Navigation – Plan du site
Kyra Grieco

Luis Rossell, Alfredo Villar, Jesús Cossío. Le sentier lumineux. Chroniques des violences politiques au Pérou.

Paris, L’Agrume, 2015, 213 p.
Référence(s) :

Luis Rossell, Alfredo Villar, Jesús Cossío. Le sentier lumineux. Chroniques des violences politiques au Pérou. Paris, L’Agrume, 2015, 213 p.

[19/02/2019]

Texte intégral

  • 1 A ce sujet était notamment dédié le colloque international « Radiographie de la violence dans le Pé (...)

1Quinze ans après le rapport final de la Commission de Vérité et Réconciliation (CVR), nombre d’histoires du sanglant conflit interne qui a déchiré le Pérou dans les années 1980 restent encore à raconter1. C’est ce que se proposent de faire les trois auteurs de cette bande dessinée publiée en deux temps au Pérou par les mêmes auteurs avec les titres originaux de Rupay, violencia politica en el Peru 1980-1984 (2008) et Barbarie (2010).

  • 2 La Commission de Vérité et Réconciliation joue un rôle déterminant dans le retour de la catégorie d (...)
  • 3 Au sujet des politiques mémorielles et des tensions entre différentes représentations du passé, voi (...)

2Comme annoncé dans leur introduction, « ceci n’est pas un livre sur l’Histoire, mais de plusieurs histoires sur la violence politique vécue au Pérou à la fin du siècle dernier ». Cette déclaration d’intentions introduit le lecteur dans ce que l’ouvrage se propose de livrer : une « modeste contribution » à la mémoire populaire du conflit, à travers un récit graphique qui invite « à rompre le silence et à briser l’oubli » d’une période sombre de l’histoire péruvienne récente, et de ses principales victimes - les péruviens appartenant aux couches populaires. C’est à eux – paysans et indigènes2, militants du sentier lumineux et soldats – est dédiée cette bande dessinée, qui reconstruit de fil en aiguille la violence du conflit qui opposa la guérilla maoïste du sentier lumineux à l’Etat péruvien au cours de la décennie 1980. Si l’ambition de ce roman graphique n’est pas celle de faire de l’ « Histoire », les lecteurs soucieux des sources et de leur mise en contexte seront pas déçus pour autant. En croisant de nombreux témoignages et hypothèses publiés par le rapport final de la Commission de Vérité et Réconciliation avec enrichi-étoffé des et extraits de la presse de l’époque, les auteurs mettent en lumière le trouble auquel se confronte toute narration d’un conflit pluriel3. Parmi les illustrations en noir et blanc, parsemées de clichés photographiques de l’époque, la seule couleur qui occasionnellement jaillit entre les pages est le rouge, qui colore de le même manière le drapeau péruvien, le sang des victimes, et les drapeau du sentier lumineux. Ce souci de symétrie – voir d’impartialité – est aussi reflété par l’économie du livre, qui alterne la narration d’épisodes de violence à l’œuvre du sentier lumineux à ceux commis par la police et les forces armées, sans toutefois passer sous silence les violences commises par les civils, coincés entre le marteau et l’enclume d’un conflit dont ils sont devenus la chair à canon.

3Chapitre par chapitre, l’ouvrage parcourt certains des événements les plus saillants du conflit : de l’incendie des urnes de Chuschi à l’attentat au commissariat de Tambo, de l’évasion de la prison à la tuerie de l’hôpital de Humanga, de la prise de Vilcashuaman à la mort de 8 journalistes par la main des habitants de la commune d’Uchuraccay, des tueries de Chungui à celle de Lucanamarca, et des fosses Huanta aux massacres dans les prisons de Santa Barbara, Lurigancho et El Frontón. Dans la première partie – qui coincide avec le tome sorti en 2008 – chaque chapitre graphique est suivi d’un court texte explicatif, qui offre des éléments pour la compréhension des faits décrits – telle la stratégie de la « terre brulée » du Ministre de la Guerre « El Gaucho » Cisnerons, sous le gouvernement de Bélaunde Terry (1980-1985) – et des éléments de contexte – comme la « guerre de basse intensité » de l’administration Reagan aux guérillas latino-américaines et la formation des militaires latino-américains de l’époque aux techniques contre-insurrectionnelles. Les racines du conflit et de son « embrasement » auprès d’une partie des classes populaires et moyennes provinciales des Andes centrales sont aussi reconstruites, à partir du massacre des manifestants à Huanta et Huamanga en 1969 et des formes d’endoctrinement révolutionnaire et messianique dans les écoles populaires, pour en arriver aux massacres de villages entiers accusées d’avoir « trahi la révolution ».

