Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2020Karin Fischer, Clases dominantes ...

Damien Larrouqué

Karin Fischer, Clases dominantes y desarrollo desigual. Chile entre 1830 y 2010

Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2017, 216 p.
Référence(s) :

Karin Fischer, Clases dominantes y desarrollo desigual. Chile entre 1830 y 2010, Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2017, 216 p.

[25/06/2020]

Texte intégral

  • 1 Philosophe et sociologue marxiste d’origine grecque, Nicos Poulantzas (1936-1979) a certes fait sa (...)
  • 2 Sociologue américain, C. Wright Mills (1916-1962) est célèbre pour son ouvrage The Power Elite (195 (...)

Traduit de l’allemand, cet ouvrage initialement publié en 2011 est le fruit des travaux menés sur la recomposition des élites chiliennes par Karin Fischer, professeure de sociologie politique à lUniversité de Linz. Influencée par les réflexions classiques de Nicos Poulantzas1 et de Charles Wright Mills2 auxquelles elle se réfère explicitement en introduction, la chercheuse autrichienne dresse une sociogénèse de la construction et perpétuation des « classes dominantes » au Chili depuis les fondements de la République. Si le projet est ambitieux, le résultat nen savère pas moins convaincant. L’auteure soutient que la formation et consolidation de l’élite économique et politique chilienne recoupent, de l’État oligarchique de la fin du XIXe siècle à l’État néolibéral actuel, les grandes orientations institutionnelles nationales. En clair, cette élite a mis la puissance publique à son service. Elle forme un « bloc de pouvoir » (p. 20), dont la chercheure s’emploie à démontrer la cohérence sur la longue durée (en français dans le texte, loc.cit) par-delà les alliances mouvantes, les trajectoires individuelles disparates ou les évolutions macro-économiques plus générales.

  • 3 Si on excepte le prologue rédigé par Alejandro Pelfini, (docteur de l’Université de Fribourg et pro (...)
  • 4 Pour plus de renseignements, Cf. Damien Larrouqué, « OK pour 30 pesos ? Vertus et contradictions de (...)

Un peu court certes3, mais solidement argumenté et surtout très bien structuré, cet ouvrage scientifique se lit sans aucune difficulté. Il se divise en quatre chapitres d’une quarantaine de pages chacun. Le premier porte sur le siècle libéral (1830-1930). On y apprend notamment qu’un certain Jean Courcelle-Seneuil, disciple de Jean-Baptiste Say, a inauguré au milieu du XIXe siècle la chaire de science économique de l’Université du Chili et s’avère considéré comme l’un des premiers experts en gestion publique d’une longue liste de technocrates toujours aussi influents à l’heure actuelle4. Plus généralement, la chercheure détaille le processus « d’aristocratisation de la bourgeoisie » (p. 40) qui s’est structuré à la faveur du développement des activités minières et agro-exportatrice, et notamment du boom du salpêtre après la guerre du Pacifique (1879-1884). L’auteure rappelle que le dynamisme du modèle d’extraversion économique doit beaucoup à la « (sur)exploitation de la force de travail » (p. 46), dont le massacre par les troupes militaires des ouvriers en grève d’Iquique en décembre 1907 en constitue une preuve paroxystique. En somme, ni les progrès infrastructurels (chemins de fer, travaux publics, extension de la couverture scolaire, etc.), ni la mise en place de quelques lois sur le travail dans les années 1910 (repos dominical, protection des enfants, couverture contre les accidents, etc.) ne permettent de considérer le développement sous l’ordre « conservateur-autoritaire » (p. 50) autrement que comme élitiste et socialement excluant. Au demeurant, le krach newyorkais de 1929 qui est à lorigine d’une crise économique sans précédent au Chili, a démontré à la fois la fragilité du modèle d’accumulation capitaliste comme la dépendance des élites locales aux circuits financiers internationaux.

  • 5 Notons que sous le gouvernement de Frei (1964-1970), a été lancée une réforme agraire relativement (...)

Dans le second chapitre, Karin Fischer s’intéresse à la phase développementaliste (1930-1973) durant laquelle est promu un modèle stato-centré, dont le socle repose sur la consommation et l’inclusion des ménages urbains5. Épine dorsale du projet d’industrialisation par substitution d’importation (ISI), la Corporation de promotion de la production (Corfo) multiplie les participations dans pas moins de 500 entreprises nationales. Or, comme le souligne l’auteure, cette institution publique est alors largement inféodée aux quatre principales organisations patronales qui siègent au sein de son conseil d’administration (Sofofa [industrie], SNA [agriculture], Sonami [mines] et CCC [commerce]). Sous cet angle, la Corfo se donne moins à voir comme un outil de promotion du développement national que comme un instrument dévoyé au service des intérêts privés. À la lecture de ce chapitre, il est frappant de constater à quel point le secteur économique s’est concentré sous l’égide de l’État développementaliste. Durant la période ISI, une quinzaine de grandes familles se sont constituées des empires industriels et financiers. À de rares exceptions près, cette grande bourgeoisie va faire fait front commun contre le gouvernement d’Allende et applaudir le coup d’État de septembre 1973.

