Navigation – Plan du site
Débats | 2020
João Pedro Galvão Ramalho, Manoel Rendeiro Neto, Vinicius Sodré Maluly et Tiago Luís Gil

Les groupes autochtones et la morphologie de la conquête en Amérique Portugaise

Os grupos nativos e a morfologia da conquista na América Portuguesa
Native people and the morphology of conquest in Portuguese America
Traduction de Jean Legroux
[25/06/2020]
Cet article est une traduction de :
Os grupos nativos e a morfologia da conquista na América Portuguesa

Résumés

Par la mise en rapport entre l'histoire indigène et l'histoire de l'urbanisme – généralement traitées de façon séparée – notre article vise à présenter l'action indigène comme l'un des principaux, sinon le principal, facteur explicatif de la morphologie de la conquête européenne em Amérique portugaise, pensée ici comme des espaces effectivement occupés dans la forme de vilas et de cidades. Nous avons examiné cette affirmation en utilisant trois chroniques de différents siècles, une du XVIe, une autre du XVIIe et une dernière du XVIIIe siècle, en évaluant les dynamiques d'occupation au cours du temps. Ensuite, un bilan de cas régionaux dans une historiographie récente a été réalisée autour du poids des groupes indigènes dans le processus d'occupation européenne, dans ses multiples possibilités d'action dans différentes régions. Finalement, les données agrégées issues de fondations des vilas ont été comparées avec les informations concernant les populations natives au long de la période coloniale, en démontrant la forte relation entre les deux processus.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient Eduardo Neumann pour sa lecture critique au cours du processus d’écriture et à Jean Legroux pour la traduction.

  • 1 Reis Filho, Nestor Goulart, Contribuição ao estudo da evolução urbana do Brasil, 1500-1720, São Pau (...)

1L’historiographie de l’occupation européenne en Amérique a toujours mis l’accent sur les facteurs économiques dans le processus de la conquête, prise ici du point de vue territorial, bien que d’autres éléments tels que la religion et la politique n’aient jamais été complètement négligés. La production (monocultures ou activités minières) fut, principalement, l’élément de base motivant les avancées sur le territoire américain, y compris au sein des modèles explicatifs qui mettaient en avant le commerce atlantique en tant qu’élément central de l’économie coloniale. Dans ce modèle interprétatif, ce serait la nécessité de nouvelles terres labourables et la découverte de nouvelles ressources qui auraient motivé les désirs expansionnistes d’agents métropolitains sur des territoires étrangers.1

  • 2 Il existe cependant des travaux récents qui prennent davantage en compte l’activité indigène face à (...)

2D’un autre côté, les groupes indigènes, en dépit de leur importance reconnue de façon croissante, sont en général abordés en tant que témoins et que victimes des avancées territoriales européennes. Dans l’historiographie récente et dans la production actuelle, les groupes natifs sont étudiés dans la pluralité de leurs manifestations, mais en revanche ils n’ont pas été considérés à leur juste mesure, si nous pensons aux modèles d’occupation des territoires qui ont été progressivement incorporés par les européens2. Les modèles explicatifs qui traitent de l’occupation spatiale européenne ont tendance à ignorer l’importance des indigènes dans ce processus, puisque les considérations théologiques ne font que renforcer un statut permanent de victimes. Notre article se base sur l’idée selon laquelle l’occupation européenne en Amérique fut dessinée à partir d’une expérience native – non au travers d’un projet pan-natif – mais par les caractéristiques des différentes formes d’interaction que les groupes indigènes ont adoptées vis-à-vis des nouveaux arrivants. Plus que le dessin résultant des espaces occupés par les lusophones, nous nous intéressons aussi à son « solde négatif », c’est-à-dire aux espaces où les portugais n’ont pas réussi à pénétrer ou qu’ils ont échoué à incorporer aux institutions coloniales.

3En mettant l’accent sur la présence spatiale des groupes natifs dans les récits coloniaux, un dialogue potentiel entre l’histoire de l’urbanisme et l’histoire indigène se révèle être d’une grande pertinence. Une fois de plus, force est de reconnaître l’irresponsabilité/impossibilité d’écrire sur les temps coloniaux sans prendre en considération la participation de groupes indigènes, même dans des espaces assumés et vus comme non-indigènes du fait de leurs caractéristiques urbaines (villages, chefs-lieux et villes). En réalité, l’existence même de ces espaces dépendait de facteurs sur lesquels les politiques indigènes de différents groupes avaient la main, et non pas les colonisateurs.

4Cette hypothèse se dédouble à partir d’une approche différente, à la recherche d’une vision panoramique face aux cas et récits de conquête. Pour ce faire, nous présentons trois documents coloniaux datant d’époques différentes (du XVIe siècle, du XVIIe et du XVIIIe siècle) afin de démontrer à quel point les peuples natifs, aux yeux des portugais, ont été des personnages centraux (bien que non désirés) dans la formation territoriale construite par les européens. Nous présentons ensuite des études récentes qui démontrent le poids des sociétés natives dans la conquête de lieux très différents de l’Amérique Portugaise. Enfin, nous analyserons quelques données quantitatives et cartographiques, obtenues à partir des données du projet « Atlas Numérique de l’Amérique Portugaise ».

La conquête et ses chroniqueurs

  • 3 Pratt, Mary Louise, Imperial eyes: Travel writing and transculturation, London, Routledge, 2007; Ca (...)

5Les récits du processus de conquête sont fréquents tout au long de la période coloniale. Bien que nombre d’entre eux aient un caractère de propagande de la nouvelle terre, leurs chroniques comportent toujours des récits des avancées européennes dans le Nouveau Monde3. Nous prenons trois auteurs connus de l’historiographie coloniale du Brésil : Gabriel Soares de Souza (XVIe siècle), Frei Vicente de Salvador (XVIIe siècle) et le père José Monteiro de Noronha (XVIIIe siècle). Nous utilisons la même méthode pour l’analyse de ces récits, c’est-à-dire la création de bases de données à partir des références en termes de groupes indigènes, de conflits, d’efforts de conquête et de paix. Si, par exemple, dans tel ou tel chapitre, nous trouvons l’indication d’un conflit entre les portugais, soutenus par les Tabajaras et les Potiguar, nous supposons la présence de ces peuples dans le lieu en question, outre le fait de prendre en compte le conflit en tant que tel. Bien évidemment, cette conclusion n’est pas immédiate, mais, en appliquant cette méthode logico-conclusive à tout le spectre descriptif des sources, nous pouvons percevoir certains contours caractéristiques de la présence indigène dans le Brésil colonial et leurs relations diversifiées avec les européens.

  • 4 Note du traducteur : dans le texte original, les auteurs abordent les « lugares », les « vilas » et (...)
  • 5 Azevedo, Gabriela Soares de, Leituras, notas, impressões e revelações do Tratado Descritivo do Bras (...)

6Gabriel Soares de Souza a écrit plusieurs textes qui ont été regroupés au XIXe siècle par Francisco Adolfo de Varnhagen, sous le nom « Traité Descriptif du Brésil » (Tratado Descritivo do Brasil). L’un de ces textes est la « Feuille de Route Générale avec des informations amples sur toute la côte du Brésil », œuvre composée de 74 courts chapitres, avec une description détaillée de la côte atlantique de l’Amérique du Sud, entre le fleuve Amazone et celui de la Plata. La majeure partie des chapitres comporte une description d’un découpage géographique de la côte, presque toujours entre deux fleuves, à l’instar de celui où « la côte du Rio Grande s’étend jusqu’à celui de Santa Cruz », ou encore portant sur des régions plus connues, comme la partie où il « déclare que la côte de l’Espirito Santo s’étend jusqu’au cap de S. Thomé ». Outre ces chapitres descriptifs du littoral, il y en existe 14 autres portant sur l’histoire des capitaineries, des chefs-lieux, des villes4et sur les personnages qui ont « découvert » ces nouvelles terres. Une troisième catégorie de chapitres comporte ceux qui s’attachent exclusivement à décrire les usages et coutumes des peuples autochtones, auxquels Gabriel Soares de Souza dédie 9 chapitres. Ainsi, parmi les 74 chapitres, 51 portent des descriptions géographiques, 14 « historiques » et 9 « ethnographiques »5.

  • 6 Note du traducteur: Les engenhos désignent des installations agricoles fonctionnant avec des moulin (...)

7Cela nous indique quelque chose déjà bien connu dans son œuvre, à savoir qu’il s’agit d’une description géographique visant à de nouvelles occupations, ce qui apparaît clairement quand il présente les potentialités de plusieurs régions : la région située entre le Port dos Patos et Castilhos, au sud, serait beaucoup plus adaptée à l’élevage, tout comme d’autres franges au nord, alors que les diverses rivières seraient idéales pour l’installation d’engenhos6. Il prétendait également décrire la côte, indiquant des problèmes nautiques et donnant des conseils de navigation, entre autres informations utiles pour la marine. Le caractère élogieux de l’auteur est évident au travers de divers chapitres qui exaltent les initiatives des premiers colons, des capitaines et des gouverneurs.

  • 7 Sousa, Gabriel Soares de, Tratado descriptivo do Brazil em 1587, Rio de Janeiro, Typographia Univer (...)
  • 8 Ibid., p. 51.
  • 9 Ibid., p. 53.
  • 10 Ibid., p. 55.

