Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2021Le républicanisme sud-pacifique à...

2021

Le républicanisme sud-pacifique à l’aune des recompositions impériales. Pérou, Bolivie, Chili. Années 1860

Thèse de doctorat réalisée sous la direction de M. Clément Thibaud, EHESS/Mondes Américains, soutenue le Vendredi 27 novembre 2020 l’EHESS.
Composition du jury :
• M. Clément Thibaud (Directeur de thèse), EHESS
• M. Luc Capdevila, Université Rennes 2
• Mme Françoise Martinez, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
• Mme Jimena Obregon Iturra, Université Rennes 2
• Mme Natalia Sobrevilla, Kent University
• M. Jean-Paul Zuniga, EHESS
Matias Sanchez Barberan

Texte intégral

  • 1 Cristobal Aljovín de Losada, « El Perú y la guerra del Paraguay 1864-1870 », Nuevo Mundo Mundos Nu (...)

1Inscrite en histoire et civilisation, la thèse repense le républicanisme hispano-américain en phase avec l’histoire impériale européenne du milieu du XIXe siècle. Elle suit plus particulièrement l’action d’une quinzaine de sociétés républicaines, parues dans les principales villes en Bolivie, au Pérou et au Chili, entre mars 1862 et mai 1865. L’approche comporte un avantage heuristique important. Elle permet d’étudier la mobilisation républicaine à partir des répertoires de la cité, et d’observer leur capacité à concurrencer la légitimité des États. Le pari fait pour une approche sociale et culturelle a conduit le travail à proposer un découpage peu travaillé par l’historiographie. En les mettant au cœur de la problématisation, la thèse évalue la capacité des sociétés républicaines à modifier le paysage politique régional et à le mettre au service de la défense de la République contre l’Empire. C’est moins l’imposition du regard historien que le sujet et l’approche qui fait sens à ce découpage. Le Pacifique-Sud, plus que d’autres régions, est travaillé par des sociétés qui placent au cœur de leur travail politique une collaboration étroite entre elles, aux dépens d’autres critères tels que la nationalité. De plus, il informe sur la fracture géopolitique qui se creuse, vers le milieu du siècle, entre les deux bords de l’Amérique du Sud. En témoignent la fin du conflit entre Buenos Aires et la Confédération, mais aussi la stricte neutralité des pays du Río de la Plata à l’égard du conflit avec l’Espagne. La Guerre de la Triple Alliance donnera à ce dédoublement un visage dramatique, malgré les efforts sud-pacifiques1.

2Le choix du terrain confronte la recherche à deux effets historiographiques différents. Le premier, marqué par les effets qui, depuis la Guerre du Pacifique (1879et 1884), s’exercent sur les histoires de la région, articulant un récit tendant davantage à la satisfaction acritique du repli qu’à l’interrogation sur les ficelles des histoires communes. Le second effet pointe la différenciation entre d’un côté un espace andin souvent compris sous l’angle de l’immobilisme culturel, la persistance des loyautés personnelles ou encore la superficialité de la modernité politique et culturelle, et, de l’autre, une histoire côtière, mettant en avant l’accélération sociale et culturelle par le vapeur, le télégraphe et le chemin de fer. La thèse travaille en ce sens à poser les bases de ces articulations entre vallées de l’intérieur et cités portuaires, mais également à repenser les liens entre les capitales et les provinces.

Le double silence des sources

3Sur le plan des archives, cette thèse s’est confrontée à l’inexistence des fonds propres aux sociétés. Seule la société d’Union Américaine de Santiago a publié, en 1867, un recueil partiel de ses procès-verbaux. Pour le reste, il a été question de construire un corpus à partir des sources de seconde main. L’investissement des sociétés dans le débat politique a permis de pallier ce manque. La presse et la correspondance, officielles, publiques et privées, ont permis d’évaluer l’investissement des sociétés dans l’espace public, de reconstituer les débats et répertorier ses acteurs. La correspondance entre les sociétés, le partage de leur programme et leur mode d’emploi documentent la cohérence de cet espace commun, fait de circulations et problèmes partagés. 

