Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2021Le prononciamiento afrodescendant...

2021

Le prononciamiento afrodescendant de Samborondón : lettre d’un curé informant sur l’élection de 1813

Pronunciamiento pardo de Samborondon : Carta de un cura informando sobre la elección de 1813
Uprising of Samborondon : Letter from a priest reporting on the election of 1813
Maria Julia De Vinatea Rios

Résumés

Cet article traite de la culture politique des descendants d’esclaves dans le nord de la vice-royauté du Pérou. À travers l’examen d’une source primaire peu étudiée, la lettre anonyme du curé du village de Samborondón, il prétend montrer la capacité d’auto-inclusion des miliciens Libres de Couleur, au processus électoral destiné à élire les représentants indianos pour la junte de Cadix. De la sorte, ce texte illustre non seulement la volonté d’inclusion politique de miliciens pardos mais également leur succès.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

  • 1 Peralta Ruíz,V.,« El impacto de las Cortes de Cádiz en el Perú. Un balance historiográfico », Revi (...)

1Dès la fin de l’année 1812, les cabildos du Pérou reçoivent la Constitution politique espagnole en grande pompe. Il ne fait plus aucun doute que ce document bouleverse la perception de souveraineté et de sentiment d'appartenance espagnole, comme le signale Víctor Peralta Ruíz dans un bilan historiographique. Les nouvelles recherches portent précisément sur la nature et la dynamique des processus électoraux, sur la formation et le fonctionnement de ces circonscriptions électorales. Surtout, elles interrogent la question des castes et des conflits ethniques dans la vice-royauté et c’est précisément dans cette ligne que prétend se situer cet article1.

  • 2 A.G.I., LIMA, 744, n°8. Carta n°358 del virrey José Fernando de Abascal, marqués de la Concordia, (...)
  • 3 Peralta Ruíz, V., En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abasc (...)

2Les autorités coloniales pilotent ces élections de novembre 1812 à juillet 1813 avec l'appui de l’Église2. En ce sens, José F. Ragas, souligne combien ces réformes alimentent de terribles rumeurs, qui ne manquent pas de soulever un vent de panique chez certains contemporains. De surcroît, la guerre contre Napoléon et Joseph Ier s'est immiscée jusque dans les villes indianas où les juntes sont soupçonnées de collaborer avec l'ennemi français. L'armée royaliste de Fernando de Abascal, vice-roi du Pérou de 1806 à 1816, multiplie ainsi les interventions au-delà des frontières du royaume afin de tenter de les mâter. Le soutien militaire apporté aux dirigeants voisins est ensuite récompensé par des gains territoriaux substantiels. Non seulement ces annexions ont donné l’impression aux Péruviens de renouer avec la gloire du XVIIe siècle, où la vice-royauté s’étendait jusqu’à la rive atlantique, mais elles ont aussi renforcé la popularité de F. de Abascal, note Peralta3.

  • 4 La lettre n’est pas signée par son auteur qui demeure expressément énigmatique concernant son iden (...)
  • 5 Tous les mots suivis d’un astérisque (*) sont définis dans le vocabulaire à la fin de cet article.
  • 6 L’histoire culturelle depuis Roger Chartier, en raison des sources et de la méthode, met la subjec (...)
  • 7 Les peines encourues pour El embuste ou le mensonge démasqué aux institutions coloniales sont très (...)

3Aux confins du Nord de la vice-royauté, dans la province de Guayaquil (aujourd’hui région de la république équatorienne), plus précisément dans le bourg de Samborondón, l’élection du représentant municipal et de deux régisseurs noirs débouche sur « le scandale de Samborondón ». Grâce à un document retrouvé, l’événement peut être aujourd’hui analysé. Il s’agit du témoignage du curé de ce village4 qui se révèle le plus féru détracteur des miliciens Libres de Couleurs, autrement connus sous l’appellation de pardos*5, qui habitent dans cette petite localité. Opposé au groupe afro-descendant, l’ecclésiastique soutient la candidature d’un notable blanc-créole finalement battu lors de cette première élection de 1813, plus libérale que prévue. Notre méthodologie s’appuie justement sur la subjectivité de son auteur6, qui tient un discours partisan, mais dont la véracité et la précision des faits décrits, ne peuvent pas être remises en cause, compte tenu du destinataire de ces informations (le vice-roi)7. Même si la voix des opposants y demeure presque inaudible, ce récit donne l’occasion d’observer au premier plan la campagne originelle impériale, encadrée par la Constitution de Cadix à Samborondón. Nous espérons que cette découverte archivistique pourra éveiller la curiosité de la communauté scientifique en la matière et que bientôt, de nouveaux éléments émaneront de l’Archivo Nacional del Ecuador, de l’Archivo Histórico de Guayas ou des Archives de l’Archidiocèse de Cuenca.

  • 8 Le renouvellement historiographique les plus actuels au sujet des Cortes de Cadix (1810-1814) :
    (...)

4À la suite du renouvellement historiographique sur les Cortès de Cadix8, cet article prétend donc démontrer que le moment électoral, laisse la place à l’expression d’une citoyenneté inédite, saisie notamment par certains acteurs afrodescendants, en raison de leur appartenance à une caste militaire émergente et localisée. Dans un premier temps, nous analyserons la situation spécifique de Samborondón. Puis, dans un second temps, nous décrirons la stratégie de la faction blanche-créole détentrice du pouvoir traditionnel. Enfin, il s’agira de s’interroger sur la stratégie collective parda*, qui amène le groupe milicien afrodescendant à conquérir le pouvoir local de manière fulgurante (voir frise chronologique 1 des annexes).

Frise chronologique du gouvernement de Guayaquil entre 1812 et 1813.

Frise chronologique du gouvernement de Guayaquil entre 1812 et 1813.

La situation politique de Guayaquil au moment de la création de la nouvelle municipalité de Samborondón (1809-1813)

  • 9 Le concept de « souveraineté populaire », écho du Constitutionnalisme Gaditan, est à appréhender d (...)
  • 10 Chiaramonti, Gabriella, Ciudadanía y representación en el Perú (1808-1860). Los itinerarios de la (...)
  • 11 Morelli, Federica, Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. Reforme et dissolution de l’espace i (...)

5Antonio Annino9 et Gabriella Chiaramonti10 situent les débuts de la souveraineté populaire à cette période, eu égard au renforcement des identités corporatistes militaires et au nouveau rôle joué par le pouvoir municipal. Pour le bourg de Samborondón, il s’agit d’un moment d’hybridation clé entre, les anciennes coutumes paroissiales et l’arrivée de la nouveauté constitutionnelle de Cadix. Chiaramonti démontre que la politique se territorialise au Pérou grâce à la multiplication des municipalités qui, désormais, prend en considération les villages de plus de « mille âmes » (détaillé par l’article 310). Tandis que Federica Morelli, spécialiste du gouvernement de Guayaquil, confirme que ce bourg ne possède pas une tradition cabildaria* bien enracinée et cela expliquerait en partie le problème posé par la désignation du pouvoir local à Samborondón. Ainsi, Samborondón illustre parfaitement la problématique de ces pueblos devenus municipalités, ou plutôt, de la garnison milicienne parda* érigée en nouvelle municipalité. Nous avons repris ci-dessous la carte des « Municipalités constitutionnelles de la Province de Guayaquil (1813-1814) », de F. Morelli, montrant bien la dépendance de Samborondón vis-à-vis de la capitale provinciale de Guayaquil (carte juridictionnelle 1 des annexes) 11.

Carte 1– Carte des municipalités constitutionnelles de la province de Guayaquil (1813-1814) dessinée par Federica Morelli.

Carte 1– Carte des municipalités constitutionnelles de la province de Guayaquil (1813-1814) dessinée par Federica Morelli.
  • 12 Vinatea Rios, M.J de, L’abolition de l’esclavage au Pérou : circulation des idées abolitionnistes (...)
  • 13 « Real Orden, Segregado de Santa Fe el Gobierno de Guayaquil 1803 », cité par Guerra, Sabrina, « y (...)

6Il faut se souvenir que depuis 1806, Fernando de Abascal a validé l’incorporation de Guayaquil dans la vice-royauté du Pérou, après l’examen d’une requête du consulat des marchands en 180312. La province de Guayaquil (aujourd’hui en Équateur) faisait jusqu’alors, partie de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade. Ainsi justifiée, cette annexion territoriale maquille les motivations réelles du vice-roi, qui sont guidées par des besoins stratégiques d’ordre économiques et militaires, comme le note S. Guerra13.

  • 14 Demélas, M.-D., L'invention politique. Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, E.R.C., 199 (...)

7Peu d’années après l’annexion, le 10 août 1809, les premiers troubles surgissent à Quito avec l’organisation d’une junte de notables dont Juan Pío de Montúfar, Marquis de Selva Alegre, devient le président. Ces initiatives d’autonomie inquiètent les vice-rois de Nouvelle-Grenade et du Pérou. Finalement, le premier sollicite une intervention militaire du second, afin que celui-ci déplace des troupes par voie maritime depuis Lima. Ces quatre cents soldats partent du port du Callao le 19 septembre 1809. Ils font une incursion à Guayaquil au début de l’année 1810, puis se mobilisent jusqu’à Quito, et écrasent les insurgés à partir du 25 novembre 1810, comme l’indique Marie-Danielle Demélas14. (cf. carte thématique 1 des annexes).

Carte 2 – L’interventionnisme militaire de Lima sur l’audience de Quito 1809-1813.

Carte 2 – L’interventionnisme militaire de Lima sur l’audience de Quito 1809-1813.
  • 15 Mena Villamar, Claudio, El Quito rebelde: Historia de Quito de 1809 a 1812, Quito, Abya-Ayala, 199 (...)
  • 16 Seconde Junte de Quito (Monge, Celiano comp. ), Documento de Oro. Constitución del Estado de Quito (...)

