Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2007Hal Langfur,The Forbidden Lands. ...

2007

Hal Langfur,The Forbidden Lands. Colonial Identity, Frontier Violence, and the Persistence of Brazil's Eastern Indians, 1750-1830, Stanford California, Stanford University Press, 2006, 408 p.

Aude Argouse

Texte intégral

1En 1789, le gouverneur du Minas Gerais se précipite pour dépêcher des troupes à des points stratégiques, où il a découvert une conspiration par des ploutocrates locaux pour l'assassiner, un projet de renversement de la Couronne portugaise et l'indépendance d'une République. Il prétexte la surveillance d'Indiens hostiles sur la route qui mène à Rio pour poster de nouvelles patrouilles. C'est le premier prétexte. Le second vient de prospecteurs d'or et de diamants sans autorisation qui se plaignent et sont en conflit. Le besoin évident de policer ces migrants masque la ruse du gouverneur pour envoyer deux compagnies d'infanterie supplémentaires et déjouer la conspiration.

2Le Mina Gerais, région minière et fermière s'étend non pas vers l'Ouest, dans le cœur du Brésil colonial, mais vers l'Est, vers la côte atlantique. Les terres reculées et forestières de cette région appelées sertão font l'objet de nombre spéculations. Elles sont situées entre les zones minières et la côte atlantique. La Couronne a interdit leur conquête, y voyant-là un moyen de lutter contre les trafiquants de métaux précieux, empêchés de traverser cette zone hostile et peuplée d'Indiens réputés sanguinaires et cannibales. Mais les autorités locales de la capitainerie de Vila Rica (Ouro Preto) ont d'autres vues : celles de conquérir cette région et de dominer ces populations indiennes, afin de fournir à la couronne davantage de métaux précieux. Il faut pour cela repousser cette frontière coloniale. Hal Langfur propose de réviser l'histoire de cette conquête tardive à la lumière d'une documentation encore mal regardée : celle des autorités locales, notamment la capitainerie.

3L'Inconfidência Mineira a intéressé de nombreux historiens pour comprendre la fin de la domination portugaise en Amérique. Mais c'est la question des deux prétextes utilisés par les autorités locales pour réinterpréter les ordres de la couronne, c'est-à-dire les affaires indiennes et les migrants frontaliers, qui se retrouve au centre de ce travail. Car, selon Hal Langfur, c'est bien au niveau de la politique locale qu'il faut regarder pour comprendre les événements, en particulier l'incompatibilité des politiques royale et locale. "La comparaison des sources produites aux niveaux de la Couronne ou de la capitainerie montre nettement que les autorités royales n'avaient pas la moindre notion de l'étendue des actions locales destinées à ouvrir le territoire et conquérir les Indiens – ceux-là même qui étaient censés préserver le Sertão de colonisateurs non autorisés (p. 73-74)."

4La politique indienne énoncée en 1755 par un édit de la couronne visait à stopper la persécution raciale des populations amazoniennes en accélérant leur assimilation. En 1760, c'est une loi qui rend aux indiens leurs possessions et leur droit de commercer, balayant ainsi, en un coup de plume, deux siècles de travail forcé et d'esclavage des populations indiennes et métisses. Cette nouveauté vise à défier le pouvoir des jésuites (expulsés en 1759) qui protégeaient les Indiens, à renforcer l'économie faible de la région nord et à sécuriser la zone face aux Espagnols, juste après la conclusion du Traité de Madrid sur les frontières amazoniennes en 1750. La réaction locale est immédiate par la rédaction d'un ensemble de directives visant, à leur tour, à garantir aux colons l'accès au travail des Indiens du Brésil, en privant d'effet les dispositions royales. Même si ce corpus était destiné au départ au Bassin Amazonien, il demeure la clef de voûte de la politique indigène au Brésil jusqu'à la fin du XIXe siècle, et même au-delà. Il se trouve que dans le Minas Gerais ce corpus légal fournissait une trame légale sans précédent pour exercer une violence ininterrompue sur les populations concernées. Car si les lois avaient en vue des populations indigènes sédentarisées, leur application à des populations semi-nomades allait se révéler dramatique, en particulier en vertu des contradictions mêmes de la législation concernant les populations indigènes puisqu'elle contenait également des dispositions pour les nomades refractaires.

5La seconde question, celle des migrants frontaliers, rejoint ainsi la première, celles des affaires indigènes semi-nomades. Selon la lettre des politiques de regroupement des migrants, ceux-ci, susceptibles de tomber sous le coup des lois interdisant le vagabondage, étaient forcés de vivre dans des villages selon des préceptes légaux. Pendant ce temps, le gouverneur du Minas Gerais commençait une conquête armée de la zone, sans que la couronne ne se doute de quoi que ce soit.

