Navigation – Plan du site
Damien Larrouqué

« Une variante du péronisme aux frontières floues » : le kirchnérisme à la lumière de la littérature académique francophone

[07/02/2019]

Texte intégral

  • 1 Prévôt-Shapira, Marie-France, « Dossier. L’Argentine des Kirchner, dix ans après la crise », Problè (...)
  • 2 Susani, Bruno, Le péronisme de Péron à Kirchner : une passion argentine, Paris, L’Harmattan, 2014.
  • 3 Svampa, Maristella, « Les frontières du gouvernement Kirchner entre aspiration au renouveau et cons (...)
  • 4 Doz, Emilie, « Nestor Kirchner (2003-2007), rupture ou continuité du péronisme ? Les mutations du p (...)
  • 5 Quiroga, Hugo, L’Argentine, une république désolée. Bouleversements politiques (2001-2009), Paris, (...)
  • 6 Floria, Carlos, « L’Argentine à l’épreuve », Etudes, tome 402, 2005, p.739-738.
  • 7 Sigal, Silvia, « Argentine 2003 : la sortie de l’abîme ? », Problèmes d’Amérique latine, n°51, 2004 (...)
  • 8 Prévôt-Shapira, Marie-France, « Argentine : une débâcle fédérale », Critique internationale, n°18, (...)
  • 9 Pucciarelli, Alfredo, « La dégradation de la politique », Materiaux pour l’histoire de notre temps, (...)
  • 10 Quattrocchi-Woisson, Diana (dir.), L’Argentine après la débâcle : itinéraire d’une recomposition in (...)
  • 11 Svampa, Maristella, « Du ‘Qu’ils s’en aillent tous !’ à l’exacerbation de la rhétorique nationale-p (...)
  • 12 Svampa, Maristella, « Le kirchnérisme : populisme de haute intensité et péronisme de classe moyenne (...)
  • 13 Ostiguy, Pierre, « Gauche péroniste et non péroniste dans le système de partis argentin », Revue in (...)

1Couple charismatique, Néstor et Cristina Kirchner ont dominé la vie politique argentine pendant une douzaine d’années (2003-2015). Se réclamant du justicialisme, doctrine politique forgée par Juan Domingo Perón au milieu du XXe siècle, les Kirchner ont bâti un mouvement politique qui porte leur nom et qui a attisé la curiosité de beaucoup de chercheurs. Présenté comme « une variante du péronisme aux frontières extrêmement floues »1, le kirchnérisme a fait l’objet de nombreuses études académiques, y compris en langue française. Au delà de l’ouvrage de Bruno Susani2 , économiste de formation, on recense tout particulièrement les travaux de Maristella Svampa, laquelle souligne les ambiguïtés d’un mouvement caractérisé par la dialectique continuité/rupture3, comme l’a également développé dans sa thèse Emilie Doz4. Ayant émergé dans un contexte de crise socio-économique et de déliquescence politico-institutionnelle ainsi que l’ont rappelé Hugo Quiroga5, Carlos Floria6, Silvia Sigal7, Marie-France Prévôt-Schapira8, Alfredo Pucciarelli9 ou encore Diana Quattrocchi-Woisson dans l’ouvrage collectif qu’elle a coordonné10, le kirchnérisme s’est consolidé par la radicalisation au cours de trois étapes successives (2001, 2003, 2008)11, pour se concevoir, in fine, comme « un péronisme de classe moyenne »12. Pour Pierre Ostiguy, le péronisme historique comme son avatar contemporain sont si complexes que le clivage droite-gauche ne suffit pas à les appréhender et qu’il nous faut considérer une autre dimension analytique (haut-bas, pour désigner un double clivage « élite (haut) – populaire (bas) » et « légaliste (haut) – personnaliste (bas) »)13. A travers ce rapide éclairage, on comprend que le kirchnérisme incarne un phénomène politique singulier, dont il convient ici de préciser les grandes caractéristiques.

  • 14 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.
  • 15 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Essai sur les démocraties hégémoniques, Paris, Seuil, 2016.
  • 16 Velut, Sébastien, « Argentine : Qu’est-ce que le kirchnérisme ? », Politique étrangère, n°3, 2016, (...)

2Concrètement, cet article entend dresser une revue de littérature des travaux francophones portant sur le phénomène kirchnériste, en les faisant dialoguer avec des articles publiés dans des revues argentines ou, plus généralement, latino-américaines, qui nous apparaissent éclairants sur le plan heuristique. S’articulant en deux parties, notre réflexion analyse le « pouvoir kirchnériste » dans ses multiples dimensions, de la conquête à sa conservation et de sa conception à sa pratique. La première partie tâche d’expliquer les raisons de la longévité politique du couple Kirchner, en s’intéressant aux dynamiques électorales qu’ils ont su insuffler depuis la victoire impromptue de Néstor en 2003. Au delà des considérations idéologiques qui ont structuré leurs programmes, la seconde partie analyse la logique belliciste qui donne corps à leur conception du pouvoir et s’emploie à décrire leur pratique des institutions, laquelle fait écho au concept, cher à Guillermo O’Donnell, de démocratie dite « délégative »14 et qu’Alain Rouquié a requalifié, dans son dernier ouvrage, « d’hégémonique »15. Enfin, dans le prolongement de la réflexion de Sébastien Vélut16, la conclusion interroge la pérennité d’un kirchnerisme sans Kirchner.

