Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2019Le Pérou de Mariátegui et Haya de...

Jean-Ganesh Leblanc

Le Pérou de Mariátegui et Haya de la Torre : une décennie de définition idéologique

Mariátegui and Haya de la Torre’s Peru : A decade of ideological definition
El Perú de Mariátegui y Haya de la Torre : una decada de definición ideologica
[08/10/2019]

Résumés

La figure emblématique de José Carlos Mariátegui, l’auteur des 7 essais d’interprétation de la réalité péruvienne, est bien souvent déconnectée de son contexte. Il s’agit ici de mettre en lumière les déterminations nationales qui participent à la formation du Parti Socialiste du Pérou, tant du fait du caractère exceptionnel de la décennie que par le jeu des positionnements politiques des principaux acteurs de la période, et en particulier de Victor Raúl Haya de la Torre, fondateur de l’Apra.

Haut de page

Texte intégral

1Les études portant sur le marxisme de Mariátegui, et même plus généralement sur son œuvre, sont fréquemment coupables d’un mélange de genre. La figure de l’Amauta, ses textes et ses prises de position stratégiques ou politiques se trouvent mythifiées, et par-là même extraites de leur contexte. Les articles et ouvrages tendent parfois à l’hagiographie, effaçant ainsi totalement l’aspect le plus riche de Mariátegui, à savoir sa capacité à penser et agir à partir d’une réalité. Sans nier l’originalité ni la richesse de sa pensée, il faut pouvoir en faire l’examen sans lui attribuer une stature surplombante et quasi-extérieure à l’histoire elle-même. Nous allons ici nous pencher sur les interactions et l’ensemble des connexions qui ont concouru à l’élaboration du Parti Socialiste du Pérou. Nous verrons notamment qu’il est lui-aussi le fruit d’une histoire, d’un processus de transformation profond de la société péruvienne, et l’œuvre d’un collectif plus que d’un homme. Dans ce sens, nous faisons nôtre et nous généralisons cette affirmation de Fernanda Beigel à propos de l’indigénisme de Mariátegui :

  • 1 Fernanda Beigel, « Mariátegui y las antinomias del indigenismo », Utopía y Praxis Latinoamericana, (...)

Penser la problématique [de l’Indien] en Amérique latine à partir de l’évaluation du projet socialiste de José Carlos Mariátegui entraîne autant de potentialités que de risques, dans la mesure où il s’agit d’une pensée intimement enracinée dans le champ intellectuel des premières décennies du XXe siècle qui, pourtant, s’est transformée en une source pour réfléchir sur tout un ensemble de questions qui frappent à la porte des sciences sociales à l’aube du XXIe siècle1.

Le Pérou de Mariátegui

  • 2 Aníbal Quijano, Introducción a Mariátegui, Mosca Azul Editores., Lima, 1981, p. 11-25.
  • 3 Leila Escorsim, Mariátegui: vida e obra, São Paulo, Expressão Popular, 2006, p. 16.
  • 4 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, Lima, IEP, 1976, p. 94. Il (...)
  • 5 Bernard Lavallée, « Apogée et crise de la République Aristocratique (chronique péruvienne, 1890-193 (...)

2Les années 1920 sont une période charnière où se modèle ce qu’Aníbal Quijano a appelé le « Pérou moderne2 », qui n’apparaît qu’après la crise de 1929. On y trouve en effet condensés un ensemble de facteurs, internationaux et nationaux, qui concourent à la liquidation (partielle, mais fondamentale) de certaines structures héritées de l’Indépendance (1821) et de la République (1827)3. Cette transformation est directement influencée par les changements de l’économie mondiale, et en particulier par la fin de la Grande Guerre, qui plonge le Pérou dans la crise et accélère la déliquescence du régime civiliste de José Pardo (1915-1919). Les débuts de l’industrialisation, l’entrée croissante de capitaux étrangers à partir de la fin du XIXe siècle, l’exaspération des contradictions socio-économiques internes, ainsi que l’arrivée de « certains courant idéologiques qui avaient inondé l’Europe au sortir de la guerre »4, donnent naissance à un ensemble de mouvements sociaux qui ébranlent la « République aristocratique » en place entre 1895 et 19195. La chute de Pardo et l’arrivée au pouvoir d’Augusto B. Leguía en juillet 1919 sonnent en effet le glas du civilisme, sur fond de grève générale à Lima, et sont autant de symptômes d’une société en pleine transformation :

  • 6 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía: Images et pouvoir sous le « Oncenio » au Pérou, 1919-1930 (...)

Modernité doctrinaire et culturelle, reconfiguration des forces politiques et sociales dans un contexte de crise matérielle héritée de la Première Guerre Mondiale – qui fait naître de nouvelles attentes vis-à-vis de l’État –, mais aussi crise du politique, constituent ce « moment 1919 », d’où émerge la figure politique d’A.B. Leguía6.

  • 7 Notons que Gerardo Leibner voit plutôt la continuation d’un cycle de conflits agraires, où la premi (...)
  • 8 Les revendications d’ordre politiques sont vues comme des facteurs de division des travailleurs, au (...)
  • 9 Bernard Lavallée, « Apogée et crise de la République Aristocratique (chronique péruvienne, 1890-193 (...)

3L’irruption du mouvement ouvrier, ainsi que la recrudescence des soulèvements indiens7 marquent par ailleurs définitivement l’entrée d’un nouvel acteur dans les jeux de pouvoir des cénacles liméens : les masses populaires. C’est d’autant plus vrai que l’anarcho-syndicalisme, dont l’inspiration kropotkinienne le cantonne à des revendications essentiellement économiques8, cède peu à peu le pas à l’aprisme et au communisme « comme alternatives possibles au monde et aux valeurs de la République Aristocratique »9.

  • 10 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 101.
  • 11 William Glade, « América Latina y la economía internacional, 1870-1914 », in Leslie Bethell (dir.), (...)
  • 12 Robert Paris, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, op. cit., p. 89.
  • 13 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía », op. cit., p. 19.
  • 14 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 107.
  • 15 Ibid., p. 104.
  • 16 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía », op. cit., p. 19.

4Il faut, pour compléter ce tableau, parler de Leguía lui-même, et de ses onze années de gouvernement, qui se caractérisent par un investissement accru de l’État (le budget double en dix ans, passant de 70 à 140 millions de soles10) et un appel massif aux capitaux étrangers pour moderniser le pays. De fait, les modernisations consolident des « enclaves»11 de modernité capitaliste où les investissements britanniques, puis majoritairement étasuniens, s’appliquent. Ils touchent en particulier les secteurs exportateurs comme l’agriculture (le coton, le sucre), le pétrole et les produits miniers (cuivre, charbon). Un effort significatif est mis sur les infrastructures, dans le but de diminuer les disparités territoriales entre les montagnes, la côte et le nord du pays. Le gouvernement de Leguía, surnommé le oncenio, d’abord favorable aux classes populaires (il encourage l’indigénisme, une de ses premières mesures est la libération des dirigeants du grand mouvement de 191912, la Constitution de 1920 introduit les premières « garanties sociales »13), se tourne ensuite plus résolument vers les entrepreneurs privés, enrichis pendant la Grande Guerre, et vers les classes moyennes urbaines, sans remettre en cause le pouvoir des grands propriétaires terriens14. L’arrivée au pouvoir de Leguía se fait contre le vieux parti civiliste, il prétend alors représenter la modernité rénovatrice, et les complots de ses opposants oligarques l’amènent à transiger avec les classes moyennes et populaires15. C’est dans cet élan que le slogan de la Patria Nueva est lancé, et officialisé par la nouvelle constitution de janvier 192016.

