Navigation – Plan du site
Jeanne Hersant

Jimena Paz Obregón Iturra, Des indiens rebelles face à leurs juges. Espagnols et Araucans-Mapuches dans le Chili colonial, fin XVIIe siècle

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 499 p., coll. Des Amériques
Référence(s) :

Jimena Paz Obregón Iturra, Des indiens rebelles face à leurs juges. Espagnols et Araucans-Mapuches dans le Chili colonial, fin XVIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 499 p., coll. Des Amériques

[07/10/2018]

Entrées d’index

Palabras claves :

Chile, indígena, justicia, siglo XVII
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Revista española de antropología americana, 2015, 47 (1), p. 287-303, Anuario de Estudios Americano (...)
  • 2 En particulier eu égard à la transcription intégrale des actes du procès analysé, en annexe de l’ou (...)

1Publié en français, le livre de Jimena Obregón a jusqu’à présent principalement fait l’objet de recensions en langue espagnole1. Ce compte-rendu de lecture vise à combler un manque, étant donné la richesse analytique et documentaire de cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat. Passionnant à plus d’un titre2, il est accessible aux non spécialistes en histoire, curieux d’apprendre le fonctionnement de la justice coloniale du Chili au 17e siècle et les tensions politiques d’une société dynamique et complexe.

  • 3 Ici l’auteure se réfère à Sergio Villalobos, « Guerra y paz en la Araucanía : periodificación » in (...)

2Le point de départ de l’ouvrage de Jimena Obregón est une pièce d’archive judiciaire de deux cents pages concernant un procès en sorcellerie intenté à 14 indiens – 13 hommes et une femme chamane – du sud du Chili à la fin du 17e siècle. Bien que d’autres auteurs en aient mentionné l’existence dans leurs travaux, il n’avait pas fait l’objet d’une analyse historiographique. C’est l’occasion pour l’auteure de reconstituer le contexte historique et politique de cette affaire, dont l’exploration par l’historiographie du Chili colonial est encore peu diffusée en français. J. Obregón retrace donc le glissement du procès en sorcellerie vers un procès politique et « explore les points d’articulation entre rituels et conflits » (p. 9) dans une zone de l’actuelle Araucanía. On saisit en creux une « période de coexistence hispano-indienne fortement conflictuelle » (p. 28), pourtant souvent décrite dans l’historiographie traditionnelle chilienne comme un épisode paisible de l’histoire du Chili3. Ce postulat de l’historiographie est par conséquent remis en cause de façon sérieuse et stimulante tout au long de l’ouvrage, grâce à l’exploitation minutieuse de documents inédits provenant d’archives judiciaires et à une impressionnante érudition. Ce matériau constitue, fort heureusement, un prétexte heuristique à l’analyse du contexte dans lequel il a été rédigé, puisque Jimena Obregón le considère à la fois comme un témoignage et comme un document au sens propre. L’auteure s’intéresse alors en particulier aux acteurs chargés de sa rédaction – les escribanos – et à la place de ceux-ci dans l’organisation sociale et politique du Chili du 17e siècle. Ce faisant, elle examine les conditions de transcription et de traduction des interactions judiciaires entre colons et autochtones. Elle détaille également la composition sociale et politique des autorités coloniales, de l’ambitieux gouverneur Marín de Poveda aux acteurs intermédiaires issus du monde autochtone – comme le capitaine Soto Pedrero – pièces maîtresses du gouvernement colonial.

3Afin de mieux comprendre le contexte dans lequel s’insère ce procès en sorcellerie, Jimena Obregón retrace également les enjeux économiques autour de l’esclavage récemment banni à l’époque des faits ; mais aussi les parlamentos, instances de « rencontre entre des caciques araucans-mapuches et des autorités hispano-créoles » (p. 171). Ces assemblées, « institutionnalisées dans le temps et [qui] apparaissent désormais comme l’une des formes d’interrelations hispano-indiennes les plus caractéristiques et originales » (p. 172), n’en relevaient pas moins au 17e siècle d’une stratégie de contrôle politique qui remettait largement en question l’idée d’une reconnaissance entre égaux (p. 169). L’enquête menée dans les archives donne lieu à une méticuleuse reconstitution de plusieurs scènes de la configuration sociale et politique de l’époque qui dévoile, plutôt que la « frontière », la porosité entre colons et autochtones dans leurs alliances et conflits politiques.

  • 4 Voir notamment, sur le processus de construction ethnique, l’ouvrage classique de Fredrik Barth, Et (...)

