Navigation – Plan du site
Kyra Grieco

Politiser l'altérité, reproduire l'inégalité. Genre, ethnicité et oppositions aux activités minières dans les Andes nord-péruviennes

Thèse soutenue le 12 Octobre 2018 à l’EHESS, sous la direction de Carmen Salazar Soler
Composition du Jury :
• M. Gilles Bataillon, Directeur d’études à l’EHESS
• Mme Capucine Boidin, Professeure à l’IHEAL-Paris 3 Sorbonne Nouvelle
• Mme Véronique Boyer, Directrice de recherche au CNRS
• M. Christophe Giudicelli, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
• Mme Nancy Thede, Professeure à l’Université de Québec
Politicizing otherness, reproducing inequality. Gender, ethnicity and oppositions to mining activity in the north Peruvian Andes
Politizar la otredad, reproduciendo la desigualdad. Género, etnicidad y oposiciones a la actividad minera en los Andes del norte peruano.
[19/02/2019]

Texte intégral

Résumé général

1Cette thèse analyse les transformations des rapports sociaux, liées au développement minier contemporain du nord Andin péruvien, en particulier la politisation des relations ethniques et de genre dans les mobilisations d'opposition aux activités extractives. Elle repose sur une ethnographie mené dans la région de Cajamarca, une des principales zones d’investissement minier à l’échelle nationale depuis 1992, et plus particulièrement sur l’observation de l’opposition au projet Minas Conga. Le travail de recherche se situe à la croisée d’une ethnographie de l’activité militante et d’une histoire des catégorisations sociales.

2Réalisé entre 2011 et 2013, le travail de terrain a permis de saisir la façon dont le développement minier régional reconfigure les rapports productifs, engendrant des nouvelles formes de différentiation sociale et, en même temps, de nouvelles alliances trans-sectorielles et multi-scalaires. Il a mis en évidence la politisation des catégories sociales de « paysan » et de « mère », ainsi que la reproduction des inégalités entre les habitants. Les trajectoires militantes et l’analyse des enjeux nationaux du conflit ont éclairé un processus de réorganisation politique et de réappropriation de l’altérité par le bas. Finalement, l’analyse des représentations du conflit circulant dans les médias péruviens et internationaux pendant la période 2013-2016, permet de saisir les éléments de continuité et de rupture dans les imaginaires de l’altérité et notamment la reconfiguration de la catégorie d’ « indien ».

Postulat

  • 1 Par « altérisation », nous faisons référence à l’ensemble de processus de production ou reproductio (...)
  • 2 Par le terme d’« ethnique », je fais référence à des formes d’identification et d’appartenance qui (...)
  • 3 Par le terme « genre », j’entends un principe de division et de hiérarchisation entre les sexes qui (...)

3L’altérité est le produit de processus sociaux qui « naturalisent » les différences entre les groupes et justifient ainsi les inégalités entre eux. Les processus d’altérisation1 ont ainsi des conséquences bien réelles sur la capacité des acteurs d’accéder aux ressources et aux institutions, c’est à dire sur leur capacité d’intervenir sur les processus qui déterminent leur avenir individuel et collectif. Cette approche permet d’appréhender les reconfigurations de l’altérité ethnique2, de genre3 et de classe dans le Pérou contemporain, à la lumière des transformations engendrées par l’expansion des activités minières et des mobilisations locales d’opposition à ces activités. Elle permet d’observer ces processus pluriels et contradictoires, où se croisent des actions menées « par le haut » – telle l’imposition des politiques économiques et institutionnelles étatiques - et « par le bas » – telle l’interprétation de ces politiques par les communautés locales et leur opposition à celles-ci –, qui reconfigurent en partie le sens attribué aux frontières entre les groupes. Quels sont les effets de ces nouvelles formes d’altérité sur les inégalités entre acteurs observables au quotidien ? Promeuvent-elles une démocratisation des relations sociales ?

Problématique

4Les activités extractives – et plus généralement la mondialisation néolibérale dont elles sont le vecteur – redéfinissent les rapports de production et reconfigurent les hiérarchies socio-économiques qui y sont liées, les rapports de pouvoir entre acteurs à l’échelle locale et nationale en ressortent modifiés. L’importance de la région Cajamarca dans le scénario des investissements miniers péruviens, et le rôle devenu déterminant des populations locales pour la bonne image et la réussite d’un projet minier, confèrent un poids politique accru aux acteurs sociaux locaux dans les enjeux politiques et économiques nationaux. Cela m’a amenée à me demander :

  1. si les mobilisations d’opposition aux activités minières étaient en train de créer des nouvelles formes de participation et de reconnaissance pour les hommes et les femmes des secteurs populaires;

  2. si les mouvements sociaux contre les projets miniers véhiculaient d’autres luttes constituant des vecteurs de démocratisation des rapports sociaux ;

  3. si elles étaient en train de produire des modèles et discours reproductibles au-delà de l’échelle locale.

