Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Fernando Henrique Cardoso, Ces penseurs qui ont inventé le Brésil.

Paris, Le Poisson Volant, 2015, 279 p.
Référence(s) :

Fernando Henrique Cardoso, Ces penseurs qui ont inventé le Brésil.

Paris, Le Poisson Volant, 2015, 279 p.

[07/10/2018]

Texte intégral

  • 1 La version en espagnol, Dependencia y desarrollo en América latina. Ensayo de interpretación sociol (...)

1Avant d'être élu Président du Brésil, Fernando Henrique Cardoso fut un sociologue inventif et prestigieux, connu et admiré par ceux qui, comme moi, appartiennent à une génération d'étudiants latino-américains qui avons été formés avant les coups d'état militaires qui ont profondément ébranlé le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Chili. C'était un moment particulier, marqué par l'essor des Universités, la UBA de Buenos Aires, et la USPI de Sao Paulo, un essor qui était aussi celui des sciences sociales. Cardoso avait écrit en 1962 un livre sur le capitalisme et l'esclavage dans le Brésil méridional et en 1964, un autre sur l'entrepreneur industriel et le développement économique. C'était l'époque où les discussions sur la mobilité sociale et le rapport entre dépendance et développement concernaient la plupart des jeunes qui nous nous intéressions aux questions sociales en Amérique Latine. Ce sujet donnera lieu à un livre qui connut un grand succès, et qu'il rédigea avec Enzo Faletto, Dependência e desenvolvimento, paru en 1970, alors que s'effondraient les espoirs placés dans le développement du potentiel économique de ces pays, arracherait de la marginalité et de la misère des masses, surtout rurales1.

  • 2 La CEPAL, Comisión económica para América Latina y el Caribe, dépendait des Nations Unies. Prebisch (...)

2L'ouvrage que nous présentons ici est un recueil de textes (conférences, cours, interviews) concernant des intellectuels brésiliens qui ont consacré leurs efforts à penser la formation de ce nouveau pays, le Brésil, depuis la "Loi d'Or" de 1888, par laquelle l'esclavage était aboli, jusqu'aux années 1960. C'est pourquoi l'émergence du nouvel état moderne, le développement de son immense potentiel, l'urbanisation, restent étroitement liées à cette masse d'origine africaine, devenue l'égale juridique des autres groupes qui composaient la nation, mais victime de discriminations et de préjugés, que les chercheurs. Ajoutons que l'industrialisation et la modernisation accélérée du Brésil (ou d'une partie de cet Etat immense) a détruit la paysannerie traditionnelle et provoqué une série de luttes et de débats sur les mouvements paysans. Les penseurs choisis par F.H. Cardoso sont effectivement connus des lecteurs (ou devraient l'être impérativement): Joaquim Nabuco, Euclides da Cunha, Paulo Prado, Gilberto Freyre, Sérgio Buarque de Holanda, Caio Prado Jr, Antonio Cândido, Florestan Fernandes, Celso Furtado et Raymundo Faoro. En toile de fond on retrouvera Roger Bastide, Claude Lévi-Strauss, Alain Touraine, Sidney Mintz, Eric Wolf, et Raúl Prebisch, économiste argentin et Secrétaire de la CEPAL, dont le siège se trouvait à Santiago du Chili, entre 1950 et 19632. On regrette une traduction approximative et une édition peu soignée. Quelques exemples suffiront pour encourager les lecteurs à se tourner vers la version originale, publiée par la Companhia das Letras, de São Paulo. Pourquoi Nagots au lieu de Nagô, ou, plus grave "conjecture" pour "conjoncture", erreur qui change la signification de la phrase. Quitte à introduire des néologismes, préférons "patrimonialisme" à l'imprononçable "patrimonionalisme" et supportons coquilles et fautes d'orthographe, comme l'abominable "immitant" au lieu du simple "imitant", afin de faire connaître aux lecteurs francophones interessés par le Brésil un texte qu'ils auraient tort de bouder. Sans reprendre chacun des dix textes, j'exposerai brièvement trois questions sociologiques et historiques essentielles, abordées par les auteurs choisis: la gestion de la fin de l'esclavage, la paysannerie rurale brésilienne et l'héritage politique colonial, en apportant quelques éléments supplémentaires qui amorcent timidement une histoire connectée des sciences sociales, dans laquelle le Brésil joue un rôle essentiel.

