout comme ses collègues brésiliens, sans jamais avoir été blâmés. Précisant, toutefois, l’avoir fait sans aucune cérémonie, il mettait en avant les exigences politiques locales, qui concernaient également les populations natives59.

  • 60 AHU, Angola, cx 10, doc.95: Regimento dos governadores de Angola, 27.03.1673, où se trouve répétée (...)
  • 61 AHU, Índia, cx.38, doc.49: 26.09.1653.
  • 62 Elle privilégie les élites natives christianisées. D’un sondage effectué, concernant les 2/3 du XVI (...)
  • 63 Neil Whitehead & Brian Ferguson ed., War in the Tribal Zone. Expanding States and Indigenous Warfar (...)
  • 64 Le roi fit ainsi remettre, en 1648, au gouverneur du Maranhão « 12 hábitos para que ele os repartis (...)
  • 65 AHU, Maranhão, cx 3, doc.236.

18La précarité, souvent durable, de la colonisation portugaise exigeait la recherche d’alliances auprès de ces populations, et cette préoccupation se maintenait particulièrement vive au XVIIe siècle de part et d’autre de l’empire60. A Goa, la rémunération des services des populations indigènes était ainsi justifiée en 1653, « parce qu’il convient pour le service de Dieu et de Sa Majesté que de pareils Indiens se trouvent satisfaits et contents de la présence de Votre Majesté »61. Leur intégration dans l’administration locale de l’Estado da Índia doit être relevée62. La situation est différente dans l’Atlantique, où l’intégration des populations natives dans l’économie de la grâce est essentiellement liée au phénomène d’ethnic soldiering, autrement dit l’utilisation par le pouvoir colonial de troupes indigènes pour combattre ses rivaux européens ou d’autres groupes natifs63. La politique d’alliance et d’attraction déployée par les Habsbourg envers les Amérindiens, pendant la guerre du Brésil contre les Hollandais, fut ainsi poursuivie par D. Jean IV de part et d’autre de l’Atlantique, et passa par la concession de titres et de charges aux autorités indigènes64. Les exigences locales du gouvernement, où la question des alliances avec les populations indigènes demeurait centrale, conduisaient les gouverneurs à solliciter, à leur tour, comme Francisco Coelho de Carvalho, « l’envoi de quelques vêtements pour les soldats et de quelques honneurs et habits pour donner aux principaux »65.

  • 66 Pour une concession en bonne et due forme, intégrant les circuits écrits de communication impériale (...)
  • 67 Il est important de noter qu’il n’y eut pas, de la part de la Couronne portugaise, de volonté de cr (...)

19Avec ou sans l’aval de la Couronne, il semble bien que les gouverneurs distribuaient ces honneurs, et qu’il y eut, au cours du XVIIe siècle, de telles concessions, que ce soit avec toutes les formalités exigées ou, comme ce fut le cas bien plus souvent, de manière seulement symbolique, assortie de quelques avantages matériels66. Mais s’il y eut distribution de titres et de patentes militaires, en faveur des populations indigènes, leur nature pragmatique doit être soulignée. La distinction de ces chefs indigènes demeure circonstancielle, dépendant essentiellement du rapport des forces politiques locales67. Et cette pratique était connue en métropole, et tolérée, pourvu, semble-t-il, qu’elle demeurât périphérique – et limitée.

  • 68 Il en était de même dans le royaume. Cf. Jean-Frédéric Schaub, Le Portugal au temps du comte-duc d’ (...)
  • 69 AHU, Angola, cx 9, doc.12: ant. 18.02.1666.
  • 70 Sur l’importance de l’oralité, Fernando Bouza, Palabra e imagen en la Corte: cultura oral y visual (...)

20Cette dénonciation vient évidemment rappeler le caractère profondément conflictuel de la société coloniale, dont le quotidien est émaillé d’interminables conflits de juridiction68. Et, se défendant des accusations portées contre lui, le gouverneur évoque d’ailleurs le dit magistrat comme son principal ennemi69. Mais elle révèle aussi l’illusion de l’empire de papier, en soulevant le voile sur une pratique gouvernementale située en marge des circuits écrits de communication impériale. Elle laisse ainsi entrevoir une vie politique locale qui n’était pas toujours enregistrée, ni ne suivait le cadre formel de l’administration. Elle suggère l’importance de l’oralité, et sa validité politique, dans le gouvernement local, mais aussi une certaine distanciation vis-à-vis de la métropole70. Elle apporte, finalement, un autre éclairage sur le problème de l’intégration des populations indigènes dans l’empire portugais et dans son économie de la grâce.

  • 71 Francis A. Dutra, « Blacks and the search for rewards and status in 17th c. Brazil », Pacific Coast (...)
  • 72 Fernanda Olival & João Figueiroa-Rego, « Cor da pele, distinções e cargos: Portugal e espaços atlân (...)
  • 73 On peut également constater, au cours du XVIIe siècle, une évolution, qui tend à privilégier les po (...)
  • 74 Cependant, Il n’y pas de discrimination spécifique à l’égard des élites coloniales, qui bénéficient (...)
  • 75 Fernanda Olival, As ordens militares e o Estado Moderno: honra, mercê e venalidade em Portugal (164 (...)

21Cette question a suscité plusieurs travaux sur les parcours des Africains et des Amérindiens qui avaient été ainsi distingués par la monarchie portugaise. En ce qui concerne l’entrée dans les Ordres militaires, les difficultés rencontrées par ces hommes, et les résistances manifestées par les institutions métropolitaines, ont amené à considérer l’impact des statuts de pureté de sang en vigueur au Portugal, la distinction entre défaut et qualité, la question de la couleur, la macule de l’esclavage, l’approximation des peuples gentils et des nouveaux-chrétiens71. Les lacunes de la documentation, concernant les habilitations liées à ces concessions, ont été interprétées dans ce contexte. Elles gagnent ici une autre dimension, qui renvoie à la primauté des considérations géopolitiques, au pragmatisme du gouvernement, voire à la distanciation entre les colonies et le royaume. Et la relative tolérance dont on affuble parfois la monarchie portugaise prend une autre tournure72. La différentiation entre colonisateurs et colonisés, dans le cadre très formalisé de la rémunération de services, reste évidente73. La population colonisatrice était soumise à une lourde réglementation du système des mercês, dont les nouveaux-chrétiens firent notamment les frais74. Mais on exigeait des natifs de l’Estado da Índia davantage d’années de services pour intégrer ce système75. En ce qui concerne l’Atlantique, la distinction des populations indigènes demeurait exceptionnelle. Et l’existence d’échelles de récompenses différenciées en fonction des populations concernées doit, elle aussi, être soulignée. Au fond, on ne peut ignorer la logique de conquête, qui sous-tend les relations des Portugais avec les autres populations, la différentiation intrinsèque qu’elle impose entre colonisateurs et colonisés, et ses implications politiques.

  • 76 AHU, Angola, cx 10, doc. 95: 27.03.1673: le paragraphe 6 est consacré à cette question, rappelant u (...)
  • 77 Si cet « abus » constituait une remise en cause du pouvoir royal, il avait aussi des conséquences c (...)

22Finalement, le gouverneur André Vidal de Negreiros ne fut pas inquiété pour ses pratiques déviantes. Cependant, cette dénonciation fut suivie de recommandations métropolitaines visant l’arrêt de telles pratiques, concernant les habits des ordres militaires, que l’on trouve répétées dans les instructions du gouverneur d’Angola, datées du 27 mars 1673, évoquant les « néfastes conséquences qui peuvent subvenir à mon service de faire de telles provisions par mes gouverneurs de leur propre chef et contre la forme et les styles en vigueur »76. Cette même recommandation était faite au Brésil, où il était demandé aux gouverneurs de s’abstenir d’un tel abus77.

  • 78 AHU, Angola, Cx 8: 14.10.1665.

23L’autre accusation, portée par notre magistrat contre les gouverneurs d’Angola, concernait les guerres justes lancées dans le sertão de Luanda78. Les guerres menées contre les populations indigènes est un autre aspect qui permet de questionner le gouvernement impérial portugais, de prendre en compte son inscription territoriale et le rôle des conjonctures locales de pouvoir, tout en laissant entrevoir le difficile équilibre des pouvoirs et des intérêts créés outre-mer, et les interactions dont il faut tenir compte en marge des circuits de communication impériale. La seconde moitié du XVIIe siècle est marquée par une recrudescence des guerres du sertão, au Brésil comme en Angola. Et cette coïncidence permet un regard croisé sur les configurations politiques à Bahia et à Luanda.

  • 79 José Sebastião Silva Dias, Os descobrimentos e a problemática cultural do séc. XVI, Coimbra, Seminá (...)
  • 80 Carlos Zeron, cit., p. 314 sq.
  • 81 Beatrix Heintze,« Luso-African Feudalism in Angola? The vassal treaties of the 16th to the 18th cen (...)
  • 82 José Silva Dias, cit., p. 210.
  • 83 António Manuel Hespanha, Cultura jurídica europeia, Coimbra, Almedina, 2012.

24Ces guerres « internes » se devaient d’être justes, et leur déclaration répondre aux critères établis par la Couronne79. Au Brésil, il s’agissait d’une justification nécessaire dans le sillage de la loi de 1611 « sur la liberté du gentil et de la guerre qu’on peut lui faire »80. La légalité de la guerre devait ainsi être déclarée par une junta composée par le gouverneur général, l’évêque, les membres du Tribunal de Bahia et des représentants des missionnaires. En Angola, la guerre juste devait être déclarée, de la même manière, par le gouverneur, après avoir consulté une junta d’ecclésiastiques, de chefs militaires, de membres de la municipalité de Luanda, et des magistrats royaux de justice et des finances81. Sa légitimité découlait, finalement, d’une estimation des autorités locales82. Cependant, même quand les motifs étaient forgés de toute pièce, et dictés par les seuls intérêts, ils devaient être formulés de telle sorte qu’ils respectent le cadre juridique en vigueur. Une « apparence de cause » était ainsi recherchée, et la réputation du roi fréquemment mise en avant. On retrouve là, comme l’a souligné Hespanha, toute l’hétérogénéité d’une règle uniforme de gouvernement, qui laissait le champ libre aux appropriations, et limitait, finalement, le pouvoir royal83.

  • 84 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seisce (...)

25Le recours de la guerre juste fut utilisé, à plusieurs reprises, à Bahia dans la seconde moitié du XVIIe siècle, contre les Indiens de l’intérieur qui, dans le sillage de la guerre du Brésil, avaient multiplié leurs attaques contre les fazendas des colons du Recôncavo. La préoccupation des autorités coloniales à justifier leurs expéditions de « représailles » doit être considérée dans une perspective impériale, rappelant l’importance du cadre juridique posé à travers l’empire. La plupart des gouverneurs de l’époque s’alignèrent sur les intérêts locaux, s’engageant dans une guerre, qui ne pouvait être juste qu’en apparence, tout en respectant une légalité formelle. Participant activement à l’organisation de ces expéditions, la municipalité de Bahia chercha, à son tour, à légitimer cette guerre auprès du roi. Et sa recherche de légitimation laisse, finalement, entrevoir le lien étroit entre guerre du sertão, territorialisation et quête de privilèges de la part des élites de Bahia84.

  • 85 AHU, Angola, cx 7, doc. 8: 27.09.1660: Consulta do Conselho ultramarino sobre o requerimento dos mo (...)
  • 86 AHU, Angola, cx8: 14.10.1665.
  • 87 AHU, Angola, cx 7, doc.8: 27.09.1660.
  • 88 AHU, Angola, cx8: 14.10.1665.

