Navigation – Plan du site
Débats | 2018
Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle) – Coord. Yann Lignereux et Clément Thibaud
François-Joseph Ruggiu

Des nouvelles France aux colonies – Une approche comparée de l’histoire impériale de la France de l’époque moderne

From New Frances to colonies - A comparative approach to the imperial history of early modern France
[14/06/2018]

Résumés

L'histoire impériale connaît aujourd'hui un grand essor dans le monde entier, en particulier en ce qui concerne le début de la période moderne. Comme l’avaient annoncé des historiens comme Trevor Burnard, John Elliot ou Cécile Vidal, le cadre impérial s’est imposé comme une clé pour comprendre la dynamique de la colonisation européenne, en particulier dans ses relations avec les transformations politiques et sociales vécues par les premiers États modernes en Europe. L'historiographie française a connu des difficultés à suivre ce mouvement en raison d'un fossé durable (en voie de comblement) entre les spécialistes des colonies et ceux du royaume de France, et des lacunes dans l’interrogation des processus mêmes de l'expansion, de la colonisation et de l'empire tels qu'ils sont envisagés par les contemporains. Cet article aborde les principaux enjeux relatifs à la signification de mots-clés tels qu’« empire » et « colonies » dans la pensée politique française des XVIIe et XVIIIe siècles, en lien avec les lexiques anglais et espagnol. Il réfléchit sur les relations entre la couronne de France et ses territoires en Europe ainsi que dans les Amériques, en montrant que la dimension coloniale des territoires ultramarins français était loin d'être une question réglée à l'origine. L'imposition de la colonialité a plutôt été un processus long et douloureux réalisé, en particulier, par le biais de la législation sur les impôts et sur les personnes. Ce processus a progressivement dépouillé la pensée et les pratiques de l'expansion ultramarine française de toute référence à la construction, dans le monde entier, d'un ensemble de nouvelles Frances, au sens strict du terme, pour se concentrer sur l'exploitation de quelques territoires coloniaux, clairement séparés des métropoles. Et elle a ouvert la voie à la colonisation « moderne ».

Haut de page

Texte intégral

1Les analyses présentées ici ont été développées à plusieurs reprises et sous différentes formes, en particulier le 14 juin 2010, à King’s College, Cambridge, lors de la journée The Internationalization of the History of France and the French Empire, 17th-18th Centuries, organisée par David Todd et Pierre Singaravelou ; le 11 octobre 2010, au Séminaire Empires. Histoire des colonisations, de l’Ecole Normale Supérieure ; le 7 février 2011 au Séminaire du Laboratoire des Sciences Historiques à l’Université de Franche-Comté ; le 26 novembre 2011, lors de la journée « L'Outre-mer au regard de la nouvelle histoire impériale », organisée par Cécile Vidal, au Musée du Quai Branly ; les 5 et 6 juillet 2013, lors des journées The Future of French Imperial History, King’s College, Londres, organisées par Richard Drayton et David Todd, et, enfin, le 16 mars 2015 lors d’un séminaire à l’invitation de Thomas Wien à l’Université de Montréal. J’ai, à chaque fois, beaucoup bénéficié de mes discussions avec les organisateurs de ces rencontres et avec leurs participants. Je les en remercie très vivement. Les différents travaux communs que j’ai eu la grande chance de mener, ces dernières années, avec Cécile Vidal, Gilles Havard, Marie Houllemare, David Chaunu, Matthieu Gellard et Yann Lignereux ont été d’une importance fondamentale dans la formation des idées présentées ici.

  • 1 Voir, entre autres, les propositions de David Northrup, « Globalization and the Great Convergence: (...)
  • 2 On pourra partir de Sanjay Subrahmanyam, « Du Tage au Gange au XVIe siècle : une conjoncture millén (...)
  • 3 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History », dans David Armitage et Michael Braddick, Th (...)
  • 4 Voir Cécile Vidal, « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History », The Souther (...)
  • 5 Par exemple, Jean-Frédéric Schaub, « La catégorie « études coloniales » est-elle indispensable ? », (...)
  • 6 L’historiographie récente de l’empire anglais puis britannique de l’époque moderne en est un excell (...)

2Les années 2000 ont vu en France un indiscutable, bien que tardif, élargissement des horizons de l’enquête historique surtout en ce qui concerne l’époque moderne. Souvent orientée vers l’histoire nationale, à dimension politique, socioéconomique ou socioculturelle, l’étude des 16e, 17e et 18e siècles s’est ouverte en lien avec le processus de mondialisation éprouvé par une société par ailleurs travaillée par les conséquences à long terme de la décolonisation des années 1960 et des migrations de la seconde moitié du XXe siècle. Les différentes propositions apparues à l’échelle mondiale, qu’elles soient méthodologiques (histoire mondiale/world history ou histoire globale/global history1 ; histoire connectée2…) et/ou spatiales (histoire atlantique3…), ont été intégrées, parfois avec peine4, à l’historiographie et à l’enseignement supérieur. Même si elles ont connu des succès inégaux, elles ont été très productives et elles ont amené les historiens à reconsidérer la pertinence de champs thématiques les plus anciens5. Il semble aujourd’hui que l’histoire des empires sorte à la fois confortée et considérablement renouvelée de ce processus historiographique6. L’empire tend à s’imposer, en effet, en ce milieu des années 2010, à la fois comme un objet historique, comme le cadre d’études monographiques ou transversales, et comme une catégorie d’analyse.

  • 7 John H. Elliott, Empires of the Atlantic World. Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven (...)
  • 8 Par exemple, Christine Daniels et Michael V. Kennedy (dir.), Negotiated Empires: Centers and Periph (...)
  • 9 Sur les différentes formes de la comparaison, voir M. Bloch, « Pour une histoire comparée des socié (...)

3Bien que l’histoire comparée des empires européens de l’époque moderne soit une direction de recherche relativement récente, paraissent à présent régulièrement des ouvrages qui cherchent à saisir dans un même mouvement différentes expériences impériales. Le livre de John H. Elliott, Empires of the Atlantic World7, a ainsi magistralement ouvert la voie à une comparaison du déploiement des empires européens, que ce soit dans l’espace atlantique ou dans l’espace asiatique, mais il n’a finalement guère été imité tant la tâche, qui implique de maîtriser plusieurs historiographies, peut apparaître écrasante. Les ouvrages récents sont donc le plus souvent des collectifs qui juxtaposent des études concernant les relations politiques entre les Etats européens et les territoires ultramarins sur lesquels ils avaient étendu leur souveraineté sinon leur domination effective8. Le dossier réuni ici pour Nuevo mundo, Mundos nuevos, s’inscrit dans cette perspective et cherche à faciliter une saisie commune ces trois entités politiques, proches dans le temps, proches dans l’espace9, qu’ont été les empires ultramarins espagnols, français et portugais.

  • 10 Voir, par exemple, Fernando Ciaramitaro, « El virrey y su gobierno en Nueva España y Sicilia. Analo (...)
  • 11 Au sein de l’ouvrage de Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (éd (...)
  • 12 Selon la terminologie mise en place à la suite de Vincent T. Harlow, The founding of the Second Bri (...)
  • 13 C’est ainsi qu’en 2007, le Dictionnaire de la France coloniale pouvait choisir de ne pas prendre di (...)
  • 14 L’histoire du premier empire colonial français a bénéficié d’un effort considérable de synthèse dan (...)

4Comme nous le savons, la comparaison, même limitée, a une vertu essentielle qui est de faire réfléchir les historiens sur les catégories d’analyses attachées à leur objet et à leur terrain d’études, souvent considérées comme évidentes mais dont la pertinence peut être remise en cause une fois confrontées à d’autres traditions historiographiques. Les oppositions canoniques qui permettent, dans un cadre national, de penser à moindres frais l’entreprise ultramarine européenne à partir du XVe siècle – empire maritime ou océanique (« empire of the seas ») ou empire continental (« empire of land ») ; « empire territorial » ou « empire commercial » ; « colonies de peuplement » ou « colonies d’exploitation » ; ou encore « centre » et « périphérie » – peuvent ainsi être interrogés. L’historiographie de la monarchie espagnole nous en donne un excellent exemple puisque se développe, depuis quelques années, un double mouvement qui articule plus étroitement l’étude des vice-royautés américaines à celles des nombreux territoires européens placés sous l’autorité des rois d’Espagne, en particulier en Italie et qui démontre que les territoires ultramarins10, loin d’être cantonnés à une relation bilatérale avec la Couronne, interagissaient entre eux, et que ces interactions réciproques influençaient leurs relations avec la monarchie espagnole. La reconnaissance de la nature « polycentrique » de cette dernière permet donc de dépasser une approche construite sur les notions de « centre » et de « périphéries »11. Le même réexamen concerne les chronologies les mieux établies comme celles, par exemple, qui date les « débuts » des empires (de François Ier, de Richelieu, de Colbert…) ou qui opposent les « premiers » aux « seconds » empires coloniaux12. Les notions mêmes d’« empire », de « colonies » ou de « métropole » ont ainsi fait l’objet de réexamens attentifs appliquées à l’Angleterre et à la Grande-Bretagne, ou encore à l’Espagne et au Portugal. Les historiens de la France moderne n’ont pas parcouru ce chemin avec la même énergie, sans doute par manque d’intérêt pour la dimension coloniale de la période, au regard de l’empire de la fin du XIXe et du XXe siècle13 et aussi, peut-être, parce que l’extranéité des espaces ultramarins vis-à-vis de l’histoire nationale reste forte. Dans les ouvrages généraux, ils apparaissent le plus souvent soit à des moments devenus iconiques, comme l’aventure de Villegagnon au Brésil dans les années 1550, soit lors de guerres qui, comme celle de Sept Ans, se caractérisent par une dimension mondiale. Et le fait qu’ils fassent l’objet de manuels ou de synthèses spécifiques, qui est intéressant en soit, ne facilite paradoxalement pas cette intégration14.

  • 15 Quelques exemples de ces belles études sociopolitiques centrées sur une colonie avec Lucien René Ab (...)
  • 16 Voir les directions de travail données par Richard Drayton dans « The globalisation of France : Pro (...)
  • 17 Ph. R. Girard, « Empire by Collaboration. The First French Colonial Empire’s Rise and Demise », Fre (...)

5L’histoire impériale et coloniale de la France d’Ancien Régime est restée avant tout une histoire des territoires coloniaux et des processus politiques, économiques et sociaux qui les ont conduits à avoir une histoire singulière15, certes envisagée en lien avec celle de la métropole, mais qui est souvent déconnectée de celles des autres colonies et dont l’horizon ultime semble être toujours le devenir actuel de ces territoires. L’historiographie de la France moderne n’a peut-être pas encore suffisamment intégré le fait que les efforts réalisés par différents groupes d’intérêts, qu’ils soient ecclésiastiques, aristocratiques ou marchands, et, directement ou indirectement, par la Couronne pour développer des entreprises ultramarines en Amérique, dans l’Océan Indien ou en Asie, s’inscrivent dans le cadre des transformations du royaume dans son ensemble. Elles ont eu sur elles des conséquences politiques, militaires, religieuses, financières, sociales ou culturelles, bien au-delà de l’essor des grands ports de la façade atlantique du royaume bien avant la seconde moitié du XVIIIe siècle16. Une prise de conscience semblable à celle faite par les historiens de la Grande-Bretagne reste à faire pratiquement à tous les niveaux pour la France moderne et le jugement de Philippe R. Girard, qui, en 2005, décrivait l’histoire du « premier empire colonial français » comme « the embarrassing cousin of the French historiography, one whose existence could not be denied but who tended to be placed at the far end of the table… »17 reste, en grande partie, vrai en cette fin des années 2010. Cette contribution entend donc participer à une réflexion sur les bases d’une histoire impériale de la France d’Ancien Régime en repartant, dans une perspective comparée, des définitions mêmes des mots et des concepts que nous employons si couramment.

Polysémiques Empires

  • 18 Le surgissement au cours des années 2000 de la question impériale dans l’historiographie mondiale a (...)
  • 19 Voir Durba Ghosh, « Another Set of Imperial Turns ? », The American Historical Review, vol. 117, n° (...)
  • 20 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires in World History. Power and the Politics of Difference, P (...)
  • 21 Nicholas Canny (éd.), The Oxford History of the British Empire, vol. 1, The Origins of Empire : Bri (...)
  • 22  H. V. Bowen, « British conceptions of global empire, 1756–83 », vol. 26, n° 3, 1998, p. 1-27, et, (...)
  • 23 Sur ce point, voir David Armitage, The ideological origins of the British Empire, Cambridge, Cambri (...)
  • 24 Walter Ullmann, « ‘This Realm of England is an Empire’« , The Journal of Ecclesiastical History, 30 (...)
  • 25 Voir, en particulier, John H. Elliott, Empires of the Atlantic world.., op. cit., p. 117.
  • 26 Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan conquistadors : Iberianizing the Atlantic, 1550-1700, Stanford, S (...)

6Depuis quelques années18, l’empire est devenu une indispensable catégorie d’analyse à l’échelle mondiale19. Synthétisant un ensemble de traits généralement reconnus aux empires, Jane Burbank et Frederick Cooper les ont définis comme des « large political units, expansionist or with a memory of power extended over space, polities that maintain distinction and hierarchy as they incorporate new people » 20. Cette définition englobante leur a permis d’aborder une vaste série de formes politiques allant de l’Antiquité à nos jours sans que la question de la singularité des empires coloniaux de l’époque moderne ne soit pleinement résolue, et d’autant moins que la méthode repose sur une relative déconnection avec les sens qui circulaient chez les contemporains. Les spécialistes de la Grande-Bretagne et de ses colonies se sont beaucoup interrogés sur la manière dont la notion même d’empire était perçue par les autorités royales et par le public de l’époque moderne21. Il a été ainsi montré que le vocabulaire impérial a commencé à se diffuser profondément dans la population britannique à partir du premier quart du XVIIIe siècle22. Il reflétait alors la prise de conscience, dans les élites et les classes moyennes urbaines, de l’importance des colonies dans l’évolution de la métropole. Mais le terme « empire » était, en réalité, une partie intégrante du vocabulaire politique anglais depuis le XVIe siècle23. Il est apparu dans l’entourage d’Henri VIII pour affirmer la volonté du roi de se dégager de l’influence de la Papauté de Rome24 et pour chercher à établir sa souveraineté sur les autres royaumes des îles Britanniques : l’Irlande et l’Ecosse. Le mot a ensuite évolué pour désigner, dans les expressions « empire of the seas » ou « empire of the ocean », la souveraineté de l’Angleterre, d’abord sur les mers qui l’entouraient, puis sur l’Atlantique en général25. L’émergence d’un « empire » anglais puis britannique, avec une dimension politique et non plus seulement commerciale et maritime, a été facilitée par cette généalogie, quelle que soit l’appréciation, positive ou négative, portée à son sujet par les observateurs politiques et sociaux. Une bonne partie d’entre eux, en effet, craignaient la reproduction des atrocités perpétrées par les Espagnols, de surcroît catholiques, dans leurs colonies ou bien que l’identité de l’Angleterre, protestante et libre, ne soit, à la longue, altérée par l’arrivée sous sa domination de tant de peuples non-protestants, voire non-chrétiens, habitués à un gouvernement despotique26.

  • 27 Christian Hausser et Horst Pietschmann, « Empire. The concept and its problems in the historiograph (...)
  • 28 John Elliott, Empires of the Atlantic World…, op. cit., p. 119. Il précise que ces termes ont pu en (...)

7Si le terme d’empire a bien été utilisé à la fois par les historiens et les contemporains dans le cas de l’Angleterre puis de la Grande-Bretagne, le cas de l’Espagne se situe à l’autre extrémité du spectre discursif. Christian Hausser et Horst Pietschmann ont ainsi rappelé que, dans le vocabulaire et les représentations des contemporains, le moment proprement « impérial » de l’Espagne s’était limité à la période de Charles Quint et l’englobait aussi bien les possessions européennes de ce dernier que les conquêtes réalisées dans le Nouveau-Monde27. L’ « empire » du souverain Habsbourg prolongeait davantage l’empire de Charlemagne ou le Saint-Empire Romain Germanique qu’il n’annonçait les empires coloniaux des XVIIe et XVIIIe siècles et encore moins des XIXe et XXe siècles. Charles Quint puis Philippe II s’étaient d’ailleurs vu proposer de prendre les titres d’ « empereur de la Nouvelle-Espagne » ou « des Indes » ou « du Nouveau Monde » sans qu’ils y donnent suite28. Et ils notent que l’usage d’appeler « empire » les possessions ultramarines de l’Espagne s’est d’abord imposé dans l’historiographie anglophone avant d’imprégner récemment l’historiographie hispanophone.

