Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2022Edward Blumenthal, Exile and Nati...

2022

Edward Blumenthal, Exile and Nation-State Formation in Argentina and Chile, 1810-1862

Geneviève Verdo
Référence(s) :

Edward Blumenthal, Exile and Nation-State Formation in Argentina and Chile, 1810-1862, Cham, Palgrave Macmillan, 2019, 366 p.

Entrées d’index

Palabras claves:

Argentina, Chile, siglo 19, estado, exilio
Haut de page

Texte intégral

1Célébré en Argentine comme « père de la patrie », José de San Martín, comme tant d’autres de ses contemporains, a pourtant passé l’essentiel de sa vie en dehors de celle-ci. On pourrait en dire autant de Domingo Faustino Sarmiento, l’un des auteurs argentins les plus renommés du XIXe siècle, de Juan Bautista Alberdi, l’inspirateur de la Constitution de 1853, ou encore de Bartolomé Mitre, premier président de la République argentine. Ou encore du grand intellectuel chilien Francisco Bilbao, ou des premiers historiens de la nation chilienne, Benjamin Vicuña Mackenna et Diego Barros Arana. Le livre d’Edward Blumenthal vient combler un vide historiographique important en rappelant l’importance de l’exil dans l’Amérique hispanique du XIXe siècle, et en analysant les effets politiques majeurs.

  • 1 Catherine Brice, Exile and the circulation of political practices, Newcastle upon Tyne, (...)
  • 2 Maurizio Isabella and Konstantina Zanou (eds.), Mediterranean Diasporas: Politics and Id (...)
  • 3 « Exilios Latinoamericanos en el siglo XIX », E.I.A.L, vol. 32, n° 2, 2021.

2S’inscrivant dans un ensemble de travaux qui s’attachent à renouveler la question des exils politiques au XIXe siècle, tant en France1 qu’en Europe et en Amérique2, ce livre, nourri des approches transnationales et circulatoires, ouvre des perspectives stimulantes sur les repères de l’appartenance « nationale » et la genèse intellectuelle et politique des nations hispano-américaines. Il constitue ainsi un jalon essentiel dans un champ historiographique en plein essor, comme en témoigne, dans la dernière livraison de la revue E.I.A.L, un dossier dirigé par l’auteur et Romy Sánchez portant précisément sur les exils politiques en Amérique Latine3.

3L’ouvrage soutient une thèse forte : non seulement l’exil est une réalité omniprésente et fondamentale dans la trajectoire biographique de nombreuses élites hispano-américaines, mais cette expérience est au cœur de leur production intellectuelle et de la construction nationale. Cette thèse se fonde sur l’étude détaillée des exils croisés entre l’Argentine et le Chili, de la période des révolutions d’indépendance à celle de l’organisation nationale de l’Argentine (1862). Même si l’ouvrage offre des ouvertures ponctuelles sur d’autres contextes (l’Uruguay, la Bolivie et le Pérou), ce sont ces deux pays et ces deux communautés d’exilés, formées de plusieurs vagues successives, qui fournissent le matériau d’une analyse extrêmement précise et informée. Edward Blumenthal démontre en effet que les intellectuels chiliens et rioplatenses (dire « argentins » serait presque un anachronisme), obligés de quitter leur patrie en raison de leurs convictions politiques, participent largement à la vie publique de leur pays d’accueil, dans lequel ils connaissent des modes d’insertion privilégiés (c’est particulièrement vrai des « jeunes romantiques » argentins installés au Chili après avoir fui le régime rosiste). À travers les fonctions qu’ils occupent, leurs relations sociales et leurs prises de position, ils participent à l’avènement d’une sphère publique transnationale, dans laquelle sont élaborées et discutées les propositions politiques et constitutionnelles au fondement des nouvelles nations.