8Malgré cela, l’armée d’Abascal ne réussit pas à anéantir le mouvement séditieux qui se reconstitue sous la forme d’une seconde junte. Les « patriotes » rédigent une Constitution de Quito indépendante (1811-1812), qui fait clairement concurrence à la Constitution de Cadix. Dès le départ, elle est considérée comme un outil séditieux hautement nuisible. Relayée par des systèmes de communication informels, la Constitution de Quito a eu un certain rayonnement sur l’Audiencia, comme le fait remarquer Claudio Mena Villamar15. De la sorte, la junte révolutionnaire de Quito a tenté de convaincre les villes voisines de rejoindre la confédération qu’elle entendait mettre en place. Même si le texte constitutionnel de Quito ne se prononce pas sur l’esclavage, soulignons qu’il n’établit aucune distinction formelle de caste entre les citoyens16. À l’inverse, la Constitution de Cadix, par son article 22, n’accorde la citoyenneté qu’aux noirs et métis méritants. Les autres « originaires d’Afrique » ne peuvent prétendre à ce statut de citoyen. Autrement dit, la citoyenneté active y est davantage inclusive dans la Constitution de Quito, ce qui constitue son point fort, analyse le compilateur Celiano Monge. À partir de là, comment ne pas supposer que certains Afrodescendants puissent avoir été, malgré la censure, curieux et intéressés par ces propositions ?

  • 17 Morelli, Federica, « Le triomphe des municipalités », Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. R (...)
  • 18 Dueñas de Anhalzer, Carmen, Marqueses, cacaoteros y vecinos de Portoviejo : cultura política en la (...)
  • 19 A.G.I., ARRIBADAS, 441, n° 28. Juan Vasco y Pascual. Expediente de información y licencia del pasa (...)
  • 20 Castillo, Abel Romeo, Los gobernadores de Guayaquil del siglo XVIII Notas para la historia de la c (...)
  • 21 Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en el siglo XVIII: recursos naturales y desarrollo económic (...)

9Bien entendu, le vice-roi Abascal ordonne aux autorités de Guayaquil de poursuivre le blocage économique de la Junte de Quito et d’ignorer les appels des séditieux. Face aux révolutionnaires de Quito, il devient urgent pour le vice-roi, de mieux contrôler les aspirations autonomistes de ces derniers, ainsi que le pouvoir local. C’est pourquoi la politique d’Abascal comporte deux volets géostratégiques. Le premier, repose sur un redécoupage administratif de la province constitutionnelle de Guayaquil, qui passe de 11 à 8 districts électifs, en vue des élections de 1813. Tandis que le second, prévoit une reprise en main ferme du système politique, grâce à l’envoi rapide de troupes et d’administrateurs coloniaux péninsulaires (en l’occurrence, l’intendant et le gouverneur), note Federica Morelli17. Pourtant, la position de ces derniers agents y est difficile, parce que l’élite blanche-créole cherche à les faire disgracier, souligne Carmen Dueñas18. Après la mort précoce du gouverneur Luis Rico y Pérez (4 janvier 1811), le vice-roi nomme deux péninsulaires aguerris dans les conflits napoléoniens : le gouverneur Juan Vasco y Pascual19 et l’intendant de Cuenca, Vicente Frigola y Xatmar20. Ces deux agents du vice-roi le tiennent informé de l’évolution du front et assurent la continuité de la politique fiscale aux frontières du Pérou. En d’autres termes, Guayaquil est devenu un port de base-arrière où peuvent rapidement être convoyées des troupes péruviennes contre les insurgés néogrenadins. La situation à Samborondón illustre parfaitement ce phénomène migratoire militaire puisque les milices pardas* s’y établissent durablement comme le reconnaît son prêtre. Ainsi, la population développe une activité soit, liée à la production et commerce du cacao soit, liée à la forte présence militaire21.

  • 22 A.G.I. LIMA, 799, n° 3. Pueblo de Zamborondón de la provincia de Guayaquil habiendo establecido ha (...)
  • 23 Tardieu, J.P., Noirs et nouveaux maîtres dans les « vallées sanglantes » de l’Équateur : 1778-1820(...)
  • 24 Guerra, Sabrina, « y la bobería se extiende a la señora del Pacífico : Guayaquil en el camino de l (...)
  • 25 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

10L’heure semble grave dans le village de Samborondón (Zamborondón) dont la caste majoritaire samba a donné son onomastique. Comme l’explique son prêtre, Samborondón se trouve aux portes de la ville de Guayaquil sur le delta du fleuve Guayas, qui débouche sur le Pacifique : « Samborondón, qui fait partie de la province de Guayaquil, et l’église se trouvent juste en face de la ville à seulement quatre lieues de distance de Guayaquil »22. En raison de l’abondante irrigation du fleuve, les plantations de cacao prospèrent à la sueur d’une importante main-d’œuvre esclavisée, note Jean-Pierre Tardieu23. Mais, la prospérité négrière de cette région stratégique semble tout d’un coup compromise par le « droit de vote » élargi de la première constitution gaditane, analyse Sabrina Guerra24. En effet, le prêtre témoigne que « la Constitution Politique est arrivée depuis la Monarchie espagnole jusque dans Guayaquil », et que suite à ce bouleversement, « La loyauté et l’obligation m'encouragent à oser élever un cri jusqu’en haut du trône »25. Nous introduisons des données utiles en matière de développement économique et de population pour la province de Guayaquil à laquelle appartient le district de Samborondón. (Tableaux 1).

Tableau 1 – Le boom du Cacao à Guayaquil (1788-1819).

PROVINCE DE GUAYAQUIL

Production de Cacao (exprimée en cargas)

La part du cacao dans l’ensemble de produits exportés à Guayaquil

1779-1788

56 000

51 %

1809-1819

150 000

Source : données procurées ou estimées (e) par Sabrina Guerra et María Luisa Liviana Cuetos

Tableau 2 – Croissance de la population urbaine à Guayaquil (1788-1819).

PROVINCE DE GUAYAQUIL

Population de la province (en hab.)

Population Libre de la ville de Guayaquil

Population esclavisée de la ville de Guayaquil(+20 % = la population réelle)

Partido Samborondón

(en habitants)

Samborondón

(Nombre de feux de maisons)

1774

34 000

6 500

1 300e

700

122

1780

30 343

6 629

1 326e

-

-

1805

61 302

13 390

2 678e

-

-

1808

66 156

14 461

2 892e

-

-

1810

73 562

16 081

3 216e

-

-

Source : données procurées ou estimées (e) par Sabrina Guerra et María Luisa Liviana Cuetos

  • 26 Vinatea Rios, M.J de, L’abolition de l’esclavage au Pérou : circulation des idées abolitionnistes (...)
  • 27 A.G.I., LIMA, 744, n° 8. Carta n°358 del virrey José Fernando de Abascal, marqués de la Concordia, (...)
  • 28 Guerra, François-Xavier, « El Soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en A (...)

11Guayaquil a accueilli l’exemplaire de La Pepa, solennellement, comme partout au Pérou. La Constitution Politique Espagnole compte les signatures de députés de Quito élus en 1809 : Manuel Matheus et José Mejía Lequerica et celle d’un député de la province de Guayaquil : José Joaquín de Olmedo (importantes figures abolitionnistes26). Le bateau venu de Cadix, qui transportait l’ouvrage, a été réceptionné en grande pompe le 22 janvier 1813. L’Église locale prend part à cet évènement, en organisant une messe au cours de laquelle on prête serment à la Constitution27. Les processus informatifs officiels fonctionnent donc à plein régime, pour porter à la connaissance de tous, la teneur de la nouvelle Constitution gaditane. Comme le souligne François-Xavier Guerra, les élections ont un double objectif. Le premier, est de légitimer le pouvoir via une mise en scène complexe. Le second, est de sélectionner les hommes qui porteront la représentation nationale28. Ainsi, toute cette activité symbolique doit produire rapidement la désignation du représentant de la province de Guayaquil aux Cortès de Cadix via le vote.

  • 29 Ortemberg, Pablo, « El tedeum en el ritual político : usos y sentidos de un dispositivo de pactos (...)
  • 30 Rieu-Millán, M.L., Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz. Igualidad o Independencia. Mad (...)
  • 31 Demélas, M.-D., L'invention politique. Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, E.R.C., 199 (...)

12Le vicaire, loin de contester l’usage des urnes, critique les retards qui aboutissent à la « disgrâce » du partido de Samborondón. La Pepa est arrivée à Guayaquil le 22 janvier. Puis, les notables se sont réunis le 24 janvier et le voisinage a désigné son président, son secrétaire et constitué la liste électorale. Ensuite, le scrutin du 31 janvier 1813 a été ponctué par la messe de l’Esprit Saint, la désignation des électeurs et « grand électeurs » et enfin, un Te Deum (le dimanche) qui a sacralisé et conclu le tout en moins de dix jours29. Au cours de cette élection, le blanc-créole Vicente Rocafuerte, alors alcalde ordinario de Guayaquil, est élu représentant aux Cortès. Rapidement, il prend le large pour Cadix et fait valoir son accréditation le 2 juin 1813, note l’historienne M.L. Rieu Millán30. Or, ce résultat a signifié un véritable camouflet pour le vice-roi Abascal car Rocafuerte est un blanc-créole associé, par sa parentèle, aux patriotes quiténiens, comme le note M.-D. Demélas31.

  • 32 A.G.I. LIMA, 799, n° 3. Citation de la lettre : « j’ouvre cette parenthèse car le délai a été la c (...)

13Au milieu de cette crise de Guayaquil, Samborondón, qui a reçu la Pepa le 3 février, a dû reporter les élections au 4 avril 181332. Mais, ces deux mois ont vraisemblablement donné du temps aux habitants du bourg pour s’informer davantage sur la tenue du suffrage. Chose regrettable aux yeux du prêtre, qui aurait souhaité que le débat politique demeure une affaire de l’élite. Cet espacement temporel a amené à une multiplicité d’informations et une effervescence des opinions, propres à une campagne électorale, qui s’annonce « pire que celle de Guayaquil ». La culture politique est bel et bien en marche à Samborondón, favorisant ainsi l’émergence de groupes politisés, de leaders, d’idées fédératrices, de discussions et de confrontations dans les espaces publics/privés et de scènes politisées. Nous allons à présent détailler les apprentissages politiques qui sont référencés par le curé de la ville dans son courrier.

L’apprentissage politique du prêtre de village

  • 33 Mena Villamar, Claudio, El Quito rebelde : Historia de Quito de 1809 a 1812, Quito, Abya-Ayala, 19 (...)
  • 34 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].
  • 35 Guibovich Pérez, Pedro M., « La censura de los libros », Historia de las literaturas en el Perú, L (...)

