Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2021Une leçon à apprendre ? Le Parti ...

2021

Une leçon à apprendre ? Le Parti Communiste Italien face au coup d’État chilien de 1973

A lesson to learn? – The Italian Communist Party and the Chilean coup d'État of 1973
Roberto Colozza

Résumés

L’article se propose d’analyser les répercussions que le coup d’État au Chili de septembre 1973 eut sur le PCI. Très étudié par les communistes italiens à cause de sa similarité avec l’Italie, le Chili est un pays au sein duquel le PCI avait noué des liens politiques importants au fil des ans. Le golpe fut un choc, mais aussi une source de réflexion pour Enrico Berlinguer et ses camarades. L’objectif principal du PCI devint celui d’éviter qu’en Italie se répètent les conditions qui avaient causé le renversement violent du régime de Salvador Allende. Surtout, il fallait éviter la faute principale des communistes chiliens aux yeux des Italiens : leur manque de collaboration avec les très forts démocrates-chrétiens, d’où l’isolement de l’Unidad Popular et sa vulnérabilité. Le PCI réagit alors par un tournant stratégique – le compromesso storico – qui était censé réunir les trois partis de masse italiens – démocratie chrétienne, socialistes et communistes – au nom de l’antifascisme et de la résistance contre le terrorisme « noir » (stratégie de la tension). À côté de ces implications, l’article explore aussi ce que le PCI mit en place pour aider matériellement les exilés chiliens et la cause de la lutte contre le dictateur Augusto Pinochet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Mirco Dondi, L’eco del boato. Storia della strategia della tensione (1965-1974), (...)

1Le coup d’État chilien du 11 septembre 1973 exerça une influence retentissante sur la scène politique italienne et surtout dans le Parti communiste italien (PCI), qui depuis des années suivait de près la situation interne du Chili. Les évènements de Santiago entraînèrent un débat autour des caractères de la démocratie républicaine et des mesures pour la « protéger » des risques de dégénération autoritaire qui s’étaient concrétisés au Chili et qui pouvaient en faire autant dans l’Italie de la « stratégie de la tension »1. Cette expression désignait la vague d’attentats meurtriers qui furent menés pour déstabiliser l’opinion publique et ouvrir la voie à une évoluion autoritaire des institutions.

  • 2 Pour une perspective comparée sur l’extrême-droite en Italie et en France, voir Pauline Picco, Lia (...)
  • 3 Mimmo Franzinelli, Il piano Solo. I servizi, il centro-sinistra e il golpe del 1964, Milano, Monda (...)

2À l’origine de cette stratégie il y avait les milieux réactionnaires des services secrets et des forces de l’ordre s’appuyant sur des éléments de la droite néofasciste guidée par le Movimento social italiano (MSI)2. Le premier de ces attentats date du 12 décembre 1969 : c’est le massacre de la piazza Fontana, à Milan, avec un bilan de 17 morts et une centaine de blessés. Ce genre d’action était inédit dans l’histoire républicaine. Ce qui ne l’était pas, c’était le travail souterrain des corps de l’État qui cherchaient à renverser un statu quo institutionnel trop « progressiste » : on peut citer à ce propos le cas du projet de coup d’État de 1964 – dit Piano Solo – juste après la mise en place du premier gouvernement de centre-gauche où la DC accueillit pour la première fois depuis le début de la guerre froide un parti « ouvrier » comme le PSI3.

Image 1 – Inst. Gramsci Emilie-Romagne, PCI Emilie-Romagne, 1974

Image 1 – Inst. Gramsci Emilie-Romagne, PCI Emilie-Romagne, 1974
  • 4 Sur Berlinguer, voir Silvio Pons, Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006; Franc (...)

3La « stratégie de la tension » légitimait dans le monde antifasciste italien la sensation inquiétante qu’une nouvelle dérive autoritaire était possible, d’autant plus que d’autres pays de l’Europe méridionale, tels que l’Espagne, le Portugal et la Grèce, subissaient en même temps une dictature militaire. Face à cette situation de fragilité et au désir de revenir sur le devant de la scène gouvernementale, d’où il avait été évincé en 1947, le PCI élaborait ses plans avec à sa tête un homme de 51 ans, élu secrétaire général en 1972 mais depuis plusieurs années chef de fait à cause de la maladie du leader officiel Luigi Longo. Il s’agissait d’Enrico Berlinguer. Originaire de la Sardaigne, inscrit au parti depuis l’âge de 21 ans, déjà secrétaire de l’organisation des jeunesses communistes, sa grande expérience internationale lui avait valu les préférences des camarades lors du choix du successeur de Longo4. Le secrétariat de Berlinguer était destiné à changer en profondeur le rapport entre le PCI et son champ d’action national et international, et cela dans le sens d’une prise de distance graduelle par rapport à certains invariants de la tradition communiste. Les évènements de Santiago allaient donner au nouveau leader communiste la chance d’accélérer cette tendance et d’éclaircir sa vision du parti et de son rôle dans la Cité.

Le Chili chez le PCI. Un cas d’étude qui venait de loin

  • 5 Sur les rapports entre le PCI, le Chili et l’Amérique latine, voir Onofrio Pappagallo, Verso il nu (...)

4Depuis longtemps le Chili représentait aux yeux des communistes italiens un cas d’étude crucial pour la compréhension du communisme à l’échelle globale. Du point de vue italien, cet intérêt faisait partie d’une attention plus générale pour le socialisme et le communisme extra-européens, que la vague tiers-mondiste avait généré à partir de la révolution maoïste en Chine et que la révolution cubaine avait accentué. Dans le panorama latino-américain le PC chilien allait bientôt devenir pour le PCI un point de repère – et réciproquement. Déjà durant les années 1950, le PCI avait été en contact avec des représentants des milieux communistes chiliens. C’est le cas de Pablo Neruda. À la fin des années 1950, des émissaires du parti communiste chilien (PCCh) et de l’organisation syndicale CUT (Central Única de Trabajadores de Chile) demandaient au PCI de l’aide politique et logistique pour renforcer leur implantation territoriale au Chili5.

Image 2 – Archives PCI, direction nationale, 1974

Image 2 – Archives PCI, direction nationale, 1974

5À compter de 1962, les deux partis commencèrent à envoyer leurs représentants lors des congrès respectifs. En 1964, le vice-responsable de la section pour les affaires étrangères du PCI, Renato Sandri, entama une série de voyages au Chili, dans lesquels il tissa un réseau de contacts qui allait lui permettre de s’enraciner dans le terroir politique local et de l’explorer de façon régulière. Dans ses reportages, Sandri soulignait les analogies entre la situation italienne et celle du Chili, et notamment l’importance croissante du parti démocrate chrétien (Partido Demócrata Cristiano, PDC) dans le pays andin, qui ne manquait pas de rappeler le rôle dominant de la Démocratie Chrétienne (DC) en Italie.

