Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2020Terre et territoire en pays mapuc...La formation de l’État dans les m...

Terre et territoire en pays mapuche, regards sur le temps long – Coord. Jimena Paz Obregón Iturra
Álvaro Bello M.

La formation de l’État dans les marges : relations interethniques, territoire et nation dans les frontières d’Araucanie-Neuquén (1880-1930)

La formación del Estado en los máregnes: relaciones interétnicas, territorio y nación en las fronteras de Araucanía-Neuquén (1880-1930)
The state formation on the margins: Inter-ethnic relations, territory and nation at Araucanía-Neuquén boundary (1880-1930)
Traduction de Martin Siloret
[08/10/2020]

Résumés

L’objet de cet article est d’analyser plusieurs dynamiques socio-territoriales propres aux espaces de la cordillère des Andes chileno-argentine correspondant aux actuelles provinces d’Araucanie (Chili) et de Neuquén (Argentine). Il s’agit de comprendre les stratégies étatiques ainsi que leur impact sur les relations, les territoires et les populations durant la période 1880-1930 environ, ainsi que les réactions et adaptations des divers habitants du territoire. L’espace d’Araucanie-Neuquén a la particularité d’avoir subi un double processus de territorialisation, c’est-à-dire d’appropriation matérielle de l’espace, puisque, traversé par la cordillère, il fut simultanément incorporé comme territoires des États-nations chilien et argentin, à l’issue de quoi s’établit au long de la cordillère la nouvelle frontière entre les deux pays. Cette double étatisation du territoire – vers l’intérieur et vers l’extérieur du territoire national – a impliqué un processus complexe de domestication spatiale et sociale, appuyé sur les conceptions de la souveraineté alors émergentes à la croisée des intérêts politiques, économiques et sociaux.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail relève des projets FONDECYT n° 1181386 et 1170643. Une première version en a été présentée lors du ixe congrès international d’ethnohistoire organisé à Arica (Chili) du 10 au 14 décembre 2014 dans le cadre du projet n°1130732.

La traduction de cet article a été effectuée par Martin Siloret grâce à un finacement octroyé par l'Institut des Amériques de Rennes, IDA-R, https://idarennes.hypotheses.org/.

Texte intégral

À propos des notions d’État et de formation étatique

  • 1 Nous adhérons à la thèse de l’historien Jorge Pinto selon laquelle les espaces sud-américains théâ (...)

1Nous aborderons ces questions à partir de l’occupation militaire et de la signature du Traité des Limites (Tratado de Límites) entre les deux pays en 1881. En portant un regard anthropologique sur l’État et la gouvernance, nous cherchons à comprendre comment s’est constitué ce nouvel ordre socio-territorial dans des espaces jusqu’alors à la marge du contrôle de l’État mais désintégrés par la puissance des projets nationaux du xixe siècle1. Nous étudions les pratiques étatiques de contrôle, de délimitation et de bornage de l’espace et la manière dont commencent à opérer les nouvelles catégories sociales et identitaires stato-nationales, en nous focalisant sur les politiques foncières et les dynamiques sociales propres aux habitants de la cordillère au sein de ce nouveau régime de souveraineté et de gouvernance.

  • 2 Foucault Michel, Seguridad, territorio, población : Curso en el Collège de France 1977-1978, Bueno (...)

2Le processus d’occupation des terres indiennes transforma radicalement les formes de spatialité et de mobilité propres aux groupes indiens qui habitaient l’Araucanie, les pampas et la Patagonie. La nouvelle géopolitique étatique dispersa, fragmenta et classifia ces groupes au sein d’un nouvel ordre territorial et d’une nouvelle économie des relations interethniques, dans un sens racial. Population et territoire furent soumis à un nouveau régime de procédures et de mécanismes de contrôle social, de « normalisation2 », parmi lesquels figurent les campagnes de civilisation et les politiques foncières.

3Cette étude embrasse le territoire à cheval sur la frontière chileno-argentine entre les parallèles 38° et 40° de latitude sud, correspondant approximativement aux actuelles régions administratives de la Région de l’Araucanie au Chili et de la Province de Neuquén en Argentine, tel qu’indiquées sur la carte.

Source : Álvaro Bello, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Universidad Católica de Temuco, 2011

Source : Álvaro Bello, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Universidad Católica de Temuco, 2011

4L’incorporation des vastes territoires d’Araucanie, des pampas et la Patagonie par le Chili et l’Argentine dans la seconde moitié du xixe siècle conduisit les dirigeants des deux États-nations à mettre en place un ensemble de dispositifs de sécurité afin de contrôler ces nouveaux espaces et populations. Cela fut rendu possible par la délimitation et la « frontérisation » du territoire, autour de centres de population interconnectés par un réseau de voies de communication par lesquelles commencèrent à circuler personnes, biens et capitaux, s’ajoutant à ou remplaçant tout ou partie des structures du régime territorial indien préexistant.

  • 3 León Leonardo, « Bandidos, malechores y criminales de la última frontera del Gulumapu (Araucanía), (...)
  • 4 Foucault Michel, Op. Cit., p. 13.
  • 5 Foucault Michel, Op. Cit., p. 31.

5La spatialité produite par l’occupation des territoires indiens, basée sur le modèle de la souveraineté nationale, se renforça avec l’application par les autorités d’un ensemble de mesures de contrôle et de régulation socio-spatiales. Ces formes de contrôle s’adressaient aux populations habitant le territoire de longue date, comme les groupes indiens mapuche, tehuelche et pehuenche, ainsi qu’à la population métisse qui s’était progressivement installée dans la région3 et enfin, à partir de 1883, aux nouvelles populations arrivées avec l’occupation militaire, comme les colons chiliens et européens, auxquels s’ajoute un groupe hétérogène d’« occupants » nationaux. L’État chercha immédiatement à réguler cette complexité en « territorialisant » l’espace, c’est-à-dire en le domestiquant par l’articulation de divers dispositifs de pouvoir souverain centralisé. La souveraineté, forme de contrôle politique propre à la modernité selon Michel Foucault, s’exerce surtout dans les limites du territoire, à la périphérie4, là où l’État est le plus faible et cherche à déployer ses formes de contrôle et de discipline à travers d’un ensemble de pratiques, d’habitudes, de routines, de rituels et de symboles qui mettent en place des dispositions profondes et durables, souvent établies par l’inculcation de la loi et de la norme. Ces pratiques ont pour objet fondamental d’assurer différents types de circulation : population, marchandises, capital5.

6L’exercice de la souveraineté étatique sur les terres indiennes occupées créa une nouvelle spatialité, conforme aux intérêts économiques et politiques dont elle est issue. Cette spatialité se concrétisa par l’application des normes de l’État national et acquit une place spécifique au sein du projet national, une place subordonnée et dépendante au sein d’un projet d’organisation étatique plus large et plus complexe dans le cadre duquel le registre épique de l’« Occupation de l’Arauco », de la « conquête des terres barbares », de la « guerre contre l’indien » et de la « civilisation du désert » laissa place aux intérêts économiques, au contrôle des ressources et à l’imposition de la discipline à la population.

  • 6 Foucault Michel, Op. Cit., p. 22.

7Du point de vue du centre tant géographique que politique, l’Araucanie comme Neuquén furent intégrés à la carte nationale sous un statut de marge ou de périphérie. Mais si l’Araucanie (par exemple) se transforma en périphérie de la nation, la cordillère en tant que frontière nationale devint, elle, la périphérie de la périphérie. Cette double condition de marginalité ne dépend pas d’une simple position dans l’espace ; elle se réfère également à la forme qu’acquirent les pratiques étatiques de domination, ce qui conféra un caractère ambigu à cet espace, sous tension et dont l’intégration à la nation est restée perpétuellement inachevée. L’imposition d’un nouveau régime de souveraineté assorti de techniques de contrôle est une situation nouvelle et un processus en cours. L’implantation de la nouvelle souveraineté n’est pas le résultat d’une relation de causalité, en ce qui concerne tant les sujets que le territoire. Comme le souligne Michel Foucault, l’espace propre de la sécurité (de la souveraineté) renvoie à une série d’événements possibles, à un milieu : « un temporel et un aléatoire qu’il va falloir inscrire dans un espace donné6 ».

  • 7 Voir Corrigan Philip, « La formación del estado », Roseberry William, « Hegemonía y lenguaje conte (...)
  • 8 Michel Foucault distingue loi et norme en soulignant que « tout système de loi renvoie à un systèm (...)
  • 9 Mitchell Timoty, Op. Cit.
  • 10 Sharma Aradhana et Gupta Akhil, « Introduction: rethinking theories of state in an age of globaliz (...)
  • 11 Scott James, Los dominados y el arte de la resistencia, México, ERA, 2000.

8Dans cette perspective et selon les postulats foucaldiens, l’anthropologie de l’État propose de dénaturaliser l’approche de l’État, tout comme celle des notions de loi, de norme, d’autorité et de pouvoir. L’État est une construction7 plus qu’une chose, une essence ou un phénomène de second ordre, et de ce fait on peut le comprendre comme « des formes d’autorité ou de gouvernement ». L’État serait plutôt un « exercice du pouvoir », une pratique et un type de relation et de contrôle social de grande portée qui affecterait la vie quotidienne des personnes, leurs pratiques, représentations et discours. Ainsi faut-il chercher l’État également dans la vie quotidienne, à travers des « pratiques étatiques » hétérogènes et dans les réponses des sujets manifestées dans « l’usage de la loi » et des institutions dans une logique de dispute d’hégémonie. C’est donc moins la lettre de la loi qui importe que la norme elle-même8, la manière dont la loi se diffuse, s’applique, s’inculque, dont la population l’assimile ou lui résiste dans des contextes précis9. Ce que l’on cherche à observer et analyser ce ne sont pas donc les lois en elles-mêmes mais l’exercice du pouvoir et son intentionnalité dans l’espace de la vie quotidienne à travers l’application de la norme qui inspire la loi. Ainsi on cherche à comprendre comment se « produit l’État » à divers moments et en divers lieux10 et comment les sujets font face à cette production par différentes formes d’acceptation, de rejet ou de résistance quotidienne11.

