Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2020Terre et territoire en pays mapuc...Enjeux conflictuels liés à la ter...

Terre et territoire en pays mapuche, regards sur le temps long – Coord. Jimena Paz Obregón Iturra
Jimena Paz Obregón Iturra

Enjeux conflictuels liés à la terre et au territoire en pays mapuche

[08/10/2020]

Texte intégral

  • 1 Ces extraits de manchettes sont issus d’une recherche sur le mot clé "mapuche" dans l’édition en l (...)

1« Attaques incendiaires, climat de tension et de suspicion, attentats, aggravation du conflit, l’Araucanía en proie aux violences, incendies terroristes, mapuches inculpés sous le coup de la loi anti-terroriste », ces formules sont récurrentes depuis une vingtaine d’années dans les manchettes d’El Mercurio1, journal chilien de référence, politiquement marqué à droite, remarquable par sa capacité à donner le ton, au point d’avoir influencé l’opinion publique de manière décisive à des moments cruciaux de l’histoire chilienne. Cette conflictualité effraye et défraye aussi la chronique dans le reste de l’espace médiatique chilien ; dans la surenchère ambiante, la télévision n’est pas en reste. L’emballement émotionnel semble en l’occurrence consubstantiel à bon nombre de médias, l’une de ses conséquences étant l’évacuation de la dimension historique et politique des conflits.

2Lorsque cette introduction est sur le métier, la conflictualité sociale et politique – malgré la pandémie de Covid-19 – frôle un très haut niveau d’intensité au Chili, État-nation dans le périmètre duquel vit aujourd’hui la grande majorité des Mapuche, l’autre partie se trouvant en Argentine. La protestation sociale – Estallido social – ayant éclaté le 18 octobre 2019 à Santiago du Chili, et relayée les jours suivants dans le reste du pays, a été perçue par un large secteur des manifestants comme le prolongement des luttes menées au long de son histoire par le peuple mapuche. Ce fut une sorte d’inversion d’un stigmate hautement négatif, véhiculé par la presse hégémonique autour des « terroristes mapuche ».

3Planté au centre névralgique de la révolte, place Baquedano renommée depuis lors Dignidad, puis arborée par de nombreux manifestants, non-mapuches en majorité, le Wenufoye ou drapeau mapuche, acquit une présence massive dans les manifestations : indice parmi d’autres d’une reconnaissance du caractère précurseur de la mobilisation mapuche, reconnaissance aussi de la répression brutale exercée par les forces de l’ordre à leur encontre. Cette violence avait été sans cesse dénoncée par les dirigeants mapuche mais, en dehors des zones affectées et des cercles de soutien, l’on préférait ne pas la voir ou ne pas croire qu’elle ait pu être aussi violente et excessive : vues de la capitale Santiago, ces questions paraissaient lointaines et mineures. En revanche, dès octobre 2019 fleurissent à Santiago des pancartes qui dénoncent les violences policières en ces termes :

  • 2 "Perdón pueblo mapuche x no haberles creído. Ahora sabemos quienes son los verdaderos terroristas"(...)

« Pardon peuple mapuche de ne pas vous avoir cru.
Maintenant nous savons qui sont les vrais terroristes »2.

  • 3 À ce sujet voir entre autres le rapport de l’Instituto Nacional de Derechos Humanos qui récapitule (...)
  • 4 Comme cela fut démontré pour l’Opéración Huracán qui avait procédé de manière illégale et fraudule (...)

4Cette proclamation fait allusion à la loi anti-terroriste – nº18314 –héritée de la dictature et largement utilisée en post-dictature3 afin de criminaliser les revendications mapuche en ouvrant la porte à une justice expéditive. Elle renvoie aussi aux falsifications de preuves et aux montages policiers dont sont soupçonnées les forces de l’ordre, procédés dont elles se sont rendues coupables de façon avérée dans un nombre de cas4.

  • 5 “No son 30 pesos, son 30 años”.
  • 6 Voir Felipe Portales, Chile, una democracia tutelada, Editorial Sudamericana, 2000.

5La convergence entre ces deux mouvements de contestation, aux ancrages et historicités bien distinctes, se noue d’abord et avant tout autour du refus du néolibéralisme. L’imposante manifestation du 25 octobre 2019 réunit à Santiago plus d’un million de personnes, elle fut également massive ailleurs dans ce pays de 18 millions d’habitants. Elle rassemblait des antisystèmes radicaux et ceux qui clamaient seulement contre les excès d’un système néolibéral inauguré en dictature (1973-1988) et non remis en cause en post-dictature. La hausse du prix du transport en commun de 30 pesos dans la capitale fut l’élément déclencheur, toutefois, dans l’immédiat s’est imposé le slogan « ce ne sont pas 30 pesos, ce sont 30 ans »5. Celui-ci évoque les trente années de démocratie écoulées depuis 1990, après que le général Pinochet fut écarté du pouvoir exécutif. L’armée et ses alliés conservèrent néanmoins une part importante du pouvoir suite à une transition politique négociée (transición pactada) qui façonna une démocratie sous tutelle (democracia tutelada)6. Le deuxième point de convergence entre le mouvement mapuche et ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’explosion sociale (el estallido social) est une aspiration à davantage de démocratie. La cible principale des récriminations étant constituée par les forces de l’ordre non purgées des méthodes et procédés propres des temps dictatoriaux.