Image 3 – Archives PCI, direction nationale, 1976

Image 3 – Archives PCI, direction nationale, 1976

Image 4 – Archives PCI, direction nationale, PCI, Bruno Magno, 1976

Image 4 – Archives PCI, direction nationale, PCI, Bruno Magno, 1976

6La victoire d’Eduardo Frei, leader du PDC, lors des élections présidentielles de 1964 semblait confirmer les prévisions de Sandri sur le Chili, dont le régime apparaissait désormais comme une sorte de projection latino-américaine de celui de l’Italie. Ce constat aiguisait l’intérêt pour le sort de la gauche chilienne et pour sa réaction face à la Revolución en Libertad – le programme réformateur prôné par Frei, une sorte de New Deal au nom de la solidarité et de la justice sociale. Quoique moins ambitieux que celui du Chili de Frei, le programme de réformes des gouvernements de centre-gauche lancé en 1964 et supporté par la DC et ses alliés, dont le PS, paraissait reproduire en Italie le même élan novateur qui secouait le pays andin. Avec un point en commun : l’exclusion de perspectives anticapitalistes et, partant, la marginalisation des communistes.

7Face à cela, les liens entre le PCI et le PCCh se resserraient : Renato Sandri entra en contact avec Salvador Allende ; d’autres membres du PCI, dont Giuliano Pajetta, se rendirent au Chili durant les années 1960 ; en 1967 les deux partis planifièrent un programme de visites officielles. En 1970, Salvador Allende était élu président de la République à la tête d’une coalition électorale, Unidad Popular (UP), rassemblant le PCCh, le parti socialiste (PSCh) et le MAPU (Movimiento de Acción Popular Unitaria), un groupuscule de chrétiens issus du PDC. La victoire de l’UP réalisait au Chili ce que le PCI essayait d’obtenir en Italie, où une perspective de révolution traumatique n’était plus de mise sauf dans les milieux de l’extrême gauche extraparlementaire, qui constituaient désormais le principal adversaire idéologique du PCI.

  • 6 Pietro Folena, I ragazzi di Berlinguer. Viaggio nella cultura politica di una generazione, Milano, (...)

8Les relations entre le PCI et les partis de la gauche chilienne s’intensifièrent davantage durant les trois ans de pouvoir de l’UP, comme le montre, par exemple, l’échange épistolaire entre Enrico Berlinguer et Salvador Allende6. Cela n’impliquait pas que les communistes italiens partageassent intégralement les contenus de l’action gouvernementale mise en place par le président chilien. À partir du début de 1973, se faisait de plus en plus clair le point de vue critique du PCI sur l’identité politico-idéologique de l’UP et sur sa stratégie des alliances. En particulier, le manque de dialogue avec les catholiques progressistes était perçu comme une faute grave qui allait affaiblir l’UP en l’empêchant d’isoler la droite chrétienne. Le PCI, en somme, reprochait à l’UP de ne pas viser le même dessein inclusif qu’il songeait à appliquer en Italie selon un schéma déjà esquissé au moins dans ses grandes lignes.

La réception du coup d’État chilien dans le PCI

  • 7 R. Borroni, Renato Sandri. Un italiano comunista, Mantova, Tre Lune, 2010, p. 186-193. Toutes les (...)

9Bien que la crise chilienne fût en marche depuis plusieurs mois avant le 11 septembre, la nouvelle du coup d’État fut néanmoins un véritable choc. Renato Sandri, qui était rentré en Italie le 1er septembre, était à Rome le jour du golpe pour participer à une réunion dans les locaux de l’IPALMO (Instituto per le relazioni tra l’Italia e i paesi dell’Africa, America latina e Medio Oriente), une association proche du PCI et vouée à l’étude de l’Amérique latine et du Tiers-monde. Avec lui, il y avait des représentants du PCI, du PSI et d’organisations philo-communistes. Voici l’atmosphère perçue par Sandri et décrite dans une interview récente : « des visages tristes, des nouvelles contradictoires, la salle se tut quand il devint clair qu’aucune tentative de résistance n’avait été faite. Nous étions incrédules »7.

10Du point de vue du PCI le problème se posait de réfléchir sur une expérience politique qui avait représenté une référence dont on avait célébré les vertus mais dont il fallait éviter les erreurs. Lors de la première réunion de la direction du PCI après le coup d’État, l’espoir dans une solution légale de la crise ainsi que dans la reprise d’un dialogue entre UP et PDC était encore présent. La plupart des intervenants soulignaient les implications que les évènements chiliens auraient eues chez le PCI. Gian Carlo Pajetta introduit le débat en ciblant deux fautes : celle de l’UP, qui avait visé la « transformation socialiste » du Chili sans avoir la majorité dans le pays ni le soutien de la gauche du PDC (Radomiro Tomic et Renán Fuentealba) ; et celle d’Eduardo Frei, qui soutenait le golpe, ainsi que de la DC, qui manifestait trop de compréhension envers son homologue latino-américain.

11Le principal avocat de l’UP fut Pietro Ingrao, qui incarnait la mouvance de gauche du parti, très hostile à la DC ainsi qu’au PDC. Luigi Petroselli, maire de Rome entre 1979 et 1981, partagea ce point de vue tout en soulignant les mérites de l’UP pour contrecarrer la « stratégie de la tension » chilienne. Umberto Terracini, ancien président de l’Assemblée Constituante et personnalité souvent hétérodoxe, proposa, lui aussi, d’attaquer la DC car coupable de ne pas condamner les évènements du 11 septembre. Armando Cossutta plaidait pour que les communistes italiens guident le front de la contestation anti-golpe sans mythiser Allende ni stigmatiser la DC de façon outrancière. Giorgio Napolitano, lui, suggéra une approche sévère envers les démocrates-chrétiens italiens tout comme une « critique ouverte » de l’UP pour ne pas avoir envisagé un compromesso avec le PDC – ce terme s’apprêtant à devenir un mot-clef dans le langage communiste.

  • 8 FIAG, APCI, Estero – Cile, rapport de Gian Carlo Pajetta (18 septembre 1973), mf 048.

12Quelques jours après, un rapport réservé de Gian Carlo Pajetta sur la situation chilienne fut distribué aux membres des instances directrices du parti – environ 250 personnes8. L’analyse se faisait circonstanciée, avec toute une série de remarques sur la conduite de l’UP : pas de clairvoyance envers la crise économique qui avait frappé surtout les classes moyennes ; excès de confiance dans l’armée et dans sa crédibilité libérale-démocratique (Allende avait publiquement reconnu la fiabilité du général Augusto Pinochet nommé chef d’État-major en août 1973) ; faible consensus électoral (l’UP n’avait jamais eu la majorité absolue dans le pays sauf lors des élections municipales de 1971). Aussi, les bonnes intentions de l’UP n’avaient pas été soutenues par un programme adapté aux équilibres socio-économiques chiliens. À ce titre, Pajetta cita ce que le secrétaire général du PCCh Luis Corvalán lui avait dit lors d’une rencontre récente à propos du système agricole chilien et des conséquences engendrées par les réformes de la présidence Allende : « Ce que nous avons détruit c’était un système infâme mais qui marchait bien, et nous l’avons remplacé par une situation que nous ne sommes pas capables de contrôler ».