  • 12 Corrigan Philip, Op. Cit., Sayer Derek, Op. Cit.
  • 13 Gilbert Joseph et Nugent David, Op. Cit. p. 49.

9L’État peut ainsi être compris comme un « projet » des élites constructrices de la nation, donc un « processus culturel » incarné dans des formes, routines, rituels et discours12. En dernière instance, la nationalisation, ou l’imposition d’un ordre post-colonial, est un processus dans le cadre duquel les subalternes sont perpétuellement ramenés à cette identité de subalternes par le biais non seulement de leur oppression concrète et manifeste mais également de rituels et de moyens de régulation morale13 qui se traduisent sur le plan spatial par un ensemble de hiérarchies territoriales.

  • 14 Scott James, Op. Cit., p. 71.

10Pour autant la formation et la diffusion de l’État comme projet politique des élites – donc produit de luttes de pouvoir – ne sont pas sans susciter des résistances. L’exercice du pouvoir génère des frictions dans le processus d’extraction de travail, de services, de biens et d’impôts chez les dominés. Le renforcement de l’État demande donc des efforts constants d’adaptation de la part des sujets mais également de ceux qui exercent le pouvoir sur eux14, l’objectif final étant en effet leur naturalisation et légitimation.

  • 15 Le positionnement signalé se trouve dans Rodolfo Casmiquela, Rectificaciones y ratificaciones, hac (...)
  • 16 Le journaliste mapuche Pedro Cayuqueo participe et questionne ce débat sur l'origine supposée – ch (...)
  • 17 Nous avons abordé plus largement certaines de ces questions dans Álvaro Bello, Nampülkafe : el via (...)

11Cette réflexion nous conduit aussi à questionner quelques positionnements contemporains sur l'origine supposée des Mapuche – argentine ou chilienne –, qui s'avèrent déplacés et hors du temps, ne prenant pas en compte que ce peuple préexistait à la création des frontières nationales et méconnaissant que, des siècles durant, celui-ci a circulé et occupé des territoires des deux côtés de la cordillère. Il s'agit d'un débat qui remonte aux travaux de Rodolfo Casamiquela15 sur « l'araucanisation » des pampas et qui a resurgi en Argentine ces dernières années, dans un contexte de mise en cause, par certains secteurs de l'opinion, des mobilisations mapuche de Neuquén et Río Negro16. Dans cet article nous considérons la circulation mapuche au sein des territoires de l'Araucanie et des pampas en tant que processus de longue durée – qui s'est déployée dans des directions et au sein de territorialisations multiples – ne donnant pas lieu à une seule et unique identité mais à des identités également multiples, résultant du contact entre différents groupes et identités territoriales17.

Territorialités indiennes et étatiques

  • 18 Nous avons développé cette notion de « souveraineté latente » dans un travail récent où nous avanç (...)

12N’en déplaise au nationalisme méthodologique persistant dans les sciences sociales chiliennes et argentines, il est clair que précédemment à l’occupation étatique de la fin du xixe siècle, les régions actuelles d’Araucanie et de Neuquén étaient intégrées par les diverses pratiques sociales et spatiales des groupes indiens qui habitaient la Patagonie, les pampas et l’Araucanie depuis des siècles. Comme ailleurs en Amérique du Sud, les indiens avaient mis en place des structures territoriales spécifiques, face au pouvoir impérial espagnol (ou à son ombre) puis aux marges des États-nations naissants. Tout cela sous un statut territorial et politique de « souveraineté latente » ou ambiguë18, car dans l’imaginaire politique et géographique dominant ces espaces étaient intégrés à la nation, bien que le pouvoir souverain ne s’y exerçât pas effectivement. Il s’agissait d’espaces marginaux, intégrés de manière diffuse à la territorialité des États naissants.

  • 19 Au sein de la territorialité indienne on distinguait les territoires situés à l’Est et à l’Ouest d (...)
  • 20 Voir Delrío Walter, Memorias de expropiación : sometimiento y incorporación indígena en la Patagon (...)

13Dans ces vastes espaces multiethniques d’Amérique du Sud, bordés par la gouvernance étatique, les groupes indiens, sous la direction des chefferies et soumis à des conditions environnementales et écologiques diverses, constituaient un ensemble de territorialités19. L’appropriation matérielle et symbolique de ces espaces par les mapuche se traduisaient par un réseau dense de routes (rastrilladas) qui connectaient les tolderías et centres habités, séparés par de longues distances. Ces routes permettaient de joindre par de longues journées de cheval, les océans Pacifique et Atlantique, la cordillère des Andes20 étant traversée de multiples chemins et passages connectant ses versants occidental et oriental. Construites au fil des siècles, ces territorialités indiennes furent transformées par l’occupation militaire, la « frontérisation » du territoire et un ensemble de normes, de dispositifs et de technologies de domination résultant de la gouvernance étatique.

14L’occupation de l’Araucanie, des pampas et de la Patagonie fut quasi simultanée de part et d’autre de la cordillère. Elle commença au début de la décennie 1860 et aboutit approximativement dans les années 1883-1885. Côté argentin avait débuté en 1878 une campagne punitive d’ampleur inédite contre les indiens de la pampa, marquant le début de la « Guerre contre l’indien », également appelée « Conquête du désert ». Impulsée par Adolfo Alsina, ministre de la Guerre du président Nicolás Avellanada (1874-1880), cette campagne se poursuivit sous la direction du général Julio Argentino Roca qui consolida l’occupation des territoires indiens en 1879, prélude à son élection à la Présidence de la République en 1880.

  • 21 Voir à ce sujet Bello A., Op. Cit., 2011, p. 231 et suivantes.

15Mais la « Conquête du désert », à l’instar de la « Pacification de l’Araucanie » au Chili, était le produit moins de leaders et de héros, que de la convergence de facteurs économiques, politiques et culturels nés du progrès scientifique, de la diffusion de la notion de civilisation et de la « barbarisation » des indiens21. Cette barbarisation, débouchant sur une conception rationalisée et racialisée de la condition des indiens relativement à celle des civilisés, paraît s’inscrire dans le contexte de la diffusion de nouveaux imaginaires culturels en Occident : dans le cas argentin par exemple la dichotomie civilisation/barbarie, élaborée dans Facundo, l’essai politico-social et historique de Domingo Faustino Sarmiento (écrivain, militaire, homme politique et journaliste, futur président de la République). Parmi les inspirateurs les plus influents de la conquête des terres indiennes au milieu du xixe siècle, il insistait sur la nécessité de résoudre la contradiction entre civilisation et barbarie grâce à la diffusion de la culture urbaine dans les vastes territoires où la nature comme les habitants n’avaient pas encore été touchés par l’influence de l’occident. Dans une analyse marquée par un profond déterminisme écologique et environnemental, il considérait que la nature sauvage engendrait des comportements sociaux, des modes de vie et des caractères politiques spécifiques. La domination de la nature devenait ainsi un équivalent de la civilisation des sauvages.

16Un ensemble de nouveaux intérêts économiques se sont avérés déterminants dans la conquête des terres indiennes en Argentine comme au Chili. Construction nationale et expansion territoriale se trouvaient ainsi liées de plus en plus étroitement. Ainsi après de longues années de débat, les structures politiques et économiques élitaires sanctionnèrent « légalement » l’incorporation des terres indiennes à l’État-nation dans l’objectif de les rendre productives.

  • 22 Almonacid Fabián, « El problema de la propiedad de la tierra en el sur de Chile (1850-1930) », His (...)

17Dans le cas du Chili, les autorités se concentrèrent sur la reconnaissance, la mesure et l’organisation du territoire par le biais d’une classification des terres incorporées comme propriété de l’État. L’occupation militaire des terres indiennes se produisit parallèlement à l’élaboration de la législation établissant la propriété des mêmes terres22. Le processus de mesure se réalisa donc du nord au sud, en fonction de l’avancée des lignes de front militaires. Une commission d’ingénieurs sous la direction du topographe allemand Theodor Schmidt avait entrepris depuis 1868 les travaux de mesure et de lotissement de la cordillère de Nahuelbuta, de Nacimiento, de la ligne du Bío-Bío, de Mulchén et de Santa Bárbara, avant de passer après 1883 aux provinces récemment constituées de Malleco et Cautín (actuelle région d’Araucanie). Les mesures visaient à classifier les terres en fonction de leur utilisation future : colonisation chilienne et européenne, adjudication ou vente, construction de villes et de routes, terres octroyées aux mapuche et réserves de l’État.

18L’occupation ancienne de cet espace par la population mapuche ainsi que par la population métisse, qui s’y était installée en nombre au fil du temps, généra maintes difficultés. L’Araucanie, comme certaines zones de Neuquén et du Río Negro avait en effet accueilli une partie significative de la population non indienne des régions adjacentes. La présence de ces « afuerinos » (étrangers) en Araucanie était de plus en plus évidente surtout à partir du milieu du xixe siècle, comme le souligne Leonardo León :

  • 23 León Leonardo, Op. Cit., p.15

« Asentados como colonos espontáneos o labradores independientes, y contando con la protección de los lonkos, esa masa humana fue aumentando paulatinamente, hasta convertirse en un significativo segmento del peonaje fronterizo que huía de la sociedad formal – fuese esta mapuche o chilena – y que se mantenía al margen del orden social constituido23 ».

  • 24 González José et Bernedo Patricio, « Cartografía de la transformación de un territorio La Araucaní (...)
  • 25 González José et Bernedo Patricio, Op. Cit., p. 188-193.

