Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Isnara Pereira Ivo, O anjo da morte contra o santo lenho. Poder, vingança e cotidiano no sertão da Bahia.

Vitoria da Conquista, Bahia, Ed. UESB, Coleção Nordestina, 2017, 286 p.
Référence(s) :

Isnara Pereira Ivo, O anjo da morte contra o santo lenho. Poder, vingança e cotidiano no sertão da Bahia, Vitoria da Conquista, Bahia, Ed. UESB, Coleção Nordestina, 2017, 286 p..

[07/10/2018]

Texte intégral

1Le beau titre de cet ouvrage, digne d'un film qu'aurait pu tourner Glauber Rocha, se réfère à deux hommes, apparentés, qui se sont affrontés à mort en 1895, dans la fazenda Tamanduá, située dans la commune de Vitoria da Conquista, Etat de Bahia. Il s'agit d'une seconde édition, revue et augmentée de nouvelles sources documentaires, d'une thèse de "mestrado" soutenue en 1998 à l'Université de Minas Gerais, Belo Horizonte. Le cadre géographique dans lequel se déroule cette tragédie est le Sertão da Ressaca, compris entre rio de Contas et rio Pardo. Quant au contexte temporel, il déborde les premières années de la République et l'auteur puise dans le passé impérial, voire colonial, les origines d'un système de pouvoir fondé sur la famille étendue et la violence de la conquête territoriale, au détriment des populations autochtones. Enfin, l'auteur esquisse quelques prolongements de cette politique locale dans l'Estado Novo de Getulio Vargas et même au-delà, je me permets d'ajouter, dans les conflits politiques actuels entre l'Etat, les Etats et les grandes familles patrimoniales.

2Il convient de préciser que le livre repose sur deux types de sources: celles qu'Isnara Pereira Ivo a dénichées patiemment dans les archives locales de la région, et celles qu'elle a recueillies auprès des populations actuelles, concernant la mémoire des faits transmise par leurs aînés. Outre l'étude du fonctionnement de ces cliques familiales, on y trouve donc un va-et-vient intéressant entre mémoire et histoire.

  • 1 Le commentaire concerne un ancien esclave devenu libre: "desagrilhoado da antiga condição, agora é (...)

3Avant d'entrer dans le vif du sujet, le massacre de Tamanduá, reprenons avec l'auteur la question fondamentale du mandonismo ou coronelismo brésilien, qui a ses contre-parties hispaniques, dans le caudillismo et le caciquismo, pour ne citer que les plus connues. Dans le cas du Brésil, cette "interférence du pouvoir privé dans le domaine public", a une spécificité qui dépend de plusieurs facteurs: les modalités portugaises de la conquête (les bandeiras), l'immensité du territoire et l'importance de l'esclavage, qui a fait de cette colonie lusitane et son prolongement impérial, une société esclavagiste, et non pas, une simple "société à esclaves". De façon pertinente, Isnara Ivo choisit de citer un passage du grand écrivain Machado de Assis, contemporain de l'affaire de Tamandua et mulâtre, sur la violence courante inhérente aux rapports maître/esclave, que reprend à son compte celui qui vient d'en être liberé1.

  • 2 On trouve dans le contexte urbain et dès la fin du XIXe siècle des groupes ou des gangs fondés sur (...)

4Dans le premier chapitre, l'auteur passe en revue les analyses sociologiques faites sur la question des pouvoirs locaux. Personnellement je reste toujours convaincue par celle de Maria Isaura Pereira de Queiroz sur le mandonismo, qui se développe parallèlement au pouvoir central, mais qui l'emporte, dans les régions éloignées des institutions étatiques. Il y a d'abord le conseil municipal, qui gère les intérêts des propriétaires terrains et oriente la politique. Au cours du XIXe siècle le coronel, comme chef local, apparaît déjà et avec la promulgation de la République, le coronelismo se développe. Entre le Président de la République ou de l'Etat (le Brésil est une fédération) et la masse des votants, le coronel s'impose comme le médiateur incontournable. Tout coronel est intégré dans une parentèle et celui qui dispose de plus d'influence, qui est capable de s'imposer aux groupes plus petits, devient la figure dominante2. Sans entrer ici dans ce débat, retenons que le mandonismo local de l'Etat de Bahia ne fut pas uniforme mais présente des variantes locales, d'où l'intérêt des études de cas qui évitent les généralisations hâtives. Dans la ville Impériale de Vitoria, les coroneles s'intéressèrent davantage à asseoir le monopole de la force et du pouvoir au détriment des autres branches parentales. Ils cherchèrent également la modernisation de l'espace publique et par conséquent, ils ne sont pas "archaïques" comme d'aucuns l'ont affirmé. La dimension militaire de ces hommes qui doivent leur pouvoir à la force des armes, est très bien analysée dans cet ouvrage.

