Navigation – Plan du site
Débats | 2018
Gouverner l’empire - Expériences françaises et ibériques aux Amériques (XVIe-XIXe siècle) – Coord. Yann Lignereux et Clément Thibaud
Céline Melisson

Jean-Baptiste Patoulet, un administrateur au service de l’empire français

Jean-Baptiste Patoulet, a administrator in the service of the french empire
[10/12/2018]

Résumés

Jean-Baptiste Patoulet est l’un des premiers administrateurs colonial. Il est envoyé par le roi lors de la naissance de l’empire français d’Amérique et il en devient le deuxième intendant, alors que les structures coloniales se formalisent. Son profil montre les particularités des missions qui incombent aux officiers de plume, serviteurs d’un état qui se développe grâce au commerce colonial. Sa formation est interne au département de la marine. L’administration coloniale naissante s’apparente rapidement à un service dans lequel les officiers sont fidèlement reliés à leur supérieur et à travers lui, au ministre Colbert qui depuis la métropole encadre le fonctionnement de l’état colonial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anom, sous-série C11A, registre 2, 09 mars 1673, Lettre de Jean Talon au ministre.
  • 2 Sarmant Thierry et Mathieu Stoll, Régner et gouverner. Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin, 2 (...)

1Le nom de Jean-Baptiste Patoulet est souvent associé à l’arsenal de Dunkerque, dont il fut l’intendant, et au corsaire Jean Bart. En revanche, sa carrière coloniale et ses emplois, exercés dans différents territoires de l’empire français, demeurent beaucoup moins bien connus. Un document daté de sa jeunesse et conservé aux archives du Canada peut susciter pourtant notre curiosité à l’égard de la trajectoire de ce personnage. Revenu en France après quelques mois comme secrétaire de l’intendant de la Nouvelle-France, Jean-Batiste Patoulet demande en 1673 à y retourner : “M. Patoulet cy devant mon secrétaire me tesmoigne grande disposition a passer en Canada avec sa famille pour s’y habituer et pour y travailler sur vos ordres a l’augmentation de la colonie1”, explique Jean Talon au ministre Colbert, en 1673. Jean-Baptiste Patoulet est alors employé à l’arsenal de Rochefort et il a officiellement intégré le corps de la plume, c’est-à-dire l’administration civile de la marine. Entre ce jeune officier réclamant son passage au Canada et l’intendant d’un des arsenaux les plus exposés à la menace anglaise, plusieurs années ont alors fait de Jean-Baptiste Patoulet, un des administrateurs les plus intéressants de ce premier temps de l’empire français. Il est intéressant parce qu’il devient agent du roi dans une colonie particulière, dont l’administration est en pleine mutation. Cette colonie est aussi en pleine expansion : la Nouvelle-France s’étend des rivages atlantiques à l’est à la baie d’Hudson au nord et les autres frontières évoluent au gré des explorations. Jean-Baptiste Patoulet est aussi intéressant parce qu’il devient agent du roi à une période qui offre de multiples perspectives de carrière. La double question que pose cet itinéraire individuel est donc de savoir en quoi la figure de Jean-Baptiste Patoulet permet de saisir les débuts de l’impérialisme colonial, et en quoi une enquête autour d’un tel administrateur contribue à déterminer les caractéristiques d’un cadre institutionnel. S’il est vrai, comme l’expliquent T. Sarmant et M. Stoll, que l’étude d’une administration emprunte plusieurs voies – « la plus courante suit les branches de l’organigramme (…). Une autre méthode consiste à considérer les hommes2 » – nous pourrons constater combien la carrière de Jean-Baptiste Patoulet nous renseigne sur l’organisation de l’empire français d’Amérique et qu’elle contribue à définir les missions d’un administrateur au service de l’empire. Plus encore que ces missions, nous verrons que ce sont les réseaux de cet officier de plume qui illustrent les liens entre les colonies et la métropole.

Une carrière au sein du gouvernement impérial

2La carrière de Jean-Baptiste Patoulet permet de saisir les débuts de l’impérialisme colonial, et ce territoire immense va peu à peu se structurer par le seul gouvernement colonial d’Amérique. Son passage en France montre l’importance de Rochefort dans la constitution progressive d’un corps organisé et fait apparaître le lien entre l’arsenal de Rochefort et les colonies. Enfin, la nomination de Jean-Baptiste Patoulet à la tête de la deuxième intendance coloniale consolide l’organisation administrative coloniale.

  • 3 Nous ne reviendrons pas dans cet article sur les nombreuses oppositions entre les intendants et les (...)
  • 4 Anom, sous série C11A, registre 3, lettre du 31 octobre 1671. Talon écrit: « Il y aura sept ans au (...)

3Trois ans avant que Colbert ne reprenne officiellement le ministère de la marine, l’intendance de Nouvelle-France ne comprend aucun gradé de la plume. Le roi a rétrocédé la Nouvelle-France au domaine royal, en 1663 et le gouverneur, qui assurait seul « le bon ordre » dans la colonie voit alors ses pouvoirs se réduire3. Le pouvoir d’intendant donné à Jean Talon montre le réalisme de la Couronne4 : envoyer sur place un homme « sûr », appartenant au nouveau « vivier » d’intendants, offrant à la Couronne la possibilité de se pencher plus tard sur une formalisation de ce poste. L’emploi de Jean-Baptiste Patoulet suit la même voie : il n’est pas reconnu comme un officier de plume, il n’est ni garde-magasin, ni écrivain, ni commissaire. Dans les autres services de cette seule intendance, les fonctions administratives sont exercés par des agents de la compagnie des Indes occidentales : Le Barrois devient agent général de la Compagnie des Indes occidentales le 8 avril 1665 et René Robineau de Bécancour est nommé grand voyer en 1667. C’est d’ailleurs à la Compagnie que Jean-Baptiste Patoulet demande d’assumer les dépenses de rénovation des bâtiments de l’intendance. L’administration coloniale est alors embryonnaire et la densification de la structure administrative semble lente. Officiellement c’est la Compagnie qui en a la charge : à elle d’augmenter le personnel. En effet, elle choisit et nomme elle-même les officiers, gouverneurs et intendants ; le roi se réserve le droit de délivrer les commissions. Officieusement, les officiers du roi sont peu nombreux. Jean-Baptiste Patoulet doit fonctionner en bonne entente avec les agents de la Compagnie avant que ne soit nommé le deuxième officier de plume du Canada, un garde-magasin, placé à Québec en 1680. A cette date la compagnie des Indes Occidentales a été dissoute et Jean-Baptiste Patoulet est en poste dans les Antilles.

