Navigation – Plan du site
Paz Núñez-Regueiro

Promesses de Patagonie, d’Araucanie et de Terre de Feu. Stratégies de collecte et d’élaboration du savoir scientifique en France concernant l’Extrême-Sud du continent américain (1878-1937)

Thèse en histoire de l’art et histoire soutenue le 30 novembre 2018 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dans le cadre d’une co-tutelle avec l’Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires (Argentine), sous la direction de Dominique Poulot et Julio Esteban Vezub
Composition du jury :
M. Dominique Poulot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Julio Esteban Vezub, Professeur, Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires (Argentine)
M. Dan Hicks, Professeur, Université d’Oxford (Angleterre)
M. Christophe Giudicelli, Professeur, Sorbonne Université
Mme Pilar G. Bernaldo de Quirós, Professeure, Université Paris Diderot
Dominique Legoupil, Directrice de recherches émérite du CNRS
Pascal Riviale, Chargé d’études documentaires, Archives nationales
Promises from Patagonia, Araucania and Tierra del Fuego: Collecting and Knowledge Building Strategies from the Southernmost end of the Americas in France (1878-1937)
Promesas de la Patagonia, la Araucanía y Tierra del Fuego. Estrategias de recolección y de elaboración del saber científico sobre el extremo sur del continente americano en Francia (1878-1937)
[11/12/2019]

Résumés

Au XIXe siècle, la science ethnographique française prend appui sur un réseau d’institutions publiques, de sociétés savantes et de particuliers promu par le musée d’Ethnographie du Trocadéro (1878-1937). En raison de son éloignement géographique, de sa nature contrastée et des spécificités biologiques et culturelles de ses habitants, l’Amérique australe se présente comme une région qui interroge les frontières conceptuelles et scientifiques définies par l’homme occidental. La constitution de collections nationales françaises de l’Extrême-Sud américain est le résultat de parcours individuels et d’efforts collectifs portés sur cette région du globe. Ces expériences de collecte sont tributaires des paradigmes scientifiques dominants, de la personnalité des collecteurs et des savants destinataires des collections. Elles le sont aussi du contexte politique et social de l’Argentine et du Chili, tout comme de celui des communautés autochtones, en perte d’autonomie économique et territoriale. L’« objet » produit sur le terrain arrive au musée chargé de valeurs et de lectures qui conditionnent la connaissance produite sur les peuples du « bout du monde ». Cette thèse analyse les pratiques de collecte et d’élaboration du savoir concernant ces populations, suivant une histoire des collections qui les retire de l’ordre muséal afin d’en restituer la cohérence humaine et scientifique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Vous pouvez retrouver une version en espagnole de cet article, traduit par José Ruiz-Funes Torres.

Notes de l’auteur

Cette thèse doctorale a bénéficié du soutien du musée du quai Branly-Jacques Chirac et de l’UMR 8096 « Archéologie des Amériques », d’une bourse d’aide à la mobilité attribuée par la Fondation Carnot à Paris, et d’une bourse de recherche de l’Institut Dumbarton Oaks Research Library and Collection (Harvard University), à Washington, D. C. Elle a reçu le Prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs 2019, placé sous l’égide du Comité d’histoire du ministère de la Culture. Elle sera prochainement publiée aux Presses Universitaires de Rennes, dans la collection « Des Amériques », grâce à une aide pour la publication décernée par l’Institut des Amériques.

Texte intégral

1Au XIXe siècle, la science ethnographique française prend appui sur un réseau d’institutions publiques, de sociétés savantes et de particuliers promu par le musée d’Ethnographie du Trocadéro à Paris (1878-1937). Cette institution nationale, née dans le contexte colonial de l’Exposition universelle de 1878, a pour objectif de centraliser les fonds ethnographiques des sociétés extra-européennes et traditionnelles, et d’articuler la collecte et la recherche dans son domaine de spécialité. Cette thèse retrace l’histoire de la constitution des collections de Patagonie, d’Araucanie et de Terre de Feu (Chili, Argentine) pendant sa période d’activité.

2L’Extrême-sud américain est alors un espace à la frontière des États-nations : les régions insoumises au sud des jeunes Républiques chilienne et argentine représentent une enclave pour l’avancée de la colonisation et le contrôle du territoire. Elles sont également perçues, par les créoles et par les colons et explorateurs étrangers, comme un espace où les succès scientifiques (la découverte), économiques (l’exploitation agricole, forestière et minière) et politiques (la soumission et la gestion d’un territoire et sa population par leur intégration à la structure étatique) sont promis à qui s’en donne les moyens. À ce titre, préciser les contours géographiques de ces régions australes, en connaître les caractéristiques physiques et naturelles, en dévoiler les composantes sociales et politiques, c’est en permettre l’accès, la colonisation planifiée et la domination.

3La perte des colonies françaises en Amérique du Nord en 1763 a conduit la France à une réaction de repli vers l’Amérique du Sud. La tentative manquée de fonder une colonie française aux îles Malouines marque le départ d’une série d’explorations scientifiques visant notamment à repérer les possibilités du monde Pacifique, via l’Amérique australe. Les expéditions scientifiques autour du monde du premier tiers du XIXe privilégient le monde océanien où la France mène, à compter de 1840, une activité coloniale croissante. Le contrôle de la navigation vers le Pacifique et la protection du commerce français justifient le regard intéressé porté par la France sur la Patagonie, territoire longtemps perçu comme n’appartenant à personne, si ce n’est peut-être à l’Espagne, avant que ne soient menées les campagnes d’annexion de ce territoire par le Chili (1861-1883) et l’Argentine (1878-1885). L’élan exploratoire puis colonial français est motivé par deux ambitions : affirmer le pays sur l’échiquier mondial et répandre le modèle culturel français. En Amérique Latine, ce dernier devient dominant à compter des années 1830, notamment dans les domaines institutionnels et scientifiques : au Chili il n’a de rivale que le modèle allemand ; en Argentine, il reste prépondérant jusque vers 1940. Dans cet élan colonial, les Français s’ouvrent au monde : les Expositions internationales, les récits de voyages, l’exotisme littéraire et les récits d’aventures produisent des images variées des régions lointaines d’Afrique et du Pacifique, mais aussi de la Patagonie. Se développe progressivement une connaissance de la région, dans le cadre de recherches plus globales sur l’histoire des civilisations et l’étude des races humaines, avant l’institutionnalisation de l’américanisme dans le dernier quart du siècle.

  • 1 Stocking, George W., Objects and Others: Essays on Museums and Material Culture, 1e édition, Madiso (...)

4En France, malgré la création précoce d’une Société Ethnologique (1839), l’étude scientifique des peuples « primitifs », désignée sous le terme d’ethnographie, se met en place lentement. À Paris, deux écoles de pensée cherchent dans les années 1850-1890 à organiser une anthropologie générale de l’homme. Un premier courant dominant est conduit par Paul Broca et son École d’anthropologie qui développe, dans la mouvance positiviste, une anthropologie physique générale basée sur l’anthropométrie et la raciologie. La seconde école est impulsée par Armand de Quatrefages de Bréau, détenteur de la chaire d’Anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle. Celle-ci intègre à l’étude de l’homme celle des artefacts ethnographiques et des us et coutumes locales. Les objets sont pensés comme répondant aux besoins naturels de l’homme et à ce titre susceptibles d’illustrer l’histoire évolutive d’un peuple. Dans cette perspective, les productions des sociétés pré-modernes présentent un intérêt tout particulier car elles sont perçues comme un maillon manquant entre l’homme préhistorique et les « races » évoluées1.

  • 2 Dias, Nélia, Le Musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en Franc (...)

5C’est du laboratoire d’Anthropologie du Muséum que sont issus les conservateurs successifs du musée d’Ethnographie du Trocadéro, Ernest-Théodore Hamy (1878-1906), René Verneau (1906-1928) et Paul Rivet (1928-1937). Dans le contexte expansionniste colonial des années 1870-1930, ils œuvrent à la collecte méthodique de tous les éléments matériels d’une culture spécifique pour la préservation des cultures autochtones, l’anthropologie de musée développée en France privilégiant l’étude des objets plutôt que les processus culturels et sociaux des groupes considérés2. Le musée est le destinataire des collectes engagées sur le terrain, qui portent la marque des paradigmes scientifiques dominants, de la personnalité et de la sensibilité propres aux collecteurs et aux conservateurs destinataires des collections, tout autant que du contexte politique et social des contrées visitées. Il régule ces entrées par le biais d’instructions à la collecte et la constitution d’un réseau de collaborateurs, et assure la publication et l’exposition des résultats des expéditions.

  • 3 Briones, Claudia et José Luis Lanata, « Living on the Edge », in Briones, Claudia et José Luis Lana (...)