26A Luanda, de nombreuses guerres sont alors également déclarées contre les entités politiques indigènes de l’intérieur, recourant au même cadre juridique de la guerre juste. Et le gouverneur joue le même rôle fondamental dans leur déclaration. Mais elles offrent une configuration distincte, révélant un équilibre davantage instable entre les pouvoirs et les intérêts créés. A la quasi-unanimité vérifiée à Bahia, on assiste ici à une opposition aux guerres du sertão exprimée, à plusieurs reprises, par la municipalité de Luanda, et relayée par son représentant à Lisbonne (procurador)85. Le résultat de ces guerres du sertão était « une grande destruction du bien de ce royaume et de ses vassaux ». Et la « cause (en était) le profit excessif qu’en font les gouverneurs et les autres ministres qui y vont »86. Notre magistrat, Bertolomeu Pais Bulhão, dénonçait, à la suite du conseil municipal de Luanda, l’obligation faites aux colons d’y participer, malgré les dispositions royales qui les en dispensaient, mais aussi la destruction des soba, la tyrannie, les vols et la violence, rappelant que « les mêmes préjudices subissaient les vassaux noirs, de qui dépendait la conservation de ce royaume (d’Angola) »87. Il invoquait, finalement, les conséquences de « faire fuir tous les sobas, quilambas, jaga, chefs des peuples gentils vassaux de Votre Majesté, en laissant leurs terres et leurs familles détruites »88. Cette condamnation des guerres du sertão révèle, bien sûr, les intérêts divergents qui se nouent autour du trafic d’esclaves, mais elle rappelle aussi l’articulation particulière des systèmes de pouvoir portugais et indigène dans cette région.

  • 89 John Thornton, « Early Kongo-Portuguese relations: a new interpretation », History in Africa, vol.  (...)
  • 90 Diogo Ramada Curto, « Do Reino à África: formas dos projetos coloniais para Angola em inícios do sé (...)
  • 91 Catarina Madeira Santos, « Ecrire le pouvoir en Angola: les archives ndembu 17e-20e siècles », Anna (...)
  • 92 Beatrix Heintze, « Luso-African Feudalism in Angola? The vassal treaties of the 16th to the 18th ce (...)
  • 93 Roquinaldo Ferreira, cit.
  • 94 Il fallait notamment distinguer deux catégories d’esclaves: les mubika, des prisonniers de guerre g (...)
  • 95 AHU, Angola, cx 8, doc.110: 27.05.1665.

27Les relations politiques et diplomatiques établies avec les États africains, et notamment avec le royaume du Kongo, furent développées de la même manière avec les puissances asiatiques89. Conformément à cette conception de relations politiques avec des rois voisins, les autorités portugaises se montraient attentives aux généalogies des dynasties locales, et enregistraient soigneusement les cérémonies et les ambassades90. Rappelant ce qui se passait dans l’Estado da Índia, cette formalisation, et notamment, l’usage de l’écrit, tranche évidemment avec les relations des Portugais avec les Indiens au Brésil91. En Angola, les soba étaient considérés comme des nobles, seigneurs de nombreux vassaux, qui obéissaient et payaient tribut au roi de Ndongo. Encadrés par un système de vassalité, qui correspondait à une forme de souveraineté indirecte et reposait sur la participation des élites natives, les contacts diplomatiques, les accords de paix et les capitulations, ponctuaient les relations des Portugais avec les autorités africaines92. Dans le cadre de ces relations, des mécanismes de protection existaient pour les vassaux africains, notamment contre la traite atlantique93. Les règles existantes en matière de mise en esclavage étaient connues et se devaient d’être respectées pour maintenir le fragile équilibre politique existant en Angola94. La remise en cause des règles établies surgit clairement au milieu du XVIIe siècle, et ressort notamment de la residência du gouverneur d’Angola, João Fernandes Vieira, qui fut accusé, entre autres, de faire « captifs beaucoup de noirs libres »95.

  • 96 Jusques là, il s’agit d’occurrences tout à fait exceptionnelles; un cas, à ma connaissance, en 1622 (...)
  • 97 AHU, Angola, cx 7, doc.93: 10.09.1663, Consulta do Conselho Ultramarino sobre a queixa que fas dom (...)
  • 98 AHU, Angola, cx 7, doc.93: 10.09.1663.
  • 99 John K. Thornton, The Kingdom of Kongo. Civil War and transition (1641-1718), Madison, University o (...)
  • 100 AHU, Angola, cx 11, doc.1356: 24.09.1674, sobre Simão Correia secretario del Rey de Congo degredado (...)
  • 101 AHU, Angola, cx 8, doc.103: Consulta do Conselho Ultramarino sobre a carta que o governador de Ango (...)
  • 102 AHU, Angola, cx 8, doc.123: 1665.
  • 103 ibid.
  • 104 ibid. Le terme « dembo » renvoie conjointement à la région située entre les royaumes de Ndongo et d (...)

28De fait, durant ces années qui font l’objet de la dénonciation de notre magistrat, diverses autorités politiques africaines furent déportées au Brésil, et réduites en esclavage96. Ce fut le cas de D. Agostinho Guabon, naturel d’Angola et « parmi les personnes principales de ce royaume », qui avait « servi dans les guerres contre les Hollandais et, avec ses esclaves, avait toujours oeuvré pour le service de Sa Majesté quand on le lui demandait97 ». Ce quilamba, et un autre de ses compagnons, avaient été déportés au Pernambouc sur l’ordre du gouverneur André Vidal de Negreiros, et il se disait là-bas que le degredo était injuste. D. Agostinho avait requis justice auprès du roi de Portugal, et le Conselho Ultramarino fut d’avis que « vu la fidélité de ce noir et de ceux de sa nation, on le renvoie en Angola avec les récompenses et les honneurs qu’on lui doit pour que s’accroît sa fidélité »98. Dom Simão Correia recourut également à la justice du roi portugais. Secrétaire du roi de Kongo, il avait été déporté au Brésil à la suite de la bataille de Mbuila en 166599. Il réussit à être transféré au Portugal et demanda finalement, en 1674, son retour en Angola100. D’autres chefs africains n’eurent sans doute pas les conditions pour faire de telles requêtes. Comme D. Francisco Joannes. Vaincu par le gouverneur André Vidal de Negreiros, il avait été embarqué immédiatement vers Bahia. Le gouverneur en avait alors informé Lisbonne, en signalant que ce D. Francisco Joannes méritait « un châtiment bien différent pour l’exemple », et recommandait que le vice-roi du Brésil « ne permette en aucun cas son retour en Angola où sa présence était très préjudiciable »101. On sait aussi que le jaga Cabuco, allié des Portugais, avait été embarqué avec tous ses gens vers le Brésil, après qu’on lui ait détruit tout son état102. Le soba Amgolome Acaiba, vassal du roi de Portugal, connut le même sort, et la rumeur courrait qu’il se trouvait dans un des moulins à sucre du gouverneur João Fernandes Vieira103. Un autre vassal du roi portugais, Quiloange Queasenguo, mais aussi les dembo Nambzngongo et Coculo Cacaenda furent également embarqués vers le Brésil104. Et le recours en justice que ce dernier tenta par la voix de son représentant, Manoel Rodrigues Leam, ne put même pas avoir effet.

  • 105 Ce qui vient appuyer l’hypothèse de Thornton, suivant laquelle « il se peut que d’ancien nobles dev (...)
  • 106 Luiz Felipe de Alencastro, O Trato dos Viventes. Formação do Brasil no Atlântico Sul (séculos XVI X (...)
  • 107 AHU, Angola, cx.7, doc.64, 65, 67: 1662. Cf. Charles Boxer, cit. ; Luiz Felipe de Alencastro, O Tra (...)
  • 108 Alencastro, cit., p. 285-286.
  • 109 Il reste que ces opérations militaires ne permirent pas aux Portugais d’accroître leur domination t (...)

29Une partie des élites africaines du royaume d’Angola se trouva ainsi embarquée vers le Nordeste du Brésil et réduite en esclavage105. De la violence accrue dans l’intérieur de Luanda dans la seconde moitié du XVIIe siècle, il est important de retenir ici le non-respect du cadre politique en vigueur, qu’il s’agisse du traitement diplomatique, des alliances et des statuts. Si on ne doit pas manquer, évidemment, de relever les intérêts économiques engagés, et notamment ceux des gouverneurs en exercice durant cette période, il y a, dans ces pratiques, l’indice d’un changement, et d’une influence luso-brésilienne en Angola qu’il convient de prendre en compte106. Leur gouvernement se distingue par une veine guerrière, qui mina l’autonomie des soba, et rogna la souveraineté du Kongo107. Si ce regain belliciste vient sans doute répondre aux alliances que ces autorités africaines avaient nouées avec les Hollandais entre 1641 et 1648, l’expérience brésilienne de ces gouverneurs, et du type de relation nouée avec les Amérindiens, modifia également la relation établie avec les populations natives en Angola. Arrivant avec leur pratique de l’esclavage au Brésil, mais aussi avec leur expérience de conquête territoriale et de guerre sans quartier infligée aux Amérindiens, ils se montrèrent peu attentifs à la complexité de la société africaine et luso-africaine d’Angola et aux règles établies en la matière108. Ignorant les articulations distinctes des systèmes de pouvoirs portugais et indigènes de part et d’autre de l’Atlantique, leurs pratiques engendrèrent une confusion, qui soulève le problème de la circulation des expériences de gouvernement et de ses conséquences109.

  • 110 AHU, CU-Angola, cx 7, doc.45: 2.09.1661, Consulta do Conselho Ultramarino sobre o requerimento de D (...)

30A la même époque, une autre requête faite au roi de Portugal amène à réfléchir sur les effets de telles pratiques, comme sur l’importance des conjonctures locales de pouvoir. Il s’agit de la requête de D. Ana de São Miguel, veuve du capitaine Antonio Teixeira de Mendonça, sollicitant, en 1661, l’annulation de la provision royale qui l’obligeait à restituer au roi de Ndongo les esclaves qu’elle avait sur ses propriétés110. Alléguant que la plainte du roi de Ndongo était mensongère, qu’elle avait acheté légalement ces esclaves, et que cette restitution ne signifierait rien moins que sa propre ruine, D. Ana finit par contester la décision royale, qui ne lui avait pas permis de défendre ses droits, reposant seulement sur

« la demande d’un roi noir qui, s’il a un nom chrétien, a des moeurs païennes, et suivant celles-ci il considère que lui appartiennent les esclaves qu’il a vendu par des écritures publiques et les libres qui ne furent jamais sous son pouvoir et se mirent sous sa protection à elle (D. Ana) pour fuir la violence des tyrans… ».

  • 111 AHU, Angola, cx 10, doc.71: 21.08.1672, aviso do sucesso da victoria que as armas de Vossa Alteza t (...)
  • 112 AHU, Bahia, cx 22, doc.2545 & 2546.
  • 113 Silvia Hunold Lara, « Depois da Batalha de Pungo Andongo (1671): o destino atlântico dos príncipes (...)
  • 114 Sur cette confusion des statuts de libre et d’esclave, Silvia Lara, « Marronage et pouvoir colonial (...)

31La plainte du roi de Ndongo remontait à plusieurs années. D. Filipe s’était adressé au roi de Portugal, en 1653, pour demander la restitution de ses vassaux que lui avait usurpé Antonio Teixeira de Mendonça pour les faire travailler à son service sans les payer. Le Conselho Ultramarino se trouva alors confronté à la complexité des définitions de l’esclavage en Angola. Après avoir demandé des informations complémentaires, il opta unanimement pour la restitution, rappelant la situation délicate que vivait l’Angola portugaise, après l’expulsion des Hollandais, et la nécessité de la collaboration de D. Filipe, notamment contre la reine Nzinga. Quand D. Ana envoya sa requête, en 1661, la situation avait évolué, et les gouvernements brasílicos de l’époque lui offraient un contexte bien plus favorable. De nouveau sollicité, le Conselho Ultramarino préféra renvoyer dans un premier temps l’affaire à la justice royale locale. On ne sait pas ce qu’il advint, finalement, de cette restitution, mais le trouble introduit par les pratiques de ces gouverneurs resurgit quand ce même roi de Ndongo fut battu, en 1671, au terme de la bataille d’Andango111. Le sort de la famille princière causa alors la confusion à travers l’Atlantique112. Elle avait été, à son tour, déportée au Brésil, avant d’être finalement transférée au Portugal, pour y être traitée suivant la tradition politique maintenue par la Couronne portugaise avec les Etats africains113. Cette confusion des statuts se retrouvera d’une autre manière au Brésil, à la fin du siècle, au cours de la guerre de Palmares, et du débat ravivé sur « les captivités injustes » et le statut des populations amérindiennes114.