  • 29 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française…, op. cit., p. 82-93. L’historien Jules Saint (...)
  • 30 Jean Meyer et alii, Histoire de la France coloniale, op. cit., p. 31-41, p. 39 en particulier.
  • 31 Bernard Gainot, op. cit., p. 9, estime, quant à lui, qu’il y a une « ébauche d’empire colonial fran (...)
  • 32 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2014 [2003], p. (...)

8Le même travail sur le mot « empire » et, au-delà, sur l’idéologie impériale reste à faire en ce qui concerne la France. L’emploi de ce terme pour désigner l’ensemble des possessions ultramarines françaises à l’époque moderne est bien d’un usage courant dans l’historiographie actuelle mais sans que la signification du vocabulaire employé soit toujours précisée. Dans une synthèse de référence, Pierre Pluchon est, par exemple, discret sur ce point aussi bien dans l’avant-propos, où il conçoit essentiellement la colonisation comme une expansion de la France, que dans le chapitre qui est consacré explicitement à l’« empire colonial de Colbert… »29. Chez lui, comme chez d’autres, la continuité entre les entités ultramarines des XVIIe et XVIIIe siècles et l’empire des XIXe et XXe siècles est souvent posée a priori alors que, même si elle est réelle dans certains domaines, l’idée demande à être discutée. C’est d’ailleurs ce que fait Jean Meyer qui emploie également le terme, mais souvent entre guillemets, qui marquent une plus grande précaution30. Il s’interroge même sur le fait de savoir s’il y a eu un « Empire colonial de l’Ancien Régime » « au sens où nous entendons ce mot »31. Gilles Havard et Cécile Vidal, dans l’introduction de leur Histoire de l’Amérique française, prennent soin, quant à eux, de distinguer deux sens du terme. Ils définissent l’empire de l’époque comme « un espace » où s’exercent « des formes de pouvoir » issues d’un centre impérial qui le soumet à « une entreprise de domination et d’unification ». Ils l’opposent explicitement à l’idée d’un « territoire placé sous le joug d’une autorité politique », « d’un espace de souveraineté unifiée », d’une « entité juridique reconnue comme telle par toutes ses composantes »32 qui semble plus proche de ce qu’a été le second empire colonial.

  • 33 James Pritchard, In search of empire : the French in the Americas, 1670-1730, Cambridge, Cambridge (...)
  • 34 Kenneth J. Banks, Chasing Empire across the sea : Communications and the state in the French Atlant (...)
  • 35 Philip P. Boucher, France and the American tropics to 1700 : tropics of discontent ?, Baltimore (Md (...)
  • 36 Dale Miquelon, « Envisioning the French Empire : Utrecht, 1711-1713 », French Historical Studies, v (...)
  • 37 Néanmoins, Robert Michael Morrissey, Empire by collaboration : Indians, colonists, and governments (...)

9L’utilisation de la notion d’empire par les spécialistes français des colonies de l’époque moderne, qu’elle soit péremptoire ou prudente, tranche avec les positions de leurs collègues anglophones. Réfléchissant à l’échelle de l’Amérique, James Pritchard avance que la France n’a eu en Amérique, jusque dans les années 1730, qu’un elusive empire, essentiellement parce que le pouvoir royal n’a pas formulé de politique claire à l’égard de ces colonies et, surtout, a négligé de financer la marine indispensable pour les développer, même si, paradoxalement, il ne définit pas précisément ce qu’il entend par « empire »33. Kenneth Banks estime également que l’idée d’un empire n’apparaît pas avant la période postérieure à 1763 car, auparavant, les « administrateurs français considèrent les colonies ultramarines, les forts et les compagnies de commerce comme une collection mal assorties de peuples et de possibilités et ils n’ont reçu qu’une attention limitée de l’Etat »34. S’intéressant à des parties spécifiques des possessions ultramarines de la France, Philip Boucher, qui travaille sur la Caraïbe au XVIIe siècle35 ou Dale Miquelon, qui étudie la Nouvelle-France au début du XVIIIe siècle36 arrivent à des conclusions similaires et tendent généralement à minimiser la cohérence de la politique de Colbert, souvent présenté dans l’historiographie française comme le fondateur de l’empire colonial français37.

  • 38 Voir Anthony Pagden, Lords of all the World..., op. cit., dont l’analyse sur la France est surtout (...)
  • 39 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690, tom (...)
  • 40 La référence à la situation contemporaine est absente de la notice « empire » dans l’édition de 169 (...)
  • 41 Dictionnaire universel français et latin, Paris, 1752, tome III, p. 703-706.
  • 42 Jacques Savary, Le Parfait négociant, Ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce de to (...)
  • 43 Voir W. J. Eccles, « Dubois Davaugour, Pierre », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, (...)
  • 44 Ce texte est essentiellement connu à travers une traduction en anglais publiée dans Documents relat (...)
  • 45 Maurile de Saint-Michel, Voyage des isles carmercanes en l’Amérique, au Mans, Hierôme Olivier, 1652 (...)
  • 46 Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France, XXV-2, Angleterre, tome 3, 1698-1 (...)
  • 47 Lettre bien importante de la chambre d’agriculture de Saint-Domingue adressée aux membres du comité (...)

10Or, l’utilisation du terme d’ « empire » par les Français de l’époque moderne était rare, surtout dans les décennies qui précèdent le traité de Paris de 1763, et le mot apparaît très peu sous l’Ancien Régime pour faire allusion aux territoires ultramarins38. Les dictionnaires les plus courants du XVIIIe siècle, comme le Dictionnaire universel de Furetière39, le Dictionnaire de l’Académie française40, ou bien le Dictionnaire universel, dit de Trévoux41, ne font pas ou peu référence aux colonies françaises de l’époque dans les notices consacrées au mot « empire ». La reconnaissance que les territoires ultramarins forment un ensemble spécifique est bien présente chez les contemporains, comme chez Jacques Savary, qui saisit collectivement les « païs & Isles » un temps sous l’autorité de la Compagnie des Indes Occidentales42, mais il n’emploie pas le terme d’ « empire » pour les rassembler. Le gouverneur Pierre Dubois d’Avaugour, qui a été gouverneur de la Nouvelle-France de 1661 à 1663, sous l’autorité de la Compagnie des Cents Associés43, semble, quant à lui, l’utiliser dans une de ses lettres où il envisage l’extension de la souveraineté du roi de France en Amérique du Nord44. En l’absence d’une enquête systématique, il est difficile d’aller plus loin mais les occurrences semblent rares ou bien renvoient à un très général « empire » du roi, miroir de celui du Christ45. La situation change considérablement à la fin du XVIIIe siècle où le terme apparaît régulièrement dans le vocabulaire politique mais pour désigner métaphoriquement la France. Les instructions données au duc d’Orléans à l’occasion de son voyage à Londres en octobre 1789 évoquent les embarras attisés par l’Angleterre « pour qu’en fin de cause, ils ébranlent la masse de puissance qui rend la France le premier empire de l’Univers »46. Il est vrai qu’à partir de la convocation des Etats-Généraux, les auteurs d’écrits sur les colonies, quelles que soient leurs positions par ailleurs, se sont mis, eux aussi, à utiliser le vocabulaire impérial car il leur permettait, à la fois, d’exprimer une appartenance à la communauté nationale et la particularité des colonies vis-à-vis du royaume. La réponse de François Barbé de Marbois, intendant de Saint-Domingue de 1785 à 1789, à une motion de la Chambre d’agriculture de Saint-Domingue, datée du 7 novembre 1788, demandant à ce que la colonie soit représentée aux Etats-Généraux, est particulièrement révélatrice. Il refuse de soutenir cette proposition arguant du fait que le « vœu de la colonie ne nous est pas réellement connu » et que certains habitants pourraient hésiter devant une claire incorporation de la colonie au royaume qui est grevé de dettes. Dans une note de bas de page attachée à cette réponse, il critique ceux qui penseraient ainsi en écrivant : « Dans leur manière d’envisager le bonheur de la colonie, imagineraient-ils que nous voulussions fuir, et nous cacher au moment où l’Empire vient au secours de lui-même »47. Le terme « empire » vient ici sauver, sur le plan rhétorique, Marbois qui vient de dire qu’il ne soutient pas une demande assimilant les colonies à la métropole mais qui veut pourtant dénoncer ceux qui, dans les colonies, ne se sentiraient pas français et qui pourraient alors refuser d’aider la métropole si les Etats Généraux le demandaient. L’ambiguïté croissante de la position des colonies vis-à-vis de la métropole est peut-être résumée dans cette phrase et dans cette échappatoire impériale.

  • 48 Issu d’une famille de la noblesse de Bourgogne, il était né à Fort-Dauphin, à Saint-Domingue, où so (...)
  • 49 Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des C (...)
  • 50 Ibid., p. 107-108, cité par A. Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes (...)
  • 51 Nous renvoyons ici aux réflexions fondamentales de Frederick Cooper sur cette question : « Provinci (...)

11Et l’utilisation du terme « empire » semble être devenue courante dans les premières années de la Révolution comme un synonyme de « royaume », ou d’une France, dont il n’est pas tout à fait sûr qu’elle soit élargie à son outre-mer. En décembre 1791, par exemple, le mot a ainsi retenti à plusieurs reprises dans la salle de l’Assemblée législative. Le 13, le président de séance, M. Viénot-Vaublanc48, répond à une députation de Parisiens venus porter une pétition sans rapport aucun avec les colonies que « les destins de l’Empire sont entre les mains de l’Assemblée Nationale ». Un autre député renchérit alors, en affirmant que « le salut de l’empire est dans le maintien de la constitution » et il condamne la pétition car elle « provoquerait à l’anarchie et amènerait le malheur dans l’Empire »49. Le lendemain, 14 décembre, Claude Basire, député de la Côte d’Or, monte à la tribune pour demander, que les fils de famille des pays de droit écrit soient assimilés à tous les autres « citoyens de l’Empire », autrement dit de faire disparaître la condition juridique de fils de famille50. À partir de ces utilisations balbutiantes, hors du contexte colonial, le terme d’empire s’impose, en fait, dans le vocabulaire politique français, avec l’expérience d’inclusion dans un même Etat, placé sous la domination de Napoléon, de la France, dans ses limites anciennes, et d’une large partie de l’Europe51. Mais l’histoire de la transition du concept d’empire de l’Europe vers l’outre-mer reste, à notre connaissance, à faire.

Que sont les territoires ultramarins ?

  • 52 Ils n’ont donc pas été agrégés aux possessions des rois d’Espagne par une union « aeque principalit (...)
  • 53 Óscar Mazín Gómez, « Architect of the New World: Juan de Solórzano Pereyra and the Status of Americ (...)

12Sous réserve d’une étude plus approfondie, il semble donc qu’en France les agents de l’Etat de l’époque moderne utilisaient peu le vocabulaire impérial à la différence de ce qui a pu se passer pour l’Angleterre puis la Grande-Bretagne. Cette constatation pose la question du lien politique qui unissait le royaume de France aux territoires ultramarins dont il revendiquait la possession. Les spécialistes de l’empire anglais, puis britannique, et de l’empire espagnol ont abordé cette question en l’inscrivant au cœur de la réflexion menée depuis les années 1990 sur la notion de « monarchie composite » portée, en particulier, par John Elliott. La reconnaissance par les historiens de la nature « composite » de ces entités politiques a, en effet, facilité l’appréhension de la continuité ou de la discontinuité politique entre les Etats européens et les territoires ultramarins dont ils ont été amenés à prendre possession depuis la fin du XVe siècle. Le lien institutionnel entre les différents territoires américains et les rois d’Espagne a ainsi été clairement établi dès la fin du XVe siècle. Issus d’une conquête, ils ont, en effet, été intégrés à la Couronne de Castille et de Léon comme cela avait été, d’ailleurs, le cas d’une série d’autres entités politiques dans la péninsule depuis le Moyen Age, comme, pratiquement à la même époque, le royaume de Grenade52. Les institutions qui furent déployées en Amérique furent donc largement inspirées par celles de la Castille, en particulier à l’échelle locale où les villes, avec leur cabildo, devinrent le principal cadre politique dans lequel vivaient les colons. La nature subordonnée des territoires américains par rapport aux territoires européens, qui ont été, pour la plupart, intégrés à la monarchie espagnole par mariage, par héritage, ou par la voie d’un traité diplomatique, a été récemment bien mise en valeur53.

  • 54 Outre les volumes de l’Oxford History of the British Empire cités plus haut, voir Bertrand Van Ruym (...)
  • 55 Nicolas Landry et Nicole Lang, Histoire de l’Acadie, Québec, Septentrion, 2001. L’Acadie, ou Nouvel (...)
  • 56 Warren M. Billings, The Old Dominion in the seventeenth century : a documentary history of Virginia (...)

13Les différents établissements anglais qui ont été créés en Amérique à partir de la première décennie du XVIIe siècle ont eu une histoire institutionnelle plus diversifiée54. Certains, comme la Jamaïque, en 1655, le New-York, en 1664, ou la Nouvelle-Ecosse, en 1713, ont été conquis d’autres puissances européennes55. La plupart trouve cependant leur origine dans une charte concédée par le roi d’Angleterre, soit à une compagnie de commerce, comme dans le cas de la Virginie, soit à un individu, comme dans le cas du Maryland, ou plusieurs, généralement des proches du roi. Comme dans le cas espagnol, la présence anglaise en Amérique s’inscrivait dans un processus complexe d’expansion de l’Angleterre qui comprend l’incorporation du Pays de Galles dans les années 1530 et 1540 mais surtout l’établissement de la domination anglaise en Irlande. Disposant, sur le modèle établi par la Virginie en 1618-1619, d’une assemblée représentative et d’un conseil assistant le gouverneur, les colonies étaient indiscutablement inscrites sous la souveraineté du roi d’Angleterre, qu’elles soient colonies royales ou colonies de propriétaires, mais elles se situaient en marge des institutions du royaume d’Angleterre puis de Grande-Bretagne56.

  • 57 Nous reprenons ici des éléments développés dans François-Joseph Ruggiu, « Colonies, monarchy, empir (...)
  • 58 Sur Roberval, voir Bernard Allaire, La rumeur dorée : Roberval et l'Amérique, Montréal, Les Édition (...)
  • 59 Voir Philip Boucher, « French Proprietary Colonies in the Greater Caribbean, 1620s-1670s », dans L. (...)
  • 60 La bibliographie sur les compagnies est abondante mais souvent répétitive et vieillie. On se report (...)
  • 61 Elles se situent au nord de l’île de Saint-Domingue. Voir Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, (...)
  • 62 « Relatione delle isole americane scritta da un gentil huomo scozzese 23 9bre 1665 », dans Bernard (...)

14De la même manière, les relations politiques entre les territoires ultramarins et le royaume de France doivent être inscrites dans le contexte de l’agrandissement du royaume depuis la fin du Moyen Age57. Les lettres patentes données à Jean-François de La Rocque de Roberval, qui a commandé la première entreprise d’établissement d’une colonie outremer, établissaient la souveraineté du roi de France au nom du droit de conquête58. Les terres ultramarines, même si les bornes en étaient alors mal définies, étaient dans la main du roi et elles devaient donc être administrées par un lieutenant général aux compétences et aux pouvoirs proches de ceux que possédaient les gouverneurs des autres parties de son royaume et surtout des territoires conquis à la faveur des guerres d’Italie, comme le duché de Savoie ou l’Etat milanais. L’intervention des compagnies de commerce, à partir des années 1620, puis l’épisode de la dévolution des territoires ultramarins à des seigneurs particuliers59 n’a, au fond, que peu modifié cette situation institutionnelle malgré l’ampleur des concessions qui leur ont été faites60. La compagnie des Cent Associés reçut ainsi la « propriété, la justice et la seigneurie » de la Nouvelle-France, en échange d’un droit symbolique à chaque avènement, mais la Couronne, même lointaine, demeurait l’autorité souveraine comme elle le restait pour les différentes compagnies des îles de l’Amérique. Les territoires ultramarins, y compris les plus modestes, firent l’objet de semblables dévolutions comme les « petites Isles contigués, nommées Inaque , Ibacque, Mergane, Guanasiany et Citatur », concédées au sieur de Caen en 1633, « sauf la Souveraineté réservée à S.M., sans y pouvoir être troublé; le tout suivant les mœurs, coutumes et usages de la France »61. En 1665, un gentilhomme écossais qui décrivait les îles de l’Amérique ne s’y trompa d’ailleurs pas. Après avoir rappelé que les îles « tombèrent aux mains de particuliers, qui en ont acheté la propriété à ladite compagnie, ce que le roi de France a confirmé », il précisa que : « Toutes les îles où habitent des Français appartiennent au domaine du roi de France qui y installe ses lieutenants, mais normalement le propriétaire de l’île est aussi le lieutenant du roi, une situation avantageuse pour les intérêts tant publics que privés. »62 En 1664, la nouvelle Compagnie des Indes occidentales suivit le modèle précédent : elle reçut la propriété, la seigneurie et la justice de toutes les possessions françaises en Amérique mais le roi, qui recevait foi et hommage pour ces terres, conservait le pouvoir de nommer des gouverneurs généraux et particuliers qui lui étaient présentés par la compagnie (article XXVI).

