Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2020Terre et territoire en pays mapuc...Temucuicui. De la domination colo...

Terre et territoire en pays mapuche, regards sur le temps long – Coord. Jimena Paz Obregón Iturra
Michael Barbut

Temucuicui. De la domination coloniale à l’affirmation politique mapuche

Temucuicui. From colonial domination to Mapuche political affirmation
[15/12/2020]

Résumés

Depuis le retour à la démocratie au Chili (1990), on a assisté à la multiplication de mobilisations d’habitants de communautés mapuche ayant pour enjeu des propriétés foncières détenues principalement par des entreprises forestières et des descendants de colons, qui se sont installés dans les territoires mapuche à la faveur de leur colonisation par l’État chilien à la fin du XIXe siècle. Le principal vecteur des mobilisations mapuche a été le recours à des actions de « récupérations de terres », consistant à occuper – illégalement – les propriétés revendiquées, pour demander leur restitution à l’État, au nom de l’autochtonie des Mapuche. À partir d’une approche socio-historique et ethnographique, cet article se propose de comprendre et d’expliquer le recours au répertoire de la « récupération de terres » au sein de la communauté de Temucuicui, et d’en restituer la profondeur et la signification historique : les mobilisations des Mapuche de Temucuicui entendent mettre fin à la domination coloniale et patronale instaurée à la fin du XIXe siècle au sein des territoires mapuche. Cet article entend éclairer les revendications mapuche à Temucuicui en les rapportant aux parcours biographiques de leurs principaux protagonistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gómez Leyton Juan Carlos, 2010, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal (Chil (...)
  • 2 Parmi eux, on trouve, entre autres, l’anthropologue Berdichewski ou les sociologiques Alejandro Sa (...)
  • 3 Il est d’usage de ne pas accorder au pluriel le nom ou l’adjectif mapuche, afin de respecter la no (...)
  • 4 Saavedra Alejandro, La cuestión Mapuche, Santiago, ICIRA, 1971.
  • 5 Lipschutz Alejandro, La comunidad Indígena en América Latina y en Chile: su pasado histórico y sus(...)

1Le coup d’État militaire du 11 Septembre 1973 a mis brutalement fin à l’expérience socialiste de l’Unité Populaire. Celui-ci peut être considéré comme le dénouement d’une histoire qui voit les classes populaires, dans une alliance avec les fractions intellectuelles de la « classe moyenne », prendre le pouvoir1. Si le gouvernement de l’Unité Populaire (UP) a mobilisé une analyse en termes de classes des rapports sociaux régissant la société chilienne, la « question mapuche » n’a pas été pour autant laissée de côté par le gouvernement. Plusieurs sociologues et anthropologues2 ont collaboré avec le gouvernement de l’UP afin de proposer des solutions au « problème mapuche ». Les Mapuche3 ont été alors identifiés comme de petits propriétaires appauvris4 au même titre que la paysannerie chilienne, ou bien comme « minorité nationale » dans la foulée des travaux d’Alejandro Lipschutz5.

  • 6 La Pacification de la Araucanía désigne l’opération militaire, menée à bien par l’armée chilienne (...)
  • 7 Correa Martín, Molina Raúl & Yañez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches. Chile 1962-19 (...)

2Au-delà des luttes de catégorisation ayant prévalu à la fin des années 1960 et au début des années 1970, ces années ont été marquées par une intervention sans précédent de l'État au sein des communautés, et par une redéfinition de la structure agraire, sur laquelle se sont greffées des revendications historiques de nombreuses communautés mapuche demandant la restitution de leurs terres, usurpées par les colons installés au Sud du fleuve Bíobío, suite à la Pacification de la Araucanía6, à partir du début du XXe siècle. La réforme agraire (1962-1973), principalement à partir du gouvernement de Salvador Allende, a abouti au transfert de près de 220 000 hectares de terres, selon différents mécanismes, en faveur des communautés mapuche7. Dans de nombreuses communautés ayant bénéficié de restitution de terres, accompagnées de programmes d’aides financières, logistiques et techniques à la production, le souvenir de l’UP coïncide avec une période de progrès social. Les communautés les plus actives dans la récupération des terres ont connu durant les années 1960 et le début des années 1970 un rapprochement avec les organisations politiques et sociales de la gauche chilienne, permettant une forme d’intégration respectueuse à la lutte des « opprimés » par-delà les identités ethniques. Ainsi donc, l’Unité Populaire a représenté pour les dirigeants de certaines communautés recherchant depuis des années des solutions aux problèmes de subsistance et aux injustices faites à leurs communautés un moment de rapprochement sans précédent avec la société chilienne par le biais de ses organisations politiques et sociales les plus progressistes. Toutefois, au regard de plus d’un siècle d’histoire de subordination au sein de la société chilienne, ce moment historique se caractérise par son aspect éphémère. À peine trois années, auxquelles l’on peut ajouter la décennie précédente où l’activisme des organisations de l’Unité Populaire au sein des communautés a connu un important développement.

  • 8 Bastías Rebolledo Julián. Memorias de la lucha campesina. Cristiano- Mestizo y Tomador de fundo. S (...)
  • 9 Par cette expression, nous entendons insister sur la dimension violente, aussi bien physiquement q (...)
  • 10 On parle de territoires mapuche au pluriel, afin d’insister sur la diversité des réalités sociales (...)
  • 11 Mallon Florencia, La sangre del Copihue, Santiago, LOM, 2004.
  • 12 Aukiñ, Junio-Julio 1992. Dans ce même numéro, Aucan Huilcaman, le Werken (messager en mapudungun) (...)
  • 13 Le Bonniec Fabien, « Reconstrucción de la territorialidad Mapuche en el Chile contemporáneo. Un ac (...)

3Le coup d’État militaire du 11 Septembre 1973 a mis brutalement fin à l’expérience de lutte pour la justice sociale des pauvres des campagnes chiliennes, Mapuche et non Mapuche8. La répression qui suit le coup d'État dans les communautés ayant pris part à la réforme agraire vient rappeler la « violence fondationnelle »9 de l’implantation de l'État chilien dans les territoires mapuche10. La disparition des organisations de gauche ayant permis de redéfinir les rapports sociaux entre les communautés et les grands propriétaires fonciers et la politique de contre-réforme agraire scellent le retour à l’ordre ancien11. Les transformations économiques, sociales et politiques engendrées par les 17 années de dictature militaire ont eu de profondes conséquences sur les rapports des Mapuche à la société chilienne, ses organisations politiques, notamment celles de gauche, ainsi qu’à l'État chilien. Alors qu’à la fin des années 1960 et au début des années 1970, les habitants des communautés mapuche s’étaient mobilisés pour la terre en exhibant autant leur qualité de paysans appauvris sans terres qu’en leurs qualités de Mapuche, habitants autochtones du territoire chilien, dans les années 1990 lorsque surgit un nouveau cycle de mobilisations, les porte-paroles de celles-ci utilisent un nouveau registre discursif pour justifier leurs actions et revendiquent une autonomie totale vis-à-vis des partis politiques de la gauche chilienne. Désormais, ils se présentent avant tout comme Mapuche, et insistent sur leur droit à la terre au nom de leur présence historique et antérieure à l’État chilien au sein des espaces territoriaux revendiqués. Désormais, pour les porte-parole des mobilisations mapuche, ce n’est plus un conflit de classe qui est au cœur des rapports sociaux mais l’existence d’une « contradiction entre la construction de l’État chilien et la nation Mapuche12 ». Ce registre discursif s’accompagne de nouvelles pratiques de mobilisation dans les actions de revendications de terres, puisant dans la culture mapuche, qui viennent enrichir des formes de mobilisations historiques comme la toma (occupation) re-signifiée en « récupération de terres13 ».

  • 14 Ainsi suite à l’incendie de camions de l’entreprise forestière Forestal Arauco dans le cadre d’un (...)
  • 15 Fabien Le Bonniec a montré les sous-bassement racistes dont était porteur le « mythe de l’infiltré (...)
  • 16 Pour plus de précisions, voire les travaux de deux chercheurs chiliens, Andrés Benavente et Jorge (...)
  • 17 Pour une revue de presse plus complète, voir le travail de Fresia Andrea Amolef Gallardo, La alter (...)

4Comment rendre compte et expliquer ces transformations ? Comment expliquer l’émergence de nouvelles formes d’énonciation du politique et des rapports sociaux dans les territoires mapuche ? Dans les années 1990, lors des premières « récupérations de terres » du retour à la démocratie, la presse dominante, les gouvernements de la Concertación et la droite chilienne vont s’attacher à disqualifier les occupations de terres menées à bien par les communautés mapuche, en considérant que les communautés s’adonnant à ces actions étaient instrumentalisées par l’extrême gauche chilienne14, que les acteurs mobilisés sont minoritaires et ne sont pas représentatifs des aspirations de la population mapuche au Chili ou encore qu’ils sont financés par des ONG européennes15. Au fur et à mesure du développement des mobilisations mapuche pour la terre et de la prise de parole d’acteurs mapuche dans l’espace public, n’ayant cessé de rejeter toute articulation à des groupes d’extrême gauche chilienne, la presse conservatrice, mais aussi des intellectuels de droite, ont été obligés de produire une autre image de ces mobilisations, insistant désormais sur l’existence d’un « radicalisme indigène », liée à des organisations paramilitaires comme la branche militaire de l’organisation ETA en Pays Basque ou les FARC en Colombie16. Par ailleurs, les mots utilisés par la presse pour qualifier les mobilisations mapuche insistent la plupart du temps sur le caractère irrationnel de ces actions: « des exaltés indigènes dirigés par des activistes », « Mapuche indomptables », « la furie indigène », des « actions terroristes », le « cri de la terre », « un peuple énigmatique avec une réputation de férocité et d’entêtement », « les indigènes soulevés », etc.17

5Le présent article vise au contraire à mettre en lumière les rationalités des habitants de communautés mapuche qui ont entrepris de revendiquer des terres entre les mains d’entreprises forestières ou de grands propriétaires terriens, depuis le retour à la démocratie. Il vise à éclairer la constitution d’un répertoire d’action contestataire au sein de communautés mapuche visant à revendiquer des terres que les habitants de celles-ci estiment historiquement usurpées par l’État chilien. L’historien nord-américain Charles Tilly dans son travail sur les mobilisations en France a mis en évidence l’existence de répertoires d’action collective utilisés par des groupes sociaux pour se faire entendre des autorités. Il définit le répertoire d’action comme suit :

  • 18 Tilly Charles, La France conteste, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542

« Toute population a un répertoire limité d’actions collectives, c’est-à-dire de moyens d’agir en commun sur la base d’intérêts partagés. […] Ces différents moyens d’action composent un répertoire, un peu au sens où on l’entend dans le théâtre et la musique, mais qui ressemble plutôt à celui de la commedia dell’arte ou du jazz qu’à celui d’un ensemble classique. On en connaît plus ou moins bien les règles, qu’on adapte au but poursuivi. […] Le répertoire en usage dicte l’action collective18 .».

  • 19 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l'action collective (XVIIIe-XXIe siècles) (...)

6Comme l’a noté Michel Offerlé, Charles Tilly insiste dans ses travaux postérieurs sur la dimension co-construite du répertoire « entre des mobilisés et les divers producteurs du maintien de l’ordre »19. Dans cette perspective, plutôt que de rechercher l’explication des mobilisations mapuche, et des formes qu’elles prennent, dans l’influence d’ONG européennes ou de militants d’extrême gauche chilienne, il convient de les appréhender comme le produit de rapports sociaux historisés entre les habitants des communautés mapuche, l’État chilien, et ses diverses institutions, et les propriétaires des terres revendiquées par les Mapuche.

  • 20 Bourdieu Pierre, « L'illusion biographique ». In: Actes de la recherche en sciences sociales. vol. (...)
  • 21 Sur l’organisation Ad Mapu, voire Bengoa José, Historia de un conflicto. El Estado y los Mapuches (...)
  • 22 Cette communauté est située dans la région de l’Araucanie, dans la province de Malleco, au Sud de (...)
  • 23 Il est important de souligner que l’histoire de la communauté de Temucuicui et de ses habitants n’ (...)

