Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2020Fleuves et Montagnes : les défis ...« Much Ado about Nothing » : Le p...

2020
Fleuves et Montagnes : les défis de l’espace américains, XVIe-XVIIIe siècles

« Much Ado about Nothing » : Le passage amazonien entre le Pacifique et l’Atlantique au XVIIe siècle

« Much Ado about Nothing »: The Amazonian passage between the Pacific and the Atlantic in the 17th century
Décio de Alencar Guzmán

Résumés

Aux XVIe et XVIIe siècles, les Espagnols et les Portugais ont cherché à créer un passage entre les océans Pacifique et Atlantique à travers l’Amazone. Ces différents projets ont rencontré des obstacles de toutes sortes: l'expansion maritime néerlandaise en Amérique du Sud et la crise militaire et économique de l'empire espagnol. L’idée d’un passage amazonien n’aboutira pas ; il restera un rêve qui sera poursuivi jusqu’à nos jours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anonyme. Gran vía de comunicación entre el Pacífico y el Atlántico por el Amazonas. Lima: Imprenta (...)

1En 1864, sort à Lima un opuscule anonyme, dont le titre était : « Gran vía de comunicación entre el Pacífico y el Atlántico por el Amazonas »1. Le livret portait sur les découvertes soit-disant « nouvelles » faites par le colonel et explorateur équatorien Victor Proaño Carrión après avoir navigué le long de la rivière Morona jusqu’à l’Amazone et visité des tribus indigènes jusqu’au village d’Iquitos. La matière principale de cette publication concernait le passage entre les hautes terres du Pérou et l’embouchure de l’Amazone. En fait, cette question majeure se pose dès la première moitié du XVIe siècle et prend toute son ampleur au début du XVIIe siècle. Nous nous contenterons de présenter ici les acteurs américains et européens impliqués dans la recherche du « passage amazonien ».

La lettre au cardinal Bembo

2En 1550, dans le premier tome de ses Navigationi e viaggi, Giovani Battista Ramusio se plaint de ce que les Portugais n’aient pas encore couché par écrit leurs extraordinaires navigations et découvertes dans « la Mer océane ». C’est l’objectif qu’il se donne dans la grande collection qu’il lance à Venise et qui sera publiée entre 1550 et 1606. Voici ce qu’il annonce :

  • 2 Ramusio, Giovanni Battista. Terzo volume delle Navigationi e viaggi. Venezia: Stamperia dai Giunti (...)

« La découverte de tant de pays aussi variés sur ce globe de la terre a été l’une des choses les plus grandes et les plus admirables à laquelle ait assisté notre époque, une chose dont jamais auparavant les anciens n’avaient eu connaissance […]. Considérant qu’à cause du passage du temps le souvenir d’une entreprise aussi grande et aussi noble pouvait se perdre, j’ai pensé qu’il était bien de recueillir et de rassembler (du mieux possible) des lettres de voyages de diverse origine portant sur ce sujet, lesquelles, même s’il s’en trouve d’écrites par des marins et des personnes incultes, qui à force d’incessantes répétitions finissent par lasser, n’en feront pas moins connaître ces découvertes à ceux qui se plairont à les lire »2.

  • 3 Oviedo, Gonzalo Fernández de. Sumario de la natural historia de las Indias. Toledo: taller de Ramo (...)

3Alors que les « relaciones » et « memoriales » rédigés par les premiers découvreurs du Nouveau Monde au tout début de l’expansion espagnole et portugaise n’étaient pas toujours à la hauteur de leurs entreprises (à l’exception sans doute des Décades de Pietro Martire d’Anghiera), il est manifeste que les Indes occidentales font une percée remarquable sur l’horizon européen avec la publication des écrits de Gonzalo Fernández de Oviedo, son Sumario en 1526 et son Historia en 1535. Mais c’est quelque temps plus tard, avant que sorte l’oeuvre de López de Gómara (1552) et que commencent à paraître des textes sur le Brésil comme ceux de Staden (1557), de Thévet (1557) et plus tard de Léry (1578) qu’apparaît le document qui nous intéresse ici3.

  • 4 Ramusio, Giovanni B. Navigationi, tomo VI, 1606, p. 2610ss; Broc, Numa. La geografia del Rinascime (...)

4Dans ce contexte Ramusio entreprend de traduire la lettre d’Oviedo concernant le voyage de Francisco de Orellana sur le rio des Amazones. C’est par cette lettre de 1543 que le Vieux Monde entend parler pour la première fois du fleuve des Amazones dans toute son extension. C’est aussi dans ce texte que figure une allusion encore brève au passage que le fleuve des Amazones peut ouvrir vers l’océan Atlantique puisque s’y trouvent esquissées une vision et une pesée d’ensemble des ressources de cette partie du sous-continent sud-américain4.

  • 5 Bashet, Armad (éd.). Aldo Manuzio. Lettres et documents, 1495-1515. Venise: Ex aedibus Antonellian (...)
  • 6 Gerbi, Antonello. La naturaleza de las Indias Nuevas: de Cristóbal Colón a Gonzalo Fernández de Ov (...)

5Pour comprendre la portée de la lettre d’Oviedo, il faut revenir sur son auteur et sur les liens des intellectuels du Vieux et du Nouveau Monde qui vont diffuser la première navigation européenne sur l’Amazone. Dès 1526, avec la publication du Sumario de la Natural Historia de las Indias, Oviedo s’est fait connaître des cercles humanistes italiens et notamment d’un ami et collaborateur de Ramusio, le vénitien Andrea Navagero. Ce dernier maintient des contacts étroits avec le Lombard Pietro Martire d’Anghiera, le Véronais Girolamo Fracastoro, le Vénitien Sebastiano Caboto et avec Aldo Pio Manuzio, le grand imprimeur de Venise5. Il a des rapports avec les savants de la région de Venise, comme le cardinal Pietro Bembo. À cette époque Venise est le plus grand foyer de collecte et de diffusion des nouvelles sur les « découvertes maritimes » européennes. Les informations qu’apporte Oviedo à propos des réalités physiques et humaines du Nouveau Monde passionnent tous ces lettrés qui se préoccupent de la façon dont « les découvertes transatlantiques peuvent menacer la république de Venise ». Ces rapports entre le Vieux et le Nouveau Monde sont à double sens puisque si c’est par ses correspondants italiens qu’Oviedo reçoit des nouvelles de l’Europe et qu’il alimente sa curiosité pour la littérature et l’historiographie de la péninsule Italienne, il profite également de la résonance européenne que l’entreprise de Ramusio et les cercles humanistes offrent à ses écrits. On voit comment fort tôt a commencé à se monter via Oviedo une chaîne de contacts et d’informateurs qui relie les Amériques et la vallée de l’Amazone à l’Europe méditerranéenne6.

  • 7 Asensio, Eugenio. “La carta de Gonzalo Fernández de Oviedo al cardenal Bembo sobre la navegación d (...)

6Oviedo, qui était fier d’être le correspondant de Bembo, lui a adressé le 20 janvier 1543 depuis Santo Domingo une longue missive qui relate la réconnaissance du fleuve des Amazones, à peine un mois après le retour de Orellana. Cette lettre sera imprimée à Venise dans la collection de Ramusio en 1556, un an avant la mort du chroniqueur madrilène et elle constituera le seul fragment de la suite de son Histoire des Indes à voir le jour au XVIe siècle. Pour rédiger son récit, Oviedo s’appuie sur le témoignage exceptionnel qu’il a recueilli à Santo Domingo de la bouche même du capitaine estrémègne Orellana qui a débarqué sur l’île en compagnie d’une dizaine d’hommes de sa troupe7.

7Après avoir résumé les événements qui poussèrent Gonzalo Pizarro, le frère de Francisco Pizarro, à rechercher la cannelle amazonienne – que le chroniqueur et d’autres avec lui considèrent comme bien supérieure à celle des îles de Bornéo –, Oviedo rend compte des distances parcourues par les hommes de l’expédition de Orellana le long du fleuve des Amazones en quête de ravitaillement :

« (...) ils disent que de l’embouchure du fleuve Maragnon d’où ils ont traversé cette mer jusqu’à Cubagua – qu’ils appellent l’île des Perles en face de la côte de la Terre ferme –, on compte quatre cents lieues et qu’ils ont navigué plus de mille sept cents lieues sur l’eau douce avant d’arriver à la salsa (l’eau salée) ».

8Le temps écoulé dans le voyage est à la mesure des distances parcourues : « quand ces Espagnols ont atteint la mer, on était le 26 août, ce qui donne huit mois de navigation en eau douce (...) ».

9Oviedo est conscient de ce que le passage par l’Amazone représente à l’échelle continentale :

« De ce qu’on a dit en bref et qui concerne le capitaine Francesco de Orellana et ses compagnons, on peut déduire qu’en passant par ce fleuve qui naît sous le pôle antarctique, après l’immense parcours accompli ils ont fini par viser et atteindre l’autre pôle arctique en traversant la ligne équatoriale. »

10C’est une observation que l’on retrouve souvent sous la plume d’autres chroniqueurs qui par la suite se préoccuperont de l’existence d’un passage entre les terres péruviennes et l’Atlantique. Les considérations d’Oviedo ressurgiront aussi dans les projets, jamais réalisés, d’une série de conseillers, d’aventuriers et de soldats espagnols et portugais durant la première moitié du XVIIe siècle, au temps de l’Union des deux Couronnes. Tous partageront le même objectif : utiliser le fleuve des Amazones pour transporter les richesses et les métaux précieux extraits des montagnes du Pérou vers l’Espagne en traversant l’océan Atlantique.