Première partie : Activité minière et changement social

  • 4 A ce sujet, voir Bos, Vincent, Construction sociale de la ressource et renégociation des régulation (...)

5Afin d’explorer la question d’un accroissement de la visibilité et de la participation politique d’acteurs auparavant marginalisés par les rapports sociaux ethniques, de sexe et de classe, je me suis tout d’abord penchée sur la nature des processus liés à la mise en place des opérations de Minera Yanacocha S.A. (dorénavant MYSA), un projet aurifère qui, en 1992, marque le début du développement minier de Cajamarca. Après un premier chapitre dédié au nouveau cycle d’expansion mondiale des activités minières, concomitant aux réformes néolibérales qui ont fait du Pérou une des principales destinations des investissements du secteur4, je me suis penchée sur le développement minier régional et sur les mobilisations qu’il engendre parmi les habitants.

Fig. 1 - Participants à la réunion de commémoration des mobilisations qui, en 2004, empêchèrent l’exploitation du mont Quilish par l’entreprise Minera Yanacocha (en arrière-fond), 2011. Photo de l’auteure.

  • 5 Voir Bebbington, Anthony (ed.) Mineria, Movimientos Sociales y Respuestas Campesinas : una ecología (...)

6En m’appuyant sur un travail ethnographique mené dans la communauté rurale de Wayrapampa et dans la capitale régionale Cajamarca, j’ai décrit et analysé les transformations sociales et de production liés aux activités de MYSA, observables dans ces deux espaces riverains du projet. Cette approche m’a permis d’aller au-delà des impacts environnementaux de l’activité minière – qui font déjà l’objet d’une abondante littérature5 – pour mettre à jour les façons dont celle-ci se répercute sur les rapports sociaux locaux et est appréhendée par des catégories sociales « émiques ».

Fig. 2 –- Résidente rurale amenant son troupeau de brebis au pâturage, avec les installations minières en arrière-fond, 2011.

Photo : Kyra Grieco

7La rapide reconfiguration des rapports de production et leur désencrage des processus d’ascension sociale habituels engendrent un sentiment de « désordre » social parmi les habitants. Celui-ci se manifeste par une réaffirmation des normes ethniques et de genre de la part des élites et des classes moyennes locales, comme réaction aux transformations sociales en cours. Ce premier constat permet de comprendre un soucis de séparation des pratiques et des espaces que nous observons dans bien d’autres circonstances : la différentiation des aliments pendant un événement organisé par la compagnie minière dans sa zone d’influence ; la représentation des transformations socio-économiques de la société rurale locale comme une « perte de coutumes » ; celle des rapports entre les habitants ruraux et le secteur minier comme un excès ou un défaut d’altérité ; l’indignation des habitants de la capitale régionale face à la présence du personnel minier dans l’espace public, et leur appréhension face à l’occupation du centre-ville par des « paysans », pendant les grèves de 2011.

  • 6 A ce sujet, voir Juteau, Danielle, L’ethnicité et ses frontières. Montréal : Presses de l’Universit (...)
  • 7 De la Cadena, Marisol, Indigenous Mestizos: The Politics of Race and Culture in Cuzco, Peru, 1919–1 (...)

8Dans une logique de contextualisation et d’analyse de discours, j’ai cherché à intégrer mes entretiens avec des travailleurs de la compagnie minière et des militants urbains, à l’observation participante de leurs interactions avec les habitants de l’aire rurale riveraine aux opérations de MYSA. Cela m’a permis de mettre en lumière les rapports asymétriques entre les acteurs, mais aussi le constat d’une injonction, partagée tant par les travailleurs de la compagnie que par les activistes anti-miniers de la capitale régionale, aux habitants ruraux de collaborer – soit aux programmes de développement soit aux mobilisations – tout en conservant un mode de vie « traditionnel ». Une telle injonction, qui vise en priorité les femmes rurales, chargées de transmettre les marqueurs de l’altérité6, illustre bien l’importance du maintien des distinctions sociales pour les acteurs qui se situent en haut de la pyramide sociale locale, pour lesquels le « bon paysan » est celui qui reste à sa place7.

Fig. 3 – « Concours d’allaitement » organisé dans le cadre des activitès du partenariat privé-public Programa de Seguridad Alimentaria, dans la zone de directe influence minière.

Photo : Kyra Grieco

  • 8 J’utilise « mise en récit » au sens où l’on organise un répertoire de sens permettant d’interpréter (...)
  • 9 Snow, David, « Analyse de cadres et mouvements sociaux ». Dans Les formes de l’action collective : (...)