  • 5 Anom sous-série B, registre 1, 1 mai 1663, folio 91, Instructions pour le sieur Gaudais Dupont s’en (...)
  • 6 La première mission de Patoulet est plutôt stratégique, puisqu’il s’agit trouver les moyens d’établ (...)

4Mais ce n’est pas parce que cette administration est numériquement réduite qu’elle n’est pas efficace. Elle est bien informée. Peu avant la rétrocession de la colonie à la Couronne, plusieurs émissaires avaient envoyé leurs états des lieux. Le dernier en date, le commissaire Gaudais-Dupont décrit, en 1662, les habitants réunis dans les trois bourgs, leur « commerce, ainsi que la justice pratiquée dans la colonie, la religion et les finances »5. Les instructions de Jean Talon donnent un aperçu de la colonie et elles ont intégré les descriptions faites par les envoyés précédents. Par conséquent, son secrétaire a du être avisé des éventuelles difficultés avant d’arriver. Cette structure administrative naissante est aussi pragmatique et Patoulet peut notamment compter sur un ancien soldat de Carignan, Philippe Gauthier de Comporté, pour exercer les fonctions de commis dans les bureaux de l’intendance sans attendre l’arrivée d’officiers venus de métropole. Elle est flexible car la correspondance du secrétaire montre sa mobilité. Il est impossible d’affirmer que les deux ordonnances qu’il signe sur les habitations de Montréal, et la construction d’un pont sur la rivière Saint-Pierre, soient rendues après des observations sur place mais ce n’est pas le cas pour sa mission en Acadie, en 1671. Il fait un tableau exhaustif de ce territoire : des habitants, aux bestiaux en passant par le commerce des acadiens avec les bostoniens6. Selon Talon, il n’y a pas d’officier dans la colonie et le sieur Randin, négociant est le seul qui possède une barque. Dans les faits, son emploi de secrétaire est tout sauf « anecdotique » car il assure des fonctions très diverses et la correspondance officielle donne bien la mesure de ce rouage de la structure administrative coloniale. Il est d’autant plus important qu’il pallie les absences de l’intendant, gère les affaires courantes et rend compte au roi des évènements ainsi que des décisions prises par le gouverneur.

  • 7 Les deux hommes sont en contact dès 1671, puisque Colbert de Terron fait passer les demandes de Pat (...)
  • 8 Comme le rappelle Michel Vergé-Franceschi, « la plume est un terme générique qui définit toute l’ad (...)

5La nomination de Jean-Baptiste Patoulet à l’arsenal de Rochefort n’a rien d’anodin et témoigne du fonctionnement de cet empire. La continuité entre la métropole et les colonies est accomplie par l’arsenal : sur le plan matériel, comme sur le plan éducationnel. L’intendant Colbert de Terron prépare le passage du régiment de Carignan-Salières vers le Canada, il organise l’envoi des armes, munitions et farines. L’arsenal accompagne matériellement la croissance des colonies et en devient le magasin. Jean-Baptiste Patoulet est confronté à des difficultés « inverses » : réceptionner les marchandises envoyées depuis les colonies, gérer la construction des navires à partir du bois du Canada. Grâce à ses liens quotidiens avec des navires venus des colonies, il est régulièrement informé des évènements d’Amérique. Le lien entre Rochefort et les colonies est aussi didactique et ce n’est pas un hasard si Patoulet est envoyé en formation dans cet arsenal entre 1672 et 1673. Le contrôle opéré par Colbert de Terron est un moyen pour le ministre de valider les services de Patoulet et de mesurer ses compétences7 : il gère des hommes ainsi que des approvisionnements. Le quotidien de l’arsenal de Rochefort renforce la structure impériale en faisant de son personnel des officiers de marine supplétifs aux colonies : ils sont capables de résister aux miasmes ramenés par les navires et ils sont aussi capable « d’entendre », de gérer les difficultés inhérentes aux fonctions d’officiers de plume8. L’arsenal de Rochefort est bien plus qu’un magasin, qu’une « industrie navale » du XVIIe siècle, ou qu’une structure formative, il est conçu comme l’articulation de deux échelles : impériale et locale en plus d’une charnière qui relie la marine et les colonies. Si la « machine administrative » fonctionne de manière rectiligne entre la métropole et les colonies, Rochefort en est la seule étape.

  • 9 En 1664, de Tracy réclame un administrateur civil aux îles et Colbert de lui répondre qu’il cherche (...)
  • 10 Anom, sous-série B, registre 2, 19 février 1670, lettre et ordre du roi à de Baas. Le roi explique (...)
  • 11 Petitjean Roget Jacques et Eugène Bruneau-Latouche, Personnes et familles à la Martinique au XVIIe (...)

