Navigation – Plan du site
Débats | 2019
La parole et le corps – Fabrique et jeux des catégories dans les Amériques – (XVIe-XXe siècles) – Coord. Nadine Beligand et Arnaux Exbalin
Frédéric Spillemaeker

La révolte de Coro : les catégories bouleversées à l’ère des révolutions (Venezuela, 1795)

The Coro revolt: Turmoil in categories during the Age of Revolutions (Venezuela, 1795)
La rebelion de Coro: las categorias trastornadas durante las revoluciones (Venezuela, 1795)
[19/02/2019]

Résumés

La révolte de Coro en 1795 est parfois considérée comme une conséquence de la Révolution de Saint-Domingue au Venezuela. Mais elle constitue aussi un objet d’étude privilégié, pour comprendre l’enjeu des catégories juridiques à l’ère des révolutions. La peur de la Révolution caribéenne et la recherche de la loyauté des différents groupes déterminaient l’interprétation des événements par les autorités, et les logiques de la répression. Cependant, les Amérindiens, les esclaves et les libres de couleur pouvaient adopter des tactiques diverses dans le Venezuela colonial, au-delà des assignations et des catégorisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « petulante y orgulloso», « notabilísima diferencia », Archivo General de la Nación de Venezuela (c (...)

1Le 13 avril 1792, le capitaine général de Caracas écrivait au Ministre de la Guerre, Manuel Negrete y la Torre pour lui faire part de son inquiétude, constatant que les nouveaux uniformes des milices étaient identiques pour la milice des Blancs et pour celle des pardos (métis d’Européens et d’Africains) : au vu du caractère « exubérant » et « orgueilleux » des pardos, ils pourraient oublier « l’extrême différence »1 entre le plus décoré d’entre eux et le moindre des hommes blancs. Pourquoi le fait que des hommes appartenant à des catégories différentes portent des uniformes semblables suscitait-il une telle inquiétude parmi les élites du Venezuela colonial ?

  • 2 Gómez, Alejandro, « APENAS UNA PARTE DE NEGRO. Valores socio-raciales y accionar político de las él (...)
  • 3 Qualité
  • 4 Cuarteron
  • 5 Quinteron
  • 6 Mulâtre
  • 7 Castes
  • 8 « Pureté de sang » ; Boletín del Archivo General de la Nación (ci-après BAGNV), tome LXII, n° 222, (...)
  • 9 Littéralement « noir », mais signifiant généralement esclave, sauf précision contraire : « negro li (...)
  • 10 Brito Figueroa, Federico, Las insurrecciones de esclavos en la Venezuela colonial, Caracas, Cantacl (...)
  • 11 Ochoa, Neller «El fruto de mi trabajo, esclavitud, arboledillas y poder en la provincia de Caracas (...)

2Dans le Venezuela colonial, la division de la population en catégories participait à la fois d’une pratique juridique du monde hispanique, et d’un contexte atlantique et caribéen marqué par l’esclavage, dans lequel l’ascendance africaine constituait une macule, un stigmate2. Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, la société était hiérarchisée non seulement par la richesse, mais aussi en fonction de l’appartenance de chacun à une catégorie socio-raciale, inscrite dans l’ordre juridique, et nommée calidad3. Les métis d’Amérindiens et de Noirs étaient nommés zambos, tandis que les individus issus du métissage entre Africains et Européens étaient nommés pardos ou mulatos. Le terme pardo désignait ordinairement ceux dont l’ascendance africaine était moindre comme les cuarterones4 ou quinterones5, tandis que le terme mulato6 suggérait un ascendant direct noir, ou pouvait être employé de préférence à pardo pour signifier une origine sociale très modeste, ou un jugement dépréciatif. L’ensemble de ces populations libres qui n’étaient pas considérées comme blanches, ni comme amérindiennes étaient nommées castas7, et ne pouvaient pas accéder à certaines professions ou fonctions. Le collège des avocats de Caracas refusait l’accès à toute personne qui n’était pas en mesure de prouver sa limpieza de sangre8. Les Amérindiens avaient un statut juridique à part, et ils appartenaient à la República de Indios. Ils bénéficiaient de certains droits, mais devaient souvent lutter pour défendre leurs terres, et ceux qui entendaient préserver une part de souveraineté pouvaient être réprimés. Quant aux esclaves, ils formaient une catégorie sociale distincte du reste de la société, par leur condition servile. Ils étaient souvent désignés par le terme negro9. Les moyens d’échapper à l’esclavage ou d’améliorer les conditions d’existence étaient variés : les révoltes et le marronnage étaient fréquentes dans la colonie10, tandis que certains parvenaient à racheter leur liberté grâce aux revenus issus de la culture d’un lopin de terre11.

  • 12 Gómez, Alejandro, Le spectre de la révolution noire : l’impact de la révolution haïtienne dans le m (...)
  • 13 Gómez, Alejandro, « Entre Résistance, Piraterie et Républicanisme : Mouvements Insurrectionnels d’i (...)

3Mais le contexte politique international des années 1790 était source de nouvelles préoccupations pour les élites du bassin caribéen, saisies d’effroi devant le « spectre de la révolution noire » de Saint-Domingue12. De fait, dans les années 1790, les politisations révolutionnaires remettaient en cause la hiérarchie des statuts socio-raciaux et l’esclavage dans la Grande Caraïbe. Aussi peut-on considérer qu’il existait une Révolution caribéenne, aux ramifications multiples, également au Venezuela, comme l’ont mis en évidence de nombreux travaux récents13.

4Aussi, à travers l’étude de l’insurrection de Coro en 1795, on peut analyser l’évolution du maniement des catégories juridiques par les autorités, et de leur signification politique.

5D’une part, on remarque que la répression des autorités s’est appliquée différemment selon les catégories d’individus, en fonction de la peur d’une Révolution caribéenne au Venezuela. Face au danger de la « contagion révolutionnaire », les Amérindiens Caquetíos sont perçues comme la meilleure garantie de la fidélité à la Monarchie et érigés en catégorie fidèle, alors même que certains d’entre eux avaient participés à l’insurrection. Les autorités cherchaient à distinguer et à hiérarchiser les degrés de fidélité à la Couronne de chaque catégorie, alors même que d’autres logiques politiques existaient et créaient des alliances qui dépassaient les divisions de statut.

La peur de la Révolution caribéenne et les catégories de la répression

  • 14 Archivo General de Indias (AGI), Audiencia de Caracas (ci-après Caracas), Tome 426, fol. 1-337.
  • 15 Arcaya, Pedro Manuel, Insurrección de los negros de la serranía de Coro de 1795, Caracas, Instituto (...)
  • 16 Aizpurua, Ramón, « La insurrección de los negros de la serranía de Coro de 1795: una revisión neces (...)
  • 17 Gómez, Alejandro,2006, op. cit.
  • 18 Soriano, Cristina, op. cit., p. 180-242.
  • 19 Martinez Peria, Juan Francisco op. cit., p. 171-204.