  • 63 Les difficultés éprouvées par la Couronne pour faire respecter son autorité dans les territoires ul (...)
  • 64 François-Joseph Ruggiu, « Colonies, monarchy, empire and the French ancien régime… », op. cit., p.  (...)
  • 65 Pour bien comprendre la nature de l’East India Company, qu’il estime être ni une compagnie marchand (...)
  • 66 Ce point a récemment été soulevé, pour le cas français, par Helen Dewar, ‘Y establir nostre auctori (...)
  • 67 Édit portant révocation de la Compagnie des Indes occidentales, décembre 1674, p. 4 : « Nous avons (...)
  • 68 Voir Marie Houllemare, « Le parlement de Savoie (1536-1559), un outil politique au service du roi d (...)
  • 69 Léopold Lamontagne, « PROUVILLE DE TRACY, ALEXANDRE DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, (...)
  • 70 Il ne s’est pas rendu à Québec et Jean Talon, nommé le 23 mars 1665, fut le premier intendant à agi (...)
  • 71 Marie-Eve Ouellet a ainsi fait le parallèle entre la fonction d’intendant dans les provinces europé (...)

15Si les difficultés pratiques de la matérialisation de la souveraineté ont été souvent mises en avant63, la préservation discursive des droits de la Couronne et le travail de l’administration pour la matérialiser dans les textes ne doit nullement être sous-estimé. Et, contrairement à l’idée souvent avancée d’un désintérêt de la monarchie française pour les entreprises ultramarines, elles restèrent en permanence sous le regard de proches du pouvoir à partir des années 1610 et de la désignation en 1612 de Charles de Bourbon, comte de Soissons, comme éphémère lieutenant-général de la Nouvelle-France,64. La manière dont la monarchie y a installé son autorité doit être appréciée non pas par rapport à la trajectoire idéale d’un inéluctable renforcement de l’absolutisme mais, au contraire, par rapport aux conditions pratiques d’exercice de cette autorité, dans une France, qui restait, comme c’était le cas de l’Angleterre65, une agglomération de droits et de franchises ainsi que de pouvoirs aux compétences entremêlées66. En décembre 1674, avec la suppression de la compagnie, les territoires ultramarins réintégrèrent de toute façon le domaine royal qu’ils avaient quitté à partir des années 1620 au moment de la création des compagnies de commerce67. La Couronne a, alors, entrepris d’installer outremer les mêmes institutions politiques que dans la métropole, comme elle l’avait fait, à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, quand elle avait réintégré au domaine royal un ensemble de seigneuries qui en étaient sorties, ou, au cours du XVIIe siècle, lorsqu’elle a incorporé les provinces étrangères nouvellement unies au royaume68. En avril 1663, la première action de la Couronne a été ainsi de réformer la justice dans les colonies en y créant des « conseils souverains » (appelés « conseils supérieurs »). Fidèle à ses habitudes, la Couronne y envoya un « lieutenant général », Alexandre de Prouville de Tracy69, dont les pouvoirs s'étendaient de la Guyane à la Nouvelle-France. Et le premier intendant royal nommé en Amérique, Louis Robert, un parent de la puissante famille Le Tellier, reçut ses lettres de dispositions en tant qu'intendant de la Nouvelle-France dès le 21 mars 166370. Si le statut constitutionnel des territoires ultramarins n’est pas clair dans cette seconde moitié du XVIIe siècle, il apparaît pourtant qu’ils ont des points communs avec les provinces du royaume de France ou avec les territoires nouvellement conquis et qui sont reconnus comme faisant partie intégrante du royaume de France71. Il convient à présent de comprendre pourquoi cette potentialité n’a pas été développée et pourquoi les territoires ultramarins se sont, dans une certaine mesure, « éloignés » du royaume de France.

  • 72 Marie Houllemare, « La qualification du Nouveau Monde dans les textes législatifs français, XVIe-dé (...)
  • 73 Voir une des occurrences du terme, par exemple, alors que Lescarbot défend le monopole commercial d (...)
  • 74 Marie Houllemare rappelle que l’acte notarié d’établissement de la Compagnie des Cent Associés, le (...)
  • 75 Dictionnaire de l’Académie française, 1762, p. 333 : « Colonie : nombre de personnes de l’un et l’a (...)
  • 76 Marie Houllemare cite, en particulier, Jean-François Féraud, Dictionnaire critique de la langue fra (...)

16Il convient pour cela de faire à nouveau un détour, cette fois-ci par les différentes significations du terme de « colonie ». La plupart des historiens de la France moderne l’emploie aussi bien pour le XVIIe que pour le XVIIIe siècle le plus souvent par analogie avec les colonies du XIXe et du XXe siècles. Omniprésent dans la bibliographie, il était cependant loin d’être évident pour les contemporains. Marie Houllemare, qui en a étudié les occurrences au XVIe siècle72, a bien mis en valeur la longue prévalence du sens antique de ce terme. Il faisait essentiellement des colonies des projections de populations, sinon au-delà des mers, au moins à une grande distance de leur communauté d’origine. Les travaux des historiens et des érudits du XVIIe siècle ont maintenu vivante cette signification, que reprend l’avocat Marc Lescarbot dans son Histoire de la Nouvelle-France73 et que l’on retrouve dans la première occurrence du mot que Marie Houllemare a repérée dans le vocabulaire officiel de la monarchie française. La déclaration royale de mai 1628 officialisant la Compagnie des Cent Associés, qui avait été créée par un acte privé le 29 avril 1627, précise, en effet, qu’elle doit présider à « l’établissement d’une colonie de naturels Français, catholiques, de l’un et de l’autre sexe »74. Pendant longtemps, seul le sens antique est apparu dans les dictionnaires et ce n’est qu’au cœur du XVIIIe siècle que ces derniers ont commencé à intégrer l’existence de colonies modernes à leurs définitions ou aux exemples qui les précisaient75. Marie Houllemare a également noté que le terme de « métropole » a longtemps gardé en France son sens ecclésial et que c’est qu’à la toute fin du XVIIIe siècle qu’il s’est mis à désigner aussi l’entité exerçant une domination politique et commerciale sur une colonie76.

  • 77 Philippe Castejon, « Colonia, entre appropriation et rejet : la naissance d’un concept (de la fin d (...)
  • 78 Le débat a ainsi été relancé à partir des pays sud-américains par Ricardo Levene, Las Indias no era (...)
  • 79 Voir, à ce sujet, Jean-Pierre Dedieu, Après le roi : essai sur l'effondrement de la monarchie espag (...)

17Selon Philippe Castejon, l’évolution du mot « colonia » dans le vocabulaire espagnol a été à peu près semblable. Pendant l’essentiel de la période moderne, il est rarement employé dans le corpus juridique et la documentation administrative et, dans les dictionnaires, il est surtout pris dans son sens antique. Et ce n’est que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, seulement, et sans doute sous l’influence de l’économie politique française, que le mot « colonia » a commencé à désigner un territoire ultramarin exploité au profit d’une métropole et encore ne s’appliquait-il qu’aux colonies des autres puissances européennes à l’exclusion de celle de l’Espagne, ces dernières, considérées comme des reinos, des dominios ou des provincias, apparaissant comme étant d’une autre nature77. Le fait de savoir si les territoires américains contrôlés par la couronne d’Espagne étaient ou non des colonies, au sens « moderne » du terme, c’est-à-dire celui qui a commencé à s’établir dans la seconde moitié du XVIIIe siècle a été ardemment débattu, sur le moment même, en particulier à la suite de l’invasion de la péninsule par les troupes napoléoniennes, mais aussi dans l’historiographie jusqu’à nos jours78. Et la diffusion dans le vocabulaire des élites espagnoles des dernières décennies du XVIIIe siècle de la notion moderne de « colonia » signifie également une mise à distance de ces espaces, dont les élites ont pu avoir le sentiment, qu’elles étaient rejetées hors de la nation en voie de consolidation79.

  • 80 Au sein d’une bibliographie très étendue, nous nous appuyons ici essentiellement sur Jack P. Greene (...)
  • 81 Jack P. Greene, Peripheries and Center…, op. cit., p. 55-76.

18La relation incertaine des colonies américaines et de la Couronne d’Angleterre a, également, été une source d’angoisse pour les élites coloniales tout au long de la période. Sur le modèle des New English en Irlande, elles se percevaient, en effet, comme des English abroad, qui devaient bénéficier de l’accumulation, depuis les temps saxons puis la Magna Carta, d’un ensemble de coutumes et de lois qui fondaient leurs libertés fondamentales, en particulier la sûreté de leurs propriétés et, donc, le droit de ne pas être taxé sans leur consentement80. Or, une partie des administrateurs britanniques avaient une toute autre vision, celle de colonies fondées uniquement pour soutenir le commerce de la métropole et dont les populations, qu’ils considéraient d’ailleurs assez mal en raison de leurs origines mêlées, ne sauraient bénéficier des mêmes droits et de la même liberté que les habitants de la Grande-Bretagne. Les tentatives du parlement de Westminster pour accroître son emprise sur elles ont été, dans une large mesure, à l’origine des tensions entre les Treize colonies et la Grande-Bretagne dans les années 176081.

  • 82 Pour une emblématique étude de cas, Alexandre Dubé, « Les Amérindiens sous le regard des bureaux de (...)

19Les généalogies des mots et des concepts qui désignaient la relation entre les territoires ultramarins et les acteurs politiques en Europe nous rappellent que la reconstitution des constructions culturelles qui informaient la pensée et l’action des administrateurs, des élites politiques et de l’ensemble des acteurs de l’entreprise ultramarine est une donnée essentielle pour comprendre leurs actions82. L’utilisation du mot « colonie » ou l’adjectif « colonial » étendu à l’ensemble des possessions ultramarines européennes ne va en rien de soi et, en particulier, dans le cas français.

La possibilité de Nouvelles-Frances

  • 83 Sur le potentiel discursif du terme de Nouvelle-France, voir Sara E. Melzer, Colonizer or Colonized (...)
  • 84 Le terme apparaît dans le titre de son ouvrage qui, non seulement narre l’entreprise de Du Gua de M (...)
  • 85 « La Relation de la Nouvelle-France par le P. Pierre Biard, Lyon, 1616 », dans Lucien Campeau (dir. (...)
  • 86 Philippe Jarnoux, « La France équinoxiale : les dernières velléités de colonisation française au Br (...)
  • 87 Claude d’Abbeville, Histoire de la mission des pères capucins en l'isle de Marignan et terres circo (...)
  • 88 La région a été connue sous plusieurs dénominations : Cap Nord, Cayenne, Guyane ou encore la France (...)
  • 89 En 1664 fut ainsi émis un sceau pour le Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales port (...)
  • 90 Voir E. Laillet, La France orientale. L’île de Madagascar, Paris, Challamel Aîné, Editeur, 1884 et (...)

20En effet, l’historiographie a régulièrement noté qu’était attachée aux premières entreprises ultramarines sanctionnées par la Couronne l’idée de créer de nouvelles France83. André Thévet désigne ainsi sous le nom de « France antarctique », l’établissement créé par Nicolas Durand de Villegagnon dans les années 1550, avec le soutien de Gaspard de Coligny, amiral de France. Marc Lescarbot baptise Nouvelle-France, les « Terres-neuves d'outre l'Océan » vers lesquelles se dirige le sieur de Monts qu’il accompagne dans les années 160084. Et le jésuite Pierre Biard fit de cette Nouvelle-France, c’est-à-dire, selon lui, « les terres et païs de l’Amérique, ou Indes occidentales, qui sont à l’autre bord de l’océan de Guienne, vers le soleil couchant, opposites à nous et droictement correspondantes en mesme ligne de l’orient à l’occident », une terre symétrique de la France européenne : « Ceste nouvelle terre, dy je, descouverte premièrement au dernier siècle, par nos François, terre jumelle avec la nostre, subjecte à mesmes influences, rangée en mesme parallèle, située en mesme climat »85. L’épître à la reine du père capucin Claude d’Abbeville, qui ouvre le récit de l’entreprise du Maragnan, créée dans les années 1610 et détruite par les Portugais86, en rappelle l’objectif qui englobe l’ancien et le nouveau monde et étend à l’Amérique du Sud l’ambition de créer une Nouvelle-France : « Qui osera dans votre Etat refuser l'hommage à cette Croix qui aura vaincu le Diable dans sa propre maison & aura fait naistre une nouvelle France dedans la mer ? »87. Le terme de « France équinoxiale » a longtemps été attaché aux établissements dans cette région, en particulier aux tentatives de colonisation de la Guyane, au XVIIe siècle et jusque tard dans le XVIIIe siècle88. Enfin, le terme de « France orientale »89 revient sous la plume de certains contemporains pour désigner Madagascar90.

  • 91 Voir Pierre-Georges Roy, Ordonnances, commissions, etc., etc., des gouverneurs et intendants de la (...)
  • 92 Antoine de Montchrétien, Traité d’économie politique, Rouen, J. Osmond, 1615, Livre III.

21Ces dénominations n’apparaissent pas toujours dans les documents promulgués par la Couronne, entrainant une indiscutable confusion dans la définition des espaces, confusion dont Allan Greer et Catherine Desbarats ont souligné l’importance91. Les actes de création des compagnies chargées de commercer avec, et de faire habiter, l’Amérique du Nord n’ont ainsi pas systématiquement repris le terme de Nouvelle-France qui garda longtemps une dimension géographique plus que politique. C’est ainsi que Charles Huault de Montmagny (1636-1648), proposé par la Compagnie, porte le titre de gouverneur et lieutenant général de Sa Majesté non pas « de » la Nouvelle-France mais « en toute l’étendue du fleuve Saint-Laurent en la Nouvelle France ». Ses successeurs Jean de Lauson (1651-1656), proposé lui aussi par la Compagnie, ou encore Augustin Saffray de Mézy (1663-1665), nommé directement par le roi, portent le même titre « en la Nouvelle-France, étendue du fleuve Saint-Laurent », opérant par là une inversion significative. Mais les termes ainsi composés n’en traduisent pas moins, en particulier culturellement, une certaine conception de l’entreprise ultramarine portée par des acteurs, dont certains se situent au cœur de l’Etat monarchique, et dont Antoine de Montchrétien résumait l’esprit lorsqu’il appelait Henri IV à « planter et provigner de nouvelles France » en Amérique92.

  • 93 Acte pour l’établissement de la Compagnie des cent Associés pour le commerce du Canada, contenant l (...)
  • 94 Gilles Havard, « ‘Les forcer à devenir cytoyens’ : État, Sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (...)
  • 95 Le continuum culturel entre la colonisation antique et moderne, et son activation par les acteurs d (...)
  • 96 Claude de Seyssel, La Grand Monarchie de France, Paris, 1558 [1515], p. 75-76. Cinquième partie, ch (...)
  • 97 Guillaume Aubert, « ‘The Blood of France’ : Race and Purity of Blood in the French Atlantic », Will (...)
  • 98 Etienne de Flacourt, Histoire de la Grande Isle Madagascar, composée par le sieur de Flacourt,... a (...)
  • 99 Voir l’article XXXV : « pour favoriser d'autant plus les habitans desdits pays concédés , & porter (...)