6L’Amérique australe interroge les frontières conceptuelles, politiques et scientifiques définies par l’homme occidental, en raison notamment de son éloignement géographique, de sa nature contrastée, des spécificités biologiques et culturelles de ses habitants, ainsi que de son incorporation tardive à la société occidentale. Cette région abrite un Autre qui incarne à lui seul tous les extrêmes et les excès de l’espèce humaine : gigantisme, sauvagerie, anthropophagie. En raison notamment de la très basse anthropisation, ce territoire apparaît comme un livre ouvert sur le temps, capable de permettre une lecture stratigraphique, tectonique et paléontologique de l’histoire de la terre et d’informer sur les origines de l’homme et de son évolution. Il s’agit d’une région à la croisée des mondes connu et inconnu, un espace perçu comme primordial et pré-historique, situé à la dernière frontière, qui se déploie entre civilisation et barbarie3. L’Extrême-Sud du continent américain joue alors un rôle important dans la production de nouveaux modèles de connaissance : le concept même de l’évolution sous la plume de Charles Darwin prend forme à partir de la visualisation de l’histoire géologique du paysage patagon. Les disciplines naissantes de l’anthropologie et de l’ethnographie en font donc un sujet d’étude privilégié et un lieu convoité pour la collecte.

7Notre thèse a comme point de départ les collections ramenées de ces contrées australes aujourd’hui conservées au musée du quai Branly-Jacques Chirac, destinataire en 2004 des collections constituées par le musée d’Ethnographie du Trocadéro (1878-1937) puis par le musée de l’Homme (1938-2004), en association avec les fonds documentaires et matériels qui leur sont associés et qui se trouvent dispersés dans différentes institutions parisiennes : le Muséum national d’histoire naturelle, les Archives nationales, la Société de Géographie de Paris (Bibliothèque nationale de France), le musée d’Archéologie nationale. Le périmètre de notre étude s’étend aux collections anthropologiques dans l’acception large qui est la leur dans la seconde moitié du XIXe siècle : collections d’anthropologie physique (crânes et squelettes), d’ethnographie (artefacts, photographies), d’archéologie préhistorique (artefacts archéologiques), de linguistique (lexiques, grammaires).

8Le fil conducteur de cette recherche est « l’objet », qu’il s’agisse d’un artefact ethnographique, d’un spécimen anthropologique ou d’une photographie. Nous en retraçons l’histoire depuis sa sélection au moment de la collecte, jusqu’à son classement et son interprétation dans le cadre muséal, en privilégiant une analyse comparative avec des fonds constitués à la même période dans d’autres institutions similaires en Argentine, au Chili, en Europe et aux États-Unis, afin d’éclairer la spécificité de l’anthropologie française en général et de la muséologie ethnographique en particulier.

  • 4 Kopytoff, Igor, « La Biographie culturelle des choses », Journal des Africanistes, 2006, vol. 76, n (...)
  • 5 Appadurai, Arjun, The Social of Things. Commodities in Cultural Perspective, 1e édition, Cambridge, (...)
  • 6 Gosden, Chris et Yvonne Marshall, « The Cultural Biography of Objects », World Archaeology, 1999, v (...)
  • 7 Gell, Alfred, Art and Agency: an Anthropological Theory, 1e édition, Oxford, Clarendon Press, 1998.
  • 8 Byrne, Sarah, Anne Clarke, Rodney Harrison et Robin Torrence, « Networks, Agents and Objects: Frame (...)
  • 9 Harrison, Rodney, « Reassembling Ethnographic Museum Collections », in Harrison, Rodney, Sarah Byrn (...)
  • 10 Clifford, James, Routes: Travel and translation in the late twentieth century, 1e edition, Cambridg (...)
  • 11 Ginzburg, Carlo et Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, vol. 10, n° 17, p. 130-136.
  • 12 O’Hanlon, Michael, « Introduction », in O’Hanlon, Michael et Robert L. Welsch (éd.), Hunting the ga (...)
  • 13 Bondaz, Julien, « Entrer en collection. Pour une ethnographie des gestes et des techniques de colle (...)

9Notre démarche prend en compte ce qui a été défini comme la « biographie »4 et la « vie sociale » de l’objet5, qui induit pour celui-ci le concept de cycle de vie ou de « biographie culturelle »6. À l’analyse des processus de collecte et de l’agentivité intrinsèque aux objets7, se joint celle des agentivités présentes dans les actions de collecte, d’assemblage et d’exposition des objets dans le cadre muséal. Les études récentes se sont intéressées à « déballer » les collections8, à les « réassembler »9, cherchant à les soustraire de l’ordre muséal qui leur avait été donné, afin d’en restituer la cohérence humaine et scientifique. Suivant les spécialités disciplinaires de leurs auteurs, ces tentatives ont privilégié la matérialité de l’objet, les acteurs et les réseaux qui présidèrent à sa sélection et à son exploitation, ou bien sa lecture évolutive dans le temps, dans une approche diachronique qui se veut aujourd’hui résolument ouverte vers le contemporain et les communautés « sources », concevant le musée comme une « zone de contact »10. Notre approche reste volontairement synchronique et examine l’objet et le collecteur suivant une méthodologie qui favorise « la micro-histoire des collections »11, afin de mettre en lumière les enjeux individuels et collectifs des entreprises de collecte menées au bénéfice des institutions muséales françaises, par la recherche de la trace et de l’indice, dans une acceptation large de la notion d’archives matérielles. Cette démarche privilégie une « ethnographie de la collecte »12 qui analyse un processus « mettant en jeu des aspects variés, aussi bien techniques, cognitifs et affectifs, qu’administratifs ou légaux »13.

10Plusieurs cas d’étude sont abordés pour décrire et illustrer cette histoire des collections, suivant une organisation en neuf chapitres qui suit un ordre chronologique, depuis les prémices du collectionnisme patagon au XVIIIe siècle jusqu’à 1937, année de fermeture du musée d’Ethnographie du Trocadéro pour sa rénovation en un nouveau musée de l’Homme.

L’Amérique Antarctique de 1882

11Au moment de la création du musée d’Ethnographie du Trocadéro, la France compte déjà une longue série d’aventures exploratoires en Amérique australe depuis le XVIIIe siècle. Après les efforts scientifiques notoires de l’Angleterre et de la France dans les années 1830, un nouvel essor exploratoire a lieu dans les années 1880 en lien avec les intérêts nationaux du Chili et de l’Argentine pour ces régions australes, dont la connaissance et le contrôle participent de la définition des communautés politiques et culturelles. Les deux pays revendiquent la Patagonie et l’Araucanie comme essentielles : ces régions sont perçues comme des « frontières internes » par les pouvoirs publics, et leurs habitants comme des « Autres », tout à la fois inclus et étrangers au projet de construction nationale. À maints égards, la connaissance produite sur cette région est l’œuvre de Français qualifiés, embauchés par les gouvernements locaux pour leur formation académique. Le processus exploratoire et de conquête mené par le Chili et l’Argentine, abouti dans la décennie de 1880, vient concrétiser la construction d’un territoire et assoir l’idée d’une infériorité « raciale » des groupes humains du Cône Sud, qui les exclut de la civilisation dominante en expansion.

  • 14 Giudicelli, Christophe (coord.), Luchas de clasificación. Las sociedades indígenas entre taxonomía, (...)

12Le milieu savant impose des classifications ethniques sur ces populations variées14, sous le prisme d’une anthropologie coloniale dominante, de discours hégémoniques nationaux et de présupposés théoriques variés qui conduisent à une vision simpliste, simplifiée, biaisée ou erronée du cadre ethnologique, politique et économique autochtone. Trois grands ensembles humains peuvent être distingués au sein de ce territoire : il s’agit des groupes tehuelches se déplaçant en Patagonie continentale (les « géants patagons »), des groupes d’affiliation culturelle et linguistique mapuche habitant l’Araucanie et le nord de la Patagonie (les « Araucans), et des groupes variés habitant la Terre de Feu et les canaux magellaniques (les « Fuégiens »). Ces classifications ethniques ne reflètent que très partiellement la réalité plus composite d’un territoire où le commerce, les réseaux familiaux et les alliances militaires catalysent les relations interethniques, du nord au sud de la Patagonie, en incluant le versant occidental des Andes.

  • 15 Gänger, Stefanie, Relics of the Past: The Collecting and Study of Pre-Columbian Antiquities in Peru (...)

13En lien avec les idéologies impérialiste et raciste, se développe en Europe un « discours de l’extinction » qui conclut à la disparition inévitable des autochtones, comme conséquence de leur propre barbarie et sauvagerie ainsi que de l’avancée de la civilisation européenne à travers le globe. Ce discours de la disparition des peuples « primitifs » a comme corollaire l’intérêt prioritaire accordé par le milieu savant à la preuve matérielle de leur existence, qui seule pourra être préservée : la recherche des « reliques » autochtones prend tout son essor dans la seconde moitié du XIXe siècle15. Depuis Paris, le conservateur Hamy se rallie au triste constat de la disparition des peuples « primitifs ».

La construction du patrimoine d’Amérique australe

  • 16 Bustamante García, Jesús, « Les musées nationaux : de l’encyclopédie territoriale à l’histoire natu (...)
  • 17 Navarro Floria, Pedro (comp). Patagonia. Ciencia y conquista. La mirada de la primera comunidad cie (...)
  • 18 Núñez-Regueiro, Paz, « Le patrimoine mapuche-tehuelche en France à la fin du XIXe siècle : les coll (...)

