Navigation – Plan du site
Débats | 2019
La parole et le corps – Fabrique et jeux des catégories dans les Amériques – (XVIe-XXe siècles) – Coord. Nadine Beligand et Arnaux Exbalin
Soizic Croguennec

Inventer et réinventer l’identité : les bigames du Centre-Nord de la nouvelle-Espagne (XVIIIe siècle)

Inventar y reinventar la identidad: los bígamos en el Centro Norte de la Nueva España (siglo XVIII)
Inventing and reinventing identity:  bigamists in the Center North of New Spain (18th century)
[19/02/2019]

Résumés

Au cours de la période moderne, le crime de bigamie était considéré comme un péché extrêmement grave dans la société péninsulaire et hispano-américaine. Pour cette raison, chaque enquête menée par les juges de l’Inquisition faisait l’objet d’une attention méticuleuse surtout lorsqu’il s’agissait de bien établir l’identité de la personne mise en accusation. Une telle obsession pour le détail est une chance immense pour l’historien qui se consacre aux questions de l’identité et des catégories dans le monde colonial. En effet, les différents procès analysés suivent un modèle commun. Tout d’abord apparaît la déclaration du délateur ainsi que la description qu’il donne de l’accusé. Nous trouvons ensuite la déclaration de l’accusé lui-même, dans laquelle il décline son identité et fait le récit de son histoire personnelle. Finalement interviennent les témoins, chaque témoignage ajoutant une nouvelle description ou une nouvelle identification de l’accusé. Dans un travail d’analyse des catégories, ces documents possèdent une richesse unique. Ces procès permettent d’étudier non seulement la manière dont les bigames instrumentalisent les catégories socio-ethniques comme un outil essentiel dans leurs stratégies de réinvention identitaire, mais aussi la grande ambiguïté de ces catégories dans l’esprit de l’observateur qui décrit l’accusé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bakewell, Peter, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge (...)
  • 2 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XV (...)

1Le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne est caractérisé tout au long du XVIIIe siècle par un ensemble de particularismes qui contribuent à façonner la région et sa population. Tout d’abord, les besoins constants d’une économie minière structurée autour des reales de minas comme Zacatecas, Guanajuato ou encore San Luis Potosí sont alimentés par une main-d’œuvre libre et salariée qui se déplace de real en real au gré des périodes de bonanza et de crise1. De même, l’immensité du territoire, associée à l’éloignement des principaux centres de pouvoir, fait de ces régions de véritables « zones de refuge » pour les individus désireux d’échapper au regard des autorités, depuis les judaïsants jusqu’aux esclaves en fuite2. De fait, ce sont de véritables dynamiques de frontière qu’il est possible d’observer dans un espace qui exerce une grande attractivité sur une population très diverse, constituée de métis, mulâtres, Indiens ladinos et « petits Blancs ». Un tel ensemble de caractéristiques fait donc du Centre-Nord le théâtre idéal pour interroger voire revisiter les questions des métissages et de la construction des catégories sociales dans l’Amérique coloniale.

  • 3 Voir par exemple le débat entre, d’une part, Chance, John K. et Taylor William B., « Estate and Cla (...)
  • 4 Caillavet, Chantal et Minchom, Martin, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies (...)
  • 5 Cavalli-Sforza, Luigi Luca, Gènes, Peuples et Langues, Paris, Odile Jacob, 1996.
  • 6 Twinam, Ann, Purchasing Whiteness. Pardos, Mulattos, and the Quest for Social Mobility in the Spani (...)

2Plus spécifiquement, la question des catégories sociales apparaît comme l’un des thèmes les plus débattus et les plus dynamiques de l’historiographie américaniste qui a alimenté de féroces débats sur la nature de la stratification sociale. À l’image d’une « société de castes », organisée selon un principe socio-racial, a répondu la vision d’une stratification essentiellement socioéconomique3. À partir de là, se pose une réflexion sur la validité des catégories utilisées dans la documentation : l’individu désigné comme métis ou mulâtre se retrouve-t-il véritablement dans une étiquette essentiellement élaborée par les élites coloniales4 ? Pour des anthropologues comme Luigi Luca Cavalli-Sforza, ces catégories ne sont que des étiquettes vides de sens, qui ne correspondent en rien au vécu des acteurs5. De telles études ont ainsi mené les historiens à remettre en cause une certaine vision du monde colonial trop dépendante de la législation coloniale, qui réutilise les catégories sans réellement les questionner sans tenir compte de la grande complexité des identités coloniales. Le foisonnement des discussions a ainsi conduit à une réflexion plus approfondie sur les processus de la stratification sociale, de la construction des identités et d’élaboration des catégories sociales en Amérique hispanique6.

  • 7 García-Molina Riquelme, Antonio, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición (...)
  • 8 Poloni-Simard, Jacques, « Redes y mestizaje » in Boccara, Guillaume et Galindo, Sylvia (éd.), Lógic (...)
  • 9 Boyer, Richard, Lives of the Bigamists: Marriage, Family and Community in Colonial Mexico, Albuquer (...)
  • 10 Gacto Fernández E., « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia del Der (...)
  • 11 On retrouve ainsi des données comme l’origine de l’accusé, son statut socio-racial et celui du conj (...)
  • 12 Croguennec, Soizic, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe(...)

3La présente étude se place dans le prolongement de ces réflexions, en choisissant de les explorer à partir de l’étude de procès pour bigamie menés par l’Inquisition de Mexico. Tout au long de l’époque moderne, le crime de bigamie est considéré comme un péché gravissime tant dans la société péninsulaire qu’américaine, notamment en raison de la suspicion de pratiques mahométanes comme la polygamie, attachées dans les esprits à la conduite des bigames7. Au cours des procédures menées par l’Inquisition, le premier enjeu est tout d’abord de bien s’assurer de l’identité des personnes dénoncées pour bien prouver le crime de bigamie et la culpabilité des accusés, tâche rendue bien ardue par la grande fluidité des identités, l’immensité des territoires à parcourir en Nouvelle-Espagne et la fiabilité toute relative des différents témoins interrogés. Pour cette raison, chaque dossier traité fait l’objet d’un souci du détail quasi obsessionnel, surtout lorsqu’il s’agit de bien établir l’identité de l’accusé. Une telle focalisation constitue une chance inouïe pour l’historienne qui s’intéresse aux questions des catégories et des identités dans le monde colonial dans la mesure où les différents procès étudiés fournissent tout un faisceau de données anthropologiques8 qui permettent non seulement de dresser le portrait des bigames et de leur entourage, mais aussi de toucher du doigt la grande complexité des processus identitaires. De fait, l’ensemble des procès examinés suit un modèle commun. Tout d’abord, vient la déclaration du dénonciateur ainsi que la description qu’il fait de l’accusé. Suit la déclaration de l’accusé qui décline lui-même son identité – qui peut correspondre, ou non, à l’identité assignée par le dénonciateur – avant de relater son itinéraire personnel. Enfin interviennent les témoins, chaque témoignage ajoutant sa propre description et identification de l’accusé. C’est ainsi qu’il a été possible de travailler sur un corpus d’une trentaine de cas, issu de nos travaux sur le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle, ainsi que des travaux de Richard Boyer9. Si le crime de bigamie appartient au fuero mixto, nous n’avons pas trouvé de dossiers dans la section pénale des Archives Historiques de l’Etat de Zacatecas (AHEZ) : comme le montre Enrique Gacto Fernández, en dépit d’un caractère mixte sur le plan juridique, la bigamie devient au cours de la période moderne la chasse gardée des juges de l’Inquisition10. Le corpus peut paraître réduit de prime abord, il constitue cependant un ensemble cohérent qui permet d’associer démarche quantitative et qualitative. En d’autres termes, aussi réduit soit-il, ce corpus autorise un travail systématique appuyé sur des données sérielles11, travail d’ordinaire bien difficile lorsque l’on se concentre sur un groupe social – les plèbes urbaines, les populations métissées – qui apparaît de manière irrégulière et souvent très ponctuelle dans la documentation12. À cette démarche quantitative – avec toute la prudence qui s’impose lorsque l’on manipule un corpus d’une trentaine de cas seulement – s’ajoute une approche qualitative attachée à la reconstitution des itinéraires de vie et l’analyse des discours tenus par les différents acteurs, accusés, dénonciateurs et simples témoins.