6La carrière de Jean-Baptiste Patoulet montre aussi les étapes dans la structuration de l’administration. L’empire français d’Amérique est réduit : jusqu’en 1679, seule la Nouvelle-France existe. Les administrateurs eux-mêmes sont conscients que l’immensité du territoire nuit à leur administration et ils réclament de nouveaux cadres9. En effet, géographiquement, un second ensemble existe, aussi différent du premier que peuvent l’être des îles et une région-continent. Pour contrôler la gestion de ces territoires, la Couronne s’appuie jusqu’aux années 1680 sur des visites-inspections. En 1670, Pallu et Pélissier sont choisis par les actionnaires de la compagnie des Indes Occidentales pour surveiller les intérêts de cette dernière. Ils sont approuvés par le roi qui écrit au gouverneur de Baas pour les faire reconnaître10. Là encore, le roi s’appuie sur le personnel de la Compagnie qu’il guide dans leurs fonctions, comme s’il s’agissait des siens. Patoulet aussi réalise un compte-rendu sur l’état de la Martinique, en faisant escale avec l’escadre du maréchal d’Estrées. Lorsqu’il arrive sur place, l’intendance des îles d’Amérique se réduit à deux hommes : un commissaire de marine envoyé en 1674, Gabriel Jolinet et Charles du Plessis, devenu garde-magasin à partir de 1676. La structure est embryonnaire, cependant le schéma administratif n’en est pas moins organisé : une seule intendance gère toutes les colonies, elle est coordonnée en théorie depuis Québec par un intendant de justice, police et des finances, tandis que le commissaire de marine Jolinet ainsi que le garde-magasin du Plessis gèrent le quotidien, dans les Antilles. Dans les faits, la correspondance officielle faite par Jolinet montre que ce dernier n’écrit qu’au ministre : rien ne passe par Québec, et encore moins par le gouverneur de Baas, lequel s’en plaint. Mais la situation change car la population a augmenté de moitié en dix ans et la compagnie des Indes occidentales est dissoute en 167411. Jean-Baptiste Patoulet devient cinq ans plus tard, l’intendant des îles d’Amérique. La structure administrative des deux intendances est sensiblement identique. Les deux intendants sont situés dans les gouvernements principaux : Québec et la Martinique, ils possèdent un garde-magasin placé sous leurs ordres et ce dernier gère le magasin le plus important de la colonie. Tandis qu’au Canada français, un commissaire s’installe dans la deuxième ville, Montréal ; en Martinique, il reste dans la même île que l’intendant. Arsenal de Rochefort

  • 12 Déjà dans les années 1670, il défend l’évêque de Québec et les Jésuites contre les accusations port (...)

7Jean-Baptiste Patoulet est nommé intendant de Dunkerque le premier juin 1683, son retour en métropole n’atténue pas l’importance de cet administrateur pour les colonies : il devient l’interlocuteur privilégié du roi sur les questions portant sur l’empire12. La structure impériale gagne alors une autre dimension, un « hinterland culturel », bâti à partir des expériences de son ancien personnel colonial.

Les missions d’un administrateur au service de l’empire français

  • 13 L’ouvrage de Jane Burbank et Frédéric Cooper, Empires, Paris, Payot, 2011, reste la meilleure synth (...)

8L’impérialisme est une notion qui peut être définie comme une domination d’un état sur un territoire : pour en exploiter les ressources, former un ensemble géographiquement vaste et permettre à la métropole d’exercer une influence économique, démographique pour servir des intérêts politiques13. Jean-Baptiste Patoulet reçoit durant sa carrière coloniale plusieurs missions qui illustrent cette domination. Son ascension professionnelle et sociale est ainsi la preuve d’un agent ayant rempli les exigences de son service.

  • 14 Sur les 95 officiers de plume qui ont posé le pied sur le continent américain entre 1669 et 1712, s (...)
  • 15 Anom, sous-série C7A, registre 3, 29 mai 1682, lettre du gouverneur Hinselin. « Blénac et Patoulet (...)

9Les territoires français d’Amérique possèdent des atouts commerciaux importants. Chacune de ces colonies a sa singularité, ses richesses, exploitables par la métropole et ce sont ces dernières que l’intendant doit déceler rapidement. Ces matières premières doivent enrichir la métropole, elles sont le point de départ d’une production variée offrant à la France une diversité de biens propices au développement du pays. Comme le mercantilisme interdit les sorties de métaux précieux, la France trouve dans ces matières premières un facteur de croissance économique et l’administrateur colonial est un homme qui possède des connaissances aussi variées que ne le nécessite la mise en place de ce fonctionnement. Peu d’officiers de plume ont connu plusieurs territoires coloniaux différents entre 1669 et 171214 : Patoulet en est l’un des principaux représentants. Il sait les particularités du Canada, de l’Acadie, ou des îles comme celles de la Martinique, de la Guadeloupe et des petites Antilles15.

  • 16 Anom, sous-série C11A, registre 2, 11 novembre 1669, lettre de Patoulet. Et Anom, sous-série C11A, (...)
  • 17 Anom, sous-série B, registre 9, 2 juin 1680, analyse d’une lettre du roi à Patoulet.
  • 18 Anom, sous-série C8A, registre 3, 13 juillet 1681, Extrait d'un mémoire du roi à Patoulet sur la qu (...)
  • 19 Archives diplomatiques de la Courneuve, Mémoires et Documents, France, 1992, fol. 149-195, mémoire (...)

10Dans sa correspondance canadienne, Patoulet montre sa capacité à informer le roi sur l’établissement de manufactures de lainages, sur les mesures prévues pour titrer du plomb et de l’étain du lac Champlain ou sur le commerce « du bois, des noix, pois et goudron »16. Lorsqu’il devient intendant des îles d’Amérique, la ressource est le sucre, ainsi que ses produits dérivés. Son but n’est plus seulement de promouvoir le commerce, mais aussi de prendre les mesures pour limiter le commerce étranger dans le respect de l’exclusif colonial tout en « prouvant par tous moyens une grande liberté du commerce17 ». Son expérience au Canada lui permet de travailler à l’augmentation du commerce intra-colonial, comme le souhaite la Couronne. Il propose avec Blénac d’échanger du sirop, de l’eau-de-vie de canne, du tabac contre du bœuf salé, du poisson, de la farine. Il fait aussi un mémoire au roi pour l’avertir des dangers d’autoriser seulement deux particuliers « de faire ce commerce à l’exclusion de tous les autres 18», même s’il voit des avantages à ouvrir la vente de ces eaux-de-vie, moins chères que celles de France. Il est un agent efficace à ce titre et continue à fournir son expertise, une fois en métropole. Il est ainsi envoyé en décembre 1685 pour transmettre des informations relatives au commerce des Espagnols aux Indes et à celui des négociants étrangers à Cadix19.

11Mais ce commerce n’est pas pérenne s’il n’y a pas assez d’habitants pour produire ou pour acheter les marchandises échangées entre la France et ses colonies. Patoulet doit mettre en pratique le principe selon lequel « il n’est de richesse ni de force que d’hommes » (Jean Bodin) et il est chargé de travailler à l’extension des colonies. L’accroissement des habitants est un des leviers envisagés par le ministre puisque, comme l’explique Colbert, il est hors de question de dépeupler la France.