4L’auteur retrace ainsi les circulations d’idées, d’expériences, de jugements, ainsi que les regards croisés confrontant la vie politique et les régimes des pays d’origine à ceux des pays d’accueil. En résulte l’élaboration de modèles et de contre-modèles où se cristallisent aussi bien les identités « nationales » que les projets de dimension américaine. Edward Blumenthal excelle à restituer ces tableaux où l’observation attentive et factuelle se mêle aux jugements relevant des positionnements idéologiques des acteurs, de leurs attentes et de leurs espoirs, ainsi que de la nostalgie et de la réflexivité sur leur propre trajectoire. La prise en compte de cette subjectivité et de cette expérience sensible n’est pas le moindre intérêt de l’ouvrage, et il nous semble qu’au-delà de la thèse centrale du livre, c’est peut-être cette dimension existentielle, saisie dans sa trame parfois intime, qui en est le véritable objet. Le sentiment des acteurs de faire partie d’un même ensemble, la fameuse « province flottante » dont parle Alberdi, fait l’objet de réflexions passionnantes. Elles soulignent à quel point la nation se définit à l’époque comme un projet plus que comme une réalité, une véritable « communauté imaginée », pour reprendre l’expression de Benedict Anderson.

5Les premiers chapitres retracent une histoire sociale de ces exils à l’issue des indépendances et de la dislocation des structures impériales. L’auteur y montre que les trajets de l’exil empruntent des circuits d’échanges existant depuis l’ancien régime, tandis que les bannissement et proscriptions opérés par les gouvernements révolutionnaires participent à la fixation des frontières entre les nouvelles entités politiques. L’analyse des correspondances (chapitre 3) souligne l’apparition de cette sphère publique transnationale, fondamentale pour comprendre l’élaboration et la diffusion des grandes œuvres historiographiques et politiques du XIXe siècle, tandis que les possibilités d’emploi offertes aux exilés (chapitre 4) favorisent leur insertion dans une sphère publique républicaine en cours de constitution. Nombre d’entre eux étant employés dans les institutions naissantes (presse, éducation ou administration), ils en viennent à former une « classe transnationale de bâtisseurs de nations ». Qu’il s’agisse des correspondances, des articles de presse ou des publications, les sources révèlent la matérialité des réseaux « transnationaux » dans lesquels s’inscrivent ces acteurs.

6Les chapitres suivants traitent de la façon dont ceux-ci considèrent leur condition d’exilés et transposent cette expérience dans les projets constitutionnels qu’ils élaborent pour l’avenir de leur patrie. Edward Blumenthal y a des réflexions très intéressantes sur la façon dont se constitue une « culture de l’exil » comme marque de l’appartenance libérale (ou républicaine) et qui se transmet, dans certains cas, de génération en génération. Le chapitre 5 aborde la variété des formes d’engagement dans les pays d’accueil, que ce soit par le biais des associations, de l’enrôlement dans les milices, ou de leur rôle de médiateurs dans les relations entre les États. Les derniers chapitres, enfin, traitent des représentations élaborées dans l’exil, notamment le mythe de « l’exceptionnalisme chilien », dû à des auteurs tels que Sarmiento et Alberdi, qui voient dans leur pays d’accueil le modèle à suivre pour refonder la république argentine après la chute de Rosas. En sens inverse, le chapitre 7 offre des passages passionnants sur la façon dont l’exil et les circulations multiples conditionnent l’écriture d’une histoire « nationale » chilienne sous la plume de Vicuña Mackenna et Barros Arana. On voit ainsi comment ce récit partagé de l’exil en vient à accentuer, en même temps qu’il les fonde, les singularités propres à chacun des deux pays.

7L’un des enjeux centraux de l’ouvrage est donc de souligner la dimension transnationale des réseaux de l’exil hispano-américain, des débats qui en émanent, et de les mettre en tension avec la problématique de la création nationale. Il semble néanmoins que l’usage réitéré de l’adjectif « transnational », s’agissant d’une époque où les nations relèvent encore d’un horizon d’attente et où les territoires de la souveraineté demeurent labiles et aléatoires, a quelque chose de contre-intuitif. Ce qui apparaît avec force à travers l’évocation de ces réseaux de sociabilité et de cette sphère publique, c’est plutôt la permanence de pratiques héritées de l’empire : cette république des lettres gagnerait à être plutôt qualifiée de « post-impériale ». Edward Blumenthal souligne en effet que c’est leur notoriété sociale et leur activité civique, découlant de leur qualité de vecinos, qui autorisent ces personnages à participer pleinement à la vie publique du pays d’accueil, tout en leur permettant de conserver une activité politique en lien avec le pays d’origine. Si l’exil joue donc un rôle dans la formation des nations (du point de vue des frontières, des identités, des institutions), cela semble dû, paradoxalement, à la continuité des formes impériales, des réseaux constitués à l’échelle de l’empire, et de la conception locale de la citoyenneté (vecindad), qui relativisent à l’extrême l’altérité de « l’étranger » au sein d’un même groupe social.