4Le croisement de ces deux perspectives permet de faire ressortir la richesse unique des sources inquisitoriales pour mener une analyse approfondie de l’usage des catégories sociales à l’œuvre dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. C’est une double dynamique de construction et d’assignation identitaire qui émerge de ce travail. Nous voyons ainsi des individus jouer avec les catégories socio-raciales pour en faire un outil essentiel dans leurs stratégies de réinvention personnelle, comme un joueur qui choisirait la meilleure carte dans le jeu dont il dispose. Outre le bigame visé par le procès pour bigamie, les déclarations des différents témoins sont également d’un intérêt fascinant pour souligner la grande ambigüité des catégories dans l’esprit même de l’observateur qui doit décrire l’accusé et lui assigner une identité, révélant dans ce processus d’assignation beaucoup plus sur ce que représente à ses yeux un métis ou un mulâtre que sur l’identité réelle de la personne ainsi décrite.

La question de la bigamie

Les castas et la bigamie

  • 13 Grunberg, Bernard, L’Inquisition apostolique au Mexique. Histoire d’une institution et de son impac (...)
  • 14 García-Molina Riquelme, Antonio, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición (...)

5Comme l’a montré entre autres Bernard Grunberg dans son travail sur l’Inquisition de Mexico au XVIe siècle13, la bigamie est, dans un premier temps, un crime propre au milieu des conquistadores. En effet, les comportements amoureux et matrimoniaux de ces derniers s’éloignent considérablement des normes classiques à la faveur de la confusion des premiers temps de la conquête. Les mesures répétées dans la législation coloniale et les procès menés par l’Inquisition pour juguler ces comportements donnent à voir des conquistadores qui, tout en étant mariés en péninsule ibérique, s’installent avec leurs maîtresses indiennes ou même se marient à nouveau en Nouvelle Espagne, tournant ainsi la page sur leur vie « d’avant »14. C’est dans cet esprit que l’on peut comprendre la loi de 1539 avec laquelle la Couronne ordonne aux encomenderos de se marier dans les trois ans avec leurs concubines ou de faire venir leurs épouses légitimes d’Espagne sous peine de confiscation de leur encomienda.

  • 15 Boyer, Richard, Lives of the Bigamists: Marriage, Family and Community in Colonial Mexico, Albuquer (...)

6La bigamie est tout d’abord un crime propre aux Péninsulaires et masculin dans sa très grande majorité. Toutefois, à mesure que la stabilisation de la société coloniale autorise un plus grand contrôle du groupe espagnol – péninsulaire et créole – la bigamie devient un phénomène associé aux population métissées. Richard Boyer montre ainsi qu’au XVIIIe siècle les castas représentent 54 % des cas traités par l’Inquisition tandis que les Espagnols ne représentent que 36,5 % des cas15. Si l’on sort du cas général de la Nouvelle-Espagne, cadre des travaux de Richard Boyer, pour adopter un point de vue régional et se focaliser sur les régions minières du Centre-Nord, on trouve un écart plus important encore, respectivement 61 % contre 35 %, ce qui peut s’expliquer par le poids démographique des castas dans cet espace.

  • 16 Source : Procès de l’Inquisition (Archivo General de la Nación de Mexico et Achivo Histórico Nacion (...)

Document 1 – Castas et bigamie au XVIIIe siècle (Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne)16

Péninsulaire

Créole

Métis

Mulâtre

Noir

Zambo

Esclave

Indien

Total

13

11

18

15

1

4

4

3

69

19 %

16 %

26 %

22 %

1 %

6 %

6 %

4 %

100 %

7Au-delà des statistiques présentées, qui reposent sur un nombre limité de cas, il paraît intéressant de s’attarder sur les catégories utilisées, dans la documentation comme dans la présente étude, pour mettre en lumière les nombreuses implications qui dérivent de l’usage d’un terme ou d’un autre. Ainsi le diagramme (document 1 ci-dessus) reprend-il les trois catégories principales qui structurent la société coloniale : les deux Républiques « originelles » (Espagnols et Indiens) à laquelle s’est ajoutée la nébuleuse métisse (les Castas). Le tableau (document 1 ci-dessus), quant à lui, présente des catégories plus détaillées, qui s’appuient sur les expressions utilisées dans les en-têtes rédigées par l’Inquisition au début de chaque dossier (sachant que l’on trouve une variété plus grande encore de qualificatifs au fil des témoignages compilés pour obtenir une description satisfaisante de l’accusé). Dans ce tableau, nous avons introduit volontairement deux catégories – Péninsulaire et créole – qui sont généralement gommées au profit du terme générique d’Espagnol pour refléter la dynamique transatlantique propre à la bigamie des Péninsulaires. En outre, il convient d’insister sur l’importance de la présence des métis (26 %) et des mulâtres (22 %) dans cet échantillon ainsi que le nombre réduit des autres catégories utilisées : zambo, esclave, noir (libre), Indien. Un tel usage montre l’écart patent entre des pratiques quotidiennes en matière de désignation et d’assignation qui tendent à la simplification et l’obsession compulsive des degrés (bien théoriques) de métissages que l’on retrouve dans les tableaux de castes du XVIIIe siècle. Enfin, l’utilisation de la catégorie « Indien » paraît surprenante dans la mesure où les populations indiennes échappaient au ressort de l’Inquisition. Une lecture attentive de la petite poignée de procès concernant des bigames indiens révèle en fait qu’il s’agit là d’une catégorie utilisée par des métis ou même des créoles pour tenter d’échapper à l’Inquisition.

8Outre le glissement du crime de bigamie depuis le monde des conquistadores et des encomenderos vers celui des castas, on observe l’apparition d’une certaine bigamie « au féminin ». De fait, si l’on considère l’ensemble de la Nouvelle-Espagne, la bigamie reste principalement une affaire d’hommes. Toutefois, si l’on resserre la focale sur le Centre-Nord, on retrouve un relatif particularisme et un plus grand équilibre entre les bigames hommes et femmes.

  • 17 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

Document 2 – Genre et bigamie au XVIIIe siècle (Nouvelle-Espagne)17

Document 2 – Genre et bigamie au XVIIIe siècle (Nouvelle-Espagne)17

  • 18 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XV (...)

9Cette proportion supérieure de la bigamie féminine peut tout d’abord s’expliquer par un contexte régional qui laisse une certaine marge de manœuvre à des populations qui n’en possèdent guère dans des régions mieux contrôlées par les autorités coloniales. En d’autres termes, le phénomène de la « zone refuge18 », identifié par Solange Alberro, procurerait davantage d’agency aux femmes des milieux populaires de la région.

  • 19 Idem, p. 162.

« El carácter de zona de refugio se ve definitivamente consagrado con la presencia de judaizantes, cuya identidad y prácticas están claramente manifiestas. Bien sabíamos, por las comunicaciones de cárceles, las de Treviño de Sobremonte en particular, que en la ciudad de Zacatecas se hallaba una sinagoga. [...] En efecto, su carácter de frontera ofrecía por lo menos dos ventajas indiscutibles: por una parte, el alejamiento de las instancias inquisitoriales de la capital, cuya eficiencia se veía, ya lo hemos recalcado, notablemente reducida, hacía siempre posible la huida hacia el norte, el anonimato en el extremo del mundo19. »

10La bigamie féminine semble enfin étroitement liée à l’importance des mobilités à l’échelle du Centre-Nord, phénomène qui rend possibles les itinéraires de fuite des hommes comme des femmes, tout en créant les conditions favorables à la construction d’une nouvelle vie. Moins contrôlées et plus souvent abandonnées par leur époux, les femmes du Centre-Nord seraient donc plus enclines à défier le tabou de la bigamie, du moins au XVIIIe siècle.

Bigamie et mobilité

  • 20 Gacto Fernández, Enrique, « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia d (...)
  • 21 Bakewell, Peter, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge (...)
  • 22 AHEZ, Poder judicial, Civil 1, Caja 30, Exp. 04. Archivo Histórico del Estado de Zacatecas, Zacatec (...)

11En effet, dans le cas de la Nouvelle-Espagne, les immensités et les mobilités constituent deux facteurs essentiels qui favorisent la fuite, les changements d’identité, l’oubli et donc, par voie de conséquence, facilitent la bigamie comme le montre Enrique Gacto Fernández20. La capacité des mineurs à se déplacer de real de minas en real de minas à la recherche de meilleurs salaires et de meilleures opportunités a été maintes fois décrite dans l’historiographie de la région21. Ces mobilités touchent également des métiers qui assurent la liaison entre les différents centres de population de la région comme les conducteurs de mules. Des artisans comme Joseph Narváez, qui quitte Zacatecas en 1746 pour trouver du travail à Sombrerete22, recherchent également les centres économiques les plus dynamiques. Ces mobilités se retrouvent entre milieu rural et milieu urbain, les mines agissant comme un véritable miroir aux alouettes pour des peones d’haciendas désireux de profiter d’une période de prospérité et améliorer leur sort. C’est ce désir qui a d’ailleurs lancé Bernardo Carrillo sur les routes à la poursuite de ce rêve pour finalement être accusé de bigamie. Sa première épouse témoigne en ce sens :

  • 23 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, f. 222r.