4Pour une question de faisabilité il a été impossible d’enquêter dans tous les fonds où se trouvent ces sociétés. Le choix a donc consisté à privilégier les fonds d’archives se trouvant dans les capitales, pas tant pour mettre en avant ces sociétés que pour profiter de l’effet de leur concentration. À Lima, ce sont l’Archivo General de la Nación, la Biblioteca Nacional, l’Archivo del Ministerio de Relaciones Exteriores, l’Instituto de Estudio Histórico-Militares et l’Archivo Municipal qui m’ont ouvert leurs portes. À Santiago, le Biblioteca Nacional et l’Archivo Histórico Nacional ; à Sucre, la Casa de la Libertad, et l’Archivo y Biblioteca Nacionales m’ont également accueilli. Il a fallu ensuite arbitrer entre les provinces. L’attention a été portée sur les fonds municipaux à Arequipa, ceux de la Casa de la Moneda à Potosí, les fonds et l’hémérothèque de l’Universidad Mayor de San Andrés et les fonds de l’Archivo La Paz, dans cette dernière ville. À chaque fois, des séjours qui varient d’une à trois semaines. Ce choix a laissé de côté les fonds de Tacna, Cerro de Pasco, Oruro, Copiapó, Ovalle, qui sont demeurés inexploités pour ce travail. Par ailleurs, la place des différends internationaux dans les résultats de notre quête d’archives n’est nullement à négliger. Certains volumes sont interdits de consultation, notamment dans les archives diplomatiques boliviennes et chiliennes. Il a été possible de contourner ce problème grâce à la multiplication des papiers diplomatiques, notamment par le fond Mariano Baptista Gumucio de l’Archivo La Paz et au fond des Affaires Étrangères de l’Archivo Nacional, à Sucre. Dans d’autres cas ce fut la couleur du passeport qui déterminait l’accueil. Cela a été le cas des archives de la Sociedad Fundadores de la Independencia, Vencedores el 2 de mayo de 1866 y Defensores calificados de la Patria, qui m’a refusé l’accès à ses fonds, à Lima. Ce cas rare ne doit néanmoins pas noircir le tableau d’un accueil très favorable à mes recherches.

5Basée sur ces fonds d’archives, cette quête a permis de répertorier 3 catégories de sources. La première, largement mobilisée, est celle de la presse, la correspondance des membres et les brochures, toutes s’attachant à faire jouer l’investissement public des sociétés. La deuxième catégorie est celle des fonds municipaux. Ils gardent les traces des liens que les sociétés tissent avec les autorités, fussent-elles municipales ou de l’État. Finalement, les fonds diplomatiques montrent la projection de ce débat aux sphères étatiques, voire à l’échelle atlantique. Ils permettent de retracer les stratégies des États et les tensions à l’intérieur de l’espace sud-pacifique.

  • 2 Maurice Agulhon, « Un usage de la femme au XIXe siècle : l’allégorie de la République », Romantism (...)

6Mais l’état lacunaire des sources n’est pas le seul silence des archives. Les fonds donnent à lire une histoire fondamentalement masculine. Pourtant, les références souvent marginales donnent à voir la part active des femmes dans cette saga républicaine. Chanteuses lyriques, poétesses, souscripteuses, couturières fournissent dans l’ombre un travail passé sous silence. Non sans gêne, l’historiographie a cherché des réponses à cette question aussi urgente que nécessaire dans les représentations politiques, à l’instar des travaux emblématiques de Maurice Agulhon2. Ces travaux ont servi à documenter les espaces de la figuration féminine, qu’elle soit pour représenter la liberté, la république ou la civilisation. Des représentations, somme toute, masculines.

  • 3 Une analyse riche dans, Anne Verjus, « Du patriarchalisme au paternalisme : les modèles familiaux (...)

7Une deuxième réponse interroge le rôle effectif des femmes dans la structuration de l’espace publique et politique. Plus problématique, cette approche reprend l’idée de division sexuée du travail pour pointer les fondements domestiques et familiaux, patriarcaux, en somme, de l’institutionnalisation du politique3. Les femmes investissent la vie politique en leur qualité d’épouse ou de mère, prolongeant vers le public leurs compétences attribuées dans l’ordre domestique. Les femmes cousent les drapeaux américains, préparent les banquets et chantent des pièces lyriques au théâtre. Si ces expressions s’accommodent bien des activités domestiques réputées féminines, elles ne sont pourtant pas moins importantes pour la mise en scène du républicanisme. Plus qu’une république de citoyens, la question des femmes montre la composition d’une république de familles, qui pense la citoyenneté à partir des chefs de famille. Bien que cette lecture confirme la relégation des femmes, il convient de se garder de les percevoir comme des espaces de second ordre. De toute évidence, les femmes ne figurent pas dans le récit historique auto-constitué par les acteurs masculins. Il n’en demeure pas moins qu’elles prennent une part importante lors de la mobilisation de la société. La division sexuée de l’espace public montre les femmes dans des espaces divers, pour la plupart liés à l’enseignement des jeunes filles, aux soins, à la charité ou à la bienfaisance. Côté sud-pacifique, les souscriptions pour le Mexique républicain, entre janvier et juillet 1863, permettent d’entrevoir dans la marée de donateurs, la part des cheffes d’institutions scolaires, des professeures et des écolières, mais aussi des artistes. Ce travail gagnerait en ce sens à relire le corpus d’archives pour systématiser davantage l’analyse de genre dans l’engagement républicain. Reprendre les indices disséminés ici et là permettrait de prendre à contre-pied l’effet d’invisibilisation des sources.

Le républicanisme sud-pacifique. Une histoire impériale ?

  • 4 Henri Wesseling, Les empires coloniaux européens, 1815-1919, Paris, Gallimard, 2009.
  • 5 C. A. Bayly, Imperial Meridian, The British Empire and the world, Londres et New York, Longman, 19 (...)