13Cette critique de Corvalán montre l’ampleur des divergences dans la conduite de l’UP entre son fonds socialiste, dominant et radical, et sa composante communiste, très proche du PCI pour son gradualisme réaliste. D’où l’idée d’éviter les erreurs du PCCh et de fonder la stratégie du PCI sur une série d’« alliances », sur un compromesso au-delà des barrières idéologiques. La réalisation de ce compromis impliquait un changement de perspective envers la DC qui, depuis le début de la guerre froide, était vue chez les communistes italiens comme le pilier du conservatisme national, voire de la réaction. Inclure les démocrates chrétiens italiens dans le front antifasciste guidant l’Italie hors du danger autocratique qui avait étouffé le Chili ; lutter contre tout sectarisme ; se présenter comme une force responsable au nom de la paix sociale et de la démocratie républicaine : voilà les mots d’ordre par lesquels le PCI lançait son défi pour gagner le pouvoir.

Le compromesso storico. La tradition communiste au service de l’actualité

  • 9 Voir à ce propos l’interpellation parlementaire des députés DC lors de la séance du 25 septembre, (...)

14Pour mieux comprendre le débat dans le PCI, il faut se pencher sur ce qui se passait chez la DC et sur son attitude face au coup d’État chilien. La réaction des démocrates chrétiens ne fut pas univoque, selon la tradition d’un parti très hétérogène et très lié au PDC. Une large majorité attribuait la faute de la crise chilienne à l’UP, coupable d’avoir mal géré son capital politique à cause de ses aspirations révolutionnaires. Même si elle condamnait la violence perpétrée par les militaires rebelles, la DC ne considérait pas Allende et ses alliés comme des victimes du coup d’État, mais comme des responsables indirects étant donné leur radicalisme et leur manque de dialogue avec le PDC9. La gauche du parti, dont Carlo Donat-Cattin et le syndicat des ACLI (Associazioni cristiane lavoratori italiani), au contraire, critiquaient l’attitude du PDC, qui, d’après eux, n’avait pas voulu supporter l’UP comme il aurait pu.

  • 10 Rapport sur la conversation entre Egidio Ortona, ambassadeur italien à Washington, et Harry Walter (...)

15À ces prises de position dans le parti il faut rajouter les points de vue des représentants institutionnels, tel Aldo Moro, ministre des Affaires étrangères. C’est lui qui parla publiquement du « regret profond » du gouvernement italien le lendemain du coup d’État. Derrière le rideau des déclarations officielles, Rome révélait toutes les inquiétudes d’un exécutif qui entendait montrer sa bonne conduite diplomatique envers son principal allié, les États-Unis supportant Pinochet, mais qui ne voulait pas contrarier les partis de gauche philo-Allende, dont deux, le PSI et le PSDI, faisaient partie du gouvernement et un, le PCI, comptait sur un poids électoral très important (plus de 9 millions de votes lors des élections législatives de 1972). Cet embarras se fit de plus en plus évident, au fur et à mesure que les semaines passaient et que Rome continuait de ne pas reconnaître la Junta Militar de Gobierno instaurée par Pinochet à Santiago. Dans ses communications avec les États-Unis, l’Italie mettait en avant son désir de « normaliser » ses relations avec le Chili mais se disait « freinée » par les gauches. Aussi, les nouvelles sur le traitement des opposants chiliens, surtout Luis Corvalán, ne faisaient qu’augmenter l’hostilité d’une large partie du monde politique et de l’opinion publique italiennes envers Pinochet et son style de commandement10.

16Près de deux ans après, le comité du Sénat étasunien pour l’étude des activités de sécurité de l’État rendait public son rapport sur l’intervention de la CIA au Chili afin de stimuler un front anti-Allende et d’en garantir le succès11. Ce document montrait dans quelle mesure le changement de régime dans le pays sud-américain avait été le fruit de visées géopolitiques qui allaient bien au-delà des marges de manœuvre de l’exécutif chilien. Déjà en septembre 1973 les responsabilités des États-Unis au Chili étaient bien évidentes pour les observateurs. Parmi eux Enrico Berlinguer, dont les mises au point dans l’hebdomadaire officiel du parti entre fin septembre et mi-octobre scellèrent le lancement officiel du compromesso storico. Il s’agit de trois longs articles, qui, avec un effet de zoom très typique de l’analyse d’empreinte marxiste, partent de la scène internationale pour tirer des conclusions adaptées au contexte national12.

17Stigmatisant la mainmise économico-financière et diplomatique des États-Unis au Chili, Berlinguer indiquait la détente et la coexistence pacifique entre les blocs de la guerre froide comme la base pour contrecarrer l’impérialisme occidental et capitaliste aussi bien que pour renforcer les tendances émancipatrices des peuples en voie de décolonisation. Loin d’apaiser la lutte sociopolitique du prolétariat, la détente géopolitique allait permettre de la renforcer, d’après Berlinguer, en libérant les énergies révolutionnaires étouffées par la rigidité des équilibres mondiaux issus de la Seconde guerre mondiale. Travailler pour la paix dans l’aire méditerranéenne et en Europe occidentale était donc l’objectif que le PCI se posait tout en poursuivant sa voie « italienne » et « démocratique » au socialisme. Il s’agissait d’une stratégie dont Berlinguer revendiquait la cohérence par le legs de Palmiro Togliatti et de son tournant de 1944, quand les communistes italiens avaient accepté l’alliance frontiste pour abattre le nazi-fascisme et renoncé à leurs perspectives révolutionnaires dans l’immédiat.

18Dans ce sillage, Berlinguer lançait une sorte de nouvel appel à l’union des forces démocratiques et antifascistes au nom de la défense des institutions républicaines qui, tout comme celles du Chili, se trouvaient sous la menace constante de la « réaction ». Il ne s’agissait pas, écrivait le leader communiste, de limiter son action à la défense du statu quo mais de travailler à un pacte qui soit capable de relancer le pays sur le plan civil, économique et culturel. Cette alliance aurait dû comprendre le prolétariat, bien évidemment, et tous les acteurs des « classes moyennes » qui soient disponibles pour soutenir un programme de « transformations sociales ». Un programme qui ne voulait donc pas être une « alternative de gauche » mais bien une « alternative démocratique », large et inclusive, unissant des « forces populaires » d’inspiration communiste et socialiste avec celles d’inspiration catholique, y compris dans la DC.

