Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2021Lætitia Bianchi (ed), Posada. Gén...

2021

Lætitia Bianchi (ed), Posada. Génie de la gravure

Christophe Giudicelli
Référence(s) :

Lætitia Bianchi (ed), Posada. Génie de la gravure, Paris, l’Association, 2019, 320 p.

Texte intégral

1En cette année 2021, le Mexique va commémorer le bicentenaire de son indépendance, survenue formellement le 21 juillet 1821, au terme d’un processus qui avait commencé onze ans auparavant, avec le fameux « grito de Dolores », lancé durant la nuit du 15 au 16 septembre 1810 dans ce village de l’État actuel de Guanajuato par le curé Miguel Hidalgo.

2Le graveur José Guadalupe Posada, né à Aguascalientes trente-deux ans après le Grito de Dolores, a été témoin de l’autre événement majeur du Mexique indépendant : la Révolution, initiée très exactement un siècle après le début du processus indépendantiste par l’appel à l’insurrection de Francisco I. Madero contre le régime de Porfirio Díaz, en 1910, et s’est achevée fin 1920 avec l’installation au pouvoir d’Álvaro Obregón.

3Pour être tout à fait exact, Posada n’aura connu que la phase initiale de la Révolution, puisqu’il est mort en 1913, l’année de l’assassinat de Madero par les hommes de Victoriano Huerta. Ses biographes s’accordent à dire qu’il est mort de manière anonyme, dans un quartier populaire du centre de Mexico, où il avait son modeste atelier de gravure. Et pourtant, c’est le plus souvent dans son œuvre que l’on va chercher des gravures pour illustrer à peu près toutes les publications abordant la Révolution : ses calaveras représentant sous la forme de squelettes particulièrement expressifs certaines figures révolutionnaires (calavera maderisata, revolucionaria, zapatista, et bien sûr la Adelita, qui figure sur la couverture du livre) font partie de tout un univers graphique que l’on associe systématiquement au mouvement révolutionnaire mexicain. On pourrait y ajouter par ailleurs d’autres gravures d’actualité sur certains des principaux acteurs du mouvement révolutionnaire : Pancho Villa, Emiliano Zapata ou Francisco Madero, en os, mais également en chair, reproduits dans telle ou telle feuille volante distribuée dans les rues de Mexico.

4Ce que l’on sait moins, c’est que, d’une part, Posada était peu connu de son vivant (il a été redécouvert et porté aux nues après sa mort, notamment par les peintres muralistes) et que, d’autre part, son œuvre est très loin de se résumer à la Révolution et à la gravure de calacas révolutionnaires moustachues. De ce point de vue-là, le recueil publié par Lætitia Bianchi à l’Association rend parfaitement justice à un auteur très largement méconnu en France, et extrêmement prolifique.

5Ce recueil, édité avec un soin presque inquiétant de minutie, comprend plus de quatre cents gravures, provenant de l’une des collections les plus importantes de l’œuvre de Posada : celle de l’historien de l’art mexicain Mercurio López Casillas. Ce recueil propose bien sûr la partie la plus visible de l’œuvre de Posada : les calaveras, qui ne se limitent pas du tout à la période révolutionnaire d’ailleurs. La Catrina, élégante calavera féminine coiffée d’un chapeau à plumes, sans doute la figure la plus connue depuis son intégration par Diego Rivera dans sa peinture murale de 1948 Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central, est d’ailleurs nettement antérieure à la Révolution, puisqu’elle date de 1889. Elle est aujourd’hui l’une des figures majeures déclinées à l’infini par exemple lors de la fête des morts dans les rues, les boutiques ou les places des villes mexicaines, où elle côtoie les autres joyeux squelettes systématiquement associés à cette fête.