6Loin d’être seulement des termes descriptifs, les vocables en usage pour désigner les différents secteurs de la population, étaient aussi des catégories d’interprétation du monde, d’intelligibilité des événements. C’est pourquoi l’étude des correspondances administratives issues de la répression et des procès d’une révolte populaire peut être abordée sous l’angle de l’analyse de ces catégories. Afin d’étudier la révolte de Coro en 1795, on dispose d’un fonds conservé aux Archives des Indes à Séville14, dont proviennent les éléments présentés dans cet article, sauf mention contraire. Ces évènements ont également fait l’objet d’une abondante historiographie, qui a amplement débattu des motivations des insurgés, Ainsi, pour certains auteurs comme Pedro Manuel Arcaya ou Federico Brito Figueroa15, l’exemple de Saint-Domingue avaient été la principale source d’inspiration des révoltés. D’autres historiens tels que Ramón Aizpurua et Javier Laviña16 ont estimé que ces connexions révolutionnaires étaient exagérées par les autorités, et que l’insurrection était due essentiellement à des causes économiques et sociales, en particulier antifiscales. Les travaux les plus récents, comme ceux d’Alejandro Gómez17, de Cristina Soriano18 et de Juan Francisco Martinez Peria,19 adoptent une position médiane, et considèrent que les révoltés avaient des motivations plurielles, et que leur connaissance des événements révolutionnaires des Antilles, avait pu contribuer à légitimer leurs revendications antifiscales et antiesclavagistes. S’il est difficile d’établir avec certitude les motifs de révoltés, il est certain que la peur de la Révolution caribéenne, d’un combat radical des esclaves pour la liberté et des libres de couleur pour l’égalité, habitait les administrateurs et les planteurs de Coro. C’est en vertu de cette peur, et en fonction des catégories d’appartenance des individus, que la révolte fut réprimée, et les peines prononcées,

  • 20 Aizpurua, Ramón, Curazao y la Costa de Caracas. Introducción al estudio del contrabando de la provi (...)
  • 21 Tulet, Jean-Christophe « La fin de l’empire de sucre dans les îles de la Caraïbe », Caravelle 109, (...)
  • 22 Finley, Moses I., « Slavery », in Shils D. L. (dir.), International Encyclopaedia of Social Science (...)
  • 23 Figueroa, Federico Brito, La estructura económica de Venezuela colonial, Caracas, Univernidad Centr (...)
  • 24 Ibid., p. 306.
  • 25 Selon la catégorie élaborée par Ira Berlin, notamment dans Generations of Captivity: A History of A (...)
  • 26 Belmonte Postigo, José Luis « No siendo lo mismo echarse al mar, que es lugar de libertad plena ». (...)
  • 27 Aizpurua Ramon. « Santa María de La Chapa y Macuquita: En Torno a La Aparición de Un Pueblo de Escl (...)

7Coro était l’une des villes les plus anciennes du Venezuela, située à plus de 300 kilomètres à l’ouest de Caracas, et à moins de 70 kilomètres seulement de l’île hollandaise de Curaçao, avec laquelle le commerce, généralement de contrebande, fut intense tout au long du XVIIIe siècle20. L’élite de Coro était formée de commerçants, et de grands propriétaires terriens, esclavagistes. Les cultivateurs esclaves produisaient du cacao, du tabac, du coton, de l’indigo et de la canne à sucre, et contribuaient ainsi de manière fondamentale à la richesse de l’élite. Dans la province de Coro, les esclaves représentaient 12 % de la population en 1796, et la canne à sucre était la principale production. La région était une périphérie de « l’empire du sucre » de la Grande Caraïbe, fondé sur l’esclavage, et qui connaissait son apogée au XVIIIe siècle, en particulier à Saint-Domingue, jusqu’à la Révolution21. À ce titre, le Venezuela côtier de l’époque coloniale pourrait être considéré comme une société esclavagiste selon la définition qui en a été donnée par Moses Finley : la « société esclavagiste existe là où l’élite économique et politique dépend pour l’essentiel de la production sur le travail servile »22. De fait, les grandes familles Toro, Tovar, Mariño ou encore Bolívar tiraient une grande part de leur richesse et de leur pouvoir des plantations esclavagistes qu’ils possédaient23. Cependant l’esclavage avait une place moins centrale que dans les îles à sucre, dans la mesure où les esclaves représentaient seulement moins de 15 % de la population totale24 : proportion qui la rapproche davantage d’une « société à esclaves »25.Le Venezuela était également caractérisé par un important marronnage maritime : c’est-à-dire par les circulations d’esclaves en quête de liberté, qui passaient d’un territoire à un autre, en escomptant une libération alors qu’ils changeaient d’aire de souveraineté26. Dans la région de Coro, de nombreux fugitifs venus de Curaçao avaient ainsi obtenu la liberté, affirmant qu’ils quittaient l’île hollandaise pour exercer librement la religion catholique27. Les Espagnols les nommaient loangos, par référence à un peuple africain d’Angola du même nom : ce même terme était appliqué indifféremment par l’administration à tous les Noirs originaires de Curaçao.

8L’une des principales préoccupations des autorités au moment de la révolte de Coro était la « contagion révolutionnaire » internationale, à travers les nouvelles venues des îles françaises, et en particulier de Saint-Domingue, favorisées par les circulations d’esclaves, de corsaires, ou de commerçants en provenance de ces îles. L’abolition de l’esclavage à Saint-Domingue en août 1793, puis dans les îles du Vent reconquises par les Français à partir de juillet 1794 faisait craindre une vague révolutionnaire, se propageant en particulier aux esclaves et aux libres de couleur. Ces derniers formaient la catégorie la plus nombreuse, soit 44 % de la population en 1796. On comptait également 14 % de Blancs et 30% d’Amérindiens. Dans les discours produits par les autorités, les termes comme negros, mulatos et pardos, ne désignaient pas seulement des catégories de population internes à la société coloniale, mais aussi des sujets politiques potentiellement insérés dans un réseau révolutionnaire international.

9L’insurrection commença le 10 mai 1795 dans les plantations d’El Socorro. Dans l’hacienda de Macanillas, les révoltés blessèrent le fils du propriétaire José Telleria, et tuèrent son invité José Nicolas Martínez, originaire de Nouvelle-Espagne. La révolte était dirigée par José Leonardo Chirinos, zambo, libre, fils d’un esclave et d’une Amérindienne. Il était marié à une esclave María Dolores Tellería, et ses enfants étaient donc esclaves. Il jouissait apparemment de la confiance de son maître, qu’il accompagnait dans certains voyages à des fins commerciales. Ils attaquèrent quatre autres plantations. Le 11 mai, ils s’emparèrent d’un village et tuèrent José Telleria et un autre propriétaire. La troupe comprenait des esclaves, des Noirs libres, des Amérindiens, des pardos, des mulatos et des zambos, et grossissait au fur et à mesure de l’avancée des insurgés, jusqu’à compter environ 400 personnes. À Coro, le lieutenant Ramirez Valderrain, principale autorité de la ville convoqua toutes les troupes disponibles : des milices de Blancs, de pardos, et des Amérindiens venus de nombreux villages. Les Noirs Curaciens se présentèrent, et celui qui était alors le personnage le plus important de la communauté, José Caridad González, accompagné d’une vingtaine de Loangos, demanda des armes pour participer également au combat contre les insurgés. Mais le lieutenant de Coro les soupçonna de vouloir en réalité se joindre à la révolte, et les fit arrêter.