8Ces deux éléments, la description du potentiel économique de la côte et l’exaltation historique des fondateurs, sont fondamentaux pour la compréhension de l’œuvre de Soares de Souza. Nonobstant, il y a un troisième élément qui mérite d’être souligné : les indigènes. Bien que seuls 9 chapitres leurs soient exclusivement consacrés, ils apparaissent comme des acteurs importants dans 55 chapitres sur 74, la plupart du temps de façon significative. C’est le cas, par exemple, quand l’auteur parle d’Itamaracá, où la production de sucre s’installa précocement, tandis que dans certaines régions il n’y avait pas de production par « peur des Potiguar » et que d’autres engenhos « étaient à peine réformés qu’ils les brûlaient et détruisaient »7. Un cas similaire eut lieu dans les premiers moments de la Capitainerie de Francisco Pereira Coutinho. Les premiers contacts avec les natifs auraient été plutôt pacifiques. Mais le temps passant, les relations se sont compliquées et les deux engenhos de sucre établis furent « brûlés par les natifs, qui se sont soulevés et ont détruits tous les champs et les fermes »8. Les pires ennemis étaient les Aimorés, qualifiés de « fléau » (« praga »), qui ont empêché l’établissement des portugais en face de Tinharé et de Boipeba. Ceux qui sont allés peupler ces terres furent « tous expulsés sur mandat des Aimorés qui les reçurent de telle façon qu’ils les firent fuir vers les îles Boipeba e Tinharé9. À Ilheus également, les habitants étaient « très dérangés avec ce fléau des Aimorés »10.

  • 11 Ibid., p. 95.

9En contrepoint, dans la Capitainerie de São Vicente, les autochtones étaient « peu belliqueux et faciles à contenter », permettant aux portugais d’instaurer rapidement des termes de paix11. Ce « tempérament » pacifique de certains groupes apparaît dans d’autres endroits de la colonie. Il utilise le profil des indigènes, plus ou moins agressifs ou pacifiques, pour expliquer le succès ou l’échec des aventures portugaises. Selon ce point de vue, les portugais, chez Souza apparaissent rarement comme des agents monocratiques de la conquête, à l’exception des (rares) moments où ils parvinrent à obtenir un avantage guerrier pour massacrer leurs ennemis. Le reste du temps, c’est la décision des natifs d’accepter ou non les étrangers qui détermina le succès des initiatives européennes. Des groupes indigènes « en paix » pouvaient modifier leur action et commencer à détruire des engenhos. Des groupes en conflit pouvaient attaquer à n’importe quel moment. Les villes, chefs-lieux et les villages portugais étaient relocalisés dans des îles proches, en tant que ressource défensive, tandis que d’autres disparaissaient.

10Bien que l’objectif de Gabriel Soares de Souza ne consistât pas à mettre avant l’action indigène, son récit permet d’observer l’importance de ces groupes et une lecture possible de son œuvre montre à quel point l’expérience portugaise dans les années 1600 fut déterminée par les initiatives des natifs et non par les intérêts européens. Dans le même sens, bien que l’auteur n’ait pas cherché à « vendre » des informations sur les potentialités de la nouvelle terre, il n’a eu de cesse de recenser tous les lieux où la présence portugaise n’était pas la bienvenue et où des familles entières avaient été obligées d’abandonner leurs maisons au milieu d’engenhos et de champs incendiés. Cela peut être appréhendé à l’aide d’une carte réalisée à partir des données collectées de l’œuvre de Gabriel Soares de Souza (figure 1). Celle-ci représente, dans l’espace, tous les registres de groupes natifs, de peuplements ou d’unités agraires portugaises et de conflits, commerces ou paix entre les deux parties. Le caractère côtier de l’occupation serait ainsi beaucoup plus compréhensible par la « muraille atlantique native » que par l’intérêt des portugais d’établir des comptoirs – ces derniers n’étant possibles que sous des conditions spéciales en termes de relations avec les natifs, y compris violentes.

Figura 1 – Conflits entre Indigènes et Portugais, selon le récit de Gabriel Soares de Souza (1587). En rouge : la concentration de peuples natifs selon ce récit.

  • 12 Salvador, Frei Vicente de, “História do Brazil”, in Oliveira, Maria Lêda (dir.), A História do Braz (...)
  • 13 Souza, Mariana Silveira Leonardo de, Espacializando a Historia do Brazil, de Frei Vicente do Salvad (...)

11Un autre document intéressant pour notre objet est l’œuvre « Histoire du Brésil » de Frei Vicente de Salvador12, écrite en 1627, et composée de 5 livres qui peuvent être divisés en deux parties, la première étant constituée par les deux premiers livres – retraçant les premières années de la colonie jusqu’à sa partition en capitaineries héréditaires – et la deuxième par les trois autres livres, qui reprennent la description coloniale mais à partir de la succession des divers gouverneurs-généraux du Brésil, entre 1549 et 162613.

12Amplement consultée par l’historiographie brésilienne, cette œuvre met l’accent sur la présence lusitaine. Y sont décrites les différentes formes d’occupation, principalement sur des portions du littoral, et dans cet effort, les nombreux conflits entre portugais, indigènes et « envahisseurs » français, hollandais, entre autres, sont mis en valeur. À partir de la lecture des différents chapitres, on observe que les indigènes sont presque exclusivement traités en tant qu’« appendices de guerre » dans les différentes distributions de stratégies et d’alliances. Il n’est pas aisé de « localiser » précisément où se trouvaient les différentes populations, car la perspective même de Frei Vicente est extrêmement centrée sur la conquête portugaise. Nous avons tâché de « reconstruire » les données sur la présence indigène à partir des indications du texte, allant au-delà des objectifs propres à cette source, à l’instar de ce que nous avons fait pour l’œuvre de Gabriel Soares de Souza.

Figure 2 – Conflits entre Indigènes et Portugais, selon le récit de Frei Vicente de Salvador (1627). En rouge : la concentration de peuples natifs selon ce récit.

13Les mêmes paramètres statistiques ont été utilisés dans la figure 1, pour l’œuvre de Gabriel Soares de Souza, et nous pouvons ainsi percevoir la diminution visible de références faites aux indigènes (figure 2). Tandis que la figure 1 affiche une quasi-continuité des occurrences notées par la source, dans la figure 2, la concentration est beaucoup plus ponctuelle et se situe, pratiquement, autour de Pernambouc et de Bahia. Il y fait évidemment référence à des conflits avec des indigènes plus au sud, comme à Rio de Janeiro et à São Vicente, et narre également les épisodes de confrontation dans le Maranhão en vertu de l’occupation française, mais la tendance descriptive possède une approche propre. Sur la figure 2, on peut noter que la carte de localisation permet de distinguer les conflits qui ont eu lieu dans la Paraíba, autour de la « Cidade Real de Nossa Senhora das Neves » (« Ville Royale de Notre Dame des Neiges ») – plus au nord – et ceux qui se localisaient au long de la Capitainerie du Pernambouc – au sud.

14Les motifs de divergence en termes de narration, mis en évidence par l’analyse comparative des figures, ne sont pas explicites chez aucun des auteurs. Cependant, on peut l’expliquer par des éléments spécifiques à chacune de ces œuvres Premièrement, l’accent est mis sur la période à laquelle chaque source fut produite. En dépit du fait que Frei Vicente fasse des descriptions semblables à celles de Gabriel Soares de Souza et écrive de façon rétroactive sur la période vécue par celui-ci, l’œuvre de Frei date du siècle suivant. Par conséquent, la relation et la prépondérance des indigènes diffèrent selon les périodes où chaque œuvre fut écrite. De même, les aires critiques de conflits ne correspondent pas à celles du siècle antérieur, ce qui peut interférer sur l’importance que chaque auteur a donné à ce thème. Deuxièmement, il y a des divergences quant à la finalité même des textes sélectionnés. Pour l’auteur du XVIe siècle, le texte examiné traite de toute la région côtière de la nouvelle conquête. En partant d’un autre angle, Frei écrit également sur la même période, mais met en évidence l’occupation territoriale en consonance avec la consolidation de l’administration coloniale.

15Hormis les différences citées dans les paragraphes antérieurs, les descriptions des conflits et leur croisement avec les données d’occupation sont, entre autres éléments, des points qui unissent les récits de Gabriel Soares de Souza et du Frère Vicente. Visualisable sur les deux cartes, nous pouvons parler d’un binôme « conflit/occupation », issu de la relation que les indigènes maintenaient avec les colonisateurs. Que ce soit en permettant l’occupation au sud, comme les indigènes de la capitainerie de São Vicente, ou que ce soit de façon conflictuelle et empêchant l’occupation, comme les Aimorés au sud de Salvador – les indigènes étaient considérés comme un « fléau » par Soares de Souza.

  • 14 Noronha, José Monteiro de, Roteiro da viagem da cidade do Pará até as últimas colônias do sertão da (...)

16Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un autre récit de conquête fut réalisé par José Monteiro de Noronha, vicaire général de la Capitainerie du Rio Negro et auteur de la « Feuille de Route de la Ville de Pará jusqu’aux Dernières Colonies du Sertão de la Province » (Roteiro de Viagem da Cidade do Pará até as Últimos Colônias do Sertão da Província) (1768)14. Dans son récit, les descriptions et explications portant sur les lieux, les fleuves, les richesses matérielles et tout particulièrement sur les indigènes qui habitent les sertões amazoniens, sont constantes.

17Noronha évoque les indigènes dans la diversité des relations entre ceux-ci et la société coloniale, des individus insérés dans les valeurs chrétiennes jusqu’aux guerriers sauvages qui menaçaient la colonisation. En fournissant des informations sur le fleuve des Tocantins, Noronha travaille selon plusieurs catégories pour décrire les différents habitants de ce cours fluvial. Certaines nations étaient plus connues des portugais, comme c’était le cas des Apinayé, Timbira, Agurujá, Copegé, et autres, qui résidaient sur la berge orientale du fleuve Tocantins. De l’autre côté, sur la berge occidentale du fleuve, les groupes indigènes Grajacá, Grajuará, Uaiá et autres étaient fort présents. Enfin, Noronha donne des impressions plus complètes sur trois groupes (Copegé, Apinayé et Timbira) qui avaient été mis en avant parmi « les nations les plus connues des peuples originaires », en informant le lecteur à propos de leurs villages peuplés, de la mobilité sur le territoire de Tocantins, des armes de guerre et de leurs relations avec les colons.

