Navigation – Plan du site
Romain Robinet

Rogelio Hernández Rodríguez, Historia Mínima del Partido Revolucionario Institucional

Mexico, El Colegio de México, 2016, 291 p.
Référence(s) :

Rogelio Hernández Rodríguez, Historia Mínima del Partido Revolucionario Institucional, Mexico, El Colegio de México, 2016, 291 p.

[25/06/2020]

Texte intégral

1Il faudrait sans doute plusieurs centaines d’ouvrages et d’articles pour cerner et comprendre le phénomène historique que fut le « Parti hégémonique » au Mexique. Formation mutante à la longévité bientôt séculaire, tour à tour PNR (Parti national révolutionnaire dès 1929), PRM (Parti de la Révolution mexicaine en 1938), et finalement PRI (Parti révolutionnaire institutionnel à partir de 1946), le protagoniste collectif du livre de Rogelio Hernández Rodríguez demeure, malgré plusieurs avancées éparses, un objet historique non identifié. En effet, aussi étrange que cela puisse paraître, les travaux portant sur l’histoire du PRI – lequel par son règne sans partage pourrait se confondre avec la trajectoire politique du Mexique au XXe siècle –, sont très peu nombreux. Les principales analyses concernant ce parti ont été essentiellement produites par les chercheurs en science politique et les sociologues, lesquels apparaissent succinctement dans le livre de Rogelio Hernández Rodríguez. Le principal travail historique sur le grand parti issu de la Révolution de 1910 est celui de Luis Javier Garrido (El partido de la revolución institucionalizada, Mexico, Siglo XXI, 1982), mais ce dernier se termine précisément en 1945, un an avant la fondation du PRI au sens strict. L’ouvrage de Rogelio Hernández Rodríguez vient donc combler un manque certain : il s’agit du premier récit historique concis permettant d’appréhender, de manière synthétique, le « Parti hégémonique », de 1929 à nos jours. L’écriture est fluide et se limite à l’essentiel. Le livre suit une trame chronologique, analysant successivement la formation du PNR, la structuration du PRM, puis les longues années priistes, de la fondation du parti en 1946 jusqu’à la défaite électorale de son candidat à l’élection présidentielle de l’an 2000, en passant par l’échec de la réforme de Carlos Madrazo en 1964-1965 et la capture de la vieille maison par la « technocratie » néolibérale à partir de 1982, phase dont le point d’orgue fut la présidence autoritaire de Carlos Salinas de Gortari (1988-1994). Le pari d’une « histoire minime » du PRI est donc amplement gagné. Le livre vient largement nuancer l’idée d’un parti instrumental, simple machine électorale, dont l’existence serait liée au bon vouloir du pouvoir exécutif. La grande clé de lecture de l’ouvrage porte ainsi sur le degré d’autonomie du parti hégémonique, dans les différentes périodes qui le marquèrent et le refaçonnèrent en fonction des rapports de force.

