Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2020Fleuves et Montagnes : les défis ...Premières représentations du Huya...

Débats | 2020
Fleuves et Montagnes : les défis de l’espace américains, XVIe-XVIIIe siècles – Coord. Louise Bénat-Tachot, Christophe Giudicelli y Mauricio Onetto Pavez
Louise Bénat-Tachot

Premières représentations du Huyapari (alias Orénoque) (1498-1552) : la quête de Meta et ses revers

The Earliest Representations of the Huyapari (i.e. Orinoco) (1498-1552): The Quest for Meta and its Setbacks
[08/10/2020]

Résumés

Les grands fleuves américains ont plus été des obstacles que des voies de communication pour les conquérants espagnols ou portugais. Leur gigantisme et le milieu naturel amazonien s’agissant de l’Amazone et de l’Orénoque, ont provoqué un discours géographique brouillé, des expériences le plus souvent malheureuses, une cartographie spéculative et la prolifération de mirages aurifères. Les réalités hydrographiques et ethnographiques du bassin de l’Orénoque ont été perçues de façon fragmentaire, incertaine, parfois même absorbées par son voisin géant pendant tout XVIe siècle : c’est l’émergence de cette confuse géographie fluviale que nous souhaitons analyser, pour en montrer à la fois les acquis, les attentes et les déboires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les XVe et XVIe siècles sont des siècles de croissance spatiale. Bien avant le tournant de l’histoire globale, Fernand Braudel et Pierre Chaunu se sont faits les chantres de l’histoire des civilisations et du désenclavement planétaires, ce qui comprenait l’histoire de la mise en communication des différentes parties du monde. Ce désenclavement qui part de l’Europe (densément peuplée et qui prend corps sur le plan technologique) nait de la suppression de deux verrous de la navigation : celui du sud du continent africain, avec Vasco de Gama, et celui de l’océan Atlantique transversal, avec les expéditions de Colomb et Magellan qui ouvrent les nouvelles voies océaniques du monde. Ainsi se trouve marqué le terme de l’univers et du temps méditerranéens. 

  • 1 Chaunu Pierre, L’Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964.

2Ce n’est pas un hasard si Chaunu, pour qui « la géographie commande », aborde l’histoire américaine1 sous l’angle de la question géographique et de la capacité de l’homme à occuper le sol. Assurément les premières questions qui se posent aux Espagnols dans le Nouveau Monde portent sur la nature des lieux (latitude, relief, climat, vents, végétation) : quelle âpreté du climat, quelles ressources en eau potable, alimentaires, les chevaux ont-ils de quoi se nourrir (herbages) ? C’est ainsi que s’inscrivent les dynamiques de l’histoire des hommes et celles de la conquête en particulier. Ce sont bien les données géographiques qui inaugurent les grandes chroniques du XVIe siècle jusqu’à Antonio de Herrera et Juan López de Velasco qui cherche à les resserrer de façon systématique dans sa Geografía y descripción universal de las Indias desde el año 1571 al de 1574.

  • 2 Cf. Les premières chroniques portugaises : La description de la côte de l’Afrique occidentale de F (...)

3En Amérique, une fois les côtes touchées, les fleuves et les montagnes ont structuré la pénétration et le processus d’occupation des terres par les Européens (les Espagnols en Amérique du sud, les Français en Amérique du nord et les Portugais en Afrique si l’on songe aux bassins du fleuve Congo ou du Sénégal2). Or la culture castillane est une culture de déplacements terriens, de chemins beaucoup plus que de fleuves ou de rivières (à la différence de la France par exemple) ; les Espagnols n’étaient donc guère préparés à aborder et moins encore à penser l’immensité et la puissance des fleuves américains et pas davantage le gigantisme des chaînes montagneuses ou l’immensité de ses déserts.

  • 3 Il faut attendre un siècle (1641) avant que Cristóbal de Acuña ne rédige un ouvrage au titre signi (...)
  • 4 Le jésuite Manuel Román communiqua en 1742 au roi d’Espagne que des portugais du Gran Pará étaient (...)

4Les rythmes de la géohistoire sont inégaux : à la rapidité de l’écriture cartographique des littoraux du continent américain s’oppose l’expérience inédite et complexe sur la longue durée de la connaissance de ses fleuves. C’est sans doute l’exploit de Francisco de Orellana qui, en 1541, depuis les Andes orientales, après 7 mois de navigation parvint à l’énorme embouchure de l’Amazone, qui inaugure la première voie transversale du continent sud. Exploit fragile puisqu’il faudra des décennies avant que le réseau fluvial de ce géant soit saisi, décrit et cartographié3 . Le cas de l’Orénoque est encore plus déconcertant : territoire d’expéditions espagnoles dix ans avant l’Amazone, il demeure un espace peu ou mal identifié, son bassin hydrographique complexe de presque 1 000 000 km2 et sa connexion avec le bassin amazonien ne seront pas encore complètement découverts XVIIIe siècle4. C’est donc le lieu de contacts précoces et de bien tardive identification. Cette indéfinition a eu des conséquences majeures sur l’histoire coloniale tant de l’aire caribéenne que du continent sud-américain, dans sa partie orientale (la Guyane et le Venezuela) ainsi que dans sa partie occidentale (l’actuelle Colombie).

  • 5 La seule étude faite de cette carte de façon précise est celle de Schuller Rudolf, The Ordaz and D (...)
  • 6 Dans ce chapitre, Gómara présente le fleuve Amazone, descendu par Orellana. Francisco López de Góm (...)
  • 7 Dans ce chapitre, Gómara commence par assimiler l’Amazone (ou fleuve d’Orellana) et le Marañón, po (...)
  • 8 Gómara a du mal à situer cette zone. Il fait preuve dans ce chapitre d’une certaine confusion géog (...)

5Il s’agit dans cette étude de se centrer sur le haut Orénoque à partir du golfe de Paria pendant les premières décennies (1490-1550) de cette histoire singulière en mettant en rapport trois sources : un découvreur et deux chroniqueurs espagnols. Chacun, d’une façon différente, construit une représentation du quatrième grand fleuve sud-américain que les indiens Otomacos appelaient Orinucu : le découvreur Christophe Colomb qui ne voit qu’une partie de l’immense delta de l’embouchure lors du troisième voyage (aout 1498), le chroniqueur Gonzalo Fernández de Oviedo qui recueille de nombreuses données pour rédiger sa chronique depuis Saint Domingue et l’historien Francisco López de Gómara (1552), qui n’a jamais franchi l’océan atlantique. Le premier arrive dans le golfe de Paria et découvre la puissance des flux mêlés, le second depuis son observatoire antillais enregistre les différentes expéditions de découvertes et de conquêtes entre 1531 et 1542. Il met tout son talent à réaliser une carte historiée qui construit un « découpage spatial » ou si l’on veut une unité régionale du bassin oriental de l’Orénoque5. López de Gómara réunit dans sa chronique trois chapitres (qui en général passent inaperçus) sur les trois fleuves les plus importants de l’Amérique du Sud : chapitre 86 Río de Orellana 6, 87 Río Marañón7, et 89 El río de la Plata8.

6Que le bassin de l’Orénoque par ses obstacles géographiques et sa proximité intracontinentale avec le Pérou ait été le support de l’imaginaire El Dorado sur la longue durée est un thème largement étudié. Il convient néanmoins de composer sa géohistoire qui s’ouvre avec le regard de Colomb, fut l’objet d’une tentative cartographique sous la plume d’Oviedo et d’une vision en surplomb qui relève de la géographie continentale dans la chronique de Gómara. Il s’agit de tracer les contours de cette première culture géographique, bien que ce qui domine l’historicité de cet espace au XVIe siècle soit son haut degré d’indéfinition cartographique et la persistance de ses mirages.

Premier regard sur l’Orénoque

Christophe Colomb

7L’histoire est bien connue : C. Colomb lors de son troisième voyage, arrivant le 2 août 1498 dans l’embouchure de l’Orénoque, affirme s’approcher du Paradis Terrestre. Il sait que le Paradis Terrestre n’est pas accessible au simple mortel, il se contente d’affirmer qu’il s’en approche car les signes géographiques sont multiples (température inexplicablement suave, énorme flux d’eau douce, végétation luxuriante). C’est bien la puissance des eaux dans le delta de l’Orénoque qui conduit Colomb à cette affirmation : le grand fleuve qui aboutissait dans le golfe ne pouvait provenir que d’un très vaste continent. Loin d’être un doux illuminé, il y avait là un raisonnement géographique qui permettait d’appréhender le territoire :

  • 9 Cristóbal Colón, Los cuatro viajes del Almirante y su testamento, Madrid, col austral, – Espasa Ca (...)