  • 28 Lavallé Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 2004, p. 50-51 et 251.
  • 29 O’Phelan Godoy, Scarlett, La Gran rebelión en los Andes : De Tupac Amaru a Tupac Catari, Lima, Petr (...)
  • 30 Leddy Phelan, John, El pueblo y el rey: la revolución comunera en Colombia, 1781, Bogotá, Editorial (...)
  • 31 Thompson, Edward Palmer, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past (...)
  • 32 On consultera avec profit les ouvrages de Jean-Pierre Tardieu sur ce sujet, notamment Resistencias (...)
  • 33 Voir notamment le travail de Michael Craton : Testing the Chains: Resistance to Slavery in the Brit (...)
  • 34 Comme l’a montré Aline Helg : Plus jamais esclaves. De l’insoumission à la révolte, le grand récit (...)
  • 35 Barry Gaspar, David et Geggus, David (dir.), A Turbulent Time. The French Revolution and the Greate (...)

10Le 12 mai 1795, les insurgés se retrouvent face aux troupes sous le commandement du lieutenant de Coro, Ramirez Valderrain. Le combat ne s’engagea pas directement car les révoltés envoyèrent d’abord une délégation pour négocier. Ils demandaient l’abolition de l’esclavage et la suppression de la taxe de l’alcabala. Le taux de cet impôt sur les transactions commerciales s’était progressivement élevé au cours de la période coloniale, passant de 6 à 8 % en 1779, dans le cadre des réformes bourboniennes28.Les revendications antifiscales avaient été à l’une des causes principales des grandes insurrections du monde andin, qui firent trembler l’Amérique hispanique au début des années 1780, comme la révolte de Tupac Amaru II au Pérou en 178029 et la rébellion des Comuneros de Nouvelle-Grenade en 178130. À Coro, la formation d’un détachement présentant les doléances à l’autorité témoignait d’une politisation toujours liée au système politique monarchique et colonial : les révoltés ne cherchaient pas seulement à attaquer les planteurs et les biens, mais souhaitaient faire valoir des revendications conformes à leur conception de la justice, à leur « économie morale »31. Cependant, le lieutenant de Coro refusa toute discussion et fit donner l’assaut. Les révoltés perdirent la bataille, et y laissèrent 25 morts et 23 prisonniers. José Leonardo Chirinos était en fuite, et le soulèvement prit fin. Chirinos fut finalement arrêté quelques mois plus tard. La rébellion en elle-même avait été brève. Elle s’inscrivait dans une longue tradition de résistance des esclaves au Venezuela, depuis le « rey Miguel », ancien esclave mineur qui fonda un éphémère royaume marron en 1553, jusqu’aux chefs rebelles Andresote et Guillermo au XVIIIème siècle32. Du reste, des rébellions serviles avaient lieu depuis le début de la mise en place de l’esclavage de plantation dans le du bassin caribéen33, même s’il s’agissait d’une stratégie exceptionnelle parmi de nombreuses autres formes de résistance34. Mais la rébellion de Coro survenait au cours de l’année la plus féconde en révoltes d’esclaves dans la Grande Caraïbe35, et suscitait de grandes inquiétudes des autorités : le Venezuela était-il à la veille d’une révolution d’inspiration dominguoise ou guadeloupéenne ?

  • 36 AGI, Audiencia de Caracas, 426, Lieutenant Ramirez Valderraín à l’Audiencia de Caracas, 23 mai 1795 (...)

11Lorsqu’on analyse la liste des exécutés et des condamnés on remarque la pluralité des catégories présentes. Le 23 mai, le lieutenant de Coro, Ramirez Valderraín dresse une liste de 54 individus identifiés comme révoltés ou comme suspects. Parmi eux, on compte 18 esclaves (dont 3 femmes), 7 libres de couleur, et 7 Amérindiens et 22 Noirs Curaciens ou Loangos36.

  • 37 « naciones »
  • 38 « a pesar de tener acepciones de diferente naturaleza, en todos los casos el concepto de nación cu (...)
  • 39 Lovera Reyes, Elina, « La fidelidad de los indios caquetíos de Coro durante la independencia de Ven (...)
  • 40 Wim Klooster et Gert Oostindie (ed.), Ibid.

12Le même jour, l’officier rendait un premier jugement expéditif et décida de faire exécuter sans procès 21 hommes esclaves et libres de couleur arrêtés. Trois femmes esclaves, nommées Polonia, Juana Antonia et Trinidad, furent condamnées à recevoir 200 coups de fouet, Les documents n’indiquent pas si elles survécurent à l’extrême violence de la peine, alors qu’elles étaient censées être ensuite revendues par leurs propriétaires hors de la juridiction. Quant aux Amérindiens et aux Noirs curaciens, Ramirez Valderrain décida de les envoyer aux galères à La Guaira et à Puerto Cabello. Ces derniers échappent aux exécutions sommaires. En effet, aux yeux des autorités de Coro, bien que suspects d’avoir participé à la rébellion, ils formaient des communautés constituées, des « nations »37. Dans l’Amérique hispanique, comme l’écrit Fabio Wasserman, l’appartenance à une nation était l’un des critères possibles de catégorisation des individus : « Malgré des acceptions de nature diverse, dans tous les cas, le concept de nation avait une fonction précise : distinguer, délimiter et définir des groupes sociaux aux caractéristiques déterminées telles que le lieu d’origine, l’appartenance ethnique, ou l’obéissance à un même pouvoir politique »38. Les Indiens Caquetíos de la province de Coro formaient une nation reconnue pour sa fidélité à la Couronne depuis le XVIe siècle, et la majorité d’entre eux étaient exemptés d’impôts39. Les Noirs Curaciens étaient également considérés comme fidèles dans la mesure où ils devaient leur liberté à la Monarchie. Mais le traitement donné aux deux nations fut bien différent. Les détachements de Caquetíos qui répondirent à l’appel du lieutenant de Coro, furent incorporées aux expéditions contre les insurgés. À l’inverse, les Noirs curaciens furent immédiatement considérés comme complices. Arrêté, José Caridad Gonzalez mourut peu après avec deux de ses compagnons, lors d’une tentative d’évasion selon le lieutenant de Coro. Cette différence de traitement entre deux groupes sociaux a priori fidèles, peut être attribué à la peur de la Révolution caribéenne. Parce que Noirs et issus du marronnage, les Loangos étaient nécessairement complices de la révolte d’après Ramirez Valderrain. Or l’existence d’une participation réelle des Loangos à l’organisation de la révolte est sujette à caution, même si elle est évoquée lors du procès. Une insurrection d’esclaves de grande ampleur eut également lieu à Curaçao en juillet 1795, et les insurgés se réclamèrent explicitement de l’exemple de Saint-Domingue et de Toussaint-Louverture40. Mais un lien direct n’a jamais pu être établi avec la rébellion de Coro deux mois auparavant.

