Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2020Terre et territoire en pays mapuc...De la Réforme Agraire à la Loi In...

Terre et territoire en pays mapuche, regards sur le temps long – Coord. Jimena Paz Obregón Iturra
Daniela Durán Cid

De la Réforme Agraire à la Loi Indienne de 1972. Le peuple mapuche et l’Unité Populaire (Chili, 1970-1973)

De la reforma agraria a la Ley indígena de 1972. El pueblo mapuche y la Unidad Popular (Chile, 1970-1973)
From the Agrarian Reform to the Indigenous Law of 1972. Mapuche People and the Popular Unity (Chile, 1970-1973)
[08/10/2020]

Résumés

Pendant le processus de réforme agraire chilienne (1964-1973), la demande paysanne d'accès à la terre a ouvert la voie au retour d’une ancienne revendication mapuche pour la récupération des terres “usurpées” à partir du processus d'expansion militaire de l'État-nation chilien au XIXe siècle. Les organisations politiques mapuches de la fin des années 60 ont réussi à placer leur demande au centre des transformations promues par la Réforme agraire, une réforme qui visait à modifier le régime foncier au Chili. Le gouvernement de l’Unité Populaire (1970-1973) a été particulièrement attentif à cette demande et a essayé de mettre en place des instances pour y répondre, principalement à travers un projet de Loi Indienne qui recueillait les requêtes du monde mapuche et qui a finalement abouti à la promulgation de la Loi n° 17729 en 1972. Dans cet article, nous approfondirons cet épisode particulier de l'histoire récente des relations entre l'État chilien et le peuple mapuche, en analysant comment les tensions politiques de l'époque et les débats politico-idéologiques inhérents à la réforme agraire ont imprégné la question indienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Autour des grands domains – latifundios – se construit un système complexe de dépendance d’une pay (...)
  • 2 Sur le plan international, le pacte signé en 1962 à Punta del Este, en Uruguay, constitue le conte (...)
  • 3 Cette vision ne considère pas la vague migratoire mapuche des années précédentes, des campagnes du (...)

1Les années 60 ont été une période de grande agitation dans le monde rural chilien et mapuche, d'abord par la mise en question du modèle agraire minifundio-latifundio1, en réponse à ce qui était perçu comme un « retard » des campagnes et à la faible productivité des grands domaines. À ceci s’ajoutent les conditions de vie précaires des paysans par rapport à l’ensemble de la société chilienne. Nous assistons alors à une progressive intégration des demandes paysannes dans les programmes des partis politiques de l’époque2. Le monde mapuche ne reste pas en dehors de cette tendance ; perçus majoritairement comme une population de paysans3, celui-ci participe aussi à cette période mouvementée de révolutions possibles, envisageant dans ce contexte l’opportunité d’obtenir une revendication ancienne, celle de récupérer leurs terres ancestrales.

  • 4 Un hectare irrigué (hectárea de riego básico) équivaut à environ 6,25 ha physiques dans la vallée (...)

2La première loi de Reforme Agraire, n° 15020, du président Jorge Alessandri (1958 à 1964) créa en 1962 la Corporation de Réforme Agraire (CORA), organisme qui a joué un rôle central dans la mise en place des politiques agraires. Cette loi n’a pas eu d’impact pour la paysannerie en général, ni pour les paysans mapuche en particulier, elle ne visait pas à changer la structure agraire en profondeur. En revanche, les lois n° 16640 et n° 16625 de l’année 1967, du président démocrate-chrétien Eduardo Frei (1964 à 1970), parviennent à modifier les rapports socio-économiques du secteur agricole, avec une forte syndicalisation paysanne et l’expropriation des grands domaines (fundos) dont la superficie dépasse les 80 hectares irrigués4. Le système foncier et de tenure de la terre est en voie de modification, le but étant d’établir une classe moyenne de petits agriculteurs, propriétaires individuels. Cependant, il n’y avait pas non plus dans ces législations d’indications particulières quant à la paysannerie mapuche, au-delà d’une promesse d’assistance technique et financière.

3Une fois l’Unité Populaire arrivée au pouvoir en 1970, le modèle de Réforme Agraire change, suite à une nouvelle politique agraire dans le cadre de la « voie chilienne au socialisme », tout en conservant les mêmes instruments juridiques que les gouvernements précédents. Dès le début de son mandat, Allende a rencontré une forte opposition dans les secteurs conservateurs, celle-ci l’a conduit à un bras de fer politique qui a persisté durant ses trois années de gouvernement. Les aspirations principales de la coalition des partis de gauche formant l’Unité Populaire étaient d’établir un secteur agraire reformé avec un système de propriété collective et un mode de production coopératif. Pendant cette période, la réforme devient plus radicale, les expropriations de terres se multiplient, la masse paysanne s’organise et se mobilise politiquement. Cette forte politisation concerne aussi la population mapuche, qui s’intègre activement à la discussion politique de l’époque et devient un acteur central dans le projet agraire de l’Unité Populaire, notamment au sud du Chili.

  • 5 Alwyn José « Tierra y territorio mapuche: Un análisis desde una perspectiva histórico jurídica », (...)

4Cet article propose de s’interroger sur ce que l’on nomme « conflit de terres mapuche » et sur la façon dont il s’insère dans le chapitre plus large de la Réforme Agraire socialiste, en mettant en parallèle la mobilisation mapuche d’un côté et la politique agraire d’Allende de l’autre. Le regard particulier que l’Unité Populaire porte sur les indiens en tant que paysans explique la volonté de les intégrer à la Réforme Agraire, projet de développement clé pour la période. En analysant cette politique, certains auteurs soulignent la subordination des revendications mapuche au projet socialiste5. Néanmoins, si l’Unité Populaire les considérait comme une sous-catégorie de la paysannerie chilienne, leur spécificité était bien comprise. La réclamation par les mapuche des terres perdues a bien été entendue, puisque l’on observe une volonté politique de résoudre le « problème mapuche » par voie institutionnelle, notamment à partir de la mise en place de politiques publiques telles que la Loi Indienne de 1972 et la création de l’Institut du Développement Indien (IDI).

5Ces mesures n’échappent nullement au débat politique et idéologique propre à l’époque, ni aux multiples tensions dans la mise en œuvre de la Réforme Agraire chilienne. Le grand défi politique pour le gouvernement d’Allende fut de trouver un équilibre et de pouvoir insérer les demandes mapuche pour la récupération des terres, dans le cadre d’un processus social et politique de plus en plus radicalisé. D’un coté, les organisation indiennes ont profité de cette situation pour mettre en avant leurs intérêts, de l’autre, la coalition de gauche au pouvoir a dû débattre, non sans conflits, sur les lignes d’action à suivre. Le tout avec une forte opposition de la part des secteurs représentant les grands propriétaires terriens. Une question de fond se pose alors : comment au sein des turbulences qui caractérisèrent la Réforme Agraire chilienne les revendications mapuche ont-elles été reçues et traitées ? Dans quelle mesure ont-elles été prises en compte ?

Constitution de la propriété foncière et mobilisation mapuche dans le sud du pays

  • 6 Région administrative formé par les provinces de Malleco et Cautín ; elle comprend une partie du t (...)
  • 7 Quelques ouvrages de référence: Norman Gall, The Agrarian Revolt in Cautín, Hanover, N.H, American (...)

6Dans les travaux sur cette période de l’histoire chilienne, l’Araucanie6 a été particulièrement étudiée en tant que scénario privilégié des révoltes paysannes7. Cette région a été fortement touchée par la vague révolutionnaire de revendications paysannes qui a traversé le pays pendant les années 1960 sous les mots d’ordre de la « Réforme Agraire ». D’une part, cette Réforme met en évidence le caractère indien de la paysannerie au sud du Chili et sa longue histoire de revendications pour la récupération des terres usurpées. D’autre part, elle fait apparaître des organisations politiques mapuche, qui voient le jour au milieu d'un climat plus favorable à l’émergence de nouvelles stratégies d’action politique. À cela s’ajoute une structure agraire spécifique, divergente de celle du reste du territoire national, issue de la longue histoire de colonisation dont le tournant fut l’occupation militaire de la République chilienne au sud du fleuve Bío-Bío achevée en 1882. Le système foncier dans l'actuelle Région de l’Araucanie est donc marqué par cette configuration particulière.

  • 8 À partir de 1883 commence le processus d’installation forcée de la population mapuche dans les ter (...)
  • 9 Voir l'étude de Milan Stuchlik sur les systèmes de coopération économique dans le monde agraire ma (...)

7Suite à l’occupation d’Angol en 1862, la « Pacification de l'Araucanie », nom donné à l’occupation militaire chilienne de la région, visait à intégrer les terres du sud dans le nouveau territoire national. À partir de 1912, les indiens ont été confinés dans des reducciones (réserves) à travers l’octroi des Títulos de Merced8. Par conséquent, leur structure sociale et leur organisation économique et politique s’affaiblirent, ce qui a eu un fort impact sur les systèmes de tenure de la terre indienne9. Le reste des terres ont été déclarées en friche, de propriété de l’État et, de ce fait, mises aux enchères publiques. D’autres ont été distribuées aux nouveaux arrivants – notamment européens – à travers la mise en place d’un plan de colonisation du territoire destiné aux entreprises de colonisation privées et publiques.

  • 10 Entre 1938 et 1948, 733 reducciones furent divisées, Vergara Jorge Iván, Foerster Rolf et Hans Gun (...)
  • 11 « Informe de la Comisión de Verdad Histórica y Nuevo Trato con los Pueblos Indígenas », Comisión d (...)

8Une deuxième étape dans la constitution du système foncier dans l’Araucanie a conduit à l'expropriation et à la division des réserves, mesure impulsée par l’État10 (notamment par le décret-loi 4.111 de 1931) pour mettre fin aux communautés issus des Titulos de Merced. Cette mesure eut plusieurs conséquences. D’abord, la prolifération des minifundios ou petits parcelles mapuche à propriété individuelle qui, d’un point de vue économique, ont donné lieu à une économie de subsistance. Ensuite, la constitution d’un marché de terres qui s’est traduit par une énorme concentration des terres aux mains des grands propriétaires (latifundistas) : elles ont été achetées, acquises de façon peu légitime ou même par la force. C’est là que « l'usurpation historique », commencée par la colonisation, a pris une nouvelle tournure, ces spoliations constituent la base du conflit actuel des terres revendiquées par les communautés mapuche11.

  • 12 Bengoa, José « Los Mapuches: historia, cultura y conflicto », Cahiers des Amériques latines, n° 68 (...)

9C’est ainsi que se construisent, au long du XXe siècle, le territoire de l’Araucanie et sa structure agraire. Les communautés sous les Títulos de Merced, divisées ou indivises, sont entourées progressivement par les grands domaines ; les paysans mapuche travaillent pour leurs propriétaires en tant que travailleurs agricoles saisonniers ou métayers (medieros). Dû au processus historique de colonisation et d’assignation forcée dans les réserves, la récupération des terres ancestrales devient le noyau des discours qui interpellent l’État chilien, d’autant plus que celui-ci a contribué à la paupérisation des membres des communautés, devenus des paysans très appauvris12.

  • 13 Vergara et al., Op. Cit., p. 75. Un autre organisme important à l’époque était le Frente Único Ara (...)