  • 17 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los (...)
  • 18 José Carlos Mariátegui, El artista y la época, Lima, Pérou, Biblioteca Amauta, 1977, p. 20.
  • 19 Notamment comme président de la Fédération des Étudiants du Pérou en 1919 et comme un des fondateur (...)
  • 20 Mariano Valderrama, « Haya de la Torre y la APRA de los años veinte », Revista de la Universidad Ca (...)
  • 21 « […] Haya de la Torre fue exilado […] y José Carlos Mariátegui cogió la dirección de sus seguidore (...)

5Dans ce contexte de transformation sociale, de montée en puissance du mouvement ouvrier et de structuration de la représentation politique des communautés Indiennes, une génération naît à la politique. Autour du thème central du questionnement sur la nation, deux étoiles symbolisent (et orientent en partie) le renouveau politique de la génération de 1919 : José Carlos Mariátegui et Victor Raúl Haya de la Torre. Ils partagent notamment une approche de la politique, qui sera celle de toute une génération amenée à fournir les cadres des partis apristes et communistes dans les décennies suivantes. En effet, au même titre que dans le reste du monde, le « ton général » au Pérou est à l’incorporation de nouvelles strates sociales, et ces nouvelles données se manifestent par l’apparition de courants et de positions politiques nouvelles17. Les secousses sans précédent que sont les Révolutions chinoise, mexicaine et russe, et l’écho que chacune d’elle produit dans l’esprit de jeunes gens qui veulent secouer la gangue de la politique nationale et de l’impérialisme étasunien jouent à fond. Dans un texte de 1926 intitulé « Arte, Revolución y decadencia », Mariátegui fait ainsi de la politique la « trame même de l’Histoire » : « pendant les époques romantiques ou de crise d’un ordre, la politique occupe le premier plan de la vie »18. De même, Haya de la Torre plonge à corps perdu dans le militantisme : d’abord dans le mouvement étudiant19, puis comme figure principale de l’opposition à Leguía après 1923. On retrouve le volontarisme propre aux révolutionnaires de la période. Son exil l’année suivante20 marque un vrai tournant dans sa capacité à représenter l’opposition radicale qu’il prétend incarner dans le cadre national21.

  • 22 Soulignons au passage que l’opposition des civilistes à Leguía l’amène à exiler les figures intelle (...)
  • 23 Victor Villanueva, « The Petty-Bourgeois Ideology of the Peruvian Aprista Party », Latin American P (...)
  • 24 C’est le cas d’Eudocio Ravines, Luis Alberto Sánchez, Antenor Orrego, Carlos Manuel Cox et d’autres (...)
  • 25 Ce dernier incarne le rapprochement des étudiants et des ouvriers, en tant que président de la FEP.
  • 26 Robert Paris, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, op. cit., p. 82.
  • 27 José Carlos Mariátegui, Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, Roland Mignot (trad. (...)
  • 28 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los (...)

6Par-delà les figures emblématiques de Mariátegui et Haya, toute une génération d’étudiants et de militants baigne dans l’effervescence du début des années 192022. C’est particulièrement flagrant pour le noyau qui structurera plus tard le PAP (Partido Aprista Peruano) d’Haya, fondé début 193123, et qui rassemble une vingtaine de jeunes militants que l’on retrouve parmi les contributeurs réguliers d’Amauta24, la revue créée par Mariátegui. L’entourage de ce dernier rassemble quant à lui, dans sa revue et chez lui, des syndicalistes, des intellectuels et des militants indiens qui participent par leurs échanges à l’élaboration de la pensée qu’il expose dans ses articles. Cet ensemble de contacts se fait progressivement, et se trouve propulsé lors des moments forts de la lutte de classe nationale. C’est le cas en 1918/1919 au cours des grèves à Lima et El Callao contre le coût de la vie. Mariátegui participe au « Comité Pro-Abaratamiento de las Subsistencias », qui rassemble les dirigeants spontanés de la grève de janvier 1919, et où certaines figures naissent à la politique, comme Julio Portocarrerro, et d’autres se rapprochent des milieux ouvriers, comme Haya25. Le manifeste du comité reprend la vieille idée anarchiste de « révolution des pauvres »26, et compte des ouvriers de différents secteurs, certains déjà proches de Mariátegui, comme Carlos Del Barzo, décrit par Robert Paris comme un « agitateur ouvrier »27. Le Comité sera central dans les journées de grève de mai/juin 1919, qui aboutissent à la loi sur la journée de 8 heures et la chute de Pardo, en agissant comme cheville ouvrière pour près de 30 000 grévistes. Il inaugure ainsi la proximité entre étudiants et ouvriers, et une relative cohabitation qui sera le facteur fondamental de l’instauration des Université Populaires González Prada (UPGP) par la Fédération des Étudiants du Pérou (FEP), soutenue par les syndicats de la capitale. Haya pèse de tout son poids pour leur lancement en 1921, avec le but avoué de populariser les savoirs et de conscientiser la classe ouvrière28.

  • 29 Steven J. Hirsch, « Peruvian Anarcho-syndicalism », in Steven J. Hirsch et Lucien Van der Walt (dir (...)
  • 30 Ibid., p. 241.
  • 31 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 239.
  • 32 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los (...)

7Les Universités Populaires seront l’espace de formation d’une génération de militants. Si les professeurs sont bien des étudiants de l’Université San Marcos de Lima, les « élèves » sont eux des ouvriers volontaires, et ils participent activement aux débats internes. De fait, cette initiative de la FEP s’inscrit dans un mouvement général où l’impulsion d’éducation populaire des milieux anarcho-syndicalistes bat son plein. Un réseau de presses militantes diffuse des textes depuis les années 1910, des groupes produisent des chansons, des festivités sont organisées qui sont autant de moments de naissance d’une culture ouvrière29. Dans le sillage de 1919 est créée la Federación Obrera Local (FOL), qui place la vieille tradition anarchiste d’auto-éducation de la classe ouvrière au centre de ses activités. C’est aussi dans ce cadre que se tient par exemple la première Fiesta de la Planta en 1921, qui rassemble bien au-delà des noyaux anarchistes30. La convergence du mouvement étudiant – que l’on peut lire avec Leila Escorsim comme la seule forme d’expression du mécontentement d’une classe moyenne urbaine en expansion, dépourvue de projection politique31 – avec le mouvement ouvrier, donne à son tour aux jeunes intellectuels péruviens une projection continentale32. Le laboratoire politique et social que sont les UPGP voient alors passer tous les cadres des futurs partis apriste et communiste, ainsi que toutes les figures anarcho-syndicalistes d’envergure.