6Mais le recueil de Lætitia Bianchi ouvre surtout sur toutes les autres facettes bien moins connues de l’œuvre de Posada, inlassable illustrateur de l’actualité et de la vie quotidienne du Mexique entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, notamment grâce à l’éditeur Antonio Vanegas Arroyo, qui publiait une très grande variété de livres, journaux, fascicules, feuillets et autres libelles qui circulaient largement dans les rues de Mexico et des autres villes du Mexique. Le présent recueil rend compte de cette variété et propose un très large éventail, depuis les gravures destinées à un public d’enfants (la biblioteca del Niño mexicano) jusqu’à la presse satirique, en passant par des contes publiés sous la forme de feuilletons, des affiches, des gravures pour des livres de cuisine, des images religieuses… La diversité des sujets abordés par Posada est excellemment organisée dans ce recueil, qui propose un très bon choix de scènes, un choix qui n’a pas dû être des plus aisés : on estime la production de José Guadalupe Posada à près de 20 000 gravures. On y retrouve des crimes, des mariages, des beuveries, des scènes de guerre, beaucoup de catastrophes : éruptions volcaniques, tremblements de terre, inondations, naufrages, orages et tempêtes, accidents de train…

7Le livre est structuré autour de neuf chapitres qui, tous, organisent le choix des illustrations : 1/ Vie de Posada, 2/ Techniques de gravures, 3/ Livres illustrés, 4/ Antonio Vanegas Arroyo, 5/ Contes pour enfants, 6/ Hojas volantes, 7/ Calaveras, 8/ Religion, 9/ Postérité, chapitres structurés en plusieurs sous-parties le cas échéant : c’est ainsi que les hojas volantes par exemple, sont classées en « Phénomènes », Crimes », « Politique », « Humour ». On appréciera la volonté d’inscrire cette œuvre dans une trame chronologique, qui retrace la trajectoire de l’auteur, depuis sa formation à Aguascalientes jusqu’à sa mort et à la postérité de son œuvre en insistant tout particulièrement bien sûr sur sa période la plus prolifique dans la ville de Mexico, entre 1888 et 1913.

8Parmi les très grands mérites de ce livre qui devrait faire autorité sur l’œuvre de Posada tant il est complet et bien documenté, on pourrait relever au moins deux préoccupations trop souvent absentes de ce genre de recueil : la rigueur extrême mise à contextualiser chacune des gravures (contexte de production, lieu de publication, commanditaire, circulation, réception), servie par un appareil critique exemplaire, et l’attention toute particulière accordée à la technique de gravure de Posada, à laquelle est consacrée l’ensemble du chapitre 2. Il faut souligner ces deux points parce que ce souci pour la matérialité de la production graphique et sa contextualisation constituent le plus souvent un point aveugle dans les études historiques, qui privilégient exclusivement le sujet, se contentant de chercher une illustration pour leur propos, au risque de commettre un contre-sens faute de s’être intéressé sérieusement à ces aspects essentiels de la gravure de Posada. Ce que met en lumière ce recueil, qui est en même temps une étude très sérieuse, c’est la potentialité heuristique que recèle l’analyse de la gravure replacée dans la matérialité de son contexte. La mise au point sur l’utilisation des bains d’acide, le passage de la gravure au burin sur plomb à la zincographie, les techniques de colorisation au pochoir ou en bichromie permettent d’ailleurs à Lætitia Bianchi de faire des rapprochements avec la presse d’avant-garde française de la même époque (L’Assiette au beurre par exemple), ou de justifier par l’analyse de la technique des rapprochements qui ont toujours été faits – mais de manière paresseuse – entre Posada et l’expressionnisme.

9Il faut pour finir souligner la très grande qualité graphique du livre : les choix typographiques, le choix du papier, essentiels pour rendre justice à la qualité des gravures de Posada, jusqu’à la coquetterie – nullement superflue – consistant à imprimer les titres de chapitres 3, 5 et 6 sur une presse manuelle à levier ayant appartenu aux derniers imprimeurs-typographes du centre de la ville de Mexico sont remarquables. Le mérite en revient naturellement à Lætitia Bianchi, mais on saluera également la bonne disposition et le radicalisme de son éditeur, l’Association, dont l’un des principes fondateurs est précisément de ne pas transiger avec ce genre d’éléments de fabrication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Giudicelli, « Lætitia Bianchi (ed), Posada. Génie de la gravure »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/84359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.84359

Haut de page

Auteur

Christophe Giudicelli

CFA/ Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search