Navigation – Plan du site
Débats | 2019
La parole et le corps – Fabrique et jeux des catégories dans les Amériques – (XVIe-XXe siècles) – Coord. Nadine Beligand et Arnaux Exbalin
Nadine Beligand et Arnaud Exbalin

La parole et le corps. Fabrique, ambiguïtés et brouillages des catégories en Amérique ibérique (XVIe-XVIIIe siècles)

[19/02/2019]

Texte intégral

  • 1 Notamment le programme staraco “Statuts, Races et Couleurs dans l’Atlantique” (2013-2016) coordonné (...)

1Ce numéro thématique est un prolongement des réflexions engagées récemment par plusieurs programmes de recherche qui observent les processus d’identification et de catégorisation socio-raciale des populations à l’œuvre dans l’espace atlantique1.

  • 2 Ares Queija, Berta, “Las categorías del mestizaje: desafíos a los constreñimientos de un modelo soc (...)

2Deux hypothèses structurent ce projet éditorial. En premier lieu, si les catégories socio-raciales forment bien un cadre juridique qui permet d’organiser et d’administrer les populations des royaumes ibériques, elles ne sont en réalité pas fixées de manière permanente, ni imposées exclusivement par les autorités coloniales. Depuis les recherches pionnières de Berta Ares sur les mondes métis du royaume du Pérou jusqu’aux travaux récents de Joanne Rappaport sur le royaume de Nouvelle-Grenade, les auteurs ont souligné que les pratiques d’assignation identitaire sont toujours situationnelles2. D’une part, elles sont négociées dans des contextes spécifiques : procès, élaboration des listes de tributaires, procédures d’annulation de mariage, etc. D’autre part, elles sont l’objet de manipulation par des acteurs très différents : officiers, curés, magistrats, mais aussi les membres du voisinage et les individus eux-mêmes qui s’assignent une identité. Cette première hypothèse invite à prendre en compte le rôle des individus dans les processus identificatoires. Comment les personnes réagissent-elles aux catégories qui leur sont assignées et dans quelle mesure participent-elles, également, à leur élaboration ?

  • 3 Cette question est à l’origine de très vifs débats parmi les spécialistes, les partisans du terme c (...)
  • 4 Sur le lignage et le sang, voir l’ouvrage incontournable de Jean-Paul Zúñiga, Espagnols d’Outre-Mer (...)

3En second lieu, que l’on ait une conception ample de la « race » ou que l’on préfère parler de calidad pour désigner l’ensemble des critères qui prévalent dans la fabrique des contours de telle ou telle catégorie, les travaux sur ce thème concourent à affirmer qu’un grand nombre d’indicateurs s’associent dans la catégorisation des individus3. Les réflexions ont jusqu’à présent porté en priorité sur le lignage, le sang, la couleur de peau, le phénotype, l’appartenance religieuse4. Nous souhaiterions introduire les marqueurs qui apparaissent de manière récurrente dans les dossiers d’archives et qui sont encore assez peu étudiés, en particulier le maniement des langues, l’apparence corporelle ou les habitus alimentaires. Ils sont en effet à la fois porteurs d’informations sociales et supports de jugements. Nous partons du postulat que ces éléments de la culture « matérialisée » forment un ensemble de signes visuels qui concourent à fabriquer, comme à brouiller les identités. Dans les Amériques, ce processus se déploie sur une longue durée dont nous n’abordons ici que le versant colonial (xvie-xviiie siècle).

4Parler, se vêtir, se nourrir, se mouvoir, se joindre aux autres, s’assembler, sont autant de comportements sociaux qui renvoient à des manières de faire et de paraître qui participent entièrement à l’« être ». Le corps, produit social et marqueur social, apprend, à partir de son histoire, à tenir différents rôles.

5Le dossier, composé de quatre contributions propose ainsi d’examiner de l’intérieur, l’usage de la parole et du corps comme outils d’inclusion et d’exclusion des catégories construites par l’administration impériale dans les Amériques. Cette publication est le fruit d’une rencontre internationale qui s’est tenue à la Casa de Velázquez à Madrid les 10 et 11 novembre 2016.

Haut de page

Notes

1 Notamment le programme staraco “Statuts, Races et Couleurs dans l’Atlantique” (2013-2016) coordonné par Clément Thibaud et Antonio de Almeida Mendes (http://www.staraco.org/fr), le programme ethnic La fabrique des catégories ethniques à l’époque coloniale. Royaumes du Pérou et de la Nouvelle-Espagne (2015-2016) coordonné par Nadine Béligand, Arnaud Exbalin et Laura Giraudo et cofinancé par la Casa de Velázquez, le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (csic-Espagne), les séminaires de Jean-Frédéric Schaub à l’ehess (« La race à l’âge moderne : expériences, classifications, idéologies d’exclusion ») et le Seminario Permanente sobre categorías socio-históricas de la identidad animé par Berta Ares, Laura Giraudo et Juan Martín Sánchez à la Escuela de Estudios Hispano-Americanos de Séville.

2 Ares Queija, Berta, “Las categorías del mestizaje: desafíos a los constreñimientos de un modelo social en el Perú colonial temprano”, Histórica, vol. 28/1, p. 193-218, 2004 ; Ares Queija, Berta y Alessandro Stella (coords.), Negros, mulatos, zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 2000 ; Gonzalbo Aizpuru, Pilar y Solange Alberro, La sociedad novohispana. Estereotipos y realidades, México, El Colegio de México, 2013 ; Rappaport, Joanne, The Disappearing Mestizo. Configuring Difference in the Colonial New Kingdom of Granada, Durham and London, Duke University Press, 2014.

3 Cette question est à l’origine de très vifs débats parmi les spécialistes, les partisans du terme calidad reprochant à ceux qui préfèrent utiliser le vocable « race » de limiter la question complexe des catégories au seul phénotype et de se plier aux orientations de la recherche nord-américaine. Sur le concept élargi de race, voir Schaub, Jean-Frédéric, Pour une histoire politique de la race, Paris, Seuil, « La Librairie du xxie siècle », 2015.

4 Sur le lignage et le sang, voir l’ouvrage incontournable de Jean-Paul Zúñiga, Espagnols d’Outre-Mer. Émigration, métissage, et reproduction sociale à Santiago de Chili au XVIIsiècle, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Beligand et Arnaud Exbalin, « La parole et le corps. Fabrique, ambiguïtés et brouillages des catégories en Amérique ibérique (XVIe-XVIIIe siècles) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/75463 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.75463

Haut de page

Auteurs

Nadine Beligand

Université Lumière Lyon 2 (UMR CNRS 5190-LARHRA)

Arnaud Exbalin

Université Paris-Nanterre (UMR 8168-Mondes Américains/ESNA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page