  • 7 Puelmapu désigne en mapudungun les régions situées à l’est de la cordillère des Andes, dont il ser (...)
  • 8 Rojas Pedemonte N. & D. Gálvez, "La protesta mapuche como proceso interactivo, Espacios y dinámica (...)
  • 9 Sur cet épisode clé voir entre autres : Fernando Pairicán Padilla, "Lumaco: la cristalización del (...)

6Depuis les années 1990, les pratiques arbitraires et la militarisation croissante du Ngulumapu, pays mapuche situé à l’ouest de la cordillère des Andes7, se développèrent parallèlement à une montée des actions revendicatives mapuche, qui utilisent jusqu’à aujourd’hui des répertoires d’action de plus en plus disruptifs8. Le point de départ de ce recours à des registres d’action non conventionnels est généralement situé à Lumaco (province de Malleco) en 1997, lors de l’incendie de camions transportant du bois9. L’extraction de bois et l’extension continuelle et accélérée des surfaces consacrées dans la région à l’industrie forestière s’avère être la source de contentieux la plus visible et marquante entre les différents gouvernements – qui se sont succédés au pouvoir depuis la sortie de la dictature – et les communautés mapuche. Que celles-ci soient modérées ou plus radicales dans leur refus, l’expansion de la puissante et très concentrée industrie forestière constitue pour elles une menace redoutable. En bref, le secteur crée surtout des emplois précaires, les profits quittent la région et l’impact écologique est de grande ampleur.

  • 10 Arauco, Mininco CMCP et Masisa, dominent l’ensemble de la chaîne productive et commerciale. Voir, (...)
  • 11 La presse régionale et nationale se font écho des résultats de l’enquête Casen 2017, statistique o (...)
  • 12 Rojas Pedemonte N. & O. Miranda, “Dinámica sociopolítica del conflicto y la violencia en territori (...)

7Bien que le gouvernement militaire n’ait pas complètement innové en la matière, la véritable mise en place d’une politique forestière intensive lui revient ; les gouvernements de la Concertation (coalition de centre gauche au pouvoir de 1990 à 2010) ont renforcé et étendu ce modèle d’exploitation productive basé sur des monocultures (pin et eucalyptus) qui a été déployé au détriment des espèces d’arbres vernaculaires (bosque nativo) et qui se trouve pour l’essentiel aux mains de trois grands groupes10. Avec plus ou moins d’emphase, les différents gouvernements ont donc misé sur l’industrie forestière extractive tout en prenant acte, à des degrés variables et des moments divers, de la situation de pauvreté qui affecte de manière persistante les mapuche11 : les indicateurs socio-économiques les placent toujours et encore très en dessous des non mapuche12. Les plans de développement et les programmes de restitution des terres indiennes censés revenir aux communautés sont jugés très décevants par ces dernières.

8Hormis les deux points de rencontre que sont la critique du modèle économique néolibéral et l’aspiration à davantage de démocratie, assortie d’une dénonciation des abus policiers, l’agenda des organisations mapuche présente un ordre du jour qui se distingue néanmoins assez nettement de celui du reste des mouvements sociaux mobilisés au Chili. Les griefs du mouvement mapuche contre le néolibéralisme sont déjà singuliers, ils portent en priorité sur son versant extractiviste, alors que la mobilisation sociale d’octobre 2019 s’attache au premier chef à mettre en cause le système financier qui assujettit les retraites aux fonds de pension et affiche des revenus frisant l’indigence pour une très grande majorité de retraités. Toutefois, des épisodes critiques du point de vue environnemental ont aussi conduit à la dénonciation, sur une large partie du territoire national, des « zones de sacrifice » (zonas de sacrificio), c’est-à-dire de zones qui, comme le pays mapuche, sont particulièrement exposées aux pollutions et autres dommages environnementaux.

