Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2020Prologue : Des étudiants catholiq...

Élodie Giraudier

Prologue : Des étudiants catholiques au Parti démocrate-chrétien

Titre de la thèse : Le Parti démocrate-chrétien au Chili (1957-2010) : de la troisième voie au néolibéralisme
El Partido Demócrata Cristiano en Chile, 1957-2010: de la Tercera Vía al neoliberalismo
The Christian Democratic Party in Chile, 1957-2010: From The Third Way to Neoliberalism
Thèse soutenue le 11 septembre 2018 à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine – Histoire contemporaine
Composition du jury :
- M. Olivier Dard, professeur des universités à Sorbonne Université (rapporteur)
- M. David Garibay, professeur des université à l’Université Lumière – Lyon 2
- Mme Annick Lempérière, professeure des universités à Université Paris I Panthéon-Sorbonne (présidente du jury)
- Mme Jimena Obregón Iturra, professeure des universités à l’Université Rennes 2
- Mme Sol Serrano Pérez, professeure des universités à la Pontificia Universidad Católica de Chile (rapporteure)
- M. Olivier Compagnon, professeur des universitéw, Université Paris III Sorbonne-Nouvelle (directeur de thèse)
[15/12/2020]

Résumés

Apparu dès les années 1930 sous la forme d’un parti, la Phalange nationale, le mouvement démocrate-chrétien chilien devient en 1957 un parti de masse, le Parti démocrate-chrétien (PDC). Celui-ci a occupé une place centrale sur la scène politique chilienne dans le tournant des années 1950-1960, puis au début des années 1990. À travers la victoire électorale d’Eduardo Frei Montalva, le PDC est en 1964 la première démocratie chrétienne latino-américaine à occuper la présidence de la République. En 1990, un président démocrate-chrétien (DC), Patricio Aylwin, conduit le premier gouvernement civil et démocratique après la dictature militaire. Cette thèse propose une histoire de ce parti sous des angles variés avec tout d’abord une histoire électorale qui vise le jeu d’échelles entre les résultats nationaux et l’enracinement du parti dans les villes, les provinces et les régions chiliennes. Puis, une histoire idéologique cherche à comprendre le projet de troisième voie, qui se veut une alternative au communisme et au capitalisme dans le contexte de Guerre froide. Ensuite, une histoire militante a pour objectifs de brosser le portrait type du dirigeant du PDC et de distinguer des générations de dirigeants DC. Enfin, une histoire de l’insertion internationale de la démocratie chrétienne chilienne témoigne de l’importance de ses relations avec les États-Unis et avec les « partis frères » européens et latino-américains dans le contexte de la Guerre froide et de lutte contre la Révolution cubaine. Au travers de l’exemple du PDC chilien, c’est plus généralement à la question de l’historicité du projet démocrate-chrétien de troisième voie que cette thèse est dédiée.

Haut de page

Texte intégral

1Placé entre l’introduction et la première partie, le chapitre prologue porte sur la genèse du mouvement démocrate-chrétien chilien entre la fin des années 1920 et la fin des années 1950. De nombreux éléments ont influencé la formation d’une génération née autour de 1910 et qui finit ses études universitaires au milieu des années 1930. D’une part, la crise économique internationale et ses conséquences au Chili ont tiré du sommeil ces jeunes hommes et jeunes femmes. D’autre part, les encycliques ont exhorté les jeunes catholiques à l’action et les ont guidés pour résoudre les problèmes politico-religieux. Les associations de jeunesses catholiques ont imité l’activisme de leurs homologues européennes. Les prêtres chiliens ont importé le mode d’emploi de l’action sociale catholique, de petits groupes qui enseignent les méthodes, et la formation de syndicats, après avoir étudié en Belgique et en France. La « génération de 1930 » s’est réellement appropriée ces modèles pour construire un projet national.

  • 1 Voir le glossaire pour ces deux encycliques.
  • 2 Fidel Araneda Bravo a le premier évoqué la « jeunesse catholique de 1930 » dans Óscar Larson, El c (...)

2Tout comme Bernardo Leighton, qui commence des études de droit en 1927 et qui milite à l’Action catholique, de nombreux membres de cette génération d’étudiants catholiques née autour de 1910 finissent leurs études universitaires au milieu des années 1930, commencent à agir dans des organisations confessionnelles avant d’opter pour le militantisme politique. Ils sont marqués par les conséquences de la crise de 1929 au Chili. Par ailleurs, les encycliques ont exhorté les jeunes catholiques à l’action pour résoudre les problèmes socio-politiques. Quadragesimo Anno (15 mai 1931) a été un vrai moteur, beaucoup plus que Rerum Novarum (15 mai 1891)1 : quarante ans après la parution de la première encyclique sociale, Pie XI (1922-1939) prend en compte les changements socio-économiques et culturels pour actualiser la doctrine sociale de l’Église sur le droit de propriété, les relations entre capital et travail, la lutte contre la pauvreté, un salaire juste, l’ordre social. Au Chili, les étudiants catholiques ont essayé de mettre en œuvre Quadragesimo Anno à travers des associations de jeunesses catholiques qui ont imité l’activisme de leurs homologues européennes. Des prêtres chiliens, après avoir étudié en Belgique et en France, ont importé le mode d’emploi de l’action sociale catholique et ont favorisé la formation de syndicats. La « génération de 1930 »2 s’est réellement approprié ces modèles pour construire un projet national.

  • 3 Correa Sutil, Sofía, Con las riendas del poder. La derecha chilena en el siglo xx, Santiago, DeBol (...)

3Même si les jeunes catholiques entrent dans le Parti conservateur en 1933-1934, celui-ci ne semble pas répondre à leurs attentes de rénovation de la politique et d’application de la doctrine sociale de l’Église. Les partis historiques, qui sont nés au XIXe siècle au Chili, c’est-à-dire les Partis conservateur, libéral et radical, sont censés apporter des réponses aux nouveaux problèmes qui pèsent sur la vie politique. Ces réponses doivent être à la fois novatrices et conformes à leur genèse, ce qui entraîne des divergences internes et des divisions. Des fractions issues du Parti radical socialiste (PRS) et de nombreux autres nouveaux partis marxistes et corporatistes, ont formé l’ensemble des forces politiques au début des années 1930 au Chili3. Au même moment, les jeunes catholiques conservateurs affirment progressivement leur identité au point de prendre leur indépendance vis-à-vis du « parti adulte », puis de fonder en 1957 le PDC.

4L’enjeu est ici de décrire comment ce groupe est né et s’est construit des années 1930 à 1957 grâce à la sociabilité catholique dans le monde universitaire, et notamment l’Asociación Nacional de Estudiantes Católicos (ANEC). Il s’agit d’étudier la politisation, l’évolution de la pensée politique de ces jeunes et les choix partisans qui en découlent.

L’ANEC, le terreau du social-christianisme

5Au tournant des années 1920 et des années 1930, des prêtres réformistes cherchent à diffuser les idées sociales-chrétiennes venues d’Europe, malgré l’opposition d’une hiérarchie plus conservatrice, car les mouvements sociaux catholiques européens et les éducateurs jésuites ont profondément influencé la jeunesse catholique chilienne de la fin des années 1920 et du début des années 1930.

Le contexte tourmenté des années 1920-1930

6La fin des années 1920 et le début des années 1930 correspondent à une période de crise identitaire en Amérique latine et au Chili : la Première Guerre mondiale a remis en cause les référents européens. Il s’agit aussi d’un tournant sur le plan politique avec la perte de vitesse des élites traditionnelles conservatrices, l’oligarchie, et l’avènement des classes moyennes et des ouvriers. À cela s’ajoutent la crise économique de 1929 et ses conséquences.

  • 4 Aylwin, Mariana et al., Chile en el siglo xx, Santiago, Planeta, 12e éd., 2005, p. 104 [1990].

7Élu en 1920 avec notamment l’appui de la classe moyenne, Arturo Alessandri Palma (1868-1950) défend un programme anti-oligarchique, mais la situation économique s’aggrave et le mouvement ouvrier reste difficile à contrôler tandis que les luttes personnelles continuent. Le 2 septembre 1924, 56 officiers entrent dans le Sénat et frappent le sol avec leurs sabres en signe de protestation contre la discussion d’une loi sur une diète parlementaire. Or, fin 1923, des projets destinés à résoudre les problèmes salariaux des militaires s’étaient heurtés à l’indifférence des milieux politiques4. Trois jours après ce « bruit de bottes », le Parlement approuve les revendications des officiers, qui ne sont pas purement militaires, et instaure des coopératives, des contrats de travail, des syndicats, des tribunaux de conciliation et d’arbitrage, des caisses d’employés à domicile, l’indemnisation des accidents de travail, une caisse d’assurance obligatoire et le droit de grève. Le Comité militaire en réaction demande la dissolution du Congrès et Arturo Alessandri est contraint à l’exil. Créée le 11 septembre 1924, une junte militaire composée du haut commandement de l’armée entend lutter contre la corruption et convoquer une Assemblée constituante.

  • 5 Pacheco Gómez, Máximo, La separación de la Iglesia y el Estado en Chile y la diplomacia vaticana, (...)
  • 6 Pereira, Teresa, El Partido Conservador 1930-1965. Ideas, figures y actitudes, Santiago, Editorial (...)
  • 7 Botto, Andrea, « La separación Iglesia-Estado desde la perspectiva del catolicismo chileno (1923-1 (...)
  • 8 Pacheco Gómez, Máximo, op. cit., p. 44.
  • 9 « Documento 10. Telegrama cifrado enviado por el Cardenal Secretario de Estado de su Santidad al N (...)
  • 10 Giraudier, Élodie, « Le Parti démocrate-chrétien, l'Église et le pouvoir au Chili », Histoire@Poli (...)
  • 11 Valparaíso, Temuco, San Felipe, Rancagua, Linares, Talca, Chillán, Antofagasta, Puerto Montt, Marí (...)
  • 12 Déclaration de l’Épiscopat chilien, citée dans Ibid., p. 161.
  • 13 Ibid., p. 162-163.

8Le 23 janvier 1925, un groupe de militaires dirigés par l’officier Carlos Ibáñez del Campo (1877-1960) renverse et remplace la junte. Arturo Alessandri revient d’exil en mars 1925 pour terminer son mandat selon un accord avec les militaires. La Constitution de 1925 renforce le régime présidentiel et met fin au régime parlementaire. Un Tribunal Calificador de Elecciones remplace le Congrès pour organiser indépendamment les élections. En outre, l’État doit veiller à la protection du travail, de la santé publique, de l’industrie, en reconnaissant à chaque Chilien un bien-être minimum, en particulier un logement sain et des ressources économiques suffisantes. Enfin, la Constitution promulguée le 18 septembre 1925 établit officiellement la séparation de l’Église et de l’État. Elle s’est faite sans conflit, même si le nonce apostolique et l’archevêque de Santiago y étaient au départ opposés5. Bien qu’elle ait été douloureuse pour certains conservateurs, elle a été acceptée comme un moindre mal6 et les catholiques ont pu défendre leurs positions7. En effet, pendant son exil et en vertu de l’accord avec les militaires, Arturo Alessandri avait traité personnellement à Rome avec Pie XI et avec le cardinal secrétaire Mgr Gasparri. Tandis que cette séparation met un terme au système du Patronat et de la religion officielle exclusive, l’État reconnaît à l’Église une personnalité juridique, une aide économique (l’archevêque Mgr Crescente Errázuriz Valdivieso (1918-1931) reçoit 2,5 millions de pesos pendant cinq ans)8 et un rôle dans le processus national. Comme l’avait demandé le Saint-Siège, la liberté d’enseignement est maintenue9. Si la signature d’un concordat a été évoquée dans les années 1920 et 1940, elle n’a jamais abouti et c’est le Saint-Siège qui nomme les évêques et les archevêques. Pie XI aurait qualifié d’« amichevole convivenza » [« cohabitation amicale »], la séparation de l’Église et de l’État au Chili. Il en serait de même en ce qui concerne les relations entre l’État chilien et le Saint-Siège10. À partir de ce moment-là, l’Église se réorganise territorialement avec par exemple la création de neuf nouveaux diocèses11. Elle cesse aussi de défendre le statu quo et commence à promouvoir le changement social, car elle considère que les problèmes nationaux s’expliquent par les injustices et par la présence de structures déséquilibrées12. Apparus dans la seconde moitié du XIXsiècle, les mouvements apostoliques comme le Círculo Ilustrado Católico de la Juventud (1876) ou les Obreros de San José (1885) se développent ainsi avec force à partir de 1925 pour intégrer et former des laïcs à la pensée et à l’action sociale, en approfondissant la doctrine sociale de l’Église et en donnant des leaders chrétiens à la communauté13.

  • 14 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994. Política, economía, sociedad, cultura, vida privad (...)

9Cependant, les différends s’accentuent entre le colonel Ibáñez, qui est ministre de la Guerre, et Arturo Alessandri. Ce dernier est contraint de démissionner une seconde fois. Son successeur, élu fin octobre 1925, Emiliano Figueroa Larraín (1866-1931), représente la réaction de l’oligarchie. Néanmoins, Carlos Ibáñez continue à être l’homme fort du régime : son conflit avec la Cour suprême entraîne la démission du président de la République. Le militaire est élu président en 1927 au terme d’une élection contrôlée par le candidat lui-même. Un gouvernement dictatorial est mis en place avec des détentions, des déportations et la limitation de libertés civiles comme la liberté de la presse. Arturo Alessandri et deux de ses fils sont déportés. Très dur envers les formations partisanes, le président Ibáñez gouverne par décret-loi et fonde un nouveau parti de gouvernement, la Confédération républicaine pour l’action civique. En 1930, tous les membres du Congrès sont nommés aux Termas de Chillán (« Congreso Termal »). S’inspirant des expériences contemporaines de Mussolini en Italie et de Primo de Rivera en Espagne, Ibáñez essaie de donner à son gouvernement un caractère nationaliste avec quelques traits corporatistes14. Les lois sociales approuvées en 1924 sont oubliées ou mises de côté pour des années, tout comme la Constitution de 1925. Dès 1928, les conspirations pour renverser Ibáñez se multiplient. Mais c’est surtout la crise économique qui fait éclater le mécontentement de différents secteurs sociaux et les manifestations dans les rues de la capitale. Ibáñez préfère démissionner et remettre le pouvoir au président du Sénat. Le 17 juillet 1931, il part pour l’Argentine. Des élections présidentielles sont organisées le 4 octobre 1931 alors qu’une partie de la Marine se soulève. Le radical Juan Esteban Montero (1879-1948) accède à la présidence de la République.

  • 15 Fermandois, Joaquín, Abismo y cimiento: Gustavo Ross y las relaciones entre Chile y Estados Unidos (...)
  • 16 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1991-1994, op. cit., p. 141, p. 143-144.
  • 17 La junte est composée du général Arturo Puga (retraité, ancien ambassadeur d’Ibáñez) qui la présid (...)

10Entre 1920 et 1932, le taux annuel de croissance du produit intérieur brut (PIB) est de – 1,06 % et celui du PIB par habitant est de – 3 %. Conséquence de la crise, les exportations de salpêtre comme engrais et explosif ont baissé de près de 90 %, passant de 2 898 000 tonnes en 1929 à un peu plus de 250 000 tonnes en 1932. Le Chili perd 88 % de ses revenus à cause de l’effondrement du salpêtre et du cuivre15. Le taux de chômage est de 20 % sur le plan national et est de plus de 25 % dans le secteur du salpêtre16. Des milliers de vagabonds errent dans les rues (Figure 1). Dans ce contexte, l’École d’aviation d’El Bosque se soulève le 4 juin 1932 sous les ordres de Marmaduke Grove (1878-1954). Le mouvement s’étend et le président Montero doit démissionner : la République socialiste du Chili est proclamée par une Junte assez diversifiée politiquement17. Celle-ci entend non seulement appliquer les idées des années 1920 (protéger les victimes de la crise), mais aussi les radicaliser sur le plan fiscal (un impôt sur les grandes fortunes), socio-économique (le contrôle des vivres par l’armée, la suspension des expulsions pour loyers impayés), politique (l’amnistie des prisonniers politiques, réunion d’une assemblée constituante). L’État voit ses compétences augmenter et ses services réorganisés à travers le monopole d’État du commerce extérieur, la révision des soldes, pensions et retraites du secteur public, la réorganisation des forces armées, le développement de l’enseignement primaire, la révision des contrats avec les compagnies étrangères impliquant un monopole, la création d’un ministère de la Santé publique et la réorganisation de la justice. Enfin, l’État soviétique est reconnu.

Figure 1 – Anonyme, Petit mendiant.

Figure 1 – Anonyme, Petit mendiant.

Source : Éditeur non identifié, Universo, Valparaíso, vol. 32, n° 1578, 26 juillet 1932, p. 10. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (URL http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-73570.html consulté le 30/09/2020).

  • 18 Club fondé le 8 juillet 1864 sur le modèle des clubs anglais. Il s’agit d’un espace de réunions po (...)
  • 19 Drake, Paul W., Socialism and populism in Chile: 1932-1952, Urbana, Chicago, Londres, University o (...)

11Mais la République socialiste se heurte aux réactions de l’oligarchie : face à la fuite des capitaux, le gouvernement doit, dès son arrivée, fermer les banques pendant trois jours. Sous la pression des banques privées et de l’US Federal Reserve, la Banque centrale refuse des prêts au gouvernement. Les industriels sont hostiles aux projets d’intervention de l’État dans l’économie et redoutent l’augmentation des revendications ouvrières, tandis que les grands propriétaires fonciers s’opposent aux projets de colonisation et à la réduction des taxes sur les produits alimentaires importés. L’idée d’un impôt progressif sur la fortune et les successions achève de dresser l’oligarchie et les adhérents du Club de La Unión18 contre le gouvernement. Les professions libérales sont en majorité hostiles à la junte et les cadres de l’administration démissionnent. Les enseignants et les étudiants quant à eux sont plus favorables au nouveau pouvoir, mais ils lui reprochent son illégalité. Le gouvernement est plus populaire dans les milieux défavorisés. Mais, il n’a qu’un soutien limité de la paysannerie en raison de la persistance de rapports sociaux traditionnels tandis que le mouvement ouvrier est divisé. De fait, la junte est rapidement débordée par les très nombreuses revendications auxquelles s’ajoute la propagande communiste qui se développe, ce qui inquiète les propriétaires terriens et l’armée. Les États-Unis menacent aussi de fermer le canal de Panama au cas où un commerce préjudiciable à leurs intérêts s’établirait entre le Chili et d’autres pays : ils envisagent aussi avec la France de couper à la République socialiste tout crédit pour ses transactions internationales. Face à cela, Santiago demande vainement de l’aide à l’Union soviétique lorsque la Standard Oil suspend ses approvisionnements de pétrole. Un croiseur britannique est envoyé le long des côtes chiliennes au moment de la chute du nouveau pouvoir19, qui n’a été reconnu que par la Chine et le Mexique.

  • 20 La République socialiste est pour certains auteurs le gouvernement né de la rébellion du 4 juin 19 (...)

12Le 16 juin 1932, la junte est renversée par un nouveau coup d’État militaire. Aucune protestation ne se fait entendre. Les membres de la République socialiste20 sont déportés tout comme Grove qui retourne à l’île de Pâques. Dirigée par Carlos Dávila (1887-1955), la nouvelle junte justifie son action par la crainte de la menace communiste tout en reprenant les thèmes de son prédécesseur, mais ce discours reste inacceptable pour la droite chilienne. Le haut commandement interdit alors à Dávila de se présenter aux élections présidentielles et demande au nouveau président de la junte, le général Bartolomé Blanche Espejo (1879-1970), de se retirer, conformément à la constitution, au profit du président de la Cour Suprême. L’armée a donc décidé d’elle-même, sans pression civile, de quitter le pouvoir afin de préserver sa cohésion interne. Les élections présidentielles du 30 octobre 1932 donnent ainsi, avec 55,30 % des voix, la victoire à Arturo Alessandri qui prône une stabilité politique et un gouvernement fort pour bloquer les menaces putschistes. Grove, candidat depuis son exil à l’île de Pâques, arrive cependant en seconde position avec près de 18 % des suffrages.

13Au Chili, comme sur le plan international, le tournant des années 1920-1930 est troublé aussi bien dans le monde politique que dans les secteurs économique et social, mais l’Église catholique pose aussi problème, car elle ne répond pas forcément aux attentes et aux préoccupations de ses fidèles.

Des prêtres entre deux rives

14Des prêtres réformistes à l’instar des pères Vives Solar, Viviani Contreras, Larson Soudy et Vives Estévez, ont implanté au Chili les idées sociales-chrétiennes d’origine européenne. Bien avant l’engouement de la jeunesse catholique pour le Vieux Monde, ce sont donc les ecclésiastiques qui ont un tropisme européen et surtout romain.

  • 21 Bruno-Jofré, Rosa, « The Catholic Church in Chile and The Social Question in the 1930s: The Politi (...)

15Le premier de ces prêtres est le père jésuite Fernando Vives del Solar (1871-1935). Celui-ci a fait ses études à l’Instituto Nacional, aux universités du Chili et Catholique, ainsi qu’au Séminaire de Santiago. En 1897, il commence le noviciat chez les jésuites de Córdoba (Argentine). Il voyage ensuite en Espagne où il est ordonné prêtre. Il rentre au Chili en 1909 et devient professeur d’histoire au Colegio San Ignacio. Après un éloignement à Córdoba en 1912, il est de retour au Chili en 1914, il fait la connaissance de Clotario Blest Riffo (1899-1990), de Manuel Larraín Errázuriz (1900-1966) et d’Alberto Hurtado qui étudient alors à San Ignacio. En 1917, il fonde le Secrétariat social, qui est dirigé par le père Larson. Néanmoins, pour les conservateurs, les doctrines sociales de l’Église contenues dans Rerum Novarum peuvent être appliquées en Europe mais pas au Chili. Ils convainquent le vice-provincial espagnol de la Compagnie de Jésus d’envoyer Vives, ce « politicard » et ce « communiste » dans la Péninsule ibérique. Par ailleurs en 1917, les supérieurs jésuites du père Vives sont tous espagnols et ils voient d’un mauvais œil ses cours sur l’histoire du Chili, en particulier ses prises de position sur les conquistadores, ainsi que, les encomenderos et la légende noire espagnole. Pourtant, lorsque le prêtre revient définitivement au Chili en 1931, il dirige les Cercles sacerdotaux d’études sociales au Colegio San Ignacio auxquels participent de nombreux membres de l’ANEC. Le père Vives del Solar (Figure 2) expose la doctrine sociale de l’Église, l’examine avec les étudiants et les charge de faire des recherches pour en rediscuter ensuite. Il commente aussi de nombreux auteurs catholiques, dont Jacques Maritain. Quand les étudiants sont suffisamment formés, ils sont envoyés auprès des ouvriers et entrent ainsi en contact avec les syndicats, notamment la Federación Obrera alors sous influence communiste et anarchiste. Ils se confrontent ainsi personnellement aux difficultés des secteurs défavorisés et sont en contact direct avec la pauvreté21. Le père Vives del Solar a été aussi le fondateur et le directeur de la Liga de Acción Sacerdotal et du Secrétariat économico-social de l’Action catholique, il a organisé l’Unión de Trabajadores Católicos, la Vanguardia Obrera Juvenil et d’autres organisations.

Figure 2 – Père Fernando Vives del Solar.

Figure 2 – Père Fernando Vives del Solar.

Source : Escritos del Padre Fernando Vives Solar (recueil de Rafael Sagredo Baez), Santiago, DIBAM, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 1993. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (URL http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-81696.html consulté le 30/09/2020).

  • 22 Cash Molina, Jorge, Bosquejo de una historia. 1935-1957: Falange Nacional, Santiago, Copygraph, 19 (...)
  • 23 Tampe s. j., Eduardo, En la huella de San Ignacio. Semblanzas de jesuitas en Chile 1823-1985, Sant (...)
  • 24 Andes, Stephen J.C., op. cit., p. 129.
  • 25 Robles Parada, Andrea Isolina, La Liga de Damas Chilenas : De la cruzada moralizadora al sindicali (...)
  • 26 Andes, Stephen J.C., op. cit., p. 131.

