Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2021La rivalité entre Guayaquil et Qu...

2021

La rivalité entre Guayaquil et Quito à l’aube de la Révolution libérale, 1894-1895

The rivalry between Guayaquil and Quito in the wake of the Liberal Revolution, 1894-1895
Alexis Medina

Résumés

La rivalité entre Quito et Guayaquil s’inscrit sur le temps long et a souvent été analysée par l’historiographie équatorienne. Cet article cherche à aborder la question d’un point de vue conjoncturel, en se focalisant sur deux évènements survenus à l’aube de la Révolution libérale, l’expulsion du sénateur libéral Felicísimo López du Sénat en 1894 et la proclamation du chef libéral Eloy Alfaro comme Chef Suprême de la République à Guayaquil en 1895. Ces deux évènements non seulement cristallisent le conflit entre conservateurs et libéraux, mais suscitent également un débat sur les relations entre les deux principales villes de l’Équateur et sur le statut de Quito comme capitale de la République. Ce débat sera analysé à partir des regards croisés entre la presse libérale de Guayaquil et la presse conservatrice de Quito.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La rivalité entre Quito, capitale de l’Équateur, et Guayaquil, port principal du pays, au XIXe siècle est un sujet largement traité par l’historiographie équatorienne. Cette dernière a abondamment analysé la reconfiguration territoriale vécue par l’Équateur pendant le dernier tiers du XIXe siècle, en raison de l’essor économique et démographique de la Côte provoqué par l’augmentation des exportations de cacao. Le propos de cet article est d’aborder cette rivalité en se centrant sur l’aspect conjoncturel. Deux évènements survenus à l’aube de la Révolution libérale révèlent les tensions croissantes entre les deux principales villes du pays, Quito et Guayaquil : l’expulsion du sénateur libéral Felicísimo López du Sénat en 1894 et la proclamation du chef libéral, Eloy Alfaro, comme Chef Suprême de la République à Guayaquil en 1895, deux évènements qui nourrissent alors un débat sur les relations entre les deux villes.

2Le statut de Quito en tant que capitale de l’Équateur plonge ses racines dans la période inca. L’empereur Huayna Capac passe les dernières années de son règne à Quito, une des deux principales villes du nord de l’empire, avec Tomebamba, la ville actuelle de Cuenca. Il est accompagné par son fils, Atahualpa. Huayna Capac décède à Quito autour de 1525. Lorsque Huascar, demi-frère d’Atahualpa, prend le pouvoir, ce dernier est nommé gouverneur de Quito, ville qui lui servira ensuite de base d’opérations lors de la guerre civile entre les deux frères. Après l’exécution d’Atahualpa en 1533, Francisco Pizarro avance vers la capitale de l’empire, Cuzco, mais d’autres conquistadors se lancent dans une course vers Quito. En 1534, ce sont Diego de Almagro et Sebastián de Benalcázar qui fondent la ville espagnole, San Francisco de Quito, sur les ruines de la ville inca. Trente ans plus tard, en 1563, la nouvelle ville devient le siège de l’Audience de Quito, une entité judiciaire et administrative qui existe pendant près de deux siècles et demi, jusqu’en 1822. Après l’Indépendance, Quito bénéficie donc de ce double héritage, en tant que base d’opération de Huayna Capac et d’Atahualpa, et comme capitale de l’Audience.

  • 1 Espinosa Fernández de Córdova, Carlos et Aljovín de Losada, Cristóbal, « Non possumus: los reperto (...)

3Cependant, les guerres d’Indépendance révèlent déjà la rivalité entre la capitale et les autres villes de l’Audience. Les deux juntes créées à Quito, en 1809 et en 1810, ne sont pas reconnues par les autres grandes villes, Guayaquil, Cuenca et Popayán. Après l’Indépendance, le jeune État équatorien se construit sur un équilibre fragile fondé sur une politique de négociation entre les principales villes du pays destinée à garantir un minimum de stabilité. Or, la rivalité entre Quito et Guayaquil s’accentue au cours du XIXe siècle, dans un contexte d’expansion économique et démographique de Guayaquil, tirée par les exportations de cacao. Cette rivalité se traduit sur le plan politique par un affrontement entre conservateurs et libéraux. À la fin du XIXe siècle, la question de la sécularisation devient le principal critère de définition des identités politiques et l’aspect central du débat public1. La vie politique se structure autour de deux courants : le conservatisme, incarné par le président Gabriel García Moreno (1860-1865 et 1869-1875), qui signe un concordat avec Rome et proclame l’Équateur comme la République du Sacré Cœur, et les libéraux, qui entendent engager les institutions publiques dans un processus de sécularisation. Alors que le libéralisme est bien implanté sur la Côte, la zone andine, la Sierra, est dominée par les conservateurs. Certes, il est possible de trouver des conservateurs à Guayaquil et certaines provinces de la Sierra sont acquises au libéralisme, comme la province du Tungurahua, mais le conservatisme et le libéralisme sont les idéologies dominantes dans les Andes et sur le Littoral respectivement. L’affrontement territorial entre Quito et Guayaquil prend donc aussi la forme d’une rivalité idéologique. Dans ce contexte, la Révolution libérale de 1895 a été le plus souvent interprétée comme le triomphe de la puissante oligarchie agro-commerciale de Guayaquil, qui parvient enfin à prendre le pouvoir.

4En tout cas, avant même le triomphe de la Révolution libérale, la rivalité entre Quito et Guayaquil est déjà visible dans le débat public, comme le révèlent deux évènements en 1894 et 1895. En 1894, le sénateur libéral Felicísimo López, élu dans la province côtière d’Esmeraldas, est exclu du Sénat parce qu’il a été excommunié quelques années auparavant. Son exclusion suscite un vif débat dans la presse sur le rôle de la religion dans le fonctionnement des institutions, mais aussi sur les relations entre une Sierra plutôt conservatrice et une Côte libérale. Au début de la Révolution, entre la proclamation du principal dirigeant libéral, Eloy Alfaro, comme Chef Suprême de la République, le 5 juin 1895, et la bataille de Gatazo, le 14 août, qui marque son triomphe définitif, un débat sur les relations entre Quito et Guayaquil se déroule dans la presse conservatrice de la capitale.

5Nous chercherons donc à analyser ces deux conjonctures par le biais des regards croisés entre la presse libérale de Guayaquil et la presse conservatrice de Quito pour montrer comment la presse de chaque ville regarde l’autre. Si en 1894, c’est la presse libérale qui s’insurge contre l’expulsion de López du Sénat et accuse la Sierra d’archaïsme, en 1895, après la proclamation d’Alfaro, c’est la presse conservatrice de Quito, persuadée que les libéraux entendent déplacer la capitale à Guayaquil, qui fustige les prétentions hégémoniques de la Côte. Avant d’aborder ces deux évènements, nous reviendrons d’abord sur la constitution du réseau urbain équatorien et sur la manière dont l’État s’est construit au XIXe siècle, afin de comprendre les relations conflictuelles entre Quito et Guayaquil.

