Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2021Aurélia Michel, Un monde en nègre...

2021

Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial

Mildred Lesmes-Guerrero
Référence(s) :

Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial, Éditions du Seuil, 2020, 393 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Aurélia Michel est organisé en trois temps. Dans un premier moment, l’historienne met en lumière la définition et l’importance de l’esclavage pour l’économie. Ainsi l’auteure nous interroge implicitement dans cette partie « Esclavage et empire » sur le recours essentiel à la force de travail des esclaves dans l’édification des empires. Cette explication consciencieuse et historique ouvre les yeux sur les fondements des systèmes économiques modernes. Un second temps est dédié à la période « nègre », c’est-à-dire au XVIIe et XVIIIe siècle, essor de la modernité et du capitalisme. Un troisième volet, intitulé « Le règne du blanc », est consacré à l’époque contemporaine. Ces trois parties peuvent être lues séparément car chacune, en travaillant la même thématique, se préoccupe de moments distincts de l’histoire du monde. Les conclusions de chacune des parties permettent de repenser de manière connectée les informations tout au long de l’ouvrage.

  • 1 Michel, Aurélia, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial., Éditions du S (...)
  • 2 Ibid., p. 37.
  • 3 Ibid., p. 39.

2La première partie, très stimulante par les informations et analyses présentées, offre la grille de lecture du monde valorisée par l’historienne : dresser une cartographie du monde en noir et blanc. Malgré la complexité que cette tâche représente par « la diversité des situations »1 et la difficulté « de trouver des points en commun à toutes les situations qualifiées d’esclavage »2, Michel s’engage dans cette démarche et propose de mobiliser le terme d’esclave dès lors qu’un individu quitte sa « société d’origine (…) dégagé de ses obligations sociales, de réciprocité et de travail, qui le lient à sa communauté d’origine ». En outre, et ce point semble central pour la chercheuse, cet individu est privé de la parenté ; c’est-à-dire qu’il ne peut pas contribuer « au cycle productif et reproductif [lesquels régulent] son inscription dans la lignée, paternelle ou maternelle »3.

3Cette recherche définitionnelle invite le lecteur à lire les quatre chapitres de la première partie en voyageant, dans le récit historique, de l’Afrique subsaharienne jusqu’aux Amériques en pleine découverte. Les images de la Traite des Noirs et la façon dont les Européens se sont saisis de ce nouvel outil de travail permettent de comprendre les mécanismes de colonisation, de commercialisation et les ressorts de l’économie capitaliste.

  • 4 Michel, Op. Cit., p. 163.

4La deuxième partie met en évidence la fiction fabriquée dans la conjonction de la dynamique capitaliste et de l’expansion coloniale. Le regard de l’historienne présente ce phénomène à travers le travail esclave dans les plantations et les révolutions que cet ordre a produites, spécialement dans les Caraïbes. Pour Michel, la contradiction entre la pensée des Lumières et la pratique marchande des esclaves trouve son apogée dans l’époque moderne. Il faut bien « conclure qu’en utilisant le mot nègre au milieu de XVIIIe siècle on désigne bien un être que l’on ne veut pas considérer comme humain, dont on décide qu’il a perdu les attributs »4.

5C’est justement à la fin de ce siècle que l’on trouve la notion de race dans le discours scientifique. Ce constat est d’ailleurs fort étonnant tant il témoigne des contradictions des sociétés états-uniennes et françaises luttant politiquement pour la démocratie, la liberté et l’égalité, tout en promouvant des économies esclavagistes.

6La troisième partie, la plus longue avec cinq chapitres, montre précisément les mutations économiques et l’installation de la fiction du nègre dans la construction des États, favorisant ainsi la Domi-nation. Ce jeu de mots est captivant car cette construction récente des États-nation a permis la circulation sociale de la notion de race et son imbrication dans les sociétés occidentales.

7Les atouts majeurs de cet ouvrage résident incontestablement dans l’histoire globale et connectée de l’esclavage. Il s’agit donc d’un travail historique minutieux, accessible tant à des spécialistes qu’à un plus large public. La narration historique laisse entrevoir une proposition politique concernant les discussions sur la notion de « race » contemporaine. Le questionnement sur la manière d’aborder et de regarder l’Autre passe indéfectiblement par le langage, et Michel se sert de cette connaissance pour construire sa narration. L’incitation lancée aux lecteurs de repenser scrupuleusement les choix terminologiques pour désigner et définir les figures de l’altérité est présent tout au long de l’ouvrage, ainsi que l’exhortation à adosser les analyses sur des enquêtes historiques précises.

  • 5 Ibid. p. 238.
  • 6 Ibid., p. 254 et 292.

8On peut cependant déplorer quelques interprétations qui, pour aider la formulation du propos, n’en sont pas moins discutables. Nous pensons notamment au passage évoquant Michel Chevalier et « la lecture raciale des relations humaines » qui servent, selon l’historienne, « tout autant pour l’égalité que des justifications de domination à venir »5. De même, la présentation du discours du politicien colombien, Samper, en 1861, ou encore du régime de la régénération de Rafael Nuñez6 comme l’incarnation du désir de tout un gouvernement de blanchir la population nationale semble réductrice : ne s’agissait-il pas plutôt d’un mouvement lancé par l’Église catholique et de la faillite du régime libéral ? Ces controverses, stimulantes s’il en est, ne peuvent toutefois que nourrir un dialogue avec l’auteure et enrichir la discussion historique.

Haut de page

Notes

1 Michel, Aurélia, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial., Éditions du Seuil, 2020, p. 34.

2 Ibid., p. 37.

3 Ibid., p. 39.

4 Michel, Op. Cit., p. 163.

5 Ibid. p. 238.

6 Ibid., p. 254 et 292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mildred Lesmes-Guerrero, « Aurélia Michel, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/85788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.85788

Haut de page

Auteur

Mildred Lesmes-Guerrero

Docteure en Histoire et civilisations, Université de Paris, Laboratoire ICT (Identités, Territoires et Cultures)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search