Estando al bordo de la nao, oí un rugir muy terrible que venía de la parte del Austro hacia la nao, y me paré a mirar y vi levantando la mar de Poniente a levante, en manera de una loma tan alta como la nao, y todavía venía hacia mi poco a poco y encima de ella venía un filero de corriente que venía rugiendo con muy grande estrépito. […] Y si de allí del paraíso no sale, parece mayor maravilla, porque, no creo que se sepa en el mundo de río tan grande ni tan fondo9.

8En entrant dans le golfe de Paria, Colomb a le sentiment que les eaux s’élèvent et donc que son bateau a un mouvement ascensionnel, ce qui l’amène à réviser ses pensées cosmographiques, à transformer la forme de la terre. De sphérique elle prend la forme d’une poire ou du sein de la femme puisqu’il s’élève vers le Paradis Terrestre situé sur une hauteur, très exactement sur le téton de ce sein né de l’imaginaire métaphorique du découvreur. Cela en fit rire certains (Gómara par exemple) et ne réussit à convaincre personne. C’est sans doute la raison pour laquelle Acosta en 1590 ne daigne même pas reprendre les suppositions de Colomb pour les commenter.

9Il pourrait s’agir d’un épisode curieux ou extravagant et sans grande conséquence, à verser au discrédit de l’Amiral. Pourtant cette question des eaux de l’Orénoque, annonciatrices de l’Eden va être reprise par deux auteurs.

Hernando Colón et Bartolomé de las Casas

  • 10 Alessandro Scafi, Mapping Paradis e, a history of heaven on earth, London, British library, 2006.

10Trois décennies plus tard, dans la Vida del almirante, Hernando Colón qui écrit la biographie de son père (entre 1537 et 1539) ne fait aucune allusion à cet épisode. C’est qu’Hernando Colomb, cosmographe fameux, est parfaitement conscient du déclin de la tentative de localisation de l’Eden sur la carte10, ce qui correspondait à un changement profond dans la façon de penser le monde présent. En revanche, il fournit des renseignements précis sur le phénomène hydraulique exceptionnel qui fut observé par son père, témoin de la convergence de plusieurs courants. Il explique que la rencontre des eaux provoque une sorte de vague élevée, un mascaret tout à fait inouï.

  • 11 Hernando Colón, Historia del Almirante, Crónicas de América, Madrid, Dastin, cap. LXX, p. 238: l’ou (...)

Vino un golpe de corriente por la parte del mediodía, con mucho más ímpetu que el acostumbrado y con grandísimo ruido, porque corría de dicha boca hacia el norte. Y como del golfo que ahora llamamos de Paria salía otra corriente en contra de la mencionada, se juntaron como los luchadores, con grandísimo estruendo e hicieron que el mar se elevara a guisa de un alto monte o cordillera, a lo largo de la boca11

11Hernando Colón commente un phénomène bien connu des géographes : la violence du flot océanique s’explique par le relèvement du fond, par le resserrement du dessin côtier et par la force contraire du courant fluvial. Pendant ses investigations à la sonde, l’Amiral reconnut des courants qui allaient continuellement en sens contraire dans les chenaux des Bouches du Serpent. Un phénomène semblable peut s’observer dans l‘embouchure de l’Amazone que les indigènes appellent Pororoca, d’où l’habileté des indigènes à naviguer dans ces deltas : nous y reviendrons.

  • 12 Las Casas, Historia de las Indias, Obras completas, La Historia de las Indias, Madrid, Alianza Edi (...)

12Las Casas, lecteur et transcripteur de Colomb opte pour une stratégie très différente de celle du cosmographe. Sur la base du journal de Colomb, il analyse dans la Historia de las Indias de façon détaillée l’épisode du golfe de Paria pour construire un argumentaire qui déjoue les jugements sévères et narquois des contemporains hostiles à Colomb et à sa famille. Il vise à démontrer que la croyance de Christophe Colomb en la proximité du Paradis Terrestre n’est due ni à un manque de discernement ni à un manque de culture, mais qu’il s’agit d’une interprétation acceptable. La lourdeur de l’argumentaire et la puissance rhétorique mobilisée pour la circonstance sont la preuve de l’importance majeure de cette question aux yeux du dominicain. En effet, neuf chapitres de la Historia de las Indias sont consacrés à cet épisode dont six de façon exclusive à la question du Paradis Terrestre12. La démonstration est organisée en deux temps. Il s’appuie d’abord sur les éléments de la géographie naturelle pour procéder ensuite à l’examen historique des autorités qui se sont attachées à la localisation du Paradis Terrestre. Ce sont les arguments « naturels » qui m’intéressent ici.

  • 13 Chapitre 136 : on note les premiers indices (existence d’une terre ferme et d’un golfe de 40 lieue (...)
  • 14 En allant vers le sud ; les aiguilles de la boussole « remontent » vers le nord, ce qui donne l’im (...)
  • 15 Le nom du premier est Fiscon (Phiscon); c'est celui qui coule autour de tout le pays d'Avila, ou l (...)
  • 16 « No es de maravillar que el almirante tanta y de tan diversas y nuevas cosas sospecha, imaginacio (...)
  • 17 Las Casas, t.4, p. 1106.

13Du chapitre 136 jusqu’au chapitre 14013, las Casas reprend les arguments de Colomb qui contribuent à faire de cette zone un lieu exceptionnel, inouï : la douceur inattendue du climat si près de l’équateur et les modifications de la déclinaison magnétique à cette latitude14, la blancheur de peau des gens ainsi que leur vivacité et leur courage (par opposition aux îles du Cap Vert et plus au sud où les gens sont de plus en plus noirs vers le Sierra Leone) et surtout le mystère de l’abondance des eaux douces qui descendent jusqu’à ce golfe et qui ont sans doute leur source dans le Paradis Terrestre. Las Casas sait bien que les quatre fleuves censés jaillir du Paradis Terrestre (le Tigre, le Nil, l’Euphrate et le Gange)15 se trouvent très éloignés du golfe de Paria, mais leur cours a pu parcourir de vastes espaces de façon souterraine. C’était là un commentaire bien connu pour expliquer les grandes distances qui séparaient ces quatre fleuves en dépit de leur origine paradisiaque (en particulier dans le De situ orbis de Pomponius Mela repris par Augustin). Avec une ardente amplificatio, le dominicain opère une surenchère paradisiaque du golfe de Paria pour souligner la légitimité du raisonnement de Colomb16. Une seule conclusion s’impose : il était légitime de penser « que allí o por allí y aún cerca de allí había la divina providencia constituido el Paraíso Terrenal y que aquel lago tan dulce era donde caía el río y fuente del Paraíso y de donde se originaban los cuatro ríos »17.

14Ne pas penser ainsi eût été faire preuve de stupidité. Colomb a eu raison de situer sur ces nouvelles terres des toponymes qui en restaurent la trace biblique : Isla Santa (para Trinidad), Ysla de Gracia (cabo de Paria), Boca del Drago.

15Sous la plume de Las Casas, une telle démonstration tient de l’enjeu ontologique car elle conforte le présupposé selon lequel l’Amérique est une terre privilégiée sous le regard de Dieu, offerte à la future entreprise d’évangélisation. En imputant au cœur de l’Amérique cette possible localisation, la plus logique, la plus attendue, celle que la géographie fluviale corrobore, Las Casas dote le continent américain d’un temps nouveau, il souhaite l’inscrire dans un régime d’historicité chrétienne, non pas seulement pour en faire un continent en attente mais pour éclairer le passé de la « máquina mundial » tout entière.

Antonio de Léon Pinelo

  • 18 El Paraíso en el Nuevo Mundo. Comentario apologético, historia natural y peregrina de las Yndias O (...)
  • 19 Das noticias antecedentes, curiosas e necessarias das cousas do Brasil est une sorte d’introductio (...)
  • 20 Wachtel, op. cit. p. 19.
  • 21 El paraíso en el Nuevo Mundo, comentario apologético, historia natural y peregrina de las Yndias o (...)

16L’idée d’une Amérique, lieu du paradis sera reprise par deux auteurs du XVIIe qui situent le Paradis terrestre au cœur du continent américain. D’une part, l’oeuvre du bibliophile et juriste espagnol Antonio de León Pinelo (El Paraíso en el Nuevo Mundo. Comentario apologético, historia natural y peregrina de las Yndias Occidentales yslas y tierra firme del Mar Occeano18) et d’autre part Das noticias antecedentes, curiosas e necessarias das cousas do Brasil du jésuite portugais Simão de Vasconcellos 166319. Pour Léon Pinelo, c’est à nouveau le gigantisme des fleuves qui est évoqué, pour le second c’est la conformité avec le jardin des délices. Nathan Wachtel observe : « Antonio de Léon Pinelo se signale par son extrême originalité : il traite de la localisation du Paradis terrestre en Amérique comme d’un fait géographique, matériel et démontrable »20. León Pinelo consacre la cinquième et dernière partie de son ouvrage à la question des quatre fleuves du Paradis et à ses yeux seul le Nouveau Monde les réunit de façon indiscutable : « por sus nacimientos, por sus corrientes, por sus aguas, por sus caudales y grandeza ». Tous naissent du centre de l’Amérique méridionale21. Sans doute doit-il prudemment reconnaitre qu’il a bien quatre fleuves identifiés qui sortent du Paradis mais leur description géographique démontre qu’ils ne sont que des ruisseaux comparés aux fleuves américains. Il s’agit donc de créer de nouvelles équivalences toponymiques.