  • 41 Voir notamment sur cette question des tactiques discursives des subalterns les remarques suggestive (...)
  • 42 Wim Klooster, « Le décret d’émancipation imaginaire : monarchisme et esclavage en Amérique du Nord (...)
  • 43 Julius Scott, « The Common Wind: Currents of Afro-American Communication in the Era of the Haitian (...)
  • 44 AGI, Caracas, 426, Audiencia de Caracas au Ministère de la Guerre, 12 juin 1795, fol. 6.
  • 45 Ibid, fol 88.
  • 46 Thibaud, Clément, 2017, op. cit., p. 102-133.
  • 47 « ley de los franceses »·
  • 48 Lucena Salmoral, Manuel Los Códigos negros en la América española, Alcalá de Henares, Ediciones Une (...)
  • 49 AGI, Caracas, 426, Manuel de Carrera, Rapport adressé par Manuel de Carrera à Francsico Jacot, envo (...)
  • 50 Martinez Peria, Juan Francisco, op. cit., p. 172.
  • 51 Je me permets ici de renvoyer à un précédent article : « Quand les cocardes étaient marronnes : La  (...)

13Le procès qui s’engagea sous l’autorité de l’Audience de Caracas, conduisit à plusieurs mois d’interrogatoire, au cours desquels José Leonardo Chirinos fut arrêté, puis condamné à mort et exécuté. Malheureusement son interrogatoire a disparu et ne figure pas dans les pièces du procès conservées à Séville et à Caracas. Les veuves des deux chefs supposés de l’insurrection, Maria de los Dolores Telleria, veuve de José Leonardo Chirinos, et Josefa Leonardo Piña, veuve de José Caridad Gonzalez furent également interrogées. Elles nièrent avoir été au courant des préparatifs de l’insurrection, sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agissait simplement d’une tactique destinée à échapper aux peines les plus sévères41. Elles furent finalement innocentées de leur participation à la révolte, mais María de los Dolores Telleria, esclave, devait être vendue à un propriétaire hors de la juridiction de Coro. Lors de ce même procès, les esclaves capturés et jugés déclarèrent s’être révoltés car ils croyaient qu’un décret d’abolition royale avait été proclamé, et qu’il était caché par les propriétaires. Ces rumeurs d’abolition décrétées par le roi étaient fréquentes dans l’ensemble des colonies caribéennes tout au long du XVIIIe siècle42. Selon Julius Scott, elles formaient partie intégrante de la culture politique des esclaves, une « culture de l’attente » (« culture of expectation »), issue notamment d’une réinterprétation des débats abolitionnistes43. Quant aux Noirs libres, ils souhaitaient l’abolition de la taxe de l’alcabala, qu’ils devaient payer lorsqu’ils se rendaient dans la ville de Coro, et qui était prélevée avec zèle par Manuel Iturbide, suscitant de nombreuses contestations. Les motivations antifiscales étaient indéniables, mais l’un des témoins du procès, Manuel Tellería assure également que les insurgés avaient connaissance des événements de Saint-Domingue, en particulier grâce à José Caridad González. Né esclave à Curaçao, ce dernier avait quitté ses fers en gagnant les côtes de Coro. Il avait cultivé des terres, et se serait rendu à l’Audience de Caracas44, et même à la Cour de Madrid selon Tellería45, pour que s’en voir reconnaître la propriété. À l’occasion de sa visite à Caracas, il aurait ainsi pu obtenir de nouvelles informations sur les bouleversements révolutionnaires dans les Antilles, de même qu’à travers les réseaux de contrebande avec Curaçao. La déclaration de guerre de l’Espagne à la France le 30 mars 1793 avait eu d’importantes conséquences dans la capitainerie générale du Venezuela. Ainsi, un contingent de mille miliciens du Venezuela avait été envoyé combattre à Saint-Domingue, et en septembre 1793, plusieurs centaines de prisonniers avaient débarqués à la Guaira, le port de Caracas, en communiquaient parfois avec la population, notamment les libres de couleur46. Ces circulations propageant les nouvelles de la Révolution conduisent les autorités à interpréter la révolte de Coro comme la tentative d’instauration d’une république, de mise en œuvre de la « loi des Français »47.Des rumeurs d’abolition s’étaient déjà propagées quelques années plus tôt, à La Havane et à Caracas au moment de l’édiction du « Code noir » de Charles IV, en 1789-179048. Le même témoin évoque même un corsaire français, qui aurait fait escale sur les côtes de Coro en avril 1795, et qui aurait incité les esclaves et les libres à préparer la révolte dans les plantations de la région49. Ces contacts auraient pu avoir lieu, car trois corsaires français avaient été signalés sur les côtes vénézuéliennes dès avril 179450. En mai 1796, une prise d’armes eut également à Trinidad, au cours de laquelle des esclaves et des libres de couleur de l’île se joignirent aux corsaires franco-antillais dans un affrontement avec la marine anglaise51.

  • 52 AGI, Caracas, 426, Lieutenant Ramirez Valderraín à l’Audiencia de Caracas, 23 mai 1795, fol. 32-33.

14Dans le cas de Coro, ces liens restent hypothétiques, mais c’est à l’aune de cette grille d’interprétation, celle d’un mouvement révolutionnaire macro-régional à la diffusion irrépressible, que les insurgés étaient jugés et que la révolte était décrite par les autorités. Dans les énumérations des participants de la révolte, les Amérindiens ne figurent pas toujours, alors même qu’ils constituent près de 15 % des participants connus. Ainsi, le 23 mai 1795, dans le rapport adressé à l’Audiencia de Caracas52, le lieutenant de Coro mentionne les « negros », « zambos », « mulatos esclavos y libres » comme protagonistes de la révolte, qui souhaitaient établir la « loi des français ». La participation de certains Amérindiens à l’insurrection retenait moins l’attention des autorités que celle des esclaves et des libres de couleur, parce qu’ils étaient moins suspectés de participer à la Révolution caribéenne. À l’inverse des Noirs Curaciens, suspectés et condamnés a priori, les Amérindiens, et en particulier les Caquetíos étaient considérés comme éminemment loyaux, a priori. Les officiers royaux ne tarissaient pas d’éloge sur leur fidélité, et les voyaient comme la meilleure garantie du rétablissement de la concorde.

Rétablir la concorde : la construction des Caquetíos comme catégorie fidèle

  • 53 Lovera Reyes, Elina, Ibid, p. 177.
  • 54 Ibid., p. 180.
  • 55 AGI, Caracas, 426, Juan Ramón Echave à l’Audiencia de Caracas, 5 juillet 1795.
  • 56 AGI, Caracas, 426, Rapport de Geronimo Tinoco au capitaine général, 2 septembre 1795, fol. 224-225.