6La réconfiguration de l'espace par la capitainerie du Minas Gerais reposait alors sur trois domaines fondamentaux de la politique des frontières de la Couronne, selon leur déclinaison locale : Tout d'abord, la politique royale envers les indiens fut remplacée par une violente conquête de leurs territoires prometteurs au nom d'une lutte contre les "païens sauvages du sertão", réfractaires à leur regroupement. Ensuite, les esclavagistes étaient maintenant invités à s'installer dans la zone frontalière pour y prospecter de l'or, protégés mais surveillés dans les camps miniers par les autorités de la capitainerie. Enfin, en appliquant à la lettre les restrictions concernant les vagabonds, les autorités pouvaient appréhender toute personne qui ne pouvait faire état d'un emploi stable ou d'une charge de travail régulière, ce qui permettait de placer dans la zone frontalière toute un partie des afro-descendants affranchis considérés désormais comme une force de travail disponible. Selon Hal Langfur, cela s'est fait sans porter atteinte à la prohibition faite par la Couronne de conquérir les Territoires interdits, grâce à l'incroyable dextérité des gouverneurs du Minas Gerais qui ont su établir au fil du temps dans la zone frontalière une "nouvelle géographie de conquête conçue à partie d'une ségrégation raciale", qui s'avère être une "construction mentale et matérielle spécifiquement territoriale". Hal Langfur parle alors de "géographie raciale" émergeant à l'encontre des fondements des restrictions voulues par la Couronne. Les autorités de la capitainerie ont en effet cherché à établir un ordre social dans l'est du Sertão reposant sur des catégories autant raciales que spatiales. Il s'agissait ni plus ni moins de reproduire dans la zone interdite le modèle de société esclavagiste qui prévalait dans les villages.

7La "territorialisation de la société coloniale" nous entraîne alors avantageusement dans une réflexion sur ce que l'on pourrait appeler des variations mentales de frontières, spécialement des frontières interieures. Les territoires d'abord occupés par les premiers migrants ont ensuite acquis une valeur plus importante et attirèrent d'autres vagues de colons, plus riches, divisant la colonisation du Sertão après le boom minier des années 1760-1780, créant des aires plus ou moins "développées", plus ou moins sécurisées et des espaces de refuge pour les populations traquées. Le projet colonial du Sertão est devenu celui de l'élite blanche de la société, repoussant toujours plus loin ses limites, assimilant toujours plus les populations indiennes et noires comme force de travail, avec l'élaboration d'une rhétorique de la coercition de plus en plus précise. Mais l'évolution de la géographie raciale des frontières qui séparaient les populations indigènes des blancs et leurs esclaves créait une nouvelle zone intermédiaire dans laquelle se retrouvaient les mulâtres et les esclaves affranchis, craignant d'un côté les Indiens, de l'autre les autorités coloniales.

8L'intérêt de l'ouvrage de Langfur repose donc d'une part sur le manque de travaux sur cette zone qui prennent en compte les données spécifiquement liées au contrôle des espaces comme stratégie première des autorités locales pour avancer dans la zone interdite et entamer cette conquête intérieure. D'autre part, l'originalité de son travail réside dans l'insistance qu'il met à démontrer l'importance des spéculations faites sur la signification des frontières par les autorités concernées et la construction mentale de frontières raciales et spatiales à l'intérieur même du Brésil. Les "espaces commandés", pour reprendre la terminologie de David Harvey usitée par Langfur, permettent aux autorités de déplacer les populations, en fonction de critères raciaux et de nécessités politiques, telles le recrutement de pauvres pour renforcer les troupes face aux Espagnols gourmands de la frontière Sud, ou économiques telles l'ouverture brutale de la frontière préconisée par la Couronne à partir de 1808 sous la pression des autorités locales, repose sur la nécessité d'ouvrir le Minas Gerais à l'économie atlantique et de supprimer, bon an, mal an, cette zone fermée

9Cependant l'Est du Sertão était déjà devenu "un site pour la conquête non seulement des indiens mais aussi des pauvres errants, les "personnes inutiles" de la capitainerie, telles qu'on les catégorisait méchamment si souvent". Et Langfur de rappeler, en conclusion, que la notion même de frontière telle qu'elle est entendue en Europe ou même aux USA à partir du XXe siècle ne coïncide pas avec cette frontière intérieure au Brésil. Cela pose, bien en amont, la question de la fermeture de cette même frontière, qui précédait depuis près d'un siècle son "ouverture".  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Hal Langfur,The Forbidden Lands. Colonial Identity, Frontier Violence, and the Persistence of Brazil's Eastern Indians, 1750-1830, Stanford California, Stanford University Press, 2006, 408 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 septembre 2007, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/8812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.8812

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search