11L’idée d’un passage par l’Amazone qui irait des terres espagnoles du Pérou jusqu’à l’embouchure du « grand fleuve » prend corps au cours du XVIe et du XVIIe siècle et elle va se concrétiser autour de deux pôles : Quito et Belém. Ce sont les expéditions espagnoles et portugaises qui vont donner une réalité et un contenu à cet axe fluvial qu’on ne peut dissocier de l’histoire de ces deux villes.

La route des extrêmes : de Quito à Belém

12Commençons par le pôle hispanique. Comment expliquer son surgissement à l’extrême ouest de la zone qui nous intéresse ? Quito existe depuis les temps préhispaniques et ce centre urbain, à l’époque coloniale, se trouve séparé de Lima par une grande distance qu’accentue la précarité des moyens de transports et la pénurie des voies d’accès. C’est pour ces motifs mais aussi en raison d’un développement précoce doublé d’une croissance notable de la population que la municipalité de Quito demande à Philippe II la création d’une audience. Le souverain donne une réponse favorable et l’audience est installée en vertu d’une cédule royale en date du 29 novembre 1563. Les limites de la nouvelle audience sont décrites dans la Recopilación de Leyes de Indias de 1680, au Livre II, Titre XV, Loi X, où figure la décision prise à Guadalajara par Philippe II :

  • 8 Recopilacion de Leyes de los Reynos de Las Indias, Tomo Primero, Libro Segundo, Titulo XV – “De la (...)

« Que dans la cité de Saint François de Quito réside notre audience et chancellerie royale;[…] et qu’elle ait pour district la province de el Quito, et que sa juridiction aille vers la côte (du Pacifique) jusque du côté de la Ciudad de los Reyes, sans atteindre le port de Payta: que dans l’intérieur, elle s’étende jusqu’aux limites de Piura, Caxamarca, Chachapoyas, Moyobamba et Motilones, en incluant dans cette région les pueblos de Jaén, Valladolid, Loja, Zamora, Cuenca, la Zarça et Guayaquil, ainsi que tous les autres pueblos, qui se trouveraient dans leurs confins et pourraient être occupés : et que du côté des pueblos de la Canela et Quixos, qu’elle englobe ces pueblos, avec ceux qu’on pourrait découvrir : et de par la côte en direction de Panamá, qu’elle aille jusqu’au port de la Buenaventura compris: et du côté de l’intérieur, qu’elle s’étende jusqu’à Pasto, Popayán, Cali, Buga, Chapanchica et Guarchicona ; car les autres endroits du gouvernement de Popayán, appartiennent à l’audience du Nouveau Royaume de Grenade, avec laquelle au septentrion elle est limitrophe ainsi qu’avec la Terre ferme : comme elle est limitrophe de l’audience de los Reyes au midi, en ayant à l’ouest la mer du Sud et, du côté du levant, des provinces pas encore pacifiées ni découvertes »8.

13Selon les termes de la cédule royale, et ceci nous intéresse au premier chef, les limites de l’audience englobent toute la vallée de l’Amazone et elles devraient s’avancer jusqu’à son embouchure atlantique, au fur et à mesure que les sujets de la couronne espagnole pénétreraient ces contrées, « pas encore pacifiées ni découvertes ». Ce qu’ils entreprendront sans succès. L’ampleur du territoire attribué à l’audience par la décision de 1563 est d’ailleurs conforme aux principes stipulés par le traité de Tordesillas (1494) qui avait établi les droits de souveraineté sur la région de chacun de ses signataires.

Figure 1 – Territoire de l’audience de Quito d’après la Real Cédula de 1563

Figure 1 – Territoire de l’audience de Quito d’après la Real Cédula de 1563

Source : Antonio de Herrera y Tordesillas, « Descripcion del audiencia del Quito », Madrid, En la Emplenta Real, 1601, John Carter Brown Library, Map Collection.

  • 9 Lane, Kris. Quito 1599: City and Colony in Transition. Albuquerque: New Mexico University, 2002, p (...)
  • 10 Bromley, R. J. “El comercio precolonial y la transición a un sistema de mercado colonial en la Aud (...)

14Vers 1570, Quito compte 43 000 Indiens tributaires dans tout son ressort. Les vecinos espagnols constituent la moitié des habitants de la gobernación et parmi ceux-ci on dénombre plus d’une quarantaine d’encomenderos. Dans les décennies qui suivent, la nouvelle capitale connaît un essor fondé sur ses activités agricoles et sur l’élevage. Au début du XVIIe siècle, Quito est un centre urbain dont l’activité économique repose sur la production textile après avoir connu une période de développement de l’économie minière. La croissance du marché intérieur provoquée par l’exploitation intense des minerais de Potosi a stimulé la commercialisation à grande échelle de marchandises destinées à satisfaire la demande dans toute la vice-royauté du Pérou. C’est à cette époque que la production américaine tend à se substituer aux importations européennes et au sein de cette production les tissus fabriqués dans les obrajes de l’audience et qui circulent dans le reste des Andes se taillent une part considérable9. Cette activité bat son plein une première fois entre 1580 et 1610 et une seconde après 1620. L’essor de la manufacture textile dans la région de la Sierra rattache cette contrée au mouvement du commerce péruvien tout en favorisant ses liens avec l’aire économique que constitue la Nouvelle-Grenade. Les rapports avec les marchés septentrionaux et méridionaux favorisent l’afflux de monnaies d’argent (plata acuñada), indispensable au développement des échanges locaux10.

  • 11 Espinosa, Antonio Vázquez de. Compendio y descripción de las Indias occidentales, transcr. del man (...)

15Outre les textiles, durant tout le XVIIe siècle dans la province de Quito la production du cacao a connu une croissance considérable : le ramassage des gousses se faisait jusque sur les rives du rio Guayas dans les environs de Guayaquil. La qualité remarquable du cacao de Guayaquil qu’on cueillait dans les bois sauvages (almacigales) aux abords des villes et la culture de cette plante sur les terres d’alluvion (huertas regulares), qui profitaient de l’humidité qu’apportaient le fleuve Guayas et ses affluents, ont rendu cette activité parfaitement viable et même suscité des activités de contrebande : on estime que près de neuf navires exportaient le cacao chaque année, principalement vers le Mexique. Il est évident que ce trafic offrait une source de profits supplémentaires aux commerçants et aux élites de Quito, qui tournaient ainsi les interdits du pacte colonial pour satisfaire leurs intérêts bien compris11.

16Qu’en est-il des Indiens ? Leur situation diffère fort de celle que nous observons dans la région amazonienne. Il est possible que l’économie quiténienne qui se développe très à l’écart des mines ait favorisé la conservation de la population indigène au XVIe siècle et même contribué à attirer dans la région une main-d’oeuvre native car, à en croire les témoignages d’époque, les Indiens « fuient les mines comme le diable ». Ce qui explique aussi l’essor de l’audience que note en 1629 Vázquez de Espinosa :

« Toutes ces provinces ont connu une croissance après leur découverte et leur conquête au contraire des autres régions des Indes ».

17Un essor confirmé par le tableau dressé par Ortiz de la Tabla y Ducasse :

Tableau 1

Année Tributaires Total de la population
1566 16.000 80.000
1598 29.000 105.000
1630 85.000 425.000

Source : Ortiz de la Table y Ducasse

18On ne peut dissocier la croissance de la population indigène de la montée de la population métisse, née des unions entre Espagnols et indigènes.

  • 12 Ortiz de la Tabla y Ducasse, J. Los encomenderos de Quito 1534-1660: orígenes y evolución de una é (...)

« Quito, en tant que centre urbain, capitale et plus fort noyau de concentration hispanique, agira comme un creuset fondamental pour les deux groupes et deviendra un lieu de concentration des métis. Les uns se blanchiront au fil du temps et de la succession des générations alors que d’autres qui formeront les castes s’indianiseront ou deviendront des mulâtres »12.

  • 13 Newson, Linda A. Life and Death in Early Colonial Ecuador. Norman: University of Oklahoma Press, 1 (...)

19Au début du XVIIe siècle, Quito compte aussi une population de Noirs, libres ou esclaves, outre qu’elle attire quantité de « vagabonds », de prostituées et d’Indiens gyrovagues qui affluent de Riobamba, Ibarra, Latacunga, Chimbo, Ambato et Otávalo pour se procurer des moyens de subsistance dans la grande cité. En 1624 on dénombre environ 5 800 Indiens tributaires à Quito13.

  • 14 Webster, Susan Verdi. Arquitectura y empresa en el Quito colonial: José Jaime Ortiz, alarife mayor (...)

20La richesse procurée par l’industrie textile de la Sierra s’accumule dans la capitale de l’audience royale qui se dresse à l’ombre du volcan Pichincha sur le versant occidental des Andes. Nichée à 2 800 mètres d’altitude, avec ses places, ses couvents et ses fontaines, la ville change d’allure. Quito se couvre alors d’édifices publics et notamment d’églises baroques et de style neomudéjar. C’est dans les premières décennies du XVIIe siècle que sont construites ou achevées l’église de la Compagnie de Jésus (1605), l’église de « El Sagrario » (1617), celle de la « Vierge del Quinche », siège de l’archevêché (1630) et celle de la Merced (terminée en 1627). Le couvent de la Merced, quant à lui, est achevé en 1648 et le palais de l’archevêque cinq ans plus tard. Puis ce sera au tour des églises de San Francisco (1680) et de Santo Domingo (1688). À quoi s’ajoutent des édifices civils comme la « Casa de los Alcaldes » (début du XVIIe siècle) ou des maisons de maître comme la « Mansión Carcelén », qui attestent de l’opulence des élites quiténiennes 14.