Du triomphe du « pingouin » à la défaite de sa veuve: douze années de mainmise kirchnériste sur la vie politique argentine

  • 17 Bernadou, Vanessa, « La restauration d’une autorité politique : l’itinéraire ‘extraordinaire’ du pr (...)
  • 18 Cheresky, Isodoro, « Argentina. Cambio de rumbo y recomposición política : Néstor Kirchner cumple u (...)
  • 19 Varesi, Gáston, « La construcción de la hegemonía kirchnerista (2003-2007), Temas y Debates, n°28, (...)
  • 20 Blaum, Luis, « Le ‘cas Argentine’ revisité : de l’utopie libéral au retour de la politique », Revue (...)

3Parmi les travaux francophones s’étant intéressés à l’émergence et à la structuration du phénomène kirchnériste, il faut citer en premier lieu les articles de Vanessa Bernadou17. Doctorante à l’Université de Paris-Dauphine, elle a exploré les ressorts charismatiques insoupçonnés de Nestor et mis à nu les stratégies machiavéliques de cet animal politique, surnommé « le pingouin » en référence à ses origines patagonnes. Rejoignant les éclairages d’Isodoro Cheresky18 ou de Gastón Varesi19, elle montre très bien comment, lors des présidentielles de 2003, celui que l’on a parfois présenté comme la « marionnette » d’Eduardo Duhalde, a compensé par une redoutable intelligence politique les désavantages qui affligeaient sa candidature. Il ne faut pas oublier que Néstor Kirchner était à l’époque un gouverneur inconnu –qui plus est originaire de la lointaine province de Santa Cruz –, bientôt moqué pour son strabisme par les caricaturistes de tous bords et issu d’un parti justicialiste alors en proie au déchirement interne et aux candidatures dissidentes. Or, après le retrait opportuniste durant l’entredeux tour de l’ancien président honni Carlos Menem, Nestor Kirchner a réussi à convertir sa victoire tragi-comique digne du Cid (« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ») en baptême électoral inaugurant un renouveau politique et institutionnel profond. Comme le souligne Luis Blaum, le mouvement de Néstor Kirchner aurait ainsi incarné « le retour de la politique »20.

  • 21 Vommaro, Gabriel, « La construction du péronisme national-populaire par les époux Kirchner en Argen (...)
  • 22 Sidicaro, Ricardo, « Désarticulation du système politique argentin et kirchnerisme », Problèmes d’A (...)
  • 23 Armelino, Martín, « Syndicats et politique sous les gouvernements kirchnéristes », Problèmes d’Amér (...)
  • 24 Pereyra, Sebastián et Svampa, Maristella, « Les dimensions de l’expérience piquetera : tensions et (...)
  • 25 Quirós, Julieta, La politique vécue : péronisme et mouvements sociaux dans l’Argentine contemporain (...)
  • 26 Andriotti Romanin, Enrique, « ¿ Cooptación, oportunidades políticas y sentimientos ? Las Madres de (...)
  • 27 Ippolito-O’Donnell, Gabriella, « Calidad institucional y sociedad civil en la Argentina », in Acuña (...)

4D’autres travaux ont centré leur analyse sur la très forte résilience électorale du mouvement kirchnériste. Gabriel Vommaro a notamment souligné la capacité des époux Kirchner à imposer, sur l’échiquier politique et électoral argentin, leur formation baptisée Front pour la Victoire (FPV), via une logique de « transversalité » ou de constructions d’alliances avec des forces partisanes non-péronistes  (éléments du centre-gauche et transfuges du parti radical)21. De même, Ricardo Sidicaro a démontré comment le kirchnérisme a pu bâtir sa popularité en recueillant des soutiens hétérogènes depuis les milieux défavorisés jusqu’aux secteurs entrepreneuriaux, en passant par les associations antimilitaristes22. Comme l’a également signalé Martín Armelino, les syndicats ont aussi constitué une base d’appui politique et de relai militant auprès des travailleurs23. Or, ces ralliements ont parfois dissimulé des logiques de cooptation. Beaucoup de mouvements sociaux se sont ainsi vus récompensés par la distribution de prébendes ou de faveurs administratives. C’est ce qu’ont mis en évidence Maristella Svampa et Sébastian Pereyra dans le cas des piqueteros24 et que Julieta Quiros a choisi d’explorer via une démarche ethnographique25. L’éclairage d’Andriotti Romarin est venu également étayé ce constat à travers l’exemple des Mères de la place de Mai26. Au demeurant, concernant les relations incestueuses entretenues entre le kirchnérisme et les organisations de la société civile, l’une des mises en perspective les plus abouties sur le plan historique, culturel et institutionnel nous semble être la synthèse rédigée par Gabriella Ippolito-O’Donnell27.