« procuró dicho mi marido ir a trabajar al Real de Bolaños donde nos pasamos y en donde dicho mi marido trabajó en una mina de que le provino enfermarse de una caída de que quedó casi demente y estando de esta suerte y yo recién parido haciéndole aprieto por su dinero el citado don Gregorio Bustillo, se salió de dicho Real dicho mi marido atemorizado de que le querrían prender, saliendo como salió en calzón blanco23 »

12Le sort malheureux d’un Bernardo Carrillo montre combien le rêve minier n’est souvent qu’un mirage : la mobilité se transforme rapidement en véritable itinéraire de fuite qui mène parfois à la bigamie. De fait, comme nous pouvons le voir dans le document 3 ci-dessous, il semble que la bigamie accompagne de manière quasi systématique un processus de fuite en avant opéré par des individus, hommes comme femmes, qui rompent les ponts avec leur région d’origine pour se réinventer ailleurs.

  • 24 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

Document 3 – Les itinéraires des bigames au XVIIIe siècle (Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne)24

Bigame

Origine

Lieu du premier mariage

Etape(s)

Lieu du second mariage

Calderón, Sebastian alias Andrade de Casta

 

México

San Francisco de Conchos

San Francisco de Conchos

Cruz Malagon Gregorio de la

México

México

Durango

Durango

González, Josefa alias María

Otumba

Otumba

 

Sombrerete

Monfil, José alias Rivera, José de alias Valladolid alias Monroy

México

México

Zacatecas

Real de Chihuahua

Real de los Asientos

Nava, José Antonio de la; alias José el Quate

Toluca

 

 

Chihuahua

Otero, María de alias La Angarípola

Querétaro

hacienda de Xalpa

Durango

Durango

Zavala, Joseph Eugenio

Zacatecas

Zacatecas

Durango

Culiacan

Cristóbal, Bernabé alias Navejo

Querétaro

Nuevo León

Nuevo León

Huasteca

Zacatecas

Fresnillo

Pineda Rosales, María Josefa

Zacatecas

Jérez

Celaya (Guanajuato)

Celaya

Rángel, María Gertrudis

San Luis Potosí

San Miguel Misquitec

Fresnillo

Fresnillo

Castro, María alias La Godina alias Medina

Zacatecas

Zacatecas

Sombrerete

México

México

Portugal y Olivera, José de alias Peña y Castillo, José de la

Culiacán (Sinaloa)

Culiacán

México (vecino)

México

  • 25 AHN, Inquisición 1731, Exp.11.

13C’est un phénomène particulièrement remarquable dans les cas de bigamie « au féminin » qu’il a été possible d’observer dans la documentation. Les trajectoires reconstituées montrent ainsi combien la bigamie peut accompagner de véritables itinéraires de fuite, de déclassement et de réinvention identitaire. La vie de Francisca Bonilla est à ce titre très révélatrice. D’origine créole, elle est tout d’abord mariée à un artisan de Guanajuato, Miguel Camacho. Elle est forcée de fuir la ville à la suite d’accusation de sorcellerie. On la retrouve quelques années plus tard dans la région de Parral, à quelques mille kilomètres plus au nord, dans le Lejano Norte qui agit ici comme un refuge pour une supposée sorcière. C’est donc à Parral qu’elle interrompt sa fuite pour se réinventer en tant que métisse, épouse de l’Indien Miguel de Aguayo en 1716 puis veuve remariée en 1726, date à laquelle une dénonciation dévoile sa supercherie25.

  • 26 AHN, Inquisición 1730, Exp.12.

14De manière générale, il apparaît que la bigamie est favorisée par la grande mobilité qui caractérise les régions minières du Centre-Nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle. La plupart du temps, c’est l’individu mobile qui est sujet à ce type de comportement déviant qu’il s’agisse d’un itinéraire de fuite, d’une double vie ou de l’évolution des relations amoureuses et matrimoniales affectées par la distance. Toutefois, la documentation montre également que la bigamie est parfois un recours pour les individus qui, abandonnés par leurs conjoints, choisissent de refaire leur vie. C’est le cas de Quitería Basilia Castañeda. Mariée pendant quatorze ans à Juan Mariscal dans la région de Fresnillo, elle souffre des nombreuses absences de son mari, qui disparaît régulièrement pendant des mois voire des années. En 1733, Quitería prend pour ainsi dire son destin en main lorsqu’elle décide de faire passer son mari absent pour mort, s’appuyant pour cela sur différents témoins qui assurent avoir vu Mariscal faire une mauvaise chute de cheval26. Ces faux témoignages sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils révèlent la capacité de l’épouse abandonnée à convoquer tout un réseau proche et personnel prêt à mentir pour lui permettre de se réinventer comme veuve et enfin sortir d’un isolement la rendant bien vulnérable. Ici la bigamie n’entre pas dans un itinéraire de fuite mais apparaît comme une étape illégale et nécessaire pour retrouver une stabilité affective, financière, sociale. « Officiellement » veuve, Quitería devient donc libre de se marier à nouveau. Pour parfaire la transformation, elle quitte Fresnillo pour Mazapil où elle épouse Joseph Cabrales. Dans ce cas-ci, c’est le retour du mari à Fresnillo qui met fin à l’illusion et Quitería est sommée par la justice de retourner auprès de son mari constamment absent mais seul époux légitime.

Répression et identification problématique

Identifier les bigames : dénonciations et descriptions

  • 27 Voir l’exemple du soldat Juan Antonio Mascareñas, contraint de se marier avec sa compagne par son c (...)
  • 28 Voir Groebner, Valentin, Who are you? Identification, Deception and Surveillance in Early Modern Eu (...)

15Les quelques itinéraires décrits dans la première partie montrent à quel point la pratique de la bigamie repose sur un fragile jeu d’illusion. Le bigame – qui se retrouve dans une marginalité de fait du moment qu’il se marie une seconde fois – est en général un individu bien intégré dans sa communauté d’accueil, parfois au point de se remarier illégalement pour respecter la norme matrimoniale27. Dans ce contexte, c’est donc la dénonciation qui dissipe l’écran de fumée derrière lequel se dissimule le bigame. Pour cette raison, la précision de l’identification du suspect de bigamie relève une importance cruciale : la qualification du crime de bigamie dépend en effet d’une description et d’une identification aussi précises que possible à la fois de la part du dénonciateur et de celle des autorités civiles et inquisitoriales. Dans un monde doté de peu de moyens d’identification28 – autre que la foi des descriptions –, il est difficile de savoir, de nombreuses années après les faits, s’il s’agit véritablement de la même personne, qui aurait migré vers un lieu distant de centaines de kilomètres de sa supposée région d’origine.

  • 29 AGN, Inquisición, 826, Exp. 11.
  • 30 Idem, f. 231r.
  • 31 Idem, f. 233v.
  • 32 Idem, f. 247r.

