Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2019Una historia conceptual del terri...Essai de géographie historique de...

2019
Una historia conceptual del territorio en Iberoamérica, siglos XVIII-XIX

Essai de géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire (fin XVIIIe s.-ca. 1820)

Nicolas Terrien

Résumés

Les représentations cartographiques communément offertes de la Caraïbe de la fin du XVIIIe-début du XIXe s. par les historiens comme les contemporains n’en rendent ni la complexité ni les dynamiques : elles figurent bien plus les désirs des Puissances européennes en Amérique que la réalité des souverainetés multiples, amérindiennes notamment, qui s’y exerçaient – ou l’absence même de souveraineté. Les révolutions de cette période et la dissolution concomitante des souverainetés impériales espagnole et française dans la Caraïbe amplifièrent la portée et le volume des circulations maritimes interlopes et transimpériales. Endémiques déjà au XVIIIe s., elles avaient contrecarré de longue date les prétentions des États coloniaux à tout Exclusif. L’étude de ces circulations au tournant du XIXe s. met à jour une géographie alternative de la Caraïbe, composée d’un archipel de souverainetés sous-tendu par une trame maritime, la Caraïbe interlope. Cette géographie n’échappait pas aux partisans des souverainetés nouvelles en Amérique – les États-Unis, Haïti et les gouvernements indépendants de l’Amérique espagnole – qui en étaient le produit autant qu’ils en tiraient profit ; sur elle se hissa alors, autour de Saint-Domingue, la Caraïbe révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’Histoire atlantique et la Nouvelle histoire atlantique – qui a, par exemple, permis de réintr (...)
  • 2 Nous pensons aux tendances à limiter l’Histoire atlantique à une histoire de l’atlantique britanniq (...)

1L’historiographie récente, notamment la Nouvelle histoire atlantique depuis les années 19901, a montré, en dépit de certains atavismes2, la nécessité de dépasser les limites nationales aussi bien qu’impériales pour étudier l’histoire des sociétés issues du rapprochement à l’époque moderne des quatre continents européen, africain et américains. Affirmer qu’il est indispensable de procéder à un tel dépassement et donc de se garder de toute tendance téléologique – considérer l’affirmation de l’État-nation comme horizon nécessaire, voire ultime, du développement historique – devient un lieu commun (ainsi qu’un dénominateur commun) des études aussi bien atlantiques que trans-, croisées, connectées ou globales. Pour qui entend apporter sa pierre au renouvellement de l’histoire des révolutions atlantiques, une telle démarche paraît donc aussi juste et enthousiasmante que, maintenant, évidente.

  • 3 En ce qui nous concerne, le fil des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole, voir : Terrien, Nic (...)
  • 4 La Caraïbe est parfois réduite aux Antilles, insulaire (chez Eric Williams notamment), elle est d’a (...)

2Les difficultés commencent aussi vite que l’on se pose la question : que faire ? Lorsque, en déroulant un fil particulier3, nous en venons à étudier le bassin caribéen, où se croisaient hier les empires et aujourd’hui les historiographies : comment s’orienter entre les différentes façons de s’affranchir des frontières de l’État-nation, entre Caraïbe, Gran Caribe, Circuncaribe, Golfo-Caribe ou même Pan-Caribbean4 ? Comment déterminer une géographie qui ne soit pas qu’un changement d’échelle par rapport à l’État-nation (pour en dépasser les frontières, par exemple) ? Comment y arriver explicitement mais sans a priori, en partant de la documentation mais sans être aveuglement guidée par elle ?

  • 5 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe- XVIIIe siècle, Paris, Arma (...)
  • 6 Parmi ces limites, notons au moins : la hiérarchisation des économies-mondes, partant d’un centre o (...)

3Cette problématique n’est pas nouvelle. En 1949, l’empirisme assumé de Fernand Braudel l’avait déjà conduit à montrer la fécondité d’une approche qui refusait de considérer qu’une unité spatiale – en l’occurrence la Méditerranée et le Monde méditerranée à l’époque de Philippe II – tirait nécessairement sa cohérence d’un État ou d’une nation. Braudel a élaboré sur cette base le concept d’économie-monde, systématisé en 1979 dans Le temps du monde, troisième volume de sa Civilisation matérielle. Braudel y définit une économie-monde comme un « morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique5 » en même temps qu’une forte différenciation et hiérarchisation interne. Quelles que puissent être les limites de ces travaux6, leur force tient au fait que Braudel a procédé – à partir d’un espace maritime spécifique, la Méditerranée – à un dépassement de l’État-nation comme unité d’analyse en proposant et systématisant finalement un cadre conceptuel nouveau – l’économie-monde –, issu de la description des rapports économiques et sociaux réels ; un cadre rendant compte des dynamiques historiques et opérant à différentes échelles et par changements d’échelles sur la longue durée.

  • 7 Vidal, Cécile, « Pour une histoire globale du monde atlantique ou des histoires connectées dans et (...)
  • 8 En témoignent par exemple, jusqu’au XIXe siècle, les cartes européennes de « l’Atlantique », qui re (...)
  • 9 L’une des traductions en est la multiplication des aires atlantiques : « français », « ibérique » « (...)
  • 10 Vidal, C., op. cit., p. 398

4Le cas de l’Histoire atlantique est différent. Elle n’a pas et ne peut avoir un équivalent conceptuel à l’économie-monde. Le dépassement de l’État-nation par l’Atlantique – un espace maritime, à l’image de la Méditerranée – comme unité d’analyse a ouvert autant de possibilités nouvelles que d’attitudes contradictoires, qui en font d’ailleurs la vitalité7. Mais il pose aussi certaines difficultés, à commencer par celle de l’unité même de l’Atlantique, aussi bien pour les acteurs étudiés, qui n’utilisaient guère cette catégorie8, que pour les atlanticistes, dont les travaux en démontrent aussi bien le morcellement et la diversité9. Le problème est alors, selon les termes de l’historienne Cécile Vidal, « celui de la relation entre les parties et le tout, des processus contradictoires et simultanés d’intégration et de fragmentation, mais il se pose tant à l’intérieur qu’au-delà du monde atlantique »10. L’Atlantique des historiens n’est donc pas une fin en soi, il est en déconstruction et réarticulation permanente ; et l’Histoire atlantique en est moins l’aboutissement que le programme.

5La question – écho général de notre problématique caribéenne particulière – est alors de déterminer ce que sont les différentes parties à articuler. Peut-on en définir les contours et déterminer ce qui les organise ? Quelles en sont les échelles et temporalités ? Quelles en sont les limites, qui leur imposent finalement de s’articuler avec d’autres parties et de former une unité supérieure – et laquelle ? C’est ici que l’approche braudélienne nous semble toujours particulièrement utile. C’est avec ces questions et selon cette démarche que nous souhaitons procéder pour la Caraïbe à « l’ère des révolutions », non pour aboutir à quelque concept nouveau, mais comme première tentative pratique pour dépasser les cadres nationaux aussi bien qu’étatiques, impériaux ou même atlantiques ; un premier essai pour faire émerger cette géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire.

Cartes, discours et désirs souverains en Amérique

6Image 1 – Détails des cartes de l’Amérique par A. Arrowsmith (1794, à gauche) et J. H. Elliott (2006, à droite)

  • 11 Elliott, John H., Empires of the Atlantic World, Britain and Spain in America, 1492-1830, Yale UP, (...)
  • 12 Arrowsmith, Aaron, Map of the world on a globular projection, exhibiting particularly the nautical (...)

7Commençons par ce qui peut sembler le plus évident lorsqu’il s’agit de géographie : les cartes, des historiens comme des contemporains. Observons (à droite ci-dessus) la septième et dernière des cartes proposées par l’historien John H. Elliott dans un ouvrage de 2006, Empires of the Atlantic World. Elle est intitulée : « Spain’s American Empire, End of the Eighteenth Century11 ». Elle sépare, de manière classique, les terres émergées par différentes lignes frontières, et indique pour les espaces ainsi formés la date à laquelle un Empire donné a commencé à y exercer sa souveraineté. Hormis de menues différences – John H. Elliott fait par exemple figurer le Belize britannique –, elle correspond à une carte de 1794 du géographe britannique Aaron Arrowsmith12 (à gauche ci-dessus), ainsi qu’à toutes les autres publiées à la même époque en Europe.

  • 13 Harley, J. Brian, « Historical geography and the cartographic illusion », Journal of Historical Geo (...)
  • 14 Une carte de ces territoires fut réalisée en 1786 pour le compte de la marine française, voir : htt (...)

8Ces cartes procèdent d’une logique et de présupposés identiques. Elles ne reconnaissent d’autres véritables autorités qu’européennes. Elles s’accordaient donc, à deux siècles d’intervalle, à faire de Sa Majesté Catholique, le Roi d’Espagne, le souverain de la plus grande partie de l’Amérique et de la quasi-totalité de la Caraïbe : du Texas au Nord-Ouest jusqu’à l'Orénoque au Sud-Est, des Florides au Nord-Est jusqu’au Darién au Sud-Ouest. Trois siècles après le traité de Tordesillas, qui avait institué un partage des terrae nullius dont était encore discutée la limite, la Monarchie espagnole exerçait, dans la Caraïbe, sa domination sur l’essentiel du continent et sur la plus grande des îles, Cuba. Lui échappait seulement, depuis plus d’un siècle déjà, au profit principal de la couronne britannique, la majeure partie des autres espaces insulaires : la Jamaïque, la partie occidentale de Saint-Domingue, les Bahamas et l’essentiel des Petites Antilles. Voilà ce que ces cartes donnaient et nous donnent encore à comprendre, leur discours en somme. Pourtant, de bien des façons, ce discours était, et reste, une fiction. Ajoutons que les auteurs de ces différentes cartes en étaient, au moins sommairement, conscients – autant en tout cas qu’ils pouvaient l’être de leur propre situation dans les rapports sociaux, politiques et idéologiques de leur temps. Ils pouvaient d’autant plus facilement s’en rendre compte qu’ils avaient justement dû construire ces cartes. Ils savaient qu’ils avaient été tenus à une série de choix. Ils étaient donc dans une bien meilleure situation que celle des destinataires de ces véritables discours pour échapper à « l’illusion cartographique13 » dont parle J. B. Harley, historien de la géographie. Bien sûr, cette construction pouvait répondre à des contraintes techniques et matérielles, à commencer par les dimensions de la carte relativement à la superficie à représenter. Mais les choix effectués ne sauraient être réduits à la seule question de l’échelle. Arrowsmith n’eut aucune difficulté à représenter l’ensemble des îles des Petites Antilles. Elliott n’hésita pas davantage à indiquer les 20 000 km² du Belize, dont seul le tiers environ avait effectivement été cédé par les Espagnols aux Britanniques pour la coupe du bois par les traités de 1783 et 178614. Arrowsmith pas plus qu’Elliott ne laissaient cependant le moindre doute concernant, par exemple, le caractère espagnol de la péninsule de la Guajira en Nouvelle-Grenade, où l’Espagne était encore au XVIIIe siècle bien incapable d’affirmer son autorité. La superficie de la péninsule de la Guajira n’était pourtant pas si réduite qu’elle pût représenter un obstacle technique : 15 000 km² environ soit, approximativement, trois fois celle de Trinidad, deux fois celle de Porto Rico, une fois et demie celle de la Jamaïque ou quinze fois celle de la Martinique – qu’Arrowsmith fait figurer en exagérant ses dimensions. Les choix étaient donc d’un autre ordre, lié aux perceptions et représentations des auteurs, idéologique en somme. Les souverainetés autres qu’européennes sembleraient être, pour ces auteurs, infigurables.