18Dans l’acte de décrire le sertão de ce fleuve, conjointement aux produits susceptibles d’être exploités et prélevés du lieu, on trouve une mention sur l’abondance des indigènes. Parfois, le vicaire qualifie les sertões de certains fleuves comme de vrais « viviers d’indiens ». Par conséquent, la feuille de route de Noronha joue un rôle essentiel dans la tentative de connaître et de reconnaître la population amérindienne de la région. La mention de plus de trois-cents groupes indigènes met en évidence le récit de l’occupation coloniale portugaise, en même temps qu’elle nous informe sur la présence territoriale des peuples indigènes dans cette même région. Ces deux questions sont importantes, car occuper l’espace était impossible sans utiliser la force de travail indigène, cette indissociabilité étant mise en évidence dans le récit de l’auteur.

Figure 3 – Mentions de groupes indigènes dans le récit de José Monteiro de Noronha (1768). En rouge : la concentration des peuples natifs selon ce récit.

19La figure 3 indique la prépondérance de la participation indigène dans la construction de la société coloniale amazonienne. Dans son récit, Noronha mentionne 362 groupes indigènes qui reçoivent des descriptions qui oscillent entre observations détaillées et omissions. Par le biais du croisement des informations et des allusions de la feuille de route de voyage sur les localités coloniales et les groupes indigènes, il est possible d’observer la dynamique englobant ces deux éléments pour saisir l’occupation de l’espace amazonien durant le processus de colonisation. On le constate dans le schéma narratif de Noronha qui, en se rapprochant de la fin du trajet, intensifie ses descriptions de la présence amérindienne dans les marécages et voies fluviales, tout comme dans les chefs-lieux et les villages.

  • 15 Daniel, João, Tesouro descoberto no máximo rio Amazonas, Rio de Janeiro, Prefeitura da Cidade, vol. (...)

20Cependant, la relation apparemment inversement proportionnelle entre mentions de nations indigènes et noyaux de colonisation ne se confirme pas au fil de la feuille de route. En nous enfonçant dans les régions situées plus à l’ouest, la tonalité du récit change, car, outre qu’il s’agit d’une zone administrative différente, la toute récente Capitainerie de São José do Rio Negro (1775) – les nations indigènes sont davantage mises en relief et mentionnées, tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Nonobstant, cela ne démontre aucunement une moindre présence de la société coloniale et de ses initiatives. La prépondérance de l’élément indigène dans la région correspondait aux nécessités d’accéder à une main d’œuvre nécessaire à la réalisation des projets d’exploitation et d’occupation de ce territoire. Ainsi, les observations et les repérages de Noronha concernant la population native répondent au besoin d’identifier les groupes indigènes susceptibles d’être incorporés en tant que « pieds et mains »15capables de matérialiser cet idéal colonisateur. Le dynamisme des relations établies entre ces groupes natifs et l’action colonisatrice ont eu des implications claires dans la configuration de l’occupation spatiale amazonienne, comme nous le verrons plus en détail par la suite.

  • 16 Oliveira Filho, João Pacheco de, O nascimento do Brasil e outros ensaios:" pacificação", regime tut (...)

21Ces trois récits, bien que séparés par de vastes périodes de temps, possèdent des points communs : ce sont tous des récits de conquête où les indigènes, bien que souvent malgré eux, sont des participants centraux de la dynamique sociale de pénétration territoriale européenne. Dans chacun de ces récits, la force est évidente et les adjectifs dépréciatifs utilisés par les colonisateurs ne font que la renforcer : « fléaux » (adjectif de Frère Vicente), « menaces » ou « infidèles » sont les faces d’une même pièce. Les récits indiquent un désir de conquête et manifestent la frustration de leur inachèvement immédiat. C’était en même temps des livres de référence pour indiquer où se trouvaient les barrières ennemies, les points où les prochains efforts devraient être investis. Il semble évident que les portugais et autres conquérants étaient convaincus de la prédominance de la géographie native ou de la « fragilité de la domination », à l’instar de l’expression de João Pacheco de Oliveira. Une guerre était en train d’être perdue et elle avait besoin d’être gagnée16.

22Cela ne représente cependant que l’une des facettes des relations entre européens et natifs. Voyons l’autre côté de cette histoire, pour lequel nous avons besoin d’adopter une stratégie différente de recherche : une analyse panoramique des travaux historiographiques les plus récents.

Quelques cas régionaux

23L’historiographie du contact entre portugais et indigènes s’est fortement accrue pendant les vingt dernières années et cette quantité d’études nous permet alors d’établir des comparaisons sur les variations régionales de la « conquête », à la recherche d’éléments pour enrichir notre modèle. Nous débutons avec deux cas du nord, pour aborder ensuite le Mato Grosso, avant de prendre la direction du sud. Nous aborderons les divers processus d’appropriation territoriale et sociale européenne en Amérique Portugaise, analysant la façon dont s’est construite la stabilité de ces nouveaux personnages dans le contexte natif.

La “conquête de l’Amazonie”

  • 17 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, “A revolta dos primeiros índios cristãos: guerra e conflitos na co (...)
  • 18 Reis, Arthur Cezar Ferreira, Limites e demarcações na Amazônia brasileira, vol. 1, Secretaria de Es (...)

24La « conquête de l’Amazonie », comme est fréquemment appelée par l’historiographie la période de consolidation de la présence colonisatrice portugaise dans l’État du Maranhão et du Grão-Pará, est antérieure à la fondation du fort de São Luís (1614) et l’édification du fort de Presépio à Belém (1616). La présence militaire, religieuse et colonisatrice croissante dans cette région s’insère dans le contexte d’expansion sur la côte de l’État du Brésil17. La domination de l’estuaire du fleuve Amazone ne se serait pas consolidée avant 1639, quand l’échec de la dernière attaque des hollandais au fort de Gurupá confirma la domination portugaise sur ceux-ci et sur d’autres nations étrangères (comme les français et les anglais) dans la région. En dépit que l’histoire soit couramment racontée sous l’optique de la victoire coloniale portugais, celle-ci a constamment compté sur la présence des groupes indigènes18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.; Bonillo, Pablo Ibáñez, “Desmontando a Amaro: una re-lec (...)

25Le 12 janvier 1616, le capitaine Francisco Caldeira Castelo Branco accosta dans la Baie de Guajará, où il fonda le fort du presépio – noyau originaire de ce qui plus tard qui deviendra Belém. S'étant assuré le contrôle cette région, il ne restait plus qu’à se confronter aux hollandais et, en 1623, Pedro Teixeira part du fort pour expulser les ennemis bataves, dont la dernière attaque et défaite finale, eut lieu en 1639, dans la forteresse portugaise de Gurupá19. Toujours au XVIIe siècle, avec la révolte de Cumã (1617), eut lieu un soulèvement soudain et efficace des groupes Tupinambás, partant de la capitainerie de Cumã, pour arriver à Belém en passant par São Luis. À cette occasion, les natifs se positionnèrent contre l’administration coloniale portugaise dans l’État du Maranhao et de Grão-Pará, répondant de façon coordonnée et armée aux tentatives de colonisation20.

  • 21 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.
  • 22 Bonillo, Pablo Ibáñez, art. cit.

26Étant donné le caractère de la présence française et hollandaise, basée sur une économie d’échanges qui, tout au plus, reposait des comptoirs, aussi bien les français que les hollandais entretenaient des relations de troc dont la demande de produits n’affectait pas si durement la dynamique des populations autochtones. Ainsi existait-il une politique d’alliance et de commerce qui était, dans la mesure du possible, harmonieuse entre les Tupinambás, les français, les hollandais et les anglais. Ces Tupinambás conservaient alors dans la mémoire collective, le souvenir de la relation conflictuelle et d’exploitation avec les portugais. La révolte de Cumã, en tant que révolte coloniale, s’insère justement dans ce contexte : les Tupinambás, qui connaissaient déjà les portugais, commencèrent à utiliser des outils acquis au contact des colons et se sont imposés comme l’ennemi véritable de l’entreprise de consolidation du territoire portugais en Amazonie. Le début du conflit fut l’attaque d’un groupe d’indigènes Tupinambás de la région de Cumã qui provoqua la mort de 30 soldats portugais21. La cause supposée de l’attaque aurait été la découverte, par ces indigènes, des intentions des portugais de réduire en esclavage les peuples de la région qui refusaient de se soumettre à la vassalité imposée par les colonisateurs ibériques. La lettre avait été écrite par Castelo Branco et s’adressait au Capitaine-major de l’État du Maranhão, Jerônimo de Albuquerque.22

  • 23 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.
  • 24 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 51.

27Après l’attaque, leur intention était de se diriger à Tapuitapera – lieu où ils se rassembleraient pour incorporer plus d’alliés Tupinambás et d’où ils marcheraient en direction de São Luís afin de prendre le port et d’expulser les portugais. Ainsi, la connaissance du terrain et la facilité de communication des Tupinambás rendirent possible l’articulation d’un mouvement armé de résistance qui a rapidement atteint la Capitainerie du Pará23. La rapidité avec laquelle ces groupes indigènes arrivaient à communiquer et à s’organiser a permis des attaques victorieuses et imprévues. C’est ainsi que le conflit dura jusqu’en 1619, avec l’effondrement Tupinambá, suite à l’échec de l’attaque du leader Cabelo de Velha du fort du Presépio à Belém. Ce que les autorités coloniales ont, a priori, considéré comme une simple révolte fut en réalité une démonstration de la résistance belliqueuse et organisée que les autochtones – dans ce cas, orchestrée par des leaders Tupinambás – furent capables d’imposer aux colonisateurs. Ceci étant dit, il est évident que les colonisateurs avaient besoin de s’associer aux indigènes pour pouvoir avancer dans leurs tentatives, constituant ainsi un « réseau d’interdépendance »24.

