Navigation – Plan du site
Damien Larrouqué

Alain Rouquié, Le siècle de Perón. Essai sur les démocraties hégémoniques.

Paris, Seuil, 2016, 416 p.
Référence(s) :

Alain Rouquié, Le siècle de Perón. Essai sur les démocraties hégémoniques, Paris, Seuil, 2016, 416 p.

[07/10/2018]

Entrées d’index

Palabras claves :

Argentina, peronismo, siglo XX
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain, Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle : naissance d’un nouveau grand, Paris, Fayard, 2006.
  • 2 Aain, Rouquié, A l’ombre des dictatures : la démocratie en Amérique latine, Paris, Albin Michel, 20 (...)
  • 3 Alain, Rouquié, Le Mexique : un Etat nord-américain, Paris, Fayard, 2013.

1Après avoir exploré les ressorts du dynamisme brésilien des années 20001, s’être penché sur les paradoxes de la démocratie latino-américaine2, et avoir analysé les relations complexes qui unissent le Mexique et les Etats-Unis3, Alain Rouquié s’est replongé dans l’histoire politique de l’Argentine, pays à travers lequel il a débuté ses recherches universitaires et dont il est l’un des plus fins connaisseurs. De sa plume alerte et dans un style toujours élégant, précis, sans fioriture ni jargon intellectualiste, le président de la Maison de l’Amérique latine nous livre un excellent ouvrage. Comme le laisse entendre son titre, ce dernier livre n’est pas une biographie de Juan Domingo Perón. Il s’agit autant d’un récit de l’histoire mouvementée de l’Argentine contemporaine, que d’un essai académique à prétention comparative.

2Au-delà du lecteur curieux ou passionné par l’Amérique latine, ce livre plaira ainsi à deux types de public universitaire : aux historiens de la région, d’une part, et aux politistes spécialistes de politique comparée, d’autre part. En effet, deux lectures à la fois distinctes et complémentaires peuvent en être faites. La lecture historique recoupe les deux premières parties de l’ouvrage qui en compte trois.

  • 4 Pour plus de renseignements, cf. Sergio, Corrêa da Costa, Le nazisme en Amérique du Sud. Chronique (...)
  • 5 D’après l’expression de Daniel Campione, professeur à l’Université de Buenos Aires (1999). Rapporté (...)

3Titrée « Perón, une expérience énigmatique et contradictoire », la première partie est précisément consacrée à la construction politique du phénomène péroniste. Si la fascination du leader des descamisados pour le régime fasciste de Mussolini est quelque peu escamotée (p. 42)4, la réflexion attache de l’importance à son ascension au sein de l’état-major factieux, aux journées d’octobre 1945 – dont le fameux épisode du balcon, le 17, constitue l’acmé – et, bien sûr, aux modalités de conservation du pouvoir (fonctionnement autocratique, logique corporatiste, culte de la personnalité autour du couple présidentiel). Dans son chapitre 3, l’auteur met en exergue la capacité d’interférence de Perón sur la vie politique argentine, dont il est devenu, malgré la proscription et l’exil, la figure tutélaire. Cette première partie s’achève sur la période explosive du début des années 1970, qui est notamment marquée par le retour de Perón au pouvoir, pour quelques mois d’une présidence qualifiée de « crépusculaire » (p. 166). La gestion calamiteuse des affaires publiques par sa veuve, Isabel Martínez, aboutit au coup d’Etat de mars 1976, sur lequel s’ouvre la seconde partie de l’ouvrage intitulée : « les métamorphoses du phénix ». Alain Rouquié fait ici le récit des années de dictature, de transition, et surtout de rénovation politique, dont le parti justicialiste sera, pour le meilleur et pour le pire, l’un des principaux protagonistes. En résumé et pour reprendre l’expression d’un politiste argentin, à partir de Menem et jusqu’aux Kirchner, le péronisme s’apparente à « un cube d’air dans lequel [peut] désormais se loger n’importe quelle politique de gouvernement »5.

  • 6 Guillermo, O’Donnell, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.