16Quant à son successeur, le père jésuite Jorge Fernández Pradel (1879-1961), il s’est lui aussi intéressé à deux groupes sociaux, les ouvriers et la jeunesse. Le prêtre a été formé en Europe, en particulier à Enghien en Belgique, où il a rencontré des jésuites engagés dans l’Action populaire, un ministère consacré aux ouvriers, et il a développé une longue amitié avec l’un de ses dirigeants, le père Gustave Desbuquois (1869-1959). De retour au Chili, il crée une bibliothèque qui reçoit les principaux journaux européens sur les thèmes traités avec les groupes de jeunes et d’ouvriers. Parmi ces publications, figurent La Revue de l’Action populaire et Les Cahiers d’action sociale et religieuse. Le père Fernández Pradel a continué la formation intellectuelle, spirituelle et sociale de la jeunesse (les Encuentros de los Lunes) et de groupe restreint d’ouvriers lorsque le père Fernando Vives Solar a dû s’exiler22. Misant sur la sélection d’une élite intellectuelle, de futurs dirigeants pour reconstruire un ordre social chrétien, le père Fernández Pradel s’est concentré, lors de petites sessions hebdomadaires, sur la mise en œuvre de Rerum Novarum et sur les enseignements sociaux fondés sur les Évangiles23. Il montre aux jeunes catholiques la condition des ouvriers chiliens de l’industrie et l’agriculture. Comme Clotario Blest, il souhaite une répartition plus juste des richesses et des terres, une pleine participation des ouvriers à l’organisation de leur entreprise et de leur profession et une protection contre les accidents du travail24. De ce fait, il a notamment créé les Centres ouvriers. Enfin, le prêtre a participé à des efforts pour moraliser et maîtriser l’influence des nouveaux médias pour l’évangélisation. Il contribue ainsi à créer Lumen Film, une société dirigée par des membres de la Liga de Damas Chilenas25 afin de promouvoir une éducation religieuse et un divertissement respectable en proposant des films pour le catéchisme des enfants et l’enseignement de la religion aux travailleurs dans les latifundios et les théâtres urbains26.

  • 27 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 21.
  • 28 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 65.

17Le père Guillermo Viviani Contreras (1893-1964) est une autre figure de prêtre réformiste. Proche depuis 1916 du syndicat des chauffeurs et d’un syndicat de distributeurs de lait, il a fondé Las Casas del Pueblo pour qu’ouvriers et prêtres échangent leurs expériences sur les conditions des secteurs marginalisés de la société. Au Colegio Salesiano, il organise le premier lundi de chaque mois, jour de sortie, un cercle d’études pour commenter avec les étudiants l’Évangile et les doctrines sociales de l’Église. Or, « à cette époque, [pour Fidel Araneda Bravo], divulguer les doctrines sociales de l’Église était une hardiesse, une imprudence »27. Néanmoins, « Viviani évolua dans un sens inattendu pour beaucoup, puisqu’il manifesta de claires sympathies pour le fascisme italien »28.

  • 29 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 41-42.

18L’un des prêtres réformistes les plus connus, le père Óscar Larson Soudy (1893-1974) a été curé de Machalí, paroisse de la mine El Teniente, puis il a fait ses études à Louvain (juin 1926-fin 1927), et s’est lié avec les dirigeants de l’Action catholique belge, qui est alors la mieux organisée. Il assiste régulièrement aux réunions de la direction et a de longues conversations avec le fondateur de la Jeunesse ouvrière catholique (JOC), le père Joseph Cardijn (1882-1967), ainsi qu’avec l’évêque de Liège et directeur des syndicats chrétiens, Mgr Martin-Hubert Rutten (1841-1927). Tous deux ont expliqué au père Larson comment organiser l’Action catholique et diriger des cercles d’études et comment donner l’impulsion à l’Action sociale29. En France, l’ecclésiastique chilien noue des contacts étroits avec les jésuites de l’Action populaire de Vanves. Il rencontre aussi des écrivains français à l’instar de Paul Bourget (1852-1935) et du cardinal Louis Billot (1846-1931). Pendant son séjour européen, il visite aussi l’Italie, la Grèce, l’Égypte et la Palestine et témoigne d’une fascination pour la culture gréco-romaine.

  • 30 La Phalange nationale sera abordée dans la partie ii. b. de ce chapitre.

19Un autre défenseur des grandes causes sociales et diffuseur de la doctrine sociale de l’Église, en particulier auprès de la jeunesse (ANEC), le père Francisco Vives Estévez (1900-1969), est issu d’une famille d’avocats et d’hommes politiques. Il a fait ses études au Colegio de los Padres Franceses et s’inscrit à l’École de droit de l’Université Catholique. Néanmoins, il entre au séminaire et il est ordonné prêtre en 1923. En 1925, il est nommé directeur de la Revista Universitaria et vice-recteur de l’Université Catholique en 1926. De 1926 à 1934, il effectue de nombreux voyages aux États-Unis et en Europe pour connaître le fonctionnement des universités et en particulier celui de la Sorbonne. En 1942, le pape Pie XII lui concède le titre de « Monseigneur » en reconnaissance de son travail, mais les tenants du conservatisme arrivent à l’éloigner des sphères universitaires. En 1949, il obtient la paroisse de Santa Ana, la seconde plus ancienne de Santiago et bastion traditionnel des familles conservatrices. Il diffuse ses idées sociales et fait en sorte que la Paroisse universitaire ait comme siège Santa Ana, ce qui le met en contact avec les jeunes de la Phalange nationale30, d’anciens membres du Parti conservateur et du Partido Agrario Laborista.

  • 31 Subercaseaux, Bernardo et Elisabet, Prudant, « Ideologías y catolicismo en Chile », in Ana María, (...)

20Après la révolution russe et ses retentissements en Amérique latine, les jésuites Fernando Vives del Solar et Alberto Hurtado deviennent des figures fondamentales de la diffusion de la doctrine sociale de l’Église. Tous deux viennent de secteurs aisés ou des classes moyennes favorisées, ils mènent des études de droit, puis entrent dans la Compagnie de Jésus, perfectionnent leurs études religieuses en passant de longues années en Europe, où ils connaissent la rénovation de la pensée chrétienne sociale à travers les encycliques Rerum Novarum et Quadragesimo Anno. De retour au Chili, ils forment des organisations qui mettent en pratique la doctrine sociale de l’Église à travers un intense travail social. Alberto Hurtado a aussi beaucoup écrit en diffusant le catholicisme social, mais en le nuançant avec ses propres réflexions. Ces prêtres apparaissent ainsi à la fois comme des penseurs, des intellectuels, des hommes d’action31 en étant des précurseurs, le pendant ecclésiastique des jeunes catholiques. Ils jouent de ce fait un rôle de premier plan dans la maturation intellectuelle des jeunes étudiants.

  • 32 Cité par Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 57.

21Si ces idées sociales sont surtout diffusées par des prêtres, elles atteignent lentement la hiérarchie ecclésiastique qui continue à faire en grande partie cause commune avec les conservateurs. Fondé en 1857, le Parti conservateur est un parti confessionnel qui représente les intérêts de l’Église catholique en politique. Il n’applique pas la doctrine sociale de Léon XIII, car la tendance individualiste domine. Il voit d’autre part avec méfiance l’intervention de l’État en économie. Pourtant, à la fin de son archiépiscopat, Juan Ignacio González Eyzaguirre (1844-1918), marqué par le social et l’application de Rerum Novarum, organise les premiers syndicats ouvriers en créant les semaines sociales, les Casas del Pueblo et les Écoles du soir pour les ouvriers. Il fonde également le Secrétariat économico-social. Au début des années 1920, l’archevêque de Santiago, Mgr Crescente Errázuriz est surpris du non enseignement des doctrines sociales au séminaire pour ne pas blesser le Parti conservateur. Il reste qu’en 1931, l’encyclique Quadragesimo Anno est reçue avec indifférence et dédain du côté de la hiérarchie catholique chilienne. Au début des années 1930, l’immense majorité du clergé chilien pense comme l’évêque de Concepción, Gilberto Fuenzalida Guzmán (1918-1938), que les catholiques doivent favoriser seulement le Parti Conservateur ; fonder un autre rassemblement politique est une véritable hérésie. L’archevêque de Santiago pense tout le contraire : le clergé doit rester à l’écart des luttes politiques partisanes et doit seulement former la conscience politique du peuple. Dans sa pastorale du 8 décembre 1922, il précise que « le prêtre n’est pas l’auxiliaire d’un parti ; il est sous le magistère de son évêque, qui est le guide et le directeur de la conscience des fidèles. De même qu’il n’est pas un agent politique, il ne doit pas s’entendre avec les chefs des partis ; il fera appel à ses prélats quand il doutera du chemin à prendre »32.

22Si l’engagement en politique ne fait pas l’unanimité au sein de la hiérarchie ou des prêtres chiliens, Óscar Larson a été un des premiers ecclésiastiques partisans de détourner, d’écarter la jeunesse universitaire et intellectuelle du Parti conservateur. Inspirées des encycliques sociales, des organisations sociales-chrétiennes émergent peu à peu et visent à rénover l’action des catholiques en politique.

La lente introduction des idées sociales-chrétiennes en politique

  • 33 Concha Subercaseaux, Juan Enrique, Cuestiones obreras: Memoria de Prueba, Santiago, Imprenta Barce (...)
  • 34 Concha Subercaseaux, Juan Enrique, Conferencias sobre economía social dictadas en la Universidad C (...)
  • 35 Biblioteca del Congreso Nacional de Chile, « Juan Enrique Concha Subercaseaux ». [En ligne] http:/ (...)

23Dans les années 1920-1930, des chrétiens progressistes ont cherché à modifier le projet du Parti conservateur ou à proposer un nouveau projet. Issu d’une famille de l’élite coloniale chilienne, Juan Enrique Concha Subercaseaux (1873-1931) a étudié en Europe et au Colegio San Ignacio. En 1899, il soutient son mémoire intitulé « Questions ouvrières » pour devenir avocat33. Ensuite, lorsqu’il est professeur de droit à l’Université Catholique, il rédige un texte, « Quatorze leçons sur la question sociale »34. Élu sénateur de Santiago en 1919, il intègre la Commission mixte de législation sociale du Sénat et rédige le principal projet du Code du travail. Il est élu sénateur pour la période parlementaire 1921-1927, mais le Sénat est dissout en 1924. Son travail parlementaire a été marqué par le souci de la classe ouvrière et par le désir de résoudre les problèmes sociaux existants35.

  • 36 Cité dans Díaz Nieva, José, Chile: de la Falange Nacional a la Democracia Cristiana, Madrid, Unive (...)
  • 37 Williamson Jordan, Luis, « Don Bartolomé Palacios Silva », Política y Espíritu, nº 161, 1er août 1 (...)
  • 38 Partido Popular, Nuestra actual situación política y el Partido Popular Chileno, Santiago, Imprent (...)
  • 39 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 66.
  • 40 Grayson, George W., op. cit., 1968, p. 86.
  • 41 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 39.

24Le Parti populaire est la première tentative de catholiques sociaux de créer une organisation propre, indépendante du Parti conservateur. Créé en 1920, il se veut « une traduction et une adaptation » au contexte chilien du programme du parti italien36 du père Luigi Sturzo (1871-1959). Pour les démocrates-chrétiens, son fondateur, l’avocat Manuel Bartolomé Palacios Silva (1871-1939), député conservateur de Valparaíso (1915-1918), est « un des premiers à s’abreuver de l’encyclique Rerum Novarum, il a compris sa portée féconde sur le chemin difficile de la rédemption prolétaire, tant combattue […] dans les hautes sphères du catholicisme politique traditionaliste »37. Il propose de remplacer l’individu par la famille comme base du suffrage universel et il critique fortement le libéralisme, accusé de diviser le pays en « deux castes sociales », la bourgeoisie et le prolétariat38. Clotario Blest est une des figures de proue du Parti populaire39. Deux prêtres, dont Guillermo Viviani Contreras, assistent les jeunes40, mais le parti se dissout à la suite de son échec aux élections législatives de 192541.

  • 42 Ibid., p. 40.
  • 43 Grayson, George W., op. cit., p. 86.
  • 44 Anonyme, « Elecciones », Germen, novembre 1931, nº 4, p. 2.
  • 45 Carlos Muñoz Montt, cité par Grayson, George W., op. cit., p. 86-87.
  • 46 Anonyme, « Symbolum Nostrum », Germen, juillet 1931, nº 2, p. 1.
  • 47 Anonyme, « Umbral », Germen, juin 1931, nº 1, p. 1.
  • 48 Germen continue à exister dans les années 1930, se confondant avec des organisations comme le Part (...)
  • 49 Botto Stuven, Andrea, « Catolicismo social en Chile, 1930-1960: ¿Un factor de división entre los c (...)

25Après la rupture avec le père Viviani qui adopte des positions pro-fascistes sous Ibáñez42, Clotario Blest fonde en 1928 le groupe Germen, qui espère être à la source d’un nouvel ordre au Chili. Il ne s’agit ni d’un parti politique ni d’un groupe religieux, même si les membres de Germen se fondent sur les principes chrétiens. Ce petit groupe, de quinze membres maximum, constitue « l’aile radicale des catholiques chiliens »43. Germen considère les hommes politiques comme des êtres « diminués, amoraux et amorphes avec peu ou aucune préparation sur les problèmes sociaux »44. Il a frôlé l’excommunication à cause de ses idées trop à gauche comme le démontrent ses insignes, un marteau, une faucille et une croix45, signifiant « la christianisation de la production de la vie »46. Pourtant, déterminé à appliquer les principes de Léon XIII47, le groupe Germen n’est pas marxiste et respecte le droit de propriété privée des biens « d’usage et de consommation ». En revanche, il recommande une propriété communale ou étatique des terres, ce qu’il appelle le « collectivisme chrétien ». Germen48 fait une critique aiguë du Parti conservateur, qu’il qualifie de « tas d’aveugles pharisiens » et de faux catholiques, car il exploite le système économique libéral et considère que les encycliques sociales ne concernent pas le Chili49.

  • 50 Anonyme, « Partido Social Sindicalista », Germen, août 1932, nº 7, p. 4.
  • 51 « La Constituyente y la Intervención del Estado », Idea Nueva, nº 1, août 1932, p. 1. Cité par Gra (...)

26En 1932, au moment de la proclamation de la République socialiste, s’est formé le Partido Social Sindicalista (PSS), qui entend injecter les idées sociales-chrétiennes dans la vie politique chilienne et rompre « de façon décidée avec tout ce passé de politicards et de partis infâmes »50 qui avaient pacté avec le régime déchu. La littérature du PSS contient des termes marxistes, mais c’est le socialisme et non pas le communisme qui doit être une alternative au capitalisme. Pour le PSS, le corporatisme libèrerait la société des caprices de sa condition « démocratique et libérale ». La prise de décision serait aux mains d’un petit groupe, dont chacun des membres représenterait un syndicat, un commerce, une région ou une religion. Ce ne serait pas une dictature, ni une oligarchie, ou un gouvernement des masses ou des classes, mais « des communautés autonomes sous la forme d’un État corporatif »51. À la différence du groupe Germen et de la Ligue sociale, le PSS souligne les aspects internationaux de son programme. Il entend accélérer l’abolition du capitalisme grâce à l’action internationale et l’harmonisation de l’économie internationale à travers la régulation de la production et de la distribution. Les membres du PSS recommandent aussi de mettre fin à la conscription militaire. Pour remplacer le capitalisme, ils prônent l’instauration d’un régime socialiste en se fondant sur des « communautés autonomes » organisées au sein d’un État corporatif. Le PSS n’a jamais obtenu un siège au Parlement. En raison de son programme, l’Église a fait pression sur les catholiques, dont les leaders du PSS, pour qu’ils abandonnent l’organisation. Malgré tout, des dirigeants du parti tels que Julio Santa Maria, Clotario Blest, le professeur de droit de l’Université Catholique Carlos Vergara Bravo (1893-1973) et Ignacio Palma Vicuña (1910-1988) ont pu diffuser les idées sociales-chrétiennes au Chili.

  • 52 Palacios M., Bartolomé, El Partido Conservador y la Democracia Cristiana, Santiago, Imprenta Nacim (...)

27Dans El Partido Conservador y la Democracia Cristiana (1933), Bartolomé Palacios S. semble être le premier Chilien à se dire « démocrate-chrétien »52, expression acceptée par le pape Léon XIII dans l’encyclique Graves de Communi (1900).

  • 53 Voir le glossaire (volume ii).
  • 54 Partido Corporativo Popular, Declaración de Principios, Santiago, Imprenta La Fama, 1934. Cité par (...)
  • 55 Larios Mengotti, Gonzalo, La idea corporativa en Chile, 1931-1941, Tesis de Licenciatura, Pontific (...)
  • 56 Grayson, George W., op. cit., p. 93.
  • 57 Cité dans Anonyme, « Un divorcio en las filas conservadoras », Hoy, 3 août 1934, nº 141, p. 11.
  • 58 Díaz Nieva, José, op. cit, p. 45-46.

28Du 29 juin au 1er juillet 1934, se réunit au Chili la Convención Nacional del Frente Social Cristiano, qui regroupe toutes les petites organisations catholiques progressistes à savoir le groupe Germen, La Ligue sociale, le PSS, des représentants de groupes démocrates-chrétiens comme le Partido Social Cristiano, des organisations mutualistes à l’instar d’Acción Integral et d’Unión Nacional, ainsi que, divers groupes universitaires. Bartolomé Palacios et Carlos Vergara Bravo dominent la rencontre. Il s’agit de former un Parti social-chrétien puissant, car les catholiques traditionnalistes ont écrit à Rome pour demander que le Parti conservateur soit désigné comme le seul parti catholique du Chili. Palacios et Vergara veulent donc mettre le Saint-Siège devant le fait accompli. Le Congrès fonde le Partido Corporativo Popular (PCP) que la plupart des participants intègrent. Dans sa déclaration de principes, le PCP rejette l’individualisme, le capitalisme et le socialisme, met l’accent d’une part sur la famille « comme groupe social de base », d’autre part sur la fonction sociale de la propriété et la nécessité de diviser les latifundios. Le parti défend aussi l’instauration d’un État corporatiste53 et il prône « la lutte internationale contre le capitalisme à travers l’organisation économique mondiale »54. Comme dans les cas précédents, sa base sociale se compose d’étudiants universitaires et d’ouvriers d’extraction sociale modeste55. Le PCP tout comme le PSS n’a jamais eu de poids politique, mais « il a servi d’éponge pour absorber les diverses idées et propositions des organisations sociales-chrétiennes qui prolifèrent »56. D’ailleurs, le conservateur Rafael Luis Gumucio Vergara (1877-1947) a rejeté « la tendance du catholicisme moderne à se disperser dans différents partis sur la base du credo chrétien »57. Le PCP a obtenu un conseiller municipal en 1935 et après son second congrès, en août 1936, il s’est dissout. La majorité de ses membres a adhéré à la Phalange nationale, qui naît à partir de l’ANEC58.

29Bien avant l’éclosion de la jeunesse catholique dans les années 1930, il y a donc eu de nombreuses tentatives d’appliquer les idées sociales-chrétiennes dans la vie politique chilienne. Cependant, ces essais n’ont pas eu une grande postérité, sans doute pour plusieurs raisons comme l’éclectisme des sources d’inspiration, qui vont des encycliques sociales au marxisme en passant par le corporatisme, des esprits réticents, une certaine connivence entre l’Église et le Parti conservateur, ainsi qu’une faible implantation territoriale. Si l’ANEC existe depuis le milieu des années 1910, ses membres lui donnent une nouvelle orientation dans les années 1930.

Vivre intégralement le christianisme

  • 59 Meyer, Jean-André, Historia de los cristianos en América Latina, siglos xix y xx, México, Edicione (...)
  • 60 Vallier, Ivan, « Religious Elites: Differentiations and Developments in Roman Catholicism », in Ma (...)
  • 61 Meyer, Jean-André, op. cit., p. 306.
  • 62 Mayeur, Jean-Marie, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », An (...)

30Avec les conflits qui ont opposé au XIXe siècle l’Église aux États latino-américains indépendants, se développe un « catholicisme romain, autoritaire, clérical »59, « papiste »60. Or, « l’intégralisme, l’intransigeantisme ou catholicisme intransigeant » rejettent totalement l’autonomie des activités humaines, la sécularisation ou la privatisation de la religion. Le catholicisme intransigeant dénonce vigoureusement le libéralisme sous toutes ses formes, idéologiques, économiques et sociales et le rend responsable de tous les maux. Il lui oppose un autre monde composé d’une société organique, hiérarchisée, d’une pyramide de corps et de communautés « naturelles » sous l’égide des dépositaires légitimes de l’autorité divine avec à la tête le clergé. Ce catholicisme antimoderne et réactionnaire se veut « social » et remet en cause le capitalisme61. Il prend forme entre 1850 et 1880 et acquiert de la cohérence avec la parution de Rerum Novarum sur la formule « démocratie chrétienne ». Si l’intégralisme proposait une relation intrinsèque entre le politique et le religieux, l’apport de Jacques Maritain et de la démocratie chrétienne en germe est plutôt de séparer les deux instances. Être catholique social et être antilibéral n’est plus incompatible62.

31Dans la sphère des associations et organisations catholiques qui entendent lutter contre la pauvreté, les conséquences économiques et sociales de la crise des années 1930, l’ANEC, fondée en 1915 par deux étudiants, dont Eduardo Cruz-Coke, et deux prêtres, occupe une place à part liée à la formation de ses membres et à l’engouement des jeunes universitaires chiliens pour les remèdes chrétiens à la « question sociale ».

  • 63 Gómez Ugarte, Jorge, Ese cuarto de siglo… (25 años de vida universitaria en la anec, 1915-1941), S (...)

32La vieille maison de l’association se situait au centre-ville, dans l’artère principale de Santiago, la Alameda, et elle était dotée d’une bibliothèque, d’une chapelle et de son « club ». Son objectif était de regrouper les étudiants catholiques de l’Université du Chili en opposition à la Federación de Estudiantes de la Universidad de Chile (FECH)63. Les étudiants de l’Université Catholique s’y sont rapidement intégrés.

  • 64 Frei Montalva, Eduardo, Memorias (1911-1934) y correspondencias con Gabriela Mistral y Jacques Mar (...)
  • 65 Cité dans Rolle, Claudio, Ignacio Palma Vicuña. Apasionado de Libertad, Santiago de Chile, icheh, (...)

33Le père Larson commence mi-1925 à assister les chapelains de l’ANEC, puis il reprend son poste en 1928, après son séjour européen. À cette date, l’Association nationale des étudiants catholiques était en décadence en devenant un simple club social. Pour son biographe, Fidel Araneda Bravo, le père Larson lui insuffle l’esprit chrétien en instaurant des retraites dans la Casa de Ejercicios de San Juan Bautista. Le père Larson invite les étudiants catholiques à « prendre l’ANEC » et c’est le moment de l’arrivée de Bernardo Leighton, d’Eduardo Frei, de Jaime Eyzaguirre, de Víctor Delpiano, de Lorenzo de la Maza, de Jorge Rogers, de Julio Philippi et d’autres jeunes. Dans ses mémoires, Eduardo Frei affirme que ce sont les étudiants qui ont changé l’ANEC : « Nous avons donc lutté pour conquérir l’ANEC et lui imposer une nouvelle direction. En moins d’un an, nous avions réalisé pleinement notre objectif. Les anciens membres sont partis et l’ANEC est devenue ce que nous espérions »64. C’est aussi la version d’Ignacio Palma. Lorsqu’il adhère à l’organisation en 1927, il se propose d’en changer radicalement le caractère, d’en faire un espace de réflexion et de croissance intellectuelle pour les universitaires, ainsi qu’une instance de formation et de transmission des valeurs chrétiennes pour le monde moderne65.

