Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2018Sévane Garibian (dir.), La mort d...

2018

Sévane Garibian (dir.), La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse.

Paris, Édition Pétra, 2016, 295 p., collection « Les cadavres dans les génocides et les violences de masse »
Dorothée Delacroix
Référence(s) :

Sévane Garibian (dir.), La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse, Paris, Édition Pétra, 2016, 295 p., collection « Les cadavres dans les génocides et les violences de masse ».

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage est paru simultanément en espagnol sous le titre La muerte del verdugo. Reflexiones int (...)

1Si les massacres et les génocides des XXe et XXIe siècles ont principalement été étudiés à travers leurs mises en mémoire, leur traitement judiciaire et la monumentalité publique, les principaux produits matériels de ces violences extrêmes que sont les cadavres ont, eux, été l’objet de plus rares études. Plus encore, le sort réservé au corps de l’ancien tyran, ou responsable de crime de masse, est souvent éludé au profit de questions centrées sur la reconstruction du pays, sa stabilité politique, sa pacification et la reconnaissance des victimes. Pourtant, sa (mise à) mort marque la fin d’un règne fait de crimes qui, extraordinaires par leur ampleur, dépassent et détruisent tout ordre légal comme l’a souligné Hannah Arendt au sujet de Göring. En effet, comment punir l’auteur ou le commanditaire de crimes de masse à la hauteur des dommages qu’il a causés ? Comment se construit la légitimité de la violence déployée à son égard ? Que révèle le sort ultime réservé au tyran de la situation politique et sociale du pays où il a commis ses atrocités et de la position de ses anciens opposants ? Mais encore, que nous apprennent les hommages posthumes susceptibles de lui être rendus ? C’est à ces questions que s’intéresse l’ouvrage dirigé par Sévane Garibian1. Il constitue le troisième volume de la collection « Les cadavres dans les génocides et les violences de masse » que dirigent Élisabeth Anstett et Jean-Marc Dreyfus au sein des éditions Pétra, faisant le choix de replacer le cadavre au centre de l’analyse de la postérité des violences extrêmes.

2Sous la houlette d’une juriste spécialiste de la justice pénale internationale, l’ambition de ce livre est de questionner les multiples significations que recouvre « la fin des bourreaux autant que le sort réservé à leurs restes » (p. 27) en plaçant au cœur de la réflexion les modalités de leur (mise à) mort, le devenir de leur corps et la patrimonialisation qui les entoure ou non. Cet angle peu étudié du traitement des cadavres des responsables de crimes de masse est exploré à travers dix études de cas puisées en Asie, Europe, Amérique latine et Afrique. À partir de leur discipline respective (essentiellement le droit et l’histoire, mais aussi la littérature, la psychologie et l’anthropologie), les auteurs rassemblés dans cet ouvrage analysent les discours et les gestes qui ont entouré les dernières heures des auteurs ou commanditaires de crimes de masse contemporains. « Tabou dans le tabou » (p. 25), la destinée de ces corps « ni banals, ni aléatoires » (p. 27) est analysée à travers les différentes modalités de décès (mort naturelle, mise à mort judiciaire ou exécution extra-judiciaire) et leurs implications concrètes (mort-échappatoire, mort-sentence, mort-vengeance) dans les contextes qui leur sont propres.