4Dans une perspective d’analyse sociologique, revenons sur la rigoureuse et audacieuse discussion terminologique par laquelle débute l’ouvrage. Rigoureuse au point de vue de l’étymologie et de la discussion théorique associée à celle-ci, comme le choix – que l’on pourra partager ou pas – de se référer à un « gentilé » plutôt qu’à un groupe ethnique. Audacieuse, car au terme d’une longue discussion terminologique, l’auteure choisit l’expression « araucan-mapuche », qui non seulement est anachronique, mais n’apparaît pas dans les documents exploités. Elle signale à ce sujet que : « L’imperfection même de la formule adoptée signale, à sa façon, que l’on voudrait envisager les gentilés en tant que processus de dénomination qui prêtent à interrogation et non en tant que catégories figées » (p. 22). Par ce « bricolage » (Ibid.), Jimena Obregón restitue l’opération fondamentale en sciences sociales de nommer son objet pour le construire comme tel. De ce point de vue, on peut regretter que, en dépit de sa volonté affichée de proposer une « anthropologie symétrique » (p. 35), la catégorie d’Hispano-Créole – qui es le pendant de celle de Araucan-Mapuche – soit donnée comme allant de soi, et ne fasse l’objet d’aucune analyse. On regrettera aussi que l’ethnicité soit trop rapidement évacuée du champ de l’analyse: d’abord dans l’introduction, puis dans une formulation un peu lapidaire en conclusion : « Il serait plus difficile, voire totalement impossible de se référer par exemple aux Hispano-Créoles en employant la notion d’ethnie : en tout cas, ceci ne vient pas ‘naturellement’ à l’esprit des chercheurs. [Or] pourquoi réserverait-on aux peuples autochtones des territoires colonisés une qualité « ethnique » qui leur serait exclusive, qui plus est lorsque depuis longtemps le concept de race est devenu aux yeux de tous surannés ? » (p. 283). Étant donné la teneur de l’ouvrage, il aurait été tout à fait pertinent de se référer au fait ethnique comme processus et non comme « qualité »4.

  • 5 L’histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Seuil (...)
  • 6 Thomas David et Pierre Saunier, “Présentation. Débat autour d’un livre: L’histoire à parts égales. (...)

5Au-delà de la question de la dénomination, il aurait été intéressant de situer plus explicitement ce projet d’histoire « symétrique » vis-à-vis des études dites « subalternes » et de travaux comme ceux de Romain Bertrand5, qui présentent a priori de nombreux points d’articulation avec le présent ouvrage – notamment sur le fait qu’il n’y a pas de trace documentaire indigène, les colons ayant pris en charge aussi bien la documentation de leurs modes de vie que celle des populations autochtones. Or, les historiens du 17e siècle ont précisément été les moins présents dans la discussion autour du thème de l’histoire « à parts égales »6.

  • 7 Jean-Michel Berthelot, Les vertus de l’incertitude: le travail de l’analyse dans les sciences socia (...)

6Enfin, « il y a, à l’origine de toute recherche, l’énigme d’un désordre à ordonner ». Cette allusion à la métaphore du roman policier de Berthelot7 sert à ouvrir la conclusion du livre (p. 279). Cependant, ne remettant pas suffisamment d’ordre dans la reconstitution des faits, ce passionnant travail de recherche est desservi par une édition qui ne lui rend pas vraiment justice. En effet, la complexité du récit entrepris par Jimena Obregón érode quelque peu l’enthousiasme du lecteur, tant il est ardu suivre le récit en l’absence de fil directeur, notamment dans les chapitres situés au cœur de l’ouvrage : le déroulé des événements qui ont conduit au procès en sorcellerie, et le procès lui-même. Mais la curiosité reprend le dessus et la lecture de l’ouvrage se convertit peu à peu en une enquête dans l’enquête généreuse en rebondissements, questionnements et hypothèses.

Haut de page

Notes

1 Revista española de antropología americana, 2015, 47 (1), p. 287-303, Anuario de Estudios Americanos, 2016, 76 (1), p. 377- 382, Historia mexicana, 2017, 66 (3), p. 1578-1585.

2 En particulier eu égard à la transcription intégrale des actes du procès analysé, en annexe de l’ouvrage.

3 Ici l’auteure se réfère à Sergio Villalobos, « Guerra y paz en la Araucanía : periodificación » in S. Villalobos & J. Pinto Rossdríguez (ed.) Araucanía. Temas de Historia fronteriza. Temuco : Ediciones U. de la Frontera, 1985, p. 7-30.

4 Voir notamment, sur le processus de construction ethnique, l’ouvrage classique de Fredrik Barth, Ethnic groups and boundaries. The social organization of culture difference, Bergen, Oslo : Universitetsforlaget, 1969.

5 L’histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Seuil, 2011; Le long remords de la conquête. Manille-Mexico-Madrid. L’affaire Diego de Ávila (1577-1580), Paris, Seuil, 2015.

6 Thomas David et Pierre Saunier, “Présentation. Débat autour d’un livre: L’histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècles), de Romain Bertrand”, Monde(s), 3(1), p. 148.

7 Jean-Michel Berthelot, Les vertus de l’incertitude: le travail de l’analyse dans les sciences sociales. Paris: PUF, 1996, p.7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Hersant, « Jimena Paz Obregón Iturra, Des indiens rebelles face à leurs juges. Espagnols et Araucans-Mapuches dans le Chili colonial, fin XVIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/73561

Haut de page

Auteur

Jeanne Hersant

Chercheuse associée, Centre Émile-Durkheim, Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page