  • 20 Pour Blénac, cette diminution tient à la « fainéantise » des peuples dans ces îles alors que Patoul (...)
  • 21 Anom, sous-série B, registre 9, 30 avril, 1681, mémoire du roi sur les affaires générales des îles (...)

12En tant qu’administrateur, Patoulet est soucieux de la quantité d’habitants qui s’installent dans les colonies. Au Canada, il est vigilant au développement des établissements en évitant que les populations essaiment dans des villages trop éloignés les uns des autres et il doit permettre le plus possible l’établissement des soldats. Dès son arrivée en Martinique, ses instructions rappellent les pertes dues à la guerre de Hollande et là encore, la sécurité des habitants est une priorité « pour fortifier les colonies » 20. Il reçoit par les lettres patentes de juin 1680, la possibilité de concéder des terres. Les migrations des envoyés et des filles du Roi font l’objet de compte-rendus lorsqu’il est secrétaire de l’intendant Talon et outre la quantité de colons, Patoulet doit s’intéresser à leur « qualité ». C’est la raison pour laquelle il demande plus de menuisiers au roi et suggère au ministre de filtrer les migrations vers le Canada en accordant le passage à des hommes jeunes, essentiellement. Dans les îles d’Amérique, il procède à la liste des juifs établis en Martinique en 1680 puis en 1683. Et il travaille, comme lui demande le roi sur une ordonnance traitant des esclaves. Patoulet amorce les premières lignes du Code Noir, achevé par Michel Bégon car « il n’y a dans ce royaume aucune ordonnance ou coutumes qui parlent des esclaves (…) Et d’autant plus que cette matière est nouvelle, et inconnue dans le royaume d’autant plus doit s’appliquer à bien la pénétrer21  ». Cette législation montre que les administrateurs coloniaux sont aussi importants dans la naissance du droit colonial.

  • 22 Anom, sous-série C 11A, registre 2, 05 avril 1666, lettres de Colbert à Talon.
  • 23 Anom, sous-série C8B, registre 1, 3 septembre 1682, Mémoire des titres et articles de l’ordonnance (...)

13Pour renforcer le peuplement et promouvoir le commerce, Colbert lui recommande de procurer la paix et le repos aux habitants des îles.22 Patoulet doit codifier, encadrer voire éliminer tout ce qui détourne ces populations de l’exploitation des terres ou de leur « ménage ». Ses instructions rappellent qu’il doit favoriser le gain des habitants mais surtout la facilité avec laquelle ils peuvent vendre. Le nombre de procès, exponentiel dans les colonies, est donc un frein à l’expansion des colonies. Patoulet s’emploie à élaborer des ordonnances lorsqu’il est secrétaire de l’intendant Talon, mais il n’a que peu d’influence sur leur rédaction : il ne peut que demander des ordres du roi, pour défendre la chasse aux volontaires par exemple. Ses fonctions d’intendant des colonies lui offrent l’occasion d’intervenir plus directement : il participe à l’élaboration de la structure législative en nommant les notaires, huissiers ou greffiers, il vérifie les arrêts rendus par les procureurs généraux en les centralisant tous pour les examiner attentivement. Mais il doit laisser l’entière liberté de la justice au conseil sans retarder ni modifier les arrêts rendus. Ce n’est pas à lui de faire des règlements de police non plus, puisque ce pouvoir appartient au conseil souverain. Dans ce cadre, il compare même la coutume de Paris aux usages dans les îles et expose au roi les raisons pour lesquelles l’ordonnance de 1667, ou le Code Louis, ne peuvent pas être observés dans ce contexte colonial23. Sa capacité à démontrer, titre par titre, la possibilité de leur exécution montre ses connaissances des textes législatifs et celles du contexte colonial antillais.

14La justice et les finances sont unies par un même but : elles doivent soutenir le développement des colonies.

  • 24 Anom, sous-série C8A, registre 3, 26 avril 1681, minute d’un mémoire du roi à Patoulet sur les affa (...)

15En effet, un administrateur au service de l’empire doit traquer les dépenses inconsidérées et gérer les finances coloniales de telle sorte, que ces territoires ne soient pas un poids pour le budget de la France. Il doit encourager et œuvrer pour que les colonies se suffisent rapidement à elles-mêmes. La première tâche est de gérer à l’économie les fonds envoyés par le roi : ces derniers servent au paiement de la solde des soldats, aux fortifications et autres charges du pays. La parcimonie est récompensée et Patoulet est félicité lorsqu’il obtient des « revenants-bons », autrement dit lorsque les dépenses ont été moins importantes que prévues24. La deuxième est d’avertir le roi de toutes les dépenses engagées et de faire endosser la plus grande partie des frais par les habitants ou les négociants. Dans ce cadre, Patoulet propose au roi de former une société de marchands pour l’exploitation des mines de fer déjà connues au Canada et il incite les habitants de Martinique à établir des entreprises comme des raffineries. Enfin la dernière est de créer de nouvelles recettes sans appauvrir les habitants ou les détourner des colonies françaises. Patoulet alerte d’ailleurs le roi sur les difficultés des habitants martiniquais à payer la capitation sur leurs esclaves et met en place l’impôt sur les cabarets ouverts ou à ouvrir, avant de repartir en France en 1683.

16Jean-Baptiste Patoulet a rempli des missions pour exploiter les richesses forestières de l’Acadie, pour renforcer le peuplement du Canada et lorsqu’il a été nommé intendant des îles d’Amérique, il a participé à l’élaboration d’un cadre législatif pour la colonie. Ces missions montrent qu’il a été un agent au service d’une idéologie impériale.

Les réseaux de Jean-Baptiste Patoulet

  • 25 Dans la dernière moitié du XVIIe siècle, le roi procède à deux anoblissements, celle de Gabriel Jol (...)

17Patoulet devient en quinze ans, le second officier civil le plus important de l’empire français d’Amérique. Polyvalent, pragmatique, son ascension semble la preuve d’une ouverture voulue par Louis XIV25 et de ses connaissances, démontrées par la place qu’il occupe à son retour en France. Elle repose aussi sur une formation et des réseaux qui sont tout autant de lignes de force, parcourant l’empire à cette époque.