  • 115 AHU, Angola, cx 7, doc.81: Decreto do rei D. Afonso VI, ordenando ao Conselho Ultramarino a análise (...)

32Si « le nom du roi donne pour tout », il ne permet pas tout pour autant. Les pratiques évoquées ici soulignent l’autonomie politique locale, en même temps qu’elles révèlent les interactions présentes, l’importance conjointe des dynamiques locales et du cadre juridique et institutionnel de l’empire. Elles montrent également que l’esclavage, loin d’être seulement une affaire domestique, revêt une dimension politique importante, sous-tend les relations de la Couronne avec divers groupes, et s’immisce comme enjeu du gouvernement impérial. L’impuissance juridique de la Couronne, et la force des intérêts partagés, posent ainsi le problème de l’équilibre entre la conscience et les convenances d’un empire construit entre conquêtes et esclavages115. Et le gouvernement de l’empire concerne, finalement, un corps vivant, fait d’usages et de mémoire.

La rumeur du corps de l’empire

  • 116 Michel Sennelart, Les arts de gouverner, p. 32. Cette définition appliquée à l’outre-mer portugais (...)
  • 117 Sur les casados de Goa, Sanjay Subrahmanyam, cit., p. 274 et suivantes ; Ângela Barreto Xavier, « ‘ (...)
  • 118 Laura de Mello e Souza, « Vícios, virtudes e sentimento regional. São Paulo, da lenda negra à lenda (...)

33« Et c’est ce jeu entre la volonté souveraine et les coutumes de la nation qui définit le concept de gouvernement »116. Un jeu qui amène à écouter, plus attentivement, la rumeur du corps de l’empire. Cette dernière fait alors entendre turbulences politiques et revendications, mais aussi esclaves enfuis ou maltraités. Cependant, la rumeur du corps de l’empire se déploie autrement, concerne également les populations métisses, et métissées, de plus en plus nombreuses de l’empire portugais. L’appropriation du système impérial portugais par les habitants de l’empire amène à questionner le gouvernement de l’empire au regard de cette altérité domestique. J’évoquerai ici les paulistas. S’ils me sont plus familiers que les casados de Goa ou de Luanda, ils déclinent aussi plusieurs des questions soulevées ici, qu’il s’agisse de la rémunération des services, de la dimension politique de l’esclavage ou de la prégnance de la conquête dans l’empire portugais117. Des paulistas, on retient généralement leur rôle dans l’expansion territoriale du Brésil, ou encore leurs relations houleuses avec la Couronne. L’historiographie récente a beaucoup questionné leur identité politique, plus rarement leur métissage, délaissant, le plus souvent, leurs relations au sertão et aux Indiens, explorées par Sérgio Buarque de Holanda et, plus récemment, par John Manuel Monteiro118.

  • 119 Sur la « guerre des Barbares », Pedro Puntoni, A guerra dos bárbaros. Povos indígenas e a colonizaç (...)
  • 120 Carta do governador de Pernambuco, 7.11.1685, in Ernesto Ennes, As guerras nos Palmares. Subsídios (...)
  • 121 Consulta do Conselho Ultramarino, 11.12.161694 & 27.01.1695, in Ernesto Ennes, op. cit., doc.33.
  • 122 António Vieira, Cartas do Brasil, org. João Adolfo Hansen, São Paulo, Hedra, 2003.

34La cristallisation de la catégorie sociale de paulista se joue précisément dans la seconde moitié du XVIIe siècle, dans le cadre de la dénommée « guerre des Barbares »119. Les paulistas sont alors sollicités par les autorités coloniales pour combattre les Indiens récalcitrants du sertão. Celle-ci commence dans l’intérieur de Bahia, se poursuit plus au Nord, dans le Ceará, Rio Grande, et Pernambouc, contre les nations indiennes indépendantes. En 1685, face « aux nouveaux excès et tyrannies que font les noirs de Palmares dans toutes ces capitaineries », le gouverneur de Pernambouc fait part à la Couronne de son intention de solliciter, à son tour, les paulistas, pour faire la guerre aux noirs de Palmares120. Il reçut l’aval de la Couronne, qui considéra « que ces hommes étaient reconnus comme les plus capables de soumettre à l’obéissance du pouvoir de Votre Majesté les mocambos des noirs et les tapuyas sauvages, et comme il n’y en avait pas d’autres comme eux pour cet effet, on devait les favoriser avec une attention particulière »121. Nombreux sont les témoignages de l’époque, qui célébraient, en effet, les capacités guerrières des paulistas. Et même le jésuite António Vieira reconnaissait en eux les « plus vaillants soldats du Brésil et, pour cette guerre-là, les meilleurs du monde »122.

  • 123 D. Francisco Xarque, Insignes missioneros de la Compañia de Jesus en la Provincia del Paraguay. Est (...)
  • 124 Sergio Buarque de Holanda, Caminhos e fronteiras, p. 60.
  • 125 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seisce (...)
  • 126 Carta de Caetano de Melo e Castro, 4.08.1694, in Ernesto Ennes, doc. 25
  • 127 Consulta do Conselho Ultramarino, 27.01.1695, in Ernesto Ennes, doc. 33: « …parce qu’ayant là leur (...)

35Mais aussi bons soldats soient-ils, la perception de leur « barbarie » demeure. Ils étaient considérés comme « des mamelucos, des gens insolents, belliqueux et sans loi, qui n’ont de chrétien que le baptême et sont plus sanguinaires que les infidèles »123. L’altérité des paulistas venait de leur proximité avec les Indiens. Ils étaient d’abord des métis, des mamelucos, élevés par des mères indiennes. Leur langue, le tupi, leur culture matérielle, leur extrême mobilité, voire leur nomadisme, mais aussi leur pratique de l’esclavage au revers de la loi, en faisaient un groupe différencié124. Durant leur passage dans les capitaineries du Nord du Brésil, on les décrivit comme « des gens barbares, indomptables, qui vivent de ce qu’ils volent », soit exactement de la même manière dont on caractérisait alors les Indiens du sertão pour justifier la guerre qu’on leur faisait125. On craignait aussi qu’ils s’installent dans les régions où on les avaient appelés, « parce que les capitaineries voisines expérimenteront de plus graves dommages encore que ceux que leur causaient les noirs soulevés eux-mêmes »126. Ils n’étaient pas loin alors d’être considérés « pires que les noirs de Palmares et leurs hostilités bien plus à craindre encore »127.

  • 128 AHU, Bahia (L.F.), cx.13, doc.1583: 14.01.1655; Documentos Históricos, Biblioteca Nacional do Rio d (...)
  • 129 Condições que os São Paulistas do terço da infantaria de que é mestre de campo Domingos Jorge Velho (...)
  • 130 Condições e capítulos que o governador João da Cunha Sottomayor concede ao Coronel Domingos Jorge V (...)
  • 131 Requerimento de Luiz da Silva Pimentel, como procurador dos paulistas assistentes nos Palmares, in (...)
  • 132 Consulta do Conselho Ultramarino 18.02.1698, sobre o que pede Bento Surrel Camilio como procurador (...)
  • 133 Parecer do procurador da fazenda sobre o mesmo assunto, in Ernesto Ennes, doc.37.
  • 134 ibid. Il faut noter que la solde payée aux paulistas se situe au même niveau que celle des troupes (...)

36Mais les négociations menées par les paulistas avec la Couronne, durant cette période, réclamant la juste rémunération de leurs services, et défendant leurs intérêts, contribuèrent à l’institutionnalisation de liens politiques, et à la reconnaissance de ce groupe, dans les circuits de communication impériale. Pour les attirer, on leur avait promis de pouvoir conserver les esclaves qu’ils captureraient128. On leur fit également miroiter patentes militaires, titres et honneurs. Des négociations furent engagées, et des contrats établis, notamment dans le cadre de la guerre de Palmares129. Mais les rectifications apportées au contrat initialement passé suscitèrent les plaintes des paulistas. Ils récusaient notamment la réserve faite à la promesse de quatre habits des trois Ordres militaires et de l’exemption du quint royal, « lesquels deux chapitres ne pouvaient avoir effet sans l’ordre exprès de Sa Majesté, vu qu’il appartient au seul dit seigneur de concéder de pareilles grâces en raison de leur qualité »130. Les paulistas défendirent leurs intérêts, et s’engagèrent dans une bataille juridique, recourant à des représentants pour appuyer leur demande et justifier juridiquement leurs prétentions131. Bento Sorel Camilio, procurador des paulistas, dénonça ainsi les changements apportés aux termes du contrat passé, que « pas même Votre Majesté en rigueur du droit ne pouvait plus altérer »132. Il y eut ainsi une succession de plaintes et de requêtes qui s’étendirent sur plusieurs années. Elles donnèrent lieu à de nombreuses discussions à leur sujet, au sein du Conselho Ultramarino à Lisbonne. On y reconnaissait les grands services rendus par les paulistas, qui combattaient avec leurs troupes, « à leurs frais et avec leurs esclaves, précisément nécessaires dans les guerres du sertão, et sans lesquels ces guerres ne pourront prendre fin »133. Et on jugea, finalement, qu’il était juste « qu’on accède à leur requête, en leur payant les soldes promis, non seulement dus par justice, mais aussi par politique, pour que tous s’animent, avec cet exemple, à servir, puisque les hommes n’ont pas d’autre stimulation pour offrir leur poitrine aux balles et leur corps au travail si ce n’est la récompense »134.

  • 135 John Manuel Monteiro, Negros da terra. Índios e bandeirantes nas origens de São Paulo, São Paulo, C (...)
  • 136 AHU, Bahia (L.F.), cx 28, doc.3545: Carta do arcebispo governador do Brasil D. Frei Manuel da Resur (...)

37Leur altérité n’empêcha pas leur intégration politique dans l’empire. La reconnaissance dont elle fait l’objet apparaît d’une autre manière dans l’acceptation par la Couronne de l’administration particulière réclamée par les paulistas à cette même époque. En dépit de la législation contraire au travail forcé des Indiens, les paulistas réussirent à contourner les obstacles juridiques et à élaborer un arrangement institutionnel qui permette le maintien et la reproduction de relations esclavagistes. Revendiquant le rôle d’administrateurs particulier des Indiens, parce que ces derniers étaient considérés incapables de s’administrer eux-mêmes, ils parvinrent, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, à s’approprier le droit d’exercer un total contrôle sur la population indigène sans que cela soit considéré stricto sensu comme de l’esclavage135. Ils finirent par obtenir, en 1696, que soit validé par la Couronne un accord qui entérinât leur régime particulier d’administration des Indiens. Peu d’années auparavant, un édit royal ordonnait pourtant qu’il n’y eut plus d’administrateurs séculiers dans les villages indiens et que là où il y en avait, on les retirât136.

  • 137 Osvaldo Raggio, « Visto dalla periferia. Formazioni politiche di Antico Regime e stato moderno », i (...)
  • 138 Luciano Figueiredo, « O império em apuros: notas para o estudo das alterações ultramarinas e das pr (...)
  • 139 L’opposition fut particulièrement forte à Goa, comme à Luanda. AHU, India, cx47, doc.161: 22.02.166 (...)
  • 140 D’autres réformes avaient été mises en oeuvre auparavant, avec plus ou moins de succès, suscitant d (...)
  • 141 Luciano Figueiredo, cit.
  • 142 Biblioteca da Ajuda (Lisbonne), cod. 51-VIII-34, fl.257v-260v: Copia de uma carta que o Conde de Ób (...)
  • 143 Les restrictions apportées à la première apparaissent comme des motifs de mécontentement aussi bien (...)
  • 144 Gavetas da Torre do Tombo, vol.VI, Lisbonne, 1967; AHU, India, cx 35: 8.03.1650; AHU, India, cx 36: (...)
  • 145 AHU, CU, cod.16, fl.11-12: Consulta do Conselho ultramarino, 1661; AHU, Angola, cx.9, doc.104: Cons (...)