Vale do rio Negro

  • 25 Wright, Robin, História Indígena e do Indigenismo no Alto Rio Negro, Campinas, Mercado das Letras e (...)
  • 26 Sur l’importance de Bélem do Pará en tant que « noyau d’expansion », voir Chambouleyron, Rafael, Pl (...)
  • 27 Guzman, Decio Marco Antonio de Alencar, Histórias de brancos: memória, historiografia dos índios Ma (...)

28Dans la vallée du rio Negro, les entreprises esclavagistes et colonisatrices des portugais se virent empêchées par une alliance de villages de divers groupes indigènes, tout particulièrement des peuples Manao et Mura. Les Manao, habitants des berges et marécages de ce fleuve, étaient décrits comme étant nombreux et puissants, une image qui perdura jusqu’au début de la guerre dite la « guerre juste » contre ce peuple, menée par les portugais entre 1723 et 1727. Jadis, avant cette « guerre », la présence et l’influence des Manao, aussi bien que celle d’autres groupes indigènes, avaient marqué les eaux du rio Negro avec des réseaux commerciaux basés sur la mise en esclavage de groupes voisins, contribuant ainsi à la constitution de multiples arrangements et réarrangements politiques25. Cet événement marqua le potentiel d’organisation politique et belliqueux de la défense du territoire et de la vie de la population native de la région par la société indigène elle-même, face à l’expansion des velléités de colonisation irradiant depuis Belém26. Cela eut pour corollaire la rupture des alliances entre les chefs indigènes Manao et les portugais, et l’affaiblissement du trafic d’esclaves en direction des lieux coloniaux. En outre, cela provoqua une lourde perte d’intermédiaires fondamentaux pour les portugais dans leurs relations avec les autres populations amérindiennes27.

29Les Mura, quant à eux, se sont démarqués en entravant les activités d’exploitation et de commerce des portugais dans les eaux du fleuve Madeira et de ses affluents, zone située à proximité du rio Negro. En 1738 et 1739, il y eut une invasion pour vérifier la suspicion d’hostilité et de mortalité réalisée contre les colons qui transitaient dans la région. Ces discussions, impliquant des missionnaires, les autorités royales et le corps colonisateur, visaient à définir la pertinence d’une guerre juste contre ce peuple, ce qui finalement fut rejeté. Les Mura, de 1714 à 1787, faisaient preuve une belligérance croissante envers l’établissement de missions religieuses et de villages – ce qui contrariait les plans de conquête et de colonisation dans plusieurs régions de la Capitainerie du Rio Negro.

  • 28 Santos, Francisco Jorge dos, Nos confins ocidentais da Amazônia portuguesa: mando metropolitano e p (...)
  • 29 Araújo, Alik Nascimento de, De bárbaros a vassalos: os índios mura e as representações coloniais no (...)
  • 30 Il convient d’être attentifs à la rétro-alimentation de ce système de conflits et de conciliations, (...)

30Dans la plupart des sources du XVIIIe siècle, ils étaient vus comme des barbares car ils refusaient de se soumettre à l’autorité coloniale. Comme l’indique Francisco Santos, les actions des Mura par rapport aux projets de colonisation ont eu un poids significatif dans la toponymie coloniale de la région, permettant d’affirmer qu’ils sont même parvenus à « dicter » son occupation et son organisation28. En analysant la « Volontaire réduction de paix et d’amitié de la féroce nation des autochtones Mura » (« Voluntária redução de paz e amizade da feroz nação do gentio Mura ») (1785), il est possible de constater que les Mura, en articulant ce processus de pacification, ont non seulement dû faire face à des facteurs externes dommageables (expéditions punitives, épidémies, attaques de Mundurucús), mais ont également obtenu des gains matériels et symboliques, obtenant la création de nouveaux peuplements pour eux-mêmes29. L’activité de ces indigènes face aux processus de conquête et de colonisation est fondamentale pour comprendre la dynamique spatiale de l’occupation de ce territoire. La région des fleuves Negro et Madeira, jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle, fut marquée par des expéditions de sauvetage et de guerre contre les peuples amérindiens. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le scénario change avec la recherche de la construction d’un gouvernement colonial présent et l’insertion de ces indiens dans les chefs-lieux, villes et peuplements en tant qu’éventuels habitants fixes30.

Mato Grosso

  • 31 Lemes, Fernando Lobo, “Goiás na arquitetura geopolítica da América Portuguesa”, Tempo, 2013, vol. 1 (...)

31Tout comme en Amazonie, pour penser l’occupation européenne du Mato Grosso, il convient d’observer les chemins fluviaux de la capitainerie, créée simultanément à celle de Goiás, en 1748, et issue d’un démembrement de la Capitainerie de São Paulo. La présence d’indigènes au long de ces chemins eut un impact similaire dans ces deux grandes portions du Brésil colonial, dans l’objectif de rendre possible (ou pas) le contrôle administratif portugais sur les nouvelles richesses minières qui étaient exploitées depuis les premières décennies du XVIIIe siècle31.

  • 32 Ce terme désigne les expéditions territoriales à la recherche de minéraux et surtout de main d’œuvr (...)
  • 33 Holanda, Sérgio Buarque de, Caminhos e Fronteiras, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.
  • 34 Lemes, Fernando Lobo, art. cit., p. 195 ; Taunay, Afonso d’Escragnolle, História geral das bandeira (...)

32Au Mato Grosso, l’accès aux mines d’or se faisait de deux façons : par les fleuves, à partir de la « route des moussons » (« monções »), qui partait de São Paulo, et par la voie terrestre qui reliait Vila Boa de Goiás à Vila Real do Senhor Bom Jesus do Cuiabá. Le parcours fluvial se définira à partir d’expéditions des bandeirantes32, sur la base de connaissances territoriales acquises au travers des autochtones, débutant sur le fleuve Tietê et passant sur le fleuve Paraguay pour arriver « sans ordre et sans époque déterminée » aux terres où serait fondé l’arraial de Cuiabá33. En revanche, le chemin terrestre aurait été ouvert en 1736, en fonction du besoin existant créé par les difficultés intrinsèques aux voies fluviales, c’est-à-dire des « hostilités des payaguás, autochtones impossibles à conquérir » aussi bien qu’en fonction d’un soutien commercial et fiscal, « imprimant ou nouveau souffle aux mines de Cuiabá »34.

  • 35 Davidson, David Michael, Rivers & empire: the Madeira Route and the incorporation of the Brazilian (...)
  • 36 Araujo, Renata Malcher de, “A urbanização da Amazónia e do Mato Grosso no século XVIII povoações ci (...)

33Le fleuve Madeira, quant à lui, connectait l’extrême ouest de la colonie au fleuve Amazone, dans l’interstice de trois gouvernements : les terres de la Couronne Espagnole, l’État du Brésil et l’État du Grão-Pará et du Maranhão. Cette rencontre politico-administrative suscitait de nombreuses questions en lien direct avec l’incidence de l’agencement indigène sur le processus colonisateur portugais. Le chemin de Madeira-Mamoré-Guaporé délimitait l’ouest et fut probablement « découvert aux yeux des portugais » durant le voyage de Pedro Teixeira (1637-1639)35. Il posséderait ce trajet car une imminence stratégique – en termes de configuration du territoire portugais face aux querelles avec les espagnols et de son incorporation aux parcours officiels de la Couronne – se montrait impérieuse. Outre cette facette, le nouveau siège de la Capitainerie du Mato grosso était créé : la Vila Bela da Santíssima Trindade, sur les berges du fleuve Guaporé, c’est-à-dire connecté avec le fleuve Madeira. Le ravitaillement du Mato Grosso via le Pará, et tout particulièrement de la nouvelle Vila Bela furent des éléments essentiels de l’argumentation du Gouverneur Rolim de Moura, faisant le lien entre le succès du nouveau chef-lieu et la libération du chemin Guaporé-Mamoré-Madeira36. Nonobstant, les affrontements avec certains peuples indigènes au long de ces divers chemins étaient également à l’ordre du jour : le gouverneur garantissait qu’outre le fait d’être plus rapide, ce chemin était plus sûr car le seul danger dans la région de Madeira étaient les indiens Mura, qui n’attaquaient pas les fleuves avec la même vigueur que les Payaguás, qui causaient de grands problèmes en période de moussons.

  • 37 Jesus, Nauk de, “Oposição à consolidação da vila-capital da Capitania de Mato Grosso”, in Anais do (...)

34Ainsi, après un débat intense, la route de Madeira fut libérée en 1752, c’est-à-dire la même année que la fondation de Vila Bela da Santíssima Trindade. Ainsi, on note, comme nous l’avons abordé dans le cas du Rio Negro, que les indiens Mura figuraient parmi les préoccupations principales des portugais dans la région du fleuve Madeira. Les Payaguás représentaient également une source de préoccupation le long des chemins en direction de São Paulo et l’incorporation même du Madeira au projet colonial de circulation a mis en évidence une plus grande résistance des Payaguás que celle des Muras. Ainsi, les chemins en direction des hinterlands coloniaux se constituaient en fonction de la présence plus ou moins intense des indigènes, orientant les plans portugais à prendre en compte ces dynamiques. L’historiographie fait également référence aux Payaguás, indiquant que c’est sur le lieu où la Vila de Cuiabá a été créée, que ce peuple indigène a été vaincu, permettant la création effective du chef-lieu37.