18La précocité de la carrière de Patoulet, son ascension ainsi que sa longévité dans le service offrent un exemple archétypal de la formation offerte par la Couronne.

  • 26 En dehors de la navigation particulièrement longue et difficile pour y parvenir, le Canada a la rép (...)
  • 27 L’ordonnance de Louis XIV sur la scolarisation des enfants ne date que du 13 décembre 1698, tous le (...)
  • 28 Patoulet est le premier officier envoyé à Rochefort se former, mais il n’est pas le dernier car l’a (...)

19Il est impossible que le premier intendant des colonies, Jean Talon, ait pu recruter un secrétaire, uniquement pour sa loyauté ou sa fidélité car le nombre de dangers décrits par les contemporains souligne l’image d’un Canada hostile, une colonie difficile pour les officiers du roi26. De plus, Patoulet sait écrire, compter mais sa formation a dû aller bien au delà des écoles élémentaires27. Si le recrutement d’un bon secrétaire peut passer par différentes voies, la formation d’un administrateur colonial est interne au département de la marine. Elle est interne car Patoulet se forme au contact de Jean Talon. Les différentes tâches qu’il a exécutées composent ses expériences et cette formation acquise sur le terrain pousse Jean Talon à le recommander à son successeur. Elle est aussi interne car Patoulet poursuit son instruction dans le cadre de l’arsenal de Rochefort, auprès de Colbert de Terron puis de Muin28. Si les compétences sont toujours les mêmes que celles d’un secrétaire d’intendant, le cadre et les objectifs ont changé puisqu’il s’agit de produire des navires pour soutenir l’expansion des colonies. Avec son affectation au bureau des bois et des ancres, Patoulet reçoit une charge de contrôleur et le grade de commissaire ordinaire. Il devient un officier de plume, un appui fidèle pour la monarchie absolue et un expert dans la construction des bâtiments du roi. Maîtrisant le fonctionnement des colonies et du commerce, de la marine indispensable à ce commerce, Patoulet participe à une expédition en mer. Là encore la formation est interne puisqu’il embarque à bord de l’escadre du maréchal d’Estrées. Selon l’ordonnance de marine, il est chargé de l’inventaire, de la distribution, des états des vivres et doit aider l’escadre à remporter des victoires contre les Hollandais. Il n’a sous ses ordres que peu de supplétifs et le parallèle avec l’administration coloniale est alors évident.

  • 29 Le Mercure Galant, décembre 1706. Consulté en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6290100h/ (...)
  • 30 Levy-Valensi Joseph, La médecine et les médecins français au XVIIe siècle, J. Baillère et fils, 193 (...)
  • 31 Impossible de trouver trace de cette nomination, cependant L’histoire de la Compagnie des Indes ave (...)

20Le premier réseau, par ordre d’importance, est celui qui relie les membres d’une même famille, parfois élargie. Ce réseau œuvre pour que ses membres intègrent le service du roi car ces places constituent un emploi sûr qui apporte rangs, honneurs et préséance et qui, grâce à cette ascension sociale, rejaillissent sur toute une famille. Selon le Mercure Galant, Patoulet est le « fils d’un célèbre médecin de Charleville qui l’avait élevé avec beaucoup de soin 29». Son père a donc suivi des études dans une université, ce qui suppose un coût et un niveau de fortune. Cependant, il est impossible de savoir si son diplôme émanait de la prestigieuse faculté de médecine de Paris ou celle, plus modeste de Strasbourg30. Le terme de soin suppose que Patoulet a fréquenté un collège, peut-être le collège jésuite de Charleville. Son frère, Patoulet du Mézy, entre après lui au service de la marine, dans le corps de l’Epée et meurt capitaine de vaisseau en 1705. Cette carrière prouve que la marine offre des possibilités de promotion sociale et que les familles, stratégiquement, destinent leurs fils aux deux corps. Mais c’est sa belle-famille qui lui fournit les appuis les plus importants. Est-ce par ses emplois qu’il obtient cette alliance ou l’inverse ? Patoulet se marie avec Louise de Voille, fille d’Antoine de Voille, seigneur de la Garde avant 1675. Son père serait un des plus fidèles commis de Colbert et reste sous les ordres de Seignelay après la mort du ministre. Selon le Mercure Galant, il est envoyé en 1664 aux îles d’Amérique en tant que directeur général de la Compagnie et il « y fut longtemps continué31 ». Le lien avec l’empire colonial n’est pas vérifié mais ces deux familles trouvent dans ce mariage, des liens et des intérêts communs. Elles respectent aussi les consignes données par Colbert qui souhaitait limiter les alliances entre les administrateurs des colonies et les habitants. Un peu moins de la moitié des mariages connus des administrateurs coloniaux de la seconde moitié du XVIIe siècle épouse des femmes issues de familles coloniales et dans ce cas, ils insistent sur l’ancienneté de la famille ainsi que sur les services rendus au roi. Mais ce sont en majorité des officiers subalternes, les officiers supérieurs préfèrent eux, se marier à leur retour en France.

  • 32 Le Mercure Galant, décembre 1706. Consulté en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6290100h/ (...)
  • 33 Patoulet écrit dans une lettre au roi en 1671, « S’il lui était arrivé un plus funeste accident, Sa (...)
  • 34 Une lettre de Colbert de Terron propose à Colbert d’offrir le poste de contrôleur de la marine à Pa (...)
  • 35 BNF, Manuscrits isolés, Colbert et Seignelay, 1669-1677. Lettres et ordres divers, 5 janvier 1670, (...)