2Le chapitre 1 retrace la naissance du PNR en 1929. Le renversement du dictateur Porfirio Díaz et la Révolution de 1910 eurent pour conséquence une fragmentation du pouvoir. Les différents États de la République mexicaine tombèrent sous la coupe de dirigeants révolutionnaires, exerçant une forme de souveraineté de fait, disposant de milices armées, dictant leurs propres lois (agraires, sociales, éducatives), contrôlant des organisations de travailleurs et fondant parfois des partis politiques locaux. Le pouvoir central était tenu par le président Alvaro Obregón (1920-1924), lequel était soutenu par les caudillos des États qui, en échange, voyaient leur autonomie politique garantie. L’assassinat du général Obregón, en juillet 1928, ne pouvait que bouleverser cet équilibre. Son dauphin, Plutarco Elías Calles (1924-1928), qui devait faire l’intermède entre les deux mandats d’Obregón, dut faire face à une crise politique majeure. Il y répondit en créant le PNR. Il existait alors environ mille partis politiques au Mexique, certains d’ampleur nationale tels le Parti laboriste mexicain (PLM) de Luis Morones ou le Parti national agrariste (PNA) d’Antonio Díaz Soto y Gama et Aurelio Manrique. Dès 1929, le projet du PNR fut d’intégrer les syndicats à sa structure, tel que le faisait le PLM avec la Confédération régionale ouvrière mexicaine (CROM). Le plan initial, qui fut ensuite pleinement réalisé par le PRM puis le PRI, était donc de créer un parti-mouvement avant la lettre ou, tout du moins, « une organisation de masses ». Néanmoins, le PNR fut essentiellement, dans un premier temps, une structure de contrôle des caudillos régionaux, lesquels acceptèrent l’étiquette du nouveau parti pour agir en politique. En décembre 1928, les huit membres du Comité organisateur du futur PNR venaient de formations politiques différentes (Luis L. León du Parti révolutionnaire du Sonora, Manuel Pérez Treviño du Parti laboriste de Coahuila, Bartolomé García Correa du Parti socialiste du sud-est) et étaient largement familiarisés avec la forme parti, laquelle avait essaimé depuis la fin du XIXe siècle dans l’espace euro-américain et à partir des années 1910 au Mexique. Comme tout parti politique, le PNR était doté d’une ligne d’autorité verticale, reliant le Comité exécutif national (CEN) et le Comité directeur national (CDN), aux comités municipaux, en passant par ceux des États fédérés. Plusieurs formations nationales, notamment le PNA et le PLM (et donc la CROM), refusèrent de rejoindre le PNR. Les partis politiques locaux s’allièrent, sans fusionner, avec le PNR, lequel agissait parfois comme un parti « parapluie » pour les formations plus anciennes. Le PNR est ainsi décrit comme un parti faible au début des années 1930. La volonté des caudillos continuait de s’imposer à l’échelle locale et Calles parvint, peu à peu, à la réduire en interdisant formellement la réélection des gouverneurs et celle, consécutive, des maires, députés et sénateurs (modification constitutionnelle opérée difficilement en 1932). Le général Lázaro Cárdenas, chargé par Calles de diriger le PNR en octobre 1930, chercha à développer le militantisme au sein du parti, enjoignant les comités locaux à recruter des adhérents, dans le but de contrecarrer l’influence des partis locaux. Progressivement, le PNR gagna en puissance mais apparut rapidement comme un instrument direct au service de Calles, deus ex machina de la politique mexicaine entre 1928 et 1935.

