Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2007María Elisa Velázquez, Mujeres de...

2007

María Elisa Velázquez, Mujeres de origen africano en la capital novohispana, siglos XVII y XVIII, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, UNAM, 2006, 515 p.

Carmen Bernand

Texte intégral

1Bien que l’importance de l’apport des populations noires au Mexique ait été reconnue depuis les travaux classiques de Gonzalo Aguirre Beltrán, les études sur les descendants d’Africains restent encore relativement rares, comparativement à la production générale sur les habitants esclaves ou libres, des villes des Amériques ibériques. Ce livre comble avec bonheur cette carence. L’auteur y développe un aspect important, celui de la place des femmes noires dans l’économie servile de Mexico. On y trouve beaucoup d’informations archivistiques de première main qui confirment les grands traits de l’esclavage urbain : un système fondé à la fois sur le travail salarié à l’extérieur de la maison du maître, et la domesticité sous toutes ses formes. Un des grands mérites de María Elisa Velázquez est de rappeler l’importance démographique des femmes de couleur dans la ville de Mexico, ce qui contraste avec la sur-représentation masculine dans les plantations, notamment dans d’autres aires comme au Brésil et les Antilles. Ces femmes se glissent dans tous les milieux, aussi bien laïcs que religieux, et  la domesticité considérée par l’histoire économique comme une activité mineure, prend ici tout son sens social, puisqu’elle s’insère dans toutes les couches de la société et contribue à la formation d’une culture protonationale ou populaire. Le cas des nourrices est exemplaire, et l’auteur donne quelques chansons ou villancicos, où les mots d’origine africaine scandent le rythme musical et éveillent les enfants d’Espagnols à des sensibilités nouvelles. Le recours à ces nourrices noires est d’autant plus intéressant qu’à l’époque coloniale l’idée de la transmission par le lait de qualités et de défauts est très ancrée dans les mentalités. Comme l’écrit le voyageur Gemelli Carreri, les criollos, méprisés par les femmes de leur milieu, qui leur préfèrent les Européens, s’unissent aux mulâtresses, dont ils ont sucé, avec le lait, les mauvaises coutumes. Statut ambigu, s’il en est que celui de ces femmes, à la fois succédané maternel et source de vices. Les unions entre créoles et mulâtresses libres, ou « pardas » ne sont pas rares à Mexico, encore que l’auteur précise à juste titre que les registres ne sont pas toujours fiables parce que dans bien des cas l’origine raciale était modifiée (par exemple une mulâtresse peut devenir « métisse » et échapper ainsi à l’héritage servil) et aussi parce que beaucoup de ces unions n’étant pas consacrées religieusement, échappent ainsi à leur enregistrement. Signalons, p. 272 et suivantes, la reconstitution des liens familiaux intergénérationnels pour un certain nombre d’individus et la formation d’un groupe de parenté, auquel s’ajoutent des réseaux relationnels à l’intérieur du milieu « noir ». On trouve également un récapitulatif des différentes émeutes protagonisées par des Africains, dans lesquelles les femmes jouent un rôle actif. Les facteurs d’intégration mais aussi d’exclusion de ces populations sont bien analysés. La dernière partie de ce livre analyse un corpus iconographique de 89 illustrations dans lequel, outre les célèbres scènes des tableaux de castas, on trouve des compositions moins connues, comme les divers tableaux qui représentent la sainte noire Cirila (sur laquelle on aimerait en savoir davantage) ou les anges et autres personnages à la peau sombre peints par le mulâtre Juan Correa. De même des ex-voto et des paravents révèlent une société hétérogène et contrastée, où des gens d’origine africaine peuvent dans certains cas jouir d’une aisance économique supérieure à celle de beaucoup de métis ou de quelques Espagnols des basses classes.  A l’instar de Pilar Gonzalbo et de Douglas Cope, l’auteur insiste sur l’intérêt d’utiliser la notion de « qualité », calidad, qui englobe des critères de condition (préférable à « race »), de biens économiques,  d’occupation et de respectabilité individuelle et familiale. C’est effectivement en utilisant les catégories de l’époque que les études sur l’esclavage pourront dépasser la perspective réductrice de la race.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « María Elisa Velázquez, Mujeres de origen africano en la capital novohispana, siglos XVII y XVIII, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, UNAM, 2006, 515 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/8032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.8032

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search