14Évidemment, le curé de village est le premier précepteur de ses ouailles, très influent, bien qu’il se présente humblement comme « un simple curé originaire de cette paroisse », revenu pour « prêcher parmi les siens depuis seize ans ». Samborondón appartient à l’évêché de Cuenca qui lui-même, demeure rattaché à l’archevêché de Lima jusqu’à une période tardive. Malgré les agitations dans la région, l’évêque de Cuenca a toujours fidèlement soutenu le vice-roi33. En suivant les préconisations de sa hiérarchie, l’ecclésiastique se fait un devoir de communiquer les informations sur l’élection de 1813 au vice-roi : « l’évêque nous a demandé de rendre des comptes à Votre Majesté avec la présente lettre je fais part de l’avis de mes paroissiens »34. En outre, le prêtre déclare à demi-mot, qu’il collabore avec le Saint-Office de Lima. L’inquisiteur général a besoin de ces agents subalternes, pour exercer le rôle de surveillance de la foi sur le terrain, relève ainsi Pedro M. Guibovich35. La traque d’opinions et de lectures révolutionnaires fait donc partie de ses fonctions, bien qu’il ait de plus en plus de mal à les remplir en raison de l’affaiblissement de l’Inquisition péninsulaire (abolie par Joseph Ier en 1808, et par les Cortès le 22 février 1813). La fermeture du Tribunal de Lima du 30 juillet 1813, va amplifier cet usage de reporting au vice-roi.

  • 36 Sarayana, Josep-Ignasi et Alejos Grau, Carmen José, Teología en América Latina : Escolástica barro (...)

15Comme l’église devient une scène privilégiée de l’espace politique au moment de la Pepa, la tenue de l’élection dans son local va de soi en 1813. A fortiori, le prêtre détient traditionnellement le premier rôle de la divulgation orale, moyen de communication le plus massif grâce à la catéchèse, les sermons, les prêches, la pastorale évangélisatrice, les prières, les lectures collectives, les homélies, les discours, la confession, la direction de conscience et enfin, l’instruction. Aussi, le curé de Samborondón peut aisément influencer son auditoire sur son interprétation de la Pepa au regard de cette panoplie de moyens déployée qui est revêtue de la parole sacrée36.

  • 37 Guerra, François-Xavier, « El Soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en A (...)

16Mais, il ne faut pas perdre de vue que l’élection prévue par la Constitution Politique Espagnole est une nouveauté pour le peuple de Samborondón qui dépend de l’instruction des autorités et la participation des « citoyens ». Pour ce faire, le vicaire a été instruit de la procédure, autant que les responsables administratifs qui ont la charge du bon déroulement de cette élection. Idéalement, l’élection du représentant devait se passer en plusieurs étapes : la réception de la Pepa, une prise de connaissance des articles par les organisateurs, une réunion de notables chargés de constituer la liste des électeurs, enfin, la convocation des « citoyens » à l’église pour qu’ils désignent les « grands électeurs » qui à leur tour, élisent les représentants de la paroisse. Le suffrage constitutionnel est alors de type indirect, comportant quatre degrés de sélection. Les deux premiers niveaux se tiennent à la paroisse, le troisième au partido et le dernier à l’échelle de la province37. Les « citoyens de Samborondón » doivent désigner lors de cette élection du partido, reportée au 4 avril 1813, son futur représentant et deux régisseurs. (Voir tableau 2 des autorités locales).

  • 38 Vinatea Rios, Maria, « Chapitre V. L’institution militaire et les émancipationnistes », L’abolitio (...)

Tableau 3 – Les autorités locales de la province de Guayaquil et du partido de Samborondón présentés sous forme de tableau (1812-1813).38

Catégories de gouvernance

Gouvernants

Vice-royauté du Pérou

Fernando de Abascal

Intendances du Nord-Pérou

- Intendant de Trujillo : Vicente Gil de Taboada (1791-1820)

- Intendant intérimaire de Cuenca :

Miguel Ángel Lorenzo (dès 1811-1812).

Vicente Frigola y Xatmar (1812-1820)

Gouverneurs de Guayaquil

- Felipe B. Culacón (dépossession en août 1810)

- Luis Rico y Pérez (août 1810- 4 janvier 1811)

- Vicente Gil de Taboada (janvier 1811- 23 mars 1811)

- Juan Vasco y Pascual (23 mars 1811- 11 mai 1817).

Représentants de Guayaquil aux Cortès de Cadix (1809-1814)

- Le créole José Joaquín de Olmedo (désigné en 1809 - en exercice jusqu’en mai 1814).

- Le créole Vicente Rocafuerte (élu le 31 janvier 1813- prise de poste à Cadix le 2 juin 1813- en exercice jusqu’en mai 1814).

Représentants de la nouvelle municipalité de Samborondón

- Notable le plus influent : le créole José Ximénez, héritier de Juan Ximénez hacendado et négociant négrier.

- Représentant élu le lieutenant Francisco Quinteros.

- Deux régisseurs miliciens pardos élus : Domingo Alarcón et Pablo Moreno.

  • 39 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].
  • 40 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

17Mais, l’innovation électorale pose, d’ores et déjà, des difficultés conceptuelles majeures au prélat, en témoigne sa phrase presque tautologique : « et l’élection des électeurs s’éternisa jusqu’au 4 avril »39. Il s’agit en fait du temps consacré, par le prélat et les autres organisateurs, à établir cette liste électorale qui donne vote actif à certains habitants. Au village, le curé semble avoir été l’un des rares à manipuler le véritable exemplaire de la Pepa. Il a pu le consulter ainsi longuement et prendre des notes précises sur les articles de la Constitution. Justement, pour montrer son haut degré d’entendement en matière juridique, il cite abondamment les articles décrivant la procédure élective : « art. 28, art. 29, art. 35 et art. 375 »40 qui, en définitive, servent à appuyer sa lecture restrictive de la citoyenneté. Tout du long, la lettre dévoile une grande confusion entre les concepts de citoyen, d’électeurs, de représentants et d’élus. Cette confusion tente d’être maquillée par cette profusion de citation d’articles. Mais en réalité, le prélat tâtonne, puisque c’est bien la première fois qu’il a la charge, avec d’autres responsables, d’organiser une élection citoyenne de ce type. La difficulté de la représentation constitutionnelle est d’autant plus ardue, qu’elle est concurrencée par d’autres traditions électives de l’époque. Mais, le moment le plus tendu se situe pendant les élections dites de voto de primer grado qui sont très contrôlées par crainte de tumultes populaires. À cet instant précis, toute la masse masculine en âge de voter et les citoyens indianos peuvent se confondre, comme le souligne l’historien F. X. Guerra.

  • 41 Peralta Ruíz,V., La independencia y la cultura política peruana, 1808-1821, Lima, I.E.P., 2010, p. (...)

18À présent nous allons nous pencher sur le parti des notables auquel est associé le prélat, tant par sa caste espagnole américaine et sa vision restrictive de la citoyenneté, que par son cercle d’amitiés composé de notables hacendados et marchands négriers. Ce parti notable manie un référentiel conservateur qui se transforme en véritable programme politique lors des élections de 1813. En effet, tout porte à croire que les autorités locales veulent reproduire la procédure élective de Guayaquil de 1809 ; élection où les masses subalternes n’ont été que spectatrices de cet événement, comme le montre Peralta. Or, la Constitution Politique Espagnole de 1812 prévoit justement un élargissement de la citoyenneté41.

  • 42 Peralta Ruíz,V., En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abasca (...)
  • 43 López Guerra, Luis (comp. ), La Constitución de 1812. Edición conmemorativa del segundo centenario(...)

19Ce nouveau cadre suppose un corps électoral beaucoup plus vaste que lors de 180942. C’est pourquoi les élections de 1813 sont préparées avec une grande prudence car les autorités coloniales craignent les débordements du voto de primer grado. Les nombreuses entraves à l’exercice politique des secteurs subalternes visent, précisément, à prévenir une ochlocratie. Le cadre constitutionnel lui-même prévoit de nombreux obstacles à l’exercice de la citoyenneté active, à commencer par une vaste citoyenneté passive destinée aux « originaires d’Afrique » (art. 22). Les libres de couleur sont affectés par d’autres formes de suspension et de perte de citoyenneté. En premier lieu, l’asservissement domestique (la relation sur les plantations : hacendado-peones), les dettes et le fait de « ne pas avoir un emploi, office ou mode de vie connu »43. Pourtant ces barrières suffisent-elles à rassurer les élites espagnoles et blanches-créoles ?

  • 44 A.G.I. QUITO, 378, cité par Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en elsiglo XVIII: recursos natu (...)

20Le parti notable blanc-créole de Samborondón veut s’assurer du non-partage de la citoyenneté qui doit demeurer inaccessible pour les subalternes métis. En d’autres termes, tout L'enjeu consiste à exclure les miliciens pardos* du vote, en raison de preuves insuffisantes de mérite (les dispositions de l’art. 22, prévues pour les negros beneméritos restant ainsi, inopérantes). Pour ce faire, le vicaire est chargé de filtrer des informations de premier ordre. En tant que membre du bas clergé, sa proximité et son influence sont utiles pour prédisposer la population à une lecture restrictive. En effet, pour ce dernier, seule la bonne société de Samborondón devrait avoir accès au vote, car les notables sont les seuls à pouvoir répondre, sans équivoque, aux critères de statuts de pureté de sang, d’emplois utiles, de situation économique confortable et de bonne réputation (grâce à leur prestige social). De sorte que le vote de 1813 aurait dû se dérouler comme celui de 1809 et donner la victoire au candidat favori des notables : José Ximenez. Ce candidat est l’héritier du planteur Juan Ximenez, issu d’une des familles blanches-créoles les plus influentes de la région grâce à sa production de cacao que la famille commercialise via sa propre flotte44. Idéalement, pour le curé, José Ximenez est tout désigné pour devenir le futur visage de la nouvelle municipalité. Le prêtre ne cache, ni le fort lien d’amitié qui le lie à lui, ni son affliction lorsque les opposants politiques le malmènent :

  • 45 A.G.I. LIMA, 799, N° 3. [Notre traduction].

