Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2021Intellectuels et anthropologues d...

2021

Intellectuels et anthropologues des provinces, radicalisme politique ou régionalisme : histoire culturelle et anthropologique à Ayacucho, Pérou 1920-1970

Thèse de doctorat réalisée sous la direction de Mme Carmen Salazar-Soler Directrice de recherche au CNRS, soutenue le 18 décembre 2019 l’EHESS
Composition du jury :
Mme Valérie Robin Azevedo, Professeure des Universités à l’Université Paris Descartes (Rapporteur)
Mme Sonia Rose, Professeure des Universités à l’Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées (Rapporteur)
Mme Antoinette Molinié, Directrice de recherche émérite au CNRS
M. Nathan Wachtel, Professeur émérite au Collège de France
M. Jacques Poloni-Simard, Maître de conférences à l’EHESS
Intellectuals and anthropologists from provinces, political radicalism or regionalism: Cultural and Anthropological History in Ayacucho, Peru 1920-1970
Intelectuales y antropólogos de provincias, radicalismo politico o regionalismo: Historia Cultural y Antropológica en Ayacucho, Perú 1920-1970
Jefrey Gamarra Carrillo

Résumés

À la fin du XXe siècle, un conflit armé éclata au Pérou dont les facteurs déclenchants sont encore matière à discussion aujourd’hui. C’est la ville andine d’Ayacucho qui se retrouva au cœur du conflit et l’université publique de cette région du Pérou fut mêlée au conflit dans la mesure où quantité de ceux qui faisaient partie de Sentier Lumineux étaient liés à des activités d’enseignement. Ce dernier élément conduisit les spécialistes de l’étude du phénomène subversif à rechercher les racines intellectuelles du groupe qui cherchait à prendre le pouvoir par la violence. L’approche principale adoptée par les spécialistes à cet égard est que le radicalisme du groupe armé répond à une caractéristique des groupes d’intellectuels des provinces ou des régions des hauts plateaux péruviens insatisfaits de l’État péruvien et réticents aux changements tels que l’impact de la modernisation dans ces espaces au début du siècle dernier. Dans le cadre de cette thèse, nous proposons au contraire que, durant la première moitié du siècle, les intellectuels de provinces comme celle d’Ayacucho, loin d’être des radicaux, cherchaient à résoudre les problèmes typiques d’un pays centralisé et doté d’une élite hégémonique située à Lima, la capitale du pays, qui considérait les provinces comme des espaces perdus dans le temps et incapables de faire face à la modernisation et à la modernité. Les tensions et les conflits avec la capitale ont façonné leurs relations culturelles ainsi que les représentations autour de l'État central et des provinces de l'intérieur du pays. L’histoire culturelle d’Ayacucho ne peut se séparer de la façon dont ces groupes d’intellectuels construisirent des représentations autour de la nation, de la région et du mode de vie en province. Cette Histoire Culturelle s'exprime dans la manière dont l'anthropologie des provinces ou des régions telles qu'Ayacucho et Cusco a permis de réfléchir et de résoudre le problème des visions hégémoniques au Pérou. La thèse n’aborde pas directement l'étude de la lutte armée, mais traite de la construction de représentations autour des traditions intellectuelles sur le radicalisme et le régionalisme dans le pays.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette thèse doctorale serait prochainement traduite et publié en espagnol.

Texte intégral

Tous les temps féconds
intellectuellement
annoncent des
catastrophes historiques
(Émile Cioran)

Introduction

1La tendance actuelle dans les sciences agissant sur le social est à la maximisation des données quantitatives, basées de plus en plus sur des algorithmes mathématiques, des calculs de probabilités et toute une panoplie d’outils permettant la connaissance des individus et leurs liens sociaux. Même Émile Durkheim (qui n’a jamais été oublié) a perdu de son importance, lui qui proposait l’étude des phénomènes sociaux en tant qu’éléments qui devaient rester séparés de l’observateur; le rôle du chercheur n’est plus aussi marquant qu’autrefois. Les humanités s’effacent devant un système qu’impose l’obligation de surveiller les comportements des individus.

2En tenant compte de ce que l’on vient de signaler, ce travail cherche à poser des questions, toujours essentielles pour les sciences sociales, en particulier pour des disciplines comme l’anthropologie et l’histoire. D’abord, face à l’accent mis sur le quantitatif, il faut renvoyer à des méthodes utilisées par ces disciplines. L’importance du qualitatif pour comprendre la culture et ses changements reste valable. La diversité, les différences et la construction des sens et des mémoires sont toujours présentes malgré l’idée, et parfois le désir, de voir partout l’homogénéité triompher.

3L’anthropologie, qui insiste sur la diversité, doit continuer, comme le firent les anthropologues classiques tels que Levi-Strauss et d’autres, de lutter pour un monde qui doit refuser de devenir homogène en maintenant les différences d’accès aux conditions assurant la survivance de l’humanité. Dans ce sens nous cherchons à comprendre le parcours d’une science de la culture dans des milieux tels que les Andes. À partir de là, nous voulons proposer une anthropologie que nous pourrions appeler « du sauvetage de la diversité ».