8Pour ce qui est de l’impérialisme, la thèse vise à documenter les réponses républicaines aux tentatives des puissances impériales aux Amériques4. L’idée de recomposition impériale permet d’historiciser et de mieux situer les deux moments majeurs de l’histoire impériale européenne. Le premier qui va du XVIe au XVIIIe siècle, se caractérise par le primat des Castillans et des Portugais et la centralité du Nouveau Monde. Le second, qui commence à la fin du XVIIIe siècle, se cristallise autour de la répartition de l’Afrique et des projets coloniaux contemporains. C. A. Bayly, et d’autres après lui, ont décrit les principaux traits de cette mutation des empires britannique, français et espagnol5. La perte des colonies en Amérique et l’extension d’ambitions européennes en outre-mer, entre les années 1780 et 1830, donnent lieu à une politique reliant nationalisme et progrès techniques. Sur le plan matériel, elle se traduit par le renforcement du pouvoir naval et militaire, tout comme par le développement d’une bureaucratie disposée à assurer les intérêts européens en outre-mer. Dans leur ensemble, ces travaux offrent un cadre temporel pour penser les entreprises extra-européennes du premier XIXe siècle. Ils mettent également en lumière les effets critiques des indépendances du Nouveau Monde.

  • 6 Guillermo Palacios et Erika Pani (coords.), El poder y la sangre. Guerra, Estado y nación en la dé (...)
  • 7 Romy Sánchez, Quitter la très fidèle. Exilés et bannis au temps su séparatisme cubain 1834-1879, t (...)
  • 8 Claude Serrano et Marie-Claude Lecuyer, La guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne. 1859- (...)
  • 9 Eusebio Salazar y Mazarredo à Joaquín Francisco Pacheco, cité dans, Novo i Colson, Historia de Esp (...)
  • 10 Sur ce débat, voir, Alda Blanco, Cultura y conciencia imperial en la España del siglo XIX, Valence (...)

9Les années 1860 offrent un chantier riche pour observer cette tension entre République et Empire. Pourtant, rares et récents sont les travaux qui intègrent l’histoire hispano-américaine dans ce processus global6. La Guerre de Sécession est pour les puissances européennes l’occasion de réintégrer l’Amérique hispanique dans le jeu des empires sans crainte d’une réponse effective des États-Unis. La thèse met en avant deux moments majeurs de cette chronologie : l’Espagne d’Isabel II et la France de Napoléon III. Pour la première, la désintégration de son empire conduit à renforcer sa domination sur Cuba et les Philippines, alors tiraillées entre un processus de colonisation par peuplement et des mouvements séparatistes7. Elle se traduit aussi par l’aspiration du Détroit de Gibraltar aux ambitions espagnoles. En ce sens, la « guerre d’Afrique » (1859-1860) donne à l’Espagne un nouvel élan impérial8. Largement encouragée par l’opinion, elle ne parvient pourtant pas à satisfaire les aspirations du Cabinet de Leopoldo O’Donnell et se poursuit par des nouvelles revendications sur le territoire africain. Tanger, porte stratégique entre l’Atlantique et le Méditerranée, demeure possession des Britanniques. S’efforçant d’éviter le conflit maritime dont le résultat serait fort incertain pour l’Espagne, l’aspiration à récupérer le « Calais espagnol » par la voie d’une indemnisation conduit les plus déterminés à rechercher de nouvelles ressources financières9. Cette expérience impériale s’inscrit dans la « politique de prestige » menée par O’Donnell. Sans dire son nom, cette orientation impériale multiplie les conflits de l’Espagne en outre-mer : à Santo Domingo, au Mexique, mais aussi en Cochinchine10. L’expédition scientifique espagnole dans le Pacifique répond également à cette volonté d’expansion.

  • 11 Shawcross, France, Mexico…., op. cit.
  • 12 Todd, « Transnational Projects of Empire in France, c. 1815- c. 1870 », Modern Intellectual Histor (...)

10C’est toutefois l’expédition du Mexique qui déclenche au Nouveau Monde la contestation républicaine. Pour le Second Empire, la Guerre de Sécession est l’occasion de concurrencer l’hégémonie états-unienne et britannique sur le continent au nom de la race latine et des promesses saint-simoniennes11. « La plus grande pensée du règne » décrit cette ambition de retrouver le prestige du Premier Empire, déjà redoré par les conditions favorables obtenues par la France au lendemain de la Guerre de Crimée. Les écrits de Michel Chevalier servent de justification à l’entreprise impériale. La France, à la tête de la famille latine, doit protection au Mexique, menacé par l’expansionnisme états-unien. Cette propagande s’intègre par ailleurs aux arguments déjà mobilisés par le Second Empire en Crimée, mais aussi en Chine et en Syrie : la défense du catholicisme, la latinité et le libre-échange12. Les enjeux ne sont pas à négliger, et Napoléon III en est conscient. S’allier avec les conservateurs mexicains, vaincus de « guerre de Réforme », lui permettrait de se réconcilier avec les milieux catholiques, scandalisés par la politique anticléricale du gouvernement de Benito Juárez. Pour sa part, la construction du nouvel Empire se traduirait par de lourdes créances en faveur des intérêts de la grande bourgeoisie financière et industrielle. L’intégration du Mexique dans l’horizon impérial français y avait un terrain fort favorable.