  • 33 Ibid.

8Le tournant autoritaire opéré par Leguía en 1921, et son éloignement de la base sociale originelle de son gouvernement vers les classes d’affaires, vont provoquer une certaine unanimité dans l’opposition ouvrière et étudiante, et même amener des civilistes déchus à rejoindre certaines manifestations. C’est notamment le cas le 23 mai 1923, lors d’une manifestation contre la consécration du Pérou au Cœur de Jésus, qui menace de mettre un terme à la liberté de culte33. Haya s’impose alors comme le premier représentant politique de l’opposition au gouvernement, mais c’est toute une génération qui se trouve marquée :

  • 34 José Carlos Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, Caracas, Venezuela, Fun (...)

Le 23 mai a révélé l’influence sociale et idéologique du rapprochement des avant-gardes étudiantes avec le mouvement ouvrier. C’est à cette date que la nouvelle génération a eu son baptême historique, qu’en bénéficiant de conditions exceptionnellement favorables, elle a pu commencer à jouer un rôle dans le développement même de notre histoire, élevant son action du plan des inquiétudes estudiantines aux revendications collectives ou sociales34.

  • 35 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los (...)
  • 36 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 195.

9On retrouvera longtemps des échos de cette conjonction dans les écrits politiques d’Haya, et en particulier dans son ¿Que es el Apra ?, de 1926, où il en appelle à un front commun des « travailleurs manuels et intellectuels »35. Cette convergence prend des accents uniques sur le continent, et les réseaux intellectuels apparus dans le courant de la Reforma universitaria reçoivent avec enthousiasme les nouvelles de Lima. Le rayonnement continental des jeunes intellectuels péruviens est encore accentué par la vague d’exils politiques qui suit 1923. Haya de la Torre, Carlos Manuel Cox, Manuel Seoane, Eudocio Ravines, et bien d’autres, sont disséminés en Amérique latine et en Europe, et leurs contacts épistolaires incessants leur permettent de mener une intense propagande dont Haya est l’inspirateur direct36.

  • 37 José Carlos Mariátegui, Historia de la Crisis Mundial, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

10Ainsi, lorsque Mariátegui, converti au marxisme, revient de son voyage/exil en Europe (1919-1923), il entre de plain-pied dans un mouvement d’opposition large, allant des anarchistes à la petite-bourgeoisie urbaine, qui ne se retrouve pas dans les politiques menées par Leguía. Reprenant dès son arrivée son activité journalistique, il donne une série de conférences à la UPGP portant sur les mouvements révolutionnaires dans le monde, qui seront rassemblés sous le titre Historia de la Crisis Mundial37. C’est son premier pas de propagande ouvertement marxiste auprès des ouvriers et des intellectuels.

  • 38 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 238.
  • 39 Steven J. Hirsch, « Peruvian Anarcho-syndicalism », op. cit., p. 248.
  • 40 L’IC exhorte les Péruviens à adopter le nom Parti Communiste du Pérou, quitte à travailler dans l’i (...)

11La première phase du oncenio est celle de l’élaboration d’une énonciation relativement collective, bien que diverse, de problématiques et d’objectifs politiques et sociaux. Une vague d’arrestations et d’exils en 1924 (Mariátegui est emprisonné38) marque cependant un premier coup d’arrêt, suivi d’un renouveau de l’activisme entre 1926 et 1928. L’APRA semble alors en pleine expansion, Amauta et la maison d’éditions Minerva sont lancées par Mariátegui. La vague de répression de 1927 porte un nouveau coup à la renaissance du mouvement, en particulier dans les milieux anarchistes39, et va cristalliser la division entre Mariátegui et son groupe, d’un côté, et Haya de la Torre et les apristes de l’autre. Elle laissera par ailleurs des souvenirs qui pèseront sur les choix stratégiques du futur Parti Socialiste Péruvien, notamment dans son débat avec l’Internationale Communiste (IC)40.

La rupture avec Haya de la Torre et la fondation du Parti Socialiste du Pérou

  • 41 On peut lire des termes comme « égolatrie » pour Haya, ce qui n’est jamais le cas pour Mariátegui, (...)

12Une temporalité presque inversée sépare Mariátegui et Haya de la Torre. À peine l’un est-il revenu d’Europe que l’autre part en exil, initiant une petite décennie de voyages effrénés et de propagande continuelle. Cette différence temporelle, alliée à des divergences de caractère fortes41, symbolisent deux lignes stratégiques qui voient le jour au Pérou à la fin des années 1920. Partis d’un même élan contestataire, et tous deux membres de la petite-bourgeoisie intellectuelle (Haya est un fils de bonne famille de la ville de Trujillo), ils entrent en politique par le mouvement de masse de 1919, et n’en ressortiront jamais. Ils évoluent cependant là-encore en trajectoire opposée : si l’un tente de fonder un parti sous l’égide de la classe ouvrière, l’autre théorise l’hégémonie petite-bourgeoise sur le mouvement révolutionnaire.

  • 42 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 202.

13Mais il convient de se poser la question : qu’est-ce que l’APRA à sa naissance ? Le programme mis en avant par Haya compte cinq points, et vise explicitement à former un « front large de toutes les couches sociales souffrant de l’impérialisme nord-américain »42 :

141) Action contre l’impérialisme yankee,

152) Unité politique de l’Amérique latine,

163) Nationalisation des terres et des industries,

174) Internationalisation du Canal de Panama,

  • 43 Ibid.

185) Solidarité avec tous les peuples opprimés et les classes opprimées du monde43.

19Le programme ainsi esquissé paraît dans l’article ¿Que es el Apra ?, de 1926. Depuis sa fondation en 1924 à Mexico, et du fait de l’intense activité de propagande des exilés péruviens, l’APRA semble prendre forme, au point que le Komintern considère le mouvement comme un partenaire :

  • 44 Adam Anderle, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, La Habana, Casa (...)

Observant que l’APRA tenait une position anti-impérialiste, qui faisait écho à des idées et des sentiments communs aux intellectuels de la classe moyenne et qu’elle regroupait de nombreux révolutionnaires, l’Internationale communiste et les communistes latino-américains considérèrent qu’il était possible et nécessaire de travailler conjointement avec l’APRA44.

  • 45 C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’IC a pour la première fois vent de l’existence de Mariátegui. (...)
  • 46 « Antecedentes y desarollo de la acción clasista », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, L (...)
  • 47 Robert Paris, « Préface », in Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, François Maspe (...)

20C’est notamment le cas pour Mariátegui, qui, dès son retour au Pérou, dans le cadre de la UPGP, s’est rapproché d’Haya, devenant, à partir de 1924, directeur de la rédaction de la revue issue de l’Université Populaire : Claridad45. C’est sa première expérience à un tel poste, et sous son impulsion la publication abandonne alors le « ton estudiantin »46 qui était le sien pour devenir l’organe de la « fédération ouvrière locale »47.