9La revendication accrue de participation et de démocratie s’est traduite, pour une partie de la population chilienne, dans la demande pressante d’une nouvelle constitution qui remplacerait celle instaurée sous la dictature et qui, avec un certain nombre de modifications, a été maintenue depuis. Le plébiscite qui consacrera le statu quo ou qui ouvrira la voie à des changements constitutionnels est encore très incertain, il compte des partisans très fermes mais aussi des opposants dans les deux extrêmes de l’échiquier politique. Déjà reporté une fois à cause de la pandémie de Covid-19, il devrait avoir lieu le 25 octobre prochain (2020). Si une constituante se mettait en place, plusieurs questions importantes concerneraient les peuples indiens du Chili (pueblos originarios), dont les mapuche sont de loin le plus nombreux. Le sujet des sièges réservés aux représentants des peuples indiens est l’objet d’intenses discussions, il est question aussi de reconnaissance constitutionnelle, une déjà ancienne revendication et toute à la fois une promesse, jusqu’à ce jour non tenue.

  • 13 Voir Samaniego Mesías A. & Ruiz Rodríguez C., Mentalidades y políticas Winka: Pueblo mapuche entre (...)
  • 14 "... falta de acuerdo político para hacer frente a los problemas" ; "El conflicto mapuche no se ac (...)
  • 15 Nommé en 2014, il fut demis de ses fonctions en août 2015 : il est resté un peu plus d’un an sur l (...)

10La méfiance des organisations mapuche, beaucoup plus éloignées des partis politiques chiliens qu’à d’autres époques – avant la dictature par exemple13 –, est à la mesure d’un enlisement qui n’a fait que s’aggraver depuis les années 1990. La surdité des autorités, à la fois de droite et de gauche, a été constante face aux réclamations ; ceux ayant requis au pouvoir politique de faire effectivement de la politique n’ont pas réussi à se faire entendre. Francisco Huenchumilla, mapuche et député Démocrate chrétien en a fait les frais lorsqu’il était Intendant de l’Araucanie. Il avait déploré « l’absence d’accord politique pour faire face aux problèmes » en estimant que « le conflit mapuche ne s’arrêtera pas sans une politique de restitution de terres », il pointait aussi de criantes inégalités : « il ne peut pas y avoir des centaines de familles qui vivent sur un hectare et tout à côté des messieurs qui en ont deux mille »14. Cet homme politique issu d’un parti centriste aurait pu – parmi d’autres – jouer un rôle de médiateur non négligeable. Toutefois, le gouvernement de M. Bachelet l’a démis de ses fonctions avant terme15.

  • 16 Foerster et Vergara 2002 (p.35) Vergara & Foerster, "Permanencia y transformación del Conflicto Es (...)
  • 17 Rojas Pedemonte N. & D. Gálvez, "La protesta mapuche como proceso interactivo, Espacios y dinámica (...)

11Aussi, des chercheurs de sensibilités et disciplines diverses, s’accordent à signaler la rétroaction des actions – ou inactions – des différents acteurs impliqués dans ces conflits. Très tôt il fut pointée une dialectique entre mobilisation, répression et négociation sur fond d’immobilisme16. Une quinzaine d’années plus tard d’autres chercheurs analysent cette situation en termes d’interaction réciproque17. Ni les voix citées, ni bien d’autres qui auraient pu aussi l’être, n’ont eu des répercussions significatives : la situation n’a fait que s’aggraver laissant en chemin non seulement des pertes matérielles mais aussi un certain nombre de vies humaines. Du côté mapuche, une des morts récentes ayant eu un très fort retentissement au niveau national est celle de Camilo Catrillanca, jeune membre de la communauté Temucuicui, caractérisée par sa longue et intense combativité pour la récupération des terres ancestrales. Ce jeune est tombé en novembre 2018 sous les balles d’un commando d’élite déployé peu avant dans la région, le Commando Jungla. La justice enquête sur les conditions troubles de sa mort et la situation reste très tendue.

  • 18 Une des plus frappante est la grève de 2010, d’autres très marquantes par leur ampleur, leur durée (...)
  • 19 Voir par exemple : https://www.canal9.cl/programas/noticias/2020/10/07/cinco-detenidos-por-robo-de (...)