3Le chapitre 2 analyse la transformation du PNR en PRM, puis en PRI. Cette opération fut essentiellement l’œuvre de Lázaro Cárdenas. Élu triomphalement président de la république en 1934, le « sphinx de Jiquilpan » semblait pourtant voué à demeurer la créature de Calles. Afin de se défaire de la tutelle du « Jefe Máximo de la Revolución », il usa pragmatiquement du seul levier pouvant échapper à Calles, le mouvement social. Cárdenas offrit ainsi un soutien tacite aux organisations ouvrières et aux ligues paysannes. L’auteur rappelle le rôle joué par le Comité national de défense prolétaire (CNDP), lequel regroupait plusieurs syndicats ouvriers et fut le principal soutien de Cárdenas dans l’affrontement médiatique et politique qui l’opposa à Calles en juin 1935. Calles choisit alors de quitter le pays, revint particulièrement affaibli politiquement en décembre 1935 et fut finalement expulsé du territoire en avril 1936. Les « masses » permirent à Cárdenas de s’imposer, au moment où le callisme était la force dominante au gouvernement, à la Chambre des députés, au Sénat et dans les États. Cárdenas effectua une véritable purge, se défaisant notamment de 25 gouverneurs (pour une trentaine d’États fédérés). Parallèlement, le président se chargea d’intégrer formellement les « masses » au PNR, à commencer par les paysans, en créant, sous la supervision du parti, des ligues dans chaque État fédéré. Ce processus mena à la formation de la CNC (Confédération nationale paysanne, 1938), futur « secteur paysan » du PRM et étroitement soumis au parti. L’organisation du futur « secteur ouvrier » fut plus délicate : sous la houlette du syndicaliste et intellectuel Vicente Lombardo Toledano, l’acteur central fut ici la CTM (Confédération des travailleurs mexicains, 1936), née de l’action unificatrice de l’UGOCM (Union générale des ouvriers et paysans du Mexique), elle-même issue d’une scission de la vieille CROM de Morones. Comme l’écrit l’auteur avec limpidité, la création de la CNC et du futur « secteur paysan » fut entièrement dirigée par le gouvernement cardéniste alors que le surgissement de la CTM et du « secteur ouvrier » fut essentiellement une initiative syndicale. En 1936, la CTM regroupait 3000 organisations et 600 000 affiliés. Ses dirigeants aspiraient à honorer son titre, en regroupant effectivement tous les « travailleurs » mexicains, ce qui incluait donc les paysans. Cette volonté fut contrecarrée par Cárdenas qui refusait de voir la paysannerie, bénéficiaire de la réforme agraire menée par son gouvernement, lui échapper. Regroupant désormais les paysans en son sein, le PNR devenait réellement un parti de masses, unique en son genre, avec plus de trois millions de militants en 1937, écrasant sous son poids les partis nés antérieurement, tels le Parti communiste ou le PLM qui ne pouvaient aligner qu’environ 20 000 militants chacun. Après la mutation quantitative, vint la mutation proprement formelle : la sectorisation du PNR. En 1937, les secteurs furent invités à sélectionner les candidats aux différentes élections, la direction du PNR rendant ensuite son arbitrage. C’était conforter le pouvoir des syndicats affiliés au parti sur cette base sectorielle. En 1937, quatre secteurs étaient en cours de constitution : « ouvrier », « paysan », « militaire » et « populaire ». La mue s’acheva avec la création du PRM, joyau du « corporatisme » mexicain, lequel dura jusqu’au début des années 1990 et qui demeure encore une grille de lecture de la politique mexicaine en 2020. Le mécanisme de l’affiliation obligatoire vint alors apporter des millions « d’adhérents » (mais non nécessairement des « militants » comme le souligne habilement l’auteur), et ce jusqu’en 1996 (date où fut interdite toute incorporation collective à un parti politique). Le PRM naquit formellement en 1938, instituant la sectorisation politique, telle une société d’ordres futuriste. Seule l’affiliation collective, via une organisation sociale, était possible. Les individus ne pouvaient rejoindre le PRM qu’en l’absence d’une organisation sociale représentative. L’organe directeur du Parti, le Comité central exécutif (CCE), comprenait six membres, dont quatre correspondaient aux secteurs cités. Dans sa nouvelle mouture, le Parti désormais hégémonique reconnaissait officiellement la « lutte des classes » et se proposait d’établir un régime « socialiste ». La politique sociale de Cárdenas donnait sens à ce projet : il fallait ainsi passer par la CNC et le secteur paysan pour obtenir des terres dans le cadre de la réforme agraire. Le PRM fut donc une expérience unique dans l’histoire politique contemporaine. En 1938, le parti comptait 4 305 000 membres (2,5 millions de paysans, 1,25 million d’ouvriers, 500 000 adhérents du secteur populaire, 55 000 soldats)… à comparer aux 19,6 millions de Mexicains recensés en 1940. Le successeur de Cárdenas, Manuel Ávila Camacho (1940-1946), fut à l’origine du PRI. Il opéra d’abord un recentrement politique, favorisant l’unité nationale dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, poursuivant la conciliation avec l’Église catholique, s’opposant aux revendications ouvrières et agraires. Le secteur militaire fut supprimé dès décembre 1940 afin de dépolitiser l’armée. La « collaboration » remplaça la « lutte des classes ». Le ténor de la gauche syndicale, Lombardo Toledano, céda la place à Fidel Velázquez qui prit le contrôle de la CTM pour plusieurs décennies. Le PRM perdit son grand journal, El Nacional, qui passa sous la coupe de la Secretaría de Gobernación (équivalent du ministère de l’intérieur). Le parti devait se contenter de gagner les élections. En somme, le gigantesque parti-mouvement construit par Cárdenas devenait un prodigieux instrument de contrôle sociopolitique. La tectonique des secteurs fut modifiée : afin de faire contrepoids à la CTM et à la CNC, Ávila Camacho favorisa la création de la CNOP (Confédération nationale des organisations populaires, 1943) pour renforcer le « secteur populaire », avec dix catégories sociales (allant des femmes aux enseignants, en passant par les jeunes et les fonctionnaires). Comme le rappelle l’auteur, le PRM dans sa dimension corporative, aurait pu périr au moment où soufflait le vent démocratique lié au combat des Nations Unies. Néanmoins, le projet de création d’un « Parti démocrate mexicain », évoqué en 1944, ne fut pas adopté. Le PRM devint PRI en janvier 1946, synthétisant les inflexions politiques opérées par Ávila Camacho. Le PRI conserva toutefois sa structure à trois pôles : les trois secteurs (ouvrier, paysan, populaire) contrôlaient les instances dirigeantes du parti (l’Assemblée nationale, la Grande commission et le Comité central exécutif). Le syndicalisme mexicain acquit ainsi sa véritable caractéristique : non pas défendre fondamentalement les travailleurs, mais offrir aux plus fidèles d’entre eux un espace politique protégé, pouvant mener à la députation.