  • 22 Antonio León Pinelo, Op. cit. “Los quatro ríos del Paraiso en las Indias, vol. II, libro V, cap VI (...)

“Es constante y cierto, que todos quatro salen y proceden aun hoy, del centro deste Continente del Paraíso con poca diferencia, que quando sea alguna no es la que se halla en los cuatro que comúnmente se admiren por originarios del Paraiso, el Ganges, el Nilo, el Tigris, y el Eufrares, cuyas descripciones pondremos para que se conozca que comparados con los de la Yberíca Meridional son Arroyos. Los que en ella se han descubierto tienen tanta grandeza, que aunque se junten en uno los cuatro de la Asia no podrán igualar al menor de ellos. El primero es el Rio de la Plata Argentino o Paraguazú, que saliendo al Oriente desemboca en el Océano Atlantico con dos mil y quatrocientas millas de corriente, y ciento y cincuenta de voca. Aplicamosle el nombre de Fison, como se verá quando se describa. El segundo el gran Rio de S. Juan de las Amazonas, Orellana ó Marañon de la Corona de Castilla, […]. Sale al Septentrion y entra en el Oceano al Oriente con quatro mil y quinientas millas de carrera, y con docientas y quarenta de voca. Damosle nombre de Gehón como se verá. El tercero el Rio Orinoco, Uriapari ó Rio de Paria, que sale entre el Septentrión y Poniente y le recibe el Occeano al Oriente con mil y quinientas millas de viage y nobenta de voca. Puedesele atribuir el nombre de Perath o Eufrates por las calidades que dél se diran. El cuarto el Rio grande de la Magdalena que saliendo al Occidente entre en el Occeano de Barlovento con seis millas de vaca, y con mil y ducientas de corriente. Ocupa el nombre de Hidek el que la Vulgata llama Tigris. Su Descripcion manifestará sus calidades.22

17Ce n’est pas le lieu ici d’entrer dans le détail de ce jeu analogique qui permet de substituer aux fleuves d’Europe et de Mésopotamie les fleuves américains beaucoup plus puissants et du coup plus légitimes. Ce qui importe c’est de voir que le fleuve est une matrice pour penser l’origine du monde. Si pour Las Casas il s’agissait de donner à l’indigène américain une possible place de choix dans la Genèse, par une sorte d’audace ontologique en s’adossant au texte de Colomb, pour León Pinelo il s’agit de donner au continent tout entier, à sa faune sa flore et aux créoles américains qui y prospèrent une place de tout premier rang, en se fondant sur son exceptionnelle hydrographie et en faisant du Nouveau monde, le berceau de l’humanité.

Gonzalo Fernández de Oviedo : chroniqueur et cartographe

  • 23 “Yo le conosci e traté e era uno de los hombres de la mar que yo he visto más bien hablado y que m (...)
  • 24 De fait, l’embouchure de l’Orénoque (une des plus larges du monde) est un complexe jeu de deltas ‘ (...)
  • 25 Un exemple de cette résistance est raconté dans l’île de Trinidad, dans le golfe de Paria, qui ser (...)

18Fernández de Oviedo consacre le livre 24 de la Historia general y natural de las Indias aux expéditions qui se sont engagées dans le rio Huyapari, province de Paria. Il s’agit d’un ensemble consistant de 17 chapitres qui sont tous placés sous le signe de poussées expéditionnaires vaines et mortifères et d’un sentiment d’impuissance face à une géographie vécue comme hostile voire indéchiffrable. Les premières images du fleuve telles que Vicente Yáñez Pinzon23 les a décrites à Oviedo évoquent à la fois la pénétration du flux d’eaux douces à plus de 30 lieues en haute mer et le labyrinthe d’îles qui rend difficile le repérage de l’embouchure du Huyapari24. Les rapides variations du niveau de l’eau font que les bateaux s’échouent sur les terres basses marécageuses de mangroves des différentes parties du delta. Ce seront les obstacles chroniques des expéditions suivantes dont la progression va être lente et périlleuse, sans compter avec l’extrême animosité des guerriers indigènes qui se battent jusqu’à la mort, quitte à périr brûlés vifs25.

  • 26 Obscur hidalgo de la province de Zamora, il est connu pour avoir été un des capitaines de Cortés. (...)
  • 27 Jerónimo Dortal qui avait été tresorier de Ordás signa sa capitulation en octobre 1533 avec la Cou (...)
  • 28 La force de la pulsion aurifère à la hauteur de l’équateur est commentée par Juan Friede: «En Sant (...)

19Le point de lancement est l’expédition de Diego de Ordaz26 (chap. 2) un vétéran de la conquête du Mexique, qui obtint en 1531 “la empresa de la población del rio Marañon y sus provincias” pour découvrir le rio Huyapari (alias Urinoco). Rappelons rapidement les faits : à la suite de l’expedition de Diego de Ordaz y de Jerónimo de Ortal en juin 1532, d’autres expéditions s’organisèrent et se firent concurrence jusqu’en 1540, à savoir Dortal (1536 et 1540)27, Antonio de Herrera (août 1534) et le gouverneur Antonio Sedeño (1536). Ces expéditions de reconnaissance pénétrèrent de vastes espaces du bassin de l’Orénoque et du Venezuela intérieur, d’accès extrêmement difficile28.

  • 29 Oviedo declare: “Este nombre de Huyapari que los cristianos dan a este famoso río, hubo origen de (...)
  • 30 “Un salto imposible de pasar con embarcaciones” León Pinelo, Op. cit. Vol. II, p. 509. Ce sont les (...)

20Dès le début, il existe une fluctuation dans la façon de nommer ce fleuve selon la partie du cours, d’abord appelé Huyapari pour le haut Orénoque29, puis Orinoco jusqu’à sa jonction avec le Meta, il sera ensuite appelé Barraguan, Guaviare ou Tamas (actuellement Tomo ? du nom de ses affluents) après la zone des bancs de sables et de rochers30 qui s’avérèrent infranchissables pour les premiers conquérants ; Herrera l’appellera Turmeque et enfin Marañon, (nom que l’on attribuera aussi à l’Amazone). Cette prolifération de toponymes s’explique par l’incapacité à distinguer le cours principal du fleuve (et de sa source) de ses affluents occidentaux.

21La date de 1531-1532 mérite d’être commentée. Qu’est-ce qui pousse un vétéran de la conquête du Mexique, riche encomendero, à demander des capitulations pour cette région improbable bien avant la conquête du Pérou ? Ordaz pensait s’enrichir plus encore, nous dit Oviedo “creyendo […] que por aquel río había de hallar entrada en la Tierra Firme e llegar más brevemente a las riquezas de la otra mar austral e que desta manera se haría grand señor”. Le désir de reproduire la conquête de Cortés trouvait un echo dans les objets d’or trouvés en Terre Ferme comme le fait observer l’historien Juan Friede: “Fácilmente se observará que los informes sobre este ‹Dorado› indicaban explícitamente el territorio venezolano”.

  • 31 Del libro vigésimo […] en el cual se tracta de la conquista de la isla de la Trinidad, y boca del (...)
  • 32 Op. cit , t.II lib. 24, p. 389. chap. 3 “Del río Huyapari, que es en el golfo de Paria, y de lo qu (...)

22Le livre XXIV de la Historia sur cette région31 qui est placée sous la juridiction de l’audience de saint Domingue est exceptionnel : depuis son observatoire de Saint Domingue, le scrupuleux chroniqueur de la couronne connait en détail les expéditions vers l’île de Cubagua, Trinidad, et la région de Cumaná, au sud de la péninsule d’Araya ainsi que les acteurs. Tous passent, vont et viennent à saint Domingue, les capitaines, leurs soldats, les pilotes32. Sans entrer dans le détail de ces récits minutieux, il importe d’en souligner les traits principaux.

  • 33 Cf. Demetrio Ramos, El mito de El dorado, su génesis y proceso, Madrid, Colegio universitario de E (...)
  • 34 Dans ce chapitre, Oviedo fait une très longue diatribe sur les hommes des indes, le soldat et le c (...)