12Des répertoires d’actions caractéristiques des situations de désespoir collectif ou de conflits enkystés se sont répandus comme les grèves de la faim extrêmement longues des prisonniers mapuche18. En brandissant le jeûne auto-imposé en tant qu’arme de lutte ceux-ci exercent une violence, certes tournée contre eux-mêmes, néanmoins, la virulence du procédé d’interpellation s’avère majeure voire accablante pour l’ensemble de la société. Cette forme d’action extrême en dit long sur la profondeur des divergences et l’acuité des tensions. Aussi, la conflictualité a cessé d’être une question de portée exclusivement régionale. La destruction des infrastructures forestières ou des camions transportant le bois vers les ports d’exportation, ponctuent l’actualité nationale, y compris en temps de pandémie pendant lesquels – en dépit d’un confinement, un couvre-feu et un état d’exception extrêmement longs – aussi bien les grèves de la faim, les « attaques incendiaires » que la répression se sont maintenues à des niveaux très élevés. À noter que, dans un contexte de toute puissance persistante du secteur forestier, malgré les pertes infligées par ces actions de sabotage répétées, un autre mode d’action paraît très fréquemment décrié dans la presse : il s’agit du prélèvement illicite de bois qui porte directement atteinte à la propriété privée. Ce n’est pas là un simple « vol de bois », le déploiement – entre autres – de scieries mobiles19 laisse à penser plutôt à une récupération directe, organisée et systématique de la plus-value de l’exploitation forestière pratiquée sur des terres ancestrales mapuche considérées comme ayant été usurpées. Ces actions sont revendiquées comme légitimes tout en étant illégales.

  • 20 En espagnol despojo est l’un des termes consacrés, il a même donné le titre à un documentaire sur (...)

13Comment la situation en est-elle arrivée-là ? Que faut-il entendre par usurpation, spoliation ou bien dépossession ?20 L’intense conflictualité du temps présent, dont nous venons de poser quelques jalons, peut s’analyser dans une temporalité courte, à un moment précis de l’escalade de la violence actuellement en cours, à tout autre moment ponctuel ou bien encore sur l’ensemble du cycle. Ce sujet brûlant et sensible est l’objet d’une bibliographie abondante, citée partiellement dans les pages qui précèdent. Celle-ci apporte des éclairages extrêmement pertinents, malgré l’immédiateté des faits et l’inévitable manque de recul avec lequel se débat l’histoire du temps présent.

14Ce dossier assume un autre parti pris, il invite à envisager une facette des conflits en remontant sur le temps long. Il s’agira d’aborder ces questions irrésolues, non pas sous les feux de l’actualité immédiate, mais en y introduisant une haute dose de profondeur historique. Cela n’exclut pas d’y inclure les travaux sur l’actuel cycle de conflictualité que les chercheurs s’accordent à situer à partir des années 90, à la sortie de la dictature. Il s’agira toutefois de les entrecroiser avec d’autres recherches qui font le détour par un passé plus reculé ou qui, en tout cas, précède l’actuelle escalade des violences, en faisant le pari que, in fine, elles s’éclaireront mutuellement.

  • 21 Testart Alain, « Propriété et non propriété de la terre. 2e partie : La confusion entre souveraine (...)

15Les sources de contentieux sont âpres et multiples tout comme les revendications mapuche qui présentent aussi des versants culturels, linguistiques, ethniques et d’autres encore. Toutefois, ici nous proposons de centrer le regard sur une pierre majeure d’achoppement : il s’agit en réalité d’un double nœud conflictuel qui renvoie à la fois à la terre et au territoire, questions souvent confondues parce qu’elles se superposent partiellement. Sans sous-estimer leur interdépendance, il convient de distinguer ces deux concepts, ne serait-ce que pour mieux les articuler21. Les enjeux touchant à la terre et au territoire se combinent diversement à travers le temps et les configurations à l’œuvre ont pu changer diamétralement selon les époques. Ainsi, poser ces problématiques sur le temps long voudrait introduire un regard légèrement décalé permettant de voir différemment aussi bien l’histoire lointaine que le temps présent.

  • 22 L’occupation d’Angol étudiée par Árturo Leiva, montre précisément l’articulation entre « l’infiltr (...)

16L’enjeu principal de la conquête espagnole au sud du Chili ne fut pas toujours le territoire. Au XVIe siècle l’invasion et l’expansion territoriale furent certainement premières, mais les choses changèrent pour longtemps avec le revers de conquête hispanique, qui fait suite à la bataille de Curalaba en 1598, modifiant le rapport de forces au sud du fleuve Bío-Bío en faveur des amérindiens qui y habitaient avant l’irruption des conquistadors. Les chercheurs ayant travaillé la documentation espagnole du XVIIe et du XVIIIe siècles savent à quel point les enjeux ont pu devenir autres et aussi que conquérir des terres sans avoir le contrôle d’une main d’œuvre pouvant les faire fructifier était voué à l’échec. Après l’Indépendance, durant la première moitié du XIXe siècle, la souveraineté des chefferies mapuche ne s’est pas vue grandement affectée, quoique certains territoires étaient plus exposés car davantage pénétrables que d’autres. À partir du milieu du siècle la pression s’accentua et fut de deux ordres, la poussée en avant d’un front pionnier s’appropriant de diverses manières des terres mapuche et une armée qui – selon les moments et les besoins – a protégé, soutenu ou entérinée le processus en cours, couronnant le tout par une occupation militaire (internación ou invasión)22. Accaparement de la propriété foncière et assujettissement politique sont allés de pair.

