Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2022Georges Roque, La cochenille, de ...

2022

Georges Roque, La cochenille, de la teinture à la peinture. Une histoire matérielle de la couleur

Aude Argouse
Référence(s) :

Georges Roque, La cochenille, de la teinture à la peinture. Une histoire matérielle de la couleur, Paris, Editions Gallimard, 2021, 331 p.

Texte intégral

  • 1 Amy Butler Greenfield, A Perfect Red. Empire, Espionage, And the Quest for the (...)

1L’aventure de la cochenille a été racontée par l’historienne et écrivaine Amy Butler Greenfield, dans un passionnant ouvrage intitulé L'extraordinaire saga du rouge1. De son propre aveu, le livre de Georges Roque, directeur de recherche au CNRS, doit beaucoup au travail de Amy Butler Greenfield puisque c’est suite à sa lecture que le directeur du Museo Museo del Palacio de Bellas Artes de Mexico lui confia le soin de mettre sur pied une exposition consacrée à la cochenille.

2L’un des éditeurs italiens de Georges Roque présente ses travaux orientés autour de deux axes principaux : « la théorie de la couleur et la recherche de mécanismes non seulement persuasifs mais aussi argumentatifs dans l’image »2. C’est donc un spécialiste de l’art abstrait qui propose, dans l’ouvrage que nous présentons, une histoire matérielle de la couleur, en prenant pour guide la cochenille.

3Le livre est divisée en huit parties, avec un intermède et une invitation à poursuivre la réflexion (« Et après? »), ainsi que série d’appendices qui éclairent le lecteur sur l’aspect technique de la recherche. Georges Roque propose de faire une histoire de la couleur rouge obtenue à partir de la production de cochenille qui prenne en compte divers aspects matériels du pigment qui « jouent un rôle prépondérant dans leur fonction ainsi que dans leur signification ». C’est moins la couleur comme teinte qui compte, dit G. Roque, que « la signification des pigments liés à leur matérialité » (p. 20).

4Partant de plusieurs constats établis par d’autres chercheurs sur les utilisations des pigments par les Nahua, et rendus possibles grâce à des technologies de pointe en imagerie, Georges Roque pose au centre de sa réflexion les relations entre la valeur économique de la cochenille et sa localisation, et l’utilisation différenciée qui est faite des pigments en peinture et en architecture. Ainsi, il note la quasi-absence de pigments minéraux dans les codex, et la quasi-absence de pigments organiques dans l’architecture et la sculpture. La luminosité et la brillance de certains pigments, appliqués sur certaines matières, leur confèrent par conséquent une aura et un prestige particuliers, que leur moindre accessibilité vient renforcer.

5La première partie de l'ouvrage pose des prolégomènes de la réflexion à partir de la conception nahua du rouge de la cochenille. La deuxième partie est plus traditionnelle mais n’en demeure pas moins indispensable puisqu’elle retrace ce que les historiens ont qualifié d’aventure de la cochenille, en tant que premier produit américain importé en Europe dès le XVIe siècle. Dans les chapitres suivants, Georges Roque invite à décliner à la fois les thématiques liées au rouge de la cochenille (le textile et le pouvoir) mais aussi l’histoire de l’usage de ce pigment par les peintres, jusqu’au XIXe siècle, c’est-à-dire lorsque les pigments synthétiques permettent une alternative bien moins onéreuse tandis que la production de cochenille est encore assez importante. L’utilisation de la cochenille se raréfie ensuite, au XXe siècle mais survit grâce « au goût pour le naturel contre le synthétique » (p. 243).

  • 3 Emilie Senmartin, Formation et transformations d'une élite coloniale: Puebla ( (...)
  • 4 Alexander von Humboldt, Essai sur la Nouvelle-Espagne, t. III, ch. x, cité par Léon Digu (...)