  • 28 Larrouqué, Damien, « Le moment de la décision politique est-il important ? Le cas des programmes d’ (...)
  • 29  Lancha, Charles, L’Argentine des Kirchner (2003-2015) : une décennie gagnée ?, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 30 Reboratti, Carlos, « L’Argentine et le soja », Problèmes d’Amérique latine, n°70, 2008, p.81-99.
  • 31 Barsky, Osvaldo et Mabel Dávila, La rebelión del campo : historia del conflicto agrario argentino, (...)
  • 32 De Luca, Miguel et Andrés Malamud, « Argentina : turbulencia económica, polarización social y reali (...)
  • 33 Catterberg, Gabriela et Valeria Palanza, « Argentina : disperción de la oposición y el auge de Cris (...)
  • 34 Souroujon, Gastón, « ‘… que él me lo demande’. Ritual político y sacralización en la asunción presi (...)
  • 35 Svampa, Maristella, « Argentine : l’approfondissement du modèle kirchnériste », Problèmes d’Amériqu (...)
  • 36 Tagina, María Laura et Carlos Varetto, « Argentina : del apogeo electoral a la inminencia de la cri (...)

5En 2007, l’arrivée au pouvoir de Cristina Kirchner après avoir conquis deux ans plutôt son poste de sénatrice face à la femme d’Eduardo Duhalde consacre la domination durable du kirchnérisme sur la vie politique argentine. Or, cette victoire d’octobre 2007 qu’on a présentée comme « successorale » dans le sens où « la popularité du mari a permis le succès électoral de l’épouse »28 n’en a pas moins inauguré une gestion politique chaotique. En mars de l’année suivante, la décision d’augmenter les taxes à l’exportation sur les matières premières agricoles génère une fronde rurale d’une ampleur inédite. Si Charles Lancha l’a très bien présentée dans son dernier ouvrage29 à la suite de la mise en perspective proposée par Carlos Rebarotti30, on ne peut que recommander la lecture du livre d’Osvaldo Barsky et Mabel Dávila qui lui est spécialement consacré31. Signant la première reculade d’envergure du gouvernement, ce conflit agraire fait durablement basculer l’opinion. Alors que la crise financière internationale commence à faire sentir ses effets, la pression médiatique s’exacerbe et la colère des classes moyennes augmente. Après la défaite du FPV aux élections législatives anticipées de juin 2009, des observateurs aussi avisés que Miguel de Luca et Andrés Malamud jugent alors que la présidente n’a plus « aucune chance crédible de réélection »32. C’était sans compter le décès brutal de Néstor en octobre 2010 qui vient complétement rabattre les cartes électorales, déconcerte l’opposition et offre finalement une victoire sans appel à la veuve endeuillée33. Placée sous l’égide symbolique de feu son mari et mentor, son second serment présidentiel prend d’ailleurs une dimension presque sacrale34. Si le nouveau mandat consacre un approfondissement du modèle que Maristella Svampa qualifie de « Cristinisme »35, la domination politique du mouvement se fragilise de manière substantielle et annonce la crise de succession qui aboutira à la défaite du camp kirchnériste aux élections présidentielles de 201536.

De Schmitt et de Clausewitz : une conception belliciste du pouvoir servant une pratique « délégative » ou « hégémonique » de la démocratie

  • 37 Donot, Morgan, « Emergence d’un nouveau péronisme ? Analyse des discours à la Nation de Nestor Kirc (...)
  • 38 Ducatenzeiler, Graciela et Victoria Itzcovitz, « La démocratie en Amérique latine », Revue internat (...)
  • 39 Schmitt, Carl, La Notion de politique [1932]. Théorie du partisan [1962], Paris, Flammarion, 1992, (...)
  • 40 Romero, Luis-Alberto, Breve historia contemporánea de la Argentina (1916-2010), Buenos Aires, Fondo (...)

6Si Morgan Donot a mis en lumière la puissance mobilisatrice des discours du couple Kirchner37, elle ne s’est guère intéressée à l’une des singularités inverses de leurs propos : leur caractère ultra-clivant. Ainsi, dans un article portant sur les spécificités de la démocratie en Amérique latine, Graciela Ducatenzeiler et Victoria Itzcovitz ont été les premières à évoquer une « conception belligérante de la politique » 38 en Argentine qui emprunterait à la distinction fondamentale entre l’ami et l’ennemi  telle que l’a définie l’intellectuel nazi Carl Schmitt39. Cette rhétorique schmittienne du « soit vous êtes avec moi, soit vous êtes contre moi » a également été mise en lumière par l’historien Luis Alberto Romero: mobilisation des masses contre « l’oligarchie médiatico-économique », propagande gouvernementale omniprésente, intransigeance envers toute forme de critique, inflexibilité des prises de positions, insultes à l’encontre leurs adversaires voire « brutalisation » des esprits, les discours des K sont mâtinés de références sous-jacentes au champ sémantique de la guerre et de la confrontation40 . Mais le plus intéressant est que cette vision belliciste du pouvoir ne se réduit pas aux simples prises de paroles mais se manifeste jusque dans la pratique même des institutions.