Le système urbain équatorien et la construction de l’État

  • 2 Deler, Jean-Paul, Ecuador: del espacio al Estado nacional, Quito, Universidad Andina Simón Bolívar (...)
  • 3 Ibid., p. 219 -221.

6À l’époque coloniale, se constitue un système urbain stable dans les Andes de l’Audience de Quito. La Sierra est alors de très loin la région la plus peuplée du royaume de Quito, face à la Côte et à l’Amazonie. L’espace andin est structuré par un réseau de villes fondées par les Espagnols au XVIe siècle ou au début du XVIIe siècle : Ibarra, Quito, Ambato, Riobamba, Cuenca, Loja. C’est un réseau dense, formé par des agglomérations considérables marquées par une physionomie rendue homogène par le plan en damier2. L’importance de ces villes provient de leurs fonctions administratives : Quito est la capitale de l’Audience, d’autres villes sont le siège de l’échelon administratif suivant, le corregimiento. Ce système urbain est très stable et demeure pratiquement inchangé aujourd’hui. Les villes déjà citées sont toujours les plus peuplées des Andes et gardent leur statut administratif : elles sont toutes des capitales de province3.

  • 4 Ibid., p. 232-241.
  • 5 Ibid., p. 260-261.

7En revanche, le développement du système urbain de la Côte est beaucoup plus tardif. Depuis le XVIe siècle, la principale ville du Littoral est le port de Guayaquil, mais hormis cette ville, la Côte compte peu d’agglomérations importantes à l’époque coloniale. Au cours du XIXe siècle, Guayaquil et la Côte connaissent un essor économique et démographique considérable en raison de l’augmentation des exportations de cacao, notamment à partir des années 1860. Grâce à une croissance démographique rapide, Guayaquil finit par dépasser Quito pour devenir la ville la plus peuplée de l’Équateur à la fin du XIXe siècle4. Guayaquil devient alors le centre d’un réseau urbain qui se consolide grâce à la navigation à vapeur, qui commence à se développer dans les années 1840. Autour de Guayaquil se forme une première couronne d’agglomérations dans le bassin du fleuve Guayas qui sont accessibles toute l’année par bateau à vapeur (Daule, Yaguachi, Milagro, Babahoyo), et une deuxième couronne qui rassemble les agglomérations accessibles pendant la saison des pluies (Baba, Vinces, Puebloviejo, Balzar)5. Guayaquil devient une ville prospère où se constitue une oligarchie agro-commerciale qui se consacre à la production et à l’exportation de cacao, au commerce international et aux activités bancaires. À partir des années 1860, Guayaquil se dote d’un système bancaire très sophistiqué qu’on ne trouve nulle part ailleurs, pas même à Quito. L’idéologie dominante de cette oligarchie est le libéralisme, mais ce courant est solidement implanté dans de nombreux secteurs de la Côte, non seulement chez les élites, mais aussi parmi les secteurs populaires urbains, comme les artisans de Guayaquil, ou les paysans métis du Littoral, les montubios. La Sierra, en revanche, demeure plus conservatrice, même si le libéralisme parvient à s’implanter dans certaines provinces, et reste enclavée et à l’écart de la prospérité du cacao.

  • 6 Maiguashca, Juan, « El desplazamiento regional y la burguesía en el Ecuador, 1760-1860 », in Segun (...)

8L’Équateur traverse donc un processus de reconfiguration territoriale, que Juan Maiguashca qualifie de « déplacement régional »6 : le centre de gravité économique se déplace progressivement de la Sierra vers la Côte, dès la fin du XVIIIe siècle, lorsque Guayaquil connaît déjà une première période de prospérité liée aux exportations cacaoyères. Ce phénomène s’accélère à partir des années 1860, grâce à la consolidation du modèle agro-exportateur fondé sur le cacao.

  • 7 Quintero, Rafael, « El Estado terrateniente del Ecuador, 1809-1895 », in Jean-Paul Deler (dir.), E (...)
  • 8 Ibid., p. 403, 410 et 413.
  • 9 Quintero Rafael et Silva, Érika, Ecuador: una nación en ciernes, vol. 1, Quito, Facultad Latinoame (...)

9Comment l’État équatorien a-t-il pu se construire en rassemblant des régions si diverses et un pays aussi fragmenté sur le plan géographique, politique et ethnique ? La sociologie historique a essayé de répondre à cette question en analysant le rapport entre les classes sociales au XIXe siècle, et en particulier entre les différentes factions des élites foncières équatoriennes, qui constituent un État qualifié d’« État oligarchique latifondiaire »7. Pendant les premières décennies qui suivent l’Indépendance, de 1830 à 1860, cet État se caractérise par le fractionnement du pouvoir. À l’époque coloniale, l’Audience de Quito comptait déjà trois régions articulées autour des villes de Quito, Guayaquil et Cuenca. Cette configuration tripartite se maintient après l’Indépendance, tout au long du XIXe siècle. La zone d’influence de chacune de ces villes forme une unité autonome dominée par les intérêts économiques de l’élite latifondiaire locale. Le fractionnement de l’aristocratie foncière représente un obstacle à toute politique d’unification nationale. L’État central sert avant tout à sanctionner le pouvoir des élites régionales8. La dispersion du pouvoir et les luttes d’influence entre les trois régions affaiblissent l’autorité de l’État. La fragilité de ce dernier est particulièrement visible lors de la crise de 1858-1860. Quatre gouvernements différents voient le jour de manière simultanée, alors que, parallèlement, le Pérou cherche à s’étendre au détriment de l’Équateur. Cette crise marque un tournant important ; les menaces pesant sur l’intégrité du territoire national et l’existence de l’Équateur en tant qu’État souverain sont à l’origine d’efforts plus poussés d’entente entre les élites latifondiaires, incarnés par le gouvernement conservateur de Gabriel García Moreno (1860-1865, 1869-1875) et les gouvernements progressistes, qui aspirent à incarner une voie moyenne entre conservateurs et libéraux (1883-1895)9. Les autorités conservatrices puis progressistes cherchent à renforcer la présence de l’État et, pour ce faire, mettent en œuvre un projet de modernisation des institutions publiques et de centralisation administrative.

  • 10 Deler, Ecuador. Del espacio al Estado nacional, p. 261 et 288.

10Ces tentatives de coalition se produisent alors même que les divergences et différends entre les oligarchies régionales deviennent de plus en plus manifestes. À partir des années 1860, l’oligarchie de Guayaquil devient la fraction la plus prospère de l’aristocratie foncière, grâce à l’essor des exportations du cacao produit sur le Littoral. À la fin du XIXe siècle, elle s’efforce de dépasser le modèle de l’hacienda traditionnelle en modernisant la production des plantations de cacao et en diversifiant ses activités : elle investit dans la production de sucre, dans les compagnies de services publics urbains et, surtout, dans le commerce et les activités bancaires. Guayaquil se dote d’un système bancaire très sophistiqué sans équivalent dans le reste du pays, y compris à Quito. Grâce aux exportations de cacao, l’élite de Guayaquil devient une puissante oligarchie rassemblant à la fois des producteurs de cacao, des commerçants (exportateurs et importateurs) et des banquiers.10. Au fur et à mesure que son influence économique croît, elle aspire à étendre sa zone d’influence et à jouer un rôle politique au niveau national. L’essor économique de Guayaquil vient donc rompre le fragile équilibre fondé sur la négociation et l’alliance entre oligarchies régionales.