L'après esclavage: castes, classes et discriminations

3Cardoso ouvre sa galerie critique de portraits par Joaquim Nabuco et O Abolicionismo, un texte de 1883, antérieur de cinq ans à la promulgation de la Loi. Celle-ci cependant, ne fut pas accompagnée d'une critique du système esclavagiste ni d'une politique d'insertion de ceux qui, en devenant libres, perdaient leur logement et leur nourriture quotidienne. Pour Nabuco, les rapports esclavagistes avaient contaminé la société entière et dévalorisé le travail, freinant ainsi le développement économique. Du point de vue politique, le système avait nourri le patrimonialisme et le poids des oligarchies. Pour avancer, la société moderne devait "détruire l'œuvre de l'esclavage" (p. 15) et les rapports ambigus entre maîtres et esclaves. Nabuco apparaît sous la plume de Cardoso comme un des rares penseurs qui voit la Brésil moderne dans son insertion en Amérique Latine, et en particulier le Chili de son temps. Ami intime du grand écrivain Machado de Assis, Nabuco était resté monarchiste parce qu'il voyait dans ce régime un rempart contre les convulsions latinoaméricaines qui avaient agité le XIXe siècle. Mais cela n'impliquait pas un statu quo, bien au contraire, car la lutte contre l'esclavage était le combat de la citoyenneté.

  • 3 Freire fut emprisonné plus de deux mois sous l'accusation d'être un traître, et dut s'exiler du pay (...)

4L'éducation, à commencer par l'alphabétisation, ainsi que l'accès des anciens esclaves à la terre étaient, pour lui, deux questions essentielles. Doit-on rappeler que l'éducation populaire fut un des enjeux démocratiques du Président Goulart (1961-1964), plus d'un demi-siècle après les propositions de Nabuco, et que le travail entrepris par Paulo Freire dans le Nord-Est du Brésil fut brusquement arrêté avec le renversement du gouvernement par un coup d'état militaire en 19643 ? Nabuco était un démocrate, à la manière de Tocqueville, comme Cardoso l'indique.

  • 4 Gunnar Myrdal, An American dilemma. The Negro problem and modern democracy, NY. & London, 1944; G.W (...)

5Gilberto Freyre, aujourd'hui revu et corrigé par les nombreux ouvrages parus sur les plantations esclavagistes reste pourtant un "mythe", probablement par sa qualité littéraire. Cardoso connaît bien les limites de la "démocratie raciale" vantée par Freyre, mais il faut placer ses livres dans le contexte de leur production et comprendre ce que signifie "seul l'esclavage pouvait construire l'œuvre colonisatrice" (p. 97), ainsi que la relation étroite entre maîtres et esclaves, liés par des affects, un aspect déjà noté par Nabuco dans la rémémoration de son enfance. Freyle a certainement idéalisé les senzalas mais il a rompu avec les préjugés de l'époque à l'égard des "races inférieures". Particulièrement intéressantes sont les lignes que Cardoso consacre à Florestan Fernandes, un professeur mû par la "passion de savoir" et qui est co-auteur avec Roger Bastide, de Brancos e negros em São Paulo (1959), un ouvrage qui s'inscrit dans un contexte important pour les sciences sociales, avec les travaux de G.W. Allport et de Gunnar Myrdal sur la race et les préjugés, deux textes qualifiés à juste titre de landmarks par les chercheurs américains contemporains4. Qu'il y ait discrimination, c'est une évidence, mais pour Florestan Fernandes ce qui l'intéresse c'est d'analyser les modalités qui l'expriment. Le choix de l'Etat de São Paulo est crucial parce que dans cette région, la population d'origine indienne est plus nombreuse que celle des Noirs, et s'y ajoutent des immigrés européens et asiatiques. C'est donc un lieu idéal pour analyser l'émergence d'un régime de classes sociales. D'ailleurs Cardoso lui-même, disciple de Florestan Fernandes, commença sa carrière de sociologue autour de cette problématique.

  • 5 Entre autres auteurs, citons Dipesh Chakrabarty et son livre Provincialiser l’Europe. La pensée pos (...)
  • 6 Souvent la littérature et les arts plastiques précèdent les sciences sociales. Le magnifique roman (...)