21Un dernier réseau sous-tend toute la carrière des administrateurs et relie les colonies à la métropole, en concrétisant l’empire français d’Amérique, c’est le réseau professionnel. Ce dernier n’apparaît que rarement mais leur existence est sûrement plus importante qu’on ne le suppose. Ils unissent les officiers de marine avec des personnes plus gradés ou ayant une position sociale plus importante, dans les colonies et en métropole. C’est un système pyramidal imputable aux ministres de la marine eux-mêmes : à Colbert, puis Seignelay qui demandent aux intendants des arsenaux de leur fournir une liste des candidats propres à passer aux colonies. L’intendant sélectionne ainsi les candidats parmi ceux qu’il soutient. Seignelay lui-même est envoyé faire une visite générale des ports et arsenaux du royaume, la correspondance avec l’arsenal de Rochefort prouve qu’il s’est renseigné, voire entretenu avec certains officiers. En s’appuyant sur ce recrutement, la marine privilégie la constitution de réseaux internes au département. Les premiers pas de Patoulet se font sous la protection de Jean Talon, intendant du Hainaut à partir de 1655. Il est vraisemblable de penser que les deux hommes se sont rencontrés pendant cette période32. Patoulet suit Talon lors de ses deux allers-retours au Canada et le naufrage de Talon est le moment de constater la force de leurs liens33. Ces derniers apparaissent lorsque Jean Talon propose au ministre son remplacement par Patoulet en 1672 ; ils s’expriment aussi dans les compliments de Patoulet sur l’intendance de Talon. Ce patronage et le mariage de Patoulet le font entrer dans la clientèle de Colbert, son passage dans l’arsenal de Rochefort renforce cette proximité34. Mais cette relation a d’abord été éprouvée par Colbert qui demande à Colbert de Terron de se renseigner discrètement sur son travail35. Elle donne aussi lieu à d’importantes remontrances et critiques du ministre pendant son intendance en Martinique : ses nombreuses oppositions avec le gouverneur Blénac sont le moment pour le ministre de rappeler à Patoulet sa position vis-à-vis de Blénac et ses devoirs à l’égard du roi.

  • 36 Louise de Voile apparaît dans l’état civil des archives départementales de La Rochelle en 1675 en t (...)
  • 37 Anom, sous-série C8A, registre 3, 1681- 1682, extraits méthodiques des lettres de Patoulet.
  • 38 Jean Talon est un des fidèles de Mme de Maintenon comme il l’explique dans son testament.

22Au-delà du ministre, de quelles relations bénéficient Patoulet ? Ses premières missions au Canada montrent qu’il établit des liens avec des marchands rochelais36 mais peu de documents nous permettent d’affirmer qu’il avait investi comme Talon dans des entreprises ou noué des liens avec des négociants canadiens. Il achète plus tardivement un corps de logis à Rochefort qu’il loue par le biais d’un marchand de la Rochelle mais ce n’est qu’en Martinique qu’il prend des parts « pour un huitième 37» dans la raffinerie de M. de Maintenon. La limite est ici très mince entre l’administrateur désireux d’augmenter les finances de la colonie en investissant lui-même dans des entreprises et l’administrateur soucieux de s’enrichir en profitant du service du roi. Mais il ne se cache pas de ses affaires avec le gouverneur de Marie-Galante et c’est peut-être par le biais de Mme de Maintenon, dont le réseau s’étendait dans le corps de l’épée comme dans celui de la plume, qu’il établit cette relation38. Le marquis d’Angennes s’enrichit en pratiquant la course, devient un riche planteur, et obtient le monopole du commerce avec les Espagnols dans les îles d’Amérique en 1682 ; selon Michel Bégon sa raffinerie est la plus grande de l’île en 1685. Impossible de savoir si Patoulet détient toujours des parts ou s’il a investi aussi dans ce commerce mais ce dernier conserve des liens avec les corsaires bien après son retour en France puisqu’il devient le parrain d’un enfant de Jean Bart. De plus, il réalise un traité concernant la course, peu avant sa mort.

23La carrière de Patoulet accompagne la croissance du premier empire colonial français. Cet administrateur a été formé par la marine et il a exercé des emplois de plus en plus importants dans les deux gouvernements coloniaux américains. A travers cet exemple, l’empire français apparaît comme une entité structurée, même si elle est fragile, composée d’agents formés aux intérêts du département de la marine et soutenus par le ministre lui-même. Ce temps de l’impérialisation montre que la nature de l’administration ne correspond pas au stéréotype de l’administration absolutiste et qu’elle détient aussi des éléments de modernité.

Haut de page

Notes

1 Anom, sous-série C11A, registre 2, 09 mars 1673, Lettre de Jean Talon au ministre.

2 Sarmant Thierry et Mathieu Stoll, Régner et gouverner. Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin, 2010, p. 18.

3 Nous ne reviendrons pas dans cet article sur les nombreuses oppositions entre les intendants et les gouverneurs. A l’instar de Jean Talon, qui demandait d’être seul à la tête de la colonie ou de rentrer en 1672, J. –B. Patoulet conteste le gouverneur : les remontrances du ministre sont nombreuses pendant son intendance des îles d’Amérique. Le gouverneur de Blénac se plaint, entre autres, de son manque de respect et de déférence. Son épouse n’hésite à écrire au roi pour se plaindre du « mauvais procédé » de Patoulet. Ces relations sont un des maux de l’administration coloniale et elles ont parfois entrainé une paralysie totale de la colonie.

4 Anom, sous série C11A, registre 3, lettre du 31 octobre 1671. Talon écrit: « Il y aura sept ans au mois de février prochain que le roi me tira du Hainaut pour m’envoyer ici. J’ai eu l’honneur d’y servir Sa Majesté avec le zèle qu’on doit à un prince et la conformité que son service demande qu’on ait aux volontés de son ministre. »

5 Anom sous-série B, registre 1, 1 mai 1663, folio 91, Instructions pour le sieur Gaudais Dupont s’en allant de la part du roi en Canada.

