Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2020Fleuves et Montagnes : les défis ...Fleuves et montagnes : les défis ...

Débats | 2020
Fleuves et Montagnes : les défis de l’espace américains, XVIe-XVIIIe siècles – Coord. Louise Bénat-Tachot, Christophe Giudicelli y Mauricio Onetto Pavez
Louise Bénat-Tachot, Christophe Giudicelli et Mauricio Onetto Pavez

Fleuves et montagnes : les défis de l’espace américain, XVIe-XVIIIe siècles

[08/10/2020]
Cet article est une traduction de :
Ríos y montañas: los retos del espacio americano, siglos XVI-XVIII

Notes de l’auteur

Ce dossier s'inscrit dans l’un des axes de recherche du réseau international GEOPAM (Red Internacional de estudios sobre Geopolítica Americana de los siglos XVI y XVII). www.geopam.org

Texte intégral

1Dans les premières lignes de son ouvrage l’Amérique et les Amériques (1960) Pierre Chaunu écrit :

  • 1 Pierre Chaunu, L'Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964.

« Entre le 71 e degré nord et le 56eme degré sud, sur plus de 15 000 km du NNO au SSE, l’Amérique, ce double continent méridien, faiblement incliné par rapport à une verticalité parfaite, forme, de l’un à l’autre des bassins polaires, un écran entre les deux océans, l’Atlantique prolongé par l’Indien d’une part, l’océan pacifique de l’autre. »1

2Cette structure géographique verticale est scandée par des systèmes montagneux et traversée par des fleuves dont les Européens durent découvrir et concevoir les gigantesques tracés. Cela conditionna non seulement les modalités d’occupation du sol mais aussi les connexions qui relieraient ce continent nouveau au reste du monde connu, c’est-à-dire les structures de communication.

3Les fleuves et les montagnes ont constitué une dyade qui a structuré sur le plan géographique la pénétration et le processus de découverte des terres par les Européens (les Espagnols en Amérique, les Français en Amérique du nord et les Portugais en Afrique). Les Espagnols n’étaient guère préparés à aborder et moins encore à penser l’immensité et la puissance des fleuves américains et pas davantage le gigantisme des chaines montagneuses. C’est donc une expérience inédite et une expérience complexe sur la longue durée.

4On peut penser qu’il existe une forme de complémentarité entre le système montagneux et le système fluvial : l’un permet la mobilité la pénétration, l’autre recèle (ou devrait receler) mines et gisements précieux. Cette complémentarité géographique retient une forte dose spéculative comme le démontrent les représentations cartographiques où sont ciselés avec une réelle précision les tracés côtiers mais où les fleuves sont dessinés à la manière des larges veines qui serpentent et ouvrent le continent et où sont disposés des croissants de montagnes schématisés de façon également souvent aléatoire.

5Ce sont en tout cas deux grands référents qui font exister le territoire (fonction imageante de la carte). Quel type de projection, de quête, de savoirs et de stratégies a généré le fleuve dans son possible rapport à la montagne ? L’expérience de ces deux réalités géographiques a-t-elle inscrit des pratiques et des interprétations du territoire ?

6Quelle place occupent les populations indigènes dans cette expérience de la découverte, de l’arpentage et de l’occupation par les Européens occidentaux chrétiens ? Si fleuves et montagnes ont été les lieux d’expériences individuelles ou collectives, (épreuve physique, émotions intenses, recherche d’informations) et ont sollicité la force de l’imaginaire, de telles réalités géographiques ont aussi structuré l’espace du point de vue global (celui de la couronne) dans la perspective de l’exploitation, de la connexion, de l’extraversion des richesses et de l’exercice de la souveraineté. De leur côté, les populations indigènes structuraient également l’espace et leurs réseaux d’échanges et de circulation en fonction le plus souvent de fleuves sur lesquels elles savaient naviguer avec un haut degré d’expertise.

7Il s’agit donc d’étudier à partir de la construction des spatialités américaines, les processus de l’émergence de la société coloniale et de ses frontières, ses faiblesses, ses contraintes et ses projections. Ce processus loin de se fonder sur un découpage spatial en blocs jointifs, « bord à bord », ferait apparaitre une autre vision, celle des situations d’entre-deux, les espaces flottants, la complexité même du maillage des espaces américains.

8Les études réunies dans ce dossier montrent, à partir de cas précis, (Brésil, Venezuela, Colombie, Chili, Antilles) les différentes fonctions et les différents effets de sens que la figuration des fleuves et des montagnes produit. Elles décryptent le phénomène d’interprétation et de sémantisation des espaces. Ainsi la cartographie portugaise sur le Brésil, réalisée entre 1580 et 1640 par Luis Teixeira et son fils, João Teixeira Albernaz, révèle la dimension projective qui font de ces « réalités » des faits géographiques souhaités plus qu’observés. Certains espaces comme les deltas des gigantesques fleuves sud-américains (l’Amazone et l’Orénoque) sont particulièrement complexes : mal perçus, mal compris, mal défendus ils s’avèrent pourtant être des espaces névralgiques tant d’un point de vue géopolitique (présence de nations étrangères) que d’un point de vue global (connexions intracontinentales, interocéanique et lien avec la métropole). Le cas du détroit de Magellan offre un autre exemple de la difficulté à expérimenter et cartographier un labyrinthe d’iles et de chenaux, une réalité hydrographique telle qu’elle permit l’apparition d’un continent rêvé.