38Ce parcours des paulistas révèle une appropriation du système impérial portugais, qui s’étend bien au-delà des élites coloniales. Il confirme aussi l’importance des interactions à l’oeuvre, et montre combien l’acceptation des réalités et des conceptualisations locales d’organisation sociale est essentielle au fonctionnement de l’empire et à son gouvernement137. C’est dans cette perspective sans doute qu’il faudrait revenir sur les turbulences politiques, qui agitent l’espace ultramarin portugais après 1640, et qui émanent des élites coloniales elles-mêmes, donnant lieu à une série de dépositions de gouverneurs et de capitaines138. Faites, elles aussi, au nom du roi, elles manifestent, à leur tour, les interactions entre les dynamiques politiques locales et impériales. La répétition de ces expulsions de gouverneurs, à travers l’empire, suggère la circulation de processus politiques dans cet espace, mais soulève aussi la question des conjonctures locales et des formes d’action politique vernaculaires. Il ne s’agit pas de développer ici ce problème bien trop vaste, mais de souligner la complexité des interactions à l’oeuvre, qu’on ne saurait réduire à un simple face-à-face entre la Couronne et ces élites coloniales. Cette succession de turbulences a été vue généralement comme une réponse de ces dernières à la politique de centralisation menée par la monarchie après la Restauration. A la pression fiscale croissante, sans aucun doute. Celle-ci suscita maintes résistances, à l’occasion, notamment, de la contribution pour la reine d’Angleterre et la paix de Hollande139. Mais les réformes, que ces gouverneurs avaient été chargés de mettre en oeuvre, ne suffisent pas à expliquer un tel phénomène140. L’influence des pratiques politiques, nées dans le contexte de la Restauration, a été avancée, permettant, finalement, de rendre compte de cette réaction en chaîne à travers l’empire141. On doit évidemment reconnaître un opportunisme certain dans l’utilisation de certains recours, et le comte de Óbidos, lui-même victime à Goa, s’en est fait l’écho, en écrivant de ceux qui l’avaient expulsé, que « ces gens ont connu leur temps : le roi est loin pour le châtiment et eux qui n’attendent pas le roi D. Sébastien sont sûrs que celui de Castille donnera là-bas de quoi faire »142. Les témoignages de ces gouverneurs violemment expulsés amènent, de fait, à prendre davantage en compte le contexte « indigène », à s’attarder sur la question de la rémunération des services, qui est au centre de l’entreprise impériale, comme sur celle du respect des formes locales d’organisation sociale et politique143. Ils amènent à interroger, plus précisément, les modalités et les significations de cette violence politique, et à considérer, avec plus d’attention, la question des formes vernaculaires d’action politique mises en oeuvre de part et d’autre de l’empire, qu’il s’agisse de l’intervention de troupes privées d’esclaves, du goût des effigies à Goa ou celui de la satire à Bahia144. Reste la stupéfaction de la monarchie, en établissant elle-même un lien entre ces diverses occurrences145.

  • 146 Anthony Pagden, « The struggle for legitimacy and the image of Empire in the Atlantic to c.1700 », (...)

39Ce qui précède amène, finalement, à reconnaître la prégnance de la conquête, qui sous-tend l’empire portugais au XVIIe siècle. S’il est océanique, et polycentrique, l’empire portugais peut être également défini comme empire de conquête – entendu non pas comme statut juridico-politique, mais comme processus, lieu d’opportunités et de mobilité sociale, fortement encadré par l’économie de la grâce, en même temps qu’espace de tension et de concurrence entre diverses logiques impériales/coloniales autour des populations colonisées. Il convient de rappeler ici que si le terme de « conquista » est devenu tabou dans la monarchie des Habsbourg dès la fin du XVIe siècle, s’il fut rapidement évacué de la rhétorique de l’empire britannique, il demeure récurrent dans la monarchie portugaise jusqu’au début du XVIIIe siècle et, fait plus important, il est clairement revendiqué par les élites locales de l’espace impérial portugais, à Goa, comme à Luanda et à Bahia146.

  • 147 António Vasconcelos Saldanha, « Conceitos de espaço e poder e seus reflexos na titulação régia port (...)
  • 148 Guillaume Boccara, «  Mundos nuevos en las fronteras del Nuevo Mundo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [ (...)

40Cette dimension se trouvait, au fond, inscrite dans le titre arboré par le roi portugais, « Rei de Portugal e do Algarve, d’aquém e d’além mar em Africa » et « senhor da Guiné e da Conquista, Navegação e Comércio da Etiopia, Arabia, Persia e Índia ». Ce titre, qui pose le problème juridico-politique de l’intégration des territoires américains, africains et orientaux à la Couronne portugaise a été diversement interprété. On a pu y voir une modestie des prétentions de souveraineté de la Couronne portugaise, et observer le caractère minimaliste de ses ambitions politiques, n’invoquant pas de domination territoriale précise. Ce droit de conquête définit, cependant, un espace politique, sous la forme d’une zone fluide de conquête potentielle, aussi virtuelle soit-elle147. Et cette catégorie de conquête implique une relation politique particulière, impose une différenciation intrinsèque, et une forme de pouvoir tutélaire sur les populations colonisées, imprimant son rôle dans la construction politique de la différence et dans sa représentation, dans la quête incessante de distinctions, comme dans la tribalisation des entités indigènes de part et d’autre de l’Atlantique148. Il s’agit, finalement, d’une fiction juridico-politique puissante, qui imprègne aussi bien les gouverneurs que l’ensemble de la société coloniale.

  • 149 Fernanda Bicalho, « Elites coloniais: a nobreza da terra e o governo das conquistas », in N. Montei (...)
  • 150 Evaldo Cabral de Mello, Rubro Veio. O imaginário da Restauração Pernambucana, Rio de Janeiro, Topbo (...)
  • 151 As excelências do governador. O panegírico fúnebre a D. Afonso Furtado de Juan Lopes Sierra (Bahia, (...)
  • 152 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seisce (...)
  • 153 Diogo Ramada Curto, « Do Reino à África: formas dos projetos coloniais para Angola em início do séc (...)
  • 154 Beatrix Heintze, « A obra de António Oliveira de Cadornega: uma fonte extraordinária para a Históri (...)
  • 155 Parmi d’autres, Manuel de Faria e Sousa, Ásia Portuguesa, 3 t., Lisbonne, 1666-1675. Sur ce thème, (...)
  • 156 Les revendications, évidemment bien plus rares, au nom des populations esclaves, doivent elles auss (...)

41On retrouve, dans cet espace impérial portugais, comme une intériorisation de cette idée de conquête, avec ses variations politiques, religieuses, sociales, ou encore littéraires. Si elle est conquête de vassaux pour le roi, et conquête spirituelle pour les religieux, elle est aussi conquête de reconnaissance, d’honneurs et de privilèges, pour les colons, mais aussi pour certaines des populations métissées de plus en plus nombreuses de l’empire. Le rôle de la conquête dans la construction des « nobrezas da terra » de l’Amérique portugaise, comme dans leurs revendications croissantes au cours du XVIIe siècle, a déjà été souligné149. Les cas de Rio de Janeiro et de Pernambouc sont bien connus150. Les élites de Bahia en firent également usage. Et c’est aussi dans cette perspective qu’ils exploitèrent cette « invasion barbare », dont il a été question, faisant de cette guerre contre les Indiens du sertão un grand service rendu à la Couronne151. En évoquant, non plus le « gentil voisin de cet état », mais des « barbares », ennemis de la république, ils transformèrent cette conquête du sertão en un véritable rite de colonisation, réactualisant la relation de ces vassaux avec le roi, et faisant émerger les « nobres brasilienses » de Bahia152. La mémoire de la conquête fut également réactivée par les habitants de Luanda au cours du XVIIe siècle153. Et l’História geral das guerras angolanas de Cadornega en est aussi l’expression154. Enfin, si l’épopée asiatique du siècle précédent continue alors d’être célébrée en métropole, ce sont d’autres processus de conquête à l’œuvre dans la Goa de la seconde moitié du XVIIe siècle, dont les acteurs sont notamment les élites locales et natives155. Revendications des conquistadores et de leurs descendants, revendications des populations métisses, voire des élites indigènes, soit autant de communautés de l’empire demandant au roi du Portugal reconnaissance et privilèges156.

Conclusion

  • 157 Carlos Zeron, « O governo dos escravos nas constituições primeiras do arcebispado da Bahia e na leg (...)

42Si, comme l’a fait remarquer Luís Filipe Thomaz, la Couronne portugaise ne semble pas s’être préoccupée tout d’abord des populations, force est de constater, à la fin du XVIIe siècle, qu’elle s’y trouve confrontée. Troublée par les turbulences politiques répétées à travers l’espace impérial, débordée par la montée en puissance du pouvoir seigneurial, impuissante face aux droits acquis, elle voit surgir le problème des populations de l’empire, et s’inquiète davantage de la discipline des colons157. Les revendications croissantes de divers groupes sociaux à travers l’empire, la prégnance de la conquête, ou encore le gouvernement des esclaves, sont autant de questions qui se posent alors avec acuité à la monarchie pluri-continentale des Bragance.

  • 158 Cette métaphore de Vieira a ainsi donné son titre au livre de Laura de Mello e Souza, O sol e a Som (...)

43Il faut sans doute revenir sur les vers cités plus haut du poète de Bahia, Gregório de Matos : « o nome dEl-Rei dá para tudo/a todos que El-Rei trazem na barriga ». Cette image, aux résonances malicieusement anthropophages, vient faire contrepoint à cette autre évocation du gouvernement de l’empire portugais, bien plus connue et abondamment citée, de son contemporain, le jésuite António Vieira, autour du soleil et de l’ombre – le soleil étant la métaphore du pouvoir temporel du roi, et l’ombre, celle du pouvoir de ses représentants outre-mer158. Si Vieira soulignait ainsi la distance qui séparait le roi de ses sujets d’outre-mer, et les distorsions coloniales qu’elle produisait, en particulier, les abus de pouvoir des gouverneurs et des capitaines, Gregório de Matos étend, quant à lui, le trait au corps social colonial, en suggérant l’immanence du pouvoir royal, donnant lieu à de multiples appropriations locales, comme à autant d’ingestions. C’est là une autre perspective sur le gouvernement impérial portugais, qui invite à parcourir d’autres chemins.

  • 159 Stuart Schwartz, « The Formation of a Colonial Identity in Brazil », in Nicholas Canny & Anthony Pa (...)

44On a dit la structure impériale portugaise fondée sur les principes de la fragmentation coloniale et de la centralisation impériale159. Elle est pensée, aujourd’hui, comme polycentrique. Si cette nouvelle approche conceptuelle permet de mieux poser la complexité de la formation impériale portugaise, on est loin, encore, d’avoir pris la mesure de l’importance de ces « centres périphériques », comme des développements de part et d’autre de l’empire, qui modelèrent, finalement, le gouvernement impérial lui-même, tout au long du XVIIe siècle. Un gouvernement impérial flexible, fait de tensions et de jeux stratégiques, d’interactions et de mémoires. Les questions soulevées ici invitent, à leur tour, à réfléchir autrement sur les expériences de gouvernement à travers l’empire.

Haut de page

Notes

1 António Manuel Hespanha et Catarina Madeira Santos, « Os poderes num império oceânico », in António Manuel Hespanha coord., O Antigo Regime (1620-1810), vol.IV, História de Portugal, dir. José Mattoso, Lisbonne, Círculo dos Leitores, 1993. Comme le rappelle Hespanha, l’expression d’empire n’est pas rigoureuse en termes juridico-politiques dans le cas portugais. Elle reste, toutefois, commode et significative, en désignant une entité politique, exerçant sa domination sur une population plurielle. Cf. Romain Descendre, « Stato, imperio, dominio. Sur l’unité des notions d’Etat et d’empire au XVIe siècle », Asterion (Philosophie, histoire des idées, pensée politique), 10/2012, disponible en ligne http://asterion.revues.org/2243; consulté le 11.10.2015. Pour une vision d’ensemble, Jane Burbank & Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011.

2 Giuseppe Marcocci, A consciência de um império: Portugal e o seu mundo (sécs. XV-XVII), Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra, 2012.