22Et ce lien entre la France et les nouveaux territoires ultramarins n’était pas que rhétorique. Les chartes des compagnies chargées de peupler ces territoires, que ce soit au Canada, dans les Antilles ou en Guyane, ont ainsi systématiquement prévu que les populations projetées en Amérique, et leurs descendants, conserveraient la naturalité du royaume de France. L’article XVII de l’acte de création de la Compagnie des Cent-Associés, rédigé en 1627, indique que « les descendants des Français qui s'habitueront au dit pays, ensemble les sauvages qui seront amenés à la connaissance de la foi et en feront profession, seront censés et réputés naturels français, et comme tels pourront venir habiter en France quand bon leur semblera, et y acquérir, tester, succéder et accepter donations et légats, tout ainsi que les vrais régnicoles et originaires français, sans être tenus de prendre aucunes lettres de déclaration ni de naturalité »93. L’inclusion des « sauvages » dans ces articles a retenu en priorité l’attention des historiens94 car elle dessinait la constitution d’une population ultramarine nouvelle non seulement chrétienne et française mais aussi métissée et qui se situait, de fait, dans la droite ligne de la conception antique de la colonisation95. Claude de Seyssel, lorsqu’il évoquait, au début du XVIe siècle, la manière dont la monarchie de France pouvait s’agrandir en Europe, n’avait-il pas précisé : « Et aussi faisaient les autres qui venaient habiter en icelle ville avec eux, pourtant que tous se réputaient de cette même nation, et jouissaient des mêmes privilèges »96. Cette politique devait passer par le biais de mariages entre Français et Amérindiennes, en particulier au Canada, sous l’impulsion de Jean-Baptiste Colbert mais aussi dans les îles des Caraïbes où les unions avec les femmes autochtones facilitaient l’installation des premiers habitants français97. Mais elle se trouvait aussi sous la plume d’Etienne de Flacourt dans la préface de son ouvrage sur l’île de Madagascar où il essayait d’implanter un établissement dans les années 1650, dédicacé à Nicolas Foucquet : « Il y a plusieurs Français mariés à des Femmes du pays, converties à la Religion chrétienne et beaucoup d’enfants qui en sont issus. C’est une peuplade qui est en son enfance, qui de soi est si faible, qu’elle ne se peut pas encore soutenir d’elle-même, jusques à ce qu’elle soit parvenue à un âge plus fort et plus avancé. »98. Et ce souci reste encore au cœur de la charte de la compagnie des Indes occidentales, en 166499.

  • 100 Voir, par exemple, Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions des colonies fran (...)
  • 101 Voir l’article XIII de l’édit de création de la compagnie des Cent Associés, en 1627 (Édits, ordonn (...)
  • 102 L’article VII du règlement donné par M. de Tracy, gouverneur-général des îles, le 17 mars 1665 préc (...)
  • 103 La bibliographie sur le système seigneurial en Nouvelle-France est très vaste. Le lecteur pourra pa (...)
  • 104 Voir Emile Hayot, « Noblesse des îles. Les anoblis à la Martinique avant 1789 », Annales des Antill (...)
  • 105 Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 48-50. Cette érection (...)
  • 106 Blaise François de Pagan, Relation historique et géographique de la grande rivière des Amazones dan (...)
  • 107 Etienne de Flacourt, op. cit., p. 437.
  • 108 Elie Méderic Louis Moreau de Saint-Mery, Lois et constitutions…, op. cit., p. 139.
  • 109 « Sermens prêtés entre les mains de M. Prouville de Tracy, Gouverneur Général des Isles par tous le (...)
  • 110 Francois-Joseph Ruggiu, « Une noblesse atlantique ? Le second ordre français de l’Ancien au Nouveau (...)

23L’intensité du regard porté sur la constitution de cette nouvelle population ne doit cependant pas occulter à quel point elle était pensée en continuité avec celle du royaume. Certaines des dispositions des chartes royales, quelle que soit la diversité des territoires dans lesquelles elles devaient s’appliquer, étaient bel et bien destinées à mettre en place une articulation forte entre les territoires ultramarins et européens de la Couronne de France. Ainsi, si elles attestaient de l’absence de dérogeance pour les nobles qui s’intéressaient aux entreprises ultramarines, elles accordaient aussi des lettres de noblesse à ceux qui s’établissaient outre-Atlantique et qui pourraient en jouir des deux côtés de l’Atlantique100. Les clauses selon lesquelles l’exercice d’un métier dans les colonies dispensait du brevet de maîtrise dans les villes de France est généralement considéré par les historiens comme un simple outil pour attirer les migrants mais il est aussi une preuve de la fluidité sociale voulue entre les territoires ultramarins et européens101. Avant de témoigner d’une volonté d’uniformisation administrative, l’imposition de la coutume de Paris dans les territoires ultramarins comme la volonté d’introduire les poids et mesures en usage à Paris et dans certains ports atlantiques102, les arriment fortement au royaume. L’établissement du système seigneurial en Nouvelle-France103 mais aussi les tentatives de son installation dans la Caraïbe, par exemple en Guadeloupe104, vont dans le même sens. Ainsi, peu de temps après avoir concédé au sieur de Caen, un ensemble d’îles au nord de Saint-Domingue, Richelieu n’hésite pas à les ériger en baronnie, « avec Justice haute, moyenne et basse, droits de Patronage, nomination aux bénéfices, provisions aux Offices qui pourroient être institués ci-après dans l'enclos de ladite Baronie, Foires , Marchés, Coutumes et Usages , permission de faire édifier un ou plusieurs châteaux ou maisons Seigneuriales décorées de dômes et pont-levis et creneaux pour l'embélissement d'icelles avec tous les autres droits et privileges appartenans à la Baronie, suivant les moeurs, coutumes et usages de la France »105. La virtualité jamais concrétisée de cette érection ne doit pas dissimuler le cadre mental dans lequel elle inscrit l’établissement des Français outre-mer. À la même époque, Blaise François, comte de Pagan, signalait au cardinal Mazarin que la grande rivière des Amazones « vous demande le baptême pour tous ses peuples. Elle vous demande des lois pour toutes ses nations. Et un roi valeureux pour toutes ses provinces afin de les unir à sa Couronne »106. Et Etienne de Flacourt ne dit rien d’autre lorsqu’il esquisse l’évolution de Madagascar sous la souveraineté de la Couronne et qu’il demande que le commandant général « eût lettres patentes du Roi, par lesquelles il eût pouvoir de faire exercer la justice dans ladite isle conformément aux us et coutume de France »107. Les administrateurs royaux qui étaient envoyés dans les territoires ultramarins se sont bel et bien évertués à inscrire cette continuité dans l’ordre sociopolitique du royaume de France. Dans l’article V de son règlement accordé aux habitants des îles du Vent, Alexandre de Prouville de Tracy prend ainsi soin de préciser « que les Habitans qui mourroient dans l'Isle y demeurans , leurs héritiers demeurans en France, héritoient, tout ainsi que si les défunts eussent été demeurans en France »108. Et le même Alexandre de Tracy de Prouville, récemment arrivé dans les îles, fit prêter serment aux trois ordres du royaume ainsi projetés outre-mer109. Lorsqu’en 1672, le gouverneur Louis de Buade de Frontenac demanda le même serment que Prouville, il en fut réprimandé par Colbert qui ne souhaitait pas faire apparaitre le souvenir des États généraux en Amérique110. Cette réaction de Colbert est un des signes d’un processus de différentiation des territoires ultramarins qui n’a cessé par la suite de s’amplifier et les a définitivement fait basculer dans la catégorie en cours de re-définition des colonies modernes.

Vers les colonies

  • 111 Les Moyens de rétablir…, dans M. Virol (dir.), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ (...)
  • 112 Il est encore plus clair dans un autre mémoire : « Avec de tels préparatifs, je me doute pas qu’en (...)
  • 113 Les Moyens de rétablir…, op. cit., p. 569.

24Dans Les Moyens de rétablir nos colonies de l’Amérique et de les accroître en peu de temps111, Vauban décrivait les mesures à prendre pour mener une colonisation militaire du Canada qui permettrait de faire face aux dangers représentés par l’Amérique anglaise et à assurer la domination de la France dans la région112. Selon lui, ce modèle pourrait ensuite être adapté aux colonies alors en expansion, comme Saint-Domingue, voire à la Louisiane. Sans contester le rôle essentiellement commercial des colonies, il affirmait l’inutilité des compagnies marchandes privilégiées dans l’organisation des échanges et, surtout, il dessinait une voie de développement pour les colonies : « Y a-t-il quelque chose dans le monde de plus utile, de plus glorieux et de plus digne d’un grand Roi, que donner commencement à de grandes monarchies, et de les enfanter pour ainsi dire, et les mettre en état de s’accroître et de s’agrandir en fort peu de temps de leur propre cru, jusqu’au point de les égaler, voire de surpasser un jour le vieux Royaume »113. Cette vision à long terme d’une séparation du royaume de France de territoires ultramarins ayant acquis une forme de viabilité étatique, conformément cependant à l’enseignement de l’histoire antique, n’a cependant guère été partagée par les contemporains.

  • 114 Alain Clément, « “Du bon et du mauvais usage des colonies” : politique coloniale et pensée économiq (...)
  • 115 Cette citation est extraite de Edmond Daubigny, Choiseul et la France d’Outre-mer après le traité d (...)
  • 116 Médéric Elie Louis Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, Paris, 1784-1785, vol. 1, p. VIII.
  • 117 Alain Clément, op. cit., rappelle l’émergence autour des physiocrates d’un autre ensemble discursif (...)

25Progressivement, un autre discours a pris de l’ampleur jusqu’à faire disparaître au cours du XVIIIe siècle toute autre conception des territoires ultramarins. Il fait de la colonie une dépendance économique de la métropole qui n’existe que pour servir les intérêts commerciaux du royaume et il a trouvé son expression la plus achevée dans les théories des économistes des décennies médianes du XVIIIe siècle, en particulier Jean-François Melon, Vincent de Gournay ou encore François Véron de Forbonnais114. Ce discours se retrouve également au cœur des instructions politiques données aux administrateurs coloniaux comme celles que le Secrétaire d’Etat de la Marine donna en 1765 au comte d’Ennery et au président de Peynier, gouverneur et intendant de la Martinique : « Ce serait se tromper étrangement que de considérer nos colonies comme des provinces de France séparées seulement par la mer du sol national… Elles diffèrent autant des provinces que le moyen diffère de la fin. Elles ne sont que des établissements de commerce »115. Et, à la fin du XVIIIe siècle, Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry pouvait lui aussi affirmer : « On sait, par exemple, que le but principal et essentiel des Etablissemens de ce genre est d'assurer à la Métropole un débouché avantageux du superflu de ses Denrées et de ses Manufactures, par l’échange de ses Marchandises contre les productions Coloniales, destinées à sa propre consommation ou à payer ce qu'elle achete de l'Etranger. On sait aussi que pour une Puissance Maritime, les Colonies sont infiniment précieuses, parce que c'est dans la Marine Marchande que s'élevent, que se forment des Matelots pour la Marine Militaire. Protéger nos Colonies et favoriser leur accroissement; c'est donc accroître tout à la fois et les richesses et les forces de l'État »116. Le débat sur la fonction économique des colonies et sur leur utilité pour la métropole s’est poursuivi durant les dernières décennies de l’Ancien Régime et les premières années de la Révolution117.

  • 118 Yves Charbit, « Les colonies françaises au XVIIe siècle : mercantilisme et enjeux impérialistes eur (...)
  • 119 Y compris dans le contexte ultramarin comme le rappelle Jeff Horn, Economic development in early mo (...)
  • 120 Voir Cornelius J. Jaenen, « Le colbertisme », Revue d’Histoire de l’Amérique française, vol. 18, n° (...)
  • 121 Paul Butel, Histoire des Antilles…, op. cit., p. 51-69.
  • 122 Cornelius Jaenen, op. cit., p. 258.
  • 123 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, op. cit., p. 575. Sur les fluctuations de la (...)
  • 124 Voir Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles : Haïti av (...)

26Reconstituant la généalogie de cette conception des territoires ultramarins, les historiens sont souvent remonté jusqu’aux textes des premiers théoriciens de l’économie, en particulier Barthélemy de Laffemas et Antoine de Montchrestien (1575?-1621), dont les idées se sont diffusées à travers des mémoires ou des rapports en particulier envoyés à Richelieu118. Mais l’existence des linéaments d’un discours mercantiliste dès le début du XVIIe siècle ne signifie pas que les établissements ultramarins aient été créés dans cet esprit. En les liant par un réseau d'édits ou de déclarations royales réservant leur commerce au royaume, Colbert, dont l’intérêt pour la liberté du commerce a déjà été noté119, a distingué, plus clairement que ses prédécesseurs, entre le monopole interne et le monopole externe120. Le premier réservait un commerce à un groupe de marchands français à l'exclusion d'autres ressortissants du royaume ou des étrangers alors que le second ouvrait un commerce à tous les ressortissants mais interdisait les interférences des étrangers. C’est ainsi qu’après avoir réservé par l’article 15 de l’édit du 28 mai 1664, créant la Compagnie des Indes Occidentales, le commerce ultramarin à ses membres121, Colbert a rapidement reconnu la nécessité de l'ouvrir à tous les marchands français où et quand il était possible. Dès 1669, il a abandonné l'idée de réserver le commerce avec l’Amérique américain aux associés de la Compagnie des Indes Occidentales, et il les a obligé à délivrer des licences commerciales à d'autres marchands nationaux122. En 1674, la disparition de la Compagnie a finalement ouvert le commerce des colonies à tous les marchands métropolitains qui souhaitaient s’y lancer. Mais Colbert encadre étroitement les échanges entre les colons et les étrangers et, en particulier, avec les Hollandais qui étaient, à cette époque, la seule nation européenne dont la marine commerciale pouvait satisfaire les besoins croissants des colonies françaises. Ce système, connu en France sous le nom d’Exclusif, a été reconduit par le règlement royal du 20 août 1698 et formalisé par les lettres patentes d’avril 1717, qui désignaient les ports métropolitains autorisés à commercer avec les colonies, et par les lettres patentes de 1727, qui augmentèrent les peines qui frappaient les contrevenants123. Les premières applications de ce système au début des années 1670 ont, d’ailleurs, déclenché une série de révoltes dans la colonie naissante de Saint-Domingue124.

  • 125 Au XVIIIe siècle, le royaume de France n’est, en effet, pas un espace commercial et, encore moins f (...)
  • 126 Frederick Cooper, Colonialism in question : theory, knowledge, history, Berkeley (Calif.), Los Ange (...)
  • 127 Voir, en particulier, Catherine Desbarats et Thomas Wien, « Introduction : la Nouvelle-France et l’ (...)
  • 128 Lettres patentes en forme d'édit concernant les esclaves nègres des Isles de France et de Bourbon, (...)
  • 129 Voir Guillaume Aubert, « ‘To Establish One Law and Definite Rules’. Race, religion and the Transatl (...)
  • 130 Pour une intégration de ces problématiques à l’histoire des colonies anglaises en Amérique, voir Ja (...)
  • 131 Pour les Amérindiens, nous renvoyons aux travaux déjà cité de Gilles Havard, Alexandre Dubé et Yann (...)
  • 132 Nous sommes amenés, dans le cadre de cet article, à laisser de côté les questions liées à la constr (...)

27Cet encadrement spécifique du commerce, orienté vers la construction d’une dépendance des territoires ultramarins vis-à-vis de la métropole, absente des relations commerciales entre les diverses parties du royaume de France125, est un exemple de cette hétéronomie progressive des lois entre les territoires colonisés et la métropole qui est une des caractéristiques de la situation coloniale126. Et elle ne concernait pas uniquement les biens puisque la régulation du commerce a précédé, de peu, la publication du « Code noir » de 1685, qui a introduit, dans les îles du Vent, un ensemble de différentiations entre les personnes, en particulier par l’intermédiaire des articles consacrés à l’esclavage, qui étaient inconnues dans le royaume de France. Son impact s’est prolongé dans toutes les parties de l’empire en voie de constitution, dans toute la Caraïbe, jusqu’en Nouvelle-France où une ordonnance de l’intendant Raudot établit bientôt le droit de posséder « Panis » et « Nègres »127, puis dans les Mascareignes128 et en Louisiane129. Au-delà de l’établissement de règles juridiques, l’espace en voie de devenir colonial est également le lieu de la mise en place de relations sociopolitiques singulières entre le pouvoir métropolitain et d’autres groupes de population que les esclaves. À partir de la seconde moitié du XVI siècle, les élites locales130, ou encore les Amérindiens, se voient l’objet d’une réflexion spécifique des administrateurs métropolitains qui leur appliquent un mode, ou des usages, de gouvernement propres131. C’est bien cette inscription de la colonialité dans les personnes, dans les corps, dans les biens et dans les lieux des territoires ultramarins passés sous la souveraineté de la Couronne de France qu’il conviendra donc d’explorer plus avant132.

Conclusion

  • 133 Dans l’édition originale de 1856, la citation est extraite d’une longue note placée en fin de volum (...)
  • 134 Cette question est au cœur de la réflexion de Cécile Vidal, en particulier dans « Francité et situa (...)