Clefs de lecture d’un tournant stratégique

  • 13 Lelio Basso. Una biografia politica, Roma, Ediesse, 2010, p. 199-217. Remonte au début des années (...)

19Ce n’était pas la première fois que la formule d’« alternative démocratique » faisait son apparition dans le débat politique de l’après-guerre. Elle avait été déjà employée notamment par le dirigeant du PSI Lelio Basso, qui l’avait utilisée dans les années 1950 avec le même souci inclusif de Berlinguer. Avec une différence substantielle : que le catholicisme auquel pensait Basso était incarné par les croyants hostiles à l’Église catholique et à la DC, qu’il considérait antipopulaire et même « totalitaire »13. Théoricien marxiste inspiré par Rosa Luxemburg et très radical dans ses perspectives stratégiques, Basso représente sans doute un cas limite de socialisme anti-DC. Mais il est vrai que la proposition de Berlinguer allait à l’encontre d’une longue tradition de haine nourrie par la propagande communiste et vécue avec conviction par la base militante. C’est pour cela qu’il soulignait dans son troisième article que la DC ne devait pas être considérée « une catégorie a-historique », destinée nécessairement à faire partie de la réaction.

  • 14 A. De Angelis, I comunisti e il partito. Dal “partito nuovo” alla svolta dell’’89, Roma, Carocci, (...)

20Ce que le leader communiste proposait était un véritable tournant par rapport à l’imaginaire du PCI de la guerre froide. Comme d’habitude dans le langage communiste, cette fois aussi le tournant était justifié par l’autorité de figures-clefs du passé – Togliatti notamment – ainsi que par l’histoire du parti – la Résistance antifasciste et les gouvernements d’unité nationale de 1944-1947. En mai 1947 le début de la guerre froide en Italie avait impliqué la sortie des gauches socialiste et communiste de l’exécutif national. Parallèlement, le PCI avait entamé une stratégie de délégitimation de la DC et de ses alliés gouvernementaux, qui étaient décrits comme les traîtres de l’unité antifasciste et des droits du prolétariat représenté par les partis « ouvriers ». La revendication de continuité avec le Togliatti national-patriotique servait pour minimiser les longues années anti-DC de l’après-1947. Elle cautionnait, aussi, un virage mal-aimé par ceux qui, dans et hors du PCI, y voyaient le symptôme de la reddition communiste aux intérêts de la DC14.

21Même le mot compromesso, qui avait circulé dans les débats du parti à propos des rapports PCI-DC avant que Berlinguer ne le consacre dans son troisième article, était une sorte de citation : il reprenait un terme-clef du vocabulaire de Togliatti, qui l’utilisa à plusieurs occasions pour définir notamment la stratégie négociatrice du parti au sein de l’Assemblée Constituante de 1946-1948. Celle-ci avait été le berceau de la première Charte républicaine, que le PCI avait contribué à rédiger et qu’il considérait comme l’une des preuves principales de son droit à gouverner l’Italie postfasciste. Si bien que la Constitution républicaine, tout comme la Résistance, était entrée dans le panthéon frontiste du PCI comme un véritable symbole. Par ailleurs, le frontisme italien s’insérait à son tour dans une longue lignée frontiste du communisme international, dont la première mise au point date du milieu des années 1930 lors du VIIe congrès de la Troisième Internationale. Mais cette référence, moins utile pour valoriser l’identité autochtone du communisme italien, ne fut pas évoquée par Berlinguer.

22Cette union des forces démocratiques symbolisée par le compromesso storico était le seul moyen dont le PCI disposait pour pouvoir aspirer aux sommets institutionnels dans un pays tel que l’Italie, situé à l’ouest du rideau de fer, et très lié à l’OTAN. Sachant qu’une alternance politique n’était pas possible à cause de ces contraintes géopolitiques, l’entrée dans la coalition centriste guidée par la DC était un choix incontournable. Il s’agissait par ailleurs du même parcours accompli par le PSI entre les années 1950 et 1960, quand les socialistes, sous le leadership de Pietro Nenni, avaient basculé de l’aire philo-soviétique à celle de Washington en se laissant inclure dans l’alliance de centre-gauche avec la DC.

  • 15 S. Pons, Berlinguer e la politica internazionale, in F. Barbagallo, A. Vittoria, Enrico Berlinguer (...)
  • 16 Sur ce dernier point voir Carlo Galluzzi, Togliatti, Longo, Berlinguer. Il mito e la realtà, Roma, (...)

23En sus de cela, Berlinguer aspirait à sortir le PCI et l’Italie du bipolarisme est-ouest et, partant, d’émanciper son parti de Moscou15. Dans ces mêmes années, le PCI allait modifier son attitude traditionnellement hostile envers l’OTAN, véritable symbole de l’Occident philo-américain, et préparait son long parcours de construction d’un communisme « libéral-démocratique » qui débouchera sur l’eurocommunisme, avec le soutien des partis homologues de France et d’Espagne. À la racine de ce dessein, il y avait l’idée que la division du monde en deux blocs figés et subordonnés à l’hégémonie, respectivement, des États-Unis et de l’URSS allait empêcher toute évolution du panorama sociopolitique. D’autant plus que l’URSS n’était désormais, aux yeux de Berlinguer, qu’un acteur étatique intéressé avant tout à conserver son poids géopolitique. L’expérience de l’UP au Chili, avec son épilogue tragique, confirmait cette vision et rendait bien peu souhaitable toute hypothèse de prise du pouvoir par les gauches en Italie16.

24La position du PCI de Berlinguer ne pouvait pas ne pas inquiéter l’URSS, dont le leadership sur le mouvement communiste mondial était déjà en crise surtout à cause de rapports compliqués avec la Chine de Mao. Par ailleurs, les prises de distance du PCI envers le PCUS avaient débuté de manière éclatante plusieurs années avant et précisément en 1968, lors de l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie ouvertement critiquée par les communistes italiens. Le refroidissement des rapports entre Berlinguer et l’URSS eut des conséquences extrêmement graves lors d’un voyage officiel du leader italien en Bulgarie. La visite se tint début octobre 1973, juste après la publication des deux premiers articles par lesquels Berlinguer esquissait sa proposition d’ouverture à la DC, le troisième étant encore à rédiger.

  • 17 Giovanni Fasanella, Corrado Incerti, Sofia 1973. Berlinguer deve morire, Roma, Fazi, 2005.
  • 18 Le petit cadre de vie familiale dans lequel Berlinguer écrivit son article est joliment décrit par (...)