4Cette perspective devrait donc se rapprocher d’une histoire culturelle qui peut apporter une méthode conduisant à la compréhension de la culture dans les Andes et de la façon d’agir de l’anthropologie. Mais cette histoire doit viser la micro-histoire plutôt que la macro-histoire. Si l’on se réfère à un pays aussi divers comme l’est le Pérou, elle devrait s’intéresser à un espace sous régional comme celui d’Ayacucho, L’approche utilisée dans ce travail part donc du pluridisciplinaire et essaye de faire dialoguer l’anthropologie et l’histoire culturelle dans le but commun de les comprendre et de les défendre.

Figure 1 – La région d’Ayacucho dans le Pérou. Archive Wikipedia.

Figure 1 – La région d’Ayacucho dans le Pérou. Archive Wikipedia.

5Il s’agissait donc de comprendre comment une science de la culture comme l’anthropologie, qui se développa dans un milieu éloigné et aussi particulier que celui des Andes et qui fut elle-même tant différente des pratiques intellectuelles des provinces fortement rurales, peut être soumise aux changements ou aux adaptations. Dans ce sens, nous cherchons à comprendre de quelle manière les intellectuels de provinces comme Ayacucho se sont approprié cette discipline et comment, à un certain moment de cette histoire anthropologique, elle a été laissée de côté par un nouveau paradigme qui a traversé les sciences sociales après la première moitié du vingtième siècle. Est-ce que cette discipline devint partie prenante d’un mode de pensée d’un pays, d’une région, d’une localité ? Comment aborder son étude sur le plan méthodologique ?

La méthodologie dans cette étude

6L’étude que nous proposons a exigé le développement d’une méthodologie associant une approche historique et une démarche anthropologique. La première visait l’analyse des discours sur la région, l’indien et la nation en essayant de comprendre les effets de la modernité dans un espace comme Ayacucho. Comment et quelles conséquences eut cette rencontre avec la tradition ? Par ailleurs, nous avons essayé d’observer, parmi les milieux intellectuels de la seconde moitié du vingtième siècle, la propagation de ce qu’on appelle une deuxième vague de modernité. C’est ainsi que le marxisme, ses nouveaux paradigmes scientifiques et ses représentations ainsi que ses pratiques pédagogiques ont été étudiés.

  • 1 Foucault, Michel, La Arqueología del Saber, 1ère edition en espagnol, Madrid-España, Siglo XXI Edi (...)

7Pour développer l’analyse du discours nous avons pris le modèle proposé par Michel Foucault1 dont les composantes principales sont les surfaces d’émergence, les instances de délimitation ou les grilles de spécification. Nous avons aussi eu recours à la comparaison discursive entre trois groupes intellectuels, tant de Lima, la capitale péruvienne, que d’Ayacucho, l’espace régional choisi pour notre étude. Le troisième espace, non moins important pour notre travail, est celui de la région de Cusco.

8L’approche comparatiste avec les intellectuels de Cusco de la première moitié du siècle nous a permis de comprendre comment se sont tissés certains rapports de pouvoir entre la capitale du pays et les espaces périphériques ou marginaux. En gardant les particularités de chacune des provinces ou des régions on trouve des similitudes dans la façon d’exercer le pouvoir intellectuel à partir de Lima et dans la manière dont ce pouvoir est contesté depuis ces provinces. En même temps il faut tenir compte des différences entre les groupes intellectuels, aussi bien de Cusco que d’Ayacucho, même si quelques-uns de ceux qui faisaient partie du groupe d’Ayacucho se sont formés à l’université San Antonio Abad de Cusco.

9Notons d’autre part que cette comparaison se fait entre les discours produits avant les années cinquante et ceux élaborés pendant les années soixante et soixante-dix. Tant à Lima qu’à Cusco ces groupes ont influencé la pensée du groupe d’Ayacucho. Mais comme nous le verrons plus loin, ces derniers ont été importants pendant la première moitié du siècle tandis que les seconds l’ont été tout au long de notre période d’étude.

10La documentation consultée se compose d’écrits sur la région, la nation et la localité. Revues, journaux et même documents officiels, émanant surtout du secteur de l’éducation, ont constitué la matière première qui nous a permis de comprendre la production intellectuelle d’un espace comme la région d’Ayacucho. Il faut y rajouter quelques livres de facture régionale et bilingue. La production académique de l’université San Cristóbal de Huamanga à Ayacucho fait également partie de notre recherche : les thèses produites depuis les années 1960 ainsi que les études menées pour sa réouverture en 1959 nous permettent de comprendre les discours et leur relation avec l’histoire culturelle et anthropologique.

11Au-delà de l’analyse des discours, nous avons inclus quelques instruments et techniques utilisés par les historiens pour faire une histoire orale. Quelques-uns des témoins qui vivaient encore à la fin du vingtième siècle firent l’objet d’entretiens non directifs. De la même façon, le dialogue avec d’anciens étudiants et professeurs de l’université San Cristóbal de Huamanga à Ayacucho nous a permis de compléter l’approche historique.