6 La première mission de Patoulet est plutôt stratégique, puisqu’il s’agit trouver les moyens d’établir une meilleure communication entre Québec et l’Acadie (tout juste récupérée par le traité de Breda). Le roi veut connaître la nationalité de ceux qui habitent cette région, craignant son retour éventuel parmi les possessions anglaises. L’objectif de ce voyage est une meilleure connaissance de ce territoire car le roi veut un rapport complet sur les habitants, leurs moyens de subsister, l’état des pêcheries et de l’agriculture. « Le sieur Patoulet s’appliquera de plus à connaître les productions de la terre, pour juger de l’utilité que l’on peut attendre de l’Acadie ». L’évaluation de cette région est ici complète ; tout est passé en revue : froment, orge, jusqu’aux pâturages et à la qualité des bois. Sa mission concerne aussi la police, le « gouvernement » de l’Acadie « sans que le chevalier de Grand-Fontaine puisse prendre aucun ombrage », le nombre des « Sauvages » ou encore la religion et la justice de ce territoire anciennement colonisé. L’Acadie est nouvellement rattachée à la France. Voir CLEMENT Pierre, Lettres, mémoires, instructions laissées de Colbert, tome 3, p. 520. Consulté en en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k515505.image (20/12/2018).

7 Les deux hommes sont en contact dès 1671, puisque Colbert de Terron fait passer les demandes de Patoulet au ministre. BNF, Départements des manuscrits, mélanges de Colbert, volume 160, 30 avril 1671, lettre de Colbert de Terron.

8 Comme le rappelle Michel Vergé-Franceschi, « la plume est un terme générique qui définit toute l’administration de la marine française laquelle peut être considérée à trois niveaux : Paris et la Cour ; les ports ; les colonies ». Verge-Franceschi Michel, La marine française au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 1996, p. 204.

9 En 1664, de Tracy réclame un administrateur civil aux îles et Colbert de lui répondre qu’il cherche encore un sujet « propre » à ce poste. Anom, sous-série C8B, registre 1, 1664, extrait de la minute adressée par Colbert au gouverneur général des îles de l’Amérique, après la descente de M de la Barre dans Cayenne, à Mr de Tracy.

10 Anom, sous-série B, registre 2, 19 février 1670, lettre et ordre du roi à de Baas. Le roi explique aussi qu’il a approuvé l’élection des 3 directeurs Compagnie et que de Baas a ordre de faciliter la tâche de Pélissier. Il doit aussi de le faire reconnaître par tous les officiers en poste dans cette colonie. La tâche de Pélissier est avant tout de résoudre le « chaos » qui s’y est introduit, de travailler à augmenter les colonies et à fortifier le commerce. Anom, sous-série B, registre 2, folios 106 et 121, 21 juin et 12 octobre 1670, lettre de Colbert à Pélissier. En décembre 1670, Colbert réécrit à Pélissier au sujet de sa mission mais aussi sur les affaires de la compagnie. Leurs instructions observent trois thématiques : la Couronne leur demande d’assainir la situation administrative dans les îles ; pour ce faire, ils ont l’obligation de « voir tous les papiers concernant les Indes depuis l’établissement de la Compagnie », d’entendre les habitants pour destituer voire punir les responsables des abus. Enfin leur mission principale touche le commerce et les profits que ce commerce peut rapporter au roi : « observer et former toute leur conduite et tous les établissements qu’ils feront ». Anom, sous-série B, registre 2, folio 139 et suivants 20 décembre 1670, Colbert à Pelissier.

11 Petitjean Roget Jacques et Eugène Bruneau-Latouche, Personnes et familles à la Martinique au XVIIe siècle, Paris, éditions Désormeaux, 2000, p. 35.

12 Déjà dans les années 1670, il défend l’évêque de Québec et les Jésuites contre les accusations portées par le gouverneur Frontenac. Celui-ci accuse les religieux d’outrepasser leur pouvoir.

13 L’ouvrage de Jane Burbank et Frédéric Cooper, Empires, Paris, Payot, 2011, reste la meilleure synthèse sur ce thème. Voir aussi Havard Gilles et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique Française, Paris, Flammarion, réédition 2014, 864 p. 

14 Sur les 95 officiers de plume qui ont posé le pied sur le continent américain entre 1669 et 1712, seulement sept officiers ont été nommés dans plus de deux colonies. Deux ont changé de territoires sans changer d’intendance.

15 Anom, sous-série C7A, registre 3, 29 mai 1682, lettre du gouverneur Hinselin. « Blénac et Patoulet ont séjourné pendant un mois à la Guadeloupe ; il leur a remis l'inventaire des armes et des munitions et leur a montré l'état des forts et des batteries mais ils n'ont ordonné aucune réparation ». L’intendant a du vraisemblablement poursuivre sa tournée dans d’autres îles. Dès 1679, Patoulet réclame une gratification pour l’inspection de Saint-Christophe, la Guadeloupe et Marie-Galante. Anom sous-série C8A, registre 2, 2 novembre 1679, lettre de Patoulet.

16 Anom, sous-série C11A, registre 2, 11 novembre 1669, lettre de Patoulet. Et Anom, sous-série C11A, registre 4, 15 juillet 1673, extrait d’une lettre de Patoulet avec apostilles de Colbert.

17 Anom, sous-série B, registre 9, 2 juin 1680, analyse d’une lettre du roi à Patoulet.

18 Anom, sous-série C8A, registre 3, 13 juillet 1681, Extrait d'un mémoire du roi à Patoulet sur la question du commerce entre les îles et le Canada. L’intendant Duchesneau s’inquiète de ce commerce car Patoulet explique que les produits du Canada ne conviennent pas aux îles. Anom, sous-série C11A, registre 4, 13 novembre 1681, lettre de Duchesneau.

19 Archives diplomatiques de la Courneuve, Mémoires et Documents, France, 1992, fol. 149-195, mémoire de Patoulet sur le commerce de Cadix et des Indes. Merci à Sylvain Lloret de cette information. Selon ce mémoire, le roi aurait été « abusé » par l’attitude des négociants qui n’ont pris en compte que leur intérêt particulier et non « la Nation en général et (le) bien du service ».

20 Pour Blénac, cette diminution tient à la « fainéantise » des peuples dans ces îles alors que Patoulet note la différence entre l’accroissement des petites iles telles et l’île de la Martinique. L’intendant est chargé, notamment de renforcer les fortifications et de regrouper les habitants derrière celles-ci. Anom, sous-série E, registre 331, dossier personnel de Patoulet de Mézy (confusion avec son frère).

