Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2021Laurent Vidal. Les hommes lents :...

2021

Laurent Vidal. Les hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle

Vinicius Maluly
Référence(s) :

Laurent Vidal. Les hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle, Paris, Flammarion, 2020, 304 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l'attente. Migrations et mobilités d (...)

1« La force est du côté des “lents” ». À partir de cette phrase inspirée par le géographe brésilien Milton Santos, Laurent Vidal, professeur des universités en histoire à l’université de La Rochelle, nous propose de penser les rythmes sociaux établis depuis, à peu près, la fin du Moyen Âge, jusqu’à nos jours dans le livre « Les hommes lents. Résister à la modernité, XVe – XXe siècle ». L’auteur formule une pensée critique autour de ce qui représenterait un nouveau paradigme social, politique et spatial, centré non sur la mécanisation industrielle de la vie, mais sur ceux qui sont considérés comme « les hommes lents », à savoir ceux qui furent (et sont toujours) mis en marge de la société, des villes, de l’histoire. Ces idées ont été traitées par Laurent Vidal dans d'autres travaux sur « les territoires de l'attente »1, par exemple. Néanmoins, il nous offre ici une histoire effective du rythme et, outre les considérations sur l’accélération et la systématisation de notre existence, il énonce également une histoire des techniques.

2« Les hommes lents. Résister à la modernité, XVe – XXe siècle » est organisé en 4 parties : I – Généalogie d’une discrimination sociale ; II – La modernité industrielle et la guerre aux lents ; III – Impromptu ; IV – Rompre le rythme, ré-exister. Chacune de ces parties est divisée en chapitres, et possède un rythme propre, avec des considérations historiques très précises. On pourrait le comparer à une sorte de symphonie moderne structurée en 3 mouvements bien divisés, séparés par un Impromptu qui annonce, intempestivement, le mouvement qui conclut, avec critique et originalité, cette œuvre puissante.

3L’argument central du livre émane de la notion de rythme. « Les hommes lents », une conception qui n’est pas forcément figée, définie, claire, parce qu’il ne faut pas les emboîter. Les hommes lents, ainsi que les femmes lentes, sont partout, en construisant les bases de la société de la vitesse et de l'opulence. Toutefois, les discours dominants les classifient comme indésirables et inconvenants. Avec l’appui de la littérature, des arts visuels, de l’histoire, de la géographie, de la philologie, de l’anthropologie, de la musique et du cinéma, Laurent Vidal démontre la vraie puissance des hommes considérés « lents ». Depuis le Moyen Âge, en passant par la colonisation des Amériques, l’industrialisation de la fin du XVIIIe, le commerce accéléré du XIXe, la chronométrisation du XXe et la révolution numérique du XXIe siècle, ils étaient au fondement de la vie occidentale et simultanément marginalisés. Toutefois, leurs voix furent toujours présentes dans le monde (construit à partir, principalement, des relations entre les côtes de l’Atlantique) et incorporées par la culture dite « savante » (p. 193). C’est où on peut voir effleurer la totalité de l’argument, qui est visible dans une profusion de domaines artistiques et scientifiques, depuis l’esclavage des Amérindiens jusqu’à la création du jazz et de la samba.

4La première partie discute les origines de la dénomination des « hommes lents ». Depuis l’analyse philologique du mot lentus, associé au manque de courage, à la paresse, à l’oisiveté, à l’indolence – y compris des autochtones –, on en arrive à la définition de Don Quichotte en tant qu’un homme lent, un chevalier conduit non par des chevaux, mais par des bœufs, en luttant contre les moulins à vent – symboles de l’arrivée de l’époque moderne. La deuxième partie discute les révolutions du XVIIIe siècle et « la guerre aux lents ». Avec une société de plus en plus mécanisée, les prolétaires surgissent et la ségrégation du monde en termes moraux, raciaux et rythmiques est renforcée. Le chronomètre et la vitesse accompagnent l’instauration de la chaîne de travail qui enferme ceux qui « ne paraissent pas adaptés aux nouvelles normes rythmiques de la société » (p. 141). La troisième partie, l’Impromptu, est presque une préparation pour la dernière partie qui veut « donner la parole aux hommes lents » (p. 147) qui sont là « pour menacer l’équilibre social » (p. 146). Enfin, on arrive à la ré-existence des hommes lents qui échappent au rythme socialement imposé et donnent leurs propres contours au monde qui les entoure. Or, c’est avec « un répertoire d’actions rythmiques » (p. 153) que les hommes lents font de la résistance, dans le ralentissement et les formes de sabotage au travail, dans l’union des travailleurs, dans l’établissement des nouveaux rythmes aux villes-ports de l’Amérique (Rio de Janeiro et Nouvelle Orléans), dans la musique et la dance. La subversion est le mot clé.

5Selon ce contexte formé par la vigueur de l’Atlantique, le rythme des hommes lents est habilement examiné et illustré. Toutefois, si l’on veut élargir le débat avec une sensibilité du lexique musical, on pourrait dire que la discussion envisagée est d’ailleurs une réflexion sur le rythme et aussi sur le tempo. C’est-à-dire, d’une part le rythme qui considère, avant tout, la distribution et l’action des hommes au fil du temps, en pensant socio-spatialement les autochtones, les noirs, les européens, les mestizos, et d’autre part le tempo, étant donné que la lenteur, l’accélération et les dynamiques mobilisent ce livre. On peut dénoter ici ce qui serait, possiblement, une histoire sociale du rythme et du tempo (un mot traduit en portugais par andamento, du verbe andar – marcher – qui symbolise, singulièrement, l’objectif central du livre en ayant une couverture qui dépeint deux hommes qui sont à pied, en dépit de l’affichage publicitaire qui explicite les avantages de voyager en train. Les hommes lents ne s’arrêtent jamais.).

6La lecture de « Les hommes lents » de Laurent Vidal est élémentaire pour penser la construction de la société occidentale qui veut s’approprier de la force du lent et, en même temps, le discriminer et le subjuguer. Effectivement il y eut une synchronie entre le lancement du livre et l’imposition de l’isolement social à cause du Covid-19, qui a ralenti la vie, l’économie et le mouvement des personnes. C’est avec ce refroidissement de la dynamique sociale que l’on espère pouvoir construire un autre monde, moins attaché aux finances, aux richesses et plus fraternel. Dans ce contexte, « Les hommes lents » contribue à une critique sociale opportune, vu que l’isolement nous a permis, premièrement, de vivre à un autre rythme et, deuxièmement, d’évoquer les nettes différences matérielles existantes entre les couches sociales. Peut-être, faudrait-il même lire cet œuvre avec un autre rythme. Selon la suggestion de l’auteur, inspirée par le philosophe allemand Friedrich Nietzsche, à l’aide d’une « lente lecture » (p. 21) pour bien percevoir l’érudition et la subtilité ici présentes.

Haut de page

Notes

1 Voir Laurent Vidal et Alain Musset (dir.), Les Territoires de l'attente. Migrations et mobilités dans les Amériques (XIXe - XXIe siècles), Presses universitaires de Rennes, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinicius Maluly, « Laurent Vidal. Les hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/86387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.86387

Haut de page

Auteur

Vinicius Maluly

Doctorant en Géographie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search