8Par ailleurs, les trajectoires et les prises de positions « transnationales » des acteurs nourrissent tout autant la dimension américaine et régionale de l’organisation politique, ce qui se vérifie particulièrement chez un auteur comme Francisco Bilbao. Or, ces propositions régionales ou « continentales », articulées sur des motifs républicains, se trouvent ici faiblement prises en compte, alors qu’elles constituent l’une des modalités importante de la construction politique de la période. La « victoire » de la nation, qui finit par s’imposer comme cadre d’appartenance exclusif, imprime parfois à la démonstration un biais téléologique, par lequel les autres propositions se trouvent minorées. Pourtant, la dimension régionale et américaine de l’appartenance politique est celle qui correspond le mieux à cette communauté post-impériale, fondée sur une appartenance civique locale et des idéaux libéraux et républicains. À l’époque, l’idée de nation ne semble tenir qu’aux propositions constitutionnelles et à celles relatives aux types de régime privilégiés de part et d’autre de la frontière ; dans les textes analysés par l’auteur, elle n’apparaît pas encore comme dotée d’un contenu culturel et juridique suffisamment différencié pour s’imposer comme une adhésion unique. On pourrait même aller plus loin en soutenant que si le processus de nation-building est aussi évidemment transnational en Amérique hispanique, c’est parce que l’ensemble de la région aurait pu, au bout du compte, ne former qu’une seule et même nation ou fédération, conformément aux vœux de certains des acteurs étudiés.

9Un autre point extrêmement intéressant, et qui mériterait d’être développé, est celui qui a trait à « l’exo-politie », terme repris du sociologue Stéphane Dufoix. Ce que le livre montre excellemment, c’est l’extension du cadre dans lequel le conflit politique trouve à s’exprimer. Du point de vue des politiques de répression, les frontières du bannissement reculent, passant des juridictions d’ancien régime à la nation : les bannis ne se réfugient plus dans la province voisine, mais dans un autre État. Du point de vue des pratiques politiques, les querelles et les affrontements s’exportent aussi au-delà des frontières « nationales » : dans les années 1840, on voit les anti-rosistes argentins lutter par Chili, Uruguay ou Bolivie interposé, tandis que dans la décennie suivante, les aléas de le vie politique chilienne affleurent sans cesse dans l’organisation constitutionnelle de l’Argentine. Cette logique factionnelle se retrouve dans la sphère publique « transnationale » formée par les exilés, ce que montre bien les polémiques qui opposent, dans les années 1850, Bilbao et Sarmiento. Sur ce point, le livre rejoint la production historiographique actuelle consacrée à la dissidence politique et à son traitement judiciaire, représentée en Argentine par les travaux d’Irina Polastrelli. Ces quelques remarques soulignent les nombreuses pistes de réflexion qu’ouvrent ce livre foisonnant et novateur, qui éclaire d’un tout autre jour le thème de la construction nationale dans l’Amérique hispanique du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Catherine Brice, Exile and the circulation of political practices, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2020, 225 p. ; Delphine Diaz, En exil : les réfugiés en Europe de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Gallimard, 2021, 528 p. ; Delphine Diaz et Sylvie Aprile (dir.), Les retrouvés : sur les routes de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, 388 p.

2 Maurizio Isabella and Konstantina Zanou (eds.), Mediterranean Diasporas: Politics and Ideas in the Long 19th Century, New York, Bloomsbury Academic, 2015, 240 p. ; Delphine Diaz, Jeanne Moisand, Romy Sánchez et Juan Luis Simal (dir.), Exils entre les deux mondes : migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle, Mordelles, Les Perséides, 2015, 300 p.

3 « Exilios Latinoamericanos en el siglo XIX », E.I.A.L, vol. 32, n° 2, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Verdo, « Edward Blumenthal, Exile and Nation-State Formation in Argentina and Chile, 1810-1862 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/87734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.87734

Haut de page

Auteur

Geneviève Verdo

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8168 Mondes Américains (EHESS | CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search