9Malgré ces soucis de distinction, l’enquête de terrain a révélé que les transformations économiques liées au développement minier de la région produisent de nouvelles alliances entre acteurs d’extraction sociale et territoriale diverse, du fait de leur opposition commune aux activités minières. La fabrication d’une identité locale partagée passe par l’élaboration d’un mise en récit8commune de la rencontre minière comme une nouvelle conquête coloniale, et se consolide successivement autour d’une dichotomie opposant le « monde » rural paysan et le mode de production agricole au mode de production minier et à son « monde »9.

  • 10 Douglas, Mary, Purity and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo, London; New York: (...)
  • 11 Baviskar, Amita, Waterscapes: The Cultural Politics of a Natural Resources. New Delhi: Permanent Bl (...)
  • 12 Bos, Vincent et Kyra Grieco, « L’eau : ressource naturelle, ressource politique ? Construction soci (...)

10La jonction entre les différents acteurs et secteurs sociaux se fait dans le cadre d’un discours de préservation des ressources hydriques communes, qui contribuent à consolider et visibiliser l’opposition locale au secteur minier. L’importance acquise par l’eau dans les revendications locales ne peut pas être réduite à sa valeur d’usage pour les pratiques agricoles et la consommation humaine. Elle doit au contraire être expliquée par la valeur sociale et symbolique qu’elle acquiert dans ce contexte socio-territorial particulier. A la fois, symbole de la société andine « traditionnelle » menacée par la pollution minière10, et du réseau d’alliance politique rassemblant des secteurs socio-territoriaux divers, la ressource hydrique devient « quelque chose de plus » que de l’eau11. Les acteurs élaborent le sens de ce quelque chose à travers différentes histoires et représentations moralisantes, ayant pour objet l’eau et plus particulièrement les lacs menacés par Minas Conga. La mise en opposition dichotomique entre l’eau et l’or par le discours militant ne rend cependant pas compte de la pluralité des représentations de la ressource hydrique observables parmi les habitants locaux12.

Fig. 4 – Manifestants avec pancarte illustrant les ressources hydriques dans la zone de future exploitation minière, 2013.

Photo : Kyra Grieco

11Ces observations amènent à nuancer mon hypothèse initiale : effectivement, la proximité des opérations minières entraine l’accroissement du poids des habitants riverains dans les enjeux socio-politiques et économiques locaux, mais cela n’est réellement le cas que lorsqu’ils se mobilisent « contre » l’activité minière et « en défense » de leur mode de vie. Dans le cas contraire, si les riverains ruraux réclament une meilleure intégration dans le projet, leurs actions et demandes sont délégitimées et invisibilisées par les élites sociales régionales. Et quand ces acteurs subalternes se mobilisent contre les activités extractives, ce ne sont pas leurs représentations et définitions du conflit qui prévalent, mais celles d’un réseau militant urbain tourné vers l’international. L’évolution des rapports entre les habitants ruraux, les activistes urbains et les compagnies minières ne semblent donc pas engendrer une plus grande participation politique des premiers per se, dans la mesure où les rapports sociaux restent éminemment verticaux et hiérarchiques. Il ne faut pas pour autant en tirer la conclusion d’une reproduction « mécanique » des hiérarchies sociales à l’échelle locale et régionale. Cela nous ramène à notre deuxième question, celle de savoir si les mouvements sociaux contre les projets miniers véhiculent d’autres luttes constituant des vecteurs de démocratisation des rapports sociaux.

Deuxième partie : Activité militante et politique de l’altérité

  • 13 Holland, Dorothy, Gretchen Fox, et Vincent Daro, « Social Movements and Collective Identity: a Dece (...)

12Le travail de terrain mené avec les participants aux mobilisations sociales contre le projet Minas Conga montre comment cet imaginaire associant la société andine traditionnelle avec le refus « naturel » des activités minières est repris par un réseau d’acteurs divers mobilisés dans leur opposition commune au projet minier. Dans le cadre des mobilisations contre ce projet minier, on voit les différents acteurs sociaux converger autour d’une identification politique « paysanne », qui mobilise les marqueurs de l’altérité ethnique andine. Cette présentation de soi recouvre dans ce contexte deux fonctions principales : l’une est de visibiliser les modes de production et de reproduction sociale comme incompatibles avec l’activité minière ; l’autre est de signifier la différence entre l’ordre social et les valeurs de la société locale et ceux des nouveaux habitants venus « d’ailleurs ». Dans ce contexte, l’identification paysanne rassemble des acteurs aux diverses appartenances socio-économiques, territoriales et ethniques, qui se perçoivent comme marginalisés, ou risquant de l’être, par le secteur minier13.