  • 15 Dans une réédition : Harley, J. Brian, « Maps, knowledge, and power », Henderson, George L. et Wate (...)

9Dans la Caraïbe, les autorités coloniales espagnoles n’étaient bien sûr pas naïves au point de se faire prendre par ces discours, et par « l’illusion cartographique ». Leur expérience leur racontait une autre histoire et elles étaient conscientes du degré, parfois nul, de souveraineté qu’elles exerçaient selon les espaces, même ceints ou colorés uniformément de jaune sur les cartes. Pour elles, ces cartes n’étaient – et elles ne sauraient être davantage pour nous – rien d’autre qu’un discours sur l’hégémonie revendiquée par les Puissances maritimes européennes. J. B. Harley l’expliquait ainsi, en 1988 : « As much as guns and warships, maps have been the weapons of imperialism. Insofar as maps were used in colonial promotion, and lands claimed on paper before they were effectively occupied, maps anticipated empire15. » Ces cartes étaient donc de simples programmes, maximalistes, qui firent même bien souvent moins « qu’anticiper l’empire » : ils ne furent jamais pleinement réalisés. Tout cela, il est possible de l’observer en changeant d’échelle, en se rapprochant des difficultés pratiques des autorités espagnoles à mettre en œuvre de tels programmes.

Souverainetés indigènes (Caraïbe, fin du XVIIIe siècle)

  • 16 Archivo General de la Nación de Colombia, Sección Mapas y Planos, Mapoteca SMP.6, Ref.: 112, 1773

Image 2 – Détail de la carte de la péninsule de la Guajira par Antonio de Arévalo (1773)16

  • 17 À titre de comparaison, la population de la Caraïbe néo-grenadine atteignait les 170 404 habitants (...)
  • 18 Polo Acuña, José T., « Los Wayúu y los Cocina: dos caras diferentes de una misma moneda en la resis (...)
  • 19 José Trinidad Polo Acuña fait autorité sur les « Guajiros » du XVIIe au XIXe s. Nous empruntons ici (...)

10Sur la côte Nord, caribéenne, du Royaume de Nouvelle-Grenade, à 350 kilomètres au Nord-Est du premier de ses ports, Carthagène des Indes, et à l’entrée du golfe du Venezuela et du lac de Maracaibo, s’étend la péninsule de la Guajira. 30 000 Amérindiens17, Wayúu semi-nomades pour la plupart, nommés « Guajiros » par les autorités espagnoles, y vivaient dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et n’y reconnaissaient d’autre autorité que la leur, qui n’était d’ailleurs pas elle-même unifiée. Les missions capucines n’avaient pas plus permis la « pacification » de la péninsule de la Guajira que les opérations militaires. L’indépendance des Wayúu, la permanence de leur organisation sociale, se lisait dans les documents espagnols mêmes. En 1757, ceux des Amérindiens qui s’étaient établis dans les missions, « aunque tienen sus capitanes, no viven con obra a ellos, pues aunque estos les manden, no quieren obedecerlos, y lo mismo de los mandatos de los padres misioneros ». Et il n’était pas possible de « sujetarlos a castigo; pues si les castigan sus capitanes o cualquier otro, se levanta la parentela [nous soulignons], pidiéndoles paguen el agravio; de esto que sucede en los pueblos formados se puede inferir lo que sucederá en los que no están reducidos a pueblos de misión […]. A lo segundo decimos […] ser tan necesaria [la conquista], que sin la dicha reducción y pacificación es inútil todo nuestro trabajo, perdiendo el tiempo y fin a que vinimos a esta provincia, que es la conversión de estas almas ». En 1773, Antonio de Arévalo, officier et ingénieur espagnol chargé par le vice-roi de Nouvelle-Grenade de la « pacification » – selon la terminologie des autorités coloniales espagnoles – de la péninsule de la Guajira en dessina une carte qu’il intitula significativement : « Mapa general de la Provincia de Yndios Goagiros ». Antonio de Arévalo avait des objectifs d’ordre pratique, militaires et politiques : « conseguir y mantener la pacificación general » de la péninsule, suite au soulèvement amérindien de 1769. Il était donc attaché à rendre compte de la situation réelle et non à formuler un discours sur une souveraineté désirée. La carte indiquait clairement, en plus de l’hydrographie, du relief, des villages et des ports, la présence des Amérindiens guajiros et cocinas (ou Kusina, qui se donnaient eux-aussi le nom de « Wayúu18 »). En fin de compte, selon l’historien José Polo Acuña, « durante la segunda mitad del siglo XVIII », l’Empire « fracasó en el intento concreto de reprimir el trato ilícito y pacificar a los indios guajiros19 ».

11Pour les Wayúu, contrebande et autonomie allaient de pair. Ce que les autorités espagnoles – et, dans l’ensemble, les historiens après elles – qualifiaient de contrebande n’était d’ailleurs, du point de vue amérindien, que du simple commerce. Là se trouvait la clé de leur indépendance. Les Wayúu élevaient du bétail, des mules surtout, qu’ils exportaient à la Jamaïque et à Curaçao où elles étaient indispensables au travail dans les plantations. Ils vendaient aussi du bois, du sel et de la teinture, mais aussi des esclaves – des captifs Kusina, notamment. Leur inscription dans les réseaux commerciaux caribéens, dirigés en l’occurrence par les marchands britanniques et hollandais, leur rendait accessible en retour les armes, les munitions et la poudre qui étaient les seules garanties sérieuses de leur souveraineté.

  • 20 Helg, A., op. cit., p. 18
  • 21 Rodríguez, Nelson E., « El imperio contraataca: las expediciones militares de Antonio Caballero y G (...)

12Les Wayúu n’avaient rien d’une exception dans la Caraïbe néo-grenadine. L’historienne Aline Helg explique que « no other region of New Granada was more characteristic of this pattern than the three Caribbean provinces of Cartagena, Santa Marta and Riohacha, where Spain failed to control the frontiers and backlands inhabited by “savage” Indians and runaway free people of color20 ». Elle cite le cas des 10 000 Kuna du Darién (à l’entrée de l’isthme de Panama), partenaires commerciaux eux-aussi des marchands de Jamaïque et de Curaçao. Les multiples expéditions espagnoles, dans la seconde moitié du XIXe siècle (en 1761, 1767-1768, 1785-1786 et 1799-1803), destinées à pacifier ou simplement à connaître et à cartographier le Darién, ses ports et ses côtes, montrent assez bien qu’aucune souveraineté autre que formelle ne pouvait y être attribuée à l’Espagne – alors que les marchands britanniques y avaient déjà formé, depuis longtemps, des unions matrimoniales avec les Amérindiens. De même, le « tratado de paz » signé « entre las autoridades españolas » et « los caciques del Darién » en 1787, tout en prétendant soumettre les Kuna, affirma en fait leur autonomie21.

  • 22 Dziennik, Matthew P., « The Miskitu, Military Labour, and the San Juan Expedition of 1780 », The Hi (...)

13Les difficultés espagnoles dans la Caraïbe néo-grenadine n’étaient à leur tour pas uniques à l’échelle de l’ensemble de la Caraïbe espagnole. La côte des Miskitos (aujourd’hui située entre le Nicaragua et le Honduras), par exemple, échappait au contrôle de la Capitainerie générale de Guatemala. Les Miskitos – qui ne constituaient pas un groupe homogène, et s’organisaient en une sorte de confédération – et la Grande-Bretagne avaient formé une alliance militaire depuis 1740 et avaient noué un partenariat commercial. Les Britanniques s’étaient installés sur cette côte dès 1630. Le traité de Paris, en 1783, imposa à la Grande-Bretagne le déplacement de 537 Britanniques et de leurs 1677 esclaves en direction du Belize britannique, mais il ne rendait pas pour autant opérante l’autorité de l’Espagne sur place22.

14Il serait souhaitable, à l’avenir, de présenter et d’intégrer à ce panorama d’autres cas comparables de territoires échappant encore à la fin du XVIIIe siècle au contrôle des autorités espagnoles en Nouvelle-Espagne, en Louisiane ou dans les Florides.

  • 23 Archivo General de Indias (AGI), Estado, 9, N.18, 21 avril 1792, fo. 3, 7 et 8

15Par exemple, dans une lettre du 4 avril 1792 destinée au comte de Floridablanca, secrétaire d’État du roi d’Espagne Charles IV, le capitaine général de Louisiane et des Florides, Luis de las Casas, s’inquiétait des agissements de l’aventurier William Bowles, qu’il soupçonnait d’agir dans les Florides depuis 1788 pour le compte de la Grande-Bretagne contre l’Espagne et les États-Unis, en réunissant sous sa direction différentes nations amérindiennes. Il ajoutait : « Los fundamentos en que iba cimentando Bowles su proyecto, daba por asentado que las costas de la Florida occidental y sus puertos pertenecen a las naciones indias de aquellos distritos. Si yo hubiera tenido que discutir este punto me hubiera hallado embarazado para rebatirlo con documentos; soy Capitán General de la Luisiana y Floridas, e ignoro cuales sean sus limites y la linea que separe los territorios que pertenecen al Rey de los que pertenecen a los Indios [nous soulignons] ». Ces limites inconnues étaient héritées des traités établis entre les nations amérindiennes et la Grande-Bretagne lorsque celle-ci était, selon l’expression de Luis de las Casas, « la potencia poseedora de las Floridas23 ». La souveraineté des Puissances en Amérique n’existait en fait que vis-à-vis des autres Puissances maritimes européennes – ou issues de l’Europe, dans le cas des États-Unis. Les cartes d’Aaron Arrowsmith ou de John H. Elliott seraient alors à comprendre moins comme des représentations des territoires effectivement soumis à l’autorité d’un État et d’un gouvernement donné, que comme celles des espaces partagés ab ante entre des cartels concurrents, des Empires : charge à chacun d’y imposer ensuite sa loi, pour peu qu’il en eût la force. Autrement dit, les souverainetés impériales fonctionnaient encore à la fin du XVIIIe siècle sous le régime de Tordesillas. On ne saurait en tout cas mieux formuler que Luis de las Casas l’absence de véritable souveraineté espagnole dans une partie importante des Florides.

  • 24 Ibarra Rojas, Eugenia, Del arco y la flecha a las armas de fuego: los indios mosquitos y la histori (...)
  • 25 Polo Acuña, J. T., « Los Wayúu y los Cocina… » op. cit., p. 7-29
  • 26 Le terme « borderland » se rapporte à l’espace frontière aussi bien qu’à la démarche historique qui (...)

16Ce qui nous intéresse cependant ici, plus que l’exhaustivité, est déjà de dégager à grands traits une première géographie de la Caraïbe de cette période. Constatons d’abord que, quoi qu’en disent les cartes d’Arrowsmith ou d’Elliott, la Caraïbe impériale intégralement divisée en aires dominées par l’Europe n’existait pas – à commencer par cette Circuncaribe relevée presque entièrement du jaune espagnol. Quant aux souverainetés indigènes, soulignons surtout leur intégration aux réseaux interlopes de la Caraïbe – britannique surtout –, à une trame tissée à l’échelle d’une unité géographique plus importante et complexe que celle des divisions administratives coloniales. Cette intégration était l’une des conditions de leur existence. Elle leur garantissait l’accès aux biens matériels – et d’abord, aux armes à feu – indispensables à long terme face à la pression coloniale24. Faute justement de s’être intégrés aux relations commerciales et matrimoniales à l’échelle caribéenne, les Cocinas-Wayúu, contrairement aux Guajiros-Wayúu, furent incapables de résister à la pression conjuguée de ces derniers – qui les faisaient reculer en étendant leurs territoires de pâture, quand ils ne les vendaient pas comme esclaves – et des Espagnols. Ils ne s’étaient en particulier pas appropriés l’usage des armes à feu25. Notons finalement que la concurrence entre les Puissances maritimes et l’existence de plusieurs atlantiques étaient favorables à ces souverainetés indigènes. Elles entraînaient également la formation de souverainetés que l’on pourrait qualifier de mixtes, en termes de métissage d’abord, mais également comme entrelacs de différents pouvoirs issus de part et d’autre de l’Atlantique. Enfin, ces différentes souverainetés existaient dans des espaces frontières – ou de borderlands, selon les usages historiographiques26 –, et dans des zones de transition naturelles, notamment entre la terre et la mer.