10Cette situation suscite l’émergence au début du XXe siècle d’une mobilisation mapuche, incarnée par des organisations telles que la Sociedad Araucana ou la Federación Araucana qui revendiquent la spécificité culturelle du peuple mapuche et la restitution de leurs terres. Toutes les deux fondent en 1938 la Corporación Araucana13. La Corporación Araucana, avec Venancio Coñoepán en tête, formait une alliance avec la droite, ce qui montre bien de quelle façon le peuple mapuche s’est toujours adapté à l’évolution politique chilienne, en essayant de faire valoir ses intérêts et de mettre ses demandes sur la table, face à la gauche ou à la droite. Cette évolution politique du contexte nationale change dans les années 1960 et fait basculer les mouvements mapuche plutôt vers la gauche.

  • 14 Voir la discussion parlementaire de l’époque dans Almonacid Zapata Fabian « La división de las com (...)
  • 15 Samaniego Mesías, Augusto et Carlos Ruiz Rodríguez, Mentalidades y políticas wingka: pueblo mapuch (...)
  • 16 Les Juzgados de Indios étaient des tribunaux créés par la loi de 1930 ayant pour mission initiale (...)
  • 17 Jeannot, Op. Cit., p. 23

11De cette manière, les mapuche avaient déjà connu une histoire importante de mobilisations bien avant la Réforme Agraire. L’État, pour sa part, avait mis en place plusieurs dispositifs afin de gérer leurs demandes tout au long du XXe siècle ; il s’agissait d'une politique indigéniste qui cherchait à les assimiler à la société nationale chilienne14. Cette vision « intégrationniste » était partagée par certaines organisations politiques mapuche, qui dénonçaient pour leur part l'abandon de l’État, un manque d'accès au développement15 et leur exclusion d'un soi-disant progrès économique national. En effet, les mapuche avaient poursuivi une stratégie d'action dans le cadre juridique imposé par l’État, mais il existait une profonde frustration face à cette voie légale de réclamation de terres auprès des Juzgados de Indios16, qui n'avaient pas su répondre aux litiges concernant les terres ; entre 1961 et 1971, 1434 demandes de « terres usurpées » ont été présentées, dont un grand nombre n’ont pas abouti17.

  • 18 Samaniego Mesías, Augusto et Ruiz Rodríguez, Carlos, Op. Cit., p. 281.

12S’en suivra à partir de 1960 une importante réarticulation politique pour exiger la dérogation de la loi n° 14511, impulsée à l’époque par le gouvernement d’Alessandri qui cherchait, comme d'autres lois précédentes, à diviser les communautés mapuche. C’est dans ce contexte que l’Asociación Nacional Indígena, née en 1953, fusionne en 1961 avec le Frente de Trabajadores de la Tierra et devient la Federación Campesina e Indígena avec une forte influence de la gauche chilienne, à savoir le Parti socialiste (PS) et le Parti communiste (PC)18. La division des communautés reste un enjeu majeur du débat idéologique qui traverse tout le XXe siècle autour de la terre indienne ; elle détermine ainsi toute discussion autour de lois indiennes.

  • 19 Correa et al., Op. Cit., p. 92

13L’enjeu de la récupération de la terre se renforce, d’autant plus que les gouvernements de Frei (DC) et d'Allende (UP) arrivent au pouvoir avec des élans de changement social, aussi bien à la ville qu’à la campagne. Correa et al. signalent qu’à ce moment-là, la restitution des terres mapuche était perçue comme un conflit local, tandis que la Réforme Agraire et la volonté de transformation du système de propriété agraire étaient conçues comme une problématique nationale19. Les deux fronts de lutte se sont retrouvés à la fin des années 1960, quand Frei a promulgué en 1967 sa loi de Réforme Agraire et sa loi de syndicalisation paysanne, ayant toutes les deux un impact sur les organisations mapuche.

  • 20 Mis en place par la réforme agraire démocrate-chrétienne, les asentamientos avaient un caractère t (...)

14Vis-à-vis de la population mapuche, un des problèmes soulevés par cette Réforme Agraire est le fait qu’elle cherchait à intégrer seulement les travailleurs agricoles qui résidaient aux grands domaines (inquilinos) en tant que bénéficiaires dans la structure coopérative de l’asentamiento20. Or, la plupart des travailleurs étaient des ouvriers agricoles non-indiens. La Réforme démocrate-chrétienne excluait donc par principe du secteur réformé la population mapuche qui ne faisait pas partie de la structure interne du grand domaine car elle habitait dans des réserves et y travaillait en tant qu’intervenants externes : salariés, saisonniers ou métayers.

  • 21 Tapia Soto, Gonzalo « Aspectos constitutivos de la organización del campesinado en Chile (1920-196 (...)
  • 22 À ce sujet, voir Bastías Rebolledo Julián, Mémoires de la lutte des sans terre. Récit d’un métis c (...)

15Après la promulgation de la loi démocrate-chrétienne de syndicalisation qui ouvre les horizons à l’organisation syndicale paysanne, l’articulation politique entre gauche chilienne et mouvement mapuche s’est renforcée, notamment avec la formation de la Confederación Nacional de Campesinos e Indígenas Ranquil. Le PS et le PC, fortement présents dans le monde ouvrier et minier, avaient réussi à s’étendre vers le monde paysan21 et constituaient les deux plus fortes influences dans les mobilisations paysannes et mapuche. En parallèle, d’autres groupes avec des positions plus radicales, dont le Movimiento de Izquierda Revolucionario (MIR), ont influencé ce champ politique. La stratégie particulière du MIR et de sa branche paysanne, le Movimiento Campesino Revolucionario (MCR), était de s’immerger dans le vécu des paysans, donnant un appui théorique et politique à leurs revendications22.

  • 23 Discours dominant dans la presse de droite tels que El Austral et El Mercurio, s’opposant fermemen (...)
  • 24 Correa et al., Op. Cit. p. 173.
  • 25 Netuaiñ Mapu: en mapudungun, « nous allons récupérer la terre ».

16Cela ne veut pas dire que le mouvement de revendication des terres mapuche de ces années-là surgit seulement d’une action politique extérieure menée par un parti de gauche. Il y avait à l’époque une tendance à attribuer la révolte pour la terre à l’activisme des organisations politiques23, sans prendre en compte la politisation qui existait déjà parmi les mapuche et les paysans, ni leur expérience collective, ni leurs forts liens communautaires24. Leur propre capacité d’organisation et leur adaptation aux contextes politiques changeants tout au long de l’histoire en sont aussi la preuve. D’ailleurs, il y avait des organisations paysannes à caractère nettement mapuche telles que Netuaiñ Mapu25, affiliée au Parti Communiste Révolutionnaire de tendance maoïste.

17Les deux formes d’action politique les plus importantes à l’époque ont été les « corridas de cerco » et les « tomas ». Les premières consistaient à déplacer les clôtures des grands domaines pendant la nuit, réinstaurant les anciennes limites établies par les Títulos de Merced. À partir de 1969, il y a eu un changement de stratégie ; la force et l’accélération du processus revendicatif paysan donnent lieu à l’occupation territoriale directe (tomas) des grands domaines. Souvent, pour le cas mapuche, les terres de ces grands domaines ne figuraient pas dans les Títulos de Merced, mais elles étaient quand même revendiquées comme des terres à caractère ancestral, nécessaires pour élargir la superficie des réserves adjacentes. Cette action avait pour but de créer une pression de sorte que la CORA exproprie les domaines occupés. On peut établir ainsi deux types de demandes de terres : celles consignées dans les Títulos de Merced et de façon plus radicale, celles dont disposait le peuple mapuche avant sa défaite militaire.

  • 26 Redondo, Jesús Ángel « Las tomas de fundos en la provincia de Cautín (Chile), 1967-1973 », Cuadern (...)
  • 27 Correa, Martín « La Reforma Agraria y el Golpe Militar en el Territorio Mapuche », Pacarina del Su (...)

18Dans son étude sur la province de Cautín, région de l’Araucanie, Redondo affirme que 74 % des occupations sont justifiées par les mapuche comme une récupération de la « terre usurpée26». Il existe alors une demande spécifique ciblant certaines terres. Ainsi, la Réforme Agraire a commencé graduellement à être perçue comme une possibilité légitime et valide de restituer d’anciennes unités territoriales, les Lof, présentes avant la « Pacification de l'Araucanie27». Cette revendication répondait, comme déjà évoqué, à des facteurs économiques concrets visibles dans la précarité et la marginalisation de la population de réserves. De plus, cette demande de terres comprenait une forte dimension symbolique de réparation. De cette manière, les mapuche ont imbriqué la consigne « la terre pour ceux qui la travaillent » et « la récupération des terres » pour faire pression sur le gouvernement et ainsi avoir accès aux terres considérées comme leur appartenant légitimement.

Le « problème mapuche » et l’Unité Populaire

  • 28 « Programa básico de gobierno de la Unidad Popular: candidatura presidencial de Salvador Allende » (...)
  • 29 Salvador Allende a été candidat à la présidence en 1952, 1958, 1964 et finalement élu en 1970.

19Le gouvernement de l’Unité Populaire a été particulièrement attentif aux exigences indiennes ; en effet, cette période a marqué un tournant dans les revendications mapuche, qui prennent une nouvelle ampleur. L’intérêt pour leur situation s’exprime dès le début dans le programme politique qui appelle à la « defensa de la integridad y ampliación [de las comunidades] » et à « asegurar la dirección democrática de las comunidades indígenas, amenazadas por la usurpación » ainsi qu’à ce que « al pueblo mapuche y demas indígenas se les asegure tierras suficientes y asistencia técnica y crediticia apropiada »28. Auparavant, à l’occasion de sa rencontre avec des dirigeants indiens – les Araucanos Allendistas – en 1964, Allende avait signé un pacte pour sa candidature présidentielle29 qui établissait une liste de mesures concernant la restitution des terres usurpées. Une fois élu président, il a assisté au deuxième Congrès National Mapuche organisé par le Consejo Federación Campesina e Indígena en 1970 à Temuco (le premier avait eu lieu en 1969 à Ercilla), en compagnie de son ministre de l’Agriculture Jacques Chonchol. Como lo relata el ex-Ministro :

  • 30 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

« Lo que pasó fue lo siguiente : la ley de RA tenía un defecto ; no decía nada sobre los mapuche, los consideraba campesinos igual que a los otros. Y se nos empezaron a plantear ya, antes de que asumiera Allende, una serie de tomas, muchas de las cuales impulsaba el MIR con el argumento « Arauco vuelve a la lucha » y « ocupaciones de tierra », una cosa así. Entonces con Allende fuimos a un congreso en Temuco en diciembre del 70. El asumió en noviembre porque las elecciones fueron en septiembre, dos meses después vinieron todos los líos y apenas asumió, a los 15 días, nos fuimos a Temuco. Y allí le plantearon la necesidad de una nueva ley indígena »30

  • 31 Foerster, Rolf y Montecino, Sonia, Organizaciones, líderes y contiendas mapuches (1900-1970), Sant (...)

20À cette occasion, les 45 associations ayant participé à ce Congrès ont évoqué la nécessité d’une nouvelle loi indienne et ont soumis leur propre projet de loi aux nouvelles autorités au pouvoir31. Ceci montre bien la diversité des répertoires d’action de la mobilisation mapuche à l’époque où convergent, d’une part, des mécanismes « légalistes » incarnés par les propositions des organisations mobilisées et, d’autre part, des dispositifs en dehors du cadre institutionnel (occupations des terres en litige, etc.).