4Le chapitre 3 avance l’idée d’une « léthargie » du PRI, correspondant à son âge d’or, et ce jusqu’à la tentative de réforme de Carlos Madrazo en 1964-1965. L’auteur rappelle que le « miracle mexicain » favorisa la paix politique et sociale. Le PRI devint un « administrateur d’élections », devant gagner systématiquement, ce qui était alors perçu par la population comme un « mal non questionnable » (p. 85). En réalité, la véritable politique se faisait à l’intérieur du PRI. Comme le résume l’auteur : les grands groupes sociaux du pays étaient intégrés au parti et se partageaient allègrement les postes politiques ; le gouvernement distribuait de nombreux bénéfices ; les triomphes électoraux n’avaient donc pas besoin de la fraude pour devenir réalité (p. 87). Soulignons, au passage, qu’il faudrait tout de même plus de travaux empiriques pour l’affirmer. Disposant confortablement du monopole de la politique légitime, le PRI ne fut pas poussé à faire son aggiornamento. Deux types de membres du PRI se distinguaient alors : les adhérents des centrales syndicales, et donc des secteurs, se mobilisaient surtout en période d’élections ; les militants réels, proches des élus et notamment des gouverneurs des États, effectuaient les tâches quotidiennes. Les réformes politiques menées par l’Exécutif affectèrent essentiellement les partis d’opposition (création des « députés de parti » en 1964, lesquels correspondaient à une forme de proportionnelle visant à contenter la droite, loi favorisant la création de partis de gauche en 1977).