« Et j’ai vu le cœur serré que le candidat favori pour cet Acte Don José Ximenes fut insulté par trois gens de la plèbe et que l’insulte ainsi justifiée, les calomniateurs jouirent de voix active et non passive » 45.

  • 46 Rose V., Sonia, « La formacion de un espacio letrado en el Perú virreinal », Cuadernos Hispanoamer (...)

21Le formidable prestige social du « parti notable » de Samborondón n’a pourtant pas suffi à lui assurer la victoire. À l’épreuve des urnes, le parti des notables essuie une cuisante défaite, suite à un suffrage beaucoup plus libéral que les élites ne l’avaient envisagé. Le parti opposé des pardos* concurrence réellement le parti des blancs-créoles grâce à un soutien populaire indéniable qui fait défaut au « parti des notables ». La désaffection populaire marque-t-elle une forme d’adhésion à la nouvelle politique vice-royale du gouverneur Juan Vasco y Pascual ? Ou encore, est-elle liée au rejet d’une élite blanche-créole minée par les abus et les rumeurs complotistes ? Cette lettre tait malheureusement de nombreux aspects internes au « parti notable », en se focalisant sur la démolition de leurs adversaires politiques pardos*. Il ne faut point se méprendre, après l’échec de la parole dans l’espace public, le curé – et par extension son parti – détiennent encore la suprématie des Lettres. Il conteste donc en bonne et due forme cette élection en se soumettant à l’exercice de la lettre de doléances au vice-roi46.

22Lui seul peut encore renverser la tendance à Samborondón. Afin de s’attirer ses bonnes grâces, l’ecclésiastique sollicite l’indulgence, pour le peu de réussite de son labeur de pédagogie constitutionnelle auprès de ses ouailles métisses. Il écrit ainsi, qu’au début il avait cru naïvement à une confusion de la population parda. Il avait donc commencé à expliquer les articles. Mais en réalité, il comprend assez vite que les miliciens pardos rejettent son sermon constitutionnel et souhaitent imposer leur propre lecture républicaine de la Pepa :

  • 47 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

« Je contestais par l’art. 18 déjà cité et poursuis en décrivant qui étaient citoyens … J’ajoutais que seulement ceux qui avaient des emplois municipaux étaient citoyens et pouvaient élire un de leur pair art.35 et je continuais avec l’art.375, j’exhortais à l’obéissance de ces gens mais cela n’a servi absolument à rien » 47.

  • 48 Peralta Ruíz, V., La independencia y la cultura política peruana, 1808-1821, Lima, I.E.P., 2010, p (...)

23Pourtant, le tumulte populaire pardo auquel il fait allusion, et qui sert de principal élément de sa décharge, donne de clairs indices des manœuvres de factions en opposition. Ici, le vacarme populaire sert de marqueur politique des tendances car il donne l’occasion aux adversaires de se moquer du candidat réfractaire48. Là encore, le curé en fait les frais. Le rejet de son discours commence par le manque d’écoute, les coupures de paroles, la désobéissance, et cela va se poursuivre, jusqu’à ce que le curé en vienne à devoir « dissimuler » ses opinions afin d’éviter le lynchage.

Les apprentissages politiques des miliciens pardos et la désignation de représentants

  • 49 Pour Alicia del Águila Peralta ce nouveau « droit à la citoyenneté », introduisant la notion d’éga (...)

24L’élection organisée au bourg de Samborondón le 4 avril 1813 donne lieu à une plainte de la part du curé du village, en raison de la victoire du lieutenant pardo*, Francisco Quinteros et de deux autres régisseurs pardos : Domingo Alarcón et Pablo Moreno. Cette lettre du curé est le seul document découvert relatant cet événement si singulier. Par conséquent c’est le point de vue du curé qui est resté au détriment de ses adversaires politiques, constitué de miliciens pardos de Samborondón. Ces derniers sont donc le sujet principal de cette missive mais on ne possède pas leur version des faits. L’enjeu réside, justement, dans la déconstruction du récit partisan afin de faire émerger la culture politique de ces miliciens pardos* de Samborondón entre 1812 et 1814. Manifestement, depuis les premières rumeurs de la Constitution Politique Espagnole (fin de l’année 1812) et la tenue des élections en 1813, la culture politique s’est enracinée à Samborondón où, certaines catégories métisses de la population y participent avec engouement. Alors comment fonctionne donc cette nouvelle « citoyenneté corporative »49 de Samborondón ? Il s’agit d’évaluer « l’appropriation de la citoyenneté » que font ces miliciens pardos de Samborondón. À présent, nous allons étayer l’empowerment de ces miliciens à travers un récit qui leur est tout à fait hostile.

  • 50 Sobrevilla Perea, Natalia, « De vasallos a ciudadanos : las milicias coloniales y su transformació (...)
  • 51 Víctor Peralta cite plusieurs conspirations à l’encontre du vice-roi : Francisco Perez Canosa et J (...)
  • 52 « Art. 22. A los españoles que por cualquier línea son habidos y reputados por originarios del Áfr (...)

25En ce début du XIXe siècle, les milices de noirs et de pardos* ont acquis un rôle incontournable dans le maintien du pouvoir vice-royal. Cette force militaire ne cesse de s’accroître, comptant dès 1803, 1 498 hommes organisés en onze compagnies dont quatre de cavalerie, relève Natalia Sobrevilla. De ce fait, les miliciens pardos de Lima s’illustrent en combattant les insurrections indiennes ou les juntes révolutionnaires. Par exemple, à la bataille de Suipacha (le 7 novembre 1810), ce ne sont pas moins de six cents soldats afrodescendants qui sont acheminés depuis Lima pour combattre dans l’Altiplano50. Mais ce corps d’armée parda d’élite opère aussi dans la capitale avec une grande efficacité, lorsque le vice-roi Abascal les charge de démanteler plusieurs conspirations autonomistes ou bonapartistes51. Une grande réputation militaire auréole donc les milices pardas de Lima. C’est pourquoi les membres de la corporation n’hésitent plus à affirmer leurs aspirations politiques lorsque les premières rumeurs de la Pepa, et de son article 22, arrivent à la fin de l’année 1812. En effet, contrairement aux castes espagnole ou indienne, considérées comme autochtones de la Péninsule ou des Indes, les castes noires sont associées à l’importation d’esclavisés « venus d’Afrique ». De sorte que tous les descendants d’Africains libres « connus et réputés comme tels »52 acquièrent une sorte de statut étranger, lié à leur Africanité, par défaut. Néanmoins, la Constitution admet des exceptions pour les noirs méritants (negros beneméritos*). Les libres de couleurs aspirant à la citoyenneté espagnole doivent fournir les preuves d’actes de mérites corroborées par la hiérarchie institutionnelle (armée, corps de métiers) et la bonne société. Natalia Sobrevilla signale que cette ambiguïté de la loi appelle, non seulement à une application nuancée dans la société coloniale mais encore, à une véritable instrumentalisation de l’appareil méritocratique milicien. En effet, les dirigeants impériaux peuvent utiliser l’accès à la citoyenneté pour recruter, mobiliser et fidéliser un grand nombre de recrues afrodescendantes assoiffées de reconnaissance.

  • 53 Peralta Ruíz, V.,« En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abas (...)

26Víctor Peralta a mis à jour un intéressant essai intitulé : Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el artículo 22. Le document, datant de 1812, est publié dans la plus grande imprimerie de Lima dirigée par Bernardino Ruíz. Cette compilation de débats des Cortès de Cadix au sujet du droit de citoyenneté des Libres de Couleur est agrémentée de commentaires d’un auteur pluriel anonyme. Les auteurs se présentent comme « les Espagnols pardos de cette capitale », injustement piétinés par l’article 22, qui les a exclus de la citoyenneté espagnole, analyse Peralta. Parfaitement au fait des débats de Cadix de 1811 et 1812, les pardos* de la capitale appellent à la bienveillance du vice-roi pour les inclure dans la citoyenneté active en vue des élections de 1813. En d’autres termes, à travers le moyen lettré de l’imprimerie, les auteurs afrodescendants de Lima affirment leur appartenance au fuero de Espagnoles et affichent leurs aspirations politiques à élire et être élus. Victor Peralta considère cet essai comme un véritable manifeste politique des Pardos. Puisque, le programme politique des miliciens pardos s’y trouve résumé dans des commentaires au bas de chaque page de cette Colección de discursos. Justement la Pepa, a permis un élargissement du corps électoral à Lima en 1813 (padrón electoral del cabildo), conclut Peralta 53. Est-il possible que le vice-roi Abascal ait pu satisfaire certaines réclamations politiques des miliciens pardos de Lima en échange de leur intervention musclée à la frontière nord de la vice-royauté ? La représentation politique à Samborondón est-elle une monnaie d’échange ?

27Dès lors, on peut valablement supposer que, grâce au déplacement des troupes de Lima et au commerce, les relais informatifs opèrent efficacement à Samborondón. Les habitants du bourg sont rapidement aux faits des événements locaux qui les entourent : la Constitution de Quito, le départ précipité de Vicente Rocafuerte pour Cadix et les frictions accrues entre le cabildo criollo de Guayaquil et le vice-roi. Bien entendu, la Colección de discursos, livret des « Pardos espagnols de Lima », a dû circuler de mains en mains parmi les soldats. Sinon, comment expliquer autrement la similarité des combats politiques des « Espagnols pardos » de Lima et de ceux de Samborondón ?

28Les « Pardos espagnols » expliquent très bien leur mission militaire dans cette zone. Elle consiste justement à exécuter les ordres du vice-roi Abascal, y compris au détriment de certains notables comme à Quito, telle la surveillance du littoral face à d’éventuelles attaques ennemies, la gestion de la douane à Guayaquil et l’inspection des bateaux marchands afin qu’ils s’acquittent des droits commerciaux et n’introduisent pas de produits prohibés (comme des armes, des ouvrages ou papiers séditieux). Les miliciens de province doivent assurer la continuité de cette vigilance sur le fleuve Guayas, et sur les routes des haciendas, parce qu’elles sont a fortiori « soumises aux feux des insurrections provoquées par les Indiens ». En revanche, les pardos de Lima sont les premiers à être au contact de matériel séditieux qui ne les laissent pas toujours indifférents :

  • 54 Anonyme, Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el ar (...)