3Les qualités de cet ouvrage sont multiples. Par-delà la pluridisciplinarité de leurs approches, les auteurs sont parvenus à poursuivre un questionnement commun, centré sur le corps mort du bourreau, qui permet de comprendre un des aspects inhérents à la chute des régimes autoritaires ou dictatoriaux et des élaborations mémorielles qui s’en suivent. Le tour de force de ce livre réside dans l’unité intellectuelle qui s’en dégage. Tout en offrant un panorama de situations inévitablement hétérogènes, cet ouvrage suggère plusieurs clés d’analyse transversales (rôle des images, publicité de l’événement, outrage ou glorification du corps, inscription dans un calendrier spécifique, refondation du politique, etc.). La plupart des cas présentés ont été très médiatisés sur le moment, mais l’événement de la mort révolu, ils ont fait l’objet de relativement peu d’analyses scientifiques. De la mort naturelle de Bokassa qui survient trois ans après sa remise en liberté, au lynchage du colonel Kadhafi en 2011, en passant par la mort suspecte de Slobodan Milosevic ou encore par l’assassinat de Ben Laden, ce livre rend compte des enjeux brûlants qui entourent ces décès tout en évitant l’écueil du sensationnalisme ou de la curiosité morbide à l’égard de ceux qui ont marqué d’une empreinte indélébile et délétère l’histoire de leur pays. D’un point de vue plus théorique, la préface d’Antoine Garapon, l’introduction de Sévane Garibian et le prologue d’Élodie Tranchez (qui questionne les conditions de coexistence entre le tyrannicide et le droit international) introduisent de façon complémentaire les multiples enjeux juridiques, politiques et moraux qui entourent la fin de vie des bourreaux et le traitement de leur dépouille. Le livre est structuré en trois parties. La première revient sur les différentes affaires de mort naturelle qui sont aussi des « morts suspectes ». La deuxième s’interroge sur les mises à mort judiciaires et la troisième sur les exécutions extrajudiciaires.

4Dès la préface, qui met en regard la toute-puissance du tyran et la destinée, parfois misérable, réservée à son corps mort, la question de « ne pas s’abaisser aux pratiques que l’on veut conjurer » est posée (p. 16). L’analyse du droit à punir, dans sa dimension problématique ou salutaire, sous-tend une partie des articles. Il s’agit de montrer combien les enjeux et les expectatives qui entourent la mort du criminel de masse sont complexes et à la hauteur du « temps incalculable de l’éternité » de son pouvoir comme le souligne l’exergue de l’introduction, issue de l’œuvre de Gabriel García Márquez. L’article de Ana Arzoumanian pose cette question en montrant les choix faits dans l’exécution et la « dramaturgie de l’enterrement » (p. 183) de Saddam Hussein. Après avoir détaillé le processus de création du haut tribunal pénal irakien et les critiques pour irrégularités qu’il a affrontées, l’auteure interroge la portée et les limites de la mise en scène de l’exécution de Saddam Hussein. La volonté américaine d’animaliser cette mise à mort en la faisant coïncider avec l’Aïd el-Kébir (et l’égorgement du mouton qu’implique cette fête religieuse) aurait échoué car, précisément, le sang n’a pas coulé. Le moyen de mise à mort (par pendaison) est par ailleurs analysé par l’auteure comme une forme de féminisation de l’ancien dirigeant de l’Irak. Contrairement aux « hommes [qui] meurent à la guerre en accomplissant l’idéal de civisme, les femmes meurent sans bruit ni sang » (p. 196), soit loin de la mort épique. Dans la dramaturgie grecque, explique Arzoumanian, c’est d’ailleurs la corde au cou qui leur est réservée. De manière plus convaincante, on comprend avec le texte de Nicolas Patin que la mort par pendaison des dignitaires nazis après la Seconde Guerre Mondiale relève d’une « certaine volonté d’avilir » (p. 168). Bien que ce moyen d’exécution soit courant à cette époque, c’est le peloton d’exécution qui est traditionnellement réservé aux militaires. Or, à la suite du verdict final du Tribunal de Nuremberg, onze des vingt-quatre accusés furent pendus. Parmi eux, Hermann Göring déposa un recours pour être fusillé, lequel fut refusé. Il s’empoisonna avant le jour de l’exécution (16 octobre 1946) et s’évita ainsi le déshonneur de ne pas mourir en soldat.