14Les premières collections du « bout du monde » arrivent en France à compter de la seconde moitié du XVIIIe siècle, par le biais de navigateurs et de naturalistes voyageurs : « artefacts de rencontre », curiosités, « trophées » et restes humains intègrent progressivement les collections nationales parisiennes (Fig. 1). Dans le Cône Sud, le processus d’exploration puis de colonisation de l’Extrême austral s’accompagne d’un collectionnisme croissant d’objets autochtones, dans une démarche qui associe la « capture » d’un objet avec celle d’un territoire et de sa population. Sont progressivement constituées, dans le cadre privé puis public, les premières collections d’archéologie et d’ethnographie nationales. Le long processus de définition identitaire et de construction nationale des Républiques latino-américaines prend appui, tout en les adaptant, sur le modèle idéologique de l’institution muséale16 : les musées et leurs collections, servent de vitrine nationale, d’objets ambassadeurs et de monnaie d’échange avec le milieu savant européen. En Argentine, le processus « d’invention du passé national » qui débute au milieu du siècle passe par la définition d’une identité culturelle dont le gaucho, symbole de la créolité, cristallise l’image d’une Nation unifiée et prospère. L’invention du « Patagon ancien » sert à construire un discours sur les origines mythiques de la Nation. L’idéologie nationaliste du pays impose ses intérêts au milieu savant argentin, stimulant la recherche sur les peuples autochtones patagons et imposant une lecture unitaire et linéaire du passé commun17. À compter du milieu du XIXe siècle, la consolidation des États-Nations du Cône sud entraîne une dynamique à double sens, de collections, d’idées et de savoirs : la collection chilienne ramenée par Charles Wiener à Paris en 1885 en est un clair témoignage. Ces pièces données par l’intelligentsia chilienne et française de Santiago illustrent le collectionnisme croissant de pièces autochtones mais aussi d’objets archéologiques des cultures préhispaniques du nord du Chili et des productions des territoires récemment annexés, à savoir les antiquités du Pérou et les productions de l’île de Pâques et d’Araucanie : ce collectionnisme permet d’intégrer dans l’espace privé un territoire convoité, en cours de construction par l’élite dirigeante. Ces objets envoyés en France, loin de refléter un simple élan de générosité, expriment un message politique et identitaire clairement affiché par une élite chilienne engagée18. L’Argentine et le Chili cherchent à se repositionner sur les plans politiques et scientifiques vis-à-vis de l’Europe, de la périphérie vers le centre.

Figure 1Casque de guerrier, croûte de bœuf ou peau de cheval. Patagonie, Argentine, collecte Louis-Antoine de Bougainville, 1767. Inv. 71.1878.23.3

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac, photo Claude Germain

La mission scientifique française au Cap Horn (1882-1883)

  • 19 Legoupil, Dominique, « Des indigènes au Cap Horn : conquête d’un territoire et modèle de peuplement (...)

15La connaissance française de la Patagonie se développe sur la base de collections et de récits d’exploration, reproduisant ainsi la sacro-sainte division entre collecte sur le terrain et étude en laboratoire. Ce paradigme est bousculé par la mission scientifique du Cap Horn (1882-1883), cas exemplaire de mission pluridisciplinaire financée par l’État français au XIXe siècle, inédite par les moyens financiers, technologiques et humains mis à sa disposition. La Mission est organisée dans le cadre de l’Année polaire internationale, qui intègre quatorze expéditions d’Europe et d’Amérique du Nord dans les régions arctiques et antarctiques, avec des objectifs obligatoires et facultatifs communs, définis par une Commission Polaire internationale constituée de personnalités scientifiques majeures dans les domaines pionniers du magnétisme terrestre et de la climatologie mondiale. Organisée avec l’appui du ministère de la Marine, le programme de la Mission française est de loin le plus ambitieux, notamment par la taille importante du corps expéditionnaire et des moyens matériels engagés dans l’expédition. Les instructions rédigées par l’Académie des sciences et l’expertise des savants du Muséum de Paris dans le domaine des sciences naturelles couvrent toutes ses différentes branches, anthropologie exceptée. Ce projet soigneusement planifié connaît peut-être un seul imprévu : la présence de familles yaghanes établies sur le site d’installation de la mission à la baie Orange, dans la presqu’île de Hardy (île Hoste), au sud de la Terre de Feu. Il s’agit là de l’humanité la plus australe du monde, la seule vivant au-delà du 55e degré de latitude sud, dans un des milieux les plus instables de la planète19. Pendant une année entière, l’équipe de savants français formés à la collecte cohabite avec ces groupes de chasseurs maritimes nomades.

  • 20 Revol, Philippe, « Observations sur les Fuégiens : du Jardin d’Acclimatation à la Terre de Feu (188 (...)
  • 21 Legoupil, Dominique et Paz Núñez-Regueiro, « La expedición de la Romanche y la Misión científica de (...)

16L’action des Français est portée par une foi positiviste qui ambitionne la collecte exhaustive du « monde » fuégien. Il s’agit d’un projet globalisant, où les tâches minutées de l’équipe scientifique sur place doivent permettre de ramener à Paris ce territoire mis en caisse : du microplancton au squelette d’une baleine, tout trouve sa place dans les soutes de La Romanche puis dans les musées parisiens. L’ancrage de la Mission dans le paradigme naturaliste et l’emprise de l’anthropologie physique dans l’étude de l’homme en font le dernier grand voyage d’exploration scientifique de la fin du XIXe siècle20, mais la Mission, particulièrement novatrice dans sa méthode de travail collective, annonce déjà les grandes enquêtes pluridisciplinaires du début du XXe siècle. À son retour à Paris, la Mission se pose en premier lieu comme un symbole du rayonnement scientifique français dans le monde et expose avec éclat son « riche butin scientifique » au Musée des Colonies21.

La collection anthropologique de la Mission scientifique du Cap Horn (1882-1883)

  • 22 Blanckaert, Claude, De la race à l'évolution. Paul Broca et l’anthropologie française. 1850-1900, 1(...)
  • 23 Hyades, Paul et Joseph Deniker, Mission scientifique du Cap Horn, 1882-1883, tome VII : Anthropolog (...)
  • 24 Dias, Nélia, La mesure des sens : les anthropologues et le corps humain au XIXe siècle, 1e édition, (...)
  • 25 Chapman, Anne, Christine Barthe et Philippe Revol, Cap Horn 1882-1883 : rencontre avec les Indiens (...)

17La collecte du Yaghan, passée sous silence dans les instructions de la Mission mais non moins programmée, est l’un des principaux objectifs du médecin Paul Hyades. Depuis 1850, l’anthropologie ambitionne de se porter au niveau des sciences positives constituées. Suite à la création de la Société d’Anthropologie de Paris en 1859, Paul Broca œuvre à la reconnaissance scientifique de la discipline, en prenant comme modèle de scientificité celui des sciences naturelles, notamment la zoologie et l’anatomie. L’observation, la description et la mesure, assistées de la médiation instrumentale, deviennent ses outils en même temps que ses fers de lance. Son recours indispensable aux collections lui confèrent une dimension expérimentale participant de cette scientificité tant convoitée22. L’étude du Yaghan menée par Hyades en privilégie les aspects biologiques, suivant en cela les orientations du laboratoire d’Anthropologie du Muséum qui aspire à l’étude complète du « Fuégien », pensé comme un fossile vivant de l’humanité. L’étude sur le vivant concentre les activités du médecin : Hyades organise des séances d’observations anthropométriques, soumettant ses sujets d’étude à un examen approfondi comprenant des mensurations, l’analyse des caractères anatomiques, la respiration, la circulation, la température du corps, la sensibilité tactile, de l’ouïe ou celle de la perception des couleurs23. Il aborde l’étude de la psychologie yaghane, domaine qui comprend à l’époque la physiologie des sens, l’étude des besoins moraux, des langues et des facultés intellectuelles (mémoire, imagination, entendement, attention)24. Ces données pléthoriques sont soigneusement complétées par des photographies du type « fuégien » : une part importante des 323 clichés produits par la mission l’est sous sa supervision et s’avère conforme à la photographie anthropologique25.

  • 26 Hyades, Paul, « Observations anthropologiques et ethnographiques à la Baie Orange » [lettres datées (...)
  • 27 Carreño, Gastón, « Fotografías de cuerpos indígenas y la mirada erótica: reflexiones preliminares s (...)

18La photographie qui montre Athlinata dans l’action de lancer son harpon est devenue l’image archétypale de la Mission scientifique du Cap Horn. Ce Yaghan y incarne la quintessence du Fuégien, nu au milieu d’une nature luxuriante, sauvage et vigoureux, dans l’action de la chasse. C’est probablement pour l’exemplarité de son physique qu’il est choisi pour le seul moulage de corps tenté sur le vivant. Athlinata va être érigé en nec plus ultra du « Fuégien », en raison de sa force physique et de son indépendance d’esprit, qui est à l’image de la vie sauvage et de la liberté qui lui sont associées. « Aussi intelligent que sauvage »26, voici ce qui résume ce Yaghan prototypique aux yeux de Hyades : deux qualificatifs qui font l’effet d’un oxymore auprès d’une partie du milieu savant de l’époque. Les vues de la jeune Kamanakar Kipa soulèvent quant à elles la question des usages et des lectures des corps dénudés à compter des années 1880 dans le cadre de l’ethnographie et de l’anthropologie27. Par-delà l’érotisme, Kamanakar Kipa semble vouée à rendre à elle seule toute son humanité et sa sensibilité à la race fuégienne : les vues qui l’immortalisent cherchent à en saisir le regard expressif, en sus du corps voluptueux, dans une volonté de capturer cette fois-ci non seulement un corps, mais aussi son âme.