  • 48 Adam Anderle, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, op. cit.
  • 49 On peut ainsi penser au thème du « réveil de l’Orient », sans oublier les révolutions en Amérique l (...)
  • 50 Haya est ovationné à Lima à l’occasion de la manifestation du 23 mai 1923, quand il prononce ces mo (...)
  • 51 Ajoutons que le thème de l’alliance entre ouvriers et intellectuels est déjà ancien, puisque Manuel (...)

21L’idée d’une alliance anti-impérialiste continentale est alors très populaire dans les milieux militants, et Mariátegui ne fait pas exception de ce point de vue. Rapidement, des « cellules » de l’APRA se forment en Amérique latine, mais aussi à Paris, où de nombreux exilés se sont réfugiés. Tous ces jeunes gens partagent alors une idée de rupture avec l’ordre, et s’autoproclament volontiers « avant-garde »48, par opposition à la génération précédente et dans la tonalité générale de la période49. L’APRA apparaît pour les militants péruviens comme une vaste alliance de front unique visant à renverser la table. Le positionnement ouvertement anti-impérialiste et anti-latifundiaire, ainsi que l’appel à une alliance entre « travailleurs manuels et intellectuels »50 et les rapprochements assumés avec le mouvement communiste permettent de rassembler largement autour de l’idée de l’APRA51. Dans le relatif flou des points programmatiques cités plus hauts, on peut déceler cette volonté de rassemblement, qui est assumée, et dont la nécessité se fait sentir, pour s’opposer tant à Leguía qu’au capitalisme.

22Lorsque Mariátegui lance en septembre 1926 sa revue Amauta, on retrouve clairement l’idée de rassemblement, alliée cependant à un impératif de définition idéologique :

  • 52 « Presentación de Amauta », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, op. cit., p. 237.

Cette revue, dans le champ intellectuel, ne représente pas un groupe. Elle représente, plutôt, un mouvement, un esprit. Au Pérou, on sent depuis quelques temps un courant, chaque jour plus vigoureux et défini, de rénovation. Les acteurs de cette rénovation, on les nomme avant-garde, socialistes, révolutionnaires, etc. L’Histoire ne les a pas encore baptisés définitivement. Il existe entre eux des différences formelles, et quelques différences psychologiques. Mais par-delà leurs différences, tous ces esprits mettent ce qui les rapproche et les relie : leur volonté de créer un Pérou nouveau dans un monde nouveau. L’intelligence, la coordination des plus volontaires de ces éléments, progressent graduellement. Le mouvement – intellectuel et spirituel – gagne peu à peu en organicité. Avec la parution d’Amauta, il entre dans une phase de définition52.

23Une impulsion commune tend ainsi à rassembler un ensemble de jeunes gens issus des classes moyennes, mais aussi du monde ouvrier, dans l’aspiration à un vaste mouvement de transformation.

  • 53 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 205.
  • 54 Carmen Susana Tornquist, « Las relaciones entre Clarté y Amauta : anotaciones de pesquisa », Utopía (...)
  • 55 On peut ici penser à cette phrase symptomatique de Luís Emilio Valcárcel, auteur indigéniste de Tem (...)

24Il ne faut pourtant pas exagérer l’importance de l’APRA, dont l’existence tient surtout aux publications d’Haya de la Torre, et de ses amis proches, dans tous les organes où ils trouvent un espace. Amplifiant de beaucoup la portée de son mouvement, Haya se pose en Europe comme un dirigeant, quand en réalité, « dans la période comprise entre 1923 et 1931 le mouvement n’a compté qu’avec une poignée d’étudiants enthousiastes et n’a quasiment pas eu d’appui populaire »53. Doit-on cependant en conclure que l’agitation sociale n’est que le fruit de l’imagination féconde d’Haya ? Bien évidemment non. Amauta, notamment, est alors le lieu d’un brassage unique où intellectuels, ouvriers, artistes et militants collaborent. Bien ancrée au Pérou, rapidement diffusée à plusieurs milliers d’exemplaires, la revue a aussi des correspondants en France, notamment dans la revue Clarté que dirige encore Henri Barbusse54. C’est par ailleurs une période de bourgeonnement de groupes militants et de publications, qui témoignent à la fois d’un relatif recul de la combativité sociale après 1923, mais aussi d’une volonté maintenue de conscientisation des ouvriers et des paysans55.

  • 56 Victor Mazzi Huaycucho, « Impacto de Amauta en la prensa minera de Morococha (1926-1930) », Utopía (...)
  • 57 « Prólogo a Tempestad en los Andes », Michael Löwy, El Marxismo en América Latina: antología, desde (...)
  • 58 Victor Mazzi Huaycucho, « Impacto de Amauta en la prensa minera de Morococha (1926-1930) », op. cit (...)

25La deuxième moitié de la décennie voit un nouveau départ des luttes ouvrières, en particuliers dans les mines de la Cerro de Pasco de la Copper Corporation, où Amauta est diffusée par des correspondants ouvriers dans le but affiché de servir comme « outil de communication pour éduquer et créer un circuit de culture populaire entre ses lecteurs tout en différenciant deux critères pour la presse écrite : la presse doctrinaire et celle d’information »56. Mariátegui est au cœur de cette activité organisatrice de réseau, et son groupe développe une intense activité de prise de contacts, tant avec des militants indigénistes comme Ezequiel Urviola57, qu’avec des mineurs de Morococha comme Gamaliel Blanco58.

  • 59 « El 1o de mayo y el Frente Único », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, op. cit., p. 108

26Dans une certaine mesure, deux étoiles se détachent donc dans la petite galaxie contestataire au Pérou : Haya de la Torre comme figure d’envergure nationale voire continentale, mais à qui l’exil impose une certaine distanciation d’avec les militants nationaux, et Mariátegui, dont la figure prend de l’ampleur par son engagement public en faveur (et à l’intérieur) des luttes. Le retentissement international de l’APRA est sans commune mesure avec les quelques cellules qui la composent au Pérou, essentiellement des intellectuels de Lima et Trujillo. L’existence de l’APRA est donc plus déclarative qu’organisationnelle, et elle est plus symptomatique d’une volonté partagée que d’une ligne politique explicite. Dans ce sens, Mariátegui peut exalter la stratégie de front unique défendue par l’IC, tout en participant à cette alliance large qui prétend puiser ses forces tant dans la petite-bourgeoisie que dans le prolétariat ou la paysannerie. Dès 1924, il en appelle ainsi à l’unité des forces dans le mouvement ouvrier : « Nous sommes encore trop peu pour nous diviser. Ne faisons pas trop question des étiquettes et des titres »59. Les deux figures – Haya et Mariátegui – semblent donc complémentaires, et néanmoins la rupture va s’opérer. Elle portera sur la question de l’élaboration d’une structure politique en vue de la prise de pouvoir.

  • 60 Il déclarera quelques mois plus tard que la Ligue n’existait que pour « servir le communisme », et (...)
  • 61 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los (...)
  • 62 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 209.