19La formation de frontières nationales alla de pair avec la formation de frontières internes dérivant de l’organisation administrative de l’État, déterminées par les nouvelles activités économiques, en fonction des routes et centres de population. La structure administrative plaquée sur tout le territoire était la province, basée sur le modèle français des « départements » issu de la Révolution de 178924. L’incorporation de l’Araucanie au modèle administratif national se produisit en 1852 avec la loi disposant la naissance de la Province d’Arauco, divisée en deux sections : la Province d’Arauco proprement dite, au nord de l’Araucanie et le « Territoire frontalier de la Province d’Arauco25 » alors occupé par les mapuche. À mesure que l’occupation militaire avançait vers le sud, de nouvelles provinces furent créées et à leur tour divisées en départements.

  • 26 Voir Flores Jaime, « Territorio y economía al sur del Bío Bío durante la primera mitad del siglo x (...)

20De nouveaux centres et périphéries furent ainsi définis par les dynamiques économiques, les politiques de colonisation, la construction d’infrastructures et de voies de communication comme le chemin de fer et la fondation de centres de population26. La mobilité et les dynamiques territoriales mapuche et non-mapuche en furent profondément affectées, le sujet indien se situant dorénavant en position subalterne au sein de la structure sociale et culturelle, dans une spatialité hiérarchisée, restreinte et contrôlée, représentée par les réductions et réserves indiennes, dans le cadre d’une sorte de « colonialisme interne » et d’une condition post-coloniale des peuples indiens. Dans le cas des mapuche les terres leur furent octroyées dans l’objectif de les enraciner en des lieux déterminés et restreints, les réserves (reducciones), dans ce que l’on a appelé « processus réductionnel ».

21En Argentine autant qu’au Chili, ce que l’on appelle aujourd’hui les communautés indiennes ne s’inscrivent donc pas réellement dans la continuité de la situation antérieure à l’occupation : elles sont plutôt le produit d’un long et complexe processus d’adaptation, d’appropriation et de resignification des sujets indiens face à leur nouvelle condition post-coloniale. Les politiques indiennes de l’État comme les organisations indiennes elles-mêmes jouèrent un rôle central dans la construction du statut communautaire.

  • 27 Le processus de réduction des mapuche fut administré culturellement et idéologiquement par des mis (...)

22L’octroi de titres de propriété des terres allait de pair avec l’acculturation et l’assimilation des mapuche dans le cadre de la politique civilisatrice de l’État chilien. La création de la propriété indienne dans un cadre restrictif et hautement contrôlé constituait le fondement des stratégies civilisatrices et intégrationnistes. L’expression la plus visible et durable en fut la mise en œuvre d’un ensemble de mécanismes de contrôle social dans le cadre de la politique « réductionnelle », affectant le mode de fonctionnement et l’organisation sociale mapuche et conduisant à la fragmentation des formes de parenté élargies liées à différents territoires et milieux écologiques. Par souci d’efficacité, une « pédagogie civilisatrice » de la politique de réduction dans les réserves fut déléguée aux missions religieuses, accentuant par là son caractère paternaliste et la position subalterne des indiens. Cette politique perdura de manière explicite jusqu’aux années 195027.

23Avec l’imposition d’une nouvelle souveraineté étatique à l’ordre socio-spatial, se développe une forme de « colonialisme interne », affectant directement l’exercice de l’autorité et le pouvoir de décision des mapuche sur les territoires qu’ils occupent. Pour autant, malgré ces circonstances défavorables, ces espaces – ou réduits – constituèrent pour les indiens le point de départ de tentatives de réorganisation et de construction d’une nouvelle relation avec l’État et la société chilienne, marquée tout au long du xxe siècle par des formes quotidiennes et localisées de résistance.

  • 28 Foucault Michel, Op. Cit., p. 10-11.
  • 29 Serje Margarita, El revés de la nación. Territorios salvajes, fronteras y tierra de nadie, Bogotá, (...)

24L’occupation étatique des territoires indiens de l’Araucanie et des pampas, « territoires sauvages » ou « terres de personne » selon Margarita Serje, produits d’une « violence constitutive », est partie intégrante de la formation nationale et contribua par là à instaurer une nouvelle souveraineté assortie de nouveaux mécanismes et technologiques d’ordre et de sécurité28 visant à dominer populations et espaces29. Comme l’indique Serje, la création au xixe siècle de périphéries par les politiques élaborées depuis le centre s’inspirait de l’idée de progrès et de projet civilisateur consistant à rationaliser, domestiquer et discipliner l’espace, donnant naissance à un nouvel ordre territorial répondant aux logiques sociales, politiques et économiques hégémoniques. Ainsi les territoires une fois incorporés étaient-ils soumis par les autorités aux opérations de mesure, délimitation et démarcation.

25La réorganisation de l’espace dépendait bien sûr des divers intérêts économiques et politiques nés de l’occupation des terres indiennes. Ils concernaient en premier lieu le contrôle des terres afin de développer l’élevage et les cultures, ainsi que l’exploitation des ressources naturelles comme les forêts afin de produire bois et charbon. La nouvelle territorialisation instaura de nouveaux espaces d’autorité, de contrôle et de pouvoir étatique reconfigurant les spatialités préexistantes, qui dans le cas mapuche étaient incarnées par la figure des anciennes chefferies indiennes et des lignages structurés socialement et territorialement. Les frontières administratives étatiques, protégées et contrôlées, délimitaient de nouveaux centres et périphéries aux échelles locale et régionale à partir de la formation de villages et de villes auxquels correspondaient de nouveaux régimes de pouvoir. En somme, l’espace fut réorganisé en fonction des nouvelles logiques de production capitaliste et des régimes de peuplement et d’occupation tels que la colonisation, l’établissement ou la réduction de la population indienne.

  • 30 La Commission d’établissement des indiens (Comisión Radicadora de Indígenas) fut créée par les loi (...)

26Le nouvel « espace national » qui émergea de la conquête des terres mapuche et de la formation des frontières nationales formait un réticule d’espaces locaux, structurés par un ensemble de pratiques de domestication et de soumission disciplinaire de la part des nouvelles autorités. Leur politique foncière et de colonisation, comme le dépouillement et le bornage des terres indiennes passaient par l’« établissement » (« radicación ») et la « réduction » des indiens dans des réserves30. La Radicación se traduisit par la mesure des terres indiennes et l’octroi des Títulos de Merced, titres gratuits accordés par l’État à certaines familles mapuche de grande taille, afin de leur assurer une « sécurité juridique ». L’objectif n’était pas pour autant la protection des mapuche, mais plutôt la délimitation de leurs terres et leur séparation des terres « restantes », celles-ci devant être colonisées par le biais de concessions particulières ou privées ou encore par la création de réserves forestières et de parcs nationaux. Cette organisation du territoire allait s’avérer déterminante dans le contrôle des flux de population au sein comme à travers des frontières nationales. Ce dispositif de fixation des frontières internes constituait la base d’une forme de colonialisme interne qui allait dès lors réguler les relations entre mapuche et chiliens.

  • 31 Caniuqueo Sergio, « Dictadura y pueblo mapuche 1973 a 1978. Reconfiguración del colonialismo chile (...)
  • 32 Voir Bello Álvaro, « Rememorar en los bordes de la nación. Memoria, cultura y territorio en los va (...)

27La Radicación sapait le pouvoir de la territorialité indienne. Ces pratiques colonialistes ou néocoloniales de fragmentation de l’autorité31, du pouvoir et du contrôle territorial indien présentaient donc une certaine efficacité pour configurer les relations interethniques dans une logique de domination des populations indiennes. Pour autant, elles générèrent également, au des communautés et territoires indiens, de nouveaux modèles de souveraineté alternatifs à celui de l’État, constitués par des pratiques sociales de résistance quotidienne élaborées par les sujets et qui donnent lieu par exemple à des formes d’autorité locale. Comme nous l’avons montré dans d’autres travaux, le pouvoir indien et son expression spatiale se sont reconfigurés en fonction des circonstances et des stratégies de survie élaborées par les groupes familiaux, la réélaboration des liens de parenté devenant le fondement du contrôle du territoire et de la cohésion du groupe32.

Les nouvelles frontières nationales dans les espaces andins de l’Araucanie

28La démarcation du territoire national à partir de l’établissement des frontières nationales fut peut-être un des faits historiques les plus déterminants dans l’élaboration de nouvelles relations interethniques. L’objectif initial de l’occupation militaire de la cordillère, le contrôle des routes indiennes et la persécution des groupes rebelles, évolua suite au Traité de 1881 avec l’Argentine, en ce qui concerne le contrôle tant des indiens rebelles que des troupes argentines qui pénétraient sur le territoire à travers les passages dont est jalonnée la cordillère. Pour autant la « frontérisation » de celle-ci, sa transformation en limite nationale, allait être progressive. À propos de l’enjeu militaire du contrôle des frontières, le militaire chilien Horacio Lara indiquait en 1889 :

  • 33 Lara Horacio, Crónica de la Araucanía : descubrimiento y conquista, pacificación definitiva i camp (...)

« La ocupación del río Negro por los arjentinos i la de Villa-Rica por los chilenos, eran los dos grandes tópicos que el poder la civilización en Chile i en la Arjentina habían fijado como desideratum para poner término a la guerra secular que durante tres siglos venía prolongándose entre la civilización i la barbarie de ambas naciones33 ».

29Dans cette perspective, une fois fermées les principales voies de communication, la moitié du travail serait déjà faite : épuisés et privés d’appui, les groupes indiens seraient forcés à se rendre et à négocier avec les autorités. D’autre part, le contrôle des passages et routes stratégiques permettrait de déplacer les troupes plus facilement afin de hisser le drapeau national sur les nouveaux territoires.

  • 34 « guerra que se debía llevar con toda actividad y rapidez, no suspendiéndola hasta concluir con lo (...)