28Tous les historiens du premier empire colonial français ont en mémoire la célèbre analyse d’Alexis de Tocqueville : « C’est dans les colonies qu’on peut le mieux juger la physionomie du gouvernement de la métropole, parce que c’est là que d’ordinaire tous les traits qui le caractérisent grossissent et deviennent plus visibles. Quand je veux juger l’esprit de l’administration de Louis XIV et ses vices, c’est au Canada que je dois aller. On aperçoit alors la difformité de l’objet comme dans un microscope. »133 Pour Tocqueville, les colonies auraient donc été un lieu où l’absolutisme de Louis XIV, compris comme une capacité nouvelle d’action des pouvoirs publics, se serait déployé sans les freins qui caractérisaient la France de l’Ancien Régime, en particulier les privilèges accordés aux ordres et aux différents corps et communautés qui formaient le tissu social du royaume, héritages d’un contractualisme depuis longtemps dépassé. Il y a encore beaucoup à comprendre de la pensée de Tocqueville, acteur politique majeur de l’implantation française dans l’Algérie nouvellement conquise, mais il nous semble que sa vision de l’histoire des territoires ultramarins, au moins du XVIIe siècle, est déformée par sa connaissance de l’évolution des colonies tout au long du XVIIIe siècle. En nous appuyant sur l’histoire comparée des empires, nous avons cherché dans cette contribution, et dans d’autres qui l’ont précédé, à démontrer que cette dimension coloniale des territoires passés en Amérique sous la souveraineté de la Couronne de France n’était pas donnée aux origines de l’entreprise ultramarine. Jusque dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les conditions politiques et culturelles dans lesquelles ils étaient inscrits permettaient d’envisager pour eux d’autres futurs sociopolitiques comme, par exemple, l’intégration au royaume au même titre que ses provinces européennes. À partir des années 1660, les décisions prises par la monarchie, aussi bien concernant le statut de ces territoires que celui des habitants, de plus en plus divers, qui les peuplaient, ont fait diverger le royaume et les territoires ultramarins et ont progressivement favorisé leur inscription dans une relation « coloniale ». Nous pensons donc que Tocqueville a moins observé la projection vers les colonies d’un absolutisme « purifié » que la construction de la colonialité des territoires ultramarins134.

  • 135 L’impact des défaites de la guerre de Sept Ans sur la monarchie et la société françaises de la seco (...)
  • 136 François-Joseph Ruggiu, « India and the Reshaping of the French Colonial Policy (1759-1789) », Itin (...)
  • 137 Sur le contexte théorique de ces entreprises, voir Pernille Røge, « L’économie politique en France (...)

29Même s’il s’attarde dans le vocabulaire, ou dans les représentations de certains acteurs, le rêve de nouvelles France aux destins pluriels s’efface alors au profit de la réalité de « colonies », comprises alors dans un sens qui est celui de l’époque contemporaine, de territoires développés au profit d’une métropole qui les exploite. La position ambigüe des territoires ultramarins français a longtemps subsisté et, au fond, c’est avec la perte de la Nouvelle-France qu’elle est tranchée, et que leur colonialité, avec, en particulier, la célébration de leur utilité économique, s’impose au cœur de l’Etat. Elle débouche même, après le choc des défaites de la guerre de Sept Ans135, sur une reconfiguration de l’ensemble de la pensée impériale de la Couronne qui rejette alors l’idée même de contrôler en Amérique ou aux Indes des vastes territoires aux limites vagues et qui serait le lieu d’interactions avec les populations locales136. C’est l’implantation française en Algérie, précédée il est vrai d’expériences sénégalaises vite avortées137, qui a fini par rompre avec le modèle établi dans les années 1760.

  • 138 Un tel mouvement est d’autant plus important que nous sommes à un moment où se consolide l’histoire (...)
  • 139 Voir, pour des groupes d’acteurs différents, Thomas Wien, « Rex in fabula : travailler l’inquiétude (...)
  • 140 Selon des perspectives ouvertes par exemple, par Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, « Em (...)

30La longue persistance du discours sur les nouvelles France indique cependant le poids de l’héritage des entreprises ultramarines du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle sur la perception administrative et culturelle des territoires ultramarins dans la seconde moitié du XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe siècle. Une meilleure prise en compte de cet héritage permet d’envisager différemment l’histoire de la relation entre le royaume de France et les territoires ultramarins en cessant de chercher à les englober, depuis les origines, dans un processus de colonisation au sens de la fin du XVIIIe siècle et en restituant la lente imposition de la colonialité sur les hommes et les espaces dont ils furent les objets. Une telle conception facilite d’abord la pesée des différences entre les périodes et entre les espaces et, en particulier, les places relatives de la Nouvelle-France, de l’ensemble Caraïbe et des entreprises de l’Océan Indien. Elle permet ensuite, en particulier sur le modèle offert par l’historiographie des empires ibériques, d’intégrer plus facilement à une histoire impériale de la France encore largement à construire, la question des liens constitutionnels qui unissaient le royaume et ses territoires ultramarins. Les avancées dans ce domaine doivent ouvrir de nouvelles recherches, en particulier sur la capacité des pouvoirs publics à formuler une stratégie impériale ou à bâtir une politique, au sens de la policy de nos collègues anglo-saxons, pour les territoires ultramarins138, ou encore sur les jeux des acteurs, qu’ils agissent sur le terrain ou au cœur du pouvoir139, ainsi que des milieux liés aux entreprises ultramarines140 ; et, enfin, sur les effets d’aller et retour entre ces territoires qui ne sont que progressivement devenues une métropole et des colonies au sens moderne du terme.

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres, les propositions de David Northrup, « Globalization and the Great Convergence: Rethinking World History in the Long Term », Journal of World History, 16, September 2005, p. 249-268, ou de Patrick O’Brien, « Historiographical traditions and modern imperatives for the restoration of global history », Journal of Global History, 2006/1, p. 3-39.

2 On pourra partir de Sanjay Subrahmanyam, « Du Tage au Gange au XVIe siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle eurasiatique », Annales. Histoire, Sciences sociales, 56e année, n° 1, janvier-février 2001, p. 51-84 ; Romain Bertrand, « Rencontres impériales. L’histoire connectée et les relations euro-asiatiques », dans « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54-4bis, supplément 2007, p. 69-89.

3 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History », dans David Armitage et Michael Braddick, The British Atlantic World, 1500-1800, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2002, p. 11-27 ; Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2005 ; Alison Games, « Atlantic History : Definitions, Challenges and Opportunities », American Historical Review, vol. 111, n° 3, 2006, p. 741-757. Voir, également, la mise au point de Cécile Vidal, « Le(s) monde(s) atlantique(s), l’Atlantique français, l’empire atlantique français », introduction au dossier « L’Atlantique français », Outre-Mers, tome 97, n° 362-363, 2009, p. 7-37.

4 Voir Cécile Vidal, « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History », The Southern Quarterly, vol. 43, n° 4, 2006, p. 153-189.

5 Par exemple, Jean-Frédéric Schaub, « La catégorie « études coloniales » est-elle indispensable ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/3, 63e année, p. 625-646.

6 L’historiographie récente de l’empire anglais puis britannique de l’époque moderne en est un excellent exemple car elle s’est renouvelée à la fois en absorbant les propositions d’une transformation de l’histoire impériale contenues, par exemple, dans Kathleen Wilson (éd.), A new imperial history : culture, identity, and modernity in Britain and the Empire, 1660-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, et en tenant compte des propositions venues de l’histoire atlantique ou de l’histoire globale. L’introduction d’Ana Crespo Solana, « Empires : Concepts and New Research in the Hispanic world, 16th-18th centuries », Culture & History Digital Journal, 3(1), June 2014, http://cultureandhistory.revistas.csic.es/index.php/cultureandhistory/article/view/40/157, entre dans la même perspective.

7 John H. Elliott, Empires of the Atlantic World. Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven et Londres, Yale University Press, 2006. Pour une histoire comparée des idéologies impériales, on se reportera également aux ouvrages fondamentaux d’Anthony Pagden, Lords of all the world : ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c. 1800, New Haven (Conn.), Londres, Yale University Press, 1995 ; ou de Patricia Seed, Ceremonies of possession in Europe's conquest of the New World, 1492-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

8 Par exemple, Christine Daniels et Michael V. Kennedy (dir.), Negotiated Empires: Centers and Peripheries in the Americas, 1500-1820, New York, Routledge, 2002 ; L. H. Roper et B. Van Ruymbeke (dir.), Constructing Early Modern empires : proprietary ventures in the Atlantic world, 1500-1750, Leyde et Boston, Brill, 2007.

9 Sur les différentes formes de la comparaison, voir M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de Synthèse Historique, tome 46, nouvelle série, tome 20, décembre 1928, p. 15-50.

10 Voir, par exemple, Fernando Ciaramitaro, « El virrey y su gobierno en Nueva España y Sicilia. Analogías y diferencias entre periferias del imperio hispánico », Estudios de Historia Novohispana, vol. 39, 2008, p. 117-154.

11 Au sein de l’ouvrage de Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (éd.), Polycentric monarchies : how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?, Brighton, Toronto (Ont.), Portland (Ore.), Sussex Academic Press, 2012, voir l’introduction, p. 3-8, signée par les éditeurs scientifiques du volume ainsi que l’épilogue de Alberto Marcos Martin, « Polycentric Monarchies: Understanding the Grand Multinational Organizations of the Early Modern Period », p. 217-226. Voir, également, José Javier Ruiz Ibáñez et Jean-Frédéric Schaub, « Les acteurs de l'hégémonie hispanique, du monde à la péninsule Ibérique », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 69, n° 4, 2014, p. 927-954, en particulier, p. 936-943.

12 Selon la terminologie mise en place à la suite de Vincent T. Harlow, The founding of the Second British Empire, 1763-1793, Londres, Longman, 1952, puis amendée, par exemple, par Christopher Bayly, Imperial meridian: the British Empire and the world, 1780-1830, Londres, Longman, 1989. Voir, pour le cas français, David Todd, « A French Imperial Meridian, 1814-1870 », Past and Present, tome 210, vol. 1, 2011, p. 155-186.

13 C’est ainsi qu’en 2007, le Dictionnaire de la France coloniale pouvait choisir de ne pas prendre directement en considération « la première colonisation » ou « le premier empire colonial ». Voir Jean-Pierre Rioux (dir.), Dictionnaire de la France coloniale, Paris, Flammarion, 2007, p. 13.

14 L’histoire du premier empire colonial français a bénéficié d’un effort considérable de synthèse dans les années 1990, avec Philippe Haudrère, L'Empire des rois 1500-1789, Paris, Denoel, 1997 ; Jean Meyer et alii, Histoire de la France coloniale, des origines à 1914, Paris, Armand Colin, 1991 et Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991. Cet effort a été rendu possible par la réalisation d’un ensemble remarquable de thèses depuis les années 1960 portant soit sur les sociétés des différents territoires ultramarins soit sur le commerce colonial. Il n’y a ensuite plus eu de synthèse sur l’empire colonial jusqu’à Bernard Gainot, L'Empire colonial français de Richelieu à Napoléon, Paris, Armand Colin, 2015. Paul Butel, Histoire des Antilles françaises, Paris, Perrin, 1997, ou Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l'Amérique française, éd. revue, Paris, Flammarion, 2014 [2003], sont des exceptions, qui concernent cependant une partie seulement des territoires ultramarins de la France. Voir également Philip P. Boucher, Les Nouvelles Frances : France in America, 1500-1815 : an imperial perspective, Providence (R.I.), John Carter Brown Library, 1989 ainsi que France and the American Tropic to 1700. Tropics of Discontent ?, Baltimore, John Hopkins University Press, 2008.

15 Quelques exemples de ces belles études sociopolitiques centrées sur une colonie avec Lucien René Abénon, La Guadeloupe de 1671 à 1759 : étude politique, économique et sociale, Paris : Éditions l'Harmattan, 1987, 2 vol. ; Léo Elisabeth, La société martiniquaise aux XVIIe et XVIIIe siècles : 1664-1789, Paris : Karthala Fort-de-France : SHM, 2003 ; Louise Dechêne, Le peuple, l’État et la guerre au Canada sous le Régime français, édition préparée par Hélène Paré, Sylvie Dépatie, Catherine Desbarats et Thomas Wien, Montréal, Boréal, 2008.

16 Voir les directions de travail données par Richard Drayton dans « The globalisation of France : Provincial cities and French expansion c. 1500-1800 », History of European Ideas, vol. 34, 2008, p. 424-430 et les réflexions d’Emma Rothschild dans « Isolation and Economic Life in Eighteenth-Century France », American Historical Review, vol. 119, n° 4, Octobre 2014, p. 1055-1082. Pour les liens entre le royaume et les territoires ultramarins, surtout au XVIIIe siècle, voir Olivier Le Gouic, Lyon et la mer au XVIIIe siècle : connexions atlantiques et commerce colonial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011 ; Maud Villeret, Le goût de l’or blanc. Le sucre en France au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.

17 Ph. R. Girard, « Empire by Collaboration. The First French Colonial Empire’s Rise and Demise », French History, vol. 19, n° 4, Décembre 2005, p. 482-490.

18 Le surgissement au cours des années 2000 de la question impériale dans l’historiographie mondiale a souvent été relié au 11 septembre 2001 et aux évènements consécutifs. Voir, sur cette nouvelle historiographie, Paul Kramer, « Power and Connection : Imperial Histories of the United States in the World », American Historical Review, 116, 2011, p. 1348-1391.

19 Voir Durba Ghosh, « Another Set of Imperial Turns ? », The American Historical Review, vol. 117, n° 3, 2012, p. 772-793. Cécile Vidal, dans « La nouvelle histoire atlantique : nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du XVe au XIXe siècle. À propos de John Elliott, Empires of the Atlantic World : Britain and Spain in America 1492-1830 », Revue Internationale des Livres et des Idées, n° 4, mars-avril 2008, p. 23-28, repart du concept d’ « Atlantique » pour noter, que, « dans le cas français, l’adoption d’une perspective atlantique et/ou impériale pour contester ou au contraire affirmer l’existence d’un véritable Empire français au sein du monde atlantique est très féconde et contribue à renouveler les études sur la colonisation française de l’époque moderne… ». Trevor Burnard, « Empire matters ? The historiography of imperialism in early America, 1492-1830 », History of European Ideas, n° 33, 2007, p. 87-107, estime, lui aussi, que les deux approches ne sont pas exclusives mais ajoute que « an imperial approach does have two signal advantages. First, it brings the issue of power more firmly back into the equation. Second, it draws attention to a principal tension in early modern political discourse, between republicanism […] and monarchalism which was becoming […] more authoritarian and based on a vertical articulation of power, in which colonial subordination was to be more pronounced ».

20 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires in World History. Power and the Politics of Difference, Princeton University Press, 2010, p. 8. Voir également dans une même large perspective, Felipe Fernández-Armesto, « Empires in Their Global Context ca. 1500 to ca. 1800 », dans Jorge Cañizares-Esguerra and Erik R. Seeman (éd.), The Atlantic in global history, 1500-2000, Upper Saddle River, N.J. Pearson Prentice Hall, 2007, p. 93-109.

21 Nicholas Canny (éd.), The Oxford History of the British Empire, vol. 1, The Origins of Empire : British overseas enterprise to the close of the seventeenth century, Oxford, Oxford University Press, 1998 et P. J. Marshall (éd.), The Oxford history of the British Empire, vol. 2, The eighteenth century, Oxford, Oxford University Press, 1998.

22  H. V. Bowen, « British conceptions of global empire, 1756–83 », vol. 26, n° 3, 1998, p. 1-27, et, plus généralement, Linda Colley, Britons: forging the nation: 1707-1837, New Haven, Londres, Yale University press, 1992 ; Kathleen Wilson, The sense of the people : politics, culture and imperialism in England, 1715-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995. Voir aussi, sous un tout autre angle, Linda Colley, Captives, New York, Pantheon Books, 2002.

23 Sur ce point, voir David Armitage, The ideological origins of the British Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 et aussi Ken MacMillan, « “Bound by Our Regal Office”. Empire, Sovereignty, and the American Colonies in the Seventeenth Century », dans Stephen Foster (éd.), British North America in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 67-102, en particulier p. 69-80.

24 Walter Ullmann, « ‘This Realm of England is an Empire’« , The Journal of Ecclesiastical History, 30 (2), 1979, p. 175-203.

25 Voir, en particulier, John H. Elliott, Empires of the Atlantic world.., op. cit., p. 117.

26 Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan conquistadors : Iberianizing the Atlantic, 1550-1700, Stanford, Stanford University Press, 2006.

27 Christian Hausser et Horst Pietschmann, « Empire. The concept and its problems in the historiography on the iberian empires in the Early Modern Age », Culture & History Digital Journal, 3(1), 2014 http://dx.doi.org/10.3989/chdj.2014.002. Voir également l’analyse de Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, « Empires ibériques : de la péninsule au global », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 26 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/358; DOI : 10.4000/diasporas.358, en particulier note 17.

28 John Elliott, Empires of the Atlantic World…, op. cit., p. 119. Il précise que ces termes ont pu ensuite apparaître dans des publications mais qu’ils ne sont pas entrés alors dans le vocabulaire officiel.