En mer, la souveraineté à la portée du canon

  • 27 Par exemple la frontière entre les domaines de l’Espagne et du Portugal dans les bassins de l’Oréno (...)
  • 28 Helg, A., op. cit, p. 49

17Au tournant du XIXe siècle, les cartes européennes ignoraient la plus grande part des souverainetés réellement existantes dans la Caraïbe. D’un auteur à l’autre, ces cartes pouvaient varier dans leurs discours, à la marge : la côte des Miskitos ou le Belize étaient colorés tantôt de rouge britannique, tantôt de jaune espagnol ; le tracé exact des différentes lignes frontières pouvait également fluctuer27. Toutes s’accordaient toutefois, selon des degrés différents de précision, sur l’une particulière de ces lignes, qu’aucune n’omettait jamais : le trait de côte, la transition entre la terre et la mer. Le traitement cartographique de la mer était – et reste – fort différent de celui de la terre. Les cartes ne désignaient pas la mer comme objet de la souveraineté, comme lieu d’exercice d’un pouvoir. Elle ne semblerait accepter aucun trait durable à sa surface. La mer, de la Caraïbe en l’occurrence, était pourtant primordiale, par exemple en tant que vecteur de l’intégration des souverainetés indigènes à la Caraïbe interlope. Elle l’était aussi pour une autre raison, plus élémentaire : les voies de communications terrestres étaient, dans l’ensemble, lentes et dangereuses ; bien plus que les routes maritimes. Depuis la Péninsule, il fallait environ un mois pour atteindre le port de Carthagène des Indes, en Nouvelle-Grenade, et encore deux mois pour arriver à la capitale Bogotá28. Des ports de la péninsule de la Guajira, du Darién ou de la côte des Miskitos, il était plus rapide de relier ceux de la Jamaïque que les villes espagnoles de l’intérieur, des Andes comme de l’Amérique centrale.

Image 3 – Représentation des temps de parcours et distances relatives depuis Carthagène des Indes (au centre)

  • 29 Contrairement à ce qu’affirme, en suivant les raisonnements de Carl Schmitt dans Le nomos de la ter (...)
  • 30 Dans le couple terre-mer caractéristique des littoraux, la terre domine la mer. Grotius admet ainsi (...)
  • 31 Ces déductions, faites ici à partir des relations de pouvoir en mer, seraient certainement générali (...)

18Cependant, et même si les cartes n’en disaient rien, la mer n’était bien évidemment pas abstraite des rapports de pouvoir, économiques aussi bien que politiques ; comme l’avaient déjà nettement soulignés les mare liberum et mare clausum du hollandais Hugo Grotius (1609) et de l’anglais John Selden (1635), qui défendaient en s’opposant les intérêts marchands de leurs États respectifs. À la fin du XVIIIe siècle, le droit des gens ayant pour l’essentiel consacré les conceptions hollandaises, la souveraineté en mer était, de fait comme de droit, fragmentée. Ce n’était pas tant que la mer fût strictement inappropriable29, que le fait que les coordonnées de la souveraineté exercée y fussent instables. Exception faite des littoraux – des espaces intermédiaires30 –, la souveraineté en mer, en haute mer (les eaux internationales du droit maritime), se laissait difficilement réduire au papier par la cartographie, les problèmes posés par la dimension diachronique des rapports de pouvoir à y représenter étant poussés en mer à l’extrême. En mer plus qu’ailleurs la souveraineté était comme mise à nue, et réduite à ce qu’elle reste toujours en fin de compte : la capacité matérielle à l’imposer. Mais ce qui la caractérisait surtout, c’était la mobilité. En pratique, la souveraineté en mer allait aussi loin que la portée des canons montés sur les bâtiments qui y circulaient, et elle était aussi forte que ces canons étaient nombreux et puissants. Le territoire maritime qui se dessinait ainsi était le produit de conditions techniques. Il était mesurable en distance, absolue – les canons de 36 livres montés sur les navires de ligne avaient une portée effective d’environ 1600 mètres –, et en temps, relatif – le temps nécessaire pour placer un objet donné, une embarcation ennemie peut-être, à la portée desdits canons. Les corsaires ne s’y trompaient pas : ils privilégiaient l’utilisation d’embarcations rapides, telles que les clippers de Baltimore, qui permettaient en même temps de placer les bâtiments marchands sous la menace de leurs canons et d’échapper à ceux des plus lourds navires de guerre. La mer, où ne pouvait être inscrit aucun repère durable, nous incite ainsi à aborder les objets qui y évoluaient dans leurs positions relatives, les uns par rapport aux autres, et donc à adopter une approche topologique de l’espace et du temps : autrement dit, d’indivisibilité de l’espace-temps maritime31.

  • 32 Goethe, Faust II, 1831, acte V

19Pour toutes ces raisons, la mer était le support privilégié des circulations qui favorisaient l’existence des souverainetés escamotées par les cartes européennes, à commencer par les souverainetés indigènes. La mer constituait aussi un espace propice à l’émergence et à l’affirmation de souverainetés nouvelles, issues des révolutions dans la Caraïbe. Ce caractère de la mer, le Méphistophélès de Goethe l’exprimait en des termes plus littéraires : « [En mer], une poigne active seule fait fortune ; on prend un poisson, on prend un navire ; et quand une fois on en tient trois, on attire à soi le quatrième ; quant au cinquième, malheur à lui ! Pourvu qu’on ait la force, on a le droit. On demande pourquoi et non comment. Je veux ne rien connaître à la navigation, si la guerre, le commerce et la piraterie ne sont pas une inséparable trinité32. »

  • 33 AGI, MP-Banderas, 13, 15 août 1802, fo. 1

Image 4 – « Bandera que usan los corsarios de Bowles33 »

  • 34 Il existe une abondante littérature sur William Augustus Bowles et l’État du Muskogee, d’une qualit (...)
  • 35 Gould, Eliga H., « The Empire That Britain Kept », Grey, Edward et Kamensky, Jane (ed.), The Oxford (...)

20William Augustus Bowles et son « État Muskogee » en donnèrent pour leur part une traduction historique34. Bowles, né dans le Maryland en 1763, avait combattu au sein du Bataillon loyaliste du Maryland contre l’indépendance des Treize colonies britanniques de l’Amérique du Nord. Capturé par les Muskogee (appelés aussi Creeks, Amérindiens du Sud-Est de l’Amérique du Nord), il les convainquit au début des années 1780 de se ranger aux côtés des Britanniques contre l’Espagne – comme les Miskitos en Amérique centrale. À la manière des marchands britanniques ailleurs dans la Caraïbe, il lia avec eux des liens commerciaux et matrimoniaux, épousant deux femmes dont la fille de l’un des dirigeants Muskogee. Surtout, il développa l’idée d’un État Muskogee indépendant en Floride orientale. En 1799, il se nomma Directeur Général de cet État, qu’il dota d’un drapeau et, semblerait-il, d’une constitution. Il déclara la guerre à l’Espagne en 1800 et tint bon jusqu’en 1803, date à laquelle il fut trahi, capturé et emprisonné au Castillo del Morro de La Havane comme pirate. Il y mourut deux ans plus tard. Bowles était à la tête d’un État pirate – aussi contradictoire que l’expression puisse paraître – ne jouissant d’aucune reconnaissance internationale. Son existence était assurée par le pillage du commerce espagnol à l’aide de deux bâtiments corsaires armés au nom de cet État et d’équipages et de troupes constitués de quelques centaines de soldats nord-américains, européens et d’esclaves ayant pris leur liberté. Selon l’historien Eliga H. Gould, l’expérience de Bowles appartiendrait à l’empire informel de la Grande-Bretagne35. Cette vision, certainement réductrice – car elle définit d’abord l’État Muskogee par son rapport à la Grande-Bretagne –, a toutefois le mérite de pointer la complexité de la géographie de la Caraïbe à cette période, non seulement par rapport aux cartes déjà mentionnées, mais surtout dans les interactions entre les différentes échelles – ici, de la Floride orientale à l’Atlantique, par la Caraïbe. Plus encore que les précédents, l’exemple de Bowles et de son éphémère État Muskogee (4 ans) montre l’importance de l’espace maritime pour l’affirmation, même temporaire, de souverainetés alternatives dans la Caraïbe.

21Souligner l’importance de la mer, des circulations et de la prédation maritime sous toutes ses formes dans l’évolution des sociétés de la Caraïbe n’est certes pas original – pas plus d’ailleurs que de pointer les limites des cartes constituées par de grands aplats de couleur. Mais ce que l’on veut montrer ici est plus spécifique : la Caraïbe, cet espace maritime fragmenté, s’était alors transformé en un facteur historique de première importance – un facteur qu’il est nécessaire d’historiciser lui-même –, qui favorisait à cette période les expériences sociales et politiques nouvelles – et dessinait en conséquence une géographie historique particulière.

Asa Hosmer, un capitaine corsaire dans la Caraïbe interlope

22Les historiens ont souvent insisté sur l'importance que prirent dans la Caraïbe les circulations transimpériales, interlopes et maritimes pour la plupart. Devenues endémiques, elles contrecarraient les prétentions à l’Exclusif des États coloniaux, en même temps qu'elles s’avérèrent indispensables à la constitution et au maintien de leurs domaines en Amérique – de la flibuste à la Jamaïque et à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIe siècle, jusqu'à la traite clandestine à destination de Cuba à partir de 1814. Les révolutions sociales et la dissolution concomitante des souverainetés impériales françaises et espagnoles en Amérique amplifièrent au tournant du XIXe siècle la portée et le volume de ces circulations. Elles se composaient d'une multitude de trajectoires et d’expériences individuelles qui tissaient en se cumulant une trame nouvelle de relations sociales et d'obligations mutuelles, de lignes parcourues et d’espaces vécus. Bien que la reconstitution de cette trame soit, dans le détail, hors de notre portée, il est possible d’en obtenir une approximation satisfaisante en changeant de focale, en s’attachant à ces expériences individuelles, et en tentant finalement d’en dégager la géographie qui leur était associée.

  • 36 Greene, Richard, Greene (Green) Family of Plymouth Colony, 1909, p. 15
  • 37 National Archives, Washington, D.C., Records of the Bureau of the Census, Record Group 29, M637-1, (...)
  • 38 Ibid., M32-3, 1800, fo. 400
  • 39 Ibid., M252-3, 1810, fo. 200
  • 40 Ibid., M33-3, 1820, fo. 588

23Asa Hosmer vit le jour dans le Connecticut, l’une des Treize colonies britanniques d’Amérique, bordant le détroit de Long Island. Hosmer, de la même génération que Bowles, y fut baptisé le 26 avril 176736. Les recensements fédéraux des États-Unis nous donnent d’Hosmer l’image d’un homme d’une grande stabilité. Baptisé à Middle Haddam, sur les rives du fleuve Connecticut, il s’en éloigna tout au plus de 5 kilomètres en direction de l’Est pour vivre à Chatham, en 179037. En 1800, il se trouvait à East Haddam, 8 kilomètres plus au Sud38. En 1810, il avait abandonné les rives du Connecticut pour celles de la Thames : il vivait désormais à Norwich et avait parcouru 30 kilomètres vers l’Est39. En 1820, il était revenu quelque peu sur ses pas, et s’était finalement installé à Columbia, à mi-chemin, un peu plus au Nord, entre sa dernière résidence et son lieu de baptême40. Les archives nord-américaines nous laissent ainsi imaginer que l’ensemble de la vie d’Asa Hosmer s’était déroulée dans un rayon de moins de 20 kilomètres, entre les fleuves Connecticut et Thames. En réalité, il n’en fut rien.