3 Luís Filipe Thomaz, Estrutura política e administrativa do Estado da Índia no séc. XVI, Lisbonne, IICT, Separata do II Seminário Internacional de história Indo-portuguesa, 1985, p. 515-540.

4 António Vasconcelos Saldanha, Iustum Imperium. Dos tratados como fundamento do império dos portugueses no Oriente, Lisbonne, Fundação Oriente, 1997; Alida C. Metcalf, Go-betweens and the Colonization of Brazil (1500-1600), Austin, University of Texas Press, 2005, p. 55-88.

5 António Manuel Hespanha, op. cit. ; Thomaz, op. cit.; António Vasconcelos Saldanha, As capitanias do Brasil: antecedentes, desenvolvimento e extinção de um fenómeno atlântico, Lisbonne, CNCDP, 2001 ; Beatrix Heintze, Luso-African feudalism in Angola? The vassal treaties of the 16th to the 18th c. Separata da Revista da Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra t.18, Coimbra, 1980; Malyn Newitt, « Formal and Informal Empire in the history of Portuguese Expansion », Portuguese Studies, vol.17, 2001, p. 1-21.

6 Elizabeth Mancke, « Early Modern Expansion and the Politicization of Oceanic Space », Geographical Review, vol. 89, 2, 1999, p. 225-236.

7 António Manuel Hespanha, As vésperas do Leviathan. Instituições e poder político. Portugal - séc. XVII, Coimbra, Almedina, 1994.

8 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibañez, Gaetano Sabatini eds., Polycentric Monarchies. How did early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony, Brighton & Portland, Sussex Academic Press, 2012.

9 Parmi de nombreux travaux à ce jour, dont il faut noter la dimension très atlantique, voire luso-brésilienne, João Fragoso, Fernanda Bicalho, Fatima Gouvêa org., O Antigo Regime nos Trópicos: a dinâmica imperial portuguesa (séc. XVI-XVIII), Rio de Janeiro, Civilização brasileira, 2001.

10 Fernanda Bicalho, « As câmaras ultramarinas e o governo do império », in João Fragoso, Fernanda Bicalho, Fatima Gouvêa org., O Antigo Regime nos Trópicos: a dinâmica imperial portuguesa (séc. XVI-XVIII), Rio de Janeiro, Civilização brasileira, 2001.

11 Nuno G. Monteiro, P. Cardim, M. Soares da Cunha org., Optima Pars. Elites Ibero-Americanas do Antigo Regime, Lisbonne, ICS, 2005.

12 Ne serait-ce que comme objet de ce même gouvernement. Cf. Silvia Hunold Lara, « Conectando historiografias: a escravidão africana e o Antigo Regime na América portuguesa », in Fernanda Bicalho org., Modos de governar. Ideias e práticas políticas no Império português séc. XVI-XIX, São Paulo, Alameda, 2005, p.21-38; Ângela Barreto Xavier, A invenção de Goa. Poder imperial e conversões culturais nos séculos XVI e XVII, Lisbonne, ICS, 2008.

13 Cette dernière question a, cependant, été soulevée par António Manuel Hespanha. Cf. António Manuel Hespanha, « Depois do Leviathan », Almanack Braziliense, 5, 2007, p. 55-66.

14 Hespanha en a donné un panorama juridico-institutionnel fondamental. Voir aussi Fernanda Bicalho org., Modos de governar. Ideias e práticas políticas no Império português séc. XVI-XIX, São Paulo, Alameda, 2005.

15 Jérôme Baschet, « Unité, dualité, multiplicité. Vers une histoire à la fois globale et plurielle », in Carlos Barros ed., Historia a Debate III, 2003, Santiago de Compostela, 2009, vol. 1, p. 157-178. Sanjay Subrahmanyam, «Par-delà l’incommensurabilité: pour une histoire connectée des empires aux temps modernes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5/2007, n. 54-4 bis, p. 34-53. Pour un même questionnement concernant l’empire britannique, H.V. Bowen, Elizabeth Mancke, John G. Reid ed., Britain’s Oceanic Empire. Atlantic and Indian Ocean World, c.1550-1850, Cambridge, CUP, 2012.

16 Mariana P. Candido, An African Slaving Port and the Atlantic World. Benguela and its Hinterland, Cambridge, Cambridge University Press, 2013; Roquinaldo Ferreira, Cross-Cultural Exchange in the Atlantic World. Angola and Brazil during the Era of the Slave Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

17 Sanjay Subrahmanyam, « Holding the world in Balance: the connected Histories of the Iberian Overseas Empires, 1500-1640 », The American Historical Review, vol. 112, 5, 2007, p. 1359-1385; Zoltan Biedermann, « Inovação filipina ou realização de um velho plano português? O conturbado início da conquista de Ceilão », in Santiago Martínez Hernandez dir., Governo, Política e Representações do Poder no Portugal Habsburgo e nos seus territórios Ultramarinos (1581-1640), Lisbonne, CHAM, 2011, p. 147-176.

18 On ne peut ignorer, cependant, que l’esclavage fut également présent dans l’Estado da Índia, et se trouva relié aux circuits atlantiques du trafic négrier. Cf. Jeanette Pinto, Slavery in Portuguese India (1510-1842), Bombay, Himalaya Publishing House, 1992; Filipa Ribeiro da Silva, « O tráfico de escravos para o Portugal setecentista: uma visão a partir do ‘despacho dos negros da Índia, de Cacheo e de Angola’ na Casa da Índia de Lisboa », Saeculum, Revista de História (João Pessoa), 29, 2013, p. 47-73.

19 Ce sont d’ailleurs ces différences entre les diverses populations soumises à l’ordre colonial portugais, en Asie et dans l’Atlantique (et non pas seulement une affaire de chronologie), qui amène à envisager une comparaison de l’Estado da Índia avec l’Amérique espagnole plutôt qu’avec d’autres régions de l’empire portugais. Cf. Ângela Barreto Xavier, « Languages of Difference in the Portuguese Empire. The Spread of ‘Caste’ in the Indian World », ACHSC, vol. 43/2, 2016, p. 89-119.

20 Frederick Cooper, Colonialism in question. Theory, Knowledge, History, University of California Press, 2005 ; Wayne E. Lee ed., Empires and indigenes. Intercultural alliance, Imperial Expansion and Warfare in the Early Modern World, New York, UP, 2011; António Manuel Hespanha, Imbellicitas. As bem-aventuranças da inferioridade nas sociedades de Antigo Regime, São Paulo, Annablume, 2010.

21 Pour une approche axée sur les institutions métropolitaines, Edval de Souza Barros, Negócios de tanta importância: O Conselho Ultramarino e a disputa pela condução da guerra no Atlântico e no Índico (1643-1661), Lisbonne, CHAM, 2008.

22 Suivant des modalités évidemment différentes. Voir respectivement, Stuart B. Schwartz, Sugar Plantations in the formation of Brazilian Society, Bahia, 1550-1835, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, et Alida C. Metcalf, Go-betweens and the Colonization of Brazil (1500-1600), Austin, University of Texas Press, 2005 ; Beatrix Heintze, Angola nos séculos XVI e XVII, Luanda, Kilombelombe, 2007 ; Sanjay Subrahmanyam, L’empire portugais d’Asie 1500-1700, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999.

23 José Roberto do Amaral Lapa, A Bahia e a carreira da Índia, São Paulo, Hucitec, 2 ed., 2000 [1966].

24 Guida Marques, « ‘Por ser cabeça do Estado do Brasil’. As representações da cidade da Bahia no século XVII », in Evergton S. Souza, Guida Marques, Hugo R. da Silva org., Salvador da Bahia: retratos de uma cidade atlântica, Salvador/Lisbonne, EDUFBA/CHAM, 2016.

25 La réflexion présentée ici s’inscrit dans une recherche, en cours, autour de ces mêmes questions. Elle s’inspire, entre autres, de l’essai de Thomaz, que j’ai déjà cité, et des développements de António Manuel Hespanha à ce sujet.

26 Silvia Hunold Lara, Op. cit. Pour ce qui est de l’empire hispanique, cependant, la vitalité des études sur les juridictions indigènes doit être relevée. Voir le récent dossier coordonné par José Carlos de la Puente Luna, Juridicciones indígenas en Nueva España y Perú, Historica, vol. 40, n. 2, 2016.

27 L’étude de Mariana Candido sur l’intérieur de Benguela manifeste toutefois l’intérêt récent de l’Histoire Atlantique pour ces espaces. Mariana Candido, An African Slaving Port and the Atlantic World. Benguela and its Hinterland, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

28 C’est ainsi que l’on se référait à l’espace impérial portugais au XVIIe siècle.

29 Cf. Hebbe Mattos, « A escravidão moderna nos quadros do Império português: o Antigo Regime em perspectiva atlântica », in O Antigo Regime nos trópicos, cit., p. 141-162.

30 « Se laisser invoquer » est la définition proposée par António Manuel Hespanha du mode de gouverner de « l’Etat moderne » portugais.

31 A.M. Hespanha, As vésperas do Leviathan. Instituições e poder político. Portugal — séc. XVII, Coimbra, Almedina, 1994, p. 527.

32 Guida Marques, L’invention du Brésil entre deux monarchies. Gouvernement et pratiques politiques de l’Amérique portugaise dans l’union ibérique (1580-1640), Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2009.

33 Soit une définition du gouvernement qui nous situe loin de la simple domination, comme du gouvernement exécutif contemporain. Michel Sennelart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995, p. 32.

34 Guida Marques, « ‘Por ser cabeça do Estado do Brasil’. As representações da cidade da Bahia no século XVII », in Evergton S. Souza, Guida Marques, Hugo R. da Silva org., Salvador da Bahia: retratos de uma cidade atlântica, Salvador/Lisbonne, EDUFBA/CHAM, 2016.

35 Guida Marques, op. cit.; Arlindo Caldeira, « Dimensão sociopolítica do município de Luanda durante o século XVII », Cadernos de Estudos Africanos, 30, 2015, p. 27-59 ; Sanjay Subrahmanyam, L’empire portugais d’Asie, p. 280.

36 João Fragoso en a fait la démonstration pour Rio de Janeiro. João Fragoso, « A nobreza da República: notas sobre a formação da primeira elite senhorial do Rio de Janeiro (séc. XVI e XVII) », Topoi (Rio de Janeiro), 1, 2001, p. 45-122. Sur le secrétaire de l’Etat du Brésil, Pedro Puntoni, « Bernardo Vieira Ravasco, secretário do Estado do Brasil: poderes e elites na Bahia do século XVII », in F. Bicalho org., Modos de governar: idéias e práticas políticas no império português, São Paulo, Alameda, 2005, p. 157-178. Sur les méandres de sa création en Angola, AHU, Angola, cx. 6, doc.663: 22.09.1656; AHU, Angola, cx 7, doc. 116: 3.12.1663; AHU, Angola, cx 8, doc. 26: ant. 29.07.1669; AHU, Angola, cx 8, doc.34: ant. 11.08.1664.

37 Francisco Bethencourt, « Les instruments de connaissance dans l’empire portugais », in Charlotte Castelnau-L’Estoile & François Regourd dir., Connaissances et Pouvoirs. Les espaces impériaux (XVIe-XVIIIe s.) France, Espagne, Portugal, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2005, p. 85-100; Fatima Gouvêa, « Redes de poder e conhecimento na governação do império português, séc. XVI e XVII », Topoi (Rio de Janeiro), vol. 5, n.8, 2004, p. 96-137.

38 Arndt Brendecke, Imperio e información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid/Frankfort, Iberoamericana/Vervuet, 2012.

39 Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996; António Manuel Hespanha, La Gracia del Derecho: economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993; Fernanda Olival, « La economía de la merced en la cultura política del Portugal moderno », in Francisco José Aranda Perez & José Damião Rodrigues coord., De Re Publica Hispaniae: una vindicación de la cultura politica en los reinos ibéricos en la primera modernidad, 2008, p. 389-408.

40 Fernanda Olival, « Mercês, serviços e circuitos documentais no império português », in Maria Emilia Madeira Santos & Manuel Lobato coord., O domínio da distância. Comunicação e cartografia, Lisbonne, IICT, 2006, p. 59-70.

