Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Gilles Havard, L'Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouveau Monde

Paris, Flammarion, 2019. 654 p.
Référence(s) :

Gilles Havard, L'Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouveau Monde, Paris, Flammarion, 2019. 654 p.

[08/10/2019]

Texte intégral

1Les lecteurs de cette revue connaissent l'importance des travaux de Gilles Havard sur l'histoire coloniale de l'Amérique du Nord et du Canada. L'ouvrage que nous recensons ici répond à ces attentes et apporte un éclairage nouveau qui devrait également intéresser et inspirer les chercheurs consacrés aux mondes ibériques – la plupart des fidèles de Nuevo Mundo/Mundos Nuevos – et ceux qui se consacrent à l'émergence des Etats-Unis. Résumer ce livre, véritable mine d'or pour les chercheurs et un régal pour tout lecteur, est impossible dans l'espace d'une recension, et nous nous limiterons à en tracer les contours.

  • 1 Voir la liste des archives canadiennes, américaines et françaises à la fin du volume.
  • 2 Par exemple dans le film The Revenant de Alejandro González Iñarritu (2015).

2Tout d'abord précisons que l'ouvrage se déroule dans un laps de temps compris entre l'établissement de la Nouvelle France (1600-1760), l'émergence des Etats-Unis, la fin des Indiens libres au XIXe siècle, et le XXIe siècle, si on tient compte de la rencontre décisive entre Gilles Havard et Junior Morsette, un Arikara habitant de la réserve indienne de Fort Berthold qui est fier de ses origines françaises. Le livre traite de la vie de neuf individus caractérisés par leur connaissance des langues et des manières indigènes, exceptionnelle pour certains d'entre eux. Ces biographies sont précédées de l'évocation de Pierre Gambie (1564), un truchement chargé de marchandises destinées aux natifs de Floride, qui sera immortalisé par une gravure de Théodore de Bry, au moment même où un Timicua s'apprête à lui fendre le crâne. Ces hommes, jusque-là ignorés de la "grande histoire" ou relégués à n'être qu'une touche anecdotique dans le Grand Récit, ont pourtant joué un rôle fondamental dans le commerce des peaux de castor entre les Européens et les indigènes et partant, dans la conquête progressive des immenses prairies au bénéfice des Européens. Ces truchements, qui séjournent chez les Indiens et s'adaptent aux conditions très difficiles de l'habitat et du climat, sont souvent des analphabètes, ce qui rend leur existence difficile à reconstituer. Havard mobilise des sources diverses, parfois des bribes éparpillées dans la documentation, pour réintroduire ces acteurs dans l'histoire. Il lui faut donc glaner des informations dans un ensemble hétérogène fait de chroniques, rapports, observations, lettres, actes de baptême, de mariage ou de décès, récits littéraires ou scientifiques, et images (croquis, gravures, aquarelles ou toiles de maître et photographies)1. L'auteur s'intéresse aussi à la place que le cinéma américain a réservé à ces hommes à part "voués à la connexion des mondes"2.

  • 3 La caricature idéologique de l'Autre est souvent à l'œuvre lorsqu'il s'agit, dans les mondes ibériq (...)

3Enfin, et c'est un trait remarquable de cette somme, le regard de l'historien embrasse à la fois les aspects relevant du développement commercial du traffic des peaux, leur obtention, les règles du troc, la circulation des wampum, la constitution de foires où ces matières précieuses sont échangées, et des questions anthropologiques qui nous éclairent sur les valeurs et les comportements culturels des Amérindiens, leur pensée symbolique, le déroulement des festins agonistiques de type potlatch, et l'emprise des systèmes de filiation et d'alliance. Ces considérations, très bien étayées par les sources, portent également -et cela est suffisamment rare pour qu'il mérite d'être signalé- sur l'univers culturel des trappeurs français. Car l'erreur souvent commise dans ce genre d'études "coloniales" consiste à décontextualiser les Européens, ici les Français, comme si ceux-là ne relevaient pas aussi des coutumes familiales, sociales, régionales et religieuses de leur époque, qui sont nécessairement affectées par les mutations historiques3. G. Havard rappelle que les autochtones partagent avec les Français de souche populaire une même sensibilité envers "les forces invisibles qui régissent le monde". Au fil du temps, les jugements émis par les élites sur ces hommes libres et ensauvagés vont également évoluer. Il y a donc dans cet ouvrage, non seulement une histoire de ces gens obscurs, mais aussi une anthropologie et une sociologie qui expliquent leur comportement. À ce propos, l'auteur rappelle qu'au XVIIe siècle, les guerres indiennes ne sont pas liées à des enjeux de territoire et de souveraineté mais "constituent des conflits de prédation" (p. 71).