  • 41 Greenleaf, Simon, Reports of cases argued and determined in the Supreme Judicial Court of the State (...)
  • 42 Covo, Manuel, Commerce, empire et révolutions dans le monde atlantique : La colonie française de Sa (...)
  • 43 Williams, Greg, The French Assault on American Shipping, 1793-1813, McFarland & Co., Jefferson, 200 (...)
  • 44 Archivo Nacional de Cuba (ANC), Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 66, 8 octobre 1816, fo. 1
  • 45 Caulkins, Frances, History of Norwich, Connecticut, From its possession by the Indians to the year (...)

24Asa Hosmer s’était engagé, au début des années 1800, dans le commerce entre les États-Unis et les îles de la Caraïbe. Il fut second sur le schooner marchand des États-Unis Sea Flower, capitaine John Clarke, armé et assuré à Newport, dans le Rhode Island, État voisin du Connecticut41. C’est en cette qualité qu’il découvrit Port-au-Prince, encore dénommé Port-Républicain, et Saint-Domingue, comme nombre d’autres marins et marchands des États-Unis depuis les accords conclus en 1799, dans le contexte de la Quasi-guerre franco-américaine, entre le général de Saint-Domingue Toussaint Louverture et le consul général américain Edward Stevens puis le général britannique Thomas Maitland. Les conventions signées fermaient les ports domingois aux corsaires-pirates français en même temps qu’ils les rouvraient au commerce anglo-américain42. Hosmer se trouvait certainement encore à bord du Sea Flower, en 1804, lorsque ce dernier fut capturé en vue du Castillo del Morro et mené à La Havane – l’Espagne de Charles IV était encore l’alliée de la France de Bonaparte – par le corsaire français Le Napoléon43. Il continua ensuite, à son compte, le commerce avec Cuba44. En 1812, aux débuts de la « guerre de 1812 » entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, et alors que, pour la première fois depuis cinq ans, Hosmer approchait des côtes de son Connecticut natal comme passager d’un navire marchand, il fut capturé par un bâtiment de guerre britannique et passa de longs mois en détention, à bord de la flotte qui exerçait le blocus des ports des États-Unis45.

  • 46 Henri Ducoudray-Holstein notait que les trafics y avaient une certaine tradition, puisque : « Dans (...)
  • 47 Terrien, Nicolas, « "Une inséparable trinité" : Neutres, corsaires et approvisionnement en armes de (...)
  • 48 Lettre de Pablo Morillo au ministre espagnol de la Guerre, Mompox, 7 mars 1816, citée par Restrepo, (...)

25Quelques années plus tard, en 1816, Asa Hosmer s’était fait capitaine corsaire. Il commandait le corsaire insurgé colombien nommé La Margariteña, en référence à Margarita, une île distante d’une trentaine de kilomètres des côtes du Venezuela, à mi-chemin entre Caracas et l’île de Trinidad (Grande-Bretagne). L’expédition des Cayes, partie du port haïtien éponyme en avril 1816 sous l’autorité suprême de Simón Bolívar et, sur les mers, la direction du marchand et militaire Luis Brión, avait rejoint au mois de mai l’insurrection dirigée à Margarita par Juan Bautista Arismendi. Margarita servit alors de tête de pont pour la reconquête du Venezuela par les armées de Bolívar, Bermúdez, Piar ou encore de l’aventurier écossais Gregor MacGregor. Brión, nommé amiral, commençait dans le même temps à organiser depuis Margarita46 l’approvisionnement de l’insurrection par l’intermédiaire principal d’une intense activité corsaire47. Il réalisait de la sorte l’une des craintes du général espagnol chargé de la « pacification » du Venezuela, Pablo Morillo, qui écrivait depuis Mompox, en mars 1816 : « Si nous perdons Margarita, les insurgés s’y fortifieront et, par leurs pirateries, ils intercepteront notre commerce dans le golfe du Mexique48. »

  • 49 ANC, Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 66, 8 octobre 1816, fo. 3
  • 50 Selon l’historienne Ada Ferrer : « After Haitian independence, and especially after the constitutio (...)

26La Margariteña était l’un de ces corsaires que craignaient tant les autorités espagnoles, dont les forces navales en Amérique étaient faibles. La Margariteña avait été armée aux Irois, à l’extrémité Sud-Ouest d’Haïti, la pointe de l’île de Saint-Domingue la plus proche à la fois de Kingston en Jamaïque et de Santiago de Cuba. À l’été 1816, Asa Hosmer et son équipage capturèrent à proximité des côtes haïtiennes le brigantin espagnol Nuestra Señora de la Regla, alias La Fortuna, capitaine Manuel Rodríguez, ainsi que sa cargaison : 141 esclaves d’Afrique destinés à Cuba49. Avec une prise chargée de toute autre marchandise, Hosmer fût certainement retourné à son port d’armement pour en disposer. Mais l’armateur du corsaire, qui résidait aux Irois, craignait une possible libération des esclaves – et donc la perte de ce qu’il considérait comme sa propriété – par les autorités du président haïtien Alexandre Pétion, en accord avec la constitution de la République d’Haïti50. Ne voulant risquer une telle issue, lui et Hosmer décidèrent de mener La Margariteña et ses prises à la Navasse, une île désertique située à une cinquantaine de kilomètres à l’Ouest des Irois en direction de la Jamaïque, un confetti d’à peine plus de 5 km² où ne portaient pas la souveraineté et les lois de la République d’Haïti – ni aucune autre d’ailleurs.

  • 51 Cité par Franco, José Luciano, Política continental americana de España en Cuba, 1812-1830, La Hava (...)
  • 52 Vidales, Carlos, Bernadotte, San Bartolomé y los "Insurgentes de Tierra Firme", La ayuda de Suecia (...)

27L’île de la Navasse, rocher désert et dénué du moindre attrait en toute autre circonstance, pourrait être comparée à l’île de la Fourchue, un autre confetti, d’une superficie inférieure à 1 km², mais de grande importance pourtant pour les circulations dans la Caraïbe. La Fourchue s’était en effet transformée, à la même époque, en ce que Pablo Chacón, consul d’Espagne à Norfolk, désignait comme le « point de réunion de tous les pirates des Antilles51 », autrement dit des corsaires patentés par les gouvernements indépendants de l’Amérique espagnole. Ils y stationnaient afin d’assurer le transfert, vers l’Amérique du Nord, des marchandises saisies – Chacón écrivait « volées » – au commerce espagnol, par l’intermédiaire des marchands-contrebandiers des îles neutres voisines, Saint-Thomas (Danemark) et Saint-Barthélémy (Suède) en tête. La Fourchue dépendait de Saint-Barthélémy, mais le gouverneur de l’île, un certain Rosensvärd, se prétendait – cela l’arrangeait – si faible sur mer qu’il ne pouvait y exercer sa souveraineté, et ne pouvait en déloger les corsaires insurgés52.

  • 53 ANC, Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 69, 10 octobre 1816, fo. 2
  • 54 Ibid., leg. 109, exp. 83, 22 février 1817, fo. 2 et 7

28À la Navasse, Hosmer s’accorda avec le capitaine du négrier espagnol : sa cargaison lui serait rendue contre 16 000 pesos. Pour réunir la somme, Manuel Rodríguez et six de ses marins furent débarqués à proximité de La Havane. Mais, plutôt que de mener à bien la transaction, ils préférèrent avertir les autorités cubaines qui lancèrent la goélette Santa Isabel, capitaine José Cepeda, à la poursuite de La Margariteña. Asa Hosmer fut capturé avec son équipage composé de 35 marins53 de toutes les couleurs et nationalités possibles dans la Caraïbe – issus principalement des Cayes d’Haïti, de Saint-Thomas et des ports du Nord-Est des États-Unis54. Hosmer paya ses atermoiements à la Navasse de trois ans et neuf mois d’enfermement à La Havane. De son exil forcé, il ne revint dans le Connecticut que le 25 juillet 1820, pour aussitôt repartir en mer, toujours dans la Caraïbe. Asa Hosmer se trouva alors lié aux aventures de l’Écossais Gregor MacGregor.

  • 55 Comme Bowles, MacGregor a été l’objet de nombreux livres et articles. Parmi les travaux les plus re (...)
  • 56 AGI, Cuba, 1900, sans numéro, 12 mai 1817, fo. 1-3

29Après avoir pris part à l’insurrection de Terre-Ferme dès 1812, à l’évacuation des insurgés de Carthagène vers Haïti fin 1815 et à l’expédition des Cayes au début du printemps 1816, MacGregor s’était engagé dans de multiples tentatives insurrectionnelles mêlées indistinctement d’entreprises corsaires. Ces expéditions furent organisées depuis Haïti, aux Cayes surtout, avec le consentement au moins tacite de Jean-Pierre Boyer, successeur à la tête de la République d’Haïti d’Alexandre Pétion, décédé en mars 1818. Depuis Haïti, MacGregor se porta successivement en direction de l’isthme de Panama (Portobelo, 1818), de la péninsule de la Guajira (Rio Hacha, 1819) et de la côte des Miskitos (1820)55. Chacune des destinations de MacGregor se caractérisait par la faiblesse de la souveraineté que l’Espagne y exerçait – hormis des ports isolés aux dimensions réduites – et, comme nous l’avons vu, par la proche présence d’Amérindiens indépendants et liés à la Caraïbe interlope – l’autre face d’une même pièce. Avant MacGregor, le révolutionnaire Francisco Xavier Mina avait lui aussi lancé son expédition depuis Haïti, et Port-au-Prince. Elle avait été mise au point à Baltimore en accord avec les agents de l’insurrection de Terre-Ferme qui y résidaient, avec le concours des capitaux de marchands locaux. À Haïti, Mina trouva le soutien de Louis Aury, un capitaine corsaire lié à l’insurrection de l’Amérique espagnole depuis son arrivée à Carthagène depuis Baltimore en 1813. Aury avait précédé Mina sur les côtes de la Nouvelle-Espagne. Ayant refusé à Haïti, en 1816, de se soumettre à l’autorité de Simón Bolívar, Aury avait capturé depuis Les Cayes le port de Galveston au Texas, dans la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Il avait adopté à cette occasion le pavillon du gouvernement indépendant de la République du Mexique. À Galveston, il commandait une escadre corsaire, liée aux intérêts marchands de La Nouvelle-Orléans voisine, et c’est avec celle-ci, en avril 1817, qu’il assura le transport de l’expédition révolutionnaire de Mina et de ses trois cents soldats vers Soto la Marina, en Nouvelle-Espagne56. Les trajectoires caribéennes d’Aury et de MacGregor se croisèrent ensuite à deux nouvelles reprises : en 1818, à Amélia, une île de Floride orientale, aux environs de la frontière avec les États-Unis, prise par MacGregor puis Aury et où fut déclarée une très éphémère République indépendante des Florides ; puis en 1819, à Providencia, une île située à l’Est de la côte des Miskitos et au Nord de l’isthme de Panama, prise par Aury et son escadre après leur départ d’Amélia.