16Les procès pour bigamie étudiés ici suivent un schéma similaire. À l’origine de l’affaire se trouve la collision entre l’ancienne et la nouvelle vie du bigame, à la suite bien souvent d’une rencontre fortuite. S’ensuit un travail d’enquête minutieux de la part de l’Inquisition qui s’appuie sur une multiplicité de témoignages pour établir clairement l’identité de la personne incriminée avant de définir le crime de bigamie. Dans la majorité des cas, l’enquête des inquisiteurs permet de prouver à la fois l’identité et le crime. Toutefois, le cas du proceso de fe mené contre Ignacio Rosales en 1729 montre bien le risque de confusion dans une société marquée par la mobilité des personnes et la fluidité des identités et, partant, la nécessité d’un travail d’enquête long et minutieux29. Dans cette procédure, deux hommes aux profils diamétralement opposés, le Péninsulaire Ignacio Rosales et l’esclave marron Nicolás de Noriega. L’acte de dénonciation vise « un homme appelé Ignacio Rosales qui, selon ce que [le témoin] avai[t] pu entendre, s’est marié dans la ville de Gutiérrez del Águila en tant qu’Espagnol et à Durango en tant que mulâtre, et [il est] esclave de surcroît (...)30. » Ignacio est arrêté à la suite de la plainte déposée par le frère de l’épouse délaissée à Gutiérrez del Águila. Cette dénonciation revêt une double fonction : il s’agit non seulement pour le plaignant (frère de l’épouse délaissée) de dénoncer le crime de bigamie supposément commis par son beau-frère, mais aussi de préserver l’honneur familial potentiellement entaché par une mésalliance, l’époux « espagnol » se révélant être, au final, un esclave fugitif. Ce fugitif est donc Nicolás de Noriega, esclave d’Andrés de Tagle, marié à Durango et décrit comme « très petit, de couleur un peu blanche31. » Cette description est éloignée de celle d’Ignacio Losal de Antuna, « Espagnol originaire de la ville de Oaxaca, résident dans cet évêché de la Nouvelle-Galice et dans la ville de Zacatecas depuis l’âge de sept ans, et domicilié dans cette paroisse (Guttiérez) depuis deux ans [...]32. » Pourtant, par le simple biais de la dénonciation, véritable parole performative dans ce cas-ci, un jeune Péninsulaire élevé à Zacatecas par un prêtre après la mort de ses parents se retrouve transformé, aux yeux d’une partie de son entourage, en esclave en fuite. La confusion n’est toutefois que temporaire dans la mesure où les différents témoignages réunis permettent de prouver que le mariage de Nicolás Ignacio en 1718 et celui d’Ignacio Rosales en 1729 ont bel et bien été contractés par deux individus différents. Il n’y a donc pas de crime de bigamie, et Ignacio Rosales n’est pas un esclave en fuite dissimulé sous l’apparence d’un jeune Péninsulaire. Il s’agit somme toute d’un authentique quiproquo qui ouvre une fenêtre fascinante sur les notions de perception et d’apparence, d’identification et de classification. L’esclave en fuite est ainsi décrit sur un phénotype : la « peau claire ». C’est ce phénotype qui favorise probablement la confusion dans l’esprit du dénonciateur. Il n’est pas interdit d’imaginer enfin une mésentente familiale sous-jacente qui pousserait inconsciemment le dénonciateur à voir dans son beau-frère Ignacio un esclave en fuite. Dans ce cas, le regard extérieur d’un dénonciateur qui, pour une raison ou pour une autre, a « voulu » voir en lui un esclave en fuite, joue donc un rôle crucial dans le complexe processus d’identification et d’assignation identitaire.

Le « métissage » résiderait-il dans le regard d’autrui ?

  • 33 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 4, Exp. 01, f. 1r-2r.
  • 34 AHEZ, Poder judicial, Civil 1, Caja 16, Exp. 04, f. 2v-3r.
  • 35 AGN, Inquisición, 834, Exp. 24, f. 415r.

17Les différentes descriptions rencontrées dans la documentation révèlent en effet combien l’apparence est centrale dans les propos tenus par des témoins qui, de fait, dévoilent beaucoup plus leur propre système de valeur et d’appréciation de l’autre que la calidad réelle de l’individu décrit. Significativement, l’expression « al parecer » (sous toute apparence) et ses dérivés sont récurrents dans la documentation inquisitoriale comme judiciaire, dès qu’un témoin est sommé d’assigner une calidad. Ainsi voit-on le mulâtre Diego de la Cruz, serviteur de l’alcalde ordinario (juge), désigner le prévenu Joaquín Ventura en ces termes : « uno al parecer mulato33 » en 1710. De même, en 1722, le créole don Manuel Antonio Femat évoque la calidad du conducteur de mules Juan de San Pedro : « lobo al parecer34 ». Le bigame Bernardo Carrillo est quant à lui décrit comme un « indio prieto al parecer lobo35 » en 1731. Dans ces différentes situations, le témoin ne sait pas vraiment si la personne concernée est métisse ou mulâtre – ce qu’il ne peut pas savoir à moins de connaître la famille de l’individu décrit. À ce propos, Douglas écrit :

  • 36 Cope, Douglas, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720(...)

« In practice, this method of defining race was functional rather than logical, pragmatic rather than theoretically sound. After all, simple reference to one’s parents could not reveal the exact proportion of one’s Spanish, Indian, and African blood as required by the sistema de castas. The reconstruction of racial status demanded precise knowledge of ancestry, which seldom survived for generations, even among status-conscious Spaniards. Among the largely illiterate plebeians, knowledge of ancestry was slimmer and appeals to “reputational race”
(i.e. the consensus among friends and neighbors) more common36. »

18Il n’en demeure pas moins que, aux yeux du témoin, la personne évoquée ressemble à un métis ou à un mulâtre.

19À la lecture de ces différents témoignages, la calidad accolée aux individus apparaît comme le fruit d’une construction mentale, d’un raisonnement logique effectué par l’observateur en fonction de critères qui lui sont propres. Aux yeux du témoin, la concordance de ces critères lui permet d’affirmer que l’individu dépeint est mulâtre ou métis « al parecer ».

  • 37 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.
  • 38 Métis : enfant d’un Espagnol et d’une Indienne.
  • 39 Coyote : enfant d’une Indienne et d’un Métis.
  • 40 Mulâtre : enfant d’un Espagnol et d’une Africaine. Ici, on peut supposer que la catégorie renvoie à (...)
  • 41 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05, f. 120r.

20Une telle posture permet d’expliquer les hésitations manifestées par les témoins convoqués lors du proceso de fe mené contre María Gertrudis Rángel en 174437. Cette dernière se voit en effet assigner plusieurs calidades au fil des déclarations : mestiza38, coyota39, mulata blanca40. Les témoins expliquent leur difficulté à placer María Gertrudis dans une catégorie ou une autre par le fait qu’ils ne connaissent pas ses parents41, ce qui renvoie à l’importance cruciale de la connaissance familiale, de la réputation dans le processus d’assignation identitaire. C’est ainsi que Rafael Contreras, qui se qualifie de mestizo, s’appuie sur une description physique. Selon lui, María Gertrudis est « brune, mince, [a de] grands yeux, [le] nez bien fait », critères physiques qui lui permettent de la classer parmi les femmes métisses. Comme l’écrit Norma Angélica Castillo Palma :

  • 42 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capa (...)

« Les résultats de recherches réalisées sur des registres paroissiaux de quelques régions montrent qu’il y avait différents critères pour attribuer une catégorie au moment de la naissance. Souvent c’était le phénotype (aspect) qui jouait […]. Parfois la concession d’une catégorie dépendait d’un ensemble d’éléments : l’ascendance, la déclaration des parents, sans oublier la perception de l’aspect, qui tous entraient dans la négociation pour le choix d’une catégorie42. »

  • 43 Ibid.

21C’est sans doute pourquoi Rafael Contreras nuance son propos en rappelant qu’il ne connaît pas les parents de María Gertrudis et ne peut donc se prononcer de manière catégorique43. C’est pourquoi les étiquettes accolées à l’accusée restent très imprécises. Le fils de Rafael Contreras, Juan Gabriel, qui se définit également en tant que mestizo, la qualifie quant à lui de coyota, tandis que Lucas Hernández la considère plutôt comme une mulata blanca. Ces trois hommes appartiennent pourtant au cercle intime du premier mariage de María Gertrudis. Rafael Contreras et son fils font partie de la famille du premier époux, et Lucas Hernández est un ami de la belle-mère de l’accusée.

  • 44 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.

Document 4 – Réseau familial de María Gertrudis Rángel44

Document 4 – Réseau familial de María Gertrudis Rángel44

22Malgré cette proximité familiale et une commune appartenance au monde des plèbes urbaines, les trois témoins utilisent des étiquettes différentes pour assigner une calidad à une seule et même personne, en se fondant sur son apparence. En d’autres termes, il est légitime de supposer que la question de la calidad de María Gertrudis ne s’est guère posée pour son entourage jusqu’au moment du proceso de fe. Ce n’est que lorsque les inquisiteurs intiment aux témoins d’accoler une étiquette précise à l’accusée pour parvenir à une identification que ces derniers mobilisent des catégories socio-ethniques qui reflètent bien plus leur propre perception du phénotype de la mulata blanca ou de la coyota que la véritable identité de María Gertrudis. Norma Angélica Castillo Palma suggère des mécanismes similaires lorsqu’elle souligne le manque de cohérence dans les catégories des pinturas des castas :

  • 45 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capa (...)

« Nous avons pu démontrer par ailleurs que les dénominations tant des hybrides que de leurs ancêtres représentés dans ces ‘peintures de castes’ variaient en fonction de divers facteurs, d’une collection à l’autre, selon les critères du peintre ou du pays concerné. Il en résulte qu’un type d’hybride provenant d’un même couple pouvait recevoir différentes appellations45. »

  • 46 AGN, Inquisición, 781, Exp. 40.
  • 47 Lavallé, Bernard, « Peur révérencielle et juste peur dans la famille coloniale », Nuevo Mundo Mundo (...)

