Navigation – Plan du site
Jean-Frédéric Schaub

Nathan Perl-Rosenthal, Citizen Sailors. Becoming American in the Age of Revolution

Cambridge (MA), Harvard University Press, 2015, 384 p.
Référence(s) :

Nathan Perl-Rosenthal, Citizen Sailors. Becoming American in the Age of Revolution, Buenos Aires, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2015, 384 p.

[15/06/2018]

Texte intégral

1Les Européens sont fréquemment surpris par le fait que le numéro de sécurité sociale et le permis de conduire (drive licence) servent de documents d’identité internes aux Etats-Unis. En France, sur le plan juridique et administratif la carte nationale d’identité est un document autrement plus solide que le passeport. Au cours du 20e siècle, nombre de régimes politiques a établi le passeport intérieur comme outil de contrôle des populations. Il n’existe ainsi pas de modèle unique d’identification des citoyens à l’époque contemporaine. Le livre de Nathan Perl-Rosenthal étudie les processus sociopolitiques, les montages normatifs et les pratiques administratives qui ont conduit à la production de documents attestant l’identité des citoyens des Etats-Unis au tournant des 18e et 19e siècles, à une époque où la technique photographique n’est, bien entendu, pas disponible. Son enquête heurte nos routines de pensée pour deux raisons. D’une part, il montre que l’établissement de ces instruments d’indentification est né de la nécessité de protéger des catégories parmi les plus marginales de la jeune société étatsunienne : les marins blancs nés en Amérique ou naturalisés pendant la révolution et par la suite, ainsi que les marins Afro-américains libres ou esclaves. D’autre part, le travail qui aboutit à la création de documents d’identité efficaces n’est pas la résultat d’une volonté de la « branche exécutive » de contrôler la société des citoyens mais le fruit d’une demande venue de ceux-là qui en ont sollicité la création pour se protéger face aux flottes des deux superpuissances maritimes de l’époque : la Grande-Bretagne et la France. La période étudiée s’étend de la déclaration d’Indépendance de 1776 à la veille de la deuxième guerre Anglo-Américaine de 1812.

2Le livre, divisé en huit chapitres, se compose de trois grandes séquences. Dans un premier temps, l’auteur analyse les glissements progressifs qui modifient les mécanismes d’identification des équipages depuis les marques reconnues sous l’Ancien Régime jusqu’à la difficulté de différencier identités étatsunienne et britannique et la recherche de nouveaux marqueurs. Puis, à partir du choix de George Washington d’assumer la neutralité face à la guerre franco-anglaise, l’étude porte sur les difficultés rencontrées par les navires américains de faire reconnaître la neutralité de leurs équipages pendant les guerres du Directoire. Enfin, troisième temps, Nathan Perl-Rosenthal suit pas à pas le processus de production d’un document d’identité fédéral apte à être tenu pour crédible dans l’Atlantique du début du 19e siècle.