  • 11 Maiguashca, Juan, « El proceso de integración nacional en el Ecuador: el rol del poder central, 18 (...)
  • 12 Maiguashca, Juan, « El proyecto garciano de modernidad católica-republicana en Ecuador, 1830-1875  (...)

11D’autres approches plus récentes cherchent à expliquer la construction de l’État équatorien en explorant davantage les rapports entre politique et religion. Entre les années 1860 et 1895, l’État équatorien se construit sur la base du modèle de la République du Sacré Cœur. Le président conservateur Gabriel García Moreno, profondément marqué par la crise politique de 1858-1860, qui a failli aboutir à la dissolution de l’Équateur, entend construire l’État à la fois en modernisant la société et les institutions publiques et en construisant un État confessionnel, qui atteint son paroxysme lors de la consécration officielle de l’Équateur au Sacré Cœur en 1873. D’un côté, García Moreno s’est attaché à rationaliser la fiscalité et à développer l’éducation, les sciences et les voies de communication ; de l’autre, il a renforcé les pouvoirs de l’Église qui, grâce au Concordat signé en 1862, a obtenu un rôle accru dans l’éducation et la bienfaisance. Il s’agit donc d’un projet de construction nationale qui à première vue peut paraître paradoxal. Cependant, Juan Maiguashca a signalé dans ses travaux que l’alliance entre modernisation et religion ne relevait pas d’une contradiction, mais constituait plutôt le fondement d’un projet politique cohérent, cherchant à faire de la religion catholique, considérée comme le seul lien à même de rassembler un pays aussi fragmenté que l’Équateur, la base d’un État moderne et efficace capable de mettre le pays sur les rails du progrès. Dès 1994, Maiguashca emploie l’expression « modernité catholique » pour qualifier ce projet qui, sans renoncer à son objectif de modernisation, n’en cherchait pas moins à incarner une alternative à la modernité libérale11. Maiguashca confirmera cette première intuition dans une nouvelle étude publiée dix ans plus tard et basée sur la correspondance de García Moreno12.

  • 13 Henderson, Peter V.N., Gabriel García Moreno y la formación de un Estado conservador en los Andes, (...)
  • 14 Williams, Derek, « La creación del pueblo católico ecuatoriano (1861-1875) », in Cristóbal Aljovín (...)
  • 15 Kingman, Eduardo et Goetschel, Ana María, « El presidente Gabriel García Moreno, el Concordato y l (...)

12Plusieurs travaux récents se sont inspirés de la thèse de Maiguashca et ont contribué à renouveler le regard historiographique sur la période garcienne, en analysant la manière dont García Moreno s’est efforcé de bâtir un « État conservateur » ou « la nation de la foi dans le monde de l’impiété »13. Pour Derek Williams, García Moreno avait pour objectif de forger un « peuple catholique », c’est-à-dire une communauté politique capable d’intégrer, grâce à la religion, tous les individus, indépendamment des critères de région, de classe, de race ou de genre. Son projet politique a donc particulièrement porté ses efforts sur l’éducation, à la fois catholique et pratique, des secteurs dominés : les secteurs populaires urbains, les indiens et les femmes14. De leur côté, Eduardo Kingman et Ana María Goetschel, partant d’une perspective foucaltienne, ont étudié le rôle des ordres religieux étrangers introduits par García Moreno dans l’émergence d’une politique moderne d’administration des populations, qui serait à analyser en termes de « gouvernementalité ». Le projet de construction nationale garcien aspirait, selon ces historiens, à créer les conditions du progrès qui, pour García Moreno, n’était possible que dans une société vertueuse. Il convenait donc de moraliser et de discipliner la population à travers les institutions d’éducation et de bienfaisance, placées sous la tutelle de l’Église, mais soumises au contrôle et aux intérêts de l’État15.

13Après l’assassinat de García Moreno en 1875, le rôle l’Église sera mis en question. Le gouvernement libéral d’Ignacio de Veintemilla (1876-1883) représente une rupture radicale entre l’Église et l’État, mais qui sera de courte durée. La République du Sacré Cœur sera rétablie par les gouvernements progressistes, qui cherchent à incarner une voie moyenne entre le libéralisme et le conservatisme, bien qu’ils soient prêts à s’engager dans un processus de sécularisation négociée avec Rome. Ce n’est finalement qu’en 1895 que le modèle de la République du Sacré Cœur est définitivement abandonné par les autorités, au profit d’une redéfinition de la nation sur des bases séculaires. Commence alors une période de progressive sécularisation qui aboutit, en 1906, à la séparation de l’Église et de l’État.

La polémique sur l’expulsion de Felicísimo López du Sénat (1894)

  • 16 López, Felicísimo, « La Revolución de 1884 ante la historia y el Congreso de 1885 », El Combate, n (...)
  • 17 Cette longue polémique a déjà été traitée sous plusieurs angles, comme le débat entre López et Sch (...)

14Felicísimo López est un médecin franc-maçon de la province côtière de Manabí. Il devient un habile polémiste libéral radical au milieu des années 1880, avant d’être nommé à plusieurs postes à responsabilité pendant la Révolution libérale. En 1884, Eloy Alfaro déclenche une vaste rébellion radicale, en particulier sur la Côte. La répression gouvernementale est sévère et elle ne s’abat pas uniquement sur les guérillas radicales, les montoneras, mais également sur de nombreuses figures du libéralisme, qui sont forcées de s’expatrier. Felicísimo López fustige dans la presse la politique répressive des autorités, ce qui lui vaut des ennuis16. Il est lui aussi obligé de s’exiler et rejoint la dynamique communauté radicale équatorienne de Lima. Ce n’est qu’en 1888, grâce à un décret d’amnistie en faveur des libéraux, que López rentre en Équateur. Il devient alors l’un des principaux intellectuels libéraux du pays et s’oppose, à partir de 1889, à Pedro Schumacher, évêque de Portoviejo, capitale de la province de Manabí, dans une longue polémique par pamphlets interposés qui s’étend sur une dizaine d’années17.

  • 18 Un diocesano, Carta al pastor Ilustrísimo y Reverendísimo Obispo de Portoviejo señor D. Pedro Schu (...)
  • 19 Schumacher, Pedro, Décima carta pastoral del Ilmo. y Rmo. Sor. Obispo de Portoviejo, Portoviejo, I (...)
  • 20 « Interior », Diario de avisos, n° 627, 2 avril 1890, p. 2.
  • 21 Arévalo, Emilio, Defensa del Sr. Dr. Emilio Arévalo en favor del Sr. Dr. Felicísimo López, sindica (...)