17Les chefferies mapuche vaincues militairement, au contraintes à accepter le nouvel état des faits, furent intégrées de force aux État-nations en pleine expansion territoriale. Au Chili vint alors le temps de la fixation territoriale systématique des Mapuche (radicación), sur des surfaces bien plus réduites puisqu’il s’agissait de libérer des espaces à la colonisation, ouverte aux chiliens et aux étrangers. En tant que vainqueur, l’État-nation chilien s’arrogea la prérogative d’allotissement des terres des vaincus. Au bout de ce processus les Mapuche furent réduits à une portion congrue du territoire ancestral qu’ils occupaient jusqu’alors. Leur espace de vie devint une sorte d’archipel entouré de parcelles attribuées à de nouveaux venus qui bénéficièrent d’une part bien plus grande et conséquente du gâteau.

  • 23 Nous reprenons là la terminologie et l’analyse de J. Pinto Rodríguez, De la inclusión a la exclusi (...)

18Octroyées en usufruit, les réserves (reducciones) qui leur furent assignées ont elles-mêmes été l’objet d’âpres convoitises de la part des nouveaux, et souvent encombrants, voisins ; l’espace disponible s’amenuisait alors que la population ne cessait de croître. La recomposition de la société mapuche s’effectua alors en s’accrochant aux terres qui leur furent assignées entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle. Une société beaucoup plus fragmentée et moins mobile qu’auparavant, qui est passée de l’inclusion violente et forcée dans l’État-nation à une également violente exclusion dans laquelle elle se trouve encore aujourd’hui23. Ladite « dette historique de l’État » à l’égard des peuples autochtones réside en partie sur cette histoire de dépossession qui correspond tout à la fois à la perte de souveraineté sur un territoire et à l’assignation à une propriété foncière étriquée et fragmentée.

  • 24 Bengoa José, Historia del pueblo mapuche. Siglo XIX y XX, Santiago, Ediciones Sur, 1985.
  • 25 Marimán José A., Autodeterminación. Ideas políticas mapuche en el albor del siglo XXI, LOM edicion (...)

19Ces épisodes et processus ne se perdent pas dans la nuit des temps, ils n’ont qu’un siècle ou un siècle et demi de profondeur, il existe une mémoire vive de ce qui est advenu ainsi que des territoires perdus24. Le sentiment de spoliation, d’amenuisement et déperdition ressenti par les mapuches contemporains lorsqu’ils parlent de despojo, correspond à l’idée d’avoir été présents-là avant les autres et d’avoir été déplacés, dans tous les sens du terme, à savoir non seulement de leurs terres mais aussi du pouvoir de décider de leur propre destin. Ainsi la question de l’accès ou possession des terres croise celle du pouvoir politique exercé sur ce territoire et voit poindre une revendication d’autodétermination qui constitue véritablement à notre sens la nouvelle donne du XXIe siècle25.

  • 26 Foerster Rolf & S. Montecino, Organizaciones, líderes y contiendas mapuches (1900-1970), Santiago, (...)
  • 27 La juridiction spéciale s’est maintenue jusqu’en 1972 : Juzgados de Indios.

20La conscience des injustices n’est pas nouvelle, elle s’est manifestée durant tout le XXe siècle, notamment au moyen de puissantes organisations mapuche, le plus souvent très combatives et mobilisées afin de faire respecter leurs droits26. La dépossession subie ne s’est pas muée en défaitisme, ces organisations ont pris acte de la perte de souveraineté territoriale mais elles ont constamment lutté pour préserver le contrôle foncier sur les terres initialement reçues en assignation. En principe inviolables, celles-ci ont été progressivement rongées. L’abus de pouvoir a souvent été pratiqué en suivant une légalité apparente, pouvant se prévaloir de tous les tampons et certificats requis, afin de garder les formes devant des autorités de contrôle peu regardantes sinon de connivence. Les litiges judiciaires des Mapuche s’apparentent au parcours du combattant, tantôt au sein de tribunaux spéciaux consacrés aux questions indiennes27, tantôt devant la justice ordinaire, mais toujours en infériorité de conditions devant une justice qui leur fut imposée et dont ils ne maîtrisaient pas toujours les codes, bien que pendant longtemps elle ait été vue comme l’une des seules issues pour sauver ce qui pouvait l’être.

  • 28 À ce sujet, voir dans ce dossier le travail de Daniela Durán Cid.