12Mais une histoire qui comporte un volet anthropologique demande d’agir de façon pluridisciplinaire. Cela astreint de travailler à partir d’un sujet épistémologique commun aux deux disciplines, ce qui nous a conduits à incorporer dans notre travail des méthodes propres aux études sur la mémoire. Ce dernier élément constitue un point pour le dialogue méthodologique entre l’anthropologie et l’histoire. Le travail de terrain que constitue presque un monopole de la première des deux disciplines est devenu un outil important pour les recherches sur la mémoire. Les historiens doivent faire leur métier en ayant recours aux apports méthodologiques de l’anthropologie. Cette méthodologie devait être appliquée surtout pour comprendre le développement du nouveau paradigme marxiste apparu au cours de la seconde moitié du siècle passé et l’étape où une anthropologie centrée sur la région était remplacée par une nouvelle science basée sur la « réification » de la base économique.

  • 2 Ricœur, Paul, La Mémoire, L’Histoire, L’oubli. 1ère édition France, Éditions du Seuil, 2000.

13Comment le disait Paul Ricœur2 « la mémoire vive est vivante ». C’est pour cela que nous nous sommes entretenus avec quelques témoins de ce changement de paradigme. Ainsi, l’approche ethnographique pouvait nous aider à répondre à des questions relatives aux mémoires individuelles qui, partagées, devenaient des mémoires collectives. L’ethnographie pouvait aussi nous aider à établir quelles sortes de mémoire étaient manipulées ou forcées. Nous avons considéré, dans ce cas, que les effets du nouveau paradigme ont conduit en partie à la violence qui éclata pendant les deux dernières décennies du XXe siècle.

  • 3 Voir à ce sujet l’article de Caroline Hervé, « Analyser la position sociale du chercheur : des obs (...)

14Mais on ne peut pas seulement faire appel à la seule mémoire collective quand on travaille une méthodologie combinant histoire et anthropologie. Le facteur personnel de celui qui doit mener le travail à bien, c’est-à-dire le chercheur, les circonstances dans lesquelles il doit organiser le travail d’archives et de terrain demandent un effort constant de révision des données ainsi que des lectures sur la position du chercheur. Il ne s’agît pas dans ce cas de quelqu’un venu de l’extérieur qui essayerait de faire face aux difficultés inhérentes au travail de terrain3 et qui voudrait se livrer à de l’observation participante qui lui permettrait de mesurer le succès de la collecte des données à travers le mimétisme de terrain. Il s'agit plutôt de quelqu’un qui appartient à la société et à la culture sur laquelle porte sa recherche, d’un membre du même groupe social, d’un citoyen qui appartient à cette société également caractérisée par les clivages ethniques.

15Nous avons essayé de mettre en œuvre une approche que nous pourrions qualifier « d’anthropologie à deux pieds ». Cette approche implique d’avoir un pied dans la société locale/régionale et l’autre dans la société nationale et même globale ; elle mélange d’ailleurs l’appartenance à un espace urbain entouré par l’espace rural et l’expérience d’un chercheur travaillant dans une université de province. Comme nous l’avons déjà mentionné, cette démarche requiert plus d’attention afin de ne pas confondre les perspectives d’observation.

16On peut étendre cette approche pour travailler l’interprétation du passé et la mémoire. Comment agir sur les données d’une histoire culturelle qui part d’une perspective provinciale ? Il faut également tenir compte qu’une bonne partie de cette histoire a été écrite ailleurs, à partir de la capitale du pays ou depuis l’étranger.

Les difficultés d’une telle approche

17Les difficultés auxquelles nous devions faire face pour aboutir aux principaux résultats de cette recherche sont nombreuses. D’abord, il y a les limites toujours présentes dans la recherche concernant les espaces provinciaux d’un pays comme le Pérou. Le centralisme culturel presque étouffant qui s’y est développé historiquement a produit une division du travail de recherche car les universités et les centres situés dans la capitale disposent de plus de ressources et ont accès à plus d’information que celles situées en province. Archives physiques et virtuelles sont beaucoup plus complètes à Lima qu’à Ayacucho. On peut dire la même chose pour les fonds de recherche dont disposent les institutions en rapports fréquents avec l’étranger.

18Mais au-delà de ces contraintes, les plus grandes difficultés viennent des conditions politiques dans lesquelles cette recherche a été faite. La fin du conflit armé ne suppose pas que les conditions permettant de faire de la recherche sur le sujet de la violence ou, dans ce cas, sur des phénomènes très proches comme le radicalisme et le régionalisme, soient meilleures. Les risques d’une recherche anthropologique et même d’une recherche sur l’histoire culturelle, sont à prendre en compte.

  • 4 À l’époque, chaque matin, quand nous entrions dans la salle des professeurs, on pouvait trouver de (...)

19Même si le conflit était terminé, la méfiance n’avait pas cessé envers ceux qui travaillent sur le sujet à l’intérieur de l’université de Huamanga à Ayacucho. Sur le plan personnel, nous avions demandé à ce que soit établie une Commission de la Vérité afin d’essayer de comprendre ce qui s’était passé pendant le conflit armé. Par exemple, à cette époque, plusieurs documents ont disparu de l’université, quelques exemplaires de thèses ne se trouvaient plus à la bibliothèque et dans d’autres archives4. Mais la fin du conflit n’a pas signifié l’assurance de pouvoir mener une recherche sans problèmes dans les archives. Les attitudes de rejet et de peur envers les senderistes étaient toujours présentes et limitaient, par extension, l’appui à la recherche sur le conflit à partir de la propre université de Huamanga. Une politique de la mémoire basée sur le stigmate et l’idée fixe sur le retour des actions à futur a rendu difficile la collecte d’informations écrites. Nous pouvons dire que la dialectique de la mémoire et le silence ont joué leur rôle dans l’après conflit.