  • 66 Cité dans Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 50.
  • 67 Pereira, Teresa, op. cit., p. 56.

34Dans ses mémoires, Larson dit que les jeunes ont commencé à « vivre intégralement leur christianisme dans leur environnement, à toutes les heures de la journée et tous les jours de la semaine, il est donc indispensable d’organiser leur vie spirituelle »66. Ces derniers devaient être de nouveaux types de catholiques, capables de vivre leur religion dans tous les domaines67. Comme le souligne Sol Serrano,

  • 68 Serrano Pérez, Sol, « El Partido Conservador y la Falange Nacional 1932-1938 », in Sofia Correa S.(...)

« Être un jeune catholique militant signifiait à cette époque non seulement [se consacrer à] sa propre vie religieuse intérieure, mais aussi être fidèle à l’appel de l’Église à l’évangélisation qui était centrée sur la question sociale désormais considérée comme le talon d’Achille d’une société convulsionnée »68.

  • 69 Aliaga Rojas, Fernando, La Iglesia en Chile. Contexto histórico, Santiago, Ediciones Paulinas, 3e (...)

35L’organisation de l’ANEC s’inspire de l’exemple français : il s’agit de former avec les jeunes un « groupe d’élus » qui doit ensuite influencer la société. Le système élitiste des « cercles d’études » est donc adopté69 : il y en a un par faculté (Médecine, Théologie, Ingénierie, Droit). Le père Larson applique la méthode observée en Belgique : il s’agit de « voir le problèmes » pour « juger » et « agir » dans le milieu. Fondée en 1931, l’Action catholique adopte la même méthode. Le père Larson a aussi créé une académie littéraire, le Club excursionniste et la Revista Estudiantil Católica (REC). La fête des étudiants (au Théâtre Municipal et au Club hippique) permettait aussi de recruter de nouveaux adhérents à l’ANEC.

  • 70 Membres de l’anec.
  • 71 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 57.

36Autre activité de l’ANEC, la Semaine sociale comporte une lecture de travaux des anecistas70. Ainsi, Eduardo Frei présente « Origine et causes de la question sociale », Víctor Delpiano « Socialisme et communisme », Lorenzo de la Maza « Principes théoriques de la doctrine sociale catholique ». La REC, dirigée par Jaime Eyzaguirre, publie en octobre 1931 un numéro spécial avec tous les essais lus pendant la Semaine sociale et en annexe, pour la première fois au Chili, l’intégralité de l’encyclique Quadragesimo Anno71.

  • 72 Organisation syndicale des mécaniciens et des conducteurs de train, fondée en 1889.
  • 73 Du quechua « farine sèche ». Boisson chilienne à base de farine de blé ou de maïs grillée, lait (o (...)
  • 74 Larson, Óscar, La Anec y la Democracia Cristiana, Santiago, Ediciones Rafala, 1967, p. 16.

37Pour appliquer la doctrine sociale enseignée à l’ANEC, les jeunes anecistas donnaient des cours du soir, visitaient les hôpitaux et donnaient des conférences dans les quartiers et les associations ouvrières comme la Santiago Watt72, le syndicat des boulangers, la Fédération ouvrière de Luis Emilio Recabarren, dans les centres paroissiaux de jeunes et les processions paroissiales. En 1931, les anecistas ont ouvert un Almacén de Caridad [magasin caritatif] et Leighton forme le Comité Pro-Albergados [Comité pour les sans-abris] qui distribue de l’ulpo73 tous les matins74.

38De nombreuses activités témoignent de la dimension confessionnelle de l’ANEC : la procession du Saint-Sacrement, qui devient la fête de la jeunesse catholique universitaire, et le défilé nocturne en l’honneur du Christ Roi (dernier dimanche d’octobre). Ces activités étaient précédées de messes dans l’ancienne église de las Augustinas, rue Moneda. Du 1er au 4 janvier 1931, le père Larson et une importante délégation de l’ANEC assistent à Valdivia au Ve Congrès eucharistique national. Ces journées aboutissent à l’union de l’ANEC et des centres paroissiaux en un Secrétariat national de la Jeunesse catholique du Chili dont l’aumônier est Larson et le secrétaire général est Frei Montalva. Peu après, ils parcourent les provinces du Chili pour diffuser dans les centres paroissiaux les objectifs et les méthodes du mouvement naissant de l’Action catholique. Quand, quelques mois plus tard, les évêques fondent l’Action catholique, la jeunesse était déjà formée. En septembre 1933, le vicaire capitulaire d’Antofagasta, le père Luis Urzúa, demande au père Larson de venir dans sa ville avec un groupe d’anecistas pour participer à une semaine sociale. En effet, beaucoup de jeunes d’Antofagasta étaient de gauche, marxistes, athées et anticatholiques. L’aumônier de l’ANEC voyage notamment avec Manuel Antonio Garretón, Julio Santa María, Eduardo Frei et Radomiro Tomic. Les jeunes anecistas font la connaissance d’Edmundo Pérez Zujovic. À l’issue de cette visite est fondé dans la province le premier centre organisé de jeunes catholiques conseillés par le père Urzúa. Ce dernier dirige aussi le journal El Debate, créé à cette occasion.

  • 75 Correa Sutil, Sofía, op. cit., p. 50.
  • 76 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 64.

39Tandis que dans les années 1930, l’Université Catholique se caractérise par son militantisme religieux, l’Université du Chili affiche sa tradition positiviste et anticléricale75. Les étudiants catholiques de cette dernière ont donc eu besoin d’un organisme autonome qui leur permette d’agir en tant que groupe confessionnel dans les luttes de corporations et politiques. Le père Larson aide donc à fonder le « groupe Rénovation » qui dispose de sa propre direction et de son propre aumônier. Ses activités sont similaires à celle de l’ANEC et le groupe doit lutter contre la progression du marxisme au sein de la FECH. Les assemblées dans le salon d’honneur de l’université sont tumultueuses : les catholiques sont au départ moqués pour leur pratique religieuse. Les jeunes de Rénovation ont eu ensuite une telle influence qu’Ignacio Palma a failli gagner la présidence de la FECH76.

40L’ANEC, le groupe « Rénovation » ou les cercles d’études du père Vives sont donc à l’origine des associations confessionnelles d’étudiants catholiques. Elles représentent aussi une école de formation pour les futurs phalangistes et une école d’activisme et d’organisation pour la suite. Si l’inspiration religieuse reste, l’entrée en politique signifie progressivement l’élimination du caractère confessionnel des jeunes conservateurs.

L’entrée en politique aux côtés du Parti conservateur

41La formation de la « génération des années 1930 » à l’ANEC, dans les cercles d’études du père Viviani ou au sein du groupe « Rénovation », ne la prédisposait pas vraiment à entrer dans les rangs du Parti conservateur. Pourtant, la chute du gouvernement Ibáñez et d’autres événements favorisent le rapprochement avec le parti des catholiques. Néanmoins, l’adhésion à la Jeunesse conservatrice ne signifie pas une assimilation.

Le déclencheur : la fin de la dictature d’Ibáñez

  • 77 Grayson, George W., op. cit., p. 104.
  • 78 Marín Balmaceda, Raúl, La caída de un régimen: julio de 1931, Santiago, Editorial Universitaria, 1 (...)
  • 79 Cité par Marín Balmaceda, Raúl, op. cit., p. 43.
  • 80 Cité dans Boye Soto, Otto, Hermano Bernardo. 50 años de vida política de Bernardo Leighton, Santia (...)

42La dictature a retardé l’adhésion de la génération de Leighton à un parti politique77. En effet, les jeunes catholiques n’étaient pas indifférents à la répression croissante d’Ibáñez. La révolution bolivienne de juillet 1930, pendant laquelle l’université s’est soulevée contre un président autoritaire, a servi de précédent pour les étudiants chiliens. Présidés par Julio Barrenechea (1910-1979), les étudiants en droit de l’Université du Chili manifestent dans la principale artère de Santiago, l’Alameda, en chantant l’hymne national78, rejoints par ceux de l’Université Catholique. Ensuite, ils se réunissent à l’Université du Chili et Bernardo Leighton, président des étudiants de l’École de Droit de l’Université Catholique, a prononcé une forte attaque contre le gouvernement : « On a déclaré pas de quartier à la dictature militaire ; et comme nous ne sommes pas armés, nous appelons tous les citoyens à faire grève… On nommera des comités pour obtenir l’appui de tous les syndicats et associations professionnelles »79. Les étudiants cernent l’Université et accrochent la banderole « Ley y Libertad », passent la nuit du 23 au 24 juillet dans l’université occupée pour demander « la fin de la dictature par le départ d’Ibáñez et la restauration totale de la démocratie »80. Les jeunes reçoivent le soutien de l’opinion publique. Tandis que les carabiniers tirent sur eux, l’aristocratique Club de La Unión, qui se trouve en face, leur envoie deux cents déjeuners. Le sentiment anti-Ibáñez atteint son point d’orgue lorsqu’un étudiant est tué le 24 juillet, puis le lendemain un jeune professeur. Médecins, avocats, maîtres et travailleurs se joignent alors à la grève.

  • 81 Conservateurs.
  • 82 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 54.
  • 83 Ibid., p. 56.

43Pour le père Larson, ce n’est pas l’ANEC, mais les anecistas qui ont participé à l’occupation de la Casa central de l’Université du Chili et ont empêché que les marxistes s’emparent de la direction du mouvement civil : « l’Association, en tant que mouvement d’Action catholique, ne faisait pas de politique active, c’est-à-dire qu’elle n’appuyait pas les éléments conservateurs qui se croyaient les protecteurs de la hiérarchie ecclésiastique ; cette abstention de l’ANEC mettait hors d’eux les pelucones81. En tant qu’anecistas, nous n’appartenions à aucun parti politique […] »82. En effet, le père Larson conseillait aux anecistas de « ne pas prendre d’engagements amoureux ni politique avant la cinquième année universitaire »83.

  • 84 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 54-55.
  • 85 Silva Bascuñán, Alejandro, Una experiencia social-cristiana, Santiago, Editorial del Pacífico, 194 (...)
  • 86 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 72.

44La chute d’Ibáñez (Figure 3) a levé la quarantaine qui pesait sur les activités politiques. Les étudiants catholiques sont alors face à un dilemme : comment trouver la meilleure solution au problème social ? Doivent-ils entrer dans un parti politique ? Doivent-ils entrer au Parti conservateur qui est confessionnel ? Doivent-ils chercher un autre groupe politique auquel adhérer ou continuer à agir indépendamment dans la sphère sociale ? Néanmoins, au sein de l’ANEC, trois courants se sont formés : le premier, souvent qualifié d’intégriste en raison de ses idées mystiques, est représenté par Jaime Eyzaguirre et Julio Philippi, qui rejettent toute vie politique militante active et toute participation dans un parti politique. La seconde tendance est celle des activistes sociaux à l’instar de Julio Santa María et de Carlos Muñoz Montt, qui mettent l’accent sur les problèmes sociaux à travers les syndicats. La troisième tendance, celle représentée par Eduardo Frei et ses camarades, s’engage en politique84. « Malgré son patrimoine idéologique, cette génération était complètement désorientée »85. Elle témoigne d’une certaine méfiance envers les partis politiques jugés incapables de maintenir la stabilité institutionnelle86. Comme le remarque a posteriori l’un des jeunes étudiants catholiques, Alejandro Silva Bascuñán,

  • 87 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 33-34.

« Ce n’était pas des jours propices aux partis politiques. Depuis 1926, le général Carmona, puis Oliveira Salazar, parvinrent à mettre fin à l’anarchie portugaise grâce à un régime énergique d’inspiration catholique qui, tout en respectant les droits de l’homme, relevait rapidement la nation lusitanienne. L’Italie de Mussolini semblait aussi s’orienter vers une nouvelle expérience de la gloire romaine avec des méthodes étrangères au pluralisme partisan. L’Allemagne voyait déjà venir sa version de l’idéal fasciste […]. Et d’un autre côté, les États-Unis dans une terrible crise économique, la France dans son indiscipline constante, l’Angleterre profondément déprimée, n’incitaient pas à admirer le régime de partis »87.

  • 88 Ibid., p. 34.
  • 89 En 1885, dans l’encyclique Immortale Dei sur la constitution chrétienne des États, Léon xiii a exp (...)
  • 90 Lircay, « La Iglesia y la política », Lircay, 29 mai 1935, p. 1.

45Selon le juriste, « l’orgie parlementaire de l’après 1891 avec son instabilité ministérielle, son obstruction législative et l’irresponsabilité de l’administration », le clientélisme, la corruption, les « excès des factions », mais aussi les événements de septembre 1924 expliquent aussi les réserves des jeunes catholiques à l’égard des partis traditionnels88. De plus, Léon XIII avait réglé les relations de l’Église catholique avec les partis politiques dans l’encyclique Immortale Dei89. Imprégnés des textes ecclésiastiques, les jeunes catholiques rejettent donc la formation d’un parti politique parce qu’ils considèrent « antinational » de diviser les forces catholiques90.

Figure 3 – Une foule fête début août 1931 la chute d’Ibáñez dans les rues.

Figure 3 – Une foule fête début août 1931 la chute d’Ibáñez dans les rues.

Source : Zig-Zag, Santiago, vol. 59, n° 1380, 1er août 1931, p. 56. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-73574.html, consulté le 30/09/2020).

  • 91 On peut citer Jaime Eyzaguirre, Julio Phillipi, Alfredo Bowen, Manuel Atria, Antonio Cifuentes Gre (...)
  • 92 Ibid., p. 52.
  • 93 Philippi, Julio, « El Estado totalitario », Falange, mai 1934, nº 2, p. 1. Eyzaguirre, Jaime, « Ha (...)

46Une première forme d’engagement pour les jeunes anecistas se situe sur le plan social. En 1932, le père Vives del Solar et un groupe d’étudiants, de professionnels et d’ouvriers catholiques se préoccupant de la question sociale, dont Clotario Blest, créent la Liga Social. Ses membres n’ont pas été plus de cinquante et la majorité a aussi fait partie de l’ANEC91. Il s’agit de développer la charité et de revenir au christianisme primitif en se fondant sur des sources aussi disparates que Jacques Maritain, le chancelier autrichien Engelberg Dollfuss, l’écrivain espagnol nationaliste Ramiro de Maeztu, José María Gil Robles de la Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA), Antonio Oliveira de Salazar ou encore le socialiste belge Henri De Man92. Tout comme les autres organisations chrétiennes sociales, la Ligue sociale aspire à un régime corporatif et se veut une alternative au « libéralisme qui a désarticulé le corps social et au socialisme qui a prétendu souder ses divers membres mécaniquement et artificiellement »93.

  • 94 Anonyme, « La juventud y la política », Falange, octobre 1933, nº 1, p. 3.
  • 95 Bruno-Jofré, Rosa, art. cit., p. 718-719.
  • 96 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 48.

47La Ligue sociale fait partie du Secrétariat socio-économique de l’Action catholique, elle dispose d’un journal, Falange, de centres culturels, de cinq écoles sociales, de huit cercles d’études avec des prêtres et d’une association de médecins. Elle organise des conférences, des programmes de formation, des coopératives et des syndicats. Apolitique94, elle n’est pas liée au Parti conservateur et elle n’a aucune affiliation partisane95. Certains membres de la hiérarchie catholique, comme Gilberto Fuenzalida Guzmán, auraient vu d’un mauvais œil cet apolitisme. Or Clotario Blest a appuyé la République socialiste, ce qui a entraîné sa destitution de la présidence de la Liga Social96. Vives est de plus en plus considéré comme le diviseur des catholiques. Il est donc renvoyé du Secrétariat social de l’Action catholique en 1935, ce qui fait grand bruit. L’archevêché de Santiago et la Compagnie de Jésus censurent ses écrits.

48En parallèle, la recherche d’une assise politique pour un groupe d’anecistas coïncide avec l’effort de quelques dirigeants conservateurs pour moderniser leur parti en l’étendant aux secteurs populaires.

  • 97 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit, p. 35.
  • 98 Frei Montalva, Eduardo, Memorias 1911-1934, op. cit., p. 35.
  • 99 Salazar, Gabriel et Julio Pinto, Historia contemporánea de Chile i. Estado, legitimidad ciudadanía(...)

49De retour d’exil, Rafael Luis Gumucio s’étonne de l’absence de jeunes dans les rangs conservateurs. Il a donc l’idée de recruter Leighton et ses amis. Le rapprochement des conservateurs se fait assez naturellement, car plusieurs camarades de cours de Frei étaient les fils de personnalités du Parti conservateur. Leighton s’est lié à Gumucio, par l’intermédiaire de son fils, Rafael Agustín Gumucio Vives, qui est alors étudiant en droit97. Il s’agit du premier contact de la jeunesse catholique avec une figure politique, et, qui plus est, conservatrice : « sa maison a commencé à être le centre des visites qui désiraient le connaître et l’écouter »98. Pour convaincre les jeunes catholiques de rester indépendants de la politique qu’il associe à la corruption et au chaos, le père Larson les accompagne chez Gumucio et presse le conservateur de questions : Comment appliquer au Chili les encycliques papales ? Quels sont les problèmes de l’université ? Quelle est la situation de la marine marchande ? Gumucio donne des réponses schématiques et Larson fait remarquer ensuite aux jeunes catholiques que les hommes politiques sont mal préparés, mal informés sur les problèmes sociaux99.

  • 100 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 67.
  • 101 González Errázuriz, Francisco Javier, Partido Demócrata Cristiano. La lucha por definirse, Valpara (...)

50En 1934, sous la pression des évêques de Concepción, de La Serena et de Talca100, l’archevêque Horacio Campillo (1931-1939) entre en scène. Il essaie de faire dissoudre la Liga social pour que ses membres adhèrent au Parti conservateur. De même, il demande à Larson de guider les jeunes catholiques vers les rangs conservateurs. Larson s’y oppose, car le prosélytisme politique est interdit à l’intérieur de l’Action catholique. L’archevêque insiste, mais Larson demande sa mutation au Pérou. Pendant ce temps, Gumucio continue sa tâche en invitant fréquemment les jeunes chez lui pour déjeuner ou dîner. Ils y rencontrent alors Horacio Walker Larraín (1887-1974), Héctor Rodríguez de la Sotta (1887-1967) et d’autres dirigeants conservateurs. Rapidement, la résidence de Gumucio devient un second foyer pour les jeunes catholiques. Le conservateur ne connaît certes pas les encycliques sociales, mais les jeunes l’admirent pour son attachement aux principes démocratiques et son opposition à Ibáñez en tant que sénateur et en tant qu’éditeur de El Diario Ilustrado. À cette époque, un seul engagement politique était envisageable pour les catholiques : celui d’être aux côtés du Parti conservateur101.

  • 102 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 73.
  • 103 Grayson, George W., op. cit., p. 108.

51Malgré tout, la génération de 1930 se montre réservée sur une adhésion au Parti conservateur. Même si ce dernier était « l’héritier d’une brillante tradition républicaine »102, les étudiants catholiques détestent la corruption et les « sales coups politiques »103 qui entachent son histoire. Ils méprisent aussi les engagements pris par les conservateurs avec Ibáñez. Mais plus que tout, les jeunes catholiques ne peuvent plus supporter le libéralisme des conservateurs sur le plan socio-économique, qui leur semble incompatible avec des idées sociales-chrétiennes.

52Pour faire pression et obtenir des réformes, Bernardo Leighton entre début 1933 à l’Assemblée de propagande conservatrice, un appendice du Parti conservateur. En effet, il a été marqué par le spectacle des mineurs de nitrate sans emploi qui viennent du Nord pour chercher un emploi à Santiago. Il a essayé de les aider à travers l’ANEC, en collectant des couvertures, des chaussures et des vêtements. Mais l’administration de la capitale décourage ses actions en lui refusant même un camion pour transporter des vêtements. Il en a ainsi conclu que les conditions sociales pouvaient seulement être améliorées par une action politique concertée :

  • 104 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit., p. 33.

« J’ai bien compris qu’il existait une incompatibilité entre un gouvernement dictatorial et notre conscience de jeunes catholiques, nous qui nous sentions solidaires des travailleurs du Chili dans leurs problèmes quotidiens basiques et leur activité dans l’industrie et l’économie du pays. Cette réflexion m’a fait immédiatement commencer mon activité politique en contact confidentiel avec beaucoup d’autres jeunes, avec qui, sous différentes conceptions doctrinaires, nous coïncidions sur des objectifs contraires au gouvernement, en raison de son activité opposée au respect intégral de la Constitution »104.

  • 105 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 29.

53Radomiro Tomic, Manuel Francisco Sánchez, Manuel Garretón, Eduardo Frei et d’autres étudiants suivent ainsi Leighton en rejoignant les rangs conservateurs. En 1934, plus de 500 étudiants sont entrés dans le Movimiento de la Juventud Conservadora. D’autres, comme Jaime Eyzaguirre et Julio Philippi, ont préféré conserver leur indépendance politique en traitant les autres de « traîtres ». Leur position est confirmée le 1er juin 1934 par une lettre du secrétaire d’État du Vatican, le Cardinal Pacelli, au nonce apostolique : d’après cette missive, il ne pouvait pas exister de parti officiel catholique et donc les fidèles n’étaient pas obligés de se regrouper dans un parti confessionnel105 :

  • 106 « La Iglesia y los partidos políticos », Boletín de Acción Católica de Chile, août 1934, nº 17, p. (...)

« Aucun « parti politique, même s’il propose de s’inspirer dans la doctrine sociale de l’Église et de défendre ses droits, ne peut s’arroger la représentation de tous les fidèles, puisque son programme concret ne pourra jamais avoir une valeur absolue pour tous, et ses interventions concrètes sont sujettes à erreur »106.

54Si des étudiants de l’ANEC entrent au Parti conservateur, cela ne correspond pas pour autant à un renoncement à la doctrine sociale de l’Église : ils maintiennent en même temps leur préoccupation pour la « question sociale » et leur engagement en faveur des encycliques papales.

La Jeunesse dans le Parti conservateur : une unité de façade

  • 107 Gazmuri, Cristián (avec la collaboration de Patricia Arancibia et Álvaro Góngora), Eduardo Frei Mo (...)
  • 108 Partido Conservador, Centro de Estudiantes, Bases, Estatutos, Organización, Santiago de Chile, Imp (...)
  • 109 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 81.
  • 110 Près de 200 numéros de Lircay paraissent jusqu’au 23 novembre 1940.
  • 111 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 130-131.

55La Jeunesse conservatrice se structure ainsi peu à peu, mais elle maintient son autonomie vis-à-vis du parti : en mai 1933, paraît dans l’organe du Parti conservateur, El Diario Ilustrado, un manifeste de la Jeunesse conservatrice, qui enjoint les jeunes Chiliens à prendre conscience de leurs devoirs envers leur pays face à l’indifférence jetant le peuple dans les mains d’agitateurs et de démagogues. En 1933, même si la date exacte est inconnue, une brochure, notamment signée par Leighton, Gumucio, Silva Bascuñán, Tomic, Sánchez et Garretón107, établit les bases, statuts et organisation du Centro de Estudiantes del Partido Conservador108. Les jeunes conservateurs parcourent le pays, d’Arica à Magallanes, pour créer des commissions d’étude des programmes et de l’histoire du parti, confectionner des brochures109. Le 22 juillet 1934 paraît le premier numéro de l’hebdomadaire des étudiants conservateurs, Lircay110, dont le titre rappelle la victoire des conservateurs sur les libéraux (1830) avec l’instauration du régime portalien, base de l’unité nationale111. Dans les années 1930, Lircay est emblématique du développement de nouvelles revues politiques avec des partis de plus en plus idéologisés. Toutefois, les jeunes conservateurs ne sont pas une exception : des communistes rédigent aussi des articles dans la revue mensuelle Principios apparue en 1933 et un parti idéologique comme le PC possède un quotidien fondé en 1940, El Siglo.

  • 112 Covarrubías, María Teresa, op. cit., p. 85.
  • 113 Le 12 octobre est une fête commémorant la découverte de l’Amérique, célébrée en Espagne (Día de la (...)