7Dans cet article, j’aimerais montrer comment le coup d'État et les transformations économiques, sociales et politiques qu’il a instauré, et que les gouvernements démocratiques ont en partie consolidées, dans les territoires mapuche sont à l’origine de l’émergence de nouvelles manières d’énoncer le politique dans les territoires mapuche. Il s’agit désormais pour les organisations et communautés mapuche mobilisées de revendiquer des droits en tant que peuple autochtone, et notamment le droit à la terre. La construction d’une nouvelle identité politique doit être analysée sur la base des bouleversements qui affectent le paysage économique, institutionnel et politique à partir du coup d'État, et sur la base desquels se développent de nouvelles subjectivités. Il s’agit de penser l’émergence d’un sujet mapuche à partir du nouveau paysage dans lequel il s’accomplit20. Alors que plusieurs travaux se sont intéressés à l’émergence d’organisations mapuche revendiquant l’autonomie politique du peuple mapuche sur son territoire historique21, l’intérêt de l’analyse proposée ici réside dans la réalisation d’un travail de terrain ethnographique au sein d’une communauté mapuche, la communauté de Temucuicui22, qui s’est mobilisée collectivement à partir de 1998 pour la restitution d’une propriété de 2000 hectares légalement possédée par l’entreprise forestière Forestal Mininco. Postérieurement, les habitants de cette communauté entreprendront à partir de 2003 une série de mobilisations pour revendiquer les terres d’un propriétaire terrien voisin de la communauté, René Urban. L’ethnographie historique et politique réalisée au sein de cette communauté lors de plusieurs séjours entre 2011 et 2015 permet de s’interroger sur les processus de mobilisations et de politisation des habitants de celle-ci, et notamment les expériences structurantes et décisives pour saisir leur rapport au politique. Il s’agira donc dans cet article de comprendre et d’expliquer les mobilisations pour la terre et le territoire de certains habitants de cette communauté en replaçant celles-ci dans une perspective historique. Une telle approche permet de saisir les transformations dans les manières de se penser et d’agir et les formes contestataires (en dehors des canaux institutionnels) prises par les mobilisations de cette communauté depuis le retour à la démocratie. Elle contribue à éclairer les raisons pour lesquelles certains Mapuche23, habitants de communautés, rejettent l’identité chilienne qui leur a été assignée, revendiquent une autonomie politique sur le territoire qu’ils occupent et les raisons pour lesquelles ils occupent des terres, sans recourir aux procédures institutionnelles de résolution des conflits fonciers.

8Pour saisir les transformations du rapport à l’État et au politique dans la communauté de Temucuicui, nous procéderons en trois temps. Tout d’abord, nous reviendrons sur l’expérience de l’Unité Populaire depuis Temucuicui comme une forme de libération de la domination patronale rendue possible les transformations de l’État chilien et les rapprochements avec des militants de la gauche chilienne. C’est seulement à partir de cette mise en perspective historique que l’on peut saisir la signification prise par le coup d’État à Temucuicui et mettre en évidence les transformations qu’il a impliqué dans les rapports entre les Mapuche et la gauche chilienne. Enfin, c’est sur la base de cet arrière-plan historique et des promesses non tenues par le retour à la démocratie qu’une partie des habitants de Temucuicui entreprennent de récupérer les terres colonisées par l’État chilien à partir de la fin du XIXe siècle en les occupant et se mobilisent pour l’autodétermination du peuple mapuche sur son « territoire ancestral ».

La domination coloniale remise en cause par la lutte des classes

  • 24 L’expression est de Juan Segundo Huenchullan, Ercilla, Temucuicui, Octobre 2012.

9Pour saisir la signification du coup d’État à Temucuicui, il faut le replacer dans son contexte local et montrer comment il met fin à un mouvement de redéfinition des rapports sociaux entre propriétaires terriens et mapuche hérités de la colonisation. Dans un premier temps, nous présenterons donc brièvement les formes prises historiquement par la domination à Temucuicui suite à la colonisation du territoire mapuche en cherchant à expliquer l’absence de mobilisations pour la terre jusqu’à la fin des années 1960. Dans cette perspective, c’est la progression de la gauche dans les campagnes mapuche, et notamment dans les communautés mapuche et les transformations de l’État, qui permettent d’expliquer les premières mobilisations collectives pour la terre dans les années 1960 et les formes que celles-ci prennent. Nous montrerons enfin que le gouvernement de l’Unité Populaire est encore aujourd’hui, 40 ans après, considéré comme une période de progrès social où « la dignité du Mapuche a été respectée »24.

Colonisation du territoire mapuche et mis en place de la domination patronale à Temucuicui

  • 25 Nous traduirons par la suite le terme reducción par celui de réserve. Par ailleurs, lorsque nous n (...)

10En 1884, un an après la conquête définitive et totale du territoire mapuche resté indépendant jusqu’à la fin du XIXe siècle, les familles Queipul et Millanao se voient délivrer un titre de propriété communautaire (Título de Merced) sur recommandation d’un des importants chefs mapuche de la zone, Coñoemil Epuleo. Les habitants de Temucuicui héritent d’un terrain d’approximativement 250 hectares que se partagent 26 personnes, pour un ratio de terre par habitant légèrement inférieur à 10 hectares. Une fois les habitants de Temucuicui fixés sur un espace de terre réduit, une reducción25 selon le terme en espagnol, on assiste à l’arrivée de colons sur les anciennes terres mapuche, et à la constitution de moyennes et grandes propriétés à côté des réserves mapuche en général, et de Temucuicui en particulier. Dans le cas de Temucuicui, deux grandes propriétés se constituent à la lisière de la réserve et vont jouer un rôle particulièrement significatif dans l’histoire local car leurs propriétaires ont développé des relations de patronage avec les habitants de la communauté, marquées par la domination et l’exploitation. Il s’agit de la propriété de la famille Patterson-Romero, dénommée Alaska, qui s’étend sur une superficie de près de 2000 hectares, et de celle de la famille Urban, avec les propriétés La Romana et Montenegro pour une superficie d’environ 300 hectares de terre. L’une comme l’autre vont être l’objet de revendications de la part des habitants des communautés, à partir de la fin des années 1960 pour la première et au cours des années 2000 pour la seconde. Au regard de ces chiffres, ce qui caractérise la constitution juridique de la propriété foncière autour de Temucuicui, suite à la Pacificación de la Araucanía, c’est l’extrême inégalité quant à la répartition des terres entre habitants des réserves mapuche et certains colons venus s’installer sur les nouvelles terres incorporées au patrimoine foncier de la nation chilienne.

  • 26 Dans la petite bibliothèque de la commune d’Ercilla, on trouve un unique travail d’histoire local, (...)
  • 27 Juzgado de Indios de Victoria, Restitución, Queipul y otros contra Máximo Grollmus y Carlos Patter (...)

11L’histoire locale officielle26 met en scène une « success story » à la chilienne, où des colons venus d’Europe, arrivés miséreux sur ces terres, se sont enrichis à la sueur de leur front, en défrichant des terres recouvertes de végétations pour les transformer en terres nourricières, s’adonnant à la culture de céréales et à l’élevage. Dans les archives des différentes institutions de l'État chilien, on trouve peu d’informations sur Temucuicui jusque dans les années 1960, ce qui révèle la faible intervention des institutions étatiques au sein de la communauté jusqu’à la mise en marche de la réforme agraire. Les archives du « Tribunal pour Indiens » (Juzgado de Indios) de la commune voisine de Victoria font état d’un procès pour restitution de terre, ouvert en 1930 à la demande d’une habitante de Temucuicui, Juana Linco, estimant que le grand propriétaire terrien voisin, Carlos Patterson, lui avait usurpé plusieurs hectares de terre en détournant un cours d’eau constituant la limite naturelle entre la réserve et la propriété de celui-ci27. Si la demande de restitution, pour une superficie de 3 hectares, de Juana Linco a été satisfaite par le tribunal, la vengeance du propriétaire terrien ne tarda pas à arriver et les habitants de Temucuicui se souviennent encore aujourd’hui comment ce dernier fit payer le prix de son insoumission à Juana Linco en la blessant d’un tir de balle.

  • 28 Ormeño Hugo & Osses Jorge, « Nueva legislación sobre indígenas en Chile ». Cuadernos de la Realida (...)
  • 29 Entretien Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

12Au-delà de cette trace écrite de l’histoire de Temucuicui, la reconstitution de son histoire passe par la réalisation d’entretiens avec les personnes les plus âgées de la communauté. Leurs récits permettent d’entrevoir la configuration des rapports sociaux entre les grands propriétaires fonciers, principalement Carlos Patterson et René Urban, et les habitants de Temucuicui. Avant les années 1960, si l’on excepte les « Tribunaux pour Indiens » ayant pour but de résoudre les litiges fonciers au sein des réserves ou entre celles-ci et les propriétaires terriens voisins, le rapport des Mapuches à l'État était inexistant comme en témoigne l’absence d’infrastructures reliant les réserves à la ville et faisant de celles-ci des enclaves la moitié de l’année en raison des pluies qui rendaient particulièrement difficile les déplacements vers le bourg voisin d’Ercilla. À Temucuicui, avant 1970, il n’y avait pas d’école, aucun dispensaire de santé, et la majorité des habitants étaient alors analphabètes. Hugo Ormeño et Jorge Osses, deux avocats en charge de l’assistance juridique des Mapuches dans les années 1960 et 1970 pour le compte de la Direction des Affaires Indigènes (DASIN), notent dans un rapport pour le gouvernement de l’Unité Populaire que jusqu’à cette époque l’action des gouvernements précédents à l’endroit des réserves mapuche avaient exclusivement constitué à réguler les litiges fonciers28. Les habitants de Temucuicui vivaient jusqu’à la fin des années 1960 d’une économie de subsistance autour du travail de la terre, entre leur lopin de terre et le travail journalier au sein des grandes propriétés voisines. Selon les témoignages collectés lors de mon enquête, dans les années 1960, tous les hommes en âge de travailler avaient au moins une fois travaillé sur les terres de Patterson ou d’Urban. Les personnes âgées se souviennent d’un travail harassant, de « soleil à soleil » selon la formule qu’ils utilisent, et mal rémunéré, « pour quelques kilos de farine »29. Par ailleurs, plusieurs femmes de Temucuicui, alors qu’elles n’étaient encore que des jeunes filles, ont été contraintes en raison de la précarité matérielle de leur famille de travailler comme employées domestiques au sein des propriétés de ses deux familles.

  • 30 Entretien avec Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015, réalisé par l’auteur. Les propos de (...)

« Ils m’ont mal traité partout où je suis passé, ils me traitaient de « chinoise » (china: qualificatif raciste attribué aux femmes Mapuche), me disaient que j’étais sale, les patronnes me crachaient dessus parfois, elles me faisaient loger en dehors de la maison, je ne pouvais pas dormir dans la maison, j’étais dans une pièce de mauvaise qualité, avec les autres employées de la maison. J’ai beaucoup souffert. Je pleurais la nuit. J’étais proche de ma maison mais je ne pouvais pas m’enfuir car j’avais été « loué ». À ma mère, chaque mois ils lui donnaient un peu de blé, de farine et c’est tout. »30.

  • 31 Ministerio de Tierras y colonización, Dirección de Asuntos Indígenas, “Fundo San Ramón-Pidima-Dpto (...)

13Cette situation, loin d’être désirée par les familles mapuche de Temucuicui, résultaient de la forte densité exercée sur les terres mapuche par l’accroissement démographique. Alors qu’au moment de l’établissement de la réserve le ratio de terre par personne était de 9,62 hectares, en 1967 celui-ci n’était plus que de 0,94 hectares31.

  • 32 Sur cette question, on renvoie au travail de Nahuelpan Moreno, Héctor.
  • 33 República de Chile, Servicio electoral, Elecciones municipales, Tomo II y III.
  • 34 Un tel système n’est pas propre à Temucuicui. Certains habitants des communautés du secteur de Che (...)

14L’absence d’État au sein de la réserve a été à l’origine d’un gouvernement indirect de celle-ci, par les grands propriétaires terriens, théorisé par les élites chiliennes qui au moment de l’incorporation des territoires mapuche à la République chilienne avaient considéré que la colonisation étrangère, outre la mise en valeur des terres mapuche, servirait une entreprise de civilisation des « indigènes32 ». La confusion entre État et propriétaires terriens à Temucuicui est illustrée par la monopolisation de services traditionnellement dévolus à l’État au sein des propriétés des familles Patterson et Urban. Jusqu’au début des années 1970, la seule école aux abords de Temucuicui était située au sein de la propriété des Urban, La Romana, et dirigée par la femme du propriétaire terrien. Les personnes âgées ayant appris des rudiments d’écriture et de lecture ont tous été instruites au sein de cette école. Aussi bien les Patterson que les Urban disposaient au sein de leur propriété d’un centre de détention, avec en certaines occasions une présence policière, au sein duquel ils enfermaient plusieurs jours les Mapuche qu’ils surprenaient au sein de leur propriété ou qu’ils accusaient arbitrairement d’être responsables de la perte de leurs animaux. Par ailleurs, Carlos Patterson a été maire d’Ercilla à plusieurs reprises entre 1944 et 1960, et quand il n’était pas maire, il a toujours siégé au conseil municipal de la commune33. Enfin, outre la dépendance vis-à-vis du travail dans les propriétés voisines, les habitants de Temucuicui étaient dépendants pour moudre leur blé du moulin se trouvant dans la propriété de la famille Patterson34.

  • 35 La plupart des personnes âgées relatent des histoires similaires et le récit suivant illustre un p (...)