23En premier lieu, l’ensemble des actions menées est impulsé par la quête du Meta, une des version primitive de l’El Dorado33, quête desastreuse : chapitre 4 Como el gobernador Diego de Ordaz se partió del pueblo de Aruacay y se fue a Paria y dejó el rio de Huyapari , alias Urinoco, para ir a buscar a Meta34.

  • 35 HGNI, T.II, chap. 8, p. 411

24Les expéditionnaires sont à la recherche du pays du Meta où se trouveraient (selon les dires des indigènes) maints objets en or et de riches filons aurifères puisqu’on se trouve dans la zone torride équatoriale. L’expédition de Jerónimo Dortal, désigné gouverneur après la mort de Ordas en 1534, fut sans doute la plus importante : un bateau bien armé de 130 hommes pour un premier envoi et un deuxième contingent de 100 hommes devait faire suite avec le capitaine Fernández de Alderete à bord d’une caravelle. Une fois de plus Oviedo est témoin direct « toda esta gente vi yo en Sevilla ». Dortal arrive dans le golfe de Paria à la tête de plus de 200 hommes en octobre 1534 ; une fois à San Miguel de Paria (= Cariaco), la forteresse du golfe de Paria, il prépare sa troupe pour remonter l’Orénoque et découvrir la province de Meta. La présentation de la dite province est assez allusive « se tenían noticias por lenguas de la tierra que decían que eran de mucha importancia ». Il suffit qu’un petit groupe d’Espagnols envoyés en avant-garde par Alonso de Herrera, revienne avec des objets d’or (‘patenas de oro’) pour que cela redonne une impulsion au mouvement de remontée du fleuve ; les informations données par les indiens embrasent les esprits « con grandes nuevas de la riqueza que se decía haber en Meta » –35 selon la source indigène : « los indios los certificaban ». Ces discours indigènes sont la première version orientale de el Dorado, d’autres naissent dans la partie occidentale de la région chibcha.

25Après la mort de Ordaz, Alonso de Herrera, lieutenant de Jerónimo de Ortal, pénétra par le fleuve Orinoco en 1534 et parvient au fleuve appelé Meta où il fut massacré par les indiens. Sous la plume d’Oviedo, une fois encore, c’est la codicia, le désir effréné d’atteindre les terres aurifères qui se trouve à l’origine de l’expédition de Herrera vers le Meta. La vérité fut tout autre : le fleuve, ses crues, les pluies imposent aux expéditionnaires des efforts surhumains :

  • 36 HGNI, t. II, chap. 8, p. 411.

Pero que después viendo que el gobernador se tardaba, deseosos de llegar a lo bueno, donde les daban a entender que hallarían mucho oro, hicieron una barca grande para veinte é dos caballos y en que llevasen sus municiones; y con esta y los bergantines, que eran seis, se partieron de aquel pueblo de Carao por un estero o brazo que entra en el mismo rio de Huyapari, al qual llaman el estero de Meta. É tardaron veinte días hasta llegar a la boca del estero, yendo a la vela é navegando doscientas é cincuenta leguas primero, y entraron por aquel brazo o estero con los siete navíos hasta veinte leguas: las quales anduvieron en cuarenta días por la corriente é muchas aguas de las crecientes de las lluvias; e aquestas leguas a la sirga todas, llevando el agua hasta los pechos los que tiraban de la cuerda de la sirga, y con extremado trabajo en un día andaban media legua ó poco más. No creo que algunos de los que allí iban tomaran esa fatiga para llegar al paraíso, puesto que con menos peligros é con más seguridad del cuerpo y del alma pueden los cristianos ganar la gloria del cielo y no lo hacen, y por este oro y desordenada codicia se ponen en estas partes los hombres a tantas desventuras y tanto riesgo.36

26Toutes ces expéditions ont en commun leur dimension désastreuse sur le plan matériel.

  • 37 HGNI, t. I, libro VI, Cap. XLII. “De un notable dépósito, é comparación de las crescientes y mengu (...)

27La région est extrêmement hostile et les Espagnols rencontrent des difficultés inouïes pour naviguer sur ce fleuve et ses multiples branches. On a évoqué les effets de flux et de variations brutales de niveau qui rendent la géographie improbable. Dans le livre VI dit De los depósitos, Oviedo consacre un chapitre entier à ces crues exceptionnelles37 : la vision qu’il donne de la transformation des paysages liée au flux et reflux des marées tient de l’hallucination :

“Assi que, cresce seys meses é lunas é otros tantos mengua ; en tal manera, que una nao en que fueron con la cresciente la dexaron en un estero junto al dicho rio, é después la hallaron en seco mas de dos leguas y media dentro en tierra , en una savana ó campo que apenas se parescia la nao entre la hierva ; y para llegar hasta alli avia ydo por engima de los árboles, y desde ella, subiendo el rio arriba, cogían la fructa dellos é cortaban ramas para poder pasar”.

  • 38 HGNI, t. II, lib. 24, p. 406.
  • 39 Ainsi l’anecdote d’une indienne qui servit de guide à l’expédition de Herrera et qui devait les me (...)

28Les difficultés ne sont pas seulement topographiques. Les Espagnols rencontrent systématiquement une énorme résistance indigène ou bien ils sont, si l’on peut dire, menés en bateau. Par exemple les indiens qui résistent à l’attaque de Sedeño ont pour stratégie de ne pas cultiver ou de tout brûler. Sedeño et ses hommes qui parcourent une zone entièrement dévastée ne trouvent rien à manger « no hallaron gente ni qué comer »38, ce qui les oblige à faire demi-tour. Les Espagnols vont de fleuve en fleuve sans réussir à établir un paysage ferme où s’établir “lo mas del país o tierra que hallaron eran anegadizos y con mucha pena y cansancio caminaban” ; ils sont pris dans les filets des mensonges que les indigènes leur servent39 autant que dans les marécages de fleuves improbables.

  • 40 HGNI, Op. cit. p. 410.

29L’extrême complexité du bassin hydrographique, l’incapacité à en stabiliser les cours et leurs multiples ramifications génèrent une série d’échecs qui à leur tour produisent une immense instabilité dans le commandement des capitaines qui se succèdent, s’opposent, se trahissent. La chronique énumère au cours de ces 20 chapitres les différentes factions sous la direction des capitaines Ordaz, puis d’Antonio Sedeño, de Alonso de Herrera, puis en 1536 de Jerónimo de Ortal qui s’engage à partir de Macarapana, et San Miguel de Neverí, à la recherche du Meta et de la Casa del Sol. On assiste au morcellement des expéditions plus ou moins errantes dans la zone et à leur rapide recomposition par lambeau. D’où le problème récurrent du commandement. Lorsque le capitaine meurt, un second prend le relais et revendique la légitimité du mandat, face à un autre conquérant lui-même à peine légitime qui a ses affidés plus ou moins loyaux. Des effectifs trop faibles ne peuvent tenir une médiocre forteresse de bois que les indiens attaquent avec fureur ; il faut donc abandonner les campements et préférer les bateaux (c’est ainsi par exemple que Jeronimo Dortal et Agustín Delgado doivent abandonner le fort de San Miguel pour rejoindre une autre partie de l’expédition) : en fait ils sont constamment en sous nombre40.

  • 41 HGNI, Op. cit, p. 424.

30Les luttes entre factions (parcialidades) dans un tel contexte sont la norme; “quedaban muchos bandos y desconformidad. Cada uno quería ser el principal” et Oviedo de commenter “usaban entre si mucha inhumanidad”. Violences absurdes et théâtre du désespoir. Que penser de ce Villareal qui tua son cheval et jeta son épée dans le fleuve “porque le pesaba como hombre desesperado” ou tel autre “llamado Salamanca se fue a los indios, desesperado, que nunca más paresció”41.

La carte d’Oviedo

  • 42 HGNI, Op. cit. carte cap. XV, p. 265 " Porque la pintura califica mucho y dexa mejor entender las (...)
  • 43 HGNI, Op. cit, p. 411.
  • 44 Sur la carte la légende dit: “río de Carranaca por donde entro Alonso de Herrera E passo adelante (...)
  • 45 HGNI, Op. cit., t. II, p. 434.