56L’entrée d’un secteur important de la jeunesse catholique au Parti conservateur est ratifiée solennellement lors de la convention nationale de la Jeunesse conservatrice, au Teatro Principal de Santiago, du 11 au 13 octobre 1935112, date à forte dimension américaniste113 (Figure 4).

  • 114 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 215.
  • 115 Discours radiodiffusé de Hernán Escalona, reproduit dans El Diario Ilustrado, 9 octobre 1935, p. 1 (...)
  • 116 Bernardo Leighton, cité dans Rolle Claudio, op. cit., p. 58
  • 117 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 73.
  • 118 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 44.

57Selon Cristián Gazmuri, les ressources du Parti conservateur ont permis de dépenser sans compter pour préparer la convention, grâce à un voyage de Leighton, Tomic et Sánchez dans onze villes du Sud114. À l’approche du 11 octobre, les jeunes catholiques mènent une intense propagande à la radio avec des discours115 et des slogans comme « un esprit jeune dans un vieux parti ! »116 ; ils sont ainsi les premiers à utiliser ce moyen de communication dans une campagne politique117. De la sorte, plus de 2 000 délégués provinciaux se rendent à Santiago. Alejandro Silva Bascuñán décrit des journées d’« authentique et saine joie qui a mis une note d’animation dans toute la ville »118.

Figure 4 – Gabriela Mistral, Radomiro Tomic et Olaya Errazuriz, auteur anonyme, Naples, Italie, 1952.

Figure 4 – Gabriela Mistral, Radomiro Tomic et Olaya Errazuriz, auteur anonyme, Naples, Italie, 1952.

Collection Biblioteca Nacional de Chile, Archivo del Escritor / Gabriela Mistral. Disponible sur le site Biblioteca Nacional Digital de Chile, http://www.bibliotecanacionaldigital.gob.cl/​bnd/​623/​w3-article-351310.html, consulté le 30/09/2020.

  • 119 Boizard, Ricardo, La Democracia Cristiana en Chile. Un mundo que nace entre dos guerras, Santiago, (...)
  • 120 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 77.

58De cette convention émerge le Mouvement national de la Jeunesse conservatrice. Les organisations de base de la Jeunesse dépendent directement du Mouvement et non des adhérents locaux du Parti conservateur : pour Ricardo Boizard, « la Jeunesse conservatrice est née dans le Parti conservateur, ce qui n’est pas la même chose que lui obéir »119. L’organisation nationale de la Jeunesse conservatrice est directement responsable devant le plus haut organe du Parti conservateur, le Comité exécutif. Malgré cette dépendance formelle entre la Jeunesse et le Parti conservateur, pour être membre de la première, il faut avoir entre 16 et 35 ans, mais il ne faut pas forcément adhérer au parti. De cette façon, des membres de familles appartenant à d’autres partis ont adhéré au Mouvement, comme Francisco Bulnes Sanfuentes (1917-1999), dont les proches sont liés au Parti libéral120, traversant ainsi le pont formé par la Jeunesse pour entrer dans les files conservatrices. Les organes de base du Mouvement sont le Centre, la Junta Provincial, le président national et la Junta Nacional. Le Centre est la base de l’organisation du mouvement ou « cellule fondamentale » et c’est sur lui que reposent les activités locales de la Jeunesse. Le président des Centres est responsable, devant un président provincial, élu annuellement par une Junte provinciale, qui est aussi utilisée comme corps de conseil. Ensuite, les présidents provinciaux sont les représentants les plus importants de l’organisation dans les régions et rendent des comptes au président national. Au sommet de la pyramide, se trouve la Junte nationale, formée des présidents provinciaux ou des délégués et de cinq membres élus par le Comité exécutif du Parti conservateur, qui est chargé de superviser les activités politiques de la Jeunesse.

  • 121 Anonyme, « El Centro de Estudiantes », Lircay, nº 2, 29 juillet 1934, p. 4.
  • 122 Manuel Antonio Garretón, « Discurso en el Teatro Iris », Lircay, nº 53, 6 février 1937, p. 4.

59Le Centre des étudiants du Parti conservateur suit trois objectifs : l’entrée des jeunes catholiques dans le Parti conservateur, la fidèle observance de la doctrine de l’Église et le combat contre la souffrance et la misère du pays. Depuis leur période de formation, les jeunes conservateurs se sentent investis d’une mission : la société est en crise et ils se sentent appelés à la reconstruire. La ferveur religieuse apparaît dans leur diagnostic de la maladie sociale du Chili : « La racine profonde de tous les maux [maux sociaux] se trouve dans le fait de [s’]être écarté de la doctrine évangélique. Pour remédier à cette situation, il faut défendre le rétablissement de la « Paix du Christ et le Royaume du Christ » »121. Le programme des jeunes catholiques est clairement confessionnel, nationaliste et corporatiste, prônant un gouvernement fort pour réformer les institutions : la démocratie libérale est pour Manuel Antonio Garretón « un cadavre qu’il est nécessaire d’ensevelir »122. La Jeunesse conservatrice se montre aussi très méfiante envers les États-Unis : le terme « panaméricanisme » n’apparaît pas dans ses premières publications. En revanche, et dans le contexte du tournant identitaire latino-américain, les jeunes conservateurs mettent l’accent sur l’hispanité, la relation culturelle, économique et politique avec les peuples de langue espagnole et portugaise :

  • 123 Lircay, « Día de la Hispanidad », Lircay, nº 17, 11 octobre 1935, p. 3.

« L’Espagne a apporté un idéal universel qui ne reconnaît ni frontières, ni races, ni distances […]. L’idéal hispanique doit se convertir en une réalité féconde et positive. Le destin de l’Espagne est de continuer à vivre dans l’âme de ceux qui ont engendré la vie de la culture chrétienne. Et le devoir de ceux-ci est de continuer la mission rédemptrice de dire à tous les peuples, « […] s’ils veulent se sauver » […] pour ensuite s’ouvrir au sol fécond de tous les progrès et réaliser le miracle prodigieux de l’Hispanité qui est tout ce que nous contemplons de grand, fécond et vigoureux, aujourd’hui dans notre Amérique »123.

  • 124 Grayson, George W., op. cit., p. 132.
  • 125 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 207-211.
  • 126 Ibid., p. 219.
  • 127 L’explication sociologique de cette rupture sera abordée dans le chapitre vi, ii. a.
  • 128 Grayson, George W., op. cit., p. 132.

60À la différence du parti « adulte », les jeunes conservateurs ont réalisé un important maillage territorial. « Comme une tache d’huile sur une nappe »124, la Jeunesse conservatrice s’est étendue lentement dans tout le pays. Un ami de Mgr Carlos Casanueva, Osvaldo de Castro Ortúzar, qui possède de nombreux journaux, a cherché à ouvrir pour la droite un foyer d’influence dans le nord, une zone favorable à la gauche : dans les ports, le Parti radical, laïque et anticatholique, domine et à l’intérieur, dans la Pampa, la majorité des mineurs et des ouvriers sont communistes. En 1935, Castro Ortúzar propose donc à Frei d’être le directeur du journal le plus important d’Iquique, El Tarapacá125. C’est l’occasion pour le jeune catholique conservateur de faire un travail de terrain. En un mois, pendant la campagne parlementaire de 1936, il a fait 8 000 kilomètres pour soutenir les candidats conservateurs. Dans une ville majoritairement à gauche, des mineurs ont écouté une approche non-marxiste de la question sociale. En parallèle, avec l’iquiqueño Pedro Muga qui appartient au Centre de Jeunes catholiques, Frei construit une sorte de Secrétariat Provincial composé de jeunes catholiques très dynamiques qui entrent ensuite dans la Phalange nationale126. Au même moment, Tomic et Juan de Dios Carmona travaillent à Antofagasta. Ricardo Valenzuela, un ancien militant du PCP, fait la promotion du Mouvement à Rengo ; Sánchez et Garretón se trouvent à Santiago ; Ricardo Boizard organise un Centre de la Jeunesse à Talca et Leopoldo Sabelle recrute des membres à Malleco. Leighton et Palma, quant à eux, voyagent d’un extrême à l’autre du pays127. Cette « croisade de rédemption nationale » attire un nombre croissant de jeunes : de jeunes intellectuels comme la poétesse Gabriela Mistral (Figure 5) l’écrivain Carlos Silva Vildosola ont vanté les efforts de l’organisation embryonnaire, dont le slogan était la « Révolution dans l’Ordre »128.

Figure 5 – Jeunesse conservatrice au Teatro Municipal, 11 octobre 1935 (Rafael Gumucio, Eduardo Cruz-Coke, Eduardo Frei, Bernardo Leighton, Ricardo Boizard, Radomiro Tomic)

Figure 5 – Jeunesse conservatrice au Teatro Municipal, 11 octobre 1935 (Rafael Gumucio, Eduardo Cruz-Coke, Eduardo Frei, Bernardo Leighton, Ricardo Boizard, Radomiro Tomic)

Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. Disponible sur le site Memoria Chilena, http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-71793.html consulté le 30/09/2020.

  • 129 Les particularités idéologiques de ce groupe au sein de la Jeunesse conservatrice, puis de ce part (...)

61En même temps, la convention d’octobre 1935 est considérée a posteriori comme l’acte de naissance de la Phalange nationale129 avec l’apparition pour la première fois de son emblème : le théâtre était rempli de jeunes avec des drapeaux blanc et bleu et au centre, une flèche verticale traversée par deux barres. Lircay publie ce symbole sur sa manchette à partir du numéro 34 du 26 septembre 1936 :

« La flèche qui cherche les hauteurs incarne les impulsions des grands destins pour notre patrie. La mission ascendante qui doit unir les hommes de cette terre. Tous les espoirs d’un peuple tout entier sur le chemin de l’histoire sont placés vers le haut.

  • 130 Anonyme, « Nuestro emblema », Flecha Roja, 29 octobre 1943, nº 161, p. 2.

Le rouge est le sang, le sang de ceux qui se sont battus et sont morts pour le Chili ; le sang des héros que nous connaissons et des héros inconnus ; de tous ceux qui, dans les batailles ou le dur et douloureux effort de chaque jour ont fait le destin glorieux de la patrie ; de ceux qui viendront demain pour continuer la tâche. Les barrières sont les obstacles que nous devons vaincre. Les obstacles internes qu’il faut vaincre par le sacrifice. Et les obstacles externes qu’il faut dominer en luttant. Parce qu’il faut vaincre des obstacles, la flèche croise les barrières. Au-delà des barrières se trouve le but que la flèche cherche en vue des hauteurs »130.

  • 131 Boye Soto, Otto, op. cit., p. 69.
  • 132 Anonyme, « La justicia social debe imponerse », Lircay, nº 41, 14 novembre 1936. Vergara Vidal, Jo (...)
  • 133 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 78.

62Le moment et les conditions d’apparition de la Phalange nationale sont pourtant sujets à controverse. Pour George Grayson, elle apparaît en 1937 lors d’une convention du Mouvement national de la Jeunesse conservatrice qui se transforme en adoptant un nouveau nom. Pour sa part, Otto Boye affirme qu’elle naît comme un département dépendant des Jeunesses conservatrices et dont l’objectif est la propagande et la formation de cadres131. La dernière explication semble plausible d’autant plus que Lircay est aussi bien l’organe de la Jeunesse conservatrice que de la Phalange nationale. D’ailleurs, la revue mentionne pour la première fois le nouveau nom dans son numéro du 14 novembre 1936132. Les phalangistes absorbent alors toute la Jeunesse conservatrice et la distinction entre les deux organismes est plus apparente que réelle133. Les jeunes conservateurs doivent prêter serment pour célébrer leur entrée dans la Phalange.

  • 134 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 82-83.

63Pour Sol Serrano, les jeunes catholiques se sentent conservateurs, mais dans un sens différent de la génération antérieure134. La parenté idéologique avec l’Europe s’approfondit. La croissance de la Jeunesse conservatrice augmente ses distances avec le parti « adulte ». Si elle a toujours affirmé son autonomie face au Parti conservateur, la Jeunesse a aussi affiché ses différences en termes de sources d’inspiration, de programme et d’organisation. À la différence de leurs aînés, les jeunes conservateurs ont mené un travail de terrain dans les provinces. Tous ces éléments font que les élections de 1937-1938 sonnent le glas des relations entre le Parti conservateur et une bonne partie de sa Jeunesse.

Les élections de 1937-1938 et l’indépendance de la Jeunesse conservatrice

  • 135 Compagnon, Olivier, op. cit. , p. 100.

64Le Mouvement national de la Jeunesse conservatrice se développe rapidement : en 1937, sous la présidence de Bernardo Leighton, il compte 20 000 adhérents et 250 groupes135. Ce poids lui permet de pouvoir présenter des membres aux élections législatives de mars 1937. Avec 21,31 %, le Parti conservateur progresse de cinq points par rapport à 1932, mais cette progression est surtout due à sa jeunesse. La Jeunesse conservatrice obtient deux députés : Manuel Antonio Garretón à Santiago et Fernando Durán à Valparaíso. Pendant près d’un an, du 24 mars 1937 au 12 mars 1938, à seulement vingt-sept ans, Bernardo Leighton exerce les fonctions de ministre du Travail du président Alessandri Palma.

  • 136 Grayson, George W. op. cit., p. 143.
  • 137 Silva Bascuñán, Alejandro op. cit., p. 100.
  • 138 Grayson, George W., op. cit., p. 143.

65Dans un climat politique tendu par la Guerre civile espagnole, ces premières responsabilités permettent à la Jeunesse de s’émanciper davantage du Parti conservateur. En octobre 1937, la seconde convention de la Jeunesse conservatrice est un succès : plus de 10 000 membres de tout le pays se rassemblent au Teatro Caupolicán136. 76 candidats de la Jeunesse conservatrice gagnent les élections municipales du 3 avril 1938. Le Mouvement n’est plus une poignée d’étudiants destinés à régénérer le Parti conservateur. Il devient lui-même une force politique et le montre à sa maison mère : cinq députés conservateurs se joignent au Mouvement, Alberto Bahamondes (Antofagasta), Manuel José Irarrazábal (Coquimbo), Pablo Larraín (Santiago), Guillermo Echenique (San Vicente) et Ricardo Boizard (Lontué). Ces députés phalangistes fonctionnent presque comme un groupe parlementaire indépendant du groupe conservateur137. De fait, les députés phalangistes luttent pour une législation sociale (un salaire minimum), la création d’un conseil économique national (un bureau de planification centrale) et encouragent les syndicats138. À la suite de nombreux différends avec le président Alessandri, Bernardo Leighton démissionne de son poste de ministre du Travail (mars 1938). Le poids croissant de la Jeunesse conservatrice et de ses dirigeants, bien loin de profiter au Parti conservateur, creuse le fossé entre les deux entités.

  • 139 Titre du chapitre iii, Covarrubías, María Teresa, op. cit., p. 35.
  • 140 Moulian, Tomás et Isabel Torres Dujisin, Discusiones entre honorables: las candidaturas presidenci (...)

66Les élections présidentielles de 1938 mettent fin à « la discutable unité conservatrice »139. La crise commence fin 1937 lorsque le libéral Gustavo Ross (1879-1961), ministre des Finances d’Arturo Alessandri, s’affirme comme le probable candidat de la droite. La Jeunesse conservatrice refuse cette candidature, car elle manque de sensibilité sociale et elle semble trop influencée par les nazis chiliens. Elle propose cinq autres candidats140, sous-entendant publiquement des tensions avec les conservateurs, qui ont en leur sein un groupe antiphalangiste.

  • 141 Ibid., p. 41.
  • 142 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 40-41.
  • 143 Grayson, George W. op. cit., p. 154-155.

67Les partis de droite conviennent d’organiser une convention le 23 avril 1938 pour désigner leur candidat aux élections présidentielles. En mars 1938, conservateurs, libéraux et démocrates signent un pacte qui provoque une levée de boucliers chez la Jeunesse, car l’accord définit la représentation à la convention : les deux partis les plus importants reçoivent 420 voix, les démocrates 140 et les indépendants 350. La Jeunesse a seulement reçu 15 voix des conservateurs et a donc boycotté le rassemblement. Ross devient le candidat de la droite, recevant l’appui de 1 285 des 1 319 délégués141. La Phalange nationale refuse par conséquent de participer à la campagne électorale et laisse la « liberté d’action à ses membres ». Cette attitude provoque une violente réaction des groupes récemment formés au sein du Parti conservateur et composés de membres des anciennes familles chiliennes, Acción Política et la nouvelle Jeunesse conservatrice, qui accusent la Phalange nationale d’avoir des contacts avec les secteurs marxistes, de ne pas représenter une position authentiquement sociale-chrétienne et d’introduire des sources de mécontentement et de division au sein du parti142. Officiellement, la Phalange nationale s’est abstenue de répondre, mais individuellement, un grand nombre de phalangistes a appuyé Ross, notamment à Punta Arenas, Tarapacá et Antofagasta. Les relations Phalange-Parti conservateur s’en sont donc trouvées améliorées143.

  • 144 Voir glossaire. Sapag Muñoz de la Peña, Pablo, Chile, frente de combate de la Guerra Civil español (...)
  • 145 La Hora, 16 mai 1937, cité par Correa Sutil, Sofía, « Arturo Alessandri y los partidos políticos e (...)
  • 146 Drake, Paul W. « Chile », in Mark Falcoff et Fredrick B. Pike (dir.), The Spanish Civil War, 1936- (...)
  • 147 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 113.
  • 148 Klein, Marcus, « La elección presidencial de 1938. El despertar fortuito de la era radical », in A (...)
  • 149 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 123.
  • 150 Cité dans Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 117.
  • 151 Ibid., p. 118.
  • 152 Ibid., p. 123-124.

68Cependant, le candidat de la droite n’a pas pu vaincre l’alliance des radicaux, des socialistes et des communistes chiliens et ce, malgré la tentative de coup d’État nazi du 5 septembre 1938 (Figure 6)144 et de Carlos Ibáñez. À travers le slogan « Pan, Techo y Abrigo » [« Pain, toit et manteau »], le candidat de la gauche, Pedro Aguirre Cerda (1879-1941), mène une campagne pour dissiper les peurs d’un éventuel gouvernement frontiste et propose un programme combinant industrialisation, planification de l’économie nationale et réforme agraire modérée (Figure 7). Il refuse « d’offrir des utopies, il ne demande pas non plus le partage des biens, ni demande l’appui pour un plan d’action approprié qui permette de créer de la richesse et de la distribuer équitablement », comme l’affirmait le Parti radical dans une déclaration de la mi-mai 1937145. Même si la presse gouvernementale l’accuse de déclencher la « tempête sociale », le Front populaire a appris la douloureuse leçon de son homologue espagnol : à travers son candidat et sa plate-forme électorale, il entend démontrer que son « élection ne serait pas canalisatrice de vendettas sur la religion, la morale, la démocratie et la propriété »146. Pedro Aguirre Cerda dépasse Gustavo Ross de seulement 0,9 % des suffrages, soit un peu plus de 4 000 voix. De fait, « c’était un des coups les plus forts et inattendus que n’a jamais reçus la droite »147 : elle perd le pouvoir et ne le récupère qu’en 1958148. Aux yeux du Parti conservateur, l’abstention de nombreux phalangistes a rendu impossible le triomphe de la droite et a cependant rendu possible le spectre d’une révolution espagnole au Chili. Manuel Antonio Garretón Walker, alors président de la Phalange nationale, n’a accepté ni les accusations ni les opinions de la direction conservatrice, et notamment de son oncle, Horacio Walker Larraín. Le 29 novembre 1938, la direction du Parti conservateur se réunit pour décider du sort de la Jeunesse. Rafael Luis Gumucio et d’autres ont appuyé les jeunes conservateurs, mais par une majorité écrasante, la Junta Ejecutiva demande des sanctions disciplinaires et la réorganisation de la Phalange : le parti montre qu’il ne se laissera pas « corriger » par un groupe de jeunes149. Il s’agit de « rendre au mouvement son sens initial pour qu’il cesse de se convertir en une force de lutte contre le propre parti et de rupture avec son idéal traditionnel »150. Manuel Antonio Garretón s’y oppose catégoriquement. Les phalangistes ne cherchent pas à se séparer des conservateurs et souhaitent trouver une solution qui régule les relations et leur assure une autonomie151. Cependant, Lircay annonce donc dans son numéro 131 du 8 décembre 1938 la naissance d’un parti autonome, la Phalange nationale. La Jeunesse a toujours eu des résistances face au Parti conservateur, mais en 1935, avec l’énergie des débuts, elle pensait pouvoir corriger de l’intérieur les « déviations »152. Dans l’éditorial de Lircay, Eduardo Frei explique ce qui a poussé Garretón à franchir le pas de la séparation d’avec le Parti conservateur :

  • 153 F. (Frei Montalva, Eduardo), « Y Ahora… ¡Adelante! », Lircay, nº 131, 8 décembre 1938, p. 3.

« On a voulu nous réduire à de simples propagateurs […], on a voulu ensuite nous rendre responsables d’une défaite […], l’important c’était de détruire le Mouvement parce que le mot réorganisation ne pouvait tromper personne. Et face à cela, nous devions opter pour le nouveau chemin qu’on nous assignait obligatoirement […]. Désormais, la Phalange est un mouvement avec une personnalité entièrement propre. L’unique chose qui reste à dire est que l’action constante, multipliée mille fois chaque jour, nous procurera le triomphe […]. Continuons à être fermes, décidés, au-dessus de tout obstacle, au prix de tous les sacrifices, la ligne initiale de notre flèche qui nous montre la voie vers l’avant ! »153

69L’année 1938 correspond à l’indépendance d’un mouvement né au début de la décennie à partir d’un groupe d’étudiants catholiques qui décident de s’engager en politique. S’inspirant du non-conformisme européen et des encycliques sociales, le nouveau parti propose un chemin différent de la droite ou de la gauche.

Figure 6 – Massacre du Seguro Obrero, nazis escortés par des policiers, 5 septembre 1938.

Figure 6 – Massacre du Seguro Obrero, nazis escortés par des policiers, 5 septembre 1938.

Collection Museo Histórico Nacional, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-71040.html, consulté le 30/09/2020).

Figure 7 – Pedro Aguirre Cerda, vers 1938.

Figure 7 – Pedro Aguirre Cerda, vers 1938.

Source : Fernández C., Juan F., Pedro Aguirre Cerda y el Frente Popular Chileno, Santiago, Ercilla, 1938. Colección: Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena  http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-98977.html, consulté le 30/09/2020).

La Phalange nationale, l’émergence d’une troisième voie

  • 154 Palacios Silva, Bartolomé, Por los fueros de la verdad, op. cit., p. 27-28.

« Le mouvement de la Phalange est appelé, non seulement à sauver le pays du danger communiste, mais aussi à l’arracher de sa prostration physique et morale, en unissant pour cela TOUS ceux qui acceptent une saine sociologie de progrès intégral pour la personne humaine, dans la liberté et la responsabilité qui sont son noble privilège »154.

70L’affirmation d’une troisième voie est la seule véritable différence idéologique entre la Jeunesse conservatrice et la Phalange nationale. En revanche, l’indéfinition idéologique continue jusqu’à la fin des années 1930. Les résultats électoraux de la Phalange peinent aussi à progresser, mais la fin des années 1940 et surtout le début des années 1950 témoignent de la capacité d’organisation du jeune parti.

Les ambiguïtés idéologiques des débuts

  • 155 Drake, Paul W., Socialismo y populismo: Chile 1936-1973, Valparaíso, Ediciones Universitarias de V (...)
  • 156 Compagnon, Olivier, « Le populisme en son terreau latino-américain », Après-midi d’études Les popu (...)
  • 157 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 48-49.