« Et si la flamme du plus pur, généreux et noble patriotisme n’enflammait pas leurs cœurs [les pardos] auraient pu avoir souhaité naître français plutôt qu’espagnols »54.

  • 55 Chust, Manuel, Marchena, Juan, Las armas de la nación. Independencia y ciudadanía en Hispanoaméric (...)
  • 56 Sobrevilla Perea, Natalia, « ‘Hallándome viuda sin recursos, sin apoyo y en la más deplorable situ (...)
  • 57 Hünefeldt, Christine, Paying the price freedom: Family and labor among Lima’s Slaves (1800-1824), (...)

29Un autre aspect important de la politisation des miliciens pardos réside dans son organisation collective et communautaire rendue possible grâce à la structuration de l’armée indiana55. Bien qu’il y ait beaucoup de conflits à l’intérieur des bataillons de pardos, force est d’y constater cependant, des solidarités. La voix des miliciens pardos se fait clairement entendre quand il s’agit de défendre leurs intérêts variés. Ils se mobilisent pour garantir l’accès aux soins des hôpitaux militaires et un dédommagement en cas d’invalidité ou de mort56. Par ailleurs, il ne faut point sous-estimer les solidarités pardas plus intimes tels que les liens de caste, l’intégration de nouvelles recrues, les liens de parentèle ou encore d’habitat et enfin toutes ces attaches qui les rassemblent pour faire face aux précarités de leur condition57. Entre les lignes, la lettre du curé donne des exemples de ce réseau d’entraide parda :

  • 58 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

« Je vis que Don Francisco Prieto […] a été appelé par le sous-officier des dragons de D. José Pimentel pour lui donner une pitance de nourriture journalière en raison qu’il est si pauvre qu’il n’a même pas de quoi se nourrir ni un métier où s’employer »58.

  • 59 Holguín Callo, Oswaldo, Cafés y fondas en Lima ilustrada y romántica, Lima, USMP, 2013, p. 30-35.

30De même, le groupe de milicien pardo a une forte présence à Samborondón compte tenu de troubles dans la région. Ils occupent ainsi des espaces sociaux qui ne se limitent pas à la caserne. Ils fréquentent des lieux publics et privés qui se politisent de plus en plus avec la campagne électorale de 1813 comme : les tavernes, les auberges, les maisons de prostituées ou encore les salles de jeux. Ces espaces, qui sont explicitement cités dans ce texte, deviennent des lieux privilégiés d’échange d’idées, d’informations, de conversations où l’on peut lire des journaux et participer à des commentaires. Les débats arrosés y sont la norme, avec parfois des violentes disputes, prévient Oswaldo Holguín59. Les premières discussions du parti pardo sont apparues probablement dans l’une de ces tavernes ou salles de jeux que le leader principal du groupe, Francisco Quinteros, affectionne tant :

  • 60 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

« Francisco Quinteros […] bien qu’il s’agisse d’un coureur de tavernes et d’un parieur invétéré… »60.

31On retrouve les deux autres leaders du parti pardo, plus loin dans le récit, sous des traits tout aussi avilissants que le chef principal. Mais, cette fois, le curé de Samborondón s’attaque à leur parentèle en donnant des détails précis sur leur impureté du lignage. À travers cela il montre le minutieux suivi « des statuts de pureté de sang » dont il a la responsabilité dans le village. Cette abondante description sert donc à brosser des portraits dégradants des « tribuns pardos » et notamment des deux futurs régisseurs Domingo Alarcón et de Pablo Moreno :

  • 61 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

« Domingo Alarcón dont j’ignore la qualité car par prudence je ne lui ai pas demandé ; mais il est le mari d’une mulâtresse María Bargas […] Le deuxième Régisseur se nomme Pablo Moreno dont la grand-mère enterrée à la date du 27 janvier de cette année était Agustina Vera et une parda notoirement femme publique, et lui : c’est un homme criminel aux crimes prouvés puisque les documents juridiques je les ai eus plusieurs fois entre mes mains. »61.

  • 62 Anonyme, Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el ar (...)

32En outre, en plein conflit contre la France napoléonienne, le prêtre trouve opportun de sous-entendre l’influence du jacobinisme qui agirait dans la tête des miliciens pardos. La Révolution française serait devenue non seulement le référentiel du parti pardo, mais encore, son véritable programme politique qui consisterait à s’auto-inclure dans la représentation nationale. Il est vrai que le parti pardo de Samborondón se serait radicalisé par rapport aux « Espagnols pardos » de Lima, puisque ses membres ne se contenteraient plus de dénoncer « l’exclusion de la représentation nationale qui s’est tramée contre les originaires d’Afrique »62, mais agiraient pour leur intégration politique lors du vote de 1813.

  • 63 Rosas Lauro, Claudia, Del Trono a la guillotina. El impacto de la Revolución Francesa en el Perú ( (...)

33Pour agir, les miliciens pardos se basent sur l’ambiguïté de la Pepa qui reconnaît la citoyenneté des negros beneméritos. Mais, le texte Constitutionnel demeure globalement très obscur pour les partisans du parti pardo. Leur savoir repose essentiellement sur des croyances confuses et des commentaires entendus. Notons que ces informations orales venues de Cadix et de Lima sont souvent sorties de leur contexte et se mélangent aisément aux rumeurs plus locales venues de Quito et de Nouvelle-Grenade. Par exemple, un partisan pardo évoque même une fausse nouvelle : « une Ordonnance royale déclarative » [Ordenanza Real Declaratoria] sans pour autant pouvoir fournir le document. Pure supercherie pour le curé témoin de la scène, le tumulte populaire que provoque l’élection du 4 avril 1813 donne de clairs indices sur les influences politiques de la Révolution française. Or, c’est bien cette tradition républicaine qui pose véritablement problème aux administrateurs de l’empire, car elle a circulé efficacement dans le royaume comme l’a démontré Claudia Rosas. Selon le prêtre de Samborondón, cette foule réclamerait haut et fort l’application de : « le Bon Droit qui est de celui des citoyens », ou autrement dit, une périphrase qui renvoie aux Droits de l’Homme et du Citoyen63. De plus, les contemporains savent que la Convention avait mis en place non seulement le suffrage universel masculin mais encore l’abolition de l’esclavage. Alors, est-ce une simple exagération d’un curé contrarié cherchant à amplifier les faits ou bien une stratégie visant à faire réagir le vice-roi F. de Abascal ? Le destinataire, ancien combattant de la guerre du Roussillon, ne connaît que trop bien les dangers de l’infiltration idéologique française dans le royaume du Pérou. C’est pourquoi cette référence au spectre jacobin a pour but de retentir comme un véritable avertissement :

  • 64 Nous avons fait le choix de conserver la périphrase espagnole et l’exprimer en français par le mêm (...)

« Moi qui avais cru qu’en vertu de l’art.18 de la Constitution, je me trouverais dans une élection tranquille j’ai été frappé par les discours que tenait le Peuple qui, convoqué par ces tribuns, les commande et répliquait à chacun d’eux le Bon Droit qui est de celui des citoyens mejor derecho que el es de los ciudadanos. Je demandais l’origine de cette nouveauté, et l’on me répondit que c’était une Ordonnance royale déclarative. Je demandais alors qu’on me portât à la vue cette ordonnance mais à aucun moment ma pétition ne fut écoutée. » 64

34Le prélat laisse clairement entendre à son lecteur que, sous prétexte de l’élection, une république noire a pris place à Samborondón. Cette scène révolutionnaire ethnique se serait jouée en trois temps. D’abord, le parti pardo, autrement appelé « la plèbe » ou encore « multitude de pardos », aurait procédé à des agressions sur le parti blanc-créole en s’attaquant à son représentant légitime. Le notable José Ximenez se trouvait jusqu’alors « favori » de l’élite négrière quand, tout à coup, l’élection tourne subitement au vinaigre. À ce moment précis, le rédacteur dénonce un véritable simulacre d’élection où la dictature de la « plèbe » et « le désordre » vont remplacer le véritable ordre colonial. En effet, Samborondón semble sens dessus dessous parce que la hiérarchie de caste est totalement renversée par cet assaut de pardocratie*. C’est-à-dire que cette foule parda, savamment menée par une politique démagogique de « tribuns pardos », se serait retrouvée avec le pouvoir indu de voter pour des représentants pardos : « et ils votèrent tous pour un de leur semblable », déplore le prélat.

  • 65 Chust, Manuel et Marchena, Juan, Las armas de la nación. Independencia y ciudadanía en Hispanoamér (...)

35Plus grave encore, cette foule parda se sentirait d’autant plus légitimée dans sa lecture républicaine de la Pepa que la force milicienne de cette caste soutiendrait son action. En effet, les bataillons disciplinés de dragons pardos auraient pris part à la conjuration métisse. Localement, ils possèdent le pouvoir des armes et pourraient imposer, par ce biais, leur vision inclusive de la Pepa. Ces soldats auraient participé, avec leur vote, à l’élection des représentants de leur caste et, très probablement, issus de leur corporation militaire. Dans cette affaire, il ne faut pas perdre de vue la hiérarchie militaire de la Plana menor qui encadre ces miliciens et partage les mêmes origines pardas. Seul l’état-major (Plana Mayor) requiert les statuts de pureté de sang rappelle Juan Marchena65. De sorte que, le sous-lieutenant des dragons Don José Pimentel aurait participé au suffrage : « le sous-officier lui-même eut droit de vote ». Mais aussi une nouvelle recrue, « résident à Samborondón depuis moins de dix mois », aurait voté. En définitive, insinue le prêtre, tous les miliciens pardos*, non-gradés ou non-résidents, auraient accaparé de la citoyenneté active avec l’aval de leur hiérarchie.

  • 66 Gómez Pernia, Alejandro E., Le spectre de la révolution noire. L’impact de la révolution haïtienne (...)