  • 41 Larrouqué, Damien, « La Cámpora au pouvoir en Argentine (2007-2015) : mouvement social, élite progr (...)
  • 42 Selon les termes du célèbre stratège prussien, « la guerre est un acte de la force à l’emploi de la (...)
  • 43 Vázquez, Melina, « ‘Militar la gestión’ : una aproximación a las relaciones entre activismo y traba (...)
  • 44 Natanson, José. ¿ Por qué los jóvenes están volviendo a la política ? De los indignados a La Cámpor (...)
  • 45 Corvalán Espina, Juan Manuel, « Kirchnérisme et réécriture de l’histoire : la jeunesse politique au (...)
  • 46 Di Marco, Laura, La Cámpora : Historia secreta de los herederos de Néstor y Cristina Kirchner, Buen (...)
  • 47 Rocca Rivarola, María Dolores, « ‘De Néstor y Cristina. De Perón y Evita’. Refexiones sobre lo acon (...)
  • 48 Della Rocca, Mario, La Cámpora sin obsecuencias : una mirada kirchnerista, Buenos Aires, Dunken, 20 (...)

7Comme nous avons pu le montrer, la Cámpora, cette armée de supporters politiques irréductibles qui se présentent comme les « petits soldats du kirchnérisme », ont mis la main sur l’appareil d’Etat au point d’incarner une nouvelle Garde de Fer au service des époux K.41 Plus encore qu’une vision schmittienne de la politique, les Camporistes en ont nourri une conception que l’on pourrait qualifier de « clausewitzienne »; dès lors que la radicalité de leurs prises de position s’est apparentée à une forme de « montée aux extrêmes »42. Ayant pour crédo « militer depuis l’Etat, par l’Etat et pour l’Etat »43, l’organisation a été fondée par le fils du couple présidentiel, Máximo Kirchner, en 2006. Connue pour sa capacité réticulaire à recruter de jeunes affidés dans les universités publiques du pays et à les mobiliser massivement grâce aux réseaux sociaux44, elle a renoué avec le concept très péroniste de « transfert générationnel » (trasvasamiento generacional)45 et fasciné d’autant plus chercheurs et journalistes qu’elle n’a eu de cesse d’entretenir une forte culture du secret46. Principale récipiendaire des bénéfices de la politisation administrative, l’organisation s’est vue attribuer une quarantaine de postes parmi les plus hautes fonctions publiques du pays pour ses cadres quadragénaires47. Compétents et indéfectiblement loyaux, les Camporistes ont été les artisans de certaines des politiques sociales les plus emblématiques du kirchnérisme (Plan Conectar Igualdad, Plan Asignacion Universal Por Hijo). Dénoncée par la presse d’opposition pour son fanatisme partisan48, la Cámpora s’est faite l’un des rouages, aussi bien social qu’administratif, de la pratique verticaliste des institutions associée aux époux kirchner.

  • 49 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Op.cit. passim.
  • 50 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Op.cit, p. 289-388.
  • 51 Pour plus de renseignements sur la réflexion d’Alain Rouquié et le concept de « démocratie hégémoni (...)

8Pensé au milieu des années 1990 par le politiste argentin Guillermo O’Donnell49, le concept de « démocratie délégative » pourrait s’appliquer à la forme de gouvernement qu’ils ont développée. Formellement, la démocratie délégative caractérise un système politique faiblement institutionnalisé dans lequel le chef de l’État apparaît comme le seul représentant de la nation qu’il incarne. A mi-chemin entre la démocratie représentative et le régime autoritaire, la démocratie délégative décrit une pratique du pouvoir voisine de celle associée au césarisme. Dans un tel système, le président élu s’est doté des prérogatives pour agir vite, en minimisant le rôle du Parlement et en éludant tous les mécanismes de checks and balances. Légitime représentant d’un peuple qu’il séduit grâce à son charisme télégénique, le président entend répondre aux défis soulevés par la crise économique et sociale via des méthodes radicales : orthodoxie monétaire et plans d’ajustements structurels constituent souvent ses plans de gouvernement. Reniant le dialogue avec les syndicats, les partis politiques d’opposition, les ONG et autres représentants des communautés religieuses, il choisit d’agir seul, souvent dans la précipitation et au mépris des accords inter-partisans. N’ayant que faire des conventions institutionnelles et ne rendant de compte qu’à lui-même, il assume l’entière responsabilité de ses actes aussi longtemps que dure l’appui populaire qui l’a conduit au pouvoir. Dans un climat d’austérité économique et d’explosivité sociale aigu, la versatilité de l’opinion publique est très élevée ; ce qui se traduit par une instabilité politique chronique. Du reste, c’est souvent la révélation des scandales de corruption ayant fleuri à l’ombre du palais présidentiel qui vient mettre un terme à la carrière météorique de cet outsider désormais devenu paria de la politique : à l’instar du président péruvien Fujimori, beaucoup termineront leur vie en exil ou en prison. Parfois critiqué pour son manque d’utilité heuristique, le concept de démocratie délégative a été forgé pour décrire la réalité politique latino-américaine des années 1990, laquelle se caractérisait par une recrudescence du populisme, une crise de la représentation politique et une faillite des institutions publiques au sens large. Dans son dernier ouvrage, Alain Rouquié lui préfère le concept de « démocratie hégémonique »50. Sans entrer dans les détails concernant les attributs de ce dernier concept51, il est intéressant de noter qu’il a été précisément façonné à partir de l’étude de l’histoire contemporaine argentine. Or, si Alain Rouquié trace des parallèles particulièrement stimulants avec d’autres régimes similaires ailleurs dans le monde, il n’en reste pas moins vrai que c’est à partir de l’analyse du péronisme, pur produit de cette histoire mouvementée, qu’il en définit les caractéristiques. Sous cet angle épistémologique, on ne peut considérer autrement le kirchnérisme que pour ce qu’il reste in fine: un mouvement politique circonstancié et authentiquement argentin.