31Oviedo42 est conscient de l’importance de ce fleuve négligé nous dit-il par les cosmographes, au point qu’il décide d’en cartographier le parcours au moins pour sa partie base, avant la chaine de montagnes (partie droite de la carte) qui a bloqué la remontée de Herrera. Les différentes entrées à partir du littoral de Maracapana et de Paria par l’Orinoco vers la région du Meta, ont bâti une géographie qui mêle les expériences qui sont des épreuves et la tension de cette illusion aurifère qui provoque une sorte de contraction de l’espace (l’effet de proximité), abreuvée par les discours que leur tiennent les indigènes “aquellos secretos e grandes cosas de que los indios los certificaban”43. Tous estimaient (et Oviedo s’en fait l’écho) que le fleuve se trouvait proche du littoral caribéen par un effet d’escamotage géographique : Jerónimo de Ortal (source d’Oviedo) écrit depuis Cubagua « en veinticinco días, le dicen las lenguas y guías, que le pondrán en el mismo Meta ». D’autres indigènes déclarent que du saut de l’Orénoque à la province du Meta il ne faut que 8 jours de route. La carte de Fernández de Oviedo traduit ces idées erronées de la proximité du Meta de la côte en inventant (sur la base des récits des conquérants) un ‹ estero del Meta › « que conducía a la costa »44. (p. 434 Il se fonde sur les informations de Dortal qui lui affirme l’existence de cet « estero grande del Meta » qui permettrait d’accéder directement par un axe nord sud de la côte au fleuve Orénoque (à 30 lieues de San Miguel de Neverٕí). Oviedo construit donc une carte historiée avec un ensemble de légendes qui lient le texte à la représentation. “se verificó que todos aquellos ríos que por aquellas comarcas que vido Ortzal y descubrió, todos van a entrar en el gran río Huyapari, que entra en el dicho golfo de Paria45”. Entre le golfe de Paria et ce fameux “estero del Meta” il y a nous dit Oviedo plus de 300 lieues donc (1200 kilomètres) : Oviedo observe que du coup il est inutile de remonter tout le fleuve pour atteindre la province de Meta on peut prendre cette voie transversale plus courte et plus facile. “Un grand atajo de doscientas leguas desde la costa de tierra firme al río de Meta”.

32Le texte d’Oviedo a été beaucoup utilisé par les chroniqueurs postérieurs (Juan de Castellanos, Pedro Simon et plus tarda au XVIIIe Oviedo y Baños). Il fait apparaitre la première forme septentrionale de l’El Dorado : le Meta (nom d’un des affluents de l’Orénoque). On sait que cette quête du Meta va ramifier plusieurs expéditions de conquêtes et plusieurs régions depuis les Guyanes, d’Est en Ouest, et vers les régions méridionales jusqu’au Brésil pour se connecter avec le géant de l’Amazone. L’Eldorado de Walter Raleigh se situera autour de l’affluent sud, le Caroni ; c’est le début d’une histoire hydrographique brouillée, mais ces premières entrées par le fleuve et ses affluents vont laisser de nombreuses traces. Une première construction du bassin de l’Orénoque se trouve ainsi dessinée, connectée à la côte septentrionale jusqu’à Maracaibo, vers le sud à l’Amazone et à l’ouest lorsque les expéditions de Herrera et de Dortal se frotteront aux limites de la juridiction des Allemands établis à Coro. On mesure l’énorme difficulté de pénétration territoriale par le fleuve à l’inverse de la caminata par la terre permettant l’usage des chevaux qui offre une radicale supériorité sur les groupes indigènes. La question du transport des chevaux est en particulier très ardue : ces derniers finissent le plus souvent dans le ventre des Espagnols. C’est dans ces régions marécageuses, au relief insaisissable, que les épisodes les plus sombres et funeste de l’histoire des conquêtes se déroulent.

  • 46 HGNI, Op. cit, t. II, p. 435.

33Il est évident que cette carte présente un autre intérêt : Oviedo y lie la quête du Meta à la découverte et conquête du Pérou et à la naissance du mythe des Amazones et de l’El Dorado. Par ailleurs, il signale le lien avec l’empire Inca (“Detras destas sierras d[e]l Rio de Huyapari Esta[n] muy grandes llanos lo qual se tiene por cierto q[ue]s la tierra del peru E los yndios dizen q[ue] detras destas sierras ay grandes Riquezas. E mucho oro” et l’existence de la reine des amazones (“por aquí están los reinos y señorío de la reina Orocomay la cual no se sirve sino de mujeres”). Oviedo note la date de 154546. Pourquoi Oviedo fabrique-t-il cet artefact si précieux en dépit de ses erreurs ?

34La réalisation de cette carte historiée qui tisse tous ces évènements dans une mise en forme géographique, correspond à un autre évènement tout aussi important qui est en 1541 l’arrivée à Saint Domingue de Francisco de Orellana qui vient de descendre le fleuve Amazone. Oviedo s’entretient avec le découvreur et écrit en 1543 une lettre à Pietro Bembo l’humaniste vénitien pour lui raconter cet exploit hors du commun. À Séville en 1544, Sébastian Caboto réalise la première carte où figure le long serpent de l’Amazone47.

  • 48 Le Typus orbis de Ortelius 1570 fait apparaitre les deux bassins fluviaux et leur possible connexi (...)
  • 49 HGNI, t. II, p. 396
  • 50 HGNI, t. I, libro VI (de los depósitos), cap. XLII.

35Oviedo a une double conscience géographique, celle du gigantisme des fleuves américains qui est en train de se construire sous ses yeux et celle de la différence claire entre l’Amazone de l’Orénoque. Le récit sur les amazones et celui de la quête du Meta sont sans doute des récits qui maillent des bassins hydrographiques mal définis mais dont Oviedo propose une manière de distinction : ce sont les deux énormes artères fluviales que les Espagnols sont en train de parcourir. Pourtant si dans un cas la descente de l’Amazone a permis que l’immensité du fleuve apparaisse dans toute sa majesté sur l’ensemble des cartes et mappemondes, dans le cas de l’Orénoque il s’agit d’une géographie intermittente, le plus souvent ignorée des grands cosmographes. Ainsi par exemple dans la carte de Pereira de 1545, le portulan de Sébastien López 1558, la magnifique carte de 1562 de Diego Gutiérrez, celle de Paolo Forlani 1565 Universale Descrittione Di Tutta la Terra Conosciuta, de Joan Martinez, 1578, nulle trace l’Orénoque48. Mais le vieil Oviedo, vigie de saint Domingue en soupçonne l’importance. Il manie l’analogie avec le Nil, le plus souvent utilisée pour magnifier l’Amazone, pour décrire le Huyapari. C’est le fleuve qui fait autorité pour estimer ces gigantesques réalités fluviales : ils ont en commun leurs crues spectaculaires et il commente la façon dont les indigènes s’adaptent aux crues et aux espaces qu’elles libèrent “cuando mengua el río van tras él [río] sembrando hasta que está en su curso”49. Toute l’économie des villages est donc articulée sur les mouvements de crue et décrue50, il en va de même pour le poisson ou les camarones qu’ils font sécher pour les consommer dans la période de crue où ils vivent “encerrados por las cresceintes del río”. Comme sur les rives du Nil, on y trouve des caïmans, “lagartos grandes”. Sous la plume de ce chroniqueur se trouvent donc les premières observations ethnographiques relatées par ses témoins dument interrogés.

Un regard en surplomb : Francisco López de Gómara

36À la différence d’Oviedo, il n’y a rien de très nouveau sous la plume de Gómara sur le plan informatif ; ce qui est novateur c’est la façon dont il dispose la présentation des trois grands fleuves américains, en trois courts chapitres successifs, ce qui revient à présenter le réseau hydrographique du continent sud de façon globale, en surplomb.

37Le fleuve-roi c’est l’Amazone ou El río de Orellana, “si es como dicen, es el mayor río de las Indias y de todo el mundo, aunque metamos entre ellos al Nilo51”. C’est une sorte de titre en majesté, qui pose le continent américain en rapport avec le reste du monde. La comparaison avec le Nil s’impose aussi pour l’importance de ses crues : “Bien puede ser que crezca en sus tiempos como el Nilo y como el río de la Plata, pero como aún no está poblado, no está sabido”. Concis mais clairvoyant, et plutôt bien informé52, il relève l’amplitude de ses mouvements et de ses courants : “Tiene muchas islas; crece la marea por él arriba más de cien leguas”. Gómara en souligne le parcours sinueux qui multiple les distances “a causa de las muchas y grandes vueltas que hace, como una culebra”. Il a sans doute sous les yeux le schéma de la carte de Caboto de 154453. Prudent, il sait que cette géographie est encore mal maîtrisée, c’est donc le tracé global et la puissance de ce fleuve qui comptent. L’autre emblème de ce fleuve ce sont les amazones (que Caboto dessine sur la rive nord de l’Amazone, attentif au récit d’Orellana) et que Gómara mentionne pour mieux s’en moquer :

  • 54 Historia de las Indias, Op. cit.; p. 211.