36En dernier lieu, le témoignage du prêtre prédit un avenir cauchemardesque pour les jours à venir car Samborondón semble prendre dangereusement le chemin du chaos de Saint-Domingue. La dangerosité de la foule parda serait accrue par la présence de soldats noirs qui pourraient bientôt s’en prendre à la population blanche-créole. Le pouvoir d’intimidation de leurs armes serait tel, que le « parti notable » s’en serait trouvé désarçonné. Sans éclats de feu, la terreur noire aurait instauré sa dictature parda sur Samborondón. Ainsi, les visages sombres des nouveaux chefs de Samborondón n’auraient rien à envier aux diaboliques Toussaint L’Ouverture ou Alexandre Pétion. Or, la révolution parda de Samborondón menacerait déjà Guayaquil, qui compte un plus grand contingent de soldats pardos, dans une sorte de contagion de la révolution haïtienne, spectre bien étudié par Alejandro Gómez66.

  • 67 A.G.I., LIMA, 1116. « Duplicados de cartas de los visitadores, superintendentes e intendentes de R (...)
  • 68 Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en el siglo XVIII: recursos naturales y desarrollo económic (...)

37En revanche, cette lettre ne fait aucune mention du nouveau gouverneur de la province de Guayaquil : le brigadier péninsulaire Juan Vasco y Pascual67. Or, compte tenu de son rang, il est improbable qu’il n’ait pas été tenu au courant de l’évolution de l’élection de Samborondón (principal bourg de la ville de Guayaquil). La menace révolutionnaire de Quito, qui plane sur la région, laisserait plutôt penser que l’armée d’Abascal cherche à prendre le contrôle de la municipalité au détriment des élites locales blanches-créoles. Cette lettre revêt-elle une subtile critique envers le nouveau gouverneur et sa stratégie militaire ? Par conséquent, il faut tenir compte, non seulement des informations que le curé révèle, mais encore de celles qu’il tait. Les dissensions internes au sein de l’élite de la région sont si criantes, qu’elles aboutissent aux chutes successives des gouverneurs Felipe B. Cucalón et Luiz Rico y Pérez 68. Au même titre, il semble peu probable que les miliciens pardos n’aient pas été informés en détail de ces changements de gouvernance. À partir de là, comment ne pas penser que les soldats pardos ont su mettre à profit les contradictions de l’élite traditionnelle pour mieux négocier leur rôle dans les élections de 1813 ? En effet, la prise du pouvoir est tellement rapide et efficace que cela fait penser à l’application d’ordres émanant directement du vice-roi. De plus, le candidat déchu, José Ximenes, se voit proposer un poste de subalterne (Secretario) au sein de la nouvelle municipalité. C’est bien la preuve que le « parti pardo » cherche tout de même à négocier avec les élites blanches-créoles de Samborondón.

  • 69 « Noticias del reino de Quito », Gazeta del gobierno de Lima, n° 28, 27/03/1813, p. 211-213.

38En définitive, cet appel alarmiste du curé reste lettre morte et ne donne pas lieu à une action répressive du vice-roi Abascal. Le courrier est simplement archivé par l’Audience de Lima sans autre réponse. Au contraire, les milices disciplinées de pardos de Samborondón conservent d’autant plus la confiance du vice-roi du Pérou qu’ils remportent des victoires décisives sur les insurgés néogrenadins amplement saluées par la presse liménienne (Gazeta del gobierno de Lima, « Noticias del reino de Quito »)69.

Conclusion

39En conclusion, cette lettre alarmiste puise sa force dans le passage abrupt de la joie à la réception de la Constitution de Cadix, à celui de la chute vers la pardocratie* de Samborondón. Cependant, « cet accaparement du vote » par les pardos n’est en réalité possible que grâce au concours des miliciens pardos et de leur hiérarchie. Non seulement, ce rapport au vice-roi, est une critique acerbe et stéréotypée des pardos mais constitue cependant, une mine d’information sur la vie politique de la nouvelle municipalité. Cette lettre dévoile l’existence de deux groupes politisés opposés, tant par la caste, que par le statut social : « le parti notable » et « le parti pardo ». La Pepa donne lieu à deux lectures antagonistes qui aboutissent à des objectifs politiques diamétralement divergents. Tandis que le « parti notable » plaide le retour à l’élection de 1809, le groupe afrodescendant, présente une inclusion citoyenne novatrice fondée sur l’article 22. Il ne fait aucun doute que les mois de transition entre les premières rumeurs de la Pepa et l’élection du 4 avril 1813, ont donné lieu à une florissante culture politique à Samborondón. La situation des miliciens pardos beneméritos fait partie des sujets les plus controversés. Car, dans cette bourgade convulsée de la frontière vice-royale, les miliciens pardos concurrencent le pouvoir politique des planteurs blancs-créoles. En effet, les soldats pardos et leur hiérarchie jouissent de la confiance du vice-roi grâce aux succès sur le champ de bataille. Donc, une victoire dans l’arène politique n’a pas lieu de mécontenter Fernando de Abascal, surtout s’il s’agit d’affaiblir l’élite blanche-créole qui lui donne tant de fil à retordre dans cette région. En outre Abascal, fin stratège comme le souligne Peralta, comprend qu’il convient de donner des gratifications ponctuelles aux castes noires afin d’accroître le nombre de recrues et de s’assurer de leur fidélité en temps de guerre. Au bout du compte, les retards de l’élection et de l’investiture des élus noirs de Samborondón ont accordé du temps au nouveau gouverneur de Guayaquil pour s’installer à son poste. L’assise militaire du vice-roi sur la région est ainsi renforcée au détriment de l’élite blanche-créole du cabildo. En revanche, les miliciens pardos de Samborondón, sachant tirer profit de ces querelles, ont saisi l’occasion qui se présentait à eux lors de ce scrutin de 1813, pour se hisser à la hauteur de leurs ambitions et élire des représentants afrodescendants.

Seigneur,

La loyauté et l’obligation m'encouragent à oser élever un cri jusqu’en haut du trône. En effet, la Constitution politique est arrivée depuis la Monarchie espagnole jusque dans Guayaquil, où l’on a rendu publique cette nouvelle le 22 janvier, le 24 et le 31 de janvier ont eu lieu la première élection et le gouvernement poursuit son déroulement avec la promptitude qui était annoncée au départ.

Dans le cas contraire dans ce village de Samborondón (Zamborondón), qui fait partie de la province de Guayaquil, et dont l’église se trouve juste en face de la ville à seulement quatre lieues de distance de Guayaquil. Or, ce village jouit du même bonheur de participer aux élections du fait de sa proximité avec la capitale. Mais, malgré cela, ici on n’a publié le ban que le 3 février, et la réunion de la junte juste le jour suivant, et l’élection des électeurs se dilata jusqu’au 4 avril : j’ouvre cette parenthèse car le délai a été la cause du malheur (desgracia) qui est arrivé et je crois que le désordre va se poursuivre tant que la Suprême Autorité de S.M. n’intervient pas.

Je suis un simple curé originaire de cette paroisse, cette vérité doit apparaître dans un de ces documents juridiques que le prélat de ce digne évêché de Cuenca nous a exigé de remettre au sujet du déroulement du Serment à la Constitution. L’évêque nous a demandé de rendre des comptes à V.M. avec la présente lettre je fais part de l’avis de mes paroissiens.

Depuis seize ans que je réside parmi mes paroissiens, je n’ai jamais vu chose pareille lors de l’élection des représentants le 4 avril. Moi qui avais cru qu’en vertu de l’art. 18 de la Constitution, je me trouverais dans une élection tranquille j’ai été frappé par les discours que tenait le Peuple qui, convoqué par ces tribuns, les commande et répliquait à chacun d’eux le Bon Droit qui est de celui des citoyens (mejor derecho que es de los ciudadanos). Je demandais l’origine de cette nouveauté, et l’on me répondit que c’était une Ordonnance Royale Déclarative (Real Orden Declaratoria). Je demandais alors qu’on me portât à la vue cette ordonnance mais à aucun moment ma pétition ne fut écoutée. Je contestais par l’article 18 déjà cité et poursuis en décrivant qui étaient les citoyens : je dis que la base de la Nation est représentée par quelques-uns désignés par l’art. 29. J’ajoutais que seulement ceux qui avaient des emplois municipaux étaient citoyens et pouvaient élire un de leur pair, art. 35, et je continuais avec l’art. 375, j’exhortais à l’obéissance de ces gens : mais cela n’a servi absolument à rien. J’aurais pu me retirer pour me protéger de ce désordre ; mais la piété de mon office m’obligea à le dissimuler pour remédier le désastre bien que je n’y parvienne pas : et j’ai vu le cœur serré que le candidat favori pour cette élection Don José Ximenes fut insulté (tachado) par trois gens de la plèbe et que l’insulte ainsi justifiée, les calomniateurs jouirent de voix active et passive à l’encontre de l’art. 49. Je vis que, même si Ximenez obtient les mêmes voix que Francisco Quinteros, pour ces électeurs (Ximenes) était fait deuxième exécutif selon l’art.47 c’est Francisco Quinteros qui fut élu car le nombre de pardos était si massif et qu’ils votèrent tous pour un de leur semblable bien qu’il s’agisse d’un coureur de tavernes parieur invétéré. Je vis que Don Francisco Prieto eu droit au vote alors que cela ne fait que quatre mois qu’il est dans notre village puisqu’il a été appelé par le sous-officier des dragons D. José Pimentel pour lui donner une pitance de nourriture journalière en raison qu’il est si pauvre qu’il n’a même pas de quoi se nourrir ni un métier où s’employer. Je vis aussi que le sous-officier lui-même eut droit de vote et qu’il fut désigné électeur alors qu’il n’a que dix mois dans notre voisinage. Et je vis comment beaucoup d’autres hommes qui ont quasiment tout de Noir et infiniment rien des qualités de citoyens le sont devenus.

Par conséquent de ces principes dévoyés, il était forcé que la plupart des Électeurs furent des Pardos, vu qu’ils ont accaparé tous les votes et que le premier élu désigné régisseur (Regidor) fut Domingo Alarcón dont j’ignore la qualité car par prudence je ne lui ai pas demandé ; mais il est le mari d’une mulâtresse María Bargas qui n’a pas sa propre maison et habite chez son beau-frère Felipe Bargas une maison de six sous : et cet homme a de si peu de sentiments chrétiens que, quand on lui proposa de porter l’étendard dans la procession de Vendredi saint, il a proposé de donner douze pesos pour aider aux dépenses mais que quand il aurait des sous. Le deuxième Régisseur se nomme Pablo Moreno dont la grand-mère enterrée à la date du 27 janvier de cette année était Agustina Vera, une parda notoirement femme publique, et lui : c’est un homme criminel aux crimes prouvés puisque les documents juridiques je les ai eus plusieurs fois entre mes mains. (…) »

Haut de page

Annexe

Glossaire

Cabildo : « Il en existe deux, le cabildo ecclésiastique, correspondant au chapitre de la cathédrale, et le cabildo laïc, la municipalité, qui comprenait des regidores (échevins) – qui achetaient le plus souvent leur charge, ou étaient désignés par la cooptation – et deux alcaldes – désignés par les regidores au début de chaque année – qui présidaient le conseil. Parmi les cabildos laïcs on trouve aussi les cabildos de Indios »a.