  • 13 Michel Gobat, « The Invention of Latin America: A Transnational History of Anti-Imperialism, Democ (...)

11Avec le Mexique, c’est plus largement l’ensemble de l’Amérique hispanique qui s’ouvre aux intérêts européens. Ce processus y réactive la critique anti-impériale déployée suite au traité Guadalupe-Hidalgo de 1848, et mobilisée également pour contrer les aventures flibustières de William Walker en Amérique Centrale, dans la décennie suivante13. L’idée d’ « Amérique latine » donne corps à ce mouvement critique, qui repose sur la différenciation historique et culturelle entre les deux Amériques. Les années 1860 offrent un cadre pour penser la mutation de cette critique aux lumières des enjeux impériaux.

  • 14 Alain Gouttman, « Le martyr gênant de « l’aventure mexicaine ». L’annonce de l’exécution de l’empe (...)

12Observer la mise à jour du républicanisme en le liant à la question impériale du milieu du siècle contribue à un triple décentrement : chronologique d’abord, car les travaux sur le XIXe siècle hispano-américain se centrent sur la crise de l’empire espagnol et l’adoption des régimes républicains, au détriment des années 1860, peu travaillées et donc mal connues. De perspective ensuite, puisque mettre en phase la République avec l’Empire favorise la restitution de la profonde dimension idéologique des rapports atlantiques. Finalement, l’analyse de la conjoncture atlantique des années 1860 problématise le triomphalisme des récits impériaux et coloniaux. En Amérique hispanique le bilan est sans conteste. Les tentatives qui l’intègrent à l’horizon impérial se soldent, sinon par des victoires républicaines, du moins par une résistance aussi efficace que mobilisatrice. L’entreprise d’Isabel II dans le Pacifique-Sud se termine avec la guerre de quatre républiques contre l’Espagne, tandis que le retrait du Second Empire du Mexique sanctionne son premier échec international, avant la condamnation à mort de Maximilien Ier par un tribunal mexicain14. Ces échecs permettent de mieux comprendre la puissance avec laquelle les intérêts impériaux et coloniaux se tournent vers l’Est, notamment en Afrique et en Asie.

Le retour de la cité

  • 15 Sanders, The Vanguard…, op. cit., p. 81-135. Voir aussi, Thompson (éd.), The European…, op. cit. O (...)
  • 16 Maria Angélica Illanes, Chile Des-centrado. Formación socio-cultural republicana y transición capi (...)
  • 17 Annick Lempérière, « De la républica corporativa a la nación Moderna. México (1821-1860) », dans, (...)

13Le républicanisme sud-pacifique est également critique à l’égard des émergents discours nationalistes. Le recours actif aux valeurs politiques le conduit à penser la communauté politique plus en termes de droits que d’appartenance nationale, alors en pleine construction. L’adhésion aux répertoires hérités du cycle révolutionnaire, fondés sur l’égalité des droits civiques et politiques, la liberté, voire la démocratie, barrent la route au repli nationaliste15. La réactivation des répertoires locaux donne à ces revendications un ancrage remarquable. Très tôt, les offres individuelles pour participer à la guerre des mexicains contre l’empire sont suivies, à Tacna, Lima, Valparaíso, Oruro et ailleurs, d’un effort pour transformer ces aspirations en sociabilités concrètes. S’intéresser aux sociétés républicaines invite ainsi à redécouvrir la puissance politique de la cité. Les histoires impériales et celle des indépendances avaient avec raison mis l’accent sur la structure composite et polycentrée de la monarchie espagnole. Ce trait est moins remarqué pour le milieu du XIXe siècle. Contre une historiographie qui construit le récit national à partir de la capitale, cette thèse démontre qu’au bon milieu du siècle, la cité jouit d’une légitimité et d’une capacité de mobilisation tout à fait capable de concurrencer la puissance des États16. L’idée d’un « patriotisme citadin », tout comme celle d’une « république corporative », toutes deux avancées par Annick Lempérière, insistent sur la persistance de cette tension entre pouvoir politique et appartenance locale17. L’approche polycentrique est alors reprise pour explorer les formes de mobilisation locales. Appliquée à l’espace sud-pacifique, elle nous a permis de formaliser la place de la cité dans cette séquence républicaine. Elle permet de déjouer le monopole de l’histoire diplomatique, la mettant en lien avec l’histoire sociale et politique. De plus, mettre en avant la capacité mobilisatrice de la cité fait sortir l’analyse du piège identitaire, qui se contenterait d’assimiler la république à ses formes institutionnelles et politiques. Prendre la voie des formes de sociabilité travaille à enrichir le débat sur l’institution sociale du républicanisme, mais aussi celui de sa puissance idéologique.