15Il convient d’insister sur le fait que l’ordre colonial que faisaient régner les propriétaires terriens, principalement Patterson et Urban, étaient avant tout un ordre fondé sur la violence physique. Les Mapuche avaient interdiction de s’approcher des grandes propriétés terriennes sans autorisation. Plusieurs personnes âgées sont en mesure de citer des cas de personnes, aujourd’hui décédées, ayant reçu des tirs de carabine de la part d’un des grands propriétaires voisins de Temucuicui. Si les animaux appartenant aux habitants de la communauté s’égaraient sur les terres patronales voisines, ils étaient dérobés ou tués. Aussi, il n’était pas rare que les propriétaires terriens accusent du délit de vols d’animaux les habitants de Temucuicui et les punissent dans une cellule d’emprisonnement. Dans certains cas, les propriétaires terriens faisaient appel à la police et sans aucune forme de procès ils punissaient les Mapuche qu’ils estimaient coupables de vols d’animaux comme le met en lumière le témoignage de Lucia Cayul35 :

  • 36 Entretien Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

« Quand il y avait une grande perte d’animaux, parce qu’il y avait eu un vol ou parfois juste parce que les animaux s’étaient échappés, ils appelaient alors la police, et les policiers torturaient les Mapuche dans la propriété patronale. Ce n’était même pas la peine de les amener à Ercilla. Ils les laissaient sur place bien torturés, bien punis et ensuite ils les libéraient36. »

16Dans ce contexte, il était difficile, voire impossible de contester frontalement la domination de la famille Patterson et Urban. La possibilité de contestation du pouvoir patronal n’apparaissait même pas pensable, comme l’illustre ce témoignage :

  • 37 Entretien Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

« Ils faisaient ce qu’ils voulaient avec les travailleurs (Mapuche mais aussi non Mapuche), ils les punissaient, s’ils voulaient ils les payaient et s’ils ne voulaient pas, ils ne le faisaient pas. Personne ne savait se défendre. Il y avait beaucoup de peur. Personne ne pouvait dire « je vais poursuivre cette personne qui doit me payer ce qu’elle me doit ». Les gens ne savaient pas s’exprimer et ne savaient pas où réclamer, ni comment37. »

  • 38 Scott James, La domination et les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2009

17Mis à part quelques actions auprès des « Tribunaux pour Indiens », les habitants de Temucuicui n’ont pas contesté les frontières de la propriété privée jusqu’en 1969, car une telle action n’était pas pensable tant les Mapuche étaient alors démunis et sans ressources face au pouvoir patronal. Pour autant, la domination était loin d’être consentie et loin du regard patronal, certains habitants de Temucuicui volaient du bois dans les grandes propriétés et parfois même du bétail, rappelant que dans certaines situations où les coûts de la protestation (en termes de répression) sont trop élevés, les résistances des dominés prennent des formes souterraines38. Ces résistances annoncent dans un contexte plus favorable des actions collectives protestataires pour l’expropriation des terres de la famille Patterson en faveur des habitants de Temucuicui.

Transformation de l'État, progression de la gauche dans la commune d’Ercilla et protestation collective contre la domination patronale

  • 39 Chacune des réserves établies par les Títulos de Merced disposent au sein de l’Archivo General de (...)
  • 40 Jugement de division de la communauté ouvert le 11 Novembre 1964 au Juzgado de Letras de Indios de (...)

18Selon les archives concernant la communauté de Temucuicui39, concordant ici avec les récits des habitants de Temucuicui ayant vécu la période de la réforme agraire, c’est dans la seconde moitié des années 1960 que la communauté s’organise autour de la revendication des terres « usurpées » par la famille Patterson. À partir de 1964, une partie des habitants de Temucuicui s’oppose à la division de leurs communautés en parcelles individualisées, tant qu’une partie de la propriété Alaska ne leur sera pas restituée par Carlos Patterson40. Alors que la procédure légale, auprès du « Tribunal pour Indiens » de Victoria ne donne aucun résultat, à partir de 1969, une partie des habitants de Temucuicui décident d’occuper la propriété Alaska et demandent à la Corporación de la Reforma Agraria (CORA) son expropriation. Il est impossible de comprendre cette occupation sans la restituer dans le nouveau contexte historique qui la rend possible, marqué par l’intensification de l’intervention étatique dans les réserves mapuche desserrant l’étau patronal sur la vie des réserves, et d’autre part, par un rapprochement des habitants des communautés mapuche avec les organisations de gauche à partir des années 1960.

19Les années 1960 voient la création de l’Instituto de Desarrollo Agropecuario (INDAP), en charge de soutenir et promouvoir l’économie paysanne, à travers la création de « comités de petits paysans » et l’octroi d’aides techniques et matérielles. Ces transformations de l’État, et la volonté d’intervenir dans les campagnes chiliennes du gouvernement démocrate-chrétien d’Eduardo Frei Montalva (1964-1970), afin de maintenir les paysans à bonne distance de la tentation communiste, sont introduites à Temucuicui par le biais d’un jeune dirigeant, Juan Levicura, « le premier diplômé de la communauté ». Il réalise différentes gestions auprès du ministère de l’agriculture afin d’obtenir diverses aides pour le travail des terres des habitants de la réserve. C’est aussi lui qui initie les démarches auprès du ministère de l’Éducation afin de construire une école publique au sein de la communauté, administrée par l’État et non pas par la femme du propriétaire terrien René Urban.

  • 41 « Los Mapuches : los chilenos más explotados », Chacón, dans El Siglo, Domingo 2 de Febrero 1964.

20Par ailleurs, à partir du début des années 1960, alors que l’interdiction du Parti Communiste a été levée, les forces de gauche connaissent un processus d’organisation croissante, jusqu’à la prise du pouvoir par l’Unité Populaire – UP – en Septembre 1970. À partir des rapports policiers transmis à l’intendance et de la presse communiste, on trouve d’innombrables traces d’activisme du Parti Communiste dans les campagnes chiliennes, et notamment mapuche. Ainsi, entre autres éléments, on trouve dans le journal du PC, El Siglo, un manuel de formation des militants amenés à diffuser la propagande communiste dans les communautés, qui atteste d’une préoccupation sans précédent historiquement pour les campagnes mapuche41. À Ercilla, alors que la commune a été traditionnellement dominée par la droite, comme la plupart des communes rurales de la IXe région du Chili, les années 1960 sont marquées par une montée en puissance du Parti Communiste et plus généralement des formations politiques de gauche, notamment au sein des réserves mapuche. On a vu que le mécontentement des réserves vis-à-vis du pouvoir patronal était ancien et profond mais aussi silencieux. Les Mapuche de Temucuicui qui cherchaient à contester la domination patronale et demandaient la restitution de leurs terres bien avant la réforme agraire vont trouver dans le Parti Communiste d’importantes ressources pour parvenir à leurs fins comme l’indique Juan Catrillanca :

  • 42 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

« Il y avait des professeurs communistes. Je les remercie, parce qu’ils ont donné leur vie pour l’idée que le Mapuche puisse être maître de sa propre terre, vivre dans de bonnes conditions, dans une bonne maison, avoir des meilleurs chemins pour aller en ville […] Les communistes étaient présents dans certains territoires et les Lonko (chefs traditionnels mapuche) qui étaient en désaccord avec l'État, avec certains propriétaires terriens se sont rapprochés du Parti Communiste et ont commencé à en faire connaître l’existence42. ».

  • 43 República de Chile, Servicio Electoral, Elecciones Presidente de la República 1925-1970.

21Le Parti Communiste n’est alors pas la seule force représentée à Temucuicui. Les personnes ayant vécu cette époque se souviennent de la forte politisation de la communauté. Les dirigeants de la communauté étaient systématiquement affiliés à un parti politique : communiste, socialiste, miriste et démocrate-chrétien dans une moindre mesure. En outre, tous participaient à un syndicat paysan, qui avait pour objectif de représenter l’ensemble des paysans de la commune et qui était dirigé par un Mapuche venant du secteur Chequenco. Par ailleurs, cet engagement partisan s’accompagne de la création d’une organisation mapuche visant à représenter auprès du gouvernement les intérêts des réserves de la commune d’Ercilla. En effet, on trouve dans les archives des réserves d’Ercilla la trace d’une organisation, l’Unión Mapuche Loncotraro, ayant adressé en 1971 un rapport au gouvernement Allende dans lequel figurent les revendications des réserves en matière foncière, éducative, sanitaire, agricole, etc. Un tel rapport montre que les Mapuche de Temucuicui, et plus généralement de la commune d’Ercilla, ont adhéré à différentes organisations politiques mais qu’ils ont aussi essayé de se donner leur propre représentation auprès du gouvernement de l’Unité Populaire. Preuve de la croissante organisation et progression de la gauche au sein de la commune d’Ercilla, et en particulier dans les réserves, le score de son candidat Salvador Allende aux élections présidentielles est en constante progression au cours des années 1960. Tout d’abord, parce que le corps électoral s’élargit fortement entre 1952 et 1970. Alors qu’on compte lors des élections présidentielles de 1952 seulement 764 votants dans la commune d’Ercilla, ils sont 1598 en 1970. Cet élargissement du corps électoral repose principalement sur la participation paysanne et en l’occurrence mapuche aux élections. Cet élargissement du corps électoral et de la participation mapuche dans la commune d’Ercilla, correspond à une progression spectaculaire de la gauche et de son candidat Salvador Allende. Alors que celui-ci avait eu 11 voix en 1952, il en obtenait 498 en 1970, le plaçant quasiment à hauteur des candidats de la droite (Alessandri) et de la Démocratie Chrétienne (Tomic)43.

22Finalement, l’occupation de la propriété Alaska à partir de 1969 et son expropriation en 1971 par le gouvernement de l’Unité Populaire doivent être mise en relation avec l’acquisition de nouvelles ressources par les habitants de Temucuicui, à l’origine d’un affaiblissement de la domination patronale et d’un desserrement de leur dépendance vis-à-vis des grands propriétaires terriens. Comme l’indiquent les témoignages des participants aux premières occupations d’Alaska, celles-ci ont été réalisées en coordination avec les militants de différentes organisations politiques, témoignant de l’alliance décisive avec celles-ci dans la lutte pour la terre à l’époque de l’Unité Populaire.

Le souvenir de l’Unité Populaire. Une réconciliation éphémère entre l’État et les Mapuche de Temucuicui

23Alors qu’aujourd’hui les relations entre l’État d’une part et la gauche chilienne d’autre part, et les habitants de Temucuicui sont marquées par la méfiance et la distance, la période de l’Unité Populaire a constitué une exception dans l’histoire de ces relations. Les dirigeants de la communauté à l’époque de l’Unité Populaire ont considéré ce gouvernement comme « leur gouvernement » et le président Salvador Allende comme le « président camarade » (el compañero presidente) comme l’indiquent les différentes lettres qui lui ont été écrites par les habitants de la réserve à l’époque de l’Unité Populaire ainsi que les témoignages contemporains collectés lors de mon enquête sur cette période. Alors que l’État chilien avait jusqu’à présent fonctionné localement comme une machine au service des propriétaires terriens, considérant les Mapuche comme incapables de travailler efficacement la terre, le gouvernement de l’Unité Populaire marque une rupture sans précédent dans cette histoire en prenant parti pour les intérêts des paysans mapuche face aux grands propriétaires terriens. Cette idée de rencontre historique entre l’État chilien, incarné par le président Allende, et les Mapuche de Temucuicui apparait dans l’introduction utilisée par l’Unión Mapuche Loncotraro pour adresser ses différentes revendications au gouvernement :

  • 44 Unión Mapuche Loncotraro, Memorandum N° 1, 5 de Enero de 1971, dans Archivo General de Asuntos Ind (...)

« L’Unión Mapuche Loncotraro vient faire connaître au gouvernement de l’Unité Populaire, avec la plus grande foi jamais atteinte dans la longue histoire de la race mapuche, des graves et urgents problèmes qui affectent nos réserves […]44 ».

  • 45 Entretien avec Carlos Quidel, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.
  • 46 Conversation avec Humberto Millanao, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.
  • 47 Entretien avec Ana Queipul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.
  • 48 Entretien avec Teto Calhueque, Chacaico, Ercilla, Mai 2013.

24Les témoignages oraux contemporains insistent sur une époque inédite où il y a eu « une justice pour les Mapuche »45, où le « Mapuche a pu être écouté »46. D’autres considèrent qu’il y avait alors au Chili « un président au service des pauvres »47, s’incluant dans cette catégorie, la confondant avec celle de Mapuche. Qu’ils s’agissent de Temucuicui ou des communautés voisines de la commune d’Ercilla comme Chacaico, ayant bénéficié de l’expropriation de terres et de l’intervention de la CORA au sein des propriétés expropriées, cette période apparaît comme un moment sans précédent de prospérité et de fierté, car le « gouvernement faisait confiance aux Mapuche »48 en leur confiant la responsabilité de produire des biens alimentaires pour nourrir les villes du pays. Les personnes âgées ayant été au cœur de ce processus avec lesquelles j’ai réalisé des entretiens se rappellent avec émotion du travail accompli, c’est le cas de Teto Calhueque, habitant de Chacaico, qui a alors été formé par la CORA pour conduire les tracteurs de l’Unité de Production à laquelle il appartenait. Ou encore de Juan Segundo Huenchullan qui se souvient en ces termes du travail réalisé suite à l’expropriation de la propriété Alaska :

  • 49 Entretien avec Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

« Après l’expropriation, on a bien travaillé, à travers une Unité de Production avec l’aide des fonctionnaires de la CORA. On a reçu des machines, qui venaient de Russie dans leur majorité, des tracteurs, et l’État apportait aussi tout ce qui était graines, fertilisants, et il y avait un programme que je trouvais très bien où le gouvernement payait au paysan sa récolte. Il y avait aussi un programme d’élevage d’animaux où le gouvernement donnait des animaux et le paysan recevait 50 % de la production finale [...] Quelle belle manière de travailler à cette époque49 ! »

  • 50 Tous les Mapuche à Temucuicui n’ont pas soutenu l’Unité Populaire et ils n’ont pas tous pris activ (...)