5Au fil des textes, on comprend à quel point ces morts s’inscrivent dans un temps long et dans un espace particulier. Le choix des dates et/ou des lieux de (mise à) mort est porteur de significations qu’analysent bien les auteurs. Avec eux, on comprend que le choix d’inhumer dans l’anonymat, par exemple les dignitaires nazis jugés à Nuremberg ou encore Ben Laden et Khadafi, vise à éviter que leurs sépultures ne deviennent des lieux de pèlerinage pour leurs sympathisants non repentis. Ben Laden fut immergé en plein mer par l’armée américaine, tandis que Khadafi fut enterré aux côtés de son fils dans un endroit tenu secret du désert libyen. Mais cette volonté de ne pas fournir de lieu à de potentiels hommages posthumes génère à son tour des rumeurs qui rejoignent la question fondamentale de « rendre la pareille » au bourreau. Il en va ainsi des versions qui évoquent l’incinération des dignitaires nazi dans les fours crématoires de Dachau.

6L’expression d’une vengeance légitime à l’encontre du criminel de masse fermerait-elle symboliquement un cycle ? Quelle logique organise son exécution extra-judiciaire et quelle est sa portée en termes juridiques, politiques et sociaux ? Frédéric Mégret, Muriel Montagut et Didier Musiedlak apportent des réponses très éclairantes à ces questions. Le premier analyse la place qu’occupe la traque et l’assassinat de Ben Laden dans la lutte antiterroriste menée par les États-Unis et les instruments juridiques qui la sous-tendent, non sans tensions et paradoxes. En effet, comment tuer légitimement « dans un système juridique international traditionnellement tourné vers la régulation de la violence entre États » (p. 250) ? L’auteur montre que celui qui « veut et doit tuer » (p. 251) se choisit un paradigme qui autorise son action plus qu’il ne raisonne et agit dans un cadre consensuel d’application du droit. Du reste, la normalisation de l’exception tend à devenir un trait caractéristique de la lutte contre le terrorisme qui, en définitive, ne résiste ni au droit à la guerre (tant il est difficile de concéder le statut de « conflit armé » aux affrontements discontinus et sporadiques depuis le 11 septembre), ni au droit international (puisque la souveraineté d’autres États, comme le Pakistan, a été ignorée), ni au droit constitutionnel (étant donné l’usage continu de la force par la présidence américaine), ni aux droits de l’homme (le recours au waterboarding ou torture par l’eau ayant été attesté). En juriste, Mégret donne les clés d’analyse permettant de comprendre pourquoi l’action américaine dirigée contre Ben Laden au Pakistan a opéré « au crépuscule du droit » (p. 260) tout en s’appuyant sur une construction rhétorique du terroriste comme « ennemi de l’humanité » au creuset de généalogies plus anciennes de la monstruosité et des campagnes contre la piraterie, doublées d’un discours d’orientalisation.

7Après l’assassinat de Ben Laden, la liesse manifestée dans les rues par une partie de la population américaine témoigne de « l’engouement pour la mort du terroriste » (p. 269), donné pour un être à éradiquer « presque biologiquement » (p. 270) et de la réaffirmation d’une société qui voit l’insulte faite à sa souveraineté nationale corrigée et la centralité du pouvoir de l’État ainsi rétablie. Une même logique de refondation de la société et de renvoi hors du champ de l’humanité de celui qui est perçu comme un ennemi à anéantir est perceptible dans le cas du lynchage de Mouammar Kadhafi. Ce lynchage a implicitement été reconnu par les représentants politiques internationaux comme une violence légitime d’un peuple, du moins comme un acte inévitable signant la fin d’un régime autocratique long de quarante-deux ans. Or ce discours de la fureur vengeresse d’une foule opprimée a non seulement amoindri la gravité des actes de torture, mais il a également contribué à une mise à distance du rôle joué par la communauté internationale dans la mort de l’ancien dirigeant libyen.