  • 18 Lempérière, Entre…, op. cit. ; Manuel Herrero Sánchez (éd.), Repúblicas y republicanismo en la Eur (...)
  • 19 Cristián Gazmuri, El “48” chileno. Igualitarios, reformistas, radicales, masones y bomberos, Santi (...)

14De toute évidence, le retour à la cité circonscrit les formes de sociabilisations politiques à l’espace urbain. Nous en avons dégagé deux mécanismes. Le premier, un mode d’emploi qui, s’il diffère par ses détails d’une cité à l’autre, dévoile des traits demeurant largement partagés. Le second, la capacité de la cité à articuler des acteurs et des intérêts divers. La formation des sociétés républicaines connaît des mécanismes largement partagés, dans les cités côtières comme dans les vallées de l’intérieur andin. Leurs traces remontent à la formation de la monarchie hispanique et, au Nouveau Monde, aux temps de la colonisation18. Cette tradition de mobilisation locale trouve au XIXe siècle un nouvel élan grâce aux discours associationnistes, omniprésents dans le vocabulaire atlantique. Vers les années 1840–1850, l’apaisement relatif des conflits armés entraîne la région dans un essor associatif inédit, repérable dans la multiplication de journaux et la fondation de sociétés, fussent-elles littéraires, de Secours Mutuels, de Bienfaisance, de commerce, etc.19. Si cet élargissement de la sphère publique repose partiellement sur les élites, il a le mérite de diversifier le paysage sociopolitique et d’ouvrir la voie à l’émergence d’intérêts divers.

  • 20 Florencia Peyrou, « Exilios, viajes y la emergencia de una cultura política transnacional democrát (...)

15Le second aspect de ce retour à la cité est travaillé par sa capacité à mobiliser un spectre composite d’acteurs locaux, en conflit avec les appropriations étatiques et nationales du patriotisme. Au nom de la cité, les sociétés républicaines parviennent à la fois à rallier une série d’acteurs collectifs et à populariser dans l’espace sud-pacifique leurs revendications. Notre démarche prosopographique a permis d’identifier trois profils-types : Émigrés, Publicistes et Artisans. Leur présence invite à penser la citoyenneté au-delà des approches juridiques et régaliennes. Ces acteurs ont une participation active dans la circulation politique. L’ensemble de leurs répertoires s’inscrivent dans la consolidation d’une « société civile transnationale et démocratique », que Florencia Peyrou décrit pour l’Europe de la même période20. Pour l’Amérique hispanique, elle est faite de proscription, de conflits armés et d’écrit séditieux, mais aussi d’asile et d’accueil. Suivre la piste des journaux militants a permis par ailleurs d’identifier les meneurs quotidiens du militantisme républicain, souvent placés hors des radars historiens. Des noms tels que Pedro Moncayo, Fernando Casós, Juan Ramón Muñoz Cabrera ou Benedicto Medinaceli participent à une nombreuse cohorte consacrée à instaurer dans le débat politique local les enjeux républicains. Leur travail donne au républicanisme une puissance pédagogique remarquable, mesurable dans leur capacité à faire figurer dans l’imaginaire local des noms jusque-là inconnus, tels que les mexicains Benito Juárez ou le Général Zaragoza. La presse parvient en ce sens à mobiliser la chronologie mexicaine en faveur d’une transformation du calendrier politique local, plus enclin à une mutualisation de fêtes civiques à l’échelle de la région.

Repenser le Nouveau Monde

16Ces déplacements ne pourraient pas avoir lieu sans un investissement actif des langages politiques atlantiques et de leur adaptation aux intérêts hispano-américains. Cette thèse s’est rendue sensible à l’exploration des débats idéologiques, notamment autour de la place du Nouveau Monde dans la modernité. L’approche a permis d’explorer les fondements politiques des représentations atlantiques. Il a donc été question de prendre au sérieux le programme des sociétés républicaines. L’américanisme a servi de porte d’entrée à l’analyse de ces aspirations. Sa genèse repose sur un effort pour apparenter les guerres d’indépendances à l’irruption républicaine, dans le cadre des discours téléologiques de l’époque. La thèse a montré en ce sens comment l’américanisme reprend l’héritage révolutionnaire pour repenser la valeur émancipatrice de la république et son institution sur le plan social et politique. C'est donc à cette radicalisation des langages politiques que les sociétés républicaines participent. Les critiques de l’autoritarisme, de la centralisation et des caudillos, d’ordinaire assimilés au nationalisme émergent, sont indissociables de la valorisation de préceptes égalitaires, à forte connotation démocratique. Elles permettent de penser la communauté politique à partir de valeurs telles que la justice, le droit et la liberté, en opposition avec les courants structurant la société sur la nature, le sang ou les privilèges hérités.

  • 21 Wesseling, Les empires…, op. cit. ; Pierre Singaravélou, « colonisations », dans Pierre Singaravél (...)