Conclusion : un kirchnerisme sans les Kirchner ?

  • 52 Voir notamment par ordre de publication : Rodriguez, Dario, « La fin du cycle du kirchnérisme (2003 (...)
  • 53 Garcia Delgado, Daniel et Ignacio, Chozo Ortíz, « Hacia un nuevo modelo de desarrollo. Transformaci (...)
  • 54 Wylde, Christopher, « State, Society and Markets in Argentina. The Political Economy of neodesarrol (...)
  • 55 Salama, Pierre, « Croissance et inflation en Argentine sous les mandatures des Kirchner », Problème (...)
  • 56 Trenta, Arnaud, « Mouvements sociaux, gouvernements progressistes et rapports à l’économie dans l’A (...)
  • 57 Vommaro, Gabriel, «‘Le clientélisme de papier’ : autour des usages du concept comme étiquette du se (...)
  • 58 Felcman, Isidoro Luis, « Nuevos modelos de gestión pública. La relación entre cultura, liderazgo y (...)
  • 59 Echebarría, Koldo et al. La política de las políticas públicas. Proceso económico y social en Améri (...)

9Au regard du nombre de travaux qui ont été produits, le kirchnérisme a fasciné les analystes. A l’heure d’établir le bilan des trois mandats – comme s’y sont prêtés plusieurs chercheurs52, se pose la question de l’héritage du mouvement. Sur le plan économique, on a beaucoup insisté sur la politique de relance post-néolibérale en forme de bras de fer (voire même de doigt d’honneur) érigés à l’encontre des institutions financière internationales53. A également été soulignée la refondation par Néstor Kirchner du projet néo-développementaliste soutenu en son temps par Perón54. Mais les résultats en termes macro-économiques de ces politiques demeurent contrastés. Sous les K, l’Argentine a connu une croissance erratique, ainsi que l’ont analysé Lucas Lach et Pierre Salama55. De surcroît, les préjudices environnementaux associés au « modèle extractiviste/exportateur » avec lequel le couple Kirchner s’est opportunément accommodé n’ont pas manqué d’être également mis en cause56. Quant à l’étiquette de « clientélistes » qui leur a été associée dans les médias d’opposition57, elle fait aujourd’hui écho à une couverture médiatique encore plus négative, relative aux soupçons de corruption qui ont peser sur leurs mandats. Il n’empêche, au niveau institutionnel, les préceptes post-néolibéraux se sont matérialisés par un processus de recomposition de l’administration publique relativement inédit58, mais dont la pérennité semble compromise depuis l’arrivée au pouvoir de la droite. Rappelons que l’Argentine est l’un des pays d’Amérique latine où la volatilité des politiques publiques (ou l’absence de continuité dans l’action publique) est l’une des plus élèves de la région59.

  • 60 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Op.cit, p. 273.
  • 61 Loc.cit.
  • 62 Cyr, Jennifer, The Fates of Political Parties. Institutionnal Crisis, Continiuty and Change in Lati (...)

10En conclusion, il est difficile de dire si le kirchnérisme résistera au déclin électoral de Cristina, laquelle a emporté lors des élections d’octobre 2017 l’un des trois sièges de sénateur en lice dans la province de Buenos Aires, avec à peine plus de 20 000 voix d’écart face à son adversaire de droite, Esteban Bullrich. Or, un résultat décevant obtenu dans la province la plus peuplée du pays est de très mauvais augure pour le destin politique des candidats à l’élection présidentielle suivante. Il n’en reste pas moins vrai que le kirchnérisme a fait montre par le passé de grandes capacités d’adaptation politique. Ce fut notamment le cas au lendemain de la disparition de Néstor, lequel est demeuré, pour les militants, « insupportablement vivant » 60 . A ce propos, si l’on en croit Alain Rouquié, le mouvement pourrait d’ailleurs compter sur des ressorts cachés, au premier rang desquels figure cette capacité toute péroniste à ressusciter « les grands morts »61. Dans une optique moins mystique, on pourra finalement sans remettre aux conclusions de l’ouvrage comparatif de Jennifer Cyr qui porte sur l’étude des facteurs de résilience électorale des partis confrontés à une crise de légitimité historique62. S’étant penchée sur le cas du Pérou, du Venezuela et de la Bolivie, elle montre que les ressources les plus importantes sont la structure militante, l’ancrage territorial et la saillance médiatique. En d’autres termes, un parti qui reste en mesure de mobiliser ses partisans, de conserver ses fiefs et de peser sur les débats a toutes les chances de ne pas disparaître de la scène politique. A l’aune de ces critères, le kirchnérisme semble disposé à faire face durablement aux déboires judiciaires et autre revers électoraux qu’ont subis ses leaders.