8De manière générale, les auteurs montrent que l’acharnement sur le corps du bourreau vise à annihiler les qualités de démiurge qui lui ont été prêtées de son vivant. Faire tomber dans la disgrâce et avilir l’homme puissant ou le monarque déchu, participe en effet d’une entreprise de désacralisation. L’exposition du corps de Mussolini à la foule sur la place Loreto à Milan, le 29 avril 1945, en est un clair exemple qu’analyse Didier Musiedlak. Là encore, le lieu choisi n’est pas anodin. Il a partie liée avec l’histoire du fascisme italien puisque sur cette place furent exposés les corps des quinze personnes, supposément « communistes et terroristes », assassinées en représailles d’un attentat perpétré à proximité du siège de la Wehrmacht en août 1944. Démontrant au peuple italien « qu’il existait également une justice partisane » (p. 237), l’exposition des dépouilles de Mussolini, de sa maîtresse et de son frère, ainsi que celles de quinze fascistes exécutés sur le lieu où avait été arrêté le duce en fuite, visait à conjurer l’histoire récente et à la clore pour redonner « une nouvelle légitimité au pays » (p. 236). Mais, martyriser le corps du bourreau ne ferait-il pas courir le risque de le rendre martyr ? Outragé publiquement, le corps de Mussolini n’en a pas moins été objet de fantasmes au cours de son destin posthume. Volé, caché, puis restitué à la veuve, il a résolument « encombré la mémoire du peuple italien » (p. 233). Pour Musiedlak, « l’absence de récit cohérent et crédible sur les conditions de l’exécution a eu pour effet de réactiver le mythe de Mussolini » (p. 234). De façon générale, la question l’entretien du souvenir des figures de bourreaux est un enjeu crucial.

9Anne Yvonne Guillou, au sujet de Pol Pot, et Karine Ramondy, à propos de Bokassa et Idi Amin, évoquent l’ambiguïté des représentations populaires contemporaines de ces dirigeants militaires. À la lumière des faits historiques, de la mémoire symbolique des lieux et des constructions mythologiques, ces auteures montrent comment est entretenu, plus ou moins discrètement, le souvenir de leur puissance sans qu’il ne soit nécessairement adossé à une admiration ou à une tentative de réhabilitation de leur personne. En l’occurrence, les attitudes ambivalentes des populations locales à l’égard des criminels de masse obligent à remettre en question une interprétation européo-centrée de la notion même de bourreau, comme le fait Karine Ramondy.

10La contribution de Sévane Garibian analyse avec force et détails, les enjeux autour du procès de Tehlirian, l’assassin de Talat Pacha, en les mettant en rapport avec l’émergence du concept de génocide. Alors que l’acquittement du responsable de l’homicide vaut condamnation morale d’un des responsables du génocide arménien, le procès marque « la victoire de l’histoire des vaincus » (p. 209) et devient le lieu d’une « expérimentation historiographique » (Ginzburg, cité par Garibian, p. 218). Opérant un insolite retournement de situation qui conduit à placer au cœur du procès la question du juge face à l’Histoire, le « jugement pénal de l’accusé [se transforme] en [un] jugement politique de la victime » (p. 218). Si Tehlirian, est jugé innocent, et implicitement considéré comme une victime du génocide arménien, c’est en creux Talat Pacha qui est jugé trop coupable de son sort ultime étant donné sa responsabilité dans ce génocide. Ce procès qui se déroule dans l’Allemagne des années 1920, fait d’autant plus figure d’exception que les crimes de l’Empire ottoman seront amnistiés et que le génocide arménien continue d’être fermement nié par Ankara. Alors que la cour d’assise de Berlin a, d’une certaine manière, reconnu par procuration les actions criminelles de Talat Pacha, le Tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie a vu son entreprise ruinée, presque un siècle plus tard, par la mort de Slobodan Milosevic qui sonne le glas d’une procédure judiciaire longue de quatre ans.