17C’est par ces mécanismes associant mobilisation et représentation politiques que le Pacifique-Sud, et plus largement l’Amérique hispanique, parvient à s’extraire du jeu des empires. Le retrait des troupes françaises du Mexique et la mort de l’Empereur Maximilien Ier, tout comme le départ de l’expédition espagnole des eaux sud-pacifiques, représentent les échecs les plus saillants des tentatives de réintégrer le continent à ce nouvel horizon impérial. Cette mise à l’écart de l’Amérique hispanique façonnera en creux la course aux colonies. Elle favorisera notamment la concentration des enjeux impériaux et coloniaux sur d’autres territoires tels que l’Asie et l’Afrique21.

  • 22 Liliana Obregón, « Between Civilisation and Barbarism: Creole interventions in international law » (...)
  • 23 Martti Koskenniemi, The Gentle Civilizer of Nations: The Rise and Fall of International Law. 1870– (...)

18Cette thèse montre aussi la puissance des cadres impériaux au sein des projets républicains. Le sentiment anti-espagnol, très populaire en Amérique hispanique au XIXe siècle, dissimule mal la nostalgie des nouvelles républiques pour la vieille unité impériale. L’ancien droit des gens rencontre une deuxième jeunesse dans les discours fédéralistes. Censés mettre fin à la récente fragmentation politique du continent, les projets unionistes reprennent à leur compte l’ampleur impériale pour affirmer l’inachèvement des indépendances et insister sur la prolongation du cycle révolutionnaire. Largement investi par les juristes hispano-américains, le naissant Droit international est appelé à formaliser cette évolution et assurer sa viabilité. La création des États-Unis du Sud, pour reprendre une expression de l’époque, met en lumière l’importance du Droit dans les arguments en faveur d’un système international basé sur le respect entre les peuples et entre les nations22. Il est ainsi au cœur de la stratégie républicaine destinée à déjouer les tentatives impériales sur le continent. Outil politique de libre détermination, mais aussi de justice et de non-ingérence, le Droit doit affirmer la place des républiques hispano-américaines dans un cadre juridique international fort hostile23.

  • 24 José Luis Romero, « El pensamiento conservador latinoamericano en el siglo XIX », dans, Pensamient (...)
  • 25 Domenico Losurdo, Contre-historie du libéralisme, Paris, La Découverte, 2014.

19Enfin, la fin de la guerre ente les républiques sud-pacifiques et l’Espagne (1864-1866), tout comme les débats autour de la mort de Maximilien Ier, révèlent l’affaiblissement politique des sociétés républicaines. L’imposition des États dans le conflit armé et l’échec de la guerre patriotique en sont un aspect important. La transformation du conflit en guerre internationale, conduite par les États plus que par les pueblos, déplace la mobilisation républicaine vers la confrontation avec le pouvoir, faisant planer le spectre du conflit civique. Toutefois, notre enquête donne moins à voir un effondrement idéologique qu’un échec politique. Celui-ci peut se décliner sur plusieurs plans. Il est tout d’abord le résultat de la solidité des États dans le jeu politique sud-pacifique. Ce courant affirme, certes, la défense de la République contre l’Empire, mais travaille à la détacher du cycle révolutionnaire pour l’inscrire dans le cadre des relations internationales24. Une autre explication peut se trouver dans les mutations plus profondes dans l’espace atlantique. L’irrigation de la race et de son appropriation scientifique contribue à la désarticulation politique de la cité, notamment en clivant ses composantes. La race détache les élites du tissu socio-politique environnant, tout en donnant des arguments en faveur de l’appartenance par la couleur et les préjugés qui l’accompagnent. Ce processus s’emboîte avec le libéralisme économique qui contribue, lui aussi à redéfinir les rapports sociaux au sein de la communauté politique25. Sans pour autant être abandonnés, les débats sur le bien commun et les effets pervers de la richesse sont de plus en plus concurrencés par ces préceptes raciaux et économiques.

Pistes à suivre

  • 26 Alexandre Dupont, Une internationale blanche. Histoire d’une mobilisaiton royaliste entre France e (...)

20Cette histoire appelle enfin à de nouveaux développements. À commencer par soumettre les hypothèses à l’épreuve de nouveaux fonds et de nouveaux terrains. En ce sens, ce travail constitue un premier bilan documentaire, appelant de toutes ses forces à d’autres travaux monographiques. Une autre piste est celle de la mise en perspective du républicanisme hispano-américain avec les courants royalistes atlantiques. Les travaux d’Alexandre Dupont ont mis en évidence la vigueur des courants royalistes en France et en Espagne à la seconde moitié du siècle26. L’approche gagnerait à intégrer les monarchistes hispano-américains pour songer à une « internationale blanche » à l’échelle atlantique. Du côté hispano-américain, on doit à Erika Pani une caractérisation convaincante de la pensée monarchiste au Mexique. Ses travaux ont sorti la fascination monarchique hispano-américaine des représentations la reléguant à la fois à la nostalgie et à la trahison. Cette thèse a montré la vigueur des courants monarchistes au Pacifique-Sud, bien plus discrets mais pas moins réels. Cette question invite plus largement à poser celle des formes diverses de souveraineté dans l’espace atlantique.