4Les réseaux commerciaux des peaux qu'exploite Samuel de Champlain s'insèrent dans ceux qui existaient entre les Hurons agriculteurs et producteurs de maïs et les peuples algonquins des Grands Lacs. Ces trajets empruntent principalement les cours d'eau avec leurs dangers considérables en raison des intempéries et des courants, sans compter la menace latente de l'ennemi et des forces obscures et invisibles qui hantent les rapides, les rochers et les rivages. Ces traversées aux mille périls, si bien évoquées dans ce livre, peuvent à leur tour inspirer les historiens, archéologues et anthropologues des mondes américains, qui étudient des peuples qui sont nombreux à emprunter les voies d'eau, y compris les maritimes. Champlain, comme ses compatriotes dans la France antarctique et équinoxiale (Brésil), assiste ses alliés indiens dans leurs luttes contre les ennemis. Cette immersion dans les conflits intertribaux est sans doute une des clés de la réussite des Français, qui ne font pas "la guerre qu'à nos castors". Les trappeurs apprennent des Hurons que les règles de l'organisation sociale s'étendent aux plantes, aux animaux, aux astres et à certains objets comme les colliers wampum, les calumets, les filets de pêche et des sacs rituels, des artefacts, en somme, "capables de ressentir" (p. 53). En outre, les truchements, immergés dans la vie des tribus, savent par leur propre expérience, et depuis Etienne Brûlé (début du XVIIe siècle), que la "langue est le critère essentiel de l'identité dans l'Amérique autochtone" (p. 43). En Huronie, Brûlé vit des aventures sexuelles multiples, comme le font et le feront d'autres coureurs de bois en Amérique du Nord, laissant après leur passage, une multitude d'enfants dans les "loges", élevés par leur mère comme des indigènes.

5Pour comprendre le personnage truculent qu'est Pierre-Esprit Radisson (le préféré de celle qui écrit cette recension), Havard évoque les héros de la picaresque espagnole, qui échappent aux conventions morales et qui sont de véritables "artistes" de la ruse, des "décepteurs" à la manière des personnages mythiques immortalisés par Lévi-Strauss. Radisson nous fait entrer dans l'univers brutal des Iroquois, avec leurs tortures initiatiques et le façonnage mimétique du corps. Le chapitre qui lui est consacré rapporte également la première rencontre documentée entre des Européens et des Sioux Dakotas (1660). À partir de cette date, la connaissance des fameux "Peaux-Rouges" de la culture populaire occidentale s'affine progressivement au gré des incursions, des échanges et des alliances. Signalons l'importance rituelle du tabac et du calumet, dont ce livre donne des exemples remarquables.

  • 4 Ce n'est pas le lieu ici de développer ces notions, largement présentes dans ce livre, et qui se re (...)
  • 5 Frank Lestringant rappelle dans ses écrits la relation que les textes des Français établissent entr (...)

6Avec Nicolas Perrot, nous abordons le début du XVIIIe siècle. Ce trappeur évolue dans un Montréal qui n'est plus celui de Champlain mais une ville peuplée de 1200 colons, qui reçoit la visite de 1300 Amérindiens issus d'une quarantaine de nations. Perrot, contrairement à la plupart des truchements coureurs de bois, est alphabétisé et écrit donc sa propre relation. Retenons ici, parmi de nombreuses observations, l'attrait pour l'idéologie solaire des peuples du Mississipi, qui leur rappelle celle qui entoure Louis XIV, les assimilations faites par les indigènes qui voient les Français comme des "manitous" en raison de leur étrangeté et de leurs armes à feu, ou encore le soulèvement rituel du chef sur une estrade, une plate-forme ou, à partir de cette époque, sur un cheval (p. 179 et ss.) et les rituels mimétiques, si importants dans le monde indigène, pour appréhender et maîtriser l'altérité4. Les tribulations de Perrot donnent lieu à des développements importants concernant le thème de l'hospitalité, une qualité que les chroniqueurs de l'époque admirent chez les indigènes, au moment même où, en Europe, le don, profondément ancré dans la culture occidentale depuis des siècles, s'effondre, rendu dérisoire par les logiques capitalistes. En insistant sur cette valeur morale de la générosité, les textes de l'époque établissent "une analogie implicite entre les peuples "sauvages et les peuples anciens" (p. 223). Cette analogie qui apparaît pleinement dans les gravures, change évidemment au fil du temps, comme change aussi le regard porté sur le Sauvage5.

7L'expédition des frères La Vérendrye dans le sud du Dakota (1742-1743) en direction des Rocheuses et l'Océan Pacifique, relève du roman policier puisque cette épopée ne fut connue qu'en 1913 grâce à la trouvaille accidentelle par une jeune fille d'une plaque de plomb qui marquait la souveraineté de la France dans le sud du Dakota dans cette première moitié du XVIIIe siècle. À la suite d'une complexe plongée dans les sources, Havard restitue des fragments des "vies minuscules" des engagés, ainsi que les guerres des nations indiennes de cette vaste région, affectée aussi par les Espagnols établis dans le Nouveau Mexique. De cette mosaïque indienne se détachent les Serpents, un peuple shoshone de la Plaine, dont les portraits et les comportements retiennent l'attention du lecteur. À la fin du XVIIIe siècle, Jean-Baptiste Truteau est le héros du chapitre le plus important de ce livre, à notre avis, centré sur l'essor de la ville de Saint-Louis, qui remplace Montréal, et les transformations commerciales avec les nations indigènes. Truteau est décrit comme un "big men", c'est-à-dire celui qui distribue les biens selon les règles incontournables de la réciprocité. Une obligation qui devient anti-économique et qui s'ajoute aux pertes de marchandises occasionnées par les guerres et les pillages. Truteau mène une expédition chez les Mandan, une nation qui joue un rôle important dans les foires commerciales. Les pages de ce chapitre comportent des portraits inoubliables comme celui du grand chef Oiseau Noir, entouré de ses esclaves pour le servir, et imposant, sur sa magnifique monture – c'est le début de l'adoption du cheval par les Indiens de la Plaine. Truteau, qui lit des livres – une activité insolite –, est pris pour un chamane vaguement inquiétant.