Fig. 5 – Rassemblement et assemblée dans la zone de future exploitation minière, 2013.

Photo : Kyra Grieco

  • 14 Jelin, Elizabeth. (éd.), Women and Social Change in Latin America. Geneva, Switzerland: Unites Nati (...)

13Si les militants hommes tant ruraux qu’urbains des secteurs populaires émergents tendent à se présenter comme des « paysans » mobilisés en défense de leur mode et moyens de vie, l’autoreprésentation des femmes militantes est très différente. Celles-ci légitiment leur participation aux mobilisations en présentant leur engagement comme le prolongement de leur rôle social maternel « naturel ». Caractérisée par toutes et par tous comme « moins politique » que celle des hommes, la participation féminine prend la forme d’une politisation de la domesticité14, et plus particulièrement de celle des secteurs populaires, participant ainsi d’une reproduction symbolique de la société andine « traditionnelle ».

Fig. 6 – Membres des Rondes Paysannes de femmes s’occupant de préparer le repas pour les occupants d’un campement dans la région de future exploitation minière, 2013. Participantes à une manifestation de rue dans la capitale régionale Cajamarca, 2013.

Photos : Kyra Grieco

14Les identifications politiques de « paysan » et de « mère » contribuent – du fait de leur « apolitisme » supposé – à légitimer la participation politique populaire de militants et militantes issus des secteurs ruraux et urbains émergents qui n’ont pas légitimement accès à l’espace public en temps normal. On observe ainsi un certain processus d’empowerment politique, dans le contexte de ces mobilisations, d’acteurs provinciaux, d’origine rurale et de femmes qui parviennent à se faire une place dans le réseau de mouvement à côté des acteurs issus des élites et classes moyennes régionales. Cette négociation n’est pas aisée, mais résulte de luttes de pouvoir internes au réseau de mouvement, où l’autorité des acteurs se joue sur leur capacité de se situer dans les rapports d’alliance et de compétition entre les différentes organisations du mouvement.

15Le réseau du mouvement social montre aussi des formes de démocratisation des rapports entre organisations de la capitale et des provinces, entre « anciens » et « jeunes » leaders sociaux, entre organisations « rurales » et « urbaines », ainsi qu’une (re)légitimation de la présence féminine dans l’espace public. Quoique les rapports entre organisations sont et restent conflictuels, l’espace et les logiques de la politique contestataire, créent un espace d’expression et de revendication légitime pour des acteurs locaux qui auraient autrement peu de visibilité et de participation dans l’avenir de leur localité.

Fig. 7 – Femmes manifestant contre le projet Minas Conga, à l’anniversaire des morts de 5 manifestants dans les affrontements (noms sur la pancarte noire), 2013.

Photo : Kyra Grieco

16L’utilisation politique de l’altérité n’est cependant pas à confondre avec ses usages sociaux : bien au contraire, à l’échelle locale on assiste à une reproduction des inégalités matérielles et symboliques entre acteurs. Afin de rendre compte de ces effets contradictoires, j’ai taché de situer les entretiens avec les militants dans le contexte de leurs interactions au sein du mouvement social, ainsi que des discours et formes de présentation de soi diffusés par les discours militants à destination de la presse et du public national. L’observation des interactions entre activistes montre comment les normes ethniques et de genre peuvent être utilisées tant pour légitimer la militance des secteurs populaires et des femmes que pour la discipliner.

17Dans le mouvement social contre Minas Conga, ce ne sont donc pas les rapports ethniques ou de genre qui sont remis en question. Ceux-ci ne constituent pas l’objectif principal de l’activité de mobilisation – tel pourrait être le cas d’un mouvement de type « féministe » ou « indianiste » – mais ce sont plutôt les moyens par lesquels des processus sociaux et économiques sont appréhendés, interprétés et critiqués. Ce serait finalement une erreur de s’attendre à une démocratisation des rapports sociaux. L’apparente contradiction entre le fait de « politiser l’altérité » paysanne ou féminine et de « naturaliser la différence » ethnique ou sexuelle n’en est pas une pour les acteurs sociaux concernés. Pour ceux-ci, ces identifications traduisent la dénonciation de leur marginalisation par les activités minières, ce qui est tout à fait compatible avec le maintien d’une « saine » différence sociale. Ces pratiques de distinction sociale ne sont pourtant pas privées d’une forme d’opposition, bien au contraire : les discours de la différence font l’objet de formes d’appropriation et de subversion de la part des acteurs sociaux subalternes, qui s’en servent pour s’affirmer face à des acteurs socialement supérieurs. Cela nous amène à notre dernière interrogation, à savoir : est-ce que les mobilisations contre l’extraction minière sont en train de produire des modèles et discours reproductibles au-delà de l’échelle locale ?