4Sous le titre « singularités et ressources d’un modèle politique », la troisième partie ravira les comparatistes. Alain Rouquié y développe les principes de la « démocratie hégémonique » qui s’exerceraient bien au delà des frontières de l’Argentine. Relativement proche du concept de « démocratie délégative » forgé par Guillermo O’Donnell6, la « démocratie hégémonique » désigne, en substance, un système politique restrictif, qui prétend tenir sa légitimité de la souveraineté populaire exprimée par le suffrage universel, mais qui en ignorant toute forme d’opposition politique ou institutionnelle, a glissé vers l’autoritarisme. Selon Alain Rouquié, on retrouverait les manifestations de cette « autocratie élective » dans le Venezuela de Chávez, dans la Russie de Poutine, ou encore dans la Turquie d’Erdogan. De nature plébiscitaire, exaltant la figure de l’homme providentiel et développant des mesures sociales souvent taxées de démagogiques par leurs contempteurs, ces démocraties hégémoniques se caractérisent également par un « souverainisme agressif » (p. 391). Elles émergent et s’épanouissent en présence d’inégalités socio-économiques exacerbées et en l’absence de structures institutionnelles consolidées. En façonnant ce concept à partir de l’étude du péronisme qu’il conçoit comme un idéaltype wébérien (p. 389), Alain Rouquié participe à la circulation des outils analytiques par delà les spécificités géographiques ou disciplinaires. Tout son mérite est ainsi de contribuer à « déspécialiser » les études latinoaméricaines. En filigrane, l’ouvrage nous enseigne que l’Amérique latine n’est pas que le réceptacle d’idées et d’influences venues du reste du monde: elle a aussi beaucoup à nous apprendre sur sa complexité contemporaine.

5La principale critique qui peut être adressée à cet ouvrage, – comme aux précédents d’ailleurs – repose sur le manque ou la relative imprécision des sources. Certes, on a recensé quelque 330 notes. En chiffre absolu, cela peut paraître conséquent. Néanmoins pour un livre de 400 pages, aussi dense que celui-ci, cela représente finalement moins d’une note par page. En termes qualitatifs de surcroît, environ une cinquantaine de ces notes ne viennent qu’illustrer ou préciser le propos. Aussi, en l’absence de référence systématique, nous devons à Alain Rouquié une confiance aveugle par rapport à certains éléments qui ont pu soulever notre curiosité. À la décharge de l’auteur, signalons qu’il a eu le privilège d’interviewer Perón en janvier 1969 (note n° 1, p. 157) et qu’il a donc pu récolter des matériaux de « premières mains » particulièrement précieux. Enfin, nous ferons remarquer que les « repères bibliographiques » qu’il liste et classifie à la fin de l’ouvrage constituent des indications très pertinentes pour quiconque souhaite poursuivre la réflexion sur la logique politique péroniste et ses similitudes avec d’autres formes d’exercice du pouvoir en vigueur sur la planète.

Haut de page

Notes

1 Alain, Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle : naissance d’un nouveau grand, Paris, Fayard, 2006.

2 Aain, Rouquié, A l’ombre des dictatures : la démocratie en Amérique latine, Paris, Albin Michel, 2010. 

3 Alain, Rouquié, Le Mexique : un Etat nord-américain, Paris, Fayard, 2013.

4 Pour plus de renseignements, cf. Sergio, Corrêa da Costa, Le nazisme en Amérique du Sud. Chronique d’une guerre secrète (1930-1950), Paris, Ramsay, 2007, p.219-278.

5 D’après l’expression de Daniel Campione, professeur à l’Université de Buenos Aires (1999). Rapportée par Martin, Unzué, El Estado argentino (1976-2003) : Ciclos de ajuste y cambios, Buenos Aires, Imago Mundi, 2012, p. 42.

6 Guillermo, O’Donnell, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Alain Rouquié, Le siècle de Perón. Essai sur les démocraties hégémoniques. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/73550

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

Docteur associé au CERI/Sciences Po

Articles du même auteur

  • Titre de la thèse : « Les politiques d’inclusion digitale en Amérique latine : de la rénovation éducative à la recomposition de l’Etat (Argentine, Paraguay, Pérou, Uruguay) »
    Thèse soutenue le 15 septembre 2016 à l’Institut d’études politiques de Paris – Science politique, spécialité Amérique latine
    Composition du jury :
    M. Philippe Bezes, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po
    M. Olivier Compagnon, professeur des universités à l’Université Paris-III et directeur de l’IHEAL
    M. Olivier Dabène, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris
    M. David Garibay, professeur des universités à l’Université Lumière-Lyon-II (rapporteur)
    M. Patrick Hassenteufel, professeur des universités à l’Université Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines (rapporteur)
    Mme Sabine Saurugger, professeure des universités à l’Institut d’études politiques de Grenoble
    M. Yves Surel, professeur des universités à l’Université Paris-II Panthéon-Assas (directeur)
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Extraits de thèses
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page