21Dans les années 1950 et 1960 la pression démographique sur les reducciones devint forte et l’exode vers les villes joua un rôle d’exutoire. Aussi, dans le monde mapuche la mise en œuvre des Reformes agraires – dans les années 1960 et début des années 1970 – tenta de résoudre, ou du moins d’atténuer, les problèmes induits par l’exiguïté des terres disponibles pour une population en forte croissance28. La question foncière était alors principale, il y allait de la survie des communautés vivant dans les reducciones. Les mapuche ont joué alors un rôle proactif déterminant, par des moyens à la fois légaux et illégaux. Sur le versant des actions conventionnelles, ils ont eu recours aux tribunaux de justice et à la mise en place de politiques de redistribution de terres, en concertation avec les partis politiques chiliens. Cependant, déjà à cette période, ils employaient un répertoire d’action disruptif, en procédant à des occupations directes des terres qui leur avaient été progressivement soustraites par des subterfuges légaux divers et variés : ils réclamaient la restitution de celles faisant partie de leurs Títulos de Merced et furent néanmoins accusés de porter atteinte à la sacro-sainte propriété privée.

  • 29 Correa M. & E. Mella, Las razones del Illkun / enojo. Memoria, despojo y criminalización en el ter (...)
  • 30 À ce sujet, voir dans ce dossier le travail de Claudio Espinoza.

22Les raisons de la colère se sont accumulées, la rage longtemps rentrée n’a pas trouvé d’expression politique à sa mesure29. Pour les mapuche, la représentation politique propre se réduit actuellement surtout à l’espace local, notamment municipal. Parmi les multiples raisons, il faut sans doute mettre en bonne place la réticence des organisations mapuche à se placer désormais dans l’orbite des partis chiliens, la subordination est de moins en moins tolérée. Pour le reste, le système électoral verrouille la représentation nationale ; leurs représentants se comptent aujourd’hui dans les doigts d’une main. En revanche, l’action municipale des maires mapuche a pris une importance fondamentale dans plusieurs localités, ce phénomène politique novateur emprunte toutes les voies conventionnelles possibles afin d’affirmer une prise en main des affaires qui les concernent et de construire leur propre territorialité30.

  • 31 Ce fond est géré par la CONADI, Corporación Nacional de Desarrollo Indígena, crée en vertu de la L (...)

23Derrière la revendication des terres usurpées on peut y entendre deux choses bien distinctes. Il s’agit des terres des Títulos de Merced qui leur avaient été accordées au moment de leur établissement dans des reducciones. En post-dictature, un système de compensation des terres indiennes fut bien mis en place31, mais les problèmes de fonds demeurent toujours irrésolus et l’expansion de l’industrie forestière a suivi son cours. Mais derrière cette revendication se loge aussi la question des territoires ancestraux passés sous la souveraineté des États-nations durant la seconde moitié du XIXe siècle. Ainsi la question de l’accès ou possession des terres croise inextricablement celle du pouvoir politique exercé sur cet espace.

24La très grande différence entre les mobilisations des années 60-70 du siècle dernier et celles du XXIe siècle réside dans la revendication, qui fait son chemin dans une partie des organisations mapuche, d’une autodétermination dans un territoire sous leur maîtrise. L’ouverture de l’État-nation à davantage de multiculturalisme serait un jalon mais les aspirations de certains secteurs semblent tendre davantage vers un « contrôle territorial direct » ainsi qu’à terme vers une forme d’État plurinational.

  • 32 Leur production et analyse est aujourd’hui largement diffusée, voir entre autres : Mariman Pablo e (...)

25Les intellectuels de la cause mapuche et les leaders des nouvelles organisations ont souvent accédé à l’enseignement supérieur grâce à des bourses gouvernementales – leur permettant de surmonter le barrage dressé par les tarifs fortement prohibitifs des universités chiliennes – et ont acquis une double compétence, au sein de leurs communautés rurales d’origine et de la société chilienne dans son ensemble32. Parmi eux certains paraissent ne plus consentir à des légalités construites sur des illégalités, ni à des légalités qu’ils considèrent illégitimes ; ils aspirent à une reconnaissance politique et culturelle inassouvie et considèrent que l’État à une dette envers leur peuple. Or, la classe politique chilienne, tous bords confondus, ne semble pas prête à prendre les choses à la racine, ni à revenir sur des épisodes épineux de la construction nationale ou sur la structure centraliste de l’État, ni à mettre en question un modèle de développement extractiviste et agro-exportateur, avide de terres et autres ressources à exploiter, qu’elles soient ou non indiennes. Aussi, à ce jour, sur l’ensemble de ces questions, les perspectives envisagées se limitent au court terme et se réduisent à pourchasser les « terroristes mapuche », que les médias donnent en pâture à cœur joie. Si une nouvelle constituante il y avait, pourrait-elle changer la donne ?