25Quand la délégation communiste italienne était désormais sur le chemin de l’aéroport de Sofia pour rentrer à Rome, le 3 octobre, la voiture dans laquelle se trouvait Berlinguer fut victime d’un accident avec un camion militaire transportant des pierres et dont la présence à côté du cortège officiel était hors protocole17. Le secrétaire du PCI, blessé, fut hospitalisé à Sofia, le personnel sanitaire lui conseillant un repos de plusieurs semaines pour rétablir son état de santé. Par crainte d’avoir été la cible d’un attentat, Berlinguer fit recours aux autorités diplomatiques italiennes pour se faire rapatrier le plus tôt possible. Sauf sa femme et un de ses camarades, Emanuele Macaluso, personne n’était au courant de ces soupçons avant qu’en 1991, six ans après la mort de Berlinguer et quelques mois après la dissolution du PCI, Macaluso lui-même ne révèle ce qu’il savait. Ce long silence fut gardé pour ne pas provoquer, sans preuves en plus, un scandale international aux effets imprévisibles. Au cours de cet automne de 1973, Berlinguer rentra le 4 octobre à son domicile, viale Tiziano à Rome, et c’est pendant ces jours de repos qu’il écrivit l’article pour « Rinascita » introduisant la formule du compromesso storico18.

26Bien entendu, le nouveau frontisme lancé par Berlinguer était aussi le fruit d’une réflexion sur l’actualité politique nationale. En ce sens, le compromesso storico doit être lu comme un instrument de défense et de contrattaque face aux risques de dégénération autoritaire courus par l’Italie à cause de la « stratégie de la tension ». Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, le retour éventuel du fascisme avait hanté la démocratie italienne et notamment les gauches – PCI, PSI et milieux de l’ex Parti d’action dissout en 1947 – qui avaient fait de l’antifascisme la quintessence de leur engagement. En ce sens l’antifascisme était le mot d’ordre d’une « vigilance » permanente pour la défense de la démocratie et pour que le fascisme ne se répète sous aucune forme que ce soit. Or, la « stratégie de la tension » donnait une raison d’être concrète à cet antifascisme idéal tout en réactualisant le souvenir de l’antifascisme évènementiel, dont le Comité de libération national avait été le véhicule pendant et juste après la Résistance et dont le compromesso storico était censé renouveler le passé glorieux.

Au-delà des mots. Mobilisations et solidarité pour le Chili démocratique

  • 19 C’est encore Chiarante qui souligne cet aspect : G. Chiarante, All’origine del compromesso storico (...)
  • 20 Sur la fonction surtout instrumentale du Chili dans la formulation du « compromesso storico » voir (...)

27Comme on l’a vu, le compromesso storico réactivait toute une série de références internes à la culture communiste italienne : il était pensé pour s’adapter à la scène internationale, certes, mais à partir d’urgences fortement enracinées dans l’actualité italienne. Indépendamment du Chili, le débat autour de la DC occupait déjà l’horizon du PCI, et ce à partir notamment du 13e congrès du parti tenu à Milan en mars 1972. En mai 1973 le mensuel communiste « Il contemporaneo » dédia plusieurs articles à ce thème, dont un anticipait quasi-textuellement quelques passages repris par Berlinguer dans ses fameux articles sur « Rinascita »19. Cela n’implique pas que le cas chilien n’ait été qu’un instrument au service de la cause de Berlinguer20. La durée et la profondeur des relations entre les deux partis communistes favorisèrent une mobilisation qui nous dit dans quelle mesure le pays andin était entré dans la conscience des communistes italiens.

  • 21 A propos du Chili comme mythe politique, voir A. Santoni, Op. cit.
  • 22 Luigi Guarnieri, Maria Rosaria Stabili, Il mito politico dell’America latina negli anni Sessanta e (...)
  • 23 Voir à ce propos « Chile Declassification Project », rapport de l’ambassade USA de Santiago au Sec (...)

28Dans les mois qui précèdent et qui suivent le 11 septembre 1973, la presse du PCI est parsemée par des commentaires traitant du Chili. Plus encore que la comparabilité réelle entre l’Italie et un pays si différent en termes de géographie et de développement socio-économique, ce qui fit la chance du parallèle de Berlinguer ce fut le poids que le Chili d’Allende occupait désormais dans l’imaginaire de la gauche italienne. Le coup d’État accentua ce phénomène. Le Chili devint à la mode du point de vue du langage et de la visibilité médiatique. Son « mythe politique » naissait au moment où son rôle de modèle politique avait été effacé par la force21. Un cas de mythisation, celui du Chili, qui allait de pair avec le mythe de l’Amérique latine en tant que continent en plein essor, et dont certains laboratoires politico-idéologiques, tel Cuba, représentait une source d’inspiration ou simplement un cas d’étude exemplaire pour les gauches européennes22. Le 11 septembre 1973 fut le point de départ d’un engagement actif en faveur des exilés, dont plusieurs milliers se réfugièrent en Italie. Dans l’ambassade italienne à Santiago guidée par Tomaso de Vergottini plusieurs centaines de citoyens chiliens furent accueillies et protégés avant qu’ils puissent quitter leur pays, et ce jusqu’en avril 1975. Cela ne manqua pas de créer des tensions diplomatiques avec les autorités chiliennes, pour lesquelles l’Italie, vue sa froideur envers le régime de Santiago, n’était certainement pas un interlocuteur des plus fiables23.

  • 24 Il s’agit de “Il cucciolo Alfredo”, parue dans l’album “Com’è profondo il mare”. En français : « e (...)

29Parmi les protagonistes de la diaspora chilienne il y avait le groupe musical des Inti Illimani. En tournée en Italie au moment du coup d’État, la bande décida de rester dans son pays d’accueil pour ne pas encourir les représailles prévisibles du régime de Santiago. Protégés et soutenus par les réseaux sociaux du PCI, les Inti Illimani devinrent très à la mode dans les milieux de gauche, en contribuant avec d’autres interprètes, tels les Quilapayún réfugiés en France, au rayonnement de la nueva canción chilena (nouvelle chanson chilienne) en Europe occidentale. S’agissant d’un mélange de mélodies traditionnelles et de textes engagés, la nueva canción chilena brillait moins par sa richesse créative que pour sa valeur idéologique. Ce constat poussa Lucio Dalla, grand chansonnier bolognais mort en 2012, à ironiser dans une chanson de 1977 sur la musique andine : une « noia mortale » qui se répétait depuis plus de trois ans « sempre uguale »24.

  • 25 Monica Quirico and Valentine Lomellini, Italy: The ‘Chilean lesson’ between the Legacy of the Stru (...)
  • 26 APCI, 1973, Miscellanea, mf 057, lettre de Bettino Craxi à Enrico Berlinguer, 12 octobre 1973.