30La « Conquête du Désert » porta le fer jusqu’au flanc occidental de la cordillère des Andes, où elle poursuivit sans pitié les fuyards indiens dont beaucoup cherchaient à se réfugier chez leurs parents en Araucanie. La campagne conduite dans la zone comprise entre le Río Neuquén et le lac Nahuel-Huapi, adjacente au versant oriental des Andes, appelée waizufmapu par les mapuche, fut particulièrement violente. Conduite d’abord par le colonel Conrado Villegas (bras droit de Julio A. Roca) puis par le colonel Nicolás Palacios, elle dévasta la région sans distinction aucune. La stratégie des deux officiers consistait à « ratisser la terre » (« batir la tierra »), dans le jargon militaire, avec de petits groupes de soldats et d’« indiens amis » lancés à la poursuite des rebelles et des fuyards, selon une espèce de guérilla, « une guerre qui devait être conduite – indiquait Villegas – activement et rapidement, sans interruption jusqu’à en finir avec les habitants de ces territoires, les soumettre aux lois de la Nation, en les faisant émigrer au-delà des cordillères ou en les détruisant34 ».

31Côté chilien, la campagne de la cordillère fut conduite en 1882 par le lieutenant-colonel de la Garde Nationale Martín Drouilly, chargé d’effectuer la « triangulation des territoires de la cordillère », c’est-à-dire la mesure desdites terres. Il se fit accompagner d’ingénieurs, de cartographes et d’explorateurs comme Amado Pissis, un des cartographes et géographes les plus remarquables de son époque et de l’ingénieur Pedro Lucio Cuadra, éducateur, député et fondateur de plusieurs associations d’entrepreneurs comme la Société de développement manufacturier (Sociedad de fomento fabril, SOFOFA). Il s’agissait également de consolider l’occupation de l’Araucanie parallèlement à celle de Villarica, dernier bastion mapuche, en tenant compte des opérations militaires de l’armée argentine de l’autre côté de la cordillère. Cette expédition donna naissance à la dite « ligne de frontière du Haut Bío-Bío » qui, selon le militaire chilien Leandro Navarro :

  • 35 Navarro Leandro, Crónica militar de la conquista y pacificación de la Araucanía desde el año 1859 (...)

« tenía por objeto impedir que los indios rebeldes, refractarios a la civilización o temerososo de la persecución que se ejercitaba en la parte central, se ocultasen en los grandes valles del Bío-Bío, desde su nacimiento o bien tramontasen la cordillera. Obedecía también a la necesidad de impedir que las tribus pehuenches y patagónicas de la República Argentina, se refugiaran en Chile, cuando el Ejército argentino operaba en Neuquén y Limay con el fin de reducirlos35 ».

  • 36 Les Mémoires du commandant Drouilly sont recueillies au sein des Mémoires de l’Armée du Sud. Voir (...)

32Les expéditions de Drouilly se poursuivirent dans la cordillère jusqu’à la fin de l’été 1883. L’occupation militaire des vallées traversant la cordillère supposait de poursuivre les mapuche rebelles, d’installer des forts militaires – à partir desquels allaient se constituer des centres de peuplement – et de repousser les forces argentines pénétrant sur le « territoire national ». Drouilly observait avec attention les dynamiques mapuche de la cordillère, pour des raisons militaires mais également économiques, conscient qu’il était des potentialités de ces nouveaux territoires. Dans sa Memoria del Alto Bío-Bío de 1886, le commandant Drouilly indiquait que le trafic de bétail avec l’Argentine était devenu florissant, principalement au profit des nouveaux habitants des terres indiennes. Il donnait comme exemple le passage d’Antuco, situé au niveau de la ville de Concepción, à travers lequel plus de dix mille bovins étaient entrés au Chili sur la période, échangés contre farine, vin et marchandises venus de ladite ville. L’officier ajoutait que le commerce avec la ville argentine de Bahía Blanca avait pris de telles proportions que plus de cent acheteurs s’y étaient rendus dans la période récente, garantissant une importation de bovins de plus de quatre-vingt mille têtes. Drouilly pensait que ce commerce prospère trouvait son origine chez les habitants chiliens enclavés au milieu des tribus mapuche, dont il ignorait la longue histoire de pratique de l’élevage36.

33En 1888 les frontières des deux États commençaient à devenir palpables, et ne se résumaient plus aux imaginaires cartographiques qui depuis longtemps dessinaient des limites virtuelles. L’occupation effective des territoires de frontière s’accompagnait en effet de l’installation de dispositifs de contrôle, les « Protections de Frontière » (« Resguardos de Frontera »). L’objectif en était le contrôle du commerce de bétail, le prélèvement des droits de douane, la lutte contre la contrebande, le contrôle des routes et passages permettant aux bêtes de traverser la cordillère, mais également des mouvements de population et enfin l’affirmation de la souveraineté de l’État par une présence effective, bien que ces motivations ne s’expriment que progressivement et en fonction de l’évolution des relations entre les deux pays.

« Comisionado por usted para formar los presupuestos de reparaciones i apertura de nuevos caminos en esta provincia; tengo el honor de adjuntarle uno que unirá directamente a esta comuna con el fuerte de Cunco i a este con Llaima que son los fuertes que custodian el boquete del mismo nombre i que es el camino que pone en comunicación a esta provincia con la República de Arjentina.

  • 37 Archives nationales de Santiago (ANS), Intendance de Cautín, Section des ingénieurs militaires, Te (...)

Me parece inútil entrar a demostrar lo ventajoso i la necesidad que hay de abrir esta nueva vía de comunicación en esta provincia... »37

34Pourtant la cordillère et les passages la traversant restèrent au fil des décennies suivantes des lieux de transit, d’échange et de relations entre espaces et personnes. Mais leurs caractéristiques évoluèrent, sous l’effet du contrôle des frontières et de l’émergence de multiples acteurs et intérêts inscrits dans le cadre des limites nationales. L’émergence de catégories comme celle des contrebandiers et du brigandage montre la prégnance de nouvelles formes de classification sociale cherchant à soumettre au contrôle de l’État des activités comme l’élevage qui étaient jusqu’alors considérées comme spécifiques à cette région. La mise en place de nouvelles normes, le contrôle de la ligne frontalière et des passages « officiels » constituèrent dès lors une préoccupation permanente de la part des deux États. Ces initiatives politiques mettent en évidence la volonté de classifier la population en fonction de son respect ou non des critères de base de l’ordre national, articulé aux intérêts économiques des sociétés d’élevage, des colons et des nouveaux habitants.

  • 38 Hernán Trizano Avezzano était un mercenaire et militaire chilien ; né à Valparaíso, il vécut en It (...)

35En 1902, le consul du Chili à Neuquén soulignait la nécessité d’améliorer le contrôle des frontières afin de surveiller le trafic de bétail à travers la cordillère et alla jusqu’à demander la présence dans le province du « Commissaire de Jendarmerie » (Comisario de Jendarmes) (sic) Hernán Trizano qui avait formé un détachement de police en Araucanie pour la protection des colons38. Suivant des directives consistant à combattre « le brigandage dans la cordillère », le consulat du Chili à Neuquén formulait entre autres à l’Intendance de Cautín les propositions suivantes :

« Establecer un servicio de policía correcto en la cordillera, con destacamentos permanentes en los resguardos, en número suficiente para que puedan desprender piquetes bolantes que constantemente recorran la rejion cordillerana.

Mutuo acuerdo con las autoridades Arjentinas para prestarse las policía de ambas naciones, reciproco y decidido apoyo en la persecución del bandolaje y de los contrabandos que, sin duda, son mui frecuentes en la cordillera, desfraudando en sumas considerables al Estado.

Facilidades por ambas partes, para la entrega de los delincuentes, ya sea por algún tratado de estradición u otro procedimiento que haga espédito y eficaz la acción de las policías, de modo que los malhechores comprendan que en ningún caso quedan impunes sus depredaciones.

Las policías andarían constantemente con comprobantes que los acreditarán en su carácter de tales, para evitar el engaño y los disfraces, pues, el uniforme no son bastante ni tampoco las señales.

  • 39 ARA, Oficio de la Intendencia al Consulado de Chile en Neuquén, Temuco, 13 juin 1902, Fonds Intend (...)

Unión de la línea Telegráfica de Lonquimay con Las Lajas, [...] por considerarlas las mas convenientes y duraderas.39 »

36Mais la cordillère n’était plus un territoire de transit paisible : dans ces premiers temps d’occupation des frontières nationales elle s’était transformée en un espace de concurrence au sein duquel divers acteurs briguaient le contrôle de vastes étendues de terres dans les vallées entre les montagnes. Un rapport envoyé en 1904 par un poste frontalier à l’Intendant de la Province de Cautín, David Perry, l’indiquait comme suit :

« En toda esta rejión hai esparcidos como veinte familias chilenas, que no tienen título alguno de derecho sobre el terreno que ocupan y como es natural todos tienen sus ranchos y pequeños cercos.

La mayor parte de ellos están aposentados desde hace cinco o seis años en el terreno, [basados en] el título de propiedad que alegan para no querer moverse de donde están establecidos.

Estando agradecido de esta concesión en vías de tomar posesión de estos terrenos, desearía saber adonde se pueden colocar esas familias y cuál es la actitud que debe tomar esta inspección en vista de una probable resistencia que opondrán estos presuntos colonos para entregar los terrenos que ocupan.

  • 40 ARA, Informe de don Francisco Balbontín al Intendente de Cautín Sr. David Perry, Intendance de Cau (...)

Hai aquí una gran estensión de terreno fiscal cerrado por un alemán Schweitzer, sin título alguno; todo el frente de este terreno que dá al camino público ha sido dado en hijuelas a diferentes individuos, quedando a espalda de ellos una gran estensión de terrenos planos y de buena calidad para establecer colonias en él. » 40

La cordillère comme frontière

  • 41 Sur la cordillère et sa spatialité, voir Núñez Andrés, Sánchez Rafael et Arenas Federico, « Más al (...)
  • 42 Voir à ce sujet, entre autres : Berón Mónica, « Circulación de bienes como indicador de interacció (...)