38“Que las mujeres anden allí con armas y peleen, no es mucho, pues en Paria, que no es muy lexos, y en otras muchas partes de Indias lo acostumbran. Ni creo que ninguna mujer se corte y queme la teta derecha para tirar el arco, pues con ella lo tiran muy bien; ni creo que maten o destierren sus propios hijos, ni que vivan sin maridos, siendo luxuriosísimas”54

39Ce chapitre compte à peine plus d’une page, mais Gómara y a resserré l’essentiel de ce qui est connu et surtout il a tracé cette géographie intérieure qui depuis Quito ouvre le continent jusqu’à l’embouchure et el mar del norte, tout en désamorçant le mythe des Amazones, à ses yeux à la fois toxique et risible.

  • 55 Op. cit., p. 211.

40Le fleuve Marañón pose à Gómara une difficulté majeure dont il explique : “Algunos, según poco antes apunté, dicen que todo es un río el Marañón y el de Orellana, y que nace allá en el Perú. Muchos españoles han entrado, aunque no poblado, en este río después que lo descubrió Vicente Yáñez Pinzón, año de mil quinientos menos uno”55.

  • 56 Dicen los indios / Algunos dicen.

41Le chapitre est court et rempli de doutes à commencer par l’identification même du fleuve56 et il se contente d’évoquer en quelques lignes les vaines entradas des capitaines espagnols. C’est une région voilée par les échecs : “Muchos españoles han entrado, aunque no poblado”. Or pour Gómara, “quien no poblare no hará buena conquista”. Le texte de Gómara n’est pas à l’image de la cartographie du temps qui a supprimé purement et simplement l’Orénoque mais il est très éloigné du détaillisme de la chronique d’Oviedo. Gómara est insuffisamment informé ou bien il écrit trop vite, à moins qu’il n’estime négligeable cette région, lieu de tant d’échecs et de vaines fantaisies. Il ne tient pas compte des différents découpages géographiques entre la gobernación du golfe de Paria et la découverte de l’Orénoque ou Huyapari. Gómara ne semble pas tenir compte ni voir ce déplacement. En fait il se contente d’ouvrir une page qu’il ne veut ou ne peut pas fermer.

42Le chapitre 89 est consacré au Río de la Plata. L’historique des différentes entrées des Espagnols est beaucoup plus détaillée mais ce qui compte c’est la conclusion à la manière d’une cartographie nerveuse et intentionnée :

  • 57 Op. cit.p. 212.

43“Crece como el Nilo, y pienso que a un mesmo tiempo57”. Observation qui vaut pour un présupposé cosmographique : les deux fleuves se trouvent dans le même hémisphère, la saison des pluies sous l’équateur est le mois de juin comme le Nil. Le Paraguay qui se jette dans le Río de la Plata a donc des crues en même temps : ces observations faites par l’humaniste vénitien Ramusio dans les Navigatione et viaggi au sujet du Nil, seront reprises par José de Acosta, presque quarante ans plus tard. Plus efficace, Gómara trace le bassin hydrographique du Río de la Plata dans son ensemble et l’articule sur le versant andin, ce qui en fait une artère de connexion :

  • 58 Op. cit.p. 212.

“Nace en el Perú, y engruésanlo Abancay, Vilcas, Purina y Xauxa, que tiene sus fuentes en Bombón, tierra altísima. Los españoles que moran en el río de la Plata han subido tanto por él arriba, que muchos dellos llegaron al Perú en rastro y demanda de las minas de Potosi”58

44Des trois grandes entrées fluviales de la façade atlantique, le Río de la Plata est celle que Gómara commente le plus longuement : au moment où il rédige ces chapitres, l’Orénoque n’est toujours pas maitrisé ni dans son cours ni dans ses marges ni même dans sa distinction d’avec l’Amazone, quant à l’Amazone, véritable joyau de l’hydrographie mondiale, son histoire tourne court avec le lamentable échec de la deuxième expédition d’Orellana et la fable des amazones. C’est donc le bassin du Río de la Plata que les Espagnols ont réussi à investir (poblar) au prix d’une notable hybridation culturelle ce que Gómara se plait à souligner :

  • 59 Op. cit., p. 212.

“Tienen muchos por buena gobernación ésta (la del hijo de Juan de Sanabria), porque hay allí muchos españoles hechos a la tierra, los cuales saben la lengua de los naturales y han hecho un lugar de dos mil casas en que hay muchos indios e indias cristianadas”59

  • 60 Comme il le rappelle dans le chapitre 12 “El sitio de las Indias” : “De río Dulce al río de Orella (...)

45Les trois chapitres de Gómara ne sont guère sur le plan historique, que des résumés souvent lacunaires voire tronqués ; que recherchait-il en réunissant de cette façon les trois géants fluviaux qui structuraient toute la façade atlantique du sud continent ? On peut supposer qu’il trace l’architecture interne du continent : il y réussit en partie en ébauchant des axes transversaux et des connexions entre les Andes et la façade atlantique. De ce point de vue, les fleuves et leurs embouchures structurent et la géographie côtière et la géographie continentale.60

46Le chroniqueur cherche aussi à placer l’Amérique dans l’ensemble du monde, par ses fleuves, ce continent prend une position exceptionnelle. Il nous rend bel et bien compte de géants fluviaux encore mal connus mais qui font désormais partie de ce que nous appelons le monde.

47Deux décennies plus tard, la carte de Velasco opère en l’accentuant ce même effet de schématisation.

48L’objectif n’est pas de rendre compte à la manière d’une carte nautique du système hydrographique américain. On note la disparition de l’Orénoque : l’Amazone et le Río de la Plata au contraire se présentent comme de larges saignées surdimensionnées. Reprocher comme le fait G.B. Gessio à Velasco d’être un mauvais cartographe, c’est méconnaitre l’intention de Velasco et de Herrera qui reprend la carte : il s’agit d’une vision géostratégique qui offre un territoire ouvert ou plutôt prédécoupé par les deux grands fleuves qui structurent au nord l’aire caribéenne et au sud le Chili et les provinces du détroit. Entre les deux, le cœur américain, le Pérou et Potosí, le Brésil ne fait qu’écorner l’Amérique ce qui musèle la prétention portugaise : les deux entrées majeures de l’océan Atlantique entrent sous juridiction castillane.

49Nous sommes devant un schème géopolitique qui vient à l’appui de la visée d’une maîtrise territoriale. Dans ces conditions, l’Orénoque et ses marécages, ses indiens hostiles, ses ramifications infinies seront absorbés dans deux entités territoriales la Gobernación de Venezuela et celle de la Nueva Andalucía sans arriver à être vraiment discerné. Il fait l’objet d’une simple mention dont le nom n’est d’ailleurs pas clairement établi, comme le dit Herrera :

  • 61 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y (...)

“río de Paria o Orinoco que algunos dicen Yuyapari ; otros quieren que estos dos y el río San Juan y el de Orellana sea todo una misma cosa, y aún el Marañón, pero en esto se engañan.”61.

50Plus d’un siècle après le premier regard de Colomb, le fleuve reste difficile à nommer….

Conclusion

51Ce processus de construction du savoir appliqué au fleuve est sans doute un des plus complexe et moins linéaire, ce sont des spatialités qui semblent le plus facilement se charger de discours imaginés, de projections, de leurres voire d’imposture. C’est que la maitrise et le savoir-faire (ou savoir activité) est plus coûteux en hommes, et entretient une forte dépendance avec les groupes indigènes qui connaissent, maitrisent et profitent de cette topographie.

52En 1641 le jésuite Cristóbal de Acuña, intitule son ouvrage Nuevo descubrimiento del Gran río de las Amazonas : c’est assez dire la sorte d’oubli ou éclipse dans laquelle fut plongé le fleuve. Le sort de l’Orénoque est plus obscur et plus paradoxal encore : il n’est pas vraiment compris ni décrit au XVIe. Il faudra peut-être attendre en 1741 l’ouvrage de José de Gumilla, un autre jésuite, pour lire une véritable description (El Orinoco ilustrado y defendido. Historia natural, civil y geográfica de este gran río y de sus caudalosas vertientes).

53Trop grands, trop hostiles, trop différents, les grands fleuves américains résistent pendant longtemps à la maitrise des Européens : ils sont comme des nasses laxes et fluides et deviennent les réceptacles des espérances, des imaginaires et des désillusions. Néanmoins, les différentes expéditions de ces premières décennies sont autant de trouées territoriales. Elles permettent que se construise une cartographie qui est un lieu d’apprentissage où se nouent des pratiques locales, disséminées, souvent sombres, avec une architecture globale du continent. Enfin, l’analogie des grands fleuves américains avec le Nil, si largement utilisée par nos chroniqueurs, loin d’être un simple topique, est un mode de rapprochement culturel doté d’une indiscutable force de frappe géopolitique.