  • 32 Allende a importé l’élection de 1970 de justesse avec 36,6 % contre le candidat de la droite, l’ex (...)
  • 33 « Las primeras 40 medidas del gobierno popular », 1970, Archivo Chile, Centro de Estudios Miguel E (...)
  • 34 À ce sujet, voir l’article de Sebastián Hurtado Torres « Chile y Estados Unidos, 1964-1973. Una nu (...)

21Dans un contexte de polarisation politique, la tension a monté suite à l’élection d’Allende32. La droite restait très représentée au Parlement, menant une forte opposition au nouveau gouvernement, dont l’élection avait d’emblée généré un climat social très tendu. Dans son programme de 40 mesures, l'Unité Populaire établissait l’urgence d’approfondir la Réforme Agraire, en incluant les paysans qui avaient été exclus des réformes précédentes, c’est-à-dire, les travailleurs agricoles qui ne résident pas de manière permanente dans les grands domaines : les métayers et les saisonniers33. Mais, en termes juridiques concrets, l’Unité Populaire n’avait pas le quorum suffisant pour faire passer sa propre loi de Réforme Agraire. La coalition n’était pas majoritaire au parlement et l’opposition (le Parti National et la Démocratie chrétienne) bloquait tout type de réforme ainsi que les lois impulsées par le nouveau gouvernement, donnant le ton de ce qu’allait être la dispute politique tout au long des trois années suivantes : le but de l’opposition – épaulée par le gouvernement états-unien34 – était d’entraver à tout prix la mise en place du programme de la gauche.

  • 35 La violence sociale dans les campagnes monte vers la fin de l’Unité Populaire et se traduit par de (...)

22Allende a dû se servir de la loi de Réforme Agraire de Frei pour conduire sa propre politique, aux objectifs bien distincts. En revanche, dans cette loi il n’y avait pas de reconnaissance spécifique concernant les affaires indiennes. Par conséquent, le gouvernement s’est retrouvé bloqué par ces législations : les instruments juridiques n’étaient pas spécifiquement construits en vue de traiter le problème de la terre mapuche. En parallèle, la tension montait dans les campagnes du sud et les confrontations entre grands propriétaires et paysans s’intensifiaient. La mise en œuvre d’une réforme agraire dans la période précédente, et notamment les expropriations, avaient déjà provoqué la colère d’une aristocratie terrienne, détentrice de pouvoir et habituée depuis longtemps à avoir la main mise sur les décisions ayant trait à la terre. Dès les premiers jours, l’administration d’Allende a dû faire face à la « campagne de terreur » menée par ce secteur d’opposants, incarné notamment dans la Sociedad Nacional de Agricultura (SNA)35.

  • 36 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

23Dans un pays toujours fortement centralisé, les décisions administratives se prenaient principalement à Santiago, centre du pouvoir politique. Traditionnellement, les citoyens du sud n’accédaient pas aux sphères décisionnelles de l’État, mais juste au pouvoir local, contrôlé par les grands propriétaires. Or, Allende a pris la décision de mobiliser des ressources publiques vers le sud36 ; il a envoyé Jacques Chonchol, son ministre de l’Agriculture à Temuco en janvier 1971.

  • 37 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

« Entonces Allende me dice : “¿cómo hacemos ? Porque la ley de reforma Agraria no dice nada sobre indígenas”.Y lo que reclamaban los mapuches eran las tierras usurpadas de las Mercedes de tierra (Títulos de Merced). Entonces conversamos y me dijo, “mira, la única solución es que traslademos el Ministerio de Agricultura a Temuco. Y que se expropie por otra causal que es la causal de tamaño y si hay tierras expropiadas « usurpadas », se devuelven a los mapuches, no se entregan en asentamiento, sino que se devuelven a los mapuches”. Con eso recuperamos más o menos 150 mil hectáreas. Que después cuando vino el golpe, esas tierras se perdieron »37.

  • 38 L’importance de la région tenait aussi à sa production de blé, centrale pour l’économie nationale.
  • 39 Le Conseil de la CORA avait comme rôle central de prendre les décisions concernant les expropriati (...)
  • 40 Allende Salvador « Discurso Salvador Allende sobre Propiedad Agrícola », publié dans El Mercurio, (...)
  • 41 Voir Kay Cristóbal « Réforme Agraire et révolution dans le Chili d'Allende », Études Rurales, n° 5 (...)

24Ce geste montre l’importance alors accordée à l’Araucanie sur le plan national38. Chonchol a instauré un « Plan d'urgence » à Cautín comprenant les compétences de plusieurs ministères. Il est resté deux mois à Temuco avec le Conseil de la CORA39 pour surveiller de près la Réforme Agraire. Sa stratégie visait à faciliter la bureaucratie des expropriations, pour mettre le plus rapidement possible les terrains en production. Ensuite, il fallait s’occuper de l’organisation des Conseils Paysans (communaux, provinciaux et nationaux), dispositifs qui, dans le projet agraire socialiste, devaient concentrer le pouvoir de la base paysanne pour prendre les décisions concernant la production et la gestion des unités agraires reformées40. Cela faisait suite à un changement structurel de grande ampleur concernant les rapports de production dans les campagnes, en abandonnant les vieilles structures de tutelle entre grands patrons et travailleurs agricoles. Les Conseils Paysans avec les Centres de Réforme Agraire (CERA) et les Centres de Production (CEPRO) ont été des dispositifs cruciaux dans la politique agraire de l’Unité Populaire41. Cette politique concernait d’un côté, la petite paysannerie encadrée par l’Instituto Nacional de Desarrollo Agropecuario (INDAP), fortement encouragée à travers la syndicalisation paysanne et amenée vers des formes coopératives d’organisation productive. D’un autre côté, à travers l’action de la Corporación de Reforma Agraria (CORA), cette politique agraire se focalisait sur les asentamientos issus des grands domaines expropriés pendant la période démocrate-chrétienne, en essayant de les élargir vers la constitution des CERA, structures plus larges comprenant plusieurs domaines expropriés et intégrant une main d’œuvre paysanne plus vaste que les asentamientos.

  • 42 Au contraire, le Pouvoir Judiciaire révoquait constamment les occupations de terre considérées com (...)

25Le gouvernement comprenait les demandes mapuche et, au début, les soutenait en croyant à l’utilisation de la Réforme Agraire comme une partie de la solution42. Effectivement, Chonchol constate au cours d’un entretien qu’avec Allende, ils ont pris la décision d’utiliser la loi de Réforme Agraire pour résoudre le problème des terres, vu l’absence d’autres instruments juridiques qui auraient pu le permettre.

  • 43  Correa et al., Op. Cit., p. 148. Ultérieurement, une réforme constitutionnelle approuvée par le Sé (...)
  • 44 Une fois un grand domaine exproprié, le propriétaire avait le droit de garder une réserve de terra (...)

26À partir de 1971, les expropriations entreprises par la CORA ont commencé à s’accélérer, en réponse à la pression des paysans, non-mapuche et mapuche. Ces derniers ont perçu l’opportunité d’inclure la demande de terres ancestrales dans les terres visées par la Réforme Agraire. Néanmoins, la loi utilisée par Allende (celle de Frei) établissait comme expropriables les domaines qui dépassaient les 80 ha irrigués ; ceux que les communautés réclamaient étaient parfois en dessous de ce critère. Légaliste avant tout, le gouvernement concevait la réalisation de son projet révolutionnaire socialiste dans le cadre de la loi chilienne ; en ce qui concerne la Réforme Agraire, il ne voulait pas aller au-delà, d’autant plus que les rapports de force au Parlement ne le permettaient pas. Compte tenu de cette position, les organisations mapuche ont insisté pour faire jouer les autres critères d’expropriation, soit l’abandon ou la mauvaise exploitation du terrain, soit l’infraction des lois sociales et du travail43. Une fois de plus, les disputes internes à l’Unité Populaire étaient perceptibles ; une fraction du Parti Socialiste, à l’époque plus « radical » que le Parti Communiste, considérait qu’il fallait aller plus loin avec les expropriations et ne pas donner de « réserve »44 aux grands propriétaires, ni payer des indemnisations pour la terre expropriée. Pour sa part, le MIR, qui était en dehors de la coalition mais qui avait une forte présence dans les Conseils Paysans, était sur la même ligne maximaliste et faisait pression sur le gouvernement. Les différents partis de la coalition de gauche étaient bien présents dans ces structures agraires – asentamientos, Centres de Réforme Agraire, syndicats, Conseils Paysans – et chacun essayait d’y imposer sa vision et son bilan de la situation agraire.

  • 45 La DASIN, créée en 1953, est née d’un accord entre le député mapuche Venancio Coñoepán de la Corpo (...)
  • 46 Ce dispositif a réussi à restituer aux communautés 68 341 ha en février 1972, mais il a manqué d'u (...)
  • 47  Grâce à cet accord, 36 propriétés ont été expropriées, l'équivalent de 6155,80 ha pour des communa (...)

27En ce qui concerne l’enjeu de la terre indienne, Allende a commandé à la Dirección de Asuntos Indígenas45(DASIN) la création d’une « Commission de restitution des terres usurpées », chargée d’évaluer la légitimité des demandes territoriales et d’effectuer de nouvelles mesures des terres communautaires pour voir si elles coïncidaient avec les Títulos de Merced46. Une bonne partie de ces terres « usurpées » était le résultat d’innombrables escroqueries, par exemple, des contrats de vente frauduleux. Ces mesures témoignent d’une reconnaissance de la part du gouvernement de la situation historique mapuche, de l’usurpation de leurs terres et de la spoliation qu’ils avaient subie. Pour les domaines de moins de 80 ha irrigués, le gouvernement a mis en place des accords entre la Corporación de Reforma Agraria (CORA) et la Dirección de Asuntos Indígenas (DASIN) permettant l’expropriation en faveur des communautés47.

28Toutes ces dispositions ont été néanmoins insuffisantes pour répondre de façon satisfaisante au « problème » de la terre indienne. Face à l’ampleur de la mobilisation mapuche à l’époque, le gouvernement de l’Unité Populaire s’engage à remplacer la Loi Indienne n°14.511 de janvier 1961 par une nouvelle loi.

La Loi Indienne de l’Unité Populaire : prolongation de la Réforme Agraire ?

  • 48 Ce point est important lorsqu’on voit une participation directe des organisations mapuche dans la (...)
  • 49 Le réalisateur Raul Ruiz a enregistré une manifestation massive à Temuco en 1971 où Allende s’enga (...)
  • 50 Discours de présentation d’Allende suivi du projet de Loi Indienne, face à la Chambre de Députés, (...)

29En mai 1971 Allende a présenté le projet de Loi Indienne au Parlement, recueil des propositions faites par les différentes associations participant aux Premier et Deuxième Congrès National Mapuche (en 1969 à Ercilla et en 1970 à Temuco)48 : un geste politique de reconnaissance du peuple mapuche et surtout du conflit déclenché par la lutte pour la terre dans l’Araucanie49. Dans son discours de présentation, Allende souligne l’importance de résoudre ce qu’il appelle le « problème mapuche ». Sa vision des mapuche – partagée par la gauche en général – est celle d’un groupe ou d’un secteur subordonné à la classe paysanne qui doit, comme tous les paysans, s’intégrer au développement économique national. Vu le caractère essentiellement agraire de sa population, il explique largement leur histoire de spoliation et suggère comme solution de modifier « la relation homme-terre », c’est-à-dire la proportion de terre assignée par personne, estimée à l’époque entre 0,9 ha et 1,4 ha pour les membres des réserves mapuche50.