15Le point de départ est la condamnation par l’évêque Schumacher d’un journal libéral de Guayaquil, El Pueblo, pour avoir critiqué l’alliance entre l’Église et l’État et présenté les droits de l’Homme comme la base d’un ordre politique juste. Felicísimo López prend fait et cause pour El Pueblo dans une lettre ouverte adressée à l’évêque de Portoviejo, Carta al pastor. Il soutient les propos du journal et affirme que la religion et la politique doivent être deux sphères indépendantes18. Schumacher répond dans sa dixième lettre pastorale19, puis quelques mois plus tard interdit un manuel sur les droits de l’Homme écrit par López. Ce dernier, riposte à son tour dans un article paru dans le Diario de avisos, un des principaux journaux libéraux de Guayaquil, où il met en cause l’ordre établi, qu’il qualifie de théocratie20. L’évêque de Portoviejo parvient alors à convaincre le procureur de Guayaquil de porter plainte contre López, pour avoir discrédité le gouvernement en le qualifiant de théocratie et traité la religion catholique de secte21. Le procès contre López débute en janvier 1891 à Guayaquil, mais celui-ci finit par être acquitté. Schumacher n’attend pas l’issue du procès et décide d’excommunier López en novembre 1890.

  • 22 « Vigésima Carta pastoral del Ilmo. Rmo. Señor Obispo de Portoviejo », Boletín eclesiástico, n° 12 (...)

16En affrontant directement le redoutable évêque de Portoviejo, incarnation de l’aile la plus intransigeante de l’Église, López est devenu un des intellectuels les plus éminents aux yeux des cercles libéraux de Guayaquil. En 1890, il devient rédacteur en chef du Diario de avisos. Malgré l’hostilité du clergé et grâce à sa réputation comme polémiste libéral, López est élu sénateur de la province côtière d’Esmeraldas en 1893. Or, lorsque le Sénat se réunit en juin 1894, celui-ci décide d’exclure López pour cause d’excommunication. En effet, pour la majorité conservatrice, il n’est pas envisageable que dans la République du Sacré Cœur des personnes excommuniées exercent des fonctions politiques. López est donc exclu par quatorze voix contre six. Sur les quatorze voix favorables, la moitié correspondent à des sénateurs ecclésiastiques, comme l’ancien évêque de Cuenca, Miguel León. Schumacher salue l’expulsion de López22, mais celle-ci provoque immédiatement une grande polémique.

  • 23 Protesta, Quito, Imprenta de El Siglo, 1894 ; Los liberales del Azuay, Pro patria, Imprenta del Pu (...)
  • 24 El Senado de 1894. Reprobación unánime de la prensa nacional. Quito, Imprenta de El Siglo, 1894, p (...)
  • 25 Ayala Mora, Enrique, Ecuador del siglo XIX. Estado Nacional, Ejército, Iglesia y municipio, Quito: (...)

17Certes, les libéraux de la Sierra, ceux de Quito ou ceux de la province de l’Azuay, condamnent la décision du Sénat23, mais c’est surtout à Guayaquil que l’expulsion de López suscite le plus d’indignation. Les libéraux de Guayaquil expriment leur mécontentement lors d’une manifestation, « con los gritos “¡Abajo el Concordato! ¡Mueran los frailes! ¡Muera el fanatismo! ¡Abajo la Cámara de Senadores!” y entusiastas vivas al doctor López »24. De nombreux journaux s’expriment pour condamner l’incident, comme le Diario de avisos, El Iris, El Imparcial, El Tiempo, La Nación et Los Andes. Depuis les années 1860, la presse libérale connaît un essor important à Guayaquil, qui s’accélère à partir des années 1880. Après la défaite des montoneras d’Alfaro, le président, Antonio Flores, hérite en 1888 d’une situation politique plus apaisée et se montre plus tolérant à l’égard de l’opposition. Les journaux libéraux fleurissent alors dans tout le pays. Il s’agit de journaux créés soit par des intellectuels libéraux radicaux, soit par les sociétés libérales qui émergent dans plusieurs villes à partir de 1888, ainsi que de journaux satiriques illustrés. Le développement rapide de la presse libérale est particulièrement visible à Guayaquil, où l’idéologie dominante est le libéralisme. Au-delà de l’aspect conjoncturel – l’arrivée de Flores au pouvoir –, l’essor de la presse libérale à Guayaquil est également le résultat de la prospérité économique que connaît la ville, en raison de l’augmentation des exportations de cacao depuis les années 1860. Grâce à l’expansion des mécanismes commerciaux dans la société guayaquilénienne, de nouveaux journaux voient le jour, qui fonctionnent comme des entreprises modernes, sont financés par la publicité et n’ont pas besoin de recourir au mécénat de l’État ou de l’Église25, comme le Diario de avisos qui, à partir de 1888, devient rapidement l’un des principaux journaux de Guayaquil. Cette autonomie financière se transforme en autonomie politique et les nouveaux journaux libéraux deviennent de plus en plus audacieux dans leur critique de l’ordre établi, comme en atteste leur réaction en 1894 face à l’expulsion de López du Sénat.

  • 26 Diario de avisos, El Iris, El Imparcial, El Tiempo et Los Andes, in El Senado de 1894, p. 10-12, 2 (...)
  • 27 Diario de avisos, El Iris, El Globo, Los Andes et El Tiempo, ibid., p. 10, 16-18, 24, 27, 29, 35 e (...)
  • 28 La Nación, El Globo et El Iris, ibid., p. 17, 20 et 28.

18Si la presse réagit avec autant de vigueur, c’est aussi parce que López est devenu quelques années auparavant rédacteur en chef du Diario de avisos. Son exclusion est donc vécue par la presse libérale de Guayaquil comme une atteinte à la liberté d’expression. Ce serait donc l’essence même des institutions républicaines qui serait en péril. El Tiempo, le Diario de avisos, El Iris, El Imparcial et Los Andes considèrent que la Constitution a été rompue26. À leurs yeux, la décision du Sénat signifie même la mise à mort des valeurs de la République : ils invoquent le despotisme et la dictature et dénoncent le fanatisme et l’intransigeance du clergé et des conservateurs, qualifiant l’ordre établi de « théocratie »27. L’emploi du terme « théocratie » n’est pas anodin : c’est le terme que López avait déjà utilisé dans sa polémique avec Schumacher et qui lui avait valu des ennuis judiciaires entre 1890 et 1891. La Nación déplore « los extravíos del clericalismo sin freno », El Globo la « tiranía monacal » et El Iris « [el] absolutismo monacal más bárbaro y salvaje que jamás se haya entronizado en el Ecuador »28. L’incident inspire des diatribes anticléricales fustigeant l’intervention du clergé dans les affaires publiques et l’alliance entre l’Église et l’État. C’est donc le modèle même de la République du Sacré Cœur, qui avait servi de base à la construction de l’État-nation équatorien depuis les années 1860, qui est ouvertement mis en cause.

  • 29 El Tiempo et El Iris, ibid., p. 25 et 35.
  • 30 El Senado de 1894, p. 26-27.
  • 31 Ibid., p. 18.