  • 15 Webster, Susan Verdi. Op. cit.; Navarro, José G. Contribuciones a la historia del arte en el Ecuad (...)
  • 16 Docampo, Diego Rodríguez. “Descripción y Relación del Estado Eclesiástico del Obispado de San Fran (...)

21Participent au développement de la ville tout un monde d’artisans qualifiés, charpentiers, maçons et toutes sortes de métiers à vocation artistique qui rassemblent beaucoup d’Indiens et de métis : peintres, sculpteurs, ébénistes, producteurs d’azulejos, maîtres d’oeuvre, artisans du fer et du verre, orfèvres, ainsi qu’une foule d’apprentis15. Le renom de « l’école quiténienne de peinture » suffirait à donner à la ville une place exceptionnelle dans l’histoire des vice-royautés espagnoles des Indes. Les commandes affluent de toutes parts. Bien des quartiers de la ville tirent profit de ces activités. En 1650, dans sa « Descripción del estado eclesiástico del obispado de Quito », Diego Rodríguez Docampo ne calcule pas moins de six paroisses : le « Sagrario », la paroisse de la cathédrale et ses auxiliaires, San Sebastián, San Blas, Santa Bárbara, San Roque et San Marcos16.

  • 17 Cushner, Nicholas P. Farm and Factory: The Jesuits and the Development of Agrarian Capitalism in C (...)

22Au sein de cette société coloniale les Jésuites occupent une place de première importance, comme ce sera le cas des années plus tard à Belém do Pará. Ces Jésuites sont établis à Quito depuis juin 1586. Ils ont fondé une église, un collège et un couvent. Sur place s’étaient déjà installés quatre ordres religieux, les Franciscains (1535), les Mercédaires (1537), les Dominicains (1541) et les Augustins (1573). La Compagnie est la dernière arrivée mais elle prospère très vite : la vice-province qu’elle constitue dès 1604 devient province en 1639. Les jésuites sont si actifs qu’ils créent l’université de San Gregorio en 1622 avec l’appui du pape et de Philippe III. Les milliers de livres de la bibliothèque de l’université renforcent le rôle de pôle intellectuel européen occupé par Quito dans la première moitié du XVIIe siècle 17.

  • 18 Maroni, Pablo S.J. Noticias auténticas del famoso rio Marañón, seguidas de las Relaciones de los P (...)

23Il ne faudrait cependant pas limiter les curiosités et les activités des élites à la collecte du cacao, à la production textile et à l’éducation. Si les confins occidentaux, septentrionaux et méridionaux de l’audience sont relativement connus et familiers, par contre la direction de l’orient reste entourée de mystère. Les Quiténiens n’ont pas attendu le XVIIe siècle pour s’intéresser à ces contrées qui ouvrent droit sur l’Amazonie, mais c’est alors que les missions se développent dans cette direction. Des Jésuites pénètrent dans la gobernación de Maynas en 1638 et commencent à exercer leur influence sur les rives de l’Amazone et de l’Ucayali en arrivant même jusqu’au bord du Rio Negro. Retenons qu’ils constitueront l’ordre religieux qui se trouvera directement au contact de la pénétration portugaise en Amazonie18.

  • 19 Espada, Marco Jiménez de la. «Viaje segundo de Orellana por el rio Amazonas», in: Boletín de la Re (...)

24À l’autre extrémité du fleuve des Amazones, Belém semble bien modeste à côté de Quito. Santa María de Belém do Grão Pará, bourgade portugaise née d’un fortin construit pour des raisons stratégiques sur les rives de la baie du Guajará, deviendra la capitale de la capitainerie du Pará dans la première moitié du XVIIe siècle. Sa fondation remonte à 1616. Dès la seconde expédition d’Orellana (1545), il avait été question de créer deux villes, dont l’une à l’embouchure de l’Amazone, dans l’idée que la nouvelle conquête recevrait le nom de Nueva Andalusia 19. Belém mène une existence précaire comme le montre la révolte indigène de février 1618. La place fut alors directement menacée : les assaillants indigènes réussirent à s’emparer des esclaves de la forteresse et à bloquer son ravitaillement, les Portugais souffrirent de la famine et du manque de munitions, le tout au milieu d’une crise causée par les actions arbitraires du capitaine général Francisco Caldera contre les colons et les Franciscains.

  • 20 Guzmán, Décio de A. Guerras na Amazônia do século XVII: Resistência indígena à colonização. Belém: (...)

25Cet épisode fondamental est le premier d’une série de conflits belliqueux entre Indiens et Portugais au Pará et dans le reste de l’Amazonie20. C’est en juin 1617, un an après la fondation, qu’arrivent les Franciscains de Lisbonne et ils construisent une résidence un mois plus tard. En 1623, le premier supérieur de la custodie franciscaine du Maragnon, frey Cristovão de Lisboa, fait élever le couvent de san Antônio. La mission franciscaine lancera un premier modèle d’évangélisation adapté à l’environnement amazonien et aux obstacles opposés par la forêt équatoriale. Un système de « visitas » est alors mis en place à partir des couvents établis dans les principaux villages portugais, Belém et São Luiz. Les Carmes s’installent en 1626, les Mercédaires espagnols n’arriveront de Quito qu’en 1639 et la Compagnie de Jésus attendra les années 1650 pour prendre son vrai départ.

La trêve de Douze Ans et la géopolitique des empires : 1609-1621

26L’essor de Quito et la fondation de Belém apparaissent indissociables des événements qui se déroulent dans le Vieux Monde.

27La fin du XVIe siècle est le théâtre d’une série d’événements politiques qui ont accompagné la naissance de l’Amazonie comme « Estado » dans les possessions américaines de la Monarchie catholique. Ce fut une période troublée, jalonnée de guerres et de traités, qui a requis aussi bien de Philippe III et de ses conseillers que du prince Jean-Maurice de Nassau-Siegen et des autorités néerlandaises une prudence politique extrême en Europe et hors d’Europe. C’est alors que deux grands événements ont étroitement lié histoire globale et histoire locale dans le bassin de l’Amazonie : la Trêve de Douze ans entre l’Espagne et les Provinces-Unies, ouverte en 1609 et rompue en 1621, et la création de l’Etat du Maranhão e Grão-Pará par Philippe III en 1621. Ces événements concernent directement les deux autres voies de pénétration de l’Amazone : la portugaise et la hollandaise.

  • 21 Nogal, Carlos Álvarez. “Las Compañías bancarias genovesas en Madrid a comienzos del siglo XVII”, H (...)

28Depuis 1568, la Hollande a cherché à prendre ses distances par rapport à la couronne d’Espagne. Au terme de quarante ans de guerre contre les Pays-Bas et d’autres interventions menées pour préserver l’unité de son empire dans la Péninsule, ses possessions septentrionales, une bonne partie de l’Italie et ses royaumes américains, la couronne ibérique traverse une profonde crise financière: en 1608, la banqueroute déclarée par le roi frappe de plein fouet les Fugger et les créanciers génois de Philippe III – Ottavio Centurione, Bartolomeo Spinola, Carlo Strata, Giovanni Luca Pallavicino, Lelio Invrea, Nicolo-Antonio Balbi, Francesco María Pichenotti e Vicenzio Squarciafico. Pour sortir d’urgence de cette situation, gagner du temps et reprendre le contrôle des territoires révoltés, les ministres de Philippe III décident de conclure avec la Hollande un traité de suspension des hostilités pour une durée de douze ans21.

  • 22 Tex, Jan Den. Oldenbarnevelt: 1606-1619. Cambridge: Cambridge University Press, 1973, Volume 2, p. (...)

29C’est ainsi qu’est signée à Anvers le 9 avril 1609 la trêve entre la Monarchie catholique et les Provinces-Unies des Pays-Bas, grâce à la médiation des rois de France et d’Angleterre, après deux années de négociations tumultueuses entre les parties intéressées. Du côté néerlandais, la trêve est l’oeuvre de Johan van Oldenbarnevelt et de ses partisans. Elle a été conclue contre les volontés du prince Maurice de Nassau, d’un groupe influent de marchands d’Amsterdam et des calvinistes radicaux, connus sous le nom de contre-remontrants (en rupture avec l’Église d’Arminius). Le prince Maurice et son parti belliciste ont condamné la trêve avec l’Espagne en la comparant à une trahison et à un pacte avec l’Antéchrist. Rien d’étonnant à ce que ce soient des calvinistes gomaristes orthodoxes – les contre-remontrants – qui ont ensuite contribué à créer la Compagnie des Indes occidentales dans le dessein de détruire les possessions de l’adversaire espagnol 22.

30Le traité abordait trois grands thèmes : la reconnaissance par l’Espagne de la souveraineté politique des Provinces du Nord, la liberté de culte pour les catholiques dans les Pays-Bas et le commerce de la Hollande dans les Indes de Castille. Les États généraux des Provinces-Unies étaient déclarés libres et traités comme tels par le Roi Catholique à partir de la mise en vigueur de la Trêve tandis qu’on garantissait aux catholiques le droit de pratiquer leur culte sur toute l’étendue de la juridiction des villes qui faisaient partie des Provinces-Unies et du Brabant.

31Le troisième point stipulait l’interdiction du commerce hollandais avec les Indes de Castille, y compris le bassin de l’Amazonie. Selon les termes du traité :

  • 23 Abreu, Joseph António de. Coleccion de los tratados de paz, alianza, neutralidad, garantia... hech (...)

« (...) les dits sieurs Estats [Generaux] & leurs sujets ne pourront trafiquer aux ports, lieux & places tenues par le Roy Catholique aux Indes, s’il ne le permet ; Qu’il ne sera loisible aussi à ses sujets de trafiquer aux ports, lieux & places que tiennent les dits sieurs Estats es dites Indes, si ce n’est avec leur permission »23.