30De son côté, le PCI fut largement concerné par cette vague mobilisatrice. La section affaires étrangères du parti constitua un point de repère pour la communauté des réfugiés ainsi que pour les représentants de l’UP en Italie. L’organisation des exilés faisant partie de l’UP, « Chile Democrático », établit son quartier général à Rome en automne 1973 grâce à un accord avec les communistes italiens25. Des contacts furent établis aussi avec le MIR, homologue chilien de la gauche extraparlementaire italienne qui accusait les communistes italiens d’avoir trahi le prolétariat par le compromesso storico. Un autre interlocuteur du PCI dans la gestion politico-humanitaire de l’affaire chilienne fut le PSI et particulièrement Benedetto Craxi, dit Bettino26. En 1973 il était le responsable des affaires étrangères du PSI et, dans le cadre de cette fonction, avait fréquenté Salvador Allende. Trois ans après Craxi était élu secrétaire général du PSI avant de devenir le grand rival de Berlinguer dans la lutte fratricide entre les partis majeurs de la gauche italienne pour la conquête d’une place aux côtés de la DC.

  • 27 APCI, 1973, Riunioni dei segretari dei comitati regionali, allargata ai capigruppo regionali e ai (...)
  • 28 Il s’agit d’Isabel Allende Bussi, politicienne, et pas d’Isabel Allende Llona, la fameuse écrivain (...)
  • 29 Salvador Allende, La forza della ragione, Roma, Editori Riuniti, 1973. Ce livre porte à peu près l (...)
  • 30 Rodolfo Mechini (dir.), I comunisti italiani e il Cile, Roma, Editori Riuniti, 1973. Sur les comme (...)

31Le PCI fut à la tête d’une association d’amitié italo-chilienne à laquelle contribuaient d’autres partis italiens et qui fut dédiée à la mémoire de Salvador Allende. Fin septembre, le parti était déjà en mesure de prévoir le lancement de ce comité pour l’aide au Chili dans la perspective de l’arrivée en Italie de la veuve d’Allende, Hortensia Bussi27. Au fait, ce fut l’une des filles de l’ex-président, Isabel28, qui se rendit à Rome début octobre dans les jours où le comité Italie-Chili était créé à l’IPALMO sous l’égide du PCI. Fin 1973, la maison d’édition Editori Riuniti, dont le PCI était gérant, publiait deux volumes. Le premier, paru en octobre, était un recueil des principaux discours du président Allende avec une préface de Renato Sandri29. Le deuxième, paru en novembre, était une anthologie des articles sur le Chili publiés dans la presse communiste par des dirigeants majeurs : Berlinguer, bien entendu, mais aussi Paolo Bufalini, Pietro Ingrao, Gian Carlo et Giuliano Pajetta, et cetera30.

  • 31 Renato Sandri, Op. cit., p. 191-193. Sur le rôle de Basso dans la gestion de l’affaire chilienne, (...)

32Une page importante dans cette mouvance pro-Chili est représentée par le Tribunal Russell II (TRII) dirigé par Lelio Basso. Le PCI y joua un rôle marginal mais non négligeable. Depuis 1972, Basso avait rejoint les sénateurs indépendants de gauche : un groupe de compagnons de route du PCI qui s’était formé en 1968 et qui avait accueilli plusieurs militants radicaux ou socialistes déçus par leurs partis de provenance. Basso rentra de cette façon dans les réseaux de sociabilité du PCI, dont il avait été longtemps marginalisé à cause de son hétérodoxie antistalinienne pendant les années 1950. Renato Sandri eut de fréquents contacts avec lui dans les semaines suivant le golpe. Peu de jours après le 11 septembre, Sandri se rendit dans le siège de l’Institut d’histoire contemporaine inauguré en juillet 1973 à Rome sur l’initiative de Basso. Ce fut là-bas qu’il eut la chance de rencontrer Pier Paolo Pasolini et Alberto Moravia discutant avec animation des faits chiliens31.

  • 32 « Il Tribunale Russell. Intellettuali contro la guerra in Vietnam », dans Ventunesimo secolo. Rivi (...)
  • 33 Ces dernières informations sont tirées du rapport de Franco Saltarelli au secrétariat du parti (6 (...)

33En 1972, Basso entama les travaux pour créer le TRII. Il s’agissait d’un tribunal d’opinion faisant suite à celui de 1966, qui avait été fondé par le philosophe britannique Bertrand Russell pour enquêter sur les crimes de guerre des États-Unis et de leurs alliés au Vietnam32. Cette réédition du Tribunal visait à dénoncer les violations des droits humains et civils mises en œuvre par les dictatures latino-américaines. Bien évidemment, les évènements chiliens poussèrent Basso à élargir le champ d’action de son organisation au pays andin. Dès le début de son initiative, il demanda l’aide du PCI, dont les décideurs, toutefois, étaient peu disposés à répondre positivement à ses sollicitations. La collaboration de Jean-Paul Sartre, enfant terrible des gauchistes français, avait tenu le PCF loin des milieux du Tribunal, et malgré la participation des communistes d’autres pays – Chili, URSS, Tchécoslovaquie – cela avait refroidi le PCI, dont le support fut occasionnel. Fin octobre 1973, se déroulait à Moscou le congrès mondial des « forces de la paix », qui décidait, entre autres, une mobilisation pour le Chili, dont la création d’un tribunal d’opinion pour juger les crimes du régime militaire. Cette prise de position facilitait la tâche du PCI, même si le soutien communiste au TRII ne prit finalement pas la forme d’une adhésion officielle du parti33.

Image 5 – Archives PCI, direction nationale, PCI, 1975, affiche, Bruno Magno

Image 5 – Archives PCI, direction nationale, PCI, 1975, affiche, Bruno Magno

Conclusion

  • 34 Giovanni Mario Ceci, Moro e il PCI. La strategia dell’attenzione e il dibattito politico italiano (...)

34Les mobilisations qu’on vient de décrire contribuaient à nourrir dans la gauche italienne l’image du Chili comme une sorte de nouveau Vietnam : un pays dont le rêve de liberté était opprimé par l’agressivité des États-Unis, à laquelle se rajoutait, dans le cas sud-américain, une dictature militaire autochtone particulièrement féroce. Cela donna de l’élan au compromesso storico, qui semblait capable de dépasser la contingence politique pour viser aux principes fondateurs d’une démocratie en danger. Au-delà des contenus idéaux, le problème se posait pour les partis concernés de comprendre les risques et les avantages d’une adhésion éventuelle au dessein communiste. C’est autour de ce point d’interrogation que se nouait le débat sur la proposition de Berlinguer. Le PCI avait deux interlocuteurs principaux. D’un côté la DC, où l’aile progressiste guidée par Aldo Moro avait lancé depuis plusieurs années sa « stratégie de l’attention » envers le PCI et son évolution libérale-démocrate34, mais dont le noyau conservateur était plutôt froid par rapport au parti de Berlinguer. De l’autre coté, il y avait le PSI, avec son sentiment ambivalent d’attraction et de répulsion envers l’ami-ennemi communiste : un allié social et idéologique mais en même temps une menace, car il aurait pu remplacer le PSI comme partenaire privilégié de la DC. L’arrivée de Bettino Craxi à la tête du PSI en 1976 accentuera cette méfiance au nom de l’autonomie socialiste.