  • 57 AGI, MP-Guatemala, 304, 1823, fo. 1

Image 5 – « Pays de Poyair situé Province de Mosquitos » (1823)57

  • 58 Newson, Linda A., The Cost of Conquest: Indian Decline in Honduras Under Spanish Rule, Boulder, Wes (...)
  • 59 Pour le détail de cette affaire, voir : Sinclair, David, Sir Gregor MacGregor and the land that nev (...)
  • 60 Proceedings of an Inquiry and Investigation relative to Poyais, Lawler and Quick, Londres, 1824, p. (...)
  • 61 Caulkins, F., op. cit.

30La dernière aventure américaine de MacGregor eut pour théâtre la côte des Miskitos, où il s’installa en 1820 parmi les Amérindiens Pech (également dénommés Poyer, Poyair ou Paya). Ces derniers avaient souffert de l’émergence des Miskitos et des raids que ceux-ci menaient, forts de l’alliance établie avec la Grande-Bretagne, contre les autres Amérindiens de la côte58. Parmi eux, à la manière d’un William Bowles, MacGregor avait obtenu – au moins le prétendait-il – le titre de Cacique, ainsi que des terres à proximité de Black River, une ancienne implantation britannique évacuée en 1787. La tentative d’y installer une nouvelle colonie échoua et fit alors grand bruit – MacGregor fut accusé d’avoir trompé les colons et fut emprisonné59. Ceux des colons qui avaient survécu durent être évacués. C’est alors qu’Asa Hosmer apparut sur la trajectoire caribéenne de MacGregor – si, avant cela, ils n’avaient pas déjà partie liée aux Cayes ou à Port-au-Prince –, lors des deux traversées de la goélette Mexican Eagle, expédiée par des associés de MacGregor pour assurer l’évacuation en 1823 des derniers colons de Black River vers le port de Belize, dans ce qui était alors le Honduras britannique60. Ce fut la dernière étape d’Asa Hosmer. Il y décéda l’année suivante61 à l’âge de 57 ans – un âge déjà vénérable pour un marin, surtout en une période de guerres et de révolutions –, dont peut-être la moitié passée à naviguer, commercer et parfois piller entre les États-Unis et la Caraïbe.

31La vie d’Asa Hosmer, moins connue que celles de figures telles que Louis Aury ou Gregor MacGregor, n’eut rien de plus exceptionnel que celles des milliers d’autres marins plus anonymes encore qui naviguaient comme lui dans les eaux de la Caraïbe marchande, interlope et révolutionnaire. Elle nous intéresse justement pour cette raison, dans la mesure où, par son entremise, nous voyons émerger une géographie bien particulière de la Caraïbe, étendue ici jusqu’aux États-Unis. Cette géographie était marquée par la fragmentation et la portée limitée des souverainetés, qui entraînaient des effets de rupture, de « dénivellations » même, pour parler dans les termes de Braudel, desquels procédaient autant de possibilités nouvelles, d’interstices – notamment, mais pas uniquement, en termes spatiaux – dans lesquels s’engouffrer. Ainsi, la différence juridique entre Cuba et Haïti sur le statut des Noirs esclaves détermina l’attitude et la perte d’Asa Hosmer et de son équipage en 1816. Soulignons également que les espaces libres de toute souveraineté durable – autre que celle d’un bâtiment et de ses canons, en mer bien sûr mais aussi à la Navasse ou d’innombrables autres îles et ports dans toute la Caraïbe, comme La Fourchue –, ceux où les souverainetés coloniales s’exerçaient faiblement (Amélia, Soto la Marina), ou encore celles où elles étaient contestées par des souverainetés indigènes et mixtes (la côte des Miskitos, l’isthme de Panama, la péninsule de la Guajira, les Florides) apparaissaient, en lien avec certaines des routes marchandes les plus intensément fréquentées de la région (des États-Unis à Cuba ou Haïti, par exemple), comme autant de destinations privilégiées pour différentes tentatives situées à la croisée de l’entreprise marchande, de l’expédition révolutionnaire et de l’expérimentation politique et sociale – les « États pirates » indépendants de William Bowles ou Louis Aury, aussi bien que le projet colonial de MacGregor. Soulignons finalement, pour la majorité de ces dernières, la centralité de la République d’Haïti.

Haïti et l’insurrection de Terre-Ferme

  • 62 ANC, Asuntos Políticos, leg. 109, exp. 54, 2 septembre 1816, fo. 1

32À l’été 1816, les plus importantes autorités espagnoles de la Caraïbe, le vice-roi de Nouvelle-Grenade et le capitaine général de Cuba, firent circuler une liste comportant dix-huit noms d’insurgés « fugados de Cartagena » (en décembre 1815) et dont ils estimaient la capture aussi urgente qu’indispensable. Simón Bolívar, « oficial de Milicias », figurait en tête. Il était suivi de : José Francisco Bermúdez, « Labrador » ; José Palacios, « Militar » ; Mariano Montilla, « Hacendado » ; et Tomás Montilla, « Hacendado ». Plus loin, à partir du dixième rang, s’ajoutaient les noms de certains des autres dirigeants de l’éphémère État libre de Carthagène (1811-1815, 4 ans, autant que l’État Muskogee de William Bowles) : les frères Piñeres par exemple, aux professions toutes forts respectables (fonctionnaire, marchand et avocat). Entre les deux, en bonne position, s’intercalait une bien plus inquiétante série de quatre noms : Manuel Piar, « mulato » de Caracas ; Luis Brión, « francés » ; Louis Aury, « francés » ; et un certain Duverg (peut-être un nom d’emprunt, comme il était d’usage pour certains capitaines corsaires français), « francés » lui-aussi. En face de chacun de ces noms, une même inscription : « Pirata62 ».

  • 63 Klooster, Wim, « Curaçao as a Transit Center to the Spanish Main and the French West Indies », Oost (...)

33L’administration espagnole commettait bien certaines erreurs à la marge : Luis Brión, par exemple, n’était pas français mais un marchand hollandais né, comme Manuel Piar, sur l’île de Curaçao, où son père, Pierre Brión (décédé en 1799), avait entretenu d’étroits liens commerciaux avec Les Cayes et Jacmel à Haïti63. Mais elle ne se trompait cependant pas sur le fond. Ces « pirates », autrement dit les corsaires insurgés, s’ils n’étaient pas tous français, étaient bel et bien issus en bonne part de la précédente vague de prédation maritime née à partir des révolutions française et domingoise, en Guadeloupe et, plus massivement encore, à Saint-Domingue.

  • 64 Olivares-Iribarren, Itamar, « La cession de Santo-Domingo à la France (1795-1802) », Mélanges de la (...)
  • 65 De larges extraits de ces lettres, conservées à l’université du Texas, sont reproduits (traduits du (...)

34Louis Aury en provenait directement. Il était arrivé dans la Caraïbe vers 1803, à l’âge de 15 ans, à bord d’un bâtiment de la marine française stationné en Guadeloupe. Dans une lettre adressée à son oncle, à Paris, et datée de Samaná (Santo Domingo, sous domination française de 1802 à 180964) le 8 septembre 1808, Aury écrivait : « I followed the career that I had undertaken, for which I felt an inclination, and I embarked on board corsair boats. […] Corsairs are the only French boats, war or merchant, in this country. » Il se mit ensuite à investir ses propres capitaux dans l’armement de corsaires dont il assurait maintenant le commandement. En 1809, la perte de Santo Domingo par les autorités françaises le poussa à nouveau en Guadeloupe. En 1810, la capture de cette île par la Grande-Bretagne le mena jusqu’en Louisiane. Ces années, rythmées par de nombreuses déconvenues financières – une préoccupation récurrente sous sa plume –, firent naître en lui un fort ressentiment à l’égard de l’Espagne et des États-Unis. En 1812, dans une lettre écrite à Baltimore, il déclarait son ardent désir qu’une fois la Russie et « the famous Albion » subjugués, « our grand Emperor […] will chastise also these scoundrels [les États-Unis] as they deserve ». D’autres lettres, de Carthagène en 1814 et de Port-au-Prince en 1816, permettent de suivre l’itinéraire d’Aury dans la Caraïbe et de comprendre les motifs de son engagement, entre l’appât du gain et le désir de vengeance, traduits en de confuses conceptions républicaines. Dans l’une de ces lettres, après le récit du siège et de l’évacuation de Carthagène – l’escadre corsaire qu’il dirigeait y joua le premier rôle –, il déclarait : « I intend, with the aid of some friends, to go seek revenge upon Messieurs the Spaniards, who if they had some advantage over a handful men, owed it only to famine which so cruelly tormented us65. »

  • 66 Gómez, Alejandro E., « Entre résistance, piraterie et républicanisme, Mouvements insurrectionnels d (...)
  • 67 Covo, M., op. cit., p. 673
  • 68 Ferrer, Ada, Freedom’s Mirror, Cuba and Haiti in the Age of Revolution, New York, Cambridge UP, 201 (...)
  • 69 Restrepo, José Manuel, Historia… op. cit., p. 155

35Pour l’administration espagnole, et au-delà du cas d’Aury, l’association pirate-français était d’autant plus naturelle que les corsaires franco-antillais armés en Guadeloupe à partir de 1794 avaient encouragé à divers degrés les soulèvements sur la côte de Caracas, successivement à Coro, La Guaira et Maracaibo, à la fin du XVIIIe siècle66. Au tournant du XIXe siècle, les émigrés français de Saint-Domingue à Santiago de Cuba – déjà « un grand port corsaire associé à la République » française après le retournement d’alliance de 179567 – et Baracoa, avaient continué jusqu’à leur expulsion en 1809 les armements corsaires-pirates, qui visaient surtout le négoce établi avec les insurgés de Saint-Domingue puis Haïti68. Bien sûr, ce n’était pas pour se venger de ces anciennes frayeurs que les autorités espagnoles tenaient à faire apparaître bien haut sur leur liste ces quatre « pirates », mais parce qu’à partir de 1812 ils avaient participé à l’organisation de la course carthaginoise, ouverte par le président Manuel Rodríguez Torices69. Plus important encore, ils étaient désormais, après la chute de Carthagène, les derniers garants de la poursuite de l’activité des dirigeants insurgés, et de Bolívar le premier, contraints à l’exil dans la Caraïbe.

  • 70 Ibid., p. 197 et 225
  • 71 Le brigantin américain Minerva se rendit par exemple en 1817 de La Nouvelle-Orléans à Saint-Thomas (...)
  • 72 Verna, Paul, Robert Sutherland, Un amigo de Bolívar en Haïti, Contribución al estudio de los destie (...)
  • 73 AGI, Cuba, 1900, sans numéro, 9 juillet 1816, fo. 1
  • 74 Maingot, Anthony P., « Haiti and the terrified consciousness of the Caribbean », Oostindie, Gert (e (...)