19La presse libérale s’attaque également au président de la République, Luis Cordero, à qui elle reproche sa complicité dans l’expulsion de López, même s’il s’agit d’une décision du Sénat. En effet, les sénateurs ayant voté en faveur de l’expulsion comptaient dans leurs rangs des proches du président, comme son frère, Gregorio Cordero, et le père de son secrétaire, Francisco Salazar. Le président est alors présenté comme le principal responsable de l’affaire29. C’est donc la légitimité du gouvernement qui est attaquée. Il n’y a pas encore d’appels à la lutte armée contre le régime en place dans les journaux libéraux de Guayaquil, mais le ton menaçant traduit une profonde défiance envers les institutions. Pour El Iris, « toca al Pueblo Ecuatoriano saber si se habrá de resignar con la mansedumbre de un cordero a soportar esta nueva y ominosa coyunda. […] Los pueblos como los individuos, si tienen su triste y oscuro Calvario tienen también su gloriosa Resurrección! La hora sonará! »30 El Globo ajoute : « No quede piedra sobre piedra, antes que permitir que la Constitución sea un mito y la Ley juguete para los tiranos de sotana »31.

  • 32 Ibid., p. 12, 18 et 27.
  • 33 Ibid., p. 13-14.

20L’incident montre, plus généralement, à quel point l’élite de Guayaquil est désormais consciente de son identité et de sa puissance. Les journaux insistent sur l’exceptionnalité politique de la ville face à une Sierra considérée comme arriérée. El Tiempo, El Globo et El Iris estiment que Guayaquil doit donner l’exemple en condamnant unanimement l’exclusion de López32. Le Diario de avisos va bien plus loin en accusant d’archaïsme les idées dominantes dans la Sierra, lesquelles entraveraient le progrès de la Côte : « las ideas estacionarias de la Edad Media que predominan en la Sierra son un anacronismo. […] La Sierra, que es el vientre, tiene la pretensión de ser cabeza, sin reparar que en sus ideales y puntos de mira, la Costa la ha dejado muy atrás »33. Le Diario de avisos cherche donc à véhiculer l’image d’une Sierra enclavée, imperméable au progrès, qui serait par conséquent restée au Moyen Âge, par opposition à une Côte dynamique, moderne et ouverte sur le monde. S’il n’est pas question de mettre en cause explicitement le statut de Quito comme capitale, la presse libérale cherche à délégitimer la prépondérance de la zone andine en 1894. La polémique sur l’exclusion de López du Sénat est une réaction à un évènement précis, mais révèle également le désir de l’élite libérale de Guayaquil de rompre avec le modèle de la République du Sacré Cœur, perçu comme une imposition de la Sierra.

La presse conservatrice au secours de la capitale au début de la Révolution (juin-août 1895)

21Le déclencheur de la Révolution libérale est un scandale de corruption connu sous le nom de la « vente du drapeau ». C’est précisément la presse libérale de Guayaquil qui révèle l’affaire en décembre 1894 et qui dénonce l’implication des plus hautes autorités : les consuls équatoriens de Valparaíso et de New York, le gouverneur de la province du Guayas et le président de la République lui-même, le progressiste Luis Cordero, même si celui-ci sera acquitté par la Cour Suprême en 1897. Toujours est-il que la situation du gouvernement devient intenable. Les conservateurs et les libéraux demandent la démission du président Cordero et les montoneras radicales refont surface sur la Côte. Cordero, complètement isolé, finit par démissionner le 16 avril 1895. Il est alors remplacé par le vice-président conservateur Vicente Lucio Salazar. Pendant ce temps-là, les montoneras parviennent à prendre le contrôle de toute la Côte et le chef de file du libéralisme radical, Eloy Alfaro, est proclamé Chef Suprême de la République à Guayaquil, le 5 juin 1895. L’affrontement entre le gouvernement conservateur de Salazar à Quito et le gouvernement libéral d’Alfaro à Guayaquil devient alors inévitable.

22La presse libérale de Guayaquil joue un rôle de premier plan dans la profonde crise politique qui secoue le pays à partir de décembre 1894, d’abord en révélant l’affaire, puis en demandant la démission de Cordero. Le journal satirique illustré El Cáustico publie le 7 février une caricature montrant la déconnexion entre le président Cordero et l’opinion publique qui exige sa démission (fig. n°1). Or, les journaux qui sont représentés sur la gravure, sous la forme de musiciens, El Cáustico, El Tiempo, El Grito del Pueblo, le Diario de avisos, El Iris, El Globo et La Nación, sont tous des journaux libéraux de Guayaquil. Cette caricature montre donc, d’un côté, la puissance de la presse du port principal, qui contribue à la chute de Cordero, mais aussi sa prétention à incarner l’opinion publique dans son ensemble. L’image révèle également la fracture régionale qui se creuse lors de la crise politique, puisqu’elle représente, à gauche, le palais présidentiel de Quito et un président originaire de la région andine de l’Azuay et, à droite, des journaux exclusivement publiés à Guayaquil.

Fig. n° 1 : El Tigre de Surampalte acosado por la opinión pública

Fig. n° 1 : El Tigre de Surampalte acosado por la opinión pública

El Cáustico, n° 4, 7 février 1895, p. 2.

  • 34 « La Sierra », El grito de la Sierra, n° 1, 5 juillet 1895, p. 1-2.
  • 35 Registro oficial, n° 1, 1 juillet 1895, p. 1-4.

23De son côté, la presse conservatrice de Quito s’attachera également à accentuer la fracture régionale, tout en disputant à la presse de Guayaquil sa représentativité au sein de l’opinion publique. Après sa proclamation comme Chef Suprême le 5 juin, Eloy Alfaro mettra environ deux mois à s’imposer définitivement, lors de la bataille de Gatazo, le 14 août, qui lui ouvre les portes de la capitale. Pendant cette courte période, les conservateurs de Quito voient le gouvernement d’Alfaro comme une menace existentielle, non seulement parce qu’il est libéral, mais aussi parce qu’à leurs yeux, il chercherait à déplacer définitivement la capitale à Guayaquil34. Il est vrai que plusieurs éléments sont à même de nourrir les craintes des conservateurs de Quito. Alfaro, de retour d’un exil de plusieurs années, arrive à Guayaquil le 18 juin, quelques jours après sa proclamation. Dès le lendemain, il forme un gouvernement parallèle à celui de Quito, exclusivement formé de membres de l’élite côtière, et il se proclame commandant en chef des Armées. Le nouveau gouvernement se met à publier son propre journal officiel, qui rivalise avec celui qui est publié à Quito35. Autrement dit, la ville de Guayaquil semble disputer à Quito le statut de capitale. Il ne s’agit pourtant que d’une situation passagère : l’objectif final des libéraux est d’envahir la Sierra et de prendre le contrôle de Quito, dont le statut de capitale n’est aucunement remis en cause.

  • 36 Vizuete Marcillo, Luis Esteban, « Catolicismo social y obreros católicos en Ecuador durante la déc (...)
  • 37 Ibid., p. 145.