20De même, au cours du travail du terrain en histoire et en ethnographie que nous avons mené pour cette recherche, nous avons dû faire face aux contraintes provenant des conditions qui étaient celles de l’après conflit. Comme nous en avons fait mention plus haut, les deux ont était faites en partie tout au long des années de la violence, et au-delà. Il faut rappeler que dans ce cas, la mémoire a précédé la recherche dans la mesure où la formation anthropologique et l’intérêt pour l’histoire ont permis de faire des observations de terrain dans ces deux disciplines même si au cours du conflit armé nous n’avions pas une idée précise du sujet de cette recherche.

  • 5 Par exemple en 1983, qui fut le moment le plus dur du conflit, lors d’un cours sur les méthodes d’ (...)
  • 6 Ghasarian, Christian, « Por los Caminos de la Antropología Reflexiva ». In Christian Ghasarian (di (...)

21Cette façon de vivre la réalité qui nous entourait dans le contexte de violence, sur le moment et par la suite, nous obligeait à trouver des réponses à ce qui se passait. Ces réponses partaient des conditions historiques pour aller jusqu’à la situation personnelle de chacun vivant et travaillant à l’université et essayant de réaliser une approche aussi bien historique qu’ethnographique, en courant le risque d’être mal compris par les forces en présence5. Dans ce sens, on peut parler d’une méthodologie plus proche de ce que Ghasarian6 appelle ethnographie réflexive. Il faut donc tenir compte de la façon dont le narrateur peut arriver à la connaissance d’une culture, dans ce cas, dans une situation de violence.

22Mais une ethnographie réflexive suppose dès lors un chercheur venant de l’extérieur de la culture et même de la société qu’il va étudier. On se trouve là dans le dilemme de l’outsider ou de l’insider dont la perspective doit être prise en compte au risque de ne pas s’approcher de la culture sujet d’étude. Dans le cas de notre recherche, le problème vient de ce que nous, les chercheurs, provenons de la même société que nous voulons étudier. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une auto-ethnographie dont l’intérêt serait l’ethnicité. Une société telle que celle d’Ayacucho va au-delà d’un groupe ethnique tout en n’atteignant pas la dimension d’une société nationale. C’est dire qu’une société régionale ne correspond pas nécessairement à la vision dualiste qui correspondrait à une division pure et simple entre seigneurs blancs propriétaires fonciers et Indiens.

23Dans ce sens, nous nous trouvions devant la nécessité de faire une ethnographie et une histoire sous nationales où le chercheur était à la fois observateur et acteur plutôt que participant selon le modèle d’observation participante. Comment entreprendre une telle recherche dans sa propre société ? Quels sont les conditions méthodologiques et même éthiques pour la mener ?

  • 7 Voir à ce sujet Malcom Waters (1994) sur l’approche marxiste dans les sciences sociales.
    Waters, M (...)

24La réponse à ces questions doit se faire en tenant compte des tensions auxquelles nous étions soumis dans le cadre de cette recherche. Un des premiers risques était de céder à la tentation de se poser en victimes du processus social et des conditions historiques. Si dans une recherche sur la tradition du fonctionnalisme la distance de l’objet devient une constante, elle n’est pas possible dans les conditions qui sont celles de notre travail. Par contre, il se peut que l’approche structuraliste, principalement celle que l’on appelle structuralisme critique7, nous mette en situation de victimes dans la mesure où nous ne sommes pas capables d’aller au-delà des structures afin de construire ou de modifier notre propre monde social. Ajoutons aussi que dans un contexte comme celui d’Ayacucho, l’explication structurelle de la société contribua à ce que ses membres se comportent et réagissent comme des victimes du système. Dans cette optique, l’approche ethnographique et historique devait éviter ce clivage.

  • 8 Communication d’un professeur à l’université de Huamanga en 1983.

25Un deuxième risque de l’étude faite à partir de l’intérieur vient de l’engagement politique dans un milieu soumis aux conditions de violence. Comme nous l’avons souligné, le but d’un groupe comme le Sentier Lumineux était que personne ne reste neutre. Ils soutenaient que cette position ne devait pas exister et comparaient l’engagement dans la lutte révolutionnaire avec une grande vague rompant le rivage et entrainant vers la mer tout ce qui était à sa portée8. De ce point de vue un engagement politique était la seule façon de prétendre faire une anthropologie que puisse permettre la transformation radicale de la société. Partager le savoir-faire de la révolution était devenu le but des toutes les sciences sociales. Une anthropologie que s’intéresserait à elle-même était vue avec méfiance, et même avec hostilité.

  • 9 Parfois nous pouvions voir quelques chercheurs qui venaient de l’extérieur essayant d’avoir des en (...)
  • 10 Voir par exemple à ce sujet Christopher Shay, “Should anthropologists go to war ?”, Time Magazine, (...)