  • 28 Patin, Christelle, « Les vies post-mortem de la ‘Vénus Hottentot’ : muséologie et économies morales (...)

19Il s’agit en effet pour Hyades de ramener à Paris le Yaghan dans sa plus grande complétude. Dans un contexte de profond positivisme scientifique, le médecin multiplie la production de la preuve matérielle. Il porte à sa limite la plus extrême la collecte du Yaghan : Ouchpoukatekanentsis est mesuré, photographié, puis conservé et étudié après son décès. D’un et indivisible, son corps est démultiplié de manière exponentielle en une série de photographies, de chiffres, d’organes, de moulages et d’ossements : le sujet étudié devient une source intarissable de données chiffrées, visuelles et matérielles qui rejoignent les laboratoires et les réserves du Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Le traitement pré- et post-mortem du corps-objet vise à mettre le Fuégien en caisse et à en permettre l’étude par des spécialistes à Paris. Cette « dissolution » du corps28, qui s’inscrit dans la pratique ancienne de dissection des corps et de leur morcellement à des fins d’enseignement et de recherche médicaux, apparaît ici portée à l’extrême, dans un souci de scientificité qui se veut un modèle du genre.

Le terrain ethnographique de Paul Hyades

20Dans ce monde de classifications raciales, où le Fuégien constitue un véritable paradoxe anthropologique, Hyades ne parvient finalement pas à classer les Yaghans qu’il côtoie pendant un an. Il s’avère néanmoins leur observateur le plus sensible, à l’origine d’un fonds d’objets, de photographies, d’observations ethnographiques et anthropologiques, de notes linguistiques exceptionnel par son unité, sa richesse et sa valeur documentaire et historique sur des populations dont le mode de vie est sur le point de basculer. L’étude biologique du Yaghan est complétée par une enquête tâtonnante de son mode de vie, de sa langue, de sa culture, dont Hyades cherche la preuve matérielle sans réussir à en saisir l’aspect immatériel : malgré le temps passé auprès des familles de la baie Orange, il se révèle incapable de percevoir leurs croyances. Sa collecte d’objets se veut la plus exhaustive possible : elle constitue un processus qui met en jeu des aspects techniques (l’enregistrement systématique par les fiches anthropométriques, la photographie et l’objet matériel, qu’il s’agisse d’un moulage anthropologique ou d’un harpon), cognitifs (le paradigme naturaliste et la foi en la science positiviste) et affectifs (le rapport à l’Autre qui ne cesse d’interroger la nature de l’homme). L’étude du matériel ethnographique rapporté met néanmoins en évidence que Hyades choisit de passer sous silence l’acculturation progressive des Yaghans, notamment au contact des Français, et l’intégration de l’économie d’échange au mode de vie autochtone. À titre d’exemple, il ramène une maquette de pirogue et des harpons en bois réalisés pour l’échange dont il tait la fonction réelle dans ses écrits. À ne vouloir retenir du Yaghan que ses expressions les plus « authentiques », Hyades l’enferme et le relègue dans une pré-histoire à laquelle il n’appartient déjà plus (Fig. 2).

Figure 2 – « Pirogue fuégienne à terre avec tout le matériel de pêche des indigènes ». Baie Orange, 1882-1883. Négatif au gélatino-bromure d’argent sur plaque de verre. Mission Scientifique du Cap Horn

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac

  • 29 Bondaz, op. cit., note 13.

21Paul Hyades constitue le modèle idéal du collecteur, qui ne trouve pas d’équivalent en cette fin du XIXe siècle, par la qualité de sa formation, par sa rigueur dans l’application des instructions et par la durée de son travail de terrain. Les collections mixtes, réunissant spécimens naturels et artefacts ethnographiques, définis comme le fruit d’une « histoire indisciplinée »29, acquièrent sous sa houlette une discipline d’ascèse qui conçoit la collecte de l’homme comme une extension de celle de son milieu physique et naturel. Le carcan naturaliste brouille le regard pourtant lucide et bienveillant qu’il porte sur cet Autre qui constitue alors l’antithèse de l’homme occidental. Le médecin présente le Yaghan de la baie Orange comme parfaitement adapté à son milieu ; celui acculturé de la colonie anglicane d’Ushuaia (Terre de Feu) est en revanche dépeint comme un être captif d’une « civilisation » qui le ramène à un stade de développement que le médecin perçoit comme une contradiction. Hyades ose poser la question de la réussite réelle de ce modèle de vie imposé par les missionnaires anglais, diagnostiquant l’inadéquation du mode de vie occidental pour des populations parfaitement adaptées à leur milieu. Ses observations, néanmoins tributaires des présupposés raciaux de l’époque, viennent infirmer les bases épistémologiques de la discipline anthropologique, en pointant les limites de la « civilisation » et le bon sens de la « vie sauvage » (Fig. 3). Néanmoins, malgré ses interventions et ses écrits engagés, Hyades ne parvient pas à modifier la perception d’une partie du milieu savant parisien, pour qui ce souci de vérité a moins d’intérêt que l’imagerie traditionnelle du Fuégien sauvage et anthropophage.

Figure 3 – « Bilouchmagoundjis, Eraloentsis et deux Fuégiens de l'Allen-Gardiner habillés à l’européenne ». Baie Orange, 1882-1883. Négatif au gélatino-bromure d’argent sur plaque de verre. Mission Scientifique du Cap Horn

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac

22Au sein de cette expérience de terrain ethnographique intensif avant l’heure, le rôle du tout nouveau musée d’Ethnographie du Trocadéro arrive dans un second temps : le conservateur Hamy, destinataire des artefacts culturels ramenés par la Mission, en commande l’étude à Hyades et en assure la diffusion dans la Revue d’Ethnographie. Par son action à la baie Orange et à Paris, Hyades ébranle la division habituelle entre collecte sur le terrain et étude en cabinet : il installe le laboratoire sur le terrain, puis déplace le terrain au musée, remplissant par ailleurs le double rôle de collecteur et de savant.

La mission d’Henry de La Vaulx en Patagonie (1896-1897)

23Quinze ans plus tard, la mission en Patagonie du comte Henry de La Vaulx (1896-1897) octroyée par le ministère de l’Instruction publique est une nouvelle opportunité d’enrichissement pour les collections nationales françaises. Cumulant désormais la charge de conservateur au Trocadéro et de professeur à la chaire d’Anthropologie du Muséum, Hamy fournit à l’explorateur des instructions précises pour la collecte de restes humains et la constitution de collections ethnographiques. Il fait littéralement « son marché » auprès de La Vaulx, afin d’obtenir un matériel d’étude susceptible de répondre aux questionnements anthropologiques du moment concernant le Patagon ancien et les origines du peuplement américain. La Vaulx explore la Patagonie sur près de 5 000 km, se déplaçant pratiquement seul sur de très longs trajets avec la seule assistance d’une paire de gauchos, en plein cœur des anciens territoires mapuches-tehuelches, ces communautés de chasseurs terrestres nomades soumises par l’État argentin quinze ans plus tôt.

24Investi d’une mission qu’il mène à la gloire d’une France conquérante, La Vaulx réalise une collecte qui est qualifiée d’exemplaire. Il rapporte différentes catégories de pièces, avec des objectifs bien précis : une collection de restes humains devant permettre l’étude des races de Patagonie ; un corpus de pièces archéologiques destiné à compléter la datation de ces restes humains et de manière plus générale celle de l’occupation du territoire patagon ; un ensemble de photographies immortalisant les types raciaux de Patagonie, le métissage de sa population, les principales cérémonies autochtones (Fig. 4), la géographie de la région et les colonies visitées ; une collection ethnographique qui documente de manière exhaustive les productions autochtones et permet leur exploitation en France pour une analyse technologique comparative (travail du cuir, du métal et du textile). Le déséquilibre observé dans la collecte et la documentation du corpus de restes humains et de matériel archéologique, et celui du matériel ethnographique met en évidence deux approches à la collecte distinctes, induites pas les priorités scientifiques du moment et la manière d’exploiter l’« objet ». Les études raciales nécessitent une datation et une géolocalisation des corps pour pouvoir les situer dans le temps et lire les mouvements de population, tandis que l’artefact ethnographique, employé essentiellement pour des analyses technologiques comparatives, ne requiert pas de la même contextualisation.

Figure 4Henry de La Vaulx, « Femmes indigènes mangeant des côtelettes de jument », cérémonie du Huecun ruca. Choiquenilahue (prov. de Chubut, Argentine), 9 février 1897. Tirage sur papier baryté monté sur carton. Inv. PP0026612

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac

  • 30 Núñez-Regueiro, Paz et Julio Vezub, « Henry de La Vaulx sur le traces du Géant Patagon : historicit (...)

25Les résultats les plus révélateurs de l’étude de la mission La Vaulx sont la mise en relation des objets, des images et des textes, l’identification de leur provenance, la localisation géographique des sépultures et l’individualisation des ossements et du matériel funéraire associé30. La mise en parallèle du récit et des publications de La Vaulx avec ses photographies et le corpus matériel permet de reconstruire l’itinéraire et les réseaux de parenté mapuche-tehuelche que La Vaulx suit en 1896 et 1897. L’identification des grands caciques et de leur famille qui sont les hôtes et les interlocuteurs de La Vaulx, la localisation géographique de leurs tolderías ou campements, et la mise en relation de ces hommes et femmes avec les objets et les ossements qui composent les collections muséales parisiennes fournissent une vision plus précise des conditions économiques et sociales des communautés autochtones après les campagnes d’annexion nationale de la Patagonie, achevées en 1885.