36À Carthagène, les corsaires avaient jusque-là assuré l’essentiel de l’activité économique par les prises qu’ils faisaient au commerce espagnol. José Manuel Restrepo, alors député au Congrès des Provinces Unies – et indépendantes – de Nouvelle-Grenade, indiqua dans son Histoire de la révolution que, grâce à eux, les marchandises et le numéraire avaient afflué à Carthagène : « Las ricas presas que introducían los corsarios tomadas al comercio español daban al país cierto aire de prosperidad70. » C’était encore par l’entremise des corsaires que les insurgés avaient établi dans l’ensemble de la Caraïbe les liens qui leur assuraient un approvisionnement en armes, en munitions et en poudre, autant d’articles indispensables à l’indépendance des territoires où ils espéraient voir s’exercer leur souveraineté naissante. L’insurrection de Nouvelle-Grenade suivait ainsi la méthode éprouvée de longue date par les Wayúu, Amérindiens de la Guajira voisine. Les îles neutres des Petites Antilles assurèrent, surtout à partir de 1815, l’essentiel du trafic d’armes avec l’insurrection par l’intermédiaire toujours des corsaires71. Auparavant, Haïti avait néanmoins tenu la place centrale, en particulier grâce à l’activité d’un proche de Bolívar, Robert Sutherland, marchand des États-Unis installé à Port-au-Prince72. Lorsqu’en décembre 1815, Carthagène indépendante céda finalement face au corps expéditionnaire de Pablo Morillo, ce fut naturellement à bord des corsaires insurgés, ceux surtout de l’escadre d’Aury, que les défenseurs de l’indépendance sauvèrent leurs existences et s’enfuirent pour Les Cayes, à Haïti. Et c’est encore d’Haïti – les autorités britanniques de la Jamaïque se refusant à l’aider – que Bolívar organisa son retour en Terre-Ferme. Il y trouva le soutien actif du président de la République, Alexandre Pétion – qui lui offrit, par exemple, une goélette armée de 20 canons73 –, en échange de la libération partielle des esclaves sur les territoires qui seraient arrachés en Amérique à l’Espagne. Les expéditions qui ramenèrent finalement l’insurrection en Nouvelle-Grenade partirent ainsi d’Haïti, des Cayes en avril 1816 puis de Jacmel en décembre. Elles étaient constituées de corsaires insurgés dirigés, autant qu’il fût possible de leur imposer une direction, par Luis Brión, et embarquaient avec elles aussi bien Gregor MacGregor que Manuel Piar – lequel, en 1807, avait déjà trouvé asile à Haïti, où il avait rejoint l’expédition de Francisco de Miranda, partie aussi de Jacmel74.

37C’est dans ce contexte et pour ces raisons que l’administration espagnole établit la liste évoquée plus haut. C’est également à cette période qu’était armé aux Irois, à Haïti, puis capturé sur les côtes de Cuba, le corsaire insurgé colombien La Margariteña, capitaine Asa Hosmer. De décembre 1815 à décembre 1816, pendant toute une année, les dirigeants insurgés avaient échoué à remettre durablement pieds en Terre-Ferme. Ils trouvèrent cependant dans leur exil les ressources indispensables non seulement à leur survie mais aussi à la poursuite de leurs menées insurrectionnelles. La souveraineté du gouvernement indépendant de Nouvelle-Grenade, dont l’autorité était désormais placée toute entière entre les mains de Simón Bolívar, n’eut pendant de longs mois d’autre territoire où s’exercer que les ponts de quelques corsaires. Mais l’insurrection vécut. Et ce qui avait déterminé l’existence, d’abord, de l’État libre de Carthagène, puis la survie des dirigeants de l’insurrection, c’était la Caraïbe. Non pas la Caraïbe comme simple espace maritime, mais la Caraïbe interlope, cette trame sociale tissée par les activités et expériences individuelles d’Asa Hosmer aussi bien que des marchands et marins d’Haïti, de Kingston ou de Curaçao – dont Luis Brión –, celle aussi que parcourait William Bowles et d’autres aventuriers comparables, parmi lesquels Louis Aury ou Gregor MacGregor et, à certains égards, Simón Bolívar lui-même. Cette même Caraïbe avait également permis le maintien et le développement de souverainetés indigènes et mixtes. Elle favorisa alors l’émergence de souverainetés nouvelles, de sorte que, par l’intermédiaire d’Haïti, la Caraïbe révolutionnaire se hissait finalement sur les épaules de la Caraïbe interlope.

Conclusion : la Caraïbe, un archipel de souverainetés

Image 6 – La Caraïbe révolutionnaire telle qu’ébauchée dans le présent article (fin XVIIIe s.-ca. 1820)

38La carte présentée ici doit être considérée comme le prélude à une tentative plus systématique destinée à faire surgir la géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire, de la fin du XVIIIe siècle aux années 1820, à partir des circulations qui traversaient alors la Caraïbe « naturelle », en tentant autant que possible d’abandonner les conceptions faussées qu’entretiennent les cartes-discours impériales quant aux limites effectives des souverainetés, aussi bien que la distinction seulement formelle entre la terre et la mer – sur laquelle nous dirons un mot plus loin. Gardons toutefois bien en tête que la carte présentée ici est – autant que celles dont nous avons pointé les insuffisances –, une construction, le produit d’une série de choix conscients ou non, qui tous pourraient être discutés, autant donc que les conclusions qu’il serait possible de tirer du résultat final.

39Les trajectoires caribéennes d’Asa Hosmer, de Louis Aury, de Gregor MacGregor et de Simón Bolívar sont représentées à grands traits – et au prix de quelques simplifications, l’omission par exemple des étapes effectuées par MacGregor en Europe. Le choix des acteurs suivis ici détermine au premier chef le résultat, sur la carte, en termes de lignes et de nœuds formés. Leur faible nombre favorise encore les biais. Il serait en fait possible, avec assez de patience et de méticulosité, en choisissant bien les acteurs dont les trajectoires seraient représentées, de faire figurer toutes les lignes imaginables dans la Caraïbe, et de faire alors de tout point choisi au hasard un nœud qui apparaîtrait alors comme central. Nous reproduirions ainsi une nouvelle sorte « d’illusion cartographique ». Nous considérons cependant que les acteurs que nous avons choisis permettent de nous former, dans le cadre en tout cas d’une première approche, une vision assez réaliste des circulations maritimes interlopes et révolutionnaires de la période et de l’espace étudiés. Ils sont à la fois assez proches de l’objet que nous souhaitons identifier et assez différents entre eux – dans leurs origines géographiques et sociales – pour que le chevauchement de leurs trajectoires ne soit pas évident. S’ils sont tous, à leur façon, caractéristiques des divers types d’acteurs qui formaient la Caraïbe révolutionnaire, ils ne sauraient cependant former, à eux seuls, un panel exhaustif : il nous suffit de penser, par exemple, aux marins haïtiens de La Margariteña, dont l’absence sur notre carte est une des limites notables. Malgré ces faiblesses, il nous semble significatif – sans être d’ailleurs surprenant – que le croisement de ces quatre trajectoires mette en exergue la centralité de l’île de Saint-Domingue (Les Cayes, Port-au-Prince, Jacmel et Les Irois à l’Ouest, Samaná sur sa côte orientale), et plus exactement de la République d’Haïti.

40Sur la carte, dont le fond est constitué de cercles de distance-temps (un jour de navigation entre chaque cercle), deux aires principales se dessinent à partir du centre, situé au niveau de l’île de la Navasse – ce qui nous permet de souligner une nouvelle fois que l’on ne saurait établir, pour la Caraïbe révolutionnaire en tout cas, de relation directe entre l’importance historique et les dimensions physiques d’un espace ou d’un territoire. La première aire, un demi-cercle orienté vers le Sud, en jaune, correspond à des espaces et territoires situés jusqu’à sept à huit jours de mer depuis le centre : il désigne en fait la mer des Antilles, des Petites Antilles à la côte des Miskitos, de l’isthme de Panama à Cuba. Ici se concentrent l’essentiel des enjeux et des acteurs politiques et militaires, en même temps que les principaux circuits de la Caraïbe interlope, par les îles neutres surtout. La deuxième aire, une « banane » – pour emprunter un terme de géographe –, bleue, située au Nord-Ouest du centre, à une distance de dix à quatorze jours de mer, concerne cette fois moins des îles que des littoraux, en l’occurrence ceux des espaces septentrionaux, les moins bien contrôlés, de l’Empire espagnol et les cités maritimes des États-Unis, jusqu’au Connecticut même. Dans la longue durée, cette aire recouvre les espaces (correspondants aux Florides, à la Louisiane et au Texas) sur lesquels les États-Unis s’imposèrent par étapes successives dans la première moitié du XIXe siècle, aux dépens de l’Espagne et plus encore des Amérindiens.

41Une distinction est opérée sur la carte entre quatre types de souverainetés-fonctions : souveraineté indigène, capitale coloniale, place de commerce-contrebande et centre indépendant-révolutionnaire. Cette typologie pourrait aussi être discutée. Il est évident, par exemple, que certains nœuds jouaient plusieurs rôles à la fois. Kingston, où stationnait – très exactement à Port-Royal, situé dans la même baie – le commandement de la flotte britannique dans la Caraïbe, était aussi une place de commerce-contrebande, mais nous avons estimé ici que sa fonction politico-militaire l’emportait – Bolívar, d’ailleurs, n’y trouva pas le soutien espéré en 1815, ce qui décida de son départ pour Haïti. Inversement, Saint-Thomas et Saint-Barthélémy étaient aussi au cœur du domaine colonial de leurs États respectifs, aux marines faibles et dont l’essentiel des préoccupations étaient tournées vers le développement du commerce, de contrebande s’il le fallait. Un autre problème notable concerne les difficultés à rendre compte des aspects diachroniques au travers d’une représentation fixe. Carthagène, par exemple, ne peut être considérée comme un centre indépendant-révolutionnaire que sur la courte période d’existence de l’État libre de Carthagène (1812-1815). Se trouvant dans le cas inverse, Saint-Domingue dut alors peut-être sa centralité à une conjoncture particulière : une indépendance acquise de fait deux décennies avant sa reconnaissance de droit (1825), qui offrit une forme de stabilité sur un temps relativement long, en même temps qu’elle maintenait les autorités haïtiennes dans une position intermédiaire – ni intégrée au concert des nations, ni en état d’insurrection –, laquelle détermina à son tour la nature des relations – interlopes et révolutionnaires – qu’elles étaient à même d’établir dans la Caraïbe – donnant en fin de compte un asile à Bolívar.

42Notons aussi, au titre des limites les plus aisément identifiables de cette carte, et d’ailleurs de cet article, que deux éléments au moins devraient être intégrés plus finement à cette géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire. Les souverainetés indigènes d’abord, en Nouvelle-Espagne surtout, dans leurs liens avec les autorités coloniales autant qu’avec les souverainetés nouvelles. Mais aussi, comme nous y invite la trajectoire caribéenne de Louis Aury, la décennie 1790, théâtre de la première vague de circulations maritimes interlopes et révolutionnaires – voire contre-révolutionnaires à certains égards – issue des révolutions française et domingoise. Celle-ci concerna déjà la partie occidentale de Saint-Domingue, mais aussi la Guadeloupe, Baltimore ou encore Charleston et surtout, au travers des émigrés domingois et sous un régime d’autonomie de plus en plus marqué, Santo Domingo, Santiago de Cuba et La Nouvelle-Orléans.

43Enfin, concernant la distinction entre la terre et la mer, disons d’abord qu’elle n’est évidemment pas inopérante. Il serait cependant indispensable de rendre compte de leur rapport dialectique et non de se limiter à une simple différenciation géophysique. Il aurait par exemple été possible, à certaines périodes, de placer sur un même pied Louis Aury et Simón Bolívar. Ils partageaient des visées insurrectionnelles et défendaient – avec un degré d’élaboration et une envergure personnelle très différents – des objectifs politiques, anti-monarchistes et même républicains. Le territoire sur lesquels l’un et l’autre exerçaient leur autorité était, en 1816, tout à fait comparable : une poignée de navires armés, parmi les plus rapides – où l’on revient à l’exercice de la souveraineté en mer –, mais ni des plus grands, ni des plus puissants. Là où se trouvait cependant leur différence, c’était dans leurs rapports avec les sociétés qui s’étaient formées sur la terre ferme. Bolívar, d’une famille de l’aristocratie coloniale, en était le produit direct. Il exprimait les intérêts économiques et politiques d’une fraction active de celles-ci. Aury ne bénéficiait pas pour sa part d’une telle intégration sociale, et terrestre.