30Dans sa présentation, et parlant plus largement de l’histoire des peuples indiens en Amérique Latine, Allende cite l’anthropologue Alejandro Lipschutz et sa réflexion autour de la notion de « communauté », un principe qui serait propre à tous les peuples amérindiens. Pour une partie de la gauche chilienne, cette figure de communauté a un caractère ancestral :

  • 51 ibid., p. 2785.

« [esta comunidad] era sin propiedad individual y era la base común también en todo el continente americano. El clan, era propietario de la tierra y no el individuo, hecho que reviste a no dudarlo, la más grande importancia, toda vez que permite el esclarecimiento de muchos puntos relacionados con el problema indígena, y explica por qué, el proyecto que se somete a vuestra consideración, recogiendo este sentir que expresa un modo esencial de vida, no sólo respeta la comunidad indígena, sino la favorece, posibilitando su verdadero desarrollo, como cuando por ejemplo establece las cooperativas indígenas y al propio tiempo propende al desarrollo de todas las fuerzas proclives al cambio »51

31De cette vision « romantique » de la communauté ressort le caractère collectif de la propriété, dans l’idée utopiste d’une terre partagée, et elle devient ainsi une figure à défendre contre toute intention de division ou altération d’un ordre considéré naturel ou essentiel. C’est ainsi qu’Allende reprend dans son diagnostic initial le processus de division vécu par ces communautés mapuche au long du XIXe et XXe siècle et soulève le changement socio-économique qui a été opéré, à cet effet, sur la structure organisationnelle communautaire. L’indivisibilité des communautés, souhaitée par les principales organisations mapuche de l’époque, est fortement défendue dans ce projet de loi Indienne. Un objectif crucial, demeure donc d’empêcher l’aggravation du processus historique de division de ces communautés, en reconnaissant leur caractère ancestral et indivisible.

32Plus loin encore, pour renforcer l’idée de « collectivité », le gouvernement d’Allende veut s’attaquer au caractère individuel (minifundista) des petites propriétés indiennes, basées sur l’unité familiale de production. Ce système de tenure était une réalité répandue pour la plupart des familles paysannes mapuche, post processus de division des réserves. Comme l’explique le président Allende lors de la présentation du projet de Loi Indienne :

  • 52 ibid., p. 2786.

« Las comunidades no constituyen una empresa económica común, sino que la explotación y forma real de la tenencia de la tierra es individual y familiar. En consecuencia la unidad económica [...] es la empresa familiar […] la producción misma, las decisiones económicas y la apropiación del producto se hacen en términos familiares »52.

  • 53 « consecuentemente, en este proyecto se otorga principal importancia a la organización de cooperat (...)

33Sous le regard de l’époque, ce type de contrôle des ressources à caractère familial se traduirait par une économie de subsistance, inéquitable, structurellement incapable de se développer. Ce constat justifie pour le président l’impulsion d’une réforme visant à transformer ces caractéristiques de production vers un modèle agraire socialiste, qui promeut, entre autres, la mise en place des coopératives paysannes53. Si bien la gauche chilienne défend une vision utopique de la communauté indienne, celle-ci est en même temps questionné en termes du mode de production, car elle n’entraîne pas forcément un modèle collectif de production.

  • 54 Interviews réalisées à plusieurs fonctionnaires de la Réforme Agraire par l’auteure dans le cadre (...)

34Il faut dire que depuis le début de la mise en oeuvre de la Réforme Agraire, le débat central a été concentré sur le type de propriété : individuelle, collective ou mixte. La Réforme démocrate-chrétienne donnait aux paysans des asentamientos, au bout de 3 ou 5 ans, la possibilité de définir eux-mêmes le régime de propriété final. Dans ce cadre, beaucoup des fonctionnaires de l’administration publique menant la Réforme étaient favorables à la propriété collective. Une des raisons techniques données par certains de ces fonctionnaires54 est de faciliter la transmission et la formation technique dans les groupements paysans, dont les asentamientos ou coopératives de crédits. Un autre critère technique promouvant la collectivité était le type d’entreprise agricole, certains asentamientos où il y avait des cultures telles que les vignes, les scieries ou les laiteries fonctionnaient mieux sous un modèle coopératif de propriété collective.

35L’idée de communauté indivisible trouve un terrain fertil dans la vision qu’avait l’Unité Populaire de la Réforme agraire. La figure de l’asentamiento propre à la période DC ouvre la porte aux Centres de Réforme Agraire (CERA) de l’Unité Populaire, structures plus vastes qui, comme déjà dit, cherchaient à regrouper plusieurs domaines expropriés pour inclure plus de paysannerie dans le secteur reformé. En parallèle à ce type de grandes structures CERA, gérées sous la tutelle de CORA, INDAP s’occupait de la petite paysannerie minifundista avec assistance technique et crédits, et les encourageait aussi à former des coopératives. Le modèle de coopérative de production est ainsi fortement stimulé à toute échelle par ce programme agraire. Sa promotion était justifiée au niveau théorique et technique, au-delà de certaines divergences au sein de la gauche et au sein même de la paysannerie.

  • 55 Discours de présentation d’Allende suivi du projet de Loi Indienne, face à la Chambre de Députés, (...)

36C’est ainsi que dans le paragraphe 2 du projet de Loi Indienne (articles 13-16) sont établies les formes de transition de la communauté mapuche voulue par le programme politique de l’Unité Populaire selon un argument également à caractère technique. Comme le président Allende le signale dans sa présentation, ce paragraphe « contiene normas destinadas a producir estabilidad y transformación de las tierras de indígenas en otras formas de explotación técnicamente más productivas »55, dont les coopératives paysannes. L’article 13 commence par cette proposition :

  • 56 ibid., p. 2793-2794.

« Los terrenos de indígenas que se encontraren en comunidades son indivisibles y la comunidad es iliquidable. Los terrenos de indígenas pasarán a constituirse en cooperativas cammpesinas u otras unidades de producción creadas en las tierras sometidas al proceso de reforma agraria [...] »56

  • 57 art.13, paragraphe 2, Titre 1, projet de Loi Indienne, Op. Cit., p. 2794.

37Autrement dit, l’impossibilité de division et d’embargo n’est pas seulement une défense des droits indiens, elle est également nécessaire à l’objectif plus large de la Réforme Agraire, à savoir le système d’exploitation collectif. La manière de conduire cette transition des communautés indiennes vers un modèle coopératif de production agricole est mentionnée dans l’article 13 du projet de loi57, article effacé dans la Loi finale, après la discussion au Congrès. Selon celui-ci, ces coopératives pouvaient être constituées par les paysans indiens habitant et travaillant dans la communauté, mais aussi par des paysans non-mapuche. D’autre part, l’incorporation des terres de la communauté dans une coopérative ou un autre type d’unité productive du secteur reformé devait obtenir l’accord des deux tiers des membres de la communauté travaillant ces terres. La législation considérait comme « propriété individuelle » les habitations, les potagers et les cultures familiales. Elle instaurait aussi le quota des excédents pour chaque membre, en fonction de la terre apportée par chacun d’entre eux. Les détails de cette transition vers des coopératives étaient prévus pour 180 jours après l’approbation de la Loi, fixée toujours par le Président de la République.

38Comme déjà signalé, la vision qui sous-tend ce dispositif juridique n’est pas très éloignée de la tradition « intégrationniste » entretenue par l’État vis-à-vis les populations indiennes. L’intention de la Loi, exprimée dans sa présentation faite à la Chambre des Députés est :

  • 58 Chambre de Députés, séance n°35, mardi 14 septembre 1971, p. 3237, « Historia de la Ley Indígena » (...)

« [...] el Gobierno desea encarar en forma profunda, a través de diversas medidas, la incorporación de la población indígena a la actividad nacional en su totalidad y lograr, en definitiva, la solución integral de los problemas que afectan a este sector de la raza chilena, referido principalmente al campesino y sus tierras »58

  • 59 Ibid.

39Vu le caractère principalement paysan assigné aux mapuche à l’époque, la Loi Indienne vise à réglementer la propriété foncière indienne et son occupation. Dans ce sens, un deuxième objectif est la restitution des terres, dont la commission d’Agriculture et Colonisation mentionne deux types : les terres « usurpées », évaluées à environ 50 milles ha et les terres inscrites dans les Títulos de Merced qui étaient aux mains de propriétaires privés non-mapuche, environ 100 milles ha59. Un troisième objectif est l’incorporation de la paysannerie mapuche à la Réforme Agraire, aux activités industrielles et commerciales, avec une formation technique préalable.

  • 60 Le boycott agraire et industriel vers la fin de la période imposait des obstacles de plus en plus (...)

40Ce projet de Loi Indienne traite essentiellement de la question de la terre et ces arguments la situent donc, nettement dans la ligne de la Réforme Agraire, en la complétant pour répondre aux demandes mapuche. Plus qu’une loi indigéniste qui s’occupe de la culture indienne, elle est plutôt « agrairiste », en tant qu’elle vise à résoudre les conflits juridiques posés par la propriété de la terre, afin de la rendre aux communautés mapuche. Pour cela, elle développe des définitions, des dispositifs et des mécanismes de restitution, détaillés tout au long du « Titre 1 » (4 paragraphes comprenant 36 articles dans le projet initial, 33 articles dans la Loi finale). Le paragraphe 3, modifié légèrement dans la Loi finale, établit la procédure juridique régulant cette restitution des terres aux mapuche. Le but est d’accélérer la procédure légale et la démarche bureaucratique pour une restitution effective, ainsi que de gérer efficacement les éventuelles réclamations d’occupants non-mapuche des terres indiennes. La priorité pour le gouvernement, surtout vers la fin de 1972, plutôt que de continuer à exproprier davantage de terres, était de faire produire intensivement le secteur déjà réformé afin d’augmenter d’urgence la production agricole nationale et de diminuer ainsi les importations60.

  • 61 Chihuailaf Arauco, «Los Mapuches y el gobierno de Salvador Allende, 1970-1973», Sociedad y Discurs (...)

41Malgré ce caractère fortement « agrairiste », il est important de signaler que cette loi promeut une reconnaissance inédite de tous les peuples indiens du pays puisqu’elle définit la catégorie « indien » au-delà de sa relation avec la terre61 et des sujets qui habitent dans les communautés, en incluant les personnes qui :

  • 62 Projet de Loi Indienne, Chambre de Députés, Séance parlementaire n°39, mercredi 19 Mai 1971, p. 27 (...)

« que habite en cualquier lugar del territorio nacional, tenga por actividad productiva principal la agricultura, la ganadería, la pesca u otras formas de economía primaria o de consumo, y se distinga además del resto de los habitantes de la república por conservar sistemas de vida, hábitos costumbres, tradiciones, formas de trabajo, de convivencia y religión que encuentran su origen en los grupos étnicos del país »62» (article 1, point 6).

  • 63 Neuf groupes ethniques sont mentionnés dans la présentation : quechuas, aymaras, atacameños, chang (...)
  • 64 Article 37, projet de Loi Indienne, « Historia de la Ley Indígena » vol. I, Archivo Biblioteca Con (...)

42La dimension culturelle est ainsi incorporée à la catégorie « indien »63. Dans son « Titre 2 », article 37, le projet de loi d’Allende transformait la Dirección de Asuntos Indígenas (DASIN), qui dépendait du Ministère de Terres et Colonisation, en Instituto de Desarrollo Indígena (IDI) organisme qui, entre autres, devait accréditer cette qualité indienne à travers une procédure de certification. L’IDI, en tant que nouveau dispositif de médiation entre État et peuples indiens, devait travailler sur deux axes : le « développement social, économique, éducatif et culturel des peuples »64 et en même temps la résolution des conflits pour la terre. C’est pour cette raison que la Loi n°17729 a mis fin aussi aux Juzgados de Indios, délégant cette tache à l’IDI. Son siège était prévu à Temuco.