  • 35 Valentine Lomellini, Bisbigliando al ‘nemico’? Il PCI alla svolta del 1973, tra nuove strategie ve (...)

35Hors de l’horizon national, le compromesso storico influença le positionnement géopolitique du PCI. En vertu de ses aspirations au pouvoir, le PCI dut apaiser son anti-atlantisme et anti-américanisme traditionnels, ce qui était en conflit avec les sentiments d’une base militante longtemps éduquée à la haine envers les yankees. Cela imposa aux dirigeants du PCI de véritables équilibrismes communicatifs, qui furent gérés de cette façon : la construction d’un rapport plus amical avec les États-Unis passait par des canaux plutôt informels, confiés aux sommets du parti ; les accusations contre les États-Unis alimentaient, au contraire, la presse, les manifestations, les initiatives de solidarité envers le Chili35.

36En vertu de sa prise de distance graduelle de Moscou, de sa propagande interclassiste et de son attitude antiterroriste pendant les « années de plomb », le PCI toucha son apogée électoral en 1976 et participa indirectement aux gouvernements de solidarité nationale (1976-1979). De ce point de vue, le compromesso storico fut un succès car il avait permis à un parti révolutionnaire par excellence de cogérer le pouvoir étatique d’une grande démocratie libérale qui était un avant-poste de l’Occident face au Rideau de fer. Cela eut d’inévitables conséquences à gauche du PCI, où une multitude d’acteurs sociaux et politiques envahirent le champ politique pendant les années 1970 en introduisant des mots d’ordre radicaux qui ciblaient Botteghe Oscure comme quartier général de la trahison antirévolutionnaire. La crise de la violence politique en Italie, pendant les années 1980, mettra un terme aux urgences qui avaient légitimé le compromesso storico. Cela obligea le PCI à une nouvelle marginalisation, avant que la fin de la guerre froide et de l’URSS ne provoque la reconstruction du parti en 1991.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos Mirco Dondi, L’eco del boato. Storia della strategia della tensione (1965-1974), Roma-Bari, Laterza, 2015.

2 Pour une perspective comparée sur l’extrême-droite en Italie et en France, voir Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie, 1960-1984, Rennes, PUR, 2016.

3 Mimmo Franzinelli, Il piano Solo. I servizi, il centro-sinistra e il golpe del 1964, Milano, Mondadori, 2014.

4 Sur Berlinguer, voir Silvio Pons, Berlinguer e la fine del comunismo, Torino, Einaudi, 2006; Francesco Barbagallo, Enrico Berlinguer, Roma, Carocci, 2006; F. Barbagallo, A. Vittoria (dir.), Enrico Berlinguer, la politica italiana e la crisi, Roma, Carocci, 2007; Giuseppe Fiori, Vita di Enrico Berlinguer, Roma-Bari, Laterza, 2004; Chiara Valentini, Berlinguer, il segretario, Milano, Mondadori, 1987.

5 Sur les rapports entre le PCI, le Chili et l’Amérique latine, voir Onofrio Pappagallo, Verso il nuovo mondo. Il PCI e l’America Latina (1945-1973), Milano, FrancoAngeli, 2017 ; A. Santoni, Il Pci e i giorni del Cile. Alle origini di un mito politico, Roma, Carocci, 2008.

6 Pietro Folena, I ragazzi di Berlinguer. Viaggio nella cultura politica di una generazione, Milano, Baldini&Castoldi, 1997, p. 219-222.

7 R. Borroni, Renato Sandri. Un italiano comunista, Mantova, Tre Lune, 2010, p. 186-193. Toutes les traductions de l’italien au français sont effectuées par l’auteur.

8 FIAG, APCI, Estero – Cile, rapport de Gian Carlo Pajetta (18 septembre 1973), mf 048.

9 Voir à ce propos l’interpellation parlementaire des députés DC lors de la séance du 25 septembre, consultable à cette adresse web : http://legislature.camera.it/frameset.asp?content=%2Faltre_sezionism%2F9939%2F9947%2Fdocumentotesto.asp%3F (p. 9135-9136). Sur les positions dans la DC après le coup d’Etat : Luigi Giorgi, La Dc e la politica italiana nei giorni del golpe cileno, Marzabotto, Zikkaron, 2018. En général, pour le débat politique qui a suivi le 11 septembre, voir Andrea Mulas, Allende e Berlinguer. Il Cile dell’Unidad Popular e il compromesso storico italiano, Lecce, Manni, 2005, p. 185-189.

10 Rapport sur la conversation entre Egidio Ortona, ambassadeur italien à Washington, et Harry Walter Shlaudeman, deputy assistant secretary of State for Inter-American Affairs, 4 octobre 1973 (Chile Declassification Project, https://foia.state.gov/Default.aspx)

11 Le rapport cité est consultable à cette adresse web : https://fas.org/irp/ops/policy/church-chile.htm. Le comité en question était informellement appelé Church Committee du nom de son chairman, le politicien du Parti Démocratique Frank Church.

12 Enrico Berlinguer, Imperialismo e coesistenza alla luce dei fatti cileni. Necessaria una riflessione attenta sul quadro mondiale, “Rinascita”, no 38, 28 settembre 1973, p. 3-4; Id., Via democratica e violenza reazionaria. Riflessione sull’Italia dopo i fatti del Cile, ivi, no 39, 5 ottobre 1973, p. 3-4; Id., Riflessioni sull’Italia dopo i fatti del Cile. Alleanze sociali e schieramenti politici, ivi, no 40, 12 ottobre 1973, p. 3-5. Les concepts-clef de ces articles sont repris dans un document interne de la direction du PCI, qui ne sera finalement pas publié : FIAG, APCI, 1973, Miscellanea, mf 057, bozza di documento sul Cile, 12 novembre 1973.

13 Lelio Basso. Una biografia politica, Roma, Ediesse, 2010, p. 199-217. Remonte au début des années 1950 le pamphlet de Lelio Basso sur le « totalitarisme » démocrate-chrétien : Due totalitarismi. Fascismo e democrazia cristiana, Milano, Garzanti, 1951.

14 A. De Angelis, I comunisti e il partito. Dal “partito nuovo” alla svolta dell’’89, Roma, Carocci, 2002, p. 155; Francesco Barbagallo, Enrico Berlinguer, Roma, Carocci, 2006, p. 188.

15 S. Pons, Berlinguer e la politica internazionale, in F. Barbagallo, A. Vittoria, Enrico Berlinguer, la politica italiana e la crisi, Roma, Carocci, 2007, p. 119-133.

16 Sur ce dernier point voir Carlo Galluzzi, Togliatti, Longo, Berlinguer. Il mito e la realtà, Roma, Ed Riuniti, 1989, p. 111-112.

