Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Raúl Zibechi, Los desbordes populares desde abajo. La revolución de 1968 en América latina

Madrid, Libros en Acción, 2018, 126 p.
Référence(s) :

Raúl Zibechi, Los desbordes populares desde abajo. La revolución de 1968 en América latina, Madrid, Libros en Acción, 2018, 126 p.

[17/06/2019]

Texte intégral

  • 1 En référence aux travaux de Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris (...)
  • 2 Giovanni Arrighi, Terence Hopkins y Immanuel Wallerstein, « 1968 : el gran ensayo », en Movimientos (...)

1Essayiste, spécialiste des mouvements sociaux, Raúl Zibechi interroge dans ce livre le « moment 68 »1 latino-américain. Sa question initiale porte sur les dimensions mondiale et révolutionnaire de l’année 1968. Reprenant à son compte les analyses de Giovanni Arrighi, Terence Hopkins et Immanuel Wallerstein sur l’importance de cet événement comme facteur de transformation du monde2, il pose la problématique de l’expérience politique latino-américaine de ces années singulières et discute leur impact à terme.

  • 3 Cf. Ludivine Bantigny, 1968 : de grands soirs en petits matin, Paris, Seuil, 2018.

2Le cadre chronologique des « années 68 » retenu par Raúl Zibechi s’ouvre avec la révolution cubaine en 1959 et se ferme en 1973 avec le coup d’État militaire chilien, lorsque « les classes dominantes du monde prennent l’offensive » (p. 22) précise-t-il. Cette séquence correspond en effet à un moment de forte mobilisation, de contestation et d’insubordination3, de transformation des mouvements sociaux et des projets politiques. Mais, chemin faisant, il élargit le cadre d’étude à la fin des années 1970, aux années 1980 voire au-delà, pour observer la structuration de formes d’organisations qui ont émergé à la fin des années 1960 et au début des années 1970.

3En effet, après avoir évalué le large spectre des mobilisations sociales latino-américaines à l’échelle continentale autour du moment 68, en portant l’attention tour à tour sur le secteur ouvrier en Argentine en 1969, étudiant en Uruguay en 1968, paysan en Colombie en 1971, et les convergences qui se sont réalisées durant ces événements, Raúl Zibechi analyse l’émergence des nouvelles formes de lutte, d’organisation et de revendication qui s’affirment dans ces mouvements sociaux. Ce sont en effet ces « débordements populaires par le bas » qui marquent selon lui ce moment d’émergence, à travers des mobilisations qui tout dépassant les organisations institutionnelles (partis, syndicats, administrations, corps constitués…) inventent dans l’action une nouvelle société qui casse les hiérarchies structurelles (celles de la couleur, du sexe, de l’âge) et expérimentent l’autonomie politique (coordinations ouvrières, ligues agraires, communautés ecclésiales de base, réseaux d’éducation populaire, organisations des mères ou de quartier…). Afin de documenter son interprétation, Raúl Zibechi développe les études de cas portant sur des événements collectives (Cordobazo…), des expériences (Campamento Nueva la Habana à Santiago…), des mouvements (organisations paysannes en Colombie…), étendant ses analyses à l’ensemble hémisphérique latino-américain.

4Ce n’est pas une synthèse, mais une lecture personnelle que nous propose Zibechi, et qui donne du sens à l’ensemble de ces dynamiques politiques, sociales et culturelles caractéristiques des années 1960. L’intérêt de cette approche, est de mettre au cœur de l’analyse les mobilisations paysannes, moins visibles, moins sonores que les mobilisations urbaines étudiantes et ouvrières, et l’émergence dans leur sillage des mouvements indianistes, afro-latino-américains et féministes. En ce sens, il reproduit opportunément en annexe « le manifeste de Tiwanaku » (Bolivie, 1973) et « l’ABC du quilombismo » (Brésil, 2002). Il conclut ainsi sur les legs politiques des 68 latino-américains et les « mutations systémiques » qui en sont issues, mettant en relief l’impulsion donnée aux processus de « décolonisation » et de « dépatriarcalisation » qui se sont imposés depuis les années 1990 (p. 93-103).

Haut de page

Notes

1 En référence aux travaux de Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.

2 Giovanni Arrighi, Terence Hopkins y Immanuel Wallerstein, « 1968 : el gran ensayo », en Movimientos antisistémicos, Madrid, Akal, 1999, p. 83-98.

3 Cf. Ludivine Bantigny, 1968 : de grands soirs en petits matin, Paris, Seuil, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Raúl Zibechi, Los desbordes populares desde abajo. La revolución de 1968 en América latina », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/76336

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page