41 « Il n’y a que cette espérance d’obtenir des grâces qui tient les Portugais auprès du Roy ». C’est ce dont témoignait un agent français présent à la cour de Lisbonne à la fin du XVIIe siècle. Il ajoutait, à propos des Ordres militaires, dont il sera question plus loin: « comme tout ce que le Roy peut donner est pour la noblesse, afin de récompenser les gens de moindre qualité, on a fait plusieurs chevaliers du Christ ». Joaquim Veríssimo Serrão ed., Uma relação do reino de Portugal em 1684, Coimbra, 1960. Voir aussi Diogo Ramada Curto, « Portuguese Imperial and Colonial Culture », in Francisco Bethencourt & Diogo Ramada Curto ed., Portuguese Oceanic Expansion, 1400-1800, Cambridge, CUP, 2007, p. 320.

42 Hespanha, As vésperas do Leviathan, p. 496.

43 Il avait été établi, dès 1611, que les services devraient être rémunérés, en priorité, localement. Cf. Fernanda Olival, cit.

44 Pour une synthèse récente de travaux antérieurs, Mafalda Soares da Cunha & Nuno Monteiro, « El gobierno del império portugués. Reclutamiento y jerarquía social de los gobernantes (1580-1808) », in Pedro Cardim & Joan-Lluis Palos eds., El mundo de los virreyes en las monarquías de España e Portugal, Madrid/Frankfurt, Iberoamericana/Vervuet, 2012, p. 247-285.

45 Diogo Ramada Curto, « Notes on the history of European Colonial law and legal institutions », Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, vol. 33-34, 2003-2005, p. 13-71.

46 Mafalda Soares da Cunha & Nuno Monteiro, « Governadores e capitães-mores do império atlântico português nos séculos XVII e XVIII », in N. Monteiro, P. Cardim et M. Soares da Cunha org., Optima Pars. Elites Ibero-Americanas do Antigo Regime, Lisbonne, ICS, 2005, p. 242.

47 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler que le conflit n’est pas division. Cf. Nicole Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

48 Catarina Madeira Santos, « Goa é a chave de toda a Índia ». Perfil político da capital do Estado da Índia (1505-1570), Lisbonne, CNCDP, 1999, p.160-1.

49 Voir l’analyse de Rafael Chambouleyron & Vanice Siqueira de Melo, « Governadores e índios, guerras e terras entre o Maranhão e o Piauí (primeira metade do século XVIII », Revista de História (Sao Paulo), n. 168, 2013, p. 167-200.

50 Mark Meuwese, Brothers in Arms, Partners in Trade. Dutch-Indigenous Alliances in the Atlantic World, 1595-1674, Leiden, Brill, 2012.

51 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola. The Mbundu and their neighbors under the influence of the Portuguese, 1483-1790, Oxford, Clarendon Press, 1966; Joseph C. Miller, Kings and kinsmen. Early mbundu states in Angola, Oxford, Clarendon Press, 1976.

52 Pedro Puntoni, A guerra dos Bárbaros. Povos indígenas e colonização do sertão nordeste do Brasil 1650-1720, São Paulo, Hucitec, 2002; Beatriz Dantas, José Augusto Sampaio, Maria Rosario do Carvalho, « Os povos indígenas no Nordeste brasileiro. Um esboço histórico », in Manuela Carneiro da Cunha org., História dos índios no Brasil, São Paulo, 1992, p. 431-445.

53 Gregório de Matos, Poemas atribuídos. Códice Asensio-Cunha, ed. João Adolfo Hansen et Marcello Moreira, São Paulo, Autêntica, 5 vol., 2013, vol.3, p.199. Ces deux vers, dont une traduction pourrait être : « parce que le nom du roi donne pour tout/ à tous ceux, qui portent le roi dans le ventre », sont tirés d’un sonnet consacré à la ville de Bahia et « alguns Pícaros que haviam nela ». Matos joue ici conjointement de sa culture de juriste (qu’il était aussi) et du topique du cannibalisme associé au Brésil.

54 Arquivo Histórico Ultramarino (AHU, Lisbonne), Angola, Cx 8: 14.10.1665.

55 Ces termes, employés dans la documentation coloniale, désignaient diverses autorités politiques et militaires indigènes, avec lesquelles traitaient les Portugais. Le premier désignait les capitaines noirs nommés par les Portugais à la tête des troupes indigènes qui combattaient à leur service ; le terme « quilamba » pouvait désigner soit ces mêmes capitaines soit des sobas alliés aux Portugais, qui collaboraient avec eux dans le commerce d’esclaves; les « sobas » étaient les chefs politiques traditionnels du royaume de Ndongo ; « jaga » était le nom donné par les Portugais à des groupes natifs, nomades et guerriers redoutés, auxquels les Portugais s’étaient alliés. Cf. Adriano Parreira, Dicionário glossográfico e toponímico da documentação sobre Angola do século XV-XVII, Lisbonne, Estampa, 1990; John K. Thornton, « Firearms, Diplomacy and Conquest in Angola: coopération and alliance in West Central Africa, 1491-1671 », in Empires and Indigenes. Intercultural Alliance, Imperial Expansion and Warfare in thé Early Modern World, Wayne E. Lee de., New York, New York University Press, 2011, p. 167-192 ; id., « Armed Slaves and Political Authority in Africa in the Era of the Slave Trade (1450-1800) », in Christopher Leslie Brown & Philip D. Morgan de., Arming Slaves. From Classical Times to the Modern Age, Yale, Yale University Press, 2006, p. 79-94; Anne Hilton, « The Jaga reconsidered », The Journal of African History, vol. 22, 2, 1981, p. 191-202.

56 Fernanda Olival, As ordens militares e o Estado Moderno: honra, mercê e venalidade em Portugal (1641-1789), Lisbonne, Estar, 2001.

57 AHU, Angola, Cx 8: 14.10.1665.

58 ibid.

59 AHU, Angola, cx 9, doc.12: ant. 18.02.1666, requerimento de Andre Vidal de Negreiros governador e capitão geral do reino de Angola.

60 AHU, Angola, cx 10, doc.95: Regimento dos governadores de Angola, 27.03.1673, où se trouve répétée cette nécessité. Sur la situation des Portugais outre-mer à cette époque, Charles R. Boxer, Salvador de Sá and the struggle for Brazil and Angola (1602-1686), Londres, The Athlone Press, 1952 ; Sanjay Subrahmanyam, L’empire portugais d’Asie 1500-1700, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999.

61 AHU, Índia, cx.38, doc.49: 26.09.1653.

62 Elle privilégie les élites natives christianisées. D’un sondage effectué, concernant les 2/3 du XVIIe siècle, tous les bénéficiaires, à Goa, étaient désignés comme brahmane sauf un; tous étaient également reconnus comme d’excellents « linguas" (interprètes): AHU, cod.211, fl.93v: Miguel Leitao bramane; AHU, India, cx 21 (documentation non cataloguée) : Baltasar Ribeiro Bramane; Pedro de Atayde Bramane; AHU, India, cx 26: Francisco de Sa Bramane; AHU, cx 35: Francisco de Moura Bramane; AHU, cx38: Miguel Fernandes; Jurdao Pereira Bramene; dom Miguel Bramene. Evoquant le cas du brahmane Francisco Gonçalves, António João de Frias écrivait dans son Aureola dos Indios & Nobiliarchia Bracmana (publié à Lisbonne en 1702) que « todos os tribunes são ocupados pelos Bracmanes, principalmente a secretaria de Estado, aonde Francisco Gonsalves Bracmane, natural de Santa Anna, que era official mayor della, servio por muito tempo o lugar de Secretario de Estado, por escolha que delle fez o Vice-rey Dom Philippe Mascarenhas, preferindo-o a outros muitos ministros, pela sua grande experiência nos negócios, e pelo seu grande talento, e por conhecer que era Bracmane de nação, a mais principal da India ».

63 Neil Whitehead & Brian Ferguson ed., War in the Tribal Zone. Expanding States and Indigenous Warfare, Santa Fe, New Mexico, School of American Research, 1992; John K. Thornton, Warfare in Atlantic Africa, 1500-1800, New York, Routledge, 1999.

64 Le roi fit ainsi remettre, en 1648, au gouverneur du Maranhão « 12 hábitos para que ele os repartisse pelos índios principais e mais outros que considerasse que tivesse merecimento », AHU, Maranhão, cx 3, doc.266. Cette même année, Francisco de Mato Falcão, capitão da gente preta do reino de Angola, recevait, quant à lui, l’habit militaire de l’Ordre de Santiago.

65 AHU, Maranhão, cx 3, doc.236.

66 Pour une concession en bonne et due forme, intégrant les circuits écrits de communication impériale, Arquivo Histórico de Angola. Livro de patentes do tempo do senhor Salvador Correia de Sá e Benavides, org. Carlos Dias Coimbra, Luanda, Instituto de Investigação ciêntifica de Angola, 1898, p. 130: provision du 11.11.1647 concernant l’habit de l’Ordre du Christ attribué à João Bango Bango. Sur ce partage écrit/oral, voir les remarques d’Almir Diniz de Carvalho Júnior, Índios cristãos. A conversão dos gentios na Amazónia Portuguesa (1653-1769), Thèse de doctorat, Campinas, 2005, Unicamp, p.221.

67 Il est important de noter qu’il n’y eut pas, de la part de la Couronne portugaise, de volonté de créer une noblesse indigène, ni d’ailleurs coloniale.

68 Il en était de même dans le royaume. Cf. Jean-Frédéric Schaub, Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640). Le conflit de juridictions comme exercice de la politique, Madrid, Casa de Velásquez, 2001.

69 AHU, Angola, cx 9, doc.12: ant. 18.02.1666.

70 Sur l’importance de l’oralité, Fernando Bouza, Palabra e imagen en la Corte: cultura oral y visual de la nobleza en el Siglo de Oro, Madrid, Abada, 2003.

71 Francis A. Dutra, « Blacks and the search for rewards and status in 17th c. Brazil », Pacific Coast Council on Latin American Studies, 1979 ; Dutra, « Ser mulato em Portugal nos primórdios da época moderna », Revista Tempo (Rio de Janeiro), 30, 2011, p. 101-114; Ronald Raminelli « Privilegios y malogros de la familia Camarão », Nuevo Mundo Mundos nuevos (en ligne). Colloques 2008. http://nuevomundo.revues.org/27802

72 Fernanda Olival & João Figueiroa-Rego, « Cor da pele, distinções e cargos: Portugal e espaços atlânticos portugueses (séc. XVI a XVIII) », Revista Tempo (Rio de Janeiro), 30, 2011, p. 115-145.

73 On peut également constater, au cours du XVIIe siècle, une évolution, qui tend à privilégier les populations métisses, notamment dans l’Atlantique, où sont préférés « gente parda filhos da terra » au détriment des populations indigènes. cf. AHU, Angola, cx 8, doc.123: 17.10.1665, Consulta do Conselho Ultramarino sobre Simão da Rocha Prasa que pede o cargo de capitão-mor da guerra preta em satisfação dos seus serviços.

74 Cependant, Il n’y pas de discrimination spécifique à l’égard des élites coloniales, qui bénéficient du même traitement que les élites locales du royaume. C’est là un aspect qui distingue les deux empires ibériques. Cf. Evaldo Cabral de Mello, O Nome e o Sangue. Uma parabola familiar no Pernambuco colonial, Rio de Janeiro, Topbooks, 2000 ; Thiago Krause, Em busca da honra. A remuneração dos serviços da guerra holandesa e os hábitos das ordens militares (Bahia e Pernambuco, 1641-1683), São Paulo, Annablume, 2012, p. 260.

75 Fernanda Olival, As ordens militares e o Estado Moderno: honra, mercê e venalidade em Portugal (1641-1789), Lisbonne, Estar, 2001.

76 AHU, Angola, cx 10, doc. 95: 27.03.1673: le paragraphe 6 est consacré à cette question, rappelant un ordre royal daté du 3 avril 1666.