  • 24 Boxer, Charles R. The Dutch Seaborne Empire, 1600-1800. London: Penguin, 1990, p. 28.

32Pour l’historien Charles Boxer les Hollandais n’ont pas respecté cette partie du traité. Selon lui « la trêve a été mal observée dans le monde colonial et la reprise officielle des hostilités en 1621 […] a donné toute latitude à la VOC et à la WIC pour se lancer dans des opérations offensives de grande envergure » 24.

  • 25 Usselincx, Willem, Vertoogh, hoe Nootwendich, Nut ende Profytelick het sy voor de Vereenighde Nede (...)

33Avant même la signature de la Trêve, un pamphlet écrit en 1608 par Willem Usselincx, l’un des fondateurs de la Compagnie des Indes occidentales, encourageait les Hollandais à s’intéresser à la région du nord de l’Amazone en expliquant que c’était l’une des plus riches du monde et que les Bataves y pourraient établir des colonies de plantations (plantation) et des bases pour leurs opérations commerciales. La référence que fait Usselincx au nord de l’Amazone n’a rien de gratuit car jusqu’à la fin du XVIe siècle cet espace compris entre l’Orénoque et l’Amazone a la réputation d’être une “côte sauvage” (« Wilde Kust » en néerlandais), une « terre de personne » ou encore un « sertão » comme le concevaient les Portugais. C’était une contrée qui n’avait rien d’hospitalier, pour l’essentiel prise dans les mangroves et fameuse pour ses cannibales : les indiens Carib. Pour les Portugais c’était une terre « sem fé, lei ou rei »25.

  • 26 Schama, Simon. The Embarrassment of Riches: An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age. (...)

34Malgré les multiples soutiens dont jouissait la création d’une compagnie hollandaise de commerce avec les Indes occidentales dans les années 1606-1607, le projet fut combattu très tôt par Oldenbarnevelt, alors impliqué à fond dans les négociations d’une trêve avec l’Espagne. Ce dernier considérait que la constitution d’une organisation commerciale de cette nature provoquerait l’hostilité de la Monarchie catholique et ruinerait tout possibilité de négocier l’établissement de colonies néerlandaises dans les Indes. En revanche, Usselincx qui s’opposait à la trêve avec l’Espagne, nourrissait l’idée de faire de la « construction de l’empire hollandais » une vaste entreprise de domination coloniale et spirituelle26.

  • 27 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic and the Hispanic World, 1606-1661. Oxford: Oxford Universit (...)

35Ainsi tant Oldenbarnevelt que le duc de Lerma comptaient tous deux s’appuyer sur la Trêve, dans l’espoir de créer les conditions d’une paix durable. Philippe III était prêt à abandonner ses revendications de souveraineté sur les Pays-Bas et à reconnaître l’indépendance néerlandaise. Par contre pour l’Espagne, les Pays-Bas devaient se retirer des Indes: car de plus en plus le commerce transocéanique néerlandais lui apparaissait comme la principale menace pour ses possessions d’outre-mer. Dès 1609, le commerce hollandais du sel avec les Caraïbes a cessé après le retour des flottes de sel hollandaises au Portugal; entre-temps, les Espagnols dans les Caraïbes et les Portugais en Amazonie ont éliminé certains des avant-postes néerlandais dans le Nouveau Monde. Mais les Néerlandais se sont fixés sur la côte des Guyanes ils entretiennent des relations commerciales avec Porto Rico, Saint-Domingue et Cuba27.

  • 28 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness, and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford (...)

36Aux termes de la Trêve, la république des Pays-Bas s’engageait à ne pas nuire aux intérêts de la Monarchie à l’intérieur des frontières de son empire colonial. On comprend que le commerce à longue distance néerlandais et le transfert du controle sur le commerce guyannais de la Zélande vers le sud des Pays-Bas en ont payé les conséquences. En abandonnant en 1607 les plans d’une compagnie des Indes occidentales, Oldenbarnevelt a aussi miné les chances des Néerlandais de se tailler un vaste empire dans le Nouveau Monde, alors que les perspectives d’une grande percée était alors bien meilleure que plus tard, dans les années 1620. Entre 1607 et 1621, Espagnols et Portugais ont étendu avec succès leur réseau de forts dans les zones où les Néerlandais avaient pénétré – les Caraïbes, Le Venezuela, les Guyanes et l’Amazonie – tandis que les Néerlandais ont perdu du terrain, en particulier dans le commerce de « Caracas » et le trafic du sel avec Punta de Araya et sur l’Amazone28.

  • 29 Laet, Joannes de. Novus Orbis seu Descriptionis Indiae Occidentalis Libri XVIII. Leyde: Elseviers, (...)

37Encore fallait-il s’entendre sur l’extension de ces frontières. Au début du XVIIe siècle, pour la majorité des marins et des commerçants bataves, la « côte sauvage » de la Guyane ne possédait pas de limites bien définies : elle était peuplée de « sauvages », d’animaux féroces, on n’y trouvait aucune forme d’autorité politique reconnue par les Européens, et s’il en existait une, on n’en savait pas grand-chose et on n’avait aucune prise sur elle. Ce qui laissait le champ libre aux explorations commerciales et coloniales que pouvaient mener non seulement les Hollandais, mais aussi les Anglais et les Français. Il s’agissait d’une frontière ouverte où pouvaient s’exporter les rivalités et les discordes qui opposaient sur le continent européen la Monarchie catholique aux autres nations européennes29.

Figure 2 – Les hollandais et la « côte sauvage » de la Guyane.

Figure 2 – Les hollandais et la « côte sauvage » de la Guyane.

Source: Guzmán, Décio de Alencar; Hulsman, Lodewijk. Holandeses na Amazônia (1620-1650): documentos inéditos. Belém: Imprensa Oficial do Estado, 2016, p. 13.

  • 30 Bondam, E. J. (ed. et trans.), “Description de la côte septentrionale du Brésil d’après le journal (...)

38Dès après la signature de la Trêve, on sait que des Bataves montent systématiquement des entreprises de commerce sur les rives de l’Amazone. Puis, en 1610, le négociant Hendryck Hendrycksen Cop et le capitaine Claes Adriaenssen Cluyt se mettent au service de plusieurs Français qui ont déjà une bonne expérience de la côte amazonienne. Ces Français connaissent assez bien la langue Tupi et se sont familiarisés avec les coutumes des indigènes du Maragnon qui parlent cette langue. Cop et Cluyt ne savaient pas comment attirer les naturels et faire du commerce avec eux faute de parler la langue locale, le tupi. Ce n’est qu’après avoir séduit les indigènes en leur faisant boire des rasades de bière hollandaise au goût aigre – les Indiens lui donnaient le nom de « vintata » – qu’ils parvinrent à être reçus dans leurs villages. C’est aussi en fixant leur résidence dans une bourgade qui répondait au nom de « Ocuieu » ou « Owygeu », que les Hollandais sont tombés sur deux Français qui parlaient le néerlandais. Ces Français échangeaient déjà du poivre et du coton avec les natifs. Et c’est par leur intermédiaire que les Néerlandais se sont mis à commercer les pigments rouges d’urucum avec les Indiens des villages de Tapuitapera et Cumã (sur la côte du Maragnon). Puis non loin de l’endroit où ils se trouvaient, Cop et Cluyt ont rencontré un navire de Rotterdam qui faisait du commerce avec les natifs30.

39Cette suite de contacts et de rencontres aide à comprendre de quelle manière des Européens entraient concrètement en rapport avec les populations locales et à se faire une idée de ce qu’ils pouvaient représenter aux yeux des indigènes. Rien d’une pénétration programmée et systématique des Européens qui dépendent toujours du type d’accueil que leur réservent les Indiens.

  • 31 Hulsman, L. Nederlands Amazonia; handel met indianen 1580-1680. Ph.D. dissertation, Universiteit v (...)

40Entre 1610 et 1615 la Guiaansche Compagnie loua à des particuliers deux navires par an pour fournir en provisions et en marchandises les divers entrepôts et faire du commerce avec les indigènes du Surinam. Les entrepôts hollandais étaient de petits établissements plantés à l’embouchure des principaux fleuves de la région, situés tout près ou à l’intérieur des villages indigènes. S’y installaient des gérants qui connaissaient bien les gens du cru et maintenaient des relations de longue date avec eux. Ils habitaient même des cases bâties par les Amérindiens. La Guiaansche Compagnie réunit essentiellement des entrepreneurs indépendants qui depuis 1602 se lancent dans des opérations régulières avec le littoral de la Guyane. Une grande partie des navires affrétés par la Guiaansche Compagnie provient des ports de West Friesland (Frise-occidentale) et chaque associé tient une comptabilité séparée, c’est dire que cette compagnie chapeaute un ensemble de réseaux composés de plusieurs marchands différents qui signent un nouveau contrat à chaque voyage. Elle ne possède pas de capital permanent pour financer la location des bateaux comme ce sera plus tard le cas de la Compagnie des Indes occidentales, créée en 1621. Avec 3 500 florins, la Guiaansche Compagnie monte un voyage d’une durée de quatre à six mois et cette somme comprend le navire, l’équipage, la maintenance à l’exclusion des marchandises. Pour visiter le delta de l’Amazone, au début du XVIIe siècle, l’affrètement d’un navire hollandais, en y incluant les marchandises, coûte entre 5 000 e 8 000 florins 31.

  • 32 Hulsman, L. “Swaerooch: o comércio holandês com índios no Amapá (1600-1615)”, in: Revista Estudos (...)