26Pour qui ne voulait pas ce type d’engagement, le quotidien demandait une ethnographie silencieuse et basée surtout sur la mémoire capable de remplir ce que le carnet de terrain ne pouvait pas contenir par manque de sécurité. Nous avons appris l’importance de regarder les espaces, les gestes, les symboles sans demander d’interviews car l’engagement politique, ou en tout cas la sympathie, était la condition préalable pour répondre aux questions au cours du conflit et du post-conflit9. Cependant, l’autre aspect de la confrontation était la méfiance de l’armée qui attendait probablement que l’on puisse faire une sorte d’embeded anthropology10 permettant un apport, grâce à la connaissance du terrain envers la société régionale, notamment la paysannerie d’Ayacucho.

  • 11 L’acteur silencieux peut être défini comme la personne ou les personnes qui, au cours du conflit a (...)

27Face à ce qui attendait ces acteurs à ce moment-là, nous nous sentions obligés à une certaine éthique, plus intuitive par rapport aux droits de l’homme ainsi qu’à un engagement institutionnel vis-à-vis de l’université ce qui nous a conduits à nous comporter comme des acteurs silencieux du conflit11. Cela nous a permis d’être les témoins de ce qui s’est passé.

28Après la capture d’Abimael Guzmán, meneur du Sentier Lumineux, quand les «mille yeux et oreilles» du parti ne représentaient plus de menace et quand l’assouplissement des contrôles de l’armée péruvienne ont permis à nouveau de réaliser des entretiens ou de parler de l’époque du conflit, les informateurs-clés pouvaient témoigner sur le sujet de notre recherche. Mais nous devions faire face à une nouvelle difficulté : une mémoire extrêmement sélective qui essayait de dissimuler certains éléments compromettants de leur passé. Par ailleurs, pour ceux qui étaient passés du radicalisme à une position opposée, le mélange de faits du passé rendait difficile l’obtention d’information. Nous devions surmonter ce handicap dans le cadre du travail ethnographique en ayant recours à l’information que des voisins de quartier, des étudiants et des professeurs de l’université pouvaient apporter sur ces informateurs-clés.

29Il est probable que le contexte post-violence permit aux témoins et aux personnes concernées d’être plus en confiance pour s’exprimer mais la stigmatisation envers les ayacuchanos et la peur toujours présente, même après la fin du conflit, posa des problèmes pour accéder à l’information qu’ils détenaient. Face à cette situation, nous croyons qu’être des acteurs silencieux et le fait d’avoir partagé avec eux certaines expériences pouvait aider au dialogue ethnographique à l’époque du post-conflit. Comme enquêteur, une des conditions préalables aux entretiens fut d’utiliser un pseudonyme et ne pas consigner le jour de l’entretien. Nous devions également tenir compte de la confusion délibérée dont nos informateurs se servaient afin de cacher certains éléments de leur récit qui pouvaient, selon leur propre perception, être dangereux dans le contexte de la post-violence.

30Un des facteurs de réussite dans notre travail, à part notre condition d’acteur silencieux, est peut-être venu du fait que nous provenions de la région de Cusco, ce qui a favorisé une certaine identification en tant que personne venant de province. La confiance ne se serait pas instaurée de la même façon si nous avions été originaire de la capitale. Le partage de traits culturels et les expériences similaires ont contribué à ce succès.

31Notre arrivée à Ayacucho ne datant que de 1981, cela nous a permis une certaine ouverture pour faire des entretiens et recueillir les récits de tous ceux qui étaient disposés à donner des informations sur la période précédant le conflit. Puisque nous venions de Cusco, nous n’avions pas participé aux rivalités politiques entre les différents groupes de la gauche à l’époque où régnait la pensée unique, le marxisme, qui était le paradigme de la vie universitaire à Ayacucho. Comme nous le verrons plus loin, ces rivalités empêchaient la construction d’un récit plus clair et moins subjectif des événements. Ce fut un avantage pour nous d’avoir été en dehors de l’engagement politique des universitaires avant les années quatre-vingt.

Sur la période d’étude

  • 12 Sur les domaines concernant la classification de la période d’étude nous insistons sur celui de la (...)

32Une étude qui envisage de combiner une histoire culturelle et anthropologique dans le cadre d’un conflit armé dont un des principaux acteurs serait un groupe d’intellectuels et les membres d’une université de province, doit essayer d’établir la période d’étude ainsi que les éléments à prendre en compte pour cet exercice de classification dans le temps. À ce sujet, ce que nous avons finalement pris en compte, c’est le besoin d’expliquer et de comprendre les facteurs du conflit et leurs manifestations dans le domaine de la culture12.

  • 13 Voir à ce sujet les conclusions de l’Informe Final de la Comisión de la Verdad y Reconciliación de (...)

33La dimension culturelle nous a aidés à établir les continuités ou les ruptures d’un phénomène tel que celui des représentations sur le conflit ou le rapport entre culture et radicalisme politique comme une de ses manifestations. Mais nous ne nous référons pas à l’étude d’une culture du conflit sinon à la façon dont une culture est touchée par le conflit. Dans ce sens les spécialistes du phénomène à Ayacucho parlent surtout de période d’avant le conflit, pendant et après, dans le cadre d’une interprétation basée sur l’explication de la pauvreté structurelle et des différences sociales profondes13.

  • 14 Notons que cette expression bilingue (quechua et espagnol), Sasachakuy, fait référence à une actio (...)