6Les théories classiques de la formation des classes sociales, qu'elles soient de Marx ou de Weber, sont liées à l'histoire européenne. Cependant, l'esclavage, par son ampleur, corrige cette vision. La transition entre caste et classe sociale, dans une société esclavagiste comme le Brésil, n'est pas linéaire et il faut bien distinguer les systèmes respectifs ainsi que les préjugés de classe et/ou de race (p. 176-177). Le Brésil est donc un véritable laboratoire pour l'analyse sociologique, puisqu'il a produit un système mixte de classes et de castes, que par la suite sera étudié dans d'autres formations historiques, notamment en Inde et les "Colonial studies"5. Après l'abolition, les anciens esclaves forment une plèbe, qui ne fait pas partie de la classe ouvrière et cohabite avec d'autres déracinés dans des favelas ou des taudis, les cortiços6.

La paysannerie

7Antonio Candido de Mello e Souza est l'occasion, pour Cardoso, d'évoquer le milieu artistique et intellectuel de 1949, quand il entra à la Faculté de Philosophie de São Paulo. Un milieu que j'ai connu aussi, un peu plus tard, à Buenos Aires et dans le Paris de la fin des années 1960, et qui n'existe plus à présent, où la spécialisation académique et la dictature de l'évaluation, avec ses normes concernant aussi bien la forme que le fonds, n'engagent pas les jeunes à emprunter des sentiers de traverse. Antonio Candido fut l'auteur d'un livre important pour les sciences sociales brésiliennes et latinoaméricaines: Os parceiros do Rio Bonito (1964). La date de parution est significative, comme nous l'avons déjà signalé. Il s'agit dans un premier temps d'une analyse de la communauté paysanne pauliste, dans le style des monographies anthropologiques de l'époque. En deuxième lieu, le texte est une interrogation politique concernant les minima vital et de sociabilité, tels qu'ils se présentent au chercheur à la fin des années 1950. Enfin, Antonio Candido étudie le processus de changement déclenché par l'industrialisation en milieu paysan.

  • 7 Une base alimentaire que l'on trouve dans les études archéologiques des populations originelles, et (...)
  • 8 Marshall Sahlins, Âge de pierre, âge d'abondance. L'économie des sociétés primitives, Paris, Gallim (...)

8L'importance de l'agriculture intensive permit aux paysans d'adapter leurs besoins à l'équilibre écologie. Ce n'était pas une "idéologie", mais la condition de la survie du groupe. Cette adaptation ne fut pas la même pour le pionnier des temps de la colonisation et le colon, établi sur sa terre, quelques siècles plus tard, même si le minimun vital est resté le même, fondé sur le triangle "de base de l'alimentation caipira": haricot, manioc, maïs7. La culture caipira (terme typique de la région de São Paulo qui désigne le paysans métis) fait l'objet d'un long chapitre d'Antonio Candido. Ce minimum vital fut perçu par les élites et les instances bureaucratiques comme un "désamour du travail" (p. 144). Nous retrouverons cette idée, développée a contrario chez Marshall Sahlins, qui prend le contre-pied de cette époque en évoquant la "première société d'abondance" des insulaires polynésiens8. Certes, les sociétés tribales ne sont pas des sociétés paysannes, mais ce que je veux souligner ici ce sont les correspondances entre les problématiques posées à une époque précise.

  • 9 La géographie de la faim, Paris, Editions Ouvrières, 1971. A l'attention des lecteurs français, je (...)

9La rusticité des caipira se retrouve aussi chez les grands propriétaires, bien que ceux-ci ne font pas partie sociologiquement de cette paysannerie. Les caipira se sont enkystés dans les interstices des grandes propriétés, au fil de leur avancée et Antonio Candido les a retrouvés sur le terrain. L'économie autarcique de cette paysannerie a été, au fil du temps, subordonnée à l'économie capitaliste: on trouve le même phénomène au Pérou, en Equateur et en Mésoamérique. L'intérêt du livre d'Antonio Candido est de retracer l'histoire de cette paysannerie traquée, qui s'est retrouvé sans terres et menacée dans sa survie, et qui a donné lieu (et jusqu'à aujourd'hui) à une agitation paysanne quasi permanente. Les luttes pour la terre (et la survie des petits cultivateurs) se développent dans le contexte de la modernisation. La problématique de la faim est fondamentale, et je me permets dans ce contexte de rappeler l'impact que fut pour ma génération la sortie du livre de Josué de Castro, un géographe brésilien, de la Geopolitica da fome, en 1951, traduite en plusieurs langues9. En vantant l'abondance primitive, Sahlins fustige aussi les famines provoquées par le capitalisme.