77 Si cet « abus » constituait une remise en cause du pouvoir royal, il avait aussi des conséquences concrètes, les bénéficiaires de ces concessions se trouvant dès lors protégés contre la justice ordinaire. C’est un cas semblable qui se pose, en 1691, avec le principal indien, D. Lazaro Pinto. AHU, Maranhão cx 8, doc.835. Cf. Almir Diniz de Carvalho Júnior, Índios cristãos. A conversão dos gentios na Amazónia Portuguesa (1653-1769), Thèse de doctorat, Campinas, 2005, p. 228.

78 AHU, Angola, Cx 8: 14.10.1665.

79 José Sebastião Silva Dias, Os descobrimentos e a problemática cultural do séc. XVI, Coimbra, Seminário de Cultura Portuguesa, 1973 ; Carlos Zeron, Ligne de foi: la Compagnie de Jésus et l’esclavage dans le processus de formation de la société coloniale en Amérique portugaise (XVI-XVIIe siècles), Paris, Champion, 2009 ; Voir aussi Las teorías de la guerra justa en el siglo XVI e sus expresiones contemporáneas, dir. Gilles Bataillon, Gilles Bienvenu, Ambrosio Velasco Gómez dir., Mexico, Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1998.

80 Carlos Zeron, cit., p. 314 sq.

81 Beatrix Heintze,« Luso-African Feudalism in Angola? The vassal treaties of the 16th to the 18th century », Separata da Revista Portuguesa de História, 18, 1980, p. 111-131.

82 José Silva Dias, cit., p. 210.

83 António Manuel Hespanha, Cultura jurídica europeia, Coimbra, Almedina, 2012.

84 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seiscentista », Revista de História (São Paulo), n° 171, 2014, p. 15-48.

85 AHU, Angola, cx 7, doc. 8: 27.09.1660: Consulta do Conselho ultramarino sobre o requerimento dos moradores do reino de Angola ; AHU, Angola, cx 8, doc. 28: 19.06.1664: Requerimento dos juízes e oficiais da câmara de Loanda por seu procurador Antonio de Buiça.

86 AHU, Angola, cx8: 14.10.1665.

87 AHU, Angola, cx 7, doc.8: 27.09.1660.

88 AHU, Angola, cx8: 14.10.1665.

89 John Thornton, « Early Kongo-Portuguese relations: a new interpretation », History in Africa, vol. 8, 1981, p. 183-204.

90 Diogo Ramada Curto, « Do Reino à África: formas dos projetos coloniais para Angola em inícios do século XVII », in Júnia Furtado org., Sons, formas, cores e movimentos na modernidade atlântica. Europa, Américas e África, São Paulo, Annablume, 2008, p. 187-218.

91 Catarina Madeira Santos, « Ecrire le pouvoir en Angola: les archives ndembu 17e-20e siècles », Annales HSS, 2009/4, p. 764-795; C. M. Santos et Ana Paula Tavares, Africae Monumenta: a apropriação da escrita pelos africanos, Lisbonne, IICT, 2002.

92 Beatrix Heintze, « Luso-African Feudalism in Angola? The vassal treaties of the 16th to the 18th century », Separata da Revista Portuguesa de História, 18, 1980, p. 111-131; id., « Angolan Vassal Tributes of the 17th century », Revista de história económica e social, 6, 1980, p. 57-78.

93 Roquinaldo Ferreira, cit.

94 Il fallait notamment distinguer deux catégories d’esclaves: les mubika, des prisonniers de guerre généralement destinés au commerce transatlantique, et les kijuku, qui ne pouvaient être vendus pour la traite atlantique et bénéficiait d’un meilleur statut. Roquinaldo Ferreira, « Slaving and resistance to slaving in West Central Africa », in The Cambridge World History of Slavery, David Eltis & Stanley L. Engerman ed., Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 111-131; Voir aussi Catarina Madeira Santos, « Esclavage africain et traite atlantique confrontés: transactions langagières et juridiques (à propos du tribunal de mucanos dans l’Angola des XVIIe et XVIIIe siècles) », Brésil(s).Sciences humaines et sociales, n.1, 2012, p. 124-148.

95 AHU, Angola, cx 8, doc.110: 27.05.1665.

96 Jusques là, il s’agit d’occurrences tout à fait exceptionnelles; un cas, à ma connaissance, en 1622. Cf. António Brásio ed., Monumenta Missionaria Africana, vol. VII, p. 17-24; Beatrix Heintze, Fontes para a história de Angola do século XVII: Memórias, relações e outros manuscritos da colectânea documental de Fernão de Sousa (1622-1635), Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden, 2 vol., 1985, vol. 1, p. 137. Leur multiplication au milieu du XVIIe siècle doit être considérée comme l’indice d’un changement, même s’il ne signifie nullement l’arrêt des relations politiques et diplomatiques entre les Portugais et les autorités africaines.

97 AHU, Angola, cx 7, doc.93: 10.09.1663, Consulta do Conselho Ultramarino sobre a queixa que fas dom Agostinho Guabon natural do reyno de Angola do furto que se lhe fes naquelle reyno e afronta que lhe mandou fazer o governador João Fernandes Vieira.

98 AHU, Angola, cx 7, doc.93: 10.09.1663.

99 John K. Thornton, The Kingdom of Kongo. Civil War and transition (1641-1718), Madison, University of Wisconsin Press, 1983.

100 AHU, Angola, cx 11, doc.1356: 24.09.1674, sobre Simão Correia secretario del Rey de Congo degredado para o Brasil e depois para o reino pedindo seu regresso a Angola.

101 AHU, Angola, cx 8, doc.103: Consulta do Conselho Ultramarino sobre a carta que o governador de Angola André Vidal de Negreiros da conta da guerra que mandou fazer a D. Francisco Joannes e da razão que para isso houve.

102 AHU, Angola, cx 8, doc.123: 1665.

103 ibid.

104 ibid. Le terme « dembo » renvoie conjointement à la région située entre les royaumes de Ndongo et de Kongo et à ses autorités politiques.

105 Ce qui vient appuyer l’hypothèse de Thornton, suivant laquelle « il se peut que d’ancien nobles devenus esclaves aient fourni la classe dirigeante, provenant soit de la noblesse de charge, soit du corps des officiers. Au moins une partie des élites s’était trouvée réduite en esclavage et embarquée pour les Amériques ». John K. Thornton, « Les Etats de l’Angola et la formation de Palmares (Brésil) », Annales HSS, 2008/4, p. 769-797. Sur Palmares, voir aussi Silvia Hunold Lara, « Marronage et pouvoir colonial. Palmares, Cucau et les frontières de la liberté au Pernambouc à la fin du 17e siècle », Annales HSS, 2007/3, p. 639-662.

106 Luiz Felipe de Alencastro, O Trato dos Viventes. Formação do Brasil no Atlântico Sul (séculos XVI XVII), São Paulo, Companhia das Letras, 2000; José Antônio Gonçalves de Mello, João Fernandes Vieira: mestre de campo do Terço de Infantaria de Pernambuco, Lisbonne, CNCDP, 2000.

107 AHU, Angola, cx.7, doc.64, 65, 67: 1662. Cf. Charles Boxer, cit. ; Luiz Felipe de Alencastro, O Trato dos Viventes. Formação do Brasil no Atlântico Sul (séculos XVI XVII), São Paulo, Companhia das Letras, 2000, p. 262.

108 Alencastro, cit., p. 285-286.

109 Il reste que ces opérations militaires ne permirent pas aux Portugais d’accroître leur domination territoriale, ni de renforcer d’ailleurs leur contrôle sur le commerce, dépendant plus que jamais des réseaux contrôlés par le Kassanje et le royaume de Matamba. Cf. Roquinaldo Ferreira, cit.

110 AHU, CU-Angola, cx 7, doc.45: 2.09.1661, Consulta do Conselho Ultramarino sobre o requerimento de D. Ana de Sao Miguel viuva do capitão mor Antonio Teixeira de Mendonça moradora no reino de Angola por si e como tutora de sua filha menor D. Ana Maria de Carvalho. Cf. José C. Curto, «  A restituição de 10000 súbditos Ndongo « roubados » na Angola de meados do século XVII: uma análise preliminar », in Isabel Castro Henriques org., Escravatura e transformações culturais, Lisbonne, Vulgata, 2002, p. 185-208.

111 AHU, Angola, cx 10, doc.71: 21.08.1672, aviso do sucesso da victoria que as armas de Vossa Alteza tiveram de el rey de Dongo e de que da conta o governador de Angola Francisco de Tavora por carta de 31.05.1672.

112 AHU, Bahia, cx 22, doc.2545 & 2546.

113 Silvia Hunold Lara, « Depois da Batalha de Pungo Andongo (1671): o destino atlântico dos príncipes do Ndongo », Revista de História (São Paulo), 175, 2016, p. 205-225.

114 Sur cette confusion des statuts de libre et d’esclave, Silvia Lara, « Marronage et pouvoir colonial. Palmares, Cucau et les frontières de la liberté au Pernambouc à la fin du XVIIe siècle », Annales HSS, 2007/3, p. 639-662.

115 AHU, Angola, cx 7, doc.81: Decreto do rei D. Afonso VI, ordenando ao Conselho Ultramarino a análise da consulta do Conselho da fazenda sobre os escravos que se devem tirar de Angola para executar o pagamento da paz com Olanda, 3.03.1663. L'institution de la Junta das Missões (1655), dont le but déclaré était la « propagation de la foi catholique et l’amélioration des coutumes dans les conquêtes », et son installation, en 1681, dans diverses régions de l’empire, peut être également considérée dans cette perspective. Sur cette institution, voir Marcia Eliane Alves de Souza e Mello, Fé e império. As juntas das Missões nas conquistas portuguesas, Manaus, AM, 2009.

116 Michel Sennelart, Les arts de gouverner, p. 32. Cette définition appliquée à l’outre-mer portugais pose évidemment le problème de ce que sont là les « coutumes de la nation ».

117 Sur les casados de Goa, Sanjay Subrahmanyam, cit., p. 274 et suivantes ; Ângela Barreto Xavier, « ‘Nobres por geração’. A consciência de si dos descendentes de portugueses na Goa Seiscentista », Revista Cultura, 24, 2007, p. 89-116. En ce qui concerne Luanda, Catarina Madeira Santos, « Luanda: A colonial city between Africa and the Atlantic, 17th and 18th c. », in Liam Matthew Brockey ed., Portuguese Colonial Cities in the Early Modern World, New York, Routledge, 2008.

118 Laura de Mello e Souza, « Vícios, virtudes e sentimento regional. São Paulo, da lenda negra à lenda aurea », Revista de História (São Paulo), 142, 2000, p. 261-276 ; Sergio Buarque de Holanda, Caminhos e fronteiras, São Paulo, Companhia das Letras, 1958; John Manuel Monteiro, Negros da terra. Índios e bandeirantes nas origens de São Paulo, São Paulo, Companhia das letras, 1994.

119 Sur la « guerre des Barbares », Pedro Puntoni, A guerra dos bárbaros. Povos indígenas e a colonização do sertão nordeste do Brasil, 1650-1720, São Paulo, Hucitec, 2000.

120 Carta do governador de Pernambuco, 7.11.1685, in Ernesto Ennes, As guerras nos Palmares. Subsídios para a sua história, São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1938, doc.7. Sur le quilombo de Palmares, Edison Carneiro, O quilombo de Palmares, São Paulo, Martins Fontes, 2011 (1958); Flávio Gomes, Palmares, São Paulo, Editora Contexto, 2005 ; Silvia Hunold Lara, « Marronage et pouvoir colonial. Palmares, Cucau et les frontières de la liberté au Pernambouc à la fin du 17e siècle », Annales HSS, 2007/3, p. 639-662.

121 Consulta do Conselho Ultramarino, 11.12.161694 & 27.01.1695, in Ernesto Ennes, op. cit., doc.33.

122 António Vieira, Cartas do Brasil, org. João Adolfo Hansen, São Paulo, Hedra, 2003.

123 D. Francisco Xarque, Insignes missioneros de la Compañia de Jesus en la Provincia del Paraguay. Estado presente de sus misiones en Tucuman, Paraguay y Rio de la Plata que comprehende su Distrito, Pamplona, 1687.