Haut de page

Notes

1 Chaunu Pierre, L’Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964.

2 Cf. Les premières chroniques portugaises : La description de la côte de l’Afrique occidentale de Fernandes Valentim (1507- et 1506-1510 pour la deuxième partie) mais surtout Esmeraldo de situ orbis de Duarte Pacheco Pereira, navigateur portugais qui réunit les informations jusqu’à la pointe sud du continent (1507 ?).

3 Il faut attendre un siècle (1641) avant que Cristóbal de Acuña ne rédige un ouvrage au titre significatif Nuevo descubrimiento del Gran río de las Amazonas et ce n’est qu’XVIIIème siècle qu’une carte détaillée de l’Amazone et de ses affluents est réalisée par le jésuite Samuel Fritz pour être remise à l’audience de Quito vers 1707.

4 Le jésuite Manuel Román communiqua en 1742 au roi d’Espagne que des portugais du Gran Pará étaient arrivés depuis l’Amazone par voie fluviale sur l’Orénoque, manifestant par-là l’existence d’un bras de fleuve qui communiquerait l’Orénoque avec le rio Negro, affluent de l’Amazone. Ce défluent appelé Cassiquiare est une formation naturelle tout à fait exceptionnelle, tardivement identifiée.

5 La seule étude faite de cette carte de façon précise est celle de Schuller Rudolf, The Ordaz and Dortal Expeditions in Search of El-Dorado, as Described on Sixteenth Century Maps, Washington, Smithsonian Institution, april, 1916.

6 Dans ce chapitre, Gómara présente le fleuve Amazone, descendu par Orellana. Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, Madrid, Atlas, BAE, 1942, p. 210.

7 Dans ce chapitre, Gómara commence par assimiler l’Amazone (ou fleuve d’Orellana) et le Marañón, pour ensuite inclure les données qui se réfèrent à l’Orénoque ou Huyapari comme on l’a désigné au XVIe siècle. Op. cit, p. 210-211.

8 Gómara a du mal à situer cette zone. Il fait preuve dans ce chapitre d’une certaine confusion géographique qui s’explique par l’échec de l’expédition de Pedro de Mendoza (1534) et les difficultés de fondation de Buenos Aires, complètement détruite et abandonnée en 1541. Op. cit. p. 211-212.

9 Cristóbal Colón, Los cuatro viajes del Almirante y su testamento, Madrid, col austral, – Espasa Calpe, 1964, p. 184-185.

10 Alessandro Scafi, Mapping Paradis e, a history of heaven on earth, London, British library, 2006.

11 Hernando Colón, Historia del Almirante, Crónicas de América, Madrid, Dastin, cap. LXX, p. 238: l’ouvrage du second fils de Colomb ne sera édité qu’en 1570 en italien, à Venise.

12 Las Casas, Historia de las Indias, Obras completas, La Historia de las Indias, Madrid, Alianza Editorial, 1994. T.4, depuis le chapitre 136, p. 1059 au chapitre 144 p. 1106 : soit une cinquantaine de pages. Cf. Benat-Tachot Louise, « Agustin, l’Amérique et la máquina mundial » p. 157-182 In Augustin en Espagne XVI-XVIII siècle, Marina Mestre Zaragoza, Jesús Pérez Magallón et Philippe Rabaté (dir), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2015.

13 Chapitre 136 : on note les premiers indices (existence d’une terre ferme et d’un golfe de 40 lieues d’eau douce, Colomb y voit un secret qu’il souhaite découvrir ; reprise du même thème dans le chap. 137 (p. 1066) « ver aquella tan grande abundancia de agua de donde venía ».

14 En allant vers le sud ; les aiguilles de la boussole « remontent » vers le nord, ce qui donne l’impression que le bateau monte « juzgaba que la mar iba subiendo y los navíos alzándose hacia el cielo suavemente ».

15 Le nom du premier est Fiscon (Phiscon); c'est celui qui coule autour de tout le pays d'Avila, ou l'on trouve l'or, le bdellion et la pierre d'onyx. Le nom du second fleuve est Guihon; c'est celui qui coulé autour de tout le pays de Cus. Le nom du troisième est Hiddekel (Chidékel); c'est celui qui coule vers l'orient de l'Assyrie. Et le quatrième fleuve est le Phrat (Euphrate).

16 « No es de maravillar que el almirante tanta y de tan diversas y nuevas cosas sospecha, imaginaciones y sentencia nueva tuviese ». Op. cit. t.4, p. 1079.

17 Las Casas, t.4, p. 1106.

18 El Paraíso en el Nuevo Mundo. Comentario apologético, historia natural y peregrina de las Yndias Occidentales yslas y tierra firme del Mar Occeano, écrit entre 1645 y 1650 et resté inédit jusqu’en 1943 (édition de Raúl Porras Barrenechea), edición Biblioteca esotérica Herrou Aragón, 2 vols. León Pinelo souligne que cette idée vient de Colomb : “ Esta pues nueva aunque antiquísima Opinión de que el Paraíso haya sido en el Nuevo Mundo, sin explicarla ni aplicarla a la de san Efren, han tocado y referido Autores graves. El primero que tuvo este pensamiento fue el primer Descubridor del Nuevo Mundo el Almirante Don Christóval Colón […] Les arguments repris sont les mêmes. vol. 1 p. 133-134.

19 Das noticias antecedentes, curiosas e necessarias das cousas do Brasil est une sorte d’introduction à la Chronica da Companhia de Jesus do Estado do Brazil e do que obraram seus filhos nesta parte do novo mundo. Imprimée pour la première fois en 1663, le texte fut censuré et amendé pour une deuxième édition en 1668. La localisation du paradis au Brésil est devenue alors métaphorique… Vasconcellos situe le paradis par la comparaison entre la terre du Brésil et le jardin des Délices. Il consacre de longs développements à l’Amazone et au Río de la Plata « deux clés d’argent ou d’or qui ferment le territoire du Brésil » (Nathan Wachtel, Paradis du Nouveau Monde, Paris, Fayard Histoire, 2019, p. 52).

20 Wachtel, op. cit. p. 19.

21 El paraíso en el Nuevo Mundo, comentario apologético, historia natural y peregrina de las Yndias occidentales , yslas y Tierra firme del mar océano por el licenciado D. Antonio de León Pinelo, 1656, Biblioteca Esotérica Herrou Aragón, T.II p. 431. Pour une étude de ces deux auteurs voir Pablo Hurtado Ruiz, “El Paraíso terrenal en la América del siglo XVII: Antonio de León Pinelo y Simão de Vasconcellos”, article en ligne

file:///C:/Users/Louise/Downloads/Dialnet-ElParaisoTerrenalEnLaAmericaDelSigloXVII-6058415%20(4).pdf

et Rosa Pellicer, “Continens paradasi: el libro segundo de el Paraíso en el Nuevo Mundo de Antonio de León Pinelo” https://rua.ua.es/dspace/bitstream/10045/13355/1/ASN_13_14_06.pdf

22 Antonio León Pinelo, Op. cit. “Los quatro ríos del Paraiso en las Indias, vol. II, libro V, cap VI, p. 417 et sq.

23 “Yo le conosci e traté e era uno de los hombres de la mar que yo he visto más bien hablado y que mejor entendía su arte », Oviedo, HGNI, op. cit. T.II, p. 390.

24 De fait, l’embouchure de l’Orénoque (une des plus larges du monde) est un complexe jeu de deltas ‘bocas’ (caños actuellement) dont León Pinelo fait une longue description dans le chapitre qu’il consacre à ce fleuve « si en el remate son seis, arriba son muchas en número, y muchos los brazos y canales que las dividen antes de llegar a la mar », Op. cit. Vol. II, p. 504.

25 Un exemple de cette résistance est raconté dans l’île de Trinidad, dans le golfe de Paria, qui sert de base à l’exploration de Tierra Firme, face à Antonio Sedeño: “No pudieron ser entrados ni vencidos estos indios hasta que se les puso fuego, e ardiendo todas las casas fueron primero muertos. Acaesció salir algunos con sus mujeres, e otros con los hijos, huyendo del fuego e como vieron que no podían dejar de ser presos de los cristianos, tornaban de grado e habían por mejor partido volverse al fuego e así se lanzaban por medio de las llamas e querían más quemarse vivos que ser captivos.” HGNI, T.II, p. 405.