29 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française…, op. cit., p. 82-93. L’historien Jules Saintoyant, qui écrit à l’apogée de l’empire colonial français, ne met pas en avant la notion d’empire dans son tome I consacré à la période allant du XVe siècle au traité d’Utrecht mais parle plutôt de « domaine colonial ». La colonisation française sous l’Ancien Régime (du XVe Siècle à 1789), Paris, La Renaissance du Livre, 1929.

30 Jean Meyer et alii, Histoire de la France coloniale, op. cit., p. 31-41, p. 39 en particulier.

31 Bernard Gainot, op. cit., p. 9, estime, quant à lui, qu’il y a une « ébauche d’empire colonial français » à la veille de la guerre de Sept ans mais ne définit pas le terme.

32 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2014 [2003], p. 19-20. Ils prolongent ainsi la réflexion de Gilles Havard à propos de la région des Grands Lacs ou du Pays d’en Haut (Gilles Havard, Empire et métissage : Indiens et Français dans le Pays d’en Haut, 1660-1715, Sillery, Presses du Septentrion, Paris, PUPS, 2003, p. 17-18 (2e édition, 2017).

33 James Pritchard, In search of empire : the French in the Americas, 1670-1730, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

34 Kenneth J. Banks, Chasing Empire across the sea : Communications and the state in the French Atlantic, 1713-1763, Montréal, McGill-Queen's University Press, 2002, p. 7.

35 Philip P. Boucher, France and the American tropics to 1700 : tropics of discontent ?, Baltimore (Md.), Johns Hopkins University Press, 2008.

36 Dale Miquelon, « Envisioning the French Empire : Utrecht, 1711-1713 », French Historical Studies, vol. 24, n° 4, 2001, p. 653-677 ; Idem, « Les Pontchartrain se penchent sur leurs cartes de l’Amérique : les cartes et l’impérialisme, 1690-1712 », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 59, n° 1-2, 2005, p. 53-71.

37 Néanmoins, Robert Michael Morrissey, Empire by collaboration : Indians, colonists, and governments in colonial Illinois country, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2015, a, récemment, appelé à cesser d’examiner l’empire colonial français en termes d’échec ou de réussite pour réfléchir sur la nature du colonialisme qu’il véhiculait.

38 Voir Anthony Pagden, Lords of all the World..., op. cit., dont l’analyse sur la France est surtout centrée sur la fin du XVIIIe siècle.

39 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690, tome 1, Empire : « Monarchie, étenduë de pays où quelqu'un commande. L'Empire de Rome, l'Empire d'Orient, l'Empire de Trebisonde, l'Empire du Mogol. Empire se prend aussi pour le temps qu'a régné un Prince. Sous l'Empire d'Alexandre, d'Auguste. On appelle en termes d'Antiquaires, les médailles du bas Empire, celles qui ont esté faites depuis la décadence de l'Empire Romain. Le bas Empire s'entend des monnoyes qui ont esté frappées depuis le Grand Constantin jusqu'au dernier Empereur du même nom. Empire, se prend maintenant plus particulièrement pour l'Allemagne. C'est un Prince de l'Empire, un fief de l'Empire ».

40 La référence à la situation contemporaine est absente de la notice « empire » dans l’édition de 1694 mais apparaît, sous une forme générale, dans la quatrième édition, de 1762 : « Il se dit aussi De tous les pays qui sont sous la domination d'un grand Roi. L'Empire François ». Les définitions du Dictionnaire de l’Académie ont été consultées sur le site de l’ATILF : http://dictionnaires.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/index.htm.

41 Dictionnaire universel français et latin, Paris, 1752, tome III, p. 703-706.

42 Jacques Savary, Le Parfait négociant, Ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce de toute sorte de marchandises…, Paris, Louis Billaine, 1675, livre second, p. 135 : « …estant a observer que les lesdits païs & Isles sont de grande étenduë, bien établies, munies de bonnes forteresses, peuplées de près de cinquante mil sujets, tant blancs que noirs, gouvernez par deux Lieutenans Generaux, & neuf Gouverneurs particuliers, & reglez, & policez par quatre Conseils en dernier ressort ».

43 Voir W. J. Eccles, « Dubois Davaugour, Pierre », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003 , consulté le 20 août 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/dubois_davaugour_pierre_1F.html.

44 Ce texte est essentiellement connu à travers une traduction en anglais publiée dans Documents relative to the colonial history of the state of New-York: procured in Holland, England, and France, édité par F. B. O'Callaghan, Albany, Weed, Parsons, 1853-1887, p. 13-17, citations p. 14-15 : « Should His Majesty think proper to go further, let him, with all diligence, garrison the whole ten provinces with the same care as the first, and he will, doubtless, be master of the finest and greatest empire of the world ». Le texte est caractérisé ainsi : Baron d’Avaugour to the Minister, Memoir on the colony of Quebec, Placentia, Gaspé and Cape Breton, Gaspé, 4. August 1663. Le mémoire était apparemment accompagné d’une carte dessinant les frontières de dix provinces le long du fleuve Saint-Laurent semblables à la colonie de Québec : « In a word, should the King conclude to establish these ten provinces, he may consider himself master of America, and all the Heretics will remain here only so long as he please him ».

45 Maurile de Saint-Michel, Voyage des isles carmercanes en l’Amérique, au Mans, Hierôme Olivier, 1652, Préface au Lecteur, non paginée : « Ceux qui sont sous des Roys, ou sous un chef sont plus disposez pour la Religion, estans déjà acoustumez a obeir, à embrasser quelques loix, à suivre quelques règles de police & du droit des gens ; joint que la langue d’un Roy s’étend avec son Empire, & il n’est souvent question que de le convertir pour en attirer beaucoup d’autres », et p. 2 : « Nous pensions à établir l’Empire de Iésus-Christ, & planter la Foy dans cette nouvelle Isle, y arborer l’estendart de la Crois & y signer à un besoin la Religion Chrestienne de nostre propre sang, pendant que celuy-là cherchoit des Armes & des Soldats, des gens & de l’argent pour y establir son Empire, ou celuy du Roy sous sa conduite ». Je remercie tout particulièrement David Chaunu de m’avoir signalé ces citations.

46 Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France, XXV-2, Angleterre, tome 3, 1698-1791, par Paul Vauchez, Paris, CNRS, 1965, p. 558. C’est la seule occurrence, dans ce volume, du terme appliqué à la France.

47 Lettre bien importante de la chambre d’agriculture de Saint-Domingue adressée aux membres du comité colonial, 1788, p. 16. La réponse de François Barbé de Marbois est publiée à la suite de la lettre, p. 15-16, sous le titre : « Copie de la réponse de Messieurs les Administrateurs à la motion de la Chambre, du 7 novembre 1788 ».

48 Issu d’une famille de la noblesse de Bourgogne, il était né à Fort-Dauphin, à Saint-Domingue, où son père était en garnison et il a également vécu dans l’île au moment de la guerre d’Indépendance américaine. Voir Mémoires de M. le comte de Vaublanc, Firmin-Didot frères, fils et Cie (Paris), 1857.

49 Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, 1er série, tome 36, Paris, P. Dupont, 1890-1897, p. 82 pour les deux citations.

50 Ibid., p. 107-108, cité par A. Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010, p. 99-100.

51 Nous renvoyons ici aux réflexions fondamentales de Frederick Cooper sur cette question : « Provincializing France », dans Ann Laura Stoler, Carole McGranahan et Peter C. Perdue (dir.), Imperial Formations, Santa Fe, Oxford, School for Advanced Research Press, James Currey Ltd, 2007, p. 341-377, en particulier p. 344-353. Les travaux de Michael Broers, en particulier, « Napoleon, Charlemagne and Lotharingia : Acculturation and the Boundaries of Napoleonic Europe », The Historical Journal, vol. 44, 2001, p. 135-154, ont également lancé la réflexion dans ce domaine.

52 Ils n’ont donc pas été agrégés aux possessions des rois d’Espagne par une union « aeque principaliter », liée à un mariage ou à un héritage, comme cela avait pu être le cas de la Couronne d’Aragon et de ses possessions méditerranéennes, ou encore des principautés et seigneuries des Pays-Bas. Voir J. H. Elliott, Empires of the Atlantic World…, op. cit., p. 120-122 ou encore Jean-Michel Sallmann, « Les royaumes américains dans la Monarchie Catholique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 09 février 2005, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/667; DOI : 10.4000/nuevomundo.667. Il rappelle en particulier que le modèle castillan différait du modèle aragonais, qui permettait la réunion d’Etats autonomes, disposant de fueros et d’institutions représentatives, sous l’autorité d’un même souverain.

53 Óscar Mazín Gómez, « Architect of the New World: Juan de Solórzano Pereyra and the Status of America », dans Pedro Cardim et alii, Polycentric monarchies…, op. cit., p. 27-42. Le memorial étudié dans cet article, daté de 1629, examine le statut des territoires américains au sein, et dans le contexte général, de la monarchie espagnole.

54 Outre les volumes de l’Oxford History of the British Empire cités plus haut, voir Bertrand Van Ruymbeke, L'Amérique avant les États-Unis : une histoire de l'Amérique anglaise, 1497-1776, Paris, Flammarion, 2013 ; Steven Sarson, British America, 1500-1800 : creating colonies, imagining an empire, Londres, New York, Bloomsbury Academic, 2011 [2005] ; ou encore Alan Taylor, American colonies, New York, Londres, Penguin books, 2002 [2001].

55 Nicolas Landry et Nicole Lang, Histoire de l’Acadie, Québec, Septentrion, 2001. L’Acadie, ou Nouvelle-Ecosse, changea à plusieurs reprises de mains dans la première moitié du XVIIe siècle, revint à la France dans les années 1660, avant d’être définitivement cédée à la Grande-Bretagne en 1713 par le traité d’Utrecht.

56 Warren M. Billings, The Old Dominion in the seventeenth century : a documentary history of Virginia, 1606-1689, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2007 [1975], p. 48-59, rappelle que la General Assembly de Virginie, qui est devenue progressivement le modèle du self-government des colonies anglaises, était plus pensée au départ comme l’assemblée d’une corporation que comme une assemblée législative, ce qu’elle est devenue progressivement.

57 Nous reprenons ici des éléments développés dans François-Joseph Ruggiu, « Colonies, monarchy, empire and the French ancien régime », dans Robert Aldrich et Cindy McCreery (dir.), Crowns and colonies. European monarchies and overseas empires, Manchester, Manchester University Press, 2016, p. 194-210. La réflexion des contemporains sur la nature de ces territoires était surtout intense lorsque les puissances européennes cherchaient à résoudre les contestations les concernant. Voir, par exemple, Michel de Waele, « Honneur national et destin colonial : le sort de l'Amérique française, 1627-1632 », Histoire, Economie et Société, n° 4, 2016, p. 68-84 à propos de Québec et de l’Acadie, ou encore David Chaunu, « Sortir de la guerre dans la Caraïbe coloniale : l’application du traité de Breda à Saint-Christophe (1667-1678) », Revue d’histoire diplomatique, n° 3, 2015, p. 197-224. Pour une période ultérieure, François Ternat, Partager le monde : rivalités impériales franco-britanniques (1748-1756), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015.

58 Sur Roberval, voir Bernard Allaire, La rumeur dorée : Roberval et l'Amérique, Montréal, Les Éditions La Presse, 2013. Ken MacMillan a opéré un semblable retour vers la lettre des chartes accordées par la Couronne anglaise en Amérique : « Letters patents and the acquest of dominion », dans Sovereignty and possession in the English new world : the legal foundations of empire, 1576-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 79-120. Voir également, Yann Lignereux, « Représenter le roi en Nouvelle-France. D'une difficulté à un échec ?", Bulletin d'histoire politique, vol. 26, n° 1, 2017, p. 40-59.

59 Voir Philip Boucher, « French Proprietary Colonies in the Greater Caribbean, 1620s-1670s », dans L. H. Roper et B. Van Ruymbeke (dir.), Constructing Early Modern empires…, op. cit., p. 163-188.

60 La bibliographie sur les compagnies est abondante mais souvent répétitive et vieillie. On se reportera au travail récent d’Eric Roulet, La compagnie des îles de l'Amérique (1635-1651). Une entreprise coloniale au XVIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, ainsi que Gervais Carpin, Le réseau du Canada : étude du mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France, 1628-1662, Sillery (Québec), Septentrion, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2001.

61 Elles se situent au nord de l’île de Saint-Domingue. Voir Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 24-25.

62 « Relatione delle isole americane scritta da un gentil huomo scozzese 23 9bre 1665 », dans Bernard Grunberg, Benoît Roux et Josiane Grunberg (éd.), Voyageurs anonymes aux Antilles, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 273-275. Les éditeurs précisent que le texte aurait été rédigé dans les années 1659-1660.

63 Les difficultés éprouvées par la Couronne pour faire respecter son autorité dans les territoires ultramarins et à mettre un terme aux luttes intestines, souvent sanglantes, qui les divisaient, ont été parfois interprétées comme un signe de son désintérêt. Elles doivent, elles aussi, être cependant replacées dans les dynamiques politiques globales du royaume de France, en particulier des troubles des années 1640 et 1650. Voir, par exemple, l’épisode du remplacement raté à Saint-Christophe de Philippe Longvilliers de Poincy par Noël Patrocle de Thoisy (Philip Boucher, France and the American Tropics…, op. cit., p. 84-86) ou la guerre civile acadienne entre les familles La Tour et Menou (Gregory M. W. Kennedy, « À la recherche de sa propre voie : Charles de Menou, sa famille et sa carrière en Acadie », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 66, n° 2, Automne 2012, p. 147-176). Les guerres nobiliaires privées, impliquant la puissance publique, n’étaient pas rares dans la France du XVIIe siècle comme le rappellent, entre autres, Laurent Bourquin Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, ou Anne-Valérie Solignat, Les noblesses auvergnate et bourbonnaise : pouvoir local, stratégies familiales et administration royale (vers 1450-vers 1650), doctorat nouveau régime, sous la direction de Nicole Lemaître, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2011.

64 François-Joseph Ruggiu, « Colonies, monarchy, empire and the French ancien régime… », op. cit., p. 198-199 ; ou, pour un autre cas, Philip Boucher, « Reflections on the " crime " of Nicholas Foucquet : The Foucquets and the French Colonial Empire, 1626-1661 », Revue française d'histoire d'outre-mer, t. 72, n° 266, 1985, p. 5-20.

65 Pour bien comprendre la nature de l’East India Company, qu’il estime être ni une compagnie marchande ni une entité para-étatique, mais bien un corps politique caractéristique de l’Angleterre du XVIIe siècle, Philip Stern, The company-state : corporate sovereignty and the early modern foundation of the British Empire in India, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 9, rappelle ainsi que « certainly early modern England appears under closer examination to be not so much a clear hierarchy as an interlocking matrix of commonwealthes, churches, associations, communities, office-holders, agencies and families ». Gilles Havard et Cécile Vidal, op. cit., p. 276-278, réfléchissent dans les mêmes termes pour les colonies françaises.

66 Ce point a récemment été soulevé, pour le cas français, par Helen Dewar, ‘Y establir nostre auctorité’ : Assertions of Imperial Sovereignty through Proprietorships and Chartered Companies in New France, 1598-1663, Ph. D., University of Toronto, 2012. Il est lié à la relecture des modes de formation de l’Etat dans les monarchies du XVIIe siècle, menée pour la France moderne dans le sillage de William Beik (entre autres, « The Absolutisme of Louis XIV as social collaboration », Past and Present, n° 188, août 2005, p. 195-224) ou de James B. Collins, qui ont repensé les relations entre le roi et les élites locales, et qui ont conduit à une interrogation sur la notion même d’« absolutisme ». La même réflexion a été menée pour l’Angleterre dans le sillage de Michael Braddick (« State formation and social change in early modern England : a problem stated and approaches suggested », Social History, 16, 1, 1991, p. 1-17 et « The English state and the question of differentiation from 1550 to 1700 », Comparative Studies in Society and History, 38, 1, 1996, p. 92-111). Voir, enfin, dans le prolongement des réflexions de William Beik, Fanny Cosandey, Robert Descimon, L'absolutisme en France : histoire et historiographie, Paris, Éd. du Seuil, 2002, Jean-Frédéric Schaub, « La notion d’État Moderne est-elle utile ? », Cahiers du monde russe, 46/1-2, 2005 ou, pour les colonies, voir la recension collective de Christopher Hodson et Brett Rushforth, « Absolutely Atlantic : Colonialism and the Early Modern French State in Recent Historiography », History Compass, vol. 8, n° 1, January 2010, p. 101-117.