44Cette première tentative, encore frustre et incomplète comme nous l’avons souligné, de géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire, s’était donné pour objectif d’échapper au cadre anachronique de l’État-nation, autant qu’à l’illusion cartographique, en dégageant une Caraïbe cohérente à l’échelle de laquelle étudier la crise caractérisée par l’effondrement des monarchies atlantiques française et espagnole et l’affirmation de souverainetés nouvelles. Pour cela, nous avons essayé de déconstruire la géographie classique de la Caraïbe, à la fin du XVIIIe-début du XIXe siècle, puis tenté de la recomposer à partir non plus des discours qui se traduisaient dans ces cartes, mais par une approche plus fine, la description puis l’articulation au travers des circulations maritimes des souverainetés qui s’exerçaient réellement dans les différents espaces de la Caraïbe ; et des possibilités qu’elles offraient à toutes sortes d’expériences sociales et politiques nouvelles. Cette démarche a dévoilé une géographie de la Caraïbe alternative à celle, désirée plus qu’effective, des frontières formelles et des souverainetés nominales représentées par les lignes et aplats colorés des cartes coloniales – comme, ensuite, nationales. Elle a finalement montré, au moins partiellement, que cette Caraïbe, qui incluait les franges littorales du continent, formait bien moins une surface uniformément gouvernable – ne serait-ce que potentiellement – qu’un archipel de souverainetés, de points s’élevant dans de grandes étendues lisses, d’autorités durables ou temporaires, s’assemblant ou se chevauchant, concurrentes ou alliées. Cet archipel était sous-tendu par une trame maritime, la Caraïbe interlope. Cette réalité géographique n'échappait pas aux partisans des souverainetés naissantes – issues des insurrections en Amérique – ou déjà en train de s’étendre et se renforcer – les États-Unis –, qui les produisait autant qu’ils en tiraient avantage et à partir de laquelle se dessinait finalement, autour de Saint-Domingue, la Caraïbe révolutionnaire.

Haut de page

Notes

1 Sur l’Histoire atlantique et la Nouvelle histoire atlantique – qui a, par exemple, permis de réintroduire la Caraïbe, en particulier Saint-Domingue et sa révolution, dans l’Histoire atlantique – voir, parmi beaucoup d’autres : Marzagalli, Sylvia, « Sur les origines de l'«Atlantic History» : paradigme interprétatif de l'histoire des espaces atlantiques à l'époque moderne », Dix-huitième Siècle, 2001, vol. 33, p. 17-31 ; Morelli, Federica et Gómez, Alejandro E., « La nueva Historia Atlántica: un asunto de escalas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, mis en ligne le 5 avril 2006, consulté le 6 octobre 2018, http://journals.openedition.org/nuevomundo/2102

2 Nous pensons aux tendances à limiter l’Histoire atlantique à une histoire de l’atlantique britannique – réduite à son tour à une histoire de l’Empire britannique –, ou à annexer dans le champ intellectuel d’une historiographie nationale spécifique des espaces transnationaux, voir : Griffin, Patrick, « A Plea for a New Atlantic History », The William and Mary Quarterly, 2011, vol. 68-2, p. 236-239 ; Greer, Allan, « National, Transnational, and Hypernational Historiographies: New France Meets Early American History », Canadian Historical Review, 2010, vol. 91-4, p. 695-724

3 En ce qui nous concerne, le fil des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole, voir : Terrien, Nicolas, « Des patriotes sans patrie » : Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole, Les Perséides, Rennes, 2015, 381 p.

4 La Caraïbe est parfois réduite aux Antilles, insulaire (chez Eric Williams notamment), elle est d’autres fois plus ou moins côtière et continentale. Certains considèrent que Gran Caribe, Circuncaribe et Golfo-Caribe sont synonymes ; Rafal Reichert par exemple, qui ne retient qu’une définition culturelle : « A lo largo de este trabajo se utilizará la nomenclatura común de los historiadores de la zona : Gran Caribe, Cinrcuncaribe y Golfo-Caribe, es decir la región que une el Golfo de México y el mar Caribe, que se considera un área compleja en las obras de [Juan] Bosch, H. Parry y M. Sherlock, y Johanna von Grafenstein, quienes ven esta zona como punto de convergencia de influencias de diversas culturas indígenas, europeas, africanas y asiáticas. » (Reichert, Rafal, « Financiamento novohispano para los presidios grancaribeños durante el reinado de Felipe III », Península, 2010, vol. V-2, p. 15). En admettant même que le critère culturel soit pertinent pour unifier cette « región que une », l’est-il de façon partout identique, isotrope, lisse ? Le Pan-Caribbean est pour sa part une tentative de faire communiquer l’ensemble des différentes Caraïbes possibles, voir Skelton, Tracey (ed.), Introduction to the Pan-Caribbean, Londres, Arnold, 2004, 184 p.

5 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe- XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1979, vol. 3 : « Le temps du monde », p. 12

6 Parmi ces limites, notons au moins : la hiérarchisation des économies-mondes, partant d’un centre organisateur jusqu’à des périphéries soumises, qui tend à masquer l’autonomie et la participation active de ces dernières dans les processus mêmes de leur intégration, ou d’ailleurs de leur destruction, aussi bien que dans les tendances opposées à celles-ci ; ainsi qu’une conception du capitalisme, issue d’une critique inaboutie de Werner Sombart, comme simple « phénomène de superstructure », essentiellement réduit à la sphère de la circulation (Braudel, Fernand, Une leçon d'histoire de Fernand Braudel, Arthaud-Flammarion, 1986, p. 93).

7 Vidal, Cécile, « Pour une histoire globale du monde atlantique ou des histoires connectées dans et au-delà du monde atlantique ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012, vol. 2, p. 391-413 ; Schaub, Jean-Frédéric, « The Case for a Broader Atlantic History », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Colloques, mis en ligne le 27 juin 2012, consulté le 6 octobre 2018, http://journals.openedition.org/nuevomundo/63478

8 En témoignent par exemple, jusqu’au XIXe siècle, les cartes européennes de « l’Atlantique », qui représentaient presque systématiquement le seul Atlantique Nord actuel. Une distinction était opérée entre cet « Atlantique », aussi appelé « Océan occidental » ou « Mer du Nord » ; et l’Atlantique Sud actuel, qui n’est qu’exceptionnellement désigné sous ce terme, et plutôt nommé selon les auteurs « Océan éthiopique », « Océan méridional » ou simplement « Mer du Sud » (terme employé aussi pour l’océan Pacifique, contrepoint de la « Mer du Nord » depuis le point de vue de l’Amérique espagnole).

9 L’une des traductions en est la multiplication des aires atlantiques : « français », « ibérique » « noir », « rouge », etc.

10 Vidal, C., op. cit., p. 398

11 Elliott, John H., Empires of the Atlantic World, Britain and Spain in America, 1492-1830, Yale UP, 2006, p. 354

12 Arrowsmith, Aaron, Map of the world on a globular projection, exhibiting particularly the nautical researches of Capn. James Cook, Londres, 1794, original de la John Carter Brown Library, Brown University, consulté le 7 octobre 2018, https://jcb.lunaimaging.com/luna/servlet/view/search?q=C-6101-003&os=0

13 Harley, J. Brian, « Historical geography and the cartographic illusion », Journal of Historical Geography, 1989, vol. 15-1, p. 80-91

14 Une carte de ces territoires fut réalisée en 1786 pour le compte de la marine française, voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59707942

15 Dans une réédition : Harley, J. Brian, « Maps, knowledge, and power », Henderson, George L. et Waterstone, Marvin (ed.), Geographic Thought: A Praxis Perspective, New York, Routledge, 2009, p. 132

16 Archivo General de la Nación de Colombia, Sección Mapas y Planos, Mapoteca SMP.6, Ref.: 112, 1773

17 À titre de comparaison, la population de la Caraïbe néo-grenadine atteignait les 170 404 habitants selon le recensement de 1777-1780, selon Helg, Aline, Liberty and Equality in Caribbean Colombia, 1770-1835, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2004, p. 18 et 47

18 Polo Acuña, José T., « Los Wayúu y los Cocina: dos caras diferentes de una misma moneda en la resistencia indígena en la Guajira, siglo XVIII », Anuario Colombiano de Historia Social y de la Cultura, 1999, no. 26, p. 11

19 José Trinidad Polo Acuña fait autorité sur les « Guajiros » du XVIIe au XIXe s. Nous empruntons ici à un document cité dans Polo Acuña, José T., « Contrabando y pacificación indígena en la frontera colombo-venezolano de la Guajira, 1750-1820 », América Latina en la Historia Económica. Revista de Investigación, 2005, vol. 24, p. 105 ; ainsi qu’à sa conclusion, id., p. 124

20 Helg, A., op. cit., p. 18

21 Rodríguez, Nelson E., « El imperio contraataca: las expediciones militares de Antonio Caballero y Góngora al Darién (1784-1790) », Historia Crítica, 2014, vol. 53, p. 201-223 ; Gámez Casado, Manuel, « Buscando al enemigo inglés. Expediciones de guardacostas españles al golfo del Darién, 1767-1768 », Anuario de Estudios Americanos, 2018, vol. 75-1, p. 211-236

22 Dziennik, Matthew P., « The Miskitu, Military Labour, and the San Juan Expedition of 1780 », The Historical Journal,, 2018, vol. 61-1, p. 155-179

23 Archivo General de Indias (AGI), Estado, 9, N.18, 21 avril 1792, fo. 3, 7 et 8

24 Ibarra Rojas, Eugenia, Del arco y la flecha a las armas de fuego: los indios mosquitos y la historia centroamericana, 1633-1786, San José, Editorial Universidad de Costa Rica, 2011, p. 230

25 Polo Acuña, J. T., « Los Wayúu y los Cocina… » op. cit., p. 7-29

26 Le terme « borderland » se rapporte à l’espace frontière aussi bien qu’à la démarche historique qui peut lui être associée, et que l’on peut résumer ainsi : que se passe-t-il dans les espaces où différentes sociétés entrent en contact ? Voir : Usner, Daniel H. « Borderlands », Vickers, Daniel (ed.), A Companion to Colonial America, Malden, Blackwell, 2003, p. 408-424. Cette approche a souffert de deux limites principales : elle s’est surtout préoccupée des espaces de contacts entre les empires européens, puis les États indépendants qui en étaient issus, en particulier les États-Unis et le Mexique ; elle s’est assez peu intéressée à la fragmentation des espaces revendiqués par les souverainetés européennes, et donc aux frontières les traversant, et a concentré son regard sur les frontières que les cartes européennes (telles que celle d’Aaron Arrowsmith) indiquaient.