3Concernant le contrôle de la navigation, les empires atlantiques partageaient deux caractéristiques, à la fin de l’Ancien Régime. D’une part, à des titres divers et sur le modèle espagnol, les métropoles impériales imposaient à leurs sujets et aux étrangers un monopole royal ou système d’exclusif. D’autre part, en Europe le recrutement des équipages se pratiquait de façon très locale. Il en résulte que la naturalité des marins était la marque sans équivoque de la provenance du navire. En cas de conflit ou de contrôle hostile, c’est ce que Nathan Perl-Rosenthal désigne comme le « sens commun » de la nationalité qui s’imposait comme une évidence. Il était fondé sur un certain nombre de traits culturels aisément repérables, à commencer par la langue parlée par les membres de l’équipage. On comprend bien que ce critère a cessé d’être utile, lorsqu’il s’agissait de distinguer entre marins britanniques et étatsuniens après la prise d’Indépendance des treize colonies continentales. Des distinctions de grande importance permettent en théorie d’identifier les hommes de bord. Concernant ceux qui se réclament de la citoyenneté des Etats-Unis, il était essentiel de savoir s’ils étaient nés sur le sol américain et avaient cessé de reconnaître l’autorité de la couronne britannique, ou bien encore s’ils étaient venus s’installer en Amérique étant nés en Grande-Bretagne. Dans ce cas, quand le navire était arraisonné par un bâtiment loyaliste, ou inspecté par les autorités d’un port de l’empire britannique, certaines trajectoires pouvaient être qualifiées comme haute trahison et valoir la peine capitale aux marins appréhendés. Dans les eaux européennes, comme en Méditerranée ou dans la Caraïbe, nombre de marins se considérant comme citoyens des Etats-Unis partagèrent l’expérience amère de se trouver pris en tenaille entre les deux puissances belligérantes, la France et la Grande-Bretagne, dont les capitaines de vaisseaux et gouverneurs des ports pouvaient faire fi de la neutralité des équipages américains. La volonté de se tenir à l’écart de ce combat, essentiellement naval, d’ampleur intercontinentale était souvent tenue en échec. Les Français soupçonnaient les marins anglophones d’être des agents de l’ennemi anglais, sous couvert d’appartenance aux Etats-Unis. De son côté, l’amirauté britannique en mal de recrutement pour son immense flotte ne censurait guère les pratiques consistant à enrôler de force des équipages américains sous le drapeau de l’empire, en dépit des protestations de ces marins sur leur citoyenneté américaine et sur la neutralité de leur gouvernement. Si les juridictions étaient capables de ne pas reconnaître la validité des preuves produites par les capitaines des navires arraisonnés ou bloqués à quai, combien plus les commandants des expéditions corsaires, français ou britanniques, lorsqu’un vaisseau américain passait sous leur contrôle. Pour répondre à cette insécurité permanente, les autorités des Etats-Unis ont multiplié les pratiques administratives visant à garantir à leurs concitoyens embarqués à bord de vaisseaux marchands que leur identité pourrait être reconnue : la certification par les consuls des Etats-Unis installés dans les ports et villes de France et de Grande Bretagne, mais aussi dans la Caraïbe, l’établissement de « rôles d’équipages » sur un modèle imposé par la France, la production de formulaires imprimés individuels passés devant notaire. Puis à l’échelle fédérale, les Custom House Certificates imprimés, enregistrés et numérotés, devraient opérer comme une première version de passeports modernes. L’administration américaine en établit au moins 38.000 entre 1796 et 1802. Ces documents étaient moins aisément falsifiables que les affidavit établis par devant notaire. Il en résulte qu’un marché noir des Custom House Certificates se mit en place auquel avaient recours des marins qui souhaitaient bénéficier de la protection qu’ils offraient, mais sans vouloir mettre le prix qu’impliquait une demande d’établissement de ce document. L’existence de ces instruments de papier n’a pas effacé la permanence de tout un faisceau de signes d’appartenance que les marins continuaient de mobiliser : depuis le récit de leur naissance et de leur vie, jusqu’à l’exhibition de tatouages lorsque leur signification renforçait la prétention d’être citoyens des Etats-Unis.

4Ainsi, l’enquête de Nathan Perl-Rosenthal permet-elle de comprendre comment la présidence des Etats-Unis, appuyée sur la branche législative, sous les Fédéralistes comme sur leurs successeurs Républicains, a favorisé la mise en œuvre d’un instrument nouveau de certification de la nationalité des citoyens. Pour comprendre les ressorts de cette élaboration, l’enquête étudie au plus près des tribulations des équipages, la jurisprudence des cours britanniques, françaises et américaines, les changements dans les relations internationales en cours de définition, l’évolution des conflits armés, la configuration de l’activité navale marchande de la jeune république indépendante, la matérialité d’une bureaucratie qui s’invente avant que de tomber dans la routine. Il accorde une égale importance aux théâtres d’opération que sont les ports et villes de l’Hémisphère Occidental et de l’Europe et aux lieux stratégiques que sont les îles de la Caraïbe (Saint Domingue, Guadeloupe, Barbade, Jamaïque). Cette belle enquête croise sociohistoire, étude politique, relations internationales et analyse des processus administratifs. Elle mobilise des sources tirées de collections et dépôts situés aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en France. Sans jamais prendre le ton du manifeste, ce travail met en œuvre, sans le dire, des souhaits ou des aspirations plus souvent annoncés que mis en pratique: un travail qui combine avec élégance et efficacité l’échelle micro-locale et la perspective pan-Atlantique (et même méditerranéenne). Il montre que les instruments de certification de l’identité ont été inventés par une pratique administrative en réponse à une jurisprudence constatée, afin de protéger les hommes de bord contre les aléas de la vie maritime. Ces marins sont « devenus citoyens » américains, comme les paysans du 19e siècle sont « devenus français » selon la belle formule d’Eugen Weber, dans la postérité duquel on peut sans doute inscrire la recherche de Perl-Rosenthal.

5S’il fallait manifester une seule réserve sur cet ouvrage, c’est sur un aspect qui ne dépend vraisemblablement pas de son auteur. Le livre tel qu’il est formaté et édité reproduit un modèle qui semble être devenu un carcan dans l’édition universitaire aux Etats-Unis. La rhétorique de chaque chapitre repose sur l’exposé d’un cas ou d’une anecdote suivie de la présentation de deux ou trois questions générales et suivie de la position d’une transition vers le chapitre suivant. Ce prototype est devenu un standard. En un sens, il faut que le talent d’historien de Perl-Rosenthal et son intelligence des sources soient exceptionnels pour que soit soutenu l’intérêt de la lecture, non pas grâce, mais en dépit la mise en œuvre de cette forme ready made, désormais généralisé, qu’affectionnent les éditeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Frédéric Schaub, « Nathan Perl-Rosenthal, Citizen Sailors. Becoming American in the Age of Revolution », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/72491

Haut de page

Auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page