37La cordillère des Andes donne l’impression d’une paroi infranchissable étendue sur des centaines de kilomètres du nord au sud et pourtant, à travers les siècles cette « frontière naturelle » sur laquelle on projeta la limite imaginaire de la nation avait constitué l’axe d’articulation des multiples territorialités indiennes en Araucanie, dans les pampas et le nord de la Patagonie41. Plus qu’une barrière, la cordillère est pour les indiens un territoire à travers lequel ils circulent depuis des siècles. Au sud du parallèle 35° de latitude sud en particulier, les chemins et passages se multiplient, à la faveur de la diminution de l’altitude des montagnes. À travers ces brèches les indiens de l’est et de l’ouest de la cordillère avaient établi des interactions commerciales, sociales et militaires fluides, dont l’archéologie montre l’ancienneté42.

38Ces ouvertures facilitèrent le développement d’activités diverses et l’avènement d’un ordre spatial déterminés par des impératifs économiques et politiques. Les allers-et-retours à travers la cordillère étaient une pratique non seulement quotidienne et séculaire mais également porteuse de sens multiples. Cette territorialité mapuche qui intégrait des régions, environnements, populations et ressources très étendus, fut rompue par l’arrivée de l’ordre sociopolitique stato-national et sa visée hégémonique, donnant naissance à des « territoires contestés » où les sujets cherchaient à établir une nouvelle relation avec l’État.

39Tous les trois ou quatre ans, les communautés mapuche de la vallée de Reigolil (cf. carte), située au nord de la commune de montagne de Curarrhue, dans la région de l’Araucanie (39° de latitude sud et 71° de longitude ouest) réalisent le nguillatun, principale cérémonie du monde mapuche, dont les fonctions comprennent la confirmation des liens de solidarité et de sang attachés à un territoire, un contexte et une histoire locale spécifiques. Comme l’indique Ana Ramos, le nguillatun est également une forme de remémorisation, de commémoration rituelle et symbolique des processus les plus significatifs pour la communauté. À travers cette cérémonie, les personnes recomposent et réunissent les parties désagrégées de la structure de parenté, se remémorent les ancêtres et leurs liens avec le territoire. Dans les communes de la cordillère certains de ces fragments dispersés des anciennes familles se trouvent très éloignés les uns des autres, voire relégués au-delà des frontières nationales. Le nguillatun est donc un moment de recomposition rituelle de l’ancienne structure socio-territoriale mapuche qui embrassait des espaces considérables et jusqu’au xixe siècle ignorait toute frontière internationale.

40Le nguillatun de Reigolil a une particularité : la participation des communautés voisines de Rucachoroy, situées à Aluminé, dans la Province de Neuquén (carte 1), qui entretiennent des liens de parenté avec les habitants de Reigolil. À chaque organisation du nguillatun d’un côté ou de l’autre de la cordillère, les carabiniers (la police en uniforme chilienne) et la police aux frontières argentine permettent aux participants de traverser par le passage Reigolil, sentier équestre étroit qui serpente à travers la forêt froide et humide. Le passage de Reigolil, route autrefois utilisée par les mapuche, est aujourd’hui désaffecté comme passage international.

41Dans les jours qui précédent la cérémonie, des groupes issus des deux versants galopent vers la frontière. Les cavaliers doivent laisser là leurs chevaux, qui selon les critères sanitaires établis par les organes étatiques de contrôle douanier ne sont pas autorisés à passer la frontière. Les deux groupes doivent alors marcher jusqu’à se trouver précisément sur la frontière internationale, symbolisée par une « borne frontalière », un poteau métallique. Les communautés invitées doivent alors la franchir vers le côté où se réalisera la cérémonie. Toute l’opération est surveillée de près par les deux forces de police qui enregistrent les papiers d’identité et veillent à ce qu’aucun animal, aliment, produit ou marchandise non autorisé ne pénètre sur le territoire national.

42Reigolil et Rucachoroy sont ainsi, malgré leur séparation par la frontière nationale, des communautés en relation non seulement à l’occasion du nguillatun mais également par un réseau complexe de parenté, de coopération et d’échanges économiques et sociaux de longue date. Les habitants de Reigolil rapportent que leurs aïeux étaient originaires de Rucachoroy et se sont installés à Reigolil, ancien estivage de leurs bêtes, suite à l’invasion militaire argentine vers 1880. Ainsi les familles restées dans la vallée s’inscrivirent avec le temps dans une nouvelle classification nationale et devinrent chiliens, tandis que leurs parents restés de l’autre côté devenaient argentins. Cette transformation ne se produisit pas du jour au lendemain : il fallut des décennies pour que cette nationalisation se complète par l’identification des personnes à leurs identités nationales respectives.

  • 43 En 1970 les gouvernements du Chili et d’Argentine sollicitèrent la médiation de la couronne britan (...)

43Malgré cette évolution, jusqu’à récemment les habitants de Reigolil et de Rucachoroy ont maintenu des échanges intenses, traversant de manière répétée la cordillère, sans que la frontière internationale constitue un véritable obstacle. Comme dans d’autres zones frontalières d’Araucanie et de Neuquén, la cordillère est restée un espace de transit, de flux et d’interconnexions. La véritable fermeture de la frontière semble être advenue avec les dictatures militaires des deux pays, accompagnées d’un nationalisme chauvin à l’égard des pays voisins. Cette situation s’accentua encore avec le « Conflit du Beagle » généré par un désaccord frontalier en 1978 et qui faillit déclencher une guerre entre Chili et Argentine43.

44Le cas de Reigolil n’est pas isolé : il s’apparente à celui de nombreux espaces locaux et régionaux dont la territorialité s’est transformée à partir de leur invasion par les armées chilienne et argentine à la fin du xixe siècle. Dans un premier temps la cordillère était un lieu de transit : ainsi la commune de Curarrehue comptait à elle seule huit passages – dont un seul officiellement reconnu aujourd’hui, le passage de Mamuil Malal, connu sous le nom de passage de Villarica, où se tiennent la douane et la police internationale. La vallée de Reigolil s’est également transformée en refuge pour divers groupes mapuche provenant de l’Est comme de l’Ouest, dont la connaissance des routes et régions de la cordillère facilita l’adaptation à leurs nouvelles conditions écologiques. Parmi eux figuraient des familles entières forcées de quitter la province de Valdivia (par exemple les localités de Witag, au bord du lac Calfaquen, ou de San José de la Mariquina, à environ 80 km au sud-ouest de Reigolil) du fait de la colonisation et des ventes de terres. Ces groupes s’intégrèrent aux lignages existants dans la vallée, puis aux Títulos de Merced en tant qu’akunches, terme mapudungun désignant les membres d’une communauté d’origine extérieure ou n’appartenant pas au lignage local. Encore aujourd’hui et malgré leur intégration au réseau complexe de relations de parenté du territoire, les habitants savent distinguer les familles les plus anciennes de celles arrivées plus récemment.

45La mémoire des habitants de la zone frontalière de Reigolil comprend plusieurs événements et transformations depuis l’invasion militaire. La microhistoire de Reigolil est une échelle privilégiée d’étude des processus d’incorporation forcée des mapuche à l’État-nation, de nationalisation des habitants et du territoire. Elle met en évidence les continuités et les ruptures des relations entre sujets mapuche et État, analysés comme un ensemble hétérogène d’acteurs et d’institutions apparaissant ou disparaissant au fil du temps, de force et d’influence variable. Les habitants se souviennent ainsi de l’arrivée des akunche, mais également de celle des chiliens qui cherchaient des terres et s’installèrent dans plusieurs zones de la vallée. Les premières décennies se caractérisèrent également par des mouvements de population entre les deux versants de la cordillère, ce qui entraîna l’installation d’un poste-frontière au passage de Reigolil, chargé de contrôler, surtout l’été, le transit de personnes et de marchandises, en particulier du bétail bovin. L’existence de nombreux passages à travers la cordillère fit de la région un espace de flux permanents, surtout à l’apogée de l’élevage, jusqu’à la décennie 1930.

  • 44 Bello Álvaro, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Uni (...)

46Au début de l’année 1900 arriva dans la région la Comisión Radicadora de Indígenas44. Cet évènement coïncida avec le début des ventes de terres et l’installation de la Concession Silva Ricas, parfois appelée Concession Llaima. Les concessions consistaient pour l’État à faire occuper des surfaces importantes de terres par des acteurs privés, propriétaires ou colons. Les ventes de terres dans la cordillère commencèrent en 1904 avec la loi 1 716 autorisant le président de la République à mettre aux enchères les terres en question, y compris les terres indiennes.

Établissement d’indiens par Títulos de Merced dans les communes de la cordillère en Araucanie (Chili)

Commune No. de Títulos de Merced Superficie en hectares. Nombre de personnes établies Moyenne d'hectares par personne
Cuarcautin 4 810 189 4,23
Lonquimay 9 20 950 971 21,58
Melipeuco 28 5 806,60 621 9,35
Cunco 28 7 531 1 144 6,58
Curarrehue 16 6 006,00 492 12,21
Villarrica 147 24 956,28 2 184 11,43
Pucón 15 10 326,00 698 14,79
Total/Promedio 247 76 385,88 5 155 11,45

Fuente: Héctor González (1986). “Propiedad comunitaria o individual. Las leyes indígenas y el pueblo

  • 45 Correa Martín, Molina Raúl et Yáñez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches : Chile 1962- (...)

47La simultanéité de l’établissement des indiens et de l’attribution de concessions consacrées à la colonisation força de nombreuses familles mapuche à quitter les lieux où elles s’étaient installées suite à l’invasion militaire. À l’instar du retour de chiliens depuis Neuquén à partir de 1894, ces déplacements suscitèrent des conflits importants dans les zones du Haut Bío-Bío, Icalma et Llaima notamment. Dans le cas de Reigolil et de Curarrehue, la Concession Lanín et les vingt familles qui la composaient furent les principales bénéficiaires de l’occupation des terres, se voyant attribuer 200 000 hectares. Établie en 1904 par Constantino Enchelmayer, elle correspondait aux terres situées entre les rivières Maichin et Trancura, le nord du lac Villarica, la frontière argentine et la rivière Turbio. La concession fut transférée en 1905 à la Société commerciale et d’élevage de Lanín45. La présence des concessions, de groupes de colons et d’occupants nationaux stimula rapidement l’exploitation de la forêt vierge, la production de bois étant écoulée par le port de Pucón, localité récemment fondée communiquant à l’Est avec la localité de Palguin et avec l’Argentine par le passage de Puesco.