Haut de page

Notes

1 Prévôt-Shapira, Marie-France, « Dossier. L’Argentine des Kirchner, dix ans après la crise », Problème d’Amérique latine, n°82, 2011, p. 9.

2 Susani, Bruno, Le péronisme de Péron à Kirchner : une passion argentine, Paris, L’Harmattan, 2014.

3 Svampa, Maristella, « Les frontières du gouvernement Kirchner entre aspiration au renouveau et consolidation de l’ancien », Revue Tiers Monde, n°189, 2007, p.113-134.

4 Doz, Emilie, « Nestor Kirchner (2003-2007), rupture ou continuité du péronisme ? Les mutations du populisme en Argentine », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, Extraits de thèses, mis en ligne le 10 mars 2015.

5 Quiroga, Hugo, L’Argentine, une république désolée. Bouleversements politiques (2001-2009), Paris, L’Harmattan, 2014, chap.1, p.15-39.

6 Floria, Carlos, « L’Argentine à l’épreuve », Etudes, tome 402, 2005, p.739-738.

7 Sigal, Silvia, « Argentine 2003 : la sortie de l’abîme ? », Problèmes d’Amérique latine, n°51, 2004, p.9-35.

8 Prévôt-Shapira, Marie-France, « Argentine : une débâcle fédérale », Critique internationale, n°18, 2003, p.23-32.

9 Pucciarelli, Alfredo, « La dégradation de la politique », Materiaux pour l’histoire de notre temps, n°81, 2006, p.26-34.

10 Quattrocchi-Woisson, Diana (dir.), L’Argentine après la débâcle : itinéraire d’une recomposition inédite, Paris, M. Houdiard, 2007.

11 Svampa, Maristella, « Du ‘Qu’ils s’en aillent tous !’ à l’exacerbation de la rhétorique nationale-populaire », Problèmes d’Amérique latine, n°82, 2011, p.77-91.

12 Svampa, Maristella, « Le kirchnérisme : populisme de haute intensité et péronisme de classe moyenne », Recherches internationales, n°107, 2016, p.83-104.

13 Ostiguy, Pierre, « Gauche péroniste et non péroniste dans le système de partis argentin », Revue internationale de politique comparée, vol.12, n°3, 2005, p.299-330.

14 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, n° 1, 1994, p. 55-69.

15 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Essai sur les démocraties hégémoniques, Paris, Seuil, 2016.

16 Velut, Sébastien, « Argentine : Qu’est-ce que le kirchnérisme ? », Politique étrangère, n°3, 2016, p.23-35. 

17 Bernadou, Vanessa, « La restauration d’une autorité politique : l’itinéraire ‘extraordinaire’ du président Nestor Kirchner en Argentine », Politix, n°80, 2007, p.129-153 & « Nestor Kirchner : du ‘président sans pouvoir’ au ‘chef hégémonique’», Critique internationale, n°43, 2009, p.89-107.

18 Cheresky, Isodoro, « Argentina. Cambio de rumbo y recomposición política : Néstor Kirchner cumple un año de gobierno », Nueva Sociedad, n°193, 2004, p. 4-16.

19 Varesi, Gáston, « La construcción de la hegemonía kirchnerista (2003-2007), Temas y Debates, n°28, 2014, p.57-80.

20 Blaum, Luis, « Le ‘cas Argentine’ revisité : de l’utopie libéral au retour de la politique », Revue Tiers Monde, n°169, 2007, p.135-153.

21 Vommaro, Gabriel, « La construction du péronisme national-populaire par les époux Kirchner en Argentine », in Couffignal, Georges (dir.), Une Amérique latine 2012, une Amérique latine toujours étonnante, Paris, La Documentation française, 2012, p.31-41

22 Sidicaro, Ricardo, « Désarticulation du système politique argentin et kirchnerisme », Problèmes d’Amérique latine, n°71, 2009, p.69-88.

23 Armelino, Martín, « Syndicats et politique sous les gouvernements kirchnéristes », Problèmes d’Amérique latine, n°82, 2011, p. 33-53

24 Pereyra, Sebastián et Svampa, Maristella, « Les dimensions de l’expérience piquetera : tensions et cadres communs dans l’organisation et la mobilisation des chômeurs en Argentine », Revue Tiers-Monde, n° 178, 2004, p.419-441.

25 Quirós, Julieta, La politique vécue : péronisme et mouvements sociaux dans l’Argentine contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2016.

26 Andriotti Romanin, Enrique, « ¿ Cooptación, oportunidades políticas y sentimientos ? Las Madres de la plaza de Mayo y el gobierno de Néstor Kirchner », Polis Revista latinoamericana, vol. 13, n°39, 2014, p.229-247.