  • 38 L’historien Paulo Bertran affirma que « les indiens ont peu légué à Goiás ». Ver Bertran, Paulo, Fo (...)

35En dépit du fait d’être constamment abordés de façon parallèle et accessoire par l’historiographie, les indigènes ont eu une projection effective et nucléaire dans les projets colonisateurs portugais et ont systématiquement régulé et façonné les possibilités de fondation des noyaux urbains au XVIIIe siècle, provoquant de nombreux affrontements pour défendre leur territoire. Le cas du rio Madeira est emblématique en ce sens38.

Rio Grande de São Pedro

  • 39 Prado, Fabrício Pereira, Colônia do Sacramento: o extremo sul da América Portuguesa, Porto Alegre, (...)

36L’occupation des régions méridionales fut l’une des plus tardives de l’Amérique Portugaise, ayant débuté à la fin du XVIIe siècle avec la fondation de la Colonie du Sacramento en 1680, au même moment que la fondation de Laguna. Ces deux entreprises ne faisaient pas partie du même projet et ne peuvent donc pas être appréhendées de la même façon. Toutefois, cette synchronie fut fondamentale pour l’occupation portugaise dans cette vaste région. Sacramento est fondée comme un poste douanier lié aux intérêts commerciaux de Rio de Janeiro tandis que Laguna était un peuplement qui répondait aux élans des familles proviendrait de São Vicente (un des chefs-lieux de la capitainerie de São Paulo) de conquérir de nouvelles terres. Aucune des deux ne fut construite comme chef-lieu, ce qui suggère une caractéristique d’expérimentation dans leur création39.

  • 40 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 60.
  • 41 Prado, Fabrício Pereira, op. cit.; Hameister, Martha Daisson, op. cit.; Kühn, Fabio, op. cit.

37Laguna fut très dépendante de la relation avec les groupes indigènes. La région était déjà la cible de paulistas (habitants de São Paulo) aux velléités esclavagistes depuis le XVIIe siècle. À la fin du XVIIe, la famille Brito Peixoto arrive dans la région pour établir un peuplement stable. Francisco, fils du fondateur Domingos de Brito Peixoto, maintint des relations avec les indigènes Carijós, avec lesquels il eut quelques enfants, répétant une trajectoire classique de la conquête portugaise40. À son tour, Sacramento a vécu plusieurs encerclements pendant son premier siècle d’existence, dont la majeure partie a compté sur l’aide de groupes natifs locaux, en particulier les charruas et les minuanos, qui assuraient le commerce de subsistance garantissant la survie de cette localité. L’accès à la campagne et à ses produits dépendait de ces relations41.

  • 42 Ibid.

38C’est à partir des expériences de Laguna et de Sacramento qu’ont surgi les conditions nécessaires au processus d’occupation de l’extrême-sud de l’Amérique Portugaise. La permanence des portugais sur ces points expérimentaux et relativement isolés fut possible grâce à un accord avec les autochtones. Les diverses expériences où l’action native fut hostile ou indifférente démontrent l’importance de cette position. Si ce sont les portugais et non pas les espagnols qui ont planté leurs drapeaux dans ces localités, ce fut par l’action native et le processus d’occupation de la grande aire entre Laguna et Sacramento ne fut possible que dans la mesure où cet accord a été préservé. D’ailleurs, Sacramento ne s’est pas étendu plus en profondeur vers l’intérieur justement parce que les espagnols comptaient sur le soutien des forces guaranis à leurs côtés42.

  • 43 Gil, Tiago, Infiéis transgressores: elites e contrabandistas nas fronteiras do Rio Grande e do Rio (...)

39Le processus d’occupation européenne de la région s’est prolongé jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, avec des avancées et des reculs des Empires ibériques. La trajectoire des descendants des Brito Peixoto illustre une fois de plus ce processus. Et pas seulement parce qu’ils étaient les descendants des conquérants de Laguna, mais aussi par la façon dont ils ont donné suite au processus d’expansion en direction du sud, en fondant des peuplements et en établissant des unités productives axées sur l’élevage. Par exemple, la famille de Francisco Pinto Bandeira, descendante des Brito Peixoto, mélangeait les nouveaux migrants lusitains (et intéressés par l’élevage) et les alliances avec des groupes natifs. Rafael Pinto Bandeira, à son tour, descendant d’indigènes carijós et des Brito Peixoto, eut trois mariages exemplaires : le premier avec une indigène minuano du nom de Bárbara Vitória, fille du cacique Miguel Carai qui perdura allié à Rafael pendant des décennies. Sa deuxième femme, après la mort de la première, était une indigène guarani, qui mourut jeune également. Enfin, sa troisième et dernière épouse était une parente, née à Sacramento43.

  • 44 Ibid.

40Les alliances matrimoniales de Pinto Bandeira sont à la fois un cas empirique concret et un modèle d’occupation. Un réseau se crée puisque les descendants de Laguna se marient avec les fils de Sacramento. Mais ce sont cependant les indigènes qui sont les plus convoitées, les deux premières options. Les liens établis avec Don Miguel Carai, cacique minuano, sont restés très forts même longtemps après la mort de sa fille, fonctionnant encore dans la décennie de 1780, quand Rafael occupa le poste de gouverneur intérimaire. Dans les années 1770, ces relations avec les natifs garantissaient même des troupes pour combattre les espagnols qui avançaient sur des aires prétendument portugaises44.

41Si nous pouvons observer que la pénétration européenne s’articule à partir des relations avec les groupes autochtones, cela se traduit morphologiquement dans l’espace. Ce sont les Brito Peixoto qui ont fondé Laguna et leurs descendants fondèrent ultérieurement plusieurs peuplements dans le Rio Grande de São Pedro, qui, dans une certaine mesure, ont suivi un modèle similaire à celui des autres régions observées, c’est-à-dire ayant les voies fluviales comme élément de communication. Il est impossible de nier le facteur impérial, qui a incorporé d’immenses espaces sous la domination européenne, mais ces avancées auraient été différentes et auraient d’autres formes cartographiques si les intérêts indigènes eussent été autres. En ce sens, la rapidité du processus, les aires où elle s’est propagée, et les formes dont la dynamique impériale s’est consolidée dans la région ont clairement été décidées à partir des initiatives minuanas et guaranis pour la région sud ; et de tant d’autres groupes pour les diverses autres régions.

42* * *

  • 45 Arraes, Damião Esdras Araujo, Ecos de um suposto silêncio: paisagem e urbanização dos certoens do N (...)

43Les cas régionaux présentés ci-dessus cherchent à indiquer certains contextes particuliers dans le cadre d’un problème global des possessions portugaises en Amérique, mais sont loin d’être les seuls. Des études récentes ont souligné des processus similaires dans de nombreuses autres aires de conquête. Les travaux de Renata Malcher de Araújo, par exemple, mettent en avant la relation entre l’urbanisme et les peuplements indigènes au nord, dans le contexte des politiques pombalines. Les recherches de Esdras Arraes indiquent également des missions et des formations de villages comme un élément fort d’urbanisation, présentant des cas bien antérieurs aux politiques d’incorporation des natifs du temps de Pombal. En ce sens, il serait également fondamental de prendre en compte les travaux de John Monteiro et également de Sérgio Buarque de Holanda, sans ignorer d’autres contributions récentes qui mettent l’accent sur la multiplicité des relations entre européens et natifs45.

Croisement de la synchronie entre le repérage des indigènes et l’occupation territoriale

  • 46 Monteiro, John Manuel, op. cit.

44Dans son œuvre « Negros da terra » (« Noirs de la terre »), John Manuel Monteiro signale que les stratégies économiques pour l’obtention de main d’œuvre sur le planalto (haut-plateau) de São Paulo passaient par l’accès à la « richesse du sertão » - entendue comme « travail indigène ». Le sertão fut l’objet d’un investissement graduel et cumulatif des paulistas en termes de savoir-faire et d’organisation collective, ce qui passait par de larges alliances et relations. La motivation principale des habitants du planalto était la recherche de travail indigène, les conduisant à pénétrer le sertão sur plusieurs milliers de kilomètres pour chercher de nouveaux travailleurs. Monteiro indique l’importance de cette relation d’exploitation comme moteur de ces processus historiques que l’historiographie traditionnelle a consacré sous le nom de « bandeiras », dont certaines sont célébrées officiellement et auxquelles on a attribué un rôle fondamental dans la formation territoriale du Brésil, de par la façon dont les frontières s’élargissaient. Monteiro46 est l’un des principaux responsables du combat contre ce mythe, mais ce n’est pas le seul.

  • 47 Fonseca nous rappelle que « bien que les conquérants aient adopté des références spatiales et topon (...)
  • 48 Nimuendajú, Curt, Mapa etno-histórico do Brasil e regiões adjacentes, Rio de Janeiro, Fundação Inst (...)

45L’argument de Monteiro se restreint au planalto de São Paulo quand il s’agit du contrôle de la main d’œuvre et des alliances, mettant l’accent sur le bandeirantismo. Nous souhaitons élargir un peu ces observations, en particulier dans l’espace, mais également en termes d’intensité. Les bandeirantes n’élargissaient pas les frontières par patriotisme, mais les portugais ont élargi leurs domaines exactement aux endroits où ils étaient capables de (re)connaître les groupes locaux47. Les aires les plus avancées des frontières ont toujours été, auparavant, connues et décrites par des voyageurs. Cela est visible non seulement dans les exemples vus ci-dessus, mais également au sein d’une vaste compilation de récits sur les repérages d’indigènes pendant la période coloniale. C’est le cas des données collectées par Curt Nimuendaju, un anthropologue qui fit une grande carte historique des peuples indigènes au Brésil48.