67 Édit portant révocation de la Compagnie des Indes occidentales, décembre 1674, p. 4 : « Nous avons résolu de remettre en nos mains et réunir à notre Domaine tous les fonds des terres par nous concédées à la Compagnie… avec les droits tant seigneuriaux que de capitation, poids et autres qui se lèvent à son profit… ». Voir Archives Nationales d’Outre-Mer (http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr).

68 Voir Marie Houllemare, « Le parlement de Savoie (1536-1559), un outil politique au service du roi de France, entre occupation pragmatique et intégration au royaume », Revue historique, vol. 665, n° 1, 2013, p. 89-117, Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières : l'espace politique français, 1380-1515, Seyssel, Champ Vallon, 2012, p. 379-381 et, au-delà, la bibliographie concernant l’intégration de certaines provinces dans le royaume de France, comme le Dauphiné, la Provence, la Bretagne, Metz ou encore l’Alsace.

69 Léopold Lamontagne, « PROUVILLE DE TRACY, ALEXANDRE DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 8 oct. 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/prouville_de_tracy_alexandre_de_1F.html.

70 Il ne s’est pas rendu à Québec et Jean Talon, nommé le 23 mars 1665, fut le premier intendant à agir dans les Amériques.

71 Marie-Eve Ouellet a ainsi fait le parallèle entre la fonction d’intendant dans les provinces européennes et outremer : « Et ferez justice. » Le métier d'intendant au Canada et dans les généralités de Bretagne et de Tours au 18e siècle (1700-1750), thèse de doctorat en histoire, Université de Montréal et Université Rennes 2, 2014 mais les travaux de comparaison manquent encore, en particulier pour le XVIIe siècle.

72 Marie Houllemare, « La qualification du Nouveau Monde dans les textes législatifs français, XVIe-début XVIIe siècles », dans Nicolas Lombart (éd.), Les Nouveaux Mondes juridiques : Du Moyen Âge au XVIIe siècle. Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 177-192.

73 Voir une des occurrences du terme, par exemple, alors que Lescarbot défend le monopole commercial de la compagnie du sieur de Monts comme le seul moyen de christianiser les Amérindiens et de développer la présence française : « Et cependant cette belle dame Liberté a seule empêché jusques ici que ces pauvres peuples errans aient esté faicts Chrétiens, et que les François n'ayent parmi eux planté des colonies, qui eussent reccu plusieurs des nôtres, lesquels depuis ont enseigné nos arts et métiers aux Allemans, Flamens, Anglois et autres nations ». Histoire de la Nouvelle-France, par Marc Lescarbot, nouvelle édition publiée par Edwin Tross, vol. 2, Paris, Librairie Tross, 1866, p. 395.

74 Marie Houllemare rappelle que l’acte notarié d’établissement de la Compagnie des Cent Associés, le 29 avril 1627, qui est un acte privé, emploie, lui aussi, le terme de « colonie ».

75 Dictionnaire de l’Académie française, 1762, p. 333 : « Colonie : nombre de personnes de l’un et l’autre sexe que l’on envoie d’un pays pour en habiter un autre. Il y a plusieurs colonies françaises dans le nouveau monde. Envoyer une colonie. Etablir une colonie. Les Romains envoyèrent des colonies de soldats vétérans dans les villes qu’ils avaient conquises. Colonies se dit aussi des lieux où l’on envoie des habitants. Marseille est une colonie des Phocéens. Les colonies d’Amérique. » La dimension moderne du phénomène apparaît également en 1771 dans le Dictionnaire universel français latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, p. 695 : « […] Colonie se dit aussi du lieu où les peuples se sont établis. Cologne est une colonie des Romains ; Batavia est une colonie des Hollandais en l’île de Java : Québec une colonie des Français à l’Amérique ».

76 Marie Houllemare cite, en particulier, Jean-François Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, 1787-1788 : « Depuis quelque tems on apèle Métropole les États d’Europe, relativement à leurs Colonies du nouveau Monde. “On sacrifie les Colonies aux intérêts de la Métropole” », et le Dictionnaire de l’Académie française, 1798 : « On donne aussi le nom de Métropole à un État, relativement aux colonies qu’il a envoyées et établies dans une autre région. Les colonies ont besoin de la protection de leur Métropole ». Dans cette dernière citation, on notera que la colonie (« qu’il a envoyées ») est toujours implicitement conçue comme une projection de population.

77 Philippe Castejon, « Colonia, entre appropriation et rejet : la naissance d’un concept (de la fin des années 1750 aux révolutions hispaniques) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 03 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/4966.

78 Le débat a ainsi été relancé à partir des pays sud-américains par Ricardo Levene, Las Indias no eran colonias, Buenos Aires, Espasa-Calpe, 1951 ; voir Annick Lempérière, « La « cuestión colonial » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 février 2005, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://nuevomundo.revues.org/437; DOI : 10.4000/nuevomundo.437.

79 Voir, à ce sujet, Jean-Pierre Dedieu, Après le roi : essai sur l'effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2010. Sur l’apparition du mot « colony » dans le vocabulaire politique anglais de l’époque moderne, voir David Armitage, « Literature and Empire », dans Nicholas Canny (éd.), The Oxford History of the British Empire, vol. 1, The Origins of Empire, British Overseas Enterprise to the Close of the Seventeenth Century, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 108-109.

80 Au sein d’une bibliographie très étendue, nous nous appuyons ici essentiellement sur Jack P. Greene, « Empire identity from the Glorious Revolution to the American Revolution », dans Peter J. Marshall (éd.), The Oxford History..., op. cit., p. 208-230. Voir également Jack P. Greene, Peripheries and center : constitutional development in the extended polities of the British Empire and the United States, 1607-1788, Athens, Londres, The University of Georgia Press, 1986, ainsi que Andrew Jackson O'Shaughnessy, An Empire Divided : The American Revolution and the British Caribbean, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000, p. 109-134.

81 Jack P. Greene, Peripheries and Center…, op. cit., p. 55-76.

82 Pour une emblématique étude de cas, Alexandre Dubé, « Les Amérindiens sous le regard des bureaux de la Marine (1660-1760). Quelques pistes de réflexion sur un objet administratif », dans Gilles Havard et Mickaël Augeron (dir.), Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, Paris, Les Indes Savantes, 2013, p. 153-175.

83 Sur le potentiel discursif du terme de Nouvelle-France, voir Sara E. Melzer, Colonizer or Colonized :The Hidden Stories of Early Modern French Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2012.

84 Le terme apparaît dans le titre de son ouvrage qui, non seulement narre l’entreprise de Du Gua de Monts en Acadie, à laquelle Lescarbot a participé, mais aussi fait l’histoire des entreprises des Français en Amérique au XVIe siècle. Voir également Voyage de la Nouvelle France de Samuel de Champlain, Xaintongeois, Capitaine de Marine, Paris, Berjon, 1613. L’édition de 1632 porte pour titre : Les Voyages de la Nouvelle France Occidentale, dite Canada.

85 « La Relation de la Nouvelle-France par le P. Pierre Biard, Lyon, 1616 », dans Lucien Campeau (dir.), Monumenta Novae Franciae, 1, La première mission d’Acadie (Rome/Québec, Monumenta Hist. Soc. Iesu/Presses de l’Université Laval, 1967), p. 456-637, p. 461 et 463, cité par Catherine Desbarats et Allan Greer, « Où est la Nouvelle-France ? », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 64, n° 3-4, 2011, p. 31-62. Voir également les analyses de Brian Brazeau, Writing a New France, 1604-1632 : empire and early modern French identity, Farnham, Burlington (Vt.), Ashgate, 2009.

86 Philippe Jarnoux, « La France équinoxiale : les dernières velléités de colonisation française au Brésil (1612-1615) », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 98, n° 3, 1991, p. 273-296 ; Andréa Daher, Les Singularités de la France Équinoxiale : Histoire de la mission des pères capucins au Brésil (1612-1615), Paris, Champion, 2002.

87 Claude d’Abbeville, Histoire de la mission des pères capucins en l'isle de Marignan et terres circonvoisines où est traicté des singularitez admirables & des moeurs merveilleuses des indiens habitans de ce pais, Paris, 1614, non paginé.

88 La région a été connue sous plusieurs dénominations : Cap Nord, Cayenne, Guyane ou encore la France équinoxiale. Voir Pierre Bonnassieux, Les Grandes Compagnies de commerce, étude pour servir à l'histoire de la colonisation, Paris, Plon, 1982, p. 364-366. Elles ont été utilisées soit par des groupes de marchands opérants à titre privé, soit par des actionnaires de compagnies de commerce agissant avec le soutien de la Couronne, soit dans des textes administratifs et, plus largement, dans des publications comme la Description de la France equinoctiale, cy-devant appellee Guyanne, et par les Espagnols, el Dorado. Nouvellement remise sous l'obeïssance du Roy, par le sieur Le Febvre de La Barre, son lieutenant general dans ce païs, Paris, Jean Ribou, 1666. L’histoire de ces appellations, de leur contexte d’utilisation et des sens qu’elles véhiculaient restent cependant à faire pour tous les territoires ultramarins français, comme cela a été fait pour la Nouvelle-France, en particulier par Catherine Desbarats et Allan Greer. Les questions de dénominations des territoires ne concernent pas que l’espace atlantique : voir Catherine Denys, « Le « nord » avant le Nord ou comment les historiens de Louis XIV nommaient les conquêtes du roi aux Pays-Bas », Revue du Nord, n° 360-361, 2, 2005, p. 385-400.

89 En 1664 fut ainsi émis un sceau pour le Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales portant pour légende : « LVD(ovici). XIIII. FR(anciae). ET. NA(varrae). REG(is). SIG(illum). AD. VSVM. SVPR(emi). CONS(ilii). GALLI(a)E . ORIENTALIS. 1664 ». Il est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Clairambault 311, (4), n° 5 ; voir Solène de la Forest d'Armaillé, « Le sceau retrouvé de la Compagnie des Indes Orientales (1664) », https://sceau.hypotheses.org/430, en ligne, consulté le 24 septembre 2017.

90 Voir E. Laillet, La France orientale. L’île de Madagascar, Paris, Challamel Aîné, Editeur, 1884 et Sophie Linon-Chipon, Gallia Orientalis. Voyages aux Indes orientales, 1529-1722. Poétique et imaginaire d’un genre littéraire en formation, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2003.

91 Voir Pierre-Georges Roy, Ordonnances, commissions, etc., etc., des gouverneurs et intendants de la Nouvelle-France, 1639-1706, Beauceville, L’Eclaireur, 1924, vol. 1, en particulier p. 1, 12 et 13.

92 Antoine de Montchrétien, Traité d’économie politique, Rouen, J. Osmond, 1615, Livre III.

93 Acte pour l’établissement de la Compagnie des cent Associés pour le commerce du Canada, contenant les articles accordés à ladite compagnie par M. le Cardinal de Richelieu, le 29 avril 1627, dans Édits, ordonnances royaux, déclarations et arrêts du Conseil d'État du roi concernant le Canada, publiés par ordre de… Sir Robert Shore Milnes, Québec, P.-E. Desbarats, 1803, vol. 1, p. 1-7, p. 7. Ce texte est reproduit pratiquement à l’identique dans l’article XI de la charte de la Compagnie des îles de l’Amérique de 1635 : « Et pour convier lesdits sujets de sa majesté à une si glorieuse entreprise, & si utile pour l'Etat, sadite majesté accordera que les descendants des François, habitués ès dites istes, & les sauvages qui seront convertis à la foi , & en feront profession , seront censés & réputés naturels François , capables de toutes charges , honneurs, successions, donations, ainsi que les originaires & regnicoles, fans être tenus de prendre lettres de déclaration ou naturalité », cité par Emilien Petit, Droit public ou gouvernement des îles françaises, Paris, Delalain, 1771, tome I, p. 8-9, ainsi que dans l’article XIII de l’édit de mars 1642 déjà cité.

94 Gilles Havard, « ‘Les forcer à devenir cytoyens’ : État, Sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France, XVIIe-XVIIIe siècle », Annales, 64, 5, sept-oct. 2009, p. 985-1018, montre bien l’ampleur de ce qu’il qualifie de programme d’assimilation et qui remonte aux premiers temps de la colonie. Dominique Deslandres aborde cette question dans une perspective impériale dans « ‘…alors nos garçons se marieront à vos filles, & nous ne ferons plus qu’un seul peuple’ : religion, genre et déploiement de la souveraineté française en Amérique aux XVIe-XVIIIe siècles – une problématique », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 66, n° 1, 2012, p. 5-35.

95 Le continuum culturel entre la colonisation antique et moderne, et son activation par les acteurs de la colonisation, a été exploré en particulier par Sara E. Melzer, Colonizer or Colonized, op. cit., mais aussi, pour une période ultérieure, par Nicolas Faelli, « Réception de l’histoire des colonies grecque dans la littérature coloniale des XVIIe-XVIIIe siècles », Ph. D. et thèse de doctorat, Université de Montréal et Université libre de Bruxelles, 2016.

96 Claude de Seyssel, La Grand Monarchie de France, Paris, 1558 [1515], p. 75-76. Cinquième partie, chapitre V, « Des provisions que l’on doit faire quand on ne peut prendre fiance aux gens du pays nouvellement conquis ». Il notait également qu’il était possible de faire « déshabiter les gens du pays » mais que ceci serait « fort inhumain et fort difficile à pratiquer ». Je remercie vivement Séverin Duc des discussions que nous avons eues à propos la place de la colonisation dans la pensée des auteurs de la première moitié du XVIe siècle.

97 Guillaume Aubert, « ‘The Blood of France’ : Race and Purity of Blood in the French Atlantic », William and Mary Quarterly, vol. 61, n° 3, Jul. 2004, p. 439-478, p. 451-460. Pour la Nouvelle-France, Gilles Havard, « ‘Nous ne ferons plus qu’un peuple.’ Le métissage en Nouvelle-France à l’époque de Champlain », dans Guy Martinière et Didier Poton (éd.), Le Nouveau Monde et Champlain, Paris, Les Indes savantes, 2008, p. 85-106, ou encore « ‘Les forcer à devenir cytoyens »… », op. cit., en particulier p . 1001-1005. Pour les autres parties du monde colonial français, voir les travaux à paraître de Mélanie Lamotte en lien avec son Ph. D., Colour Prejudice in the early modern French empire, c. 1635-1767, Université de Cambridge, 2015.

98 Etienne de Flacourt, Histoire de la Grande Isle Madagascar, composée par le sieur de Flacourt,... avec une relation de ce qui s'est passé ès années 1655, 1656 et 1657..., édition présentée et annotée par Claude Allibert, Paris, Karthala, 1995, [Paris, Gervais Clouzier, 1661], « A Messire Nicolas Foucquet… », p. 91. Voir, sur cette entreprise, Pier M. Larson, « Colonies Lost: God, Hunger, and Conflict in Anosy (Madagascar) to 1674 », Comparative Studies of South Asia Africa and the Middle East, 27(2), January 2007, p. 345-366. Il rappelle, en particulier, que 4000 soldats et colons ont été envoyés dans l’île entre 1642, date de la création de la première compagnie destinée à établir une colonie dans l’île, et 1674, date de son abandon par les Français.

99 Voir l’article XXXV : « pour favoriser d'autant plus les habitans desdits pays concédés , & porter nos Sujets à s'y habituer, Nous voulons que ceux qui passeront dans lesdits pays, jouissent des mêmes libertés & franchises que s'ils étoient demeurans en ce Royaume , & que ceux qui naîtront d'eux & des Sauvages convertis à la Foi Catholique, Apostolique & Romaine, soient censés & réputés Régnicoles & naturels François & comme tels, capables de toutes successions, dons, legs & autres dispositions, sans être obliges d'obtenir aucunes Lettres de Naturalité ». Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le Vent…, op. cit., p. 111.

100 Voir, par exemple, Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le Vent…, op. cit., p. 51-55, Édit concernant la Compagnie des Isles de l'Amérique, mars 1642, article XII, p. 54 : « Pour convier nos Sujets à une si glorieuse entreprise et si utile à cet Etat , nous permettons à ladite Compagnie de faire expédier quatre Brevets de noblesse, dont elle disposera en faveur de ceux qui occuperont et habiteront à leurs frais quelques-unes desdites Isles, sous l'autorité de ladite Compagnie, et y demeureront pendant deux années avec cinquante hommes au moins. ».

101 Voir l’article XIII de l’édit de création de la compagnie des Cent Associés, en 1627 (Édits, ordonnances royaux, déclarations et arrêts du Conseil d'État du roi concernant le Canada, op. cit., p. 6) et l’article XIV de l’édit concernant les îles de l’Amérique, de mars 1642 (Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 54). Les mêmes dispositions se trouvent, par exemple dans la concession faite à Bertrand d’Ogeron en 1662 et qui a eu peu d’effet : Concession à perpétuité des Isles Lucayes et Caïques en faveur de M. d’Ogeron, ses héritiers et ayant-cause (Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 91).