25Finalement, le témoignage suivant de Juan Catrillanca résume le rapport des dirigeants mapuche de Temucuicui engagés au côté de l’Unité Populaire50 et le sens que cette expérience a pu revêtir pour eux :

  • 51 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

« Durant trois ans, on a eu une vie libre, digne (en insistant sur ce mot) et avec nos animaux. Parce qu’avant cela, il n’y avait pas de pâturage pour les animaux, il n’y avait pas de bois, il n’y avait rien. Alaska était un territoire avec beaucoup d’arbres natifs, et on a pu tirer profit de cette réalité, en faisant du charbon, en vendant du bois. On a eu une vie digne […] Avec INDAP, on a travaillé en communauté, on offrait la main d’œuvre et eux ils nous ont donné un tracteur équipé, des semences, mais ça a duré seulement deux ans, après ils nous ont à nouveau laissés seuls. Oui, on a eu une belle vie durant ces années-là51. »

  • 52 Mallon Florencia, op. cit., p. 220.

26Ce témoignage met à la fois en évidence le rapport à l’UP des Mapuche de Temucuicui qui y ont vu un début de justice et une opportunité inédite pour transformer l’ordre des choses au niveau local et en finir avec la domination patronale sur leurs vies. Toutefois, le coup d’État vient brutalement mettre fin à cette expérience et de ce point de vue-là, en faisant voler en éclat les possibilités d’une intégration respectueuse à la République chilienne, le coup d’État et le régime militaire qu’il instaure constituent un moment décisif dans la germination d’un projet politique mapuche propre autour de la revendication d’une autonomie politique. À l’instar de ce que dit l’historienne Florencia Mallon dans son étude historique de la communauté Mapuche Nicolas Ailio, on peut affirmer aussi que pour Temucuicui « la dictature militaire émerge, dans la perspective mapuche, moins comme une rupture fondamentale de l’ordre démocratique que comme le retour à un ordre antérieur52 ».

La dictature militaire depuis les campagnes mapuche : répression, contre-réforme agraire et solitude politique

  • 53 Plus tard, l’article 8 de la constitution de 1980 élaborée par l’administration du général Pinoche (...)

27Dans cette partie, nous insisterons sur trois éléments fondamentaux du régime militaire qui aident à mieux comprendre les rapports à l’État et au politique qui se façonnent parmi les habitants de Temucuicui durant cette période. Le régime militaire inaugure sa présence à Temucuicui par une grande opération militaire visant à réprimer les Mapuche engagés et mobilisés pour la récupération de leurs terres à l’époque de l’Unité Populaire. Une fois la répression menée à bien, il restaure l’ordre foncier ancien en révoquant la plupart des expropriations ayant bénéficié aux réserves mapuche. Cette contre-réforme dans les territoires mapuche est suivie d’une transformation productive qui convertit les régions habitées par les Mapuche en territoire forestier, bouleversant les écosystèmes et affectant profondément les paysages et les modes de vie mapuche. Enfin, en réprimant les militants politiques, mapuche et non mapuche, et en interdisant l’expression de toute « organisation marxiste53 », le régime militaire a poussé les Mapuche à se réinventer politiquement pour lutter contre la dictature et l’ordre social et foncier hérité de la colonisation de leur territoire.

Répression militaire à Temucuicui

  • 54 Les ruka sont les habitations mapuche traditionnels constitués d’un toit de paille et dans lesquel (...)

28Le coup d’État à Temucuicui a été synonyme d’une répression militaire qui n’a d’égal dans la mémoire de ses habitants que les exactions ayant accompagné la Pacificación de la Araucanía. Alors qu’une partie des habitants de la réserve vivaient et travaillaient sur la propriété Alaska le 11 Septembre 1973, quelques jours plus tard une vaste opération militaire les délogea violemment de la propriété expropriée en leur faveur deux ans auparavant. Les maisons construites sur la propriété Alaska furent incendiées par les militaires rappelant les incendies de ruka54 qui avaient accompagné la Pacificación de la Araucanía. Les familles de Temucuicui durent fuir dans les collines entourant la communauté, perdant dans les incendies le peu de biens dont elles disposaient comme le met en exergue le témoignage de Luz Verena Curamil, qui avait 20 ans au moment du coup d’État :

  • 55 Entretien avec Luz Verena Curamil, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

« Après le coup d’État, on a commencé à souffrir parce que la coopérative que nous avions a pris fin, car les outils et aides n’arrivaient plus, et donc à ce moment-là on a recommencé de nouveau. Mon fils avait environ deux ans quand le coup d’État a eu lieu. Je le portais encore dans mes bras quand ils nous ont brulé la ruka. La maison a brulé avec le peu de biens que nous avions55. »

  • 56 Alors que les travaux de la Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura (Comisión Valech du (...)

29Une fois la propriété Alaska évacuée de ses habitants mapuche, les militaires ont systématiquement poursuivi les dirigeants et activistes mapuche engagés aux côtés de l’Unité Populaire. Si aucun habitant de Temucuicui n’a été assassiné par le régime militaire, mon enquête m’a permis de dénombrer au moins une trentaine de cas de tortures et de prisons56. Juan Catrillanca raconte ainsi les sévices lui ayant été infligés par les militaires :

  • 57 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

« Le coup d’État militaire ici a été terrible. C’est dur de raconter, mais il faut le raconter parce que… Regardez, au moment du coup d’État, nous les dirigeants, on a été fait prisonniers avec les animaux que nous avions sur la propriété. Les sœurs, les mères, les enfants ont été torturés, ils nous ont brûlé nos ruka avec tout ce qu’il y avait à l’intérieur, comment on peut laisser une famille comme cela […] Regardez, mon père, Nahuel, lui ils l’ont attaché à une corde, ils l’ont jeté dans un fleuve, ils essayaient de le noyer jusqu’à qu’ils voient qu’ils ne pouvaient plus respirer, et là ils le sortaient. Ils m’ont emprisonné moi aussi […] Là-bas j’ai été 7 mois, torturé. Le policier, ça ne lui a pas suffi de me frapper, de me donner des coups de pied, ça ne lui a pas suffi, et il a pris un fil de fer et avec cela ils me frappaient. Chuuuu, quelle merde étaient les flics à cette époque, flics bourrés, et donc la torture a été très grande, très grande57. »

30Si j’ai pu récolter un certain nombre d’informations lors de mon enquête sur la violence de la répression militaire, de nombreuses personnes âgées n’ont jamais voulu témoigner de cette période. Le coup d’État a marqué la fin de leur engagement politique comme me l’ont expliqué des jeunes de la communauté dont les membres de la famille ont été torturés par les militaires. Ces derniers au cours des années 1990 tentaient de les dissuader de se mobiliser pour la terre par peur des représailles qu’une telle action pourrait induire. Pablo Millanao, un homme de 35 ans, engagé dans les processus de « récupérations de terres » de la communauté dans les années 2000 m’explique ainsi le rapport de son beau-père aux actions de « récupérations de terres » :

  • 58 Entretien avec Pablo Millanao, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

« De nombreux vieux, moi je parle beaucoup avec les vieux, mon beau-père qui est âgé, il me raconte comment était la situation par le passé. Il a beaucoup souffert, il a connu la prison, la torture, et c’est vrai qu’aujourd’hui les vieux ont peur. Lui il me dit toujours « Pablo travaille, ne te mêle pas de politique, ils peuvent te faire beaucoup de mal ». Et je crois que c’est pour cela que beaucoup de vieux aujourd’hui ne veulent pas participer à la lutte58. »

31Si les sévices ont été infligés par les militaires, les grands propriétaires terriens voisins de Temucuicui ont largement collaboré à la répression des militants et activistes de l’Unité Populaire, et plus spécifiquement de celles et ceux qui ont contesté leur pouvoir durant la période précédente. Feliciano Cayul qui a participé aux premières occupations d’Alaska et qui sera dirigeant de la communauté dans les années 1980 et 1990 considère que :

  • 59 Entretien avec Feliciano Cayul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.

« Ce sont les grands propriétaires terriens, Patterson, Urban et d’autres qui ont fait le coup d’État. Ils ont été partis prenante de ça pour dénoncer tous ceux qui s’en étaient pris à leur propriété, ils ont été les auteurs directs de la venue de la force publique ici. Ils dénonçaient les Mapuche aux militaires. Tous ceux qui avaient de l’argent dans la commune ont été responsables, car vous savez que l’argent commande et comme ils avaient de l’argent, ce sont eux qui ont fait la justice59. »

32En effet, de la même manière que l’Unité Populaire prend sens dans une histoire locale comme un moment de redéfinition de l’ordre foncier et social, permettant une redistribution de la richesse et du pouvoir au sein de la commune d’Ercilla, le coup d’État et le régime militaire restaurent en partie l’ordre ancien, en revenant sur la réforme agraire et en révoquant l’expropriation d’Alaska en 1974.

La contre-réforme agraire

  • 60 Revue de presse réalisée entre le 11 Septembre 1973 et le 31 Octobre 1973 dans le Diario Austral. (...)
  • 61 Chonchol Jacques, Reforma y contrareforma agraria en Chile, http://fr.slideshare.net/RobertoMartin (...)
  • 62 Correa Martín, Molina Raúl et Yañez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches; Chile 1962-1 (...)

33La question agricole a revêtu une acuité particulièrement forte dans les territoires occupés par les Mapuche. En effet, l’économie de la région de l’Araucanie était jusqu’en 1973 principalement tournée vers l’agriculture, et la lutte sociale et politique durant l’Unité Populaire s’était principalement concentrée autour de la question foncière dans l’opposition « paysans, indigènes, ouvriers agricoles » versus grands propriétaires terriens. Le coup d’État militaire a été justifié dans cette région comme une réponse à la désorganisation de la production agricole comme l’indique une revue de presse réalisée à partir du principal journal régional, El Diario Austral, dans la foulée du coup d’État60. Face à la situation agraire héritée de l’Unité Populaire, marquée par une vaste entreprise de redistribution foncière et d’intervention étatique dans la production, les militaires annoncent ne pas vouloir revenir intégralement sur la réforme agraire mais plutôt pointer du doigt ses excès. Ils appellent notamment à limiter les causes d’expropriation à 40 hectares irrigables et à délivrer des titres de propriété individuel pour en finir avec la possession collective de la terre, responsable des échecs en matière de production agricole. La faillite agricole est imputée à l’incompétence des institutions publiques en charge de l’agriculture ainsi qu’à un délitement moral dans les campagnes où certains paysans ont cessé de travailler pour « s’amuser ». Malgré les dénégations initiales de la junte militaire, et notamment du général Pinochet, quant à leur volonté de revenir sur la réforme agraire, très rapidement est mis en branle un processus de contre-réforme agraire. Sur les 10 millions d’hectares expropriées jusqu'en en Septembre 1973, un total de 4,5 millions ont été révoquées, soit 45 % de la surface totale expropriée61. Si la dictature peut être appréhendée comme un moment de ré-ethnicisation des rapports sociaux, c’est parce que la contre-réforme agraire a pris des caractéristiques particulières en ce qui concerne les réserves mapuche. Le gouvernement militaire n’est pas revenu sur l’ensemble des expropriations, et a entériné à certains endroits la redistribution foncière de la période précédente, en ne revenant pas sur certaines expropriations, et en choisissant de diviser les grandes propriétés expropriées en parcelles familiales. Ainsi, nombreux sont les anciens ouvriers agricoles des grandes propriétés qui au terme du processus de réforme agraire et contre-réforme agraire ont hérité d’une parcelle de terre. Sur les grandes propriétés expropriées, l’assignation de parcelles ne s’est pas réalisée au bénéfice de tous les paysans, mais s’est déroulée de manière discrétionnaire, selon le bon vouloir des militaires. Selon Correa, Molina et Yañez, « ce processus a été marqué par la discrimination politique, ethnique et dans de nombreux cas par l’arbitraire des fonctionnaires militaires qui ont marginalisé les Mapuche de l’assignation de parcelles, en privilégiant les anciens ouvriers agricoles » sous prétexte que les Mapuche bénéficiaient de terres au sein de leurs réserves62. Dans leur étude sur la réforme agraire, Correa et al. estiment que sur les 220 000 hectares expropriées en faveur de communautés ou personnes Mapuche, seulement 25 000 sont restées à leur disposition, soit un peu plus de 11 %.