27En 1927, Haya de la Torre rompt avec l’IC suite au Congrès de la Ligue contre l’Impérialisme60. Dès 1926, il écrit que « la question clé de la révolution est celle du pouvoir »61, dont on ne peut se saisir que par la violence, étant donné l’absence de bourgeoisie progressiste en Amérique latine ainsi que la force de l’« oligarchie » alliée aux « puissances impérialistes »62. Se pose alors la question de la formation d’un parti, outil indispensable d’une telle prise de pouvoir. Le dirigeant apriste défend l’idée d’un parti qui fédère les mécontentements, et en particuliers ceux des classes moyennes, pour permettre de renverser Leguía. Dans un deuxième temps seulement, et après la mise en place d’un État anti-impérialiste, la dictature du prolétariat et un régime socialiste pourraient être instaurés. Cela suppose de focaliser les efforts militants sur un objectif précis, et de ne plus concevoir l’APRA comme un front rassemblant des forces hétérogènes pour organiser l’opposition.

28Là vont se cristalliser les tensions entre Mariátegui et ses amis, et la ligne défendue par Haya. En effet, les efforts de définition théorique et d’organisation des luttes entre elles, menés par le groupe d’Amauta, se trouve soudain en contradiction flagrante avec la vision proposée par Haya. En plein revirement sanglant de la direction du Guomindang chinois contre les communistes en 1927, Haya écrit :

Comme la nouvelle génération chinoise, nous devons faire avancer l’œuvre de notre « Guomindang » […] contre les classes dominantes, complices de l’impérialisme et pour l’union latino-américaine sous le gouvernement des producteurs.

  • 63 Diego Messeguer Illán, José Carlos Mariátegui y su pensamiento revolucionario, Lima, Instituto de E (...)

Nous ne sommes pas anti-impérialistes parce que nous sommes de gauche, nous sommes de gauche parce que nous sommes anti-impérialiste63.

  • 64 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 255.
  • 65 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 215.
  • 66 Cité dans Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 257.

29L’anti-impérialisme devient donc sous sa plume un programme politique en soi, où l’horizon d’une révolution socialiste est maintenu, mais de manière plus allusive que stratégique. L’idée d’un mouvement sous hégémonie de la « classe moyenne »64 amène à leur point de rupture théorique les tensions existantes dans l’alliance large qu’était l’APRA, qui se trouvent cristallisées lors du lancement du « plan de Mexico » par Haya de la Torre. Suite à l’annonce faite par Leguía de la tenue d’élections présidentielles en 1929, Haya crée le Partido Nacional Libertador (PNL) au début de 1928, sans consulter les autres cellules de l’APRA, et prépare un projet d’insurrection dans la ville portuaire de Talara65. L’insurrection est immédiatement étouffée dans l’œuf par les services de Leguía, et la formation unilatérale du PNL provoque une vague de crispation dans les cercles sympathisants. La cellule de Lima est en première ligne de l’opposition interne, et Mariátegui dénonce la « frivolité » du projet et du plan de Mexico : « Pas même une fois n’y est prononcée le mot socialisme. Ce n’est qu’une déclaration stridente et vide de libéraloïdes de style ancien. Comme prose et comme idée, cette pièce est plus basse que la littérature politique postérieure à Billinghurst »66.

30Dans une lettre datée du 10 juillet 1928, la cellule de Lima consomme la rupture en affirmant sa volonté de maintien d’une alliance, mais son rejet du parti :

1) L’APRA doit être officiellement et catégoriquement définie et constituée comme une alliance ou un front unique et pas comme un parti.

2) Les éléments de gauche qui, au Pérou, ont contribué à sa formation, constituent de fait – et vont organiser formellement – un groupe ou Parti Socialiste, de filiation et d’orientation définies qui, collaborant dans le mouvement avec des éléments libéraux ou révolutionnaires de la petite-bourgeoisie, et même bourgeois, acceptant notre point de vue, travaille à diriger les masses vers les idées socialistes.

  • 67 Diego Messeguer Illán, José Carlos Mariátegui y su pensamiento revolucionario, op. cit., p. 133.

[…] Il est évident que ces conclusions ne nous permettent pas de coopérer à la création du Parti Nationaliste […] comme décision du groupe de Mexico. Ce parti peut être fondé au sein de l’APRA […] et son organisation concerne […] les éléments de la petite bourgeoisie qui voudraient animer leur propre parti67.

  • 68 Cette cellule est en contact plus direct que les autres avec un mouvement ouvrier organisé, via la (...)

31La vague de division traverse toutes les cellules de l’APRA, et la cellule de Paris rejoint la position de celle de Lima, appelant clairement à la formation d’un parti sous l’hégémonie de la classe ouvrière68.

32Le Parti socialiste proprement dit est porté sur les fonts baptismaux en octobre 1928, et sa déclaration de principe affirme clairement son orientation marxiste et révolutionnaire, prenant à contre-pied la position d’Haya de la Torre :

  • 69 « Principios programáticos del Partido Socialista », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, (...)

L’émancipation de l’économie du pays n’est possible que par l’action des masses prolétariennes, solidaires avec la lutte anti-impérialiste mondiale. Seule l’action prolétarienne peut stimuler d’abord et ensuite réaliser les tâches de la révolution démocratique-bourgeoise que le régime bourgeois est incapable de développer et de mener à bien69.

33La création du Parti Socialiste apparaît donc comme une conséquence de l’inflexion donnée par Haya à l’APRA. En fondant l’éphémère PNL, le dirigeant apriste met au pied du mur les tenants d’une ligne ouvertement socialiste. On trouve sur cette question une grande unanimité dans la littérature secondaire : de José Aricó à Leila Escorsim, en passant par Aníbal Quijano, tous soulignent la réticence de Mariátegui à rompre ainsi avec l’APRA.

  • 70 Los cuatro primeros congresos de la Internacional Comunista, Ediciones digitales Izquierda Revoluci (...)

34La rupture s’opère donc sur la question de l’agencement de classe et la stratégie révolutionnaire. Mais alors, pourquoi Mariátegui et ses amis ne mettent-ils pas en place un parti communiste ? Les 21 conditions énoncées par Lénine pour intégrer l’IC leurs sont connues (et en particulier la 17e, portant sur l’appellation des PC70), et leur connaissance des textes et des principes organisateurs du mouvement communiste international n’en est plus à ses premiers pas. À ces questions que ne manqueront pas de poser les dirigeants continentaux de l’IC, Mariátegui et ses camarades opposeront le caractère encore embryonnaire du mouvement ouvrier au Pérou, tout en gardant par ailleurs à l’esprit la question – centrale – du rôle des Indiens dans la question de la révolution au Pérou.

  • 71 Ces articles sont compilés dans le livre du même nom : José Carlos Mariátegui, Peruanicemos al Perú(...)
  • 72 José Carlos Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 279.
  • 73 Ibid., p. 34.