Jeux de pouvoir et patrimonialisme

  • 10 Le maillage étatique a ses failles, puisque la fiscalité peut être détournée en partie, suivre des (...)

10La référence obligatoire sur ces questions est, pour Cardoso, Raymundo Faoro, auteur de Os donos do poder. A formação do patronato brasileiro, dont la première édition, à Porto Alegre, date de 1958. Selon cet auteur, la colonisation du Brésil par les Portugais prit la forme d'une occupation territoriale à but politique. Le pouvoir était représenté par le sesmeiro, un officier portugais nommé capitaine général et chargé de distribuer les parcelles de terre. L'exploitation économique s'organisait par des concessions du monopole royal, et même des juifs conversos comme Fernão de Noronha, qui reçut celle d'exploiter le pau-brasil, en furent les bénéficiaires de ce système. Les expéditions commerciales étaient toujours escortées de troupes armées. En fait, la colonisation ne précède pas l'entreprise capitaliste, car le but essentiel était de garantir la possession du territoire; ce processus ne peut pas se confondre avec la domination "féodale". Contrairement à d'autres penseurs brésiliens comme Oliveira Vianna, pour Faoro, l'Etat reste toujours présent par le contrôle permanent des agents royaux, et le maillage fiscal, assuré par les conseils municipaux. Mais cette tendance bureaucratique, à la base du capitalisme oligarchique, nourrit sa propre contestation dont le type social est le caudillo, prépondérant à l'intérieur des terres et les paulistas imposent leur pouvoir, au détriment de l'Etat (p. 207). Le caudillo, appelé aussi le coronel, a d'ailleurs ses répliques dans toute l'Amérique Latine, et leur influence est toujours forte là où les institutions étatiques sont éloignées. Les tensions entre l'Etat et les pouvoirs locaux s'intensifient se renforce au XVIIIe siècle, notamment à Minas Gerais où Tiradentes sera exécuté par ordre royal, pour avoir défendu l'autonomie de Villa Rica (Ouro Preto), d'autres soulèvements surgissent un peu partout, de Recife à Rio Grande do Sul10.

11Sous la République apparaît une nouvelle hégémonie des gouverneurs, notamment ceux de São Paulo et Minas Gerais, et l'armée garantit désormais l'intégrité de la nation (Canudos, dont Euclides da Cunha fit la chronique, fut un des premiers exemples). La crise de l'Encilhamento fut une bulle économique qui s'est formée au Brésil sous le gouvernement provisoire de Deodoro da Fonseca (1889-1891) afin de stimuler l'industrialisation du pays, les ministres des Finances, Rui Barbosa et le vicomte d'Ouro Preto ont développait une politique de crédits libres accordés aux investissements industriels et garantis par une abondante émission de monnaie qui donna lieu à une inflation galopante, la première des temps contemporains (p. 227). Au XXe siècle, entre 1922 et 1924, les révoltes des jeunes lieutenants contre la domination oligarchique aboutissent à la révolution de Getulio Vargas de 1830. Pour Faoro, l'armée devient le pouvoir modérateur, incarné autrefois par le président de la nation (p. 230-235). On a envie de demander à Fernando Henrique Cardoso quelle est son analyse de sa propre présidence, mais ce serait une question inadaptée à son propos, qui est de redonner vie à ceux qui ont pensé le Brésil.