23On retrouve des hésitations similaires lors du proceso de fe mené contre le conducteur de mules Laureano Flores en 172046. Juan Antonio Sánchez Pacheco, qui dénonce le bigame, est pourtant son ami depuis cinq ans. Maître artisan et Espagnol de son état, il ne parvient pas à choisir une catégorie pour définir la qualité de Laureano dans sa dénonciation ; il hésite entre différentes calidades : mestizo, coyote, mulato blanco. De manière significative, ce sont les mêmes catégories invoquées lors du proceso de fe de María Gertrudis Rángel exposé plus haut. Cette similitude confirme les difficultés que rencontrent les témoins lorsqu’ils doivent assigner une catégorie précise aux individus qu’ils côtoient au quotidien. Plus encore, on voit combien les populations ne ressentent guère le besoin de mobiliser ces catégories dans leurs interactions. Pour Juan Antonio Sánchez Pacheco, les catégories de mestizo, coyote ou mulato blanco semblent être des catégories vides de sens qu’il ne sait guère manipuler au moment de décrire un ami dans sa dénonciation. Il est d’ailleurs très probable que l’artisan espagnol n’ait jamais vu en Laureano Flores plus qu’un métis au sens générique du terme – un membre de la nébuleuse métisse. En outre, le fait que l’Espagnol Juan Antonio Sánchez Pacheco n’hésite pas à dénoncer le bigame suggère une amitié bien superficielle. On pourrait y voir également l’impact d’une véritable « pédagogie de la peur47 » qui alimente une culture de la dénonciation. Il n’est dès lors pas interdit de supposer que les différentes strates de mensonges et d’omissions sur lesquelles repose la nouvelle identité du bigame fragilisent les liens sociaux et alimentent le doute, jusqu’à motiver la délation.

  • 48 Poloni-Simard, Jacques, « Redes y mestizaje » in Boccara, Guillaume et Galindo, Sylvia (éd.), Lógic (...)

24De fait, les hésitations des témoins, aussi bien dans le proceso de fe mené contre María Gertrudis Rángel que dans celui mené contre Laureano Flores, montrent combien les catégories socio-ethniques utilisées par l’administration coloniale, dans la documentation judiciaire, dans les registres paroissiaux, se caractérisent par une certaine vacuité. Comme le montre Jacques Poloni-Simard dans son article « Redes y mestizaje48 », ces catégories reflètent bien davantage l’obsession classificatrice du pouvoir colonial – obsession incarnée par la mode des tableaux de castes et des nomenclatures associées – que l’identité des individus ainsi décrits. Toutefois, même si ces catégories ne possèdent pas de véritable valeur personnelle, il n’en demeure pas moins qu’elles sont un référent commun utilisé dans l’ensemble de la société de Nouvelle-Espagne, notamment lors des litiges et autres pétitions auprès de l’administration ou la justice coloniale. Faute de constituer des catégories entrant de manière organique dans le processus de construction identitaire des individus, ces différentes étiquettes sont tout de même convoquées dans les stratégies de transformation identitaire opérées par certains bigames. En d’autres termes, les élites coloniales certes imposent et distribuent les cartes du jeu social, mais ce sont les individus qui choisissent la carte à jouer en fonction de leurs stratégies individuelles, des circonstances et du moment.

Les bigames dans un processus de transformation identitaire

Se transformer pour disparaître

25La bigamie peut entrer dans un processus de transformation identitaire comme on peut le voir dans les documents 5 ci-dessous. Le nom de famille, le prénom, la calidad, participent à des degrés divers à un jeu de rôle complexe développé par des individus qui échafaudent une deuxième voire une troisième identité. C’est un processus qui favorise à la fois la « disparition de l’individu », la rupture avec l’ancienne vie et le point de départ d’une vie nouvelle. L’individu marié redevient célibataire et par conséquent libre de se marier à nouveau lorsque l’occasion se présente. L’artifice identitaire est véritablement une deuxième naissance dans la mesure où la transformation s’accompagne de la recomposition des liens sociaux et familiaux. Comme l’écrit Enrique Gacto Fernández :

  • 49 Gacto Fernández, Enrique, « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia d (...)

« Hay que tener en cuenta que la bigamia presupone la existencia de un hecho (el primer matrimonio) casi siempre público y notorio en el lugar de celebración, por lo que el delito, es decir, el matrimonio segundo, debía intentarse en otra parte, por lo general alejada del pueblo de origen donde tuvieron lugar las primeras nupcias, esto es, en donde no había constancia del anterior casamiento; con mucha frecuencia, para mayor seguridad, el delicuente toma la precaución adicionale de cambiar su nombre49. »

  • 50 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

Document 5 – Bigamie et changement d’identité50

Document 5 – Bigamie et changement d’identité50
  • 51 AHN, Inquisición, 1731, Exp.11.
  • 52 AHN, Inquisición, 1731, Exp.03.

26C’est ce que l’on peut voir en suivant l’itinéraire de Francisca Bonilla, couturière espagnole à Guanajuato, que l’on retrouve comme métisse à Parral sous le nom de Micaela Petra Padilla51. Ici la transformation est totale. Le changement complet de nom et de prénom suppose une rupture radicale avec le passé, tandis que le changement de calidad suggère une histoire familiale et personnelle bien différente. Le bigame ainsi réinventé ne peut plus faire allusion à son ancienne vie et doit pour ainsi dire reconstruire un cercle intime à partir de rien. Par les histoires qu’il raconte à son propre sujet, il crée une véritable illusion à laquelle adhère son nouvel entourage – conjoint, famille du conjoint, voisins et amis – jusqu’à ce que l’écran de fumée ne soit dissipé par une délation. C’est ce que l’on voit dans le proceso de fe mené contre Sebastián de Calderón entre 1752 et 1754. Marié à Mexico, ce mulâtre refait sa vie dans le presidio de San Francisco de Conchos (Chihuahua) et se remarie en 1745. Il se dénonce lui-même, après avoir rencontré fortuitement une personne surgie de son passé : une esclave, qu’il avait connue lors de son premier mariage, qui est de passage dans la région avec son maître52. Le changement de nom, la distance, l’illusion ne résistent guère à la collision entre passé et présent : on ne disparaît jamais vraiment, même dans la Nouvelle-Espagne du XVIIIe siècle.

  • 53 AHN, Inquisición, 1732, Exp.46
  • 54 Voir par exemple Ares Queija, Berta, « Las categorías del mestizaje: desafíos a los constreñimiento (...)
  • 55 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 33.
  • 56 Idem, f. 2v.

27Ces transformations n’ont pas pour seul but de brouiller les pistes. Le choix opéré par María Francisca Covarrubias révèle plutôt une véritable dimension stratégique. Elle se déclare coyota lors de son premier mariage, mais devient Indienne lors de son second mariage sous le nom de María Francisca Nicolasa53. Ici, l’identification comme « Indienne » entre dans une double stratégie de disparition et de sauvegarde de sa personne. En effet, le statut d’Indien permet d’échapper à la juridiction de l’Inquisition ; cette catégorie bénéficie des lois de protection à l’encontre des plus faibles. Aussi, se déclarer « Indienne » est une mesure visant à anticiper les conséquences néfastes que pourrait avoir une dénonciation54. De manière similaire, le mulâtre libre Mateo Miranda est arrêté pour bigamie en 174255. Écroué, il cherche à se faire passer pour un Indien du nom de Juan García, dans le but très clair d’échapper à la juridiction de l’Inquisition. Le Saint-Office ne se laisse guère tromper par le subterfuge et prouve que Mateo est un mulâtre, né de parents eux-mêmes mulâtres à l’issue d’une enquête minutieuse. On interroge un de ses amis d’enfance et les registres paroissiaux de la région d’origine sont scrutés en vue de déterminer qui sont réellement les parents de Mateo56. La dimension stratégique de la déclaration de Mateo est évidente, mais il est également possible d’imaginer qu’une telle stratégie a été rendue possible grâce à l’expérience qu’il a accumulée durant ses années de mariage avec l’Indienne María Rufina. La qualité de María Rufina n’est pas remise en cause par l’Inquisition. C’est elle, sans nul doute, qui a favorisé l’insertion de Mateo dans le monde indigène dont il connaît les codes et peut-être la langue.

28Une certaine forme d’acculturation aurait permis la métamorphose identitaire, ou du moins la tentative de transformation. Bon nombre de bigames se livrent ainsi à un jeu d’acteur pour lequel ils mobilisent leur expérience personnelle, jouent sur leur phénotype et les représentations de leur entourage.

Un jeu de rôle complexe et permanent

29La construction d’une identité individuelle repose sur la combinaison permanente de différents traits et caractères que la personne mobilise en fonction du contexte. Richard Boyer écrit à ce sujet :

  • 57 Boyer, Richard « Respect and identity: horizontal and vertical reference points in speech acts », d (...)