71Les années qui ont suivi la séparation du Parti conservateur correspondent à une période de désorientation et de redéfinition pour la Phalange nationale. Les ambiguïtés idéologiques de la nouvelle formation, qui semble hésiter entre démocratie et autoritarisme, continuent jusqu’à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Paul Drake et Víctor Farías évoquent dans ce cadre un « populisme chrétien »155, mais Olivier Compagnon précise que les régimes populistes latino-américains naissent dans des contextes de crise et sont représentés par un dirigeant charismatique dans la lignée des caudillos du XIXe siècle156. Même si Frei a joué un rôle central dans l’émergence de la démocratie chrétienne chilienne, il ne peut être défini comme un caudillo. De plus, comme l’ensemble de la vie politique chilienne qui voit apparaître les tendances caractéristiques des années 30 dans le Vieux Monde (communisme, fascisme, droite et gauche)157, la pensée phalangiste s’est nourrie des expériences européennes et en particulier des événements espagnols.

  • 158 Lors de ce voyage, Frei et Garretón se construisent aussi des réseaux. Cet aspect sera abordé dans (...)
  • 159 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 167-170.
  • 160 Anonyme, « Entrevista a Manuel Garretón Walker », Lircay, nº 4, 28 août 1934, p. 3. Néanmoins, Man (...)
  • 161 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 173-184.
  • 162 Frei Montalva, Eduardo, Memorias (1911-1934), op. cit., p. 58.

72Lors de leur voyage en Europe en 1933-1934 (Figure 8)158, Frei et Garretón ont eu l’occasion de voir et d’écouter Mussolini : le premier distingue la « personnalité impressionnante » et les qualités oratoires du Duce italien, visite plusieurs fois l’Institut de culture fasciste, se rend à une exposition sur l’histoire du fascisme, mais il échange aussi avec un militant catholique antifasciste. Bien que Frei perçût l’incompatibilité doctrinaire du fascisme avec le catholicisme, il est au départ séduit par l’efficacité de ce régime et sa « nouveauté » comme alternative au projet libéral mais aussi socialiste et communiste159. De même, Garretón compare Mussolini à un « géant », voyant le fascisme comme « le plus intéressant système à étudier, le plus grand essai pour remédier aux maux du régime démocratique libéral »160. Il met ainsi en évidence un fort rejet du capitalisme sauvage et de certaines formes de libéralisme chez les jeunes catholiques. Frei profite de ce séjour européen pour aller en France en février 1934 où il assiste à plusieurs meetings et assemblées dont un discours de Léon Daudet. En Allemagne, il est frappé par un acte de masse nazi : plus de 50 000 jeunes s’étaient rassemblés pour écouter un discours d’Hitler161. En Espagne Frei considère que José Antonio Primo de Rivera (1903-1936) est « une figure attirante, brillante comme orateur et exposant, courageux, sincère et très audacieux »162, mais qu’il est surtout un homme de droite traditionnel.

Figure 8 – Eduardo Frei Montalva et la délégation péruvienne lors de son premier voyage en Europe.

Figure 8 – Eduardo Frei Montalva et la délégation péruvienne lors de son premier voyage en Europe.

Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. https://www.casamuseoeduardofrei.cl/​archivos/​fotografico/​busqueda/​?key=1933, site consulté le 30/09/2020.

  • 163 Rolle, Claudio, op. cit., p. 67.
  • 164 Boizard, Ricardo, op. cit., p. 182.

73Si pour certains, la dénomination Phalange nationale est due à Garretón et est directement liée à la Phalange espagnole, elle s’inspire pour d’autres des structures militaires macédoniennes d’Alexandre le Grand, un personnage qu’admirait beaucoup Ignacio Palma. Ce dernier affirme a posteriori qu’il y a eu une hésitation entre Légion et Phalange, mais qu’il y avait déjà beaucoup de légions et donc les jeunes ont choisi le nom « Phalange » sans aucun lien avec le cas espagnol163. Pourtant, l’idéal hispaniste à travers la lecture obligatoire pour les phalangistes de La Defensa de la Hispanidad de Ramiro de Maeztu, peut expliquer une plus grande proximité avec l’Espagne164. De plus, Alejandro Silva Bascuñán décrit sans ambiguïtés l’admiration des jeunes catholiques chiliens pour le mouvement fasciste espagnol :

  • 165 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 70.

« Au début, la Phalange espagnole se présentait aux observateurs chiliens comme une réaction très naturelle face aux erreurs, faiblesses, anarchie et jusqu’aux crimes républicains, purement imprégnée de la philosophie catholique et tout à fait libre de l’influence totalitaire. Ainsi l’ont cru nos jeunes dirigeants qui se sont enthousiasmés à un tel point avec ses dirigeants, avec ses postulats et avec ses méthodes que jusqu’au nom du parti, la forme et le style de propagande et ses aspirations programmatiques ont été imités et admirés »165.

  • 166 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 31-34.
  • 167 El Tarapacá, Iquique, 7 mars 1936.

74Les deux organisations, l’Espagnole et la Chilienne, veulent se situer au-delà de la droite et de la gauche, elles se méfient toutes deux de l’esprit de parti et elles ont toutes deux conscience d’être appelées à réaliser une authentique croisade de rédemption nationale166. En 1934, la fusion de la Phalange espagnole et des Juntas de Ofensivas Nacionalsindicalistas de Ramiro Ledesma (1905-1936) doit permettre d’aller au-delà de la division jugée superficielle entre la droite et la gauche. Le nouveau mouvement peut apparaître comme un facteur d’intégration puisqu’il veut aller au-delà de la droite et de la gauche qui se déchirent pendant la Seconde République espagnole (1931-1939). Ce thème est repris par les jeunes conservateurs chiliens : en mars 1936, dans un article sur la réalité nationale, Eduardo Frei Montalva affirme que le pays vit un problème social à cause des inégalités sociales et d’un État désorganisé, qui manque d’intermédiaires. Les responsables d’une telle situation sont « la droite et la gauche ». Un nouveau mouvement doit donc s’imposer grâce à une élite intellectuelle : « Ce mouvement doit rassembler les vertus que la tradition a léguées à la droite, cherchant en elles les racines, le caractère national et la soif de justice sociale qui forment le substrat de la gauche »167.

  • 168 Anonyme, « Finalidad y sentido del Movimiento Nacional de la Juventud Conservadora », Lircay, nº 3 (...)
  • 169 Issu d’une famille aristocratique, Oswald Von Nell-Breuning (1891-1990) est ordonné prêtre en 1921 (...)
  • 170 Entretien avec Fernando Molina Vallejo, 2013.
  • 171 A.S.B. (Silva Bascuñán, Alejandro), « El Portugal y Oliveira Salazar », Lircay, nº 126, 2e semaine (...)
  • 172 Compagnon, Olivier, op. cit., p. 102.

75Les membres du Centre de la Jeunesse conservatrice, puis de la Phalange nationale appuient le corporatisme, car ils attribuent la souffrance, la misère et la faim à la lutte des classes. Il s’agit de réunir le capital et le travail, avec une participation de tous les groupes à la prise de décision : « à l’État démocratico-libéral, inorganique et anarchique, doit succéder un État organisé, hiérarchique, qui ne soit pas une somme d’individualités isolées, mais qui considère dans sa structure des groupes sociaux comme la famille, la corporation et la région »168. Selon Fernando Molina Vallejo, il existait à cette époque deux types de corporatisme, un corporatisme démocratique et un corporatisme autoritaire. Le premier s’est développé à la suite de Quadragesimo Anno et du concept de subsidiarité d’Oswald Von Nell-Breuning169, et prône une organisation de la société en groupes, en parallèle à l’État. Le corporatisme démocratique fait la différence entre la société et l’État, tandis que le corporatisme dictatorial réunit tout dans l’État. Les idées du PCP de Bartolomé Palacios ont beaucoup influencé les phalangistes170, mais à la fin des années 1930, la Phalange nationale semble encore hésiter entre démocratie et dictature, entre les premières lectures de Jacques Maritain, l’exaltation de António de Oliveira Salazar171, qui contrôle tout l’État portugais, ou du chancelier autrichien Dollfuss172.

  • 173 Cité dans González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 32.
  • 174 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 122.
  • 175 Magw (Garretón Walker, Marco Antonio), « ¿En qué consiste el corporativismo ? », Lircay, nº 46, 19 (...)
  • 176 Cité par Rolle, Claudio, op. cit., p. 67.
  • 177 Lircay, 27 de mayo de 1938, p. 4.
  • 178 Díaz Nieva, José, op. cit., note 23 p. 122.
  • 179 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 49.

76Les phalangistes ont été aussi attirés par les mouvements de jeunesse militarisés de l’Europe des années 1930 et ont doté leur parti d’une structure paramilitaire, ce que Frei qualifie en 1966 de « péché de jeunesse »173. Non seulement les troupes nazies d’assaut, version chilienne des SA allemandes, attaquaient les jeunes catholiques dans les rues et les théâtres, mais les communistes cassaient les vitres de leurs locaux, interrompaient leurs actes et agressaient leurs dirigeants174. Pour Lircay, ce comportement est celui de « délinquants de la politique »175. Le détonateur s’est produit à Talca où après une assemblée de la Jeunesse, un militant raconte que : « l’on a giflé Bernardo Leighton. Bernardo pardonnait tout, mais pas Palma et Rogers. Tous deux se sont ainsi donné la tâche d’organiser un corps militarisé pour se défendre […] »176. En outre, à la même époque, les fascistes et les socialistes chiliens défilent dans les rues en uniforme, avec des fanfares et des drapeaux. Ignacio Palma reconnaît lui-même qu’il existe « une multitude de jeunes gens de bonne famille, attirés par cette idée de se mettre en uniforme »177. L’historien espagnol José Díaz Nieva avance aussi une rivalité entre le Mouvement national-socialiste et le Parti conservateur pour recruter la jeunesse178. Pour Joaquín Fermandois, le Chili fait partie d’une « société planétaire » donc « ses acteurs regardent leur propre réalité avec le langage de la politique mondiale même s’ils suivent une dynamique autonome »179.

  • 180 Sur ce thème, voir Valdivia Ortiz de Zárate, Verónica, Las Milicias Republicanas, Los civiles en a (...)
  • 181 « 69 chilenos al servicio de Chile », soit un brigadier, quatre sous-brigadiers, seize piliers et (...)
  • 182 Anonyme, « Elementos de la Falange Nacional », Lircay, nº 52, 30 janvier 1937, p. 4.
  • 183 Ibid.
  • 184 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 123.
  • 185 Immédiatement après le tremblement de terre, dix phalangistes accompagnés d’un médecin se sont ren (...)
  • 186 I. G. « Posición frente a la Patria », Lircay, nº 153, 4e semaine de 1939, p. 3.
  • 187 Ils réapparaissent à certaines occasions particulières comme les funérailles d’Eduardo Frei Montal (...)
  • 188 Compagnon, Olivier, op. cit., p. 165.
  • 189 Sapag Muñoz de la Peña, Pablo, op. cit., p. 104.
  • 190 Lircay, « Nuestro Emblema », Lircay, nº 172, 12 octobre 1939, p. 1.

77Trois membres de la Jeunesse conservatrice, Manuel Garretón, Ignacio Palma et Jorge Rogers180, ont dirigé la militarisation de l’organisation à travers le « Secrétariat national des forces mobilisables et des sports ». Les jeunes de 15 à 30 ans ont donc reçu des uniformes et se sont structurés en équipes (quatre phalangistes dont l’un est le pilier), sections (quatre équipes dirigées par un sous-brigadier) et groupes (quatre sections dirigées par un brigadier ou « 69 Chiliens au service du Chili »181). Les moins de 15 ans sont regroupés dans les « explorateurs » de la Phalange, qui ressemblent à des boy scouts sociaux-chrétiens. Ils reçoivent une « instruction physique régulière » et doivent développer « leur amour pour la nature » à travers des voyages et des sorties182. Il s’agit de « créer chez le jeune une personnalité robuste, un fort sens de la dignité humaine, de la responsabilité sociale et un esprit patriotique »183. Les « volontaires » de la Phalange nationale regroupent les jeunes de 15 à 30 ans, tandis que les « nationaux » sont les membres les plus âgés qui peuvent diriger les activités des jeunes. L’uniforme, qui doit se différencier des milices nazies et de gauche, se compose d’une chemise bleue et de buffleterie noire, et rappelle celui de la Phalange espagnole184. Certains dirigeants de la Jeunesse conservatrice, à l’instar de Leighton, Tomic et Frei, n’ont pas vu d’un bon œil les uniformes et les entraînements. Finalement, il n’y a eu qu’une poignée d’unités et les plus grandes activités de ces groupes ont été l’aide aux victimes du tremblement de terre du 24 janvier 1939 dans le centre-sud du Chili185 et la participation le 21 mai 1939 à la commémoration à Valparaíso du soixantième anniversaire de la bataille navale d’Iquique lors de laquelle un des héros nationaux, Arturo Prat, a trouvé la mort186. Après cela, les uniformes ont rapidement disparu187, et ce, d’autant plus que la Phalange nationale précise certaines de ses positions à l’aune de la Guerre civile espagnole et de la Seconde Guerre mondiale. Le franquisme soutient la restauration de la vieille alliance du sabre et de l’autel alors que les disciples de Jacques Maritain soutiennent une séparation de la politique et de la religion. Les phalangistes reprennent les arguments du philosophe catholique pour qui les franquistes ne peuvent pas tuer au nom de Dieu. Au moment où la Jeunesse conservatrice se libère de plus en plus de la tutelle du Parti conservateur, l’adhésion aux thèses de Jacques Maritain contribue à affirmer une identité idéologique188. Malgré son nom, la Phalange nationale se dit antifasciste et anticommuniste, ce qui empêche tout appui aux sublevados espagnols189. Ensuite, l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale et le combat en Europe entre démocratie et dictature ont discrédité certains parallèles avec des organisations fascistes, mais l’emblème militarisé défini par Ignacio Palma a subsisté190.

  • 191 Anonyme, « Estatutos de la Falange Nacional, texto aprobado por el Congreso Nacional falangista », (...)
  • 192 Ibidem.
  • 193 Anonyme, « Los estudiantes en la avanzada de la lucha falangista », Lircay, nº 203, 4e semaine de (...)
  • 194 Pour le milieu étudiant, voir le chapitre vi.

78Les Veinticuatro Puntos Fundamentales de la Falange Nacional (avril 1939, définissent la Phalange comme « une croisade qui se propose d’installer un nouvel ordre au Chili. Plus qu’un simple parti, c’est une affirmation du destin du Chili, et [d’]une inébranlable volonté mise au service de la nation » (document 1)191. La déclaration de principes réitère le rejet du marxisme et du fascisme, insiste sur la dignité de l’homme, ainsi que, sur l’importance de la famille et d’une approche chrétienne des problèmes sociaux. Cependant, le cinquième point semble annoncer une autonomisation du politique et du religieux, car il rejette « toute confusion entre la religion et la politique » et affirme que « l’Église et la religion se trouvent au-dessus des conflits partisans »192. Cette déclaration de principes défend une « éducation nationale et chrétienne » avec un accent mis sur l’éducation technique. Les Vingt-quatre points condamnent aussi le régime capitaliste considéré comme un « facteur de production qui maintient le peuple dans un esclavage moral et économique ». À sa place, la Phalange propose un État corporatif, qui s’inspire d’une « démocratie organique, autoritaire, en même temps que respectueuse de la liberté » (« XI. État »). De ce fait, les phalangistes doivent s’inscrire sur un registre spécial selon leur fonction ou leur métier. Frei Montalva s’attache aussi à favoriser la diffusion phalangiste dans les milieux professionnels, ouvriers et étudiants193 à travers la création de corporations et du Département syndical ou Phalange syndicale en 1943194.

  • 195 Manuel Fernández Díaz, Julio Serrano Lamas, Andrés Santa Cruz Serrano et Mario Aguirre MacKay. Fer (...)
  • 196 Grayson, George W., op. cit., p. 208.
  • 197 A través del marxismo en 1951.
  • 198 Las fuentes de la Democracia Cristiana en 1963.
  • 199 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994, op. cit., p. 211.
  • 200 Moulian, Luis et Gloria Guerra, Eduardo Frei M. (1911-1982). Biografía de un estadista utópico, Sa (...)
  • 201 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 152.
  • 202 Lui succède notamment l’Editorial Aconcagua, fondée par le sociologue dc Claudio Orrego Vicuña.

79Pendant la première moitié des années 1940, la Phalange nationale élargit la diffusion de ses idées. De 1941 à 1945, Nuestro Tiempo remplace Lircay comme périodique bimensuel. En octobre 1944, un groupe de phalangistes organise l’Editorial del Pacífico195, une société anonyme avec un capital d’un million de pesos (40 000 dollars). Fondée en 1944 dans le sillage de l’Editorial Lircay196, la maison d’édition propose différentes collections sur l’histoire, l’économie, la pensée contemporaine, la poésie et la peinture, les études juridiques, des auteurs chiliens et des études sociales. Editorial del Pacífico publie des œuvres qui ont un grand impact sur la pensée des sociaux chrétiens chiliens à l’instar des livres de Frei Montalva, de Julio Silva Solar197 ou de Jaime Castillo Velasco198. Au début des années 1940, 58 % des cinq millions de Chiliens sont alphabétisés199. Editorial del Pacífico propose une nouvelle méthode de diffusion, envoyant des livres par courrier au domicile200 et contribuant ainsi à la réputation de Frei comme écrivain. De la sorte, tout comme la librairie (la Librería del Pacífico), la maison d’édition est restée incontournable jusqu’aux années 1970 et a publié plus de 1 200 titres en trente-cinq ans201, jusqu’à ce que la dictature militaire déclare illégal le PDC202.

  • 203 Eduardo Frei Montalva a publié successivement « La política y el espíritu », dans Revista Universi (...)
  • 204 Jorge Pascal Lyon, Andrés Santa Cruz, Javier Lagarrigue, Alejandro Magnet, Mario Aguirre MacKay, J (...)
  • 205 Fernández, Manuel, art. cit., p. 1.
  • 206 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 152.

80Créé en 1945 sur une inspiration d’articles et d’un ouvrage d’Eduardo Frei Montalva, Política y Espíritu est la revue emblématique phalangiste puis démocrate-chrétienne203. Plus de 350 numéros bimensuels puis mensuels sont publiés jusqu’en 1977. Ses fondateurs204 souhaitent que la nouvelle revue donne aux Chiliens « la vision des faits sociaux, qui transformaient alors le monde de la politique, l’économie, la science, la littérature, les arts, et par conséquent le monde de l’homme en général »205. Le périodique « est honoré par la plume de figures éminentes comme Jacques Maritain, Tristán de Athayde, Darío Regules, Lino Arias et une pléiade d’Européens et Américains »206.

  • 207 Belle-soeur de Jaime Castillo Velasco, épouse de son frère Fernando.

81Parmi la longue liste de ses rédacteurs en chef se trouvent Julio Silva Solar, Jacques Chonchol et Jaime Castillo. Or, selon Mónica Echevarría207, la revue :

  • 208 Entretien avec Mónica Echeverría Yáñez, 2013.

« A totalement été une création de Jaime Castillo, il l’a dirigée, l’a créée et a été un de ses collaborateurs jusqu’à la fin, jusqu’à sa mort. [La revue] était très avant-gardiste, bien sûr très [liée aux] idées de Maritain, et [souhaitait] qu’on construise un pays plus juste, un pays plus humaniste sans trop accélérer [les changements] […]. Mais ce n’était pas une revue très populaire, c’était une revue pour l’élite ou pour les démocrates-chrétiens. Ce qu’ils voulaient implanter, c’était la philosophie […] »208.

  • 209 Grayson, George W., op. cit., p. 207-208.

82Ces fondations étaient vitales pour la Phalange nationale puisque, depuis la rupture de 1938, les conservateurs l’empêchaient d’accéder à El Diario Ilustrado et à d’autres organes de la classe moyenne209.

83Le contexte politique et international, ainsi que, l’ancrage de la Phalange nationale dans la vie politique chilienne facilitent donc une clarification de son idéologie.

La Phalange dans le champ politique chilien

  • 210 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 49.
  • 211 Infante Barros, Marta, Testigos del treinta y ocho, Santiago, Andrés Bello, 1972, p. 49.

84La position de la Phalange « par-delà la droite et la gauche » se reflète dans son attitude face au Front populaire chilien (1936-1941). L’élection de son candidat présidentiel, Pedro Aguirre Cerda, en septembre 1938 est un tremblement de terre politique pour les catholiques qui craignent les persécutions de l’Église. Dans ces années de « confrontation idéologique mondiale », quand la démocratie et le capitalisme sont cernés par le fascisme, le communisme et les autres « ismes » de différentes teintes, le Chili fait « pleinement partie de la politique mondiale ». Les événements latino-américains, comme la Révolution mexicaine, semblent moins influencer la vie politique chilienne que ceux de la lointaine Europe210. Par conséquent, la droite a recours à la Guerre civile espagnole pour avertir les Chiliens des conséquences néfastes du Front populaire211. Cependant, le nouvel archevêque de Santiago, Mgr José María Caro (1866-1958) se montre tolérant et soutient le programme social du président radical, notamment le projet d’un salaire minimum. Le 25 août 1939, la tentative de coup d’État de Carlos Ibáñez montre l’attachement de la Phalange nationale à la démocratie : Manuel Garretón se rend à La Moneda pour assurer au président Aguirre l’appui de son parti et les phalangistes mettent fin à la « grève législative » qui paralyse le Congrès en février 1940. La Seconde Guerre mondiale favorise aussi l’option démocratique même s’il y a eu un débat au sein du parti entre neutralité et non-belligérance.

  • 212 Cité par Grayson, George W., op. cit., p. 195.
  • 213 Grayson, George W., op. cit, p. 196; Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 145; Gazmuri, Cristián Eduar (...)
  • 214 Flecha Roja, nº 1, Iquique, 23 de enero de 1942. Cité par Díaz Nieva, José, « La elección presiden (...)

85En 1941, le parti abandonne sa position « au-delà de la droite et de la gauche » pour soutenir un candidat radical à la présidence de la République, Juan Antonio Ríos (1888-1946), face au candidat de la droite, Carlos Ibáñez, qui insiste sur son image d’homme fort et de fervent anticommuniste. Pour Jorge Rogers, l’appui de son parti à Ríos signifie « la perte de sa virginité »212. Pendant ses trois ans de présidence du parti, Manuel Garretón avait insisté sur « la Phalange au-dessus de la gauche et la droite ». Mais en raison du faible résultat obtenu aux élections parlementaires de 1941, 3,45 % des voix, Eduardo Frei avait assumé la direction du parti. Moins doctrinaire que Garretón, il a accepté de s’unir avec Ríos le 26 novembre 1941 au lendemain de la mort de Pedro Aguirre : il conditionne l’appui de la Phalange au candidat radical à une série de mesures sociales qui sont intégrées dans son programme213, « un gouvernement [d’union] national[e] et qu’on ne fasse aucun accord avec le Parti communiste ». Pour Frei, la Phalange nationale doit être « sur le pied de guerre »214 avec le triomphe de Ríos.

  • 215 Ignacio Palma Vicuña, « La Falange Nacional y su posición política », Política y Espíritu, nº 22, (...)
  • 216 « A los falangistas », El Diario Ilustrado, 19 janvier 1942, p. 16. Cité par Díaz Nieva, José, art (...)
  • 217 « El señor Ricardo Boizard se retira de la Falange », El Diario Ilustrado, 28 décembre 1941, p. 6; (...)
  • 218 Palacios, Bartolomé, « Manifiesto a la Falange Nacional », La Hora, 30 janvier 1940, p. 9-10.