5L'origine du mandonismo dans la région aujourd'hui dominée par Vitoria da Conquista est traitée dans le deuxième chapitre, peut-être le plus intéressant. La conquête de cette région habitée par plusieurs peuples indigènes, dont les plus connus sont les Aimorés-Botocudos, et les sous-groupes Mongoyó et Pataxó. Le moteur de cette entreprise fut la découverte des Minas Novas. João da Silva Guimaraes, venu du Portugal dans les années 1730, forma une bandeira dont l'objectif était la prospection minière, le développement de l'élevage, qui n'existait pas dans cette région, l'élimination des Indiens qui refuseraient la vie sédentaire et destruction des quilombos. La plupart des Botocudos furent exterminés, leurs terres devinrent des pâturages et les indigènes qui furent sédentarisés fournirent des bras pour travailler auprès des Portugais mais aussi pour combattre les récalcitrants Pataxós. Joao da Silva Guimaraes fut l'ancêtre de toutes les lignées qui occupèrent des postes de pouvoir municipaux et devinrent des propriétaires fonciers. Un personnage qui donna lieu, déjà de son vivant, à des légendes diverses (p. 77). L'auteur de ce livre a retracé dans la documentation toutes ces familles. Au terme de cette conquête très violente, la bourgade Arraial da Conquista (contre les Indiens) surgit avec son pouvoir municipal exercé par les descendants du bandeirante portugais. Elle devint assez vite Imperial Vila da Vitória et, à l'époque républicaine, Vitoria da Conquista.

6La ville impériale "normalisa" la vie urbaine: l'hygiène, l'urbanisation, les normes concernant les constructions et l'érradication de la culture noire comme les batuques, sambas, prières collectives diverses, qui étaient considérés comme des sources de subversion (p. 99-100). Mais la violence, consubstantielle à la conquête, ne disparut pas et le juge municipal, en 1889, sollicita l'aide du gouvernement provincial pour éviter le triomphe de la "barbarie" et le retour au régime sauvage des Pataxós. En fait, comme l'épisode de Tamandúa le montrera, cette violence est surtout celle des factions dominantes. Le cumul des fonctions militaires, juridiques, administratives et législatives par les familles issues de la conquête donna lieu à ce que Isnara Ivo appelle les descaminhos de la justice (abus, embrouilles, cumuls, fraudes électorales), facilitées par la rareté des avocats. Ces descaminhos étaient difficiles à éviter par les autorités centrales, car si les juges du district s'avisaient d'emprisonner les fauteurs de troubles, le coronel qui les protégeait envoyait ses hommes de main, les jagunços, qui le libéraient aussitôt. L'impunité de ces élites était favorisée par la difficulté de circuler le long de ces routes et la lenteur des déplacements. Le mandonismo était concerné par les disputes entre les différentes lignées, et le point culminant fut atteint par le massacre de Tamanduá. Une première altercation provoqua la mort de deux fils issus de la famille Oliveira Freitas, incarnée par la figure romanesque de la mère. La justice, aux mains de la faction rivale, traîna. C'est alors que "l'ange de la mort", frère des deux garçons assassinés, organisa une vengeance dont les proportions dépassèrent de loin la "réciprocité" de la dette de sansg, puisque "l'ange exterminateur" planifia la mort, non seulement du chef de famille de Tamanduá, le coronel Domingos, mais aussi de toute sa maisonnée y compris les domestiques, les vieux et les jagunços. Malgré ses protections magiques: il avait "le corps fermé", selon les croyances afro-brésiliennes et était protégé par la relique de la croix du Christ, le "Santo Lenho", Domingos fut sauvagement assassiné par la troupe réunie autour de "l'ange". Les descriptions de ces massacres, l'acharnement sur les corps, les humiliations atteignent un degrè dans l'horreur, à peine égalé à mon avis par les massacres de Tihosuco, dans le Yucatan, lors du déclenchement de la guerre des "castas", au milieu du XIXe siècle.

7L'auteur scrute les dépositions, traque les incohérences et les atermoiments de la justice, ainsi que ses silences. A aucun moment ne seront précisées les raisons de l'assassinat des deux premières victimes, acte qui déclencha la vindicte apocalyptique. L'ange de la mort perdra aussi la vie, mais le procès se terminera par un non lieu. Comme tous les bons livres, celui-ci donne envie de poursuivre cette histoire et de comprendre les motifs précis de cette hécatombe, au-delà de l'honneur en jeu, dans toutes les histoires de vengeance. On aimerait aussi savoir qui étaient ces jagunços, le bras armé des coroneles ; certains ont probablement été des Indiens sédentarisés. On regrette en tout cas de n'avoir pas pu assister à la "Tragédia do Tamanduá", présentée en 2010 à Vitoria da Conquista par Paulo Tiago dos Santos et sa troupe de comédiens, qui ont fait revivre avec succès, ces faits tragiques, jamais classés et par conséquent, toujours actuels.

Haut de page

Notes

1 Le commentaire concerne un ancien esclave devenu libre: "desagrilhoado da antiga condição, agora é que ele se desbancava: comprou um escravo" (p. 33). Le lecteur peut consulter également sur ce sujet notre recension, dans cette même revue, d'un essai de Fernando Henrique Cardoso.

2 On trouve dans le contexte urbain et dès la fin du XIXe siècle des groupes ou des gangs fondés sur des critères de parenté, les exemples les plus connus sont ceux de Chicago et de New York. Sans compter, mais dans un monde agraire, celui de la mafia sicilienne, calabraise ou napolitaine. Il serait intéressant de comparer ces structures qui émergent avec force dans le contexte de la modernité du début du XXe siècle et du déclin de la famille étendue, comme l'affirme (un peu vite) la sociologie classique. Par ailleurs, ces phénomènes rejoignent celui du compadrazgo comme système d'influence politique, étudié notamment par Hugo Nutini à Tlaxcala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Isnara Pereira Ivo, O anjo da morte contra o santo lenho. Poder, vingança e cotidiano no sertão da Bahia.  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 octobre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/73314

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page