46La carte de Nimuendaju fut produite au fil de plusieurs années et prétendait représenter les localisations de divers groupes natifs du Brésil dans le temps. Le matériel présentait des tâches en couleur avec des informations sur les groupes représentés, et très fréquemment, avec une date spécifique. Cette carte passa par un géo-traitement réalisé par l’équipe de l’« Atlas Numérique de l’Amérique Portugaise » et de nouvelles cartes ont été créés sur la base du critère chronologique. Étonnamment, le résultat fut la présence de grands vides d’informations sur la carte de Nimuendaju, comme nous l’observons ci-dessous :

XVI

XVII

XVIII

XIX

XX

Figure 4 – Carte de Curt Nimuendaju démembrée par périodes de temps.

47Nous sommes donc en présence d’une carte des « repérages » de groupes indigènes par les européens et non d’une carte positiviste des peuples natifs. Ce qui ne disqualifie en rien le travail de Nimuendajú. Ces cartes de « repérages », si l’on en fait bon usage, peuvent fournir des idées importantes pour notre problème de recherche. Quand nous comparons les cartes de repérages avec le processus d’occupation, entendu comme la formation de chefs-lieux et de villes, nous nous trouvons face à un scénario bien plus complexe (figura 4).

48Mettre en évidence cette lente progression des repérages amène à la mise en lumière de la façon dont ces territoires étaient perçus à chaque siècle. Ainsi, en ayant recours à la séquence graphique élaborée (figure 4), nous pouvons noter la manière dont tels ou tels lieux étaient attribués à des indigènes à différentes époques, et cela en accord avec le projet colonisateur dénoncé par Monteiro. Il convient d’insister sur le fait que Nimuendaju ne voulut pas dire que le sertão amazonien, qui accompagne le fleuve Amazone et ses affluents, fut peuplé par des indigènes au XVIIe siècle. Au contraire, cela indique que la présence indigène est conçue à partir des européens à cette époque. C’est en ce sens qu’il est extrêmement pertinent de croiser cette séquence graphique avec la dynamique croissante de fondation de chefs-lieux et de villes coloniales, comprenant le mouvement en corrélation avec la présence indigène, la recherche de main d’œuvre et l’établissement de ces lieux.

49Les données de la fondation de chefs-lieux et de villes furent obtenues par un grand effort du projet « Atlas Numérique de l’Amérique Portugaise », révisant et complétant des recensements antérieurs, région par région. Ces données, rectifiées à n’en plus finir, peuvent se comparer avec la carte de repérages faite par Nimuendaju. Il ne serait pas envisageable, étant donné les caractéristiques des données, de comparer ces séries sur des périodes courtes. Bien que les données sur les chefs-lieux et les villes permettent une analyse annuelle, les données de Nimuendajú sont soit fragmentaires (par année) soit trop agrégées (par siècle). Ainsi, nous avons opté pour un regroupement des deux séries par siècle. Après une série de comparaisons et d’analyses, nous avons également choisi de comparer, dans l’espace, le repérage de groupes natifs et la fondation de chefs-lieux au siècle suivant. C’est pourquoi nous ne présentons pas de phénomènes contemporains : les repérages de natifs au XVIe siècle sont croisés avec la fondation de chefs-lieux au XVII siècle. Cela a permis d’évaluer jusqu’à quel point l’apprentissage lent de la colonisation se matérialise et permet aux portugais de développer des mécanismes efficaces de domination.

Figure 5 – Comparaison entre deux périodes. Les données en rouge sont des repérages d’indigènes au XVIe siècle (à gauche) et au XVIIe siècle (à droite), comparés avec la fondation de chefs-lieux cent ans plus tard, au XVIIe (à gauche) et au XVIII (à droite), démontrant que le repérage donne lieu à la fondation postérieure de chefs-lieux (avec un siècle de « retard »).

50Ces cartes contiennent quelque chose de plus intéressant encore : ils pointent la fondation de chefs-lieux et de villes, plusieurs décennies plus tard, en général sur les lieux où ont été reconnus auparavant divers groupes natifs. Cela est tout particulièrement visible dans l’actuel intérieur de São Paulo, dans tout le Nordeste et dans la région Nord. L’intérieur de Minas, exception faite du modèle présenté, connut son explosion urbaine en raison d’autres facteurs, déjà bien connus, liés à l’économie minière au XVIIIe siècle. Cependant, l’analyse des autres régions accuse une reprise nécessaire de la thèse énoncée par Monteiro : l’élargissement de la présence portugaise (et de son appareil colonisateur) trouverait ses racines dans la confrontation avec la présence indigène et dans la quête de « bras ».

  • 49 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 65-66.

51Renforçant les facteurs présentés jusqu’ici, ce serait à partir de la présence indigène que nous expliquerions le dessin de l’occupation européenne et de son expansion de noyaux urbains au Brésil et non pas le contraire. Les chefs-lieux, dans le cas de la figure 5, surgissaient à partir du repérage indigène au siècle précédent. Une question nécessaire se pose toutefois : davantage que le sucre ou l’or, le travail des indigènes serait-il la plus grande richesse recherchée dans les sertões au long de l’histoire de l’Amérique Portugaise ? Considérant les efforts portugais pour « sauvegarder » ces bras – peut-être davantage convoités que les minerais ou les sols argileux – la réponse semble claire. En ce sens, Pacheco a raison – et on n’insistera jamais assez sur ce point – quand il affirme à quel point il serait fondamental d’observer le poids économique des formes de travail obligatoire des indigènes49.

Conclusion

52À partir des cas analysés dans leurs particularités, nous pouvons noter comment les relations établies dans les différentes régions qui composent aujourd’hui le Brésil étaient entrelacées et complexes. La présence du peuple Mura, au long du Rio Madeira, par exemple, a défini l’occupation portugaise aussi bien par rapport à la Capitainerie du Rio Negro que par rapport à celle du Mato grosso. La vitalité de la présence indigène en termes sociaux était également évidente, comme nous l’avons montré dans le cas du Rio Grande de São Pedro. Dans l’État du Grão-Pará, nous avons pu mettre en évidence la veine militaire de la relation établie entre le colonisateur européen et les groupes indigènes. Dans cette mosaïque d’interactions, la complexité politique et sociale des cas nous permet de mettre en exergue la centralité indigène dans la formation du territoire.

53Dans cette question, la prépondérance indigène est exclusive au travers des siècles et dans des contextes locaux différents. Nonobstant, il n’est pas toujours possible de trouver des ressources historiographiques permettant d’appuyer cette affirmation. Pour autant, nous avons dû nous baser sur des travaux classiques de l’historiographie régionale, en fonction de chaque étude de cas, mais nous avons également utilisé des sources d’une autre nature, comme divers récits, des géo-référencements d’une cartographie spécifique, un croisement des données obtenues et la production de cartes numériques. Cet effort a cherché à assimiler, d’une certaine façon, différentes échelles d’analyse dans une démarche critique et simultanément quantifiable.

54Il existe donc un espace conséquent pour approfondir les questions que nous avons soulevé ici, mais le résultat de la recherche peut pointer, en guise de conclusion un certain renversement optique produit par le discours historiographique brésilien : ce n’est pas aux européens que nous devons attribuer la forme que le Brésil a prise au cours de sa période coloniale, mais aux multiples interactions entre européens, indigènes et métis. En ce sens, nous prétendons souligner que les natifs furent acteurs de premier plan, en termes d’agencements et aussi de résistance, allant des micro-relations familiales aux plus vastes et verticaux plans de guerre.

55Araújo, Alik Nascimento de, De bárbaros a vassalos: os índios mura e as representações coloniais no oeste amazônico (1714-1786), Dissertação de mestrado, Manaus, Universidade Federal do Amazonas, 2014.

Haut de page

Bibliographie

Araujo, Renata Malcher de, “A urbanização da Amazónia e do Mato Grosso no século XVIII povoações civis, decorosas e úteis para o bem comum da coroa e dos povos”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, 2012, vol. 20, n° 1, p. 41–76 ; DOI : 10.1590/S0101-47142012000100003

Arraes, Damião Esdras Araujo, Ecos de um suposto silêncio: paisagem e urbanização dos certoens do Norte, c. I666-I820, Tese de doutorado, São Paulo, Universidade de São Paulo, 2017.

Azevedo, Gabriela Soares de, Leituras, notas, impressões e revelações do Tratado Descritivo do Brasil em 1587 de Gabriel Soares de Sousa, Dissertação de mestrado, Rio de Janeiro, UERJ, 2007.

Bertran, Paulo, Formação econômica de Goiás, Goiânia, Editora Oriente, 1978.

Bonillo, Pablo Ibáñez, “Desmontando a Amaro: una re-lectura de la rebelión tupinambá (1617-1621)”, Topoi, 2015, vol. 16, n° 31, p. 465–490 ; DOI : 10.1590/2237-101X016031005 

Cañizares-Esguerra, Jorge, Como escrever a história do Novo Mundo: histórias, epistemologias e identidades no mundo Atlântico do século XVIII, vol. 3, São Paulo, Edusp, 2011.

Carvalho Júnior, Almir Diniz de, “A revolta dos primeiros índios cristãos: guerra e conflitos na construção da Amazônia portuguesa–século XVII”, Fronteiras & Debates, 2016, vol. 2, n° 1, p. 21–49 ; DOI : 10.18468/fronteiras

Chambouleyron, Rafael, Plantações, sesmarias e vilas. Uma reflexão sobre a ocupação da amazônia seiscentista, Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, École des hautes études en sciences sociales, Débats, mis en ligne le 14 mai 2006, consulté le 17 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/2260 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.2260

Chambouleyron, Rafael, “Uma sociedade colonial em expansão. O Maranhão e o Grão-Pará de meados do século XVII a meados do século XVIII”, in Hulsman, Lodewijk et Cruz, Maria Odileiz Sousa (dir.), Fazenda e trabalho na Amazônia, mão de obra nas guianas: o caso de Berbice (1726-1736), Boa Vista, Editora da Universidade Federal de Roraima, 2016, p. 13-39.