102 L’article VII du règlement donné par M. de Tracy, gouverneur-général des îles, le 17 mars 1665 précise « Que les mesures étoient du Pot même de France, de l'Aune de Paris, du Pied du Roi, le Pas de trois pieds et demi. 7°. Toutes les mesures seront réduites pour les liqueurs à la Quarte de Paris ; les Poids, Aunes et autres mesures, ainsi qu'en ladite Ville, et pour le Pas sur le pied de trois pieds et demi, conformément à la mesure d'icelle, à cause que le changement pourroit apporter diverses contestations », cité par Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 138-144, p. 139. Voir John J McCusker, « Les équivalents métriques des poids et mesures du commerce colonial aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue française d'histoire d'outre-mer, t. 61, n° 224, 1974. p. 349-365. Christian Schnackenbourg, dans « Le « terrier » de 1671 et le partage de la terre en Guadeloupe au XVIIe siècle », Revue française d'histoire d'outre-mer, vol. 67, n° 246-247, 1980, p. 37-54, p 41, indique cependant que le pas de la Martinique et celui de la Guadeloupe ne sont pas identiques. Le pas d’arpentage à la Guadeloupe serait de « 3 pieds « mesure de Paris », soit 0,974 mètre et la mesure de superficie le « carré» de 100 pas de côté, valait donc 0,9496 ha. En Martinique, le pas représentait 3,5 pieds, soit 1,137 mètre, et le « carré » 2,2927 ha. ».

103 La bibliographie sur le système seigneurial en Nouvelle-France est très vaste. Le lecteur pourra partir des travaux récents de Benoît Grenier, Seigneurs campagnards de la Nouvelle France : présence seigneuriale et sociabilité rurale dans la vallée du Saint-Laurent à l'époque préindustrielle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

104 Voir Emile Hayot, « Noblesse des îles. Les anoblis à la Martinique avant 1789 », Annales des Antilles, 1965, p. 9-42, qui a repéré l’existence de trois marquisats en Guadeloupe (de Houelbourg accordé en 1660 à Charles Houël, un des deux co-propriétaires de la Guadeloupe ; de Brinon ; de Sainte-Marie), d'un comté (de Lohéac) et de deux fiefs nobles (Saint-Louis ; d'Àrnonville) ; d'une vicomté (de Manoncourt) et d'un fief noble (de La Calle) à la Martinique ; d'un comté érigé en 1705 à Saint-Domingue en faveur de Joseph de Galliffet, mais qui mourut sans postérité (voir ANOM, Col B 26 f° 67, ark :/61561/ki665oihqjhc) ; ainsi que d'un éphémère comté créé en 1685 à Cayenne.

105 Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, op. cit., p. 48-50. Cette érection se fait au profit de Guillaume de Caen, fils de Guillaume de Caen, et membre d’une famille dieppoise, et protestante, très active dans les entreprises ultramarines françaises dans les Amériques ; voir Marcel Trudel, « CAËN, GUILLAUME DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 oct. 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/caen_guillaume_de_1F.html.

106 Blaise François de Pagan, Relation historique et géographique de la grande rivière des Amazones dans l’Amérique, Paris, Cardin Besongne, 1655, dédicace non paginée.

107 Etienne de Flacourt, op. cit., p. 437.

108 Elie Méderic Louis Moreau de Saint-Mery, Lois et constitutions…, op. cit., p. 139.

109 « Sermens prêtés entre les mains de M. Prouville de Tracy, Gouverneur Général des Isles par tous les Ordres de l'Isle Martinique, lors de la prise de possession de cette Isle au nom de la Compagnie des Indes Occidentales. Du 19 février 1665. Par les Ecclésiastiques. Par la noblesse. Par le conseil souverain. Par le Tiers-Etat » ; ibid., p. 135-136.

110 Francois-Joseph Ruggiu, « Une noblesse atlantique ? Le second ordre français de l’Ancien au Nouveau Monde », Outre-Mers, tome 96, n° 362-363, 2009, p. 39-63, p. 50.

111 Les Moyens de rétablir…, dans M. Virol (dir.), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 539-573.

112 Il est encore plus clair dans un autre mémoire : « Avec de tels préparatifs, je me doute pas qu’en peu de temps on ne pût établir de belles et grandes peuplades en ces pays-là, qui, avec un peu de soin et de conduite […] pourraient donner commencement à de nouvelles dominations qui, sans faire de tort à personne, procureraient peu à peu à nos Rois de grands accroissements d’hommes, de bien et d’honneur. » Etat raisonné des provisions…, dans M. Virol (dir.), Les Oisivetés…, op. cit., p. 575-586, p. 586.

113 Les Moyens de rétablir…, op. cit., p. 569.

114 Alain Clément, « “Du bon et du mauvais usage des colonies” : politique coloniale et pensée économique française au XVIIIe siècle », Cahiers d'économie Politique/Papers in Political Economy, vol. 56, n° 1, 2009, p. 101-127, en particulier p. 102-111.

115 Cette citation est extraite de Edmond Daubigny, Choiseul et la France d’Outre-mer après le traité de Paris. Etude sur la politique coloniale au XVIIIe siècle, Paris, 1892, p. 239. Elle est également donnée par Pierre Pluchon et Patricia Sauteau, « L’exception coloniale », dans Jean-Pierre Bardet et alli (dir.), Etat et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 437-454.

116 Médéric Elie Louis Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions…, Paris, 1784-1785, vol. 1, p. VIII.

117 Alain Clément, op. cit., rappelle l’émergence autour des physiocrates d’un autre ensemble discursif favorable à une relation plus équilibrée entre les colonies et la métropole, qui renoue avec l’idée d’une appartenance des colonies au royaume. Il cite ainsi François Quesnay, p. 123 : « La métropole et les colonies sont également des parties du territoire soumis à la domination du souverain, et sur lesquelles les revenus du souverain doivent être établis ; leur prospérité qui doit être l'objet du gouvernement intéresse également la nation et l'état et cette prospérité, qui doit être de toutes les parties d'un territoire, dont le souverain et la nation sont propriétaires, doit être générale conformément à tous les avantages naturels dont chaque partie du territoire peut profiter », dans « Remarques sur l'opinion de l'auteur de l'Esprit des loix concernant les colonies », Journal de l'agriculture, du commerce et des finances, avril 1766, tome V, 1e partie, p. 3-34, rééd., Paris, INED, 2005, II, p. 869-882, p. 877. Le lecteur pourra partir de la somme de Manuel Covo, « Commerce, empire et révolutions dans le monde atlantique. La colonie française de Saint-Domingue entre métropole et États-Unis (ca. 1778-ca. 1804) », thèse pour le doctorat nouveau régime en histoire, sous la direction de François Weil, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013, ainsi que de « L’Assemblée constituante face à l’Exclusif colonial (1789-1791) », dans Jean-François Niort, Frédéric Régent et Pierre Serna (éd.), Les colonies, la Révolution française, la loi, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 69-89.

118 Yves Charbit, « Les colonies françaises au XVIIe siècle : mercantilisme et enjeux impérialistes européens », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 - n° 1 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 16 mai 2014. URL : http://remi.revues.org/2724 ; DOI : 10.4000/remi.2724.

119 Y compris dans le contexte ultramarin comme le rappelle Jeff Horn, Economic development in early modern France : the privilege of liberty, 1650-1820, Cambridge, Cambridge university press, 2015, p. 114-119, p. 115.

120 Voir Cornelius J. Jaenen, « Le colbertisme », Revue d’Histoire de l’Amérique française, vol. 18, n° 1, June 1964, p. 64-85, et n° 2, Septembre 1964, p. 252-266.

121 Paul Butel, Histoire des Antilles…, op. cit., p. 51-69.

122 Cornelius Jaenen, op. cit., p. 258.

123 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, op. cit., p. 575. Sur les fluctuations de la perception mercantiliste de la Nouvelle-France, voir Dale Miquelon, « Canada's Place in the French Imperial Economy : An Eighteenth-Century Overview », French Historical Studies, vol. 15, n° 3, Spring 1988, 432-443.

124 Voir Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles : Haïti avant 1789, Paris, L'École, 1975.

125 Au XVIIIe siècle, le royaume de France n’est, en effet, pas un espace commercial et, encore moins fiscal, unifié.

126 Frederick Cooper, Colonialism in question : theory, knowledge, history, Berkeley (Calif.), Los Angeles (Calif.), Londres, University of California Press, 2005, ainsi que Jane Burbank et Frederick Cooper, « Empire, droit et citoyenneté de 212 à 1946 », Annales HSS, mai-juin 2008, n° 3, p. 495-531.

127 Voir, en particulier, Catherine Desbarats et Thomas Wien, « Introduction : la Nouvelle-France et l’Atlantique », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 64, n° 3-4, 2011, p. 5-29 ; Marcel Trudel, L'esclavage au Canada français : histoire et conditions de l'esclavage, Québec : les Presses de l'Université Laval, 1960 ; et Brett Rushforth, Bonds of alliance : indigenous and Atlantic slaveries in New France, Chapel Hill, University of North Carolina Press Williamsburg, 2012.

128 Lettres patentes en forme d'édit concernant les esclaves nègres des Isles de France et de Bourbon, décembre 1723, citées dans Exposé général du patronage des esclaves dans les colonies françaises, imprimé par ordre du ministre secrétaire d’Etat de la marine et des colonies, Paris, Imprimerie royale, 1844, appendice 1, p. 611-626. Voir Prosper Ève, Le corps des esclaves à l'île Bourbon : histoire d'une reconquête, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, Paris, 2013.

129 Voir Guillaume Aubert, « ‘To Establish One Law and Definite Rules’. Race, religion and the Transatlantic Origins of the Louisiana Code Noir », dans Cécile Vidal (éd.), Louisiana. Crossroads of the Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2014, p. 21-43.

130 Pour une intégration de ces problématiques à l’histoire des colonies anglaises en Amérique, voir Jack P. Greene, « Transatlantic Colonization and the Redefinition of Empire in the Early Modern Era : The British-American Experience », dans Christine Daniels et Michael V. Kennedy (dir.), Negotiated Empires…, op. cit., p. 267-282, p. 268-269, qui en retient surtout la relative autonomie des colons par rapport à l’Etat.

131 Pour les Amérindiens, nous renvoyons aux travaux déjà cité de Gilles Havard, Alexandre Dubé et Yann Lignereux. Sur la formation d’un rapport particulier des élites locales à la noblesse du royaume de France, voir François-Joseph Ruggiu, « The kingdom of France and its overseas nobilities », French History, 2011, 25(3), p. 298-315.

132 Nous sommes amenés, dans le cadre de cet article, à laisser de côté les questions liées à la construction culturelle de la domination coloniale, abordées, par exemple, par James E. McClellan III et François Regourd, The colonial machine : French science and overseas expansion in the Old Regime, Turhout, Brepols, 2011 ou, très récemment par Nathalie Vuillemin et Thomas Wien (éd.), Penser l'Amérique : de l'observation à l'inscription, Oxford, Voltaire Foundation, 2017.

133 Dans l’édition originale de 1856, la citation est extraite d’une longue note placée en fin de volume, attachée au chapitre V du livre II (« Comment la centralisation avait pu s'introduire ainsi au milieu des anciens pouvoirs et les supplanter sans les détruire »), p. 89, ligne 24 et intitulée : « Comment c'est au Canada qu'on pouvait le mieux juger la centralisation administrative de l'ancien régime. Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Michel Lévy Frères, 1856, p. 385-387. Voir Catherine Desbarats, « La question de l’Etat en Nouvelle-France », dans Philippe Joutard et Thomas Wien (dir.), Mémoires de Nouvelle-France : de France en Nouvelle-France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 187-198, p. 190-191.

134 Cette question est au cœur de la réflexion de Cécile Vidal, en particulier dans « Francité et situation coloniale. Nation, empire et race en Louisiane française (1699-17699) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 5, vol. 64, 2009, p. 1019-1050, p. 1022-1024, à partir de Georges Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79. Voir, également, le collectif qu’elle a dirigé, Cécile Vidal (dir.), Français ? la nation en débat entre colonies et métropole, XVIe-XIXe siècle, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 2014.

135 L’impact des défaites de la guerre de Sept Ans sur la monarchie et la société françaises de la seconde moitié du XVIIIe siècle n’a sans doute pas été pleinement mesuré, malgré les travaux pionniers dans ce domaine d’Edmond Dziembowski, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770 : la France face à la puissance anglaise à l'époque de la guerre de Sept ans, Oxford, Voltaire Foundation, 1998.

136 François-Joseph Ruggiu, « India and the Reshaping of the French Colonial Policy (1759-1789) », Itinerario. International Journal on the History of European Expansion, vol. XXXV, n° 2, 2011, p. 25-43 ; ibid., « Falling into Oblivion ? Canada and the French Monarchy, 1759-1783 », dans Revisiting 1759. The Conquest of Canada in Historical Perspective, édité par Ph. Buckner and John A. Reid, University of Toronto Press, 2012, p. 69-94. Le lecteur pourra aussi se reporter aux analyses de John Shovlin, « Selling American Empire on the Eve of the Seven Years War : The French Propaganda Campaign of 1755-1756 », Past & Present, vol. 206, n° 1, 2010, p. 121–149, ou de Paul W. Mapp, The elusive West and the contest for empire : 1713-1763, Chapel Hill (C.) : University of North Carolina Press Williamsburg, 2011, p. 359-386, qui se place dans le sillage des travaux de Pierre H. Boulle.

137 Sur le contexte théorique de ces entreprises, voir Pernille Røge, « L’économie politique en France et les origines intellectuelles de ‘la mission civilisatrice’, en Afrique », Dix-huitième siècle, vol. 44, n° 1, 2012, p. 117-130 et « ‘La clef de commerce’. The changing role of Africa in France’s Atlantic empire c. 1760-1797 », History of European Ideas 34, 2008, p. 431-443, ainsi que, pour un autre espace, Bernard Gainot, « Le Dahomey dans la “colonization nouvelle” 1799 », Dix-huitième siècle, n° 44, vol. 1, 2012, p. 97-116. Pour les premières expériences sur le terrain, voir Georges Hardy, La mise en valeur du Sénégal de 1817 à 1854, Paris, E. Larose, 1921.

138 Un tel mouvement est d’autant plus important que nous sommes à un moment où se consolide l’histoire administrative des institutions coloniales. Parmi les travaux récents, voir, en particulier, Céline Mélisson, Procurer la paix, le repos et l'abondance. Les officiers de Plume de l'Amérique française entre 1669 et 1765, thèse pour le doctorat nouveau régime, Université François-Rabelais, sous la direction de Michel Vergé-Franceschi, 2012 ; Jörg Ulbert et Sylviane Llinares (éd.), La Liasse et la plume : les bureaux du Secrétariat d'État de la marine, 1669-1792, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017 ; ou encore, sur une question en plein développement, Marie Houllemare, « La fabrique des archives coloniales et la naissance d'une conscience impériale (France, XVIIIe siècle) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 61, n° 2, 2014, p. 7-31.

139 Voir, pour des groupes d’acteurs différents, Thomas Wien, « Rex in fabula : travailler l’inquiétude dans la correspondance adressée aux autorités métropolitaines depuis le Canada (1700-1760) », Outre-mers, « L’Atlantique français », tome 96, n° 362-363, 2009, p. 65-85 ; Alexandre Dubé, Les biens publics. Culture politique de la Louisiane française 1730-1770, thèse pour le doctorat en histoire, sous la direction de Catherine Desbarats, Université McGill, 2009 ; Yann Lignereux, « Une mission périlleuse ou le péril colonial jésuite dans la France de Louis XIV : Sainte-Marie des Iroquois (1649-1665) », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 69, n° 4, printemps 2016, p. 5-26 ; ou, pour un autre espace, David T. Garrett, « ‘En lo remoto de estos reynos’. Distance, Jurisdiction, and Royal Government in late Habsburg Cusco », Colonial Latin American Review, vol. 21, n° 1, 2012, p. 17-43.

140 Selon des perspectives ouvertes par exemple, par Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, « Empires ibériques : de la péninsule au global », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 08 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/358; DOI : 10.4000/diasporas.358.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Joseph Ruggiu, « Des nouvelles France aux colonies – Une approche comparée de l’histoire impériale de la France de l’époque moderne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 14 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/72123 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.72123

Haut de page

Auteur

François-Joseph Ruggiu

Centre Roland Mousnier UMR CNRS, Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page