5Le chapitre 4 revient sur la tentative de réforme du parti par Carlos Madrazo. En 1960, le Mexique était devenu, pour la première fois, un pays majoritairement urbain. La sociologie de la République ne correspondait plus à la géopolitique des secteurs, figée depuis les années 1940. Lors de sa prise de fonctions comme président du PRI en décembre 1964, Madrazo apparut déterminé à transformer les huit millions d’adhérents passifs du PRI en véritables militants. Les militants actifs, peu nombreux mais présents dans les États, étaient avides de postes politiques. La grande réforme de Madrazo consista à instaurer des élections internes (ou primaires) à l’échelon municipal, là où le pouvoir du PRI avait été contesté depuis la fin des années 1950. Les comités de section du PRI devaient organiser des élections pour choisir les candidats aux postes municipaux. La réforme était, somme toute, modérée : pour les futurs maires, les militants individuels et les représentants des secteurs pouvaient se présenter au vote des membres du PRI. Pour les autres postes municipaux, les secteurs présentaient des listes, mais ils entraient en compétition entre eux. La « réforme Madrazo » visait donc à récompenser les militants locaux les plus dynamiques et à sortir les secteurs de leur léthargie, lesquels continuaient de conserver leur force de frappe et pouvaient toujours faire voter leurs affiliés comme un seul homme. Les grands perdants de la « réforme Madrazo » étaient les gouverneurs qui ne pouvaient plus placer leurs protégés dans les municipalités. Les capitales des États menaçaient dès lors sérieusement de leur échapper au profit de priistes rivaux. Des candidats furent ainsi choisis dans 1151 municipalités en 1965, et il est probable que les secteurs aient déployé leurs armées d’adhérents pour triompher des militants actifs. Malgré cet élan proto-démocratique, le projet de Madrazo fut rapidement enterré. Le président du PRI souhaitait en effet étendre le mécanisme aux élections des députés des États, aux législatives nationales et aux élections des gouverneurs. La répartition classique des postes au sein de la Chambre des députés entre les trois secteurs aurait pu voler en éclats. Madrazo démissionna fin 1965 et le PRI revint au vieux système des quotas fixes d’élus entre secteurs.

6Le chapitre 5 fait le procès de la « technocratie » qui s’empara de l’Exécutif avec Miguel de la Madrid en 1982, provoquant par son agenda néolibéral une profonde « fracture » au sein du PRI, alors encore largement animé par l’idéologie du nationalisme révolutionnaire. Afin de nuancer son propos, l’auteur rappelle l’étanchéité qui existait entre les carrières gouvernementales et les carrières au sein du PRI. De 1946 à 2000, la majorité des ministres (58 %) étaient préalablement passés par les cabinets et la haute fonction publique. La règle dominante n’était donc pas de gravir les échelons au sein du PRI pour devenir ministre : on devenait, en réalité, ministre, parce que l’on avait commencé, relativement jeune, dans la haute fonction publique et comme collaborateur. La « technocratie », comme la « vieille élite politique », se forma ainsi dans la haute administration, mais essentiellement au Ministère des finances (Secretaría de Hacienda) et à la Banque du Mexique. Obsédée par la rigueur budgétaire, la « technocratie » rompit avec le programme social du PRI, devenant politiquement proche du Parti action nationale (PAN, droite). De la Madrid, puis Salinas, favorisèrent l’austérité budgétaire, multiplièrent les privatisations et, ce faisant, minèrent le socle électoral traditionnel du PRI. Les gouverneurs furent systématiquement remplacés par des membres de la technocratie, politiquement peu expérimentés et qui eurent ensuite bien du mal à apporter des soutiens électoraux lors de la présidentielle de 1988. Le PAN arracha même au PRI l’État de Basse Californie en 1989. La Chambre des députés résista, tant bien que mal, grâce au système corporatiste des quotas entre secteurs. Face aux technocrates, une dissidence se forma sous le nom de « Courant démocratique » en juillet 1986. Menée par Porfirio Muñoz Ledo et Cuauhtémoc Cárdenas, elle reprit le nationalisme révolutionnaire du PRI, chercha à obtenir une reconnaissance formelle, demanda des primaires, et fut expulsée de la vieille maison à l’approche des élections présidentielle de 1988. Cuauhtémoc Cárdenas présenta sa candidature à l’aide d’un vieux parti anciennement lié au PRI, le Parti authentique de la révolution mexicaine (PARM), obtenant un score considérable à l’élection de 1988 (31,1 % des voix). Les membres du Courant démocratique fondèrent ensuite le PRD (Parti de la révolution démocratique) avec la gauche issue du courant communiste, que l’auteur assimile un peu rapidement à une sorte de nouveau PRI, lui aussi « étatiste, clientéliste et paternaliste » (p. 179).