86Quelques années plus tard, Ignacio Palma considère que l’appui de son parti au candidat radical « a eu le sens d’un appui au gouvernement légal contre la longue trajectoire antidémocratique et la formation dictatoriale de son adversaire »215. Ce ralliement au candidat radical n’a pas reçu l’unanimité au sein de la Phalange nationale : les départs de quelques militants proches du conservatisme216 et de Ricardo Boizard, qui voulait se rapprocher des secteurs plus à gauche, d’Óscar Schnake par exemple217, témoignent de l’ambigüité idéologique et des hésitations entre un projet politique plus démocratique et un projet politique plus autoritaire. Or, à ce moment, le Chili n’est pas encore entré en guerre aux côtés des Alliés et n’a pas rompu ses relations avec les puissances de l’Axe. La presse conservatrice a couvert de façon disproportionnée ces défections phalangistes. Néanmoins, l’appui à Juan Antonio Ríos n’a pas été dénué de contreparties pour la Phalange nationale. Ce choix suscite l’adhésion de chrétiens sociaux conservateurs comme Bartolomé Palacios qui salue la formation d’un gouvernement national laissant de côté la traditionnelle confrontation entre droite et gauche218. Ensuite, après sa victoire électorale, Juan Antonio Ríos remercie publiquement les phalangistes :

  • 219 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit., p. 97.

« La Phalange et les libéraux ont fait preuve d’un enthousiasme très digne de la cause démocratique qu’ils soutiennent. J’ai rencontré partout beaucoup de sympathie de la part des jeunes leaders de la Phalange. Ils ont toujours sollicité Bernardo Leighton comme orateur. Lui et Julio Barrenechea (socialiste) ont eu la tâche la plus lourde parmi les orateurs qui m’ont accompagné à travers le pays. Je me rappelle que dans un village, il y avait seulement deux phalangistes, ce que l’on peut comprendre quand il s’agit d’un jeune parti qui n’a pas encore organisé des sièges dans tous les villages. Ces deux jeunes comblaient le vide avec leurs cris de « en avant »/« allez Jeunesse » et avec leur enthousiasme contagieux »219.

  • 220 Drake, Paul, Socialism and Populism in Chile (1932-1952), op. cit., p. 173-181; Bascuñán, Carlos, (...)

87Surtout, six phalangistes ont eu des postes au gouvernement et dans des administrations : Rafael A. Gumucio au Comisariato general de Subsistencias y Precios, Jorge Rogers à la Corporación de Fomento de la Producción (CORFO), José Walker à la Caja Agraria, Jorge Pascal Lyon à la Línea Aérea Nacional, Alfredo Lorca à la Caja de Vivienda et José Isla à la Caja de Empleados Públicos y Periodistas. Mais cette collaboration a pris fin en 1943 quand les phalangistes ont jugé que le gouvernement radical ne prenait pas assez de mesures en faveur des plus pauvres220.

  • 221 Olavarría Bravo, Arturo, Chile entre dos Alessandri: memorias políticas, Tomo ii, Santiago, Editor (...)

88Le 14 mai 1945, Juan Antonio Ríos nomme Frei ministre des Voies (de communication) et des Travaux publics. Alors que la Phalange nationale n’a obtenu que 2,5 % des voix aux élections législatives de mars 1945, la bonne formation de ses dirigeants et leur critique aiguë des problèmes socio-économiques du Chili lui permettent d’obtenir des charges gouvernementales. Pour George Grayson, la nomination de Frei au gouvernement Ríos est un événement aussi important pour la Phalange nationale que l’a été la nomination de Bernardo Leighton au ministère du Travail pour la Jeunesse conservatrice. Néanmoins, cette participation au gouvernement radical est de courte durée : Frei démissionne le 29 janvier 1946 à la suite de la répression place Bulnes de la grève des mineurs du nitrate qui fait six morts et 80 blessés221. Même brève, cette courte expérience ministérielle a permis à la Phalange de mieux connaître les différentes facettes d’un gouvernement composé de plusieurs partis.

  • 222 Grayson, George W., op. cit., p. 225.
  • 223 El Imparcial, 5 août 1946, p. 3. Cité dans Moulian, Tomás et Isabel Torres Dujisin, op. cit., p. 1 (...)
  • 224 Correa Sutil, Sofía, Con las riendas del poder, op. cit., p. 131.
  • 225 Yocelevzky Retamal, Ricardo, La Democracia Cristiana chilena y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1 (...)

89De 1942 à 1952, la Phalange nationale a dévié une fois de son orientation de centre-gauche et de sa collaboration avec le Parti radical : aux élections présidentielles de 1946, elle appuie le candidat social-conservateur Eduardo Cruz-Coke222 (Figure 9), qui, pour les militants, prévoit un gouvernement « non capitaliste, national et non de droite »223. Le 2 août 1946, lors du congrès extraordinaire dit des Peluqueros, car il s’est réuni dans le local du syndicat des coiffeurs, différentes positions apparaissent pour la première fois à l’intérieur du parti. La fraction « puriste » veut appuyer le Dr Eduardo Cruz-Coke224 pour des raisons de principe (doctrine sociale-chrétienne). Elle met l’accent sur les facteurs idéologiques pour préserver l’identité du parti. Dominée par l’exécutif de la Phalange nationale (Radomiro Tomic, Ricardo Ferrando, Pedro J. Rodríguez), cette tendance plus à droite a gagné. La fraction « conformiste » veut suivre le candidat radical, Gabriel González Videla, sur la base des intérêts populaires. Elle cherche des alliances avec d’autres partis pour mieux intégrer la Phalange au système politique chilien, dominé par des formations de centre-gauche. Composés des membres les plus prestigieux et influents de la Phalange (Jorge Rogers, Manuel Francisco Sánchez, Bernardo Leighton, Rafael Agustín Gumucio, Eduardo Frei), les « conformistes » se sont abstenus de participer à la campagne électorale de 1946225, sans doute pour ne pas briser l’unité du parti.

  • 226 González Videla, Gabriel, Memorias, tomo i, Santiago, Editora Nacional Gabriela Mistral, 1975, p.  (...)
  • 227 « Declaración Oficial Falange Nacional », 5 septembre 1946, signée par Pedro J. Rodríguez (préside (...)
  • 228 Salas Fernández, Sergio, « La elección presidencial de 1946. El calor de la Guerra Fría », in Alej (...)

90Néanmoins, Gabriel González Videla obtient la première majorité avec 40,23 % des voix face aux 29,81 % du Dr Cruz-Coke. Face au refus de la droite d’accepter le verdict des urnes, la Phalange nationale apparaît comme un recours : le candidat radical appelle le petit parti « à accepter la claire manifestation de la volonté populaire »226. Dans une déclaration officielle, la Phalange nationale a très vite assuré au Congrès la « reconnaissance du triomphe légitime de Monsieur González Videla »227. Tandis que les parlementaires conservateurs votent pour leur propre candidat, Eduardo Cruz-Coke, au Congrès en séance plénière, les phalangistes reconnaissent le triomphe du candidat radical. Cependant, l’élection présidentielle de 1946 marque la fin du rôle de pivot du Parti radical (PR) dans le spectre politique chilien. Avec l’entrée dans la Guerre froide, la Phalange nationale puis le PDC occupe le centre politique. Tandis que le PR est un parti pragmatique, la démocratie chrétienne est d’ordre idéologique et correspond davantage au nouvel ordre mondial228.

Figure 9 – Le sénateur Eduardo Cruz-Coke, photographié par Eduardo Rubio, le 29 mai 1945.

Figure 9 – Le sénateur Eduardo Cruz-Coke, photographié par Eduardo Rubio, le 29 mai 1945.

Collection Museo Histórico Nacional, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-80877.html, consulté le 30/09/2020).

91La collaboration de la Phalange avec le gouvernement de González Videla a marqué le retour du parti à une position de centre-gauche :

  • 229 Tomic, Radomiro, « El Presidente Nacional de la Falange se dirige a todos los chilenos del país », (...)

« Dans la lutte pour un ordre économique et social plus juste, il est inévitable que la Phalange coïncide beaucoup plus fréquemment avec les groupes et partis de gauche qu’avec ceux de droite. C’est ce qui s’est passé et cela continuera à se produire parce que nous luttons pour transformer l’ordre économique capitaliste existant et non pas pour le défendre »229.

  • 230 Política y Espíritu, nº 16, octobre 1946, p. 127.
  • 231 Política y Espíritu, avril 1946, nº 10, p. 122-123, cité in Salas Fernández, Sergio, art. cit., p. (...)

92Or, trois ministres étaient communistes (Transports et travaux publics, Terres et colonisations, Agriculture). D’après le président du parti, Pedro J. Rodríguez G., la présence de communistes dans l’administration de González Videla est acceptable, car en Belgique, en Italie, en Autriche et en Allemagne, les partis catholiques participent au même moment à des gouvernements avec des communistes sans remettre en cause leur idéologie230. Malgré l’encyclique Divini Redemptoris du 19 mars 1937 qui qualifie la politique moscovite d’« intrinsèquement pervers[e] », les phalangistes peuvent accepter une alliance avec les communistes dans certains cas : « dans l’ordre des principes, en doctrine pure, le communisme et le christianisme social sont antagoniques par essence […], sont deux mondes conceptuels différents ; deux philosophies, deux interprétations de l’homme et de son destin qui n’admettent pas d’engagements intermédiaires ». Mais, de fait, « ils peuvent chercher des objectifs immédiats qui n’ont rien à voir avec les principes ». C’est pour cela même que les « anti mènent à nulle part »231. Néanmoins, plus rapidement qu’en Europe, en avril 1947, cinq mois après la formation de son gouvernement, González Videla se sépare de ses ministres communistes. En octobre 1947, en pleine doctrine Jdanov anti-impérialiste, les communistes organisent une grève dans les mines de charbon de Lota, soutenue par Moscou. Les phalangistes considèrent alors que le président a le droit de rompre les relations diplomatiques avec les gouvernements communistes, mais ils entendent séparer politique et idéologie et s’inquiètent de s’isoler d’un sixième du monde. Selon la Phalange nationale, González Videla utilise la menace communiste pour réprimer les grèves.

  • 232 Tomic Romero, Radomiro, « Comunismo, Capitalismo y Democracia Cristiana: discurso pronunciado por (...)
  • 233 Huneeus M., Carlos, « Un partido político muy institucionalizado: la Democracia Cristiana en Chile (...)
  • 234 Anonyme, « Panorama nacional », Política y Espíritu, nº 34, juillet-août 1948, p. 199.
  • 235 Huneeus M., Carlos, La Guerra fría chilena: Gabriel González y la Ley Maldita, Santiago, Debate, 2 (...)
  • 236 Mayorga, Wilfredo, « Los Conservadores, el Nuncio y la Falange », Ercilla, 13 juillet 1966, p. 18. (...)

93En 1948, la Phalange nationale approfondit la distance avec le gouvernement González Videla, qui présente un projet de loi pour interdire le Parti communiste. Le parti, par l’intermédiaire de ses députés, s’y oppose. Pour Radomiro Tomic, les communistes chiliens ne sont pas de simples marionnettes d’une conspiration internationale. Il insiste sur l’abîme idéologique entre les doctrines catholiques et communistes et souligne que les tsars en Russie, le fascisme en Italie ou le franquisme en Espagne ne sont pas parvenus à étouffer le communisme. Il faut donc plutôt agir à travers des réformes (réforme agraire, réforme de l’entreprise), créer une grande centrale syndicale, former les travailleurs, unir les nations latino-américaines à travers des valeurs chrétiennes232. Les conservateurs sociaux-chrétiens adoptent la même position que la Phalange, ce qui entraîne une première division au sein du Parti conservateur233. Néanmoins, le Congrès approuve la Loi de défense de la démocratie, qui est promulguée le 3 septembre 1948. La Phalange nationale entre dans l’opposition. Pour Política y Espíritu, le gouvernement González Videla devient « procapitaliste » et « de droite »234. La Loi de défense de la démocratie est utilisée contre les partis marxistes et non marxistes : la croisade du président radical contre le communisme a eu des répercussions négatives sur le développement des institutions démocratiques235. Ainsi, il réduit les activités des partis politiques, y compris la Phalange nationale : lors d’un déplacement dans le nord du Chili, le président du parti, Tomás Reyes, ne peut pas organiser des activités publiques ou privées, tandis que Bernardo Leighton n’a pas pu critiquer la loi à Chañaral, à 970 km au nord de Santiago. Francisco J. González Errázuriz évoque un intérêt partisan derrière l’opposition phalangiste à la loi de 1948 et ce, pour plusieurs raisons. Depuis le début des années 1940, le parti manque d’appui populaire et cherche à recruter dans les rangs syndicalistes, ce qui l’amène à accroître ses contacts avec les socialistes et les communistes à tel point que l’Église s’est inquiétée. Le nonce a dû appeler les phalangistes à « éviter la politique de la main tendue avec les partis marxistes, en annulant tous les accords directs ou indirects avec les partis de cette orientation [idéologique] »236.

94Or, jusqu’au début des années 1950, la hiérarchie ecclésiastique n’a pas vu d’un bon œil la ligne politique des phalangistes, car elle divise les catholiques et resserre dangereusement les liens avec le marxisme. Dans un climat politique national et international agité par la Guerre froide, l’impératif de justice sociale rapproche parfois phalangistes et communistes, ce qui aiguise les critiques de la droite contre son ancienne Jeunesse.

  • 237 Cité dans González Cruchaga, Carlos, Historia de una polémica. Monseñor Manuel Larraín y los oríge (...)
  • 238 Huneeus M., Carlos, La Guerra fría chilena: Gabriel González y la Ley Maldita, op. cit., p. 283.
  • 239 « Documento nº 10. Carta a la Acción de Jóvenes de la Acción Católica, Monseñor Augusto Salinas », (...)

95À l’occasion du 1er mai 1947, le Conseil national de la Jeunesse de l’Action catholique publie un manifeste qui commence en ces termes : « Le problème social n’est pas encore abordé au Chili selon la volonté de l’Église. La grande majorité des catholiques consacre son énergie à un anticommunisme stérile et nuisible, sans s’inquiéter du peuple qui souffre d’une épouvantable misère […] »237. Souhaitant diffuser la doctrine sociale de l’Église, les membres de l’Action catholique regrettent qu’il n’y ait pas de promotion des syndicats paysans, sauf du côté des porte-paroles du christianisme social. Or, dans un pays où il existe une faible affiliation de la jeunesse dans des associations volontaires, notamment les syndicats, l’Action catholique connaît une intense activité : elle rassemble 10 000 jeunes, provenant surtout des classes moyennes et favorisées, dans 600 centres238. Mgr Augusto Salinas (1899-1991), aumônier de l’Action catholique et évêque auxiliaire de Santiago, réagit violemment et écrit le 18 août 1947 une lettre qui reproche aux jeunes de l’Action catholique d’intervenir dans un domaine exclusivement réservé à la hiérarchie, celui des orientations doctrinaires et idéologiques. Il critique également le faible anticommunisme du manifeste de la Jeunesse catholique239 et accuse indirectement la Phalange nationale de développer une méfiance envers la hiérarchie ecclésiastique. Il ne remet pas en question la légitimité de ses postulats, mais la rectitude de ses membres. La lettre de Mgr Salinas est amplement diffusée dans la presse et les milieux conservateurs.

  • 240 Huneeus M., Carlos, op. cit., p. 302.
  • 241 Rolle, Claudio op. cit., p. 136-137.
  • 242 Cité par Compagnon, Olivier, op. cit., p. 252.
  • 243 Voir le chapitre x, partie i. c.

96La Phalange nationale choisit de ne pas alimenter la polémique publique et envoie au prélat un mémorandum le 14 septembre 1947. Elle affirme être un parti d’inspiration chrétienne, mais non confessionnel. En tant que catholiques, les phalangistes rappellent leur obéissance à l’Église et à sa hiérarchie. Le 9 novembre 1947, Mgr Salinas publie dans la page éditoriale de El Diario Ilustrado un article intitulé « Enemigos de Cristo », qui attaque violemment la Phalange nationale sans la nommer. Celle-ci réagit le 12 novembre 1947 à travers le document « Nuestra protesta », publié dans des périodiques comme El Diario Ilustrado et El Imparcial : la direction phalangiste demande que l’épiscopat chilien se prononce sur cette qualification d’« ennemis du Christ » alors que le parti cherche à appliquer la doctrine sociale de l’Église. En même temps, la Phalange nationale envoie un mémorandum aux évêques chiliens. Elle y rappelle son appui au gouvernement lors de la rupture des relations diplomatiques avec l’Union soviétique et la Tchécoslovaquie. Le document conclut en évoquant la dissolution du parti et est amplement repris dans la presse conservatrice240. Le 20 novembre 1947, une déclaration de la Phalange nationale annonce la réunion d’un congrès extraordinaire les 6, 7 et 8 décembre pour décider de l’avenir du parti. Les phalangistes contactent les évêques qui soutiennent le parti : Mgr Manuel Larraín, évêque de Talca, les encourage à poursuivre leur combat politique de sorte que le 30 novembre, la Junta Nacional de la Phalange nationale rejette la dissolution de son parti. Quelques jours plus tard, une lettre du cardinal José María Caro ratifie la décision de la Phalange, mais lui rappelle ses erreurs politiques, en particulier son faible anticommunisme et son absence d’appui à l’Espagne de Franco pendant la Guerre civile espagnole241. Cet épisode montre bien le projet modernisateur qu’a pu représenter la démocratie chrétienne au sens où l'autonomie du politique était pleinement acceptée. En 1945, dans le premier numéro de Política y Espíritu, Manuel Antonio Garretón propose de « reconnaître dans la pratique la distinction entre le spirituel et le temporel », donc d’éviter tout parti confessionnel242. Lors de la crise de 1947, la hiérarchie catholique pense encore pouvoir donner des ordres aux militants, mais elle rencontre l’opposition de la Phalange et on a là tout l'héritage de Maritain. L’année 1947 correspond aussi à un événement fondateur pour la Phalange nationale puisqu’elle participe avec d’autres catholiques latino-américains à la fondation du mouvement DC d’Amérique243.

97Dans un contexte de début de Guerre froide, les relations de la Phalange nationale avec les autres acteurs du champ religieux et politiques se tendent pour des raisons à la fois politiques et idéologiques. La séparation d’avec le Parti conservateur a compliqué les relations à droite, mais la politique anticommuniste du président González Videla a aussi bouleversé l’alliance avec les radicaux. Ces tensions sur la scène politique nationale et internationale ont aussi des répercussions au niveau interne, à l’intérieur de l’appareil phalangiste. À partir de la toute fin des années 1940, apparaissent des changements idéologiques, politiques, organisationnels, qui s’affirment dans les années 1950.

Le tournant des années 1950

  • 244 Silva Solar, Julio, « Crítica a una tentativa social cristiana », Política y Espíritu, nº 91, 1er (...)
  • 245 Cash Molina, Jorge, « Social Cristianismo y Libertad », Política y Espíritu, nº 92, 15 mai 1953, p (...)

98À partir du début des années 1950, un changement idéologique est perceptible, en particulier au sein de la jeunesse qui semble plus à gauche, et il s’inscrit dans le contexte de ses échecs électoraux continus. En 1953, les pages de Política y Espíritu s’ouvrent à tous les militants qui veulent participer et exposer leurs idées sur la situation de leur parti. Un des premiers à lancer le débat est Julio Silva Solar, le représentant du courant progressiste : pour lui, la Phalange a été incapable d’atteindre le peuple, la stratégie « au-dessus de la droite et de la gauche » inspirée de Primo de Rivera n’a attiré aucun secteur de la population244. Il préconise une politique sociale-chrétienne de gauche ou populaire. Un autre phalangiste, Jorge Cash Molina, critique la tendance sectariste de son parti qui mène « à l’isolement et à l’échec »245. Pour lui, l’essentiel n’est pas tant dans les pactes ou alliances électorales avec la gauche, mais dans l’unité de ses secteurs pour faire un programme commun de gouvernement.

  • 246 Chonchol, Jacques, « La Revolución Comunitaria », Política y Espíritu, nº 77, 15 septembre 1952, n (...)
  • 247 Castillo Velasco, Jaime, « Sobre algunos problemas políticos del socialcristianismo », Política y (...)
  • 248 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 66.

99Pour le secteur le plus jeune de la Phalange nationale, c’est-à-dire, celui qui n’est pas de la première heure et qui est plutôt né dans la seconde moitié des années 1920, le processus de révision idéologique signifie l’abandon de l’indépendance de la droite et de la gauche et le choix d’une inclinaison à gauche. De la sorte, ce courant propose la formation d’une Union populaire de forces politiques progressistes pour organiser, instruire et donner une vision révolutionnaire au peuple246. Pour sa part, Jorge Cash Molina proposait « une alliance du socialisme démocratique avec le social-christianisme ». C’est aussi la position de Jaime Castillo Velasco, qui émerge comme le principal idéologue du parti, remplaçant Manuel Antonio Garretón247. La pensée de cette nouvelle vague de phalangistes s’est imposée en grande partie lors du sixième congrès national du parti qui a approuvé en juillet 1953 l’idée de proposer au Chili une démocratie représentative et communautaire248.

  • 249 Huneeus M., Carlos, art. cit., p. 183-184.

100La Phalange nationale a eu un développement lent et difficile qui lui a permis de construire un leadership central très unifié, pour proposer des programmes solides et établir des bases petites mais très actives dans les provinces. Pendant quinze ans, le parti n’a pas obtenu plus de 4 % des voix et n’a remporté que trois députés entre 1941 et 1953. Les trois candidatures d’Eduardo Frei à un poste de député ont échoué, mais il a été finalement élu sénateur dans la circonscription d’Atacama et de Coquimbo en 1949249.

  • 250 Política y Espíritu, nº 52, octobre 1950, p. 147.
  • 251 Garay Vives, Cristián, « La elección presidencial de 1952. La candidatura de Carlos Ibáñez del Cam (...)
  • 252 Grayson, George W., op. cit., p. 275.

101Au cours des années 1950, le rapprochement avec les conservateurs sociaux-chrétiens s’approfondit. Les conservateurs se sont divisés en 1950 quand l’aile droite représentant les grands propriétaires terriens a pris le nom de Parti conservateur traditionnel. Les conservateurs sociaux-chrétiens de Horacio Walker, qui représentent les classes moyennes et aisées, ont continué à collaborer avec la Phalange pendant le gouvernement de González Videla et le cabinet de sensibilité sociale (1950-1952). Bernardo Leighton a été alors ministre de l’Éducation et Ignacio Palma ministre des Terres et colonisation. La Phalange cherche ainsi à améliorer les conditions de vie des travailleurs et à mener une politique économique cohérente qui affronte les grands problèmes nationaux250. Avec cette participation au gouvernement, le prestige des phalangistes s’est accru et ils ont essayé de promouvoir la candidature du sénateur Frei aux élections présidentielles de 1952251. Ce dernier a mené une intense campagne pour être désigné lors de la convention des sociaux-chrétiens. Política y Espíritu mentionne au moins cinq réunions et de nombreux discours radiophoniques. Finalement, les deux formations ont dû appuyer le candidat radical Pedro Enrique Alfonso252. Néanmoins, avec 46,79 %, le général Carlos Ibáñez del Campo a largement remporté l’élection.

  • 253 Fait alors partie de la Federación nacional de fuerzas ibañistas. En 1956, le pnc devient le Parti (...)
  • 254 Le Movimiento Nacional Cristiano (mnc) s’est détaché du pnc pour maintenir une collaboration étroi (...)
  • 255 Anonyme, « La situación del Social-cristianismo en Chile », Política y Espíritu, nº 90, 15 avril 1 (...)
  • 256 Huneeus M., Carlos, art. cit., p. 185.
  • 257 Falange Nacional, « Voto político aprobado por el Congreso de la Falange Nacional », Política y Es (...)
  • 258  Le Parti conservateur traditionaliste défendait un « Front catholique ». En le rejetant, les phala (...)
  • 259 Anonyme, « Convención del Partido Conservador », Política y Espíritu, nº 101, 1er octobre 1953, p. (...)
  • 260 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 106.
  • 261 Pedro Undurraga Fernández (1904-2001) a étudié au Colegio San Ignacio puis à l’École de droite de (...)
  • 262 Après des études à l’Instituto Zambrano de los Hermanos de la Salle, José Lascar Lascar (1918-1980 (...)
  • 263  « Acta de fundación de la Federación Social-Cristiana », Política y Espíritu, nº 102, 15 octobre (...)
  • 264 Ibid.