« Identity is discursive, the self as mediated (and shaped) by language and values. Individuals drew on the collective ground of cultural convention to define themselves. Categories used to draw boundaries and make valuations included gender, family, class, ethnicity, lineage, appearance, talent, skills, temperament, and virtue. Each of these subsumes variations, mergings, and shifts in relative importance of one or another standpoint depending on circumstances. Nevertheless, as I imply by the categories above, people used a more or less standard repertoire of ways to represent the self to the self, the self to others, and others to the self, as they also accommodated variation by time, place, and the individual sensibilities of observer-subjects57. »

  • 58 Goffman, Erwing, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Les Edition (...)
  • 59 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.
  • 60 Idem, f. 2r.
  • 61 Idem, f. 1v.
  • 62 Idem, f. 1v.
  • 63 Idem, f. 2r.

30C’est en ce sens qu’il est possible de parler de « jeu de rôle » à l’échelle sociale, ou encore de « théâtralité » pour reprendre le concept d’Erwing Goffman58. L’individu puise dans un répertoire, l’ensemble des représentations et des stéréotypes qu’il partage avec son entourage et les autorités coloniales pour offrir le visage attendu par les observateurs. Une telle théâtralité est particulièrement prégnante dans le cas des bigames qui mobilisent leur expérience pour présenter un nouveau visage au monde qui les entoure. Le cas de María Josepha Pineda Morales, dénoncée pour bigamie en 1760, est particulièrement intéressant de ce point de vue59. Métisse, fille de l’Espagnol Baltasar Pineda et de la coyota Isabel Morales de la Rosa, María Josepha est originaire de Vetagrande, dans la région de Zacatecas. Par son origine géographique, elle appartient au monde des plèbes urbaines et minières du Centre-Nord. Elle se marie une première fois avec Juan Ramírez à Jerez. Lorsqu’elle est interrogée par les inquisiteurs, elle déclare que son premier mari était Indien, tandis que lui se présente comme un métis, fils légitime de Florencio Ramírez et Juana Morillo60. Il est d’ailleurs intéressant de noter la discordance entre les époux. Contrairement aux témoins qui ne parviennent pas à assigner une catégorie à Laureano Flores ou à María Gertrudis Rángel, car ils ne connaissent pas leurs familles respectives, María Josepha possède les éléments suffisants pour identifier clairement son premier mari sans se fier uniquement à son apparence physique. Présenter Juan Ramírez comme Indien alors que celui-ci semble se percevoir comme métis fait-il partie du récit élaboré par María Josepha dans la création d’un nouvel ego ? Il est malheureusement difficile de pousser la réflexion plus avant en raison du manque de données. Quoi qu’il en soit, les absences répétées de Juan Ramírez incitent María Josepha à déserter son foyer à son tour, justifiant cette décision par la mort supposée de son mari61 – selon un modèle observé dans le proceso de fe de Quitería Basilia Castañeda. Après avoir quitté la région de Jérez, María Josepha se marie à nouveau avec Simón Hernández Romero à Celaya, dans la paroisse indienne de San Joseph de los Naturales62. Elle ne parle pas la langue de la région de Celaya, l’otomi, mais en revanche, elle parle bel et bien le nahuatl. Elle se présente à Celaya comme une Indienne née de « de parents inconnus » dans la région de Jerez, où les Indiens sont qualifiés de « gente de razón », parce qu’ils parlent le nahuatl et le castillan63. Il est possible qu’elle ait appris le nahuatl auprès de son mari et de sa famille, ou peut-être même auprès de sa mère coyota qui aurait alors conservé des liens forts avec ses propres origines indiennes en dépit de son mariage avec l’Espagnol Baltasar Pineda. On peut également imaginer un apprentissage favorisé par la proximité d’un « quartier indien » à Vetagrande comme à Jerez. Apprentissage et expérience sont ainsi convoqués au service de l’identité fictive. La notion de « boîte à outils » dans laquelle l’individu peut puiser dans ses interactions sociales paraît ici particulièrement pertinente, tout comment celle de « stock » développée par Bernard Lahire :

  • 64 Lahire, Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 6 (...)

« Pour filer jusqu’au bout la métaphore du stock, on pourrait dire que celui-ci est composé de produits (les schèmes d’action) qui ne sont pas tous nécessaires à tout moment et dans tout contexte. Déposés (deponere) dans le stock, ils sont disponibles, à disposition, dans la mesure où l’on peut en disposer (disponere). Ces produits (de la socialisation) sont souvent à usages différés, mis temporairement ou durablement en réserve, et attendent donc les déclencheurs de leur mobilisation64. »

  • 65 Herzog, Tamar, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, (...)
  • 66 Ibid., p. 166.
  • 67 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capa (...)
  • 68 Rojas, José Luis de, « Indianización y confines. Dos conceptos debatibles» in Bernabéu Albert, Salv (...)
  • 69 AGN, Inquisición, 875, EXP. 05.
  • 70 Idem, f. 103r.
  • 71 AHN, Inquisición, 1730, EXP.42.

31Le cas de María Josefa Pineda Morales est particulièrement fascinant dans la mesure où il permet d’appréhender les différents éléments qui facilitent la réinvention de soi et le jeu avec les catégories socio-ethniques : rôle de la distance et de l’éloignement, réinvestissement de l’expérience passée, efforts pour se fondre dans la nouvelle communauté. L’importance de l’appartenance locale soulignée par Tamar Herzog est ici cruciale : « la domiciliation pouvait transformer les étrangers en natifs65 » et « l’appartenance aux communautés locales définissait les relations liant l’individu au royaume et que la ‘loi de la domiciliation’ était aussi importante, si ce n’est plus importante que la loi de la naissance (ius soli) and la loi de la descendance (ius sanguinis)66 ». On voit la bigame opérer une « négociation pour le choix [de sa] catégorie67 » en puisant dans le « stock » de ses expériences passées. C’est ainsi qu’elle construit, brique par brique, une vie fictive qui dépasse sa personne. Les éléments de sa vie qui peuvent être mis au service de la fiction sont sélectionnés et mobilisés – la pratique d’une langue indigène – tandis que ceux qui ne rentrent pas dans le schéma sont omis ou transformés – le mari métis devient indien. Davantage que de simples étiquettes, les catégories que sélectionne María Josefa Pineda Morales ont pour objectif d’alimenter sa métamorphose vers une indianisation de sa personne68. Toutefois, la transformation reste bien illusoire et prend fin lorsque la double vie de la femme bigame apparaît au grand jour. L’abjuration et le retour au foyer conjugal constitue l’issue commune des procès pour bigamie. Toutefois, pour une femme comme María Gertrudis Rángel, la fin de l’illusion peut s’avérer fatale69. Servante dans la région de San Luis Potosí, elle enlevée par Baltasar de los Reyes Pacheco Ojeda et devient son épouse en 1731. Elle s’enfuit et s’installe après des années d’errance à Fresnillo, où elle se marie avec Miguel Briceño en 1740. Au bout d’un an, sa situation de bigame éclate au grand jour et elle disparaît à nouveau pour ne jamais être retrouvée. Plus qu’une fuite, les autorités de Fresnillo suspectent Miguel Briceño d’avoir assassiné sa femme, en raison, peut-être, du déshonneur causé par les transgressions de son épouse bigame70. Le changement d’identité est donc profondément lié à des itinéraires de fuite plus ou moins contrôlés par des individus qui cherchent à rompre avec leur vie d’antan. C’est particulièrement visible dans le cas de l’esclave en fuite Francisco de Zárate. Originaire de Querétaro, il est esclave dans un obraje de Mexico et est marié à Francisca Ramírez. Il s’enfuit de l’obraje pour se réfugier dans sa région d’origine sous l’identité du tisserand morisco Juan de Dios71. C’est là qu’il se marie à nouveau sous la pression de son entourage. Ici, la bigamie apparaît véritablement comme la conséquence socialement inévitable de la métamorphose de l’esclave mulâtre marié en artisan libre et célibataire. En se réinventant de la sorte, Francisco de Zárate devenu Juan de Dios ne peut que se marier à nouveau pour renforcer son intégration dans le tissu social local. Plus qu’une stratégie au service du bigame désireux de brouiller les pistes, le changement d’identité ainsi que le processus de fuite qui bien souvent l’accompagne semblent bien créer les conditions favorables à la bigamie.

