Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Diego Agrimbau, Gabriel Ippóliti, Guarani. Les enfants soldats du Paraguay

Paris, Steinkis, 2018, 126 p.
Référence(s) :

Diego Agrimbau, Gabriel Ippóliti, Guarani. Les enfants soldats du Paraguay, Paris, Steinkis, 2018, 126 p.

[17/12/2018]

Texte intégral

1Soulignons d’emblée l’originalité de cette publication. Il s’agit de la première édition en français d’une bande dessinée sur la guerre du Paraguay réalisée par Diego Agrimbau et Gabriel Ippóliti, alors que la version originale en espagnol n’a pas encore été publiée. L’ambition des deux auteurs argentins n’est pas de faire œuvre d’historien, certes. Mais ce sont de fins connaisseurs du conflit qui embrasa le Cône sud entre 1864 et 1870, ils sont très au fait des débats historiographiques contemporains sur cet épisode. Ils mêlent ainsi, avec une immense habileté, histoire et fiction. De sorte que, sans disposer des codes culturels sur la Guerra Guasu telle qu’on l’évoque sur les bords du Río la Plata, tout lecteur prendra plaisir et intérêt à se plonger dans l’aventure de Pierre Duprat, un photographe français venu photographier les Guaranis et impliqué malgré lui dans « une guerre » qui « n’est pas » la sienne, tout en découvrant et en s’interrogeant sur les tenants, le déroulement et les aboutissants de cette incroyable tragédie méconnue en France.

  • 1 Tobler Lopacher, Un suizo en la guerra del Paraguay, Asunción, Centenario, 1969.
  • 2 Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la guerra del Paraguay, Buen (...)
  • 3 Sebastián Díaz-Duhalde, La última guerra. Cultura visual de la guerra contra Paraguay, Buenos Aires (...)

2Pierre Duprat voyage en Amérique du sud pour y photographier des indiennes nues sous couvert de réaliser des clichés anthropologiques. À son arrivée à Montevideo, à la fin de l’année 1868, il est pris par les événements. Les migrants suisses et français, avec lesquels il avait embarqué à Marseille, sont enrôlés de force par l’armée argentine avant même de descendre du bateau, une mésaventure que Tobler Lopacher rapporte dans ses mémoires1. Duprat échappe à la capture à la suite de l’intervention de son correspondant uruguayen travaillant pour la Compagnie fondée par l’Irlandais George Thomas Bate (1834-1882). Ce dernier s’était inspiré de l’expérience photographique de la guerre de sécession, il l’avait connue précédemment aux États Unis2. Il développait son entreprise en commercialisant des photographies de la guerre du Paraguay, il les vendait aux familles des militaires et aux journaux du Río de la Plata. Pour ce faire, il obtint un sauf conduit permettant à son équipe de circuler sur le front. Javier López, le photographe et son assistant Esteban García partirent ainsi photographier des scènes du théâtre des opérations, à plusieurs reprises au cours du conflit. Dans l’album Guarani, Pierre Duprat accompagne sur les lignes de la Triple Alliance ces deux personnages à l’origine de « la collection photographique la plus importante » de cette tragédie3.

  • 4 Martín T. McMahon à William H. Seward, secrétaire d’État, Légation des États-Unis, Piribebuy, 31 ja (...)

3Dès lors, Duprat plonge dans l’enfer paraguayen. Il le découvre dans la phase finale du conflit. La Triple Alliance a envahi le pays. Les forces paraguayennes tentent d’organiser la résistance en mobilisant les ultimes ressources et en se repliant dans la cordillère centrale, puis fuient dans la forêt vers le nord-est. Duprat assiste impuissant à ces moments de grandes violences. Celles perpétrées par les armées de la Triple Alliance lors du sac d’Asunción. Il tombe aussi écœuré sur des charniers, témoins des massacres commis sur ordre du chef du Paraguay contre ses opposants. Il assiste au recrutement forcé des garçonnets paraguayens dans les villages, grimés par les adultes pour impressionner l’adversaire lors des dernières batailles. En effet, à la fin de la guerre les forces paraguayennes sont une armée d’enfants soldats composée pour plus de la moitié de garçons âgés de moins de quatorze ans. Martin McMahon, le représentant des États-Unis qui maintenait encore une ambassade auprès du chef du Paraguay, rapportait dans une dépêche datée du 31 janvier 1869 : « j’ai le regret de dire que plus de la moitié de l’armée paraguayenne était composée d’enfants âgés de dix à quatorze ans. Ces circonstances firent que la bataille du 21 [décembre, à Lomas Valentinas] et les jours qui suivirent furent particulièrement horribles et décourageants. Ces petits, nus dans la majorité des cas, rentrèrent en se traînant, la plupart étant brisés, défaits selon toutes les formes imaginables. Il semblait qu’il n’y avait pas de place pour eux où aller, et ils marchaient tout seuls vers le quartier général sans pleurs ni gémissements. Je ne peux concevoir rien de plus horrible que ce massacre d’innocents par des hommes adultes en uniforme, équipés avec tout le matériel mortel des guerres modernes, je mentionne ceci ici précisément parce que je l’ai vu, parce qu’il me semble que cela justifiera l’intervention immédiate des nations civilisées en vue de mettre un terme à la guerre »4. La bataille d’Acosta Ñu, le 16 août 1869, au cours de laquelle Duprat décide de s’interposer pour tenter de sauver quelques enfants, opposa environ 20 000 soldats alliés à 6000 hommes paraguayens, dont la moitié était âgée de moins de quatorze ans.