  • 6 Nobel d’économie et philosophe britannique d’origine autrichienne, Friedrich Hayek (1899-1992) est (...)

Le troisième chapitre se consacre à la période dictatoriale (1973-1990), au cours de laquelle sont jetées les bases du néolibéralisme autoritaire. De notre point de vue, ce chapitre est le plus stimulant. Outre une fine analyse de la constitutionnalisation d’une conception hayekienne du droit6, l’auteur esquisse une prosopographie des célèbres « Chicago Boys », du nom de ces économistes formés au monétarisme dans les années 1960 et qui vont accaparer les postes de responsabilités administratives sous le Pinochétisme. L’auteur les désigne par leurs noms, leurs fonctions et surtout évoque leurs différentes promotions au cours de la période. Si leurs préceptes radicaux ont pu initialement susciter des réserves au sein du gouvernement militaire (notamment parmi les cadres de l’armée de l’air, favorables à un dirigisme de type corporatiste), ils n’en ont pas moins été les chevilles ouvrières du démantèlement de l’État. Les privatisations d’environ 650 entreprises publiques, octroyées sous des conditions préférentielles et peu concurrentielles, ont permis à l’élite économique de conforter ses positions acquises. De surcroit, la dérégulation, l’interdiction des syndicats et la pression à la baisse sur les salaires a renforcé l’accumulation des richesses. Quant à l’effondrement bancaire en série du début des années 1980, il a été jugulé par l’intervention publique, selon un principe en théorie tout à fait contradictoire avec la doxa néolibérale, de « privatisation des bénéfices et de mutualisation des pertes ». Au final, à la fin de la dictature, sept conglomérats contrôlaient 75 % des 300 principales entreprises responsables de la majeure partie des exportations. Le préjudice pour l’Etat chilien de la vente bradée de ses actifs a été estimé en 2004 à plus de 2 milliards de dollars.

Dans le dernier chapitre, l’auteure se penche sur la période contemporaine de « néolibéralisme démocratique » (p.147). Chiffres à l’appui, elle montre que les financements des politiques sociales durant les gouvernements de la Concertation sont restés maigres : ils ont stagné autour de 12 % du produit intérieur brut (PIB). Quant aux investissements publics en général, ils n’excèdent pas les 25 % du PIB. La raison de ce sous-investissement chronique réside dans une paupérisation institutionnelle voulue et qui s’illustre dans le caractère particulièrement régressif du système fiscal chilien. Comme le résume la politiste : « réclamer l’argent aux riches ne fait pas partie des programmes de gouvernement. La redistribution est restée un sujet tabou de l’ère démocratique » (p. 151). À titre d’exemple, l’impôt sur les sociétés a tout juste atteint 17 % en 2001. Dans le même temps, Codelco, l’une des seules entreprises publiques du secteur minier doit reverser 40 % de ses bénéfices au trésor public. En clair, la santé financière de l’État chilien est tributaire des cours internationaux du cuivre, principal produit d’exportation du pays, loin devant le vin ou le saumon. Du reste, la dérégulation s’est poursuivie. Depuis 2001, les fonds de pensions peuvent investir les cotisations de leurs adhérents à l’étranger, au détriment de l’activité économique locale et au risque de renforcer leur vulnérabilité. Dans le même temps, la rigueur budgétaire a été érigée en principe indéboulonnable de la politique économique : l’État est tenu chaque année d’atteindre un excédent de 1 % du PIB. Quant aux systèmes de santé, d’éducation et de retraite, ils continuent à fonctionner à plusieurs vitesses : privés dans leur majorité, les prestataires se livrent une concurrence acharnée qui ne garantit en rien leur efficience ni l’égalité de traitement entre les usagers-citoyens.

  • 7 Pour plus de renseignements sur l’explosion sociale d’octobre 2019, voir le dossier spécial que j’a (...)

Pour résumer, ce livre parcourt l’histoire contemporaine chilienne en vue de mettre en lumière le pouvoir d’interférence qu’a joué l’élite économique dans le destin du pays. Avec une certaine perspicacité, l’auteur souligne l’outrecuidance de cette élite qui a toujours considéré son modèle de développement comme plus performant que ceux de ces voisins, incapables « de maintenir l’ordre dans leurs États et leurs économies » (p. 169). Cette vision partagée par l’establishment local fait écho à la désormais célèbre allocution du président Piñera qui s’enorgueillissait, fin septembre 2019, que « le Chili [était] une oasis de stabilité dans une Amérique latine convulsive ». Trois semaines plus tard, le pays s’embrassait7. Même si sa publication originale remonte à presque dix ans, ce livre demeure donc d’une actualité brûlante. Pour quiconque vit au Chili, il est également très instructif, car il retrace en filigrane l’histoire de ces nombreuses entreprises qui font partie – pour ne citer que les plus connues – de notre « paysage » médiatique (El Mercurio), énergétique (Copec) ou financier (Banco de Chile) quotidien. Précisons enfin que, comme tout ouvrage scientifique qui se respecte, le manuscrit a fait l’objet d’une évaluation à l’aveugle (p. 6). Or, pour les latino-américanistes européens que nous sommes, il est toujours rassurant de constater que peuvent être produits et a fortiori publiés sur la région des ouvrages de qualité par des chercheurs qui ne sont pas ressortissants du ou des pays sur le(s)quel(s) ils travaillent.