Haut de page

Notes

1 Ces extraits de manchettes sont issus d’une recherche sur le mot clé "mapuche" dans l’édition en ligne du journal (emol.cl). La très grande majorité des articles comprenant ce terme, abordent la conflictualité qui règne dans la région.

2 "Perdón pueblo mapuche x no haberles creído. Ahora sabemos quienes son los verdaderos terroristas"

3 À ce sujet voir entre autres le rapport de l’Instituto Nacional de Derechos Humanos qui récapitule un certain nombre de recommandations où il est fréquemment question des mapuche, Recomendaciones sobre la Ley N° 18.314 “que determina conductas terroristas y fija su penalidad” realizadas por el Instituto Nacional de Derechos Humanos y los Órganos Internacionales de Derechos Humanos al Estado de Chile : https://www.indh.cl/bb/wp-content/uploads/2017/09/2Ley-Antiterrorista-INDH-SUDH-SIDH-3.pdf. L’INDH, réitère ses préconisations en octobre 2018 : https://www.indh.cl/recomendaciones-indh-sobre-la-ley-antiterrorista-en-chile/ [en ligne en sept. 2020]

4 Comme cela fut démontré pour l’Opéración Huracán qui avait procédé de manière illégale et frauduleuse afin d’emprisonner des dirigeants mapuche en falsifiant des preuves.

5 “No son 30 pesos, son 30 años”.

6 Voir Felipe Portales, Chile, una democracia tutelada, Editorial Sudamericana, 2000.

7 Puelmapu désigne en mapudungun les régions situées à l’est de la cordillère des Andes, dont il sera moins question dans ce dossier, sans être totalement absentes. La coupure instaurée lors de l’intégration des mapuche par la force aux deux États nations (Argentine et Chili) a eu certes de fortes conséquences mais on ne peut pas oublier que cette frontière politique s’imposa tardivement et qu’elle n’a pas entièrement tarit les échanges des deux côtés de la cordillère des Andes. À ce sujet voir Álvaro Bello dans ce même dossier.

8 Rojas Pedemonte N. & D. Gálvez, "La protesta mapuche como proceso interactivo, Espacios y dinámicas del conflicto en el retorno de Piñera", p. 16-39, in Rojas Pedemonte N., C. Lobos & D. Soto, eds., De la Operación Huracán al Comando Jungla. Anuario del conflicto en territorio mapuche, Observatori del Conflicte Social, Universitat de Barcelona / Santiago de Chile, 2020.

9 Sur cet épisode clé voir entre autres : Fernando Pairicán Padilla, "Lumaco: la cristalización del movimiento autodeterminista mapuche", Revista de Historia Social y de las Mentalidades, 2013, vol. 17. nº 1, p. 35-57.

10 Arauco, Mininco CMCP et Masisa, dominent l’ensemble de la chaîne productive et commerciale. Voir, González Hidalgo & Lopez-Dietz, p. 152, in Rojas Pedemonte N., C. Lobos & D. Soto, eds., De la Operación Huracán..., 2020, Op. Cit. Voir également : Carrasco Henríquez Noelia, "Les Mapuche et les entreprises forestières. L’état de la question", p. 249-264, in Salas Astrain R. & B. Le Bonniec, Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà, 2015, L’Harmattan.

11 La presse régionale et nationale se font écho des résultats de l’enquête Casen 2017, statistique officielle produite par le Ministère du développement Social et Familial : http://observatorio.ministeriodesarrollosocial.gob.cl/index.php. Les résultats indiquent que la région de l’Araucanie, où les mapuche résident en grand nombre, est la région la plus pauvre du pays. Voir, https://www.soychile.cl/Temuco/Sociedad/2018/08/21/551738/Encuesta-Casen-La-Araucania-sigue-siendo-la-mas-pobre-del-pais-con-un-172.aspx et https://www.t13.cl/noticia/nacional/casen-2017-la-araucania-es-la-region-mas-pobre-de-chile

12 Rojas Pedemonte N. & O. Miranda, “Dinámica sociopolítica del conflicto y la violencia en territorio mapuche. Particularidades históricas de un nuevo ciclo en las relaciones contenciosas”, pp. 36-69, Revista de Sociología, nº 30, 2015. Voir également l’intéressant “Document de travail” se trouvant en ligne, bien que qualifié de brouillon ; il y est mis en oeuvre une analyse statistique très fine qui permet de mesurer le degré d’exclusion au regard de variables multiples : Rojas Pedemonte N., Violencia estructural y exclusión del pueblo Mapuche: estadísticas multidimensionales de un territorio en conflicto, Observación de la Deuda Social en América Latina, Centro de Ética y reflexión Social, Fernando Vives SJ, U. Alberto Hurtado, 73 p.

13 Voir Samaniego Mesías A. & Ruiz Rodríguez C., Mentalidades y políticas Winka: Pueblo mapuche entre golpe y golpe (De Ibañez a Pinochet), CSIC, Madrid, 2007.