15Les discours produits par les autorités suite à la révolte, témoignent de la répression et des sentences prononcées, mais sont aussi l’occasion de réaffirmer la fidélité de certaines catégories de population. À cet égard, le cas des Indiens Caquetíos est particulièrement exemplaire. Ils étaient considérés comme loyaux à la Couronne et exemptés de tribut depuis 153953. Leur participation à la rébellion de Coro était considérée comme marginale, et c’est bien davantage leur engagement dans la répression qui est connu54. De fait, les autorités de Coro et de Caracas valorisaient abondamment la participation des Caquetíos aux combats. Ainsi, l’un des premiers détachements mobilisés pour affronter les insurgés était composé de 105 hommes dont 84 Amérindiens55. L’un des envoyés du capitaine général Pedro Carbonnel, Geronimo Tinoco affirme que ce sont plus de 500 Amérindiens qui ont pris part aux combats contre les révoltés, issus de plusieurs communautés de Caquetíos56, comme Carrizal, Guaybacoa, Cúmarebó Acurigua, Santa Ana, Muruy y Mitare. Il fait l’éloge de leur loyauté et de leur attachement à la Couronne.

  • 57 AGI, Caracas, 426, Lettre de l’Audiencia de Caracas au Conseil des Indes, 6 mars 1797, fol. 15.

16Les Caquetíos sont perçus par les autorités du Venezuela comme les sujets les mieux à même de préserver la colonie des périls révolutionnaires. Quelques années plus tard, l’Audiencia de Caracas estimait qu’il faudrait autoriser les hommes Caquetíos à épouser des femmes blanches, pour faire croître une population métisse, et loyale57. Pourtant, d’autres documents montrent que cette fidélité ne s’étendait pas nécessairement à tous les Amérindiens. Les affirmations générales, qui assignent les individus à une seule attitude politique possible selon leurs catégories d’appartenance peuvent être grandement nuancées par l’étude attentive des faits.

  • 58 AGI, Caracas, 426, Manuel de Carrera, Rapport adressé par Manuel de Carrera à Francsico Jacot, envo (...)
  • 59 Chefs d’une communauté amérindienne, reconnus par l’administration coloniale.
  • 60 AGI, Caracas, 426, Rapport de Cipriano Antonio González à l’Audiencia de Caracas, fol. 337.
  • 61 AGI, Caracas, 426, Déclaration de Maria de los Dolores Chirinos, 23 octobre 1795, fol. 304.
  • 62 AGNV, Indigenas, Tome VII, fol. 390 à 471.

17Ainsi, parmi les Amérindiens ayant été condamnés, certains ont fait partie des initiateurs et des meneurs de la révolte. Juan de Jesus de Lugo est accusé par Manuel de Carrera d’avoir entraîné les esclaves d’une plantation58. Il fait partie des communautés indigènes soumises à la fiscalité, contrairement aux Caquetíos. L’opposition à l’impôt pourrait contribuer à expliquer son rôle dans la rébellion. En revanche, cette raison ne fut pas suffisante pour convaincre le cacique59 de Pecaya. Ce dernier aurait même présenté à un envoyé du gouverneur une lettre adressée par José Leonardo Chirinos, l’enjoignant à rejoindre l’insurrection. L’existence de la lettre n’est pas certaine, dans la mesure où elle ne figure pas dans les archives. De plus, il s’agit d’un argument avancé par le cacique de Pecaya pour obtenir l’exemption de tribut, en montrant sa fidélité. Il demande l’extension des privilèges des Caquetíos à sa communauté, au nom de la loyauté dont elle a témoigné60. Par ailleurs, des Caquetíos ont également pris part à l’insurrection. Ainsi, dans son témoignage, Maria de los Dolores Chrinos, veuve de José Leonardo Chirinos, décrit les débuts de la révolte, et la manière dont son mari et cinq autres hommes ont attaqué le fils du propriétaire : l’un d’entre eux est Juan de la Cruz « Indio de Cumarebo »61. Les quatre autres participants, outre Chirinos, zambo, sont deux mulâtres, un Noir libre, et un esclave. Cumarebo est un village de Caquetíos, dispensés d’impôt, et dans ce cas le mobile antifiscal ne peut être invoqué. Du reste, sur les sept Indiens condamnés, six sont issus de villages Caquetíos. Ces exemples introduisent un doute sur la fidélité exemplaire de la communauté. Un autre document découvert à l’Archivo General de la Nación de Caracas éclaire sous un nouveau jour les rapports entre les autorités, en particulier le lieutenant de Coro, et les Caquetíos. En décembre 1793, dans le contexte de la guerre déclarée à la France révolutionnaire, le lieutenant de Coro, avait mené une opération de recrutement62. Il avait convoqué dans la ville de Coro plus de 200 Amérindiens des villages Caquetiós, et la milice des Noirs de Curaçao. Ainsi les deux corps de la province de Coro censés être les plus loyaux à la Couronne étaient rassemblés. Les Amérindiens avaient coutume à Coro de défendre les côtes de la province, mais le projet de Ramirez Valederrain était de les envoyer au port militaire de Puerto Cabello, à plus de 200 kilomètres de leurs terres. Afin de mener à bien ce projet, il avait organisé une étonnante confrontation, en ordonnant aux Noirs Curaciens de désarmer les Amérindiens. Ils les privèrent de leurs bannières, de leurs tambours et de leurs armes (essentiellement des arcs) et les conduisirent jusqu’à un navire de guerre. Emmenés sous la contrainte à Puerto Cabello, les Amérindiens protestèrent à la même manière de nombreux révoltés d’Ancien Régime, de même que les Comuneros de 1781, en clamant « Vive le roi ! Mort au mauvais gouvernement ! ». Les caciques, ne tardèrent pas à émettre une réclamation contre la mobilisation forcée, appuyée par le Protector de Indios du Conseil des Indes Le gouverneur de Puerto Cabello assura également sa désapprobation des méthodes de Ramirez Valderrain, et affirma qu’il n’avait pas requis un tel renfort, du moins pas sous cette forme. En conséquence, le capitaine général du Venezuela rappela à l’ordre le lieutenant de Coro, et lui demanda de permettre le retour dans leurs communautés des Amérindiens recrutés de force. Ramirez Valderrain se plia à cette décision.

  • 63 Voir le tableau en annexe.
  • 64 Voir notamment Lomné, Georges « De la República y otras repúblicas: La regeneración de un concepto  (...)
  • 65 Archivo General de Simancas, Secretaria de Estado y del Despacho de Guerra, 7181, 30, fol., Capitai (...)
  • 66 Zuñiga, Jean-Paul, « Africains aux antipodes. Armée et mobilité sociale dans le Chili colonial », i (...)
  • 67 Ibid., p. 122.