Conclusions

32L’étude des bigames et des procesos de fe dont ils font l’objet permettent d’appréhender de nombreux enjeux associés à la question des catégories socio-ethniques et de leur utilisation dans les sociétés du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. Les catégories relèvent tout d’abord de la volonté de contrôle de l’administration coloniale qui s’exprime à travers le procédé d’assignation identitaire. L’impact de ce processus se retrouve dans l’importance accordée à la description réalisée par les témoins appelés à rendre compte du parcours de l’individu incriminé. Ici, c’est le poids du regard de l’autre – et de ses idées préconçues, voire de ses préjugés – qui joue un rôle central dans l’identification et la catégorisation de l’individu mis en cause. Les vêtements, l’apparence physique, la réputation, le niveau socioéconomique sont autant d’éléments qui font qu’un même individu peut être classé parmi les métis ou les mulâtres en fonction du contexte géographique, du statut de l’observateur… Enfin, c’est la notion de jeu de rôle social qu’il est possible d’aborder à travers les efforts de reconstruction identitaire menée par des bigames soucieux de laisser leur ancienne vie derrière eux.

33En d’autres termes, il est difficile de nier que l’administration coloniale impose et distribue les cartes du jeu social en ce qui concerne les catégories socio-ethniques. C’est elle qui pour ainsi dire fixe les règles du jeu par l’intermédiaire d’une législation restrictive et tatillonne. Toutefois, dans leur vie quotidienne, ce sont les castas elles-mêmes qui savent utiliser ces cartes en fonction de leurs propres stratégies comme le souligne le fiscal de Mexico qui, en 1779, déplore les brouillages de tout bois :

  • 72 Cité dans Mörner, Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, p (...)

« La libertad acordada a las plebes para elegir la clase que prefieren, en la medida de que el color de su piel lo permite, perjudicó a la clase de los criollos como a la de los españoles. Muy a menudo, cambian de clase según su interés… De esta manera un mulato cuyo color le permite asimilarse a otras castas declara, según el humor, que es indio para beneficiar de ciertos privilegios y pagar un tributo menos alto, o más frecuentemente que es español, mestizo o castizo para pagar ningún tributo72. »

  • 73 Argouse Aude, « Les métis en situation coloniale : fiction, silence et interdiction entre le for du (...)
  • 74 Allen Smith, Gene and Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire: Negotiating Loyalty and Identity in the R (...)

34La fluidité dénoncée ainsi par le fiscal de Mexico est un phénomène que l’on observe en fait dans l’ensemble des colonies américaines. Les travaux de Sarah Albiez-Wieck ou d’Aude Argouse sur la région de Cajamarca73 montrent de pareils phénomènes de négociation et de jeu avec les catégories socio-juridiques à partir du XVIIe siècle. Dans le même esprit, les travaux sur la Louisiane espagnole montrent une grande fluidité identitaire de populations « à la fois capables et prêts à modifier leur identité et loyauté. La nationalité n’était qu’un composant du sens individuel de l’identité, et les individus peuvent considérer d’en changer volontairement pour de nombreuses raisons, habituellement connectées à l’espérance d’un gain ou intérêt personnel74. »

  • 75 Voir les travaux de María Eugenia Albornoz Vásquez qui analysent à partir d’une histoire culturelle (...)

35Les immensités de l’Empire colonial favorisent les situations de déracinement, les recompositions et, pour tout dire, les opportunités de réinvention de soi, dans lesquelles la parole devient performative au point de créer une véritable illusion. C’est ce qui émerge des témoignages recueillis au sein de l’entourage du second mariage. La plupart des proches confirment que l’individu visé par le procès de bigamie n’était, à leur connaissance, pas marié, parce que, lors de son installation dans la région, il s’était présenté comme célibataire. N’ayant aucune raison de remettre en cause les déclarations du nouveau venu sur son parcours personnel, son entourage confirme sa calidad et son histoire familiale. En d’autres termes, la parole du bigame – la parole d’un menteur pour tout dire – contribue à créer un nouveau personnage doté d’une histoire partagée au quotidien avec son entourage. C’est de fait une parole concurrentielle, celle de la dénonciation, qui vient mettre fin à l’illusion et impose au bigame de renouer avec son identité – son corps – d’avant75.

36Recopilación de las Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, 1791, tres tomos, edición facsimilar del Consejo de la Hispanidad, Madrid, 1943.

37Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », Estudios de Historia Novohispana, vol. VIII, 1985, p. 139-174.

38Albiez-Wieck, Sarah, « Indian migrants negotiating belonging. 'Peticiones de cambio de fuero' in Cajamarca, Peru, 17th-18th century », Colonial Latin American Review 26(4), p. 483-508.

39Albornoz Vásquez, María Eugenia, « Corps de femmes et couleurs de peau : », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [Online], 27 | 2008, p. 153-167.

40Allen Smith, Gene and Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire: Negotiating Loyalty and Identity in the Revolutionary Borderlands, 1760s-1820s, University of Florida Press, 2010.

41Ares Queija, Berta, « Las categorías del mestizaje: desafíos a los constreñimientos de un modelo social en el Perú colonial temprano », Históricas, núm. 28:1, 2004, p. 193-218.

42Argouse Aude, « Les métis en situation coloniale : fiction, silence et interdiction entre le for du père et le droit d’être soi. Cajamarca, Pérou (XVIIe siècle) », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 11229-11491 [version Kindle].

43Bakewell, Peter, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1971.

44Boyer Richard E., Lives of the Bigamists: Marriage, Family and Community in Colonial Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1995.

45Boyer Richard E., Caste and identity in Colonial Mexico : a Proposal and an Example, University of Connecticut, Center for Latin American & Caribbean Studies, (Storrs, CT and Providence, RI and Amherst, MA), 1997.

46Boyer Richard E., « Respect and identity: horizontal and vertical reference points in speech acts » dans The Americas, Vol. 54, No. 4 (April 1998), p. 491-509.

47Brading, David, « Grupos étnicos; clases y estructura ocupacional en Guanajuato (1792) », Historia Mexicana, núm. 23: 4, 1974, p. 611-645.

48Caillavet, Chantal et Minchom, Martin, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVI°-XX° siècle) » dans L'Homme, 122-124, 1984, p. 115-132.

49Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015.

50Carmagnani, Marcello, « Demografía y sociedad, la estructura social de los centros mineros del Norte de México, 1600-1720 », Historia mexicana, n° 83, 1972, p. 419-459.

51Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 5540-6607 [version Kindle].

52Cavalli-Sforza, Luigi Luca, Gènes, Peuples et Langues, Paris, Odile Jacob, 1996.

53Chance, John K. et Taylor, William B., « Estate and Class: a Reply » dans Comparative Studies in Society and History, 21 (3), 1979, p. 434-442.

54Cope, Douglas R., The limits of racial domination: plebeian society in colonial Mexico city, 1660 – 1720, Madison (Wisc.), University of Wisconsin Press, 1994.

55Croguennec, Soizic, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2015.

56França Paiva, Eduardo, Fernández Chaves, Manuel F., Pérez García, Rafael M., De que estamos falando? Antigos conceitos e modernos anacronismos: escravidão e mestiçagens, Rio de Janeiro, Garamond, 2016.

57Gacto Fernández E., « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia del Derecho Español, 57, 1987, p. 465-495.

58García-Molina Riquelme, Antonio, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, México, UNAM, 1999.

59Goffman, Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Les Editions de Minuit, 1973.

60Groebner, Valentin, Who are you? Identification, Deception and Surveillance in Early Modern Europe, Boston, MIT Press, 2007.

61Grunberg, Bernard, L’Inquisition apostolique au Mexique. Histoire d’une institution et de son impact dans une société coloniale (1521-1571), Paris, L’Harmattan, 1998.

62Herzog, Tamar, 2003, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven and London, Yale University Press.

63Lahire, Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette Littérature, 2001.

64Langue, Frédérique, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVII° siècle à l’indépendance, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992.

65Lavallé, Bernard, « Peur révérencielle et juste peur dans la famille coloniale », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 mars 2007, consulté le 04 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/​nuevomundo/​3921 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3921

66McCaa, Robert, Schwartz, Stuart et Grubessich, Antonio, (1979) « Race and Class in Colonial Latin America. A critique. » dans Comparative Studies in Society and History, 21 (3), 1979, p. 421-433.

67Mörner, Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, Collection L’Histoire sans frontières.

68Poloni-Simard, Jacques, « Redes y mestizaje » dans Guillaume Boccara et Sylvia Galindo (éd.), Lógica mestiza en América, Temuco (Chili), Instituto de Estudios Indígenas, 1999, p. 113-138.

69Rojas, José Luis de, « Indianización y confines. Dos conceptos debatibles » dans Salvador Bernabéu Albert, Christophe Giudicelli y Gilles Havard (coords), La indianización. Cautivos, renegados, « hommes libres » y misioneros en los confines americanos s. XVI-XIX, Madrid, Doce Calles, 2012, p. 19-31.