34Contrairement à ces divisions proposées par les spécialistes, ou senderologues, du processus de la violence au Pérou, nous proposons dans cette étude une division basée sur certaines catégories locales et même régionales sur le thème du conflit. Nous avons employé le terme sasachakuy pour faire référence aux temps du conflit : le sasachakuy tiempo14 ou temps des difficultés. Ce terme a été utilisé à l’époque du conflit armé à la fin du vingtième siècle par la population régionale qui fait aussi une distinction entre l’avant et l’après. Nous pensons que tout au long de son histoire la société régionale a traversé différents moments de difficultés et de conflits qui perdurent dans la mémoire collective. Au cours du vingtième siècle elle a vécu deux périodes de sasachakuy. La première, suite aux luttes pour la terre des paysans pendant les années 1920 et la seconde provoquée par le processus de modernisation, et en particulier dans le domaine de l’éducation, mené par le gouvernement central. Tout au long du vingtième siècle nous avons donc traversé deux périodes de conflit qui ont provoqué des mutations dans la culture et la société régionales.

35Rajoutons que le conflit ne signifie pas nécessairement une situation de violence, surtout au début du siècle passé. Par ailleurs, ces changements sont issus principalement des rapports entre la province et la capitale du pays.

36Mon intention n'est donc pas de travailler sur l’histoire intellectuelle récente mais de remonter plus loin dans l'histoire de ces intellectuels qui ont vécu dans des sociétés des Andes péruviennes comme Ayacucho, précisément au moment où s'est développé le processus de modernisation initial de la société péruvienne, c'est-à-dire au début du XXe siècle. Face à la stigmatisation subie par les sociétés andines, pour en faire des objets de réflexion sur la permanence de l'archaïque ou la présence d'une modernité et d'une rationalité propice à l'extrémisme violent et au radicalisme, n'est-il pas nécessaire de rechercher une nouvelle approche de ces sociétés, et notamment de leurs producteurs de connaissance ? Qui étaient les intellectuels du début du XXe siècle ? Quelle proportion de radicalisme, d'autoritarisme et même de dispositions à la violence pouvons-nous trouver dans leurs propositions ? Comment se représentent-ils eux-mêmes et comment sont-ils représentés dans la société régionale sur laquelle ils ont agi ? Quel était le parcours de ces intellectuels jusqu'à la fin des années 1970 et même une décennie plus tard ?

37L'objectif principal de cette étude est de comprendre comment a pu se former, dans un espace comme la région d'Ayacucho, un noyau d'intellectuels régionaux qui cherchaient à devenir les moteurs d'une pensée qui puisse être projetée dans tout le pays à partir des milieux locaux et régionaux. Pour penser leur région, ils ont dû construire des représentations de l'indien, de la région par rapport à la nation péruvienne et de leurs aspirations en ce qui concerne l'éducation. C'est peut-être ce processus qui caractérise le plus la modernisation et la modernité dans des lieux comme la sierra péruvienne.

Figure 2 – Un roman bilingue écrit par un intellectuel régional.

Figure 2 – Un roman bilingue écrit par un intellectuel régional.

Source: Librería Communitas

38En ce sens, ce travail n'est pas exactement une histoire intellectuelle qui serait envisagée comme un substitut ou une partie de l'histoire des idées ; nous pensons qu’à travers les pratiques sociales, la construction des représentations du passé, de l'environnement culturel des sociétés régionales dans lesquelles sont également présents le pouvoir politique et symbolique, le contenu de cette recherche se rapproche plus d'une histoire sociale, culturelle et même anthropologique, parce que dans les espaces comme celui d’Ayacucho, les intellectuels font face à des conditions particulières que nous avons l'intention de mettre au jour dans cette thèse.

  • 15 Huamanga et Ayacucho sont les deux noms historiques de la ville qui constitue la capitale de la ré (...)

39Nous ne devons pas oublier les conditions socio-culturelles spécifiques, c'est-à-dire le contexte particulier, dans lequel la notion d'intellectuel prend son origine : la société européenne de la fin du XIXe siècle. Le terme s'est rapidement propagé dans les grandes villes d'Amérique latine, et déjà au cours des premières décennies du XXe siècle, ce concept a été intégré au langage courant des secteurs dominants des villes de l'intérieur du Pérou. Cela nous oblige à comprendre l'histoire culturelle péruvienne et l’influence européenne, surtout française, sur cette culture. Dans un même temps, ce concept se répand dans le pays par le biais d’un processus initial de modernisation, avant tout dans les milieux lettrés. Ces derniers participèrent à des débats sur les rapports entre la société nationale, la province et les nouvelles conditions d’un État chaque fois plus centralisé. Une histoire intellectuelle ne peut pas laisser de côté l'histoire sociale. Je vais donc commencer par essayer de définir le concept d’intellectuel dans un contexte tel que celui de la ville de Huamanga15 dans la région d'Ayacucho, au Pérou.

  • 16 Chartier, Roger, « Le Monde comme Représentation », dans Annales, vol. 44, no 6, 1989, p. 1505-152 (...)