41Au nombre des principaux marchands et associés de la Guiaansche Compagnie, on rencontre les noms de Dirck Claes van Sanen, Ijsbrant Dobbesz, Pieter Jacobsz Geusebroeck ou encore Jan Swaerooch de la ville de Enkhuizen en Frise 32. Tous ces hommes d’affaires sont étroitement liés à la naissance de l’Amazonie hollandaise.

  • 33 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford U (...)
  • 34 Hulsman, L. Nederlands Amazonia, Ph.D., Universiteit van Amsterdam, Amsterdam, 2009, p. 60.

42La fin de la Trêve en 1621 a ouvert un cycle de fondations déterminantes pour l’histoire du XVIIe siècle – on parle d’une « révolution calviniste »33. L’une des premières a été la création de la Geoctroyeerde Westindische Compagnie (WIC), le 3 juin 1621. La Compagnie des Indes Occidentales a été conçue sur le modèle de la Compagnie des Indes Orientales – en néerlandais Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC). En fait sa création a été envisagée dès le début du siècle mais il faut attendre la fin de la Trêve pour qu’elle se concrétise. La nouvelle compagnie a reçu le monopole de toute le commerce de la république batave avec l’Atlantique alors que l’autre, – la VOC – plus ancienne, s’occupait d’une partie du monde qui allait de l’océan Indien aux Philippines et au Pacifique. L’existence des deux compagnies renvoyait comme le reflet de la division du monde qu’avaient sanctionnée le pape Alexandre VI et le traité de Tordesillas entre l’Espagne et le Portugal plus d’un siècle auparavant. La WIC était constituée d’une fédération de cinq entreprises indépendantes, chacune dotée de ses propres actionnaires, elle était dirigée par cinq chambres qui envoyaient une ou deux fois l’an des députés au conseil suprême qu’on appelait « Heeren XIX » (les XIX seigneurs). La réunion des XIX décidait d’un programme et déterminait les tâches des cinq chambres. Chaque chambre hérita des activités commerciales que menaient les entrepreneurs particuliers dans le cadre de la Guiaansche Compagnie. Alors que la chambre d’Amsterdam acquiert le contrôle de la colonie de Nieuw Nederland installée par les marchands de cette ville en Amérique du Nord, c’est la chambre de Zélande qui prend en charge la colonie de Essequibo et les plantations de tabac du delta amazonien 34.

  • 35 Cardoso, Alírio. “A conquista do Maranhão e as disputas atlânticas na geopolítica da União Ibérica (...)

43Que signifie la reprise de la guerre en 1621 pour les Portugais ? Elle laisse le champ libre aux occupants de Belém pour mener des opérations militaires sans qu’elles donnent désormais lieu à des actions en justice pour obtenir des compensations, comme ce fut le cas dans l’affaire de Jan Swaerooch, l’un des associés de la Guiaansche Compagnie, dont les Portugais furent accusés d’avoir causé la mort. En fait la création en 1621 de l’État du Maragnon comme entité politique autonome séparée du Brésil est à mettre en parallèle avec la fondation de la WIC. Cette décision constitue un premier pas dans la reconquête ibérique. Le jeune « Etat » n’en continue pas moins à dépendre énormément de l’appui militaire de Pernambuco. Les soldats et les Indiens envoyés de là-bas auront un rôle décisif dans l’offensive qui éliminera la présence des Anglais, des Irlandais, des Français et des Hollandais dans la région35.

44Ce n’est qu’après qu’une révolte indigène dans le Grão-Pará a été réprimée par Bento Maciel Parente en 1619 que les Portugais projettent d’attaquer les entrepôts et les forts étrangers installés dans la partie occidentale du delta de l’Amazone. Cette insurrection indigène a commencé en 1617. Les Indiens Tupinambás du Maranhão et Pará se sont révoltés contre les soldats et les prêtres portugais installés sur l’embouchure de l’Amazone. Le début de la révolte a été provoqué par un Portugais, qui s’est emparé d’un venabulum (une sorte d’épée) et deux épouses du chef indigène Pacamão, dans le village tupinambá de Cumã. Pacamão, offensé, a mené la révolte. Selon certains témoins, soixante-dix blancs ont été tués par les Indiens. Selon d’autres on dénombrerait une centaine de morts. Les meurtres sont survenus pendant la nuit et partout où habitaient des Portugais. Après quoi, les Tupinambás s’enfuirent dans les bois, hors de vue des Portugais. En réaction, à la frontière entre Pará et Maranhão, où vivaient la plupart des Tupinambás, une expédition portugaise les a chassés le long de la rivière Gurupi pour châtier leurs attaques. Les Portugais ont alors détruit les maisons des Indiens, qu’ils ont massacrés et la guerre s’est propagée rapidement, jusqu’au Pará.

  • 36 Guzmán, Décio de A. Guerras na Amazônia do século XVII: resistência indígena à colonização. Belém: (...)

45Par la suite de nombreux Tupinambás se sont soulevés contre les Portugais: en formant une « confédération indigène » d’environ 20 mille hommes, selon l’historien Capistrano de Abreu. En mars 1619, deux ans après le début de la révolte, les Portugais prirent la décision de contenir et de mater les Tupinambás. Ils ont attaqué les villages indiens, brûlé des maisons, pillé, tué femmes et enfants et menacé de tuer ceux qui étaient restés en vie. Des Tupinambás ont réussi à s’échapper en traversant le fleuve Pará et en gagnant la forêt. Ceux qui ont capitulé, se sont établis près de la mer et sont devenus esclaves des Européens. L’expédition dirigée par Bento Maciel Parente, a exterminé ou asservi plus de 500 Tupinambás, selon le témoignage du portugais Simão Estácio da Silveira. C’était la première fois après l’arrivée des Portugais dans la région que les groupes autochtones s’unissaient pour défendre leur mode de vie, leurs maisons, leurs femmes et leurs enfants et pour mener la lutte au Maranhão et Pará 36.

  • 37 Cardoso, Alírio. “A conquista do Maranhão e as disputas atlânticas na geopolítica da União Ibérica (...)

46Une fois la révolte matée, à Madrid, dès 1620, le Castillan D. Diego de Cárcamo, qui a été choisi pour être le premier gouverneur du Maragnon, s’emploie à mettre un terme aux incursions bataves dans la région de l’actuel État du Amapá37.

  • 38 Guzmán, Décio de Alencar. “O Inferno Abreviado: Evangelização e Expansão Portuguesa no Xingu (sécu (...)

47En mai 1622, le capitaine Luís Aranha de Vasconcelos reçoit des ordres pour explorer le delta. Un an plus tard, il arrive à Belém en compagnie du pilote Antônio Vicente Cochado. De son côté, un autre militaire portugais, Bento Maciel Parente, capture deux entrepreneurs flamands qui l’informent sur la situation des forts Nassau et Orange établis le long du rio Xingu : ils apparaissent sous les noms de « Cuimena et Comornoa » dans le récit de Bento Maciel38.

48Au XVIIe siècle, la présence hollandaise dans le bassin amazonien restera le cauchemar des Portugais jusqu’aux années 1640 quand ceux-ci finissent par s’allier aux Bataves contre la Monarchie catholique et que sur la Péninsule la révolte endossée par les Bragance sonne le glas de l’union des deux Couronnes. On comprend que l’on ne puisse envisager l’histoire du passage entre Belém et Quito sans mettre en scène cet acteur nordique, alors en pleine ascension.

Le passage amazonien : une sortie vers l’Atlantique

49Après l’expédition d’Orellana en 1541 et la lettre que le chroniqueur Oviedo envoie au cardinal Bembo la question du passage se repose moins d’un siècle plus tard, en 1626, sous la plume d’un Portugais, le capitaine Simão Estácio da Silveira, procureur général des conquêtes du Maragnon et « expert des choses de la mer ». Ce pamphlet se situe dans la tradition castillane des arbitristas, mais il n’émane pas de la partie espagnole : curieusement, malgré l’importance de ses élites, les moyens et le niveau d’éducation dont elle dispose, Quito n’est pas à l’origine des grands projets des années 1620 pour la recherche du « passage amazonien ».

  • 39 “Petição de Symão Estacio da Silveyra”, in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (...)

50Estácio da Silveira a fait imprimer à Madrid à l’adresse de Philippe IV d’Espagne un mémoire argumenté et rédigé en espagnol. Le choix du castillan est probablement lié aux destinataires du projet : les membres du conseil des Indes. Il y est question d’ « un nouveau chemin par l’un des fleuves du Maragnon par lequel on puisse arriver du Pérou en Espagne en toute sécurité et en quatre mois »39.

51Le Maragnon qu’a en tête Estácio da Silveira renvoie bien sûr au fleuve des Amazones mais le terme chez lui a également un sens plus large, il implique l’idée d’une véritable mer intérieure susceptible d’assumer dans l’Amérique méridionale le même rôle que la Mare magnum dans le Vieux Monde. Le Maragnon réunit un ensemble d’affluents, si grands qu’ils forment des golfes qui fragmentent ce monde aquatique en une myriade de péninsules, coupées à leur tour par des sous-affluents qui les divisent en portions plus petites, soit un gigantesque réseau hydrographique qui de bout en bout ouvre des voies navigables au commerce. Le paisible Cassiquiare unit l’Orénoque à l’Amazone et vers le sud celui-ci se mêle à des cours d’eau qui finissent par déboucher dans le rio de la Plata à des milliers de lieues de distance : d’immenses voies navigables quadrilleraient tout un continent.

  • 40 La lieue espagnole était de 5 572 m. et la portugaise de 6 179 m. (ou 5 km aujourd’hui). Voir: Sea (...)
  • 41 La lieue maritime vaut 5 555,55 m. Cf. Santoro, Vargas C. “Caminos del Inca en la Sierra de Arica” (...)