  • 46 Fortunato Norberto, La civilización de las « tierras salvajes ». Valores fundacionales del concept (...)

48Après la décennie 1900, la consolidation de la souveraineté étatique au Chili comme en Argentine, dépassa le simple contrôle des frontières et dirigea son attention vers les processus internes à ces territoires. La construction de nouvelles routes s’accompagna de la fondation de nouvelles localités, de la création de voies ferrées et d’une intensification des politiques de colonisation, intégrant progressivement la zone aux circuits intérieurs nationaux, contribuant ainsi à la fragilisation des circuits intérieurs transnationaux propres à la première phase de l’occupation, tels ceux qui reliaient Puerto Montt et Bariloche ou encore Neuquén et les zones intérieures de l’Araucanie chilienne. La fondation de San Carlos de Bariloche résulta précisément de cette première phase lors de laquelle la faiblesse de l’État et la puissance des marchés internes produisirent des circuits outrepassant des frontières nationales encore peu palpables. Le peuplement initial du lac Nahuelmapi, aux sources de la rivière Limay, avait ainsi suivi la fondation de Tausheck en 1892 par des colons nationaux et en 1895, Carlos Wiederholdt, allemand ayant participé à la colonisation chilienne du lac Llanquihue, s’installa à l’emplacement où allait ensuite être fondé San Carlos de Bariloche. La création par ce colon de la Compagnie Chili-Argentine donna le coup d’envoi d’intenses activités commerciales entre le Río Negro et le Pacifique, via Puerto Montt et l’archipel de Chiloé. L’arrivée d’un nouvel associé, Fritz Hube, transforma l’entreprise de Wiederholdt en Société commerciale et d’élevage Chili-Argentine (Sociedad Ganadera y Comercial Chile-Argentina) qui développa l’exploitation du bois de cèdre (Fitzroya cupressoides) et de cyprès (Austrocedrus chilensis) ainsi que l’exportation de bétail et de produits de base, comme le cuir et la graisse46.

  • 47 Voir Flores Jaime, Op. Cit., 2011, p. 133-135.

49L’arrivée du chemin de fer à Villarica en 1933 puis à Bariloche en 1934, ainsi que le développement d’infrastructures touristiques comme le Grand Hôtel Pucón à proximité de Villarica (au Chili) et l’Hôtel Llao-Llao à Bariloche (en Argentine), relèvent de stratégies étatiques d’extension et d’adaptation du contrôle et de la nationalisation des terres annexées47. Cette fin de cyle correspond à la pérennisation, dans le cas chilien en tout cas, du statut marginal des espaces de la cordillère habités par les mapuche. Depuis lors, grâce en particulier au chemin de fer, la cordillère est devenue un espace prioritairement consacré à l’exploitation forestière.

La cordillère : espaces de refuge et de « lignages mêlés » (« linajes revueltos »)

50L’occupation militaire de la cordillère et la distribution des terres vendues et colonisées eurent un impact direct sur les espaces habités par les mapuche. Bien souvent les habitants furent déracinés de lieux qu’ils occupaient depuis longtemps. Le déplacement forcé de la population mapuche obligea des familles et groupes de familles à chercher refuge ailleurs : c’est ainsi qu’une grande partie d’entre eux, originaires de la côte où de la vallée centrale de l’Araucanie, se dirigèrent vers la haute montagne, où la densité de population était faible et où l’État n’avait pas intérêt immédiat à l’occupation et la colonisation.

51Le déplacement de populations mapuche à travers l’Araucanie bouleversa les structures préexistantes d’implantation et de mobilité et obligea des groupes d’origines géographiques diverses à coexister sur des territoires limités. Les structures internes des groupes, déjà été déstructurées par la guerre, durent s’adapter de nouveau. Cela conduisit les chefferies militaires à s’allier avec des familles avec lesquelles elles n’avaient pas de liens préalables, dans une logique de « parenté stratégique ».

52C’est ce qui se produisit à Icalma, au bord du lac du même nom, dans la commune de Lonquimay, territoire de montagne situé à la frontière avec l’Argentine (voir la carte). La guerre, se souviennent les habitants d’Icalma, provoqua un mélange de lignages, dans le cadre duquel ceux qui étaient arrivés les premiers sur le territoire imposèrent ou négocièrent l’incorporation de ceux qui arrivèrent ensuite. Le lignage dominant accueillit ainsi d’autres groupes qui ne leur étaient pas apparentés et les intégra en tant que parents (patriparientes). Les habitants actuels relatent les parcours de ces « lignages rapportés » :

« … por eso arrancaron ellos, para salvar su vida, y venían con sus hijos también, sus guaguas, señoras, primas, primos, todos venían, amigas, y así… conquistando y juntando para irse lejos, así que se vinieron para acá a Lonquimay, llegaron a Curacautín, después llegaron al Malalcahuello, después pasaron a Lonquimay y en Lonquimay estuvieron varios meses dicen, después llegaron a un lugar que se llama… de Lonquimay para acá… no me acuerdo del nombre del lugar. » (Entretien avec Carclos C, Icalma, Lonquimay, Chili)

53Les lignages mêlés subirent de nouvelles transformations avec l’intervention de la politique étatique d’implantation foncière. Ainsi, afin de fixer les groupes dans l’espace, l’État poussa les diverses familles à fonder des communautés indépendantes, voire séparées territorialement, ce qui généra de nouveaux ajustements dans les structures de lignage.

  • 48 Molina Raúl, « Territorio y comunidades pehuenches de Lonquimay », in Aylwin J. (éd.), Área de Des (...)

54Ces adaptations imposées par les politiques foncières étaient semblables dans bien des régions de l’Araucanie. À Icalma et dans l’actuelle commune de Lonquimay, neuf Títulos de Merced furent octroyés par l’État entre 1905 et 191148. Le processus d’implantation se complexifia davantage avec la division en lots de terres de pâturages, voisines voire même confondues avec les implantations déjà effectuées. Cela, combiné à l’arrivée de colons rapatriés depuis Neuquén, ne manqua pas de provoquer de nouveaux conflits comme à Ranquil, dans le Haut Bío-Bío – là même où, en 1934, allaient se soulever les paysans mapuche contre les patrons des terres voisines, anciennement indiennes, donnant lieu aux événements les plus sanglants à ce jour dans la cordillère. Les familles arrivées sur le territoire formèrent des communautés de manières diverses, en fonction des normes établies par l’État, bien que jusqu’à aujourd’hui elles se reconnaissent mutuellement comme entretenant des liens de parenté. La mémoire sociale représente ce processus d’installation comme une adaptation progressive des habitants à un nouveau territoire et à un environnement, bien souvent très différent de ceux qu’ils avaient connu auparavant, passant ainsi d’une économie basée sur l’horticulture et l’élevage à une économie basée sur la cueillette et l’élevage. L’adoption du pewen (pignon) comme aliment de base des familles mapuche d’Icalma illustre les difficultés de l’adaptation et de la reconstruction de stratégies à une altitude élevée et dans des conditions environnementales et climatiques limitant le recours à l’agriculture.

55L’installation des familles à Icalma fut particulièrement malaisée. Durant les premières décennies, la dureté des conditions de vie dans les vallées poussa une partie de la population à émigrer en Argentine. Cette mobilité se reproduisit de génération en génération, en fonction de la conjoncture économique et politique. La frontière, invisible et poreuse, ne constituait pas un obstacle à la mobilité frontalière, laquelle faisait partie intégrante de la vie quotidienne des mapuche jusqu’à très récemment, ce qui confirme la relation ambivalente des sujets avec le territoire et les catégories nationales imposées par les États.

56La frontière n’était ainsi qu’un simple point de référence, au même titre que la condition de chilien, d’argentin ou de mapuche, dont la pertinence n’était initialement que relative et ambiguë. Cette ambivalence identitaire peut également être interprétée comme une stratégie de survie et de mobilité spatiale ainsi que la manifestation d’une contestation de l’autorité d’un État qui ne parvenait pas à assurer une présence permanente et effective sur le territoire.

57L’arrivée de la Comisión Radicadora de Indígenas, dont le fonctionnement était régi par les lois de propriété australe de 1866 et 1883 (voir la note de bas de page 29), modifia les processus d’adaptation, conduisant d’une part à la consolidation des lignages dominants et d’autre part au contrôle d’espaces spécifiques au sein du territoire. L’action de la commission agit d’une certaine manière comme un mécanisme externe obligeant les factions à renforcer le pouvoir des chefferies et à organiser les « lignages mêlés » en fonction de ces lignages dominants.

« El bisabuelo, algo tenía de experiencia como líder, le apoyaron también y regularizaron este paso de Icalma. En Rucanuco entregaron mil hectáreas así que por acá pidió ampliación él, siguió avanzando para tener el lugar, la ampliación pero nunca lo solucionaron tampoco, le entregaron mil hectáreas más otro al otro lado del Rucanuco, así que ahí quedaron los demás y acá mis papás nos querían llevar para allá y no quisieron, quedaron acá. Yo nací a la orilla del lago ahí, ahí vivía él, cerca de su mamá, entonces después distribuyeron, usted tiene que ir a tal lugar, las personas que les gusta el lugar y se hacen la casa, la ruka. Entonces mi papá vino para acá y se hizo la casa ahí. Ahí nosotros todos nos criamos ahí, así fueron distribuyendo a los peñis [hermano masculino], a los lamgen [hermano o hermana de un hombre o de una mujer].. » (Entretien avec Carlos C., Icalma, Lonquimay, Chili)

  • 49 Molina Raúl, Op. Cit., p. 26.
  • 50 Molina Raúl, ibid.