Milices de castes noires : (noirs, mulâtres, pardos, quarterons, quinterons) ce sont des soldats qui vont prendre une importance considérable dans la vice-royauté du Pérou, en raison des grandes révoltes indigènes, tout comme au Mexique. Les milices se divisent en deux catégories : provinciales et urbaines, qui sont rarement déplacées sauf en cas d’urgence. Les milices anciennes ont acquis des privilèges (fuero militar) et souvent elles arborent l’épithète de « très fidèles ». Plusieurs critères sont nécessaires pour devenir milicien : statut de libre, ou permission du maître, âge requis et condition physique, pouvoir fournir le matériel et l’uniforme. Les membres de milices des Libres de Couleur sont en majorité issus de ces castes noires mais pas exclusivementb.

Negro benemérito : La Constitution de Cadix de 1812, dans son art. 22, accorde la citoyenneté aux métis afro-descendants ayant fait preuve de mérites reconnus par la hiérarchie institutionnelle ou la bonne société. Dans le cas des soldats pardos, il s’agit d’avoir fait preuve de bravoure au combat, et ensuite, de le prouver auprès des institutions coloniales.

Pardo : Dans le système colonial d’Ancien Régime ibérique, cette catégorie s’applique à l’enfant issu du métissage entre, une personne de caste noire et une personne de caste blanche. Tout d’abord, Luiz Felipe de Alencastro prévient que la « miscigénation», et son « corollaire ethnique le pardo, est une catégorie sociale intermédiaire, fabriquée par le pouvoir colonial esclavagiste, pour asseoir sa domination dans les territoires d’Outre-Mer »c. Inés Quintero, quant à elle, met en évidence les limites d’habiter cette position intermédiaire. « Le dilemme des pardos » réside dans l’instrumentalisation dont la caste fait l’objet, pour mettre la pression aux esclavisés en marronnage, aux populations indigènes et enfin, aux Blancs-créolesd.

Pardocratie : L’ascension ethno-sociale de la caste Libres de Couleurs, qui se traduit en réussite de carrière, de fortune, de patrimoine, titres, possessions et prestige social ; suscite un grand nombre de jalousies et de tensions ethno-politiques avec les élites dirigeantes blanche-créoles. Ainsi la pardocratie est la projection imaginaire dystopique, d’une démagogie noire dirigée par des tribuns pardos après qu’une révolution éthnique ait fini par exterminer la caste blanche-créolee.

Haut de page

Notes

1 Peralta Ruíz,V.,« El impacto de las Cortes de Cádiz en el Perú. Un balance historiográfico », Revista de Indias, vol. LXVIII, n° 242, 2008, p. 67-96.

2 A.G.I., LIMA, 744, n°8. Carta n°358 del virrey José Fernando de Abascal, marqués de la Concordia, a Antonio Cano Manuel, Secretario de Gracia y Justicia. (Lima, 26 mai 1813).

3 Peralta Ruíz, V., En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abascal. Perú 1806-1816, Madrid, CSIC, 2002, p. 25-68.

4 La lettre n’est pas signée par son auteur qui demeure expressément énigmatique concernant son identité. Il renvoie à son destinataire le soin de l’identifier via les documents administratifs de l’archevêché de Cuenca.

5 Tous les mots suivis d’un astérisque (*) sont définis dans le vocabulaire à la fin de cet article.

6 L’histoire culturelle depuis Roger Chartier, en raison des sources et de la méthode, met la subjectivité des acteurs/auteurs au cœur des mécanismes décisionnaires et des agissements.
Chartier, R., Noiriel, G., « L’histoire culturelle aujourd’hui : Entretien avec Roger Chartier », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 15 (1), mars 1994, p. 115-129.

7 Les peines encourues pour El embuste ou le mensonge démasqué aux institutions coloniales sont très sévères et impliquent la mort si cela porte atteinte au vice-roi. Cest pourquoi, nous prenons très au sérieux le discours de l’écléssiastique, qui est investi d’un rôle moral et d’une parole sacrée à Samborondón.

8 Le renouvellement historiographique les plus actuels au sujet des Cortes de Cadix (1810-1814) :
• Morelli, Federica, Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. Reforme et dissolution de l’espace impérial, Paris, l’Harmattan, 2004, 298p. 

• Rodríguez O., Jaime E., La revolución política durante la época de la independencia . El reino de Quito 1808-1822, Quito, Corporación editora nacional, 2006, 238 p.

• Rodríguez O., Jaime E., « El virrey Abascal en el reino de Quito », Abascal y la contra-independencia de América del Sur, Lima, IFEA, 2013, p. 469-502.

• Garcia León, J.M., Los diputados doceñistas, Cadix, Quorum, 2012, 2 vol.

• Bonilla, H.(coor.), La Constitución de 1812 en Hispanoamérica y España, Bogotá, U.N.C., 2012, 330 p.

• Annino, Antonio (coor.), La revolución novohispana, 1808-1821, Mexico, F.C.E, 2010, 520 p.

9 Le concept de « souveraineté populaire », écho du Constitutionnalisme Gaditan, est à appréhender dans une logique de processus de « continuité de la modernité ». Il s’agit d’un réseau conceptuel pluriel, et non unique, qui est susceptible de subir sans cesse des redéfinitions. Ainsi, Annino nous explique, s’agissant de l’indépendance de Nouvelle-Espagne que : « Se dio, en terminos de la época, una emancipación de los cuerpos de la República frente al gobierno de los jueces que se definió tentativamente como revolución novohispana […] sin esta emancipación corporativo-territorial y sin estas asimilaciones no se hubiera dado la independencia »
Annino, Antonio, « La ruralización de lo político», La revolución novohispana, 1809-1821, Mexico, F.C.E., 2010, p. 387.

10 Chiaramonti, Gabriella, Ciudadanía y representación en el Perú (1808-1860). Los itinerarios de la soberanía, Lima, UNMSM, 2005, p. 210-260.

11 Morelli, Federica, Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. Reforme et dissolution de l’espace impérial, Paris, l’Harmattan, 2004, « Le triomphe des municipalités », p. 195-270.

12 Vinatea Rios, M.J de, L’abolition de l’esclavage au Pérou : circulation des idées abolitionnistes (1788-1854), Thèse en Histoire (École doctorale 188, sous la direction de Luiz Felipe de Alencastro), Paris, Sorbonne Université, (soutenance prévue pour mai 2021), p. 33.

13 « Real Orden, Segregado de Santa Fe el Gobierno de Guayaquil 1803 », cité par Guerra, Sabrina, « y la bobería se extiende a la señora del Pacífico : Guayaquil en el camino de la independencia », La Constitución de 1812 en Hispanoamérica y en España, Bogota, Université Nationale de Colombie, 2012, p. 181-182.

14 Demélas, M.-D., L'invention politique. Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, E.R.C., 1992, p. 169-189.

15 Mena Villamar, Claudio, El Quito rebelde: Historia de Quito de 1809 a 1812, Quito, Abya-Ayala, 1997, p. 111-194.

16 Seconde Junte de Quito (Monge, Celiano comp. ), Documento de Oro. Constitución del Estado de Quito (1811-1812), Quito, Ernesto C. Monge, 1913, p. 26 [1ère éd. 1812].

17 Morelli, Federica, « Le triomphe des municipalités », Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. Reforme et dissolution de l’espace impérial, Paris, l’Harmattan, 2004, p. 106-107.

18 Dueñas de Anhalzer, Carmen, Marqueses, cacaoteros y vecinos de Portoviejo : cultura política en la presidencia de Quito, Quito, USFQ-Abya Yala, 1997, p. 127-140.

19 A.G.I., ARRIBADAS, 441, n° 28. Juan Vasco y Pascual. Expediente de información y licencia del pasajero, Juan Vasco y Pascual gobernador de la provincia de Guayaquil, con su criado natural de la Coruña a Puerto Rico y la Habana en la galeta Tigre (Cadix. 25.06.1810).

20 Castillo, Abel Romeo, Los gobernadores de Guayaquil del siglo XVIII Notas para la historia de la ciudad durante los años de 1763 a 1803, Madrid, imp.  Galo Saez, 1931, p. 345.

21 Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en el siglo XVIII: recursos naturales y desarrollo económico, Séville, E.E.H.A, 1987, p. 125-131.

22 A.G.I. LIMA, 799, n° 3. Pueblo de Zamborondón de la provincia de Guayaquil habiendo establecido hasta ahora diputación alguna provincial en este pueblo. ( Samborondón, 28.05.1813) [Notre traduction].

23 Tardieu, J.P., Noirs et nouveaux maîtres dans les « vallées sanglantes » de l’Équateur : 1778-1820, Paris, L'Harmattan, 1997, p.  15-44.

24 Guerra, Sabrina, « y la bobería se extiende a la señora del Pacífico : Guayaquil en el camino de la independencia », Bonilla, Heraclio, La Costitución de 1812 en Hispanoamérica y en España, Bogota, Université Nationale de Colombie, 2012, p. 175-191.

25 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

26 Vinatea Rios, M.J de, L’abolition de l’esclavage au Pérou : circulation des idées abolitionnistes (1788-1854). Thèse en Histoire (École doctorale II, sous la direction de Luiz Felipe de Alencastro), Paris, Sorbonne Université, (date prévue en mai 2021), « Les élites aux sensibilités abolitionnistes », (Partie II).