24Cependant, la presse conservatrice de Quito est convaincue que les libéraux entendent déplacer la capitale à Guayaquil. Tout au long des deux mois qui séparent la proclamation d’Alfaro de la bataille de Gatazo, trois journaux en particulier dénoncent l’ambition d’une Côte désormais dominée par les libéraux radicaux : El Industrial, El Pueblo et El Grito de la Sierra. El Industrial est un journal fondé en 1892 par un artisan catholique, Julián San Martín. Il s’agit d’une publication destinée aux artisans de Quito et dont les objectifs sont de faire parvenir les nouvelles aux artisans dans un langage à leur portée, de diffuser des informations sur les organisations artisanales catholiques de la capitale et de défendre des valeurs telles que le travail et la religion36. Après le triomphe de la Révolution libérale, San Martín interrompt brièvement la publication du journal, puis la poursuit d’octobre 1895 jusqu’à son décès, en 1900, malgré les difficultés provoquées par son affrontement avec les nouvelles autorités libérales, qui lui valent d’ailleurs un séjour en prison en 189637. Les deux autres journaux, El Pueblo et El Grito de la Sierra, sont, en revanche, éphémères : le premier compte vingt-deux numéros, le deuxième sept, et ils ont tous été publiés entre juin et août 1895. Ils ont tous deux été créés dans la conjoncture révolutionnaire de 1895, juste avant ou après la proclamation d’Alfaro. El Grito de la Sierra est publié par l’imprimerie de la municipalité de Quito, alors sous le contrôle des conservateurs, et El Pueblo par l’imprimerie de l’Église.

  • 38 « La Sierra » et « Quito destronada », El grito de la Sierra, n° 1, 5 juillet 1895, p. 1-3.

25Le titre El Grito de la Sierra est emblématique : ce nouveau journal cherche à faire entendre la voix de la zone andine face aux prétentions hégémoniques de la Côte. Les titres des deux premiers éditoriaux donnent le ton : « La Sierra » et « Quito destronada »38. Les deux articles accusent les libéraux, et plus largement les habitants du Littoral, de vouloir renverser l’ordre établi, fondé sur la prépondérance morale et politique, jugée naturelle et légitime, de la Sierra. Le journal ne cache pas son mépris pour les provinces de la Côte, qu’il associe à tous les vices, tandis qu’il s’attache à démontrer la supériorité morale des provinces andines et, en particulier, de Quito, exemple de piété et rempart contre l’anarchie. Depuis l’Indépendance :

  • 39 « La Sierra », El grito de la Sierra, p. 1.

Así como los [pueblos] del Litoral se prestaban a maravilla, por su carácter ardiente y bullicioso a las labores de la industria y del comercio, así los de la Sierra, ingénitamente dotados de serenidad, cordura y moderación, eran los más a propósito para en cierto modo dictar por el buen ejemplo a las demás Provincias, sus hermanas, la línea de conducta que, en lo religioso, moral y político, debían seguir39.

26Peu après, l’un des collaborateurs du journal présente même la guerre civile à venir comme un conflit entre le bien et le mal, qui se traduit, territorialement, dans un affrontement entre les vertus de la Sierra et les vices de la Côte :

  • 40 « Los dos patidos », El grito de la Sierra, n° 3, 12 juillet 1895, p. 2.

No importa que las débiles provincias de la costa hayan caído humilladas a los pies de sus propios verdugos, […] nada de esto importa cuando a la debilidad de esas provincias podemos oponer la fortaleza de las del Interior, y a la bajeza y cobardía de las del Litoral, la dignidad y el valor de los interioranos40.

  • 41 « La situación », El Pueblo, n° 21, 14 août 1895, p. 2.

27El Grito de la Sierra reconnaît à plusieurs reprises sur ses pages le dynamisme économique de Guayaquil, mais pour le journal, ce dernier ne saurait se substituer à la supériorité morale de Quito. Les journaux conservateurs estiment les habitants de la Côte facilement corruptibles, comme l’atteste précisément le triomphe du libéralisme radical dans la région : « los hijos de la costa han abrazado, infelices!, la causa del mal »41.

  • 42 El Pueblo, Al Supremo Gobierno, Quito, Imprenta del clero, 1895.
  • 43 « Quito destronada », El grito de la Sierra, p. 2.
  • 44 Lettre de José Marís Sarasti à Eloy Alfaro, 7 août 1895, reproduite dans Registro Oficial, n° 20, (...)

28Les journaux conservateurs ne déplorent pas seulement l’insolence des habitants du Littoral et leur faiblesse morale, mais leur soif de domination, car ils ne chercheraient qu’à asservir les provinces andines. Certains conservateurs sont même tentés de redéfinir la division politique qui déchire le pays non plus comme un affrontement idéologique entre conservateurs et libéraux, mais comme un affrontement entre deux régions, la Sierra et la Côte, qui chercherait à mettre la première sous sa tutelle : « No permitiremos jamás en que se imponga una tiránica preponderancia de la costa sobre el Interior, y este es el fin principal de la Revolución. No es esta lucha de partidos, es lucha de los costeños contra la sierra »42. De son côté, El grito de la Sierra prévient, sur un ton apocalyptique : « se vienen sobre los hijos de la Sierra para vejarnos y esclavizarnos, menospreciando nuestras instituciones políticas y religiosas »43. Le général en chef des armées conservatrices, José María Sarasti, dénonce, dans une lettre adressée à Alfaro quelques jours avant la bataille de Gatazo, « los que, desconociendo el voto general de las provincias del Interior, se lanzan a ultrajarlas en su decoro »44. L’armée libérale ne serait pas seulement une menace pour le statut de Quito, mais également pour les institutions politiques et les traditions religieuses de ses habitants.

  • 45 « La reforma de Alfaro », El Industrial, n° 141, 20 juillet 1895, p. 1.
  • 46 « La Sierra », El grito de la Sierra, p. 2 ; « Crónica», El Industrial, n° 140, 13 juillet 1895, p (...)
  • 47 « El amor a la patria », El grito de la Sierra, n° 3, 12 juillet 1895, p. 1.

29L’invasion imminente de la Sierra par les troupes libérales est donc perçue par les conservateurs non pas comme la manifestation d’une guerre civile, mais comme une invasion étrangère. El Industrial compare l’avancée des troupes libérales à une tentative de colonisation, comme celle de l’Afrique par l’Europe.45 Les habitants de la Côte sont également présentés comme des barbares, comparables aux Huns ou aux Arabes qui ont envahi la péninsule ibérique au VIIIe siècle46. Inversement, les habitants de Quito opposeraient aux barbares une résistance héroïque, qui ferait d’eux l’équivalent des trois cents spartiates dirigés par Léonidas47.

  • 48 « La reforma de Alfaro », El Industrial, p. 1.

30Pour El Industrial, les habitants de Guayaquil sont non seulement des barbares, ils sont aussi insensés. Leur folie les empêcherait de reconnaître leur état de barbarie et la rôle de la Sierra comme foyer de la civilisation dans le pays : « ¿Cuándo será cuerdo Guayaquil? ¿Cuándo reconocerá la grandeza de la Sierra? […] Ese pueblo se halla en plena edad media; y nos toca a los serranos ir y meterle por los ojos la luz de la civilización contemporánea »48. Ces propos révèlent une inversion des arguments avancés par la presse libérale de Guayaquil en 1894. Si cette dernière accusait la Sierra d’être arriérée et de rester au Moyen-Âge, c’est la presse conservatrice qui, cette fois-ci, utilise un langage semblable pour délégitimer les prétentions d’une Côte incapable, à ses yeux, d’incarner la civilisation.