102Lors des élections législatives de mars 1953, la Phalange nationale s’est mesurée aux autres formations sociales-chrétiennes : le Partido Conservador social-cristiano, le Partido Nacional Cristiano (PNC) créé pour appuyer le caudillo Ibáñez253 et le Movimiento Social Cristiano (MSC)254. Les trois grandes formations politiques ont obtenu six députés et la Phalange nationale trois (Juan de Dios Carmona, Ignacio Palma et Pedro Videla). Pour la revue Política y Espíritu, ces trois formations d’inspiration sociale-chrétienne, qui pèsent peu individuellement, risquent de disparaître si elles ne s’unissent pas255. Les résultats électoraux décevants encouragent la Phalange nationale et le Parti conservateur social-chrétien à continuer leur collaboration : ils fondent la même année la Fédération sociale-chrétienne256. Celle-ci est initiée à partir d’une lettre du 26 juin 1953 du président du Parti conservateur social-chrétien, le docteur Jorge Mardones Restat à la Phalange. En juillet 1953, le sixième congrès de la Phalange, présidé par Juan de Dios Carmona, décide d’un accord avec « tous les partis et groupes indépendants qui fondent leur action sur la doctrine sociale-chrétienne et acceptent une ligne ferme de service populaire »257. Toutefois, les phalangistes rejettent la « thèse trompeuse » d’un « Front catholique » qui regrouperait leur parti et l’ensemble des conservateurs, traditionnalistes et sociaux-chrétiens258. Du 11 au 13 septembre 1953, la convention nationale du Parti conservateur social-chrétien leur répond en appelant à « la fusion, association ou alliance avec les forces qui recherchent la complète et sincère application de la même doctrine sociale-chrétienne »259. Le 28 septembre 1953, les présidents des deux partis se réunissent au Club Fernández Concha pour signer l’« Acte de fondation de la Fédération sociale-chrétienne »260. Eduardo Cruz-Coke, Pedro Undurraga Fernández261, Horacio Walker, Jaime Castillo, Eduardo Frei, Tomás Reyes et les parlementaires José Musalem Saffie et José Lascar Lascar262 qui représentent le MNC, paraphent aussi le document. La Fédération ne signifie pas la fusion des partis : la Phalange nationale et le Parti conservateur continuent à exister, mais, par l’intermédiaire de la Junta Directiva Nacional de la Federación, ils tâchent de coordonner leurs « politiques parlementaires, socio-économiques, éducatives, internationales et électorales »263. L’Acte prévoit aussi que d’autres « partis, mouvements, associations ou noyaux, qui acceptent les principes de la Fédération, puissent adhérer »264.

  • 265 Dabène, Olivier, L’Amérique latine à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 5e éd., 2005, p. (...)
  • 266 Castillo Velasco, Jaime, « El Partido Social-Cristiano, instrumento de una política popular », Pol (...)
  • 267 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994, op. cit., p. 233.

103Pendant les années 1950, la figure d’Eduardo Frei Montalva continue à gagner en prestige (Figure 10). Le 25 mai 1954, ce dernier est invité à La Moneda pour y présenter ses solutions aux maux qui touchent le Chili : l’inflation croissante, la faiblesse du commerce extérieur, l’insuffisant revenu public et l’inquiétude des travailleurs. Dans les dix années de l’après-guerre, la croissance est en effet relativement modeste en Amérique latine : le pib par habitant ne progresse que de 2 % entre 1945 et 1955265. Frei semble être pressenti pour diriger le gouvernement : le 31 mai 1954, le général Ibáñez l’invite pour de longues conversations au palais présidentiel de Viña del Mar. Le 3 juin 1954, les deux hommes se revoient, mais le président de la République fait marche arrière. Néanmoins, les conversations Frei-Ibáñez ont eu un impact direct sur la Phalange en remontant le moral des militants et des dirigeants et en augmentant le prestige moral de Frei. Les dirigeants sociaux-chrétiens incarnent l’intelligence, l’honnêteté, la capacité et la volonté de réaliser des projets. Pour Jaime Castillo, les sociaux-chrétiens sont à l’avant-garde d’une « rénovation authentiquement nationale ». Or, la victoire d’Ibáñez le 3 novembre 1952 avec 46,8 % des voix a démontré que l’électorat rejette les tractations politiques et les programmes non appliqués des partis traditionnels266. En effet, aucun des grands partis chiliens n’a appuyé l’ancien dictateur qui a choisi comme symbole « le « balai » pour balayer les hommes politiques et nettoyer l’administration publique »267.

Figure 10 – Eduardo Frei avec le chancelier ouest-allemand, Konrad Adenauer, 1954.

Figure 10 – Eduardo Frei avec le chancelier ouest-allemand, Konrad Adenauer, 1954.

Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. https://www.casamuseoeduardofrei.cl/​archivos/​fotografico/​busqueda/​?key=1954, site consulté le 30/09/2020.

  • 268 Entretien avec Genaro Arriagada Herrera, 2013.
  • 269 Grayson, George W., op. cit., p. 304.
  • 270 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 103.

104Pendant la décennie 1950, le mouvement social-chrétien croît de plus en plus tandis que l’ibañisme se décompose268. Le 6 février 1955, lors d’une élection complémentaire dans le premier district de Santiago, le candidat des anti-ibañistes n’est autre que Rafael A. Gumucio, alors président de la Phalange et président de la Fédération. Dans ce cadre, il est aussi appuyé par les libéraux, les radicaux, les socialistes du Chili (Allende) et les communistes. Sa campagne a eu pour slogan « Protestez avec Gumucio ». Le candidat social-chrétien a obtenu 55 000 voix contre 27 000 pour son adversaire269. Le résultat noircit l’image du gouvernement et accroît le poids parlementaire de la Fédération, qui compte désormais huit députés et un sénateur. En décembre 1955, les sociaux-chrétiens ont accueilli à Santiago cinq délégués de tous les pays latino-américains et de 18 pays européens pour le deuxième congrès international démocrate-chrétien. En 1956, les sociaux-chrétiens commencent à préparer l’élection présidentielle prévue deux ans plus tard. En mars 1957, les élections législatives témoignent de l’essor naissant de la démocratie chrétienne au Chili : les phalangistes obtiennent 11,56 % des voix à la Chambre des députés et l’élection sénatoriale de Frei Montalva dans la circonscription de Santiago, la plus peuplée du Chili, apparaît comme un pas de plus vers La Moneda et vers l’union des forces sociales-chrétiennes. Avec le déclin des radicaux après quatorze années de gouvernement (1938-1952) et celui du populisme agrario-laboriste, les démocrates-chrétiens apparaissent de plus en plus comme une alternative de pouvoir270.

105De la fin des années 1920 à 1957, s’opère donc une socialisation politique qui mène à la structuration progressive du mouvement démocrate-chrétien. D’un noyau confessionnel de jeunes étudiants catholiques, il devient peu à peu un parti prônant l’autonomisation du politique et du religieux, dans le sillage des idées de Jacques Maritain. Eduardo Frei et ses camarades ont des origines socio-économiques assez proches, ils se sont politiquement socialisés à partir de l’université. L’entrée dans le Parti conservateur a cependant joué un rôle important. Si les étudiants catholiques ont fait leurs premiers pas politiques dans le Mouvement national de la Jeunesse conservatrice, ils n’ont jamais voulu être assimilés au Parti conservateur et ont toujours maintenu vive leur préoccupation pour la question sociale. La lente ascension de la Phalange nationale s’est fondée sur des dirigeants très bien formés – et en particulier le prestige d’Eduardo Frei -, une alliance ponctuelle avec les radicaux et enfin une entente avec la fraction des conservateurs sociaux-chrétiens pour affirmer une opposition au capitalisme et au marxisme.

  • 271 Dans ce système, Genaro Arriagada ne cite pas la Phalange nationale.
  • 272 Voir le glossaire.

106L’année 1957 clôt au Chili une période commencée autour de 1920, pendant laquelle le système de partis passe du conflit religieux à la question sociale avec l’industrialisation et le développement des syndicats ouvriers. Le système de partis se décompose en un pôle de droite qui regroupe les conservateurs et les libéraux, le Parti radical, qui représente le centre, les classes moyennes laïques, mais plus anticléricales, et les Partis communiste et socialiste nés respectivement en 1922 et en 1933271. La rupture apparaît dans les années 1950 avec le général Ibáñez et surtout en 1957 avec la fondation du Parti démocrate-chrétien (PDC) : pour l’historien Mario Góngora, apparaissent alors les « planifications globales », c’est-à-dire l’idée que le Chili a besoin d’une révolution. Le Chili ne connaît donc plus des partis, mais trois projets révolutionnaires : au centre avec le PDC qui est l’objet de nos recherches, à gauche avec le Frente de Acción Popular (FRAP)272 puis l’Unité populaire de Salvador Allende et enfin à droite avec la révolution pinochetiste.

Haut de page

Notes

1 Voir le glossaire pour ces deux encycliques.

2 Fidel Araneda Bravo a le premier évoqué la « jeunesse catholique de 1930 » dans Óscar Larson, El clero y la política chilena, Santiago, [s. e.], 1981, p. 55. Dans « El pensamiento de los jóvenes fundadores de la Acción católica chilena » (Anuario de Historia de la Iglesia en Chile, nº 3, 1985, p. 9-31), Fernando Aliaga Rojas appelle ce groupe la « génération de 1928 », car il souligne l’année de l’arrivée de l’aumônier de l’Asociación de Estudiantes Católicos, le père Óscar Larson, qui l’a rénovée de façon décisive. Stephen J.C. Andes préfère l’expression « génération de 1930 », parce que des individus directement impliqués dans les événements, Fidel Araneda Bravo et le père Fernando Vives del Solar, l’utilisent. Même si seulement douze ans séparent la « génération de 1918 » (des fondateurs de l’anec, qui finissent leurs études à la fin de la Première Guerre mondiale) de la « génération de 1930 », les catholiques ont utilisé cette expression pour marquer un changement d’esprit, de mentalité, associé à un groupe de jeunes. Voir Andes, Stephen J.C., The Vatican and Catholic Activism in Mexico and Chile: The Politics of Transnational Catholicism, 1920-1940, Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 35-36 et p. 128.

3 Correa Sutil, Sofía, Con las riendas del poder. La derecha chilena en el siglo xx, Santiago, DeBolsillo, 2011, p. 40-41 [2004].

4 Aylwin, Mariana et al., Chile en el siglo xx, Santiago, Planeta, 12e éd., 2005, p. 104 [1990].

5 Pacheco Gómez, Máximo, La separación de la Iglesia y el Estado en Chile y la diplomacia vaticana, Santiago, Editorial Andrés Bello, 2004, p. 36-37.

6 Pereira, Teresa, El Partido Conservador 1930-1965. Ideas, figures y actitudes, Santiago, Editorial Vivaria, 1994, p. 36.

7 Botto, Andrea, « La separación Iglesia-Estado desde la perspectiva del catolicismo chileno (1923-1925) », in Ana María Stuven (dir.), La religión en la esfera pública chilena: ¿Laicidad o secularización?, Santiago, Ediciones Universidad Diego Portales, 2014, p. 262.

8 Pacheco Gómez, Máximo, op. cit., p. 44.

9 « Documento 10. Telegrama cifrado enviado por el Cardenal Secretario de Estado de su Santidad al Nuncio Apostólico en Chile, el 25 de mayo de 1923 », « Documento 10. Telegrama cifrado enviado por el Cardenal Secretario de Estado de su Santidad al Nuncio Apostólico en Chile, el 22 de mayo de 1925 », publiés dans Pacheco Gómez, Máximo, op. cit., p. 100 et p. 184.

10 Giraudier, Élodie, « Le Parti démocrate-chrétien, l'Église et le pouvoir au Chili », Histoire@Politique, nº 22, janvier-avril 2014, p. 233-250.

11 Valparaíso, Temuco, San Felipe, Rancagua, Linares, Talca, Chillán, Antofagasta, Puerto Montt, María Huerta, Antonieta et Luis Pacheco Pastene, La Iglesia chilena y los cambios sociopolíticos, Santiago, Pehuén, 1988, p. p. 161.

12 Déclaration de l’Épiscopat chilien, citée dans Ibid., p. 161.

13 Ibid., p. 162-163.

14 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994. Política, economía, sociedad, cultura, vida privada, episodios, Santiago, ril Editores/Instituto de Historia, Pontificia Universidad Católica de Chile, 2012, p. 138.

15 Fermandois, Joaquín, Abismo y cimiento: Gustavo Ross y las relaciones entre Chile y Estados Unidos: 1932-1938, Santiago, Editorial Universidad Católica de Chile, 1997, p. 32.

16 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1991-1994, op. cit., p. 141, p. 143-144.

17 La junte est composée du général Arturo Puga (retraité, ancien ambassadeur d’Ibáñez) qui la préside, d’Eugenio Matte Hurtado (grand-maître de la franc-maçonnerie et socialiste) et de Carlos Dávila (ibañista). Le nouveau ministère compte par ailleurs sept socialistes, trois alessandristas et un ibáñista.

18 Club fondé le 8 juillet 1864 sur le modèle des clubs anglais. Il s’agit d’un espace de réunions politiques et sociales animé par des membres de l’oligarchie conservatrice.

19 Drake, Paul W., Socialism and populism in Chile: 1932-1952, Urbana, Chicago, Londres, University of Illinois Press, 1978, p. 81

20 La République socialiste est pour certains auteurs le gouvernement né de la rébellion du 4 juin 1932 et qui dure à peine 12 jours. Pour d’autres, elle se termine le 13 septembre 1932 avec la démission du général Dávila et elle dure environ 100 jours. Aggio, Alberto, Frente popular, Radicalismo e Revolução passiva no Chile, São Paulo, AnnaBlume/fapesp, 1999, note 81 p. 81.

21 Bruno-Jofré, Rosa, « The Catholic Church in Chile and The Social Question in the 1930s: The Political Pedagogical Discourse of Fernando Vives Del Solar, s.j. », The Catholic Historical Review, Volume 99, Number 4, octobre 2013, p. 709.

22 Cash Molina, Jorge, Bosquejo de una historia. 1935-1957: Falange Nacional, Santiago, Copygraph, 1986, p. 63.

23 Tampe s. j., Eduardo, En la huella de San Ignacio. Semblanzas de jesuitas en Chile 1823-1985, Santiago, Ediciones Revista Mensaje, 2010, p. 210-212.

24 Andes, Stephen J.C., op. cit., p. 129.

25 Robles Parada, Andrea Isolina, La Liga de Damas Chilenas : De la cruzada moralizadora al sindicalismo femenino católico, 1912-1918, Santiago, Tesis para optar al grado de Magíster en Estudio de Género y Cultura, Mención en Humanidades, Universidad de Chile, Facultad de Filosofía y Humanidades, Escuela de Postgrado, 2013, p. 34-47.

26 Andes, Stephen J.C., op. cit., p. 131.

27 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 21.

28 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 65.

29 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 41-42.

30 La Phalange nationale sera abordée dans la partie ii. b. de ce chapitre.

31 Subercaseaux, Bernardo et Elisabet, Prudant, « Ideologías y catolicismo en Chile », in Ana María, Stuven (dir.), op. cit. p. 274.

32 Cité par Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 57.

33 Concha Subercaseaux, Juan Enrique, Cuestiones obreras: Memoria de Prueba, Santiago, Imprenta Barcelona, 1899.

34 Concha Subercaseaux, Juan Enrique, Conferencias sobre economía social dictadas en la Universidad Católica de Santiago de Chile por Juan Enrique Concha S., Santiago, Imprenta Chile, 1918.

35 Biblioteca del Congreso Nacional de Chile, « Juan Enrique Concha Subercaseaux ». [En ligne] http://historiapolitica.bcn.cl/resenas_parlamentarias/wiki/Juan_Enrique_Concha_Subercaseaux, page consultée le 21 juin 2014.

36 Cité dans Díaz Nieva, José, Chile: de la Falange Nacional a la Democracia Cristiana, Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2001, p. 38-39.

37 Williamson Jordan, Luis, « Don Bartolomé Palacios Silva », Política y Espíritu, nº 161, 1er août 1956, p. 17.

38 Partido Popular, Nuestra actual situación política y el Partido Popular Chileno, Santiago, Imprenta Bellavista, [s. d.], 62 p.

39 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 66.

40 Grayson, George W., op. cit., 1968, p. 86.

41 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 39.

42 Ibid., p. 40.

43 Grayson, George W., op. cit., p. 86.

44 Anonyme, « Elecciones », Germen, novembre 1931, nº 4, p. 2.

45 Carlos Muñoz Montt, cité par Grayson, George W., op. cit., p. 86-87.

46 Anonyme, « Symbolum Nostrum », Germen, juillet 1931, nº 2, p. 1.

47 Anonyme, « Umbral », Germen, juin 1931, nº 1, p. 1.

48 Germen continue à exister dans les années 1930, se confondant avec des organisations comme le Parti social syndicaliste, puis il disparaît quelques années plus tard. José Díaz Nieva, op. cit., p. 42.

49 Botto Stuven, Andrea, « Catolicismo social en Chile, 1930-1960: ¿Un factor de división entre los católicos? », in Fernando Berríos et al. (dir.), Catolicismo social chileno: desarrollo, crisis y actualidad, Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado/Centro Teológico Manuel Larraín, 2009, p. 245.

50 Anonyme, « Partido Social Sindicalista », Germen, août 1932, nº 7, p. 4.

51 « La Constituyente y la Intervención del Estado », Idea Nueva, nº 1, août 1932, p. 1. Cité par Grayson, George W., op. cit., p. 91.

52 Palacios M., Bartolomé, El Partido Conservador y la Democracia Cristiana, Santiago, Imprenta Nacimiento, 1933.

53 Voir le glossaire (volume ii).

54 Partido Corporativo Popular, Declaración de Principios, Santiago, Imprenta La Fama, 1934. Cité par Grayson, George W., op. cit., p. 93.

55 Larios Mengotti, Gonzalo, La idea corporativa en Chile, 1931-1941, Tesis de Licenciatura, Pontificia Universidad Católica, Instituto de Historia, Santiago, 1988, p. 159.

56 Grayson, George W., op. cit., p. 93.

57 Cité dans Anonyme, « Un divorcio en las filas conservadoras », Hoy, 3 août 1934, nº 141, p. 11.

58 Díaz Nieva, José, op. cit, p. 45-46.

59 Meyer, Jean-André, Historia de los cristianos en América Latina, siglos xix y xx, México, Ediciones Vuelta, 1989, p. 304-305.

60 Vallier, Ivan, « Religious Elites: Differentiations and Developments in Roman Catholicism », in Martin Seymour Lipset et Aldo Solari (dir.), Elites in Latin America, Oxford, Oxford University Press, 1967, p. 204.

61 Meyer, Jean-André, op. cit., p. 306.

62 Mayeur, Jean-Marie, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27e année, nº 2, 1972, p. 483-499.

63 Gómez Ugarte, Jorge, Ese cuarto de siglo… (25 años de vida universitaria en la anec, 1915-1941), Santiago, Editorial Andrés Bello, 1985, p. 1.

64 Frei Montalva, Eduardo, Memorias (1911-1934) y correspondencias con Gabriela Mistral y Jacques Maritain, Santiago, Planeta, 1989, p. 29.

65 Cité dans Rolle, Claudio, Ignacio Palma Vicuña. Apasionado de Libertad, Santiago de Chile, icheh, 2006, p. 48.

66 Cité dans Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 50.

67 Pereira, Teresa, op. cit., p. 56.

68 Serrano Pérez, Sol, « El Partido Conservador y la Falange Nacional 1932-1938 », in Sofia Correa S. et al., Horacio Walker y su tiempo, Santiago, Ediciones Aconcagua, 1976, p. 72.

69 Aliaga Rojas, Fernando, La Iglesia en Chile. Contexto histórico, Santiago, Ediciones Paulinas, 3e éd., 1989, p. 178.

70 Membres de l’anec.

71 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 57.

72 Organisation syndicale des mécaniciens et des conducteurs de train, fondée en 1889.

73 Du quechua « farine sèche ». Boisson chilienne à base de farine de blé ou de maïs grillée, lait (ou eau) et miel. Elle permet de remplacer le pain du petit-déjeuner.

74 Larson, Óscar, La Anec y la Democracia Cristiana, Santiago, Ediciones Rafala, 1967, p. 16.

75 Correa Sutil, Sofía, op. cit., p. 50.

76 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 64.

77 Grayson, George W., op. cit., p. 104.

78 Marín Balmaceda, Raúl, La caída de un régimen: julio de 1931, Santiago, Editorial Universitaria, 1933, p. 30-31.

79 Cité par Marín Balmaceda, Raúl, op. cit., p. 43.

80 Cité dans Boye Soto, Otto, Hermano Bernardo. 50 años de vida política de Bernardo Leighton, Santiago, Ediciones Chile América cesoc, 3e éd., 1999, p. 44-45.

81 Conservateurs.

82 Araneda Bravo, Fidel, op. cit., p. 54.

83 Ibid., p. 56.

84 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 54-55.

85 Silva Bascuñán, Alejandro, Una experiencia social-cristiana, Santiago, Editorial del Pacífico, 1949, p. 12.

86 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 72.

87 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 33-34.

88 Ibid., p. 34.

89 En 1885, dans l’encyclique Immortale Dei sur la constitution chrétienne des États, Léon xiii a exprimé le souhait que les catholiques ne restent pas étrangers à leur temps et « infuse[nt] dans toutes les œuvres de l’État comme une sève et un sang réparateur, la vertu et l’influence de la religion catholique ». Cette invitation est ensuite tempérée par Graves de Communi (1901) et par l’interdiction aux dc italiens de participer à une activité politique. Compagnon, Olivier, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, p. 80.

90 Lircay, « La Iglesia y la política », Lircay, 29 mai 1935, p. 1.

91 On peut citer Jaime Eyzaguirre, Julio Phillipi, Alfredo Bowen, Manuel Atria, Antonio Cifuentes Grez, Roberto Barahona, Julio Santa María ou Gustavo Fernández del Río. D’autres viennent de l’ancienne génération comme Carlos Vergara Bravo, Jaime Larraín García-Moreno ou Clotario Blest. Díaz Nieva, José, op. cit., p. 47.

92 Ibid., p. 52.

93 Philippi, Julio, « El Estado totalitario », Falange, mai 1934, nº 2, p. 1. Eyzaguirre, Jaime, « Hacia un Estado Orgánico », Falange, juillet 1934, nº 4, p. 1.

94 Anonyme, « La juventud y la política », Falange, octobre 1933, nº 1, p. 3.

95 Bruno-Jofré, Rosa, art. cit., p. 718-719.

96 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 48.

97 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit, p. 35.

98 Frei Montalva, Eduardo, Memorias 1911-1934, op. cit., p. 35.

99 Salazar, Gabriel et Julio Pinto, Historia contemporánea de Chile i. Estado, legitimidad ciudadanía, Santiago, lom Ediciones, 1999, p. 230. D’après la Dirección del Registro Electoral, Guilisasti Tagle, Sergio, Partidos políticos chilenos, Santiago, Editorial Nascimento, 2e éd., 1964, p. 28 [1960].

100 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 67.

101 González Errázuriz, Francisco Javier, Partido Demócrata Cristiano. La lucha por definirse, Valparaíso, Ediciones Universitarias de Valparaíso, 1989, p. 27.

102 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 73.

103 Grayson, George W., op. cit., p. 108.

104 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit., p. 33.

105 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 29.

106 « La Iglesia y los partidos políticos », Boletín de Acción Católica de Chile, août 1934, nº 17, p. 256. Cité par Díaz Nieva, José, op. cit., p. 69. Cité dans El Diario Ilustrado, 13 août 1934 et Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 76.

107 Gazmuri, Cristián (avec la collaboration de Patricia Arancibia et Álvaro Góngora), Eduardo Frei Montalva y su época, , Tomo i, Santiago, Aguilar, 2000, p. 153.