11La mort suspecte de Milosevic, analysée par Florence Hartman, est une mort échappatoire. De la même manière que le président de la république de Serbie (puis de la République fédérale Yougoslave à partir de 1997) s’est dérobé à l’accusation durant les 1 800 heures d’audience, « avec son décès, il se dérobe au jugement » (p. 141). La mort qu’il s’est probablement infligé par automédicamentation vient mettre en suspens sa responsabilité dans le génocide en Bosnie et les crimes contre l’humanité perpétrés en Bosnie, Croatie et Kosovo. Son décès ne constitue pas seulement une entrave irréversible à la connaissance historique des faits et à la reconnaissance légale des victimes, il est aussi utilisé par une partie de la famille de Slobodan Milosevic et de ses sympathisants pour mettre en accusation le TPIY dans sa capacité à protéger les accusés et, au-delà, pour crier au complot international contre la cause nationale serbe. Plutôt que d’être très prochainement « privé de la tribune politique et médiatique que lui offrait, depuis quatre ans, la salle d’audience du TPIY » (p. 140) Milosevic se construit un avenir posthume avec ce décès survenu à quarante heures de la fin de son procès et tente de ridiculiser la justice pénale internationale qui était en train d’inculper le premier chef d’État pour crimes de masse.

12Les longueurs de l’instruction et les difficultés de la justice pénale nationale en matière de lutte contre la torture, la disparition forcée et la corruption sont abordées par Rosa Ana Alija Fernández à travers deux cas emblématiques analysés en miroir. En Espagne, Franco meurt au pouvoir, entouré de lois d’amnistie et de tous les honneurs de l’État. En contraste, Pinochet, décède certes lui aussi de mort naturelle et dans l’impunité, mais inquiété par la justice. Le sort de sa dépouille est distinct : les honneurs sont strictement militaires, aucun deuil national n’est prononcé et la construction d’un monument à sa mémoire est empêchée. L’État ayant refusé d’assumer la charge de sa sépulture, elle appartient à la sphère familiale et s’avère donc le support d’une mémoire avant tout privée. Le changement d’époque révèle-t-il un changement de paradigme à l’égard des anciens dictateurs ? Il est en tout cas clair que « [p]rendre des mesures pour que le bourreau n’ait pas de place dans la vie démocratique est la seule manière d’éviter que l’impunité accompagne sa dépouille pour l’éternité » (p. 129). À l’heure où la postérité de la sépulture de Franco a été remise en question par un décret présidentiel en juin 2018, la conclusion de Alija Fernández est brûlante d’actualité et pose un regard lucide au-delà des cas étudiés. Au Pérou, on pense notamment au cas d’Alberto Fujimori. Avec son procès (2007-2009), Fujimori est le premier chef d'État latino-américain démocratiquement élu à être reconnu coupable de graves violations des droits de l’Homme par un Tribunal de son pays et à être condamné à 25 ans de prison, la peine maximale autorisée par la loi péruvienne. Pour autant, les récentes tribulations judiciaires montrent que son devenir reste un enjeu historique et politique disputé et mouvant. La grâce présidentielle qui lui a été accordée le 24 décembre 2017 a ainsi été annulée le 4 octobre 2018. Sa (brève) sortie de prison témoigne du poids d’une « mémoire salvatrice » qui héroïse les forces armées et celui qui en a été le commandant suprême, à l’issue d’un conflit armé duquel l’État est sorti vainqueur de la guérilla. Mais elle montre aussi, justement par sa brièveté et les intenses mobilisations sociales qui l’ont également entourées, une réelle ambition de lutte contre l’impunité de la part de la justice péruvienne au sortir de deux décennies de conflit fratricide. Le corps – en vie cette fois – du commanditaire d’exécutions extra-judiciaires cristallise ainsi les ambiguïtés d’une vie démocratique en reconstruction.

13Ce livre, à la lecture hautement recommandable, nous montre que les corps des criminels de masse et leur caractère embarrassant, mettent en abîme l’intelligibilité de la postérité des violences extrêmes et l’incommodité même que sa gestion suscite par-delà leur mort.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage est paru simultanément en espagnol sous le titre La muerte del verdugo. Reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa, Buenos Aires, Miño y Dávila Editores, 2016, 267p. [préface de Juan Ernesto Méndez].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothée Delacroix, « Sévane Garibian (dir.), La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/74196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.74196

Haut de page

Auteur

Dorothée Delacroix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search