Troisième partie : Entre les mines et les mobilisations, l’Etat-Nation

  • 15 Arce, Moisés, « The Repoliticization of Collective Action After Neoliberalism in Peru ». Latin Amer (...)
  • 16 Azpur, Javier, « Aportes para un necesario balance de la reforma descentralista ». In Peru hoy: Cen (...)

18Le contexte politique national de ces événements est celui du Pérou contemporain marqué par les réformes néolibérales des années 1990 et le retour à la démocratie depuis 2000. Dans ce cadre, les mobilisations d’opposition aux activités extractives deviennent les vecteurs d’un rapport changeant à l’Etat de la part des acteurs sociaux locaux15, qui profitent des nouvelles opportunités offertes par la réforme de décentralisation16 pour exercer un contrôle croissant sur leurs territoires.

Fig. 8 – Manifestant avec pancarte « Conga no va » (= non au projet Conga), Cajamarca, 2012.

Photo : Kyra Grieco

19Pour analyser les impacts de la mobilisation sur la scène politique nationale j’ai suivi les trajectoires politiques des leaders locaux au cours des élections régionales de 2014 et nationales de 2016, telles que rapportées par les organes de presse nationaux, et j’ai lié ces observations avec mes données de terrain. Cela m’a permis d’apprécier comment les alliances qui se tissent entre acteurs locaux et nationaux participent aussi d’une « montée en généralité » des mobilisations locales contre les activités minières, qui traduit leurs enjeux et parfois situe leurs principaux acteurs sur l’échiquier politique nationale. La période suivant les mobilisations révèle en effet une institutionnalisation de l’opposition aux activités minières, par les candidatures de leaders sociaux à l’échelle locale, et les liens entre leurs organisations et une opposition politique nationale au modèle primo-exportateur. On constate ainsi que les mobilisations contre l’extraction minière ne sont pas que de simples mouvements sociaux locaux d’opposition : elles participent à la naissance de nouvelles alliances à l’échelle nationale, et au renouvellement du débat politique national sur le modèle économique dominant.

Fig. 9 – Drapeaux plantés par le mouvement d’opposition local sur le site de future exploitation minière. Y figurent, de gauche à droite : le drapeau péruvien, celui de la Federación Nacional de Mujeres Campesinas, Artesanas, Indígenas y Asalariadas de Peru (FEMUCARINAP), le drapeau écologique et celui de la Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo (CLOC).

Photo : Kyra Grieco

  • 17 A ce sujet, voir : Greene, Shane, « Getting over the Andes : The Geo-Eco-Politics of Indigenous Mov (...)
  • 18 Briones, Claudia, Cartografías argentinas: políticas indígenistas y formaciones provinciales de alt (...)
  • 19 Hale, Charles, « Neoliberal Multiculturalism ». PoLAR : Political and Legal Anthropology Review 28 (...)

20En plus d’influer sur les politiques institutionnelles, la diffusion d’un discours critique des activités extractives est en train de reconfigurer le sens des catégories sociales mobilisées par les manifestants. Ce phénomène ne se borne pas à l’échelle locale et à la (re)politisation des identifications de « paysan » et de « mère », mais concerne aussi l’échelle nationale et le sens qui est attribué à la catégorie sociale d’« indien » ou « indigène »17. Afin de réfléchir au processus de reconfiguration et de réappropriation de l’indianité à l’époque contemporaine, il a été nécessaire de remonter dans l’histoire péruvienne du XIXe et XXe siècle, pour faire un point sur le rapport entre l’altérité amérindienne et l’identité nationale18. L’ambivalence institutionnelle, propre au multiculturalisme néolibéral, entre indiens « permis » et consultables, et indiens « récalcitrants » et répressibles19, amène les acteurs sociaux qui font l’objet de la criminalisation étatique à se (re)approprier l’altérité radicale du sujet indien/indigène. Cette posture n’est pas uniquement une « stratégie » visant l’obtention d’une reconnaissance accrue et du droit de consultation préalable, mais aussi un produit des nouveaux processus de marginalisation sociale et politique qui sont associés à l’activité minière, qui dépossèdent les populations locales de leurs conditions sociales de citoyens, en les réduisant à celle d’« indiens ». Encore une fois, on observe comment les transformations sociales associées aux activités extractives créent des nouvelles formes de différentiation sociale ainsi que des nouvelles alliances, amenant à identifier des caractéristiques communes entre acteurs auparavant séparés par leur extraction socio-économique et territoriale.

  • 20 Drinot, Paulo, « The Meaning of Alan García: Sovereignty and Governmentality in Neoliberal Peru », (...)