8Nous arrivons au XIXe siècle, introduits par Toussaint Charbonneau, dans le Dakota-Nord, chez les Mandan. Sa vilenie, réelle ou supposée, car il est illettré et n'a pas rédigé de récit de ses aventures, est alors mise en avant par les Américains pour accentuer le contraste entre ces Français canadiens ensauvagés et l' "impeccable moralité et le courage sans faille" de la nouvelle nation des États-Unis. Charbonneau acquiert cependant une réputation de grand connaisseur des Indiens puisqu'il accompagne M. Lewis et W. Clark dans leur grande traversée de l'Ouest, la première à être effectuée par les Américains (1804-1805). Charbonneau n'est plus le truchement ensauvagé des premiers temps, car les capitaines américains apprécient ses capacités linguistiques sans lesquelles l'expédition ne peut pas réussir et il est traité avec égards, jouissant d'une considération certaine. Le lecteur sera certainement ému par la malchance de ce personnage, sauvé de l'oubli par le prince Maximilian zu Weid-Neuweid ainsi que par le peintre suisse Karl Bodmer. Ce sont encore des artistes, comme le naturaliste d'origine européenne, Jean-Jacques Audubon et le peintre américain Alfred Jacob Miller, qui arracheront à l'anonymat l'illettré Etienne Provost (1837), l'homme libre des Montagnes Rocheuses (milieu du XIXe siècle), et témoin de l'effritement du milieu des trappeurs français, en faveur des aventuriers américains, dont le célèbre Kit Carson.

9Enfin, deux ans après la fin de la guerre de Sécession, Keredern de Trobriand, un colonel américain d'origine bretonne, rencontre à Fort Berthold, dans le Dakota Nord, Pierre Beauchamp, trappeur canadien et interprète arikara. A sa grande surprise, Trobriand découvre l'omniprésence de sa langue natale le long du Missouri. Ravi de parler en français avec ce militaire, Beauchamp lui raconte à son tour des histoires crépusculaires de vieux trappeurs. Il se considère membre de la communauté arikara mais non un Indien. Cet homme obscur accéda par procuration à la gloire académique, lorsque Lewis H. Morgan, quelques années plus tôt, lui demanda de lui expliquer le fonctionnement des systèmes de parenté des peuples des alentours du Fort Berthold.

10Le livre s'achève par la fin de la souveraineté des Indiens et l'oubli, en France, de cette Amérique du Nord française, au profit de la construction d'un véritable empire colonial en Afrique. Nous laisserons au lecteur le plaisir de découvrir l'excellente conclusion de Gilles Havard, qui ouvre de nouvelles perspectives, notamment sur les "confins sociaux" et ses espaces de liberté ou zones grises et sur la difficulté de distinguer la culture des élites et la culture populaire à partir de ces vies dont il ne donne ici qu'un échantillon. De même, la catégorie générale de métissage se dilue en de multiples méandres, et nous oblige à repenser la question des vies mêlées. Enfin, l'héritage français des États-Unis, oublié des deux côtés de l'Atlantique, corrige et élargit le thème du premier grand film américain du XXe siècle, "The Birth of a nation".

11En somme, un livre à lire absolument, servi aussi par une belle écriture, qui entraîne le lecteur dans un monde sauvage et envoûtant, où les repères conventionnels se diluent.

Haut de page

Notes

1 Voir la liste des archives canadiennes, américaines et françaises à la fin du volume.

2 Par exemple dans le film The Revenant de Alejandro González Iñarritu (2015).

3 La caricature idéologique de l'Autre est souvent à l'œuvre lorsqu'il s'agit, dans les mondes ibériques, de décrire l'Espagnol ou le Portugais, sans tenir compte de leurs conceptions, qui évoluent avec le temps, des rapports de parenté, de la famille, de l'amitié masculine, de la femme et de l'honneur.

4 Ce n'est pas le lieu ici de développer ces notions, largement présentes dans ce livre, et qui se retrouvent en Amérique ibérique. Le lecteur intéressé peut consulter, pour l'analyse théorique de ce phénomène, le livre de M. Taussig, Mimesis and alterity, Routledge, N.Y., London, 1993.

5 Frank Lestringant rappelle dans ses écrits la relation que les textes des Français établissent entre les Sauvages du Nord et ceux du Brésil. Les tabagies, par exemple, sont un des points communs entre ces deux grandes régions et souvent les gravures confondent les uns et les autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Gilles Havard, L'Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouveau Monde », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 08 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/77560

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page