27 Ippolito-O’Donnell, Gabriella, « Calidad institucional y sociedad civil en la Argentina », in Acuña, Carlos (dir.), ¿ Cuánto importan las instituciones ? Gobierno, Estado y actores en la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2013, p. 325-363.

28 Larrouqué, Damien, « Le moment de la décision politique est-il important ? Le cas des programmes d’inclusion digitale au Pérou et en Argentine », Sens Public, Essai, septembre 2018, p.15.

29  Lancha, Charles, L’Argentine des Kirchner (2003-2015) : une décennie gagnée ?, Paris, L’Harmattan, 2016, p.71-89.

30 Reboratti, Carlos, « L’Argentine et le soja », Problèmes d’Amérique latine, n°70, 2008, p.81-99.

31 Barsky, Osvaldo et Mabel Dávila, La rebelión del campo : historia del conflicto agrario argentino, Buenos Aires, Sudamericana, 2008

32 De Luca, Miguel et Andrés Malamud, « Argentina : turbulencia económica, polarización social y realineamiento político », Revista de Ciencia Política, vol.30 n°2,2010, p. 173.

33 Catterberg, Gabriela et Valeria Palanza, « Argentina : disperción de la oposición y el auge de Cristina Fernández de Kirchner », Revista de Ciencia Política, vol.32, n°1, 2012, p. 3-30.

34 Souroujon, Gastón, « ‘… que él me lo demande’. Ritual político y sacralización en la asunción presidencial de Cristina Fernández », Revista del SAAP, vol.8, n°1, 2014, p.127-143.

35 Svampa, Maristella, « Argentine : l’approfondissement du modèle kirchnériste », Problèmes d’Amérique latine, n°87, 2012, p.139.

36 Tagina, María Laura et Carlos Varetto, « Argentina : del apogeo electoral a la inminencia de la crisis sucesoria », Revista de Ciencia Política, vol. 33, n°1, 2013, p. 3-34.

37 Donot, Morgan, « Emergence d’un nouveau péronisme ? Analyse des discours à la Nation de Nestor Kirchner (2003-2007) », Mots. Les langages du politique, n°93, 2010, p.65-81 & « L’analyse du discours présidentiel argentin en démocratie. La vocation refondationnelle », Mots. Les langages du politique, n°112, 2016, p.141-148.

38 Ducatenzeiler, Graciela et Victoria Itzcovitz, « La démocratie en Amérique latine », Revue internationale de politique comparée, vol.18, 2011, p.136.

39 Schmitt, Carl, La Notion de politique [1932]. Théorie du partisan [1962], Paris, Flammarion, 1992, p. 63-75.

40 Romero, Luis-Alberto, Breve historia contemporánea de la Argentina (1916-2010), Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica de Argentina, 2012, p.391-392

41 Larrouqué, Damien, « La Cámpora au pouvoir en Argentine (2007-2015) : mouvement social, élite programmatique ou Garde de Fer du kirchnérisme ? », Problèmes d’Amérique latine, n°106-107, 2017, p.77-93.

42 Selon les termes du célèbre stratège prussien, « la guerre est un acte de la force à l’emploi de laquelle il n’y a pas de limites ; les belligérants s’imposent mutuellement la loi ; il en résulte une action réciproque qui, logiquement, doit conduire aux extrêmes. Cf. Clausewitz, Carl, De la guerre [1832], Paris, Flammarion/Le Monde, 2010, p.20.

43 Vázquez, Melina, « ‘Militar la gestión’ : una aproximación a las relaciones entre activismo y trabajo en el Estado a partir de las gestiones de gobierno de Cristina Fernández de Kirchner en Argentina », Apuntes, vol.41, n°74, 2014, p.71-102 & Vázquez, Melina et Pablo Vommaro, « La fuerza de los jóvenes : aproximaciones a la militancia kirchnerista desde La Cámpora », in Pérez, German, Natalucci, Ana (eds.) « Vamos las bandas ». Organizaciones y militancia kirchneristas, Buenos Aires, Nueva Trilce, 2012, p. 149-714.

44 Natanson, José. ¿ Por qué los jóvenes están volviendo a la política ? De los indignados a La Cámpora, Buenos Aires, 2012, p. 136-141.

45 Corvalán Espina, Juan Manuel, « Kirchnérisme et réécriture de l’histoire : la jeunesse politique au coeur du récit et des pratiques populistes », Conserveries mémorielles, 2017, n° 20.

46 Di Marco, Laura, La Cámpora : Historia secreta de los herederos de Néstor y Cristina Kirchner, Buenos Aires, Sudamericana, 2012.

47 Rocca Rivarola, María Dolores, « ‘De Néstor y Cristina. De Perón y Evita’. Refexiones sobre lo acontecido con la militancia kirchnerista y la identidad peronista desde 2003 hasta hoy », Revista SAAP, Vol.9, n°1, 2015, p.171-172

48 Della Rocca, Mario, La Cámpora sin obsecuencias : una mirada kirchnerista, Buenos Aires, Dunken, 2014, p.84-135.

49 O’Donnell, Guillermo, « Delegative Democracy », Op.cit. passim.

50 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Op.cit, p. 289-388.