Daniel, João, Tesouro descoberto no máximo rio Amazonas, Rio de Janeiro, Prefeitura da Cidade, vol. 1, 2004, p. 171.

Davidson, David Michael, Rivers & empire: the Madeira Route and the incorporation of the Brazilian far west, 1737-1808, New Haven, Yale University, 1970.

Fonseca, Cláudia, Arraiais e vilas d’el rei: espaço e poder nas minas setecentistas, Belo Horizonte, Editora UFMG, 2011.

García, Elisa Frühauf, « “Ser índio” na fronteira: Limites e possibilidades Rio da Prata, c. 1750-1800 », Nuevo mundo, mundos nuevos, École des hautes études en sciences sociales, 2011, n° 11, p. 25 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.60732

Garcia, Elisa Frühauf, As Diversas Formas de Ser Índio: políticas indígenas e políticas indigenistas no extremo sul da América portuguesa, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 2009.

Gil, Tiago, Infiéis transgressores: elites e contrabandistas nas fronteiras do Rio Grande e do Rio Pardo (1760-1810), Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 2007.

Guzman, Decio Marco Antonio de Alencar, Histórias de brancos: memória, historiografia dos índios Manao do rio Negro (século XVIII-XX), Dissertação de mestrado, Campinas, Unicamp, 1997.

Hameister, Martha Daisson, O Continente do Rio Grande de São Pedro: Os homens, suas redes de relações e suas mercadorias semoventes (c.1727-c.1763), Rio de Janeiro, PPGHIS/UFRJ, 2002.

Holanda, Sérgio Buarque de, Caminhos e Fronteiras, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

Holanda, Sérgio Buarque de, “Movimentos da população em São Paulo no século XVIII”, Revista do IEB, 1966, vol. 1, n° 1, p. 55-111 ; DOI : 10.11606/issn.2316-901X.v0i1p55-111

Jesus, Nauk de, “Oposição à consolidação da vila-capital da Capitania de Mato Grosso”, in Anais do XXIII Simpósio Nacional de História: Guerra e Paz. Londrina, ANPUH, Editorial Mídia, 2005. URL : https://anpuh.org.br/uploads/anais-simposios/pdf/2019-01/1548206368_db05e4d34882d2503ebf066fe9080dcc.pdf. Consulté le 16 avril 2020.

Jucá Filho, Clovis et Moura Filha, Maria (dir.), Vilas, cidades e territórios. O Brasil no século XVIII, João Pessoa, EdUFPB, 2012.

Kühn, Fabio, Gente da fronteira: família, sociedade e poder no sul da América Portuguesa – século XVIII, Niterói, PPGHIS, UFF, 2006.

Lemes, Fernando Lobo. “Goiás na arquitetura geopolítica da América Portuguesa”, Tempo, 2013, vol. 19, n° 35, p. 185-209 ; DOI : 10.5533/TEM-1980-542X-2013173511

Monteiro, John Manuel, Negros da terra: índios e bandeirantes nas origens de São Paulo, São Paulo, Companhia das Letras, 1994.

Moraes, Antônio Carlos Robert, Bases da formação territorial do Brasil: o território colonial brasileiro no “longo” século XVI, São Paulo, Hucitec, 2000.

Neumann, Eduardo. Letra de índios: cultura escrita, comunicação e memória indígena nas Reduções do Paraguai, Porto Alegre, Nhanduti, 2015.

Nimuendajú, Curt, Mapa etno-histórico do Brasil e regiões adjacentes, Rio de Janeiro, Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, 1980.

Noronha, José Monteiro de, Roteiro da viagem da cidade do Pará até as últimas colônias do sertão da província (1768), vol. 1, Edusp, 2006.

Oliveira Filho, João Pacheco de. O nascimento do Brasil e outros ensaios:" pacificação", regime tutelar e formação de alteridades, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2016.

Oliveira, João Pacheco, A presença indígena no nordeste – processos de territorialização, modos de reconhecimento e regimes de memória, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2011.

Prado, Fabrício Pereira, Colônia do Sacramento: o extremo sul da América Portuguesa. Porto Alegre, 2002.

Pratt, Mary Louise, Imperial eyes: Travel writing and transculturation, London, Routledge, 2007.

Reis, Arthur Cezar Ferreira, Limites e demarcações na Amazônia brasileira, vol. 1, Secretaria de Estado da Cultura, 1993.

Reis Filho, Nestor Goulart, Contribuição ao estudo da evolução urbana do Brasil, 1500-1720, São Paulo, Pini, 2001.

Salvador, Frei Vicente de, “História do Brazil”, in Oliveira, Maria Lêda (dir.), A História do Brazil de Frei Vicente de Salvador: história e política no império português, vol. 2, Rio de Janeiro/São Paulo, Versal/Odebrecht, 2008.

Sampaio, Patrícia Maria Melo, Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na Colônia, Manuas, Editora da Universidade Federal do Amazonas, 2012.

Santos, Francisco Jorge dos, Nos confins ocidentais da Amazônia portuguesa: mando metropolitano e prática do poder régio na Capitania do Rio Negro no século XVIII, Dissertação de mestrado, Manaus, Universidade Federal do Amazonas, 2012.

Santos, Márcio Roberto Alves dos, Rios e Fronteiras. Conquista e Ocupação do Sertão Baiano, São Paulo, Edusp, 2017.

Sirtori, Bruna, Entre a cruz, a espada, a senzala e a aldeia. Hierarquias sociais em uma área periférica do Antigo Regime (1765-1784), Rio de Janeiro, UFRJ, 2008.

Sousa, Gabriel Soares de, Tratado descriptivo do Brazil em 1587, Rio de Janeiro, Typographia Universal de Laemmert, 1851.

Souza, Mariana Silveira Leonardo de, Espacializando a Historia do Brazil, de Frei Vicente do Salvador : história social e suas múltiplas formas, Dissertação de mestrado, Brasília, Universidade de Brasília, 2016.

Taunay, Afonso d’Escragnolle, História geral das bandeiras paulistas, Imprensa Oficial do Estado, 1949.

Wright, Robin, História Indígena e do Indigenismo no Alto Rio Negro, Campinas, Mercado das Letras e São Paulo, Instituto Socioambiental, 2005.

Haut de page

Notes

1 Reis Filho, Nestor Goulart, Contribuição ao estudo da evolução urbana do Brasil, 1500-1720, São Paulo, Pini, 2001; Moraes, Antônio Carlos Robert, Bases da formação territorial do Brasil: o território colonial brasileiro no “longo” século XVI, São Paulo, Hucitec, 2000.

2 Il existe cependant des travaux récents qui prennent davantage en compte l’activité indigène face à l’occupation européenne. Par exemple, Márcio dos Santos affirme que « les groupes non-sédentaires, situés à la périphérie du peuplement luso-brésilien instable, refusèrent de se soumettre et réagirent avec violence où et quand cela était possible (…) ils adopterent une stratégie commune de contra-invasion (…) ». Voir Santos, Márcio Roberto Alves dos, Rios e Fronteiras. Conquista e Ocupação do Sertão Baiano, São Paulo, Edusp, 2017, p. 51.

3 Pratt, Mary Louise, Imperial eyes: Travel writing and transculturation, London, Routledge, 2007; Cañizares-Esguerra, Jorge, Como escrever a história do Novo Mundo: histórias, epistemologias e identidades no mundo Atlântico do século XVIII, vol. 3, São Paulo, Edusp, 2011.

4 Note du traducteur : dans le texte original, les auteurs abordent les « lugares », les « vilas » et les « cidades ». Nous traduisons ces trois termes par « village » « chef-lieu » et « ville », respectivement (sauf quand nous gardons le terme Vila en portugais, rattaché au nom du lieu).

5 Azevedo, Gabriela Soares de, Leituras, notas, impressões e revelações do Tratado Descritivo do Brasil em 1587 de Gabriel Soares de Sousa, Dissertação de mestrado, Rio de Janeiro, UERJ, 2007.

6 Note du traducteur: Les engenhos désignent des installations agricoles fonctionnant avec des moulins à eau pour le traitement de la canne à sucre, principalement pour la production de sucre et de cachaça.

7 Sousa, Gabriel Soares de, Tratado descriptivo do Brazil em 1587, Rio de Janeiro, Typographia Universal de Laemmert, 1851, p. 28.

8 Ibid., p. 51.

9 Ibid., p. 53.

10 Ibid., p. 55.

11 Ibid., p. 95.

12 Salvador, Frei Vicente de, “História do Brazil”, in Oliveira, Maria Lêda (dir.), A História do Brazil de Frei Vicente de Salvador: história e política no império português, vol. 2, Rio de Janeiro/São Paulo, Versal/Odebrecht, 2008.

13 Souza, Mariana Silveira Leonardo de, Espacializando a Historia do Brazil, de Frei Vicente do Salvador: história social e suas múltiplas formas, Dissertation de Maîtrise, Brasília, Universidade de Brasília, 2016, p. 14.

14 Noronha, José Monteiro de, Roteiro da viagem da cidade do Pará até as últimas colônias do sertão da província (1768), vol. 1, Edusp, 2006.

15 Daniel, João, Tesouro descoberto no máximo rio Amazonas, Rio de Janeiro, Prefeitura da Cidade, vol. 1, 2004, p. 171.

16 Oliveira Filho, João Pacheco de, O nascimento do Brasil e outros ensaios:" pacificação", regime tutelar e formação de alteridades, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2016, p. 49-52.