7Le chapitre 6 analyse comment le président mal élu en 1988 (50,4 % des voix alors que ses prédécesseurs en obtenaient le plus souvent 80 %) vint très profondément changer le fonctionnement du PRI, diminuant largement le pouvoir des secteurs. Carlos Salinas de Gortari commença d’abord par changer les règles du jeu politique en créant l’Institut fédéral électoral (IFE) en 1990, qui échappa graduellement au contrôle de l’Exécutif. Salinas essaya de se donner une image de démocrate, en négociant arbitrairement plusieurs postes d’élus avec l’opposition, au détriment de victoires électorales du PRI. Il favorisa surtout une grande réforme du parti en 1990, entreprise par son ami Luis Donaldo Colosio. Comme pour la « réforme Madrazo », la cible fut le corporatisme. L’affirmation des classes moyennes depuis les années 1950 rendait obsolète la tripartition en secteurs. Les syndicats de travailleurs liés au PRI étaient également des obstacles de fait à l’agenda néolibéral de Salinas. L’objectif fut donc, pour Salinas et Colosio, de « territorialiser » le PRI (p. 203). L’affiliation devait être géographique, non sectorielle. C’était finalement donner le pouvoir aux gouverneurs des États. La XIVe Assemblée du PRI (l’équivalent du congrès national du parti) adopta de nouveaux statuts allant dans ce sens. La réalité du pouvoir passa dans les mains du nouveau Conseil politique national (CPN), lequel devait sélectionner le candidat du PRI à la présidence. Le CPN regroupait encore les organisations des secteurs, mais non les secteurs en tant quel, et les diluait avec une représentation territoriale, composée notamment des comités priistes des États et des représentants des législateurs. En somme, le pouvoir priiste passa des secteurs aux militants actifs qui étaient étroitement liés aux gouverneurs.

8Le chapitre 7 et l’épilogue portent sur les années post-Salinas, sur la présidence d’Ernesto Zedillo (1994-2000), les années d’opposition (2000-2012) et le retour du PRI aux affaires en 2012. L’auteur insiste sur l’autonomie du PRI dans les États, révélée notamment par la solidarité des priistes du Tabasco en faveur du maintien de Roberto Madrazo comme gouverneur. Le président de la République, à partir de Zedillo, n’était plus le deus ex machina du PRI. Les gouverneurs devinrent les hommes forts du parti hégémonique. L’auteur décrit ainsi un processus d’autonomisation du PRI vis-à-vis de la présidence de la République. Après la défaite du candidat Francisco Labastida à l’élection présidentielle de l’an 2000, le corporatisme ressurgit sous une autre forme, avec un retour des secteurs au sein du Conseil politique national en 2001 et l’usage de certaines forces sociales comme appui électoral (à l’instar du Syndicat national des travailleurs de l’enseignement, dirigée par la priiste Elba Esther Gordillo). Le livre se termine par des considérations sur l’époque actuelle, mais qui apparaissent quelque peu datées, après l’écrasante défaite du candidat priiste à l’élection présidentielle de 2018.

9Dans l’ensemble, le livre de Rogelio Hernández Rodríguez est donc un guide sûr pour qui veut appréhender l’histoire du « Parti hégémonique » de manière synthétique. Il est regrettable que son ouvrage ne donne pas plus d’éléments sur les secteurs, lesquels apparaissent d’ailleurs peu dans la bibliographie. Les militants du PRI auraient pu faire l’objet d’analyses approfondies et il est fort dommage que le livre se concentre uniquement sur les dirigeants du parti et les présidents de la République. Le priisme populaire n’est pas abordé, pas plus que le lien du PRI aux femmes, alors même qu’elles devinrent pleinement citoyennes en 1953, au moment de l’âge d’or du parti. Enfin, il n’y a rien concernant les relations internationales entre le PRI et les autres partis politiques d’Amérique latine. Ces lacunes correspondent cependant avec celles de l’historiographie sur le sujet et n’enlèvent rien au caractère pertinent de cette « histoire minime » du PRI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Robinet, « Rogelio Hernández Rodríguez, Historia Mínima del Partido Revolucionario Institucional », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/80792

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Angers, TEMOS-CNRS (UMR 9016)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page