58Ces processus de regroupement de terres et de populations produisirent un nouvel ordre territorial, de nouvelles souverainetés et de nouveaux conflits locaux, souvent entre indiens eux-mêmes. Dans la communauté citée dans le témoignage, initialement appelée Communauté Pedro Calfuqueo, surgirent plusieurs conflits liés aux délimitations effectuées par les topographes, qui n’avaient accordé à la communauté que 1 000 hectares sur les 5 000 qu’ils contrôlaient initialement. Une partie importante de ces terres fut mise en vente et passa sous le contrôle de grands propriétaires, comme le Fonds Galletué de la famille Ruedi de Curacautín, qui se consacrait à l’exploitation de forêts d’araucarias49. Dans les années 1980, les processus de régularisation de terres pour effectuer la division de la propriété indienne permirent à la communauté Pedro Calfuqueo de recevoir 3 277 hectares de terres d’État situés dans le secteur de Rincón Icalma. Des communautés voisines comme Huenucal Ivante, Benancio Cumillán et Manuel y Samul Queupu et Paulino Guaiquillan ont connu des processus similaires au cours du xxe siècle, parvenant à acquérir des parcelles réclamées par les autorités indiennes depuis le début du siècle50.

59Les dynamiques territoriales d’Icalma telles que décrites plus haut illustrent non seulement la recherche de la sécurité juridique du contrôle des terres mais également une stratégie de recours à la loi pour s’adapter aux contraintes imposées par les États-nations. Pour ces populations des marges, des frontières de la nation, la terre, en plus de son sens spirituel, relève d’un projet politique et de pratiques traduisant les nouvelles relations de pouvoir dans les territoires incorporés au territoire national.

En guise de conclusion

  • 51 Anderson Benedict, Comunidades imaginadas, México, Fondo de Cultura Económica, 1993.

60Le projet de nationalisation territoriale a pour condition fondamentale la nationalisation des populations, qui dépend à son tour de la transformation des schémas et modes de vie qui doivent « s'adapter » au moule imposé par la gouvernance étatique du xixe siècle. Les identités collectives postcoloniales modernes, base du projet étatique des élites, et qui donnent leurs traits à la « communauté imaginée51 », sont façonnées par ce moment historique. Pour autant cela est le résultat non pas d’un projet prédéterminé, mais plutôt d’un processus complexe, hétérogène et indéterminé, qui comprend de multiples contradictions, stratégies et pratiques qui dévoilent, surtout dans ces espaces locaux frontaliers nés de la nouvelle délimitation spatiale et sociale instituée par l’État-nation, un flux constant de relations de domination et de résistance.

  • 52 Hansen Thomas B. et Stepputat Finn, « Sovereingnty revisited », Annual Review of Anthropology, vol (...)

61L’étude de l’irruption de l’État et de l’établissement des nouvelles frontières nationales dans les territoires indiens nourrit donc la compréhension du passé et du présent de l’État et de la manière dont celui-ci se construit, se diffuse et s’inculque non seulement par la loi et les institutions elles-mêmes, mais à travers la façon dont il est vécu par les sujets, lesquels font émerger des souverainetés subalternes. Ainsi la condition post-coloniale qui préside au nouvel statut territorial et social indien ne doit pas être interprétée comme une simple soumission passive aux pratiques étatiques, reproduction des formes coloniales de domination, mais comme un processus de construction de spatialités dissidentes ou alternatives. Cela se manifeste par de nouvelles formes d’autorité indienne et de contrôle territorial, de résistance, d’appropriation et d’assimilation en fonction des nouvelles circonstances, à l’échelle locale et quotidienne et au-delà, à partir de l’élaboration d’une conscience collective qui perdure jusqu’à nos jours. Ainsi la souveraineté, plus qu’une structure ontologique et durable de pouvoir et d’ordre, exprimée par la loi, peut et doit être comprise comme une tentative émergente d’autorité52 qui se traduit, dans le cas de la gouvernance étatique, par des relations complexes, y compris des formes de résistance de la part des subalternes.

62Ainsi la souveraineté étatique, sous des formes multiples comme la politique foncière et l’organisation du territoire, certes restreint et conditionne le pouvoir des subalternes, mais ne le fait pas disparaître. Les possibilités d’opposition à ces contraintes sont multiples, par le biais de stratégies quotidiennes de résistance qui réélaborent en permanence la norme, c’est-à-dire le sens de la loi, comme les manières de protester, de construire les identités nationales et les territoires traditionnels dorénavant soumis aux mécanismes de contrôle de l’État.

Haut de page

Notes

1 Nous adhérons à la thèse de l’historien Jorge Pinto selon laquelle les espaces sud-américains théâtres de relations entre mapuche et hispano-créoles passèrent d’abord par une phase d’intégration sociale, économique et culturelle, avant d’être dés-intégrés par l’action des États nationaux à partir du xixe siècle. Voir Pinto Jorge, La formación del Estado y la nación, y el pueblo mapuche: De la inclusión a la exclusión, Santiago, Dibam, 2003.

2 Foucault Michel, Seguridad, territorio, población : Curso en el Collège de France 1977-1978, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2014. Version française : Foucault Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France 1977-1978, Paris, Seuil/Gallimard, 2004, p. 58.

3 León Leonardo, « Bandidos, malechores y criminales de la última frontera del Gulumapu (Araucanía), 1900-1925 », in Pinto Jorge (éd.), Economía, migraciones y marginalidad en la Araucanía, siglo xix y xx. Temas de historia económica y social, Osorno, Editorial Universidad de Los Lagos, 2013.

4 Foucault Michel, Op. Cit., p. 13.

5 Foucault Michel, Op. Cit., p. 31.

6 Foucault Michel, Op. Cit., p. 22.

7 Voir Corrigan Philip, « La formación del estado », Roseberry William, « Hegemonía y lenguaje contencioso », Sayer Derek, « Formas cotidianas de formación del estado : algunos comentarios disidentes acerca de la hegemonía », tous publiés dans Gilbert Joseph et Nugent David, (comp.), Aspectos cotidianos de la formación del estado, México, ERA, 2002. Voir aussi Das Veena et Poole Deborah, « State and its margins : comparative ethnographies », in Das Veena. et Poole Deborah (éd.), Anthropology in the margins of the state, School of American Research Press, 2004 ; Radcliffe Sarah, « Imagining the State as a Space : Territoriality and the formation of the State in Ecuador », in Hansen Thomas Blom et Stepputat Finn, States of imagination. Ethnographic explorations of the postcolonial State, Durham et Londres, Duke University Press, 2001 et enfin Mitchell Timoty, « Society, economy and the State effect », Abrams Philip, « Notes on the difficulty of studying the state », Gupta Akhil, « Blurred Boundaries : The discourse of corruption, the culture of politics, and the imagined state », tous publiés dans Sharma Aradhana et Gupta Akhil (éd.), The Anthropology of the State, Blackwell, 2001.

8 Michel Foucault distingue loi et norme en soulignant que « tout système de loi renvoie à un système de normes ». Foucault Michel, Op. Cit., p. 58.

9 Mitchell Timoty, Op. Cit.

10 Sharma Aradhana et Gupta Akhil, « Introduction: rethinking theories of state in an age of globalization », in Sharma Aradhana et Gupta Akhil (éd.), The Anthropology of the State, Blackwell, 2006.

11 Scott James, Los dominados y el arte de la resistencia, México, ERA, 2000.

12 Corrigan Philip, Op. Cit., Sayer Derek, Op. Cit.

13 Gilbert Joseph et Nugent David, Op. Cit. p. 49.

14 Scott James, Op. Cit., p. 71.

15 Le positionnement signalé se trouve dans Rodolfo Casmiquela, Rectificaciones y ratificaciones, hacia una interpretación definitiva del panorama etnológico de la Patagonia y área central adyacente, Bahía Blanca, Universidad Nacional del Sur, 1965.

16 Le journaliste mapuche Pedro Cayuqueo participe et questionne ce débat sur l'origine supposée – chilienne ou argentine – des mapuche. Voir Pedro Cayuqueo, Historia Secreta Mapuche, Santiago, Catalonia, 2019.

17 Nous avons abordé plus largement certaines de ces questions dans Álvaro Bello, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Universidad Católica de Temuco, 2011.

18 Nous avons développé cette notion de « souveraineté latente » dans un travail récent où nous avançons que de vastes espaces du continent et en particulier des anciennes colonies étaient considérées au xixe siècle par le pouvoir politique et les élites comme partie intégrante des imaginaires territoriaux des nations naissantes. L’État n’ayant pour autant ni intérêt à, ni la capacité nécessaire pour concrétiser cette incorporation, cette souveraineté latente resta longtemps inachevée, cantonnée au domaine discursif et symbolique. Cette période aboutit avec les campagnes de reconnaissance, de conquête et d’intégration définitive des territoires, durant la seconde moitié du xixe siècle et les premières décennies du xxe. Voir Bello Álvaro, « Exploración, conocimiento geográfico y nación : la “creación” de Aysén y la Patagonia occidental (1870-1902) », in Núñez Andrés, Aliste Enrique, Osorio Mauricio et Bello Álvaro (éd.), Imaginarios geográficos y discursos de frontera. Aysén desde el texto de la nación, Santiago, RIL, 2016 (sous presse).

19 Au sein de la territorialité indienne on distinguait les territoires situés à l’Est et à l’Ouest de la cordillère, ceux de l’Est constituant le puelmapu et ceux de l’Ouest le ngulumapu., entités elles-mêmes divisées à l’échelle régionale et locale. Voir à ce sujet Bello, Op. Cit., 2011.

20 Voir Delrío Walter, Memorias de expropiación : sometimiento y incorporación indígena en la Patagonia 1873-1943, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes Editorial, 2010 ; Falaschi Carlos, Sánchez Fernando et Szulc Andrea, « Políticas indigenistas en Neuquén : pasado y presente », in Briones Claudia (comp.), Cartografías argentinas, Políticas indigenistas y formaciones provinciales de alteridad, Buenos Aires, Antropofagia, 2008.