108 Partido Conservador, Centro de Estudiantes, Bases, Estatutos, Organización, Santiago de Chile, Imprenta Walker Gnadt, 1933. Cité par Covarrubías, María Teresa, 1938. La Rebelión de los Jóvenes. Partido Conservador y Falange Nacional, Santiago, Editorial Aconcagua, 1987, note nº 15 p. 58.

109 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 81.

110 Près de 200 numéros de Lircay paraissent jusqu’au 23 novembre 1940.

111 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 130-131.

112 Covarrubías, María Teresa, op. cit., p. 85.

113 Le 12 octobre est une fête commémorant la découverte de l’Amérique, célébrée en Espagne (Día de la Hispanidad), en Amérique latine (Día de la Raza), voire aux États-Unis (Día de Colón).

114 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 215.

115 Discours radiodiffusé de Hernán Escalona, reproduit dans El Diario Ilustrado, 9 octobre 1935, p. 15.

116 Bernardo Leighton, cité dans Rolle Claudio, op. cit., p. 58

117 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 73.

118 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 44.

119 Boizard, Ricardo, La Democracia Cristiana en Chile. Un mundo que nace entre dos guerras, Santiago, Editorial Orbe, 1963, p. 181.

120 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 77.

121 Anonyme, « El Centro de Estudiantes », Lircay, nº 2, 29 juillet 1934, p. 4.

122 Manuel Antonio Garretón, « Discurso en el Teatro Iris », Lircay, nº 53, 6 février 1937, p. 4.

123 Lircay, « Día de la Hispanidad », Lircay, nº 17, 11 octobre 1935, p. 3.

124 Grayson, George W., op. cit., p. 132.

125 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 207-211.

126 Ibid., p. 219.

127 L’explication sociologique de cette rupture sera abordée dans le chapitre vi, ii. a.

128 Grayson, George W., op. cit., p. 132.

129 Les particularités idéologiques de ce groupe au sein de la Jeunesse conservatrice, puis de ce parti seront analysées dans le iii. a. de ce chapitre.

130 Anonyme, « Nuestro emblema », Flecha Roja, 29 octobre 1943, nº 161, p. 2.

131 Boye Soto, Otto, op. cit., p. 69.

132 Anonyme, « La justicia social debe imponerse », Lircay, nº 41, 14 novembre 1936. Vergara Vidal, Jorge, « Operación y movilización. Formas de acción colectiva pre elíticas en la Falange Nacional chilena (1935-1957) », Polis [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 7 décembre 2014. URL : http://polis.revues.org/6562

133 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 78.

134 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 82-83.

135 Compagnon, Olivier, op. cit. , p. 100.

136 Grayson, George W. op. cit., p. 143.

137 Silva Bascuñán, Alejandro op. cit., p. 100.

138 Grayson, George W., op. cit., p. 143.

139 Titre du chapitre iii, Covarrubías, María Teresa, op. cit., p. 35.

140 Moulian, Tomás et Isabel Torres Dujisin, Discusiones entre honorables: las candidaturas presidenciales de la derecha entre 1938 y 1946, Santiago, flacso, 1985, p. 44.

141 Ibid., p. 41.

142 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 40-41.

143 Grayson, George W. op. cit., p. 154-155.

144 Voir glossaire. Sapag Muñoz de la Peña, Pablo, Chile, frente de combate de la Guerra Civil española : propaganda republicana y franquista al otro lado del mundo, Valence, Centro Francisco Tomás y Valiente, coll. Interciencias, 2003, p. 18.

145 La Hora, 16 mai 1937, cité par Correa Sutil, Sofía, « Arturo Alessandri y los partidos políticos en su segunda administración », in Claudio Orrego Vicuña et al., Siete ensayos sobre Arturo Alessandri Palma, Santiago, icheh, 1979, p. 454.

146 Drake, Paul W. « Chile », in Mark Falcoff et Fredrick B. Pike (dir.), The Spanish Civil War, 1936-39: American Hemispheric Perspectives, Lincoln/London, University of Nebraska Press, 1982, p. 271.

147 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 113.

148 Klein, Marcus, « La elección presidencial de 1938. El despertar fortuito de la era radical », in Alejandro San Francisco et Ángel Soto (dir.), Camino a La Moneda. Las elecciones presidenciales en la historia de Chile, 1920-2000, Santiago, Instituto de Historia de la Pontificia Universidad Católica de Chile/Centro de Estudios Bicentenario, p. 168.

149 Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 123.

150 Cité dans Serrano Pérez, Sol, art. cit., p. 117.

151 Ibid., p. 118.

152 Ibid., p. 123-124.

153 F. (Frei Montalva, Eduardo), « Y Ahora… ¡Adelante! », Lircay, nº 131, 8 décembre 1938, p. 3.

154 Palacios Silva, Bartolomé, Por los fueros de la verdad, op. cit., p. 27-28.

155 Drake, Paul W., Socialismo y populismo: Chile 1936-1973, Valparaíso, Ediciones Universitarias de Valparaíso, 1992; Víctor Farías, La muerte del camaleón, Santiago, Editorial Maye, 2008.

156 Compagnon, Olivier, « Le populisme en son terreau latino-américain », Après-midi d’études Les populismes. Une histoire culturelle et politique, Association pour le développement de l’histoire culturelle en collaboration avec l’Institut des hautes études d’Amérique latine, Paris, Maison de l’Amérique latine, 31 mars 2017.

157 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 48-49.

158 Lors de ce voyage, Frei et Garretón se construisent aussi des réseaux. Cet aspect sera abordé dans le chapitre x.

159 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 167-170.

160 Anonyme, « Entrevista a Manuel Garretón Walker », Lircay, nº 4, 28 août 1934, p. 3. Néanmoins, Manuel Garretón remet sérieusement en question les fondements idéologiques du système de Mussolini, « contraire à la dignité de l’être humain ».

161 Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 173-184.

162 Frei Montalva, Eduardo, Memorias (1911-1934), op. cit., p. 58.

163 Rolle, Claudio, op. cit., p. 67.

164 Boizard, Ricardo, op. cit., p. 182.

165 Silva Bascuñán, Alejandro, op. cit., p. 70.

166 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 31-34.

167 El Tarapacá, Iquique, 7 mars 1936.

168 Anonyme, « Finalidad y sentido del Movimiento Nacional de la Juventud Conservadora », Lircay, nº 30, 22 août 1936, p. 2.

169 Issu d’une famille aristocratique, Oswald Von Nell-Breuning (1891-1990) est ordonné prêtre en 1921 et enseigne à l’Université de Francfort à partir de 1928. Le théologien jésuite participe à la rédaction de Quadragesimo Anno et les nazis lui interdisent de publier ses textes entre 1936 et 1945.

170 Entretien avec Fernando Molina Vallejo, 2013.

171 A.S.B. (Silva Bascuñán, Alejandro), « El Portugal y Oliveira Salazar », Lircay, nº 126, 2e semaine de septembre 1938, p. 2.

172 Compagnon, Olivier, op. cit., p. 102.

173 Cité dans González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 32.

174 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 122.

175 Magw (Garretón Walker, Marco Antonio), « ¿En qué consiste el corporativismo ? », Lircay, nº 46, 19 décembre 1936, p. 3.

176 Cité par Rolle, Claudio, op. cit., p. 67.

177 Lircay, 27 de mayo de 1938, p. 4.

178 Díaz Nieva, José, op. cit., note 23 p. 122.

179 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 49.

180 Sur ce thème, voir Valdivia Ortiz de Zárate, Verónica, Las Milicias Republicanas, Los civiles en armas. 1932-1936, Santiago, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 1992.

181 « 69 chilenos al servicio de Chile », soit un brigadier, quatre sous-brigadiers, seize piliers et quarante-huit phalangistes. Anonyme, « Estructura de la Falange Nacional », Lircay, nº 53, 6 février 1937, p. 2, p. 7.

182 Anonyme, « Elementos de la Falange Nacional », Lircay, nº 52, 30 janvier 1937, p. 4.

183 Ibid.

184 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 123.

185 Immédiatement après le tremblement de terre, dix phalangistes accompagnés d’un médecin se sont rendus dans la zone touchée. Dans de nombreux cas, ce fut la première aide extérieure pour les populations. L’aile féminine de la Phalange a distribué plus de 11 000 vêtements. Leighton, Bernardo, « « Uniremos nuestra acción a la de todos los que quieran servir a Chile » », Lircay, 12 octobre 1939, p. 6, p. 8.

186 I. G. « Posición frente a la Patria », Lircay, nº 153, 4e semaine de 1939, p. 3.

187 Ils réapparaissent à certaines occasions particulières comme les funérailles d’Eduardo Frei Montalva en janvier 1982. Anonyme, « Frei. El hombre y estadista. El político y su pensamiento », Hoy, nº 236, 27 janvier-2 février 1982, p. 8.

188 Compagnon, Olivier, op. cit., p. 165.

189 Sapag Muñoz de la Peña, Pablo, op. cit., p. 104.

190 Lircay, « Nuestro Emblema », Lircay, nº 172, 12 octobre 1939, p. 1.

191 Anonyme, « Estatutos de la Falange Nacional, texto aprobado por el Congreso Nacional falangista », Lircay, nº 147, 1e semaine d’avril 1939, p. 2.

192 Ibidem.

193 Anonyme, « Los estudiantes en la avanzada de la lucha falangista », Lircay, nº 203, 4e semaine de juin 1940, p. 1.

194 Pour le milieu étudiant, voir le chapitre vi.

Castillo Ibáñez, Silvia, Inserción del partido Falange Nacional en el sistema político chileno (1939-1948), Tesis de Licenciatura, Instituto de Historia, Pontificia Universidad Católica, Santiago, 1991, p. 54-55.

195 Manuel Fernández Díaz, Julio Serrano Lamas, Andrés Santa Cruz Serrano et Mario Aguirre MacKay. Fernández, Manuel, « Veinte años de Política y Espíritu », Política y Espíritu, nº 290, juin 1965, p. 1.

196 Grayson, George W., op. cit., p. 208.

197 A través del marxismo en 1951.

198 Las fuentes de la Democracia Cristiana en 1963.

199 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994, op. cit., p. 211.

200 Moulian, Luis et Gloria Guerra, Eduardo Frei M. (1911-1982). Biografía de un estadista utópico, Santiago, Editorial Sudamericana, 2000, p. 83.

201 Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 152.

202 Lui succède notamment l’Editorial Aconcagua, fondée par le sociologue dc Claudio Orrego Vicuña.

203 Eduardo Frei Montalva a publié successivement « La política y el espíritu », dans Revista Universitaria, nº 3, juin 1934, p. 189-206 et El Diario Ilustrado, 18 de junio de 1934 ; La Política y el Espíritu, Santiago, Editorial Ercilla, 1940.

204 Jorge Pascal Lyon, Andrés Santa Cruz, Javier Lagarrigue, Alejandro Magnet, Mario Aguirre MacKay, Julio Serrano Lamas, Fernando Lobo Parga. Díaz Nieva, José, op. cit., p. 134.

205 Fernández, Manuel, art. cit., p. 1.

206 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 152.

207 Belle-soeur de Jaime Castillo Velasco, épouse de son frère Fernando.

208 Entretien avec Mónica Echeverría Yáñez, 2013.

209 Grayson, George W., op. cit., p. 207-208.

210 Fermandois, Joaquín, op. cit., p. 49.

211 Infante Barros, Marta, Testigos del treinta y ocho, Santiago, Andrés Bello, 1972, p. 49.

212 Cité par Grayson, George W., op. cit., p. 195.

213 Grayson, George W., op. cit, p. 196; Cash Molina, Jorge, op. cit., p. 145; Gazmuri, Cristián Eduardo Frei y su época, tomo i, op. cit., p. 264-265.

214 Flecha Roja, nº 1, Iquique, 23 de enero de 1942. Cité par Díaz Nieva, José, « La elección presidencial de 1942. J. A. Ríos y la continuidad de la era radical », in Alejandro San Francisco et Ángel Soto (dir.), op. cit., p. 185.

215 Ignacio Palma Vicuña, « La Falange Nacional y su posición política », Política y Espíritu, nº 22, mai 1947, p. 191.

216 « A los falangistas », El Diario Ilustrado, 19 janvier 1942, p. 16. Cité par Díaz Nieva, José, art. cit., p. 185.

217 « El señor Ricardo Boizard se retira de la Falange », El Diario Ilustrado, 28 décembre 1941, p. 6; « Me retiro de la Falange después del acuerdo de esta madrugada », El Siglo, 25 décembre 1941; Cités dans Díaz Nieva, José, « La elección presidencial de 1942. J. A. Ríos y la continuidad de la era radical », art. cit., p. 185. Boizard, Ricardo, op. cit., p. 269. Néanmoins, Ricardo Boizard a dû revenir sur sa décision, car il est ensuite un membre fondateur du pdc.

218 Palacios, Bartolomé, « Manifiesto a la Falange Nacional », La Hora, 30 janvier 1940, p. 9-10.

219 Cité dans Boye Soto, Otto, op. cit., p. 97.

220 Drake, Paul, Socialism and Populism in Chile (1932-1952), op. cit., p. 173-181; Bascuñán, Carlos, « La estrategia política para la formación de frentes populares », Estudios Sociales (Santiago), nº33, 1982, p. 99-104 et Caballero, Manuel, Latin America and the Komintern, 1919-1943, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 123-127.

221 Olavarría Bravo, Arturo, Chile entre dos Alessandri: memorias políticas, Tomo ii, Santiago, Editorial Nacimento, 1962-1965, p. 28. Après les événements de la place Bulnes, Eduardo Frei Montalva aurait hésité sur l’attitude à avoir, mais le Conseil de la Phalange conclut que « nous ne [sommes] pas disposés à figurer dans un gouvernement qui persécute les travailleurs et qui tue les ouvriers ». La résolution du Conseil n’a pas plus à Frei, qui a tout de même démissionné. Gazmuri, Cristián, Eduardo Frei Montalva y su época, Tomo i, op. cit., p. 301-303.

222 Grayson, George W., op. cit., p. 225.

223 El Imparcial, 5 août 1946, p. 3. Cité dans Moulian, Tomás et Isabel Torres Dujisin, op. cit., p. 193.

224 Correa Sutil, Sofía, Con las riendas del poder, op. cit., p. 131.

225 Yocelevzky Retamal, Ricardo, La Democracia Cristiana chilena y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1970), México, Universidad Autónoma Metropolitana, Unidad Xochimilco, 1987.p. 94-96.

226 González Videla, Gabriel, Memorias, tomo i, Santiago, Editora Nacional Gabriela Mistral, 1975, p. 480-481.

227 « Declaración Oficial Falange Nacional », 5 septembre 1946, signée par Pedro J. Rodríguez (président) et Marco Parada Cobo (secrétaire général), citée dans González Videla, Gabriel, op. cit., p. 482.

228 Salas Fernández, Sergio, « La elección presidencial de 1946. El calor de la Guerra Fría », in Alejandro San Francisco et Ángel Soto (dir.), Camino a La Moneda, op. cit., p. 242.

229 Tomic, Radomiro, « El Presidente Nacional de la Falange se dirige a todos los chilenos del país », Nuestro Tiempo, nº 41, 2e quinzaine d’avril 1946, p. 2.

230 Política y Espíritu, nº 16, octobre 1946, p. 127.

231 Política y Espíritu, avril 1946, nº 10, p. 122-123, cité in Salas Fernández, Sergio, art. cit., p. 225.

232 Tomic Romero, Radomiro, « Comunismo, Capitalismo y Democracia Cristiana: discurso pronunciado por el diputado Sr. Radomiro Tomic Romero, en la Cámara, durante la discusión del proyecto del ejecutivo sobre la defensa de la democracia », Santiago, [s. é.], 1948.

233 Huneeus M., Carlos, « Un partido político muy institucionalizado: la Democracia Cristiana en Chile », in Scott Mainwaring et Timothy R. Scully (dir.), La Democracia Cristiana en América Latina. Conflictos y competencia electoral, México, Fondo de Cultura Económica, 2010 [Christian Democracy in Latin America. Electoral Competition and Regime Conflicts, Stanford, Stanford University Press, 2003], p. 184-185.

234 Anonyme, « Panorama nacional », Política y Espíritu, nº 34, juillet-août 1948, p. 199.

235 Huneeus M., Carlos, La Guerra fría chilena: Gabriel González y la Ley Maldita, Santiago, Debate, 2009.

236 Mayorga, Wilfredo, « Los Conservadores, el Nuncio y la Falange », Ercilla, 13 juillet 1966, p. 18. Cité par González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 52.

237 Cité dans González Cruchaga, Carlos, Historia de una polémica. Monseñor Manuel Larraín y los orígenes de la Democracia Cristiana en Chile, Talca, Fundación Eduardo Frei, 1997, p. 129.

238 Huneeus M., Carlos, La Guerra fría chilena: Gabriel González y la Ley Maldita, op. cit., p. 283.

239 « Documento nº 10. Carta a la Acción de Jóvenes de la Acción Católica, Monseñor Augusto Salinas », in González Cruchaga, Carlos, op. cit., p. 137.

240 Huneeus M., Carlos, op. cit., p. 302.

241 Rolle, Claudio op. cit., p. 136-137.

242 Cité par Compagnon, Olivier, op. cit., p. 252.

243 Voir le chapitre x, partie i. c.

244 Silva Solar, Julio, « Crítica a una tentativa social cristiana », Política y Espíritu, nº 91, 1er mai 1953, p. 4-6.

245 Cash Molina, Jorge, « Social Cristianismo y Libertad », Política y Espíritu, nº 92, 15 mai 1953, p. 12.

246 Chonchol, Jacques, « La Revolución Comunitaria », Política y Espíritu, nº 77, 15 septembre 1952, note 66 p. 16.

247 Castillo Velasco, Jaime, « Sobre algunos problemas políticos del socialcristianismo », Política y Espíritu, nº 95, 1er juillet 1953.

248 González Errázuriz, Francisco Javier, op. cit., p. 66.

249 Huneeus M., Carlos, art. cit., p. 183-184.

250 Política y Espíritu, nº 52, octobre 1950, p. 147.

251 Garay Vives, Cristián, « La elección presidencial de 1952. La candidatura de Carlos Ibáñez del Campo y su retorno à La Moneda », in Alejandro San Francisco et Ángel Soto (dir.), op. cit., p. 266.

252 Grayson, George W., op. cit., p. 275.

253 Fait alors partie de la Federación nacional de fuerzas ibañistas. En 1956, le pnc devient le Partido Social Cristiano (psc), formés par des membres du Parti conservateur social-chrétien qui s’opposent à ce que la Fédération sociale-chrétienne devienne un parti. Le psc est alors dirigé par Eduardo Cruz-Coke. Après l’élection en 1958 de Jorge Alessandri Rodríguez, le psc incorpore le Partido Conservador Unido.

254 Le Movimiento Nacional Cristiano (mnc) s’est détaché du pnc pour maintenir une collaboration étroite avec la Phalange nationale.

255 Anonyme, « La situación del Social-cristianismo en Chile », Política y Espíritu, nº 90, 15 avril 1953, p. 4.

256 Huneeus M., Carlos, art. cit., p. 185.

257 Falange Nacional, « Voto político aprobado por el Congreso de la Falange Nacional », Política y Espíritu, nº 96, 15 juillet 1953, p. 32.

258  Le Parti conservateur traditionaliste défendait un « Front catholique ». En le rejetant, les phalangistes se sont en quelque sorte démarqués des déclarations faites dans le premier numéro de Lircay, le 22 juillet 1934, p. 1. : « Nos ennemis se trouvent par conséquent hors du catholicisme et non pas en son sein. Nous souhaitons nous unir à tous les catholiques chiliens dans une ample et profonde communion spirituelle »

259 Anonyme, « Convención del Partido Conservador », Política y Espíritu, nº 101, 1er octobre 1953, p. 53.

260 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 106.

261 Pedro Undurraga Fernández (1904-2001) a étudié au Colegio San Ignacio puis à l’École de droite de l’Université Catholique. Il fonde l’entreprise Viña Undurraga, qui est très influente dans le domaine de la vitiviniculture.

262 Après des études à l’Instituto Zambrano de los Hermanos de la Salle, José Lascar Lascar (1918-1980) se spécialise en comptabilité et tient un magasin de vêtements. Militant au pnc depuis 1952, il est maire de Peñaflor dans les années 1950 et député du 2e district de Santiago entre 1953 et 1957.

263  « Acta de fundación de la Federación Social-Cristiana », Política y Espíritu, nº 102, 15 octobre 1953, p. 32.

264 Ibid.

265 Dabène, Olivier, L’Amérique latine à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 5e éd., 2005, p. 97 [1994].

266 Castillo Velasco, Jaime, « El Partido Social-Cristiano, instrumento de una política popular », Política y Espíritu, nº 119, 15 août 1953, p. 14-18.

267 Gazmuri, Cristián, Historia de Chile 1891-1994, op. cit., p. 233.

268 Entretien avec Genaro Arriagada Herrera, 2013.

269 Grayson, George W., op. cit., p. 304.

270 Díaz Nieva, José, op. cit., p. 103.

271 Dans ce système, Genaro Arriagada ne cite pas la Phalange nationale.

272 Voir le glossaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Anonyme, Petit mendiant.
Crédits Source : Éditeur non identifié, Universo, Valparaíso, vol. 32, n° 1578, 26 juillet 1932, p. 10. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (URL http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-73570.html consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Figure 2 – Père Fernando Vives del Solar.
Crédits Source : Escritos del Padre Fernando Vives Solar (recueil de Rafael Sagredo Baez), Santiago, DIBAM, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 1993. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (URL http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-81696.html consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Figure 3 – Une foule fête début août 1931 la chute d’Ibáñez dans les rues.
Crédits Source : Zig-Zag, Santiago, vol. 59, n° 1380, 1er août 1931, p. 56. Collection Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-73574.html, consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 4 – Gabriela Mistral, Radomiro Tomic et Olaya Errazuriz, auteur anonyme, Naples, Italie, 1952.
Crédits Collection Biblioteca Nacional de Chile, Archivo del Escritor / Gabriela Mistral. Disponible sur le site Biblioteca Nacional Digital de Chile, http://www.bibliotecanacionaldigital.gob.cl/​bnd/​623/​w3-article-351310.html, consulté le 30/09/2020.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 5 – Jeunesse conservatrice au Teatro Municipal, 11 octobre 1935 (Rafael Gumucio, Eduardo Cruz-Coke, Eduardo Frei, Bernardo Leighton, Ricardo Boizard, Radomiro Tomic)
Crédits Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. Disponible sur le site Memoria Chilena, http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-71793.html consulté le 30/09/2020.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 6 – Massacre du Seguro Obrero, nazis escortés par des policiers, 5 septembre 1938.
Crédits Collection Museo Histórico Nacional, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-71040.html, consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 7 – Pedro Aguirre Cerda, vers 1938.
Crédits Source : Fernández C., Juan F., Pedro Aguirre Cerda y el Frente Popular Chileno, Santiago, Ercilla, 1938. Colección: Biblioteca Nacional de Chile, site Memoria Chilena  http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-98977.html, consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 8 – Eduardo Frei Montalva et la délégation péruvienne lors de son premier voyage en Europe.
Crédits Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. https://www.casamuseoeduardofrei.cl/​archivos/​fotografico/​busqueda/​?key=1933, site consulté le 30/09/2020.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 9 – Le sénateur Eduardo Cruz-Coke, photographié par Eduardo Rubio, le 29 mai 1945.
Crédits Collection Museo Histórico Nacional, site Memoria Chilena (http://www.memoriachilena.gob.cl/​602/​w3-article-80877.html, consulté le 30/09/2020).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 10 – Eduardo Frei avec le chancelier ouest-allemand, Konrad Adenauer, 1954.
Crédits Photographie de l’Archivo Fotográfico de Casa Museo Eduardo Frei Montalva. https://www.casamuseoeduardofrei.cl/​archivos/​fotografico/​busqueda/​?key=1954, site consulté le 30/09/2020.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/82831/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Giraudier, « Prologue : Des étudiants catholiques au Parti démocrate-chrétien », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/82831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.82831

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search