La collecte d’Henry de La Vaulx en Patagonie : les politiques de l’échange et du don

  • 31 Delrio, Walter Mario, Memorias de exproriación: sometimiento e incorporación indígena a la Patagoni (...)

26La Vaulx bénéficie sur place de l’appui des savants, des grands propriétaires terriens et des militaires argentins. Usant de son double rôle d’agent du gouvernement français et de marchand ambulant, il mène un collectionnisme anthropologique et une politique de l’échange et du don qui tirent profit du contexte de profond ébranlement politique et social vécu par les communautés autochtones31. Les principaux caciques, dépouillés de leurs cheptels, limités dans leurs déplacements saisonniers et privés de l’accès inconditionné aux ressources de la chasse et de la cueillette, se trouvent dans l’attente de terres de la part du gouvernement argentin. Tel est le cas de Valentín Saygüeque (c. 1830-1903), l’un des plus puissants caciques qui contrôlait jadis le nord de la Patagonie et de Juan Sacamata, les deux principaux chefs autochtones qui accueillent La Vaulx dans leur campement. En tant que Blanc recommandé par les autorités argentines, ce dernier se trouve en position de force dans ses relations et échanges avec eux. Dans une société où la réciprocité est de mise, les cadeaux et les échanges concédés à La Vaulx sont autant d’opportunités de se rallier un médiateur de poids susceptible, aux yeux de ses interlocuteurs autochtones, d’intercéder en leur faveur auprès du gouvernement argentin. Dans ce rapport de forces et d’attentes inégales, La Vaulx met en œuvre une diplomatie du don, fondamentale pour obtenir les objets de la collection et pour que les autochtones tolèrent malgré eux ses fouilles : ceux-ci lui cèdent les corps de leurs parents et les trésors de leur tribu, en échange de biens de consommation de valeurs variées, mais aussi dans l’espoir d’un soutien politique susceptible de les sortir de leur précarité.

  • 32 La Vaulx (de), Henry, Voyage en Patagonie, 1e édition, Paris, Hachette, 1901.
  • 33 Núñez-Regueiro, Paz et Maria Filomena Guerra, « Los aros de plata de Patagonia septentrional: aport (...)

27Si nous nous en tenons à son récit, le séjour de La Vaulx dans la toldería de Saygüeque se caractérise par un respect réciproque bien qu’asymétrique, stimulé par l’échange de permissions, d’attentes et les trocs de biens matériels, certains à haute valeur symbolique32. C’est le cas de l’importante collection de bijouterie autochtone, obtenue par troc auprès des femmes de la tribu. La sacralité des bijoux en argent et la pauvreté observée dans le campement de Saygüeque soulèvent la question de la moralité des transactions matérielles ayant eu lieu dans la toldería. La présence de bijoux en très grand nombre, fournis par une communauté de femmes paupérisées, suggère que ces dernières négocièrent ce dont elles avaient besoin avec les objets que La Vaulx souhaita obtenir. Quel fut le degré d’acceptation sociale pour le troc des bijoux obtenus par le Français ? Les traces d’usure marquées perceptibles sur les bagues notamment suggèrent que les bijoux que l’on lui céda en novembre 1896 furent des objets personnels à forte valeur symbolique, si ce n’est émotionnelle33. Des observations de La Vaulx, il ressort qu’il y a de la bijouterie dans les contextes dans lesquels le comte voit du primitivisme, sans que ce signe de richesse ou de prestige ne l’étonne : il est surprenant qu’il ne signale pas le déphasage entre cette richesse matérielle et la grande misère ou « saleté » qu’il décrit dans le campement de Saygüeque, et qui contraste avec l’image d’opulence qu’en donna le voyageur anglais George Musters en 1871. La Vaulx ne semble pas percevoir la valeur purement monétaire de ces bijoux, d’autant moins leur valeur symbolique. Il y voit des objets purement ethnographiques, d’une valeur esthétique certes, mais il est loin de comprendre que la collection qu’il ramène à Paris correspond à un butin rassemblé à partir des restes des richesses accumulées naguère dans les tolderías, quand les grands lonkos ou caciques dominaient encore le territoire et la circulation des biens, des personnes et des informations.

  • 34 Broc, Numa. « Les explorateurs français du XIXe siècle reconsidérés », Revue française d’histoire d (...)

28La Vaulx est un cas d’étude à l’opposé de celui de Hyades : extérieur au monde savant, il réalise un voyage itinérant dont les étapes sont marquées par les cimetières et les campements des caciques visités. Il s’agit d’une figure archétypale de l’explorateur au service de la France coloniale. Comme Hyades avant lui, il brise les codes de la société occidentale et s’adonne à un acte de « sauvagerie » : la « cuisine macabre » qui le mobilise toute une nuit pour décharner un cadavre, en plein milieu du campement qui vit naître la victime de son bouillon anthropophage, est un acte dont la violence n’a d’égale que l’audace avec laquelle il conduit l’opération. À n’en pas douter, La Vaulx risque sa vie pour l’enrichissement des collections françaises. Ce sont l’engagement patriotique, l’esprit aventurier et ce désir réitéré d’être « utile » qui guident son expérience. Il se présente comme un modèle d’explorateur « pur »34 mû par un seul objectif, celui d’approfondir la connaissance d’une région au nom de la science et des musées français (Fig. 5).

Figure 5 – Vitrine présentant la Patagonie argentine au musée d’Ethnographie du Trocadéro. Paris, 1931. Tirage sur papier baryté monté sur carton. Inv. PP0001311

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac

Le fonds mapuche offert par le frère Claude Joseph au musée d’Ethnographie du Trocadéro

  • 35 Bengoa, José, Historia del pueblo mapuche (siglos XIX-XX), 6e édition corrigée, Santiago, Lom Eds, (...)
  • 36 Núñez-Regueiro, Paz, « The ethnographic oeuvre of Fr ‘R. H. Claude Joseph’ and the Mapuche collecti (...)

29Trois décennies plus tard, le travail ethnographique du frère Claude Joseph (Hippolyte Janvier de son nom civil) en Araucanie chilienne (1926-1932) s’inscrit dans une dynamique extérieure au monde scientifique et muséal français. Cet entomologiste de formation, frère des Écoles chrétiennes, étudie la culture matérielle des communautés mapuches d’Araucanie, contraintes après la soumission de leur territoire à vivre cantonnées dans les réserves et à se transformer en petits exploitants agricoles et éleveurs35. Son nom reste une référence dans le champ de l’ethnographie mapuche : ses études sur l’orfèvrerie, les textiles et leurs teintures, les antiquités, la vie quotidienne, les cérémonies et les coutumes « araucanes » sont les premières dans la région à prendre appui sur une méthodologie empirique, basée sur l’analyse en série, l’expérimentation et l’entretien ethnographique. Malgré l’importance toujours réaffirmée de son œuvre, rien n’était connu de Claude Joseph ni du contexte de son travail, jusqu’à nos propres recherches36.

30Claude Joseph illustre un cas d’étude hybride, une figure d’amateur qui s’improvise dans le champ ethnographique, armé de sa formation naturaliste mais agissant de manière autonome sur le terrain. Son travail se développe dans un contexte de patrimonialisation de l’héritage mapuche au Chili, qui conduit à la création ou à la réorganisation de musées œuvrant à la collecte, à la conservation et à la diffusion des expressions matérielles du Mapuche, hissé au statut d’ancêtre de la Nation et de symbole identitaire chilien. Le frère lassalien participe de manière individuelle à cet effort collectif, documentant la culture mapuche par l’observation participante et l’enregistrement visuel, suivant une méthodologie empruntée au domaine de l’entomologie qui est le sien. Son enquête se singularise par l’intérêt porté à l’étude de la matérialité de l’objet et à sa fabrication, privilégiant la preuve photographique sur la constitution d’une collection d’artefacts. En ce sens, malgré la qualité de son terrain ethnographique, Claude Joseph ne répond pas aux instructions prônées en France dans le domaine ethnographique, qui accordent encore à l’objet une valeur documentaire ajoutée.

31À Paris, le dépècement intellectuel de la collection Claude Joseph, initialement documentée, est la conséquence d’un traitement classificatoire des spécimens et documents à leur entrée dans le cadre muséal : leur répartition entre différents laboratoires spécialisés (entomologie, ethnographie), provoquent sur le long terme la décontextualisation de ce fonds. Même au sein d’une même institution comme le musée d’Ethnographie du Trocadéro, le classement des matériaux entre différents services (photothèque, bibliothèque, musée) conduit à la désagrégation de la collection. Objets, photographies et écrits, qui dans l’œuvre ethnographique de Claude Joseph sont très étroitement agencés pour produire un compte-rendu détaillé des données de terrain, perdent leur cohérence d’ensemble. Sur le long terme, le fonds dans sa totalité se voit amputé de sa cohérence et de son identité.