35La rencontre de Mariátegui avec des figures saillantes des mouvements Indiens marque en effet une inflexion dans sa réflexion, et se trouve au centre de la ligne définie dans les premiers textes organiques du PSP. Dans la foulée de la création d’une rubrique « Peruanicemos al Perú » dans la revue Mundial à partir de 192471, Mariátegui se livre à un effort sans précédent d’explicitation des caractéristiques de la formation sociale péruvienne qui aboutira à son grand ouvrage : les 7 essais d’interprétation de la réalité péruvienne. La confrontation entre le marxisme, qu’il professe depuis son retour d’Europe, et la situation concrète à partir de laquelle il prétend dessiner une trajectoire révolutionnaire le conduit à esquisser une synthèse entre des courants politiques, intellectuels et culturels différents. L’indigénisme, qui a au Pérou « une inspiration politique et économique subconsciente72 », est directement mobilisé, et les apports du marxisme lui imposent en retour une véritable métamorphose. En particulier, Mariátegui pose que le « problème de l’Indien » est, avant tout, un problème économique et social, en l’occurrence le problème de la terre73. Cette inspiration est explicitée lors de la Première Conférence Communiste Latino-américaine, tenue à Buenos Aires en juin 1929. Les représentants du PSP sont directement sollicités par les organisateurs pour être rapporteurs à la Conférence, précisément pour leur expertise :

Comme vous l’aurez vu par l’ordre du jour, nous avons assigné, à vous ou Mariátegui, le rapport sur le problème des races en Amérique latine, problème directement relié à celui de l’Indien et de ses luttes d’émancipation de l’état de servitude où il se trouve actuellement. Du fait de la profonde connaissance du camarade Mariátegui de ce problème, de l’étude sérieuse qu’il en a fait, il est le seul qui se trouve en condition de nous faire un bon rapport qui puisse nous donner une base solide pour l’application de notre tactique.

  • 74 « Carta del SSAIC a R. M. de la Torre » (29/03/1929), Víctor Jeifets et Andrey Schelchkov (dir.), L (...)

Ce qui touche à la question anti-impérialiste est un autre point fondamental sur lequel votre concours est absolument nécessaire. Sur quel programme révolutionnaire peut-on réaliser le front unique des forces anti-impérialistes ? Quelle doit être l’attitude des communistes face à certaines couches sociales non prolétaires, mais qui pendant une période déterminée peuvent cependant jouer un rôle révolutionnaire dans des pays semi-coloniaux comme les nôtres ? Comment organiser un grand mouvement anti-impérialiste de masses ? Ces questions, et d’autres, se posent à nous et il est nécessaire de leur donner une solution si nous voulons consolider et développer le mouvement révolutionnaire74.

  • 75 En particulier, les questions du rapport à la nation, aux revendications indigènes, et surtout à l’ (...)

36Les positions des Péruviens, contenues dans deux textes historiques (Punto de vista antiimperialista et El problema de las razas en América latina) vont d’ailleurs être au cœur d’un long débat avec les représentants de l’IC75.

  • 76 « Carta a Esteban Pavlevitch », 7 novembre 1929, José Carlos Mariategui, Correspondencia (1918-1930 (...)

37On peut en tout état de cause pointer ici l’originalité d’une approche tant du marxisme que de la « réalité » dont Mariátegui propose l’analyse. La rupture est d’ailleurs complète avec l’APRA, dont Mariátegui considère qu’elle a quasiment disparu en 192976, par opposition au PSP en pleine croissance. Les développements ultérieurs (le passage du PSP à l’appellation parti communiste et à la ligne « classe contre classe » sous la direction d’Eudocio Ravines en avril 1930, les élections de 1931 où Haya fait un retour triomphal à la politique nationale) referment cette parenthèse où l’expérimentation stratégique et pratique se couple à une grande souplesse théorique. Il n’est pas superflu de souligner le caractère expérimental de la décennie 1920, par opposition aux années 1930, où les appareils et les structures se rigidifient et finissent par s’opposer complètement. Un détour par l’étude de la génération à laquelle appartiennent Haya de la Torre et José Carlos Mariátegui nous permet cependant de mettre en évidence le caractère contextuel et même générationnel de leur expression politique. Ces deux trajectoires exemplaires ne doivent pas oblitérer les liens qui contribuent à leur émergence : tant avec leurs contemporains que dans leur opposition au passé de la politique péruvienne.

Haut de page

Bibliographie

AnderleAdam, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, La Habana, Casa de las Américas, 1985.

Beigel Fernanda, « Mariátegui y las antinomias del indigenismo », Utopía y Praxis Latinoamericana, juin 2001, no 13, p. 36‑57.

Bergel Martín, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », Nuevo mundo mundos nuevos, 18 mai 2007, doi:10.4000/nuevomundo.5448.

Dagicour Ombelyne, « Le « mythe » Leguía: Images et pouvoir sous le « Oncenio » au Pérou, 1919-1930 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2011, vol. 33, no 1, p. 13, doi:10.3917/bipr.033.0013.

Escorsim Leila, Mariátegui: vida e obra, São Paulo, Expressão Popular, 2006.

Falcón Jorge, Amauta : polémica y acción de Mariátegui, Lima, Amauta, 1979.

Flores Galindo Alberto, La agonía de Mariátegui. La Polémica con la Comintern, Lima, DESCO, 1980.

Glade William, « América Latina y la economía internacional, 1870-1914 », in Leslie Bethell (dir.), América Latina: economía y sociedad: c. 1870-1930, Barcelona, Editorial Crítica, Historia de América Latina, 1991.

González Prada Manuel, Paginas libres. Horas de Lucha, Venezuela, Biblioteca Ayacucho.

Hirsch Steven J., « Peruvian Anarcho-syndicalism », in Steven J. Hirsch et Lucien Van der Walt (dir.), Anarchism and Syndicalism in the Colonial and Postcolonial World, 1870-1940, Leiden / Boston, Brill, 2010, p. 227‑271.

Illán Diego Messeguer, José Carlos Mariátegui y su pensamiento revolucionario, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1974.

Jeifets Víctor etSchelchkov Andrey (dir.), La Internacional Comunista en América Latina en documentos del archivo de Moscú, Santiago de Chile - Moscou, Ariadna Ediciones - Aquilo Press, 2018.

Klarén Peter, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, Lima, IEP, 1976.

Lavallée Bernard, « Apogée et crise de la République Aristocratique (chronique péruvienne, 1890-1930) », Bulletin Hispanique, 1982, vol. 84, no 1-2, p. 197-202.

Leibner Gerardo, El mito del socialismo indígena: fuentes y contextos peruanos de Mariátegui, 1. ed., Lima, Pontificia Univ. Católica del Perú, Fondo Editorial, 1999, 261 p.

Löwy Michael, El Marxismo en América Latina: antología, desde 1909 hasta nuestros días, Santiago, LOM Ediciones, 2007.

Mariátegui José Carlos, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, Caracas, Venezuela, Fundación Biblioteca Ayacucho, 2007.

Mariátegui José Carlos, Historia de la Crisis Mundial, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

Mariátegui José Carlos, Ideología y Política, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

Mariátegui José Carlos, Peruanicemos al Perú, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

Mariátegui José Carlos, Correspondencia (1918-1930), Lima, Biblioteca Amauta, 1984.

Mariátegui José Carlos, El artista y la época, Lima, Pérou, Biblioteca Amauta, 1977.