17 Giovanni Fasanella, Corrado Incerti, Sofia 1973. Berlinguer deve morire, Roma, Fazi, 2005.

18 Le petit cadre de vie familiale dans lequel Berlinguer écrivit son article est joliment décrit par son secrétaire personnel Antonio Tatò, « Così nacquero le parole e le formule che segnarono la linea del Pci », dans Carlo Ricchini et al., Enrico Berlinguer, Roma, l’Unità, 1985.

19 C’est encore Chiarante qui souligne cet aspect : G. Chiarante, All’origine del compromesso storico, “La rivista del Manifesto”, no 45, 2003. L’article en question était écrit par Gerardo Chiaromonte, La questione democratica, “Il Contemporaneo”, 25 mai 1973.

20 Sur la fonction surtout instrumentale du Chili dans la formulation du « compromesso storico » voir l’opinion d’un dirigeant du PCI très proche de Berlinguer : G. Chiarante, Con Togliatti e con Berlinguer. Dal tramonto del centrismo al compromesso storico (1958-1875), Roma, Carocci, 2007, p. 181.

21 A propos du Chili comme mythe politique, voir A. Santoni, Op. cit.

22 Luigi Guarnieri, Maria Rosaria Stabili, Il mito politico dell’America latina negli anni Sessanta e Settanta, in Agostino Giovagnoli, Giorgio Del Zanna (a cura di), Il mondo visto dall’Italia, Milano, 2005, p. 228-241.

23 Voir à ce propos « Chile Declassification Project », rapport de l’ambassade USA de Santiago au Secrétariat d’État 15 octobre 1973. Sur la protection accordée par l’ambassade italienne de Santiago, voir les témoignages de plusieurs diplomates qui furent parmi les protagonistes de cette page d’histoire des relations internationales : Pietro De Masi, Santiago. 1 febbraio 1973 – 27 gennaio 1974, Acireale, Bonanno, 2013 ; Tomaso De Vergottini, Cile: diario di un diplomatico (1973-1975), Roma, Koinè, 2000 ; Emilio Barbarani, Chi ha ucciso Lumi Videla ?, Milano, Mursia, 2012. Voir aussi Raffaele Nocera, Le ripercussioni del golpe sulle relazioni italo-cilene, 1973-1975, dans Raffaele Nocera, Claudio Rolle (a cura di), Settantré. Cile e Italia, destini incrociati, Napoli, Think thanks, 2010, p. 55-77.

24 Il s’agit de “Il cucciolo Alfredo”, parue dans l’album “Com’è profondo il mare”. En français : « ennui mortel », « toujours égale à soi-même ». Quinze ans après, la mode des Inti Illimani fut amicalement stigmatisée par Roberto Vecchioni, qui dans une chanson exaltant son idéal antiféministe de femme écrivait : « voglio una donna […] noiosa come una canzone degli Inti Illimani » (Voglio una donna, 1992 ; en français : « je veux une femme qui soit ennuyante comme une chanson des Inti Illimani »).

25 Monica Quirico and Valentine Lomellini, Italy: The ‘Chilean lesson’ between the Legacy of the Struggle against Fascism and the Threat of New Authoritarian Shifts, in Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris, Magaly Rodriguez García (eds.), European Solidarity with Chili, 1970s-1980s, Peter Lang, 2014, p. 239-256.

26 APCI, 1973, Miscellanea, mf 057, lettre de Bettino Craxi à Enrico Berlinguer, 12 octobre 1973.

27 APCI, 1973, Riunioni dei segretari dei comitati regionali, allargata ai capigruppo regionali e ai presidenti regionali delle regioni rosse, mf 047, document du 27 septembre 1973.

28 Il s’agit d’Isabel Allende Bussi, politicienne, et pas d’Isabel Allende Llona, la fameuse écrivaine dont le père était un cousin de Salvador Allende.

29 Salvador Allende, La forza della ragione, Roma, Editori Riuniti, 1973. Ce livre porte à peu près le même titre que l’interview de Salvador Allende par Roberto Rossellini, avec laquelle, par contre, il n’a pas de relations : Roberto Rossellini, La forza e la ragione. Intervista a Salvador Allende, Roma, Cinecittà Luce, 2012. L’interview remonte à 1971 mais elle ne fut diffusée par la RAI (l’agence publique de radio et télévision italienne) que quelques jours après le coup d’État de septembre 1973.

30 Rodolfo Mechini (dir.), I comunisti italiani e il Cile, Roma, Editori Riuniti, 1973. Sur les commentaires de la presse de gauche (Pci, Psi, il manifesto, Lotta continua) autour du coup d’Etat voir Alessandro Guida, La lezione del Cile. Da Unidad Popular al golpe del 1973 nella stampa italiana di sinistra, Napoli, Università degli studi di Napoli “l’Orientale”, 2015, p. 127-173.

31 Renato Sandri, Op. cit., p. 191-193. Sur le rôle de Basso dans la gestion de l’affaire chilienne, Andrea Mulas, Lelio Basso, la transizione democratica cilena al socialismo e il ruolo dell’Issoco, dans Raffaele Nocera, Claudio Rolle, Op. cit., p. 191-213.

32 « Il Tribunale Russell. Intellettuali contro la guerra in Vietnam », dans Ventunesimo secolo. Rivista di studi sulle transizioni, no 34, juin 2014, p. 49-75.

33 Ces dernières informations sont tirées du rapport de Franco Saltarelli au secrétariat du parti (6 novembre 1973) dans APCI, 1973, Miscellanea, mf 057. Voir aussi les lettres de Lelio Basso à Mechini (9 novembre 1973) et à Enrico Berlinguer (25 octobre 1973). Pour plus d’informations sur les activités de solidarités envers les exilés chiliens en Italie après 1973, voir M. Quirico, V. Lomellini, Op. cit.

34 Giovanni Mario Ceci, Moro e il PCI. La strategia dell’attenzione e il dibattito politico italiano (1967-1969), Roma, Carocci, 2013.

35 Valentine Lomellini, Bisbigliando al ‘nemico’? Il PCI alla svolta del 1973, tra nuove strategie verso Washington e tradizionale anti-americanismo, in Ricerche di storia politica, 1, 2013, p. 25-44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 – Inst. Gramsci Emilie-Romagne, PCI Emilie-Romagne, 1974
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/85454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Image 2 – Archives PCI, direction nationale, 1974
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/85454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Image 3 – Archives PCI, direction nationale, 1976
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/85454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Image 4 – Archives PCI, direction nationale, PCI, Bruno Magno, 1976
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/85454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Image 5 – Archives PCI, direction nationale, PCI, 1975, affiche, Bruno Magno
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/85454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Colozza, « Une leçon à apprendre ? Le Parti Communiste Italien face au coup d’État chilien de 1973 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/85454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.85454

Haut de page

Auteur

Roberto Colozza

Chercheur de l'Université de la Tuscia (Viterbe)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search