26 Obscur hidalgo de la province de Zamora, il est connu pour avoir été un des capitaines de Cortés. Le projet de demander des capitulations pour la conquista de Marañon a pu naitre de son désir de copier la grande aventure cortésienne. Que Diego de Ordaz se soit beaucoup enrichi, cela apparait dans la recommandation du Conseil des Indes du l4 décembre 1529 : "S.C.M. Y a V. Majestad está informado de la persona del Capitán Ordás y la experiencia que tiene de las cosas de Indias y lo mucho que ha servido en ellas, el cual por servir a V. Majestad, se ha ofrecido a descubrir, conquistar y poblar las tierras que hay desde la Gobernación de Venezuela y Cabo de la Vela (que está encomendada a los alemanes), hacia el Río Marañón, conforme a los memoriales que ha dado, los cuales vistos ha parecido al Consejo, que al servicio de Dios y de V. M. conviene que aquella tierra se pueble, ansí porque los naturales della vengan en conocimiento de nuestra Santa Fé Catholica, como por la relación que se tiene de ser de oro y plata y otras cosas, y vista la persona del Capitán Diego de Ordás y la experiencia que tiene de descubrimientos y poblaciones, y el buen celo que del hemos conocido al servicio de V. Majestad, y su bondad y la buena reputación en que todos le tienen y el ofrecimiento que hace de poblar a su costa sin que V . M. ponga en ello cosa ninguna, y de llevar luego al presente 250 hombres [...]se le debe encomendar la población y gobernación de esta tierra”. Voir Demetrio Ramos, El mito de El dorado, Madrid, Colegio universitario de ediciones istmo, 1988 (1re édition 1973). Chap II, p. 17 et sq.

27 Jerónimo Dortal qui avait été tresorier de Ordás signa sa capitulation en octobre 1533 avec la Couronne pour la « gobernación de Paria ».

28 La force de la pulsion aurifère à la hauteur de l’équateur est commentée par Juan Friede: «En Santo Domingo arraigó de tal manera, que la misma Real Audiencia informaba al Consejo de Indias el 10 de diciembre de 1533 que, según las alturas y graduaciones, tomadas por cosmógrafos y pilotos, territorios riquísimos se encontraban en el paraje de enfrente de esta isla y de la de San Juan, entrando por ello en línea directa al Sur y mediodía, llegando a la línea equinoccial antes y después de pasado de ella. No vaciló en autorizar una gran expedición de cuatrocientos hombres, doscientos a caballo y doscientos a pie, a fin de descubrir este ‹Dorado›, después de ‹platicar muchas veces con los pilotos›» Plus loin il affirme: «Fácilmente se observará que los informes sobre este ‹Dorado› indicaban explícitamente el territorio venezolano. La gobernación limitaba al Occidente con las gobernaciones de Santa Marta y del ignoto Perú; por el Oriente, con Paria, Marañón y Río de La Plata, y al Sur, con el desconocido ‹Mar del Sur›. De manera que un territorio enclavado entre Perú y Río de La Plata y situado al Sur de las islas de Santo Domingo y San Juan sólo podía encontrarse dentro de los límites de Venezuela» Juan Friede, Los Welser en la conquista de Venezuela, Caracas, ediciones Edime, 1961, p. 192 et 193.

29 Oviedo declare: “Este nombre de Huyapari que los cristianos dan a este famoso río, hubo origen de los cristianos que con el piloto Joan Bono de quejo había ido a le descubrir desde Cubagua, que le llamaron así mucho tiempo antes que el capitán Diego de Ordaz se ocupase en esta empresa. Pero el nombre de este río, propiamente es llamado por los indios naturales de aquella tierra y costa, Urinoco” (HGNI, T.II, lib. XXIV, chap III, p. 392.)

30 “Un salto imposible de pasar con embarcaciones” León Pinelo, Op. cit. Vol. II, p. 509. Ce sont les rapides de Guaharibos.

31 Del libro vigésimo […] en el cual se tracta de la conquista de la isla de la Trinidad, y boca del Drago y del famoso y grandísimo rio marañón, y del golfo de Paria y gran río de Huyapari y otras provincias de la Tierra Firme. (-HGNI, T.II, lib. 24, p. 386.)

32 Op. cit , t.II lib. 24, p. 389. chap. 3 “Del río Huyapari, que es en el golfo de Paria, y de lo que en él aconteció al gobernador Diego de Ordaz”.

33 Cf. Demetrio Ramos, El mito de El dorado, su génesis y proceso, Madrid, Colegio universitario de Ediciones Istmo, 1ere édition 1973.

34 Dans ce chapitre, Oviedo fait une très longue diatribe sur les hommes des indes, le soldat et le capitaine et les trahisons crimes et désastres que leur convoitise a provoqué : ce texte, propre de rhétorique ovédienne moralisatrice, exceptionnellement long nous renseigne sur les soldats qui s’embarquaient dont il fait le portrait, sur les discours qui leur étaient tenus à Séville sur les gradas, la manière de les embaucher, puis sur le portrait du capitaine improvisé et menteur, sur les questions de trahison de morts, et de ruines. Il se termine sur les conseils qu’Oviedo donne aux futurs arrivants. Tout ce discours très sombre, qui souligne à plusieurs reprises l’injustice de l’entreprise des Indes qui récompense les plus voleurs et oublient les beneméritos, les illusions véhiculées en Espagne, la puissance du désir de s’enrichir etc… tout cela prend place dans un livre où Oviedo traite de l’Orénoque et du Meta. Il est inutile de se demander pourquoi : il va raconter les épisodes les plus sombres de la conquête et les leurres les plus dévastateurs. Mesurant les effets tragiquement délétères de ces expéditions, il antépose cette longue dissertation sur les hommes de la conquête comme une sorte de solennel avertissement.

35 HGNI, T.II, chap. 8, p. 411

36 HGNI, t. II, chap. 8, p. 411.

37 HGNI, t. I, libro VI, Cap. XLII. “De un notable dépósito, é comparación de las crescientes y menguantes del rio de Huyapari con el Nilo”.

38 HGNI, t. II, lib. 24, p. 406.

39 Ainsi l’anecdote d’une indienne qui servit de guide à l’expédition de Herrera et qui devait les mener jusqu’à un grand village “trujolos de unas partes a otras, perdidos, mintiéndoles en muchas cosas. A causa de lo cual, hallándose engañados, queriéndole gratificar de sus trabajos, la ahorcaron de un árbol, porque andando a escuras, así como así, con esta candela e buena obra, pensaba este capitán acertar mejor el camino”. L’humour d’Oviedo est macabre. HGNI, t. II, p. 408.

40 HGNI, Op. cit. p. 410.

41 HGNI, Op. cit, p. 424.

42 HGNI, Op. cit. carte cap. XV, p. 265 " Porque la pintura califica mucho y dexa mejor entender las cosas de la geographia, juntamente con la verdadera relación dellas, quise poner aquí la figura del rio de Huyapari, y los ríos que en el entran.". Collection privée.

43 HGNI, Op. cit, p. 411.

44 Sur la carte la légende dit: “río de Carranaca por donde entro Alonso de Herrera E passo adelante deste (!) este río hasta el estero de Meta por el grande Huyapari hay XXXVII leguas”.

45 HGNI, Op. cit., t. II, p. 434.

46 HGNI, Op. cit, t. II, p. 435.

47 Carte disponible en ligne https://carriazo.hypotheses.org/1669

48 Le Typus orbis de Ortelius 1570 fait apparaitre les deux bassins fluviaux et leur possible connexion.

49 HGNI, t. II, p. 396

50 HGNI, t. I, libro VI (de los depósitos), cap. XLII.

51 López de Gómara Op. cit. p. 110.

52 Gómara présent à la cour, a pu entendre la relation d’Orellana venu demander une seconde capitulation pour la gobernación de Nueva Andalucía, soit les terres qu’il avait découvertes (18 février 1544).

53 Cette carte est disponible en ligne : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/World_map_of_A.D._1544_%28the_Sebastian-Cabot_map%29_%288346292265%29.jpg.

54 Historia de las Indias, Op. cit.; p. 211.

55 Op. cit., p. 211.

56 Dicen los indios / Algunos dicen.

57 Op. cit.p. 212.

58 Op. cit.p. 212.

59 Op. cit., p. 212.

60 Comme il le rappelle dans le chapitre 12 “El sitio de las Indias” : “De río Dulce al río de Orellana, que también dicen río de las Amazonas, hay ciento y diez leguas. Así que cuentan ochocientas leguas de costa desde Nombre de Dios al río de Orellana, el cual entra en la mar, según dicen, por cincuenta leguas de boca que tiene debaxo de la Equinocial, donde, por caer en tal parte y ser tan grande como dicen, hacemos parada, y otra tal haremos dél al cabo de San Agustín. Del río de Orellana ponen cient leguas al río Marañón, el cual tiene quince de boca y está en cuatro grados de la Equinocial al sur”. Op. cit., p. 163.

61 Antonio de Herrera y Tordesillas, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del mar océano, Edición y estudio de M. Cuesta Domingo, Madrid, Universidad complutense de Madrid, 1991, t. 1, p. 151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Premières représentations du Huyapari (alias Orénoque) (1498-1552) : la quête de Meta et ses revers », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/81773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.81773

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search