70Twinam, Ann, Purchasing whiteness. Pardos, Mulattos, and the Quest for Social Mobility in the Spanish Indies, Stanford, Stanford University Press, 2016.

Haut de page

Notes

1 Bakewell, Peter, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1971.

2 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII » in Estudios de Historia Novohispana, vol. VIII, 1985, p. 139-174.

3 Voir par exemple le débat entre, d’une part, Chance, John K. et Taylor William B., « Estate and Class: a Reply », in Comparative Studies in Society and History, 21 (3), 1979, p. 434-442 et, d’autre part, McCaa, Robert, Schwartz, Stuart et Grubessich, Antonio, « Race and Class in Colonial Latin America. A critique. » in Comparative Studies in Society and History, 21 (3), 1979, p. 421-433.

4 Caillavet, Chantal et Minchom, Martin, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVI°-XX° siècle) » dans L'Homme, 122-124, 1984, p. 115-132.

5 Cavalli-Sforza, Luigi Luca, Gènes, Peuples et Langues, Paris, Odile Jacob, 1996.

6 Twinam, Ann, Purchasing Whiteness. Pardos, Mulattos, and the Quest for Social Mobility in the Spanish Indies, Stanford, Stanford University Press, 2016.

Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, Rennes, PUR, 2015.

França Paiva, Eduardo, Fernández Chaves, Manuel F., Pérez García, Rafael M., De que estamos falando? Antigos conceitos e modernos anacronismos: escravidão e mestiçagens, Rio de Janeiro, Garamond, 2016.

7 García-Molina Riquelme, Antonio, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, México, UNAM, 1999, p. 49.

8 Poloni-Simard, Jacques, « Redes y mestizaje » in Boccara, Guillaume et Galindo, Sylvia (éd.), Lógica mestiza en América, Temuco (Chili), Instituto de Estudios Indígenas, 1999, p. 113-138, p. 126.

9 Boyer, Richard, Lives of the Bigamists: Marriage, Family and Community in Colonial Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1995.

10 Gacto Fernández E., « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia del Derecho Español, 57, 1987, p. 474.

11 On retrouve ainsi des données comme l’origine de l’accusé, son statut socio-racial et celui du conjoint ou de la conjointe, la catégorie socio-professionnelle, l’évolution sur la durée…

12 Croguennec, Soizic, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2015.

13 Grunberg, Bernard, L’Inquisition apostolique au Mexique. Histoire d’une institution et de son impact dans une société coloniale (1521-1571), Paris, L’Harmattan, 1998.

14 García-Molina Riquelme, Antonio, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, México, UNAM, 1999, p. 47-49.

15 Boyer, Richard, Lives of the Bigamists: Marriage, Family and Community in Colonial Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1995, p. 9.

16 Source : Procès de l’Inquisition (Archivo General de la Nación de Mexico et Achivo Histórico Nacional de Madrid).

17 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

18 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII » in Estudios de Historia Novohispana, vol. VIII, 1985, p. 139-174.

19 Idem, p. 162.

20 Gacto Fernández, Enrique, « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia del Derecho Español, 57, 1987, p. 490.

21 Bakewell, Peter, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1971.

22 AHEZ, Poder judicial, Civil 1, Caja 30, Exp. 04. Archivo Histórico del Estado de Zacatecas, Zacatecas (ci-après AHEZ).

23 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, f. 222r.

24 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

25 AHN, Inquisición 1731, Exp.11.

26 AHN, Inquisición 1730, Exp.12.

27 Voir l’exemple du soldat Juan Antonio Mascareñas, contraint de se marier avec sa compagne par son capitaine. AHN, Inquisición, 1731, Exp.10.

28 Voir Groebner, Valentin, Who are you? Identification, Deception and Surveillance in Early Modern Europe, Boston, MIT Press, 2007.

29 AGN, Inquisición, 826, Exp. 11.

30 Idem, f. 231r.

31 Idem, f. 233v.

32 Idem, f. 247r.

33 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 4, Exp. 01, f. 1r-2r.

34 AHEZ, Poder judicial, Civil 1, Caja 16, Exp. 04, f. 2v-3r.

35 AGN, Inquisición, 834, Exp. 24, f. 415r.

36 Cope, Douglas, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720, 1994, p. 57.

37 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.

38 Métis : enfant d’un Espagnol et d’une Indienne.

39 Coyote : enfant d’une Indienne et d’un Métis.

40 Mulâtre : enfant d’un Espagnol et d’une Africaine. Ici, on peut supposer que la catégorie renvoie à une mulâtresse à la « peau claire ».

41 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05, f. 120r.

42 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 5776 [version Kindle].

43 Ibid.

44 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.

45 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 5588 [version Kindle].

46 AGN, Inquisición, 781, Exp. 40.

47 Lavallé, Bernard, « Peur révérencielle et juste peur dans la famille coloniale », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 mars 2007, consulté le 04 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/3921 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3921

48 Poloni-Simard, Jacques, « Redes y mestizaje » in Boccara, Guillaume et Galindo, Sylvia (éd.), Lógica mestiza en América, Temuco (Chili), Instituto de Estudios Indígenas, 1999, p. 113-138, p. 140.

49 Gacto Fernández, Enrique, « El delito de bigamia y la Inquisición española », Anuario de Historia del Derecho Español, 57, 1987, p. 490.

50 Source : Procès de l’Inquisition (AGN et AHN).

51 AHN, Inquisición, 1731, Exp.11.

52 AHN, Inquisición, 1731, Exp.03.

53 AHN, Inquisición, 1732, Exp.46

54 Voir par exemple Ares Queija, Berta, « Las categorías del mestizaje: desafíos a los constreñimientos de un modelo social en el Perú colonial temprano » in Históricas, núm. 28:1, 2004, p. 193-218.

55 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 33.

56 Idem, f. 2v.

57 Boyer, Richard « Respect and identity: horizontal and vertical reference points in speech acts », dans The Americas, Vol. 54, n° 4 (Apr., 1998), p. 492.

58 Goffman, Erwing, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Les Editions de Minuit, 1973.

59 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

60 Idem, f. 2r.

61 Idem, f. 1v.

62 Idem, f. 1v.

63 Idem, f. 2r.

64 Lahire, Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 61-62.

65 Herzog, Tamar, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven and London, Yale University Press, 2003, p. 11.

66 Ibid., p. 166.

67 Castillo Palma, Norma Angélica, « Le métissage en Nouvelle-Espagne, XVIe-XVIIIe siècle », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 5776 [version Kindle].

68 Rojas, José Luis de, « Indianización y confines. Dos conceptos debatibles» in Bernabéu Albert, Salvador, Giudicelli, Christophe et Havard, Gilles (coords), La indianización. Cautivos, renegados, « hommes libres » y misioneros en los confines americanos s. XVI-XIX, Madrid, Doce Calles, 2012.

69 AGN, Inquisición, 875, EXP. 05.

70 Idem, f. 103r.

71 AHN, Inquisición, 1730, EXP.42.

72 Cité dans Mörner, Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, p. 86-87.

73 Argouse Aude, « Les métis en situation coloniale : fiction, silence et interdiction entre le for du père et le droit d’être soi. Cajamarca, Pérou (XVIIe siècle) », dans Capanema, Silvia, Deluermoz, Quentin, Molin, Michel, Redon, Marie (coord.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, PUR, 2015, emplacement 11229-11491 [version Kindle].

Albiez-Wieck, Sarah, « Indian migrants negotiating belonging. 'Peticiones de cambio de fuero' in Cajamarca, Peru, 17th-18th century », Colonial Latin America Review, …

74 Allen Smith, Gene and Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire: Negotiating Loyalty and Identity in the Revolutionary Borderlands, 1760s-1820s, University of Florida Press, 2010, p. 5-6.

75 Voir les travaux de María Eugenia Albornoz Vásquez qui analysent à partir d’une histoire culturelle du social la manière dont le corps et la parole interagissent pour définir la place de l’individu dans la société coloniale. Albornoz Vásquez, María Eugenia, « Corps de femmes et couleurs de peau : », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [Online], 27 | 2008, p. 153-167.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75219/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Document 2 – Genre et bigamie au XVIIIe siècle (Nouvelle-Espagne)17
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75219/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Titre Document 4 – Réseau familial de María Gertrudis Rángel44
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Document 5 – Bigamie et changement d’identité50
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75219/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Inventer et réinventer l’identité : les bigames du Centre-Nord de la nouvelle-Espagne (XVIIIe siècle) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/75219 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.75219

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

MINEA – Université de Guyane
soizic.croguennec@univ-guyane.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page