14 "... falta de acuerdo político para hacer frente a los problemas" ; "El conflicto mapuche no se acabará sin una política de devolución de tierras..." ; "no puede haber cientos de familias viviendo en una hectárea cuando al lado hay caballeros que tienen 2 mil", Francisco Huenchumilla déclarations faites a El Mercurio le 21 juin 2014, voir : https://www.emol.com/noticias/nacional/2014/06/21/666283/huenchumilla-dice-que-conflicto-mapuche-no-acabara-sin-una-politica-de-devolucion-de-tierras.html.

15 Nommé en 2014, il fut demis de ses fonctions en août 2015 : il est resté un peu plus d’un an sur le poste. https://www.bcn.cl/historiapolitica/resenas_parlamentarias/wiki/Francisco_Huenchumilla_Jaramillo.

16 Foerster et Vergara 2002 (p.35) Vergara & Foerster, "Permanencia y transformación del Conflicto Estado-mapuches en Chile", Revista Austral de ciencias sociales, nº 6, 2020, p. 35-45.

17 Rojas Pedemonte N. & D. Gálvez, "La protesta mapuche como proceso interactivo, Espacios y dinámicas del conflicto en el retorno de Piñera", p.16-39, in Rojas Pedemonte N., C. Lobos & D. Soto, eds., De la Operación Huracán... 2020, Op. Cit. Ainsi que Rojas Pedemonte & Miranda, 2015, Op. Cit.

18 Une des plus frappante est la grève de 2010, d’autres très marquantes par leur ampleur, leur durée et la mobilisation en solidarité qu’elles ont déclenchées viennent d’avoir lieu en pleine pandémie.

19 Voir par exemple : https://www.canal9.cl/programas/noticias/2020/10/07/cinco-detenidos-por-robo-de-madera-en-los-alamos-provincia-de-arauco.shtml (en ligne en octobre 2020)

20 En espagnol despojo est l’un des termes consacrés, il a même donné le titre à un documentaire sur la question : Tótoro Dauno, El despojo, 2004, film documentaire, Chili, 73 min.

21 Testart Alain, « Propriété et non propriété de la terre. 2e partie : La confusion entre souveraineté politique et proprièté foncière", Études rurales, 169-170, janvier-juin 2014.

22 L’occupation d’Angol étudiée par Árturo Leiva, montre précisément l’articulation entre « l’infiltration » du front pionnier et l’invasion qui met fin à l’indépendance des mapuche de cette région : El primer avance a la Araucanía, Angol 1862, Ediciones Universidad de la Frontera, 1984.

23 Nous reprenons là la terminologie et l’analyse de J. Pinto Rodríguez, De la inclusión a la exclusión. La formación del estado, la nación y el pueblo mapuche, Santiago, IDEA, Universidad de Santiago de Chile, 2000.

24 Bengoa José, Historia del pueblo mapuche. Siglo XIX y XX, Santiago, Ediciones Sur, 1985.

25 Marimán José A., Autodeterminación. Ideas políticas mapuche en el albor del siglo XXI, LOM ediciones, 2012.

26 Foerster Rolf & S. Montecino, Organizaciones, líderes y contiendas mapuches (1900-1970), Santiago, ediciones CEM, 1988.

27 La juridiction spéciale s’est maintenue jusqu’en 1972 : Juzgados de Indios.

28 À ce sujet, voir dans ce dossier le travail de Daniela Durán Cid.

29 Correa M. & E. Mella, Las razones del Illkun / enojo. Memoria, despojo y criminalización en el territorio mapuche de Malleco, Santiago, LOM ediciones, 2010.

30 À ce sujet, voir dans ce dossier le travail de Claudio Espinoza.

31 Ce fond est géré par la CONADI, Corporación Nacional de Desarrollo Indígena, crée en vertu de la Loi nº 19.253.

32 Leur production et analyse est aujourd’hui largement diffusée, voir entre autres : Mariman Pablo et al., ¡...Escucha, winka...! Cuatro ensayos de Historia Nacional Mapuche y un epílogo sobre el futuro, Santiago, LOM ediciones, 2006. Voir également les publications de collectif d’historiens mapuche, entre autres : Varios autores, Ta iñ fijke xipa Rakizuameluwün. Historia, colonialismo y resistencia desde el país mapuche, Ediciones Comunidad de Historia Mapuche, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jimena Paz Obregón Iturra, « Enjeux conflictuels liés à la terre et au territoire en pays mapuche », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/82647 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.82647

Haut de page

Auteur

Jimena Paz Obregón Iturra

Univ Rennes 2 / ERIMIT, EA 4327, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search