32Ce cas d’étude montre aussi comment la dispersion des collections s’opère à une échelle transinstitutionnelle et transnationale : en fin de compte, la collecte d’objets de Claude Joseph existe en quelque sorte au travers du fonds de l’anthropologue Samuel K. Lothrop conservé à Washington, D. C., qui comporte les objets, les photographies et les notes de leur terrain partagé en Araucanie chilienne en 1929-1930. À l’inverse, la collection Lothrop peu documentée retrouve dans les écrits du Français tout son contexte et sa portée. Le paradigme de la collecte se joue ici dans une complémentarité et un partage des collections d’usage dans le domaine entomologiste. Ce sont ces réseaux de collaboration et ces liens tacites, disparus avec le temps, que la recherche sur l’histoire des collections met en lumière.

L’esthétique mapuche : les dons du gouvernement chilien à la France (1930-1931)

  • 37 Dümmer Scheel, Sylvia, Sin tropicalismos ni exageraciones. La construcción de la imagen de Chile pa (...)
  • 38 Grognet, Fabrice, « Les enjeux muséologiques de la réorganisation du Musée d’ethnographie du trocad (...)

33L’œuvre ethnographique et la collection photographique de Claude Joseph font l’objet d’un accueil réservé à leur arrivée au musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1932. Le musée privilégie alors la valorisation esthétique de la collection d’objets mapuches et de folklore national rassemblée par le Gouvernement chilien pour l’Exposition ibéro-américaine de Séville (1929) puis donnée à la France en 1930. Ce projet s’inscrit dans la suite d’un long processus de valorisation des racines autochtones et populaires de la Nation chilienne développé à compter des années 1870-1880, qui connait son aboutissement à Séville : le Pavillon chilien qui s’y tient, met en exergue l’originalité et la valeur esthétique des créations mapuches (Fig. 6)37. L’acquisition de cette collection par le musée d’Ethnographie est le résultat d’une stratégie bien pensée, celle du directeur et scientifique Paul Rivet et de son directeur adjoint muséographe Georges Henri Rivière, qui par leur action combinée de recherches savantes, manifestations mondaines et projets muséologiques et pédagogiques novateurs, provoquent les dons, les collaborations et les subventions nécessaires au redressement et à la modernisation d’un musée désormais encombré, vétuste et sale. Perçu comme humiliant pour la seconde puissance coloniale du monde, Rivet et Rivière œuvrent à son redressement et à sa modernisation38. Le 27 juin 1930 l’« exposition du Chili », inaugurée en grande pompe, marque la première concrétisation du renouveau muséographique annoncé par Rivet et Rivière.

Figure 6 – Tapis, lama, laine de mouton. Araucanie, Chili, vers 1930, don du Gouvernement du Chili. Inv. 71.1930.13.5

© Musée du quai Branly-Jacques Chirac

  • 39 Núñez-Regueiro, Paz, « Les Mapuches du Chili en contexte muséal : montrés, récupérés, niés ? », in (...)
  • 40 Mauuarin, Anaïs, « De ‘beaux documents’ pour l’ethnologie », Études photographiques, 2015, vol. 33 (...)
  • 41 Laurière, Christine, « Lo bello y lo útil, el esteta y el etnógrafo : El caso del Museo Etnográfico (...)
  • 42 Laurière, Christine, « Introduction », in Delpuech, André, Christine Laurière et Carine Peltier-Car (...)

34Le Mapuche en tant que peuple, avec ses usages, ses besoins et surtout son présent, reste néanmoins en périphérie du projet d’acquisition et d’exposition39. Ignoré à Séville, il semble l’être tout autant au musée d’Ethnographie du Trocadéro, où l’orientation marquée de Rivière vers l’esthétisme et le savoir-faire artisanal semble indiquer la faible participation scientifique de Rivet, peu investi dans une acquisition qui n’a pas grand-chose du terrain ethnographique. A contrario quelque temps plus tard, le directeur soutient le travail d’Henri Tracol, auteur notamment d’un reportage photographique en Araucanie réalisé en 1936, dont il loue la qualité et l’intérêt précoce pour l’ethnologie40. Ce dialogue indulgent et efficace entre « le beau et l’utile »41 marque la dernière décennie d’existence du musée d’Ethnographie du Trocadéro (1928-1937). Il le fait évoluer en un nouveau musée de l’Homme, « biologique et culturel », qui présente désormais les archives de l’humanité sous toutes ses facettes42. Les collections nationales d’artefacts, de photographies et de restes humains présentées dans le cadre de cette recherche, dispersées pendant près d’un siècle entre différents musées et laboratoires spécialisés, se retrouvent ainsi enfin réunies dans un même établissement, inauguré en 1938. Cela jusqu’en 2004, quand un décret vient entériner le déménagement des collections du Laboratoire d’Ethnologie du musée de l’Homme au musée du quai Branly, provoquant un nouveau divorce des collections.

Une histoire en partage

35La création du musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1878 vise à centraliser les fonds ethnographiques des sociétés extra-européennes et traditionnelles. Le musée est dès lors le destinataire des collectes engagées sur le terrain, à titre privé et public, dans un jeu de réciprocité et d’échange que le conservateur de l’institution régule par la formulation d’instructions à la collecte, la sollicitation de son réseau de collaborateurs et de bienfaiteurs, la publication et l’exposition des résultats de ces expéditions. L’histoire des collections nationales françaises de l’Extrême-Sud américain, comme celles du musée d’Ethnographie du Trocadéro en général, est le résultat d’une longue suite de parcours individuels et d’efforts collectifs. Portés par une idéologie d’exhaustivité qui ne faiblit pas avec le déclin de la mouvance positiviste et l’institutionnalisation de la science ethnologique française, ces expériences de collecte portent la marque des paradigmes scientifiques dominants, de la personnalité et de la sensibilité propres aux collecteurs et aux conservateurs destinataires des collections, tout autant que du contexte politique et social des contrées visitées.

36Les cas d’étude abordés pour décrire et illustrer cette histoire des collections révèlent un élément récurrent dans l’histoire des collections, celui de la dispersion du corpus matériel et documentaire de ces missions. Celle-ci est le résultat de la prégnance du modèle naturaliste et de la classification des collections au moment de leur arrivée en France pour leur répartition entre différentes institutions parisiennes (laboratoires spécialisés du Muséum, musée d’Ethnographie du Trocadéro, Société de Géographie de Paris, Société de Géographie commerciale, Archives nationales). La question se pose de savoir qui se charge de recomposer ce « casse-tête » à Paris. Il s’agit le plus souvent du conservateur qui sélectionne et ordonne les « objets » dans ses vitrines, mais aussi du savant qui analyse les collections pour produire les rapports de l’expédition suivant des logiques et des intérêts spécifiques qui sont les siens. Si l’exposition du « butin » au retour des missions donne le temps d’un instant l’illusion d’une unité et d’une homogénéité de ce « tout » recomposé à Paris, la rhétorique scénographique disparait à la clôture de l’événement pour laisser la place à la classification scientifique en laboratoire, aux normes de répartition des collections et aux impondérables organisationnels liés au manque d’espace ou de moyens.

37Loin d’être neutre et objectif, l’« objet » quel qu’il soit (artefact, photographie, restes anthropologiques, notes) arrive à Paris chargé de valeurs, de significations, de regards portés sur lui, soit au laboratoire d’Anthropologie (dépendant du Muséum national d’histoire naturelle), soit au musée d’Ethnographie du Trocadéro (dépendant du ministère de l’Instruction publique). Le Muséum et le musée se répartissent alors les témoins matériels et biologiques de l’homme, dans un exercice de complémentarité qui fonctionne d’autant mieux que la direction des deux laboratoires incombe, sur une longue période, à un même individu. Le caractère indissociable de ces deux ensembles patrimoniaux, corps et artefacts – auxquels se joint l’importance croissante de la photographie – se justifie par leur contexte de découverte commun. Dissociés physiquement, les uns au Jardin des Plantes, les autres au Palais de la colline Chaillot, leur histoire suit un cours parallèle nourri par le produit d’expéditions et de rencontres croissantes dans le dernier quart du XIXe siècle. C’est avec d’autant plus de discernement que Rivet demande de regrouper ces fonds au musée de l’Homme (1938), pour tenter d’approcher d’encore plus près la diversité, l’adaptabilité et la créativité de l’espèce humaine.

38Des initiatives collectives ou individuelles analysées dans le cadre de cette thèse, au caractère très divers, se dégage une profonde unité issue de la volonté commune de se rendre « utile », de contribuer à la connaissance de l’homme de l’Extrême-Sud américain, tout en œuvrant à la gloire d’une France civilisatrice qui ambitionne de garder sa prééminence scientifique et culturelle. Cette utilité découle de la qualité de la collecte et de l’« authenticité » de la donnée matérielle, elle-même tributaire de sa « pureté » ethnique et culturelle ; elle dépend également de son classement à Paris au moment de la répartition des collections entre les différents laboratoires spécialisés. Le « versement » de cette donnée conçue comme une « archive » objective de l’homme, de sa culture ou de son milieu, participe du long processus d’élaboration de la donnée scientifique du terrain au laboratoire, dont l’inscription à l’inventaire du musée marque en quelque sorte l’aboutissement. Création matérielle tout autant que symbolique, l’« objet » qui intègre les collections est chargé de valeurs et de sens variés. L’objectivité recherchée à chacune des étapes de traitement de l’objet est mise à mal par les paradigmes naturaliste, positiviste, nationaliste, etc. qui contraignent le regard et la collecte ; elle l’est tout autant par la personnalité et le goût des collecteurs et des conservateurs. La subjectivité sous-jacente à chaque expérience humaine se reflète dans les récits de la collecte et les collections produites, amputées bien souvent des objets-souvenirs gardés dans la sphère privée.