Conclusion

12En conclusion de ce recueil, Cardoso, malgre les réserves qu'il a émises au cours de sa présentation, soutient l'importance de ces fresques identitaires proposées par Gilberto Freyre, Sergio Buarque de Holanda et Caio Prado, comparables au Facundo de Sarmiento, ou au "déracinement argentin" dans la société da masse argentine des années 1960, analysé par Gino Germani. Ces perspectives globales ont été critiquées par les jeunes générations (p. 257), qui leur préfèrent des approches plus spécifiques. Cardoso lui-même les a rejetés, à l'époque où il étudiait à l'Université. En fait, le Cardoso d'aujourd'hui, ne s'intéresse pas à la méthode suivie mais au fait que ces auteurs cités tout le long de cet essai, ont fait avancer les problématiques sociales. À ce titre, il les considère des bâtisseurs d'idées, et il a raison. D'autant plus que nos disciplines (humaines, sociales) sont des savoirs cumulatifs, une vérité ignorée par les experts, et que les Anciens nous permettent de mieux comprendre les contextes historiques des problématiques. On s'aperçoit aussi de la contingence des découpages académiques, et de l'impossibilité d'écrire des histoires de la sociologie ou de l'anthropologie centrées uniquement sur une partie du monde occidental incarné aujourd'hui par la production anglophone, au détriment d'autres perspectives comme celle du Brésil. Le livre de Fernando Henrique Cardoso est une magnifique introduction aux textes classiques, hélas relégués à un passé que beaucoup trouvent "obsolète", comme si on pouvait faire table rase de ce patrimoine intellectuel et construire sur le vide.

Haut de page

Notes

1 La version en espagnol, Dependencia y desarrollo en América latina. Ensayo de interpretación sociológica, publiée par Siglo XXI, reste la plus connue. Elle date de 1969 et précède d'une année l'édition brésilienne.

2 La CEPAL, Comisión económica para América Latina y el Caribe, dépendait des Nations Unies. Prebisch incarnait un courant selon lequel la croissance économique devait déboucher sur la démocratie politique, les droits de l'homme, régulièrement bafoués, la liberté d'expression et de culte et la justice sociale.

3 Freire fut emprisonné plus de deux mois sous l'accusation d'être un traître, et dut s'exiler du pays, où il ne retournera qu'en 1980. Publiée à l'étranger, sa Pédagogie des opprimés sortit enfin au Brésil en 1974, sous le gouvernement militaire de Geisel. C'est dire l'importance de cet enjeu pédagogique, qui avait déjà convaincu un homme de la bourgeoisie comme Nabuco.

4 Gunnar Myrdal, An American dilemma. The Negro problem and modern democracy, NY. & London, 1944; G.W. Allport, The nature of prejudice, Reading: Addison-Wesley, 1954 .

5 Entre autres auteurs, citons Dipesh Chakrabarty et son livre Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris: Ed. Amsterdam, 2009

6 Souvent la littérature et les arts plastiques précèdent les sciences sociales. Le magnifique roman d'Aluisio Azevedo, intitulé O cortiço, publié en 1890, décrit ce petit monde plébéien et métissé qui habite dans des chambres louées d'un cortiço de Botafogo, Rio de Janeiro (l'équivalent carioca des conventillos de Buenos Aires), et dont les membres sont liés par des affects puissants.

7 Une base alimentaire que l'on trouve dans les études archéologiques des populations originelles, et qui s'est maintenue bien après la conquête, jusqu'au XXe siècle.

8 Marshall Sahlins, Âge de pierre, âge d'abondance. L'économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard, Bibliothèse des Sciences humaines, 1976. La notion de "société d'abondance" fut présentée à Chicago bien avant en 1966. Inversement, pour l'anthropologue Colin Turnbull, c'est la famine qui détruit la sociabilité des chasseurs Iks (Pygmées Mbuti), dans The mountain people (1972), traduit abusivement par Un peuple de fauves, Paris, Stock, 1973, livre qui donna lieu à un gran débat en France, dès sa parution.

9 La géographie de la faim, Paris, Editions Ouvrières, 1971. A l'attention des lecteurs français, je signale que la prestigieuse Encyclopedia Universalis en ligne, a pris la liberté de réécrire le titre original, en italianisant le vocable portugais fome, un procédé hélas relativement courant lorsqu'il s'agit de reproduire des termes espagnols ou portugais...

10 Le maillage étatique a ses failles, puisque la fiscalité peut être détournée en partie, suivre des descaminhos, analysés par Isnara Pereira Ivo pour l'Etat de Bahia (XIXe siècle), notamment dans "Caminhos e descaminhos. Diálogos do presente e evidências do pasado", p. 99-122, in: França Paiva, E., Fernández Chaves, M., Pérez García, R., De que estamos falando, Rio de Janeiro, Garamond, 2016 (on-line).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Fernando Henrique Cardoso, Ces penseurs qui ont inventé le Brésil. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/73305

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page