  • 49 Cárdenas, Elisa, « El lenguaje de la secularización en los extremos de Hispanoamérica: Argentina y (...)
  • 50 Hidalgo Nistri, Fernando, La República del Sagrado Corazón. Religión, escatología y ethos conserva (...)

31En comparant les habitants de la Côte à des barbares païens ou mécréants et en présentant ceux des Andes comme civilisés, tout en insistant sur l’identité religieuse de ces derniers, les journaux conservateurs ont recours à une vieille dichotomie, celle qui oppose « civilisation » et « barbarie ». L’emploi de ce double concept est ancien et remonte, en Amérique, à la période coloniale. Il a été réactualisé au XIXe siècle, et employé à la fois par des libéraux, comme en Argentine, qui souhaitaient construire l’État avec le soutien de l’Église et de la religion, mais aussi par les conservateurs, qui voyaient le catholicisme non seulement comme un des fondements de la civilisation, mais comme la civilisation elle-même.49 Pour Hidalgo Nistri, la rhétorique apocalyptique du discours conservateur équatorien de la fin du XIXe siècle s’inscrit dans le millénarisme dominant l’éthos conservateur au tournant du siècle. Les conservateurs vivaient dans l’attente d’un affrontement final entre les armées du Christ et celles de l’Antéchrist, où seul un camp pouvait l’emporter50. Dans ce contexte, la presse conservatrice ne pouvait exprimer l’affrontement imminent entre conservateurs et libéraux, entre le Littoral et les Andes, qu’à travers une opposition binaire et manichéenne : le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, la civilisation et la barbarie.

  • 51 « Quito destronada », El grito de la Sierra, p. 3.

32Pour les journaux conservateurs, aucune transaction n’est possible désormais ; il ne reste plus aux habitants de la Sierra que les armes pour se défendre d’une Côte acquise au radicalisme : « Iremos al combate, lucharemos, triunfaremos, y la Perla del Pacífico, Guayaquil, quedará siempre incrustada en la corona de la Sierra »51. La référence à la couronne de la Sierra, et non pas celle de l’Équateur, n’est pas anodine. Pour les conservateurs, il ne s’agit plus seulement de préserver l’unité nationale, mais avant tout de remettre la Côte à sa place, dans une situation de subordination vis-à-vis de la Sierra. Les propos de ces journaux traduisent le refus des conservateurs de la capitale de reconnaître le déplacement vers le Littoral du centre de gravité économique et, désormais, politique du pays.

Conclusion

33L’essor économique de Guayaquil et les tensions croissantes entre conservateurs et libéraux suscitent un débat sur les relations entre la capitale et le port principal. S’il s’agit d’une évolution qui s’inscrit sur le long terme, certaines conjonctures sont révélatrices de la rivalité entre les deux villes, comme l’exclusion de Felicísimo López du Sénat en 1894 ou la proclamation d’Alfaro en 1895. Dans les deux cas, la presse libérale de Guayaquil et la presse conservatrice de Quito s’affrontent et se disputent la représentation de l’opinion publique pour faire valoir non seulement l’intérêt de leur région, mais aussi pour incarner des projets politiques divergents.

34Malgré les polémiques, après le triomphe libéral lors de la bataille de Gatazo, Eloy Alfaro n’entend pas changer la capitale et s’installe à Quito. Certes il effectue un séjour de plusieurs mois à Guayaquil à la fin de l’année 1895 et il envisage de faire de Guayaquil le siège de l’Assemblée constituante, nourrissant ainsi les craintes des conservateurs de Quito, mais il ne s’agit pas de déplacer la capitale. De toute façon, un grand incendie ravage Guayaquil en 1896 et l’Assemblée finit par se réunir à Quito. Si Alfaro s’absente parfois de la capitale pour quelques mois, c’est le plus souvent pour diriger en personne les campagnes contre les rebellions conservatrices qui secouent le pays pendant son premier mandat présidentiel (1895-1901). Mais dans tous les cas, il délègue le pouvoir à son vice-président et à son cabinet, qui restent à Quito.

35Les élites libérales de Guayaquil ne vont pas jusqu’à mettre en cause le statut de Quito comme capitale, qui est le résultat d’une longue tradition politique : avant d’être la capitale de l’Équateur, Quito a été une des principales bases d’opération de Huayna Capac et d’Atahualpa, la capitale de l’Audience à l’époque coloniale et le chef-lieu du district du sud au sein de la Grande Colombie. Si l’on s’en remet aux interprétations de la sociologie historique, la Révolution libérale apparaît comme la prise du pouvoir politique par l’oligarchie de Guayaquil. Or celle-ci, à travers les gouvernements libéraux, garde le contrôle du pays jusque dans les années 1920. Elle n’a donc pas besoin déplacer la capitale, car elle réussit, pour un temps, à établir une hégémonie politique, qui ne s’érodera pas avant le milieu des années 1920. La Révolution n’entraîne donc pas de changement de capitale, mais incarne plutôt la consolidation du « déplacement régional » décrit par Maiguascha, c’est-à-dire le déplacement du centre de gravité économique du pays de la Sierra vers une Côte dynamique et prospère grâce aux exportations de cacao.

Haut de page

Notes

1 Espinosa Fernández de Córdova, Carlos et Aljovín de Losada, Cristóbal, « Non possumus: los repertorios políticos del clero en la disputa por la secularización en el Ecuador posgarciano (1875-1905) », Historia, 2017, n° 50-2, p. 471-490.

2 Deler, Jean-Paul, Ecuador: del espacio al Estado nacional, Quito, Universidad Andina Simón Bolívar (UASB) sede Ecuador-Institut Français d’Études Andines (IFEA)-Corporación Editora Nacional (CEN), 2007, p. 217.

3 Ibid., p. 219 -221.

4 Ibid., p. 232-241.

5 Ibid., p. 260-261.

6 Maiguashca, Juan, « El desplazamiento regional y la burguesía en el Ecuador, 1760-1860 », in Segundo encuentro de historia y realidad económica y social del Ecuador, t. 1, Cuenca, Instituto de Investigaciones sociales, 1978, p. 27-39.

7 Quintero, Rafael, « El Estado terrateniente del Ecuador, 1809-1895 », in Jean-Paul Deler (dir.), Estados y naciones en los Andes. Hacia una historia comparativa: Bolivia, Colombia, Ecuador, Perú, Lima, IFEA, 1986, p. 401-402.

8 Ibid., p. 403, 410 et 413.

9 Quintero Rafael et Silva, Érika, Ecuador: una nación en ciernes, vol. 1, Quito, Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (Flacso) sede Ecuador-Abya-Yala, 1991, p. 206-207.

10 Deler, Ecuador. Del espacio al Estado nacional, p. 261 et 288.

11 Maiguashca, Juan, « El proceso de integración nacional en el Ecuador: el rol del poder central, 1830-1895 », in Juan Maiguashca (éd.), Historia y región en el Ecuador, 1830-1930, Quito, Flacso sede Ecuador-CEN, 1994, p. 388-390.