Nombre total d’hectares expropriés durant la réforme agraire Nombre d’hectares expropriés en faveur de communautés ou paysans mapuche
10 000 000 d’hectares 220 000 hectares
Révocation après le coup d’État Révocation après le coup d’État
4 500 000 195 000
En % En %
45 % 88,9 %
  • 63 Gárate Chateau Manuel, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Editorial Universidad Alber (...)

34À Temucuicui, la propriété Alaska est restituée à la famille Patterson suite à un décret de la CORA daté de 1974, révoquant l’expropriation qui avait eu lieu sous l’Unité Populaire. Toutefois, la restauration autoritaire peut aussi être appréhendée comme une révolution capitaliste63 qui instaure de nouvelles modalités dans l’accumulation du capital. Dans cette perspective, les hauts fonctionnaires du régime miliaire, formés à l’orthodoxie libérale de l’école de Chicago, transforment l’économie chilienne en l’ouvrant largement aux marchés internationaux. Dans cette économie ouverte, ils défendent la théorie des « avantages comparatifs » qui dans les territoires occupés par les Mapuche se traduit par l’encouragement de plantations forestières (de pins et d’eucalyptus) qui remplacent progressivement les champs de céréales qui avaient jusqu’alors dominé l’économie régionale. C’est ainsi qu’en 1976, la propriété Alaska est rachetée à Patterson par la Corporación Nacional Forestal (CONAF) qui la revend à la fin des années 1970 à l’entreprise forestière Forestal Mininco, qui recouvre intégralement la plantation Alaska de pins et d’eucalyptus. C’est pourquoi le régime militaire, à Temucuicui ainsi que dans de nombreuses réserves ayant connu un sort similaire, marque une nouvelle dépossession du territoire qui est profondément transformé par la multiplication des plantations forestières qui bouleversent les paysages, les écosystèmes et assèchent les sols affectant directement l’activité agricole dans les réserves voisines. Ce processus a lieu sous le regard impuissant des habitants de Temucuicui qui voient disparaitre la végétation native au sein de leur territoire comme le souligne le témoignage suivant :

  • 64 Entretien avec Orlando Cayul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.

« L’entreprise Mininco, ils ont détruit toute la végétation native (en pointant son doigt en direction de l’ancienne propriété Alaska), c’était recouvert d’arbres natifs ! Des montagnes vierges, pures et Mininco a tout brûlé, et ils n’ont même pas donné un arbre. Et ça brûlait, jour et nuit, ils ont brûlé ces montagnes pour les remplir de pins et d’eucalyptus64. »

35Alors que la période de l’Unité Populaire s’était caractérisée pour les habitants de Temucuicui par un mieux-être matériel, le régime militaire entraîne une fragilisation des économies paysannes des habitants de Temucuicui, entraînant d’importantes migrations vers les villes et les champs de fruits et légumes de la vallée centrale du pays, où les Mapuche s’emploient massivement comme ouvriers agricoles saisonniers. Le désengagement de l’État dans le soutien à l’économie paysanne est à l’origine d’une forte précarité matérielle au sein de la communauté comme l’indique le témoignage de Juan Segundo Huenchullan :

  • 65 Entretien Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

« Si la période de la dictature a été très difficile, nous avons beaucoup souffert. La situation économique dans le pays était cruelle. Pour te dire, en 1983, 84, il y a eu quasiment une famine ici, à cette époque mon fils avait environ 7 ans et il a failli mourir de faim65. »

36Toutefois, la communauté de Temucuicui, à l’instar d’autres communautés connaît un mouvement de réorganisation durant les années 1980, et n’est pas restée passive face au régime militaire. Les habitants de Temucuicui, désormais orphelins des organisations politiques, syndicales et sociales liées à l’Unité Populaire, qui leur avaient permis de remettre en cause la domination patronale, vont se réorganiser « en tant que Mapuche ».

La disqualification de la gauche chilienne et l’émergence d’un répertoire mapuche de contestation à Temucuicui

  • 66 Voir les articles consacrés à cette organisation dans l’ouvrage.
  • 67 Aylwin José et Correa Martín, Catastro de conflictos y demandas de tierras mapuche en la provincia (...)

37Comme on l’a entraperçu dans les témoignages faisant état de la répression à Temucuicui, suite au coup d’État, les militants non Mapuche de l’Unité Populaire qui avaient accompagné la communauté dans ces actions de revendications, facilitant aussi l’accès aux administrations étatiques, disparaissent du paysage social. D’une part, les organisations politiques de gauche et les syndicats paysans sont déclarés illégaux et d’autre part leurs militants disparaissent de la vie locale. Si certains Mapuche ont vécu cette situation comme un abandon, d’autres sont pleinement conscients que les militants politiques ont été torturés, exilés, emprisonnés, voire assassinés. Dans tous les cas, il n’était désormais plus possible de compter sur eux pour résister à la dictature ou revendiquer la propriété Alaska. C’est suite au décret-loi 2568, qui prévoit de diviser toutes les communautés mapuche en parcelles individualisées, entérinant ainsi les usurpations de terres à l’intérieur du Título de Merced, que le mouvement mapuche va se réarticuler en pleine dictature, autour de l’organisation des Centros Culturales, qui deviendront en 1981 Ad Mapu66. À Temucuicui l’organisation Ad Mapu, promue et soutenue dans un premier temps par l’Eglise catholique, favorise la réorganisation de la communauté à travers des actions de soutien à l’économie locale, en soutenant la production agricole des paysans mapuche ou encore en organisant des ateliers de couture et de tissage pour les femmes. Si ces différentes actions paraissent anecdotiques d’un point de vue politique, elles permettent aux habitants de la réserve de se réunir à nouveau et de discuter des multiples problèmes qui les affectent alors. C’est au sein de ces espaces non politiques qu’ont été organisées les actions collectives contestataires, s’opposant frontalement à la dictature dans la commune d’Ercilla, ayant lieu à partir de 1986. Les principaux dirigeants de la réserve à cette époque, Juan Huenchullan, Juan Catrillanca et Feliciano Cayul, ont étroitement travaillé avec la Fundación Instituto Indígena, une organisation non gouvernementale liée à l’évêché de Temuco, et fournissant une protection rassurante contre la répression militaire. Dans la seconde moitié des années 1980, ils représentent l’organisation Ad Mapu au sein de leur communauté et participent à de nombreuses réunions visant à la fois à participer aux actions de lutte contre la dictature tout en discutant de la situation spécifique des Mapuche au Chili, et notamment des droits spécifiques dont sont porteurs les Mapuche en tant que « peuple autochtone ». À partir de 1986, en pleine dictature, lorsque la communauté de Temucuicui reprend ses mobilisations pour la propriété Alaska, accompagnée par les principaux dirigeants d’Ad Mapu comme Santos Millao ou Domingo Marileo, la question foncière est désormais en partie ethnicisée. C’est avant tout en tant que Mapuche que les habitants de Temucuicui revendiquent leur droit à la terre, et non plus comme paysans appauvris et exploités. Il ne faut toutefois pas trop grossir ces transformations. Au début des années 1990, Feliciano Cayul et Juan Catrillanca, lorsqu’ils rencontrent deux chercheurs en charge de réaliser un cadastre des demandes foncières mapuche, justifient leur demande en mettant en avant la situation d’entassement vécu par les habitants de la communauté et le précédent de l’Unité Populaire comme source de droit à la terre67.

  • 68 Entretien avec Juan, Jaime et Jorge Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

38La fin du régime militaire est marquée à Temucuicui par une importante répression. En effet, suite à la victoire du Non au plébiscite de 1988, les habitants de Temucuicui et d’autres communautés voisines sous la coordination d’Ad Mapu occupent à nouveau Alaska, ce qui entraine de nombreuses opérations militaires dans les communautés d’Ercilla en 1988 et 1989. La dictature finit donc comme elle avait commencé à Temucuicui, dans le bruit et la fureur de la répression militaire. Pour les habitants de Temucuicui, qui se sont engagés dans la lutte contre la dictature, le retour à la démocratie devait signifier le retour à la terre pour laquelle ils avaient lutté et souffert durant les années précédentes, la propriété Alaska. Comme le signale un dirigeant actuel de Temucuicui, alors âgé d’une dizaine d’années, « quand est revenu la démocratie, on était tous contents, tous les Mapuche contents mais ensuite très rapidement ils nous ont fait savoir que si recommençaient les récupérations de terre, la dictature reviendrait »68. Le retour à la démocratie devait sceller un nouveau pacte entre l’État et les Mapuche, conformément à l’accord de Nueva Imperial de 1989 passé entre Patricio Aylwin, candidat d’opposition à la dictature, et les organisations indigènes du pays. Le principal dirigeant de la communauté durant la première partie des années 1990, Feliciano Cayul, membre par ailleurs de l’organisation Ad Mapu, était présent lors de cette rencontre. Patricio Aylwin, en tant que candidat de la Concertación, avait alors promis aux organisations Mapuche l’élaboration d’une nouvelle loi indigène, la ratification de la convention 169 de l’OIT qui reconnait des droits territoriaux aux peuples autochtones, ainsi que l’engagement de réformer la constitution politique afin d’y intégrer la reconnaissance du peuple mapuche. Les promesses non tenues (et peut-être aussi mal entendues) de la Concertación constituent l’ultime rendez-vous manqué de la « gauche » chilienne avec les habitants de communautés mapuche engagés dans un processus de restitution territoriale. C’est en combinant le temps long de l’histoire, celui de la colonisation, de la réforme agraire et du coup d'État, et le temps court du retour à la démocratie, que l’on peut comprendre au sein de certaines communautés, comme Temucuicui, les mobilisations contestataires pour la terre et le territoire, et les formes qu’elles ont prises, ainsi que l’émergence de revendications d’autonomie politique mapuche désormais déconnectées d’un projet plus général de transformation de la société chilienne.

Les promesses déçues de la démocratie : lutter pour le territoire à Temucuicui

  • 69 Pour une telle approche des mobilisations des communautés mapuche de la province de Malleco, voir (...)

39Si les mobilisations pour la terre à Temucuicui qui reprennent à la fin des années 1990 s’inscrivent dans la longue durée de l’histoire coloniale en renvoyant à la colonisation du territoire mapuche par l’État chilien, et à l’usurpation des terres mapuche qu’une telle opération a impliquée69, ces mobilisations sont aussi tributaires d’une histoire plus courte marquée par une série d’interactions avec la Corporación Nacional Indígena (CONADI), institution crée en 1993 par le gouvernement de Patricio Aylwin et en charge de promouvoir le développement des populations indigènes au Chili, à travers notamment un programme d’achat de terres aux communautés qui en font la demande. L’incapacité de cette institution à donner une issue favorable à la demande de terres des dirigeants de Temucuicui est à l’origine des actions de « récupérations de terres » à Temucuicui à partir de 1998, d’abord autour de la propriété Alaska, puis à partir de 2003 autour des deux propriétés de René Urban. Un tel engagement au-delà des terres revendiquées à l’époque de l’Unité Populaire atteste d’un processus de politisation des jeunes générations qui entendent désormais lutter pour la récupération de leur territoire.

Limites de la politique indigène de la Concertación et « récupérations de terres »

  • 70 CEPAL, Desigualdades territoriales y exclusión social del pueblo mapuche en Chile. Situación en la (...)

40Contrairement à l’image médiatique de communautés radicalisées, adeptes de la violence et rétifs au dialogue, le suivi des interactions entre les dirigeants de Temucuicui et l’État, à travers principalement la CONADI, au retour de la démocratie, met en évidence une volonté de dialogue et de solution institutionnelle à la demande foncière de la communauté. Dès 1993, les dirigeants de la communauté, membres de l’organisation Ad Mapu, partie prenante de la nouvelle institution indigène, entament des démarches auprès de la CONADI pour faire connaitre leur demande de restitution de terres. Ils participent à de nombreuses réunions avec les fonctionnaires de la CONADI qui aboutissent finalement à l’achat d’une infime partie de la propriété revendiquée, Alaska, à peine 50 hectares sur les 2000 revendiquées. Si les gouvernements de la Concertación au retour de la démocratie entendent donner des gages de démocratisation du pays, ce qui implique de mettre en place des politiques publiques en faveur des populations indigènes et de reconnaître a minima des droits spécifiques à ces populations, ils entendent aussi s’inscrire dans le modèle économique hérité de la dictature, basé sur une ouverture de l’économie chilienne, impliquant d’attirer des investisseurs étrangers en leur offrant un certain nombre d’avantages et notamment la sécurité de leur investissement. Dans cette perspective, il n’est pas question de sacrifier les intérêts des entreprises forestières et de redistribuer les terres qu’elles occupent quand bien même celles-ci seraient revendiquées par des communautés mapuche. Pour garantir la pérennité des investissements, le mécanisme d’achat de terres adopté dans la nouvelle loi indigène, la loi 19.253, se distingue nettement des expropriations réalisées par la CORA à l’époque de l’Unité Populaire. En effet, la loi indigène ne prévoit la possibilité pour une communauté d’acquérir des terres qu’à condition que le propriétaire de celles-ci accepte de les vendre, quand bien même celles-ci auraient été historiquement usurpées à la communauté les revendiquant. L’approfondissement au retour de la démocratie d’un modèle de développement basé sur une économie forestière dans la commune d’Ercilla est mis en évidence par l’augmentation de la superficie d’espèces exotiques plantées dans cette commune. Alors qu’en 1990, 25 % de la surface totale disponible de la commune était recouverte de pins et eucalyptus, ce chiffre s’élevait à 40 % en 201070.