21Les acteurs sociaux locaux font un usage politique de l’altérité ethnique, qu’ils interprètent de façon inclusive comme rassemblant potentiellement tous ceux qui s’opposent aux activités extractives. Les représentations qu’ils mobilisent font écho à des processus plus larges de reconfiguration et de ré-signification de l’indianité à l’époque contemporaine comme « naturellement » opposée à l’expansion du capitalisme néolibéral20. Nous retrouvons cet imaginaire à la fois dans le processus d’altérisation ethnique et politique des activités d’opposition aux politiques néolibérales – comme « sauvages » ou « terroristes » – ainsi que dans la médiatisation de la « résistance » locale à l’activité minière comme une lutte de la petite paysannerie contre le grand capital. Pour documenter la diffusion médiatisée du conflit, j’ai mené un travail de recueil d’articles de presse, de vidéos et de reportages photographiques ayant circulé dans les médias et réseaux sociaux entre 2013 et 2016. J’ai fait un usage abondant des images afin d’illustrer la circulation des « récits » militants et un processus de représentation du conflit, qui en favorise certaines au détriment d’autres. La popularisation du conflit implique en effet une simplification des multiples discours et représentations de celui-ci, pour produire un récit unitaire à destination d’un public international. Lorsque ce récit reproduit une identification de la « résistance » locale au projet minier avec les secteurs populaires et ses protagonistes féminines, la représentation médiatique qui en résulte « naturalise » et « exotise » ces catégories sociales, en présentant le conflit comme un « choc entre deux mondes » – l’un moderne, masculinisé et destructeur, l’autre traditionnel, féminisé et vivant en harmonie avec la nature. Cette naturalisation et cette exotisation de l’opposition locale aux activités extractives a pour effet d’essentialiser les identifications locales et d’invisibiliser les inégalités consubstantielles aux rapports ethniques et de genre, participant ainsi de la reproduction des hiérarchies sociales entre acteurs.

Apports

22Le principal objectif de cette thèse est d’offrir un regard original – ancré dans un important travail de recherche ethnographique – sur les représentations et les pratiques de reproduction de l’altérité en lien avec les mobilisations d’opposition à l’expansion des activités extractives au Pérou. L’élaboration des observations de terrain à la lumière d’une perspective socio-historique sur les catégories sociales locales et nationales, a permis de dégager plusieurs éléments d’intérêt et pistes de recherches futures. Les principaux apports de ce travail peuvent ainsi être résumés en trois points :

  1. Cette ethnographie d’un réseau militant spécifique contribue à la compréhension du rapport entre l’expansion de la frontière extractive et le renouvellement des formes d’engagement politique dans le Pérou contemporain. Elle porte son regard sur l’action politique populaire depuis les « marges » de la nation, et esquisse ainsi une anthropologie de l’État par le local. L’expansion des activités minières dans le Pérou andin est, en effet, en train de produire une profonde reconfiguration des rapports sociaux et des marqueurs de l’altérité à l’échelle locale et nationale. L’avancée de la frontière extractive contribue ainsi à une « politisation de l’ethnicité » par les secteurs sociaux marginalisés par le secteur minier : ces acteurs signifient leur nouvelle condition de subalternité en s’appropriant la figure du paysan, voire de l’indigène, andin.

  2. Ce faisant, ils réactualisent un imaginaire historique de l’indien « rebelle » et se l’approprient afin de justifier leur opposition aux activités extractives en vertu de leur altérité radicale. Cette représentation, qui fait la légitimité de l’action politique contestataire – réduite à une différence « culturelle » naturalisée – en fait aussi son illégitimité dès lors que cette action est transposée dans la politique formelle. L’(auto)définition de l’activité protestataire comme une forme de « rébellion » confirme la persistance de la représentation de l’action de l’Autre comme pré-politique. Est ainsi reproduite une vision différentialiste qui a pour effet de perpétuer l’exclusion des secteurs ruraux et populaires de la politique formelle et des dispositifs institutionnels.

  3. L’altérité politisée par les acteurs sociaux locaux n’est pas seulement ethnicisée mais aussi genrée. La participation féminine aux mobilisations montre bien comment les femmes occupent une place préférentielle dans la reproduction du réseau militant et de l’ordre social que l’on prétend défendre de l’expansion minière. Les femmes andines, représentées comme étant « plus indiennes » et « moins politiques » que les hommes, sont ainsi les mieux placés pour incarner une altérité radicale ainsi qu’un engagement politique peu menaçant. La banalisation de l’action politique féminine, d’autant plus marquée lorsque les femmes sont rurales et pauvres, est réduite à l’expression d’un instinct maternel ou à une lien privilégié avec l’environnement naturel. Ces représentations permettent d’apprécier davantage comment la légitimation de l’opposition et de la participation politique des « Autres » se construit sur la reproduction et la naturalisation des hiérarchies ethniques et de genre.