Mariátegui José Carlos, Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, Roland Mignot (trad.), Paris, Maspero, 1969.

Mazzi Huaycucho Victor, « Impacto de Amauta en la prensa minera de Morococha (1926-1930) », Utopía y Praxis Latinoamericana, 2017, année 22, no 77, p. 89-100.

Melgar Bao Ricardo, « The Anti-Imperialist League of the Americas between the East and Latin America », Latin American Perspectives, mars 2008, vol. 35, no 2, p. 9-24.

Paris Robert, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, Paris, École Pratique des Hautes Études, 1969.

Paris Robert, « Préface », in Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, François Maspero., Paris, 1969.

Quijano Aníbal, Introducción a Mariátegui, Mosca Azul Editores., Lima, 1981.

Ravines Eudocio, The Yenan Way, Lima, Scribner, 1951.

Tornquist Carmen Susana, « Las relaciones entre Clarté y Amauta : anotaciones de pesquisa », Utopía y Praxis Latinoamericana, juin 2017, année 22, no 77, p. 101-110.

Valderrama Mariano, « Haya de la Torre y la APRA de los años veinte », Revista de la Universidad Católica, agosto de 1979, no 5, p. 121‑145.

Villanueva Victor, « The Petty-Bourgeois Ideology of the Peruvian Aprista Party », Latin American Perspectives, Summer 1977, vol. 4, no 3, p. 57-76.

El movimiento revolucionario latinoamericano. Versiones de la Primera Conferencia Comunista Latinoamericana, Buenos Aires, La Correspondencia Sudamericana, 1929.

Los cuatro primeros congresos de la Internacional Comunista, Ediciones digitales Izquierda Revolucionaria, 2008.

Haut de page

Notes

1 Fernanda Beigel, « Mariátegui y las antinomias del indigenismo », Utopía y Praxis Latinoamericana, juin 2001, no 13, p. 36-57, p. 37.

2 Aníbal Quijano, Introducción a Mariátegui, Mosca Azul Editores., Lima, 1981, p. 11-25.

3 Leila Escorsim, Mariátegui: vida e obra, São Paulo, Expressão Popular, 2006, p. 16.

4 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, Lima, IEP, 1976, p. 94. Il s’agit des idées communistes, qui profitent du souffle mondial que provoquent les événements en Russie et en Europe.

5 Bernard Lavallée, « Apogée et crise de la République Aristocratique (chronique péruvienne, 1890-1930) », Bulletin Hispanique, 1982, vol. 84, no 1-2, p. 197‑202, p. 197.

6 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía: Images et pouvoir sous le « Oncenio » au Pérou, 1919-1930 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2011, vol. 33, no 1, p. 13, p. 17, doi:10.3917/bipr.033.0013.

7 Notons que Gerardo Leibner voit plutôt la continuation d’un cycle de conflits agraires, où la première rébellion indigène est celle de Juan Bustamante en 1867, qui est un précurseur de celle de Rumi Maqui en 1914-1917. Gerardo Leibner, El mito del socialismo indígena: fuentes y contextos peruanos de Mariátegui, 1. ed., Lima, Pontificia Univ. Católica del Perú, Fondo Editorial, 1999, p. 136.

8 Les revendications d’ordre politiques sont vues comme des facteurs de division des travailleurs, au contraire des revendications économiques. Sur ce point, voir Robert Paris, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, Paris, École Pratique des Hautes Études, 1969, p. 49.

9 Bernard Lavallée, « Apogée et crise de la République Aristocratique (chronique péruvienne, 1890-1930) », op. cit., p. 199.

10 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 101.

11 William Glade, « América Latina y la economía internacional, 1870-1914 », in Leslie Bethell (dir.), América Latina: economía y sociedad: c. 1870 - 1930, Barcelona, Editorial Crítica, Historia de América Latina, p. 43.

12 Robert Paris, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, op. cit., p. 89.

13 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía », op. cit., p. 19.

14 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 107.

15 Ibid., p. 104.

16 Ombelyne Dagicour, « Le « mythe » Leguía », op. cit., p. 19.

17 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », Nuevo mundo mundos nuevos, 18 mai 2007, doi:10.4000/nuevomundo.5448.

18 José Carlos Mariátegui, El artista y la época, Lima, Pérou, Biblioteca Amauta, 1977, p. 20.

19 Notamment comme président de la Fédération des Étudiants du Pérou en 1919 et comme un des fondateurs des Universités Populaires González Prada. Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 186.

20 Mariano Valderrama, « Haya de la Torre y la APRA de los años veinte », Revista de la Universidad Católica, agosto de 1979, no 5, p. 121‑145, p. 122.

21 « […] Haya de la Torre fue exilado […] y José Carlos Mariátegui cogió la dirección de sus seguidores y de otros que no habían pertenecido al grupo original », Eudocio Ravines, The Yenan Way, Lima, Scribner, 1951, p. 15. Cité dans Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 199.

22 Soulignons au passage que l’opposition des civilistes à Leguía l’amène à exiler les figures intellectuelles conservatrices, qui dominent alors la pensée et l’université, laissant ainsi la place à la génération issue des secousses de 1919. Sur ce point, voir Alberto Flores Galindo, La agonía de Mariátegui. La Polémica con la Comintern, Lima, DESCO, 1980, p. 19.

23 Victor Villanueva, « The Petty-Bourgeois Ideology of the Peruvian Aprista Party », Latin American Perspectives, Summer 1977, vol. 4, no 3, p. 57‑76, p. 60.

24 C’est le cas d’Eudocio Ravines, Luis Alberto Sánchez, Antenor Orrego, Carlos Manuel Cox et d’autres, tous de jeunes intellectuels. Sur ce point voir Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », op. cit.

25 Ce dernier incarne le rapprochement des étudiants et des ouvriers, en tant que président de la FEP.

26 Robert Paris, La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, op. cit., p. 82.

27 José Carlos Mariátegui, Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, Roland Mignot (trad.), Paris, Maspero, 1969, p. 227.

28 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », op. cit.

29 Steven J. Hirsch, « Peruvian Anarcho-syndicalism », in Steven J. Hirsch et Lucien Van der Walt (dir.), Anarchism and Syndicalism in the Colonial and Postcolonial World, 1870-1940, Leiden / Boston, Brill, p. 227‑271, p. 237/238.

30 Ibid., p. 241.

31 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 239.

32 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », op. cit.

33 Ibid.

34 José Carlos Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, Caracas, Venezuela, Fundación Biblioteca Ayacucho, 2007, p. 116‑117.

35 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », op. cit.

36 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 195.

37 José Carlos Mariátegui, Historia de la Crisis Mundial, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

38 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 238.

39 Steven J. Hirsch, « Peruvian Anarcho-syndicalism », op. cit., p. 248.

40 L’IC exhorte les Péruviens à adopter le nom Parti Communiste du Pérou, quitte à travailler dans l’illégalité. Les Péruviens opposent les souvenirs des vagues d’arrestations en 1927 qui ont décapité le mouvement.