39À l’issue de cette recherche, les collections et les savoirs produits par ces missions et ces terrains ethnographiques informent sur une Amérique australe qui reste un espace en changement, profondément affecté dans sa nature, sa population, dans sa culture et dont les définitions mouvantes de sa géographie, de sa société et de son identité perpétuent la frontière symbolique entre la société occidentale et une réalité autre. À maints égards, cette Frontera, qui ne se réduit pas à une simple zone de division entre zones habitées ou « désertes », entre « civilisation » et « barbarie », représente un espace d’interaction par excellence, un monde à part entière où l’on se meut et où l’on échange avec une variété d’interlocuteurs. Sa perception et sa conception varient en fonction du point de vue considéré : Paul Hyades déplace ou plutôt crée la frontière (bien malgré lui), ouvrant à la baie Orange une brèche par laquelle la civilisation occidentale s’immisce pour créer la différence et bâtir la frontière de l’altérité ; Henry de La Vaulx collecte dans un monde de frontières aux contours géographiques, politiques et ethniques mouvants, dans lequel il s’insère habilement sous la forme du marchand médiateur jusqu’à renverser la donne, puisqu’il devient le « centre » vers lequel on se rend pour obtenir produits et services ; enfin, Claude Joseph est témoin des conséquences de l’anéantissement forcé de cette frontière, qui voit le Mapuche être happé par la société chilienne. La Frontera est soumise à un équilibre fragile : sa permanence indique, en quelque sorte, celle du libre arbitre de l’Autre. Cette frontière mouvante et permanente conditionne le travail ethnologique et muséologique, questionnant l’authenticité de l’objet et réévaluant son interprétation contemporaine. Le travail accompli dans le cadre de cette thèse est une illustration multidimensionnelle de cette frontière, que l’analyse historique rétrospective permet de dévoiler, dans ses dimensions scientifiques, symboliques et sociales, pour mieux la comprendre, sans pouvoir néanmoins l’estomper.

  • 43 Giudicelli, Christophe, « Les Régimes nationaux d’altérité : contextes, positionnements et interact (...)

40L’histoire des collections d’Amérique australe proposée ici est le résultat d’une recherche spécifique sur ces fonds mais aussi un aperçu du travail de gestion des collections au musée du quai Branly-Jacques Chirac. Cette étude est de fait, à maints égards, le fruit d’une « hybridité méthodologique »43 que nous n’envisagions pas au début de notre recherche mais qui s’imposa à nous au fur et à mesure que les « objets » de cette étude s’inscrivaient dans une gamme variée de relations, bien souvent imprévues ou indirectes, avec d’autres intervenants ou chercheurs. Les regards portés sur les artefacts, les corps et les photographies rendent compte des dialogues engagés au musée dans le cadre d’actions multiples d’enquête sur le terrain, de récolement, de restauration, d’analyse des matériaux et des techniques, d’acquisition, de recherche d’ayants-droit, de consultations des collections à la demande de membres internes ou externes à l’institution. Notre travail se veut tout autant une proposition de synthèse sur l’histoire de ces collections, qu’un témoignage des actions multiples dans lesquelles ces « archives » du passé sont progressivement intégrées dans des démarches et des questionnements du présent. Ces (inter)actions contribuent à leur meilleure compréhension et connaissance, appliquant une nouvelle couche d’analyses, d’interprétations, de vécu à l’épaisse stratigraphie des regards et des savoirs qui s’accumule autour des « objets » de musée depuis le moment de leur collecte. Elles en réaffirment la valeur historique et patrimoniale, tout en réitérant leur utilité contemporaine et l’importance sociale et culturelle de l’héritage dont elles sont aujourd’hui médiatrices.

Haut de page

Notes

1 Stocking, George W., Objects and Others: Essays on Museums and Material Culture, 1e édition, Madison, University of Wisconsin Press, 1985.

2 Dias, Nélia, Le Musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France, 1e édition, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

3 Briones, Claudia et José Luis Lanata, « Living on the Edge », in Briones, Claudia et José Luis Lanata (éd.), Archaeological and anthropological perspectives on the native peoples of Pampa, Patagonia, and Tierra del Fuego to the nineteenth century, 1e édition, Londres, Bergin & Garvey, 2002, p. 1-12 ; Peñalosa, Fernanda, Jason Wilson et Claudio Canaparo (éd.), Patagonia: Myths and Realities, Hispanic Studies, Culture and Ideas 4, 1e édition, Berne, Peter Lang, 2010.

4 Kopytoff, Igor, « La Biographie culturelle des choses », Journal des Africanistes, 2006, vol. 76, n° 1 [en ligne], mis en ligne le 4 juin 2007, consulté le 30 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/954.

5 Appadurai, Arjun, The Social of Things. Commodities in Cultural Perspective, 1e édition, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

6 Gosden, Chris et Yvonne Marshall, « The Cultural Biography of Objects », World Archaeology, 1999, vol. 31, n° 2, p. 169-178 1 [en ligne]. URL : http://www.jstor.org/stable/125055.

7 Gell, Alfred, Art and Agency: an Anthropological Theory, 1e édition, Oxford, Clarendon Press, 1998.

8 Byrne, Sarah, Anne Clarke, Rodney Harrison et Robin Torrence, « Networks, Agents and Objects: Frameworks for Unpacking Museum Collections », in Byrne, Sarah, Anne Clarke, Rodney Harrison & Robin Torrence (éd.), Unpacking the Collection: Networks of Material and Social Agency in the Museum, 1e édition, New York, Springer, 2011, p. 3-26.

9 Harrison, Rodney, « Reassembling Ethnographic Museum Collections », in Harrison, Rodney, Sarah Byrne et Anne Clarke (éd.), Reassembling the Collection: Ethnographic Museums and Indigenous Agency, 1e édition, Santa Fe, School for Advanced Research Press, 2013, p. 3-35.

10 Clifford, James, Routes: Travel and translation in the late twentieth century, 1e edition, Cambridge & London, Harvard University Press, 1997.

11 Ginzburg, Carlo et Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, vol. 10, n° 17, p. 130-136.

12 O’Hanlon, Michael, « Introduction », in O’Hanlon, Michael et Robert L. Welsch (éd.), Hunting the gatherers: ethnographic collectors, agents and agency in Melanesia, 1870s-1930s, 1e édition, New York, Oxford, Berghahn Books, 2000, p. 1-34.

13 Bondaz, Julien, « Entrer en collection. Pour une ethnographie des gestes et des techniques de collecte », Les Cahiers de l’École du Louvre, 2014, vol. 4 [en ligne], mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 04 mai 2017. URL : http://cel.revues.org/481.

14 Giudicelli, Christophe (coord.), Luchas de clasificación. Las sociedades indígenas entre taxonomía, memoria y reapropriacion, 1e édition, Rosario, Prohistoria ediciones/IFEA, 2018 ; Nacuzzi, Lidia Rosa, Identidades impuestas. Tehuelches, Aucas y Pampas en el norte de la Patagonia, 1e édition, Buenos Aires, Sociedad Argentina de Antropología, 1998.

Navarro Floria, Pedro (comp), Patagonia. Ciencia y conquista. La mirada de la primera comunidad científica argentina, 1e édition, General Roca, Centro de Estudios Patagónicos, 2004.

15 Gänger, Stefanie, Relics of the Past: The Collecting and Study of Pre-Columbian Antiquities in Peru and Chile, 1837-1911, 1e édition, Oxford, Oxford University Press, 2014.

16 Bustamante García, Jesús, « Les musées nationaux : de l’encyclopédie territoriale à l’histoire naturelle de l’homme (Mexique et Argentine, fin du XIXe siècle », in López Caballero, Paula et Christophe Giudicelli, Régimes nationaux d’altérité. Etats-nations et altérités autochtones en Amérique Latine, 1810-1950, 1e édition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 29-48 ; Farro, Máximo, La formación del Museo de La Plata. Coleccionistas, comerciantes, estudiosos y naturalistas viajeros a fines del siglo XIX, 2009, 1e édition, Rosario, Protohistoria, 2009 ; Gil, Magdalena, « Exhibiting the Nation: Indigenousness in Chile’s National Museums », Museum & Society, 2016, vol. 14, n°1, p. 82-97 ; Lopes, Maria Margaret et Irina Podgorny, « The Shaping of Latin American Museums of Natural History, 1850-1990 », Osiris, 2000, 15, p. 108-118 ; Schell, Patience Alexandra, « Exhuming the Past with the Future in Mind: History Exhibitions and Museums in late nineteenth-century Chile”, in Relics and Selves: Iconographies of the National in Argentina, Brazil and Chile (1880-1890), Web exhibition, Londres, 2000 [en ligne], consulté le 24 septembre 2013. URL: http://www.bbk.ac.uk/ibamuseum/texts/Schell03.