Haut de page

Notes

1 Par « altérisation », nous faisons référence à l’ensemble de processus de production ou reproduction de l’Autre, qui naturalisent les hiérarchies sociales par les différences de sexe, de classe, ethniques ou de « race ». Ces processus ont fait l’objet de travaux précurseurs, tels ceux de W.E.B du Bois et Frantz Fanon, et ont été élaborés davantage par les travaux des auteurs post-coloniaux, tels Edward Saïd et Gayatri Spivak. La contribution de l’anthropologie à la production de l’altérité est au centre des travaux de Johannes Fabian, James Clifford et George Marcus. En milieu francophone, le « grande partage » entre l’anthropologie et ses autres est remis en question par les travaux de Georges Balandier, Jean Copans, Gérdard Althabe, Gérard Lenclud et Marc Augé, entre autres.

2 Par le terme d’« ethnique », je fais référence à des formes d’identification et d’appartenance qui ne se fondent pas sur des caractéristiques fixes, mais plutôt sur la renégociation constante des différences entre les groupes sociaux. Cf. Barth, Frederik [1969] « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Philippe Poutignat, Jocelyne Streiff Feinart, Théorie de l’ethnicité, PUF, Paris, 1995.

3 Par le terme « genre », j’entends un principe de division et de hiérarchisation entre les sexes qui participe de la représentation des rapports entre les groupes sociaux en termes de masculin/féminin. Cf. Delphy, Christine, « Pense le genre : problèmes et résistances » In L’ennemi principal : Tome 2, Penser le genre, Paris : Editions Syllepse, 2001, p. 243-60 ; Scott, Joan, « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF 37 (1), 1988, p. 125‑53.

4 A ce sujet, voir Bos, Vincent, Construction sociale de la ressource et renégociation des régulations Analyse du secteur minier péruvien, fin du XXe siècle - début du XXIe siècle, Thèse de Doctorat en Géographie et Aménagement du Territoire, Université Sorbonne - Nouvelle Paris 3 Sorbonne Paris Cité École Doctorale 122 Europe Latine – Amérique Latine Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA), 2017.

5 Voir Bebbington, Anthony (ed.) Mineria, Movimientos Sociales y Respuestas Campesinas : una ecología política de transformaciones territoriales, Lima : IEP, CEPES, 2007 ; De Echave et al., Minería y conflicto social, Lima : Instituto Riva Aguero, 2009 ; De Echave, José, Raphael Hoetmer et Mario Palacios. Minería y territorio en el Perú. Conflictos, resistencias y propuestas en tiempos de globalización. Lima : Programa Democracia y Transformación Global, 2009.

6 A ce sujet, voir Juteau, Danielle, L’ethnicité et ses frontières. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2015 [1999].

7 De la Cadena, Marisol, Indigenous Mestizos: The Politics of Race and Culture in Cuzco, Peru, 1919–1991, Durham, NC : Duke University Press Books, 2000.

8 J’utilise « mise en récit » au sens où l’on organise un répertoire de sens permettant d’interpréter la réalité sociale et de la transmettre. Cf. Cruikshank, Julie, The Social Life of Stories: Narrative and Knowledge in the Yukon Territory. Lincoln : University of Nebraska Press, 2000 ; Polletta, Francesca, It Was Like a Fever. Storytelling in Protest and Politics. Chicago: University Press, 2011.

9 Snow, David, « Analyse de cadres et mouvements sociaux ». Dans Les formes de l’action collective : Mobilisation dans des arènes publiques, in Daniel Cefaï et Danny Trom (éds), Paris : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2001.

10 Douglas, Mary, Purity and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo, London; New York: Routledge, 1966.

11 Baviskar, Amita, Waterscapes: The Cultural Politics of a Natural Resources. New Delhi: Permanent Black, 2007 ; Boelens, Rutgerd, Water, Power and Identity: The Cultural Politics of Water in the Andes. Abingdon, Oxon ; New York: Routledge, 2015.

12 Bos, Vincent et Kyra Grieco, « L’eau : ressource naturelle, ressource politique ? Construction sociale de la ressource hydrique en contexte d’opposition au secteur minier », Revue Caravelle, Dossier thématique : La mine d’hier et d’aujourd’hui », Vol.111 (à paraitre).

13 Holland, Dorothy, Gretchen Fox, et Vincent Daro, « Social Movements and Collective Identity: a Decentred, Dialogic View ». Anthropological Quarterly 81 (1), 2008, p. 95‑126

14 Jelin, Elizabeth. (éd.), Women and Social Change in Latin America. Geneva, Switzerland: Unites Nations Research Institute for Social Development; London ; Atlantic Highlands, N.J : Zed Books, 1990.