21 Anom, sous-série B, registre 9, 30 avril, 1681, mémoire du roi sur les affaires générales des îles d’Amérique.

22 Anom, sous-série C 11A, registre 2, 05 avril 1666, lettres de Colbert à Talon.

23 Anom, sous-série C8B, registre 1, 3 septembre 1682, Mémoire des titres et articles de l’ordonnance de 1667 qui sont et doivent être observés aux îles, de ceux qui ne le peuvent être… Lors de l’inhumation de sa femme en 1706, il est nommé avocat sur les registres de l’état civil.

24 Anom, sous-série C8A, registre 3, 26 avril 1681, minute d’un mémoire du roi à Patoulet sur les affaires générales des îles.

25 Dans la dernière moitié du XVIIe siècle, le roi procède à deux anoblissements, celle de Gabriel Jolinet et d’André Bourreau-Deslandes, ce qui prouve cette ouverture.

26 En dehors de la navigation particulièrement longue et difficile pour y parvenir, le Canada a la réputation d’un pays rude. Il connait des températures extrêmes, il est habité par des « Sauvages » et le meurtre de Michel de Péronne (le fils de Jean de Péronne parti enquêté sur les abus commis par la communauté des Habitants) en 1661 renforce l’idée d’une société encore réfractaire à l’autorité. Dans ce contexte, le gouverneur n’est pas non plus un appui fiable car il est peu enclin à partager son autorité.

27 L’ordonnance de Louis XIV sur la scolarisation des enfants ne date que du 13 décembre 1698, tous les parents doivent alors envoyer leurs enfants dans une école paroissiale. Selon Antoine Annie et Cédric Michon (dir.), Les sociétés au XVIIe siècle, Rennes, PUR, p. 368. La différence ville-campagne était forte et 50 % des bourgeois avaient des enfants dans des collèges, souvent dirigés par des jésuites. Talon lui-même a étudié au collège de Clermont, malheureusement il est impossible d’affirmer que Patoulet ait marché dans ses pas.

28 Patoulet est le premier officier envoyé à Rochefort se former, mais il n’est pas le dernier car l’arsenal joue encore ce rôle aux XVIIIe siècle.

29 Le Mercure Galant, décembre 1706. Consulté en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6290100h/f52.image.r=patoulet?rk=21459;2 (10/05/2018). Jean Patoulet avait d’ailleurs reçu une pension de 150 livres par an de la ville, après avoir soigné ses habitants pendant un épisode de « maladie contagieuse ».

30 Levy-Valensi Joseph, La médecine et les médecins français au XVIIe siècle, J. Baillère et fils, 1933. Consulté en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96930814/f297.item.texteImage (10/05/2018). Pour Jacques Chaussinand-Nogaret, la médecine a toujours ouvert les honneurs aux hommes qui excellaient dans leur domaine.

31 Impossible de trouver trace de cette nomination, cependant L’histoire de la Compagnie des Indes avec ses titres et concessions, mentionne en 1673 un sieur de la Garde, commis de la Compagnie du Sénégal. En 1679, Antoine de Voille est nommé contrôleur de la chancellerie de Metz, jusqu’en 1699. Il n’en existe alors que trois. Consulté en ligne https://books.google.fr/books?id=DYFaAAAAYAAJ&pg=PA620&lpg=PA620&dq=canada+directeur+compagnie+indes&source=bl&ots=jzXW_hne20&sig=sZons_l_OEOYaGyQvnY1KnnRMJg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjkrqfZ7_raAhWJ0xQKHa7vDhYQ6AEIWDAI#v=onepage&q=la%20Garde&f=false (10/05/2018). A noter que les archives des colonies possèdent un fonds nommé F2A, dans lequel existent de la correspondance, des mémoires envoyés au ministre par la compagnie, et ses agents. Selon E. Taillemite cette série est fragmentaire et décevante.

32 Le Mercure Galant, décembre 1706. Consulté en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6290100h/f52.image.r=patoulet?rk=21459;2 (10/05/2018). Selon ce dernier, Jean-Baptiste Patoulet suit Jean Talon à la mort de son père en 1662.

33 Patoulet écrit dans une lettre au roi en 1671, « S’il lui était arrivé un plus funeste accident, Sa Majesté aura perdu un bon sujet, vous, Monseigneur, un fidèle serviteur, le Canada un père qui le chérit, et moi un bon maître ». ANOM, sous série C11A, registre 3, lettre du 11 novembre 1671.

34 Une lettre de Colbert de Terron propose à Colbert d’offrir le poste de contrôleur de la marine à Patoulet le 5 décembre 1672. BNF, Départements des Manuscrits, Mélanges de Colbert, volume 160, lettre de Colbert de Terron.

35 BNF, Manuscrits isolés, Colbert et Seignelay, 1669-1677. Lettres et ordres divers, 5 janvier 1670, lettre de Colbert. « Il demande de s'informer secrètement si le nommé Patoulet fait payer 30 livres aux engagés qui sont partis pour le Canada l'année dernière, afin de le faire punir, cette conduite étant contraire aux intentions du Roi ».

36 Louise de Voile apparaît dans l’état civil des archives départementales de La Rochelle en 1675 en tant que « femme de M. Patoulet, contrôleur de la marine ». Elle devient la marraine de la fille d’un marchand de la Rochelle, Louise Perrée. Perrée est un marchand que l’on retrouve au Canada, ANOM, sous-série C11A, registre 4, 9 mars 1673, lettre de Talon. Talon donne aussi une procuration à Antoine Allaire, marchand de La Rochelle, pour qu’il perçoive les loyers de son « logis » à Rochefort et d’une « cayenne ». Archives départementales de Charente-Maritime, Etude Fradin Heurtemate, 17 octobre 1677 et 23 mai 1679.

37 Anom, sous-série C8A, registre 3, 1681- 1682, extraits méthodiques des lettres de Patoulet.

38 Jean Talon est un des fidèles de Mme de Maintenon comme il l’explique dans son testament.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Melisson, « Jean-Baptiste Patoulet, un administrateur au service de l’empire français », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/74810 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.74810

Haut de page

Auteur

Céline Melisson

Chercheure associée au Centre Roland Mousnier et professeure d'ESH en CPGE ECE, à l'Université de La Rochelle- Lycée Saint-Exupéry.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page