9C’est un ensemble de réalités géographiques nouvelles qu’il s’agit pour les Espagnols et les Portugais d’appréhender pour en assurer la maitrise mais ce processus s’inscrit dans la longue durée du temps colonial ; des paysages comme la vaste Amazone, le delta de l’Orénoque, le Rio de la Plata ou encore le grand Pantanal sont des réalités toujours discutées au XVIIIe siècle.

10A côté des nombreuses expéditions d’explorations et d’occupation locales, toute une série de problématiques géopolitiques et géoéconomiques s’imposent d’entrée de jeu comme la question du passage et de l’inter océanité, celle de la quête et de l’extraversion des métaux précieux, ou encore la question de la route la plus efficace pour rejoindre Séville. Elles construisent un espace continental colonial particulier, où les doutes, les rêves et les tensions se mêlent et où tous les acteurs coloniaux se retrouvent engagés dans cette expertise des espaces : les pilotes (le cas de Ladrillero par exemple), les chroniqueurs (le cas d’Oviedo) les cartographes (les Texeira), les créoles, les conseillers et autres experts autoproclamés (Estacio Silveira et ses projets amazoniens) etc.

11C’est ainsi que ces études discernent dans les discours géographiques, omniprésents dans les textes coloniaux et dans les cartes qui ont aussi une dimension discursive, les différentes modalités du savoir fabriqué par l’ensemble de ces acteurs. Ce sont des savoirs mêlés : nés de l’’expérience locale « au ras du sol », ils sont aussi le fruit d’une perspective globale en lien avec le savoir construit sur la mappemonde, outil de la politique impériale, les impératifs d’une gouvernance à distance et les pratiques locales.

12Enfin dans les cordillères ou les fleuves se déclinent de façon spectrale, les attentes aurifères ou argentifères qui semblent ne jamais s’épuiser en dépit des déconvenues, ce qui provoque des distorsions, des raccourcis, des mimétismes dans la construction des espaces : autant d’opérations intellectives qui participent de cette culture géographique fondatrice que les auteurs ont souhaité étudier.

13Pour mettre en évidence cette culture géographique “in progress” mais surtout pour en montrer les enjeux, les auteurs ont eu recours aux cartes (A. Doré et A. Velez, B. Tiago, J.C. Viladarga), aux routiers (M. Onetto) aux chroniques (D. Guzman, L. Bénat Tachot, O. Goldman) aux memoriales, aux rapports administratifs etc…. Ils analysent de quelle façon la perception des fleuves et des complexes montagneux par les Espagnols et les Portugais s’ajustent aux expériences locales dans le but d’une économie extractive, d’un contrôle militaire et administratif mais aussi pour en garantir la connectivité.

14Ils montrent en particulier combien la rencontre avec les groupes indigènes à l’heure de survivre, d’occuper puis de maitriser les réseaux hydrographiques échappe aux schémas de la conquête militaire des hauts plateaux. Ces sont des séquences historiques d’un autre type, qui s’apparentent à la question très étudiée aujourd’hui des frontières. On y retrouve instabilité, renversements d’alliances, intrusion des nations étrangères. Ce sont d’une certaine façon des zones « grises » parfois très étendues où les autorités coloniales ne parviennent pas à affirmer leur domination, laquelle tend à être assurée par des autorités locales « alternatives » qui se superposent ou se mêlent aux mondes indigènes eux-mêmes en recomposition. Les inconnues, les fragilités sont tenaces, les obstacles et les caprices de cette géographie américaine sont encore relevés dans les sources du XVIIIe siècle (M.F Costa). Cette perspective géographique que les auteurs ont restaurée par une relecture fine des sources démontre qu’en dépit des échecs ou des énormes difficultés rencontrées, les routes fluviales et les cordillères sont des espaces stratégiques qui sont la clé de l’installation des villes, de la circulation des hommes et des biens ; enfin ce sont les espaces où la tension géopolitique est plus forte, sortes de brèches spatiales qui s’offrent aux nations européennes rivales.

15Dans le dossier que nous présentons se trouve soulignée la dimension chaotique de cet apprentissage de l’espace par les Européens. Les auteurs mettent en évidence les processus d’adaptation des outils intellectuels et rhétoriques mis en œuvre pour appréhender de tels espaces le plus souvent hostiles et transmettre de nouveaux savoirs géographiques aux centres de pouvoir de la péninsule ibérique. Ils en montrent les progrès et les limites. La dimension spéculative (à la confluence des discours européens et indigènes) ne cesse jamais d’infuser la construction du savoir. Comme l’écrit Juan José Saer dans el Entenado (1988):

  • 2 Juan José Saer, El entenado, Madrid, Ediciones Destino, 1988, p. 12.

“Lo desconocido es una abstracción, lo conocido un desierto, pero lo conocido a medias, lo vislumbrado, es el lugar perfecto para hacer ondular deseo y alucinación”2

Haut de page

Notes

1 Pierre Chaunu, L'Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964.

2 Juan José Saer, El entenado, Madrid, Ediciones Destino, 1988, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, Christophe Giudicelli et Mauricio Onetto Pavez, « Fleuves et montagnes : les défis de l’espace américain, XVIe-XVIIIe siècles », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/81376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.81376

Haut de page

Auteurs

Louise Bénat-Tachot

Sobonne-Université Lettres, CLEA

Articles du même auteur

Christophe Giudicelli

Sobonne-Université Lettres, CLEA

Articles du même auteur

Mauricio Onetto Pavez

Institute of Latin American Studies (ILAS) - University of London

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search