43Vu son caractère « agrariste » et en tant que prolongation du projet plus vaste de modification des structures socio-économiques dans les campagnes chiliennes, la Loi Indienne est en ligne directe avec des aspects et des réflexions politiques qui accompagnent la réforme Agraire de l’Unité Populaire. Il y a dans le texte final certaines considérations à caractère idéologique, des espaces de tension et des batailles pour imposer tel ou tel modèle agraire. Le monde mapuche n’a pas non plus une seule position face à la façon de conduire cette Réforme ; chaque parti politique et chaque organisation avaient ses propres bilans et propositions. Une analyse du débat parlementaire et de la presse de l’époque évoque ces positions divergentes, au sein même du champ mapuche.

La Loi Indienne mise sous tension : modifications au cours du débat parlementaire.

44Le projet de Loi a été présenté au parlement le 19 mai 1971 par l’exécutif et, après plusieurs mois de discussions, la nouvelle Loi Indienne n°17729 est adoptée en septembre 1972, avec des modifications effectuées lors du débat parlementaire. Ces modifications sont issues principalement du Sénat, après un passage du projet par deux commissions, notamment, la Commission des Finances Publiques et la Commission d’Agriculture.

Figure 1 – « Salvador Allende avec des femmes mapuche lors de la promulgation de la Loi Indienne en septembre 1972 », sans auteur, Centro de Documentación, Fundación Salvador Allende.

Figure 1 – « Salvador Allende avec des femmes mapuche lors de la promulgation de la Loi Indienne en septembre 1972 », sans auteur, Centro de Documentación, Fundación Salvador Allende.
  • 65 Moyano Barahona, Cristina, MAPU o la seducción del poder y la juventud. Los años fundacionales del (...)

45L’analyse du débat parlementaire montre bien les enjeux politiques à l’époque de l’Unité Populaire et certains arguments reflètent le fort caractère idéologique de la discussion sur la structure et la propriété agricole, arguments très présents également tout au long de la mise en œuvre de la Réforme Agraire chilienne. Quelques aspects centraux de cette discussion visent la notion de « communauté » et ne sont pas qu’une exclusivité de la droite libérale, ils sont aussi évoqués par la Démocratie Chrétienne. Pourtant, l’idéal communautaire avait été présent dans le discours démocrate-chrétien avant la scission et création du Movimiento de Acción Revolucionario (MAPU) en 1969. En effet, ce changement dans la position de la DC et l’abandon du « socialisme communautaire »65 de premières années du gouvernement Frei (1964-1970), face aux mesures favorisées par l’Unité Populaire, montre bien la radicalisation des discours pendant ces dernières années avant le coup d’État et les positions de plus en plus « conservatrices » qui se développaient au sein de la DC.

  • 66 Sénat, Séance parlementaire n° 27, 18 Mai 1972, « Historia de la Ley Indígena », vol. II, Archivo (...)
  • 67 « el régimen de la comunidad – lo siento y lo digo honradamente, sin la menor reticencia – es la c (...)

46On l’a déjà souligné, un des buts de la Loi Indienne d’Allende était, d’après le vœu exprimé par une majorité d’organisations mapuche, la fin de la loi n° 14511 promulguée sous le gouvernement d’Alessandri permettant la division des communautés. Néanmoins, cette mesure a été fortement contestée par l’opposition au gouvernement. Dans le discours libéral, tout au long du XXe siècle, la division des communautés a été souhaitée, voir encouragée, par différentes législations. Sa persistance était vue, surtout par la droite, comme une forme d’inégalité face au reste de la société chilienne, d’autant plus qu’elle aurait empêché la modernisation et le développement économique mapuche. Il n’en est pas ainsi que pour la droite chilienne ; certains secteurs majoritaires de la Démocratie Chrétienne s’opposaient également à l’indivisibilité des communautés mapuche. Le débat sur la nouvelle loi Indienne a fait ressortir ce genre d’argumentation ; à titre d’exemple, dans une de séance de discussion au Sénat, le sénateur démocrate-chrétien Ricardo Ferrando critiquait l’indivisibilité de la communauté face à la pression démographique que cela provoque sur les terres indiennes66. Il allait encore plus loin en signalant que « le régime communautaire [...] condamne ces gens à la misère, la famine et les maladies67 ».

  • 68 « No se puede volver toda tierra que fue indígena alguna vez a poder de nuestros compatriotas abor (...)

47L’on observe que dans le débat parlementaire presque tous les sénateurs étaient d’accord sur la mise en place de l’IDI et ses compétences, le point de discorde restait la division ou non-division des communautés. Cette discussion tournait autour de la liberté de décision ; les opposants au projet dénonçaient un regard paternaliste de tutelle constante envers les populations indiennes, encouragé par la gauche. Mais il n’y a pas que dans le sénat où la Loi indienne a fait ressortir un débat politique exalté : la discussion s’est étendue d’ailleurs vers les acteurs impliqués. Le contexte de promulgation de la Loi Indienne N° 17729, ainsi que le climat politique général en 1972 était tendu et au sein des acteurs de la filière agricole les opinions étaient divisées. Au moment de la promulgation, certaines parties de la société civile se sont senties heurtées par les résultats. Par exemple, quelques organisations paysannes chiliennes se méfiaient de la promesse du gouvernement de rendre les terres « usurpées » aux mapuche, craignant qu’à ce titre toutes les terres soient potentiellement affectées, ce qui pourrait les nuire directement en tant que petits propriétaires agricoles68.

  • 69 L’article de Chiappe aborde, par exemple, cette discussion dans la sphère des intellectuels chilie (...)

48Le débat et les discussions autour de la nouvelle Loi Indienne de l’UP se sont élargis au-delà de la sphère politique chilienne69 et la loi s’est vue également mise en question par certaines organisations mapuche. Dans ce sens, le monde mapuche n’échappait pas au climat d’agitation et de polarisation politique du moment précédent le coup d’État militaire. Il faut remarquer également que le mouvement mapuche n’était pas d’un seul tenant, ni homogène, mais qu’en son sein existaient plusieurs courants idéologiques ; toutefois ils se rejoignaient tous sur un point commun : la récupération des terres. De même, il n’y avait pas un seul point de vue mapuche concernant le régime de propriété issue de la réforme agraire : certains prônaient par exemple, plutôt la propriété individuelle face à la « collectivisation » de terres. Cela montre l’hétérogénéité du mouvement mapuche et, plus largement du monde indien, très semblable à celle qui caractérise la société chilienne. Cet éventail de positions politiques donne une complexité profonde aux processus de changements sociaux dans le contexte mapuche et fait émerger des lectures multiples de la réalité.

  • 70 « Manifestó además que la UP presentó un proyecto de Ley discordante en su aplicación y debió sufr (...)

49Un exemple de dissidence à l’intérieur du mouvement mapuche était par exemple Esperidión Antilef, dirigeant du Movimiento Indígena de Chile, qui signalait que les modifications introduites dans la loi étaient aussi le produit du mécontentement de certaines organisations qui refusaient le modèle coopératif de production « imposé » aux communautés mapuche dans le projet initial70.

50Mais il n’y a pas que l’opposition qui a critiqué la nouvelle Loi Indienne du gouvernement ; face aux changements subis par la loi pendant sa discussion au Congrès et aux passages par les commissions parlementaires, certaines forces de la coalition de gauche rejettent également le résultat final. C’est le cas, par exemple, du parti Communiste et de certaines organisations mapuche qui étaient contre la version finale de la loi, en l’accusant d’être incapable de résoudre vraiment les problèmes mapuche. Face à ce refus, ils ont demandé le véto de la part du Président Allende, comme le signalait José Cademartori :

  • 71 Intervention du député José Cademartori dans la deuxième journée du Pleno Agrario à Santiago le 14 (...)

« A pesar de que [la ley indígena] fue presentada por el Gobierno Popular […] aparte de la creación del IDI y eliminación de los Juzgados de Indios, el resto de sus diposiciones son tanto o más reaccionarias que la actual ley 14511, por lo cual el PC en Cautín y el pueblo mapuche considera que debe ser vetada por el Presidente [...] ».71

51Dans le même esprit critique, deux dirigeants reconnus à l’époque, Antonio Antileo (Sociedad Unión Araucana « Galvarino ») et Antonio Chihuailaf (Sociedad Moderna Araucanía), dénoncent leur désaccord avec la façon dont la Loi a été finalement conçue, reprochant un manque de connaissance de la réalité des mapuche. Ils ont sollicité également le véto du président Allende.

  • 72 « Será vetado proyecto de Ley Indígena », El Mercurio, 11/08/1972, p. 19.

« El presidente escuchó nuestros argumentos […] y en el reestudio del proyecto de ley tendremos directa intervención, como han sido siempre los justos deseos de la población mapuche […] Las materias que se incluyeron en dicho proyecto apoyado por la Cámara y el Senado muchas veces perjudican en vez de favorecernos porque fueron redactadas y estudiadas por personas ajenas a nuestra idiosincracia o que no conocen a fondo nuestros problemas de todo orden », « Será vetado proyecto de Ley Indígena. »72

52Même s’ils varient dans leur approche du problème de la terre indienne, tous ces commentaires et déclarations de presse de la part des dirigeants montrent la participation active des sujets mapuche dans la création d’un dispositif législatif pour réguler la terre indienne. Les mapuche mobilisés cherchaient de nouveau à défendre leurs intérêts lors de la discussion autour d’une nouvelle loi indienne.

  • 73 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972 (...)
  • 74 Ruiz Rodríguez signale le débat scientifique des spécialistes autour de la promulgation de la loi, (...)

53Du côté du gouvernement, Daniel Colompil, le Directeur de la DASIN et Antonio Millape, président de la Confédération Nationale Mapuche – à la base de cette loi – ont fait bloc face aux critiques et ont défendu publiquement la Loi, même si elle n’était pas en strict accord avec le projet initial. Millape, qui a parlé lors de la cérémonie de promulgation, signalait à cette occasion qu’elle allait être adoptée sans veto de l’exécutif, à la demande des organisations mapuche. Au cours de ce même événement et face aux 400 mapuche venus du sud au Palais présidentiel de La Moneda, Allende s’est justifié en reconnaissant les failles et les vides dans la version finale de la loi, face à une corrélation de forces négative au Congrès73. Cela montre les visions contraires que celle-ci a suscité dans un climat de débat politique de plus en plus polarisé, tant à l’intérieur de la coalition politique de l’Unité Populaire74 comme dans la société dans son ensemble.

54La question de la tenure de la propriété – individuelle ou collective – était un sujet épineux au sein du gouvernement ; elle a traversé toute la discussion de la question agraire et indienne à la fin des années 60 et pendant la période de l’Unité Populaire. Le projet initial connaît ainsi des modifications, certains aspects ont disparu dans la nouvelle Loi n° 17729 de 1972, notamment ceux qui concernent la création de coopératives dans les communautés.