41 On peut lire des termes comme « égolatrie » pour Haya, ce qui n’est jamais le cas pour Mariátegui, dont on loue plutôt l’écoute et la propension à la discussion. Voir notamment Alberto Flores Galindo, La agonía de Mariátegui. La Polémica con la Comintern, op. cit., p. 64. On peut par opposition relever cette phrase de Leila Escorsim : « le projet d’Haya de la Torre ne comprenait pas de camarades, il incluait des membres », Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 120.

42 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 202.

43 Ibid.

44 Adam Anderle, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, La Habana, Casa de las Américas, 1985, p. 113.

45 C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’IC a pour la première fois vent de l’existence de Mariátegui. Dans une lettre présentant Haya de la Torre datée du 12 janvier 1924, de M. Díaz Ramírez (du PC mexicain) à E. Woog, on trouve cette phrase : « Il y a un autre professeur au Pérou. Selon Víctor Haya de la Torre – qui est notre sujet ici – il y a fait un travail ouvertement communiste ». Víctor Jeifets et Andrey Schelchkov (dir.), La Internacional Comunista en América Latina en documentos del archivo de Moscú, Santiago de Chile - Moscou, Ariadna Ediciones - Aquilo Press, 2018, p. 1178.

46 « Antecedentes y desarollo de la acción clasista », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, Lima, Biblioteca Amauta, 1986, p. 101.

47 Robert Paris, « Préface », in Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, François Maspero., Paris, p. 14.

48 Adam Anderle, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, op. cit.

49 On peut ainsi penser au thème du « réveil de l’Orient », sans oublier les révolutions en Amérique latine ou l’enthousiasme initié par la Révolution russe, où les révolutionnaires prétendent incarner une rupture radicale.

50 Haya est ovationné à Lima à l’occasion de la manifestation du 23 mai 1923, quand il prononce ces mots. Sur ce point, voir Aníbal Quijano, Introducción a Mariátegui, op. cit., p. 47.

51 Ajoutons que le thème de l’alliance entre ouvriers et intellectuels est déjà ancien, puisque Manuel González Prada l’invoquait déjà (dans un texte connu de tous les jeunes gens des années 1920) dans les années 1880 ! Voir en particulier sa « Conferencia en el Ateneo » et son discours « El intelectual y el obrero » de 1905 (publié seulement en 1924), Manuel González Prada, Paginas libres. Horas de Lucha, Venezuela, Biblioteca Ayacucho, p. 3.

52 « Presentación de Amauta », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, op. cit., p. 237.

53 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 205.

54 Carmen Susana Tornquist, « Las relaciones entre Clarté y Amauta : anotaciones de pesquisa », Utopía y Praxis Latinoamericana, juin 2017, année 22, no 77, p. 101-110, p. 108. Avec le changement de direction à Clarté en 1928, les contacts se font plus distants.

55 On peut ici penser à cette phrase symptomatique de Luís Emilio Valcárcel, auteur indigéniste de Tempestad en los Andes : « La dictature du prolétariat indigène cherche son Lénine ». Cité dans Adam Anderle, Los movimientos políticos en el Perú entre las dos guerras mundiales, op. cit.

56 Victor Mazzi Huaycucho, « Impacto de Amauta en la prensa minera de Morococha (1926-1930) », Utopía y Praxis Latinoamericana, 2017, année 22, no 77, p. 89-100, p. 90.

57 « Prólogo a Tempestad en los Andes », Michael Löwy, El Marxismo en América Latina: antología, desde 1909 hasta nuestros días, Santiago, LOM Ediciones, 2007, p. 110.

58 Victor Mazzi Huaycucho, « Impacto de Amauta en la prensa minera de Morococha (1926-1930) », op. cit., p. 93.

59 « El 1o de mayo y el Frente Único », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, op. cit., p. 108.

60 Il déclarera quelques mois plus tard que la Ligue n’existait que pour « servir le communisme », et que le Congrès avait permis de « [définir] la ligne théorique apriste et [de situer] nos différences avec le communisme », cité dans Jorge Falcón, Amauta : polémica y acción de Mariátegui, Lima, Amauta, 1979, p. 65.

61 Martín Bergel, « La desmesura revolucionaria. Prácticas intelectuales y cultura del heroísmo en los orígenes del aprismo peruano (1923-1931) », op. cit.

62 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 209.

63 Diego Messeguer Illán, José Carlos Mariátegui y su pensamiento revolucionario, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1974, p. 161-162.

64 Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 255.

65 Peter Klarén, Formación de las haciendas azucareras y orígenes del APRA, op. cit., p. 215.

66 Cité dans Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 257.

67 Diego Messeguer Illán, José Carlos Mariátegui y su pensamiento revolucionario, op. cit., p. 133.

68 Cette cellule est en contact plus direct que les autres avec un mouvement ouvrier organisé, via la CGT, le PCF et la SFIO, et du fait des contacts établis avec les autres exilés et militants nationalistes, c’est aussi la plus radicale. Voir notamment Ricardo Melgar Bao, « The Anti-Imperialist League of the Americas between the East and Latin America », Latin American Perspectives, mars 2008, vol. 35, no 2, p. 9‑24, p. 13. On y trouve par ailleurs des futurs dirigeants importants du Parti Communiste péruvien, comme Jorge Basadre, César Vallejo, Eudocio Ravines. Leila Escorsim, Mariátegui, op. cit., p. 260.

69 « Principios programáticos del Partido Socialista », José Carlos Mariátegui, Ideología y Política, op. cit., p. 160‑161.

70 Los cuatro primeros congresos de la Internacional Comunista, Ediciones digitales Izquierda Revolucionaria, 2008, p. 133.

71 Ces articles sont compilés dans le livre du même nom : José Carlos Mariátegui, Peruanicemos al Perú, Lima, Biblioteca Amauta, 1986.

72 José Carlos Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 279.

73 Ibid., p. 34.

74 « Carta del SSAIC a R. M. de la Torre » (29/03/1929), Víctor Jeifets et Andrey Schelchkov (dir.), La Internacional Comunista en América Latina en documentos del archivo de Moscú, op. cit., p. 1182.

75 En particulier, les questions du rapport à la nation, aux revendications indigènes, et surtout à l’idée d’un parti socialiste (et non communiste) qui agrège autour de lui des couches diverses de la société dans un projet large, adossé aux syndicats sur une ligne de transformation sociale qui ne mette pas en avant la seule ligne prolétarienne. Voir El movimiento revolucionario latinoamericano. Versiones de la Primera Conferencia Comunista Latinoamericana, Buenos Aires, La Correspondencia Sudamericana, 1929.

76 « Carta a Esteban Pavlevitch », 7 novembre 1929, José Carlos Mariategui, Correspondencia (1918-1930), Lima, Biblioteca Amauta, 1984, p. 663.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Ganesh Leblanc, « Le Pérou de Mariátegui et Haya de la Torre : une décennie de définition idéologique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 08 octobre 2019, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/77848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.77848

Haut de page

Auteur

Jean-Ganesh Leblanc

Doctorant à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Alvar de la Llosa. ED 3LA, Centre de Recherches en Langues et Cultures Européennes (EA 1853).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search