4Le deuxième tome clôt cette décennie sanglante, en reprenant quelques évènements saillants du premier gouvernement de Alan Garcia Perez (1985-1990), illustrant l’intensification de la violence pendant cette période. Son titre – La Barbarie – reprend le discours inaugural du président qui, le 28 Juillet 1985, affirmait que « pour lutter contre la barbarie, il n’est pas nécessaire de tomber dans la barbarie ». Cet annonce apparaît quelque peu dissonante au regard des pages que suivent, qui documentent les techniques de torture, d’assassinat collectif et de dissimulation des corps des victimes civiles par l’armée – telles adoptés à la base militaire de Castropampa, ou dans le village d’Accomarca – et sur l’impunité des responsables – renvoyés vers la justice militaire et acquittés. L’ouvrage se termine avec la mise en perspective des massacres d’Aranhuay (1988) et de Paccha (1989), par le Sentier Lumineux, avec ceux des détenus senderistas de Santa Barbara, Lurigancho et El Fronton par l’armée. En arrière-fond, la dernière interview accordée par le principale idéologue de la révolution, Abimaél Guzmàn, avant son arrestation en 1992.

5Le rythme syncopé des chapitres restitue celui des événements, rendant bien la montée en puissance d’une violence devenue rapidement incontrôlée et généralisée. La narration des évènements rend compte d’un enchainement d’actions violentes perpétrées par les différents acteurs : de l’évasion de la prison de Huamanga au massacre des prisonniers hospitalisés, de la lapidation d’un senderista à Lucanamarca aux représailles du Sentier Lumineux sur la communauté, et ainsi de suite. Les auteurs ne renoncent pas à souligner, à plusieurs reprises, l’abime qui séparait la complexité des violences vécues par les habitants de l’intérieur du pays et leur lecture simpliste, voire méprisante, par les organes de presse de la capitale. C’est finalement à cette distance entre les habitants de Lima de ceux de l’intérieur du pays que les auteurs attribuent la principale responsabilité de la spirale de violence. Et c’est le refoulement de cette responsabilité, ainsi que de ses effets qui perdurent dans la politique péruvienne actuelle (des processus de restitution des corps à la persécution en justice des responsables) que cet ouvrage se propose de briser, par la restitution toujours partielle d’histoires qui ne sauront jamais devenir un récit unique.

Haut de page

Notes

1 A ce sujet était notamment dédié le colloque international « Radiographie de la violence dans le Pérou d’après-guerre. Bilan et perspectives à 15 ans de la Commission de la Vérité et Réconciliation », organisé par Valérie Robin Azevedo (Paris Descartes) Dorothée Delacroix (UCLouvain) Tania Romero Barrios (Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) et Ricardo Bedoya Forno (Rennes 2) le 14 Décembre 2018 à Paris.

2 La Commission de Vérité et Réconciliation joue un rôle déterminant dans le retour de la catégorie de « indigène » dans l’espace public national péruvien au début du XXIème siècle. Cf. Robin Azevedo, Valérie et Dorothèe Delacroix, « Categorización étnica, conflicto armado interno y reparaciones simbólicas en el Perú post - Comisión de la Verdad y Reconciliación (CVR) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 11 décembre 2017.

3 Au sujet des politiques mémorielles et des tensions entre différentes représentations du passé, voir Delacroix, Dorothée, De pierres et de larmes. Mémorisation et discours victimaire dans le Pérou d'après-guerre, Paris, Institut universitaire Varenne, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kyra Grieco, « Luis Rossell, Alfredo Villar, Jesús Cossío. Le sentier lumineux. Chroniques des violences politiques au Pérou. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/75693

Haut de page

Auteur

Kyra Grieco

Mondes Américains-CERMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page