15 Arce, Moisés, « The Repoliticization of Collective Action After Neoliberalism in Peru ». Latin American Politics and Society 50 (3), 2008, p. 37-62.

16 Azpur, Javier, « Aportes para un necesario balance de la reforma descentralista ». In Peru hoy: Centralismo y concentracion, 153-74. Lima : DESCO, 2010 ; Bey, Marguerite, « Réformes néolibérales et tensions sur les ressources dans la décentralisation au Pérou et au Mexique ». Revue internationale de politique comparée 17 (3), 2010, p. 127-42 ; Eaton, Kent,. « Disciplining Regions: Subnational Contention in Neoliberal Peru ». Territory, Politics, Governance, 3 (2), 2015, p. 124-46.

17 A ce sujet, voir : Greene, Shane, « Getting over the Andes : The Geo-Eco-Politics of Indigenous Movements in Peru’s Twenty-First Century Inca Empire ». Journal of Latin American Studies 38 (02), 2006, p. 327-54 ; Salazar-Soler, Carmen, « ¿Qué significa ser indio o indígena? Reflexiones sobre estas categorías sociales en el Perú andino ». Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Débats, mis en ligne le 13/12/2013, consulté le 10/07/2017 ; Yvinec, Maud, « Reinventar el indio después de la Independencia: las representaciones del indígena en el Perú decimonónico (1821-1879) », Bulletin de l’Institut français d’études andines 42 (2), 2013, p. 287-293.

18 Briones, Claudia, Cartografías argentinas: políticas indígenistas y formaciones provinciales de alteridad, Buenos Aires : Antropofagia, 2005 ; López Caballero, Paula, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité, Paris : Karthala, 2012 ; López Caballero, Paula et Christophe Giudicelli. (éds.), Régimes nationaux d’altérité : États-nations et altérités autochtones en Amérique latine, 1810-1950. Rennes : PUR, 2016.

19 Hale, Charles, « Neoliberal Multiculturalism ». PoLAR : Political and Legal Anthropology Review 28 (1), 2005, p. 10-19 ; Boccara, Guillaume, « Le gouvernement des « Autres ». Sur le multiculturalisme néolibéral en Amérique Latine ». Actuel Marx 50, 2011, p. 191‑206.

20 Drinot, Paulo, « The Meaning of Alan García: Sovereignty and Governmentality in Neoliberal Peru », Journal of Latin American Cultural Studies, 20:2, 2011, p. 179-195 ; Espinosa de Rivero, Oscar, « Salvajes opuestos al progreso?: aproximaciones históricas y antropológicas a las movilizaciones indígenas en la Amazonía peruana ». Anthropologica 27, 2009, p. 123-68.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Participants à la réunion de commémoration des mobilisations qui, en 2004, empêchèrent l’exploitation du mont Quilish par l’entreprise Minera Yanacocha (en arrière-fond), 2011. Photo de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 2 –- Résidente rurale amenant son troupeau de brebis au pâturage, avec les installations minières en arrière-fond, 2011.
Crédits Photo : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 3 – « Concours d’allaitement » organisé dans le cadre des activitès du partenariat privé-public Programa de Seguridad Alimentaria, dans la zone de directe influence minière.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 4 – Manifestants avec pancarte illustrant les ressources hydriques dans la zone de future exploitation minière, 2013.
Crédits Photo : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 5 – Rassemblement et assemblée dans la zone de future exploitation minière, 2013.
Crédits Photo : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-5.png
Fichier image/png, 2,6M
Légende Fig. 6 – Membres des Rondes Paysannes de femmes s’occupant de préparer le repas pour les occupants d’un campement dans la région de future exploitation minière, 2013. Participantes à une manifestation de rue dans la capitale régionale Cajamarca, 2013.
Crédits Photos : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2M
Légende Fig. 7 – Femmes manifestant contre le projet Minas Conga, à l’anniversaire des morts de 5 manifestants dans les affrontements (noms sur la pancarte noire), 2013.
Crédits Photo : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 8 – Manifestant avec pancarte « Conga no va » (= non au projet Conga), Cajamarca, 2012.
Crédits Photo : Kyra Grieco
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 9 – Drapeaux plantés par le mouvement d’opposition local sur le site de future exploitation minière. Y figurent, de gauche à droite : le drapeau péruvien, celui de la Federación Nacional de Mujeres Campesinas, Artesanas, Indígenas y Asalariadas de Peru (FEMUCARINAP), le drapeau écologique et celui de la Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo (CLOC).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/75481/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kyra Grieco, « Politiser l'altérité, reproduire l'inégalité. Genre, ethnicité et oppositions aux activités minières dans les Andes nord-péruviennes », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/75481 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.75481

Haut de page

Auteur

Kyra Grieco

Mondes Américains/CERMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page