27 Par exemple la frontière entre les domaines de l’Espagne et du Portugal dans les bassins de l’Orénoque et de l’Amazone, qui donna lieu à une expedición de límites espagnole, dans les années 1750, formée pour déterminer, sans succès, les limites exactes de ces bassins, voir : Perera, Miguel Ángel, « La expedición de límites de 1750 en la Guayana española: los logros de una tarea que nunca comenzó », Procesos: revista ecuatoriana de historia, 2015, vol. 41, p. 35-61

28 Helg, A., op. cit, p. 49

29 Contrairement à ce qu’affirme, en suivant les raisonnements de Carl Schmitt dans Le nomos de la terre (1950), le philosophe Daniel Heller-Roazen (Heller-Roazen, Daniel, L’ennemi de tous, Le pirate contre les nations, Paris, Seuil, 2010, p. 74 et 187). Heller-Roazen défend l’idée que la mer ne serait pas appropriable, car rien ne peut y être construit ou cultivé. Il est pourtant possible de la moissonner (les corsaires, pirates et autres pêcheurs en ont une longue habitude), justement parce que l’on sait y faire flotter des bâtiments sur lesquels monter, par exemple, des canons. Les tribus nomades sont bien capables d’exercer une souveraineté sur un territoire sans y cultiver quoi que ce soit. Leurs sociétés peuvent toutefois réaliser production et reproduction sur un même territoire, chose impossible pour les corsaires, pirates, contrebandiers et autres aventuriers dont l’existence en mer était directement déterminée par les sociétés terrestres – les pirates n’auraient rien à moissonner sans l’existence de sociétés marchandes établies sur la terre ferme. Ce qui différencierait la terre et la mer serait alors la stabilité, ou non, de ce que l’on y trace et construit : et donc la possibilité d’y faire durablement société ; les sociétés ne sauraient être exclusivement marines et déterritorialisées. C’est là, au fond, que se différenciaient Simón Bolívar et Louis Aury (voir infra).

30 Dans le couple terre-mer caractéristique des littoraux, la terre domine la mer. Grotius admet ainsi la souveraineté en mer sur les seules zones côtières. Le droit maritime parle de « mer territoriale ».

31 Ces déductions, faites ici à partir des relations de pouvoir en mer, seraient certainement généralisables à l’ensemble des espaces, terrestres y compris. Le géographe suédois Torsten Hägerstand, à partir de la fin des années 1960 a défendu une « géographie des espaces-temps » destinée à « considérer l’individu en situation, dans un contexte global » et non en tant qu’individu localisé. Cette « chronogéographie » étudie les trajectoires des individus selon les opportunités et les contraintes d’un espace-temps donné, qui déterminent leurs mobilités. D’après : Gumuchian, Hervé, Marois, Claude et Fèvre, Véronique, Initiation à la recherche en géographie : aménagement, développement territorial, environnement, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2000, p. 34-35

32 Goethe, Faust II, 1831, acte V

33 AGI, MP-Banderas, 13, 15 août 1802, fo. 1

34 Il existe une abondante littérature sur William Augustus Bowles et l’État du Muskogee, d’une qualité inégale, tant sa vie a excité l’imagination – à l’image, à la même période, des frères Lafitte de la Louisiane voisine. Parmi ce qui s’est écrit de meilleur, voir : Leitch Wright, J., William Augustus Bowles, Director General of the Creek Nation, University of Georgia Press, Athens, 2010, 226 p. ; Landers, Janes, Atlantic Creoles in the Age of Revolutions, Cambridge, Harvard University Press, 2010, p. 100-110 ; et Narret, David, Adventurism and Empire: The Struggle for Mastery in the Louisiana-Florida Borderlands, 1762-1803, Chapell Hill, The University of North Carolina Press, 2015, p. 209-256

35 Gould, Eliga H., « The Empire That Britain Kept », Grey, Edward et Kamensky, Jane (ed.), The Oxford Handbook of the American Revolution, New York, Oxford University Press, 2012, p. 465-480

36 Greene, Richard, Greene (Green) Family of Plymouth Colony, 1909, p. 15

37 National Archives, Washington, D.C., Records of the Bureau of the Census, Record Group 29, M637-1, 1790, fo. 432

38 Ibid., M32-3, 1800, fo. 400

39 Ibid., M252-3, 1810, fo. 200

40 Ibid., M33-3, 1820, fo. 588

41 Greenleaf, Simon, Reports of cases argued and determined in the Supreme Judicial Court of the State of Maine, Dresser, McLellan & Co., Portland, 1875, vol. II, p. 308

42 Covo, Manuel, Commerce, empire et révolutions dans le monde atlantique : La colonie française de Saint-Domingue entre métropole et États-Unis (ca. 1778-ca. 1804), Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2013, p. 617, 706 et 961

43 Williams, Greg, The French Assault on American Shipping, 1793-1813, McFarland & Co., Jefferson, 2009, p. 323

44 Archivo Nacional de Cuba (ANC), Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 66, 8 octobre 1816, fo. 1

45 Caulkins, Frances, History of Norwich, Connecticut, From its possession by the Indians to the year 1866, 1866, p. 565

46 Henri Ducoudray-Holstein notait que les trafics y avaient une certaine tradition, puisque : « Dans le cas, malgré les lois, de faire du commerce avec les habitants de Saint-Thomas, de Curaçao, etc. Margarita a un grand nombre de baies où les bâtiments peuvent entrer, et qui ne sont pas aussi étroitement surveillées par les vaisseaux espagnols du roi ou de la compagnie que les plus grands ports de Cumaná, Barcelona, et d’autres villes qui appartiennent aux habitants des plaines » (Ducoudray-Holstein, Henri, Histoire de Bolívar, Paris, Levavasseur, 1831, vol. I, p. LXIX-LXX).

47 Terrien, Nicolas, « "Une inséparable trinité" : Neutres, corsaires et approvisionnement en armes des insurgés de l’Amérique espagnole (1812-1823) », Stratégique, 2018, n118, p. 165-176

48 Lettre de Pablo Morillo au ministre espagnol de la Guerre, Mompox, 7 mars 1816, citée par Restrepo, José Manuel, Historia de la Revolución de la República de Colombia en la América Meridional, Besançon, Jacquin, 1858, vol. I, p. 149-150

49 ANC, Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 66, 8 octobre 1816, fo. 3

50 Selon l’historienne Ada Ferrer : « After Haitian independence, and especially after the constitution of 1816, Haiti represented [a sanctuary] where freedom and protection came […] from the antislavery constitution of and independent black state. […] [Pétion] made free soil […] a general and inviolable principle written into the supreme law of the land. […] Pétion’s policies broadened the concept of free soil by promising arrivals not only freedom from enslavement, but also citizenship » (Ferrer, Ada, « Haiti, Free Soil, and Antislavery in the Revolutionary Atlantic », American Historical Review, vol. 117-1, 2012, p. 49-50).

51 Cité par Franco, José Luciano, Política continental americana de España en Cuba, 1812-1830, La Havane, Instituto de Historia, Academia de Ciencias, 1964, p. 139

52 Vidales, Carlos, Bernadotte, San Bartolomé y los "Insurgentes de Tierra Firme", La ayuda de Suecia a la causa Bolívariana, Instituto de Estudios Latinoamericanos, Stockholm, 1988, 72 p. et Terrien, N., « Des patriotes sans patrie... » op. cit., p. 152-155 et 245-249

53 ANC, Asuntos Políticos, leg. 124, exp. 69, 10 octobre 1816, fo. 2

54 Ibid., leg. 109, exp. 83, 22 février 1817, fo. 2 et 7

55 Comme Bowles, MacGregor a été l’objet de nombreux livres et articles. Parmi les travaux les plus recommandables figurent ceux de l’historien Matthew Brown, par exemple : Brown, Matthew, « Inca, Sailor, Soldier, King: Gregor MacGregor and the Early Nineteenth-Century Caribbean », Bulletin of Latin American Research, 2005, vol. 24-1, p. 44-70

56 AGI, Cuba, 1900, sans numéro, 12 mai 1817, fo. 1-3

57 AGI, MP-Guatemala, 304, 1823, fo. 1

58 Newson, Linda A., The Cost of Conquest: Indian Decline in Honduras Under Spanish Rule, Boulder, Westview Press, 1986, p. 280

59 Pour le détail de cette affaire, voir : Sinclair, David, Sir Gregor MacGregor and the land that never was, The extraordinary story of the most audacious fraud in history, Headline, Londres, 2004, 358 p.

60 Proceedings of an Inquiry and Investigation relative to Poyais, Lawler and Quick, Londres, 1824, p. 86

61 Caulkins, F., op. cit.

62 ANC, Asuntos Políticos, leg. 109, exp. 54, 2 septembre 1816, fo. 1

63 Klooster, Wim, « Curaçao as a Transit Center to the Spanish Main and the French West Indies », Oostindie, Gert et Roitman, Jessica V. (ed.), Dutch Atlantic Connections, 1680-1800: Linking Empires, Bridging Borders, Boston, Brill, 2014, p. 42

64 Olivares-Iribarren, Itamar, « La cession de Santo-Domingo à la France (1795-1802) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1994, vol. 30-2, p. 73

65 De larges extraits de ces lettres, conservées à l’université du Texas, sont reproduits (traduits du français à l’anglais) dans : Dabney, Lancaster E., « Louis Aury: the first governor of Texas under the Mexican Republic », Southwestern Historical Quarterly, 1939, vol. 42, p. 108-116

66 Gómez, Alejandro E., « Entre résistance, piraterie et républicanisme, Mouvements insurrectionnels d’inspiration révolutionnaire franco-antillaise sur la Côte de Caracas, 1794-1800 », Travaux de recherches de l’UMLV, 2006, No. 1, p. 91-120

67 Covo, M., op. cit., p. 673

68 Ferrer, Ada, Freedom’s Mirror, Cuba and Haiti in the Age of Revolution, New York, Cambridge UP, 2014, p. 202-203 et Yacou, Alain, « Santiago de Cuba à l’heure de la révolution de Saint-Domingue (1790-1804) », Bénassy, Marie-Cécile et Saint-Lu, André (coord.), La ville en Amérique espagnole coloniale, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 1985, p. 202-203

69 Restrepo, José Manuel, Historia… op. cit., p. 155

70 Ibid., p. 197 et 225

71 Le brigantin américain Minerva se rendit par exemple en 1817 de La Nouvelle-Orléans à Saint-Thomas chargé de « mil fusiles con sus bayonetas y mil carabinas » destinés « a los insurgentes de la costa firme o a los corsarios para el mismo objeto » par l’intermédiaire « de un comerciante español de San Tomás » (AGI, Cuba, 1900, sans numéro, 19 novembre 1817, fo. 1).

72 Verna, Paul, Robert Sutherland, Un amigo de Bolívar en Haïti, Contribución al estudio de los destierros del Libertador en Haïti, y de sus Expediciones de Los Cayos y de Jacmel, Fundación John Boulton, Caracas, 1966, 120 p.

73 AGI, Cuba, 1900, sans numéro, 9 juillet 1816, fo. 1

74 Maingot, Anthony P., « Haiti and the terrified consciousness of the Caribbean », Oostindie, Gert (ed.), Ethnicity in the Caribbean: Essays in Honor of Harry Hoetink, Amsterdam, Amsterdam UP, 2005, p. 59

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Image 2 – Détail de la carte de la péninsule de la Guajira par Antonio de Arévalo (1773)16
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Image 3 – Représentation des temps de parcours et distances relatives depuis Carthagène des Indes (au centre)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-3.png
Fichier image/png, 79k
Légende Image 4 – « Bandera que usan los corsarios de Bowles33 »
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Image 5 – « Pays de Poyair situé Province de Mosquitos » (1823)57
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Image 6 – La Caraïbe révolutionnaire telle qu’ébauchée dans le présent article (fin XVIIIe s.-ca. 1820)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Terrien, « Essai de géographie historique de la Caraïbe révolutionnaire (fin XVIIIe s.-ca. 1820) »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 11 décembre 2019, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/78317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.78317

Haut de page

Auteur

Nicolas Terrien

Doctorant, EHESS-Mondes Américains

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search