124 Sergio Buarque de Holanda, Caminhos e fronteiras, p. 60.

125 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seiscentista », Revista de História (São Paulo), 171, 2014, p. 15-48.

126 Carta de Caetano de Melo e Castro, 4.08.1694, in Ernesto Ennes, doc. 25

127 Consulta do Conselho Ultramarino, 27.01.1695, in Ernesto Ennes, doc. 33: « …parce qu’ayant là leur habitation, ils pourront être par leur naturelle condition et leurs coutumes et procédés violents pires que les noirs de Palmares et leurs hostilités bien plus à craindre encore ».

128 AHU, Bahia (L.F.), cx.13, doc.1583: 14.01.1655; Documentos Históricos, Biblioteca Nacional do Rio de Janeiro, vol.III, p. 407 : 21.09.1657.

129 Condições que os São Paulistas do terço da infantaria de que é mestre de campo Domingos Jorge Velho pedem que se lhe concedem para poder continuar nos Palmares, in Ernesto Ennes, doc. 31.

130 Condições e capítulos que o governador João da Cunha Sottomayor concede ao Coronel Domingos Jorge Velho para conquistar destruir e extinguir totalmente os negros de Palmares do estado de Olinda, 3.07.1687 e rectificação pelo Marquez de Montebelo, Olinda, 3.12.1691, in Ernesto Ennes, doc. 31, doc. 35.

131 Requerimento de Luiz da Silva Pimentel, como procurador dos paulistas assistentes nos Palmares, in Ernesto Ennes, doc.27; Parecer do procurador da fazenda sobre as queixas e requerimentos dos paulistas, in Ernesto Ennes, doc.53, 54.

132 Consulta do Conselho Ultramarino 18.02.1698, sobre o que pede Bento Surrel Camilio como procurador do mestre de campo dos paulistas Domingos Jorge Velho, in Ernesto Ennes, doc.66.

133 Parecer do procurador da fazenda sobre o mesmo assunto, in Ernesto Ennes, doc.37.

134 ibid. Il faut noter que la solde payée aux paulistas se situe au même niveau que celle des troupes africaines du maître de camp Henrique Dias. Cf. Consulta sobre a carta do governador e capitam geral de Pernambuco de 25.06.1700, in Ernesto Ennes, doc.76.

135 John Manuel Monteiro, Negros da terra. Índios e bandeirantes nas origens de São Paulo, São Paulo, Companhia das Letras, 1994, p. 139.

136 AHU, Bahia (L.F.), cx 28, doc.3545: Carta do arcebispo governador do Brasil D. Frei Manuel da Resureição para Sua Majestade respondendo à ordem que lhe foi para não continuarem administradores seculares nas aldeias dos índios daquele estado, Bahia, 23.06.1689. Cf. Guida Marques, « Dans les marges de la guerre des Barbares. Formalité des pratiques et anomalies légales dans la conquête du sertão de Bahia (1650-1700) », in Eric Wenzel & Eric de Mari dir., Adapter le droit et rendre la justice aux colonies. Thémis outre-mer (XVIe-XIXe siècles), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2015.

137 Osvaldo Raggio, « Visto dalla periferia. Formazioni politiche di Antico Regime e stato moderno », in M. Aymard dir., L’Etá moderna, secoli XVI-XVII, vol.IV: Storia d’Europa, Turin, 1995, p. 483-527.

138 Luciano Figueiredo, « O império em apuros: notas para o estudo das alterações ultramarinas e das práticas políticas no império colonial português, séc. XVII e XVIII », in Júnia Furtado org., Diálogos oceânicos: Minas Gerais e as novas abordagens para uma história do império ultramarino português, Belo Horizonte, Editora Universidade Federal de Minas Gerais, 2001, p. 197-254.

139 L’opposition fut particulièrement forte à Goa, comme à Luanda. AHU, India, cx47, doc.161: 22.02.1665; AHU, Luanda, cx 9, doc.85: 7.03.1667. Sur le processus de négociation dont cette contribution fit l’objet dans l’Amérique portugaise, Leticia Ferreira, « É pedido, não tributo ». O donativo para o casamento de Catarina de Bragança e a paz de Holanda (Portugal e Brasil, c.1660-c.1725), Thèse de Doctorat, PPGH/UFF, Niterói, 2014.

140 D’autres réformes avaient été mises en oeuvre auparavant, avec plus ou moins de succès, suscitant de fortes oppositions. Subrahmanyam rappelle ainsi les réactions au gouvernement du comte de Linhares pendant l’union ibérique. Subrahmanyam, cit., p. 292-294. Ajoutons que les dépositions de gouverneurs elles-mêmes ne sont pas inédites dans l’empire portugais, ce qui conduit à questionner davantage la conjoncture de ces événements, et leur construction par la Couronne elle-même.

141 Luciano Figueiredo, cit.

142 Biblioteca da Ajuda (Lisbonne), cod. 51-VIII-34, fl.257v-260v: Copia de uma carta que o Conde de Óbidos escreveu a seu irmão da prisão em que estava.

143 Les restrictions apportées à la première apparaissent comme des motifs de mécontentement aussi bien à Goa qu’à Luanda. Quant au second point, on sait les maladresses et les atteintes symboliques portées par Óbidos aux usages locaux. AHU, India, cx 38, doc.109: 16.03.1654; AHU, Angola, cx 9, doc. 115. Cf. Antonio Luis Alves Ferronha, « Angola. A revolta de Luanda de 1667 e a expulsão do governador geral Tristão da Cunha », in Júnia Furtado org., Diálogos oceânicos: Minas Gerais e as novas abordagens para uma história do império ultramarino português, Belo Horizonte, Editora Universidade Federal de Minas Gerais, 2001, p. 197-254 ; Luciano Figueiredo, « O império em apuros… », cit.

144 Gavetas da Torre do Tombo, vol.VI, Lisbonne, 1967; AHU, India, cx 35: 8.03.1650; AHU, India, cx 36: 20.03.1651. João Adolfo Hansen, A Sátira e o Engenho. Gregório de Matos e a Bahia do século XVII, São Paulo, Ateliê Editorial, 2004.

145 AHU, CU, cod.16, fl.11-12: Consulta do Conselho ultramarino, 1661; AHU, Angola, cx.9, doc.104: Consulta do Conselho Ultramarino, 25.11.1667.

146 Anthony Pagden, « The struggle for legitimacy and the image of Empire in the Atlantic to c.1700 », in Nicholas Canny ed., The Origins of Empire, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 34-54; Andrew Fitzmaurice, Humanism and America. An intellectual History of English Colonization 1500-1625, Cambridge, Cambridge University Press, 2003; Ken MacMillan, « Imperial constitutions: sovereignty and law in the British Atlantic », in Britain’s Oceanic Empire. Atlantic and Indian Ocean World c.1550-1850, ed. H.V. Bowen, E. Mancke, J.G. Reid ed., Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 69-97; Tamar Herzog, « Conquista o integración : los debates entorno a la inserción territorial (Madri-México, siglo XVIII », in Les sociétés de frontière. De la Méditerranée à l’Atlantique (16e-18e siècles), ed. Michel Bertrand et Natividad Planas, Madrid, Casa de Velasquez, 2011, p. 149-164.

147 António Vasconcelos Saldanha, « Conceitos de espaço e poder e seus reflexos na titulação régia portuguesa da época da expansão », in Jean Aubin ed., La découverte, le Portugal et l’Europe, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1990, p. 104-129.

148 Guillaume Boccara, «  Mundos nuevos en las fronteras del Nuevo Mundo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Débats, mis en ligne le 8 février 2005, consulté le 2.05.2009, nuevomundo.revues.org/426 ; António Carlos de Sousa Lima, « Tradições de conhecimento na gestão colonial da desigualdade: reflexões a partir da administração indigenista no Brasil », in Cristiana Bastos, Miguel Vale de Almeida, Bela Feldman-Bianco coord., Trânsitos coloniais: diálogos críticos luso-brasileiros, Lisbonne, ICS, 2002, p. 151-172.

149 Fernanda Bicalho, « Elites coloniais: a nobreza da terra e o governo das conquistas », in N. Monteiro, M. Soares da Cunha & P. Cardim org., Optima Pars. Elites Ibero-Americanas do Antigo Regime, Lisbonne, ICS, 2005, p. 73-98.

150 Evaldo Cabral de Mello, Rubro Veio. O imaginário da Restauração Pernambucana, Rio de Janeiro, Topbooks, 1997; João Fragoso, « A formação da economia colonial no Rio de Janeiro e de sua primeira elite senhorial (séculos XVI e XVII) », in J. Fragoso, F. Bicalho, F. Gouvêa org., O Antigo Regime nos Trópicos : a dinâmica imperial portuguesa, séculos XVI-XVIII, Rio de Janeiro, Civilizaçao Brasileira, 2001, p. 29-71;.

151 As excelências do governador. O panegírico fúnebre a D. Afonso Furtado de Juan Lopes Sierra (Bahia, 1676), org. Stuart B. Schwartz & Alcir Pécora, São Paulo, Companhia das Letras, 2002.

152 Guida Marques, « Do índio gentio ao gentio bárbaro: usos e deslizes da guerra justa na Bahia seiscentista », Revista de História (São Paulo), 171, 2014, p. 15-48.

153 Diogo Ramada Curto, « Do Reino à África: formas dos projetos coloniais para Angola em início do século XVII », in Junia Furtado org., Sons, formas, Cores e Movimentos na Modernidade Atlântica: Europa, Américas e África, São Paulo, Annablume, 2008, p. 187-218.

154 Beatrix Heintze, « A obra de António Oliveira de Cadornega: uma fonte extraordinária para a História e a Etnografia de Angola no século XVII », in B. Heintze, Angola nos séculos XVI e XVII, Luanda, Kilombelombe, 2007; Mathieu Demaret, « Portugueses e Africanos em Angola no século XVII: problemas de representação e de comunicação a partir da história geral das guerras angolanas », in José Damião Rodrigues et Casimiro Rodriques ed., Representações de África e dos Africanos na história e cultura séculos XV a XXI, Ponta Delgada, CHAM, 2011, p. 107-130.

155 Parmi d’autres, Manuel de Faria e Sousa, Ásia Portuguesa, 3 t., Lisbonne, 1666-1675. Sur ce thème, Ângela Barreto Xavier, « ‘Nobres por geração’. A consciência de si dos descendentes de portugueses na Goa Seiscentista », Revista Cultura, 24, 2007, p. 89-116; A.B. Xavier & Ines G. Županov, « Ser brâmane na Goa da época moderna », Revista de História (São Paulo), 172, 2015, p. 15-41.

156 Les revendications, évidemment bien plus rares, au nom des populations esclaves, doivent elles aussi être prises en compte, faisant de cette période de la fin du XVIIe siècle un moment particulièrement important d’in-définition et de discussion qui mérite davantage d’attention. Cf. Richard Gray, « The Papacy and the Atlantic slave trade : Lourenço da Silva, the Capuchins and the decisions of the Holy Office », Past and Present, 115, 1987, p. 52-68.

157 Carlos Zeron, « O governo dos escravos nas constituições primeiras do arcebispado da Bahia e na legislação portuguesa: separação e complementaridade entre pecado e delito », in Bruno Feitler et Evergton S. Souza, A igreja no Brasil. Normas e práticas durante a vigência das Constituições do Arcebispado da Bahia, São Paulo, 2011, p. 323-354.

158 Cette métaphore de Vieira a ainsi donné son titre au livre de Laura de Mello e Souza, O sol e a Sombra. Política e administração na América portuguesa do século XVIII, São Paulo, Companhia das Letras, 2006.

159 Stuart Schwartz, « The Formation of a Colonial Identity in Brazil », in Nicholas Canny & Anthony Pagden ed., Colonial Identity in the Atlantic World 1500-1800, Princeton, Princeton University Press, 1989, p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guida Marques, « De Bahia à Luanda, en passant par Goa : les déclinaisons du gouvernement impérial portugais au XVIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 16 juin 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/72067 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.72067

Haut de page

Auteur

Guida Marques

CHAM, FCSH, Université Nouvelle de Lisbonne
guidamarques23@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page