12 Maiguashca, Juan, « El proyecto garciano de modernidad católica-republicana en Ecuador, 1830-1875 », in Martha Irurozqui (éd.), La mirada esquiva: reflexiones históricas sobre la interacción del estado y la ciudadanía en los Andes (Bolivia, Ecuador y Perú), siglo XIX, Madrid, CSIC, 2005, p. 233-260.

13 Henderson, Peter V.N., Gabriel García Moreno y la formación de un Estado conservador en los Andes, Quito, CODEU, 2010 ; Buriano Castro, Ana, Navegando la borrasca. Construir la nación de la fe en el mundo de la impiedad, Ecuador, 1860-1875, México, Instituto Mora, 2008.

14 Williams, Derek, « La creación del pueblo católico ecuatoriano (1861-1875) », in Cristóbal Aljovín de Losada et Nils Jacobsen (éds.), Cultura política en los Andes (1750-1950), Lima, IFEA, 2007, p. 319-345.

15 Kingman, Eduardo et Goetschel, Ana María, « El presidente Gabriel García Moreno, el Concordato y la administración de poblaciones en el Ecuador de la segunda mitad del siglo XIX », Historia crítica, 2014, n° 52, p. 23-149.

16 López, Felicísimo, « La Revolución de 1884 ante la historia y el Congreso de 1885 », El Combate, n° 66, 6 juin 1885, p. 172-174 ; n° 67, 13 juin 1885, p. 176-177 ; n° 68, 20 juin 1885, p. 180-181.

17 Cette longue polémique a déjà été traitée sous plusieurs angles, comme le débat entre López et Schumacher sur le darwinisme : Sevilla, Elisa et Sevilla, Ana, « Ángeles caídos o animales perfectibles: el darwinismo en las disputas entre liberales y conservadores en el Ecuador (1875-1895) », in Nicolás Cuvi, Elisa Sevilla, Rosaura Ruiz et Miguel Ángel Puig Samper (éds.), Evolucionismo en América y Europa, Quito, Flacso sede Ecuador-PUCE, 2016, p. 256-261.

18 Un diocesano, Carta al pastor Ilustrísimo y Reverendísimo Obispo de Portoviejo señor D. Pedro Schumacher, Guayaquil, Imprenta comercial, 1889, p. 6 et 16-18.

19 Schumacher, Pedro, Décima carta pastoral del Ilmo. y Rmo. Sor. Obispo de Portoviejo, Portoviejo, Imprenta del Seminario de San José, 1889, p. 9-10.

20 « Interior », Diario de avisos, n° 627, 2 avril 1890, p. 2.

21 Arévalo, Emilio, Defensa del Sr. Dr. Emilio Arévalo en favor del Sr. Dr. Felicísimo López, sindicado por causa religiosa, Guayaquil, Imprenta comercial, 1891, p. 3-4.

22 « Vigésima Carta pastoral del Ilmo. Rmo. Señor Obispo de Portoviejo », Boletín eclesiástico, n° 12, 16 janvier 1895, p. 23.

23 Protesta, Quito, Imprenta de El Siglo, 1894 ; Los liberales del Azuay, Pro patria, Imprenta del Pueblo, Cuenca, 1894.

24 El Senado de 1894. Reprobación unánime de la prensa nacional. Quito, Imprenta de El Siglo, 1894, p. 32.

25 Ayala Mora, Enrique, Ecuador del siglo XIX. Estado Nacional, Ejército, Iglesia y municipio, Quito: UASB sede Ecuador-CEN, 2011, p. 206.

26 Diario de avisos, El Iris, El Imparcial, El Tiempo et Los Andes, in El Senado de 1894, p. 10-12, 22-24, 27, 29-30 et 38.

27 Diario de avisos, El Iris, El Globo, Los Andes et El Tiempo, ibid., p. 10, 16-18, 24, 27, 29, 35 et 37.

28 La Nación, El Globo et El Iris, ibid., p. 17, 20 et 28.

29 El Tiempo et El Iris, ibid., p. 25 et 35.

30 El Senado de 1894, p. 26-27.

31 Ibid., p. 18.

32 Ibid., p. 12, 18 et 27.

33 Ibid., p. 13-14.

34 « La Sierra », El grito de la Sierra, n° 1, 5 juillet 1895, p. 1-2.

35 Registro oficial, n° 1, 1 juillet 1895, p. 1-4.

36 Vizuete Marcillo, Luis Esteban, « Catolicismo social y obreros católicos en Ecuador durante la década de 1890 », Procesos. Revista Ecuatoriana de Historia, 2019, n 50, p. 136.

37 Ibid., p. 145.

38 « La Sierra » et « Quito destronada », El grito de la Sierra, n° 1, 5 juillet 1895, p. 1-3.

39 « La Sierra », El grito de la Sierra, p. 1.

40 « Los dos patidos », El grito de la Sierra, n° 3, 12 juillet 1895, p. 2.

41 « La situación », El Pueblo, n° 21, 14 août 1895, p. 2.

42 El Pueblo, Al Supremo Gobierno, Quito, Imprenta del clero, 1895.

43 « Quito destronada », El grito de la Sierra, p. 2.

44 Lettre de José Marís Sarasti à Eloy Alfaro, 7 août 1895, reproduite dans Registro Oficial, n° 20, 7 septembre 1895, p. 154.

45 « La reforma de Alfaro », El Industrial, n° 141, 20 juillet 1895, p. 1.

46 « La Sierra », El grito de la Sierra, p. 2 ; « Crónica», El Industrial, n° 140, 13 juillet 1895, p. 4.

47 « El amor a la patria », El grito de la Sierra, n° 3, 12 juillet 1895, p. 1.

48 « La reforma de Alfaro », El Industrial, p. 1.

49 Cárdenas, Elisa, « El lenguaje de la secularización en los extremos de Hispanoamérica: Argentina y México (1770-1870). Un acercamiento », Ariadna histórica. Lenguajes, conceptos y metáforas, 2016, n° 5, p. 182-183 ; Cárdenas, Elisa ; Cortés Manresa, E. Lorena et Pani, Érika, « Civilización y cristianismo. Los avatares de un binomio complejo. México en el siglo XIX », Ariadna histórica. Lenguajes, conceptos y metáforas, 2020, n° 9, p. 82-88.

50 Hidalgo Nistri, Fernando, La República del Sagrado Corazón. Religión, escatología y ethos conservador en Ecuador, Quito, UASB sede Ecuador-CEN, 2013, p. 230-231.

51 « Quito destronada », El grito de la Sierra, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n° 1 : El Tigre de Surampalte acosado por la opinión pública
Crédits El Cáustico, n° 4, 7 février 1895, p. 2.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/86112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Medina, « La rivalité entre Guayaquil et Quito à l’aube de la Révolution libérale, 1894-1895 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/86112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.86112

Haut de page

Auteur

Alexis Medina

Université de Franche-Comté, CRIT EA 3224

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search