  • 71 Lucia Huaiquilaf Quintrileo, assistante sociale de la CONADI, Archivo General de Asuntos Indígenas(...)
  • 72 Il s’agit de José Nain, qui a occupé pour un temps la responsabilité de président de la communauté (...)

41L’achat de quelques hectares, pour une communauté qui compte alors une population de plus de 610 personnes vivant sur 250 hectares71, provoque alors une rébellion des jeunes de la communauté qui remettent en cause le leadership des dirigeants liés à l’organisation Ad Mapu et ayant accepté de jouer le jeu des institutions, et notamment de la CONADI. C’est dans ce contexte là qu’un groupe de plusieurs jeunes, non satisfaits du résultat des négociations, menés à bien dans certains cas par leurs parents, entreprennent d’occuper la propriété Alaska, en se souvenant que ce mode d’action avait été efficace à l’époque de la réforme agraire. Entre 1998 et 2002, le groupe des contestataires qui s’élargit au-delà des seuls jeunes au fil du temps, multiplient les incursions au sein d’Alaska, y organisent des cérémonies traditionnelles et des rencontres de palin (jeu de crosse mapuche). Ces quatre années de lutte sont marquées par la répression policière et judiciaire. De nombreuses opérations de police sont menées à bien dans la communauté, avec des perquisitions violentes dans certaines maisons, causant de nombreux dégâts matériels et des interventions violentes des Forces Spéciales ayant occasionné plusieurs blessés, dont des femmes âgées. Par ailleurs, plusieurs dirigeants de la communauté seront accusés de divers délits devant un tribunal de justice, dans le cadre du conflit les opposant à l’entreprise forestière, et seront condamnés à des peines de prison de plusieurs années72. L’abordage répressif de la demande foncière de Temucuicui a fait dire à certains habitants de cette communauté que la démocratie ne se distinguait guère de la dictature du point de vue Mapuche.

  • 73 Mathieu Lilian, « Ce que la précarité fait aux mobilisations », dans Boumaza Magali et Hamman Phil (...)

42Finalement, c’est la faible volonté de la Concertacion de mener à bien une action de redistribution des terres conséquente comme celle qui fut entreprise par le gouvernement de l’Unité Populaire dans le cadre de la réforme agraire, qui semble avoir déclenché les premières mobilisations collectives et contestataires à Temucuicui. Alors que le retour à la démocratie laissait espérer la possibilité de récupérer la propriété Alaska, ce n’est qu’au prix d’une longue lutte et de nombreuses souffrances (violence policière, détention et répression judiciaire) que les habitants de Temucuicui récupéreront finalement la propriété Alaska en 2002. Toutefois, les plus jeunes d’entre eux ne se sont pas arrêtés à Alaska. Ils ont par la suite entrepris de revendiquer les terres de René Urban, entraînant un long et violent conflit avec celui-ci. Les différentes autorités qui ont dû faire face à ces mobilisations se sont empressées de les disqualifier en invoquant le fait que la CONADI avait déjà acheté des terres aux habitants de Temucuicui. À l’instar de nombreuses mobilisations de « sans » et plus généralement de précaires73, les Mapuche, sans terres ou avec trop peu de terres pour en vivre, une fois leurs revendications satisfaites par l’État se consacrent au travail de leur lopin de terres. D’un point de vue sociologique, on peut alors se demander comment expliquer la permanence de la mobilisation de certains des habitants de Temucuicui ? En d’autres termes, comment rendre compte de leur mobilisation pour la « récupération » des propriétés de René Urban ?

De la lutte pour la terre au territoire. Politisation mapuche et revanche coloniale

43Les mobilisations pour la restitution des propriétés de René Urban à la communauté de Temucuicui débutent en 2003 et sont principalement le fait d’un groupe de jeunes de la communauté. Certains, trop jeunes au moment de la lutte pour Alaska n’ont pas directement bénéficié de son achat et sont donc eux aussi sans terres au moment d’arrivée à l’âge adulte comme c’est le cas de Felipe Huenchullan :

  • 74 Entretien avec Felipe Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

« Moi j’ai toujours été de l’idée de continuer à avancer, de vouloir reconstruire la culture mapuche et le territoire mapuche. La terre qu’ils nous ont rendu (Alaska), elle était vide (les arbres avaient été coupés au préalable), la terre non fertile. Et comme moi en plus je n’étais pas majeur, le Lonko de la communauté m’a laissé sans droit à la terre, malgré le fait que j’avais laissé mon enfance, mes études pour récupérer la terre […] Je n’étais pas le seul à être resté sans terre en raison de mon jeune âge, on était de nombreux jeunes dans la même situation […] Mon frère a dit au Lonko : « He Lonko, il y a de nombreux jeunes qui n’ont pas de terre ? Qu’allons-nous faire avec eux ? Il y a des gens sans terre et il y a toujours un propriétaire (Urban) qui doit rendre la terre, donc nous nous allons aller récupérer ces terres74. »

  • 75 Hamidi Camille, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement assoc (...)

44Par ailleurs comme le suggère cet extrait d’entretien, les jeunes de la communauté ont connu durant les années de « récupération » d’Alaska un processus de politisation mapuche. Par politisation mapuche, nous entendons, dans le sillage de la définition de la notion de politisation donnée par Camille Hamidi, un double mouvement caractérisé par une capacité de montée en généralité, se référant à des principes généraux devant régir la société, dans les discours sur le monde social et « la reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptées »75. La politisation mapuche des jeunes de Temucuicui renvoie donc à l’appropriation d’un discours critique sur le monde social remettant en question la position de subordination occupée par les Mapuche dans la société chilienne, suite à la colonisation de leur territoire, position de subordination qui n’est plus due à leurs yeux à une fatalité du destin mais à l’action de l’État chilien qui a historiquement favorisé l’installation de colons, puis d’entreprises forestières au détriment des habitants des communautés mapuche. Une telle lecture du monde social légitime les actions de « récupérations de terres » ayant pour but de reconstruire le territoire mapuche comme moyen de mettre fin à la domination des Mapuche. Une telle politisation est le produit d’une série d’expériences vécues par les habitants de Temucuicui – discriminations scolaires, en ville, exploitation de la génération de leurs parents dans les propriétés foncières, sentiment de dépossession territoriale renouvelé avec l’arrivée des entreprises forestières, etc. – auxquels le discours mapuche de revendication du territoire historiquement usurpé et de l’autonomie politique suspendue, vient donner un sens.

  • 76 Entretien avec José Nain, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.
  • 77 Entretien avec José Nain, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.
  • 78 À partir de 2009, la communauté de Temucuicui se divise en deux camps, à l’origine de la « Communa (...)
  • 79 Au cours de mon enquête, plusieurs dirigeants de Temucuicui ont utilisé ce terme pour dire ce qu’a (...)
  • 80 Matonti Frédérique et Poupeau Franck, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la re (...)
  • 81 Comme le note Bernard Lahire : « Ceux et celles (individus, groupes, catégories, communautés…) qui (...)

45Dans le cas de Temucuicui, c’est au cours de la lutte pour Alaska que les personnes engagées ont acquis ces compétences critiques, par la rencontre avec une organisation mapuche revendiquant l’autonomie territoriale et politique du peuple mapuche, le Consejo de Todas las Tierras (CTT). Comme le mentionne un jeune dirigeant de la communauté, « lorsque nous avons commencé à lutter, nous luttions comme des syndicalistes »76, avant de m’expliquer que la rencontre avec le CTT avait fonctionné comme une école, ayant permis de donner un sens politique et culturel à la lutte mapuche pour la terre77. Les conditions de félicité de la rencontre entre le CTT et les habitants de Temucuicui engagés dans des processus de récupération est à rechercher dans les résonances du discours de cette organisation avec les expériences vécues par les habitants de la communauté. En effet, le CTT, dès la fin des années 1980, porte un jugement critique sur la transition à la démocratie et les nouvelles institutions en charge de gouverner la question indigène au Chili (principalement la CONADI), et légitime le droit des communautés à récupérer leurs « terres ancestrales ». C’est lorsque le mécanisme d’achat des terres montre son inefficacité et achève de disqualifier la CONADI à Temucuicui, que le discours et les pratiques de récupération du CTT acquièrent toute leur pertinence aux yeux des habitants de Temucuicui. Par ailleurs, les jeunes générations sont séduites par l’idée d’ « autodétermination » au cœur du discours du CTT, parce qu’un tel programme les appelle à exercer des responsabilités et à prendre leur destin en main. L’aspiration à de telles responsabilités chez certains jeunes renvoie au niveau d’éducation qu’ils ont acquis, bien supérieur à celui de la génération de leurs parents (plusieurs dirigeants de Temucuicui ont terminé leurs études secondaires), leur permettant de mettre au service d’un projet de vie individuel et collectif les compétences qu’ils ont acquis scolairement. Mais l’appropriation du discours de l’autodétermination n’est pas seulement liée à la possession d’un petit capital scolaire car des personnes moins dotées scolairement, comme le Lonko de la Communauté Autonome de Temucuicui78, Victor Queipul, alors qu’il n’a pas fini ses études primaires, adhèrent-elles aussi à un tel projet politique. D’une part, l’engagement au sein du CTT a constitué une « école »79 et a permis l’acquisition d’un capital militant80, alternatif au capital scolaire, faisant germer des aspirations aux responsabilités politiques, et un sentiment de compétence pour les exercer. D’autre part, l’autodétermination renvoie à une aspiration forte à la liberté, non pas en tant que concept philosophique abstrait et universel, mais plutôt une liberté qui doit être pensée au regard d’expériences concrètes de domination, d’humiliation et de subordination. Ainsi lors de mon enquête ethnographique, dans de multiples conversations informelles, mais aussi dans leurs goûts musicaux, les jeunes de Temucuicui exprimaient souvent leur volonté d’être libre et leur recherche de liberté, me confiant en diverses occasions et de manière emphatique qu’ils « aimaient la liberté ». Par-delà l’esthétique de telles incantations, elles prennent sens dans des trajectoires sociales bien concrètes. À titre d’illustration, Pablo Millanao, un jeune homme de 35 ans, me disait souvent lors de nos marches dans la communauté son amour pour la liberté. Par ailleurs, il aimait écouter la chanson de Victor Jara « Ahora vamos caminando buscando libertad ». C’est au regard de sa trajectoire que j’ai pu comprendre le sens qu’il donnait au mot « liberté », après avoir vu plusieurs membres de sa famille souffrir de tortures pendant la dictature militaire, après avoir vu les militaires occuper la propriété Alaska durant son enfance, après avoir expérimenté l’exploitation dès l’âge de 12 ans en travaillant dans les plantations forestières, le racisme lors de son service militaire, puis dans les boutiques de vêtements de Santiago où il a travaillé, avant de revenir s’établir au sein de sa communauté et de lutter pour les propriétés La Romana et Montenegro. Il faut donc comprendre la revendication de liberté chez les habitants de Temucuicui, non pas comme abstraction, mais comme réalité sociologique, comme libération81 de vies d’oppression.

46Ces formes de politisation et cette recherche de libération permettent d’expliquer en partie les mobilisations pour la restitution des terres d’Urban qui, comme on l’a vu, a historiquement incarné l’entreprise coloniale sur les terres de Temucuicui. Il n’est pas anecdotique de relever que plusieurs des personnes ayant activement participé à ce processus de récupération avaient vu leurs parents, alors qu’ils étaient enfants, travailler sur les propriétés patronales de la famille Urban et avaient été brièvement scolarisés dans l’école privée de la mère de l’actuel propriétaire, René Urban. Cette expérience scolaire a été douloureusement vécue, marquée par les coups et les humiliations de leurs parents qui ont dû apprendre l’espagnol à coup de baguette. C’est donc autant la terre qui a été revendiquée au cours de ces mobilisations que la volonté de mettre fin aux rapports de domination hérités de la colonisation du territoire mapuche, ceux-ci étant liés à l’inégale possession foncière entre Mapuche et grands propriétaires terriens.

