Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2007The Testaments of Toluca, Stanfor...

2007

The Testaments of Toluca, Stanford California, Stanford University, UCLA Latin American Center Publications Press, 2007, 250 p., edited and translated with commentary and an introductory study by Caterina Pizzigoni, UCLA Latin American Studies, n°90.

Aude Argouse

Entrées d’index

Keywords:

18th century
Haut de page

Texte intégral

1Tantôt objet d'étude sérielle, tantôt passé à la loupe dans toute sa singularité lorsqu'il s'agit de celui d'un illustre personnage, le testament est vu comme un recueil de données qualitatives et quantitatives sur une personne en particulier (testament de Calderón, testament de Charles Quint, testament de Jéronimo de Oré, testament de Don Quijote, etc.), un ensemble des testateurs urbains (travaux de Claire Dolan, Philippe Ariès entre autres), féminins (Franck Salomon, ou Chantal Caillavet), ruraux (Anne-Marie Landès-Mallet, Philippe Maurice, etc.). Ultimes volontés énoncées dans un acte très chrétien, le testament se prête aussi fort bien aux études sur la piété. Il est en effet devenu l'une des sources majeures de l'historiographie, surtout depuis l'imposant travail de Michel Vovelle en France sur la déchristiannisation des testaments en Provence.

2En Amérique latine, le testament apparaît également comme source incontournable de l'historiographie par sa récurrence dans les archives, à côté des registres de contrats de vente ou de cession, des cartes de dot, des archives criminelles du quotidien. Son incontournable richessse, puisqu'il contient une foule de renseignements d'ordre divers, et son caractère individuel le rendent propice à l'histoire au ras du sol, à l'histoire des gens du commun, à ceux qui souvent ne laissent rien d'autre dans les archives que leurs ultimes volontés transcrites par un greffier. Car le testament sous l'ancien régime est une formalité obligatoire, un acte nécessaire dans la vie d'un bon chrétien. Mourir ab intestat n'est pas recommandé, il faut régler les dettes et distribuer le patrimoine dans un exercice assez difficile –mais s'en rend-on toujours compte ?- de projection de soi au-delà de la mort. Le testament est un double monumental du testateur dont la condition sine qua non de sa réalisation, la mort, lui donne une dimension phénoménale.

3Comment un tel instrument a-t-il été reçu, compris et utilisé par des populations indiennes, qui souvent ne connaissaient pas d'équivalent ? Car, à peine une génération après l'arrivée des Espagnols, les Indiens ont commencé à rédiger des testaments ou plus exactement, à faire enregistrer par un écrivain public leur dernières volontés.

4Le travail de Caterina Pizzigoni sur les testaments de Toluca, au Mexique rédigés au XVIIIe siècle en Nahuatl apporte une contribution intéressante à cette recherche, entamée par d'autres (Susan Kellogg, Matthew Restall, Teresa Rojas Rabiela, Nadine Beligand mais aussi Jacques Poloni-Simard, Abelardo Levaggi, Sarah Cline, Karen Powers entre autres pour le reste de l'amérique latine). Il se divise en deux parties, l'une consistant à mettre à la disposition du lecteur une partie du matériel imposant de testaments retranscrits et accompagnés de leur traduction en anglais à partir desquels l'auteur travaille, l'autre consistant à présenter dans un propos introductif l'ensemble des actes concernés.

5Ce propos introductif est lui-même divisé en trois parties. L'une s'attache à présenter le corpus dans son intégralité, c'est-à-dire selon sa place parmi d'autres ensembles de testaments au Mexique, qui furent l'objet d'études antérieures. Cette partie est intitulée Caractéristiques du Corpus. Ensuite, selon le déroulé de l'acte, sensiblement toujours le même, Caterina Pizzigoni présente des résultats d'analyse de données dans la deuxième partie, intitulée Les testaments et ce qu'ils nous disent. De tels résultats peuvent être dès lors comparés à d'autres.

6La troisième partie du propos introductif concerne le langage et l'orthographe. C'est en particulier dans ces quelques paragraphes que l'auteur souligne l'une des questions essentielles de l'étude des testaments, à savoir l'existence d'éléments communs aux actes testamentaires et la présence de variations au sein de la même région. C'est à travers l'étude du langage qu'elle entend établir des liens, notamment par l'usage d'une terminologie empruntant à l'espagnol plutôt que d'une terminologie locale et proprement indigène.

7Puis, dans l'avant-dernière partie de cette introduction, l'auteur pose une question fondamentale à propos du rôle des notaires dans l'élaboration de ce type d'acte : il s'agit de savoir, à partir de l'étude des conditions de fabrication des testaments "quand le testateur commence et quand le notaire s'arrête."

8Toutefois, c'est uniquement dans la cinquième et dernière partie de l'introduction que l'auteur dévoile quelques unes de ses conclusions, ce qui précédait étant resté somme toute plus descriptif qu'analytique. Les testaments de Toluca rédigés au XVIIIe sont donc dans la droite lignée de ceux qui les précédaient aux XVIIe et XVIe siècles, dans d'autres endroits y compris. Non seulement ils sont construits de façon identique mais en plus ils utilisent le même vocabulaire pour un certain nombre d'éléments (messe, exécuteur testamentaire, témoin). Toutefois, ces testaments présentent des changement avec leurs prédécesseurs, tels que l'interpellation de la Sainte Famille, l'aumône aux Lieux Saints de Jerusalem ou la disparition des femmes comme témoins. Mais l'auteur ne va pas plus loin dans son analyse et ne semble pas vouloir discuter autour d'un élément primordial, la volonté du testateur. Celui-ci avait pourtant été clairement mentionné dans l'étude de quelques testaments indiens du Pérou présentée il y a presque vingt ans par Frank Salomon.

9Ainsi si la partie introductive de ce livre peut paraître avare de conclusions en profondeur, il n'en demeure pas moins que l'auteur souligne l'existence de variations régionales et subrégionales dans les testaments qui nourrissent l'idée d'une appropriation de l'instrument par les populations concernées et renforcent la nécessité de compléter les études des pratiques testamentaires par davantage d'études à échelles variées. L'intérêt de l'ouvrage se trouve donc en grande partie dans les retranscriptions offertes dans la seconde partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « The Testaments of Toluca, Stanford California, Stanford University, UCLA Latin American Center Publications Press, 2007, 250 p., edited and translated with commentary and an introductory study by Caterina Pizzigoni, UCLA Latin American Studies, n°90. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 septembre 2007, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/8442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.8442

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search