51 Pour plus de renseignements sur la réflexion d’Alain Rouquié et le concept de « démocratie hégémonique » développé dans son dernier ouvrage, voir la recension que lui a consacrée Sébastien Velut dans Cahiers des Amériques latines (n°85, 2017) ainsi que la mienne pour Nuevo Mundo Mundos Nuevos (Rubrique Comptes rendus et essais historiographiques, 2018).

52 Voir notamment par ordre de publication : Rodriguez, Dario, « La fin du cycle du kirchnérisme (2003-2015). Bilan et perspectives », Les Etudes du CERI, n°217-218, 2015, p.15-19 ; Taddei, Emilio, « Argentine : fin de cycle kirchneriste et tournant néolibéral », dans Compagnon, Olivier et Marie-Laure, Geoffray, Amérique latine. Edition 2016-2017, Paris, La Documentation française, 2016, p.37-50 & Lancha, Charles L’Argentine des Kirchner (2003-2015), op.cit, passim.

53 Garcia Delgado, Daniel et Ignacio, Chozo Ortíz, « Hacia un nuevo modelo de desarrollo. Transformación y reproducción en el posneoliberalismo », Documentos y Aportes en Administración Pública y Gestión Estatal, vol.6, n°7, 2016, p. 119-152 & Pérez, Pablo Ernesto et Brenda, Brown, « ¿ Una nueva protección social para un nuevo desarrollo ? Politicas sociales en la Argentina posneoliberal », Estudios Sociales del Estado, vol.1, n°2, 2015, p.94-117.

54 Wylde, Christopher, « State, Society and Markets in Argentina. The Political Economy of neodesarrollismo under Néstor Kirchner 2003-2007 », Bulletin of Latin American Research, vol. 30, n° 4, 2011, p. 436-452.

55 Salama, Pierre, « Croissance et inflation en Argentine sous les mandatures des Kirchner », Problèmes d’Amérique latine, n°82, 2011, p.13-32 & Llach, Lucas, « La bonne fortune du populisme : l’économie argentine sous les Kirchner (2003-2013) », Politique étrangère, n°3, 2013, p.103-117.

56 Trenta, Arnaud, « Mouvements sociaux, gouvernements progressistes et rapports à l’économie dans l’Argentine post-néolibérale (2000-2017) », Participations, n°20, 2018, p.201-2016 & Velut, Sébastien, « Argentine : Qu’est-ce que le kirchnérisme ? », Op.cit, passim

57 Vommaro, Gabriel, «‘Le clientélisme de papier’ : autour des usages du concept comme étiquette du sens commun », Cahiers des Amériques latines, n°69, 2012, p.153-161.

58 Felcman, Isidoro Luis, « Nuevos modelos de gestión pública. La relación entre cultura, liderazgo y tecnologías de gestión, después del « big-bang » paradigmático », Aportes para el Estado y la Administración gubernamental, n° 30, 2012, p. 87-98 ; Laguado, Arturo et Horacio, Cao, « Una administración pública para las sociedades posneoliberales en América Latina (2003-2013) », Revista Estado y Políticas Públicas, n°4, 2015, p.60-68 ; Piero, Sergio de, « Los años kirchneristas : recentralizar al Estado, Aportes para el Estado y la Administración gubernamental, n° 30, 2012, p. 169-179.

59 Echebarría, Koldo et al. La política de las políticas públicas. Proceso económico y social en América latina, Washington DC, BID/Cambridge, Harvard University Press, 2006, p. 147.

60 Rouquié, Alain, Le siècle de Perón. Op.cit, p. 273.

61 Loc.cit.

62 Cyr, Jennifer, The Fates of Political Parties. Institutionnal Crisis, Continiuty and Change in Latin America, Cambrigde, Cambrigde University Press, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « « Une variante du péronisme aux frontières floues » : le kirchnérisme à la lumière de la littérature académique francophone », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 février 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/74946

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

Docteur associé à l’OPALC-Sciences Podamien.larrouque[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

  • Paris, Seuil, 2016, 416 p.
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Comptes rendus et essais historiographiques
  • Titre de la thèse : « Les politiques d’inclusion digitale en Amérique latine : de la rénovation éducative à la recomposition de l’Etat (Argentine, Paraguay, Pérou, Uruguay) »
    Thèse soutenue le 15 septembre 2016 à l’Institut d’études politiques de Paris – Science politique, spécialité Amérique latine
    Composition du jury :
    M. Philippe Bezes, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po
    M. Olivier Compagnon, professeur des universités à l’Université Paris-III et directeur de l’IHEAL
    M. Olivier Dabène, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris
    M. David Garibay, professeur des universités à l’Université Lumière-Lyon-II (rapporteur)
    M. Patrick Hassenteufel, professeur des universités à l’Université Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines (rapporteur)
    Mme Sabine Saurugger, professeure des universités à l’Institut d’études politiques de Grenoble
    M. Yves Surel, professeur des universités à l’Université Paris-II Panthéon-Assas (directeur)
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Extraits de thèses
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page