  • 5 Luc Capdevila, Una guerra total: Paraguay, 1864-1870. Ensayo de historia del tiempo presente, Bueno (...)
  • 6 Louis Forgues, « Le Paraguay. Fragments de journal et de correspondances, 1872-1873 », Le Tour du M (...)

4Jusqu’à la fin du conflit le pouvoir paraguayen refusa d’armer les femmes, alors qu’il organisa le recrutement absolu des hommes en puisant dans toutes les couches de la société, en récupérant le maximum de blessés voire de mutilés après les batailles et en drainant toutes les classes d’âge, abaissant progressivement l’âge de conscription à dix ans. En mars 1870, la guerre terminée, 80 % des hommes âgés de plus de dix ans avait disparu. Le Paraguay a perdu au total près de 60 % de sa population d’avant-guerre5. Fin 1869 Duprat circule désormais dans un pays dévasté, où il ne croise plus que des femmes, quelques rares vieillards et des enfants en bas âge, comme Louis Forgues le fit en 1872 ̶ agent de commerce dans une société de Buenos Aires, il était venu recouvrer une créance à Asunción 6.

  • 7 Voir la reproduction dans Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la memoria. op. cit., p. 58.

5Tout au long du récit, Duprat n’a de cesse de se convaincre que cette guerre n’est pas la sienne. Pourtant, au fil de l’événement, il est amené à s’impliquer. Non pour prendre parti, en épousant une cause comme le fait Esteban García solidaire des Paraguayens. Mais en agissant contre la folie des hommes, en s’interposant face à la barbarie. Progressivement, en suivant l’exemple d’Esteban García, il réalise en quoi la photographie peut être aussi un acte de mémoire, permet de rendre dicible l’expérience indicible de la guerre, de rendre visible l’irreprésentable. C’est ce qu’il entreprend de faire en ramenant à Montevideo quelques clichés du champ de bataille qu’il restitue à l’établissement Bate & Cía, notamment celui d’un tas de cadavres paraguayens (1866)7 attribué à Esteban García dans l’album. Mais il n’a pu sauver de la censure brésilienne les photographies qu’il avait prises du sacrifice des enfants de la bataille d’Acosta Ñu. « Seules quelques photos ont échappé à la saisie. Les plus importantes ont fini brûlées avec les petits corps qu’elles représentaient » songe Duprat sur le retour.

  • 8 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution. L’Algérie, la Répub (...)

6Diego Agrimbau et Gabriel Ippólito ont su les faire revivre dans cet album sobre et lumineux, immergeant brillamment le lecteur dans une guerre « sans exemple dans le monde », selon la formule de Norbert Truquin, immigrant au Paraguay dix ans après8.

Haut de page

Notes

1 Tobler Lopacher, Un suizo en la guerra del Paraguay, Asunción, Centenario, 1969.

2 Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la memoria. Imágenes y hombres de la guerra del Paraguay, Buenos Aires, Planeta, 2000.

3 Sebastián Díaz-Duhalde, La última guerra. Cultura visual de la guerra contra Paraguay, Buenos Aires, Sans Soleil, 2015.

4 Martín T. McMahon à William H. Seward, secrétaire d’État, Légation des États-Unis, Piribebuy, 31 janvier 1869, In Arthur H. Davis, Martín T. McMahon, Diplomático en el estridor de las armas, Asunción, Imp. Militar, 1985, p. 169.

5 Luc Capdevila, Una guerra total: Paraguay, 1864-1870. Ensayo de historia del tiempo presente, Buenos Aires/Asunción, SB/CEADUC, 2010.

6 Louis Forgues, « Le Paraguay. Fragments de journal et de correspondances, 1872-1873 », Le Tour du Monde, n°701, Paris, juin 1874.

7 Voir la reproduction dans Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la memoria. op. cit., p. 58.

8 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution. L’Algérie, la République et le Paraguay, Paris, François Maspero, 1977 p. 252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Diego Agrimbau, Gabriel Ippóliti, Guarani. Les enfants soldats du Paraguay », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/74114

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page