18L’exode, temporaire mais brutal de jeunes Caquetíos, par le lieutenant de Coro en décembre 1793, pourrait contribuer à expliquer que certains d’entre eux aient pris part à l’insurrection de mai 1795. En comparant la liste des Indiens déportés en 1793 et celle des Indiens condamnés en 1795, on n’a pas trouvé de noms d’individus exactement semblables. Néanmoins on a établi des similitudes à partir de la correspondance des critères du nom de famille et du village d’origine63. Il apparaît que six des sept Amérindiens condamnés appartenaient probablement à des familles ayant été touchées par le recrutement de décembre 1793. Par rapport aux 200 Caquetíos emmenés à Puerto Cabello, le nombre d’Amérindiens s’étant révoltés en 1795 reste relativement faible, et ils furent en effet bien plus nombreux à participer à la répression. Toutefois, le fait qu’au moins sept d’entre eux aient pris part à l’insurrection, montre une autonomie politique des individus, au sein de la communauté amérindienne des Caquetíos. On peut aussi émettre l’hypothèse que des liens avec les libres de couleur et des esclaves, d’ordre familial ou commercial, pouvaient être à l’origine de l’extension de la rébellion à certains Amérindiens. José Leonardo Chirinos lui-même était un zambo, de mère indigène. Ces liens peuvent aussi éclairer d’une autre manière la revendication d’une « république » que les autorités ont parfois attribuée aux insurgés. Dans l’Ancien Régime, ce terme recouvrait une pluralité de sens, et pouvait simplement signifier le « bien commun »64. Il pouvait aussi faire référence à la « République des Indiens », c’est à dire au régime juridique sous lequel vivaient les communautés indigènes reconnues par la Couronne, auquel étaient associées un certain nombre de droits. Les révoltés de Coro pouvaient aussi aspirer à un tel statut, qui les aurait dispensés d’impôt, et pas nécessairement à la République française telle qu’elle se déployait dans de nombreuses îles des Caraïbes, comme le craignait l’administration hispanique. Les différentes significations associées au terme lui donnaient de fait une épaisseur et une pluralité propres à condenser diverses revendications, du point de vue des insurgés ou des autorités. D’autre part, l’épisode du recrutement de décembre 1793 peut permettre de voir sous un nouveau jour les rapports du lieutenant de Coro en 1795. Il avait déjà été désapprouvé par le capitaine général et il devait éviter un nouveau désaveu. Aussi, son insistance sur la fidélité des Caquetíos en 1795 était aussi une manière de mettre en valeur son bon gouvernement. En un sens, la fidélité des Caquetíos était aussi construite dans le cadre d’un discours de justification du lieutenant de Coro vis-à-vis de ses supérieurs, et du capitaine général vis-à-vis du Conseil des Indes. Par ailleurs, la mise en accusation des Noirs Curaciens, ceux là-mêmes qui avait secondé Ramirez Valderraín un an et demi auparavant, montrait un changement d’alliance, sans doute sous l’effet de la peur de Révolution caribéenne, devenue prédominante. D’anciens esclaves, dussent-ils leur liberté à la Monarchie, étaient désormais perçus comme des révolutionnaires potentiels. À l’inverse la milice de pardos de Coro avait bien participé aux combats contre les insurgés. Ainsi, son capitaine, Juan del Rosario Borges, vantait les mérites de ses troupes dans une lettre adressée au Capitaine général le 3 février 1796, demandant la concession du fuero militar65, déjà concédé aux milices de pardos de Caracas : c’est à dire le privilège non seulement de porter des armes, mais aussi de ne plus être passible d’emprisonnement pour dette et exempté de tributs66. Le capitaine se targuait d’avoir décapité 90 rebelles avec ses hommes lors des combats : un chiffre bien supérieur au 46 morts cités dans son rapport par le lieutenant Ramirez Valverraín (25 morts los de la bataille puis 21 exécutions sommaires). Les miliciens pardos s’employaient ainsi à démontrer leur fidélité, et s’efforçaient d’en tirer avantage. Lorsqu’il désigne les insurgés, Juan del Rosario Borges les qualifie toujours de negros : jamais de mulatos, de zambos ou d’Indios. Cette qualification unique vise peut-être à marquer radicalement la différence entre les miliciens pardos et les insurgés, en masquant la participation de nombreux libres de couleur à la révolte. Comme l’a démontré Jean-Paul Zuñiga, le pardo en armes était un « vecteur de confusion sociale »67 dans l’Amérique hispanique, et un motif d’inquiétude pour les élites. Mettre en discours l’opposition radicale entre les pardos fidèles et les negros révoltés était donc une manière de rassurer et de convaincre en vue d’obtenir des privilèges, quitte peut-être à exagérer le nombre des ennemis tués. L’enjeu était pour la milice de pardos, de s’ériger en groupe fidèle à la Monarchie, et reconnu comme tel, en se distinguant de la plèbe des insurgés, à l’exemple des Caquetíos. Ainsi, la fidélité attribuée à l’une ou l’autre des catégories socio-raciales était en évolution permanente et constituait l’objet d’une lutte pour la reconnaissance.

Conclusion : Au-delà des catégories, la diversité des tactiques

19L’étude de la révolte de Coro permet d’appréhender certaines des logiques de catégorisation des individus, de la part des autorités, dans le Venezuela colonial de la fin du XVIIIe siècle. Ainsi les châtiments appliqués aux insurgés de Coro différaient selon la catégorie assignée aux individus auxquels ils s’appliquaient. Dans le contexte de la Révolution caribéenne, la peur traditionnelle des créoles vis-à-vis des populations afro-descendantes était aussi renforcée par le spectre d’une contagion révolutionnaire venue de Saint-Domingue ou de Guadeloupe. De fait, on peut considérer que ces événements étaient effectivement connus à Coro, notamment parmi les esclaves et les libres de couleur, du fait des échanges commerciaux avec Curaçao, ou des nombreux prisonniers de guerre français à Caracas. Ils ont pu contribuer aux aspirations croissantes des insurgés à la liberté et à l’égalité. Cependant, les motifs de révolte étaient nombreux, et la rumeur d’abolition royale, de même que le rejet de l’impôt et le statut enviable des Caquetíos pour les libres de couleur, ont aussi joué un rôle. Parmi ces mêmes Caquetíos, certains ont pourtant participé à la rébellion, peut-être parce qu’ils étaient plus proche des libres de couleur, ou qu’ils n’avaient pas pardonné au lieutenant Ramirez Valderraín le recrutement militaire contraint, mis en œuvre en décembre 1793.

20La diversité des révoltés, de même que celle des troupes du lieutenant de Coro nous informent sur la pluralité des tactiques existantes au sein des groupes sociaux. Des individus appartenant aux mêmes catégories juridiques pouvaient avoir des aspirations opposées : un Amérindien ou un libre de couleur pouvait aussi bien être un révolté ou un soldat de la Monarchie. C’est pourquoi les assignations et les simplifications sémantiques auxquelles procédaient souvent les rapports des autorités peuvent être nuancées ou contredites, à la lumière de l’analyse historique. Les processus de hiérarchisation des groupes et de catégorisations s’appliquaient à tous, mais les tactiques étaient diverses, de l’intégration dans les structures de pouvoir à l’insurrection. Aussi, de même que de nombreuses autres révoltes survenues dans la Caraïbe à l’ère des révolutions, la rébellion de Coro nous permet de comprendre comment les catégories d’appartenance constituaient des cadres d’action, mais aussi comment les individus pouvaient les remettre en cause ou les redéfinir, en particulier à l’ère des révolutions.