17 Navarro Floria, Pedro (comp). Patagonia. Ciencia y conquista. La mirada de la primera comunidad científica argentina. General Roca : Centro de Estudios Patagónicos, 2004 ; Quijada, Mónica, « Ancestros, ciudadanos, piezas de museo. Francisco P. Moreno y la articulación del indígena en la construcción nacional argentina », Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, 1998, vol. 9, n° 2 [en ligne]. URL: http://www.tau.ac.il/eial/IX_2/quijada.html.

18 Núñez-Regueiro, Paz, « Le patrimoine mapuche-tehuelche en France à la fin du XIXe siècle : les collectes de Charles Wiener et d’Henry de La Vaulx au musée d’Ethnographie du Trocadéro, in Poulot, Dominique (dir.), Histo.art 4. Goûts privés et enjeux publics : les modes de patrimonialisation, 1e édition, Paris, Presses Universitaires de La Sorbonne, p. 343-368.

19 Legoupil, Dominique, « Des indigènes au Cap Horn : conquête d’un territoire et modèle de peuplement aux confins du continent sud-américain », Journal de la Société des Américanistes, 1995, 81, p. 9-45.

20 Revol, Philippe, « Observations sur les Fuégiens : du Jardin d’Acclimatation à la Terre de Feu (1881-1891) », in Blanckaert, Claude (éd.), Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes (XVIIe-XIXe siècle), 1e édition, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 243-296.

21 Legoupil, Dominique et Paz Núñez-Regueiro, « La expedición de la Romanche y la Misión científica del Cabo de Hornos », Cabo de Hornos, 1e édition, Santiago, Museo Chileno de Arte Precolombino, 2017, p. 127-147.

22 Blanckaert, Claude, De la race à l'évolution. Paul Broca et l’anthropologie française. 1850-1900, 1e édition, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Dias, Nélia, « Séries de crânes et armée de squelettes : les collections anthropologiques en France dans la seconde moitié du XIXe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, 1989, nouv. sér., vol. 1, n° 3-4, p. 203-230.

23 Hyades, Paul et Joseph Deniker, Mission scientifique du Cap Horn, 1882-1883, tome VII : Anthropologie, ethnographie, 1e édition, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1891.

24 Dias, Nélia, La mesure des sens : les anthropologues et le corps humain au XIXe siècle, 1e édition, Paris, Éditions Flammarion, 2004.

25 Chapman, Anne, Christine Barthe et Philippe Revol, Cap Horn 1882-1883 : rencontre avec les Indiens yaghan, 1e édition, Paris, Éditions La Martinière/Muséum national d’histoire naturelle, 1995.

26 Hyades, Paul, « Observations anthropologiques et ethnographiques à la Baie Orange » [lettres datées du 24 avril et du 13 mai], Revue d’Ethnographie, 1883, n° 2, p. 564-566.

27 Carreño, Gastón, « Fotografías de cuerpos indígenas y la mirada erótica: reflexiones preliminares sobre algunos casos del confín austral », Revista Chilena de Antropología Visual, 2002, n° 2, p. 133-153 ; Menard, André, « Pudor y representación. La raza mapuche, la desnudez y el disfraz », Aisthesis, 2009, vol. 46, p. 15-38.

28 Patin, Christelle, « Les vies post-mortem de la ‘Vénus Hottentot’ : muséologie et économies morales », in Blanckaert, Claude (dir.), La Vénus hottentote, entre Barnum et Muséum, 1e édition, Paris, Publications scientifiques du MNHN, 2013, p. 64-165.

29 Bondaz, op. cit., note 13.

30 Núñez-Regueiro, Paz et Julio Vezub, « Henry de La Vaulx sur le traces du Géant Patagon : historicité des collections et récits de l’altérité à la fin du XIXe siècle », Journal Société des Américanistes, 2012, vol. 98, n° 1, p. 133-169 ; Vezub, Julio Esteban, « Henry de La Vaulx en Patagonia (1896-1897): la historicidad escindida de la antropología colonial y la captura de corpus y cuerpos », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Débats, mis en ligne le 29 novembre 2009, consulté le 3 décembre 2009. URL: https://journals.openedition.org/nuevomundo/57810

31 Delrio, Walter Mario, Memorias de exproriación: sometimiento e incorporación indígena a la Patagonia, 1e édition, Berna, Universidad Nacional de Quilmes, 2005.

32 La Vaulx (de), Henry, Voyage en Patagonie, 1e édition, Paris, Hachette, 1901.

33 Núñez-Regueiro, Paz et Maria Filomena Guerra, « Los aros de plata de Patagonia septentrional: aportes de la colección Henry de la Vaulx (1896) sobre forma, tecnología y metalurgia », Chungará, 2016, vol. 48, n° 2 [en ligne], mis en ligne le 4 avril 2016, p. 331-345. URL: https://dx.doi.org/10.4067/S0717-73562016005000011

34 Broc, Numa. « Les explorateurs français du XIXe siècle reconsidérés », Revue française d’histoire d’outre-mer, 1982, vol. 69, n° 256, p. 237-273.

35 Bengoa, José, Historia del pueblo mapuche (siglos XIX-XX), 6e édition corrigée, Santiago, Lom Eds, 2000.blanckaert

36 Núñez-Regueiro, Paz, « The ethnographic oeuvre of Fr ‘R. H. Claude Joseph’ and the Mapuche collections of the Musée du Quai Branly The forgotten history of French entomologist Hippolyte Janvier’s sojourn in the Araucanía region of Chile (1926–1932) », J Hist Collections (Oxford), 2014. URL: https:// doi.org/10.1093/jhc/fhu014.

37 Dümmer Scheel, Sylvia, Sin tropicalismos ni exageraciones. La construcción de la imagen de Chile para la Exposición Iberoamericana de Sevilla en 1929, 1e édition, Santiago, Instituto de Historia, Pontificia Universidad Católica de Chile/RIL Editores, 2012.

38 Grognet, Fabrice, « Les enjeux muséologiques de la réorganisation du Musée d’ethnographie du trocadéro », in Delpuech, André, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (coord.). Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, 1e édition, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, 2017, p. 79-131.

39 Núñez-Regueiro, Paz, « Les Mapuches du Chili en contexte muséal : montrés, récupérés, niés ? », in Illouz, Charles et Françoise Martinez (dir.), Peuples en vitrine. Une approche comparée du montrer/cacher, 1e édition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018, p. 191-210.

40 Mauuarin, Anaïs, « De ‘beaux documents’ pour l’ethnologie », Études photographiques, 2015, vol. 33 [en ligne], mis en ligne le 5 novembre 2015, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/3559.

41 Laurière, Christine, « Lo bello y lo útil, el esteta y el etnógrafo : El caso del Museo Etnográfico de Trocadéro y del Museo del Hombre (1928-1940) », Revista de Indias, 2012, 77(254), p. 35-66.

42 Laurière, Christine, « Introduction », in Delpuech, André, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (coord.). Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, 1e édition, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, 2017, p. 7-45.

43 Giudicelli, Christophe, « Les Régimes nationaux d’altérité : contextes, positionnements et interactions dans la constitution de l’indianité », in López Caballero, Paula et Christophe Giudicelli, Régimes nationaux d’altérité. Etats-nations et altérités autochtones en Amérique Latine, 1810-1950, 2017, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 11-26.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1Casque de guerrier, croûte de bœuf ou peau de cheval. Patagonie, Argentine, collecte Louis-Antoine de Bougainville, 1767. Inv. 71.1878.23.3
Crédits © Musée du quai Branly-Jacques Chirac, photo Claude Germain
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2 – « Pirogue fuégienne à terre avec tout le matériel de pêche des indigènes ». Baie Orange, 1882-1883. Négatif au gélatino-bromure d’argent sur plaque de verre. Mission Scientifique du Cap Horn
Crédits © Musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 3 – « Bilouchmagoundjis, Eraloentsis et deux Fuégiens de l'Allen-Gardiner habillés à l’européenne ». Baie Orange, 1882-1883. Négatif au gélatino-bromure d’argent sur plaque de verre. Mission Scientifique du Cap Horn
Crédits © Musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 4Henry de La Vaulx, « Femmes indigènes mangeant des côtelettes de jument », cérémonie du Huecun ruca. Choiquenilahue (prov. de Chubut, Argentine), 9 février 1897. Tirage sur papier baryté monté sur carton. Inv. PP0026612
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 5 – Vitrine présentant la Patagonie argentine au musée d’Ethnographie du Trocadéro. Paris, 1931. Tirage sur papier baryté monté sur carton. Inv. PP0001311
Crédits © Musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 6 – Tapis, lama, laine de mouton. Araucanie, Chili, vers 1930, don du Gouvernement du Chili. Inv. 71.1930.13.5
Crédits © Musée du quai Branly-Jacques Chirac
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/78818/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paz Núñez-Regueiro, « Promesses de Patagonie, d’Araucanie et de Terre de Feu. Stratégies de collecte et d’élaboration du savoir scientifique en France concernant l’Extrême-Sud du continent américain (1878-1937) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 11 décembre 2019, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/78818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.78818

Haut de page

Auteur

Paz Núñez-Regueiro

Musée du quai Branly-Jacques Chirac
pnr@quaibranly.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page