55Des modifications ont été également introduites par rapport à la catégorie « terres indiennes ». En effet, le paragraphe n° 1 du projet incluait dans cette catégorie les terres communautaires déjà divisées dans le cadre de procédures de division antérieures ; cette mention avait comme but pouvoir réclamer comme « terres indiennes » celles qui avaient déjà été divisées et permettait de revenir en arrière sur certains processus de division. Le paragraphe final de la loi reconnaît comme terres indiennes uniquement les terres octroyées en « merced » par des législations antérieures (celle de 1866, 1874, 1883 ainsi que les lois n°4169 de 1927, n° 4802 de 1930 et n° 14511 de 1961), à condition qu’elles n’aient pas subi une division. Pour ce qui est de la régulation de ces terres, le nouvel Institut demeure un dispositif central, de sorte qu’il régule tous les aspects de la gestion liés à la propriété foncière (transactions, loyers, métayages, exploitation). L’IDI représente aussi la défense des indiens face aux litiges de terres ; à cet effet, il doit également contrôler l’Archivo General de Asuntos Indígenas où convergeait toute la documentation concernant les terres indiennes, c’est-à-dire, les archives de la Comisión Radicadora Indígena, du Protectorado Indígena et des Juzgados de Letras indígenas, afin d’établir un cadastre officiel de terres.

56D’après cette loi, les comuneros – c’est-à-dire les mapuche des réserves – prenaient les décisions concernant leurs terres et leurs modalités d’exploitation, tandis que l’IDI intervenait pour les situations de changements, par exemple la division de terres. Même si le projet initial interdisait complètement la division des terres communautaires, les modifications introduites dans le débat parlementaire ont changé l’orientation en la rendant possible, sous réserve de l’accord de tous les membres de la communauté. L’éventuelle procédure était conduite par l’IDI, qui proposait un décompte final en attendant l’avis favorable de tous les membres ; le délai pour l'effectuer était de 2 mois (art. 14, paragraphe 2, Loi n° 17729). Même avec les modifications et contrairement à toutes les législations antérieures (lois des 1927, 1930, 1961), la Loi Indienne n° 17729 a essayé de résister aux pressions exercées pour diviser les communautés.

  • 75 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972 (...)
  • 76 « Mapuches pidieron nueva ley a Chonchol », Diario Austral, 26/08/1972, p. 9

57Mais ces résultats peuvent être mitigés. À la fin, la nouvelle Loi Indienne permet effectivement la division des communautés indiennes, même si elle requiert une procédure bureaucratique longue. De plus, la transition de la communauté indienne vers une structure coopérative de production – modèle de production agraire promu par l’Unité Populaire – est finalement effacée de la loi et dès lors, non entériné. Allende était conscient des manques dans la Loi mise au vote par rapport à sa première version75. Le mécontentement vient également de la part des organisations réunies dans la Confédération Nationale Mapuche, qui ont exercé une pression politique face aux transformations subies par le projet initial ; le Ministre d’Agriculture Jacques Chonchol, fortement impliqué avec les organisations mapuche pour défendre ce projet de Loi, promet personnellement un nouveau projet de loi76, une fois les forces acquises au Congrès, après les élections parlementaires de mars 1973 où l’Unité Populaire s’attendait à avoir une majorité. Enfin, le manque de financement de la loi a empêché la réussite de sa mise en place, les objectifs économiques n’étant pas atteints. D’ailleurs, étant donné sa courte période de validité – un an – elle n’a pas eu d’impact profond ni de conséquences importantes. Le coup d’État militaire met fin au projet socialiste agraire et plus encore, il renverse les acquis du processus social de la Réforme Agraire avec ce qu’on appelle la Contre-Réforme agraire de Pinochet.

58Quant aux institutions impliquées dans le projet agraire socialiste de l’Unité Populaire, au moment du coup d’État la CORA – qui s’occupait des expropriations de domaines et de la gestion d’asentamientos – est reprise pour mener cette fois un processus de Contre-Réforme Agraire et, à ces fins, l’Institut de Développement Indien continue à fonctionner pendant la dictature jusqu’en 1979, moment où la dictature civico-militaire met en place le Décret-Loi n° 2568 qui modifie la Loi N° 17.729 dont elle a été question ici. Les fonctions de l’IDI sont transférées alors vers INDAP et les communautés sont de nouveau divisées. La Contre-Réforme agraire des militaires est revenue sur les expropriations des terres réalisées et a mis en place une dévolution partielle des terres parcellées en « unités agraires familiales » (UAF), assignées à certains paysans du secteur reformé, en excluant ceux qui avaient participé activement de la Réforme Agraire. D’autre part, elle a rendu une partie des grands domaines aux mains de leurs anciens propriétaires. Cependant, une bonne partie de ces terres ont été conservées par l’État et cédées à la CONAF (Corporación Nacional Forestal). Le décret-loi de l’administration de Pinochet nº 2568 met fin à la reconnaissance « indienne » des personnes et des terres, et consacre la division des communautés. Entre 1979 et 1990, la plupart d’entre elles ont connu la division et leurs membres sont devenus les propriétaires individuels de leurs lopins de terre, dont une bonne partie était commercialisée sur le marché des terres.

Conclusions

59Même si la dictature chilienne (1973-1990) a signifié la fin d’une révolution sociale et d’un rêve d’autonomie de la part d’une masse paysanne organisée, les réformes agraires (notamment celles de Frei et d’Allende) ont marqué la vie de paysans chiliens et mapuche. Dans ce sens, la possibilité d’en finir avec la structure sociale de grands domaines a permis le renversement des liens de domination entre une oligarchie rurale et ses dépendants. Cela a donné un tout nouveau protagonisme à l’acteur « paysan », chilien et indien. La coalition de gauche de l’Unité Populaire représente, à cet égard, un moment crucial dans ce processus d’émancipation paysanne, avec toutes les difficultés, contradictions et paradoxes que cela peut entraîner. L’Unité Populaire a essayé de donner une sortie politique à la demande mapuche de terres, en appliquant la Réforme agraire et la Loi Indienne, toujours dans le cadre légaliste qu’il promouvait pour conduire sa révolution socialiste en démocratie. Malgré les limites de ces deux dispositifs, il faut souligner qu’ils ont donné non seulement une reconnaissance mais également une légitimité aux revendications mapuche face à la société chilienne, malgré l’opposition ferme de certains secteurs.

  • 77 Rupailaf la situe « dans l'avant-garde de politiques indiennes latino-américaines », Rupailaf Raúl (...)

60Ainsi, la loi n° 17729 représente un point d’inflexion dans les relations État-peuples indiens77 ; non seulement elle constitue un précédent pour sa reconnaissance du conflit historique autour des terres indiennes, mais elle implique aussi une participation politique inédite dans des instances gouvernementales pour le peuple mapuche : la loi est issue d’une initiative mapuche et sa vocation est la défense de leurs intérêts. Cette participation politique est également promue dans la structure de l’Institut de Développement Indien, lorsque son Conseil Supérieur comprenait sept représentants des paysans mapuche parmi ses seize membres, tous élus par vote direct et unipersonnel (article 40, Titre 2, loi n° 17729).

61Cette participation politique mapuche peut être, nonobstant, nuancée. Le pourcentage des places occupées au sein de l’IDI, reflète le caractère persistant de tutelle des politiques indigénistes des gouvernements chiliens, d’autant plus qu’il soulève l’absence de participation d’autres groupes indiens. On peut remarquer ainsi que, même si le gouvernement reconnaissait les autres groupes indiens du Chili, seul le peuple mapuche avait une représentation dans ce type d'organisme étatique. La Loi Indienne d’Allende était conçue en priorité pour ces paysans mapuche et laissait de côté l’opportunité historique de reconnaître les droits d’autres minorités indiennes. Également, les notions d’autonomie indienne d’action et de décision – revendiquées largement aujourd’hui – n’avaient pas une place centrale dans le projet socialiste. Une fois de plus, la question indienne au Chili est restée subordonnée à la logique politique de l’époque ; il n’était pas encore venu le temps de débattre de l’autonomie politique des sujets indiens.

  • 78 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972 (...)
  • 79 Jeannot Bernard, Op. Cit., p. 12.

62La Loi Indienne figure comme une approche concrète de l’État chilien à la réalité mapuche, même si elle est subordonnée à une perspective marxiste de « structure des classes », renvoyant les sujets mapuche à une catégorie paysanne. Dans son discours de présentation du projet de loi, Allende argumente que la situation du peuple mapuche ne peut pas être comprise sans faire référence à la classe paysanne et à ses conditions générales d’éxistance78. L’intention de ce type de politique indigéniste est d’intégrer la population mapuche dans la modernisation socialiste et au sein du développement national chilien. Bernard Jeannot, ancien salarié de la DASIN, soulignait l’importance de la convergence des luttes, illustrant bien la posture de la gauche à l’époque : pour lui, la « lutte des classes » se retrouve avec la « lutte pour la reconnaissance et l’intégration à la nation », de sorte que toutes les deux se renforçaient dans le monde rural79. L’accent n’est pas forcément mis dans la particularité culturelle et identitaire de ces groupes, mais plutôt dans leur position dans l’échelle sociale et, dès lors, dans les rapports de classe.

  • 80 Correa et al., Op. Cit., p. 208 et p. 220.

63Néanmoins, l’analyse du cas de la Loi Indienne en tant qu’appui et complément au processus de Réforme Agraire, laisse apparaître clairement que le gouvernement d’Allende était bien plus intéressé et préoccupé par la situation mapuche que ses prédécesseurs. Pendant la seule période de l’Unité Populaire, 197 761,88 ha ont été expropriés en faveur des communautés par la CORA et par la Commission de Restitution de Terres de la DASIN, ce qui correspond à 85 % du total des terres expropriées dans la Région de l’Araucanie pendant le processus de Réforme Agraire en général, à savoir, les trois périodes (Alessandri, Frei, Allende) de 1958 à 197380.

64Enfin, la Loi Indienne de 1972, en tant que prolongation de la Réforme Agraire de l’Unité Populaire ne peut pas échapper aux mêmes débats ni aux points polémiques qui caractérisent ce processus de mobilisation sociale dans les campagnes. Deux demandes centrales impulsées par les organisations mapuche semblent trouver un écho dans la discussion plus générale sur la transformation de la structure agraire au Chili à la fin des années 60. Elles ont été, certes, recueillies par la loi impulsée par la coalition de gauche au pouvoir. Premièrement, un effort pour empêcher la division des communautés indiennes et les préserver en tant que telles. Deuxièmement, restituer les terres considérées « usurpées », afin de restituer la propriété indienne à ses propriétaires, ce qui aurait permis « l’essor » d’une partie de la population et son intégration à un plan général de développement social et économique, consigne principale de la Réforme Agraire. D’une autre part, les changements subis par le projet de loi renvoient principalement aux aspects politiques le plus tendus entre gouvernement et opposition, c’est-à-dire, leur vision opposée sur la notion de « communauté », sur leur division et sur le modèle coopératif de production.

Haut de page

Notes

1 Autour des grands domains – latifundios – se construit un système complexe de dépendance d’une paysannerie appauvrie habitant les petits parcelles – minifundios – qui les entourent, en tant que main d’œuvre stable et peu coûteuse, José Bengoa, Historia social de la agricultura chilena. Tomo I: El poder y la subordinación, Santiago, Ediciones Sur, 1988. Dans l’un de ses derniers ouvrages, Reforma Agraria y Revuelta campesina, Santiago, LOM Ediciones 2016, celui-ci reprend l’aspect « fondateur » de l'hacienda o latifundio dans la construction de la « Nation chilienne », pour réfléchir sur les implications symboliques qu'a eues son renversement dans le cadre de la Réforme Agraire.