Annexe 1 : Tableau des similitudes entre la liste de recrutement de décembre 1793 et les Amérindiens condamnés pour leur participation à la révolte de mai 1795

Village de Cumarebo

Village de Guaybacoa

Village de Carrizal

Recrutement de 1793

Juan del Pilar Mendez

Rafael Josef Gutierrez

Pedro Manuel Camaya ; Pedro José Matto ; Bernardo Gregorio Villanueva

Révolte de 1795

Juan Florencio Mendez

Juan Eugenio Gutierrez

Juan Nicolas Cayama ; Juan de Mattos ; Juan de la Cruz Villanueva

Sources : Archivo General de Indias, Audiencia de Caracas, Tome 426, fol. 1-337 ; Archivo General de la Nación de Venezuela, Indigenas, Tome VII, fol. 390-471.

Haut de page

Notes

1 « petulante y orgulloso», « notabilísima diferencia », Archivo General de la Nación de Venezuela (ci-après AGNV), Gobernación y Capitanía General, Tome VI, Lettre du Capitaine général au comte de Campo de Alange, 13 avril 1792, fol. 233.

2 Gómez, Alejandro, « APENAS UNA PARTE DE NEGRO. Valores socio-raciales y accionar político de las élites de « color quebrado ». Jamaica, Venezuela, y Antillas Francesas (siglos XVIII y XIX) » Revista de Indias, Volumen LXXV, N° 263, janvier-avril 2015, p. 65-92 ; Langue, Frédérique, « La pardocracie ou l’itinéraire d’une « classe dangereuse » dans le Venezuela des XVIIIe et XIXe siècles », Caravelle, 1996, p. 57-72. Schaub, Jean-Frédéric, Pour une histoire politique de la race, Paris, Seuil, 2015 ; Thibaud, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela, 1780-1820), Rennes, Les Perséides, 2017, ici p. 78-85.

3 Qualité

4 Cuarteron

5 Quinteron

6 Mulâtre

7 Castes

8 « Pureté de sang » ; Boletín del Archivo General de la Nación (ci-après BAGNV), tome LXII, n° 222, janvier-juin 1972, « Estatus del Colegio de Abogados de 1792 », p. 29-56. Transcription de Archivo General de la Nación, Caracas, Section « Reales Cédulas » 1792-1795, tome V, f° 18-25, par Joseph Antonio Comejo.

9 Littéralement « noir », mais signifiant généralement esclave, sauf précision contraire : « negro libre ».

10 Brito Figueroa, Federico, Las insurrecciones de esclavos en la Venezuela colonial, Caracas, Cantaclaro, 1961; Martinez Peria, Juan Francisco « Lazos revolucionarios, Influencias, encuentros y desencuentros entre Haïti, Venezuela y Nueva Granada en la época de la Independencia (1789-1830) », thèse de l’université Pompeu Fabra de Barcelone, 2015.

11 Ochoa, Neller «El fruto de mi trabajo, esclavitud, arboledillas y poder en la provincia de Caracas (siglo XVIII)» in Flores González, Jorge, Ochoa, Neller, Rojas, Neruska, Blanco Zambrano, Alexander, Ávila, Eduard (coord.), Se acata pero no se cumple. Historia y sociedad en la provincia de Caracas (siglo XVIII), Caracas, Archivo General de la Nación, Centro Nacional de la Historia, 2014, p. 127-215.

12 Gómez, Alejandro, Le spectre de la révolution noire : l’impact de la révolution haïtienne dans le monde atlantique 1790-1886, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013. Voir aussi le travail classique de Miguel Izard : El miedo a la Revolución, la lucha por la libertad en Venezuela (1777-1830), Madrid, Tecnos, 1979.

13 Gómez, Alejandro, « Entre Résistance, Piraterie et Républicanisme : Mouvements Insurrectionnels d’inspiration Révolutionnaire Franco-Antillaise Dans La Côte de Caracas, 1794-1800. », Travaux et Recherches de l’UMLV, n° 11, 2006, p. 91-120 ; Martinez Peria, Juan Francisco, Ibid.. ; Soriano, Cristina, Rumor of Change, Repercussions of Caribbean Turmoil and Social Conflict in Venezuela, Thèse de doctorat de l’Université de New-York, 2011 ; Stráka, Tomás, « Venezuela en la revolución atlántica. Algunos problemas y posibilidades, Anuarios de estudios atlánticos, 58, 2012, p. 185-214; Thibaud, Clément Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela, 1780-1820), Rennes, Les Perséides, 2017.

14 Archivo General de Indias (AGI), Audiencia de Caracas (ci-après Caracas), Tome 426, fol. 1-337.

15 Arcaya, Pedro Manuel, Insurrección de los negros de la serranía de Coro de 1795, Caracas, Instituto Panamericano de Geografía e Historia, 1949; Brito Figueroa, Federico, 1961, Las insurrecciones de esclavos en la Venezuela colonial, Caracas, Cantaclaro, 1961.

16 Aizpurua, Ramón, « La insurrección de los negros de la serranía de Coro de 1795: una revisión necesaria », BANH, n° 283, juillet-septembre 1988, p. 705-723; Laviña, Javier, «Esclavitud y rebeldía en América», in Laviña, Javier (coord.) Esclavos Rebeldes y Cimarrones, Madrid, Fundación Hernando de Larramendi Tavera, 2005, p. 8-63.

17 Gómez, Alejandro,2006, op. cit.

18 Soriano, Cristina, op. cit., p. 180-242.

19 Martinez Peria, Juan Francisco op. cit., p. 171-204.

20 Aizpurua, Ramón, Curazao y la Costa de Caracas. Introducción al estudio del contrabando de la provincial de Venezuela en tiempos de la compañia Guipuzcoana 1730-1780, Caracas, Biblioteca de la Academia Nacional de Historia, 1993.

21 Tulet, Jean-Christophe « La fin de l’empire de sucre dans les îles de la Caraïbe », Caravelle 109, 2017, p. 15-29.

22 Finley, Moses I., « Slavery », in Shils D. L. (dir.), International Encyclopaedia of Social Sciences, New-York, Macmillan, 1968, vol. 14, p. 307-313. Cité par Isnard, Paulin, « Écrire l’histoire de l’esclavage. Entre approche globale et perspective comparatiste », Annales, Histoire, Sciences sociales, 72-1, 2017, p. 9-43. Le vaste débat historiographique autour de cette définition est brillamment résumé dans ce même article de Paulin Isnard.

23 Figueroa, Federico Brito, La estructura económica de Venezuela colonial, Caracas, Univernidad Central de Venezuela, Ediciones de la Biblioteca, 1978.

24 Ibid., p. 306.

25 Selon la catégorie élaborée par Ira Berlin, notamment dans Generations of Captivity: A History of African- American Slaves (Cambridge, MA: Belknap Press of Harvard University Press, 2003).

26 Belmonte Postigo, José Luis « No siendo lo mismo echarse al mar, que es lugar de libertad plena ». Cimarronaje marítimo y política trans-imperial en el Caribe español, 1687-1804 », in Naranjo Oviedo, Consuelo (ed.) Esclavitud y diferencia racial en el Caribe hispano, Madrid, Editorial Doce Calles, 2017, p. 43-70.