21Une dernière piste de recherche songe à relier les revendications républicaines du XIXe siècle avec les aspirations anti-autoritaires, cristallisées au début du XXe siècle par les mouvements libertaires. La démarche pourrait donner une explication profonde à la force avec laquelle se réactivent les courants anti-impériaux dans ce siècle. L’union des faibles contre les puissances est en ce sens une grammaire politique fondamentale pour penser les stratégies politiques de l’Amérique hispanique, bien que sa mise en œuvre demeure un chantier à part entière, comme le montrent les aspirations des gauches hispano-américaines du tournant du XXe et XXIe siècles.

Haut de page

Notes

1 Cristobal Aljovín de Losada, « El Perú y la guerra del Paraguay 1864-1870 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Colóquios, posto online no dia 13 janeiro 2009, consultado o 22 fevereiro 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/48562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.48562 ; Luc Capdevila, « Guerra, Estado y nación en América austral en la década de 1860: la contienda de la triple alianza. Periferias e identidades colectivas », dans, Pani et Palacios (coords.), El poder y la sangre. Guerra, Estado y Nación en la década de 1860, Mexico, El Colegio de México, 2004, p. 199-218.

2 Maurice Agulhon, « Un usage de la femme au XIXe siècle : l’allégorie de la République », Romantisme, n° 13-14, 1976, p. 142-152 ; Marianne au Combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.

3 Une analyse riche dans, Anne Verjus, « Du patriarchalisme au paternalisme : les modèles familiaux de l’autorité politique dans les Républiques de France et d’Amérique », dans, Serna, Pierre (dir.), Républiques sœurs. Le Directoire et la Révolution atlantique, Rennes, PUR, 2009, p.35- 51. Pour ne citer que le cas bolivien, María Luisa Soux, La Paz en su ausencia. El mundo femenino y familiar en La Paz durante el período de la independencia. 1870-1825, La Paz, Gobierno Municipal de La Paz, 2008 ; Coordinadora de la Mujer, La participación de las mujeres en la historia de Bolivia, La Paz, s/éd., 2006.

4 Henri Wesseling, Les empires coloniaux européens, 1815-1919, Paris, Gallimard, 2009.

5 C. A. Bayly, Imperial Meridian, The British Empire and the world, Londres et New York, Longman, 1989 ; Bayly, « The First Age of Global Imperialism, c. 1760-1830 », Journal of Imperial and Commonwealth History, v. 26, n°2, 1998, p. 28-47 ; David Todd, « Transnational Projects of Empire in France, c. 1815-1870 », Modern Intellectual History, v. 12, n° 2, 2015, p. 265-293 ; Alda Blanco, Cultura y conciencia imperial en la España del siglo XIX, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2012.

6 Guillermo Palacios et Erika Pani (coords.), El poder y la sangre. Guerra, Estado y nación en la década de 1860, Mexico, El Colegio de México, 2014 ; Edward Shawcross, France, Mexico and Informal Empire in Latina America, 1820-1867. Equilibrium in the New World, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2018. Nous n’avons pas pu consulter le travail de Don H. Doyle (éd.), American Civil Wars. The United States, Latin America, Europe, and the Crisis of the 1860s, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2017.

7 Romy Sánchez, Quitter la très fidèle. Exilés et bannis au temps su séparatisme cubain 1834-1879, thèse d’histoire sous la direction d’Annick Lempérière, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2016 ; Xavier Huetz de Lemps, « Les projets de transformation des Philippines en un colonie de peuplement espagnol (1881-1898) », Revue Européenne des Migrations Internationales, v. 13, n°2, 1997, p. 47-62.

8 Claude Serrano et Marie-Claude Lecuyer, La guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne. 1859-1904, Paris, PUF, 1976, p. 109-113 ; Francisco Ramos Olivier, « Las guerras de Marruecos », dans, Evaristo Martínez-Radío Garrido (éd.), Aportaciones a cinco siglos de la Historia Militar de España, v. 7, Gijón, UNED, 2013, p. 165-185 ; finalement, Michel Abitbol, Historie du Maroc, Paris Perrin, 2014, p. 315-322. Les passages suivants résument ces travaux.

9 Eusebio Salazar y Mazarredo à Joaquín Francisco Pacheco, cité dans, Novo i Colson, Historia de España en el Pacífico, Madrid, imprimerie de Fortanet, 1883, p. 188.

10 Sur ce débat, voir, Alda Blanco, Cultura y conciencia imperial en la España del siglo XIX, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2012, p. 15-30. Sur les détails de l’expédition espagnole, voir, Leoncio López-Ocón, « La comisión científica del Pacífico: de la ciencia imperial a la ciencia federativa », Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines, v. 38, 2003, p. 479-515.

11 Shawcross, France, Mexico…., op. cit.

12 Todd, « Transnational Projects of Empire in France, c. 1815- c. 1870 », Modern Intellectual History, v. 12, n°2, 2015, p. 265-293.