40Je me propose plutôt d'étudier les formes de production de ces codes culturels, les modes de construction des représentations dans un espace social comme Ayacucho. Faire une histoire culturelle qui n'est pas prédéfinie par une histoire sociale, qui implique une analyse liée aux idées politiques. En ce sens, je me réfère à l'analyse de l'histoire culturelle opérée au sein de l'historiographie française de ces dernières décennies par Roger Chartier. Cet auteur rejette, dans son travail sur la redéfinition de l'histoire culturelle, le fait que les différences dans les habitudes culturelles soient établies a priori selon les oppositions sociales : « les partages culturels ne s’ordonnent pas obligatoirement selon une grille unique du découpage social, supposée commander l’inégale présence des objets comme des différences dans les conduites. La perspective doit donc être renversée et dessiner, d’abord, l’aire sociale (souvent composite) où circulent un corpus de textes, une classe d’imprimés, une production ou une norme culturelle »16. Les études menées par un certain nombre d’universitaires, principalement de Lima, se sont inspirées de l’idée que les sociétés régionales présentent l'opposition binaire propriétaire « misti hacendado » versus indien.

41Cette histoire culturelle a par ailleurs également besoin d’une approche pluridisciplinaire, car travailler sur les intellectuels de province demande une approche convergente de l'histoire et de l’anthropologie. Il est nécessaire, dans un pays comme le Pérou, qu’une analyse de la perspective régionale telle que nous avons l’intention de la faire tienne compte de la dimension sociale autant que de la dimension culturelle. Comment comprendre la production de représentations, la recherche de repères sur la région et les identités régionales, sinon par une approche pluridisciplinaire ?

42C'est dans cette optique que ce travail se concentre sur les intellectuels d'Ayacucho, en particulier ceux de la capitale de la région – la ville de Guamanga. La démarche centrale considère que les intellectuels, en tant que producteurs de connaissances et de savoirs – dans le sens foucaultien –, se sont constitués en groupe social sur la base d'une modernité qui apparaît au Pérou à partir de la fin du XIXe et va jusqu’au début du XXe siècle, tandis que la société régionale développe sa propre représentation de l’intellectuel comme producteur de connaissances et dépositaire de savoirs sur la nation et la région. En ce sens, les intellectuels d'Ayacucho sont en même temps le produit de la modernité et le résultat d'une société qui produit ses propres représentations sur les influences culturelles venues de l'étranger. Le rôle complexe de l'intellectuel dans les espaces sociaux des Andes péruviennes est de servir à la fois d’intermédiaire par rapport aux influences de l’extérieur et de produire de la connaissance locale et/ou régionale.

Figure 3 – Un livre écrit sur la vie d’un intellectuel d’Ayacucho.

Figure 3 – Un livre écrit sur la vie d’un intellectuel d’Ayacucho.

43Nous voulons souligner, au risque de paraître insistant, que chaque société développe finalement sa propre représentation de l’intellectuel, mais que dans le cas des sociétés régionales du Pérou, l'influence est également venue des autres centres de production intellectuelle. En ce sens, nous pouvons dire que dans chaque ville lettrée, où les producteurs et les diffuseurs de connaissance acquièrent en quelque sorte le monopole de l'écrit, ils sont à la fois producteurs et produits de leur propre société.

44Cette approche sera soutenue tout au long de ce travail que nous avons divisé en trois parties, avec leurs chapitres respectifs : dans la première, le premier chapitre tente de montrer comment l'influence extérieure contribue à façonner un type de groupe d'intellectuels dans un espace où la modernité n'en est qu'à ses débuts. Le deuxième chapitre nous introduit dans l’espace d’Ayacucho dans lequel l’environnement social, culturel et historique va être l’objet de mémoire, de représentation et de construction d’un projet régional. Dans la deuxième partie, nous prétendons montrer au troisième chapitre comment les intellectuels d’une société régionale cherchent à produire une connaissance locale et régionale afin de construire une identité sous-nationale, et de cette manière promouvoir un régionalisme qui vise à positionner cette identité dans le processus de construction de la nation. Dans ce même chapitre nous essayons de comparer les intellectuels de Cusco et ceux d’Ayacucho. Dans quatrième chapitre nous montrerons aussi comment ce projet local/régional prit fin à la suite de l'avènement d'un projet éducatif centraliste, qui visait à déloger de ses racines le projet régional élaboré par ces intellectuels.

45Dans la troisième partie nous abordons le processus lié à l’anthropologie régionale. Le chapitre cinq cherche à faire connaître la transition de la proto-anthropologie vers l’anthropologie régionale, alors que dans le chapitre six nous montrons la défaite de cette discipline et sa substitution par le marxisme et ses pratiques peu avant et pendant l’époque de la violence.

Haut de page

Bibliographie

Chartier, Roger, « Le Monde comme Représentation », dans Annales, vol. 44, no 6, 1989, p. 1505-1520

Comisión de la Verdad y Reconciliación del Perú: Informe Final, Conclusiones, Tome VIII. CVR, Lima, Perú 2003.

Comisión de la Verdad y Reconciliación (cverdad.org.pe) revisé septiembre 2018.

Foucault, Michel, La Arqueología del Saber. Siglo XXI, Editores, México, 1969.

Gobierno Regional del Cusco, Academia de la Lengua: Diccionario quechua-español-quechua, simi taqe, 2005.

Ghasarian, Christian, De la etnografía a la antropología reflexiva: Nuevos campos, nuevas prácticas, nuevas apuestas. Ediciones Colihue, Argentina 2008.