Conclusion

47Au cours de la présente contribution, j’ai cherché à rendre compte des mobilisations des Mapuche de Temucuicui pour la terre et le territoire, en montrant que celle-ci s’inscrivent dans une histoire marquée par la violence coloniale, déployée dès la fin du XIXe siècle et redéployée tout au long du XXe siècle. Dans cette histoire, le coup d’État du 11 Septembre 1973, et son action de restauration de l’ordre colonial à Temucuicui est venu enterrer la courte expérience de l’Unité Populaire au cours de laquelle les Mapuche de Temucuicui avaient été intégrés à la lutte des « pauvres de la campagne », Mapuche et non Mapuche, dans une alliance dépassant les clivages ethniques contre la grande propriété foncière. La répression de la gauche chilienne à partir du coup d’État, puis ses transformations au moment du retour à la démocratie l’ont éloigné des revendications foncières des communautés mapuche. Lorsque dans les années 1990, celles-ci ont repris leurs mobilisations pour la terre, elles ont dû compter principalement sur leurs propres forces, et ont trouvé un soutien principalement dans des organisations politiques mapuche revendiquant l’autodétermination du peuple mapuche sur son territoire historique, comme ce fut le cas dans l’histoire de Temucuicui avec le Consejo de Todas las Tierras. C’est ainsi que les habitants de certaines communautés, principalement des jeunes (mais pas exclusivement), comme à Temucuicui, se sont appropriés les exigences d’autodétermination qu’ils ont cherché à mettre en œuvre au sein du territoire de leur communauté en revendiquant la restitution des terres contrôlées par des entreprises forestières ou des propriétaires terriens descendants de colons.

48La violence historique de la colonisation, des colons et de leurs descendants et l’intransigeance de l’État face aux demandes des habitants de Temucuicui a en partie contraints les formes de leur mobilisation. S’ils ont eu recourt à des occupations et à certaines formes de sabotage de la production forestière et agricole dans le cadre de leurs revendications, c’est parce que ces armes se sont imposées comme les seules disponibles pour se faire entendre au terme d’un long processus historique, comme l’indique cet extrait d’entretien avec un jeune dirigeant de Temucuicui :

  • 82 Entretien avec Rodrigo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Novembre 2012.

« Pour moi, ce que ce processus m’a montré, c’est que le seul instrument qui existe pour le plus faible, le seul instrument qui existe pour le Mapuche dans ce cas, nous qui n’avons pas de voix dans ce pays, pas de représentation politique, il n’y a rien pour nous permettre d’avancer dans notre processus, ce qui ressort de tout ça c’est que la seule manière qu’ils ont laissée au Mapuche pour pouvoir réclamer et qu’il soit écouté c’est la mobilisation, parce qu’il y a eu de fortes mobilisations et l’État disait qu’il ne donnerait pas de solution sous la pression, qu’il ne parlerait pas avec les violents, qu’avec notre communauté on ne pouvait pas parler car ils nous ont catalogué d’anarchistes et de plein d’autres manières, mais finalement la pression publique que nous avons faite a été telle que l’entreprise forestière a dû abandonner notre territoire. Donc il est clair que ce qu’il reste au Mapuche, c’est la mobilisation, la pression, c’est la seule manière qu’a le Mapuche pour être écouté82. ».

  • 83 Contamin Jean-Gabriel, « Le choix des armes : Les dilemmes pratiques d'un mouvement de doctorants (...)

49« Le choix des armes83 » de la lutte résulte ainsi d’une histoire incorporée conduisant les habitants de Temucuicui à préférer certains modes d’actions à d’autres, en raison des ressources dont ils disposent. L’occupation directe du territoire a démontré son efficacité historique (de la réforme agraire à nos jours) quand la « négociation » et le « dialogue » ont le plus souvent conduit à la dilatation des revendications de la communauté. Finalement, la récupération territoriale s’est avérée être un terrain plus fertile que celui des officines de la bureaucratie indigène pour sortir de la domination coloniale.

Epilogue. La fin du latifundio à Temucuicui

  • 84 Sur la seule année 2006, le rapport de la « mission international d’observation de la violence ins (...)

50En 2014, après dix années de lutte et de nombreux épisodes de violence policière à Temucuicui – l’emprisonnement des dirigeants et simples membres de la communauté dans le cadre de leurs actions de revendications des terres de René Urban, des périodes de clandestinité pour fuir les persécutions judiciaires et des menaces de mort de la part des propriétaires terriens de la zone adressées aux dirigeants de Temucuicui84 – l’intendant de la région de l’Araucanie, Francisco Huenchumilla annonce que la CONADI a trouvé un accord avec René Urban et qu’elle achètera les propriétés La Romana et Montenegro aux habitants de Temucuicui. C’est la fin du latifundio à Temucuicui, un système de domination qui s’était instaurée entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle avec la constitution de grandes propriétés terriennes et le cantonnement des Mapuche à vivre dans des réserves sur d’étroites portions de terres, générant toute une série de dépendances à l’égard des grands propriétaires terriens. Plus qu’une terre, c’est d’une certaine manière la fin d’un système de domination où les Mapuche de Temucuicui vivaient « dans la peur », « cachés », « la tête baissée », selon les témoignages récoltés, face aux grands propriétaires terriens. C’est ce dont témoigne la mère des frères Huenchullan, qui ont tous connu la prison durant les années de conflit avec René Urban, elle qui a connu les humiliations et le mépris de la famille Urban alors qu’elle travaillait chez eux comme employée domestique. Elle me confie dans un entretien ce qu’elle ressent avec la récupération des terres d’Urban :

  • 85 Entretien avec Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015. Si les luttes pour la terre et le t (...)

« D’abord à présent nous sommes libres. Pas tout à fait libres, mais au moins on peut marcher tranquillement. J’ai dit un jour à mes fils, je leur ai dit que nous allions récupérer ces terres et ce jour-là je serais heureuse, je remercierais Chau Ngenchen et je monterais en haut de la colline pour me rouler dans la terre et c’est comme ça que je remercierais Chau Ngenchen, mon Dieu. Et je l’ai fait. Quand cette terre a été achetée, je suis monté en haut de la colline et j’ai pleuré de bonheur. Je ne sais pas vraiment ce que c’était, si c’était des larmes de bonheur ou de peine. J’ai pensé à mon père et à ma grand-mère qui me disaient qu’un jour les « riches » devraient s’en aller d’ici. Ils n’ont pas eu la chance de voir cela. À présent on peut respirer plus tranquillement car avant on ne pouvait pas, c’était interdit de fouler notre propre terre. Et maintenant on est libre, on a récupéré cette terre85. »

Haut de page

Notes

1 Gómez Leyton Juan Carlos, 2010, Política, democracia y ciudadanía en una sociedad neoliberal (Chile: 1990-2010), Santiago, Editorial ARCIS. Peter Winn est plus nuancé dans son appréciation des groupes sociaux aux commandes de la « révolution chilienne ». Il considère que l’Unité Populaire a été marqué par un double mouvement, la « révolution d’en haut » mise en marche par le gouvernement et ses hauts fonctionnaires, et la « révolution d’en bas », qui a vu ouvriers et paysans se mobilisaient massivement pour radicaliser l’action du gouvernement. Winn Peter, La revolución chilena, Santiago, LOM, 2013.

2 Parmi eux, on trouve, entre autres, l’anthropologue Berdichewski ou les sociologiques Alejandro Saavedra et Wilson Cantoni, qui ont été chargés de remettre au gouvernement des rapports sur l’application de la réforme agraire dans les communautés mapuche, la situation socio-économique des Mapuche ou encore sur les différentes lois indigènes ayant été adoptées historiquement et leurs effets sur la population mapuche.

3 Il est d’usage de ne pas accorder au pluriel le nom ou l’adjectif mapuche, afin de respecter la non existence du pluriel en mapudungun, la langue des Mapuche.

4 Saavedra Alejandro, La cuestión Mapuche, Santiago, ICIRA, 1971.

5 Lipschutz Alejandro, La comunidad Indígena en América Latina y en Chile: su pasado histórico y sus perspectivas, Editorial Universitaria, Colección América Nuestra, Santiago, 1956.

6 La Pacification de la Araucanía désigne l’opération militaire, menée à bien par l’armée chilienne dans la seconde moitié du XXe siècle, visant à incorporer le territoire mapuche, au Sud du fleuve Biobio, restée jusqu’alors indépendant, à la République chilienne. Cette campagne militaire prend fin en 1883 avec la soumission des chefs mapuche de la zone de Villarrica. Elle est suivie d’un plan de colonisation, visant à constituer la propriété foncière au sein du territoire mapuche entre 1883 et 1929. La colonisation se matérialise par la création de reducciones, espaces réduits de terres dans lesquels est cantonnée à vivre la population mapuche vaincue, et l’implantation de colons, chiliens et européens, sur les anciennes terres mapuche. Le processus est marqué par l’inégalité dans la distribution des terres entre colons et mapuche.

7 Correa Martín, Molina Raúl & Yañez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches. Chile 1962-1975. Santiago, LOM, 2005.

8 Bastías Rebolledo Julián. Memorias de la lucha campesina. Cristiano- Mestizo y Tomador de fundo. Santiago de Chile, Editorial LOM, Colección Memorias, 2009

9 Par cette expression, nous entendons insister sur la dimension violente, aussi bien physiquement que symboliquement, de la colonisation des territoires mapuche suite à la Pacificación de la Araucanía à la fin du XIXe siècle. Cette violence est fondatrice de l’ordre qui s’instaure dans les territoires mapuche suite à leur colonisation et joue un rôle fondamental dans l’imposition des institutions coloniales, principalement la propriété privée.

10 On parle de territoires mapuche au pluriel, afin d’insister sur la diversité des réalités sociales, économiques et politiques qui traversent la problématique mapuche.

11 Mallon Florencia, La sangre del Copihue, Santiago, LOM, 2004.

12 Aukiñ, Junio-Julio 1992. Dans ce même numéro, Aucan Huilcaman, le Werken (messager en mapudungun) de l’organisation Consejo de Todas las Tierras, déclare dans une interview : « Nous avons mis en évidence la contradiction qu’il existe entre l’État oppresseur comme structure politique, économique, militaire, administrative et la Nation Mapuche opprimée ». Dans les déclarations du CTT, que l’on retrouve dans le journal Aukiñ, journal du CTT, cette lecture de la société s’alimente de l’actualité internationale où les conflits de la fin du XXe siècle sont interprétés comme des conflits de nationalités. À titre d’exemple, dans le numéro de Juillet 1991, la guerre de Yougoslavie est présentée comme un cas paradigmatique des conséquences néfastes de la domination d’une nation sur d’autres nations, ici les Serbes sur les Croates et Slovènes dans le cadre de la Yougoslavie.

13 Le Bonniec Fabien, « Reconstrucción de la territorialidad Mapuche en el Chile contemporáneo. Un acercamiento necesario desde la historia y la etnografia », dans Calbucura Jorge et Le Bonniec Fabien (dir.), Territorio y territorialidad en contexto post-colonial. Estado de Chile - Nación mapuche. Working Paper Series 30 Ñuke Mapuförlaget, p. 44-79.

14 Ainsi suite à l’incendie de camions de l’entreprise forestière Forestal Arauco dans le cadre d’un conflit foncier avec les communautés voisines de la propriété forestière, dans la commune de Lumaco, le principal journal de la région de l’Araucanie, El Diario Austral, établit un lien entre cette action et l’influence d’organisations d’extrême gauche parmi les communautés mapuche.

15 Fabien Le Bonniec a montré les sous-bassement racistes dont était porteur le « mythe de l’infiltré » dans l’explication des mobilisations mapuche au Sud du Chili, laissant penser que les Mapuche ne sont pas capables de s’organiser par eux-mêmes et qu’ils seraient aisément manipulables. Le Bonniec Fabien, El mito del infiltrado en el movimiento indígena en Chile. Publié dans l’éditorial du mois d’avril-mai 2001 du site www.mapuexpress.net, sous les initiales F.L.B. [en ligne] http://mapuche.blogia.com/2007/010703-el-mito-del-infiltrado-en-el-movimiento-indigena-en-chile.php.

16 Pour plus de précisions, voire les travaux de deux chercheurs chiliens, Andrés Benavente et Jorge Jaraquemada, employés par le principal think tank de la droite chilienne, l’Institut Liberté et Développement, et qui font office de référence sur la question auprès de la presse conservatrice, ainsi que des dirigeants politiques de la droite chilienne. Benavente Andrés & Jaraquemada Jorge, « La conexiones políticas en el conflicto mapuche ». Serie Informe politico, 71, Julio 2001, p. 1-35, 2001

17 Pour une revue de presse plus complète, voir le travail de Fresia Andrea Amolef Gallardo, La alteridad en el discurso mediático: Los Mapuches y la prensa chilena consulté sur: http://www.portalcomunicacion.com/dialeg/paper/pdf/202_amolef.pdf consulté le 12 Mars 2012. Pour une critique de la mise en forme journalistique du radicalisme indigène, voir Barbut Michael, « « Qui sont les terroristes ? » Lutte de classement autour de la radicalité mapuche » dans Dufour Pascale, Hayes Graeme et Ollitrault Sylvie, Radicalités et radicalisations, Lien politique et social, n° 68, 2012.