2 Sur le plan international, le pacte signé en 1962 à Punta del Este, en Uruguay, constitue le contexte de la naissance de « l'Alliance pour le Progrès », initiative des États-Unis face à la « menace » communiste en Amérique Latine post révolution cubaine. Dans cette réunion des chancelleries de 20 pays fut créé le Comité Interamericano de Dessarrollo Agrícola (CIDA) dont la mission était de présenter des solutions pour augmenter la productivité des terres et pour intégrer la paysannerie au développement latino-américain.

3 Cette vision ne considère pas la vague migratoire mapuche des années précédentes, des campagnes du sud vers les grandes villes du Chili. Voir le travail pionnier de l'anthropologue Carlos Munizaga, Estructuras transicionales en la migración de los araucanos de hoy a la ciudad de Santiago de Chile, Santiago, Editorial Universitaria,1961.

4 Un hectare irrigué (hectárea de riego básico) équivaut à environ 6,25 ha physiques dans la vallée centrale du Chili et à environ 9,13h dans l'Araucanie. Cette mesure varie en fonction des conditions géographiques (littoral, vallée, cordillère) et de la capacité d'irrigation du terrain.

5 Alwyn José « Tierra y territorio mapuche: Un análisis desde una perspectiva histórico jurídica », Proyecto Mapu Territorialidad, Temuco, Instituto de Estudios Indígenas, mars 2002, p. 10.

6 Région administrative formé par les provinces de Malleco et Cautín ; elle comprend une partie du territoire à caractère ancestral mapuche. Pour une histoire de l’intégration de ce territoire à l’État-nation chilien voir Pinto Rodríguez, Jorge, La formación del Estado y la Nación, y el pueblo mapuche. De la inclusión a la exclusión, Santiago, DIBAM/ Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 2003 (2e éd.).

7 Quelques ouvrages de référence: Norman Gall, The Agrarian Revolt in Cautín, Hanover, N.H, American Universities Field Staff, 1972; Berdichewsky, Bernardo « Perspectivas de la antropología aplicada: el caso de Chile », Nueva Antropología, vol. II, n° 6, juillet 1977, p. 43-86 et Kyle Steenland, Agrarian Reform under Allende: Peasant Revolt in the South, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1977.

8 À partir de 1883 commence le processus d’installation forcée de la population mapuche dans les territoires qui leur ont été assignés collectivement, assignation connue en tant que Títulos de Merced, octroyés par la Comisión de Radicación Indígena. Entre 1884 et 1929, cette commission distribue 3 078 Titulos de merced sur 475 423 ha parmi 77 751 mapuche, qui toucheront en moyenne 6,1 ha par personne, Jeannot Bernard « El problema mapuche en Chile », Cuadernos de la Realidad Nacional, octobre 1972, p. 8. Ces mêmes chiffres apparaissent dans la présentation du projet de Loi Indienne et dans le débat parlementaire qui suit, « Historia de la Ley Indígena » vol. I-II, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Colección Historias de la Ley, numéro série : 340.13(83)(09) B582h 1972, Santiago du Chili.

9 Voir l'étude de Milan Stuchlik sur les systèmes de coopération économique dans le monde agraire mapuche, dans Life on a Half Share. Mechanisms of social recruitement among the Mapuche of southern Chile, Londres, C. Hurst & Company, 1976.

10 Entre 1938 et 1948, 733 reducciones furent divisées, Vergara Jorge Iván, Foerster Rolf et Hans Gundermann « Instituciones mediadoras, legislación y movimiento indígena de Dasin a Conadi, 1953-1994 », Revista Atenea Concepción, n° 491, 2005, p. 73.

11 « Informe de la Comisión de Verdad Histórica y Nuevo Trato con los Pueblos Indígenas », Comisión de Verdad Histórica y Nuevo Trato, Santiago, Biblioteca Nacional, Octobre 2003. Correa et al. estime les « terres usurpées » aux mapuche à 150 mil ha, Correa Martín, Molina Raúl et Nancy Yañez, La reforma agraria y las tierras mapuches: Chile 1962-1975, Santiago, LOM Ediciones, 2005, p. 196.

12 Bengoa, José « Los Mapuches: historia, cultura y conflicto », Cahiers des Amériques latines, n° 68, 2012, p. 89-107.

13 Vergara et al., Op. Cit., p. 75. Un autre organisme important à l’époque était le Frente Único Araucano, d’orientation de gauche, inscrit dans le Front Populaire qui soutenait le candidat puis président Pedro Aguirre Cerda (1938-1941), Naguil Gómez, Víctor « De la Raza a la Nación, de la Tierra al País. Comunitarismo y Nacionalismo en el movimiento mapuche 1910-2010 » , Thèse doctorale en sciences politiques, Universitat Autònoma de Barcelona, 2016.

14 Voir la discussion parlementaire de l’époque dans Almonacid Zapata Fabian « La división de las comunidades indígenas del sur de Chile, 1925-1958: un proyecto inconcluso », Revista de Indias 68, n° 243, 2008, p. 115-150.

15 Samaniego Mesías, Augusto et Carlos Ruiz Rodríguez, Mentalidades y políticas wingka: pueblo mapuche, entre golpe y golpe (De Ibáñez a Pinochet), Madrid, Editorial Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2007, p. 282.

16 Les Juzgados de Indios étaient des tribunaux créés par la loi de 1930 ayant pour mission initiale la division des communautés indiennes.

17 Jeannot, Op. Cit., p. 23

18 Samaniego Mesías, Augusto et Ruiz Rodríguez, Carlos, Op. Cit., p. 281.

19 Correa et al., Op. Cit., p. 92

20 Mis en place par la réforme agraire démocrate-chrétienne, les asentamientos avaient un caractère transitoire ; après 3 à 5 ans, les paysans ou asentados choisissaient soit de garder la propriété de la terre de façon collective, soit de diviser la terre en lopins individuels. Ils représentaient le projet agraire démocrate-chrétien de constitution d’une classe moyenne paysanne.

21 Tapia Soto, Gonzalo « Aspectos constitutivos de la organización del campesinado en Chile (1920-1964) », Santiago, Grupo de Investigaciones Agrarias (GIA) Academia de Humanismo Cristiano, décembre 1982.

22 À ce sujet, voir Bastías Rebolledo Julián, Mémoires de la lutte des sans terre. Récit d’un métis chilien, chrétien et agitateur, Paris, Variations, 2009. Voir également, Gavilán Victor M., La nación mapuche Puelmapu ka gulumapu, Santiago, Editorial AYUN, 2007.

23 Discours dominant dans la presse de droite tels que El Austral et El Mercurio, s’opposant fermement à l’Unité Populaire. Il y a certainement un degré de paternalisme dans cette vision qui efface l’« agentivité » mapuche.

24 Correa et al., Op. Cit. p. 173.

25 Netuaiñ Mapu: en mapudungun, « nous allons récupérer la terre ».

26 Redondo, Jesús Ángel « Las tomas de fundos en la provincia de Cautín (Chile), 1967-1973 », Cuadernos de Historia n° 42, juin 2015, p. 168.

27 Correa, Martín « La Reforma Agraria y el Golpe Militar en el Territorio Mapuche », Pacarina del Sur Revista de Pensamiento Crítico Latinoamericano, année 5, n° 17, 2013.

28 « Programa básico de gobierno de la Unidad Popular: candidatura presidencial de Salvador Allende », 17 diciembre 1969, Memoria chilena, Biblioteca Nacional de Chile [en ligne], consulté le 25 juillet 2016, url : http://www.memoriachilena.gob.cl/602/w3-article-7738.html

29 Salvador Allende a été candidat à la présidence en 1952, 1958, 1964 et finalement élu en 1970.

30 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

31 Foerster, Rolf y Montecino, Sonia, Organizaciones, líderes y contiendas mapuches (1900-1970), Santiago, Centro de Estudios de la Mujer (CEM), 1988, p. 328-351.

32 Allende a importé l’élection de 1970 de justesse avec 36,6 % contre le candidat de la droite, l’ex-président Jorge Alessandri qui a obtenu 35,3 % et contre Radomiro Tomic de la Démocratie Chrétienne (DC) qui, quant à lui, a obtenu 28,1 %. N’ayant pas eu la majorité absolue au premier tour, le Congrès qui investit le candidat de la gauche, grâce à l’appui de Tomic et de la DC.

33 « Las primeras 40 medidas del gobierno popular », 1970, Archivo Chile, Centro de Estudios Miguel Enríquez [en ligne], consulté le 25 juillet 2016, url : http://www.archivochile.com/S_Allende_UP/doc_de_UP/SAdocup0003.pdf

34 À ce sujet, voir l’article de Sebastián Hurtado Torres « Chile y Estados Unidos, 1964-1973. Una nueva mirada », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne] Débats, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 07 février 2017, url :https://doi.org/10.4000/nuevomundo.69698

35 La violence sociale dans les campagnes monte vers la fin de l’Unité Populaire et se traduit par des confrontations entre paysans et grands propriétaires, ces derniers organisés dans les « comités de reprise » de grands domaines. Souvent fortement armés, à la limite d’une activité paramilitaire, on retrouve les actions du groupe d’extrême droite Patria y Libertad ou l’opposition idéologique ferme à la Réforme Agraire de Fiducia-TFP.

36 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

37 Jacques Chonchol, interview réalisée par l’auteure, Santiago, 15/12/2016.

38 L’importance de la région tenait aussi à sa production de blé, centrale pour l’économie nationale.

39 Le Conseil de la CORA avait comme rôle central de prendre les décisions concernant les expropriations de parcelles ou predios, il siégeait à Santiago et à Temuco, conseil auquel les paysans mapuche assistaient pour s’informer. Pendant ces deux mois, 14 predios ont été expropriés en faveur des communautés, soit 13 416,2 ha, l’équivalent de 1468,79 ha irrigués, constituant des asentamientos avec participation mapuche, Correa et al., Op. Cit., p. 161.

40 Allende Salvador « Discurso Salvador Allende sobre Propiedad Agrícola », publié dans El Mercurio, Santiago, 23 août 1971, p. 4, Marxists Internet Archives [en ligne], consulté le 25 juillet 2016,url :https://www.marxists.org/espanol/allende/1971/agosto23.htm

41 Voir Kay Cristóbal « Réforme Agraire et révolution dans le Chili d'Allende », Études Rurales, n° 59, 1975, p. 51-71.

42 Au contraire, le Pouvoir Judiciaire révoquait constamment les occupations de terre considérées comme illégales en favorisant les demandes des grands propriétaires terriens qui cherchaient à bloquer les expropriations. Les tensions entre le pouvoir exécutif et judiciaire ont caractérisé la période de l’Unité Populaire. Voir Steenland, Op. Cit., p. 88.

43  Correa et al., Op. Cit., p. 148. Ultérieurement, une réforme constitutionnelle approuvée par le Sénat permit l'expropriation de quelque 40 à 80 ha irrigués sous certaines conditions.

44 Une fois un grand domaine exproprié, le propriétaire avait le droit de garder une réserve de terrain, qui normalement incluait la maison patronale, l’infrastructure basique, les machines et le bétail du domaine.

45 La DASIN, créée en 1953, est née d’un accord entre le député mapuche Venancio Coñoepán de la Corporación Araucana et le président Ibáñez del Campo. Fortement critiquée par son manque de personnel, de financement et de volonté politique, elle a fonctionné jusqu'au 1972. Jeannot Bernard, Op. Cit., p. 14.