27 A.G.I., LIMA, 744, n° 8. Carta n°358 del virrey José Fernando de Abascal, marqués de la Concordia, a Antonio Cano Manuel, Secretario de Gracia y Justicia. (Lima, 26 mai 1813). Début de la lettre dit :

« Le vice-roi du Pérou, les contestations et certifications adjointes accréditent que les provinces et partidos ont juré fidélité à La Constitution Politique de la Monarchie Espagnole tout cela se détaille dans la liste qui ci-dessous (…) (4/) le gouverneur de Guayaquil et de sa municipalité. » [Notre traduction].

28 Guerra, François-Xavier, « El Soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en América Latina », Sábato, Hilda, Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1999, p. 53.

29 Ortemberg, Pablo, « El tedeum en el ritual político : usos y sentidos de un dispositivo de pactos en América española y en la revolución de Mayo », Anuario del Instituto de Historia de Argentina, n° 10, 2010, p. 199-226.

30 Rieu-Millán, M.L., Los diputados americanos en las Cortes de Cádiz. Igualidad o Independencia. Madrid, CSIC, 1990, p. 97-98.

31 Demélas, M.-D., L'invention politique. Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, E.R.C., 1992, p. 417-430.

32 A.G.I. LIMA, 799, n° 3. Citation de la lettre : « j’ouvre cette parenthèse car le délai a été la cause du malheur (desgracia) qui est arrivé et je crois que le désordre va se poursuivre tant que la Suprême Autorité de S.M. reste ouverte » [Notre traduction].

33 Mena Villamar, Claudio, El Quito rebelde : Historia de Quito de 1809 a 1812, Quito, Abya-Ayala, 1997, p. 123-134.

34 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

35 Guibovich Pérez, Pedro M., « La censura de los libros », Historia de las literaturas en el Perú, Lima, PUCP, 2017, t. 2, p. 57-86.

36 Sarayana, Josep-Ignasi et Alejos Grau, Carmen José, Teología en América Latina : Escolástica barroca, ilustración y preparación de la independencia (1661-1810), Madrid, Iberoamericana, 2005, vol.II/1, p. 481-488.

37 Guerra, François-Xavier, « El Soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en América Latina », Sábato, Hilda, Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1999, p. 49.

38 Vinatea Rios, Maria, « Chapitre V. L’institution militaire et les émancipationnistes », L’abolition de l’esclavage au Pérou : circulation des idées abolitionnistes (1788-1854). Thèse de doctorat Sorbonne université, (soutenance prévue en mai 2021).

39 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

40 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

41 Peralta Ruíz,V., La independencia y la cultura política peruana, 1808-1821, Lima, I.E.P., 2010, p. 240-254.

42 Peralta Ruíz,V., En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abascal, Perú 1806-1816, Madrid, CSIC, 2002, p. 129-130.

43 López Guerra, Luis (comp. ), La Constitución de 1812. Edición conmemorativa del segundo centenario, Madrid, Tecnos, 2012, p. 116-117.

44 A.G.I. QUITO, 378, cité par Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en elsiglo XVIII: recursos naturales y desarrollo económico, Séville, E.E.H.A, 1987, p. 385-386.

45 A.G.I. LIMA, 799, N° 3. [Notre traduction].

46 Rose V., Sonia, « La formacion de un espacio letrado en el Perú virreinal », Cuadernos Hispanoamericanos, n°655, 2005, p. 7-14.

47 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

48 Peralta Ruíz, V., La independencia y la cultura política peruana, 1808-1821, Lima, I.E.P., 2010, p. 240-254.

49 Pour Alicia del Águila Peralta ce nouveau « droit à la citoyenneté », introduisant la notion d’égalité entre Espagnols, est saisi, compris, commenté par des acteurs qui appartiennent à ces corporations d’Ancien régime. Ils ont des pratiques et discours plein d’attachement pour les privilèges de caste et de corporation. A fortiori le nouveau concept de citoyenneté espagnole, bien que nourri de l’esprit libéral des Cortès (1812), doit composer avec la Modernité, et produire des assimilations toujours hybrides.
Águila Peralta, Alicia del, La ciudadanía corporativa. Política, constituciones y sufragio en el Perú (1821-1896), Lima, IEP, p. 15-38.

50 Sobrevilla Perea, Natalia, « De vasallos a ciudadanos : las milicias coloniales y su transformación en un ejercito nacional en las guerras de indepencia en el Perú », En el nudo del imperio. Independencia y democracia en el Perú, Lima, IFEA, 2012, p. 251-270.

51 Víctor Peralta cite plusieurs conspirations à l’encontre du vice-roi : Francisco Perez Canosa et José Antonio García, puis les avocats José Mateo Silva, Antonio María Pardo et Juan Sánchez favorables à la junte autonomiste de Quito (1809-1812). Cf. Peralta Ruíz, V., « section 4. La vida política », Perú. Crisis imperial e independencia (1808-1830), Madrid, Fundación MAPFRE, 2013, 376 p.

52 « Art. 22. A los españoles que por cualquier línea son habidos y reputados por originarios del África, les queda abierta la puerta de la virtud y del merecimiento para ser ciudadanos […] carta de ciudadano a los que hicieren servicios calificados a la patria , o a los que se distingan por su talento, aplicación y conducta , con la condición de que sean hijos de legítimo matrimonio de padres ingenuos ; de que estén casados con mujer ingenua, y avecindados en los dominios de las Españas ». Cf. La Constitución de 1812. Edición conmemorativa del segundo centenario. Madrid, Tecnos, 2012, p. 117.

53 Peralta Ruíz, V.,« En defensa de la autoridad. Política y cultura bajo el gobierno del virrey Abascal. Perú 1806-1816. Madrid, CSIC,2002, 199 p.
Anonyme, Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el artículo 22 del proyecto de constitución. Ilustrados con algunas notas interesantes por los españoles pardos de esta capital. Lima, Imp.  de los Huérfanos, 1812, 119 p.  URL : www.archive.org. Consulté le : 20.05.2020.

54 Anonyme, Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el artículo 22 del proyecto de constitución. Ilustrados con algunas notas interesantes por los españoles pardos de esta capita, Lima, Imp.  de los Huérfanos, 1812, p. 10 [Notre traduction].

55 Chust, Manuel, Marchena, Juan, Las armas de la nación. Independencia y ciudadanía en Hispanoamérica (1750-1850). Madrid, Iberoamericana-Vervuet, 2007, p. 7-15.

56 Sobrevilla Perea, Natalia, « ‘Hallándome viuda sin recursos, sin apoyo y en la más deplorable situación’ : El montepío militar y la creación del Estado en el Perú (1800-1880) », in Caravelle, no 106, 2016, p.  15‑30.

57 Hünefeldt, Christine, Paying the price freedom: Family and labor among Lima’s Slaves (1800-1824), Los Angeles, University of California Press, 1994, p. 87-94.

58 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

59 Holguín Callo, Oswaldo, Cafés y fondas en Lima ilustrada y romántica, Lima, USMP, 2013, p. 30-35.

60 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

61 A.G.I. LIMA, 799, n° 3 [Notre traduction].

62 Anonyme, Colección de los discursos que pronunciaron los señores diputados de América contra el artículo 22 del proyecto de constitución. Ilustrados con algunas notas interesantes por los españoles pardos de esta capital, Lima, Imp.  de los Huérfanos, 1812, p. 10 [Notre traduction].

63 Rosas Lauro, Claudia, Del Trono a la guillotina. El impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808), Lima, I.F.E.A, 2006, p. 53-227.

64 Nous avons fait le choix de conserver la périphrase espagnole et l’exprimer en français par le même procédé plutôt que traduire par « Droits de l’Homme et du Citoyen ». Cf. A.G.I. LIMA, 799, n° 3 Notre traduction.

65 Chust, Manuel et Marchena, Juan, Las armas de la nación. Independencia y ciudadanía en Hispanoamérica (1750-1850), Madrid, Iberoamericana-Vervuet, 2007, p. 6-14.

66 Gómez Pernia, Alejandro E., Le spectre de la révolution noire. L’impact de la révolution haïtienne dans le monde Atlantique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 83-108.

67 A.G.I., LIMA, 1116. « Duplicados de cartas de los visitadores, superintendentes e intendentes de Real Hacienda a la Vía Reservada » (1809-1822). Dossier: Juan Vasco y Pascual y Juan Manuel Mendiburu, desde Guayaquil.

68 Leviana Cuetos, Maria Luisa, Guayaquil en el siglo XVIII: recursos naturales y desarrollo económico, Séville, E.E.H.A, 1987, p. 112-113.

69 « Noticias del reino de Quito », Gazeta del gobierno de Lima, n° 28, 27/03/1813, p. 211-213.

a Morelli, Federica, Territoire ou Nation ? Équateur 1765-1830. Reforme et dissolution de l’espace impérial. Paris, l’Harmattan, 2004, p. 277.

b Vinson III, Ben, Bearing Arms for His Majesty : The free-colored Militia in Colonial Mexico. California, Stanford University Press, 2003, 320 p.

c Alencastro, Luiz Felipe, « Mulattos in Brazil and Angola: a Comparative Approach 17th-21th centuries », Racism and Ethnic Relations in the Portuguese Speaking World, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 71-96.

d Quintero, Inés, « El dilema de los pardos. Contradicciones y limitaciones para el ejercicio de la igualidad política (Cadix y Venezuela, 1810-1812), Histórica (PUCP), vol. XXXIV, n° 1, p. 39-64.

e Helg, Aline, « Simon Bolivar and the spectre of pardocracia: José Padilla in post-independence Carthagène », Journal of Latin American Studies, 2003, n° 35 (3), p. 447-471.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Frise chronologique du gouvernement de Guayaquil entre 1812 et 1813.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/83913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Carte 1– Carte des municipalités constitutionnelles de la province de Guayaquil (1813-1814) dessinée par Federica Morelli.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/83913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Carte 2 – L’interventionnisme militaire de Lima sur l’audience de Quito 1809-1813.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/83913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Julia De Vinatea Rios, « Le prononciamiento afrodescendant de Samborondón : lettre d’un curé informant sur l’élection de 1813 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/83913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.83913

Haut de page

Auteur

Maria Julia De Vinatea Rios

Doctorante en Histoire Moderne et Contemporaine
Associée aux laboratoires Centre d’Histoire du Brésil et de l’Atlantique Sud (Sorbonne Université. Centre de Recherche Roland Mousnier – UMR8596) et FRAMESPA (UMR5136). maria.devinatearios@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search