21 Voir à ce sujet Bello A., Op. Cit., 2011, p. 231 et suivantes.

22 Almonacid Fabián, « El problema de la propiedad de la tierra en el sur de Chile (1850-1930) », Historia, nº 42, vol. i, janvier-juin 2009, p. 5-56.

23 León Leonardo, Op. Cit., p.15

24 González José et Bernedo Patricio, « Cartografía de la transformación de un territorio La Araucanía 1852-1887 », Norte Grande, nº 54, 2013, p. 179-198.

25 González José et Bernedo Patricio, Op. Cit., p. 188-193.

26 Voir Flores Jaime, « Territorio y economía al sur del Bío Bío durante la primera mitad del siglo xx », in Pinto Jorge (éd.), Araucanía siglos xix y xx. Economía, migraciones y marginalidad, Osorno, Editorial Universidad de Los Lagos, 2011.

27 Le processus de réduction des mapuche fut administré culturellement et idéologiquement par des missions catholiques et protestantes. Dans une logique civilisatrice et évangélisatrice, discipliner les communautés supposait un travail déterminé sur le plan de l’éducation des femmes et des enfants. Les principales congrégations catholiques comprenaient l’Ordre des Capucins et les Sœurs de la Sainte Croix. Quant aux Églises protestantes, la principale d’entre elles était l’Église Anglicane, tout du moins au début du xxe siècle.

28 Foucault Michel, Op. Cit., p. 10-11.

29 Serje Margarita, El revés de la nación. Territorios salvajes, fronteras y tierra de nadie, Bogotá, Universidad de los Andes, Facultad de Ciencias Sociales, Departamento de Antropología, CESO, Ediciones Uniandes, 2011.

30 La Commission d’établissement des indiens (Comisión Radicadora de Indígenas) fut créée par les lois du 4 décembre 1866 et du 4 août 1874, avec pour objectif de délimiter la propriété indienne et établir les familles habitant le territoire par le biais de l’octroi de titres de propriété des terres. La commission se composait d’ingénieurs et de topographes. Les lois d’établissement conduisirent à l’octroi de plus de trois mille Títulos de Merced dans les provinces où habitaient les mapuche. La commission opéra de 1881 à 1929 avant d’être supprimée par la loi 4 802 et le décret 4 111 qui créèrent les Jurys d’indiens et établissant un nouveau régime de division et de liquidation des communautés en 1930-1931.

31 Caniuqueo Sergio, « Dictadura y pueblo mapuche 1973 a 1978. Reconfiguración del colonialismo chileno », Revista de Historia Social y de las Mentalidades, vol. 17, n° 1, juin 2013, p. 89-130.

32 Voir Bello Álvaro, « Rememorar en los bordes de la nación. Memoria, cultura y territorio en los valles transcordilleranos de la frontera Araucanía-Neuquén », in Ruiz Olga, González Yéssica et Bello Álvaro (éd.), Historias y memorias. Diálogos desde una perspectiva interdisciplinaria, Temuco, Ediciones Universidad de La Frontera (sous presse). Ramos Ana, Los pliegues del linaje. Memorias y políticas mapuches-tehuelches en contextos de desplazamiento, Buenos Aires, EUDEBA, 2010.

33 Lara Horacio, Crónica de la Araucanía : descubrimiento y conquista, pacificación definitiva i campaña de Villa-Rica : leyenda de tres siglos, Santiago de Chile, Imprenta el Progreso, 1889, p. 415.

34 « guerra que se debía llevar con toda actividad y rapidez, no suspendiéndola hasta concluir con los moradores de aquellos territorios, sometiéndolos a las leyes de la Nación, haciéndolos emigrar allende las cordilleras o destruyéndolos. » Segunda División de Ejército Nacional, Comandancia en Jefe, « Carta de Conrado Villegas al Señor inspector general de armas, general de División don Joaquín Viejobueno », 5 mai 1883, in Ministère de la Guerre, Campaña de los Andes al sur de la Patagonia, año 1883, Buenos Aires, Eudeba, 1978, p. 12.

35 Navarro Leandro, Crónica militar de la conquista y pacificación de la Araucanía desde el año 1859 hasta su completa incorporación al territorio nacional, Santiago, Pehuén, 2008, p. 364-365.

36 Les Mémoires du commandant Drouilly sont recueillies au sein des Mémoires de l’Armée du Sud. Voir Archives générales de l’Araucanie (ARA), « Memoria del Comandante del Ejército del Sur (Alejandro Gorostiaga) », in Memoria del Ministro de Guerra, présentée au Congrès national en 1886, Santiago du Chili, Imprenta Nacional, 1886, p. 208-209.

37 Archives nationales de Santiago (ANS), Intendance de Cautín, Section des ingénieurs militaires, Temuco, 6 février 1888, vol. 2.

38 Hernán Trizano Avezzano était un mercenaire et militaire chilien ; né à Valparaíso, il vécut en Italie durant toute son enfance. De retour au Chili, il entra dans l’armée et créa le Corps de Gendarmes des Colonies dont le rôle était de protéger les colons du brigandage.

39 ARA, Oficio de la Intendencia al Consulado de Chile en Neuquén, Temuco, 13 juin 1902, Fonds Intendance de Cautín, vol. 23, feuillet n° 902.

40 ARA, Informe de don Francisco Balbontín al Intendente de Cautín Sr. David Perry, Intendance de Cautín, vol. 34, feuillet n° 66.

41 Sur la cordillère et sa spatialité, voir Núñez Andrés, Sánchez Rafael et Arenas Federico, « Más allá de la línea : la montaña y la frontera desde su espacialidad espacio temporal » in Núñez Andrés et al. (éd.), Fronteras en movimiento e imaginarios geográficos. La cordillera de los Andes como espacialidad sociocultural, Santiago du Chili, RIL editores, 2013.

42 Voir à ce sujet, entre autres : Berón Mónica, « Circulación de bienes como indicador de interacción entre la pampa occidental y sus vecinos », in Bayón C. et al. (éd.), Arqueología de las pampas, Buenos Aires, Sociedad Argentina de Antropología, 2007, p. 345-364 ; Flores Jaime, « La construcción del espacio. Una mirada histórica al territorio cordillerano de la Araucanía. Conceptos y antecedente », in Núñez Andrés et al. (éd.), Fronteras en movimiento e imaginarios geográficos. La cordillera de los Andes como espacialidad sociocultural, Santiago du Chili, RIL editores, 2013 ; Adán Leonor, Mera Rodrigo, Becerra Marcela et Godoy Marcelo, « Ocupación arcaica en territorios boscosos y lacustres de la región precordillerana andina del centro-sur de Chile : el sitio Marifilo-1 de la localidad de Pucura », Chungará (Arica), n°36 (suppl. spécial 2), 2004, p. 1121-1136 (https://dx.doi.org/10.4067/S0717-73562004000400047).

43 En 1970 les gouvernements du Chili et d’Argentine sollicitèrent la médiation de la couronne britannique pour régler un conflit frontalier dans la zone australe du Chili, au sud de la Terre de Feu et proche du Cap Horn, sur le canal Beagle. Le « Laudo arbitral » de la couronne britannique, fixant les frontières dans cette zone, fut délivré aux gouvernements en mai 1977, les deux pays se trouvant alors chacun sous le joug d’une dictature militaire. L’arbitrage allant à l’encontre des prétentions argentines, le gouvernement le déclara nul et mobilisa des troupes à la frontière chilienne, le gouvernement militaire chilien réagissant de la même manière, ce qui donna lieu à une situation extrêmement tendue pendant plusieurs mois. En décembre 1978 le pape Jean-Paul ii intervint, conduisant les deux parties à entamer des négociations, qui aboutirent en 1984 à la signature d’un Traité de Paix et d’Amitié entre les deux pays. La militarisation de la frontière chileno-argentine eut un impact massif sur les communautés habitant les zones limitrophes. La mobilité et les flux migratoires informels, comme les relations intrafamiliales, en furent sérieusement affectés. La logique militaire et la doctrine de la sécurité nationale alors en vigueur mirent les habitants de ces régions sous la surveillance permanente des contrôles aux frontières et tout déplacement à travers la cordillère devint suspect. On peut ainsi considérer que la nationalisation des territoires frontaliers de la cordillère se concrétisa véritablement ainsi dans la dernière partie du xxe siècle.

44 Bello Álvaro, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Universidad Católica de Temuco, 2011.

45 Correa Martín, Molina Raúl et Yáñez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches : Chile 1962-1975, Santiago, LOM Editores, 2005, p. 38.

46 Fortunato Norberto, La civilización de las « tierras salvajes ». Valores fundacionales del concepto de Parque Nacional, Buenos Aires, Prometeo, 2010.

47 Voir Flores Jaime, Op. Cit., 2011, p. 133-135.

48 Molina Raúl, « Territorio y comunidades pehuenches de Lonquimay », in Aylwin J. (éd.), Área de Desarrollo Indígena, Lonquimay. Manual de información, Temuco, Universidad de La Frontera, 1997.

49 Molina Raúl, Op. Cit., p. 26.

50 Molina Raúl, ibid.

51 Anderson Benedict, Comunidades imaginadas, México, Fondo de Cultura Económica, 1993.

52 Hansen Thomas B. et Stepputat Finn, « Sovereingnty revisited », Annual Review of Anthropology, vol. 35, 2006, p. 295-315.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Source : Álvaro Bello, Nampülkafe : el viaje de los mapuches a las pampas argentinas, Temuco, Ediciones Universidad Católica de Temuco, 2011
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Álvaro Bello M., « La formation de l’État dans les marges : relations interethniques, territoire et nation dans les frontières d’Araucanie-Neuquén (1880-1930) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/82493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.82493

Haut de page

Auteur

Álvaro Bello M.

Universidad de La Frontera, Temuco, Chili

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search