52Le mémoire de Estácio da Silveira détaille l’itinéraire habituel qu’empruntent les embarcations espagnoles chargées d’or, d’argent et d’autres marchandises précieuses qui parties du Pérou se dirigent jusqu’à l’estuaire du Guadalquivír, en aval de Séville. En amont de la route, figure le port de Arica, que l’on atteint par des sentiers escarpés après avoir parcouru 90 lieues. Il a commencé à compter à partir de 1545 quand Diego Huallpa a découvert les mines de Potosí. Arica est alors devenu le principal port de sortie de l’argent péruvien vers l’Espagne. Son essor se doit également à la relative proximité de Cuzco, à quelque 810 kilomètres par voie de terre. Avant la conquête une chaussée construite par les cacicazgos régionaux sous le contrôle des Incas de Cuzco reliait les deux endroits40. D’Arica les cargaisons gagnent Lima en parcourant 200 lieues puis des navires transportent le métal précieux jusqu’à Panama, à quelque 600 lieues de Lima41.

  • 42 “Petição de Symão Estacio da Silveyra”, in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (...)

53Une fois à Panama, le trésor doit encore affronter les forêts du Darién, soit un voyage par terre de 18 lieues jusqu’à Nombre de Dios, sur la mer des Antilles. Il faut encore faire 100 lieues pour arriver à Carthagène d’où appareille la flotte pour Séville. Estácio da Silveira, qui semble au courant des obstacles et des étapes qui jalonnent cette route de l’argent, ajoute que les galions de la Carrera de Indias passent ensuite par La Havane et d’autres îles « au prix de grandes difficultés et en un temps de neuf à dix mois » de traversée maritime. Il n’est pas aisé de profiter de vents favorables et l’ennemi menace à chaque instant de fondre sur la flotte. C’est précisément dans les Caraïbes que les équipages subissent les pertes les plus fortes « surtout actuellement quand les nations adverses savent s’y prendre pour atteindre la mer du Sud »42.

  • 43 Vaux, W. S. W. (ed.). The world encompassed by Sir Francis Drake: being his next voyage to that to (...)

54Estácio da Silveira pense à Francis Drake et aux corsaires hollandais, qu’il appelle les « señores de la mar ». Ce sont des plaies qui « infestent toutes ces mers », car ils exploitent les butins de leurs pillages pour devenir « chaque jour plus puissants ». La Couronne aurait ainsi déjà perdu « 60 voiles » (60 navires) après de pareilles attaques43. Mais savait-il que Drake avait aussi attaqué l’isthme de Panama en 1569 quand de mèche avec le capitaine français Blondel, il s’empara de Tolou (sur le golfe de Urabá) livrant ce village aux flammes ? Et qu’en avril 1570, un mois après l’excommunication de la reine d’Angleterre par le pape, l’ambassadeur d’Espagne à Londres Guerau de Spes avait fait part à Philippe II des rumeurs sur l’intention des Anglais de prendre possession du détroit de Magellan pour contrôler les routes du Nouveau Monde ?

55A ces rappels Estácio da Silveira ajoute des informations de son cru sur les terres qui jouxtent l’embouchure de l’Amazone, et la barre du rio Pará.

  • 44 «Petição de Symão Estacio da Silveyra», in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (...)

« (...) Il importe fort à votre majesté de s’emparer promptement de ces terres car les ennemis du Nord (les Hollandais) y occupent déjà un château d’importance (...) et ils y font le commerce avec les païens Guarijòòs, et d’autres peuples de l’intérieur, ils arrivent jusqu’au Pajtiti, et ont commencé à tirer profit de ses richesses. C’est pourquoi l’on peut craindre qu’ils ne prennent racine et qu’en s’attirant les bonnes grâces des naturels, ils ne les induisent à suivre leurs sectes perverses et deviennent inexpugnables » 44.

56Le but du mémoire de Silveira est donc clair : il s’agit « pour servir Dieu et sa majesté » d’ouvrir une nouvelle route entre les Andes et l’Espagne en suivant des affluents de l’Amazone. Sans entrer dans les détails du parcours – mais en avait-il les moyens ? –, le Portugais explique que cette route serait bien plus sûre, car elle pénétrerait « dans les entrailles d’une vaste terre capable de se défendre toute seule de toutes les armées du monde ». C’est déjà l’image d’un immense rempart vert, étanche à toute incursion extérieure.

57Estácio da Silveira, en revanche, est plus prolixe sur les conditions de la mise à exécution de ce projet dont il faut à tout prix établir la faisabilité. Il pose sept conditions dont voici l’essentiel. Une première somme d’argent permettrait d’engager cinq cents hommes par an et de les conduire « aux fleuves en question », une fois expulsés les Hollandais du Cabo do Norte (si le roi envoie deux navires équipés d’armes et de munitions). Grâce à un deuxième versement on construirait une bourgade sur la barre de l’Amazone à l’aide des cinq cents hommes déjà engagés. Le troisième versement servirait à élever un fortin « dans la gorge du fleuve ». Chaque nouveau versement financerait « deux cents personnes de plus » et couvrirait la fondation de deux postes en remontant l’Amazone. La cinquième condition consiste à recruter des colons des Açores et à se faire octroyer des pouvoirs « de guerre et de justice » à cet effet. Les sommes requises seraient versées sous forme de « marchandises ordinaires » sur une durée de six ans et les comptes seraient rendus à la personne qu’indiquerait le roi. Sur la somme de « 12 contos de reis » (deux millions de reis) seraient décomptés les dix mille ducats qui seraient versés à Estácio da Silveira par la couronne de Castille et de Portugal au titre du traitement qu’il recevrait pour gouverner tous les territoires conquis. Il lui fallait en plus une « provisão » (= délégation de pouvoir) pour pouvoir juger les délinquants et si c’était indispensable les mettre à mort : cet ordre le mettrait à l’abri de toute poursuite sauf si elle venait de la justice royale, elle accorderait un traitement de faveur aux navires qui serviraient à la conquête et aplanirait tous les obstacles.

  • 45 «Petição de Symão Estacio da Silveyra», in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (...)

58Combien de temps durerait le voyage amazonien ? Moins de cinq mois pour un voyage en toute tranquillité jusqu’à l’embouchure du grand fleuve, avant une traversée Atlantique sans incidents de la part des corsaires et sans piège tendu par les hollandais et anglais. On aurait besoin, selon lui, de 30 à 40 jours pour franchir l’Océan. Estácio da Silveira sort alors un autre atout : l’abondance locale des ressources nécessaires pour construire les navires requis par la traversée. Les forêts amazoniennes peuvent fournir des bois résistants du type angelin (Andira anthelmia (Vellozo Bentham)), perobas (Aspidosperma polyneuron), cahobanas (Swietenia mahogani). La région donnerait aussi du coton pour tisser les voiles et de l’almácega ou poix blanche (Protium heptaphyllum March), une résine isolante pour calfater les navires, plus efficace que la poix ordinaire. Comme il le note au passage, grâce à l’exploitation des bois amazoniens, « les forêts d’Espagne se reposeraient durant quelques années car elles sont presque tous épuisées »45.

59Le projet de Simão Estácio da Silveira n’a pas eu de suite puisque la Couronne laisse ses propositions sans réponse. Mais son initiative n’est pas isolée dans cette époque encore propice aux conquêtes en cette partie du monde.

60Vers 1626, un autre Portugais, Bento Maciel Parente, adresse lui aussi un « Memorial » au roi Philippe IV d’Espagne. Le texte est à nouveau rédigé en espagnol. Maciel reprend une fois de plus l’énumération des dangers qu’affrontent les trésors castillans dans leur transport entre le Pérou et la Péninsule. Il s’empresse aussi de signaler les avantages d’une route bien moins exposée, passant par l’Amazone :

  • 46 «Memorial para conservar e aumentar la conquista y tierras del Marañon de Bento Maciel Parente». F (...)

« (...) car il est certain que par ce fleuve on peut transporter l’argent de la Terre ferme rapidement et en sécurité, en diminuant les coûts, les tracas et les dangers qui accompagnent son envoi par Arica sur la mer du Sud vers Panama, Puerto-Belo, Carthagène et la Havane, en évitant quantité de récifs entre Serranillas, Tortugas, Matacumbres, les Bahamas, et le Cap de San Antón qui sont des parages fort périlleux, sans compter les richesses nombreuses qu’on rencontre sur les bords de ces fleuves, qu’il s’agisse de mines ou de drogues, toute chose que l’on peut apporter en Espagne fort rapidement, en toute sécurité et en nombre toujours croissant »46.

61Pour Maciel Parente il faudrait « deux navires de trois cents tonneaux », pour traverser la mer entre le Maragnon et l’Espagne. Il envisage, ce que ne faisait pas Estácio, de fortifier et de peupler la vallée de l’Amazone en remontant jusqu’à Potosí dans le but d’expulser les Hollandais qui commerçaient avec les Indiens. Les Bataves menaçaient de se fixer dans des territoires qui étaient du ressort des puissances ibériques. La Couronne n’a pas répondu à la première partie de la proposition qui semble une fois de plus ne pas convaincre la métropole ou du moins le conseil des Indes. L’autre demande qui concernait l’occupation du delta de l’Amazone fut accueillie favorablement puisque la cédule royale du 8 août 1626 autorisa l’entreprise et ordonna sa mise à exécution.

62Les projets de Silveira et de Parente étaient réfléchis et argumentés, fondés sur une solide connaissance du terrain. Et pourtant on pourrait répéter avec Shakespeare « Much Ado about Nothing » : Comment expliquer alors que Madrid n’ait pas cherché à promouvoir le passage entre le Pérou et le Maragnon alors qu’il aurait permis de contourner les obstacles que rencontrait la route maritime dans des mers de plus en plus infestées par les Anglais et les Hollandais ? La réponse se trouve sans doute dans les transformations que traverse alors la Monarchie catholique, que ce soit sur le plan local ou sur le plan global.