27 Aizpurua Ramon. « Santa María de La Chapa y Macuquita: En Torno a La Aparición de Un Pueblo de Esclavos Tugados de Curazao En La Sierra de Coro En El Siglo XVIII. » Boletín de La ANH, n° 87, 2004, p. 109–128. Rupert, Linda M., « Inter-colonial networks and revolutionary ferment in eighteenth century Curaçao and Tierra-Firme », in Wim Klooster et Gert Oostindie (ed.), Curaçao in the Age of Revolutions (1795-1800), Leyde, Presses du KITLV, 2011, p. 75-96.

28 Lavallé Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 2004, p. 50-51 et 251.

29 O’Phelan Godoy, Scarlett, La Gran rebelión en los Andes : De Tupac Amaru a Tupac Catari, Lima, Petroperu, Centro de Estudios Regionales Andinos « Bartolomé de las Casas », 1995.

Serulnikov, Sergio, Revolution in the Andes: The Age of Túpac Amaru, Durham, Duke University Press, 2013; Walker, Charles, Smoldering Ashes: Cuzco and the Creation of Republicanism Peru, 1780-1840, Durham, Duke University Press, 1999.

30 Leddy Phelan, John, El pueblo y el rey: la revolución comunera en Colombia, 1781, Bogotá, Editorial Universidad del Rosario, 2009.

31 Thompson, Edward Palmer, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, n° 50, février 1971, p. 76-136.

32 On consultera avec profit les ouvrages de Jean-Pierre Tardieu sur ce sujet, notamment Resistencias de los negros en la Venezuela colonial, Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2013

33 Voir notamment le travail de Michael Craton : Testing the Chains: Resistance to Slavery in the British West Indies ,Ithaca, Cornell University Press, 1982.

34 Comme l’a montré Aline Helg : Plus jamais esclaves. De l’insoumission à la révolte, le grand récit d’une émancipation (1492-1838), Paris, La Découverte, 2016.

35 Barry Gaspar, David et Geggus, David (dir.), A Turbulent Time. The French Revolution and the Greater Caribbean, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, 1997.

36 AGI, Audiencia de Caracas, 426, Lieutenant Ramirez Valderraín à l’Audiencia de Caracas, 23 mai 1795, fol. 31-34.

37 « naciones »

38 « a pesar de tener acepciones de diferente naturaleza, en todos los casos el concepto de nación cumplía con una función precisa: distinguir, delimitar o definir conjuntos sociales caracterizados por compartir determinados atributos como lugar de origen, rasgos étnicos o estar subordinados a un mismo poder político ». Fabio Wasserman « El concepto de nación y las transformaciones del orden político en Iberoamerica 1750-1850 » , in Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano. La era de las revolucciones 1750-1850 [Iberconceptos I], Madrid, Fundación Carolina, Sociedad Estatal de Conmomeraciones Culturales, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, p. 854. Traduction de l’auteur.

39 Lovera Reyes, Elina, « La fidelidad de los indios caquetíos de Coro durante la independencia de Venezuela », in Bonilla, Heraclio (ed.), Indios, negros y mestizos en la Independencia, Bogota, Editorial Planeta, Universidad Nacional de Colombia, 2010, p. 172-185

40 Wim Klooster et Gert Oostindie (ed.), Ibid.

41 Voir notamment sur cette question des tactiques discursives des subalterns les remarques suggestives de James C. Scott, Domination and the Arts of Resistance. Hidden Transcripts, New Haven-Londres, Yale University Press, 1990.

42 Wim Klooster, « Le décret d’émancipation imaginaire : monarchisme et esclavage en Amérique du Nord et dans la Caraïbe au temps des révolutions », Annales Historiques de la Révolution française, 3263, janvier-mars 2011, L’Amérique du Nord à l’époque de la Révolution française, p. 109-129.

43 Julius Scott, « The Common Wind: Currents of Afro-American Communication in the Era of the Haitian Revolution », thèse de doctorat de l’Université Duke, 1986.

44 AGI, Caracas, 426, Audiencia de Caracas au Ministère de la Guerre, 12 juin 1795, fol. 6.

45 Ibid, fol 88.

46 Thibaud, Clément, 2017, op. cit., p. 102-133.

47 « ley de los franceses »·

48 Lucena Salmoral, Manuel Los Códigos negros en la América española, Alcalá de Henares, Ediciones Unesco, 1996.

49 AGI, Caracas, 426, Manuel de Carrera, Rapport adressé par Manuel de Carrera à Francsico Jacot, envoyé du capitaine général, 2 juillet 1795, fol. 93.

50 Martinez Peria, Juan Francisco, op. cit., p. 172.

51 Je me permets ici de renvoyer à un précédent article : « Quand les cocardes étaient marronnes : La Trinité espagnole en révolution », Monde(s), vol. 12, n° 2, 2017, p. 221-237.

52 AGI, Caracas, 426, Lieutenant Ramirez Valderraín à l’Audiencia de Caracas, 23 mai 1795, fol. 32-33.

53 Lovera Reyes, Elina, Ibid, p. 177.

54 Ibid., p. 180.

55 AGI, Caracas, 426, Juan Ramón Echave à l’Audiencia de Caracas, 5 juillet 1795.

56 AGI, Caracas, 426, Rapport de Geronimo Tinoco au capitaine général, 2 septembre 1795, fol. 224-225.

57 AGI, Caracas, 426, Lettre de l’Audiencia de Caracas au Conseil des Indes, 6 mars 1797, fol. 15.

58 AGI, Caracas, 426, Manuel de Carrera, Rapport adressé par Manuel de Carrera à Francsico Jacot, envoyé du capitaine général, 2 juillet 1795, fol. 102.

59 Chefs d’une communauté amérindienne, reconnus par l’administration coloniale.

60 AGI, Caracas, 426, Rapport de Cipriano Antonio González à l’Audiencia de Caracas, fol. 337.

61 AGI, Caracas, 426, Déclaration de Maria de los Dolores Chirinos, 23 octobre 1795, fol. 304.

62 AGNV, Indigenas, Tome VII, fol. 390 à 471.

63 Voir le tableau en annexe.

64 Voir notamment Lomné, Georges « De la República y otras repúblicas: La regeneración de un concepto », in Fernández Sebastián, Javier (dir.), op. cit., p. 1253-1269.

65 Archivo General de Simancas, Secretaria de Estado y del Despacho de Guerra, 7181, 30, fol., Capitaine Juan de Rosario Borges au Capitaine Général de Caracas, 3 févier 1796, fol. 14 à 17 verso.

66 Zuñiga, Jean-Paul, « Africains aux antipodes. Armée et mobilité sociale dans le Chili colonial », in Bernand, Carmen et Stella Alessandro (dir.), D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile. XIIIe-XXIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 115-132. Ici p. 123.

67 Ibid., p. 122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Spillemaeker, « La révolte de Coro : les catégories bouleversées à l’ère des révolutions (Venezuela, 1795) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/75193 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.75193

Haut de page

Auteur

Frédéric Spillemaeker

EHEHI, Casa de Velázquez ; EHESS, Mondes Américains-CERMA (UMR 8168)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page