Hervé, Caroline, « Analyser la position sociale du chercheur : Des obstacles sur le terrain à l'anthropologie réflexive », Les Cahiers du Cièra, 2010.

Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, París: Seuil, 2000

Torres, Esteban, “El Proyecto intelectual: Hacia la reconstrucción de un Programa Teórico para las ciencias sociales en América Latina”, Cuadernos del Pensamiento Crítico Latinoamericano, n48, Août 2017. Waters, Malcolm, Modern Sociological Theory. London, Sage, 1994.

Haut de page

Notes

1 Foucault, Michel, La Arqueología del Saber, 1ère edition en espagnol, Madrid-España, Siglo XXI Editores, 1979.

2 Ricœur, Paul, La Mémoire, L’Histoire, L’oubli. 1ère édition France, Éditions du Seuil, 2000.

3 Voir à ce sujet l’article de Caroline Hervé, « Analyser la position sociale du chercheur : des obstacles sur le terrain à l'anthropologie réflexive », dans Les Cahiers du Cièra, 2010.

4 À l’époque, chaque matin, quand nous entrions dans la salle des professeurs, on pouvait trouver des exemplaires de livres sur le marxisme et d’autres documents similaires dans les tiroirs de la salle. Personne ne voulait les ramasser craignant d’être accusé de liens avec la subversion.

5 Par exemple en 1983, qui fut le moment le plus dur du conflit, lors d’un cours sur les méthodes d’observation de terrain dans un marché local, nous avons été emmenés par un groupe de militaires et soupçonnés de promouvoir la récolte d’informations utiles à la subversion.

6 Ghasarian, Christian, « Por los Caminos de la Antropología Reflexiva ». In Christian Ghasarian (dir.) et. Al., De la Etnografía a la Antropología Reflexiva, Nuevos Campos, Nuevas Prácticas, Nuevas Apuestas.9-42. Buenos Aires-Argentine, Ediciones del Sol, 2008, [en ligne] Consulté le 9 décembre 2018.

7 Voir à ce sujet Malcom Waters (1994) sur l’approche marxiste dans les sciences sociales.
Waters, Malcom, Modern Sociological Theory. 1ère édition, London UK, Sage Publications, 1994.

8 Communication d’un professeur à l’université de Huamanga en 1983.

9 Parfois nous pouvions voir quelques chercheurs qui venaient de l’extérieur essayant d’avoir des entretiens avec des membres supposés du Sentier Lumineux que pouvaient leur apporter des informations pour leurs travaux de recherche.

10 Voir par exemple à ce sujet Christopher Shay, “Should anthropologists go to war ?”, Time Magazine, Décembre 13, 2009.

http://content.time.com/time/nation/article/0,8599,1947095,00.html Consulté Aout 2018.

11 L’acteur silencieux peut être défini comme la personne ou les personnes qui, au cours du conflit armé, peuvent jouer le rôle d’agent non engagé en tant que fonctionnaire de l’État accomplissant des actions ayant trait à la santé et à l’éducation ou des activités marchandes. Sa position est, jusqu’à un certain point, acceptée par les acteurs directs du conflit.

12 Sur les domaines concernant la classification de la période d’étude nous insistons sur celui de la culture malgré des avis tels que celui d’Esteban Torres. Selon lui, les sciences sociales en Amérique latine ont oublié la dimension économique dans leurs études. Voir Esteban Torres, “el proyecto intelectual: hacia la reconstrucción de un programa teórico para las ciencias sociales en américa latina”, in Cuadernos del Pensamiento Crítico Latinoamericano, no 48, Août 2017.

13 Voir à ce sujet les conclusions de l’Informe Final de la Comisión de la Verdad y Reconciliación del Perú (2003).
Comisión de la Verdad y Reconciliación del Perú: Conclusiones Generales del Informe de la CVR. Comisión de Verdad y Reconciliación del Perú, [En línea] Lima-Perú 2003. Consulté le 15 juillet 2017.

Comisión de la Verdad y Reconciliación (cverdad.org.pe)

14 Notons que cette expression bilingue (quechua et espagnol), Sasachakuy, fait référence à une action qui devient difficile à réussir ou à faire. Quechua (Voir à ce sujet : diccionario quechua-español-quechua, simi taqe, Academia Mayor de la Lengua 2005, p. 552).

Academia Mayor de la Lengua del Cusco: Diccionario Quechua-Español-Quechua, Simi Taqe. Gobierno Regional del Cusco, 2e edition, Cusco-Perú, 2005.

15 Huamanga et Ayacucho sont les deux noms historiques de la ville qui constitue la capitale de la région – autrefois département – d'Ayacucho.

16 Chartier, Roger, « Le Monde comme Représentation », dans Annales, vol. 44, no 6, 1989, p. 1505-1520.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La région d’Ayacucho dans le Pérou. Archive Wikipedia.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/86625/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 2 – Un roman bilingue écrit par un intellectuel régional.
Crédits Source: Librería Communitas
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/86625/img-2.png
Fichier image/png, 279k
Titre Figure 3 – Un livre écrit sur la vie d’un intellectuel d’Ayacucho.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/86625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jefrey Gamarra Carrillo, « Intellectuels et anthropologues des provinces, radicalisme politique ou régionalisme : histoire culturelle et anthropologique à Ayacucho, Pérou 1920-1970 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/86625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.86625

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search