63Nous avons abordé dans cet article les trois voies de pénétration possibles qui donnent naissance au middle-ground amazonien, pour introduire des acteurs séparés par des milliers de kilomètres, les Espagnols de Quito, les Hollandais des Guyanes et de la côte orientale de l’Amazonie, les Portugais installés à São Luis et Belém. Il est évident que ces divers scénarios nous éloignent d’une histoire régionale, voire d’une histoire coloniale classique qui se jouerait exclusivement entre une colonie et une métropole. Ainsi, le destin de la région et le sort des populations qui l’habitent ainsi que les projets qu’elle inspire incitent à articuler histoire locale et globale. Ils imposent de déployer un cadre géopolitique immensément plus vaste qui est alors fortement dominé par les luttes que se livrent les États européens dans le Vieux Monde et ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Anonyme. Gran vía de comunicación entre el Pacífico y el Atlántico por el Amazonas. Lima: Imprenta de «El Comercio», 1864, 23 p.

2 Ramusio, Giovanni Battista. Terzo volume delle Navigationi e viaggi. Venezia: Stamperia dai Giunti, 1565, p. 312.

3 Oviedo, Gonzalo Fernández de. Sumario de la natural historia de las Indias. Toledo: taller de Ramon Petras, 1526; Oviedo, Gonzalo Fernández de. Historia general y natural de las Indias, islas y tierra firme del mar océano. Madrid: Real Academia de la Historia, 1851-1855 [1535]; Gómara, Francisco López de. Historia General de las Indias. Zaragoza: taller de Augustín Millán, 1552; Staden, Hans. Warhaftige Historia und beschreibung eyner Landtschafft der Wilden Nacketen, Grimmigen Menschfresser-Leuthen in der Newenwelt America gelegen. Marbourg : nach Andreas Kolbe, 1557 ; Thevet, André. Les singularitez de la France antarctique, autrement nommee Amerique, & de plusieurs terres et isles decouvertes de nostre temps. Paris : chez Maurice de la Porte, 1557 ; Lery, Jean de. Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, autrement dite Amérique. La Rochelle: chez Antoine Chuppin, 1578.

4 Ramusio, Giovanni B. Navigationi, tomo VI, 1606, p. 2610ss; Broc, Numa. La geografia del Rinascimento: cosmografi, cartografi, viaggiatori, 1420-1620. Modena: Franco Cosimo Panini, 1989, p. 29-34; Gerbi, Antonello. La naturaleza de las Indias Nuevas: de Cristóbal Colón a Gonzalo Fernández de Oviedo. México: Fondo de Cultura Económica, 1975, p. 193ss.

5 Bashet, Armad (éd.). Aldo Manuzio. Lettres et documents, 1495-1515. Venise: Ex aedibus Antonellianis, 1867, p. 90.

6 Gerbi, Antonello. La naturaleza de las Indias Nuevas: de Cristóbal Colón a Gonzalo Fernández de Oviedo. México: Fondo de Cultura Económica, 1975, p. 194-202, 228; Broc, Numa. La geografia del Rinascimento: Cosmografi, cartografi, viaggiatori (1420-1620). Modena: Franco Cosimo Panini, 1989, p. 21, 29-31. Sur le cardinal Bembo: Dionisotti, Carlo. Geografia e storia della letteratura italiana. Torino: Einaudi, 1999, p. 232-247; Dionisotti, Carlo. Scritti sul Bembo. Torino: Einaudi, 2002; Firpo, Massimo. “Pietro Bembo cardinale”, in: IDEM, Valdesiani e Spirituali. Studi sul cinquecento religioso italiano. Roma: Edizioni di Storia e Letteratura, 2013, p. 159-171; Faini, Marco. L’alloro e la porpora: vita di Pietro Bembo. Roma: Edizioni di Storia e Letteratura, 2018.

7 Asensio, Eugenio. “La carta de Gonzalo Fernández de Oviedo al cardenal Bembo sobre la navegación del Amazonas”, in: Revista de Índias, IX (1949), no 37-38, p. 569ss.

8 Recopilacion de Leyes de los Reynos de Las Indias, Tomo Primero, Libro Segundo, Titulo XV – “De las Audiencias y Chancillerías Reales de las Indias”, Ley X – “Audiencia y Chancillería Real de San Francisco de Quito”, Madrid: Por la viuda de D. Joaquin Ibarra, impresora del dicho Real y Supremo Consejo, 1791, p. 327-328 (Edición facsímil coeditada por el CENTRO DE ESTUDIOS POLÍTICOS Y CONSTITUCIONALES y el BOLETÍN OFICIAL DEL ESTADO).

9 Lane, Kris. Quito 1599: City and Colony in Transition. Albuquerque: New Mexico University, 2002, p. 120-135; Andrien, Kenneth J. The Kingdom of Quito, 1690-1830: The State and Regional Development. Cambridge: Cambridge University Press, 1995, p. 18-27.

10 Bromley, R. J. “El comercio precolonial y la transición a un sistema de mercado colonial en la Audiencia de Quito”, in: Revista Ecuatoriana de Historia Económica, no 1, 1987, p. 41-58; Caillavet, Chantal. Etnias del Norte: Etnohistoria e historia de Ecuador. Quito: Abya-Yala, 2000, p. 260-264; Ortiz de la Tabla y Ducasse, Javier. “Obrajes y obrajeros del Quito colonial”, in: Anuario de Estudios Americanos, tomo XXXIX, Sevilla, 1982, p. 341-365.

11 Espinosa, Antonio Vázquez de. Compendio y descripción de las Indias occidentales, transcr. del manuscrito original por Charles Upson Clark, Washington: Smithsonian Institution, 1948, p. 349; Alden, Dauril. “The significance of cacao production in the Amazon region during the late colonial period: an essay in comparative economic history”, in: Proceedings of the American Philosophical Society, Philadelphia, vol. 120, no 2, 1976, p. 106; Imbernón, José-María. “La Real Audiencia de Quito: reflexiones en torno al contrabando colonial”, in: Revista Mexicana de Sociología, vol. 48, no 1 (Jan.-Mar., 1986), p. 95-97; Super, John C. “Partnership and Profit in the Early Andean Trade: The Experiences of Quito Merchants, 1580-1610”, in: Journal of Latin American Studies, vol. 11, no 2 (Nov., 1979), p. 265-281.

12 Ortiz de la Tabla y Ducasse, J. Los encomenderos de Quito 1534-1660: orígenes y evolución de una élite colonial. Sevilla: Escuela de Estudios Hispano-americanos; C.S.IC., 1993, p. 7.

13 Newson, Linda A. Life and Death in Early Colonial Ecuador. Norman: University of Oklahoma Press, 1995, p. 198.

14 Webster, Susan Verdi. Arquitectura y empresa en el Quito colonial: José Jaime Ortiz, alarife mayor. Quito: Editorial Abya Yala, 2002.

15 Webster, Susan Verdi. Op. cit.; Navarro, José G. Contribuciones a la historia del arte en el Ecuador. 2a ed. rev., Quito: Trama, 2006, p. 45-54; Fernández-Salvador, Carmen & Samaniego, Alfredo Costales. Arte colonial quiteño: renovado enfoque y nuevos actores. Quito: FONSAL, 2007; Troya, Alexandra Kennedy (ed.). Arte de la Real Audiencia de Quito, siglos XVII-XIX: patronos, corporaciones y comunidades. Hondarribia: Editorial NEREA, 2002, p. 185-204.

16 Docampo, Diego Rodríguez. “Descripción y Relación del Estado Eclesiástico del Obispado de San Francisco de Quito...” (24/03/1650 [1648]), in: Leiva, Pilar Ponce (ed.). Relaciones histórico-geográficas de la Audiencia de Quito (siglos XVI-XIX), Tomo II (s. XVII-XIX). Madrid: CSIC, 1992, p. 207-322.

17 Cushner, Nicholas P. Farm and Factory: The Jesuits and the Development of Agrarian Capitalism in Colonial Quito. Albany: State University of New York Press, 1982, p. 58-60; Barnadas, Josep M. “La Biblioteca jesuita de Quito en el siglo XVII: Breve panorama analítico”, in: Ibero-Americana Pragensia, VIII, Praga, 1974, p. 151-161.

18 Maroni, Pablo S.J. Noticias auténticas del famoso rio Marañón, seguidas de las Relaciones de los P.P. A. de Zárate y J. Magnin (1735-1740). Iquitos: IIAP-CETA, 1988 [1738], p. 209 et sq.; Azevedo, João Lúcio d’. Os jesuítas no Grão-Pará: suas missões e a colonização. Belém: SECULT, 1999.

19 Espada, Marco Jiménez de la. «Viaje segundo de Orellana por el rio Amazonas», in: Boletín de la Real Academia de la Historia, Madrid, Tome XXV, año 1894, p. 313-319.

20 Guzmán, Décio de A. Guerras na Amazônia do século XVII: Resistência indígena à colonização. Belém: Estudos Amazônicos, 2012.

21 Nogal, Carlos Álvarez. “Las Compañías bancarias genovesas en Madrid a comienzos del siglo XVII”, Hispania, LXV/1, no 219 (2005), p. 67-90; Sanz Ayán, Carmen. Un banquero en el Siglo de Oro. Octavio Centurión, el financiero de los Austrias. Madrid: La Esfera de los Libros, 2015; Elliott, John H. España y su Mundo (1500-1700). Madrid: Taurus, 2007, p. 151-177.