13 Michel Gobat, « The Invention of Latin America: A Transnational History of Anti-Imperialism, Democracy, and Race », American Historical Review, 2013, p. 1345-1375. Une réflexion sur la dimension impériale des États-Unis dans, Aïssatou Sy-Wonyu, « Construction nationale et construction impériale aux États-Unis au XIXe siècle. Les paradoxes de la république impériale », Cités, v. 20, n° 4, 2004, p. 31-50.

14 Alain Gouttman, « Le martyr gênant de « l’aventure mexicaine ». L’annonce de l’exécution de l’empereur Maximilien en France et en Autriche », dans, Paul Chopelin et Sylvène Edouard (dirs.), Le sang des princes. Cultes et mémoires des souverains suppliciés (XVIe-XXIe siècle), Rennes, PUR, 2014, p. 63-74.

15 Sanders, The Vanguard…, op. cit., p. 81-135. Voir aussi, Thompson (éd.), The European…, op. cit. Olivier Compagnon observe un phénomène similaire à l’occasion de la Grande Guerre. Olivier Compagnon, L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

16 Maria Angélica Illanes, Chile Des-centrado. Formación socio-cultural republicana y transición capitalista (1810-1910), Santiago, Lom, 2003 ; Marta Irurozqui et Víctor Peralta, Por la concordia, la fusión y el unitarismo: estado y caudillismo en Bolivia, 1825-1880, Madrid, CSIC, 2000 ; Rossana Barragán et José Luis Roca, Regiones y poder constituyente en Bolivia. Una historia de pactos y disputas, La Paz, IDH, 2005.

17 Annick Lempérière, « De la républica corporativa a la nación Moderna. México (1821-1860) », dans, Antonio Annino et François-Xavier Guerra (coords.), Inventando la nación. Iberoamérica siglo XIX, Mexico, FCE, 2003, p. 316-346. De la même auteure, Entre Dieu et le Roi, la République. Mexico, XVIe – XIXe siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

18 Lempérière, Entre…, op. cit. ; Manuel Herrero Sánchez (éd.), Repúblicas y republicanismo en la Europa moderna (siglos XVI - XVIII), Madrid, Fondo de Cultura Económica España, 2017.

19 Cristián Gazmuri, El “48” chileno. Igualitarios, reformistas, radicales, masones y bomberos, Santiago, Universitaria, 1999 ; Carlos Forment, Democracy in Latin America, vol 1, Civic Selfhood and Public Life in Mexico and Peru, Chicago, University of Chicago Press, 2003.

20 Florencia Peyrou, « Exilios, viajes y la emergencia de una cultura política transnacional democrática en las décadas centrales del siglo XIX », dans, Delphine Diaz, Jeanne Moisand, Romy Sánchez et Juan Luis Simal (dirs.), Exils entre deux mondes. Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle, Mordelles, Les Perséides, 2015, p. 143-160. 

21 Wesseling, Les empires…, op. cit. ; Pierre Singaravélou, « colonisations », dans Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dirs.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, p. 167-180.

22 Liliana Obregón, « Between Civilisation and Barbarism: Creole interventions in international law », Third World Quaterly, v. 27, n°5, 2006, p. 815-832 ; Marcelo Kohen, « La contribution de l’Amérique Latine au développement progressif du droit international en matière territoriale », Relations Internationales, n°137, 2009/1, p. 13-29 ; Pilar González Bernaldo de Quirós, « La independencia argentina desde una perspectiva global: soberanía y derecho internacional », Prismas, n°20, 2016, p. 245-253.

23 Martti Koskenniemi, The Gentle Civilizer of Nations: The Rise and Fall of International Law. 1870–1960, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

24 José Luis Romero, « El pensamiento conservador latinoamericano en el siglo XIX », dans, Pensamiento Conservador (1815-1898), Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1986, p. IX-XXXVIII ; Gabriel Cid et Alejandro San Francisco (éds.), Nación y nacionalismo en Chile. Siglo XIX, Santiago, Centro de Estudios Bicentenario, 2009 ; Fabio Kolar et Ulrich Mücke (éds.), El pensamiento conservador y derechista en América Latina, España y Portugal, siglos XIX y XX, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2019.

25 Domenico Losurdo, Contre-historie du libéralisme, Paris, La Découverte, 2014.

26 Alexandre Dupont, Une internationale blanche. Histoire d’une mobilisaiton royaliste entre France et l’Espagne dans les années 1870, Paris, Editions de la Sorbonne, 2020 ; « Contre-révolutionnaires de tous les pays… Bilan d’étape sur l’internationale blanche », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2020/6, n°61, p. 195-212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matias Sanchez Barberan, « Le républicanisme sud-pacifique à l’aune des recompositions impériales. Pérou, Bolivie, Chili. Années 1860 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/83681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.83681

Haut de page

Auteur

Matias Sanchez Barberan

Mondes Américains/CERMA (UMR 8168 CNRS/EHESS/Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne / Univ. Paris Nanterre)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search