6Tel qu’il est conçu et rédigé, dans un langage clair et personnel, le livre interpelle volontiers quiconque aurait un peu de curiosité pour ce petit insecte souvent présent dans l’histoire coloniale économique espagnole, en particulier celle de l'industrie textile. Au Pérou et au Mexique, la cochenille était un objet d’échange entre les nations indiennes, grâce à son pouvoir colorant. Les Espagnols, découvrant à leur tour ce que l’on pouvait en faire, en importèrent les tout premiers échantillons en provenance du Mexique autour de 1520. Rapidement convaincus du profit qu’ils pourraient tirer de cette ressource pour la teinture, car elle présentait une certaine stabilité, ils en organisèrent le commerce avec l’Europe. À partir du XVIe siècle, elle devient un objet d’échange entre Européens et Amérindiens. La cochenille servait également pour payer le tribut auxquels les Indiens étaient assujettis. Entre libéralités, négoces et impôts, les échanges et le commerce de la cochenille s’étendaient donc dans une grande partie de la Nouvelle-Espagne, en particulier vers l’Oaxaca, puis vers les provinces du Yucatán, du Michoacán et de la Nouvelle-Galice, actuel Jalisco. C’est ainsi que la ville de Puebla, par exemple, située sur la route qui va de Vera Cruz à México, diversifia peu à peu son économie vers l’industrie de la soie et de la cochenille3. Les zones de production de la cochenille s’étendaient également jusqu’en Argentine actuelle, du côté de Córdoba, de la Bolivie, de l’Equateur et de la Colombie, ainsi qu’au Brésil. Cependant, au XVIIIe siècle au Mexique, tant l’élevage des cochenilles que la culture des nopales, les arbres qui les nourrissent, furent drastiquement diminués. Alexander von Humboldt raconte que tous les nopales furent coupés en une seule nuit. Selon certains, la mesure provenait du gouvernement et visait à faire augmenter le prix et assurer le monopole aux habitants de la Mixteca. Selon d’autres, elle était le résultat d’un mécontentement des Indiens eu égard aux prix pratiqués par les négociants, de sorte qu’ils détruisirent les insectes et leurs arbres4.

  • 5 Elodie Duprey García, Paléographie et traduction du Codex de Florence, México, (...)

7Dans cette histoire matérielle de la couleur proposée par Georges Roque, il s’agit donc de prendre le contre-pied d'une histoire centrée sur les rapports de production pour mettre en perspective les pigments et l’ensemble des termes liées aux couleurs dans les langues autochtones, c’est-à-dire le vocabulaire chromatique de ces langues. Ainsi que le montrent les travaux d’Elodie Duprey à partir d’une traduction intégrale du chapitre XI du livre XI du Codex de Florence5, cités par l’auteur, utiliser le pigment obtenu à partir de la cochenille ne correspond pas seulement à un rendu de couleur, le rouge, mais à une action que ce rouge spécifique permet de réaliser : par exemple, obscurcir quelque chose pour l’associer au sang, à la noblesse et à la cochenille elle-même. « Cette relation intime entre la couleur et sa manifestation matérielle a déterminé les usages et les significations des couleurs dans cette culture » (p. 27).

  • 6 Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d'une couleur, Paris, Le Seuil, 2000, 216 p. (...)

8C'est un ouvrage qui rompt avec une approche exclusivement esthétique ou économique de l'histoire de la couleur car il en offre une approche multiple6. Surtout, en prenant soigneusement son lecteur par la main, Georges Roque, spécialiste de l'art, amène à apprécier le rouge à travers sa dimension matérielle. À la différence de ces prédécesseurs, c'est bien de matière dont il est question avant tout, c'est-à-dire avant même de parler de technique ou d'approche sensorielle. Elle contribue par conséquent à envisager l'histoire des matières de façon séparée de celle des techniques, ce qui, par exemple dans le cas d'une histoire du papier, permet de poser de nouvelles questions relatives au rapport à la culture en fonction de l'accès à la matière et/ou à certaines techniques de fabrication. Le choix méthodologique et épistémologique de Georges Roque permet ainsi de revisiter toute l'histoire des arts visuels, du Moyen Âge à l'époque contemporaine, en faisant de la matérialité de la couleur, en l'occurrence le rouge, un guide précieux de la fabrication des œuvres. Cette "histoire du rouge" est tout à la fois sérieuse, prudente et pertinente. Et divertissante.

Haut de page

Notes

1 Amy Butler Greenfield, A Perfect Red. Empire, Espionage, And the Quest for the Color of Desire, New York, Harper Perennial, 2006, 352 p.. Traduction française: L'extraordinaire saga du rouge. Le pigment le plus convoité, Paris, Autrement, 2008, 328 p.

2 https://www.donzelli.it/catalogo/autore/564

3 Emilie Senmartin, Formation et transformations d'une élite coloniale: Puebla (1560-1639), Thèse de doctorat, Université de Toulouse-Jean Jaurès, 2017. Voir en particulier p. 139 et s., consacrées à l'industrie textile.

4 Alexander von Humboldt, Essai sur la Nouvelle-Espagne, t. III, ch. x, cité par Léon Diguet, Histoire de la cochenille au Mexique", Journal de la Société des Américanistes, Tome 6, 1909, p. 76-77.

5 Elodie Duprey García, Paléographie et traduction du Codex de Florence, México, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Nacional Autónoma de México), citée p. 27 du livre de Georges Roque.

6 Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d'une couleur, Paris, Le Seuil, 2000, 216 p. L'auteur présentait cette approche multiple comme un défi pour l'historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Georges Roque, La cochenille, de la teinture à la peinture. Une histoire matérielle de la couleur »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/87720 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.87720

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Université du Chili / Mondes Américains (EHESS / CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search