Haut de page

Notes

1 Philosophe et sociologue marxiste d’origine grecque, Nicos Poulantzas (1936-1979) a certes fait sa carrière académique en France, mais s’avère sans doute plus connu en Amérique latine, où il apparaît comme l’un des théoriciens de l’État les plus influents. Selon lui, la cristallisation de rapports de classes se manifeste dans « l’ossature matérielle » de l’État ; c’est-à-dire dans son organisation bureaucratique et plus largement dans les finalités politiques qui lui sont assignées. La pensée de Poulantzas a irrigué de nombreux travaux structuralistes dans les années 1970-1980. Lire notamment son dernier livre, Nicos Poulantzas, L’État, le pouvoir, le socialisme [1978], Paris, Les Prairies ordinaires, 2013.

2 Sociologue américain, C. Wright Mills (1916-1962) est célèbre pour son ouvrage The Power Elite (1956) – traduit en français sous le titre L’Elite au pouvoir chez Agone, en 2012, dans lequel il analyse l’endogamie institutionnelle, politique et économique d’une élite américaine qui vit coupée des autres groupes sociaux. Pour plus de renseignements, lire le compte rendu de François Thoreau publié dans la revue Lectures. Cf. François Thoreau, « C. Wright Mills, L’élite au pouvoir », Lectures, Les comptes rendus, 15 juin 2012.

3 Si on excepte le prologue rédigé par Alejandro Pelfini, (docteur de l’Université de Fribourg et professeur à l’Université Alberto Hurtado) d’une part, ainsi que les tableaux annexes et la bibliographie d’autre part, le manuscrit en tant que tel fait tout juste 174 pages. Aussi et au-delà de l’ouvrage désormais classique tiré de la thèse soutenue à l’EHESS par Manuel Gárate, on renverra le lecteur curieux ou avide de plus d’informations vers l’un des premiers livres d’économie politique historique publié sur le Chili par le chercheur uruguayen Javier Rodríguez Weber. Cf. Manuel Gárate Château, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2012, 590 p. & Javier E. Rodríguez Weber, Desarrollo y desigualdad en Chile (1850-2009). Historia de su economia política, Santiago, LOM Ediciones, 2018, 324 p.

4 Pour plus de renseignements, Cf. Damien Larrouqué, « OK pour 30 pesos ? Vertus et contradictions de la techno-démocratie chilienne », Ideas. Idées d’Amériques, n° 15, 2020.

5 Notons que sous le gouvernement de Frei (1964-1970), a été lancée une réforme agraire relativement significative. Environ un quart des grands domaines ont vu leurs terres redistribuées. Malheureusement, la conservation des outils de production (tracteurs, cheptels, semences) par les anciens propriétaires a limité drastiquement la portée de la réforme, voire a même empiré la concentration foncière dès lors que les paysans se sont retrouvés contraints, dans ces conditions, de céder leurs parcelles.

6 Nobel d’économie et philosophe britannique d’origine autrichienne, Friedrich Hayek (1899-1992) est considéré comme l’un des pères fondateurs du néolibéralisme moderne. Pourfendeur de toute forme d’interventionnisme étatique (pour lui synonyme de totalitarisme), il a théorisé une vision radicale de la législation qui ne doit se limiter qu’à assurer les conditions d’une concurrence libre et non faussée d’une part et la défense du sacro-saint principe de propriété d’autre part. Admirateur de Pinochet, il est venu lui rendre visite à deux reprises, en 1977 et 1981. Pour plus de renseignements sur la philosophie hayekienne, cf. Gilles Dostaler, « Hayek et sa reconstruction du libéralisme », Cahiers de recherche sociologique, n° 32, 1999, p. 119-141 ; Philippe Nemo, « La théorie hayékienne de l’ordre auto-organisé du marché (la « main invisible ») », Cahiers d’économie politique / Papers in Political Economy, n° 43, 2002, p. 47-67 & Thomas Picketty, Capital et idéologie, Paris, Seuil, 2019, p. 821-829. Pour ce qui est des séjours de Hayek au Chili, voir Bruce Caldwell, Leonidas Montes, « Friedrich Hayek y sus dos visitas a Chile », Estudios Públicos, n° 137, 2015, p. 87-132.

7 Pour plus de renseignements sur l’explosion sociale d’octobre 2019, voir le dossier spécial que j’ai coordonné à ce sujet pour la revue Ideas. Cf. Damien Larrouqué, « Introduction. Le Chili s’est réveillé… et après ? », Ideas. Idées d’Amériques, n° 15, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Karin Fischer, Clases dominantes y desarrollo desigual. Chile entre 1830 y 2010 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/80812

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

Chercheur post-doctoral INAP-Université du Chili
damien.larrouque@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search