17 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, “A revolta dos primeiros índios cristãos: guerra e conflitos na construção da Amazônia portuguesa – século XVII”, Fronteiras & Debates, 2016, vol. 2, n° 1, p. 21–49.

18 Reis, Arthur Cezar Ferreira, Limites e demarcações na Amazônia brasileira, vol. 1, Secretaria de Estado da Cultura, 1993.

19 Ibid.

20 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.; Bonillo, Pablo Ibáñez, “Desmontando a Amaro: una re-lectura de la rebelión tupinambá (1617-1621)”, Topoi, 2015, vol. 16, n° 31, p. 465–490.

21 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.

22 Bonillo, Pablo Ibáñez, art. cit.

23 Carvalho Júnior, Almir Diniz de, art. cit.

24 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 51.

25 Wright, Robin, História Indígena e do Indigenismo no Alto Rio Negro, Campinas, Mercado das Letras e São Paulo, Instituto Socioambiental, 2005.

26 Sur l’importance de Bélem do Pará en tant que « noyau d’expansion », voir Chambouleyron, Rafael, Plantações, sesmarias e vilas. Uma reflexão sobre a ocupação da amazônia seiscentista, Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, École des hautes études en sciences sociales, Débats, mis en ligne le 14 mai 2006, consulté le 17 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/2260

27 Guzman, Decio Marco Antonio de Alencar, Histórias de brancos: memória, historiografia dos índios Manao do rio Negro (século XVIII-XX), Dissertação de mestrado, Campinas, Unicamp, 1997, p. 21-23.

28 Santos, Francisco Jorge dos, Nos confins ocidentais da Amazônia portuguesa: mando metropolitano e prática do poder régio na Capitania do Rio Negro no século XVIII, Dissertação de mestrado, Manaus, Universidade Federal do Amazonas, 2012, p. 253-255.

29 Araújo, Alik Nascimento de, De bárbaros a vassalos: os índios mura e as representações coloniais no oeste amazônico (1714-1786), Dissertação de mestrado, Manaus, Universidade Federal do Amazonas, 2014, p. 115.

30 Il convient d’être attentifs à la rétro-alimentation de ce système de conflits et de conciliations, avec leurs rabattements territoriaux respectifs : « (...) extraction et culture se complémentent dans le monde amazonien, car l’expansion dans les sertões à la recherche de médecines et d’indiens n’est possible que grâce au trafic indigène qui soutient l’activité agricole ». Voir Chambouleyron, Rafael, « Uma sociedade colonial em expansão. O Maranhão e o Grão-Pará de meados do século XVII a meados do século XVIII », in Hulsman, Lodewijk et Cruz, Maria Odileiz Sousa (dir.), Fazenda e trabalho na Amazônia, mão de obra nas guianas: o caso de Berbice (1726-1736), Boa Vista, Editora da Universidade Federal de Roraima, 2016, p. 26.

31 Lemes, Fernando Lobo, “Goiás na arquitetura geopolítica da América Portuguesa”, Tempo, 2013, vol. 19, n° 35, p. 191-193.

32 Ce terme désigne les expéditions territoriales à la recherche de minéraux et surtout de main d’œuvre indigène, notamment à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe. L’historiographie de São Paulo a consacré le terme « bandeiras » (drapeaux) pour faire référence à ce type d’initiatives.

33 Holanda, Sérgio Buarque de, Caminhos e Fronteiras, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

34 Lemes, Fernando Lobo, art. cit., p. 195 ; Taunay, Afonso d’Escragnolle, História geral das bandeiras paulistas, Imprensa Oficial do Estado, 1949, p. 174.

35 Davidson, David Michael, Rivers & empire: the Madeira Route and the incorporation of the Brazilian far west, 1737-1808, Yale University, 1970, p. 3-4; 8-9.

36 Araujo, Renata Malcher de, “A urbanização da Amazónia e do Mato Grosso no século XVIII povoações civis, decorosas e úteis para o bem comum da coroa e dos povos”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, 2012, vol. 20, n° 1, p. 48-49.

37 Jesus, Nauk de, “Oposição à consolidação da vila-capital da Capitania de Mato Grosso”, in Anais do XXIII Simpósio Nacional de história: guerra e paz, Londrina, ANPUH, Editorial Mídia, 2005, p. 2.

38 L’historien Paulo Bertran affirma que « les indiens ont peu légué à Goiás ». Ver Bertran, Paulo, Formação econômica de Goiás, Goiânia, Editora Oriente, 1978, p. 22.

39 Prado, Fabrício Pereira, Colônia do Sacramento: o extremo sul da América Portuguesa, Porto Alegre, 2002; Hameister, Martha Daisson, O Continente do Rio Grande de São Pedro: Os homens, suas redes de relações e suas mercadorias semoventes (c.1727-c.1763), Rio de Janeiro, PPGHIS/UFRJ, 2002; Kühn, Fabio, Gente da fronteira: família, sociedade e poder no sul da América Portuguesa – século XVIII, Niterói, PPGHIS. UFF, 2006.

40 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 60.

41 Prado, Fabrício Pereira, op. cit.; Hameister, Martha Daisson, op. cit.; Kühn, Fabio, op. cit.

42 Ibid.

43 Gil, Tiago, Infiéis transgressores: elites e contrabandistas nas fronteiras do Rio Grande e do Rio Pardo (1760-1810), Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 2007.

44 Ibid.

45 Arraes, Damião Esdras Araujo, Ecos de um suposto silêncio: paisagem e urbanização dos certoens do Norte, c. I666-I820, Tese de Doutorado, São Paulo, Universidade de São Paulo, 2017; Araújo, Renata Malcher de, art. cit., p. 41–76 ; Monteiro, John Manuel, Negros da terra: índios e bandeirantes nas origens de São Paulo, São Paulo, Companhia das Letras, 1994 ; Holanda, Sérgio Buarque de, “Movimentos da população em São Paulo no século XVIII”, Revista do IEB. 1966, vol. 1, n° 1, p. 55-111; Garcia, Elisa Frühauf, As Diversas Formas de Ser Índio: políticas indígenas e políticas indigenistas no extremo sul da América portuguesa, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 2009; García, Elisa Frühauf, « “Ser índio” na fronteira: Limites e possibilidades Rio da Prata, c. 1750-1800 », Nuevo mundo, mundos nuevos, École des hautes études en sciences sociales, 2011, n° 11, p. 25 ; Jucá Filho, Clovis et Moura Filha, Maria (dir.), Vilas, cidades e territórios. O Brasil no século XVIII, João Pessoa, EdUFPB, 2012; Oliveira, João Pacheco, A presença indígena no nordeste – processos de territorialização, modos de reconhecimento e regimes de memória, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2011; Sirtori, Bruna, Entre a cruz, a espada, a senzala e a aldeia. Hierarquias sociais em uma área periférica do Antigo Regime (1765-1784), Rio de Janeiro, UFRJ, 2008; Sampaio, Patrícia Maria Melo, Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na Colônia, Manaus, Editora da Universidade Federal do Amazonas, 2012; Oliveira Filho, João Pacheco de, O nascimento do Brasil e outros ensaios:" pacificação", regime tutelar e formação de alteridades, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2016; Neumann, Eduardo. Letra de índios: cultura escrita, comunicação e memória indígena nas Reduções do Paraguai, Porto Alegre, Nhanduti, 2015.

46 Monteiro, John Manuel, op. cit.

47 Fonseca nous rappelle que « bien que les conquérants aient adopté des références spatiales et toponymiques indigènes en affrontant les sertões, cela ne veut pas dire que les territoires des autochtones aient été reconnus et respectés ». Voir Fonseca, Cláudia, Arraiais e vilas d’el rei: espaço e poder nas minas setecentistas, Belo Horizonte, Editora UFMG, 2011, p. 52.

48 Nimuendajú, Curt, Mapa etno-histórico do Brasil e regiões adjacentes, Rio de Janeiro, Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, 1980.

49 Oliveira Filho, João Pacheco de, op. cit., p. 65-66.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figura 1 – Conflits entre Indigènes et Portugais, selon le récit de Gabriel Soares de Souza (1587). En rouge : la concentration de peuples natifs selon ce récit.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-1.png
Fichier image/png, 412k
Légende Figure 2 – Conflits entre Indigènes et Portugais, selon le récit de Frei Vicente de Salvador (1627). En rouge : la concentration de peuples natifs selon ce récit.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Légende Figure 3 – Mentions de groupes indigènes dans le récit de José Monteiro de Noronha (1768). En rouge : la concentration des peuples natifs selon ce récit.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Figure 4 – Carte de Curt Nimuendaju démembrée par périodes de temps.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Figure 5 – Comparaison entre deux périodes. Les données en rouge sont des repérages d’indigènes au XVIe siècle (à gauche) et au XVIIe siècle (à droite), comparés avec la fondation de chefs-lieux cent ans plus tard, au XVIIe (à gauche) et au XVIII (à droite), démontrant que le repérage donne lieu à la fondation postérieure de chefs-lieux (avec un siècle de « retard »).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

João Pedro Galvão Ramalho, Manoel Rendeiro Neto, Vinicius Sodré Maluly et Tiago Luís Gil, « Les groupes autochtones et la morphologie de la conquête en Amérique Portugaise », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/81011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.81011

Haut de page

Auteurs

João Pedro Galvão Ramalho

Universidade Federal do Pará, Brasil

Manoel Rendeiro Neto

University of California at Davis, USA

Vinicius Sodré Maluly

École des Hautes Études en Sciences Sociales, France

Tiago Luís Gil

Universidade de Brasília, Brasil
tiagoluisgil@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page