18 Tilly Charles, La France conteste, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542

19 Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l'action collective (XVIIIe-XXIe siècles) », Politix, 2008/1 n° 81, p. 181-202, p. 183

20 Bourdieu Pierre, « L'illusion biographique ». In: Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 62-63, juin 1986

21 Sur l’organisation Ad Mapu, voire Bengoa José, Historia de un conflicto. El Estado y los Mapuches en el siglo XX, Santiago. Ed. Planeta, 1999 et Lavanchy Javier, « Etno-gremialismo mapuche. Notas e hipótesis preliminares sobre la organización Centros Culturales Mapuche de Chile/Asociación gremial de pequeños agricultores y artesanos Ad-Mapu (1978-1983) », manuscrit ; Sur l’organisation Consejo de Todas las Tierras, voire Martínez Neira Christian, « Transición a la democracia, militancia y proyecto étnico. La fundación de la organización mapuche Consejo de Todas las Tierras (1978-1990) », Estudios Sociológicos, vol. XXVII, núm. 80, mayo-agosto, 2009, p. 595-618, El Colegio de México, México et Pairican Fernando, « Sembrando ideología : el Aukiñ Wallmapu Ngulam en la transición de Aylwin (1990-1994) » dans SudHistoria, N° 4, Enero-Junio 2012; Pour la CAM, voir Le Bonniec Fabien, La fabrication des territoires Mapuche au Chili de 1884 à nos jours. Communautés, connaissances et État, Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, Paris, 2009 et Pairican Fernando et Álvarez Rolando, « La nueva guerra de Arauco : la Coordinadora Arauco Malleco en el Chile de la Concertación de Partidos Por la Democracia (1997-2009) » dans Revista www.izquierdas.cl, 2011, p. 66-84.

22 Cette communauté est située dans la région de l’Araucanie, dans la province de Malleco, au Sud de la commune d’Ercilla.

23 Il est important de souligner que l’histoire de la communauté de Temucuicui et de ses habitants n’a pas vocation à être généralisé. Les analyses ici présentées n’ont donc pas vocation à être généralisé à toutes les communautés mapuche. Celles-ci sont porteuses d’histoires qui se sont écrites au pluriel en fonction des formes prises par l’entreprise coloniale en leur sein (présence ou non d’un système de latifundio, influence des Églises –catholiques et protestantes-, participation aux mobilisations de l’époque de la réforme agraire, activisme historique des partis politiques en leur sein, etc.). Aussi, à l’intérieur d’une même communauté, les formes prises par la colonisation, et le rapport aux institutions qu’elle a instauré, ont été vécues différemment d’une famille à l’autre, à l’origine de rapports pluriels à l’État et au politique.

24 L’expression est de Juan Segundo Huenchullan, Ercilla, Temucuicui, Octobre 2012.

25 Nous traduirons par la suite le terme reducción par celui de réserve. Par ailleurs, lorsque nous nous référerons à Temucuicui jusque dans les années 1990, nous parlerons de « réserve ». En revanche, lorsque nous parlerons de Temucuicui dans la période plus récente, nous utiliserons le terme de « communauté », que reconnaît la loi indigène 19.253 adoptée en 1993.

26 Dans la petite bibliothèque de la commune d’Ercilla, on trouve un unique travail d’histoire local, réalisé par l’ancien maire de la commune Geraldo Padilla, qui raconte la geste héroïque des colons chiliens et étrangers venus s’installer au sein d’un territoire inhospitalier et qui à la force de leur bras et à la sueur de leur front ont défriché des terrains alors recouverts de végétation pour les convertir en terres agricoles. Padilla Geraldo, Historia de Ercilla, Manuscrit.

27 Juzgado de Indios de Victoria, Restitución, Queipul y otros contra Máximo Grollmus y Carlos Patterson, 23 de Mayo de 1930.

28 Ormeño Hugo & Osses Jorge, « Nueva legislación sobre indígenas en Chile ». Cuadernos de la Realidad Nacional 14, p. 15-45, 1972.

29 Entretien Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

30 Entretien avec Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015, réalisé par l’auteur. Les propos de tous les entretiens ont été recueillis en espagnol et la traduction vers le français a été réalisé par l’auteur.

31 Ministerio de Tierras y colonización, Dirección de Asuntos Indígenas, “Fundo San Ramón-Pidima-Dpto de Collipulli”, N° 226, 7 Juin 1967, Archivo Regional de la Araucanía, Fondo Intendencia de Cautín

32 Sur cette question, on renvoie au travail de Nahuelpan Moreno, Héctor.

33 República de Chile, Servicio electoral, Elecciones municipales, Tomo II y III.

34 Un tel système n’est pas propre à Temucuicui. Certains habitants des communautés du secteur de Chequenco, dans la commune d’Ercilla, ou de Temulemu à Traiguén, m’ont fait état de relations similaires entre les « anciens » de leurs communautés et les propriétaires terriens voisins. Il faut toutefois noter que toutes les réserves mapuche ne se sont pas retrouvées prises dans un système de latifundio, puisque certaines d’entre elles ont été confinées relativement loin de grandes propriétés foncières.

35 La plupart des personnes âgées relatent des histoires similaires et le récit suivant illustre un phénomène général.

36 Entretien Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

37 Entretien Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

38 Scott James, La domination et les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2009

39 Chacune des réserves établies par les Títulos de Merced disposent au sein de l’Archivo General de Asuntos Indígenas d’un dossier comportant différents antécédents administratifs et juridiques retraçant partiellement les relations entre les réserves et l’État.

40 Jugement de division de la communauté ouvert le 11 Novembre 1964 au Juzgado de Letras de Indios de Victoria

41 « Los Mapuches : los chilenos más explotados », Chacón, dans El Siglo, Domingo 2 de Febrero 1964.

42 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

43 República de Chile, Servicio Electoral, Elecciones Presidente de la República 1925-1970.

44 Unión Mapuche Loncotraro, Memorandum N° 1, 5 de Enero de 1971, dans Archivo General de Asuntos Indígenas, Carpeta Ignacio Queipul y Millanao.

45 Entretien avec Carlos Quidel, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

46 Conversation avec Humberto Millanao, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

47 Entretien avec Ana Queipul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.

48 Entretien avec Teto Calhueque, Chacaico, Ercilla, Mai 2013.

49 Entretien avec Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

50 Tous les Mapuche à Temucuicui n’ont pas soutenu l’Unité Populaire et ils n’ont pas tous pris activement part aux différents programmes liés à la réforme agraire.

51 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

52 Mallon Florencia, op. cit., p. 220.

53 Plus tard, l’article 8 de la constitution de 1980 élaborée par l’administration du général Pinochet déclare l’interdiction des organisations sociales et politiques qui défendent une vision de la société « basée sur la lutte des classes ».

54 Les ruka sont les habitations mapuche traditionnels constitués d’un toit de paille et dans lesquelles la plupart des Mapuche ont vécu jusque dans les années 1980.

55 Entretien avec Luz Verena Curamil, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

56 Alors que les travaux de la Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura (Comisión Valech du nom de l’évêque qui la présida) ont recensé, en 2003, 40.018 victimes de tortures et de prison politique durant le régime miliaire, seul un habitant de Temucuicui, Lorenzo Huenchullan, apparaît dans cette liste, ce qui dit bien les inégalités d’accès à la justice dont sont encore l’objet les habitants des communautés.

57 Entretien avec Juan Catrillanca, Ercilla, Février 2013.

58 Entretien avec Pablo Millanao, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

59 Entretien avec Feliciano Cayul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.

60 Revue de presse réalisée entre le 11 Septembre 1973 et le 31 Octobre 1973 dans le Diario Austral. On trouve au moins un article par jour sur la question agricole et/ou l’approvisionnement des marchés en produits agricoles, et de nombreuses déclarations des autorités militaires nommées dans la région qui mettent en avant dans leur discours la question de la production agricole.

61 Chonchol Jacques, Reforma y contrareforma agraria en Chile, http://fr.slideshare.net/RobertoMartinic/reforma-y-contrareforma-agraria-en-chile-jacques-chonchol.

62 Correa Martín, Molina Raúl et Yañez Nancy, La Reforma Agraria y las tierras mapuches; Chile 1962-1975, Santiago, LOM, 2005, p. 261.

63 Gárate Chateau Manuel, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Editorial Universidad AlbertoHurtado, Santiago de Chile, 2012.

64 Entretien avec Orlando Cayul, Temucuicui, Ercilla, Décembre 2012.

65 Entretien Juan Segundo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Octobre 2012.

66 Voir les articles consacrés à cette organisation dans l’ouvrage.

67 Aylwin José et Correa Martín, Catastro de conflictos y demandas de tierras mapuche en la provincia de Malleco, Corporación de Desarrollo Indígena (CONADI). Informe y antecedentes recopilados por comunidad, 1995. J’ai pu consulter les entretiens réalisés par Martín Correa avec les deux dirigeants de Temucuicui en 1991, qui ont servi à informer ce rapport.

68 Entretien avec Juan, Jaime et Jorge Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015

69 Pour une telle approche des mobilisations des communautés mapuche de la province de Malleco, voir Correa Martín et Mella Eduardo, Las razones del illkun/enojo. Memoria, despojo y criminalización en el territorio mapuche de Malleco, Santiago, LOM, 2010.

70 CEPAL, Desigualdades territoriales y exclusión social del pueblo mapuche en Chile. Situación en la comuna de Ercilla desde un enfoque de derechos, Colección documentos de proyectos, 2012

71 Lucia Huaiquilaf Quintrileo, assistante sociale de la CONADI, Archivo General de Asuntos Indígenas, Carpeta Ignacion Queipul y Millanao rapport réalisé en Juillet 1998

72 Il s’agit de José Nain, qui a occupé pour un temps la responsabilité de président de la communauté, de Carlos Quidel qui a été son secrétaire et de Marcelo Catrillanca, le fils du lonko (chef traditonnel) de la communauté.

73 Mathieu Lilian, « Ce que la précarité fait aux mobilisations », dans Boumaza Magali et Hamman Philippe (dirs.), Sociologie des mouvements de précaires. Espaces mobilisés et répertoires d’action, Paris, L’Harmattan, 2007

74 Entretien avec Felipe Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

75 Hamidi Camille, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue Française de Science Politique, vol. 56, n° 1, février 2006, p. 10.

76 Entretien avec José Nain, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

77 Entretien avec José Nain, Temucuicui, Ercilla, Février 2013.

78 À partir de 2009, la communauté de Temucuicui se divise en deux camps, à l’origine de la « Communauté Autonome de Temucuicui » et la Communauté dit « Traditionnelle ». Ces divisions renvoient à des questions de démocratie interne et à des désaccords autour des actions de revendications des terres de René Urban. Au cours de notre enquête, nous avons rencontré des membres des deux communautés, même si nous avons été plus proches des dirigeants et des familles appartenant à la Communauté Autonome de Temucuicui.

79 Au cours de mon enquête, plusieurs dirigeants de Temucuicui ont utilisé ce terme pour dire ce qu’avait représenté pour eux le CTT.

80 Matonti Frédérique et Poupeau Franck, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, 2004, n° 155.

81 Comme le note Bernard Lahire : « Ceux et celles (individus, groupes, catégories, communautés…) qui subissent les effets de l’exploitation économique, de l’oppression politique et policière, de la domination sexuelle, de la censure idéologique ou culturelle, de la répression morale, sont bien limités dans leur action par d’autres individus, groupes, catégories, communautés. Si la « liberté » a un sens sociologique, il s’agit bien de cette liberté chèrement conquise dans les luttes ordinaires ou « historiques » de libération. », L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Fayard Pluriel, 2011 (1998), p. 347-348.

82 Entretien avec Rodrigo Huenchullan, Temucuicui, Ercilla, Novembre 2012.

83 Contamin Jean-Gabriel, « Le choix des armes : Les dilemmes pratiques d'un mouvement de doctorants et le modèle des avantages comparatifs », Genèses 2005/2 (n° 59), p. 4-24.

84 Sur la seule année 2006, le rapport de la « mission international d’observation de la violence institutionnelle contre le peuple mapuche au Chili » a recensé 11 opérations policières contre la communauté, ciblées sur certaines familles, notamment la famille Huenchullan, Catrillanca et Queipul. Ces opérations ont occasionné d’importants dégâts matériels dans les maisons des personnes affectées, ainsi que des séquelles psychologiques au sein des familles (femmes et enfants notamment) qui doivent affronter des contingents de policiers armés et souvent cagoulés, n’hésitant pas à braquer leurs armes sur tout ce qui bouge. Entre 2006 et 2011, la Fundación de Apoyo a la Niñez y sus Derechos (ANIDE) a identifié 11 faits de violation de violence policière contre des enfants de la communauté. Entre 2004 et 2009, un rapport de la CEPAL a dénombré 97 personnes Mapuche imputées pour des délits divers (liés aux processus de revendications territoriales dans plus de 90 % des cas) dans la commune d’Ercilla.

85 Entretien avec Lucia Cayul, Temucuicui, Ercilla, Juillet 2015. Si les luttes pour la terre et le territoire des habitants de Temucuicui ont mis fin à la domination patronale au sein de la communauté, la répression policière continue comme l’a tragiquement rappelé l’assassinat d’un jeune habitant de la communauté de Temucuicui, Camilo Catrillanca, abattu brutalement le 14 novembre 2018 par un membre des forces spéciales de la police chilienne (GOPE)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Barbut, « Temucuicui. De la domination coloniale à l’affirmation politique mapuche », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/82928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.82928

Haut de page

Auteur

Michael Barbut

Université Pars 1, Panthéon La Sorbonne (CRPS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search