22 Tex, Jan Den. Oldenbarnevelt: 1606-1619. Cambridge: Cambridge University Press, 1973, Volume 2, p. 359ss; Allen, Paul C. Philip III and the Pax Hispanica, 1598-1621: The Failure of Grand Strategy. New Haven: Yale University Press, 2000; Boxer, Charles R. The Dutch Seaborne Empire, 1600-1800. London: Penguin, 1990, p. 27-28; Schama, Simon. The Embarrassment of Riches: An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age. Oakland: University of California Press, 1988, p. 250; Duerloo, Luc. Dynasty and Piety: Archduke Albert (1598-1621) and Habsburg Political Culture in an Age of Religious Wars. Farnham: Ashgate Publishing, 2012, p. 442-443; Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness, and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford University Press, 1998, p.

23 Abreu, Joseph António de. Coleccion de los tratados de paz, alianza, neutralidad, garantia... hechos por los pueblos, reyes y principes de España con los pueblos, reyes, principes, republicas y demás potencias de Europa: desde antes del establecimiento de la monarchia gothica hasta el felix reynado del Rey N.S. D. Phelipe V. Madrid: por Diego Peralta, Antonio Marin y Juan de Zuñiga, 1740, p. 458-494 (voir p. 486 pour l’extrait du traité concernant le commerce avec les Indes).

24 Boxer, Charles R. The Dutch Seaborne Empire, 1600-1800. London: Penguin, 1990, p. 28.

25 Usselincx, Willem, Vertoogh, hoe Nootwendich, Nut ende Profytelick het sy voor de Vereenighde Nederlanden te Behouden de Vryheyt van te Handelen op Westindien, 1608. Sur Oldenbarnevelt voir: Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness, and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford University Press, 1998, p. 326. Sur Usselincx voir: Jameson, J. Franklin. Willem Usselinx: Founder of the Dutch and Swedish West India Companies. New York: G.P. Putnam's Sons, 1887; Hartsinck, J. J. Beschrijving van Guiana of de Wilde Kust van Zuid-Amerika (Description de la Guyane ou la côte sauvage de l’Amérique), 1770; Goslinga, Cornelis Ch. A Short History of the Netherlands Antilles and Surinam. The Hague: Martinus Nijhoff, 1979, p. 91-95; Amado, Janaína. “Região, sertão, nação”, Estudos Históricos, Rio de Janeiro, vol. 8, no 15, 1995, p. 145-151.

26 Schama, Simon. The Embarrassment of Riches: An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age. Oakland : University of California Press, 1988, p. 339.

27 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic and the Hispanic World, 1606-1661. Oxford: Oxford University Press, 1982, p. 674.

28 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness, and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford University Press, 1998, p. 409.

29 Laet, Joannes de. Novus Orbis seu Descriptionis Indiae Occidentalis Libri XVIII. Leyde: Elseviers, 1633, p. 640-641 ; Dreyfus, Simone. “Les Réseaux politiques indigènes en Guyane occidentale et leurs transformations aux XVIIe et XVIIIe siècles”, in : L’Homme, 1992, tome 32, no 122-124, p. 69.

30 Bondam, E. J. (ed. et trans.), “Description de la côte septentrionale du Brésil d’après le journal de bord du traficant Hendryck Hendryckssen Cop et du capitaine Claes Adriaenssen Cluyt, d’Ackersloot, du voyage fait en 1610”, in : Annaes da Bibliotheca Nacional, vol. 29, Rio de Janeiro, 1907, p. 168-169.

31 Hulsman, L. Nederlands Amazonia; handel met indianen 1580-1680. Ph.D. dissertation, Universiteit van Amsterdam, Amsterdam, 2009, p. 59-68; Hulsman, L. “De Guiaansche Compagnie; Nederlanders in Suriname; 1604-1617”, OSO, Tijdschrift voor Surinamistiek en het Caraïbisch gebied, jrg. 29, no 2, Leiden, 2010.

32 Hulsman, L. “Swaerooch: o comércio holandês com índios no Amapá (1600-1615)”, in: Revista Estudos Amazônicos, vol. VI, no 1, Belém, 2011, p. 178-202.

33 Israel, Jonathan I. The Dutch Republic: Its Rise, Greatness and Fall (1477-1806). Oxford: Oxford University Press, 1998, p. 450.

34 Hulsman, L. Nederlands Amazonia, Ph.D., Universiteit van Amsterdam, Amsterdam, 2009, p. 60.

35 Cardoso, Alírio. “A conquista do Maranhão e as disputas atlânticas na geopolítica da União Ibérica (1596-1626)”, in: Revista Brasileira de História. São Paulo, v. 31, no 61, p. 328ss.

36 Guzmán, Décio de A. Guerras na Amazônia do século XVII: resistência indígena à colonização. Belém: Editora Estudos Amazônicos, 2012; Ibáñez Bonillo, Pablo. La Conquista portuguesa del estuario amazónico: Identidad, Guerra, Frontera (1612-1654). Doctorado en Historia y Estudios Humanísticos, Universidad Pablo de Olavide, Sevilla, 2015, p. 283-323; Idem, “Desmontando a Amaro: una re-lectura de la rebelión tupinambá (1617-1621)”, in: Topoi , Rio de Janeiro, v. 16, no 31, p. 465-490, jul./dez. 2015.

37 Cardoso, Alírio. “A conquista do Maranhão e as disputas atlânticas na geopolítica da União Ibérica (1596-1626)”, in: Revista Brasileira de História. São Paulo, v. 31, no 61, p. 324; Lorimer, 1989: 174-176; Annaes da Bibliotheca Nacional, Rio de Janeiro, vol. 26, 1904, p. 64.

38 Guzmán, Décio de Alencar. “O Inferno Abreviado: Evangelização e Expansão Portuguesa no Xingu (século XVII)”, in: Souza, César Martins de; Cardozo, Alírio. (Org.). Histórias do Xingu: Fronteiras, Espaços e Territorialidades (séc. XVII-XXI). Belém: EDUFPA, 2008, p. 35-37.

39 “Petição de Symão Estacio da Silveyra”, in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, tomo 83, 1919, p. 95-99; Medina, José Toribio, Biblioteca Hispanoamericana, Santiago de Chile, 1959, tomo II, no 118, p. 247, qui décrit le pamphlet de la manière suivante: “El Capitan Symon Estacio da Silueyra, Procurador general de la cõquista del Marañon. Dize, que la plata y riquezas del Pirù vienẽ a España cõduzidas por tierra a Arica 90. Léguas de dificultoso (sic) camino. etc.” ; voir aussi Marques, Guida, « Entre deux empires : le Maranhão dans l’Union ibérique (1614-1641) », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos [En línea], Debates, 2010, Puesto en línea el 23 marzo 2010. URL : http://nuevomundo.revues.org/59333.

40 La lieue espagnole était de 5 572 m. et la portugaise de 6 179 m. (ou 5 km aujourd’hui). Voir: Seabra Lopes, L. “Sistemas Legais de Medidas de Peso e Capacidade, do Condado Portucalense ao Século XVI”, in: Portugalia, Nova Série, XXIV, 2003, Faculdade de Letras, Porto, p. 113-164.

41 La lieue maritime vaut 5 555,55 m. Cf. Santoro, Vargas C. “Caminos del Inca en la Sierra de Arica”, in: Revista Chungara, Instituto de Antropología, Universidad de Tarapaca, Arica, 1983.

42 “Petição de Symão Estacio da Silveyra”, in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, tomo 83, 1919, p. 97; Bernand, Carmen & Gruzinski, Serge. Histoire du Nouveau Monde : vol. 2 - Les métissages. Paris : Fayard, 1993, p. 517-537.

43 Vaux, W. S. W. (ed.). The world encompassed by Sir Francis Drake: being his next voyage to that to Nombre de Dios; collated with an unpublished manuscript of Francis Fletcher, chaplain to the expedition. London: The Hakluyt Society, 1854, p. 178-186, 269ss; Wright, Irene (éd.). Documents concerning English Voyages to the Spanish Main, 1569-1580. London: The Hakluyt Society Second Series, LXXI, 1932, p. xxi-xxiv; Taylor, E.R. The original writings & correspondence of the two Richard Hakluyts. London: The Hakluyt Society, vol. I, no 76, 1935, p. 87.

44 «Petição de Symão Estacio da Silveyra», in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, tomo 83, 1919, p. 98.

45 «Petição de Symão Estacio da Silveyra», in: Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, tomo 83, 1919, p. 98.

46 «Memorial para conservar e aumentar la conquista y tierras del Marañon de Bento Maciel Parente». FBN, II- 32, 13, 24; publié par Almeida, Candido M. de. Memorias para o extincto estado do Maranhão..., Rio de Janeiro, Tomo II, 1874, p. 38-44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Territoire de l’audience de Quito d’après la Real Cédula de 1563
Crédits Source : Antonio de Herrera y Tordesillas, « Descripcion del audiencia del Quito », Madrid, En la Emplenta Real, 1601, John Carter Brown Library, Map Collection.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81452/img-1.png
Fichier image/png, 9,9M
Titre Figure 2 – Les hollandais et la « côte sauvage » de la Guyane.
Crédits Source: Guzmán, Décio de Alencar; Hulsman, Lodewijk. Holandeses na Amazônia (1620-1650): documentos inéditos. Belém: Imprensa Oficial do Estado, 2016, p. 13.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/81452/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Décio de Alencar Guzmán, « « Much Ado about Nothing » : Le passage amazonien entre le Pacifique et l’Atlantique au XVIIe siècle »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/81452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.81452

Haut de page

Auteur

Décio de Alencar Guzmán

Professeur à l’Université Fédérale du Pará (Brésil)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search