46 Ce dispositif a réussi à restituer aux communautés 68 341 ha en février 1972, mais il a manqué d'un soutien légal plus fort pour changer vraiment la tenure de la propriété, Correa et al, Op. Cit., p. 161.

47  Grâce à cet accord, 36 propriétés ont été expropriées, l'équivalent de 6155,80 ha pour des communautés mapuche de Collipulli, Cunco, Lautaro, Lumaco, Nueva Imperial, Perquenco, Pucón, Temuco, Victoria y Villarrica d’Araucanie, Correa et al, ibid. p. 188. D’un autre point de vue, Lebonniec signale le mécontentement de certains dirigeants mapuche qui qualifiaient ces accords « d’insuffisants », Lebonniec, Fabien « La participación de las comunidades mapuche-huilliche en el proceso de la Reforma Agraria en la Provincia de Valdivia (1970-1973) », Revista Austral de Ciencias Sociales, n° 24, 2013, p. 38.

48 Ce point est important lorsqu’on voit une participation directe des organisations mapuche dans la création de cette Loi, ce qui valide la réclamation mapuche et légitime leurs propositions. Voir le témoignage de Reynaldo Mariqueo dans Cayuqueo Pedro « La Ley Indígena de Allende era vista como una de las más avanzadas. Entrevista a Reynaldo Mariqueo de Comité Exterior Mapuche Inglaterra », Piensa Chile [en ligne], mise en ligne 20 octobre 2014, consulté le 25 juillet 2016, url : http://piensachile.com/2014/10/la-ley-indigena-de-allende-era-vista-como-una-de-las-mas-avanzadas/

49 Le réalisateur Raul Ruiz a enregistré une manifestation massive à Temuco en 1971 où Allende s’engage avec le peuple mapuche pour cette nouvelle loi. Ce document filmique Ahora te vamos a llamar hermano se trouvait dans l’Archivo Storico delle Arti Contemporanee en Italie et a été restauré à Bologne. Au Chili il fut présenté en avant-première au 19e Festival International de Cinéma de Valdivia en 2012. Ruiz, Raúl, Ahora te vamos a llamar hermano (Chili, 1971). Court-métrage documentaire, 15min./ 16mm/ couleur.

50 Discours de présentation d’Allende suivi du projet de Loi Indienne, face à la Chambre de Députés, Séance parlementaire n° 39, mercredi 19 Mai 1971, p. 2784, « Historia de la Ley Indígena » vol.I, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Colección Historias de la Ley, numéro série: 340.13(83)(09) B582h 1972, Santiago du Chili.

51 ibid., p. 2785.

52 ibid., p. 2786.

53 « consecuentemente, en este proyecto se otorga principal importancia a la organización de cooperativas campesinas que están llamadas a jugar un importantísimo papel en el desarrollo del pueblo indígena y en su liberación », ibid. p. 2788.

54 Interviews réalisées à plusieurs fonctionnaires de la Réforme Agraire par l’auteure dans le cadre de sa thèse doctorale. Ces interviews ont été mené en France et au Chili entre 2015 et 2019.

55 Discours de présentation d’Allende suivi du projet de Loi Indienne, face à la Chambre de Députés, Séance parlementaire n° 39, mercredi 19 Mai 1971, « Historia de la Ley Indígena » vol.I, Archivo Biblioteca del Congreso Nacional, Op. Cit., p. 2789.

56 ibid., p. 2793-2794.

57 art.13, paragraphe 2, Titre 1, projet de Loi Indienne, Op. Cit., p. 2794.

58 Chambre de Députés, séance n°35, mardi 14 septembre 1971, p. 3237, « Historia de la Ley Indígena » vol. I, Archivo Biblioteca del Congreso Nacional, Op. Cit.

59 Ibid.

60 Le boycott agraire et industriel vers la fin de la période imposait des obstacles de plus en plus lourds aux unités reformées pour mener à bien leurs activités productives. Dans cette perspective, la Réforme Agraire se révèle comme un antécédent important du coup d’État chilien, elle explique la violence avec laquelle l’élite agraire a répondu aux rêves d’égalité d’une partie importante de la société, la paysannerie et le monde indien. A partir du 11 septembre 1973, les conquêtes du mouvement social mapuche se voient détruites et pour eux, la répression est encore plus forte.

61 Chihuailaf Arauco, «Los Mapuches y el gobierno de Salvador Allende, 1970-1973», Sociedad y Discurso, n° 5, 2004, p. 2.

62 Projet de Loi Indienne, Chambre de Députés, Séance parlementaire n°39, mercredi 19 Mai 1971, p. 2791, « Historia de la Ley Indígena » vol. I, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Op. Cit. Dans la loi finale ce paragraphe a été introduit au point 3 de l’article 1 et modifie ainsi : « Que, habitando en cualquier lugar del territorio nacional, forme parte de un grupo que se exprese habitualmente en un idioma aborigen y se distinga de la generalidad de los habitantes de la República por conservar sistemas de vida, normas de convivencia, costumbres, formas de trabajo o religión provenientes de los grupos étnicos autóctonos del país », Ley n° 17729, Biblioteca del Congreso Nacional de Chile [en ligne], consulté le 25 juillet 2016, url :https://www.leychile.cl/Navegar?idNorma=29250&tipoVersion=0

63 Neuf groupes ethniques sont mentionnés dans la présentation : quechuas, aymaras, atacameños, changos, mapuche, huilliche, yaganes, onas et alacalufes. « Historia de la Ley Indígena » vol. I, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Op. Cit., p. 2785.

64 Article 37, projet de Loi Indienne, « Historia de la Ley Indígena » vol. I, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Op. Cit., p. 2798. Ces mesures sont conservés dans la Loi finale, Titre 2, article 34, Ley n° 17729, Biblioteca del Congreso Nacional de Chile [en ligne], consulté le 25 juillet 2016, url :https://www.leychile.cl/Navegar?idNorma=29250&tipoVersion=0

65 Moyano Barahona, Cristina, MAPU o la seducción del poder y la juventud. Los años fundacionales del Partido-Mito de nuestra Transición (1969-1973), Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado, 2009. Cette pensée théorique communitariste est bien exemplifié par l’ouvrage Silva Solar, Julio y Chonchol, Jacques, El desarrollo de la nueva sociedad en América Latina: hacia un mundo comunitario, Santiago, Editorial Universitaria, 1965. Les deux auteurs étaient des figures importantes de la section «tercerista» de la Démocratie Chrétienne au début du gouvernement de Eduardo Frei. Ce secteur a formé en 1969 e MAPU ou Movimiento de Acción Popular Unitaria, avec les nommés « rebelles » de la DC.

66 Sénat, Séance parlementaire n° 27, 18 Mai 1972, « Historia de la Ley Indígena », vol. II, Archivo Biblioteca Congreso Nacional, Op. Cit., p. 1561.

67 « el régimen de la comunidad – lo siento y lo digo honradamente, sin la menor reticencia – es la condenación de esos grupos mapuches a la miseria, al hambre, a las enfermedades », ibid., p. 1561.

68 « No se puede volver toda tierra que fue indígena alguna vez a poder de nuestros compatriotas aborígenes, pues ello provocaría una situación irresistible para la economía nacional y por el sentido común ya que en nuestra zona toda la tierra fue india, incluso las ciudades... », lettre ouverte du Comité « La Frontera » de petits agriculteurs d’Estación Allipén, dirigée à Salvador Allende, publié dans le Diario Austral le 22/09/1972 « Pequeños y medianos agricultores piden seguridad para producir : terrenos usurpados deben ser devueltos pero no los comprados legalmente », p. 7.

69 L’article de Chiappe aborde, par exemple, cette discussion dans la sphère des intellectuels chiliens, Carlos María Chiappe, « La ley n° 17.729. Desarrollo e integración del sujeto indígena en una época de polarización política (Chile, 1972) », Revista Historia y Justicia, no 7, novembre 2016, consulté le 04/01/2017, https://doi.org/10.4000/rhj.755.

70 « Manifestó además que la UP presentó un proyecto de Ley discordante en su aplicación y debió sufrir modificaciones. Lo negativo del proyecto original era, entre otras cosas, que las comunidades se trasnformaban en cooperativas campesinas inscribiendo cada una sus posesiones de acuerdo a la superficie que mantenían ocupada. Y lo discriminatorio de esta cooperativa era que también sus utilidades serían distribuidas de acuerdo con dicha cabida […] Dijo Antilef que las modificaciones que se introdujeron en el Senado fueron a petición de la masa indígena que se movilizó en diversos frentes y formó comisiones que llegaron al Senado a exponer sus planteamientos », « Mapuches esperan con inquietud promulgación de Ley indígena », Diario Austral, 26/08/1972, p. 7.

71 Intervention du député José Cademartori dans la deuxième journée du Pleno Agrario à Santiago le 14/08/1972, « Vuelco hacia el campo plantea el Partido Comunista », Diario El Siglo, 15/08/1972, p. 1.

72 « Será vetado proyecto de Ley Indígena », El Mercurio, 11/08/1972, p. 19.

73 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972, Marxists Internet Archive, p. 4, consulté le 25/07/2016, url : https://www.marxists.org/espanol/allende/1972/septiembre15bis.htm.

74 Ruiz Rodríguez signale le débat scientifique des spécialistes autour de la promulgation de la loi, notamment sur la division de terres indiennes, puisque même la gauche n’était pas unifiée dans ce sens. À titre d’exemple, il cite Alejandro Saavedra qui considère « l'imposition du modèle de communauté » comme un moyen de « domination » d’une société externe, la société chilienne. En contrepartie, Milan Stuchlick défendait plutôt un interventionnisme dans la communauté et sa reconversion en coopérative, voir Ruiz Rodríguez, Carlos « El Pueblo Mapuche y el gobierno de la UP », Comunicaciones Mapuche Kalbun [blogspot], mise en ligne 11 septembre 2005, p. 3-4, consulté le 25/07/2016, url : http://kalbuncomunicaciones.blogspot.com/2005/09/el-pueblo-mapuche-y-el-gobierno-de-la.html

75 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972, Op. Cit., p. 8.

76 « Mapuches pidieron nueva ley a Chonchol », Diario Austral, 26/08/1972, p. 9

77 Rupailaf la situe « dans l'avant-garde de politiques indiennes latino-américaines », Rupailaf Raúl « Las organizaciones mapuches y las políticas indigenistas del Estado chileno (1970-2000) », Revista de la Academia n°7, UAHC, 2000, dans Espinoza Claudio et Magaly Mella « Dictadura militar y movimiento mapuche en Chile », Pacarina del Sur Revista de Pensamiento Crítico Latinoamericano, année 5, n° 17, 2013.

78 Allende Salvador « Palabras en la firma de la promulgación de la Ley Indígena », 15 septembre 1972, Op. Cit.

79 Jeannot Bernard, Op. Cit., p. 12.

80 Correa et al., Op. Cit., p. 208 et p. 220.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – « Salvador Allende avec des femmes mapuche lors de la promulgation de la Loi Indienne en septembre 1972 », sans auteur, Centro de Documentación, Fundación Salvador Allende.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Durán Cid, « De la Réforme Agraire à la Loi Indienne de 1972. Le peuple mapuche et l’Unité Populaire (Chili, 1970-1973) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/82528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.82528

Haut de page

Auteur

Daniela Durán Cid

Univ. Rennes 2, ERIMIT (ER 4327), France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search